AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite mage en hypoglycémie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Petite mage en hypoglycémie ?   Dim 20 Mai - 19:20

Toujours aussi têtue n’est-ce pas ? Elle n’avait que peu changé en fin de compte. C’était réconfortant. Quelque part, ça signifiait qu’elle était toujours là.
Et comparer la fillette et la jeune femme n’était pas pour lui déplaire.
Oui elle était certainement mignonne quand elle était jeune, mais en grandissant elle s’était épanouie, réellement. Il n’allait pas le lui avouer directement bien sûr, il chercherait à la gêner en les tournant d’une façon ou d’une autre mais pas tout de suite.

Mais bon, il venait à peine d’arriver, il devait apprendre à connaître les lieux, s’y faire et surtout se remettre avant de pouvoir prétendre l’agacer et même s’il le souhaitait il fallait pour cela qu’elle soit en forme. Aucun intérêt autrement ! Pourquoi se battre quand en face il n’y a aucune résistance ?
Elle l’ignorait bien sûr et ne le saurait certainement jamais mais le meilleur moyen de l’arrêter était tout simplement de ne pas céder à ses provocations.
Tristan l’avait donc soulevée il est vrai sans mal. Bien sûr avant il lui avait clairement montré qu’elle était comme qui dirait à sa merci.

Même si à voir la lueur furieuse dans son regard, non seulement elle n’était pas d’accord, mais elle comptait certainement encore se servir de ses dents, de belles dents blanches… pas vraiment intimidantes en fait. Mais elle saurait certainement s’en servir et lui mordre sérieusement le nez s’il s’approchait trop près. Cette idée le fit sourire, sincèrement amusé. Oh oui elle en était tout à fait capable ! Et elle y parviendrait certainement. Après tout c’était la même jeune femme butée qui ne voulait pas montrer sa légère faiblesse passagère et répondait à sa « provoc » en restant ici alors qu’elle se sentait mal.

Néanmoins elle allait comprendre que malgré sa condition de guerrier, malgré sa réputation très peu respectable et malgré leur passé commun et qu’il ait envie de l’embêter sérieusement, il savait faire preuve d’intelligence et aussi d’une forme de morale, la sienne. Une morale particulière mais qui semblait tout de même préconiser de ne pas profiter d’une jeune directrice impétueuse qui n’était pas au top de sa forme.
Oui sans doute la surprenait-il par son geste. Mais malgré tout ce qui se disait, même si sa façon de réfléchir devait lui échapper pour l’heure, eh bien il faisait ce qu’il voulait… et là il voulait juste qu’elle récupère ses forces. Bizarre ? Stupide ? Peut-être, peut-être pas…

Il n’avait rien répondu quand elle avait affirmé que son caractère n’était pas meilleur que le sien et il avait souri, la retrouvant parfaitement dans cette répartie rapide et incontestable. Oui c’était tout à fait elle. Malgré tout, ces affrontements, provocations lui avaient un peu manqué il devait bien l’avouer. On en oubliait pendant un temps que la vie était si dure et imprévisible.
Mais c’était vrai également que ça avait changé. Avant, ils n’étaient que des enfants, ils n’avaient pas encore vécu, ils n’étaient pas assez âgés pour comprendre qu’aux yeux des autres leur « jeu » pouvait passer pour l’expression d’un sentiment, d’une promesse. Ils étaient trop jeunes pour y penser et le ressentir de toute façon.
Et puis… ils se tapaient mutuellement sur le système. Leur en parler à l’époque aurait donné une grimace et un grognement de dégoût de l’un comme de l’autre.

Il plissa les yeux en repensant aux mots qui avaient résonné dans son crâne et qu’il avait encore l’impression d’entendre. Il connaissait quelques trucs sur la magie et savait qu’en général les mages avaient besoin de runes mais elle était tellement douée par nature qu’il n’y avait plus songé l’espace d’un instant quand il les avait entendu.
Pour lui, étant donné que c’était sa voix, c’était clair que c’était elle qui les avait lancés intentionnellement ou pas… il pensait que c’était fait exprès parce que c’étaient des mots particuliers et pas forcément très gentils non plus. Comment bien les prendre donc ?

Mais elle affirmait ne pas avoir utilisé la magie… ce qui lui semblait bien surprenant. Ne savait-elle donc plus ce qu’elle faisait ou était-elle déjà trop à l’ouest pour s’en rendre compte ? ou mieux… ne lui mentait-elle pas rien que pour se moquer de lui ? Elle l’avait bien fait par le passé… se moquer. Pourquoi ne continuerait-elle pas ?
Il baissa par contre les yeux, faisant craquer sa nuque tant il fit un brusque mouvement de tête en l’entendant dire que ça lui avait manqué… les affrontements. Elle se moquait certainement de lui… quoique même si elle avait le regard vitreux son ton de voix n’était pas moqueur. Il sourit bien malgré en haussant les épaules malgré qu’il la portât toujours.

- Et moi ça fait bien longtemps qu’on ne m’a pas expliqué par A + B pourquoi TELLE ou TELLE règle existe et est importante et doit être respectée.


Lui aussi avait pris un ton de voix taquin, comme souvent lorsqu’il parlait. C’est vrai qu’elle avait cette fâcheuse manie avec lui. Alors même qu’au bout d’un moment elle aurait dû se lasser, elle continuait toujours. Il secoua la tête pour chasser ce souvenir.

- Oh mais un placard à notre âge peut être très intéressant, surtout si on y est pas enfermé seul.

Nouvelle taquinerie mais bien plus sérieuse cette fois à l’évocation du placard. Ainsi elle se souvenait de ce qui s’était passé avant la scène dans le lac. Il en était surpris dans un sens et heureux aussi, étrangement heureux. Comme si savoir que quelqu’un là bas dans son village ne l’avait pas si vite oublié lui redonnait un peu les années d’innocence qu’il avait pu perdre. Sa mine se fit d’ailleurs plus sérieuse alors qu’il prenait un air beaucoup plus sage, calme et… désolé. D’ailleurs les quelques mots qu’il prononça valait le détour.

- Hem… je n’avais pas prévu de… t’y enfermer aussi longtemps. Je dis pas que tu le méritais pas après ton blabla de trois quarts d’heure. Mais c’était pas voulu… alors désolé pour ça.


Mieux valait profiter qu’elle soit à semi-inconsciente pour le dire, surtout que là il ne la regardait pas du tout, non pas trop occupé à observer où il posait les pieds mais parce que maintenant na il avait bonne conscience, il fallait pas non plus exagérer. Eh oui… devenir un homme, un guerrier n’avait pas forcément eu que des aspects négatifs chez lui, même si ça pouvait passer pour un jeu de manipulation.

- Bref !!!... Mais nan t’es pas si petite t’inquiète… c’est même très bien… enfin ce serait encore mieux si tu mettais des vrais décolletés mais c’est déjà ça, je vais pas me plaindre. Et on a jamais fait la même taille l’intello, ta mémoire te joue des tours, ça devait être un autre sale gosse turbulent… Mais si tu veux je te fabriquerai un escabeau !


Il avait tout de même rapidement ajouté ces paroles comme s’il voulait lui faire oublier les précédentes prononcées. Celles-ci étaient un peu moqueuses, un brin perverses et très certainement intéressées mais pas amères ou cruelles tout de même. Soit il faisait des efforts soit user de mots méchants n’était pas dans son usage du jeu de la provocation.

Alors qu’elle exigeait qu’il la pose par terre il lui sourit, l’ignora et lui tira à nouveau la langue pour dire clairement que s’il l’avait entendue, il ne comptait pas lui obéir, du moins pas tout de suite.
Et en effet, il entra dans le château qu’elle avait restauré, poussant sans mal une des portes en appuyant de son dos contre celle-ci après s’être retourné. Une fois ceci fait il reposa la jeune femme et pas avant.

Oui bien sûr il savait qu’ils étaient bien assez loin du lac mais c’était pour montrer que malgré tout elle ne devrait pas s’attendre à une totale obéissance de sa part même s’il avait secrètement l’intention d’accepter les ordres qui n’allaient pas contre sa vision des choses et ses idées.
Tant mieux, ce serait une surprise de plus pour la blonde mage. Mais même s’il plia les genoux pour la faire redescendre lentement, profitant c’est vrai de l’avoir contre lui, il ne s’éloigna pas beaucoup, prêt à la soutenir s’il la voyait défaillir.

- Nous voici arrivés… Tu devrais ptêt manger quelque chose… tu as le teint… vert.

En entrant il avait avancé un peu au hasard alors qu'elle lui répétait de la poser, sans doute en train de reprendre contenance et trop fière pour accepter son "aide" et ce contact plus longtemps.
Pourtant il pensait avec amusement que bien des femmes se seraient sérieusement chamaillées entre elles pour être à sa place. Et Maud n'aurait certainement pas été très gentille avec la directrice. Néanmoins en avançant ainsi avant de la reposer il s'était retrouvé devant une nouvelle haute porte close et il ne chercha pas à l'ouvrir cette fois, l'indiquant d'un mouvement du menton.

- C'est quoi cette pièce ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Dim 20 Mai - 20:35

On ne pouvait pas rendre une Cassidy plus surprise que cela. Et pourtant, on lui avait bien dit, en tout cas les Cheistams. Ils l'avaient mis en garde que c'était un véritable démon, demandant la plus grande précaution, parlant même de chaînes, de choses pour l'immobiliser. Certes Cassidy avait pensé aux cachots en cas de danger mais pour l'instant, Tristan se montrait courtois, provocant comme à son habitude mais rien de bien méchant. Et puis jusqu'à présent il n'avait vraiment pas abusé d'elle. Alors, peut être que Cassidy était bien trop naïve mais elle relâcha grandement sa méfiance. Après tout, même si c'était toujours un sale gosse pour elle, prêt à la faire tourner en bourrique, la jeune femme se sentait un peu plus décontractée pour l'instant. Peut être une grossière erreur ? La suite des évènements le dira.

Pour le moment, c'était deux jeunes qui rattrapaient le temps perdu, d'une manière bien à eux, comme si ils ne s'étaient quitter que très peu de temps. Bon on ne peut pas ignorer la taille et la carrure de Tristan et la magie supplémentaire de Cassidy, c'était évident. Mais dans leurs paroles, les deux camarades d'enfance n'avaient pas vraiment changé sauf sur certains points.

Alors qu'elle était dans les bras de Tristan, Cassidy réfléchissait à cette histoire de magie qu'elle aurait utilisé. Non ça ne pouvait pas être elle. Alors peut être qu'il s'agissait de cet effet incontrôlable dont lui avait parler son maître ? C'était une éventualité. Mais la soumettre à Tristan lui donnerait une arme justement pour se retourner contre elle. La jeune femme frissonna et n'osa pas imaginer ce qu'il était capable de faire avec cette révélation en tête. Non, il valait mieux qu'elle n'en parle pas pour l'instant.

*Il va falloir sérieusement que je pense à maîtriser ça. Par n'importe quel moyen. Quand j'avais 10 ans il n'y avait pas de conséquences mais là c'est une toute autre histoire... Je peux même blesser sans le vouloir les autres ou moi même...*

Elle déglutit un instant et pendant un moment, de l'inquiétude passa sur son visage. Oui, il fallait faire quelque chose. Pourtant, elle n'en parla pas au Drakkari.

Puis, il sortit une phrase qui rappela bien des souvenirs à Cassidy. Dans un sens, il n'avait pas oublié sa façon d'agir, de faire, de parler. Cela la rassurait. Bon en même temps, c'était le seul qu'elle harcelait à longueur de journée et c'est vrai qu'elle ne s'était jamais lassé de lui expliquer, en boucle, telle un enregistrement, toutes les subtilités des lois et des règles. Mais son sourire était taquin.

La jeune femme poussa encore plus loin les choses.

"En parlant de ça, il faudra que je vous explique les règles de l'académie. Et oui Messire Tristan, vous n'y couperez pas !"

Pourtant, elle savait très bien que le Drakkari n'écouterait que d'une oreille distraite comme il le faisait d'habitude, exprimant son profond ennui par un bâillement bien placé tout en levant les yeux au ciel dans l'espoir que cela s'arrête. Et pourtant, on ne pouvait pas changer Cassidy comme on ne pouvait pas changer Tristan.

Il repensa au placard avec une phrase qui avait vraiment un autre aspect. Mais Cassidy ne pensait pas pareil que lui, ne pensant pas à ce que Tristan avait dans la tête.

"C'est sûr qu'avec une horde de balais et des serpillères, l'effet n'est pas le même. Mais ça peut tenir compagnie oui..."

Somnolent à moitié, la jeune femme n'avait pas trop entendu ce que racontait le jeune homme au sujet de son excuse. Il parlait de son enfermement et s'excusa. Elle qui avait les yeux fermés à l'instant les rouvrit d'un coup, se demandant si elle avait bien entendu, clignant des yeux. Elle le regarda tout en pensant à voix haute d'où l'utilisation du tutoiement.

"Oulà ! Toi en train de t'excuser. C'est vraiment rare."

Disait-il la vérité ou était-ce seulement pour mieux se moquer d'elle ? Après tout il l'avait bien fait tourner en rond quand elle était jeune et jamais il ne s'était excusé une seule fois pour son comportement. Donc il était normal qu'elle trouve cela étrange. Mais dans le doute, et peut être était-ce à cause de son état qui la faisait divaguer un peu, la jeune femme regarda de nouveau le beau Drakkari.

"Je m'excuse aussi pour t'avoir pousser dans la flaque... C'était pas correct non plus de ma part..."

Que c'était beau, que c'était touchant. Mais on pouvait mettre ça sur l'état de Cassidy qui était toujours un peu faible, bien qu'au fur et à mesure de sa marche, elle reprenait des couleurs et était un peu plus consciente. Suffisamment pour entendre les paroles suivantes.

*Eeeeeeeeeeeeeyh ! Nan mais sérieux ! C'est quoi ces paroles teintées de perversité ?*

La jeune femme grogna en lui donnant une petite tape sur la joue.

"Ah non vous n'allez pas recommencer ! Et puis dans vos rêves les décolletés. Je déteste mettre en avant ces... formes ! Voilà ! Parce que les hommes comme vous regardent que cela en premier !"

Elle s'agita sur lui faisant des mouvements avec ses pieds pour montrer son mécontentement. C'était vrai, elle détestait mettre en avant sa poitrine car cela la gênait énormément. Toujours la même histoire avec ces boules de testostérones sur pattes. On aurait dit que cette simple provocation lui avait redonner un peu d'énergie en plus de Tristan qui la tenait dans ses bras car elle se débattait bien quand même.

"Et puis merci pour l'escabeau mais je préfère en faire du bois pour cet hiver. Par contre, vous pourrez bien me faire le plaisir de vous accroupir un peu ou bien je trouverais bien une solution. Vous n'avez pas changé, toujours cette provocation qui m'agresse les oreilles."

Ah oui, la jeune femme le savait, il fallait s'y attendre avec Tristan. Et alors qu'elle lui demandait de la reposer au sol, le jeune homme ne daigna même pas obéir. Cassidy fronça les sourcils, il n'avait pas compris ou quoi ? Elle voulait descendre et tout de suite ! Faisant quelques mouvements pour essayer de se faufiler telle une anguille à travers ses bras. Et pourtant Tristan la tenait fermement, même que Cassidy avait une drôle d'impression qu'il était protecteur avec elle. Et même si elle voulait l'ignorer, la jeune femme se sentait bien dans ses bras. Pourtant sa fierté lui interdisait de profiter de ce type d'action. Pour un peu Tristan pouvait croire qu'elle en redemandait. Et elle n'était pas handicapée à ce point quand même.

*Je dois sûrement me faire des idées. Lui protecteur ! Bouarf ! Pour mieux jouer oui... Enfin encore il aurait pu me laisser dans mon état actuel et essayer de trouver une sortie, avec tout le château à sa disposition il aurait bien fini par trouver. Aaaah je comprends plus rien !*

Enfin, il la fit descendre quand ils atteignirent l'intérieur du château, se baissant lentement pour que la jeune femme n'ait pas de brusque sensation. En reposant les pieds par terre, la jeune femme eut le réflexe de lui tenir la main pendant quelques secondes comme si elle cherchait un appui. Cassidy le regarda, essayant de feindre l'indifférence pour expliquer son geste en haussant les épaules et s'écartant d'un pas de lui.

"Désolé réflexe, j'ai cru que c'était la rambarde de l'escalier pour m'appuyer" marmonna-t-elle très rapidement pour expliquer ce geste non volontaire.

Puis la jeune femme s'éclaircit la gorge en écoutant le jeune homme lui donner la couleur de son teint.

"Est ce que j'ai l'air de ressembler à un orc ? Non ? Oui ? Non ! C'est pas très délicat ça comme expression Messire"

Elle le disait toujours avec sa fierté naturelle. Ah non elle ne pouvait pas être verte, la magie ne produisait pas un tel effet. Dignement, elle avança un peu dans sa propriété alors que Tristan posait une question sur une porte.

"Ah ça, c'est l'endroit pour se remplir l'estomac convenablement !" dit-elle avec une expression réjouie.

Cassidy avança devant la porte et tourna la poignée.

"D'ailleurs c'est l'heure de manger il me semble, les plats doivent être prêts"

En effet, la poignée tournée, la jeune mage dévoila une pièce rectangulaire où des tables s'alignaient. Les fenêtres pointaient vers le lac, le soleil était encore présent dans la pièce. Un peu plus loin, une autre porte qui menait au prétendu débarras.

"A taaaaaable !" annonça Cassidy d'une voix enthousiaste. Dès qu'il s'agissait de manger, la jeune femme perdait toute notion de sérieux, se précipitant déjà vers une table pour 4 personnes où deux couverts étaient disposés.

Sans plus se soucier de son hôte, la jeune femme commença à remplir son assiette de légumes, d'une viande de boeuf tout en se servant d'un peu d'eau.

*Aaah ça m'a l'air super bon... Hum... J'ai pas oublié un truc moi ?*

Cassidy se rappela soudain que Tristan se trouvait derrière elle puis eut un sourire gêné.

*Youuuuuuuups !*

Elle se releva dignement, puis désigna la chaise en face d'elle.

"Si Messire veut bien prendre place, son repas est servi" annonça-t-elle un peu pompeuse mais d'un air taquin.

Et pourtant, l'estomac de Cassidy criait famine à ce moment là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Lun 21 Mai - 12:29

Tristan n’avait effectivement aucun mal à la porter. Et même si ça avait été le cas, il ne l’aurait certainement pas montré. Non qu’il n’ait pas l’intention de se moquer du poids de la jeune femme mais seulement sa fierté d’homme était en jeu là quand même ! Et puis commencer à faire des blagues douteuses comme quoi elle était lourde alors même que ce n’était pas vrai du tout, c’était très… bas et limite et vraiment mauvais. Ah non, il faisait quand même davantage dans la subtilité. Ou alors quand il sortait des paroles aberrantes et lourdes de sens, ce n’était pas pour faire si… léger.

Il pensait toujours à ce qu’elle avait dit à propos de son tour. Soi-disant elle ne l’aurait pas utilisée… sa magie. Pourtant c’était bien sa voix qu’il avait eu l’impression d’entendre dans sa tête. Ou peut-être était-il juste fatigué. Oui à tous les coups elle avait simplement parlé à voix haute et il ne s’en était pas aperçu parce que… eh bien parce qu’il était encore super choqué par la nouvelle voilà ! Non ce n’était pas de sa faute ! Apparemment elle avait compris depuis un moment déjà, elle aurait tout de même pu le mettre au courant !

Mais bon, il le reconnaissait bien là. Même s’il avait eu de légers soupçons à un moment, bien des idées l’avaient arrêté pour qu’il se rassure et ne pense pas que son passé ressurgissait réellement. Elle était très futée. C’était bien son genre de comprendre si vite avec de si petites allusions alors même qu’ils avaient tant grandi et changé.
Il sourit en se remémorant à quel point elle pouvait être obstinée.
N’avait-elle pas essayé à maintes reprises de lui faire comprendre ces règles qu’il trouvait absurdes et de les lui faire respecter.

Certes à l’époque, elle l’avait plus d’une fois plus qu’énervé et il avait répliqué en faisant des bêtises ou en s’opposant d’autant plus à ces règles rien que pour la faire rager. Avec le recul ils se disaient que tous les deux n’étaient que deux gamins très différents, que tout opposaient et qui avaient juste une manière bien à eux de s’amuser. Enfin non, clairement elle ne s’amusait pas… il la faisait tourner en bourrique. Mais la taquiner lui avait manqué au début de son périple. Ne plus avoir quelqu’un à énerver, ne plus voir ce teint pâle virer au rouge sous l’effet de la colère. Souvenirs, souvenirs…

Alors à sa grande surprise, elle se mit à en parler des règles. Lui signifiant qu’il y en avait bel et bien dans ce lieu et qu’il allait bien devoir les respecter. Il baissa les yeux sur elle et se mit à rire, sincèrement amusé. Soit elle était bien naïve, soit elle avait bien progressé, et aussi pris du pouvoir pour penser pouvoir lui imposer ses lois. Surtout qu’elle était quand même un peu en position de faiblesse là. Etait-ce bien raisonnable de le provoquer dans ces conditions.

