AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand s'y remettre n'est pas si facile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Ven 25 Mai - 14:12

HS : suite directe du message de Cassidy Herediane
Allers / Retours
Message numéro 1 page 1

Suite du sujet Découverte d'une coquette prison


Le 01/09/285 vers 16H

Tristan avait suivi l’échange de la lettre quand il était arrivé devant l’Académie de la jeune femme. Lorsqu’il l’avait vu pour la première fois (enfin ce qu’il pensait être une première fois) il est vrai qu’il était plus occupé à l’observer qu’autre chose. Il l’avait trouvé plutôt de taille moyenne quand elle était loin, carrément petite quand elle avait été près d’eux.
Bien sûr pour les hommes présents elle devait justement toujours être de taille moyenne. C’est juste qu’avec sa haute taille, le garçon avait tendance à considérer facilement les gens petits. Bien sûr il n’était pas démesurément grand et il avait parfois été confronté à des guerriers qui tenaient plus du taureau ou du colosse niveau taille et bestialité mais tout de même, il dépassait la moyenne des hommes et facilement.

Bref, il se demandait un peu, il est vrai, ce que pouvait bien contenir cette lettre. Le contenu l’aurait certainement surpris et fait doucement rire, ou même pas doucement du tout en fait. Il se serait moqué sans la moindre hésitation.
Un viol hein ? Maud n’avait pas donné l’air d’être contre.N’était-ce pas elle d’ailleurs qui l’avait attiré, presque de force, dans sa chambre ?
Tss, les Cheistams avaient certainement pris cette excuse de la part du mari qui tenait à garder sa fierté à peu près entière. Plus facile d’admettre aux yeux du monde et de ses confrères que sa femme avait été agressée chez eux et sauvagement violé par un jeune criminel plutôt que d’avouer qu’il n’était pas capable de le satisfaire et ce depuis bien des années déjà… Et que la jeune dame malheureuse et ne s’en cachant pas le faisait cocu.

En fait elle avait même son accord. Après tout, il était plus préoccupé par son travail que par elle. Il l’avait épousée parce que c’était une jolie femme, que c’était bon pour ses affaires, parce qu’elle était un objet désirable, comme une pièce de collection et qu’il aimait être le mieux vu.
Elle ne l’avait jamais aimé.
Lui non plus d’ailleurs, désirée oui, aimer non.
Il la laissait donc se distraire tant que cela ne s’ébruitait pas.

Mais cette fois-ci, cela avait fait du bruit. Il avait d’ailleurs été contraint de demander des services autour de lui, des dettes et même de promettre de fournir les officiers Cheistams en viande l’hiver prochain. Ce n’était qu’une mesure de précaution bien entendu mais il aurait été très mal venu que l’affaire se fasse entendre. Il aurait bien plus perdu si cela s’était su.
Le duc devait détester Tristan.

Le jeune homme y pensait, bien que ne se doutant pas que ceci était abordé dans la lettre avec un sourire. Le pauvre… Et Maud aussi d’ailleurs. Elle avait dû avoir si peur. Sa mine s’assombrit. Oui, plus que certainement elle avait dû essayer d’obtenir de ses nouvelles et connaissant les jeunes recrues, ceux qui devaient savoir pour son incarcération et qui l’avaient vu à un moment ou un autre, tous dans leur idéologie de leur faction, la noblesse de leur justice et lois, avaient dû lui évoquer même brièvement, à quel point ils souhaiteraient rouer de coups ce sale criminel.

Ca n’avait certainement pas été très rassurant pour elle.
Il inclina légèrement la tête, il ne lui restait plus qu’à construire ce mur pour être autorisé à lui envoyer un mot pour la rassurer. Du moins si Cassidy tenait sa promesse.
Il était pourtant sincèrement curieux de savoir ce qui se disait de lui, même si ce n’était certainement pas très flatteur. Peut-être changerait-elle de comportement après cette lecture.

Peut-être qu’elle serait moins naïve.
Mais bizarrement il était certain qu’elle continuerait d’être au moins un peu gentille avec lui.
Dans son regard, quand il avait affirmé qu’il n’était pas recyclable, il avait vu qu’elle n’en était pas persuadée. Et connaissant son caractère buté, elle suivrait ses propres idées.
De toute façon, elle allait bien se rendre compte qu’il n’était pas manipulable, pas comme elle pouvait le souhaiter du moins.

Le jeune homme sortit donc de sa chambre après être passé du côté de chez… enfin de ce qui ressemblait au bureau de la jeune directrice. Il se retrouva sans mal dans le château et sortit sans mal, se rendant à l’extérieur.
S’il se posait encore des questions sur qui s’était occupé du repas, le garçon était loin de se douter que des petits êtres se « cachaient » dans le château et certainement aussi à l’extérieur et pouvaient l’observer sans être vus.
D’ailleurs alors qu’il se rendait sur le terrain d’entraînement, le Drakkari était probablement suivi.

A plusieurs reprises, il avait jeté un coup d’œil par-dessus son épaule mais ne voyant rien, avait juste continué sa route.
Finalement le garçon sourit en se trouvant sur un site dont il avait l’habitude, même si celui-ci en l’occurrence, il ne le connaissait pas.
D’ailleurs il remarqua sans mal qu’il y avait encore beaucoup à faire pour que ce lieu soit parfaitement opérationnel mais c’était déjà très bien.

Sans doute Cassidy avait-elle… ou non, prévu un autre endroit en cas de pluie puisque la majeure du terrain ici était à ciel ouvert. Sauf si elle avait prévu de faire construire un petit bâtiment tout près. Peut-être il lui demanderait quand il la verrait.
Tristan secoua la tête. Voilà qu’il s’intéressait à tout ceci… Bien sûr puisque cela touchait à l’entraînement physique, même si là, aucune arme n’était encore disponible.

De toute manière il n’en avait pas besoin.
Il posa sa tunique sur un petit banc de bois et s’étira rapidement avant de commencer à courir tranquillement autour du terrain. Cela n’avait rien d’exceptionnel mais le jeune homme ne se contentait pas de force brute. Il devait être endurant, agile et souple en plus de fort, il le savait très bien. Son maître le lui avait appris et lui en avait constaté directement l’utilité.

Ce n’était pas un point discutable. D’ailleurs combien d’adversaires avait-il vaincu, bien plus imposants que lui parce que ceux-ci ne s’étaient basés que sur leur force, sans même prendre en compte le fait qu’ils pouvaient se retrouver face à un coriace contre lequel ils finiraient rapidement à force de coups puissants, par se fatiguer et perdre.

Tristan s’était donc mis à courir, accélérant et ralentissant le rythme selon une certaine cadence parfaitement imposée et maîtrisée. Effectivement il était torse nu.
Mais malgré ses prévisions, c’était difficile. Il grimaçait beaucoup à certains moments mais ne ralentissait pas pour autant. Il s’imposait un rythme correct, voire lent, pour l’heure. Ce serait bien pour s’y remettre. Mais très bientôt il allait retravailler sérieusement. Il en avait besoin.

La perspective de construire un mur ne le dérangeait donc pas du tout. C’était un très bon travail d’ailleurs. Il pourrait soulever des charges et donc faire travailler les muscles de ses bras et de ses jambes. D’ailleurs son ancienne camarade, ce petit bout de fille devenu un petit bout de femme charmant, savait-elle comment équiper son terrain d’entraînement et une salle plus couverte ou non ? Pour l’instant de ce qu’il voyait c’était très insuffisant même si ce n’était pas fait pour former l’élite des guerriers, ce n’était pas assez.

Il finit par s’arrêter et par s’installer au sol pour faire des pompes, par trentaines.
Mais même là il remarquait à quel point il avait faibli et perdu.
Son coude gauche l’élançait mais il continuait pourtant, pas décidé à s’écouter pour une telle broutille.
Il fit des abdominaux, des flexions et bien d’autres exercices simples mais en nombre bien assez important pour mettre à plat le plus endurant des jeunes débutants.

Alors qu’il s’accrochait à une branche d’un arbre juste à côté, faisant des tractions, il vit une « tache » rose s’avancer dans sa direction, bien plus loin.
Cassidy s’était donc réveillée. Il cessa son exercice, se hissant en serrant les dents une dernière fois le menton au-dessus de la branche avant de tout relâcher et d’atterrir sur ses jambes, les pliant légèrement sous l’impact pour absorber le choc et ne pas se blesser bêtement.

Frottant sa nuque humide de sueur contre laquelle collaient quelques mèches rouges, il la rejoignit en courant et lui sourit. Non il n’avait pas oublié sa gêne du fait qu’il s’était mis torse nu un peu plus tôt, il cherchait juste à s’en assurer et puis… le jeu commençait vraiment à présent. Elle avait son bâton, donc…il n’avait plus à la préserver.

- Salut belle endormie ! J’ai été fortement tenté d’aller t’éveiller d’un baiser mais je ne suis pas sûr que cela aurait fonctionné comme dans cette vieille légende.

Il lui fit un immense sourire et un clin d’œil appuyé, étirant ses bras au-dessus de sa tête.

- M’espionnes-tu ? Parce que j’ai vraiment l’impression d’être observé depuis que j’ai quitté ma chambre. Si c’est bien toi… tu n’es pas aussi sage que ce regard le dit alors. Dit-il avec son habituelle mimique mi-moqueuse, mi sincèrement amusée.

Il était un peu curieux tout de même et heureux de la voir également. Non pas qu’elle lui ait manqué hein ?! C’était sa geôlière quand même !!! Mais une jolie fille… on est toujours heureux de la voir non ?

Sais-tu à quel point tu ressembles à une petite princesse mais bien redoutable avec ton bâton ? Non sans doute pas... On ne doit pas te le dire habituellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Ven 25 Mai - 18:59

La jeune femme se dirigea lentement vers le terrain d’entraînement à l’extérieur, perdue et plongée dans ses pensées. Cela allait beaucoup trop vite. Elle venait à peine d’accueillir Tristan que son passé le rattrapait. Bien sûr, avant même d’accepter de prendre ce Kaär dans son académie, la jeune femme était au courant qu’elle devait essayer de le faire parler. Elle avait d’ailleurs accepté de mauvaise grâce, car cela n’entrait pas dans ses fonctions. Et pourtant, on admirait son intelligence et ses façons de faire. Ce qui avait entraîné cette demande un peu particulière des Cheistams. Et pourtant, Cassidy ne s’était pas doutée une seconde que le jeu serait bien plus difficile.

Qu’il s’agisse d’un voyou sans honneur et inconnu, cela lui était bien égal. Elle l’aurait bien traité mais aurait été beaucoup plus vigilante. Mais que ce soit le garçon que la jeune mage connaissait changeait tout. Absolument tout. Elle n’ignorait pas qu’il avait toujours été méchant avec elle, bien qu’elle répliquait sans lui laisser le temps de souffler. La jeune femme avait été vraiment persévérante avec lui, bien qu’inconsciemment, des choses étaient encore cachées. Mais le voir là remettait beaucoup de choses en question dont une qui était particulièrement importante et vitale pour la suite.

Cassidy déglutit un moment, se demandant ce qui se passerait si elle perdait de cette assurance qu’elle se donnait face à lui. C’est vrai, il avait eu l’occasion de voir ses différentes expressions sur le visage, son rire, son sourire craquant qui faisait fondre les hommes, son air innocent, sa patience (bon encore ça dépend des jours) et tout ce qui faisait d’elle une mage appréciée mais si particulière.

Effectivement, Kimye la lutine avait raison. Elle ne devait pas s’attacher. Qu’il soit connu dans le passé ou non. Cassidy ne devait pas avoir ce comportement, cette bonté avec lui. Et pourtant, elle lui avait pardonné dans le passé sans qu’il ne soit là. Difficile de croire un quelconque pardon possible. La voilà bien coincée. La jeune femme avait posé ses coudes sur le bureau tout en se tenant la tête, respirant lentement sur la meilleure solution, la meilleure attitude à adopter. Elle ne pouvait le cacher, la jeune femme l’appréciait bien. Même un peu plus que bien. Enfin… elle secoua la tête. Cassidy ne devait pas avoir ce genre de pensées. Elle devait s’éloigner, le reconsidérer comme un criminel. Il se jouait sûrement d’elle. Et avec cette faiblesse, la jeune femme risquait fortement de mettre en danger son académie. C’état évident. Non elle ne devait pas s’attacher à cet homme, ce Drakkari. Il fallait qu’il y ait des limites.

Oui mais maintenant qu’elle le tutoyait, difficile de mettre des limites. Cassidy soupira. C’était bien plus dur que ce qu’elle n’avait pensé. La jeune femme avait le regard perdu dans le vide, puis attrapa les deux petites fleurs dans ses cheveux et les posa en souriant sur la table. Elle marmonna un mot et les fleurs devinrent glacées, afin qu’elles puissent se conserver. D’ailleurs, elle ne comprit pas son geste. Pourtant la jeune femme s’accrochait et s’attachait aux moindres petites choses. C’était ce qui lui permettait de tenir malgré tout.

Cassidy repensa au viol de la femme. Il devait s’agir de cette Maud. Et pourtant il avait certifié qu’il s’agissait de sa maîtresse et qu’il devait lui envoyer une lettre pour ne pas qu’elle s’inquiète. Quel intérêt d’envoyer une lettre qu’elle surveillait vers une pauvre femme qui avait été violé ? C’était bizarre et même incompréhensible. Mais cette simple pensée de viol donna envie à Cassidy de ne plus s’approcher de lui. Hors de question de finir de la même manière. Une fois elle avait failli y avoir droit. Alors non elle ne se ferait pas avoir.

*C'est vraiment insensé. Pourquoi envoyer une lettre à une femme qu'on vient de violer ? Remuer le couteau dans la plaie ? Je n'arrive pas à comprendre ce raisonnement*

Elle jeta un coup d’œil au plafond mais toujours plongée dans ses réflexions. Elle pourrait très bien se débarrasser rapidement de Tristan en lui faisant avouer des choses. La jeune femme avait eu comme idée de lui faire boire une potion qui le rendrait docile et il répondrait à toutes ses questions. Mais la préparation de cette potion était complexe. D’où la réussite en cas de préparation parfaite. C’était la meilleure des choses à faire, comme cela, elle ne s’en voudrait pas d’avoir profiter de lui pour récupérer des informations en l’amadouant. Cassidy préférait se cacher derrière quelque chose qui le forcerait et non de son plein gré.

Elle secoua la tête. C’était tellement dur de prendre une décision. Dans un sens, la jeune directrice voulait l’aider à changer, à devenir meilleur mais il n’en avait aucune intention. C’était peut être un combat perdu d’avance. Dans un autre, elle le pliait à sa volonté, récupérait les informations et le renvoyait aux Cheistams. Mais après ? Il pourrira en prison jusqu’à la fin de ses jours ? Il sera condamné à mort pour toutes les morts qu’il a commise autour de lui ? C’était un châtiment vraiment horrible et elle n’imaginait même pas cela possible. Non, si Tristan venait à disparaître, elle aurait échoué.

Que choisir ? Que faire ? Difficile de le dire. Un peu d’éloignement pour commencer pour ne pas qu’il profite d’elle au moment opportun. Ca non jamais. Il pourrait vraiment faire des choses horribles.

*Tristan... C'est quoi ta vérité à toi ? Comment je peux savoir si tu as tort ou tu as raison ? Vas-tu abuser de moi ? Es-tu comme les autres ? Que dois-je faire ?*

Cassidy ferma un instant les yeux. Il fallait qu’elle s’entraîne, cela allait lui détendre l’esprit et elle pourrait penser à autre chose. Car il fallait absolument qu’elle maîtrise cette invocation inversée pour pouvoir le surprendre lorsqu’il se croirait trop sûr de lui pour estimer qu’elle restait une menace pour lui.

Son bâton dans la main, un livre dans l’autre, la jeune femme marchait en direction du terrain. Plus elle approchait, plus une silhouette apparaissait. Fronçant les sourcils, Cassidy se demandait qui était en train de s’entraîner jusqu’à se rappeler qu’il ne pouvait s’agir que de Tristan à l’heure actuelle.

La jeune femme eut un choc. Une appréhension de le revoir ainsi. Quelle attitude devait-elle adopter ? Cassidy s’éclaircit la gorge, dégagea ses cheveux qui encadraient son visage et avançait d’un pas plus déterminé que jamais. Oui, elle ne devait pas se laisser faire par cet homme.