- Tsss ! Tu devrais savoir que je n’obéis qu’aux lois qui me plaisent… et si elles ne me conviennent pas, je ne les respecterai qu’à ma façon… je t’ai dis que j’allais te mener la vie dure princesse, ce n’est pas pour rien.

Il venait de sortir ce surnom. Un vieux vieux surnom dont il avait très peu usé.
A l’époque, le sortir pouvait presque passer comme un petit compliment après tout et il préférait l’agacer directement avec ses « l’intello » et « miss je sais tout ». A présent, le jeune homme avait grandi, il était tout de même plus subtil et puis… pourquoi ne pas la draguer un peu gentiment ? Après tout avant d’apprendre qui elle était il s’était décidé à la séduire non ?

Est-ce que ça avait vraiment changé ? Bon bien sûr apprendre son identité faisait qu’elle ne lui semblait plus du tout pareille mais après tout pourquoi pas. Elle était un bien plus grand défi. Il avait donc ponctué son discours d’un sourire charmant alors qu’il la portait toujours.

Tristan ne releva pas pour son expression sur les serpillères et balais se contentant d’hausser un sourcil sceptique. C’était une réplique comme une autre qui avait l’effet de le couper totalement dans son élan et donc il était bien forcé d’admettre que c’était bien joué, enfin pas à haute voix, mais déjà pour lui-même. Seulement à sa grande surprise elle avait eu l’air terriblement sérieuse en répondant ainsi et s’il y avait une chose dont il se rappelait d’elle c’est qu’elle ne jouait pas très bien la comédie étant bien trop honnête pour ça.
Quoi elle n’avait pas capté son message ? C’était tout de même gros là, difficile de ne pas le comprendre. Qu’elle l’ignore ainsi était en fait très agaçant… Mais faisait-elle vraiment exprès ? Il resta silencieux, pensif.

Par contre comme elle avait évoqué le placard, il en profita pour présenter ses excuses. N’était-ce pas galant de sa part ? Et puis surtout surprenant ? Même s’il avait parlé vite ne faisait-il pas preuve de maturité, d’évolution et d’un sourire au combien craquant ? Mais ce n’était pas qu’un jeu. Pas pour ça en tous les cas. Elle répliqua que justement c’était surprenant et il lui tira nonchalamment la langue comme un peu plus tôt. Par contre il se hérissa aussitôt qu’elle présenta les siennes, grimaçant comme si elle l’avait blessé dans son orgueil, soudain beaucoup moins souriant.

- M’en fiche de tes excuses… c’était qu’une flaque, pas de quoi dramatiser.

Non mais oh ! Pourquoi elle lui rappelait ce fichu moment hein ?! Elle voulait réveiller sa colère et son envie de revanche ou quoi ?! Parce qu’elle allait y avoir droit, pas d’inquiétude ! Il avait juste besoin de reprendre des forces avant ça !!!!
D’ailleurs sa réplique plus salée et montre d’une certaine perversité de sa part ne passa pas aussi bien aux yeux de la jeune femme qui le regarda presque avec dégoût tout à coup. D’ailleurs ses paroles le surprirent un peu mais le firent surtout grimacer.

Qu’est ce qu’elle raconte encore ?! Comment ça c’est ce qu’on regarde en premier ? Ben oui, bien sûr ! Enfin perso c’est pas toujours vrai mais si elle a envie de le croire elle fait ce qu’elle… attends donc princesse… ça te met à ce point mal à l’aise alors ? Intéressant… on dirait que je vais avoir largement de quoi te rendre folle…

Il ignora ses paroles donc, n’y répondant pas bien que mentalement il y réfléchissait déjà des idées plus ou moins excentriques et irréalisables. Il allait falloir faire plus simple et possible surtout. Comme elle refusait son escabeau il continua à marcher rien que pour lui montrer qu’il ne suffisait pas d’ordonner avec lui pour qu’il obéisse bien sagement. Non mais oh, elle croyait quoi ?! Lui pas gentil, lui rebelle ! Fallait le lui dire en quelle langue ?

Par contre quand enfin il accéda à sa demande, un peu plus loin et la fit descendre, elle lui prit la main et il fronça les sourcils. Surtout que pour s’excuser elle venait de sortir une des excuses les plus pourries qu’il ait jamais entendu. La rambarde ? D’aaacccooorrddd. Il haussa les épaules comme s’il s’en fichait mais marmonna tout de même avec un sourire peu rassurant.

- Les rambardes sont sexy dans le coin alors… Et nan tu ressembles pas à un orc. Plutôt à un truc vert et mou qui porterait une perruque blonde.

Bah quoi ?! Elle le cherchait il n’allait pas faire une moue désolée et s’empêtrer dans de ridicules excuses baffouillantes ! Elle le prenait pour quoi à la fin ? Un courtisan ? Il n’en était pas un alors qu’elle s’y fasse au plus tôt parce que ça n’irait pas en s’améliorant… même si sa voix laissait clairement entendre son ironie ou sa moquerie à chaque fois, preuve qu’il ne parlait pas sérieusement… ou presque.

Par contre qu’elle lui annonce que la porte qu’il désignait était le réfectoire lui fit hausser un sourcil. Elle avait déjà prévu et organisé celui-ci ? Les travaux devaient être bien plus avancés qu’il ne le pensait alors. Elle allait certainement bientôt voir apparaître ses premiers élèves. Il grimaça aussitôt. Cela ne le rassurait pas des masses. Quoique… il pourrait toujours traumatiser ses protégés pour lui pourrir la vie… Là elle serait certainement très réceptive !!!!
Seulement, elle le planta là après avoir ouvert les portes et il l’observa s’éloigner avec curiosité.

Pour sa part le jeune homme admirait la salle. Elle était tout de même sacrément grande et le plafond montait très haut. Tout à fait le style des vieux châteaux d’antan.
Il aimait bien cette architecture tout de même. Malgré sa taille, il devait renverser la tête en arrière, se faisant mal au cou mais peu importait, il savait admirer un beau spectacle quand il y en avait un sous ou au-dessus de ses yeux et ce même s’il n’était pas composé de jolies filles.

Par contre Cassidy était tout simplement partie en l’abandonnant et sembla se rappeler peu après de sa présence, venant le chercher. Ah oui effectivement ce n’était pas très poli mais il n’y avait pas fait plus que cela attention. Elle était bien différente de ses anciens bourreaux alors forcément ce genre de petite bourde innocente, ce n’était rien du tout. Cette fois il lui obéit et vint s’asseoir tranquillement en face d’elle l’observant par-dessus la table. Ses yeux brillaient. Elle devait avoir faim et être particulièrement attentive à la nourriture devant elle. Il rit mais peu fort se servant plusieurs verres d’eau, apparemment assoiffé.

Il se servit d’ailleurs juste après mais sans précipitation. Inutile de lui donner cette victoire. Apparemment il aimait beaucoup la viande vu qu’elle avait la primeur dans son assiette comparée aux légumes tout de même peu présents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Lun 21 Mai - 14:06

La jeune femme était pensive. Il était super bizarre Tristan quand même. Alors qu'il s'était conduit plutôt gentiment jusqu'à présent, voilà qu'il reprenait ses allures d'antan. Qu'est-ce qu'il cachait ? Cassidy ne comprenait pas son attitude après tout. Elle n'était pas spécialement bien, il aurait très bien pu s'en servir pour partir d'ici et pourtant il restait. Alors la jeune directrice réfléchit à ce qui pouvait le pousser à rester. Tristan avait toujours été fier et aimait impressionner la galerie d'une certaine façon. Il n'allait sûrement pas partir comme un voleur. Non si il le faisait, c'était en narguant la jeune femme, lui prouver qu'elle avait perdu.

Et pourtant, lorsqu'il était parti de leur ville quand ils étaient petits, c'est pourtant elle qui avait eu le dernier mot. Il s'était enfui comme un voleur sans rien dire à personne, sans même un au revoir ou donner les raisons de son départ. Après tout, il devait vraiment détesté Cassidy. Enfin, c'est un peu normal, elle se moque de lui, ils se cherchent, se provoquent. Pendant un instant, Cassidy voulait lui reparler de son départ mais elle savait que cela ne ferait qu'attiser sa colère. Mais elle voulait tellement savoir pourquoi il était parti même si elle se doutait que le comportement des enfants de l'époque y était pour quelque chose.

Il parla justement de ces règles qu'il ne comptait pas respecter. Et pourtant à ce moment là, une lueur de défi traversa les yeux de Cassidy. C'est comme si il lui disait qu'il était mal parti pour décider. Mais ce qui l'étonna, ce fut le surnom qu'il lui donna qui était quand même différent de ses surnoms habituels. On utilisait généralement princesse avec affection ou encore pour désigner une personne qui a un certain pouvoir. La jeune femme marmonna quelques mots dans sa barbe ou plutôt, dans ses cheveux.

"Princesse ? Moi ?"

*A quoi il joue ? Ca contraste trop avec le reste de ses paroles*

Oui, les enfants avaient bien grandis et alors que Tristan cherchait les contacts féminins, Cassidy s'éloignait des contacts des hommes. Et pourtant, à l'intérieur d'elle, elle avait ressenti quelques émotions sur le Drakkari. Ephémères mais bien présentes. Oui, elle aurait pu craquer mais maintenant qu'elle savait exactement à qui elle avait affaire, il serait plus difficile pour Tristan pour la draguer. Et en ce qui concerne la faire tourner en bourrique, c'était pas gagner non plus. La jeune mage était dans son domaine, avait l'avantage du terrain et pouvait utiliser ses sorts. D'une manière ou d'une autre, elle pouvait le ridiculiser à n'importe quel moment.

*Je devrais même l'enfermer dans les cachots pour qu'il comprenne ce que ça fait... Enfin... peut être pas au final, je pense que ce n'est pas trop correct*

Il allait lui mener la vie dure mais elle l'attendait de pied ferme. Hors de question que la jeune femme se fasse avoir. Elle pouvait toujours faire planer la menace de le renvoyer chez les Cheistams mais rien que pour l'embêter, il aurait sûrement dit que cela lui était égal. C'est du moins comme cela qu'elle voyait les choses.

Alors que la jeune femme repris ses pensées, elle se rappela que Tristan s'était excusé, pour le placard. C'était tout à fait inattendu de sa part. Comment pouvait-elle le prendre ? Bref, elle se soucierait de ce détail plus tard alors qu'il se ferma lorsqu'elle s'était aussi excusée. Visiblement cela ne lui plaisait pas de fouiller dans le passé, même si lui ne se gênait pas non plus.

*Tu t'en fiches tu t'en fiches, c'est pour ça que t'es parti comme un voleur ?*

Elle s'abstint cependant de tout commentaire haussant lentement les épaules, ne cherchant pas à détailler plus ce passage.

Lorsque Cassidy lui attrapa la main, et c'était vrai, involontairement, Tristan n'était pas dupe sur son excuse de la rambarde et cela le rendit plutôt moqueur, allant même jusqu'à critiquer son teint. La jeune femme pivota sur elle même, s'approcha à grands pas de Tristan, et malgré sa petite taille, Cassidy lui lança un regard strict et sévère sans ciller une seule fois.

"Ne vous méprenez pas sur mes intentions. Je ne compte pas faire une approche sur votre petite personne oh combien méchante. A l'avenir, vous garderez vos distances avec moi. Par sécurité pour vous. Encore une seule remarque sur mon teint, mon physique, et je vous transformerais en porcinet rouge vif pour l'exemple"

Le ton était menaçant, elle n'allait quand même pas se laisser critiquer et moquer ainsi sans rien dire. La jeune femme décala une de ses mèches de cheveux vers l'arrière.

"Moi qui pensais que vous aviez acquis certaines manières. Tant pis, je ferais preuve de moins d'indulgence"

Sur ce, elle se tourna vers la cuisine et le simple fait de penser au repas de midi lui fit oublier toute cette histoire, pour se consacrer uniquement sur son estomac qui criait famine. Et puis, comme elle avait dépensé sa magie, il fallait bien que la jeune mage récupère un coup ce qu'elle avait perdu.

Cette fois, Tristan obéit de bonne grâce et s'installa en face d'elle sans dire un mot. Il mit un peu de temps à servir et Cassidy observa rapidement le contenu de son assiette. Uniquement de la viande et très peu de légumes. Après tout, c'était un Drakkari, il fallait bien que les crocs servent à quelque chose.

La jeune femme commença à engloutir son assiette avec toute la dignité qu'elle pouvait avoir en essayant de bien se tenir. Cela lui faisait bizarre car habituellement, Cassidy était seule à la table bien que les lutines venaient lui tenir compagnie. Mais voir Tristan à cet endroit les intimidait. En plus c'était un Kaär donc les lutines se sentaient en danger et ne comprenait pas la tête de mule qu'était Cassidy à ne pas le balancer dans un cachot au pain sec et à l'eau.

Pourtant, la jeune femme n'était pas comme ça. Elle ne se souciait pas vraiment de son invité, occupée à déguster son plat pour reprendre des forces tout en pensant à l'après midi. Pendant un instant, elle avait songé à rendre la bague à Tristan pour le remercier de sa "galanterie" mais après ses dernières paroles, la directrice changea d'avis, attendant de le voir évoluer avant de lui remettre. Car les actions de Tristan allaient en sa défaveur. Et plus il se moquerait d'elle, plus elle le détesterait. C'était normal et logique.

Ils avaient tellement été habitué à se chamailler que la jeune femme ne pouvait plus faire le chemin dans l'autre sens. Tout en mâchonnant sa viande, elle décida quand même d'engager la conversation. Après tout, Tristan savait où il était, ce qu'était devenu Cassidy mais elle ne savait pas grand chose à vrai dire.

"Alors, qu'est-ce que vous avez fait depuis tout ce temps et ces longues années qui se sont écoulées ?"

Une simple et honnête curiosité pour faire la discussion à table sans arrière pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Lun 21 Mai - 17:35

Tristan s’était assombri.
Quand elle avait lâché sa phrase comme quoi elle ne tentait pas la moindre approche il avait réagi par un regard surpris et innocent. Il ne l’avait pas du tout accusé de tenter quoi que ce soit avec lui et quitte à se faire reprocher quelque chose il préférait que ce soit vrai. Elle aurait eu de vraies raisons de se plaindre si effectivement il lui avait lancé quelque chose du genre : « je sais que je te plais, tu ferais mieux de l’admettre tout de suite ça sera plus facile pour toi à supporter ».

Ah non ça n’allait pas là !
Certes il comptait le sortir prochainement mais pas tout de suite ! Il n’y avait aucun suspens là, rien pas l’ombre d’une petite amélioration possible. Passer tout de suite de la phrase un peu grognante gentiment aguicheuse à cette lourderie d’un coup ça n’avait aucun sens. De la subtilité que diable !!! De la subtilité. Non, il aurait dû se montrer plus calme, plus cordial, la surprenant à nouveau, lui faisant des gentils sourires et se montrant calme et lààà alors qu’elle serait par exemple tranquillement en train de lire un livre, il arriverait doucement derrière elle et lui maintiendrait les poignets en murmurant cette phrase.

Là oui, ça prendrait une tout autre dimension !!!
Elle avait tout gâché ! Ah ! Vraiment elle n’était pas drôle sur ce coup là.
C’est pour ça qu’il se contenta d’hausser les épaules à la suite de son agressive défense. Tout de suite sortir les griffes. Décidément elle n’avait pas du tout changé, c’était même pire ! Elle semblait encore plus sérieuse et coincée qu’avant, ça promettait.

Néanmoins il nota dans un coin de sa tête que tout ce qui semblait avoir un rapport proche ou lointain avec le physique la dérangeait. Mais peu importait si elle avait l’intention de se montrer véhémente il ne répondrait pas pour l’heure. Ce serait bien trop facile. Bien que la menace d’être changé en porcinet ne lui faisait ni chaud ni froid. Déjà elle n’avait certainement pas ce pouvoir sans son bâton, ensuite elle oubliait qu’elle n’était déjà pas assez en forme pour marcher toute seule alors jeter un sort c’était disproportionné… et enfin parce qu’il s’en fichait royalement.

Pourtant il décida de lui faire regretter ses paroles en ne lui faisant pas l’honneur de répondre à d’aussi piètres menaces et en ne se préoccupant plus d’elle tout simplement.
Indulgence ? Elle parlait sérieusement d’indulgence ? Eyh ! Pour l’heure l’indulgent c’était lui ! Avait-elle déjà oublié qu’elle était à sa merci seulement quelques minutes plus tôt ? qu’il s’était montré calme et relativement docile jusqu’ici ?

Eh bien elle avait une meilleure mémoire quand elle était enfant celle-là.
Il fronça les sourcils. Si elle le faisait vraiment devenir méchant elle le regretterait et pas qu’un peu. Mais là c’était trop tôt, même si ça le démangeait après de telles paroles. Qu’est-ce qu’elle croyait ?! Que parce qu’elle était une femme il ne la frapperait pas ? Que parce qu’elle était une femme il serait plus gentil ?

Alors qu’elle l’abandonnait lui fixait le plafond.
Il ignorait qui s’était chargé des services de rénovations mais ils avaient suivi les plans pour une voûte bien moins haute. Celle-ci avait besoin d’être consolidée, il le remarqua aussitôt. Le lourd toit en pierres se fissurerait en quelques mois si on n’y remédiait pas et les premières pierres feraient beaucoup de dégâts.

Et voilà, là encore il nota avec une pointe d’amusement et d’amertume qu’il avait appris beaucoup dans ses voyages…mais que la plupart de ses compagnons de route étaient trop bourrus et stupides pour discuter de ce genre de chose. Eux… leurs sujets de conversation étaient les femmes, la nourriture, la baston, l’alcool, leurs cicatrices, les femmes encore et avec un plaisir sadique l’évocation de leur prouesses au lit. Surtout si la femme en question se débattait.

Tristan serra les dents et secoua la tête se répétant de ne pas y penser pour l’heure. Eux ne lui manquaient décidément pas du tout. Il ne s’était pas coltiné des enfants de chœur mais certains étaient vraiment monstrueux de barbarisme et surtout d’ignorance. Lui-même abordaient régulièrement ces sujets bien sûr, surtout puisqu’autrement il ne pouvait pas vraiment discuter… Mais il était observateur et curieux de nature.

On mettait en avant son plaisir des femmes, d’être avec elles ? Mais qu’y avait-il de mal à chercher quelqu’un avec qui discuter d’autre chose que de pillages, de massacres et de viols ? Il aimait rêver. Il aimait parler de ses découvertes quand il comprenait un mécanisme dont on ne lui avait pourtant rien dit et qu’il observait longuement, avec acharnement pour en comprendre le sens et le fonctionnement.

Parce qu’il était un guerrier il n’en avait pas le droit ? Il eut une grimace d’autant plus amère en repensant à ses conquêtes. La plupart le prenaient pour un original. Alors même qu’elles attendaient un guerrier aussi bourru que ses camarades malgré son beau visage, il se perdait en descriptions d’un lieu, d’un bâtiment. Il serra les dents. Certaines l’interrompaient aussitôt, nullement intéressées par ses discours, par des baisers ou en glissant leur main sous sa tunique. D’autres plus romantiques se mettaient pourtant à rire de son innocence.

C’était il y a bien longtemps déjà… j’ai l’impression que dix ans se sont écoulés… alors que ça n’en fait que la moitié tout juste que je suis chez les Kaärs


Oui après il avait arrêté de tenter de communiquer.
Tristan avait compris que dans le monde dans lequel il vivait, après ce qui s’était passé… rêver ne lui était plus permis et qu’il devrait être ce guerrier qu’il voulait devenir par égoïsme… même si pour cela il se perdait au passage.

pas par égoïsme… par… nécessité.

Il détourna les yeux de la voûte. Ce n’était pas son affaire. Il s’en fichait !
Qu’elle s’écroule ! Sur tous ces gamins qui viendraient ici pour réaliser leurs rêves ! Ou mieux sur leur directrice obstinée et si avide de justice.

je m’en fiche, qu’ils crèvent tous !


C’est pourquoi son visage était fermé quand il s’assit devant Cassidy. Il l’observa une seconde très brève et toujours silencieux but et se servit. Oui c’est vrai il prenait bien plus de viande que de légumes. Mais ce n’était pas une histoire d’espèce. Tristan avait toujours eu beaucoup de mal, enfant, avec les légumes. Ca n’avait pas changé.
En fait c’était un hommage en quelque sorte. Ca ne changerait pas avant que tout soit terminé. Alors ça ne changerait probablement jamais.

Alors qu’il était bien décidé à passer un repas silencieux pas le moins du monde gêné à cette perspective, plongé dans ses pensées plus sombres les unes que les autres, elle lui adressa la parole.
Il était si peu réceptif à cet instant que même s’il entendit et comprit ses mots il crut qu’elle ne s’adressait pas à lui.
Le jeune homme fixait d’ailleurs un morceau de steak sur sa fourchette.
Son estomac supporterait-il de remanger correctement ? Difficile à dire. Il passa par réflexe sa main droite sur son ventre vu qu’il ne tenait pas son couteau.

Il avait pris tellement de coups là que ses abdominaux aussi importants, forgés qu’ils soient ne l’avaient pas protégé. Il se remémora sans mal le goût du sang, l’incapacité à avaler quoi que ce soit tellement ça faisait mal et que le simple fait de boire lui brûlait les entrailles comme s’il avait avalé de l’huile bouillante. Il valait mieux y aller à petites doses même s’il remangeait à peu près normalement depuis quelques jours déjà. Après tout, les Cheistams ne voulaient sans doute pas qu’on sache comment les prisonniers étaient traités chez eux : ô grands adeptes de la justice !

Finalement il releva les yeux vers la jeune directrice, enregistrant ce qu’elle venait de dire, qu’elle s’adressait bien à lui et son poing se serra si fort que le métal de la fourchette semblât crier sous la pression alors qu’il la tordait… en toute inconscience.
Tristan la relâcha comme s’il s’en rendait compte à l’instant seulement, fronçant les sourcils en plissant ses yeux orangés, comme surpris des réactions de son propre corps. Elle tinta en heurtant son assiette.

Le regard qu’il retourna vers la jeune femme était sombre. Elle avait même critiqué son surnom. Et même s’il ne s’en était pas formalisé quand elle l’avait fait, maintenant ça le mettait en colère. Oui pourquoi être gentil hein ?! Voilà ce que ça donnait… Pourquoi être poli puisque ça ne servait à rien au final ? Pourquoi s’intéresser à quoi que ce soit alors qu’en face les gens s’en moquaient tous. Les apparences oui bien sûr que ça comptait… c’était tout ce qui comptait dans ce fichu monde, il le savait parfaitement.

Alors même qu’il semblait très calme malgré son regard sombre depuis qu’il avait décidé de ne plus lui répondre, il se releva vivement en la foudroyant du regard. Un rictus mauvais se dessina sur ses lèvres. Il fallait juste leur donner ce qu’ils attendaient tous. Le guerrier, le tueur, le sale gosse qui ne parviendrait jamais à rien. Les mains à plat sur la table il ricana. Son ton de voix pourtant n’avait absolument rien de calme en fait, il semblait hors de lui, parlant de plus en plus fort à chaque nouvelles paroles.

- Qu’est ce que j’ai fait ? Qu’est ce que j’ai fait ?!!! Tu devrais bien le savoir pourtant ! Comme tout le monde ! Après tout, j’ai tué ma mère, je me suis enfui, j’ai trouvé un homme assez fou pour entraîner un tueur, un gars assez timbré et irresponsable pour savoir qu’il forgerait un assassin, je me suis entraîné, me tapant toutes les filles possibles et imaginables et j’en ai violé assez pour finir par en perdre le décompte, ah leurs cris, leurs supplications, douce musique à nos oreilles, j’ai tué, massacré, à mains nues ou armées, les forts chevaliers comme les faibles vieillards cherchant désespérément à défendre leurs petits-enfants terrorisés, des hommes, des femmes, des enfants et même des bébés, ah… les plus amusants, à balancer tailladés à nos chiens affamés qui leur arrachaient les bras et les jambes avant de les dévorer encore vivants.

A bout de souffle comme s’il avait couru le marathon, il abaissa la tête, son air diabolique disparaissant un court instant avant qu’il ne relève les yeux vers elle avec ce même sourire mauvais.

- Qu’est ce que j’ai fait hein ?... Comme si quelqu’un se posait la question.

Et sur ce il se redressa et se dirigea rapidement vers la porte sans toucher davantage à son assiette et en se retenant à grand peine de faire voler à l’autre bout de la pièce la table à laquelle ils mangeaient peu de temps avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Lun 21 Mai - 18:49

Le jeune guerrier semblait silencieux et perdu dans ses pensées. C'est du moins ce que pensait Cassidy. Il était vrai qu'elle avait des réactions étranges mais cela, c'était lui qui les avait cherché. Alors peut être qu'effectivement il n'avait rien dit, rien fait pour l'instant mais juste les regards charmeurs du départ lui laissaient imaginer que le Drakkari cherchait la drague. Ce n'était pas sa faute après tout, qu'il ait un si beau visage, un sourire craquant. Alors oui il ne pouvait pas comprendre que Cassidy se mettait des limites mais avant de les mettre à lui, elle se les imposait à elle.

Et pourtant, dans son attitude, la jeune femme ne savait pas qu'elle blessait Tristan et l'assombrissait encore plus, sinon elle se serait arrêté. Ce n'était pas dans son intention. Il fallait comprendre qu'elle était encore perturbée par cette découverte, de retrouver son compagnon d'enfance qu'elle ne savait plus quelle attitude il fallait adopté avec lui. En effet la jeune femme n'avait jamais aimé la provocation, les moqueries, et si elle était maladroite physiquement, elle l'était tout aussi moralement.

Sans se rendre compte de rien, la jeune femme mangeait avec appétit, réfléchissant à plusieurs choses à la fois. Mais une chose lui trottait dans la tête, Cassidy voulait savoir ce qu'était devenu Tristan après toutes ces années. Pas en mal car elle connaissait ses crimes et la violence qu'il avait eu avec les autres. Non au contraire, elle voulait apprendre les choses positives qui lui étaient arrivés. La fameuse Maud ne devait pas être une marionnette à ses ordres. Et se sentir courtisé, admiré, grâce à son entraînement qu'il avait du enduré, devait le rendre fier. Et Cassidy voulait apprendre ce genre de choses. Pour ensuite partager son expérience à elle et lui apprendre peut être des choses. Il n'y avait vraiment aucun mal dans ses paroles.

Au début, Cassidy restait bêtement sa fourchette en l'air, le regard perplexe après avoir entendu l'étalage de ses crimes et de sa souffrance. Tout ce qu'il disait lui faisait énormément mal au coeur et pendant un bref instant, elle resta immobile, se demandant si elle avait bien entendu.

Et puis, le bruit de la fourchette résonna dans l'assiette alors que la chaise grinça rapidement montrant le déplacement de Cassidy. D'un pas déterminé, elle marcha vers le Drakkari complètement en rage, l'attrapa par le bras, le retourna face à elle. De la colère se lisait dans les yeux de la jeune femme mais pas ce qu'il croyait. Soudain, sans préavis, une main partit en direction du visage de Tristan qui reçut une grosse gifle résonnant dans la salle.

"Ca suffit !" lança-t-elle avec un ton autoritaire.

Oui il pouvait bien la frapper aussi à son tour, elle s'en fichait mais pas avant qu'il entende ce qu'elle avait à dire. Alors, malgré sa fatigue, sa magie perdue, la jeune femme traça encore une rune dans les airs tout en incantant un sort et en désignant Tristan du bout du doigt. Elle était folle pour utiliser la magie dans son état et pourtant. C'était comme si la rage qui était sorti en elle avait ranimé un peu de son pouvoir en l'espace d'un instant. Son visage était fermé, elle lança l'impact et désigna le mur près de la fenêtre.

D'un coup, les pieds de Tristan glissèrent sur le sol jusqu'à l'envoyer près du mur mais sans pour autant le faire s'écraser contre. La jeune femme était énervée mais pas au point de lui faire trop de mal. Elle considérait la gifle bien suffisante pour l'instant.

Enfin, elle s'approcha de lui, sa colère étant toujours perceptible sur son visage, et des gouttes de sueur perlaient sur son front. Mais rien qu'en voyant sa marche, on pouvait sentir que Cassidy avait un regain d'énergie, passager, certes, mais cela lui donnait la force de faire ce qu'elle devait faire.

"Je t'interdis de parler de cette manière de toi ! Oui tu as commis tes crimes, tu as fais des choses terribles, tuer des innocents. Ca je le sais ! Tu n'as pas du tout compris ma question. Je suis sûre que tu n'as pas fais que ça dans ta vie alors arrête de te cacher derrière des actes même si c'est monstrueux !"

Fière, haute, la jeune femme continuait de le fixer sans ciller. Il n'y avait plus aucun vouvoiement, Cassidy lui parlait en le tutoyant vu la gravité de la situation.

"Je sais comment tu étais alors ne me caches pas des choses. T'as jamais voulu que je te comprenne ! Et aujourd'hui je regrette aussi certains actes. Tu n'es pas le seul Tristan. Je n'ai pas été aussi horrible que toi mais j'ai fais des choses qui me donnent énormément de remords aujourd'hui"

Si le Drakkari savait que c'était pour lui que la jeune mage s'en voulait aujourd'hui. Si seulement il pouvait la comprendre aussi.

"Arrête de nier les choses. C'est clair, je vais pas te cacher que tu as fais des choses graves. Bien entendu je suis complètement furax et même ! Ce n'est pas ça que je voulais entendre de ta part ! Je suis sûre que tu as un bon fond en toi ! Oui tu peux me trouver stupide, folle, appelles moi comme tu le souhaites mais il y a certaines choses que tu ne peux pas cacher indéfiniment !"

Elle repensait notamment à son air si calme, si tranquille au lac. Son sourire taquin, son rire. Il était mauvais, c'était une évidence, mais Cassidy savait qu'il y avait quelque chose de bien en Tristan. Mais qu'il ne voulait pas montrer.

Alors Tristan pouvait voir des larmes sur le visage de Cassidy mais c'était des larmes de rage qui séchaient aussi rapidement qu'elles apparaissaient. Non effectivement ce n'était pas bien ce qu'il avait fait. Et d'avance elle maudissait ce père qu'il n'avait jamais eu et qui ne lui avait jamais été là pour lui. Oui elle savait que le Drakkari était bien seul.

"Je t'ai donné une gifle, tu vas me haïr pour ça. Mais elle était méritée pour tout ce que tu as fais. Ca aurait du être une vraie décharge que t'aurais du recevoir mais j'avais pas assez de force. Mais si tu veux je peux recommencer jusqu'à ce que tu comprennes. Je veux que tu te réveilles ! Que tu arrêtes de penser à tout ça. Alors si tu trouves que cette gifle est injustifiée à tes yeux, ne te gênes pas pour me frapper. Je n'ai pas peur de toi !"

Elle soupira un instant, le visage complètement rouge, les gouttes de sueur qui coulaient sur son visage fin et se mélangeaient avec ses larmes.

"Pourquoi t'as pas essayé de partir quand je me sentais pas bien ? T'aurais pu m'achever ! M'étrangler ? Comme tu l'as fais avec toutes tes victimes ? Alors qu'est ce qui t'en empêche ? Je suis pas en état et tu le sais très bien !"

Encore une provocation mais cela était suffisant. Cassidy voulait vraiment le faire réagir.

Et malgré la fatigue, la douleur, la jeune femme commença à lui donner des petits coups faibles avec ses poings sur le torse. Oui elle était épuisée, l'énergie lui manquait, mais pour l'instant, l'adrénaline faisait qu'elle pouvait se maintenir dans cet état.

*T'es toujours un enfant qui n'a pas grandi au fond de toi. Tu fais des bêtises et personne ne te dis rien ou te laisse agir*

Pourtant Cassidy savait parfaitement que la violence engendrait la violence et si elle devait convaincre Tristan ça serait en faisant preuve de beaucoup de patience même si elle n'arrivait pas à pardonner ses horribles actes.

"Y a des gens qui t'apprécient et croient en toi ! Alors tâche de pas l'oublier ! Et pour l'amour du ciel, ne me le fait pas répéter une deuxième fois mais je ne suis pas ton ennemie contrairement à ce que tu pourrais croire !" cria-t-elle en désespoir de cause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Lun 21 Mai - 20:39

Une blague, ce n’était qu’une horrible blague.
Elle lui demandait… elle osait lui demander ce qu’il avait fait pendant toutes ces années. Elle se moquait tellement que ça de lui et de ce qu’il pouvait ressentir malgré tout ? L’avait-il si heurtée que ça pour qu’elle aille sur ces attaques ?
Enfin c’était peut-être même pas ça.

Après tout, il était censé être un horrible guerrier, un horrible tueur. Ravi de raconter ses ébats, ses conquêtes, ses crimes. S’énerver comme il venait de le faire était sans doute… n’importe quoi tout simplement. Il aurait dû être plus cynique, plus méchant aussi.
En fait il n’aurait pas dû s’énerver tout court.

Mais bizarrement dans sa simple demande de nouvelles, de ce qu’il avait bien pu lui arriver pendant tout ce temps, il avait vu, pour rien, du défi, de la moquerie. Oui elle pointait du doigt le fait qu’il n’avait rien fait de bien évidemment mais aussi qu’elle le trouvait si pitoyable qu’elle osait lui demander, comme si sa réputation justement, elle n’en connaissait rien.

Ce n’était pas ça, mais tout à coup il avait réagi excessivement. Tristan avait ressenti ce grand vide, ce léger ralentissement comme à chaque fois qu’il sentait la rage monter. Et s’il l’avait contrôlée dans ses gestes ce n’était par contre pas le cas dans la hargne de ses paroles. Pourquoi est-ce qu’il se sentait si mal devant elle ? Pourquoi il avait si envie de lui balancer au visage ce qu’il avait fait pour démolir ses idées parce qu’elle était certainement en train d’imaginer qu’il n’était pas si mauvais, qu’il était récupérable. Bien sûr ! Il allait la secouer !

Elle devait se réveiller ! Le petit garçon était mort depuis longtemps. Il fallait qu’elle oublie l’idée qu’il avait été son petit camarade. Enfin même si c’était vrai, même s’il y pensait toujours également de sa part. Oui elle devait écouter la vérité.
Enfin bref, rien ne servait de s’étendre là-dessus.

Il s’était levé rapidement avec cette boule au ventre. Pourquoi se sentait-il si mal, si honteux et en même temps si triste brusquement ?! L’hypoglycémie, le choc de découvrir qu’elle était son ancienne camarade oui tout ça devaient être responsable de cet étrange état. Il était fatigué et se sentait plutôt mal. Eh oh après le temps qu’il avait passé aux mains des Cheistams, il avait un coup de… mou enfin plutôt… les nerfs qui tombaient. Oui c’était ça, les nerfs…

En tous les cas, il s’éloignait. Soudainement, il entendit un bruit de chaise derrière lui, n’y prêtant pas plus attention que ça. Il pensait juste qu’elle était dégoûtée par ce qu’il venait de dire, qu’elle allait lui jeter quelque chose. Mais en fait elle le rattrapa, l’arrêta. Tristan fut surpris de sentir sa main contre lui. Elle qui semblait justement rebutée par les contacts en cherchait un directement.
Mais alors qu’il retournait vers elle, se sentant curieusement mal, ouvrant la bouche, il se mordit la langue.

En effet, elle venait de le gifler, si violemment et il s’y attendait si peu qu’il chancela une seconde. Alors là elle venait de le surprendre et pas qu’un peu. Et il s’était mordu oui !!! Ca faisait sacrément mal, plus de se mordre que la gifle en elle-même. Quoique celle-ci venait sans doute de le heurter davantage dans sa sensibilité que physiquement.
Il retourna lentement la tête vers elle.

La surprise était telle qu’il n’avait même pas l’air en colère. Il porta la main à sa joue qui était déjà en train de virer au rouge. Elle avait dû se faire mal également parce qu’elle était tout de même plus petite et avait dû être rapide, bonjour la luxation de l’épaule.
Sauf qu’avant de pouvoir dire quoi que ce soit, elle le repoussa contre un mur.

Il ne heurta pas délicatement la surface de pierre, mais ça aurait aussi pu être bien plus douloureux.
Bougeant doucement la tête parce que son crâne avait tout de même cogné et que ce n’était pas des plus désagréable il vit ce petit bout de femme de directrice venir droit sur lui et s’immobilisa. Là encore il aurait pu partir mais se retrouvait bloqué sur place.

Certes elle avait utilisé un sort pour l’envoyer là-bas ou quoi que ce soit d’autre d’ailleurs, en tous les cas c’était de la magie. Mais là ce n’était pas le cas. Pourtant il ne bougea pas d’un millimètre pendant tout son long sermon… Grotesque… c’était stupide, oui grotesque de parler comme ça !
Elle était barrée ou quoi ? Il venait de lui dire qu’il était un tueur puisqu’elle semblait vouloir s’amuser à croire que ce n’était pas le cas.

Et elle le lui confirmait en affirmant que ce n’était pas si grave en quelque sorte. Qu’elle aussi avait fait des choses pas forcément jolies jolies. Elle se fichait encore de lui ?! Comment pouvait-elle chercher à les comparer ?!!! qu’elle retourne donc à son assiette au lieu d’enchainer les paroles absurdes. Il ne dit rien mais serra fortement les dents, détournant les yeux d’elle en fronçant les sourcils. Ils n’étaient pas des amis… A quoi pensait-elle ?

Le pire c’est qu’elle marquait des points. Oui mentalement ça s’était encore plus dur à accepter, à encaisser. Elle avait raison bien sûr. Il aurait pu profiter de sa faiblesse pour fuir, pour lui faire du mal. Il ne l’avait pas fait et elle le piégeait là-dessus. Etait-ce vraiment une bonne idée ?
Comment voulait-elle l’encourager à développer ses bons côtés alors même qu’elle le bloquait, le coinçait là-dessus.

Ne m'énerve pas, ce n'est pas le moment... je vais faire des bêtises... Après les Cheistams c'est trop tôt Cassidy, éloigne toi...

Il serra davantage les dents et ne lui répondit pas, même si à certains moments il la fixa, ouvrit la bouche. Mais en fait, à chaque fois, il s’arrêtait. Comme si quelque chose le retenait. Oui elle avait raison. Il n’avait pas vécu que ça et surtout il y avait des raisons à toutes ces horreurs, du moins il essayait de s’en convaincre. Il avait des secrets…

Beaucoup. Des choses qu’il n’avait jamais dites à personne.
Pourquoi s’opposait-elle déjà ainsi à lui ? Pourquoi de cette façon ? Et soudainement il parvint à se remettre sur pieds, à se rétablir, l’attrapa fermement par les épaules et la plaqua contre le mur, se retournant avec une vivacité acquise certainement sur le champ de bataille.

- La ferme !!! C’est bon t’as fini avec tes discours de gamine ?! Tu te crois où ? Dans un conte de fée ? Lâche-moi je ne suis pas un récupérable ! Je fais ce que je veux ! Si je ne t’ai rien fait c’est uniquement parce que j’ai décidé que c’était trop facile pour l’instant ! Pas parce que je suis un gentil ! Et d’ailleurs tu te crois du bon côté ? Tu te crois si gentille ?! Alors même que tu te fais manipuler par les Cheistams ! Tu acceptes de faire leur petit toutou de garde ! Lâche-moi ! Je te dois rien ! Absolument rien !!!

Ses mains s’étaient crispées sur les épaules de la jeune femme. Il serrait les dents et son regard était allumé par l’agacement et même la fureur. Mais d’un autre côté il y avait autre chose. Il n’avait pas l’intention de se dévoiler devant elle.
Pourquoi le faire ? Et là alors même qu’il avait envie de le frapper, qu’il s’en savait incapable, pourquoi n’arrivait-il pas vraiment à être menaçant hein ?!

Comme s’il se rendait compte de ce qu’il faisait seulement à ce moment, il desserra ses mains, écarquillant légèrement ses yeux orangés et se redressa, déglutissant difficilement.
L’air soudain gêné, il avança la main vers elle et la recula aussitôt avant de se la passer dans les cheveux, ne la regardant pas vraiment, que par légers coups d’œil rapides.

- Je… enfin… ce n’est pas… Me considère pas comme… un petit garçon. C’est fini ça. Depuis longtemps alors… arrête c’est tout. Il n’y a rien à recycler, oublie.


Il porta la main à son front, grimaçant. Ca y est, ça le reprenait, fichu mal de crâne, ce n’était pas le moment. Il n’était pas violent de nature… en fait si et se contrôler n’était pas évident, mais il savait que l’être en ce moment ne servait à rien et justement il se frotta la tête, tentant un sourire.

- Eyh… j’ai pas de raison d’être violent avec toi aujourd’hui, c’est pour ça que je ne le suis pas, pour rien d’autre. Mais t’inquiète ça viendra…


Là son sourire était redevenu taquin, comme si l’incident n’avait jamais eu lieu et il la bloqua d’un de ses bras, approchant son visage du sien.