Au fur et à mesure qu’elle approchait de lui, elle se rendit compte que le jeune homme était torse nu comme dans la chambre. Encore une fois, elle se mit à déglutir, se demandant comment elle pouvait tenir face à cette tenue bien gênante pour elle. Mais comment se faisait-il qu’il s'entraînait sans rien sur lui ? C’est bizarre quand même pour un guerrier, généralement il faut bien quelque chose pour se protéger des coups. C’est comme si le Drakkari préférait les encaisser avec son corps plutôt que d’avoir une armure chaude et lourde pour lui. Pourtant, un coup et c’était terminé de lui. Il fallait donc qu’il soit suffisamment agile et rapide pour éviter tout contact fatal.

Elle commença à réfléchir. Il s’entraînait sans armure, cela signifiait que lorsqu’il se battait, ses gestes étaient rapides et souples. Le Drakkari devait avoir de l’agilité pour esquiver les coups et riposter de manière puissante vu la lourdeur de son arme qu’elle avait pu constater. Son point faible devait être cette absence d’armure qui le rendait vulnérable à tous les endroits mais cela faisait qu’il devait être encore plus vigilant. Les coups dans le dos ne devait pas marcher, il devait avoir un instinct pour anticiper tous les coups de son adversaire. Etre prêt à parer chaque coup. Sa principale faiblesse devait être la précision. On ne peut pas porter de coup puissant avec une arme aussi lourde tout en contrôlant la trajectoire. C’était cela qu’elle devait exploiter.

Pourtant, la jeune femme garda une attitude neutre sur le visage, se rappelant des paroles de la lutine et de la fameuse lettre. Elle devait penser à tout ce qu’il avait fait pour se détacher de lui, oui c’était nécessaire.

Alors, la jeune femme s’approcha de lui doucement, son bâton serré dans la main. Il n’avait pas son tatouage au dos, il fallait donc qu’elle l’active pour qu’il apparaisse. Cassidy grimaça à la vue de ces nombreux bleus et blessures. Il ne s’était jamais ménagé on dirait bien. Pendant un instant, la jeune femme se retint de lui apporter son aide, de le soigner. Il en avait bien besoin. Mais pour exhiber fièrement son corps comme cela, il devait apprécier ses blessures qui lui donnaient cet air de grand guerrier. Rien de plus que de la provocation.

Il l'avait vu approcher car même lui vint à sa rencontre en courant. C'est bizarre, il lui aurait sembler que Tristan aurait feins de ne même pas l'avoir vu arriver. Et pourtant, il avait ce sourire craquant sur le visage qui lui donnait vraiment un air séduisant, son corps d'athlète et musclé qui ferait pâlir d'envie n'importe quelle femme. Sa réaction était étonnante puisqu'elle ne semblait pas spécialement intéressée. Et pourtant, toutes les femmes qui auraient croisé Tristan se seraient battues sûrement pour venir toucher ce beau torse, rentrant dans un jeu de drague et de séduction. Mais ce n'était pas le cas pour Cassidy qui, en le voyant, se contenta de se mordre la lèvre inférieure pour maîtriser ses émotions. C'est sûr, dans ces conditions, il lui était impossible de s'entraîner correctement.

*Caaalme toi ! Caaalme toi ! Imagine qu'il est tout habillé. Oui mais ce n'est pas le cas...*

Pourtant elle était un peu plus assurée que tout à l'heure, s'y attendant et essaya de garder une attitude tranquille bien que le voir comme ça était vraiment très perturbant pour elle. Comment pouvait-on résister à ça ? Et pourtant, Cassidy ne lâcha rien.

Alors, Tristan fit un sourire. Un beau sourire. Un sourire qui restait rare aux yeux de la jeune femme. Il lui suffisait de ce simple sourire pour arriver à la détendre un peu. Comment pouvait-on avoir une attitude un peu plus neutre lorsque le Drakkari faisait un sourire de ce style ? Le visage de Cassidy se détendit un peu. Mais elle semblait un peu perdue à ce moment là, quelque chose la tracassait. Cette histoire de lettre en fait. C'était difficile à imaginer. Pour Cassidy qui avait toujours espérer voir Tristan un peu moins grognon, c'était pour elle un moment qu'il ne fallait pas gâcher. Son mauvais caractère ressortirait bien trop vite. Elle se contenta de rester polie mais soucieuse.

*Il va me rouler dans la farine... Mais... il faudrait que je fasse preuve d'un peu de méfiance. Et pourtant il ne va pas m'attaquer là... Que dois-je faire ?*

Le jeune homme se contenta d'une phrase subtile, charmeuse mais vraiment bien tournée. Cela avait eu de l'impact sur la jeune femme bien qu'elle n'en montra rien. Elle se contenta de tirer une grimace amusante alors qu'il lui disait ça comme si cela ne la tentait pas plus que ça. Encore un bisou mal venu ? Ah non pas encore !

"Tu as raison, je pense que je n'aurais pas spécialement bien réagi. Enfin, imagine un peu. Une mage en train de dormir, qui reçoit un baiser. Quel sort pourrait-elle incanter pour punir l'audacieux gredin de son geste ? Une petite décharge électrique ? Ce n'est pas ce qu'on appelle un coup de foudre mais presque"

Son sourire était légèrement malicieux. Une manière de lui faire comprendre qu'elle n'aurait pas vraiment supporter la chose. Tout en finesse, tout en légèreté mais qui était suffisant pour lui montrer ses intentions si il essayait d'approcher et de profiter d'elle de quelque manière qui soit.

"D'ailleurs je n'aime pas les bisous imprévus. Le dernier qui m'a fait ça m'a bien eu. Aaah malheureusement je n'ai pas pu l'identifier avec sa saleté de masque sur la tête. Quel dommage..."

Comment rappeler ce souvenir oh combien difficile à vivre de ce baiser volé qui l'avait vraiment marqué. A vrai dire, la jeune femme ne savait pas pourquoi elle en parlait directement à Tristan. Mais elle cherchait à lui dire que le premier qui tenterait de faire un geste contre sa volonté dégusterait bien royalement.

Elle repensa alors à ce fameux lieutenant et ses mains se serrèrent un instant.

*Oh non je ne compte pas être forcée à faire quoi que ce soit. Il n'a qu'à rester chez lui. Bon il est peut être sympathique... enfin une union quoi... une union ! Comme si j'allais craquer au premier coup d'oeil ! Non mais il m'a bien vu ? Ca c'est une règle que je ne respecterais j-a-m-a-i-s*

Pourtant, l'attitude de Tristan l'a calma un peu et lui fit oublier ce petit ps sur la lettre. Inutile d'y penser en boucle, ça ne servait vraiment à rien du tout. Il continua sur sa lancée, un brin moqueur, un brin amusé et la jeune femme se contenta de secouer négativement la tête. Tiens donc il se sentait suivi ? Qui donc pourrait ainsi s'amuser à faire ça ? Oh bien sûr... les lutines. Et il le sentait. Bien qu'elles restaient cachées, c'était dangereux qu'elles s'amusent à l'espionner et pas vraiment une bonne idée.

Alors, la jeune femme se contenta de hausser les épaules tout en le regardant. Cela ne lui disait pas de l'espionner dans l'ombre comme ça.

"Il y a beaucoup de créatures qui passent par ici. Peut être qu'une te trouve particulièrement attirant..."

Alors, la jeune femme se trouva quand même bien embarrassée, elle ne pouvait pas s'entraîner tant qu'il était ici. C'était impossible. Il ne fallait pas qu'il la voit faire ce petit tour. Pourtant, il fallait que Cassidy se change les idées, elle n'était pas venue pour rien après tout.

Pourtant, Cassidy reporta son regard sur Tristan, sa gentillesse revenant au galop. Cela, elle ne pouvait pas l'ignorer. Enfin ce n'était qu'une petite phrase, ce n'est pas comme si elle lui proposait quelque chose d'énorme.

Bien dormi ?

Cassidy fit un petit sourire tout en le regardant léger et un peu timide. Elle espérait qu'il se sente mieux. Cela lui devait le changer des Cheistams. Pas de pression, personne qui le retient prisonnier. Ce n'était pas si mal que ça.

Elle posa le livre sur un banc et s’échauffa légèrement les poignets. Ses sourcils se plissaient sur le coup de la concentration alors que la jeune femme ferma les yeux pour sentir sa magie la parcourir d'un bout à l'autre de son corps. C'était la première chose à faire pour se remettre en condition et se réveiller convenablement. Et en plus, le fait de fermer les yeux lui permettait de ne pas le voir et cela évitait qu'elle ressente encore cette gêne en regardant son torse.

La jeune femme était aussi curieuse de voir Tristan évoluer sur un terrain d'entraînement avec une arme. Au moins elle pourrait voir ses capacités physiques, ce qui était toujours intéressant. Pas pour le côté analyse et compagnie mais simplement par curiosité, voir comme le garçon avait évolué après toutes ces années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Ven 25 Mai - 20:54

Elle avait tout de même démenti le trouver repoussant.
Tristan y repensait avec un petit sourire victorieux. Ce n’était pas plus mal non ?
La jeune femme était bien étrange et bien courageuse de résister ainsi. Si facilement.
Il n’en avait vraiment pas l’habitude. C’était tellement surprenant qu’il ne s’y faisait pas encore et n’avait pas l’intention de s’y faire d’ailleurs.

En réalité, oui, c’était vrai, en lui résistant ainsi, en feignant ou en étant réellement indifférente, elle devenait bien plus intéressante à ses yeux. Pourtant il se sermonnait.
Il aurait dû s’attendre à quelque chose de semblable venant d’elle !
Après tout, Cassidy était la fillette qui avait le plus de force et de caractère dans leur classe.

Et même dans toute la petite école. Cette gamine lui cassait franchement les pieds à l’époque à s’opposer à lui de cette manière. Mais en même temps quel intérêt à être turbulent si on n’avait personne à qui s’opposer, personne à ennuyer ?
Enfin il avait des tas de personnes à embêter mais il se serait certainement lassé ou aurait juste abandonné sans plus d’explication s’il n’avait pas ressenti le plaisir de ce petit combat.

Oui dans un sens elle était responsable de ce mouvement continu de défi entre eux, comme il était responsable de sa persévérance. Ensemble et bien contre, malgré eux, ils s’étaient forgés à travers le comportement de l’autre.
Bien évidemment, eux-mêmes n’étaient pas en mesure de s’en apercevoir et de comprendre les bienfaits qu’avait pu avoir l’ancien rival/ l’ancienne rivale.

Mais une personne extérieure, qui les aurait connus à cette époque et les reverrait aujourd’hui le constaterait certainement sur le champ.
Tristan ne savait pas pour les lutines. En fait il ne connaissait pas leur existence. Il aurait été certainement extrêmement surpris s’il avait su et sans doute un peu admiratif.

Même s’il s’efforçait de le cacher, le Drakkari était très curieux, tolérant et toujours prompt à enregistrer, apprendre de nouvelles choses.
D’ailleurs il avait tout de même un très bon instinct, sûrement hérité de ses ancêtres, puisqu’il avait tout de même senti leur présence.

Quand Cassidy arriva, il ne savait rien de ce qu’elle pouvait penser, imaginer de lui et de ce qu’il avait pu faire.
Bien sûr, il se doutait qu’elle avait lu ou allait lire la lettre et qu’on ne devait pas y faire son éloge. Mais même si elle semblait un peu naïve, c’était une adulte, elle ne pouvait pas se laisser influencer par une simple lettre.
Il secoua vivement la tête.

Voilà que je me mets à ESPERER qu’elle ne se laissera pas influencer… mon vieux, le soleil te ramolli la cervelle

Tristan la rejoignit rapidement, esquissant effectivement un magnifique sourire. Il était content de la voir, surtout qu’elle avait les yeux moins brillants de fatigue. Il se crispa tout de même un peu en se rendant compte de cette petite joie stupide. Tsss, il avait dû vraiment se sentir seul dans ces cachots pour être heureux d’être en présence de cette ancienne ch… ennuyeuse petite rivale.

Flûte à la fin, j’ai bien le droit d’être content de voir une fille hein ?! Et pour une fille… franchement j’aurais pu tomber plus mal… Princesse…t’es vraiment devenue un sacré bout de femme.


C’est vrai qu’elle était vraiment pas mal du tout. Il en venait à envoyer balader sa conscience. Etait-ce bien normal tout ça ou était-il encore plus atteint ?
Le jeune homme, bombant mine de rien dans un réflexe qu’il ne contrôlait pas, un peu le torse et se tenant droit s’arrêta une fois près d’elle la saluant.

Par contre sa mine avait l’air étrangement plus fermée qu’avant et il ne comprit pas. Etait-ce parce qu’il avait couru vers elle ? Bon c’est vrai que ce n’était pas une attitude de défi ça. Mais… avait-il besoin d’agir comme on le prévoyait ? Non justement. C’était sa particularité de surprendre les gens dans ses actions, contradictoires et parfois, souvent sans schéma.
Mais oui, il avait, même brièvement réussi à décoder ses expressions. Pas forcément bien…

Tristan comprit que quelque chose n’allait pas. Elle avait lu la lettre… Oui c’était ça.
Et elle était comme les autres, elle se laissait influencer. Même s’il sentit un poids dans son estomac comme s’il avait avalé une enclume, il la comprenait parfaitement et son sourire se fit moins sincère, beaucoup moins sincère.
Il eut un petit ricanement à ses paroles.

- Une petite décharge ? ce n’est rien ça, j’ai vu pire voyons. Et le coup de foudre hein… Navré je ne crois pas à ces trucs de gamins. Ca n’existe pas dans la vraie vie.

Sa réponse était un peu moqueuse mais aussi étrangement sèche comme s’il évoquait un sujet un peu difficile ou du moins propre à l’agacer.
Ce n’était pas bien gentil mais il avait agi presque sans réfléchir… complètement sans réfléchir en réalité, répondant de but en blanc, encore sous le choc de l’enclume.
Et apparemment l’enclume était lourde.

Mais son visage se décrispa et il afficha une mine sincèrement surprise par rapport à sa phrase suivante. Ainsi quelqu’un avait eu la même action que lui. Intéressant. Ainsi un petit malin lui avait volé la vedette et s’y était bien pris puisque la jeune femme ne l’avait pas reconnu. Bien joué, il était forcé de l’admettre.
Bien sûr Tristan ne pouvait pas se douter qu’elle parlait de lui.

D’abord parce que même s’il s’était assuré qu’elle ne le reconnaisse pas, il pensait qu’elle avait fini par le comprendre/ savoir. Et ensuite parce que cela datait de treize ans. Impossible d’envisager qu’aucun homme n’ait tenté de lui voler un baiser depuis tout ce temps. Etant un guerrier il avait eu l’habitude de voir ses camarades agir ainsi quotidiennement et lui-même le faisait par jeu lorsque les demoiselles le lui faisaient comprendre d’un regard. Tout comme il avait du mal à comprendre sa gêne devant un homme torse nu, l’innocence de son regard et la naïveté de ses paroles.
Aussi se contenta-t-il juste après d’un sourire poli mais amusé.

- Eh bien, il devait être bien doué alors. Tu n’es pas facile à surprendre après tout. J’imagine qu’il aurait passé un sale quart d’heure autrement.


Hum… Il n’allait pas lui dire pour lui. Justement elle avait dû réellement oublier et à voir l’éclat de fureur dans ses prunelles, le lui rappeler n’était pas une bonne idée et surtout pas maintenant, même s’il était tenté de le faire.
Elle s’assombrit à nouveau et pas qu’un peu et il fronça les sourcils.

Quelle étrange mine. Elle avait l’air en colère mais apparemment ce n’était pas contre lui. Non plus que cela, elle semblait furieuse même. Si sa colère avait été dirigée contre lui elle l’aurait regardé. Or elle fixait un point bien loin de lui donc il n’en était pas l’origine. Ou peut-être un petit peu mais pas plus que cela. Quelqu’un ou quelque chose devait la tracasser.
Dans un brusque élan il s’approcha d’elle, tendant la main, ouvrant déjà la bouche mais il se ravisa à temps et se contenta de chasser dans un geste qui passait pour prémédité une abeille qui tournait autour de la jeune femme.