- Prépare toi…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Lun 21 Mai - 22:39

La jeune femme n'aurait jamais pensé que cette petite question aurait des répercussions aussi importantes et graves de conséquences à ce moment précis. Pour elle, c'était tout simplement quelque chose de simple, normal et sans arrière pensée. Si Cassidy l'avait su, la demoiselle se serait bien retenue de lui demander quoi que ce soit. Elle comprit néanmoins la leçon et décida de ne plus lui parler de son passé et de ce qui avait bien pu arriver. Il valait mieux que Tristan se vide la tête de tout ça. Et même si il était un voyou, ici, il ne risquait pas faire de dégâts comme il en avait pu en faire quand il était lâché dans la nature.

Le problème de Cassidy, c'est qu'elle gardait toujours ce petit espoir au fond d'elle. Obstinée, têtue, bornée comme un âne, même si Tristan lui balançait tout le contraire, même si il racontait avec de la colère tout ce qu'il avait pu faire, la jeune femme resterait campée sur ses positions, trop fière pour penser autre chose. Pourquoi s'obstinait-elle tant ? Pourquoi voulait-elle l'aider à ce point ? Mais en même temps, au fond d'elle, la jeune mage se sentait si triste même si elle ne cherchait pas à le montrer. Après tout, il avait passé beaucoup de temps tout seul.

Alors, pendant un moment, la culpabilité rongea le coeur de Cassidy. Déboussolée, ayant du mal à reconnaître le Drakkari qui sortait toute sa rage et sa hargne face à elle, la laissant en état de choc, la jeune femme regrettait amèrement le passé. Les actions qu'elle avait fait. Peut être qu'elle avait pris la mauvaise décision en se dressant contre lui. Qui pouvait le dire ? Qui pouvait le savoir ? Elle avait peut être aider à ne pas qu'il s'isole justement, mais cela avait été à double tranchant car la jeune femme pensait que c'était ça qui avait entraîné la fuite de Tristan. Difficile de le dire. Elle avait besoin de réponses mais le Drakkari ne semblait pas vraiment décidé à être coopératif. Alors oui, Cassidy oublia la mission des Cheistams. Car elle s'obstinait encore et toujours à vouloir convaincre Tristan, malgré ce qu'il était devenu.

*Je ne peux pas y croire. Il est mauvais, ça c'est une évidence. Je ne pourrais jamais changer un Kaär. Mais il a quand même une conscience*

Elle le ressentait au fond d'elle et pendant un instant, Cassidy leva les yeux au ciel. Qu'aurait pensé son maître de cette situation ? Lui qui n'avait jamais été pour les Cheistams ni les Kaärs, qui avait suivi sa propre voie. D'ailleurs son maître avait toujours trouvé qu'elle était bien particulière comme fille. Dans sa façon d'être, d'agir. Après tout, Tristan ne le savait pas, mais lors de son voyage, la jeune femme avait réussi à réconcilier bien des gens. Elle avait ça en elle. Ce n'était pas un don, mais c'était bien plus fort que ça. Et puis, c'était une femme forte et déterminée, visant haut et ne pas retomber. Ce n'était pas Tristan qui allait l'arrêter. Mais elle avait peur aussi, peur que son intuition soit mauvaise. Après tout, le Drakkari avait vraiment commis des crimes, ce n'était pas négligeable.

Alors oui, Cassidy avait réagi à vif face au Drakkari comme elle n'aurait jamais osé le faire. Ce n'était pas son style et elle devait être complètement timbrée pour s'opposer ainsi à lui, le provocant en le giflant, en lui lançant ce petit regard sombre qui n'avait rien de bon. Et pourtant, tout aussi surprenant que ce soit, la jeune femme essayait de le convaincre, de le faire réagir. Mais il semblerait que son discours, son sermon, n'avait aucun impact, aucun effet sur l'esprit de Tristan si fermé. Ni même la gifle. Et pourtant, il ne riposta pas.

Cassidy balançait toutes ces phrases, tous ces mots. Il y avait une certaine douleur dans sa voix mais aussi on sentait qu'elle était vraiment fâchée. Si elle avait eu son bâton, le pauvre Tristan aurait reçu bien plus que cette simple gifle humaine et pas spécialement dangereuse. Il ne savait pas qu'il valait mieux ne pas sortir la juste femme (et non le juste prix >_<) de ses gonds. Car derrière son apparence faible et fragile se cachait une mage redoutable, et si elle avait voulu venir à bout de Tristan, le pousser dans ses limites les plus profondes, elle l'aurait fait. La jeune femme avait besoin de son bâton.

Et c'est pour cela qu'elle se tenait en face de lui après lui avoir administrer une gifle monumentale, la respiration un peu saccadée, une main un peu en arrière comme si elle avait tenu son bâton qui n'était pas présent à ce moment là. Mais si Cassidy l'avait eu, Tristan aurait sûrement beaucoup plus souffert comme elle était en train de souffrir à l'heure actuelle. Le regard de la directrice était perçant, ses yeux sombres et déterminés, osant le défier du regard de lui porter la main dessus. Qu'il essaie après tout, elle s'en fichait.

Elle lui avait pris la main et repousser ses limites pour accomplir ce simple geste. Oui Cassidy en était parfaitement consciente. Le contact en aurait été agréable si elle n'était pas en train de voir rouge, uniquement concentrée sur les paroles qu'elle devait dire à Tristan.

Et pourtant, comme la jeune femme venait de finir son discours, Tristan l'attrapa par les épaules et la retourna contre le mur. La jeune mage ne put s'empêcher de grimacer même si le geste n'avait pas été complètement brutal. De la rapidité il en avait car Cassidy ne s'y attendait même pas. Au pire, elle aurait reçu une gifle en réponse mais rien du tout. Alors qu'il la tenait comme ça, le regard méchant, cherchant à être menaçant, la jeune femme ne se laissa pas impressionner, le défiant du regard d'agir, la rougeur de ses joues témoignant de sa colère et le fixant avec un de ces regards impénétrable.

Et ce qu'il lui dit pourrait très bien l'abattre. Ah oui ces paroles allaient lui donner beaucoup de mal à essayer de le convaincre du contraire. De lui dire que même elle ne pouvait rien faire pour l'aider. C'était clair, Tristan ne voulait pas qu'on le soutienne, préférant rester comme il est et sans jamais changer. Cassidy resta impassible alors que chacune de ses paroles lui faisait mal au coeur. C'était comme lui enfoncer un poignard à chaque parole mais la jeune femme resta forte et ne faiblit pas sous le poids de ses paroles balancées bien qu'à l'intérieur il l'avait un peu endommagé. C'était ça qu'elle n'aimait pas chez Tristan, le simple fait qu'il arrivait à la fatiguer. Il voulait tellement qu'elle le haïsse que ça ?

Alors, la jeune femme secoua doucement la tête tout en fixant son interlocuteur, sentant encore son énergie redescendre comme une flèche après sa montée d'adrénaline.

"Tu te trompes pour les Cheistams... D'ailleurs, en te voyant arriver, j'avais même songé à te renvoyer directement chez eux. N'y vois pas un quelconque geste de bonté de ma part, je sais que tu détestes ça."

Elle soupira un instant, baissant la tête. L'envie de lui dire qu'elle n'avait pas l'intention de le forcer à parler la démangeait et pourtant. Ce n'était pas une bonne idée de lui en parler, il risquait de très mal le prendre.

*Si je lui dis, il va penser quoi ? Que je me fiche de lui ? Que j'essaie de le mettre en confiance pour mieux le soutirer des informations ? Mais Tristan, si j'avais voulu des informations, je n'aurais même pas demandé la permission. Tu ne t'en serais même pas rendu compte...*

"Sais-tu qu'on est sur un territoire neutre ? Cela signifie que c'est une terre sacrée. Ici il n'y a pas de Kaärs, ni de Cheistams, juste des gens qui veulent vivre loin des conflits et sans chercher à prendre parti pour un camp ou l'autre. D'ailleurs lorsque les étudiants sortiront d'ici, ils pourront suivre leur propre voie. Kaär ou Cheistam. Je n'impose rien là dessus. C'est un lieu d'apprentissage, je ne suis pas là pour influencer quoi que ce soit"

Cassidy venait de se rendre compte qu'elle continuait à le tutoyer. Oh et après tout elle a bien commencé quoi !

L'attitude du Drakkari changea ensuite pour devenir plus gêné, sans chercher à la regarder ouvertement. Cassidy le regardait doucement comme si la colère venait de quitter son visage à elle aussi, malgré la sueur sur son front. La jeune femme s'épongea rapidement la tête. Et puis, il approcha une main d'elle.

Dans un réflexe, la jeune femme recula la tête pour se coller le plus contre le mur. Mais il jouait à quoi là. Cassidy l'écouta parler doucement et hocha la tête.

"Oh mais je n'ai jamais dis le contraire. Tu es devenu un homme heu... grand et je ne doute pas de ta force..."

Elle tira la grimace, n'ayant jamais été doué pour les compliments. Et puis, Cassidy redoute qu'il le prenne mal alors que ce n'était pas du tout son intention.

"Et je ne suis plus la petite fille non plus. Je n'ai jamais été dans un conte de fée tu sais. Des bagarres j'en ai eu aussi. Ne crois pas qu'un mage reste enfermé dans son château bien en sécurité..."

Difficile d'imaginer la jeune femme en train de combattre. Bon c'était à moitié vrai. Après tout elle avait bien terrassé un dragon corrompu, mis en déroute quelques trolls et orcs. Rien de bien impressionnant pour le reste mais Cassidy affichait un petit palmarès. Sûrement rien comparé à Tristan mais c'était pas si mal que ça quand même.

Soudain, le pendentif de Cassidy s'éclaira d'une faible lueur mais elle ne le remarqua même pas, pas intéressé par ce qui se passait sur sa personne.

Alors, Tristan changea complètement de comportement, comme si il ne s'était rien passé. Se faisant plus taquin et surtout plus attiré par Cassidy tout en se rapprochant d'elle, la plaquant au mur d'une main.

*Mais il joue à quoi làààààà ? Voilà qu'il recommence*

La jeune femme tira une grimace et essaya de se coller un peu plus contre le mur comme si elle avait envie de passer à travers.

*Non mais je proteste ! Profiter de ma situation là ! Grrrr ! Sale Drakkari ! Ote tes sales pattes de làààààààààà*

D'ailleurs, si elle n'avait pas contrôler ses gestes, Cassidy se serait débattue sauvagement pour échapper à son emprise. Mais fatiguée comme elle était, c'était impossible à ce moment là.

Mais hors de question de montrer ce qu'elle pensait. La jeune femme reprit son sérieux, avec une expression mi amusée mi sérieuse et de sa main libre elle approcha son index à quelques centimètres de la bouche de Tristan.

"Hem ! Vous savez, le repas attend là. Ca va finir par refroidir..."

Oups ! La seule diversion qu'elle a trouvé est la nourriture qui attendait sagement sur la table. Cassidy faisait fort.

Et comme un fait exprès, la vague d'énergie l'ayant quittant, ses jambes fléchirent, commençant à s'effondrer mais toujours retenu par la main de Tristan. Elle espérait qu'il n'avait pas fermé les yeux sinon il pouvait très bien embrassé le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mar 22 Mai - 10:30

Quelle étrange situation non ?
Il y a quelques jours encore on tentait de lui soutirer des informations par la force ou en tentant de l’affamer. Il n’avait rien dis. En désespoir de cause les Cheistams avaient alors décidé d’adopter une nouvelle tactique et l’avait confié à une jeune érudite. Tristan songea que justement les dernières tentatives pour lui soutirer des informations étaient tout de même bien douces comparées aux précédentes. Sans doute avaient-ils prévu depuis un bon moment déjà de l’envoyer chez cette jeune femme.

Oui ils l’avaient prévu et avant de l’y envoyer, ils l’avaient laissé guérir un peu. C’était tout de même bien joué de leur part. Pas de traces, pas de preuve de ce qui s’était passé. Sans doute cherchaient-ils à donner la meilleure des images. Celle des puissants chevaliers, des grands justiciers qui poursuivaient le mal et eux… oui eux ne faisant que le bien !

Il n’y avait pas de traces en effet. Enfin si mais ce n’était pas grand-chose tout de même. Quelques jours plus calmes… Puis on l’avait changé d’endroit, le mettant dans une pièce très différente. Certes il était enfermé mais il avait pu se reposer et reprendre des forces. Il se souvenait d’avoir vu pâlir le guérisseur venu le voir. Celui-ci avait parlé derrière la porte avec les Cheistams, il avait entendu leurs éclats de voix et de l’ordre de le remettre sur pieds voilà tout. Pas en forme, mais assez pour qu’on ne se doute de rien ou du moins possible.

Et le pari était plutôt réussi non ? Même s’il était arrivé entravé et même s’il était encore très fatigué, Tristan était tout de même un fringuant jeune homme non ? Il se tenait droit et tout simplement debout, il souriait, usait des mots pour jouer et paraissait en forme non ?
Mais ils avaient déjà gagné avant même de commencer. Après tout… ils savaient certainement qu’il se refuserait à montrer le moindre signe de faiblesse devant une jeune femme, surtout aussi charmante et ce même si elle était sa rivale d’enfance.

Etaient-ils au courant de ceci ? Non sans doute pas. Ils se seraient méfiés autrement et auraient sans doute insisté pour que l’un des leurs reste là au cas où. Après tout, c’était une jeune femme pleine de bonté, pas d’un caractère des plus facilement cernables aussi mais elle était trop gentille et voyait certainement en tout le monde une personne bien. Lui confier alors un ancien camarade aurait pu la pousser vers la gentillesse alors que ce n’était pas du tout l’effet voulu.

Mais elle était tout de même gentille. Enfin pas autant que lorsqu’elle l’avait accueilli comme un égal. Tristan devait bien avouer que le comportement de la jeune femme n’était plus le même. Ainsi elle le jugeait aussi par rapport à ses actes passés ? Oui c’était évident tout à fait son genre malgré ses grandes paroles. Elle ne pouvait pas oublier. Ca tombait plutôt bien parce que lui non plus.

S’il avait eu une grimace un peu agacée en découvrant qu’il avait commencé à doucement fantasmer sur son ancienne camarade, c’était de bonne guerre. Il y avait de quoi après tout, elle n’était pas mal. L’avouer était pourtant bien difficile. Pourquoi ne pas la piéger, la traumatiser sur ce plan hein ? Elle ne s’attendait certainement pas à ce qu’il tente de lui mettre le grappin dessus après tout ce qui s’était passé entre eux.

Il avait été vexé par ses paroles à cause de la rambarde. Qu’elle s’imagine ainsi qu’il essayait de la séduire, de l’approcher. Oui c’était vexant ! Se croyait-elle si irrésistible pour qu’il en ait envie hein ? Ah non, il n’allait pas jouer à ça. Enfin si un peu, mais différemment de ce qu’il avait prévu jusqu’alors. Ca n’allait pas être simple mais faisable. Un sourire éclaira son visage. Elle allait se mordre les doigts de ne pas l’avoir renvoyé aux Cheistams quand elle le pouvait.

Bien sûr il écoutait ses paroles même s’il n’en donnait pas du tout l’impression, levant les yeux au ciel comme s’il s’ennuyait particulièrement beaucoup dès qu’elle ouvrait la bouche. S’il avait su par contre que ses précédentes paroles l’avait blessée, nul doute qu’il en aurait rajouté une couche et une couche sacrément épaisse d’ailleurs. Néanmoins elle avait semblé énervée qu’il parle ainsi. Soit elle ne le croyait pas capable de tout ça et il allait vraiment falloir qu’elle se réveille de son monde de bisounours, soit elle en avait un peu peur et dans ce cas… il lui ferait peur avec la réalité plus qu’avec les mots !

Il baissa la tête. Non elle n’était plus une petite fille… Merci mais il avait remarqué hein ?! Même si elle n’avait pas énormément grandi (tout de même un peu quoi !) son corps avait changé, il n’était pas aveugle, c’était bien la première chose qu’il avait remarquée. Par contre l’imaginer en train de se battre avait un côté très hilarant pour le jeune homme.

Malgré la situation, malgré qu’elle l’ait vexé et énervé il eut bien du mal à retenir son rire suite à l’imagine qui s’était imposé à son esprit. ll la voyait dans une robe aux couleurs plus vives, plus… rose, campée sur ses jambes, menaçante avec son bâton en train de combattre des criminels à coups de sermon. Elle se tenait droite et fière, son regard légèrement plissé avec ce froncement de sourcil et cette moue caractéristique de sa sévérité agacée.

L’image était bien drôle et belle aussi dans un sens. Juste dans un tout petit sens hein ?!
Il la fixa et rapprocha son visage d’elle. Il n’avait plus l’air vraiment en colère même s’il ressentait toujours la frustration énervante et incompréhensible de s’être énervé pour si peu. Ce n’était strictement rien. Il n’avait plus l’habitude qu’on lui tienne tête ainsi, pour des broutilles telles que ce qu’il pouvait ressentir.

Malgré tout, il avait enregistré ses paroles. Ainsi il était en territoire neutre. Donc elle n’était pas une Cheistams. Cette fois-ci il la crut même s’il comptait rester sur ses gardes. Ce serait bien plus amusant et surtout bien plus prudent. Mais ça l’agaçait qu’elle pense qu’il y avait un gentil garçon derrière le fier soldat. Allons bon, s’attendait-elle à ce qu’il se mette à chouiner et lui dise qu’il était désolé pour tout ce qu’il avait fait ?

Euh… Ben c’était pas très bien parti là.
Ce n’était pas ce genre de phrases qui changerait quoi que ce soit. Du moins pas directement. Mais qu’elle ait encore l’énergie de croire justement qu’il y avait de la bonté en lui… quelque part ça le touchait. Mais juste un petit peu hein ? Un tout tout tout petit peu.
Il voulait lui faire peur, lui faire mal. Il fallait qu’elle comprenne alors même que ses paroles elle ne semblait pas en mesure de les comprendre.

- Qu’est ce qui m’empêchera dis moi de m’en prendre à tes petits élèves chéris quand ils seront là ? Tu penses sincèrement que j’hésiterai ?


Aie… ça faisait beaucoup moins grand, fort et menaçant que ce qu’il avait prévu et dans sa tête il s’insurgea contre lui-même. Il s’était vraiment ramolli pour sortir une phrase pareille avec si peu de menace dans la voix. Par contre il avait haussé un sourcil perplexe quand elle avait dit qu’il était grand et fort. Euh… oui… Pourquoi elle sortait une absurdité comme ça tout à coup ? Elle perdait totalement de cette étrange emprise que pendant un court instant elle avait eu sur lui en tous les cas.

Oui très fugacement, il l’avait trouvée bien déterminée, courageuse, forte et un peu stupide sans doute de se dresser ainsi contre lui. Mais la stupidité et le courage étaient souvent bien proches.
Là au moins ça avait disparu, bon signe. Il rapprocha un peu plus son visage du sien. Pendant un bref instant il songea à lui voler un baiser rien que pour l’embêter et la faire râler, lui faire payer un peu ses belles paroles trop pleines d’humanité. L’humanité c’était pour les faibles… ou ceux qui décidaient de fuir.

Mais il se retint, voulant finalement juste se contenter de faire planer la petite menace. Après tout, vu avec quelle vivacité elle s’était défendu de tout intérêt qu’elle pourrait lui porter il était clair qu’elle n’en avait pas du tout envie. Ce n’était donc qu’une toute petite menace de rien du tout mais elle glissa de plusieurs centimètres vers le bas. Il se félicita aussitôt de s’être retenu. La situation aurait été vraiment ridicule et son honneur avait déjà assez pris de coups comme ça.

D’ailleurs le jeune homme se recula avec un sourire. Oui exactement comme si l’incident n’avait jamais eu lieu ou qu’il n’avait pas été aussi… eh bien… étrange et un peu bouleversant quand même. Il tendit même la main à Cassidy.

- T’as raison… ça refroidit. Bon t’es encore capable de te déplacer grand-mère ou faut que je te porte ? Tu es vraiment inconsciente de te déplacer sans ton bâton toi… Sérieux j’aurais déjà eu plus de six occasions de te frapper ou te violer… Sincèrement ça craint, c’est pas avec ça que tu protégeras ton ptit château et tes élèves de moi.

Paroles assez grossières, lourdes de sens ou bien pas du tout aimables ? Sans doute un tout justement. Et malgré tout il usait d'un ton léger, détaché, comme s'il parlait d'une simple sortie à la chasse dont il rentrerait bredouille... sans se décourager de se rattraper fortement prochainement.
Soupirant avec un air dédaigneux et un sourire amusé, il lui fit la grimace. Le passé était le passé, proche ou lointain, il était fait pour être oublié.

- Allez… magne toi, je suis claqué moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mar 22 Mai - 11:54

Il semblerait que Tristan juge Cassidy un peu trop légèrement. C'était sûr que dans son état actuel, la jeune femme n'était pas vraiment impressionnante. Quoi c'est ça la grande mage qui se bloquait devant un petit guerrier ? Est ce que parfois c'était la fillette qui réagissait ou bien l'adulte qu'elle était devenue ? Après tout Cassidy n'avait rien demandé, ni de l'avoir chez elle, ni devoir se traîner un boulet pareil. Cependant elle ne dit rien. Tout était si confus dans sa tête.

C'était vrai que la jeune femme avait un peu perdue de ses allures de fillette, cherchant à paraître un peu plus calme avec Tristan. Qu'est ce qui la freinait ? Ses remords passés sans doute ? Peut être qu'elle voulait se faire pardonner ce qui s'était passé bien qu'elle ne lui permettrait pas tout. Cassidy se mordilla la lèvre inférieure, gênée.

Et pourtant, Cassidy n'avait pas spécialement trop brusque avec lui lorsqu'il avait repoussé. Il y avait des choses aussi qu'elle lui cachait, et si il avait su ce qui lui été arrivée, peut être aurait il mieux compris la situation, ne pensant pas qu'elle se trouvait si irrésistible que ça bien que certains hommes lui avaient sans doute répété avec plus ou moins de conviction. Elle n'était pas une poupée fragile qu'on pouvait manipuler à sa guise mais bien une mage au caractère autoritaire et qui savait bien ce qu'elle voulait.

Mais Tristan ne dit pas plus de choses, on aurait dit que lui même cherchait à réfléchir, examiner la situation alors que Cassidy avait trop pensé pour le moment et n'avait plus rien à dire. Bien que cette position lui était particulièrement gênante et il fallait bien comprendre que pour elle qui n'aimait pas les contacts physiques, la jeune femme était bien servie là, alors qu'il jouait avec ses nerfs.

*Tu ne perds rien pour attendre. Si tu crois que je vais rester dans cette situation tu te trompes et fortement... Tu as juste eu de la chance*

Oh oui qu'elle aurait aimé avoir son cher bâton à côté d'elle, pour lui montrer qu'on ne jouait pas de cette façon. Bien que le match était totalement inégale. Car lui même n'avait pas son arme, cela lui était beaucoup plus difficile de riposter ou de contre attaquer. Bien qu'avec son arme il ne pouvait que la blesser et non la désarmer. C'est le désavantage des guerriers, prêts à porter des coups physiques et enchaîner les coups alors qu'elle pouvait tout à fait le désarmer, le maîtriser ou encore le contrôler. C'était inégale mais la seule condition pour qu'il reste ici était qu'elle pouvait l'entraver facilement en cas de problème.

Alors qu'elle parlait, Cassidy remarqua que Tristan n'était que peu attentif à ses paroles. Ah pour ça il n'avait pas changé, borné et têtu à ne pas vouloir entendre les paroles des autres, feignant l'indifférence et montrant son ennui profond. Ce n'était pas très respectueux même si Cassidy avait toujours été un moulin à paroles. Elle en fut d'autant plus vexée et décida de ne plus lui montrer la moindre once de compassion ou de gentillesse envers lui. Enfin, ça c'est ce qu'elle pensait car au final, elle ne pourrait jamais chasser ce naturel de son comportement. Elle devait pourtant se ressaisir et le traiter comme tel.

*Il ne te fera aucun cadeau alors pourquoi tu t'entêtes à être un minimum sympa avec lui ?*

Non elle devait le considérer simplement mais sans chercher à faire preuve de trop de gentillesse avec lui, ce qui serait bien difficile.

Alors, il fit brandir la menace de s'en prendre à ses élèves lorsqu'ils arriveraient. La jeune femme lui lança un sourire guère moqueur mais mystérieux tout comme son regard qui montrait sérieusement qu'elle n'allait pas le laisser faire sans rien dire, le mettant au défi d'essayer si il le pouvait.

"Tu crois sincèrement que je vais te laisser faire ? Tu devrais savoir que je m'attendais à avoir ici un invité assez ... turbulent et je n'allais pas le laisser arriver sans prendre certaines précautions et une préparation minutieuse. N'essaie pas me sous estimer, parce que tout ce que tu risques de faire c'est de te faire humilier en public. Je n'attaque pas sans raison mais tente de faire quoi que ce soit et tu risques d'avoir bien des surprises"

Après tout, Tristan était bien sur son terrain du jeu à elle. Cassidy ne le sous estimait pas non plus, sachant que c'était un adversaire plutôt coriace au vue de ses crimes atroces et l'allure fier qui se dégageait du guerrier et donc elle ne le considérait pas comme un moins que rien, seulement si il cherchait à faire quoi que ce soit, il trouverait un adversaire plutôt redoutable en face de lui.

*Oui essaie un peu pour voir. Après tout, ça me fera un bon entraînement à force de rester ici je vais finir par rouiller*

Et pourtant, ce qui l'étonna et la choqua encore plus, c'est que le jeune homme semblait reprendre contenance, avait oublié ce qui s'était passée, ce qui la surprit au plus haut point. Il était bizarre quand même et encore une fois, la jeune femme n'arrivait pas à comprendre ce changement de comportement soudain. Ce n'était pas normal. Cherchait-il justement à oublier ce sale moment passé ? Que pouvait il bien pensé dans sa petite tête brûlée ? C'était difficile à analyser et Cassidy se retrouva prise au dépourvue. Pour ça, c'était encore quelque chose qui avait changé. Alors que le Drakkari d'avant n'aurait jamais abandonné comme ça, cherchant à hausser le ton plus fort qu'elle, pour qu'un des deux finissent par plier et s'avouer vaincu, là maintenant, il semblait fuir cette colère qu'il avait eu.

*Ca veut dire quoi ? Tristan tu cherches à faire quoi là ?*

Qu'il aurait tenté de lui voler un simple baiser et il se serait fait mordre sauvagement par la jeune femme qui ne l'aurait pas laissé approché. Non mais oh, y a des façons de se tenir ! Et cela la repoussa encore plus de lui, sentant qu'effectivement elle ne pourrait jamais craquer pour ce garçon qui essayait de parvenir à ses fins. Jamais on ne l'avait embrassé sans son consentement. Enfin si, une fois, un souvenir assez bizarre d'ailleurs car à l'époque elle ne connaissait pas l'étendue d'un tel geste. Pourtant, la jeune femme rageuse, chassa ce détail de sa tête.

*Essaye un peu pour voir et tu n'auras plus de nez !*

Non, jamais elle ne se laisserait faire par cet homme. Il ne correspondait pas du tout au profil qu'elle se faisait d'une relation amoureuse et Tristan dépassait largement tous les autres en matière d'insistance même si il n'avait pas fais grand chose jusqu'à présent. Mais Cassidy sentait qu'il ne serait pas prêt d'abandonner, sûrement parce qu'il avait eu l'habitude d'avoir ce qu'il voulait. Après tout, violer des femmes faisait parti de son casier judiciaire, il était évident qu'il avait abusé face à des femmes faibles et sans défense. C'est comme ça qu'elle le voyait.

Alors que la jeune femme faiblissait, tombant légèrement sur le sol, Tristan se retint. De toute manière il aurait embrasser le mur et cela la fit bien rire intérieurement en l'imaginant coller un smack sur une matière rigide et froide. Elle l'imaginait même sortir un petit commentaire bien placé sur Cassidy. Cependant le jeune homme s'arrêta et lui tendit la main pour qu'elle puisse se relever.

La jeune mage le regarda avec méfiance, puis regarda sa main. C'est pas qu'elle ne voulait pas la prendre mais Cassidy n'avait pas besoin de son aide pour se relever. Elle déclina alors l'offre, se tournant vers le mur et s'agrippant aux murs pour se remettre debout, les jambes légèrement tremblantes.

*Ouille ! Plus jamais sans mon bâton, le message est passé. Bon après ça une bonne douche et une sieste me fera pas de mal. Enfin plutôt une méditation pour récupérer l'énergie que je viens de perdre, ça sera pas mal*

Elle se remit alors face à lui, fronçant les sourcils lorsqu'il se permit de balancer des paroles méchantes. La jeune femme soupira, sûrement pas assez forte pour répliquer, et puis ayant des difficultés à savoir quoi dire après ce qui s'était passé pour ne pas le brusquer à nouveau directement, ce n'était pas son intention.

Cependant, elle ne s'empêcha pas de lui lancer un regard furieux en entendant ses paroles. Oh oui il avait compris pour l'histoire de son bâton. Alors la jeune mage se dit qu'il était temps pour elle de pratiquer une nouvelle forme de magie. Pour ne plus revivre ces moments très gênants, il fallait qu'elle maîtrise l'invocation inversé de son bâton sur de plus longues distances, ce qui pourrait être un très bon effet de surprise. Et lorsqu'il était question d'apprendre et de se perfectionner, la jeune femme était imbattable.

*Il sait que sans mon bâton je ne suis rien. Alors autant le destabiliser un peu là dessus. Car je sais qu'il va chercher à me désarmer si vraiment il veut me maîtriser. Oui, il va falloir que je m'y entraîne. De toute manière, il ne connaît pas tous les sorts d'un mage*

"Rigole rigole mon cher. La grand mère a encore quelques ressources. Et puis, on ne refait pas deux fois la même erreur, alors tu imagines bien que maintenant mon bâton va me coller à la peau. Et tu es encore en train de me sous estimer. Je ne me laisserais pas faire"

Il se permit de lui faire cette petite grimace qui le rendait si enfantin. La jeune femme lui répondit par une moue boudeuse alors qu'elle respirait doucement tout en marchant fièrement dans la pièce. Hors de question de passer pour une faiblarde, surtout devant un guerrier.

Alors, elle retourna s'asseoir sur sa chaise et recommença à manger tranquillement, feignant l'indifférence.

*Sérieusement, il a raison quand même, il faut que je lui fasse un peu peur quand même sinon il n'hésitera pas. Ahaaaa ! Je sais ce que je vais faire !*

Un sourire malicieux apparut sur son visage mais elle voulait attendre le meilleur moment pour lui en parler. En plus il semblait fatigué lui aussi par les paroles qu'il avait prononcé seulement même si il ne le montrait pas et paraissait en pleine forme.

"Dans ce cas, désires-tu aller te reposer dans ta chambre après le repas ? Hum, par contre c'est pas une prison ici hein. Donc tu peux te balader librement, tant que tu casses pas tout le mobilier bien sûr. Enfin prison... y a bien les cachots au sous-sol..."

La jeune femme mordit un instant dans son morceau de viande tout en prenant un air dégagé en lui parlant.

"Sinon, il y a des questions en particulier que tu te poses ? Hésites pas à me demander, c'est le moment"

En effet, Cassidy évitait de parler du passé maintenant, car oui elle apprenait de ses erreurs et ne voulait pas tenter un autre énervement du Drakkari dans ces conditions. Alors elle se contenta simplement de rester à sa disposition si il souhaitait quelques réponses. Bien sûr, la taille de ses soutiens gorge était à proscrire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mar 22 Mai - 13:54

Le passé appartient au passé.
Il doit être oublié, mis de côté pour ne pas influencer en mal le présent.
Pourtant c’est bien le passé qui forge le présent. Alors Tristan pouvait-il le renier ? Non sans doute pas et il n’en avait pas l’intention. C’était bien ce qu’il faisait qu’il était là aujourd’hui non ?
Quelle étrange sensation que de s’en rappeler aussi.

C’est ce qui a fait que je suis ici aujourd’hui…Et je n’en ai pas honte, je n’ai pas peur… non.

Il serra les dents, essayer de se convaincre soi-même n’était pas toujours chose aisée.
Mais la jeune femme en face de lui avait tout de même marqué quelques points à son grand agacement. Oui c’était frustrant mais il ne lui ferait pas le plaisir de lui avouer justement ce gain. C’était bien beau de croire en la bonté des gens mais n’était-ce pas un peu trop naïf ?

Il se souvenait qu’elle avait le même âge que lui. Oui sans doute comme elle le disait, n’avait-elle pas fait que des choses correctes dans sa vie, même s’il avait bien du mal à l’imaginer. Après tout, même si elle lui apparaissait déjà comme insupportable à essayer de lui prendre la tête avec des histoires de passé et de bons côtés, elle avait toujours été tellement correcte elle, tellement droite et honnête… qu’il ne pouvait vraiment pas l’imaginer en train de commettre le moindre faux pas.

Qu’avait-elle bien pu faire de mal hein ? Ne pas aider une vieille personne à transporter un fardeau ? Ce serait bien son seul crime. Il pensa avec une pointe d’amertume que même là encore ils étaient opposés. Elle l’amie des Cheistams, lui un Kaärs depuis déjà plusieurs années. Mais l’une des factions comme l’autre avait ses bons et ses mauvais côtés. Même s’il y avait plus d’une certaine dose de l’un ou l’autre chez celles-ci.

Qu’elle se révolte contre ses menaces, dites un peu en l’air d’ailleurs, lui fit quand même esquisser un sourire. Ah… voilà qu’elle se réveillait un peu. La fierté dans ses yeux qui revenait à l’assaut, cette certitude qu’elle pouvait le maîtriser. Il se disait que c’était certainement le cas. Elle était si têtue, si obstinée, qu’elle irait jusqu’à mettre en danger sa vie pour ses convictions il en était certain. Et ce même si elle n’était pas des plus armée. Après tout, n’était-elle pas en train de le défier une seconde plus tôt alors qu’elle n’avait vraiment pas la forme nécessaire pour ?

Il se disait qu’elle devait être drôlement intelligente pour avoir compris qu’il ne lui ferait rien maintenant, parce qu’elle n’avait pas son bâton, parce qu’il jugeait que ce n’était pas le moment. En avait-il à ce point fourni les soupçons ? C’était ennuyeux, surtout qu’il avait hésité à un moment tant la colère, l’agacement et la frustration lui obscurcissaient l’esprit.
Tout de même c’était osé comme pari…

Sauf si elle n’en avait pas la moindre idée et avait donc tenté le coup mine de rien sans garantie. Elle devait avoir une araignée au plafond cette petite directrice. Tristan sourit donc quand elle exigea qu’il ne la sous-estime pas. Il n’en avait pas l’intention. Mais il ne répondit pas, se contentant de se sourire mi-provoquant, mi-sincèrement… quelque chose, amusé, ou peut-être étonné aussi un peu.

La suite se constitua surtout en regards vagues et témoins de la réflexion de chacun. Oui ils avaient tous les deux à penser sur le comportement de l’autre, pas toujours compréhensible, souvent inattendu et certainement porteur de questions.
Il ne se doutait pas bien entendu de ce qu’elle pouvait penser de lui, même s’il se doutait que justement il était au centre de ses réflexions. Cette idée lui tira un sourire. Elle pouvait bien dire ce qu’elle voulait, pour l’instant c’était bien lui qui occupait ses pensées, non ?

Par contre elle refusa sa main tendue et il fronça les sourcils. Etait-ce une nouvelle provocation ou autre chose ? Elle fuyait vraiment les contacts alors ? Il avait vu sa grimace alors qu’il la tenait contre le mur, la fuite dans son regard quand il avait approché son visage du sien et maintenant cette petite moue de dédain face à sa main tendue. Si cela pouvait sans mal passer pour de la fatigue suite à l’utilisation de sa magie sans précaution, il commençait à se conforter dans l’idée qu’elle n’aimait réellement pas les contacts avec un être humain, du moins un homme, du moins avec lui. Et ça c’était un magnifique atout qu’elle lui offrait !!!

Quand elle se mit à parler de son bâton, comme quoi elle avait bien compris qu’elle devrait le garder près d’elle, il en jubila presque intérieurement. Ah elle avait compris le message. La partie serait bien trop facile si elle n’était pas armée un minimum. En fait il serait certainement un tout petit peu inquiet à l’idée de faire plus de dégâts que prévu. Si elle avait sa magie à disposition, il pouvait agir tranquillement sans état d’âme. Parfait. Son sourire s’élargit.

- J’y compte bien… Mais qui a dit que je te sous-estimais ?


En disant ça, il s’était détourné d’elle, utilisant un ton parfaitement neutre d’ennui total en haussant les épaules. Oui pour l’heure ce n’était pas important. Et il ne la sous-estimait pas, seulement elle ne lui avait pas encore donné matière à juger de ses capacités.

Ils retournèrent finalement manger et le jeune homme se rassit mais en tournant sa chaise de façon à faire face à Cassidy oui mais au dos de sa propre chaise également, mettant ses bras dessus et son menton sur ses bras, l’observant tranquillement.
Apparemment il n’avait pas l’intention de manger davantage. Du moins pas dans son assiette qu’il avait dédaigné, se contentant de grignoter un morceau de pain pensivement.

Si un peu avant il s’était assis plutôt poliment et s’était comporté avec un minimum de manière, là il savait qu’il devait donner l’impression d’un jeune adolescent ronchon qu’on forcerait à rester à table à subir les conversations des grands. Fortement agaçant tout ça. Seulement c’était elle qu’il regardait. Ah ben non pas tout le temps en fait. Généralement son regard se perdait sur un point à sa droite, fixant un mur ou le plafond plus haut. Mauvais plafond.

Elle avait fini par se résigner au tutoiement et il en était tout de même content. Le jeune homme mâchouillait son morceau de pain quand il rabaissa les yeux sur elle pour entendre ce qu’elle avait à dire. Moui c’était pas mal, une menace voilée mais pas bien subtile, il fallait l’avouer.
Il sourit et avala avant de lui répondre, prenant une gorgée d’eau.

- Je veux bien aller me reposer en effet et je pense que tu en as toi-même besoin aux vues de ton explosive folie d’énergie… dont tu fais preuve depuis le lac. Je vais dire non merci pour les cachots même si de toute façon ça ne peut pas être pire que chez les Cheistams. Va falloir trouver mieux. Enfin…


Il releva tranquillement les yeux vers le plafond en se remettant à mâchonner, pas plus intéressé et surtout intimidé que ça par sa menace. Pas intimidé du tout en fait. C’est clair que c’était carrément nul. Mais on ne pouvait pas lui en vouloir.

*Non tu n’es pas faites pour sortir ce genre de chose, pas faite pour les menaces princesse… alors arrête tout de suite, c’est préférable*

Il repensa à ce qu’elle avait dit lorsque lui-même l’avait menacée et pourtant doucement. Son sourire s’élargit avec un amusement visible. Elle n’était pas si calme, du moins tant que la sécurité des autres était en jeu. Là elle redevenait tout à fait la fillette d’autrefois. Elle ne s’en rendait d’ailleurs sans doute pas compte. A le menacer d’humiliation. C’est ce qu’elle disait aussi à l’époque et faisait…mais les choses avaient bien changé depuis.

Pour l’instant il était de nouveau poli, courtois et parfaitement calme. Tristan se doutait que son comportement pouvait surprendre. Il avait changé… Sa formation de guerrier aurait dû le pousser vers une violence instinctive et pourtant…Comme quoi la vie était faite de bien des surprises.
Il ne rabaissa pas les yeux quand elle lui demanda, apparemment calmée elle aussi, de lui poser des questions s’il en avait. Il haussa les épaules.

- Merci… mais je crois que pour l’instant ça va.


Eyyyh oui, il savait aussi dire merci. Après les excuses, il manquait plus qu’à ce qu’il soit capable de formuler un « s’il vous/te plait » et il la choquerait probablement à vie. Car si avant il était capable de politesse ce n’était certainement pas devant elle. Par contre il finit par baisser les yeux et par soupirer résigné comme s’il allait faire un immense sacrifice et c’était bel et bien le cas.

- Bon je vais quand même le dire…ça doit vraiment être la fatigue et mon parcours de santé… me voilà bien ramolli. Enfin… Tu ferais mieux de te méfier de ton plafond. La voûte n’est pas adaptée à des murs si hauts. Ca va s’effondrer.


Il reposa son menton sur ses mains en baillant doucement.

- Sur ce, j’ai fait ma BA… tu pourrais au moins me faire un sourire reconnaissant.

Etrange ? Surprenant ? Irréel ? Incompréhensible ? c'était l'idée oui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mar 22 Mai - 16:24

Cassidy était bien naïve en effet. Ou du moins, ce n'était pas de la naïveté à proprement parler mais juste de l'espoir. De la détermination, de la persévérance. Bien qu'on ne peut pas changer l'esprit des gens en un coup de baguette magique sinon ça serait trop beau. Elle le regarda attentivement. Oui effectivement il n'était plus le petit garçon d'autrefois. Celui ci aurait continuer à rager et à montrer toute sa colère. Il était beaucoup plus impulsif à cet âge là et ses colères ne se terminaient pas comme ça. Alors que là, il était simplement calme. Ce qui contrastait particulièrement avec ses compétences de guerrier. Ne dit-on pas que les guerriers sont des gros barbares qui tapent sur tout ce qui bouge ? Oui c'était évident, Tristan était bien différent de cette image.