Il fallait dire qu’avec les éclats de miel de ses cheveux elle en devenait charmante même pour les toutes petites créatures incapables de la voir entièrement.
Elle finit par lui répondre suite à sa sensation d’observation. C’est vrai qu’il avait parlé pour la détendre un peu, gentiment, mais avec ce petit air taquin qui pouvait le rendre soit très craquant soit bien plus encore, agaçant.
Mais il fronça les sourcils. Elle lui cachait quelque chose, elle était… énigmatique, il aimait bien.

- Peut-être pourras-tu m’en faire… découvrir davantage alors.


Là, la provocation perçait parfaitement dans sa voix. Et sa phrase était à double tranchant puisqu’il ne parlait pas que des créatures mais également d’elle. D’ailleurs il plissait très légèrement les yeux, observant la jeune femme avec attention. Comme s’il n’était concentré que sur elle. Mais il cessa rapidement, se contentant de lui tirer la langue puis se remit en marche à ses côtés pour rejoindre le terrain d’entraînement.

Il la laissa aller de son côté et du sien souffla lentement.
Bon même s’il n’était pas au mieux de sa forme et que cet endroit n’était pas suffisamment équipé, il allait devoir montrer tout de même qu’il n’avait pas que des muscles pour… ben pour faire le paon !
Si Tristan observa du coin de l’œil que la jeune femme posait son livre, lui pour sa part se remit au sol et recommença à faire ses pompes, impeccables et plus rapides aussi que plus tôt, comme encouragé par un public « réel » ou du moins qu’il pouvait voir.

Peu après il se leva et passa près d’elle pour grimper dans un arbre. Mais cette fois-ci, il coinça ses jambes se laissant glisser dans le vide, tête en bas et commença à faire des abdominaux, remontant donc et redescendant à un rythme soutenu dans cet exercice fastidieux. Il ne faisait ou plutôt essayait de ne pas faire attention à la jeune femme près de lui.
Finalement il s’arrêta, restant ainsi suspendu, la regardant alors que sa crinière rouge d’autant plus ébouriffée semblait électrique, pendant en dessous de lui.

- Et… j’ai bien dormi, merci et toi ?

Il relâcha la pression dans ses jambes et chuta se rétablissant sans mal au sol avant de la rejoindre d’un pas tranquille.
Il s’approcha à nouveau très près et pencha le visage vers elle, la fixant.

- Tu as une trace d’encre là.

En parlant il leva la main et mit un doigt sur sa joue à l’endroit dit, n’en faisant pas plus, lui souriant.
Il se redressa et se mit à caresser sa nuque comme chaque fois qu’il était un peu gêné.

- Est-ce que je peux prendre une branche pour m’entraîner à quelques mouvements sans que tu prennes ça pour une attaque ? Je me mettrais loin.

Il secoua la tête et changea totalement de ton.

- Enfin je m’inquiète pas pour toi et je me fiche de ce que tu penses hein ! C’est juste qu’il faut bien qu’on se côtoie un peu alors ici c’est pas la guerre… sauf si tu veux te battre contre moi. Et je demandai pas ta permission. C'est juste pour pas que tu te mettes à gueuler que je t'attaque.


Et encore de la provocation… mais susurrée cette fois-ci, un sourire taquin aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Ven 25 Mai - 23:02

La jeune femme restait songeuse. Comment croire ou ne pas croire ?

Cassidy était une femme, effectivement, divisée en deux parties. Au départ, elle était simplement discrète, toujours polie et respectueuse. Mais quand elle avait du faire face à Tristan, cela avait un peu forger son caractère actuel. Le fait qu'elle soit têtue, sa persévérance et surtout, son envie de se relever après chaque chute pour ne pas paraître faible. Et pourtant, la demoiselle avait toujours été douce et gentille. Bref c'était assez spécial.

Lorsqu'elle arriva sur le terrain, son visage était vraiment partagé, neutre. A vrai dire elle réfléchissait à ce qu'elle devait croire ou pas. Cela n'avait rien à voir avec les Cheistams, la jeune femme était assez grande pour se forger sa propre opinion, ses propres pensées. Elle n'avait besoin de personne pour faire des choix. Encore un trait de caractère qui était si proche de Tristan. Tous les deux tiraient dans le sens opposé. C'était comme si ils avaient une corde et celui qui arrivait à attirer l'autre vers la ligne avait gagné.

Elle n'était pas naïve à ce point et préférait juger par elle même. On verra bien en fonction des réactions de Tristan au fil du temps. Il fallait juste observer, laisser faire les choses. Pourtant, la jeune femme sentait qu'il y avait un petit quelque chose qui clochait. Qui n'était pas normal. Il y avait des gestes qui trahissaient beaucoup. Mais elle comme lui en laissait voir le moins possible et c'était encore plus difficile de trouver une solution dans ces conditions. Aucun des deux ne semblait vouloir dire ce qu'il y avait sur le coeur. Comme un dialogue de sourds, une méfiance polie, une décision difficile à prendre.

La jeune femme avait confiance en ses capacités d'arrêter Tristan mais elle n'était pas bête, il ne fallait jamais sous-estimer son adversaire. C'était la meilleure erreur à faire pour perdre le combat.

Cependant, cette simple lettre lui torturait l'esprit. Et de plus, Kymie n'avait pas trop aidé sur ce point là, se méfiant de ce Drakkari. Avec tout ce que l'on raconte sur eux après tout. Et puis Kymie n'avait jamais aimé les Drakkaris, brutaux, presque bestiaux pour elle.

C'était bizarre, mais le fait que Cassidy paraisse un peu plus neutre n'avait pas échappé à Tristan qui dévia son sourire en quelque chose de plus malsain. Il lui répondit très sèchement à sa phrase mais la jeune femme ne se laissa pas emballer, haussant simplement un sourcil puis poussa un soupir. Elle avait voulu être un peu blagueuse, ce n'était pas la bonne façon de s'y prendre. Mais on dirait aussi qu'il n'aimait pas du tout cette simple idée de coup de foudre.

Cassidy secoua un instant la tête, comme si elle ignorait son air sec.

"Un coup de foudre... physique je voulais dire. Un sort si tu préfères. Pas l'espèce de sentiment mielleux qui rend abruti et inconscient. C'est marrant on est deux à penser la même chose"

Etait-ce vraiment marrant ? Pas vraiment, mais il fallait dire que ces deux là étaient plutôt bornés. En effet, depuis sa déception, la jeune femme ne croyait pas à un coup de foudre. Cette bonne expression signifiait éprouver un choc, un sentiment amoureux directement au premier regard. Le coup de foudre était tout simplement physique. On construit une relation amoureuse sur du long terme. Et encore, ce n'est pas suffisant. Enfin, ce n'est pas une spécialiste de ce genre de choses.

Cassidy se rappelait pourtant parfaitement de ce jour, peu de temps après le départ de Tristan. Cette fête de l'école qui tournait mal. Un garçon l'avait découvert et plutôt que de lui faire un petit bisou sur la joue, il avait été beaucoup plus loin en s'emparant de ses lèvres avec une facilité déconcertante. Ce contact avait perturbé Cassidy et étant encore petite, elle n'avait rien éprouvé ce jour là. Si ce n'était qu'une drôle de petite sensation, douce, d'un contact si rapproché. C'était pas spécialement désagréable mais c'était surtout humiliant pour elle. La petite avait alors froncé les sourcils et s'apprêtait à ouvrir les yeux en corrigeant le malin qui avait osé faire ça. Car même si elle ne savait pas à l'époque ce que signifiait un baiser, elle avait déjà vu les grands le faire et cela ne la tentait pas plus que ça. Trouvant ce geste plutôt berk berk à son âge.

Pourtant, elle avait cherché à reconnaître celui qui avait osé lui faire cela. Il ne lui avait laissé aucun signe. Après tout, connaissant le caractère de la jeune fille, il avait sûrement décidé de ne pas lui en parler pour ne pas se recevoir une gifle bien placée.

Ce n'est que quelques années plus tard que Cassidy comprit la portée de ce geste en assistant de loin à un mariage. Ah ben d'accord quoi ! Ce n'est pas quelque chose qui se donne par hasard quand même. Symbole d'une union entre deux personnes, montrer simplement son amour. Et son premier baiser elle l'avait donné à un parfait inconnu. Pourtant, la jeune fille à l'époque en avait véritablement voulu à son "agresseur". Depuis cela, la jeune femme avait toujours éprouvé méfiance, et les hommes un peu trop démonstratifs, elle les fuyait comme la peste.

*Grmblr ! Il a bien fait de se cacher quand même sinon il se serait pris une de ces gifles qui l'aurait marqué toute sa vie*

Si elle avait su qu'il s'agissait de Tristan, comment aurait-elle réagi ? En sachant que la gifle était aussi proche que le pardon. Enfin, la jeune femme chassa cette pensée de sa tête et fit une grimace de dégoût.

"Tu parles qu'il était doué... Juste parce qu'il a réussi à trouver ma cachette. Et pourtant j'étais sûre et certaine de ne pas être visible. Et tu as raison, il aurait passé un sale quart d'heure. J'aurais du ouvrir les yeux et lui arracher son masque à ce profiteur !"

Apparemment, cela ne lui plaisait pas du tout cette histoire de baiser volé. Un premier baiser cela ne s'oublie pas et même si c'était un bisou d'enfants encore maladroit, Cassidy prenait très au sérieux toute cette histoire.

Et alors, elle repensa à ce lieutenant. Si ça se trouve il devait être tout simplement pompeux pour ne pas oser lui parler en face et attendre que son papa en parle dans sa lettre. Tsss minable ! Pendant qu'elle pensait à cela, Tristan s'approchait d'elle pour lever la main et chasser une bestiole qui lui tournait autour.

La jeune femme eut un sourire amusé. Il était vraiment imprévisible.

A sa phrase suivante, qui était pourtant toute simple, cherchant à cacher les lutines des yeux du garçon, il eut une réplique plutôt étonnante. Voire provocante. De quoi il parlait enfin ? Accompagné de ce petit sourire qu'elle trouva fort charmant mais allant très mal avec la phrase vu la provocation dans sa voix.

"En apprendre plus sur quoi ? Les créatures ou... oh... hum et bien... si tu restes sage alors !"

Il n'en dit pas plus, se contentant de lui tirer la langue tout en avançant sur le terrain.

Pendant que Cassidy faisait sa petite méditation, Tristan faisait autre chose à côté. Elle ne pouvait pas vraiment le voir pour l'instant, trop concentrée sur sa tâche. La méditation demandait beaucoup de patience, de calme et heureusement que la jeune femme arrivait à conserver son calme malgré le drôle d'oiseau qui était non loin d'elle.

Alors qu'elle rouvrit doucement les yeux, Cassidy aperçut Tristan dans un arbre en train de faire des pompes. Who ! Quel courage ! Cela demandait de la force. Ou était-ce tout simplement une tentative d'impressionner la jeune femme ? Y avait sûrement un peu des deux. Cassidy le regarda faire, il était bien courageux oui, après avoir juste dormi un peu il était déjà en train de s'entraîner.

Pourtant il avait bien entendu sa question car il lui répondit gentiment. La jeune mage fit une grimace, montrant que sa sieste avait été un peu inconfortable. Bon après tout ce n'était pas la première fois qu'elle s'endormait la tête dans les papiers.

"Hum ça va oui merci"

Il était marrant, la tête en bas comme ça pendu, on aurait dit une grosse chauve souris rouge. La jeune femme se contenta de le regarder faire alors qu'il se rétablissait plutôt bien sur le sol. Mais ce qui lui fit changer l'expression de son visage, c'est quand le Drakkari se rapprocha d'elle pour encore s'arrêter à quelques centimètres d'elle.

*Encore ! Décidément c'est une manie chez lui de m'observer comme ça. Mais... qu'est-ce qu'il faiiiiiiiiiiit ?*

La jeune femme n'eut pas le temps de réagir que Tristan avait déjà posé son doigt sur son visage en indiquant qu'il y avait une tâche d'encre. Cassidy le regarda un peu perplexe. A quel jeu il jouait là ?

*Aaaaaaaaaaaaaaaah ! Encooore ? Je ne suis pas assez rapide pour éviter ses gestes c'est pas possible. Je te préviens, ose vraiment faire autre chose que ça et je t'attache à l'arbre. Et un point de plus pour Tristan qui vient d'atteindre sa cible youpiii ! Distance ma grande, distance...*

C'était dur, le Drakkari était imprévisible et la jeune femme n'arrivait pas du tout à anticiper ses réactions. Cependant, il n'oublia sûrement pas le léger mouvement de recul que la jeune femme avait eu, un pied reculant en arrière alors qu'il posait son doigt.

La jeune femme fit style qu'il n'y avait rien bien qu'elle grommela et rumina un peu au départ, marmonnant sa gêne que d'avoir été touchée comme ça. Cependant, elle tenta de faire comme si cela ne lui faisait rien.

"Arf ! Ca doit être un parchemin qui ne devait pas être sec !"

Elle mouilla le bout d'un de ses doigts et le passa au niveau de la joue avec insistance là où Tristan l'avait touché. Et peut être que ce n'était pas vrai qu'elle n'avait pas de tâche. Mais elle était vraiment mignonne à tenter d'enlever la tâche de cette manière, un peu de manière maladroite.

"Je suis pas douée du tout moi..."

Il lui demanda alors si il pouvait prendre une branche pour s'entraîner un peu plus loin, de manière gentille et polie. Mais avant que Cassidy ait le temps de répondre, il secoua la tête comme si cette demande ne lui convenait pas et prit un ton un peu plus rude pour lui... enfin même pas lui demander, lui dire expressément qu'il avait l'intention qu'il s'entraîne, qu'elle le veuille ou non.

La jeune mage esquissa un petit sourire qui ne présageait rien de bon. Sauf que Tristan la connaissait, cette petite lueur qu'elle avait au fond de ses yeux marrons qui précédait la résistance et la riposte qu'elle pouvait avoir. Il la provoquait un peu là, chose à ne pas faire avec elle, surtout pour lui dire qu'elle ne s'exclame pas qu'il l'attaque. Son ton s'était durci comme si il avait oublié la phrase d'avant. Serait-ce une invitation à le défier ? Cela en avait tout l'air, même si il était malicieux dans son sourire. Mais Cassidy le sentait, il avait envie de s'entraîner, de retrouver ses forces, de faire ce qu'il aimait, sa vocation de guerrier. Et surtout, elle n'avait tout simplement pas apprécier la dernière phrase.

Cassidy marcha lentement le long du terrain, les yeux rivés au sol, son bâton dans sa main.

"Monsieur pense que je vais peut être crier en croyant une attaque de sa part ? Ca serait honteux de ma part je pense"

Bien sûr, elle n'évoqua pas la possibilité d'être déstabiliser par une attaque plus... originale on va dire. De toute manière, Tristan n'allait quand même pas utiliser ce genre de chose pour la neutraliser. Du moins, si il avait un semblant d'honneur et de respect.

Et du coup, qui risquait d'attaquer l'autre ? En marchant toujours vers Tristan, les yeux rivés au sol, Cassidy commença à marmonner quelques mots magiques tranquillement. Les runes sur son bâton s'illuminèrent d'une couleur bleue. Avait-elle l'intention de l'attaquer maintenant ? Tranquillement, Cassidy continua son bout de chemin, se rapprochant un peu plus de Tristan mais toujours en étant à distance raisonnable.

Sans crier gare, elle releva les yeux et tendit son bâton en avant, en direction de Tristan, prononçant à haute voix un mot de pouvoir, un ordre. La lumière bleue se fit plus forte et on entendit le bruit d'une porte qui s'ouvrait à la volée derrière lui. Il s'agissait du petit local où était entreposé les armes et armures pour s'entraîner. Un bruit perçant résonna et des armes sortirent des ténèbres se plantant dans le sol devant Tristan. Celles qu'avait sélectionné Cassidy étaient de grosse taille, plutôt lourdes, ressemblant à l'épée qu'il possédait même si elles n'en avaient pas le panache et l'allure.

On pouvait dire que la jeune femme était observatrice et savait de quoi avait besoin le guerrier. Elle n'avait pas chercher à se moquer de lui en sortant des armes trop petites ou trop courtes. Non on sortait directement l'artillerie lourde.

"Les épées à la gemme rouge sur le manche sont capables de repousser certaines attaques magiques. Les épées à la gemme bleue sont classiques" expliqua-t-elle tout en reprenant sa marche tranquillement.