*Tiens je pourrais lui faire la remarque sur les guerriers. Enfin je pense qu'il va pas très bien réagir, il vaut mieux que je m'abstienne*

Ce que Tristan ignorait sur les faux pas de Cassidy, c'était que ça le concernait directement. Si il n'était jamais parti, peut être que la jeune femme ne s'en serait pas rendue compte. Mais il a fallu qu'il disparaisse pour qu'elle ouvre enfin les yeux, que Cassidy ait des remords sur cette situation, qu'elle décide de changer de comportement. Car en effet, cela, la jeune femme en avait énormément souffert à l'époque. Elle pensait qu'il était fort, que ce n'était qu'un petit jeu. Il l'énervait oui c'était sûr. Mais elle ne pensait pas que ses paroles à elle avaient pu blesser le Drakkari à ce point. Enfin du moins, elle n'avait pas cette impression. Cassidy aurait tellement voulu s'expliquer avec lui.

*Est ce qu'un jour tu me diras pourquoi tu es parti ? Si c'était ma faute ? Je pense que non jamais...*

La jeune femme soupira un instant, les yeux perdus dans le vague. Si elle avait pu retourné dans le passé, elle ne l'aurait pas poussé, ou elle l'aurait arrêté avant qu'il ne parte. Car oui, le Drakkari lui avait beaucoup manqué ces derniers temps. Même si elle avait fini par l'oublier au bout d'un moment.

Cassidy était comme ça. Elle pouvait être impulsive. Surtout quand cela touchait trop des cordes sensibles. On pouvait surtout le voir quand un homme essayait de l'approcher avec des gestes déplacés, ou que l'on fasse quelque chose qu'elle n'appréciait pas du tout en sa présence. Elle avait appris à ne pas hésiter à donner un coup quand il y en avait besoin. On ne pouvait pas non plus dire qu'il s'agissait d'une fille parfaite et sans défauts. Elle avait son petit caractère bien placé aussi. Qu'il lui touche une partie de son corps et il se prendrait une bonne gifle ou toute autre action pour montrer le désaccord de la jeune mage.

Lorsqu'elle lui demanda de ne pas la sous estimer, celui ci eut un sourire un peu plus grand comme si il n'attendait que ça. Affronter sa plus grande rivale à armes égales. D'ailleurs elle avait bien une idée pour la suite justement, afin de mesurer ses capacités en temps que guerrier et surtout pour montrer qu'ici, c'était elle qui dirigeait. Il fallait qu'elle s'impose face à lui.

*Oui, il serait bien temps de lui montrer que je suis bien la maîtresse de ces lieux. A part me ridiculiser devant tout le monde, c'est tout ce qu'il risque de faire*

Elle haussa tranquillement les épaules.

"Ta façon de parler et dire que tu pourrais facilement venir à bout. C'est vrai pour maintenant et encore même si tu avais cherché, je ne me laisserais pas faire. J'ai quand même plus d'une corde à mon arc"

En effet, pendant qu'elle l'avait giflé, Cassidy savait qu'elle était prête à le défier jusqu'à la fin, ne lui laissant pas avoir le dernier mot et jusqu'à son dernier souffle. Elle était bête c'est vrai. Mais contrairement à ce qu'il croyait elle n'était pas seule. Et elle était certaine que les autres habitantes invisibles du château l'auraient aidé à récupérer son bâton si la situation avait mal tourné. Après tout, il faut bien que ces plats se préparent par quelqu'un. Sauf si il croyait que c'était elle qui avait cuisiné rien que pour lui. Et elle lui réservait encore quelques surprises donc il n'avait pas de souci à se faire.

*Si tu es fort, je deviendrais encore plus forte. Jamais je ne te laisserais gagner...*

Bon, cela restait encore à vérifier mais sa fierté lui disait qu'elle ne se voyait pas perdre un seul combat face à lui. Et même si c'était le cas, elle continuerait à s'entraîner. Car ça se cultive la puissance. Pour pouvoir protéger les élèves de son école, pour pouvoir se protéger elle de lui.

Cependant, il avait pris une drôle de position pour s'asseoir, ne semblant pas intéresser plus que ça par la nourriture. Tout en avalant rapidement un morceau, la jeune femme le regarda mâchonner son morceau de pain comme si il n'était pas satisfait d'être à table, comme si cela l'ennuyait énormément.

"Tu devrais peut être manger pour reprendre des forces. Je n'ai pas envie que tu tombes d'ici quelques jours pour cause de manque d'alimentation" lança-t-elle doucement tout en étant consciente qu'avec sa carrure il devait beaucoup manger pour assurer ses fonctions vitales.

Après tout, c'était un remerciement déguisé pour s'être occupé d'elle alors qu'elle n'allait pas spécialement bien. Mais Cassidy se doutait bien que Tristan n'allait pas se contenter d'obéir simplement et mangerait quand ça lui chanterait.

Et pourtant, lorsqu'elle lui proposa l'idée d'aller se reposer, il accepta cette proposition en évoquant les cachots des Cheistams aussi. La jeune femme fronça les sourcils. Si c'était pire là bas, ça devait vraiment pas être drôle. Enfin elle n'avait jamais visité les cachots des Cheistams pour le savoir. Cassidy acquieça d'un signe de tête cependant elle se permit un sourire en lui faisant un clin d'oeil.

"Ne t'inquiètes pas pour ma fatigue. Oh je pense que tu t'inquiète pas en effet je vois pas pourquoi je te dis ça. J'ai encore de l'énergie à revendre là ! Un bon repas et ça repart !"

Ce n'était vrai qu'à moitié. En effet la jeune femme était fatiguée, cela se voyait, mais il y avait ce petit quelque chose qui faisait que malgré l'état dans lequel elle était, sa simple volonté lui permettait de repousser les limites du possible. Et pourtant, cela s'expliquait par une chose que même Cassidy ignorait mais si elle le savait, alors sa progression serait encore plus rapide mais c'était encore un gros mystère qui n'était pas encore résolu à ce jour. Ce qui expliquerait beaucoup de choses.

Lorsqu'elle lui demanda si il avait d'autres choses qu'il souhaitait savoir, le jeune homme déclina l'offre mais ce n'est pas ça qui la surprit encore plus. Sur le coup, la jeune femme qui était en train de boire un peu d'eau pour se désaltéré avala de travers et hoqueta. Avait-elle bien entendu ? Est ce que sa fatigue lui jouait des tours.

Cassidy se contenta de se détourner de la table, une main devant sa bouche, toussant fortement le temps que ça passe. Comment se ridiculiser en public. Il faut dire qu'elle n'avait jamais entendu ce type de mot dans la bouche de Tristan. L'aurait-il remercié ?

*Nooon je rêve là. Voilà qu'il remercie... Un miracle sur cette terre enfin ! Et pourtant c'est pas le seul de la journée jusqu'à présent. Il me surprend là. De quoi il est encore capable, je me demande bien...*

Lorsque sa quinte de toux fut terminé, Cassidy se remit bien droite devant son assiette, feignant la surprise comme si il ne s'était rien passé justement et comme si c'était tout à fait normal bien que la jeune femme savait que ce n'était pas vraiment le cas. Pour elle qui avait connu Tristan quand il était petit, la directrice savait bien que ce simple remerciement était vraiment rare chez lui.

Et encore une fois, le jeune homme l'a surprit au plus haut point. Il parlait de la voûte du plafond qui ne semblait pas stable. Cassidy qui tendait la bouche vers une bouchée de viande resta bêtement suspendu, le morceau de viande retombant dans l'assiette tellement la stupeur était grande. Pour un peu elle se serait étranglée avec.

"Heuuuuuu..."

A vrai dire, la jeune femme n'y connaissait pas grand chose en architecture et avait fait confiance aux bâtisseurs qui étaient venu l'aider mais après tout, elle n'avait aucune raison de savoir si le travail avait été bien fait ou pas. La bâtisse était ancienne, ça elle le savait. Mais que les fondations ne soient pas solides lui donnait un sérieux doute. Après tout elle venait de se rappeler. C'était le groupe des Kaärs qui avaient été en charge de rénover cette partie.

*Aaaah ! Ils étaient peut être pas autant emballé que ça... Dès que leur chef n'est pas dans le coin, ça fait n'importe quoi*

Elle l'observa. Et d'ailleurs comment pouvait-il le savoir lui ? Qu'est ce qui lui permettait d'affirmer cela ?

"Tu as des connaissances en maçonnerie ? Qu'est ce qui te fait penser que les fondations ne sont pas assez solides ?"

Elle montrait sa curiosité, peut être qu'il était capable de l'impressionner encore une fois. Mais le monsieur Drakkari réclamait un beau sourire reconnaissant en guise de récompense.

*Booh tant que c'est pas un bisou ça me va !*

Elle se força donc à faire un sourire mais un sourire forcé et crispé peu naturel et très différent de ses sourires habituels.

Pour le moment, elle ne savait pas exactement si il disait la vérité ou pas mais la jeune femme songea à faire quand même appel à un spécialiste pour confirmer les dires de Tristan.

*A la limite je peux planter quelques runes sur les plafonds du château pour éviter tout écroulement soudain... si c'est le cas...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mar 22 Mai - 19:19

Ah non, décidément Tristan ne connaissait rien des remords qui pouvaient et avaient pu ronger le cœur de la jeune femme en face de lui. Quoiqu’il aurait peut-être dû s’en douter. Après tout n’était-elle pas la grande justicière de leur école ? Qui supportait le redoutable petit Drakkari, lui tenait tête et protégeait ainsi les plus faibles ? Oui mais plus que cela, n’était-elle pas celle qui prenait la défense de tout le monde et leur cherchait des excuses lorsqu’ils agissaient d’une manière différente à leur habitude, qu’ils avaient besoin d’être soutenu devant leurs professeurs ?

Si c’était tout à fait elle. Même si étant donné que lui avait toujours été insupportable avec elle, il n’y avait aucun raison pour qu’elle le défende. Mais face à l’humanité qui semblait l’habiter, il aurait certainement dû se douter qu’elle finirait par penser à lui autrement que comme un petit voyou. En fait non, il n’aurait carrément pas pu s’en douter.

Tristan avait beau être intelligent, curieux de nature et très turbulent parce qu’il ne supportait pas qu’on lui impose des règles et qu’on lui donne des ordres, il prenait tout cela pour un jeu. Un jeu au bien étrange objectif qui passait par l’embêtement de l’autre à un point critique. Il adorait la voir devenir rouge de colère, serrer ses petits poings qui, malgré qu’ils ne soient encore que des enfants et que leurs différences morphologiques ne les opposent pas encore radicalement, n’auraient pas pu lui faire grand mal si elle s’en était servi.

Alors non, il ne savait rien des remords qu’elle éprouvait et s’il l’avait su, sans doute en aurait-il été énormément surpris. A tel point que cacher cet étonnement lui aurait été impossible. A tel point qu’il aurait certainement laissé apparaître bien inconsciemment d’autres émotions qui ne se manifestaient jamais sur son visage sans préméditation.
S’expliquer ?... Oui peut-être que ça aurait été la meilleure des choses à faire. Ou bien la pire.

Son sourire s’était élargi quand elle avait rappelé avec un peu de fierté, de cette preuve d’attachement à son honneur qu’elle avait toujours eu, qu’il ne pourrait pas la battre si facilement. Il était plutôt content qu’elle ne se souvienne pas finalement. C’était tout aussi bien pour lui.
Il ne la provoquait pas à cet instant, ou juste un peu, un tout petit peu pour dire en quelque sorte qu’il avait bien envie de les voir ces cordes justement.
D’ailleurs il parla oui mais pour dire une phrase qui n’avait en réalité pas grand-chose à voir.

- Tiens c’est vrai… elle est bien curieuse cette expression ne crois-tu pas ? Plusieurs cordes à son arc… Bien sûr ça désigne le fait que lorsqu’une corde se brise celui qui n’en avait pas d’autre se retrouve désarmé et donc à la merci de son adversaire. Classique donc passons. Mais si on réfléchit bien avoir plusieurs cordes à son arc est absurde puisque gênant pour le tir, déséquilibrant la flèche et en cas de cordes de différentes résistances et tailles, offre une bien mauvaise utilisation de l’arme en question.


Il avait dit ceci avec une mine très sérieuse mais en même temps sincèrement curieuse, faisant même des petites grimaces pour montrer son dédain et également l’absurdité de ce qui était pour lui une expression non justifiée. Eh bien quoi ?! Non il n’était pas un guerrier bourru à peine capable d’articuler plus de trois mots l’un après l’autre. Elle allait bien devoir s’y faire.
Ce genre de réflexion à voix haute le prenait de temps à autre et ne s’adressait pas réellement à un public puisque bien généralement ses camarades se mettaient à le fixer avec un air abruti, n’ayant certainement rien compris.

Seulement, il ne devait pas oublier que ce n’était plus le cas et qu’il avait en face de lui une demoiselle fort intelligente, ce qu’il n’avait bien sûr pas occulté de ses souvenirs. Une demoiselle ayant toujours à la bouche les bonnes réponses en classe mais aussi et surtout les bonnes questions. Que ne s’était-il pas amusé à la railler là-dessus. Mais la vérité c’est qu’elle posait généralement les questions qui lui traversaient l’esprit. Même si souvent, elle le surprenait par des ouvertures auxquelles il n’aurait jamais songé.

Sur ce il se remit à grignoter son bout de pain finissant par arrêter et par mettre un bout de viande dessus quand même, qu’il piochait de temps à autre dans son assiette. Réellement c’était comme si l’incident était clos totalement.
A voir leur attitude d’ailleurs, les gens se seraient inquiétés de leur façon d’être actuelle, très éloignée de la précédente. De vraies girouettes.

Il haussa un sourcil et sourit en voyant sa mimique estomaqué suite à son remerciement. Ah oui c’est vrai que ça devait être nouveau pour elle. Ah bien y réfléchir il ne se souvenait pas d’avoir fait preuve de la moindre politesse et galanterie avec elle par le passé, à l’école, alors même qu’il était totalement différent avec sa mère et ses voisins. Elle s’étouffait la pauvre.

- Eyh doucement ! Ne meurs pas déjà, on a pas encore commencé à jouer.

Ca c’était son ton amusé bien que pendant un bref instant de l’inquiétude était passé dans son regard alors qu’il s’était relevé d’un ou deux centimètres seulement, se rasseyant aussitôt. Aie…
Il n’allait pas non plus montrer ouvertement de l’inquiétude ou de la compassion, manquerait plus que ça !!!!
Mais elle semblait décidée à le dérider il n’y avait pas à dire.

Parce que juste après alors qu’il lui évoquait le problème de la voûte, sa main resta suspendue entre son assiette et sa bouche. Une très jolie bouche légèrement entrouverte. C’était mignon tout plein. C’est sûr que là ce n’était pas la grimace stupide qu’aurait eu n’importe quel gars dans ces conditions.
Il se mordit fermement la langue. Le stupide là c’était lui. Ce n’était pas bon de trouver ses mimiques mignonnes, même si elles l’étaient.

Eyh t’es là pour la traumatiser, pas pour… ah mais c’est pas vrai quoi ! On peut pas avoir l’air mignon avec cette tête ! C’est parce que c’est une fille que ça change ?!


Il ne marmonnait pas mais c’était tout juste.
Surpris, il se sermonna d’avoir pu effectivement trouver son attitude amusante et surtout quelque part, trrrès loin de ce qu’il se disait, un peu attachante. Un tout petit peu hein ?!
Le jeune homme remarqua qu’elle semblait sincèrement surprise et pas du tout en train de se moquer et ça le rassura. Et elle n’avait rien remarqué. Ca c’était rassurant au moins.

Le jeune homme avait parlé tout de même rapidement du problème de la voûte, comme s’il s’en fichait un peu et se dépêchait juste de passer la nouvelle. Mais alors qu’il le faisait il savait que ce n’était pas une révélation anodine. Il aurait pu ne rien dire, dû sans doute.
Par contre c’est avec un léger amusement qu’il demanda un sourire parce qu’il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui en fasse un justement.

Mais elle lui en fit bel et bien un sourire. Raté il n’y avait pas à dire, mais elle lui faisait un sourire. Et elle était intéressée par ce qu’il venait de lui dire. Mais apparemment c’était le sourire qui avait le plus d’importance pour lui à cet instant. Tristan éclata de rire, un rire franc et amusé, renversant légèrement la tête en arrière en se frottant le front puis les yeux.

- Ah non laisse tomber c’est carrément mauvais. Les sourires forcés c’est pas pour toi.


Il lui sourit puis reprit presque aussitôt une mine sérieuse et attrapa deux corbeilles à pains rectangulaires qu’il vida sur la table, les disposant devant la jeune femme comme des murs, mettant une assiette par-dessus.

- En fait c’est juste l’idée que certaines pierres sont clairement plus neuves que d’autres. On ne peut pas se contenter d’empiler sans réfléchir. Un mur n’est pas un simple empilage de pierres. Il faut suivre des règles bien précises. De plus il s’agit certainement d’un bien ancien château. Le style d’architecture que l’on retrouve bien plus au sud. Ce sont des murs très hauts. La voûte qui a été utilisée ici est accordée à des murs de taille plus petite. Or ils offrent une grande résistance au vent. Plus les murs sont hauts plus ils doivent être solides pour lutter. Enfin c’est compliqué. Mais sans solidifier la voûte et les fondations il y aura forcément des fissures plus ou moins graves pour l’édifice mais…

Il s’arrêta tout à coup et écarquilla les yeux.
Le jeune homme semblait tout juste se rendre compte qu’il était en train d’avoir une conversation sérieuse et intéressante avec quelqu’un et apparemment ce n’était pas prévu du tout.
Il pâlit un peu et détourna rapidement les yeux.

- M’enfin c’est qu’une théorie hein. J’m’en fiche moi.


Cette fois par contre c’était un ton plus bourru, comme si justement il se fichait de ce qu’il disait un peu plus tôt alors qu’il avait pourtant mimé le vent de sa main contre les murs et l’assiette, parlant d’un ton dégagé et comme s’il n’était pas du tout dérangé par le fait de s’expliquer. Et là il se refermait aussitôt avec une grimace. Pourquoi lui avait-il seulement répondu ?

- Tu peux toujours demander à un maître bâtisseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mar 22 Mai - 21:06

Complètement déboussolée, oui c'est comme ça qu'était Cassidy en ce moment. Se demandant si Tristan jouait avec elle déjà ou si il avait plusieurs facettes. Car elle n'avait pas oublié la rage qui l'avait habité quelques minutes avant et là il se conduisait absolument comme si de rien n'était et qu'ils étaient juste deux amis en train de discuter de tout et de rien. Cela perturba encore plus Cassidy qui ne savait pas comment prendre les choses. Comment pouvait adopter telle ou telle attitude dans ces conditions.

*Y a pas de doute, j'arrive pas à le cerner là. C'est pas possible il va m'avoir*

Alors la jeune femme décida de rester aimable tant qu'il l'était. Après tout là il s'était calmé, autant ne pas attirer de nouveaux ses foudres, ce n'était pas bon, ni pour l'un ni pour l'autre. Cassidy se frotta un instant le menton, perplexe, puis se concentra à nouveau sur son assiette.

Et pourtant, elle fut encore surprise de son comportement lorsqu'il commença à sortir une théorie sur une expression. Mais sa mine était si sérieuse, parfois grimaçant un peu, ce qui le rendait vraiment adorable. Et vraiment plus... humain... enfin Drakkari quoi ! Mais humain ! Cassidy eut un petit sourire amusé alors qu'elle le regardait parler. C'était beaucoup plus agréable. Et puis il n'avait pas totalement tord.

"C'est une bien jolie théorie. J'aime ton raisonnement. Mais tu as oublié qu'un archer peut tout aussi bien provoquer une diversion le temps de réparer son arc. Déjà pour tirer il se trouve assez loin, ce qui lui laisse plus de temps que si il était au corps à corps. Et même si son adversaire est à portée, le mettant à sa merci, l'archer peut aussi bien sortir une bombe aveuglante de fumée pour ainsi prendre de la distance et réparer son arc. Et puis, quand on dit qu'il y a plusieurs cordes à l'arc, c'est à dire que même si l'archer est désarmé, il a toujours la possibilité de réparer son arme pour surprendre son adversaire"

Et puis, la jeune femme se rendit compte qu'elle faisait ce que Tristan n'aimait pas qu'elle étale sa science et le contredise à chaque fois. Cassidy détourna rapidement le regard, gêné d'avoir gâché ce moment tout en marmonnant un malheureux mot très rare aussi dans sa bouche face au Drakkari. D'ailleurs elle ne l'avait jamais utilisé.

"Désolé..."

Là c'était à son tour d'être surpris, car elle avait toujours été trop fière pour s'excuser devant lui.

Alors qu'elle s'étouffait à moitié le dos tourné, Cassidy n'avait pas vu l'inquiétude qui était passé dans les yeux de Tristan. Elle n'entendait que sa voix un peu amusée pour parler d'un jeu qui n'avait pas encore commencer. La jeune femme respira lentement, se calma et se remit face à lui, le visage un peu rouge en raison de sa toux. Mais cette teinte disparut assez rapidement.

Ne sachant que répondre, elle se contenta d'esquisser un mince sourire.

*Cela signifie que tu vas encore me pourrir la vie jusqu'à ce que je daigne te laisser partir d'ici. Ouiiii Tristan c'est boooon, soooors de mon châteauuuuuuuuuu ! Humpf ! Non...*

Et pourtant, lorsqu'elle se mit à sourire pour le remercier, certes forcé mais le geste était là. Il se mit à rire, d'un rire franc et amusé qu'elle avait déjà entendu tout à l'heure. Et ce simple rire, ce simple éclat de voix qui était si différent de ce qu'elle connaissait de lui, donnait une sensation étrange à Cassidy. Comme si elle appréciait vraiment le voir comme ça, que son rire était le plus beau des cadeaux, pour lui qu'elle n'avait entendu que crier, taper ou se moquer. Allons donc, voilà qu'elle commençait à éprouver de la sympathie pour lui.

*Oooh ! Ma grande tu te calmes tout de suite.. Bon c'est sûr, j'aime quand il ris comme ça mais réfléchis un peu.. C'est extrêmement rare... Non non non, ne t'attaches pas à lui, ce n'est pas bon du tout. Enfin.... aaaah je sais plus !*

Et pourtant, lorsqu'il se mit à rire, le sourire de Cassidy se fit plus sincère, plus agréable. Comme si le simple fait de le voir rire de cette manière avait illuminer l'espace d'un instant son visage.

Alors la jeune femme le regarda faire alors qu'il lui exposait son point de vue, ce qui l'étonna et la surprit encore plus. Oh elle devait vraiment s'habituer à ce nouveau type de Tristan, qui avait quand même pas mal de choses à montrer et de nouvelles facettes à découvrir. Elle écouta ses indications tout en le regardant faire et ayant même arrêter de manger. Le voilà qui devenait professeur.

*Eyh franchement, c'est pas mal ce qu'il raconte... Moi qui pensais qu'il ne disait que des bêtises...*

Cependant il s'arrêta rapidement et son teint pâlit, cela n'avait pas échappé aux yeux de la directrice. Comme si il se forçait justement à ne pas trop en dire, comme si il était vraiment gêné par sa façon de faire. La jeune femme voulait quand même tenter quelque chose. Elle avait bien apprécier sa façon d'expliquer.

"Mais tu as raison là dessus. Si tu ne m'avais pas expliqué, je n'aurais pas compris"

Et cette fois elle se contenta de sourire à nouveau qui n'avait rien à voir avec son sourire forcé.

"Merci en tout cas"

Cassidy ne voulait pas trop insisté ne voulant pas le brusquer bien qu'elle l'aurait encore écouté pendant un bon moment tellement il était intéressant dans ses explications. En tout cas, cela se voyait dans les yeux de la jeune femme qu'elle l'avait écouté avec beaucoup d'attention.

Elle le regarda un instant et repensa à cette dispute il y a quelques minutes. Ils devaient être sur un autre monde, ce n'était pas possible. Et pourtant, le fait de revoir le Drakkari ici, lui relançait les remords qu'elle avait eu des années en arrière.

C'est vrai qu'elle avait des remords à son égard en tant qu'enfant et en voyant le Drakkari comme cela, la seule envie qu'avait la jeune femme, c'était quand même en quelque sorte de ne pas reproduire les mêmes erreurs. Alors sur sa phrase de tout à l'heure, même si elle parlait de son bâton, elle visait aussi Tristan. Ne pas faire la même erreur pour qu'il se perde dans les ténèbres de son coeur, pour qu'elle puisse se libérer de ce poids qu'elle avait sur ses épaules. Quand est-ce que son esprit se sentirait apaisé ? Même elle ne le savait pas vraiment. Et peut être que cela ne serait jamais le cas. Seul les actions de Tristan pourront lui dire.

Des souvenirs ressurgirent encore dans sa mémoire. La jeune fille devait à peine avoir 13 ans. Et quelques mois s'étaient écoulés depuis qu'elle avait été recruté par son maître. Et pourtant, la jeune fille n'arrivait toujours pas à utiliser la magie au grand désespoir de son maître. Car elle aussi avait échoué au début, il ne faut pas croire que tout est facile. Un soir, la jeune fille était restée dehors, près de Galaden, posée sur un rocher et observant l'horizon. Et des larmes coulaient le long de son visage.

Des larmes qu'elle ne montrait pas facilement. Elle était vraiment stupide. Elle avait toujours ce vide au fond de son coeur qu'il lui était impossible de chasser. Et puis en ce moment elle se trouvait vraiment nulle. Cela faisait plusieurs mois qu'elle méditait et il lui était impossible d'utiliser la magie. Après tout ce qu'elle faisait, elle n'y arrivait pas. Sous le regard de son maître qui ne comprenait pas ce qui la bloquait. S'était-il trompé au final ? Elle n'avait pas l'air prête.

Et ce soir là, sous la lune brillante et les étoiles, Cassidy pleurait, se trouvant minable et encore plus minable si Tristan l'avait vu dans cet état. Non elle n'était pas invincible et aujourd'hui elle n'arrivait à rien. La jeune fille n'arrivait pas à passer le cap, à oublier Tristan. Et lui il l'avait sûrement oublié depuis longtemps, c'était sûr. Mais ses remords ne la quittaient pas. Elle voulait revenir en arrière, lui dire qu'elle regrettait ce geste, lui dire de ne pas partir. Si il n'était pas parti ce jour là, si il l'avait simplement supposé, la fillette se serait sûrement dressé contre lui, aurait cherché à le retenir. Bref, on ne peut pas savoir ce qu'on ferait dans un monde parallèle. Elle ne pouvait simplement pas le laisser partir, faire le deuil. C'était impossible.

Et alors que les larmes coulaient le long de son visage, son maître marcha vers elle et s'assit à côté d'elle. Il posa une main sur son épaule et la jeune fille semblait un peu s'apaiser tout en le regardant et en essuyant négligemment ses larmes en s'excusant de son état. Alors son maître lui avait alors demandé ce qui lui causait tant de chagrin pour qu'elle soit dans cet état. Mais Cassidy ne voulait rien dire, après tout c'était des broutilles de gamin tout ça. Elle même ne comprenait pas pourquoi elle réagissait ainsi.

Et puis, il insista, il fallait qu'elle délivre son coeur, que parfois il valait mieux parler plutôt que de ne rien dire et garder le silence, se laisser aller pour mieux soulager sa conscience. Alors Cassidy décida de lui expliquer. Ce petit Drakkari qu'elle avait connu, qui était turbulent, fier, qui aimait la pousser à bout de nerfs, car elle défendait les autres. Qu'elle ne comprenait pas pourquoi il était comme ça avec elle. Et puis, alors qu'elle s'approcha de l'évènement fatidique, des larmes roulèrent le long de ses joues. Racontant sa peur, sa crainte d'être enfermée, et ensuite sa fureur envers le petit garçon. Elle l'avait poussé dans une flaque. Et tout le monde se moquait de lui. Et pourtant Cassidy ne voulait pas que tout le monde rit de ça. Que ce n'était pas drôle. Elle restait impassible, fière mais ne disait rien. Et c'était la dernière fois qu'elle l'avait vu.

Et puis, elle se jeta dans les bras de son maître, cherchant du réconfort. En temps normal elle ne l'aurait jamais fait, ne se livrant pas. Mais là elle avait besoin de vider son sac. Ce fut la première fois qu'elle pleura aussi longtemps. Son maître la laissa pleurer toutes les larmes de son corps, lui caressant doucement les cheveux. La calmant et la berçant comme une petite enfant qui avait besoin d'être consolée.

- A te voir comme ça, il semblerait que tu tiennes beaucoup plus à ce Drakkari que tu ne veuilles le croire
- Mais c'est qu'un crétin ! Il n'aurait pas du... il a...
- Ca suffit maintenant. C'est du passé. Il faut juste que tu trouves la force en toi pour lui pardonner et te pardonner à toi-même. Alors tu auras franchi une grande étape. Tu es trop sévère avec toi-même...


La jeune fille de l'époque réfléchit un instant. C'était vrai. A quoi ça servait de se torturer ainsi.

- Rappelles-toi ceci. Les choses qui nous font verser des larmes par amour sont les plus beaux fragments de magie. Ils ne sont pas notre faiblesse mais notre force.
- Amour ? Beuuuh ! J'ai pas d'amour pour un crétin pareil !


La jeune fille tira la langue, hors de question d'avoir un quelconque amour pour cet énergumène, ce crétin, cet imbécile de Drakkari. Mais le vieux mage se mit à sourire.

- Tu comprendras quand tu seras plus grande

Pour l'instant, Cassidy n'avait absolument rien comprit mais le fait d'avoir fait sortir ses émotions l'avaient beaucoup aidé ce jour là. Il lui fallu un mois supplémentaire avant de maîtriser la magie. Et le déclic qu'elle avait trouvé n'était pas celui qu'elle avait imaginé. En effet, contre toute attente, ce qui débloqua sa magie était quelque chose de bien particulier. Il s'agissait de ce...

* STOOOOOOOOOOOOOOOP Stop stop stop ! C'est bon c'est bon... ça le rendrais vraiment trop fier. Non non non ! Allez pfiout les souvenirs ! Dans le panier à linge*

Revenant au temps présent, Cassidy avait le visage assez perturbé par quelque chose alors qu'un léger rougissement mais vraiment très fin apparut sur son visage qu'elle s'empressa de faire disparaître rapidement pour ne pas que Tristan le remarque. Surtout pas lui donner de faiblesse supplémentaire. Si elle commençait à rougir, c'était mauvais signe. Tout à coup, le contenu de son assiette devint for passionnant. Ces petits légumes fraîchement cueillis qui flottaient dans une sauce parfumée aux herbes, cette viande tendre et délicate qui fond sous le palais.

*J'espère qu'il n'a rien remarqué...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mer 23 Mai - 10:03

Tristan était-il un jeune homme surprenant ? Oui certainement.
Les choses avaient bien changé depuis leur enfance. Après tout, près de 13 années s’étaient écoulées depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus. C’était bien pénible à avouer et de toute manière il ne le dirait pas à voix haute, certainement pas, mais elle lui avait manqué cette petite fille.
Même s’il avait bien été forcé d’évoluer plus vite que prévu, beaucoup plus vite, quelque part il était resté un enfant qui avait juste envie de s’amuser et de rire.

Mais la vie en décidait souvent autrement. C’était son cas comme celui de tant d’autres. Il n’avait pas à se plaindre, après tout il était en vie, savait se battre, défendre sa vie et ses… « Convictions ».
Quelqu’un qui l’affrontait sans réel envies de faire du mal. Quoique des fois elle était sacrément agressive mais lui l’était également donc ce n’était pas vraiment équitable de juger ainsi.
C’était tout de même bien mieux que la violence, la barbarie que l’on pouvait trouver, souvent, dans la vraie vie non ?

Il eut un petit sourire en remarquant qu’elle était un peu perdue. Il était certain qu’il avait changé. Si Tristan pouvait être extrêmement impulsif pour tout ce qui touchait à la bagarre, s’il s’emballait rapidement et savait frapper même contre des adversaires bien mieux armés et plus nombreux, il avait aussi appris avec le temps à maîtriser sa colère. Le temps et un grand maître d’arme, son mentor, qui lui avait bien prouvé à de nombreuses reprises que foncer tête baissée était parfois la stratégie la plus désastreuse qui soit.

Et puis, ça non plus il ne l’avouerait pas, mais il se montrait bien souvent beaucoup plus calme et maîtrisé avec les femmes. Malgré sa réputation peu enviable il savait qu’après tout, mettre hommes et femmes sur le même pied d’égalité au niveau de la résistance physique n’était pas possible. Elles pouvaient être bien plus résistantes qu’eux et il leur accordait volontiers ce point, admirables et très courageuses mais pour encaisser les coups, elles seraient toujours moins fortes que les hommes.

Il se souvint avec un sourire de ce que disait sa mère. Qu’il était un Drakkari et ne devait jamais en avoir honte quoi qu’il arrive. Il se souvenait des légendes qu’elle lui racontait, la plupart, il le savait bien, elle les inventait au fur et à mesure. Mais quel talent de conteuse tout de même. Et c’était grâce à ces histoires aussi qu’il avait appris à se maîtriser, pour ne pas faire un geste qu’il regretterait, pour ne pas se battre avec une femme sans que les forces soient équivalentes sous peine de la tuer. Lui chargé de remords ?! Non non pas du tout, c’était juste une façon de penser… enfin bon il se comprenait bien voilà tout.

Alors qu’il baissait les yeux vers Cassidy, il eut tout loisir d’afficher une mine surprise et de froncer les sourcils alors même qu’elle répondait, en réfutant tout de même pas mal sa théorie. La miss je sais tout était de retour apparemment. Pourtant il l’écouta sans l’interrompre. N’avait-elle jamais remarqué cela d’ailleurs ? Même s’il donnait tout à fait l’impression de s’ennuyer, de détester son blabla impossible et interminable, raillait et grognait peu après c’était justement généralement après… pas pendant. Pendant il l’écoutait. Même s’il ne l’aurait admis pour rien au monde.

Tout de même une pointe d’amusement étira ses lèvres en un mini sourire. Elle réfutait bien oui, mais n’admettait pas réellement ce qu’il avait dit, sans doute n’avait-elle pas compris exactement ce qu’il voulait dire. En même temps il ne l’avait pas très bien exprimé donc c’était normal et n’avait pas l’intention de se lancer dans un débat avec elle. Qu’elle blablate donc autant qu’elle voulait, si elle espérait le forcer à s’exprimer ainsi ça ne fonctionnerait pas.

Apparemment ce n’était pas du tout son intention parce qu’elle s’interrompit et eut soudain l’air gênée avant de s’excuser. A son tour d’être agréablement surpris. Même s’il répondit par un sourire taquin et un haussement d’épaule comme si de rien n’était. Inutile de l’embêter avec ça ce n’était pas le moment. Mais il était tout de même assez content et très interloqué. Quel diable miracle était-ce là ? Elle voulait à ce point l’amadouer ? Ou alors était-elle sincèrement en train d’essayer de le comprendre au moins un peu. Elle était bien courageuse et inconsciente dans ce cas.

L’instant d’après elle s’étouffait et lui se rassit en voyant que ça allait bien, grimaçant en essayant de ne pas sourire à la vue de son visage rougi par la toux et de ses yeux brillant. Il grogna tout de même intérieurement. Normalement quand ça arrivait on n’avait pas l’air mignonne et juste un peu ébouriffée après. C’était bien frustrant tout ça.

- Respire doucement… la prochaine fois j’attendrai que tu aies fini de manger ou de boire pour parler. Va falloir t’y faire pourtant, je sais dire autre chose que des âneries.


Il n’avait pas dit ça méchamment pourtant, juste avec un sourire, l’observant tranquillement, le menton à nouveau posé sur ses bras, penchant légèrement la tête sur le côté, dans la même mimique qu’ont certains animaux pris de curiosité.
Pour la suite, qu’il ait rit provoqua un vrai sourire de la part de la jeune femme et il s’interrompit très vite en le remarquant, détournant simplement les yeux. Aie voilà qu’il avait encore mal au ventre, il ferait mieux de boire un peu avant de s’étouffer avec tout ce pain. Le garçon descendit donc rapidement deux verres d’eau.

Tristan commença à expliquer alors quelques points pour la voûte et les fondations. C’était très sommaire parce qu’il n’avait ni plan, ni idées de ce qu’elle pouvait connaître. En effet, il suivait son propre déroulement de pensées qui n’était pas toujours très clair pour les autres… comme toutes les pensées en fait. Même si là elles étaient tout de même un peu organisées. Sauf qu’il se rendit compte de ce qu’il faisait et qu’il s’arrêta aussitôt, exactement comme si ce n’était pas bien ou que ça le gênait alors qu’il n’y avait bien sûr aucune gêne à avoir dans une discussion simple avec une personne sincèrement intéressée.

Mais il en avait certainement perdu l’habitude. Et puis il se rendait surtout compte qu’il était en train de lui rendre service. De rendre service à sa geôlière qu’il était censé rendre dingue et traumatiser. Ce n’était pas vraiment la bonne attitude. Surtout que ça lui avait plu de lui en parler. Parce qu’elle était curieuse et intelligente, elle l’écoutait et comprenait. Quelque part oui ça faisait un bien énorme. Mais il n’était pas là pour fraterniser avec l’ennemi n’est ce pas ? Même si en l’occurrence n’étant pas une Cheistam, ce n’était pas vraiment… une ennemie.

Sa tentative pour le dérider et l’encourager ne passa pas mais alors pas du tout inaperçue.
Tristan se rendit alors compte qu’il n’avait jamais été comme ça avec elle. Qu’il prenait son attitude un peu crâneuse, rebelle et réfuteur. Qu’il faisait celui qui s’ennuyait, celui qui n’aimait rien de tout ce qu’on disait en cours et n’y comprenait rien. Ce n’était pas vrai bien sûr mais voilà, elle n’en savait rien à l’époque et n’en savait pas plus aujourd’hui. Normal qu’elle soit surprise et chercher à l’encourager. Il eut un sourire amer : elle était comme la fillette qui encourageait un camarade ayant la réponse sur le bout de la langue.

Récupérant une teinte normale, il eut une grimace amusée et l’observa une seconde avant d’ôter l’assiette des panières, remettant tout tranquillement en place avec un soin méticuleux. D’ailleurs c’était quasiment comme s’il n’y avait jamais touché.

- Arrête princesse, veux-tu ? Je n’ai pas oublié ces années à l’école. Tu étais une tête, curieuse et toujours à la recherche de réponses. Te méprends pas hein c’est pas vraiment un compliment… enfin un peu mais prends pas la grosse tête. Si je ne t’avais pas expliqué tu aurais cherché et compris par toi-même. Le truc de l’encouragement… c’est pas mal et ça fera sans doute de toi une prof exemplaire mais… pas avec moi.


Combien donc d’expression et de sentiments avait exprimés son visage en si peu de temps ? De la consternation à peine déguisée, de l’amusement, de la mélancolie, un peu de taquinerie, de la flatterie montrant une très légère pointe d’admiration, de la domination ou plutôt de l’enfermement sur la fin. Ca faisait tout de même beaucoup non ? En tous les cas il lui resouriait déjà, amusé, surpris quand même par son remerciement. Même s’il était peut-être un peu forcé c’en était un après tout non ?

Et puis alors qu’elle le regardait un peu fixement, ce qui le fit sérieusement s’interroger : avait-il les cheveux si en désordre que ça ? Ou alors il avait l’air si fatigué ? Pourquoi elle le fixait ainsi hein ?
En tous les cas il observa le regard de la jeune femme se faire vague. Apparemment elle était directement allée faire un tour dans ses pensées. Il sourit, se retenant de rire pour ne pas la perturber. Elle n’avait vraiment pas changé.

A l’époque aussi elle était comme ça parfois. Elle se perdait dans ses pensées et plus d’une fois il s’était demandé ce qui pouvait à ce point solliciter son attention. Ca le rendait même carrément curieux. Souvent il en profitait pour faire des bêtises pendant son inattention. Il se souvint qu’un jour il avait mis une grosse grenouille sur ses genoux et qu’elle ne s’en était rendu compte qu’en revenant sur terre. Elle avait poussé un sacré cri d’ailleurs et s’il avait été très amusé, le petit garçon avait rapidement tira le petit bureau de l’enfant derrière la jeune fille (puisque lui-même était assis à côté d’elle pour qu’elle puisse le surveiller) afin que dans son élan, en arrière, elle ne bascule pas totalement et ne se frappe pas la tête par terre.

Ca par contre fort heureusement personne ne s’en était aperçu et encore moins elle qui au contraire avait cru qu’il allait pousser le bureau pour qu’elle tombe… Comme la majeure partie de la classe en fait. Il se fichait pas mal de ce qu’ils pensaient tous. Lui n’avait agi que par réflexe. Un réflexe étrange et franchement ennuyeux mais salvateur. Après tout si elle s’était vraiment fait mal, qui aurait-il embêté pendant sa convalescence ?

Bref, elle était dans ses pensées et lui pendant ce temps avait retourné sa chaise pour s’asseoir correctement. Les coudes sur la tables et cette fois le bas du visage dans les bas, il la regardait, attendant patiemment qu’elle cesse son étourdissement. Pas de mauvaise blague cette fois-ci.
Et puis il en profitait aussi un peu pour réfléchir.

Son visage s’était affiné avec les années. Il avait perdu les rondeurs de l’enfance même si elles passaient sur ses traits quand elle souriait. Des pommettes hautes et qui se teintaient légèrement de roses. Pas mal. Oh et quand elle souriait sincèrement ses yeux souriaient aussi et il avait presque l’impression qu’ils changeaient de couleur, ça devait être à cause de ses pupilles changeant de taille mais le spectacle était saisissant.

Elle se mordillait la lèvre inférieure parfois quand elle était gênée. Ca elle ne le faisait encore que très peu lorsqu’ils étaient enfants, mais c’était un tic plutôt mignon tant qu’elle ne mordait pas trop fort. Peau bien pâle par contre. Elle avait dû passer plus de temps dans les livres qu’à l’extérieur même s’il la savait, du moins quand elle était petite, trop curieuse pour ne pas vérifier les théories évoquées dans ceux-ci.