"Je sais qu'elles n'ont pas la qualité de ta propre arme mais choisi celle qui correspond le plus à ce que tu recherche"

Elle arrêta sa marche, se tenant face à lui à une distance raisonnable, un petit sourire mystérieux et tentant sur son beau visage alors que la jeune mage tenait son bâton dans sa main.

"Je pense que ça nous fera du bien à tous les deux de nous défouler un peu. Bon bien sûr, tu peux aussi t'entraîner tout seul si tu préfères"

Hola Hola (commo esta ? xD) il y a un petit problème quelque part. D'habitude c'est toujours Tristan qui recherchait la bagarre alors à quoi jouait-elle ? On peut dire que c'est une petite habitude qu'elle a gardé de son enfance bien que la jeune femme avait vraiment envie de voir comment Tristan évoluait sur un terrain pour se battre. Il lui avait donné de mauvaises habitudes ce petit Drakkari ! De toute manière il n'y avait rien à craindre car elle était aussi une excellente combattante et ne comptait pas se faire arrêter au premier coup, ce qui n'aurait pas été digne de sa part.

Cassidy lui fit un petit sourire pour tenter de le rassurer. Bien sûr, elle ne voulait pas l'énerver, juste un petit combat amical aux allures de jeu.

*On va voir comment tu évolues, Tristan. Montre moi à quoi t'ont servi toutes ces années d'entraînement*

Lentement, la jeune femme sortit un bandeau couleur lilas de sa poche, attrapa tranquillement ses cheveux qu'elle rattacha en une seule couette à l'arrière pour être plus à l'aise et ne pas avoir les cheveux devant le visage. Pourtant, deux mèches rebelles encadrèrent son petit visage fin, ce qui lui donnait un certain style. Oùlà, cela, Tristan l'ignorait car il ne l'avait jamais vu se battre mais pour ceux qui la connaissait, cela signifiait tout simplement qu'elle n'allait pas se contenter de repousser ses attaques.

"Si tu me défie et que tu gagnes, tu auras droit à une petite surprise"

Elle lui lança un regard en coin tout en lui faisant un petit clin d'oeil sans en dire davantage, sa main libre posée légèrement sur sa hanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Sam 26 Mai - 10:13

Content de la voir ? Non non pas du tout !
Enfin bon un peu d’accord.

Il n’y a rien de mal à vouloir qu’une jolie fille ne soit pas trop loin… C’est dur à avouer mais jolie ne lui convient même pas. Si tu n’avais pas l’air si sévère, et si tu n’étais pas une mage, comprends l’égo du mâle… tous les hommes des alentours te feraient la cour, j’en suis certain


Oui certainement le fait qu’elle soit une mage et réputée puissante ne devait pas aider.
En effet même si les Cheistams mettaient en avant l’équité, la parité entre les sexes les hommes avaient parfois et très souvent en fait, un ego démesuré.
On ne verrait pas un demoiseau en détresse sauvé par un courageuse jeune guerrière. Et même si à la place de la guerrière se trouvait une jolie mage, malheureusement, les esprits même les plus ouverts n’étaient pas aussi tolérants qu’ils le laissaient entendre.

C’était une règle d’hommes de Cro-Magnon, rien de moins.
Tristan devait bien l’admettre, même s’il y songeait avec un certain amusement. Les hommes ne supportaient pas d’être plus faibles que les femmes. C’est pourquoi souvent les mages puissants se mariaient les uns avec les autres. Les dames souvent s’orientaient vers tout ce qui concernait la guérison parce que là au moins elles avaient le droit d’exceller.
Et puis il n’y avait pas tant que ça de femmes mages puissantes.

Il n’avait pourtant pas de sourire en pensant ainsi.
Ils avaient tort, tous. C’étaient les femmes de la trempe de Cassidy qui pouvaient changer les choses et apporter de la nouveauté. Les hommes n’avaient pas évolué eux depuis des décennies. On continuait de se taper dessus, chaque faction suivant ses idéaux sans qu’un compromis ne semble possible. De temps à autre un chef plus combattif apparaissait dans un camp ou dans l’autre et les combats s’engageaient. Mauvais pour la faction visée, mais aussi pour les innocents qui se retrouvaient coincés à devoir choisir quel chef soutenir… en sachant qu’en cas de défaite de celui-ci, l’autre massacrerait le village.

Ah non ça ce n’était pas tout à fait vrai quand même.
On racontait que c’était ainsi avant l’apparition des factions justement, les batailles entre petits seigneurs étaient sanglantes. Mais au final il n’y avait plus eu que deux camps : les Cheistams et les Kaärs, les gentils et les méchants.

Tristan avait tout de même haussé un sourcil sceptique quand elle avait parlé à nouveau du coup de foudre. Ainsi elle ne parlait pas d’amour… Pourtant avec ses yeux innocents il en aurait mis sa main au feu. Elle avait l’air si naïve… Mais apparemment, non elle ne croyait pas à cela. Et mine de rien, le jeune homme en fut rassuré et ne l’en estima que davantage. Du moins à présent l’estimait-il un peu.
Malgré ses airs de jeune fille fleur bleue elle ne l’était pas ? Ouf… lui qui avait cru pendant une seconde que son mauvais caractère s’était éteint derrière des rêves de petite fille ne s’en trouvait que rassuré.

- Content de le savoir, ça nous évitera des discours naïfs.

Mais rapidement les expressions sur le visage du jeune homme changèrent. S’il avait juste paru amusé et soulagé dans un sens, ses sourcils se haussèrent alors qu’elle parlait de son voleur de baiser. Bien sûr il en voulait un peu à celui qui avait pu faire ça et ainsi lui voler la vedette après tout c’était sa vengeance mais bon, c’était tout de même bien joué alors il ne pouvait pas trop le montrer. Et en plus elle aurait trouvé ça bizarre non ?

Sauf qu’elle semblait apparemment décidée à se confier à lui sur ce point, comme pour se justifier, ce qu’il trouvait au passage très amusant. Finalement elle était peut-être encore un peu gamine sur les bords. Pourquoi lui en parlait-elle d’ailleurs, elle devait se douter que ce n’était pas le genre de choses à intéresser la grosse brute qu’il était selon la lettre qu’on lui avait remise non ?
Seulement même si elle en dit peu, elle parla de cachette, qu’elle avait voulu ouvrir les yeux, de masque encore une fois et il trouva que ça faisait bien trop de coïncidence d’un seul coup.

Soit il avait été suivi, copié, plagié par un imitateur redoutable, soit… Elle était en train de parler de lui.
Cette perspective le faisait jubiler intérieurement. Parce que si c’était bien le cas, elle ne savait pas que c’était lui autrement elle serait déjà en train de lui taper dessus. Enfin de ce qu’il pensait.
Et donc elle ne se rendait pas compte qu’elle était en train de compter son petit exploit de l’époque… à celui qui l’avait réalisé justement.
Savoir qu’il l’avait à ce point marquée était porteur de fierté et il eut du mal à dissimuler son sourire amusé.

Même si pour le coup celui-ci passait pour un amusement suite à ses paroles. C’était bien le cas non ? Mais pas seulement à cause d’une narration montrant le mauvais caractère de la jeune fille et son refus de se laisser à nouveau faire ainsi.
Tristan la fixa avec insistance. L’envie de lui dire que c’était lui le démangeait mais il se retint. Certains secrets avaient besoin de temps pour s’épanouir, celui-ci était une arme secrète, il ne fallait pas s’en servir n’importe quand et surtout n’importe comment.
Par contre s’il le dévoilait devant des personnes importantes… elle se retrouverait dans une situation plutôt humiliante non ?

Mais il détourna rapidement la conversation et se mit à rire suite à son expression un peu surprise par rapport à sa demande de « découverte ». Elle n’avait pas comprit sur le coup mais se rattrapa vite alors qu’il lui faisait un grand sourire et lui tirait gentiment la langue en s’éloignant. Petite taquinerie par petite taquinerie, il allait la rendre dingue, il le savait et cette perspective était des plus réjouissantes. Il avait hâte de la voir s’énerver. Etait-elle vraiment comme avant ? Fougueuse, ne se contrôlant plus du tout quand ça la touchait vraiment ? Ou s’était-elle comme lui assagi ? Quoique… lui-même partait parfois en vrille et mieux valait ne pas être sa cible dans ces cas là.

Après quoi, elle médita tandis qu’il faisait ses abdominaux.
Comme elle semblait concentrée et les yeux fermés il en profitait pour la regarder quand il relâchait ses muscles en redescendant la tête juste avant de la remonter.
Quand elle était concentrée, c’était comme avant, elle fronçait légèrement les sourcils. Mais là…
Eh bien elle avait bien grandi. Ses cils bien plus longs qu’à l’époque semblaient frémir par magie ou juste du fait de sa concentration et de ses mouvements faciaux sur le haut de ses joues, là où un peu plus tôt de légers cernes bleutés lui avaient prouvé sa fatigue. D’ailleurs elle semblait toujours fatigué, mais moins tout de même.

Elle était bien jolie.
Et oui c’était agréable d’avoir une jolie fille pas très loin na !!!!
Même si en l’occurrence c’était sa geôlière, son harassante vieille camarade de classe… et qu’il faisait aussi un peu ça pour l’impressionner c’est vrai. En fait non, ça n’avait absolument rien d’impressionnant et il en avait parfaitement conscience. Seulement pour l’instant il ne pouvait pas faire beaucoup mieux. Il commençait déjà à avoir mal partout, sa propre faiblesse le dégoûtait.

Mais peu après, enfin tout de même quelques minutes plus tard, il descendit de son perchoir et vint la rejoindre ayant remarqué même de loin quelque chose d’étrange. S’il s’approcha rapidement et sans hésitation ce n’était pas avec une quelconque idée malsaine en tête et il pointa donc sur sa joue la petite tache d’encre.
Il n’avait pas été brutal dans son geste, c’était même tout le contraire et effleurait à peine son visage.
Mais pourtant elle eut un mouvement de recul qui ne lui échappa pas et il se contenta de prendre une mine surprise et presque blessée avant de rabaisser rapidement son bras en haussant les épaules.

Très bien qu’elle se promène avec des taches d’encre plein la tronche désormais il ne le lui indiquerait pas.

Mais c’est quoi son problème ! Si j’avais essayé de la frapper elle serait déjà étalée par terre, faut vraiment qu’elle se calme la miss je sais tout mieux que tout le monde


Oui là pour le coup il était frustré et même un peu en colère, se contentant de se retourner bien décidé à l’ignorer avant de lui poser son autre question pour se changer les idées.
Malgré sa frustration il était trop pensif et ne fit pas attention à la façon dont il lui parlait avant de s’apercevoir que c’était bien trop gentil et de se reprendre rapidement.
Apparemment cette reprise n’était appréciée. Eh bien tant pis pour elle !

Bon elle s’était quand même justifiée pour l’encre et s’était mise à se frotter la joue d’une manière adorable. Ca avait un peu apaisé son air devenu bougon mais pas totalement, d’où la certaine sécheresse dans ses paroles.
Même s’il l’avait observée faire du coin de l’œil pas intimidé ni rien juste ne voulant pas lui montrer plus d’intérêt que ça. Elle lui cassait les pieds !

Ca suffit Tristan, être frustré parce qu’elle a juste reculé c’est un truc de gamin ça !Non j’ai pas l’habitude qu’une femme me résiste et ne cède pas devant mes sourires mais ce n’est pas une raison, tu as l’air d’un crétin là


Il se calma rapidement et se tourna vers elle.
A sa grande surprise elle s’était mise à marcher avec une drôle d’expression au visage. Comme si elle était mécontente de ses paroles et voulait éclaircir quelques points. Bon bien sûr ce n’était pas très gentil, sa reprise l’avait montré assez amer et pas dans ses meilleures expressions. Mais apparemment elle prenait plutôt mal… très mal. Elle n’avait pas apprécié. C’était compréhensible d’ailleurs mais son expression neutre, mais étrangement neutre, comme s’il y avait autre chose, ne lui disait rien qui vaille et son instinct de guerrier l’avait sauvé de bien des situations périlleuses.

Tout à coup elle utilisa un sort, se rapprochant de lui et s’il ne moufta pas ce fut en serrant les dents pour s’obliger à ne montrer aucune peur et aucune hésitation. Qui l’auraient plutôt desservi dans cette situation.
Et heureusement parce que ce n’était pas lui qu’elle attaquait… Et en fait elle n’attaquait personne. C’était juste un sort pour balancer tout un tas de matériel devant lui.

Tristan haussa un sourcil.
Il n’aimait pas qu’on manipule ainsi des armes, c’était dangereux et pas vraiment respectueux mais il savait qu’elle ne pourrait pas comprendre ça parce qu’elle n’avait pas pour vocation la bataille comme lui. C’était une mage, elle était censée faire le bien non ? Du moins ce qu’elle croyait bien. Les armes ce n’était pas pour elle.

D’ailleurs il observa celles devant lui. Elles étaient toutes très lourdes sans aucun doute, il le voyait d’un regard. Ainsi elle le mettait face à des armes proches de celle qu’il utilisait régulièrement. Cherchait-elle à lui soutirer ses techniques de combat. Non c’était plus que ça. Elle voulait qu’il s’entraîne, par curiosité personnelle… mais il prit un air sincèrement surpris en comprenant qu’elle souhaitait qu’ils se battent l’un contre l’autre.

Il la jaugea du regard. Inconsciemment, parce qu’elle était armée de son bâton, parce qu’elle avait des pouvoirs, il s’était par stratégie, habitude, approché d’une lourde épée à la gemme rouge, posant sa main sur la garde.
Mais au lieu de montrer du mépris et de se moquer carrément de sa taille et d’elle tout simplement, au lieu de s’énerver contre une méthode bien étrange pour le démasquer qu’il n’arrivait pas à cerner, comble de l’agacement, Tristan esquissa finalement un petit sourire amusé.

Quelque part il n’était pas si surpris, il le savait même s’il n’avait pas envie d’y penser.
Mais alors qu’il sortait l’épée de terre, la soupesant pensivement sans répondre pour l’heure avant de l’appuyer contre son épaule après en avoir éprouvé le tranchant émoussé pour plus de sécurité il eut l’impression de se prendre un choc dans le coude.
La douleur aigue et inattendue ne le fit qu’à peine tressaillir car il gardait contenance devant Cassidy.
Seulement il savait que ce n’était pas parce que cette épée pouvait contenir ou repousser de la magi. C’était autre chose.

Son bras ne devait pas être complètement remis. Il aurait dû s’en douter. C’est pour cela que même s’il était heureux de se retrouver au contact d’armes aussi émoussées soient-elles pour éviter des blessures aux futurs élèves son regard s’était voilé. Se battre trop tôt n’était pas la bonne solution. Mais il ne l’avouerait jamais devant elle, plutôt s’écrouler sous la douleur que d’avouer une quelconque faiblesse, ça elle pouvait en être certaine.

- Tu veux te battre avec moi alors…

C'était un constat, pas une question.
Il eut un sourire sombre, presque forcé alors qu’elle parlait de surprise et haussa les épaules.

- Une surprise hein ?...Quelle importance ? De toute façon je ne peux pas te défier… puisque tu viens toi-même de le faire.

Nouveau sourire pas plus sincère alors qu’il pointait la large épée sur elle, bien qu’elle se trouve assez éloignée de lui.

- Pourquoi pas. Mais je ne me battrais pas sérieusement… Je ne me bats pas pour jouer princesse, du moins je n’en ai pas l’habitude. Alors si je suis sérieux ce ne sera pas très sympa. Pour l’instant on va juste essayer de s’amuser un peu. Voyons un peu ce que peut faire une jeune femme capable de terrasser un dragon.

Si son expression était devenue très neutre sans que ne perce réellement de la colère, de la peur, de l’amusement ou de la joie, il savait apparemment pour le dragon, prouvant ainsi qu’il en savait plus sur elle que ce qu’il avait admis jusqu’alors… Mais en parlant du légendaire animal, pendant une seconde très courte la colère fut nettement, très nettement visible, avant de s’effacer au profit de la froideur qu’il semblait décidé à utiliser.
Et non il ne s’énervait pas de cette petite provocation et c’était sans doute bien plus dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Sam 26 Mai - 13:07

Certes, Cassidy cherchait justement un homme bien, stable, qui ne la jugerait pas sur sa simple apparence mais plutôt sur sa façon d'être. Car il faut pouvoir la supporter la demoiselle mine de rien. Même si face à un public, elle est beaucoup plus calme, détendue, sérieuse. Il n'y avait que Tristan pour mettre au grand jour son fichu caractère.

D'ailleurs en repensant à cette histoire de lieutenant, si elle s'était vraiment trouvée en face de lui, comment aurait-elle véritablement réagi ? Pas en lui grognant dessus en tout cas. Elle aurait simplement garder une politesse et un respect envers cet homme bien qu'à l'intérieur de sa petite tête, la jeune femme aurait sûrement marmonner, désapprouver et aurait pensé bien des choses vraies qui concernait son véritable caractère. Et pourtant, Cassidy savait faire preuve de retenue.

Malheureusement avec Tristan c'est différent. Il savait comment faire pour l'agacer, pour que la jeune femme fasse ressortir sa vraie nature bien qu'elle savait encore garder des choses pour elle. Il la voyait quand même au naturel, râlant et grognant par moments, souriante à d'autres. Et sérieuse quand la situation l'exigeait. Mais le sentiment de se sentir attirer par un homme pour son physique, celui là, il ne pouvait pas le détecter sur le visage de Cassidy. Impossible de savoir ce qu'elle pensait réellement à ce sujet. Il en aurait été bien surpris d'apprendre ses véritables pensées.

Il était charmant, ça c'était une évidence et indiscutable. Même Cassidy devait le reconnaître. Avec ses petits mimiques, son allure, sa façon de se tenir, il n'était pas repoussant, très loin de là. Mais ce certain charme lui donnait aussi des allures de paon, se pavanant devant les demoiselles pour faire l'étalage de muscles, de fanfaronnade et d'autres choses. C'est comme cela qu'elle l'imaginait. Et si il y avait un troupeau de filles, Tristan se serait certainement infiltré au milieu, draguant tout comme il avait tenté de le faire dès son arrivée ici. C'était comme si il avait un faible pour les femmes. Bon après tout, c'était un homme. Il y aurait eu un souci si il ne ressentait pas d'attirance physique.

Pourtant, ce qui n'allait pas dans l'allure du garçon, c'était son sale caractère, son attitude moqueuse, et surtout, ce qu'il avait accompli et dit ouvertement face à elle, en la regardant droit dans les yeux. Bien que cela restait encore à prouver.

*Et pourtant il a un bon fond... Ca j'en suis persuadée... Voilà que je recommence ! Stooop*

Lorsqu'elle avait expliqué qu'elle ne croyait pas à ce genre de chose, cela rassura le Drakkari dans un certain sens. Mais heureusement qu'elle ne lui avait pas dis que si par le plus grand des hasards la jeune femme se tournerait vers un homme respectueux, correct et surtout pas manipulateur, il aurait sûrement bien ri. Car en effet, Tristan représentait plutôt la fougue, le sale caractère et surtout, les Drakkaris étaient bien connus pour leur instabilité. D'ailleurs, elle n'avait jamais compris pourquoi ceux-ci quittaient leur conjoint après une naissance. Peut être qu'ils ne se sentaient pas si attachés que ça au final. Enfin, la jeune femme espérait que ces comportements changeraient avec le temps, mais elle était sûre que ce n'était pas Tristan qui ferait changer ça.

*Pourtant tu es bien étrange toi aussi...*

Cassidy avait évoqué l'histoire du baiser volé. Et malgré la lettre sur Tristan, elle avait réagi de façon impulsive. C'était justement une de ces choses qui lui tenait à coeur et qui la faisait démarrer au quart de tour. Oui justement elle n'avait vraiment mais pas du tout apprécié cela. C'était évident après tout et indigne des bonnes manières.

Cependant Cassidy ignorait que l'horrible voleur se trouvait justement juste à côté d'elle. Si elle avait su que c'était lui, bien sûr, la gifle était toujours envisageable mais il y avait aussi une deuxième chose qui restait possible et qui serait sûrement fort étonnante pour Tristan. Mais pour l'instant, ce n'était pas possible d'en parler.

*Si je l'avais eu sous la main grrrr ! N'empêche il doit être loin à présent. C'est du passé*

Elle avait répondu à son étrange question sur la découverte et il s'était contenté de rire tout en lui tirant une grimace. Cassidy avait un peu tiqué mais n'avait rien dit. Oui on pouvait dire qu'elle s'était un peu calmée avec l'âge car un mage impulsive et au tempérament de feu aurait eu du mal à contrôler sa magie. Surtout elle en particulier. Et pourtant, certaines choses lui tenaient suffisamment à coeur pour que Cassidy reprenne ses mauvaises habitudes. On ne peut pas tout cacher éternellement.

Tristan était venu lui montrer sa tâche. Et même si Cassidy avait été reconnaissante face à ce petit geste qu'elle jugeait attentionné, c'était un malheureux et stupide réflexe qu'elle venait d'avoir. Mais aussi peut être, y avait-il une certaine crainte par rapport justement à cette lettre ? C'était possible. Pour l'instant, elle ne savait pas vraiment réagir et même ce léger effleurement du bout du doigt lui avait donné un petit frisson. Imaginons un contact beaucoup plus poussé, tomberait-elle dans les pommes sous le choc ?

Par contre, ce que la jeune femme remarqua, c'est que ses sourires étaient moins visibles depuis qu'elle avait lui montrait encore qu'elle cherchait à s'éloigner de lui. Commencerait-il à trouver le temps long ? Avant qu'elle ne craque ? Pour ça c'est clair Cassidy ne lui rendait pas les choses faciles mais après tout, c'était bien son ancienne rivale, toujours digne et fière, et pas du tout contrôlable là dessus. Dans un sens, les Cheistams sans se douter de quoi que ce soit, avait emmené Tristan dans le seul lieu où la dirigeante était capable de lui tenir tête sans céder à ses avances. Bien que l'évolution est toujours possible.

La jeune mage, avec le ton sec que Tristan avait pris, n'avait pas vraiment apprécier la chose. Cela se comprenait, après tout, elle n'était pas une pauvre petite poupée manipulable et soumise. Non elle était humaine, elle avait des sentiments, des réactions. Et un ton comme celui là qu'il avait pris n'était pas vraiment respectueux envers sa personne bien que Cassidy faisait preuve d'un calme Olympien, n'avait pas élevé la voix bien que son regard prenait des allures de défi.

Il n'avait pas daigné bouger et Cassidy n'aurait rien dit si il l'avait fait. Pas bouger, aucune expression de peur sur le visage. C'était normal après tout pour le guerrier qu'il était de ne pas éprouver la moindre émotion de crainte face à son adversaire. Mais de toute manière, la jeune femme ne lui en aurait pas voulu. Cependant il haussait un sourcil en regardant les armes se planter devant lui.

Pourtant, comment Cassidy aurait pu lui amener ? Elles étaient lourdes et à moins de passer pour un gag, s'imaginant traîner les lourdes armes jusqu'à Tristan, c'était un peu fort. Et puis, un mage ne faisait pas spécialement que le bien. Avoir des pouvoirs pouvait donner des idées de grandeur et nombreux étaient les mages noirs à la recherche de plus de pouvoir, cherchant à invoquer les pires démons, ressuscitant les morts qu'ils transformaient en esclave ou tout simplement, utilisait leur panoplie de sorts pour faire du mal tout simplement.

C'était ce que son maître lui avait souvent répété. Qu'il fallait se servir avec prudence de la magie et passer du côté sombre était comme perdre son âme. Il fallait prendre les bonnes décisions, ce qui n'avait jamais été facile.

Et pourtant, le jeune homme ne fit qu'un petit sourire amusé tout en se tournant vers une arme capable d'annuler certaines formes de magie. Après tout, Cassidy n'était pas sincèrement méchante. Il y avait plusieurs raisons qui la poussait à faire ce petit duel entre eux d'eux bien que Tristan n'aurait pas spécialement approuver.

Il y avait d'abord cette envie et cette curiosité de voir ce qu'il valait en combat. Loin derrière le petit garçon qui s'amusait à lui tirer les nattes, à se donner des petits coups, à se pousser l'un l'autre, se trouvait aujourd'hui un homme habitué à se battre avec une arme. C'était plutôt dangereux.

Aussi, Cassidy voulait lui montrer qu'ils étaient tous les deux sur un pied d'égalité. Elle avait beau être la directrice, alors qu'un autre aurait sûrement mis Tristan aux fers en l'enfermant au cachot, elle le laissait évoluer librement et plus encore, il avait la possibilité de se battre contre elle de manière assez juste. En effet, elle aurait pu très bien se moquer de lui et lui apportant des armes plus courtes, plus ridicules pour sa fierté ou encore juste des armes normales sans possibilité de repousser la magie. C'était un risque que la jeune mage prenait mais parfois il faut savoir prendre des risques pour avancer.

Enfin, on racontait qu'il était possible de mieux cerner la personnalité d'un adversaire dans un combat. Ce n'était pas du tout pour les Cheistams qu'elle faisait ça mais uniquement pour elle. On pouvait apprendre beaucoup de choses au cours d'un combat à la loyale et cela elle ne l'ignorait pas. De l'entrée en scène jusqu'au coup final pour désarmer son adversaire, de la capacité à se relever malgré la fatigue et d'autres choses. Et justement là dedans, la jeune femme espérait en apprendre plus sur son attitude, sa façon de faire et d'agir et surtout, de faire démentir cette horrible lettre.

*Pourquoi j'espère tant apprendre des choses à ce niveau là... Pourquoi seulement j'espère arriver à le voir différemment que dans cette lettre ?*

Pourtant elle savait bien que Tristan n'allait pas se révéler complètement au cours de ce petit combat amical. Trop fier pour montrer une quelconque faiblesse, il avait toujours été comme elle.

Cependant, si le jeune Drakkari avait montré une faiblesse, une douleur ou si Cassidy savait qu'il était blessé et pas encore remis de son séjour chez les Cheistams, jamais elle n'aurait proposé ce duel. Préférant le voir s'entraîner dans son coin sans rien lui dire malgré ses mauvaises paroles et s'inquiétant plus pour sa santé. D'ailleurs elle aurait insisté pour qu'il voit un guérisseur si cela s'était produit. Elle avait une dose d'adrénaline mais savait s'arrêter quand il le fallait.

Après tout, ce n'était pas un troll, un orc ou une autre créature stupide, c'était un Drakkari. Même si il était Kaär, il était hors de question pour elle qu'elle s'amuse à lui faire mordre la poussière juste pour flatter son ego de mage puissante. En plus, elle n'y gagnait pas vraiment dans ce combat. Car il verrait aussi sa façon de combattre, d'agir, c'était à double tranchant. Bien qu'elle réservait quelques cartes dans ses manches, la jeune femme se montrait aussi face à lui.

Voulait-elle vraiment se battre avec lui ? Oui un peu. D'ailleurs la jeune femme serra un peu plus fort son bâton dans sa main, pour gagner un peu d'assurance. Plutôt se traîner à terre plutôt que de l'avouer, il l'impressionnait vraiment. Cela se sentait, cela se voyait. Ce n'était pas lui qui avait déclenché le jeu mais elle-même bien qu'il ne semblait pas apprécié cela.

Cassidy se contenta de hausser les épaules tout en le regardant.

"Considère ça comme un entraînement, ce n'est pas spécialement un jeu"

Elle soupira un instant tout en l'observant doucement. Lorsqu'elle se mettait en mode combat, la jeune femme se montrait beaucoup plus sérieuse pour ne pas perturber sa concentration.

"Mais je ne te force pas. Que l'on soit bien d'accord. Si tu veux m'ignorer, je ne le prendrais pas mal. C'est juste comme on est là tous les deux, autant apprendre à faire connaissance. Ce n'est pas ce que tu voulais ?"

Elle faisait référence à son autre phrase quand il voulait en découvrir davantage. L'occasion était là, devant lui et il devrait quand même le reconnaître, même si il n'aimait pas jouer comme il disait, c'était une véritable perche qu'elle lui tendait. Cassidy n'était pas naïve même si cela y ressemblait. Sa façon de faire, d'agir, ses réactions, étaient réfléchies. Sauf dans certains cas. Mais là une réflexion était là.

Il ne voulait pas de sa surprise. Et pourtant, la jeune femme pensa qu'il aurait été bien surpris de découvrir ladite surprise. Il y avait bien de quoi le surprendre en effet. Alors elle fut un peu soulagée de sa réponse, car même si elle n'allait pas se laisser battre, si cela avait été le cas, la jeune femme aurait eu bien du mal à respecter sa parole.

Un sourire soulagé apparut sur son visage.

"Tant mieux si tu n'en veux pas. Ca m'évitera de devoir faire trop d'efforts dans cette catégorie." dit-elle simplement tout en laissant planer un certain doute quant à l'idée de cette fameuse surprise.

*C'est pas plus mal. Heureusement qu'il n'est pas intéressé. Enfin, pas que je compte le laisser gagner, il ne faut pas rêver non plus mais je dois dire qu'il l'aurait eu sa victoire là et pas que dans un simple combat...*

Il y avait certaines choses qui se méritaient.

Pourtant, la jeune femme se figea et son visage se crispa quand il parla du dragon. Alors ainsi donc il le savait hein. Il était au courant. Cassidy détourna rapidement le regard tout en se mordillant la lèvre inférieure, gênée, et guère ravie de ce petit exploit.

"Des rumeurs... C'est vrai je ne le cache pas, mais ce n'était pas un acte que je voulais au départ... mais... son âme était corrompue"

De la déception apparut dans le visage de Cassidy. Elle avait toujours aimé ces créatures nobles, intelligentes et pleine de sagesse. D'ailleurs c'était un autre de ces objectifs lorsqu'elle parcourait les routes. Rencontrer un dragon pour tenter de débattre avec lui sur Ascadian. Les dragons avaient des mystères qu'ils préservaient soigneusement. Et la jeune femme voulait tout simplement comprendre. Malheureusement, son premier dragon était corrompu et attaquait une ville. Pourtant, elle avait tenté de le résonner mais rien n'avait fonctionné.

Hors de question de lui raconter ce qui s'était réellement passé ce jour là. D'ailleurs il ne comprendrait sûrement pas. Mais le fait d'avoir tuer une de ces créatures qu'elle admirait avait été très difficile.

*Je n'avais pas le choix ! C'était lui ou moi ! Mais en y réfléchissant bien, t'aurais certainement été content de l'apprendre, au moins tu ne serais pas ici, comme un prisonnier, sans aucune liberté. Oui je pense que tu aurais été heureux de l'apprendre que c'était un dragon corrompu qui m'aurait achevé. Pour te venger sûrement de tout ce que je t'ai fais durant toutes ces années...*

C'est comme ça qu'elle voyait l'état d'esprit de Tristan. Il ne pouvait pas comprendre. Comment aurait-il réagi ? Sûrement très mal.

Pourtant, Tristan ne s'énervait pas et ce n'était pas ce que Cassidy recherchait. Et lui aussi avait changé d'attitude, pointant son épée dans sa direction. La jeune femme chassa de sa mémoire cette scène avec le dragon qui n'avait pas été agréable non plus. Elle hocha cependant doucement la tête sans faire de commentaires.

Levant doucement son bâton un peu plus haut, la jeune femme murmura quelques incantations magiques. Les runes prirent une couleur verte et d'un coup, Cassidy tapa sur le sol avec son arme magique tout en regardant un banc à sa gauche. Celui-ci fut entouré d'une lueur verte puis se déforma dans un premier temps. Il prenait la forme d'une panthère à l'étrange pelage blanc, ce qui était bien rare.

Lorsque la transformation fut terminée, Cassidy cligna un instant des yeux, comme si elle communiquait avec la créature qu'elle venait de créer. La panthère se mit à gronder tout en cavalant vers Tristan.

A quoi s'attendait-il ? Qu'elle se jette sur lui ? Après tout c'était une mage, le corps à corps n'était pas pour elle car la jeune femme n'était pas fait pour ça. Et puis, elle n'avait pas l'intention de l'attaquer sérieusement. Cette panthère qu'elle faisait venir était juste là pour voir comment il donnait ses coups, ses mouvements. La panthère était suffisamment agile pour éviter la plupart des coups. Et si il n'était pas assez rapide, la panthère finirait par le sauter dessus pour le pousser au sol. C'était une créature magique donc elle avait suffisamment de puissance pour y arriver car une partie de la magie de Cassidy se trouvait à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Sam 26 Mai - 19:04

HS : ce ne sera pas un message très long parce que je voudrai enchaîner les actions là et j’ai besoin de tes réactions quand même :p

Tristan était pensif.
Même s’il était un peu frustré… bon d’accord très frustré après son mouvement de recul, il n’avait pas l’intention de l’admettre.
Pour lui c’était bien plus déstabilisant que ce qu’elle semblait penser. Il en venait à se dire que ce jeu de total rejet, comme s’il ne lui faisait ni chaud ni froid faisait parti de son plan pour le maintenir ici, lui tirer les informations que ses « copains » Cheistams n’avaient pas réussi à lui arracher.

Sauf que voilà, s’il songeait que c’était fait exprès, du moins avait envie de le songer pour se sentir moins atteint dans son ego, elle avait des expressions contradictoires.
Elle ne faisait pas qu’ignorer ses beaux sourires avec une facilité déconcertante. Elle ne faisait pas que détourner les yeux aussi simplement que si on lui proposait une tasse de thé dont elle n’aurait pas envie alors même que d’ordinaire les femmes ne pouvaient pas s’empêcher de le dévorer du regard… enfin pour la plupart. Non elle ne faisait pas que ça. Elle semblait réellement gênée et méfiante quand il s’approchait de trop, elle avait ce petit mouvement désinvolte d’épaule lorsqu’il lui faisait un sourire à tomber par terre.

Elle ne faisait pas semblant…
Et c’était bien dur à supporter.
Combien de fois s’était-il disputé avec ses camarades ?
Généralement cela tournait autour des mêmes sujets. Les femmes… la baston et les jeux de cartes.
Tristan était doué dans ces trois domaines et ne s’en cachaient pas. La modestie ne l’étouffait pas mais la vantardise non plus. Il ne s’estimait jamais meilleur qu’il ne l’était et savait qu’il lui restait encore bien des techniques à apprendre et bien de l’expérience à acquérir.

Le problème c’est que pour le premier, son charme désarmant, ses sourires et son physique plus qu’attirant lui octroyaient toute l’attention des plus belles donzelles chez lesquelles il n’avait plus qu’à se servir. Pour se battre, son entraînement assidu et une motivation de fer le poussait toujours à se dépasser et il n’était jamais contre une bonne bagarre, qu’il engageait facilement. Et enfin… Encore une fois son charme l’aidait à duper de très bons joueurs et déchiffrer ses expressions tenait souvent du miracle.

Et ça ne plaisait pas à tout le monde. S’il s’était déjà bien des fois battu justement à cause d’un mauvais perdant, ne trichant pas pour sa part, le garçon avait bien plus eu affaire à des histoires de jalousie, au sein même de son équipe.
On ne lui pardonnait pas facilement ce charme, cette facilité à séduire. Mais contrairement à bien des hommes bourrus, il savait user de belles paroles lorsque la méfiance faisait résister quelques demoiselles résistantes.

Mais dans un sens… ce don de la nature associé à un talent à peine dissimulé pour la séduction, même si il n’était parfois qu’en sourires qui lui attirait des ennuis l’avait poussé à se perfectionner dans les combats, pour s’en sortir au mieux même lorsqu’il était dépassé par le nombre.
Et le combat n’était pas toujours la meilleure option. Il fallait savoir s’éclipser parfois.
Cette sagesse il l’avait acquise à travers des victoires, mais aussi des échecs. On apprend de ses erreurs oui mais aussi de ses réussites.

Ne pas plaire était nouveau, étrange et laissait un goût bien amer dans la bouche.
Mais il n’y avait pas que ça, il le savait. Même s’il s’opposait fermement à cette idée, Tristan sentait que son corps, épuisé par tout ce qu’il avait vécu ces dernières semaines physiquement et mentalement, lâchait prise. Les nerfs se relâchaient… la pression lui faisait mal et pouvait faire des dégâts, surtout s’il le montrait à la jeune femme en face de lui.
Pas de faiblesse… elle était de leur côté après tout, quoi qu’elle en dise. Sinon il ne serait pas là.

- On va dire ça comme ça alors… Tout entraînement est bon à prendre il paraît.

Ca c’était une phrase de son maître d’arme.
Il la lui avait apprise alors que Tristan avait délaissé un entraînement plus simple, tout bête, qui n’avait rien d’extraordinaire selon lui et ne pouvait pas l’aider à progresser. Il avait eu tort, en avait eu la preuve et depuis savait qu’on pouvait apprendre de tout adversaire et qu’en négliger un seul pouvait être cruellement décisif.

C’était un peu sa façon de dire qu’il acceptait de se battre, même s’il préférait voir ceci comme un jeu… Du moins se forcer à voir ceci comme un jeu. Elle ne pouvait bien sûr pas comprendre surtout avec si peu d’explications. Mais s’il y allait sérieusement, s’il se mettait à considérer ceci comme un vrai combat, cela deviendrait dangereux. Pour elle bien sûr, même si elle saurait sans doute se défendre mais surtout pour lui qui n’était pas encore remis à son grand dépit.

Il releva les yeux avec surprise alors qu’elle lui disait qu’il pouvait renoncer.
Pour lui ça c’était une provocation vraiment saugrenue, tout à fait le genre de chose qui le faisait s’énerver et faire des bêtises. Il se mordit la langue. En plus elle reprenait ce qu’il avait dit plus tôt, c’était pas mal malgré tout et il eut un sourire qui n’était pas très rassurant, il le savait alors que son regard n’était plus amusé.

En fait il n’avait plus l’air amusé depuis effectivement le mouvement de recul et plus encore quand elle avait proposé ce combat.

- Dis pas de bêtise… si tu veux te battre un peu ok.

Il n’en dit pas davantage parce qu’il préférait éviter tout simplement et haussa simplement les épaules lorsqu’elle lui parla de sa surprise. Elle n’avait qu’à peine éveillé sa curiosité. Bon d’accord un peu quand même et un peu plus qu’un peu même mais il n’allait pas lui accorder cette victoire.
Alors même qu’il parlait du dragon elle changea d’expression.

Pourtant ce n’était pas méchant de sa part.
En fait même s’il n’était pas facile de savoir à quoi il pensait, ce n’était pas méchant du tout.
Il voulait lui dire, mine de rien, qu’il savait qu’elle n’était pas qu’une petite mage sans importance. Qu’il en connaissait tout de même un peu sur elle et l’estimait, au moins un peu. Enfin peut-être lui en voulait-il un peu d’avoir tué un dragon. Il s’en sentait un peu proche. Quelle noble espèce tout de même. Pas un animal, un être à part entière.

Surtout qu’à sa grande surprise, elle se justifia.
Du moins il en eut l’impression. Elle semblait bien moins à l’aise, comme un peu triste, comme si quelque chose la blessait, la tracassait, il ne dit rien et pointa juste son arme sur elle, cela coupait court à la conversation. C’était terminé.

Et du coup, le combat s’engagea. Il ne savait pas trop à quoi il s’attendait, mais Tristan n’imaginait pas ça. Pas du tout en fait.
Peut-être à ce qu’elle lui envoie un sort dessus, une pluie de sort, qu’il devrait éviter.
Mais elle transforma de ce qu’il comprit, un objet en un animal.
Un animal qui lui sauta dessus. Une panthère d’ailleurs à l’air des plus agressives !

Tristan resta en arrêt devant l’animal. Il l’évita d’une feinte calculée en se déplaçant latéralement quand elle lui sauta dessus et déglutit. Apparemment ça changeait la donne. Et pour cause, il avait l’air d’hésiter à frapper, d’être complètement déphasé. Avant de croiser l’espace d’une seconde le regard de Cassidy qui l’avertit, inconsciemment, du nouveau saut de l’animal.
Il l’évita de nouveau mais du la bloquer du plat de sa lame alors qu’elle griffait le métal.

Le jeune homme brandit son arme et la fit battre l’air devant lui. Mais ce n’était pas un animal sauvage juste effrayé ou défendant son territoire. Elle n’allait pas s’enfuir parce qu’un adversaire expérimenté se trouvait devant elle. Le regard du jeune homme se fit d’un froid implacable et il arrêta de bouger, laissant tomber son épée par terre, reculant un pied en arrière, se campant sur ses jambes. Le félin bondit et il l’attrapa à la gorge, bloquant du même geste ses pattes avant qui tentaient de l’atteindre, le fit brutalement tomber au sol dans un craquement sonore, attrapa son épée et lui trancha la gorge sans que le moindre sentiment ne passe sur son visage.

Il se redressa lentement, les mains et les avant-bras tachés de sang et tourna les yeux vers la jeune directrice, le même regard froid qui ne se baissait pas.

- t'as mieux j'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Sam 26 Mai - 21:51

Si Cassidy avait entendu les réflexions de Tristan, elle lui aurait assuré qu'il faisait fausse route. Après tout, ce n'était pas une ennemi et il était beaucoup plus en sécurité ici que chez les Cheistams. Pourtant, on ne peut pas le savoir ce que pensait la jeune mage car même si elle faisait preuve de gentillesse, elle ne disait pas franchement si elle était avec eux ou pas.

Et c'était vrai, cela aurait été mentir à Tristan de lui dire que non, elle n'avait pas de contact avec les Cheistams. Cela aurait été lui mentir de dire qu'elle ne devait rien accomplir avec lui. Alors Cassidy avait décidé de retarder le temps des réponses pour se consacrer à autre chose. Elle ne voulait pas penser à ces soucis, qui la rongeait à l'intérieur et lui donnait des remords immenses.

Tristan, certes, avait eu toutes les femmes qu'il voulait grâce à son physique et ses belles paroles. Et on ne pouvait pas le nier, Cassidy n'était pas insensible à ce charme. Mais pour elle, c'était simplement une couche superficielle juste pour obtenir ce que l'on voulait et rien d'autre. C'est peut être très fleur bleu mais elle ne voulait pas s'attacher à Tristan pour ce qu'il montrait mais pour ce qu'il était réellement. Et la suite des évènements décidera des réactions de Cassidy. Elle avait cru percevoir quelques sourires et rires sincères de sa part, mais était-ce vraiment réel ou encore simplement un jeu ?

C'était difficile de savoir la vérité à moins d'utiliser une méthode bien lâche pour en apprendre davantage. Et tant pis pour elle, la jeune femme n'avait pas l'intention de recourir à de telles méthodes. Elle préférait le découvrir petit à petit. Et si le Drakkari voulait vraiment éveiller ne seraient-ce quelques sentiments amoureux enfouis en elle et un attachement, il fallait qu'il change justement de méthode. C'est ce que l'on fait. Plutôt que de frapper dans le mur pour qu'il se brise comme il l'avait toujours fait, il fallait plutôt le contourner ou sauter par dessus. Il aurait du se douter que Cassidy n'était pas comme une de ces femmes. Car au contraire des autres, elle, l'avait connu par le passé et connaissait son comportement turbulent, sa façon de se conduire. Il ne pouvait pas l'avoir simplement avec des belles paroles et un physique soigneusement entretenu.

Tristan accepta cet entraînement un peu particulier, bien que la jeune femme commençait à regretter son choix de tête brûlée. A voir sa tête, on aurait dit qu'il avait vraiment du mal à prendre cela à la légère. La jeune femme se mordilla doucement la lèvre, n'arrivant pas à cerner ses impressions. Elle était elle aussi encore fatiguée, cela n'arrangeait pas du tout les affaires.

Alors, le silence se fit sur le terrain. Juste un courant de vent fit danser les cheveux de Cassidy alors qu'elle invoquait sa métamorphose de panthère. Le premier mouvement pour le faire tomber à terre loupa car Tristan était parti sur le côté. On aurait dit qu'il était légèrement surpris par ce nouvel adversaire. Pourtant Cassidy ne voulait pas que la panthère fasse du mal à Tristan, elle avait juste l'intention de le désarmer et de le mettre au sol.

Et pourtant, à la prochaine charge, le Drakkari bloqua l'animal. Il était vif, rapide et même fou pour l'arrêter de cette manière là. Mais ce que Tristan avait oublié, c'est qu'il ne s'agissait que d'une illusion, une métamorphose, un meuble qui avait changeait d'apparence. Et alors qu'il lui trancha la gorge, Cassidy parut pendant un instant très inquiète. Avant même qu'il ne fasse son geste, elle lança un cri pour le prévenir.

"ATT..."

Trop tard. La lame avait sifflé dans l'air, achevant la pauvre bête. Un regard froid, glacial, se lisait dans le regard de Tristan et Cassidy écarquilla les yeux de surprise. Son geste avait été rapide et sans aucune hésitation. A quoi il jouait ? Il n'y avait aucun enjeu, il n'allait pas pas en mourir, alors pourquoi cette attitude si distante tout à coup. C'était très étrange, était ce cela qu'il ressentait lorsqu'il se battait ? On aurait dit qu'il devenait un tueur impitoyable le temps d'un instant.

Et pourtant, Tristan avait eu une très mauvaise idée de trancher la panthère comme cela. De la lumière apparut et la créature devint flou. Au ralenti, le banc réapparut, comme si la lame de l'épée s'était enfoncée dans celui ci. Sous la violence du choc et de la magie, des copeaux furent projetés directement sur lui. Le contrecoup défensif de l'attaque. Et ça par contre c'était physique.

*Mais qu'il est...*

La jeune femme ne voulait pas qu'il soit blessé, ce n'était pas le but de l'entraînement. Alors elle fit quelques pas en avant et prononça avec force d'autres mots magiques tout en mettant son bâton à l'horizontale devant elle. Son regard se porta vers les copeaux de bois dangereux et pointus qui se dirigeait vers le visage de Tristan et plus particulièrement de ses yeux.

Des runes violettes brillèrent sur le bâton et ce violet apparut tout autour des coupeaux ciblant la tête. D'un coup, la projection se figea dans le temps, d'on un morceau particulièrement pointu à quelques centimètres de l'oeil orangé de Tristan. Pour un peu, il devenait borgne. La mage fit un mouvement avec son bâton et les copeaux tombèrent comme des mouches au sol.

La jeune femme soupira, c'était moins une. Heureusement qu'elle avait réagi car sinon Monsieur se serait plaint qu'il était défiguré. Cependant, il n'allait sûrement pas le reconnaître. Mais après tout, c'était sa faute, il n'avait pas assez réfléchi avant d'agir.

Et pourtant, le fait que la panthère soit tuée de cette manière donna un frisson à Cassidy, la jeune femme posa rapidement une main sur son coeur qui avait eu un sursaut pas très agréable mais cela disparut assez rapidement, ne voulant pas montrer à son adversaire une quelconque faiblesse.

Alors Cassidy lui cria dessus, vraiment fâchée et énervée par ce geste qu'elle avait eu, oubliant le regard froid, oubliant que Tristan pouvait être dangereux, lui tenant tête, comme elle le faisait d'habitude. Et pourtant, elle avait été particulièrement inquiète à l'idée qu'il se blesse réellement.

"Crétin ! C'est de la magie, pas des attaques physiques ! Alors arrête de penser avec ton arme, pense plutôt avec ta tête si tu ne veux pas que ça se retourne contre toi !"

Pourtant, des copeaux avaient réussi à le toucher dont un gros qui fila en direction de son bras droit, le taillant légèrement, des gouttes de sang furent projetées sur ses avants bras et ses bras. Mais de là où elle était, Cassidy ne pouvait pas voir cette blessure, trop concentrée sur sa tête en particulier.

Elle pensa alors qu'il avait du bien rouillé chez les Cheistams. Pourtant, son attitude était toujours aussi froide, glaciale, comme ci ce simple sort ne lui avait alors rien fait. La jeune femme fronça les sourcils. Il la tentait un peu trop là. Cependant, elle savait utilisé le terrain pour le retourner à son avantage et se contenta de hausser un sourcil, se calmant.

"Au lieu de dire ça, ne baisses pas ta garde"

En effet, elle incanta encore une fois, visant le banc détruit par l'attaque de Tristan tout en marmonnant sa magie. Cette fois les runes devinrent vertes et la jeune mage tendit la main qui ne tenait pas le bâton tout en faisant un mouvement vers le haut avec sa main. Le banc retourna à l'état végétal et se transforma en racines d'arbres qui s'enroulèrent autour de ses pieds, le clouant fortement au sol alors que les racines prirent leur emprise dans le sol terreux du terrain.

Cassidy ferma les yeux, elle aurait tout donné pour ne pas avoir vu ce regard froid mais il était bien là, présent. Elle sera alors sa main libre et aussitôt les racines immobilisèrent les jambes de Tristan.

*C'est un entraînement, pas une guerre....*

Puis, elle reprit son bâton dans ses deux mains, le serrant doucement et incantant un nouveau sort. Cette fois les runes se mirent à briller d'une lueur bleue et de la brume s'échappa des mains de Cassidy. Elle sentait l'appel de la magie, cette sensation qui la remplissait plein de détermination à chaque fois.

Cassidy rouvrit brusquement les yeux en prononçant ses derniers mots tout en tendant la main, paume ouverte en avant. Une multitude de javelots de glace de taille moyenne apparurent au niveau de sa main et se précipitèrent sur le Drakkari immobilisé. Il ne risquait rien car au contact de sa peau, la glace se réchaufferait et lui laisserait juste une marque bleue, signe de la magie pour montrer où il avait été touché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Dim 27 Mai - 9:07

HS : vas-y pour ton truc, tu peux le mettre dès que tu veux. De toute façon, ce n’est qu’un premier combat et ils ne sont pas en forme, dooonc ^^’ on peut abréger

Tristan n’était pas du genre à faire étalage de ce qu’il pensait.
A faire étalage ou dire quoi que ce soit non plus tout court en fait.
Il ne s’exprimait jamais sérieusement dès que le sujet abordé le touchait vraiment. Comme s’il avait l’intention de cacher ce qu’il ressentait et ce qu’il avait vécu à tout le monde.

Alors elle devrait s’y faire mais à elle aussi.
Non il n’allait pas se dévoiler, certainement pas devant une ancienne rivale qui était la dernière carte des Cheistams pour le faire parler.
Même s’il était un peu content de la revoir, de savoir ce qu’elle était devenue, Tristan n’avait pas l’intention de laisser le passé le bloquer dans ses manœuvres.

Elle ne le ferait pas plus parler que les autres.
Et pourtant comment expliquer cette situation ?
C’était tellement étrange qu’il avait l’impression persistante d’évoluer dans un rêve et bien malgré lui il n’arrivait pas encore à déterminer s’il s’agissait d’un bon ou d’un mauvais songe.

En effet, il devait bien avouer que savoir que la petite fille qu’il avait connu, même si à l’époque ils étaient rivaux, était devenue une si belle jeune femme lui plaisait. Il était heureux d’avoir de ses nouvelles. Bien sûr, oui il avait entendu parler de Cassidy Herediane, une jeune mage fort prometteuse, intelligente et inventive. Mais il ne se doutait pas qu’il s’agissait d’elle. A l’école, ils n’utilisaient jamais leurs noms de famille, seulement leurs prénoms. Et des Cassidy il devait y en avoir plus d’une tout de même sur tout Ascadian.

Même si on lui avait dit qu’elle était jeune il se l’imaginait tout de même un peu plus âgée que lui. Pourquoi ? Bonne question. C’est juste qu’il savait à quel point le respect est difficile à gagner et plus on est jeune, plus c’est complexe.
La revoir quelque part lui faisait plaisir. Aussi parce qu’elle était devenue cette belle jeune femme justement. Même si elle avait, semble t-il, conservé son mauvais caractère bien que se contrôlant bien mieux.

Oui mais en même temps il se retrouvait chez elle en tant que prisonnier, même si elle faisait tout pour qu’il se sente à l’aise, ça ne changeait rien au fait que sa présence ici ne lui plaisait pas. Elle aurait certainement préféré autre chose qu’un bagarreur pervers chez elle. Et elle avait sans doute bien raison.

Pensait-elle toujours qu’il y avait du bon en lui ? Après avoir lu cette lettre qui encore une fois ne devait pas être très courtoise à l’égard du Drakkari, elle devait tout de même être un moins idéaliste et naïve. Du moins il l’espérait un peu. Il n’avait pas envie de devenir excessivement violent pour le lui montrer. Et puis il n’était toujours pas au mieux de sa forme, cela prendrait certainement des jours avant qu’il ne retrouve son endurance physique.

En tous les cas elle voulait se battre avec lui et il était un peu sceptique.
Bien sûr, Tristan était curieux, même s’il s’en cachait bien. Il avait envie de voir de quoi elle était capable, surtout après tout ce qu’il avait entendu sur elle. Mais était-ce raisonnable de se battre dans son état ? Elle semblait lui avoir envoyé exprès des armes très lourdes. Soit c’était pour qu’il se sente à l’aise mais ce serait vraiment étrange, soit c’était parce qu’elle avait remarqué qu’il n’était pas très bien et que manier une arme aussi lourde serait également une épreuve pour lui et son ego.

Cette deuxième option plus probable lui mettait la rage au ventre et il avait du mal à contenir les paroles acides qui lui venaient à l’esprit.
Et pas du gentil acide qui plus est.
Alors elle passa à l’attaque et il fut très surpris.

Le jeune homme s’attendait davantage à voir les armes au sol se lever et lui foncer dessus, pas à ce qu’un animal apparaisse. Pourtant il était un guerrier expérimenté et savait réagir en toute situation mais pendant une micro seconde l’hésitation plana dans son regard avant qu’il ne se reprenne.
Et tout ne fut qu’un immense réflexe appris pendant des heures d’entraînement, pendant les épreuves qu’il avait présentées.
Attraper l’animal et l’éventrer ou lui trancher la gorge d’un geste ample.

Sauf que son épée était émoussée et pas qu’un peu. Couper quelque chose avec n’était vraiment pas aisé, c’est pourquoi il y mit beaucoup de force, s’adaptant en un instant à l’état abîmé de son arme, même si en l’occurrence celle-ci était expressément dans cet état.
Et à part un guerrier, peu de personnes pouvaient se rendre compte à quel point c’était difficile. Forcer ainsi avec son bras gauche lui envoya une autre pointe de douleur dans le coude, telle qu’il tressaillit à nouveau.

Mais cela pouvait aussi passer pour de la surprise suite au fait que la panthère s’était retransformé en banc et que ça n’avait rien de banal. Surtout qu’en plus de cela il avait tant forcé qu’il brisa le banc, carrément.
Effectivement, des copeaux de bois volèrent autour de lui et plusieurs de tailles moyennes ou grandes s’enfoncèrent dans ses mains et ses poignets le faisant grimacer.
D’autres volèrent vers son visage mais alors même qu’il allait se protéger de sa main libre il entendit la voix de Cassidy et les bouts de bois se figèrent tout près de lui.

Tristan qui avait très bien entendu le début d’un mot de la part de la jeune femme, n’ayant pas vraiment le temps d’entendre quoi que ce soit de plus, surtout qu’il était trop occupé à éliminer son adversaire n’aima pas beaucoup se faire sauver ainsi.
Bon d’accord, elle aurait pu le laisser se faire blesser donc ce n’était pas une si mauvaise chose. Il fronça les sourcils et se calma un peu, se redressant lentement serrant toujours le manche de l’épée de sa main gauche. Il allait dire quelque chose… Sans doute un :

- C’était pas la peine, je m’en sortais très bien… mais merci quand même.

Oui histoire d’adoucir le fait qu’il la remerciait d’être intervenue alors même que ça l’agaçait prodigieusement. Comment pouvait-il vraiment se battre et se défendre si elle cessait d’être son adversaire et devenait son alliée hein ?
Mais bon… elle aurait pu ne rien faire et lui avait certainement évité quelques blessures.
Alors qu’il comprenait que justement même s’il avait vu une panthère ce n’était pas un vrai animal mais une simple illusion et donc qu’il ne devait pas riposter aussi violemment, qu’il allait prononcer ces quelques mots pour dire au moins ce petit merci, elle se mit à lui hurler dessus.

Ouh la pas bonne idée du tout.
Non seulement elle l’insultait directement mais en plus elle se permettait de lui faire une leçon de morale. Merci bien, il était assez observateur pour comprendre tout seul, elle n’avait pas besoin d’en rajouter une couche.
Si son regard s’était adouci et qu’il allait s’exprimer avec une pointe de gêne, loin de son attitude charmeuse d’un peu plus tôt, le jeune homme réagit tout aussi violemment face à ces quelques mots.

Il se referma aussitôt restant silencieux et son regard se fit encore plus froid qu’un peu plus tôt alors qu’il la fixait sans ciller, une image de haine farouche se reflétant dans ses yeux.
Elle n’avait pas changé du tout, c’était la même gamine prétentieuse qui se croyait au-dessus des autres, meilleure, plus intelligente, qu’avant.
Et soudainement toute la rancœur qu’il avait pu avoir envers elle à certains moments remonta en bloc, alors même qu’il croyait avoir oublié tout ceci.

Le regard du jeune homme se fit aussi froid que sa couleur pouvait évoquer des flammes, totalement contradictoire donc. S’il faillit jeter son arme au sol et faire demi-tour aussitôt en la délaissant purement et simplement, il n’en eut pas le temps.
Resté silencieux depuis les paroles un peu… pas très bien prises, de la jeune femme, ce que n’importe lequel de ses camarades aurait interprété comme une colère qu’il valait mieux éviter d’attiser, il vit soudainement le banc se changer en une espèce de racine bizarre qui le maintenait sur place.

Tristan ne tenta même pas de bouger baissant un regard vide et froid vers le végétal enfoncé dans le sol. Ca remontait… la colère. Pour un regard averti cela se voyait parfaitement. Ses pupilles ne formaient plus qu’un mince trait dans ses prunelles, ses sourcils se fronçaient légèrement et sa fossette au menton s’accentuait alors que ses lèvres restaient obstinément serrées.
Il ne fallait pas croire tout ce qui se disait. Sur un champ de bataille, on lance des cris ?
Quand l’envie de tuer est réellement présente, pas un son n’échappe à celui qui veut détruire.

Il releva lentement le visage vers la jeune directrice. Il ne pensait même plus, ne se sermonnait pas, n’essayait même pas de se calmer. Il la vit envoyer sa nouvelle attaque et réagit en un laps de temps bien plus court que précédemment alors qu’il était sur ses gardes et essayait de prendre ceci comme un jeu. Pour ne pas faire de mal… Elle n’avait rien compris. Tant pis, il n’en avait plus rien à faire à cet instant.

Pliant rapidement les jambes, il attrapa ce qui semblait être le bas de ce tronc d’arbre aux racines plantés dans le sol, délaissant son arme qu’il avait laissé tomber au sol l’instant d’avant. Et comme chaque fois qu’il était en colère, sa force se décupla aussitôt. Il arracha littéralement les racines du sol et releva le végétal devant lui pour se protéger de celui-ci contre les espèces de piques qu’elle lui envoyait. Ses bras tremblaient légèrement, contractés sous l’effort mais encore et surtout sous la douleur. Faisant fi des copeaux de bois, il se les était enfoncés profondément dans les paumes en saisissant les racines et les douleurs dans ses deux bras cette fois, musculaires sans doute, se faisaient à nouveau ressentir. Sauf qu’il n’en avait qu’à peine conscience.

Comme l’attaque cessait, il ôta les dernières racines entortillées autour de ses jambes et balança le tout de nouveau avec beaucoup de force pas bien loin de la jeune mage. L’avait-il visée ? Difficile à dire mais il la fixait toujours avec ce même regard froid comme s’il ne rêvait que de lui arracher la tête.
Tristan se pencha sans la quitter des yeux, ramassant l’épée. La furieuse envie de la tacher du sang de cette sale gamine le tenaillait avec plus de violence qu’il ne l’aurait cru et alors qu’il faisait un pas dans sa direction, tout redevint un peu plus clair, puis beaucoup plus clair et il s’immobilisa de nouveau, secoua légèrement la tête en baissant les yeux vers ses mains, la haine disparaissant rapidement.

Il releva les yeux vers elle, sans ce regard cruel heureusement mais sans ouvrir la bouche pour autant, se contentant de l’observer, impassible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Dim 27 Mai - 12:22

Les armes qu'elle lui avait lancé n'étaient pas pour le déstabilisé. Après tout, Tristan ne montrait pas vraiment sa fatigue, il n'avait rien expliqué à Cassidy au sujet de son séjour chez les Cheistams, elle ne l'imaginait pas autant affaibli que ça. D'ailleurs le Drakkari était trop fier pour lui dire quoi que ce soit. Elle pensait lui avoir fait plaisir en lui donnant une arme qui lui donnerait les mêmes sensations que son actuelle. Ne voyant aucune expression sur son visage, la jeune femme conclut qu'il n'y avait rien. Sinon, elle aurait réévalué les choses.

Cassidy commençait sérieusement à regretter cet entraînement. Déjà, elle sentait que Tristan ne faisait pas spécialement beaucoup de mouvements, il attendait que les choses lui tombe dessus, uniquement pour se défendre. Mais après tout, c'était bien un entraînement. Il ne pouvait pas cacher que ses coups étaient un peu lents et ça Cassidy ne le loupa pas. Ce n'était pas l'idée qu'elle se faisait de lui. La jeune mage le voyait beaucoup plus fort, vif, alors que là il encaissait ou détruisait.

Certes elle aurait pu retourner les armes contre lui, mais en contrôler autant était assez dur pour elle, surtout dans son état actuel. Pourtant il l'agaçait. Ne montrant aucune pitié devant la panthère et ça par contre, c'était un mauvais signe. Il aurait pu tout simplement l'assommer, même si c'était un banc au départ, au lieu de la tuer comme ça. Faire une telle métamorphose était quelque chose de difficile, c'était un des sorts préférés de Cassidy car elle liait l'âme de sa panthère astrale pour la faire venir ici, et la détruire enlevait directement un peu de la réserve magique à la jeune femme.

D'où la douleur qu'elle ressentit au moment où il lui tranchait la tête, la jeune femme ferma les yeux, écoeurée, mais trop tard, son coeur avait fait un bond dans sa poitrine. La jeune femme avait serré les dents tout en appuyant la main dessus, réflexe.

Il allait trop loin là. Pas la peine d'en faire des tonnes. Mais peut être que Tristan avait l'impression de jouer sa vie ici et maintenant. Pendant un instant, Cassidy regretta de lui avoir proposé ce défi. Oui elle avait envie de mieux le connaître mais pour l'instant, elle se disait juste que ce n'était sûrement pas le bon moment. Fichue fierté ! Elle aurait pu simplement le laisser s'entraîner dans un coin plutôt que de le défier comme ça sans préavis.

Et alors qu'il trancha le cou de la panthère, ce qui demandait quand même pas mal de force vu la lame émoussée, les copeaux de bois sortirent. Déjà il fallait avoir une sacré force pour réussir cet exploit avec une lame de ce style. Il fallait vraiment avoir envie de tuer pour en arriver à ce point là. Alors à quoi il jouait ? Il était en train de se conduire dangereusement, comme si il approuvait la lettre des Cheistams. Non nuance, il était comme ça. Ok elle avait compris, il était vraiment ce qu'il disait. Et la flatterie ne marcherait plus avec elle. A partir de maintenant, Cassidy se montrerait plus méfiante par rapport à son comportement.

Cependant, lorsqu'elle vit les copeaux qui pouvaient le blesser vraiment, le sang de la jeune mage ne fit qu'un tour. Inquiète pour lui, ne voulant pas le blesser car ce n'était pas son intention, elle avait arrêté les projections des copeaux près du visage juste à temps. La peur et l'inquiétude se lisaient sur le visage de la jeune femme qui poussa un soupir de soulagement après avoir réussi à minimiser les dégâts. Pendant un instant, elle voulait baisser son arme et s'arrêter là, c'était beaucoup trop dangereux. Oui elle voulait lui dire qu'il valait mieux s'arrêter et pourtant, de la colère apparu sur son visage.

Elle avait eu sacrément peur pour lui et tout ce qu'elle arriva à faire, c'est de le sermonner comme elle le faisait quand elle était petite. Des paroles qu'elle regretta quelques minutes après, jugées vraiment pitoyable et indigne de ce qu'elle voulait faire. Elle n'avait pas perdu sa fougue et même si Tristan semblait le prendre très mal, il aurait pu comprendre qu'elle ne s'énervait que contre les choses qui lui tenait à coeur. Alors voir le visage du Drakkari déformé par sa faute aurait été une bêtise énorme. Mais sous le coup de l'adrénaline, du combat, il n'y avait pas d'hésitation à avoir. C'était brutal. Cassidy regretta amèrement ses paroles et son visage s'adoucit, prête à arrêter le jeu, pour aller s'excuser.

Cependant, le regard qu'elle aperçut dans les yeux de Tristan ne disait rien de bon. Non, il s'en fichait qu'elle s'excuse, il était tout simplement remonté. Alors la jeune femme commença à éprouver des remords. Cependant, cet air et cet attitude lui donnait envie encore de l'attaquer. C'est comme si il n'en avait rien à faire de ses paroles, froid, ne disant rien, comme si il la défiait de continuer. Il en voulait encore ? Il allait déguster !

Elle fit alors apparaître les racines autour de ses pieds tout en lançant une attaque de glace pour voir sa réaction. Il réagit très rapidement alors, se sentant sûrement vraiment en danger. En même temps, la jeune femme avait prévu le coup au cas où il n'aurait pas bougé, la glace ne pouvait rien lui faire mais lui n'en savait absolument rien. Cassidy le vit déraciner les racines avec énormément de force. Alors là il allait loin. Encore une chose à laquelle il faudrait faire attention. Réagissant rapidement, il s'en servit pour se protéger de sa deuxième attaque. C'était quand même bien réfléchi.

Encore une fois, Cassidy commença à baisser son arme, prête à arrêter le combat qui tournait vraiment à une sorte de règlement de compte, ce qui n'était pas très judicieux.

Soudain, elle vit le reste des racines atterrir non loin d'elle et la jeune femme déglutit. Il voulait vraiment la toucher elle ? Le Drakkari avait-il l'intention de l'écraser ? Son regard approuvait tout cela alors que le jeune homme récupéra son arme tout en se dirigeant vers elle. Cassidy vit l'envie du sang dans ses yeux, l'envie de lui faire du mal et pas qu'un peu. Elle avait déjà vu ce genre de regard sur des assassins. C'était la même chose.

*Tu m'en veux tant que ça hein ? Tu dois me détester après tout ce que je t'ai fais subir...*

Il avançait vers elle et la jeune femme recula d'un pas, impossible de détecter ses intentions sauf cette envie de meurtre. Les Cheistams avaient raison et là il était en train de le montrer, absolument lui montrer qu'il était capable de lui faire du mal à elle, sa rivale de l'enfance. Il lui montrait que tout avait changé et qu'il était capable de s'en prendre à elle.

Alors, le visage de Cassidy changea, s'assombrit aussi. Oh oui c'était toujours le Drakkari désagréable de l'époque, cherchant à lui faire du mal, à lui montrer qu'elle n'était qu'une femme et donc plus faible que lui, en lui infliger les pires bêtises tout en se moquant d'elle. Cela, elle l'avait assez vu. Une douleur s'empara d'elle. A ce moment, elle aussi voulait lui faire du mal, lui montrer qu'elle n'était plus la fillette inoffensive. Hors de question de se laisser tailler en pièce par cet insupportable Drakkari.

Elle n'avait pas vu son changement de tête, et malgré tout, Cassidy tapa le sol avec son bâton, un coup qui résonna et se répandit sur le terrain. La jeune mage ferma les yeux, laissant tous les sentiments négatifs, toute la rancoeur l'envahir, ce qui était fort dangereux à ce niveau là. Les runes sur son bâton prirent une couleur dorée alors que Cassidy se retrouvait entourée d'une lumière de la même couleur tout en marmonnant ses mots d'une voix froide qui ne présageait rien de bon.

Enfin, d'un coup, elle rouvrit les yeux, balayant la surface devant elle avec son bâton, visant Tristan. Des jets de lumière apparurent dans les airs, se précipitant sur le Drakkari, immobile en face d'elle. Cassidy se sentit vidée par ce sort alors que la lueur disparaissait de son corps. Elle n'avait pas utilisé n'importe quoi. Ces lumières étaient capable de laisser des traces sur le corps. Quand cela touchait l'adversaire de plein fouet, celui ci devait encaisser chaque coup comme si il s'était prit des coups puissants, un impact très fort.

La jeune femme, haletante, abaissa son bâton et pensait que Tristan se défendrait un minimum, se protégeant d'une façon ou d'une autre mais il ne bougeait plus, il voulait encaisser le coup.

*Mais il est fou ?!*

La colère passée, Cassidy se sentit très mal à l'aise, des remords commençant à l'envahir. Il avait une attitude des plus déconcertantes, ressemblait à la description de la lettre mais un choc toucha Cassidy. A quoi elle jouait ? Ce n'était pas son genre de s'emporter. Elle allait le blesser comme ça. Même si les Cheistams s'en fichaient royalement de l'état de Tristan, ce n'était pas le cas de Cassidy. C'était déloyal et vraiment pas sympa.

Mais sous le coup de l'adrénaline, la rancoeur, et ses émotions négatives, la jeune femme n'avait pas plus réfléchi que ça en lançant ce sort. Elle se mordit la lèvre inférieure, regardant Tristan, qu'il se décale mais curieusement il ne bougeait plus. Etait-il suicidaire ? Prêt à prouver que cela ne lui faisait absolument rien ?

*Non je peux pas le laisser comme ça ! Aaah saleté de Drakkari ! Qu'est ce qui te passe encore par la tête ?*

Cassidy tendit son bâton en l'air pour annuler le sort, mais rien ne se produisit. Elle ne sentait plus la magie en elle, c'est comme si pendant un instant, on lui enlever ce pouvoir.

*Quoi ? C'est pas possible ? Pourquoi je n'arrive pas à l'arrêter ?!*

Horrifiée, la jeune femme regarda Tristan de loin. Non elle ne pouvait pas se permettre de le laisser se faire toucher. Tout était de sa faute après tout. Alors, elle tenta de l'avertir de sa distance.

"Tristan ! Bouge ! Esquive ! Je n'arrive pas à arrêter ce sort ! Ne reste pas là s il te plaît !" hurla-t-elle paniquée par la situation dangereuse.

Mais le Drakkari ne bougeait toujours pas. Trop de fierté, peut être pas envie de répondre à ses ordres, voulant lui prouver que ce n'était qu'un petit sort de rien du tout. Et pourtant, ce n'était pas le cas, et Cassidy en était consciente. Elle serra les dents, rageuse.

La jeune mage sentait qu'elle n'avait plus le choix. Hors de question qu'il ait mal par sa faute. Il n'était pas là pour souffrir mais pour regagner des forces, se sentir mieux. Tout était de sa faute. Elle n'aurait jamais du lui lancer ce duel.

*Je n'ai plus le choix ! Je ne veux pas qu'il lui arrive quelque chose de grave !*

Alors, la jeune femme jeta son bâton au sol, espérant qu'au moins le seul sort qu'elle pouvait lancer marcherait et traça la rune violette pour accélérer sa vitesse et arriver vers Tristan avant qu'il ne se fasse toucher. Tout se passa en très peu de temps. La rune s'enclencha et Cassidy commença à courir vers lui, l'inquiétude se lisant sur son petit visage fin.

Elle dépassa les jets de lumière, se précipitant sur Tristan et se jeta sur lui pour le clouer au sol afin de le protéger. Sous l'effet de la magie et de la vitesse, la jeune femme le poussa en arrière de toutes ses forces, l'attrapant par la taille, le déséquilibrant et le faisant tomber dans la terre en le serrant contre elle. Cela aurait pu paraître bien étrange pour elle qui repoussait tout contact physique mais la situation était trop dangereuse pour réfléchir là dessus. C'était son instinct qui parlait.

Tristan se retrouva alors à terre, la jeune femme allongée sur son torse, le serrant contre elle et faisant barrage de son corps pour qu'il ne se prenne rien de plus, attendant l'impact. Les jets de lumière passèrent au dessus de sa tête et démolir un mannequin en bois posé plus loin, le bois éclata littéralement sous la violence du choc.

Malheureusement, un des jets passa au ras du dos de Cassidy. Le tissu de sa robe se déchira et lui laissait l'espace d'un trait dans le dos. Une chaleur brûlante agressa son dos et elle retint un petit gémissement alors qu'une grosse brûlure apparaissait dans son dos, signe du sort. Mais après tout, elle l'avait mérité, à vouloir jouer avec le feu.

Le sort passé, le silence revint alors que Cassidy serrait toujours Tristan contre elle, les yeux fermés, sa tête posée contre son torse, le souffle court. Toujours par instinct de le protéger et sans arrière pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Lun 28 Mai - 1:47

HS : sans doute s’agira t-il d’un petit mess parce qu’il est très tard ou tôt, tout est relatif et que malgré tout la fatigue se fait ressentir, mais au moins auras tu un message auquel répondre demain matin :p

Tristan était capable de faire preuve d’une force tout à fait surprenante, il en avait conscience, du moins un peu. Seulement il y avait des points importants à saisir au sujet des Drakkaris et surtout de ce Drakkari là.
Pourquoi avoir une telle force ? Pour faire quoi ?
Ce n’était pas pour rien qu’il la possédait mais beaucoup en ignorait encore la raison. Lui-même ne l’avait pas encore compris et pourtant, il aurait dû.

Mais en prenant un mauvais chemin il s’était éloigné de la vérité. Eloigné de lui-même et d’une amélioration possible. Avoir une telle force..ce n’était pas que pour se défendre, c’était aussi dans ce cas, surtout, pour attaquer et pour faire du mal. Surtout pour faire du mal.
D’ailleurs ne l’avait-il pas prouvé ?
Tristan avait presque sans mal déraciné le végétal planté dans le sol et le clouant sur place, il s’en était servi comme rempart alors même que le poids ne devait pas le rendre facile à manier.

Ceci n’était-il pas impressionnant ? Et ce malgré la douleur dans son bras, comme si tout à coup il était beaucoup plus fort, comme s’il ne sentait et aussi… ne ressentait plus rien. N’était-ce pas grave alors. Cela avait été possible quand s’était enclenchée cette colère, cette rage incontrôlable qui l’avait pris à la gorge comme un animal sanguinaire plantant ses crocs dans sa chair et faisant tout pour ne pas le lâcher et le jeune homme avait cédé.

Il avait jeté les racines pas bien loin de Cassidy mais cela manquait nettement de précision. Consciemment ou inconsciemment, il ne l’avait pas touchée, difficile à dire. Mais déjà il s’approchait d’elle, toujours avec ce regard glacial inquiétant, le regard effectivement qu’ont les tueurs face à leurs victimes, pas de beaucoup mais il fit quelques pas, l’épée à la main, avant de se figer.

C’était comme s’il reprenait conscience dans ce monde un peu troublé. Un monde où son bras l’élançait douloureusement, où il avait mal à la tête et où il avait tant serré les dents qu’un goût de sang persistait dans sa bouche. Un monde où il sentait le contrecoup des copeaux enfoncés dans sa peau, où il était face à une jeune femme qui le désarmait et lui cassait pas mal les pieds mais une femme… qu’il ne pouvait se résoudre à blesser vraiment, volontairement. La femme qu’était devenue cette petite fille têtue, bornée, prétentieuse qui avait été sa rivale mais aussi son point de repère.

Il s’arrêta, comprenant rapidement ce qui s’était passé et dont il n’avait pas totalement conscience un peu plus tôt et pâlit légèrement, s’immobilisant parfaitement.
Ainsi il s’était emporté.Ca arrivait et d’ordinaire il se fichait pas mal du résultat, des morts, du sang, des pleurs et de la douleur.
Mais là c’était différent.

Et un sentiment de culpabilité le prit, le prenant totalement au dépourvu. Il en était si choqué et perplexe qu’il ne remarqua rien de ce qui se passa. En effet, Tristan ne vit pas le regard fou de colère de sa camarade. Il ne put pas constater qu’elle lui en voulait d’avoir ces yeux là, sans même donc pouvoir faire une quelconque interprétation.

Il aurait pu penser qu’elle lui en voulait juste d’avoir voulu l’aplatir ou bien même qu’elle pensait qu’il la zieutait d’une manière perverse tout simplement, l’esprit traversé d’images plus salaces les unes que les autres.
Cela n’eut pas lieu. Bien sûr c’était complexe pour lui.
Car il n’était pas débarrassé de ce sentiment de colère qu’il avait envers elle.

Elle l’avait insulté, clairement, directement, de face. Elle l’avait rabaissé comme avant et ça lui avait fait mal. Et c’était justement l’idée qu’il pouvait en être blessé qui l’agaçait le plus.
Elle n’était rien ! Rien de plus qu’une sale gamine qui n’avait jamais été sur un vrai champ de bataille. Rien de plus que la sale gamine qui l’avait toujours vu comme en idiot, un raté, un boulet aussi intelligent et réfléchi qu’un mulot nouveau-né.

C’était la même fillette qui le regardait avec défi et cette expression au combien blessante et agaçante comme si elle se croyait, se savait mille fois meilleure que lui. Peut-être était-ce vrai mais elle était bien trop jeune pour le prétendre et s’en vanter.
Elle n’avait pas changé et il la détesta instantanément. Et là même s’il se sentait coupable, il la détestait toujours autant.

Non il n’avait pas pu interpréter. Il ne pouvait pas comprendre qu’elle se sentait blessée par ce regard, qu’elle avait mal de le voir ainsi. De se dire que ce qui était écrit dans cette lettre était vrai. Qu’il était un tueur, aimait faire le mal et ne s’en privait pas. Il ne pouvait pas savoir qu’elle voulait croire en quelque chose d’autre de lui, quelque chose qu’il montrerait un peu, timidement mais que le reste du monde ne pouvait pas voir.

Et là il était figé sur place comme un parfait idiot, comme une statue inutile qu’on aurait posé là. Son visage s’était crispé dans une expression de colère mais aussi de remords. Bien étrange mélange qui se présentait bien rarement.
Mais quand il releva les yeux ce ne fut que pour voir Cassidy lui sauter dessus.

Non Tristan n’avait pas vu qu’elle lui lançait un sort et il ne releva qu’un regard vide vers elle alors qu’elle lui hurlait de bouger, ne comprenant pas et ne voyant tout simplement pas ce qui lui arrivait dessus. En fait il le vit, ça lui fit peur mais il ne bougea pas. Pourquoi ? Difficile à dire, il avait l’impression que quelque chose le maintenait à sa place, mais encore et surtout lui engourdissait totalement le cerveau, qu’il ne pouvait rien faire, et rien dire également.

La jeune femme en face de lui prit les choses en main et apparemment comme elle ne pouvait pas arrêter le sort qu’elle avait lancé expressément pour lui faire du mal, elle vint physiquement à sa rencontre.
Tristan eut le souffle coupé suite au choc et se retrouva effectivement propulsé au sol. Et en plus elle lui faisait mal.

Tout se passa très vite. Le sort les frôla, explosant un mannequin à la place duquel il aurait pu être, aurait dû être plus tôt, elle fut blessée par des éclats de bois et peut-être de sort qui déchirèrent sa robe…et puis plus rien à part le silence. Elle était contre lui à la fois toute légère et lourde comme ce sentiment de culpabilité étrange. Tristan baissa les yeux. Même si elle l’avait heurté, elle restait plus petite que lui et elle avait la joue contre son torse.

Il y eut un léger craquement et le jeune homme tressaillit réagissant au quart de tour.
En une seconde il renversa les rôles et elle se retrouva sous lui alors qu’il avait un regard concentré. Le mannequin qui était un peu derrière lui un peu plus tôt et avait été sérieusement endommagé s’écroula alors. Ou du moins ce qu’il en restait. Directement sur eux. Il contracta ses muscles et grimaça légèrement au choc mais sans sembler plus atteint que cela, repoussant rapidement le débris brûlant à cause du sort, de ses épaules et de son dos avant de baisser les yeux.

Il était sur les coudes, elle en dessous de lui.
En se déchirant même seulement dans le dos, sa robe semblait proposer un décolleté bien plus intéressant. Et pourtant s’il le constata et haussa un sourcil, le jeune homme releva rapidement les yeux vers son visage, la fixant une seconde avant de se redresser sans un mot, ne cherchant même pas à profiter de la situation.

Plus tôt, alors qu’elle était au-dessus de lui, il était resté les bras ballants le long du corps, comme s’il était choqué, n’osait pas faire un geste ou n’en avait tout simplement pas envie. Le temps avant que le mannequin ne s’écroule n’avait pas été très long et pourtant il l’avait trouvé interminable.

Là