Son regard rouge-orangé ne cillait même pas alors qu’il la fixait avec attention, observant les expressions sur son visage. Elle devait être plongée dans un souvenir car il vit plusieurs émotions passer sur son visage. Le regret, la tristesse, l’incompréhension, d’autres qu’il ne saisit pas trop occupé à observer ses cheveux. Ils avaient besoin d’un bon coup de brosse après la course poursuite de tout à l’heure mais ils encadraient parfaitement son visage, l’affinant un peu plus et lui faisait comme une auréole d’or autour de la tête. D’où il était ils lui semblaient bien fins.

C’est vrai que la dernière fois qu’on s’est vus… Je n’en avais rien à faire des cheveux… Ni des filles. Enfin ça commençait mais tout juste. Elle a de beaux cheveux quand même… Elle en prend plus soin que lorsqu’elle était petite on dirait… enfin moi aussi donc c’est pareil j’imagine


Elle reprit enfin pieds dans la réalité et il lui jeta un regard et un sourire taquin. Elle faisait comme si de rien n’était, espérant sans doute qu’il n’ait rien remarqué. Euh… il aurait tout de même été difficile de ne rien remarquer. Mais elle était vraiment amusante là, à fixer le contenu de son assiette. La gêne dans ses yeux, à nouveau ses pommettes rosées. Flûte alors, même cette expression lui allait bien !

- Tu es toujours aussi concentrée quand tu réfléchis à quelque chose toi… tu as de la chance que je n’en profite pas pour attaquer

Mais ce n’était pas du tout une menace, il plaisantait juste, lui tirant la langue après avoir poussé un pseudo grognement d’animal sauvage. Ne l’embêtant pas davantage il piqua une espèce de brocolis et le porta devant ses yeux en le regardant comme s’il était un horrible petit être infâme avant de l’engloutir avec une grimace. Pas bon !!! Beuh !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mer 23 Mai - 15:25

(HS : Tristan => L'oréaaal parce que je le vauuuux bien je le vois trop dans cette pub xD)

C'était marrant comme le hasard pouvait jouer bien des tours. Une raison improbable de se retrouver. Après tout, Ascadian est un continent bien vaste. Alors il y avait combien de chances sur des centaines pour que Cassidy se retrouve en face de Tristan. C'était tout simplement impossible, insensé. A moins que les Dieux se jouaient d'eux justement pour les réunir.

Cependant, Cassidy croyait au destin et à son but et cela, depuis qu'elle était devenue l'apprentie d'un mage réputé. Après tout, elle avait bien été reconnue par son maître devant beaucoup d'autres enfants. Il la trouvait prometteuse ce n'était pas pour rien. Bien sûr, la jeune fille avait eut beaucoup de difficultés pour déclencher la magie en elle compte tenu de son passé mais après tout elle y était arrivé. Son maître lui avait révélé aussi qu'elle allait accomplir de grandes choses. Et c'était vrai.

Son acte le plus spectaculaire était d'avoir terrassé un dragon corrompu à elle seule. D'ailleurs on se demande comment la jeune fille, âgée de 20 ans à ce moment là, avait réussi ce miracle. Même les mages et les guerriers les plus ardus devaient s'y prendre à plusieurs. Et pourtant, à ce moment là, alors que la jeune fille était sur le point de faire face à une mort certaine, quelque chose l'avait sauvé. Non, sa magie avait été tellement puissante combiné à sa volonté et son espoir pour vivre qu'elle avait fini par venir à bout du dragon. Alors pour une simple mage, à peine adulte, accomplir un tel acte était héroïque. Mais il y avait encore autre chose derrière cette victoire.

Cela Tristan ne devait pas le savoir. Où avait-il vécu pour ne pas s'en rendre compte alors qu'il se murmurait que la fameuse Cassidy Herediane à peine sorti de l'adolescence était venue à bout d'un dragon corrompu. Pour la ville, les habitants étaient en liesse, une fête avait eu lieu en son honneur et pourtant, la jeune femme s'était éclipsée discrètement à la fin de la soirée car elle ne souhaitait pas avoir cette renommée. Elle voulait garder son petit jardin secret pour elle même.

En plus, c'est encore le destin qui lui fit trouver la relique des divinités. Un de ses plus lourds secrets. La déesse lui avait confié cette tâche, cette mission, former de nouveaux apprentis. Seulement, personne ne pouvait le savoir. Tout comme ce lieu qui était en fait l'ancienne demeure des gardiens selon les habitants de Glindel. Cela elle l'avait appris peu après sa rénovation. Et enfin qu'elle se posait, très étrangement, on déposait devant sa porte un Drakkari, une vraie brute, un danger public... mais aussi un homme intelligent, surprenant. Qui se révélait être en fait son rival d'enfance. Quel étrange hasard. Et c'est encore le lac qui avaient réuni les deux adultes, pour leur rappeler dans leur tête et leur mémoire, qu'ils se connaissaient.

Comment devait-elle interpréter les choses ? Que devait faire Cassidy ? On aurait dit que le destin voulait qu'ils se revoient. C'était peut être la bonne occasion pour réellement s'excuser et délivrer son esprit de ses remords. Mais contrairement à son épreuve d'apprentie, Tristan n'allait sûrement pas accepter ses excuses et lui faire un grand sourire. Non, il allait sûrement grogner et ne pas montrer ce qu'il pensait. Et cela Cassidy en avait vraiment peur. Peur de perdre ce qu'elle avait acquis durant toutes ces années d'entraînement, de manipulation de la magie. Elle avait peur d'être déçue et c'est ce qu'elle craignait réellement. Alors il valait peut être mieux qu'elle joue la carte de l'insouciance pour ne pas vivre sa peur la plus grande.

Et pourtant, il y avait une raison à tout cela. Ou pas du tout. Tristan se ficherait bien de sa tête si elle lui soumettait sa théorie, à part lui casser les pieds, c'est tout ce qu'il attendait d'elle. Et pourtant, la jeune femme, même si elle avait toujours été douce et gentille, devenait impulsive avec Tristan. Il était la seule qui pouvait lire les sentiments qui se montraient sur son visage, le seul pour qui un geste, un acte de sa part signifiait quelque chose. Même qu'il avait encore beaucoup à apprendre. Le fait qu'elle n'avait pas hésité à le gifler ou encore, qu'elle finissait par s'excuser de son attitude exaspérante. Oui, elle voulait changer pour lui. La jeune femme ne voulait plus qu'il la considère comme une Miss Je Sais tout, mais qu'il la voit aussi comme quelqu'un de bien et capable de changer un peu son naturel.

Alors qu'elle expliquait sa propre théorie à elle, Cassidy remarqua tout de suite l'attitude de Tristan, les sourcils froncés, la mine fermée, cette expression sur le visage montrant qu'il s'ennuyait horriblement comme lorsqu'il était petit. Bien sûr qu'elle avait remarqué qu'il l'écoutait sans la couper, d'ailleurs il l'avait toujours fais. Et Cassidy se demandait toujours si il faisait ainsi pour donner une impression quelconque ou si ses oreilles devenaient imperméables dès qu'elle cherchait à étaler ses réflexions, son savoir ou son long blabla à rallonge.

Et pourtant, lorsque Cassidy se rendit compte que c'était quelque chose qu'il détestait chez elle, elle se calma, une attitude gênée et serrant un peu son poing pour montrer son malaise. Elle ne s'était pas écoutée ou quoi ? Essayer de changer un peu d'attitude, d'être moins barbante. Elle ne voulait plus qu'il la considère simplement comme une intello mais seulement comme elle était. Alors oui, elle s'était excusée, grognant mentalement contre elle même d'avoir encore ce comportement parfois.

*C'est bon ! Tu sais très bien qu'il n'aime pas du tout quand tu parles comme ça. Bon sang Cassidy, tu pourrais au moins apprécier ses paroles plutôt que de toujours chercher à contredire, rajouter des éléments nouveaux. Tristan n'est pas mage pour rien. Il ne faut pas trop s'étendre sur le sujet*

Lorsque la jeune femme s'étouffa à moitié, surprise par ses propos, il se contenta de sourire gentiment tout en lui disant de se calmer. C'est surtout que Cassidy ne pensait pas découvrir une telle facette chez Tristan, elle qui l'avait toujours vu sous son plus mauvais jour. Elle se contenta donc d'attraper sa serviette pour s'essuyer doucement le visage tout en se faisant un peu d'air pour faire passer tout ça. Et étrangement, elle écouta le conseil de Tristan, essayant de retrouver un rythme régulier et normal.

"Oh ça oui, je risque bien de m'y habituer assez rapidement puisque je vais te croiser tous les jours maintenant"

*Au fait, c'est quoi la prochaine surprise de Monsieur ? Je suis bien curieuse de savoir ce qu'il est capable de dire ou de faire. Tristan... soit tu as changé, soit tu n'as jamais cherché à me montrer cette facette de ta personnalité. Tu sais quand même que t'es bien surprenant comme Drakkari ?*

Cassidy se contenta de garder les informations pour elle. Dans un sens, cela lui faisait plaisir bien qu'elle gardait une légère crainte de son comportement qui pouvait avoir l'effet d'une tornade quand il le voulait vraiment. Et cette petite allure qu'il avait, cette mimique, même si c'était normal pour lui, cela le rendait vraiment charmant. Et pourtant, elle était gênée.

*Youhouuuu ! Tu n'es pas là pour commencer à avoir des sensations bizarres avec lui. Alors réveilles toi !*

Ah pour ça oui. Qui pourrait croire que la jeune femme appréciait beaucoup plus la présence de Tristan que ce qu'elle était en train de croire à l'heure actuelle ? Et plus elle le regardait, plus elle tentait de mettre en avant ses crimes, sa folie, ce qu'il était devenu. Oui il devait sûrement jouer un jeu pour l'amadouer, pour qu'elle le laisse sortir d'ici. C'est évident et la jeune femme essayait de s'en convaincre. Que derrière son allure, pourtant sincère, se cachait quelque chose. Pourtant la jeune femme analysa la situation.

*Il est désarmé, pas vraiment agressif et si il souhaite vraiment sortir d'ici il faudrait qu'il me demande d'annuler la magie du portail. Donc il n'y a aucune raison pour qu'il sorte maintenant. Et puis il a changé, il est plus calme, semble vraiment réfléchi et je suis certaine que si un jour Monsieur le Drakkari décide de partir, il aura bien prévu son coup. Pour l'instant il ne connaît rien de ce lieu, donc ne sait pas ce qu'il peut y faire*

Sur le coup, elle passa une main dans ses mèches de cheveux et l'enroula doucement autour de son doigt tout en continuant de réfléchir.

A part ce petit incident tout à l'heure, il était pour l'instant pas trop dérangeant même si il gardait ses sales manies de se moquer d'elle de temps à autre. Pouvait-elle réellement lui pardonner si il continuait à agir ainsi ? Car après tout, elle n'avait jamais connu le vrai Tristan. Jusqu'à aujourd'hui, elle pensait qu'il avait toujours été incapable d'un moindre raisonnement logique, qu'il possédait une agressivité à toute épreuve, qu'il était inintéressant, méchant. Et pourtant il lui prouvait le contraire encore une fois. Alors comment le croire lorsqu'il disait qu'il n'était pas recyclable ? C'était perturbant, un vrai sac de noeuds.

*J'aime pas les noeuds, il faut toujours mettre des mois avant tout démêler et ce n'est pas toujours de la façon que l'on croit*

Et pourtant, lorsqu'il parla de la structure, se transformant en un professeur le temps d'un instant, la jeune femme avait vraiment écouté ses instructions avec attention, observant l'air sérieux qu'il prenait en mimant ses mouvements, comparant parfois avec la voûte actuelle. Mais on aurait dit que le jeune homme ne voulait pas vraiment montrer cette partie de lui. De plus, il la traitait comme une femme intelligente, l'intello qu'elle avait toujours été, prête à poser des questions, donner les bonnes réponses. Elle se permit un léger sourire mais pas moqueur pour autant. Après tout il avait raison.

"Tu sais, je n'ai pas toujours la bonne réponse. Et puis même si j'ai appris pas mal de choses pendant mon apprentissage, il m'en reste encore beaucoup à découvrir. Mais tu as raison, je ne me serais pas retenue d'aller vérifier tes dires"

C'était aussi vrai qu'elle était devenue beaucoup plus sage avec son maître qui freinait ses ardeurs d'apprentissage, lui donnant des coups de bâton sur la tête lorsqu'elle était trop active, trop harassante de questions. Il lui avait appris à écouter les autres mais aussi à apprendre toute seule. Faire preuve de moins d'impulsivité et d'impatience dans son apprentissage. Après tout elle avait bien passé des mois sans utiliser la magie. Tout vient à point quand on sait prendre son temps.

*Si tu savais Tristan... Je pense que tu te moquerais encore plus de moi*

Et puis elle se contenta de hausser les épaules tout en faisant la moue et détournant la tête.

"Ce n'est pas un compliment ou un encouragement, juste une constatation. Prends le comme tu le veux."

Elle avait pris un air assez dégagé. Oh pour ça il pouvait être surpris qu'il l'écoute avec autant d'attention, elle qui s'était contentée dans leur enfance d'ignorer ses paroles, d'avoir l'impression de détenir LA seule vérité. Alors écouter Tristan et approuver ses dires était tout simplement étonnant. Mais après tout, elle avait appris à écouter tout le monde et n'importe qui. Le paysan qui lui avait expliquer comment mesurer le temps avec la position du soleil, le chasseur qui lui avait montrer comment reconnaître le nord dans une forêt, le commerçant qui lui avait donner quelques astuces pour marchander. Alors oui, Tristan avait beau être son rival mais il avait aussi des choses à lui apprendre.

*Hey ! J'aimerais bien qu'il me donne des astuces au corps à corps pour se battre. Je sais jamais comment m'y prendre. Enfiiiiiiiiiin... heuuu... je pense pas qu'il voudra. Il va croire que je le prend pour un professeur, pense pas que ça lui plaise*

On avait toujours à apprendre des autres. C'était une richesse intarissable.

De plus, il l'appelait encore princesse et Cassidy devait reconnaître que c'était plutôt flatteur. Les autres hommes l'appelait 'beauté', 'chérie', 'mon coeur'. Enfin des petits surnoms bien mielleux qui arrivaient juste à lui faire tirer la langue et à la dégoûter. Mais princesse, ça lui plaisait bien. Enfin, elle se contenta de feindre l'indifférence malgré ce qu'elle pouvait penser. Et pourtant, une grimace apparut sur son visage.

*Peuh ! Je me fais des idées moi ! Il a du appeler toutes ces conquêtes comme ça. Peut être que la Mauuuuuud là... hem... il vaut mieux que je pense pas à elle. Aaah mais... heuuu... non mais sérieusement je divague, voilà maintenant que je me mets à avoir des pensées sur elle. Je la connais pas c'est juste la... hum... maîtresse de Tristan*

Oh non elle valait mieux qu'elle ne rentre pas dans ce petit jeu là. Après tout, Tristan était déjà avec quelqu'un et puis de toute manière, ils n'étaient pas compatibles tout simplement. Ce petit surnom qu'il lui donnait devait être un amusement pour lui mais ça changeait bien de l'intello ou de la Miss Je sais tout. Oui c'était déjà mieux. Si Tristan se rendait compte qu'elle se torturait l'esprit il en profiterait ou se moquerait d'elle encore. D'ailleurs, n'avait-il pas montré tout à l'heure qu'il cherchait à la séduire ? Avec ses petits sous entendus. Très légèrement. Bon tant qu'il gardait ses distances, tout allait bien, elle pouvait toujours se contrôler.

Il était vrai que le visage de Tristan avait pris plusieurs formes d'expression depuis le début. La jeune femme ne l'imaginait pas avoir un panel si important de mimiques. Elle l'avait toujours connu fermé, ricaneur, moqueur mais surtout pas comme il l'était comme ça. C'était à perdre la tête. Ah et elle avait oublié, colérique, ça ça n'avait pas changé.

Peut être aussi était ce le fait qu'il n'y avait pas les autres enfants de l'école quand ils étaient petits, cela facilitait grandement les choses. Pour Tristan aussi c'était surprenant car Cassidy ne lui avait jamais souri comme cela. Le seul sourire qu'elle se permettait avant avec lui c'était le sourire de défi, fier ou triomphant. Mais surtout pas ce petit sourire gêné, parfois taquin, cette petite moue qui la rendait si mignonne, cet éclat de rire dont elle était capable, le sérieux, la rage, l'indifférence. Une fille aux multi facettes ça c'était sûr. Elle s'était adoucie aussi bien qu'il ne l'avait pas encore bien remarquer.

Elle était encore perdue dans ses pensées, même si elle le faisait aussi quand elle était petite, et que Tristan en profitait. Oui parfois elle se perdait dans ses réflexions, disparaissait dans le vague, avec des réflexions bien intenses de sa part. Généralement ça allait sur comment prendre sa revanche sur Tristan, quelles répliques lui lançaient ou encore, elle réfléchissait sur les théories en cours, de la morale, des codes et de tout ça. Bien trop pour une petite fille de son âge qui n'avait pas cette spontanéité contrairement à d'autres. Toujours dans la lune. Parfois, elle pensait aussi aux contes qu'on lui racontait le soir, sur des héros, sur les gardiens. Elle avait toujours admiré les gardiens de l'ancien temps et espérait un jour leur ressembler, telle une justicière pour rassembler tous les gens de ce monde.

Alors qu'elle se rappela de ce souvenir particulièrement douloureux, la jeune femme ne fit même plus attention à Tristan en face de lui. Trop concentrée là dedans. Et rapidement elle en sorti car Cassidy venait de se rappeler qu'il avait sûrement entendu des choses venant de sa part un peu plus tôt. Si jamais il apprenait la suite de l'histoire... s'en était fini d'elle. Il ne la respecterait plus et profiterait sûrement de cette situation. Un secret si difficile à garder pour les oreilles indiscrètes (Aheeeeeem ! :p) et qu'elle ne devait absolument pas révéler.

Pourtant, lorsque Cassidy revint sur Terre, Tristan lui sortit une remarque. Au départ la jeune femme crut qu'il était en train de la menacer mais lorsqu'elle aperçut cette espèce de grimace taquine, Cassidy se détendit. En effet, c'était bien étonnant qu'il ne lui avait pas balancer son assiette à la figure ou autre chose. Il avait pourtant tout le loisir pour le faire. Etrange.

"Ah c'est vrai que j'ai toujours gardé cette sale manie. Toujours aussi observateur"

En même temps il était en face d'elle et à moins qu'elle ne lui tourne le dos, il ne pouvait pas ne pas la voir. D'ailleurs, elle eut un sourire amusé lorsqu'il prit le morceau de brocolis, l'examinant bizarrement avant de le mettre dans sa bouche. Visiblement il n'aimait pas trop ça. La jeune femme se retint de rire de bon coeur, oui parfois il se conduisait comme un enfant encore, c'était une preuve ce petit détail.

"Tu n'aimes pas les légumes ? Pourtant c'est super bon pour la santé. Bon enfin après chacun ses goûts" se rattrapa-t-elle tout juste.

La jeune femme termina son repas et les aliments disparurent de la table avant de laisser réapparaître une assiette avec des petits biscuits ronds et de couleur marron, les préférés de Cassidy et ceux qu'elle avait offert en cachette à Tristan quand elle était petite. Lorsqu'elle les vit, son regard s'illumina.

"Chouette ! Mes préférés ! Merciiiiiiiii !"

Elle prit un biscuit tout chocolaté et croqua dedans avidement. Ce qu'elle aimait ce parfum, et puis on dit que le chocolat ça rend aimable. Et comme c'est une des gourmandises préférées de Cassidy, Tristan ou pas, elle était tout simplement ravie de les avoir à disposition.

L'assiette sur la table descendit rapidement puis la jeune femme regarda rapidement Tristan. Puis, elle lui tendit un biscuit et lui mit dans la main, comme ça, sans rien dire. N'était-ce pas étrange ? Mais Cassidy voyait cela juste comme un geste de partage assez rapide mais ne dit rien de plus. Il allait sûrement le balancer par la fenêtre, ou l'écraser ou il n'aimait pas le chocolat tout simplement.

Cassidy se releva de sa table puis leva la tête vers Tristan.

"Je vais t'accompagner jusqu'à ta chambre, tu pourras enfin te reposer"

Elle ouvrit la marche, ayant retrouvé de l'énergie pour se déplacer convenablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   Mer 23 Mai - 20:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite mage en hypoglycémie ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite mage en hypoglycémie ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» [Ruelles] Petite Mendiante
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: [Territoire Neutre] Académie Hysandra :: Intérieur : Rez de Chaussée :: Réfectoire-
Sauter vers: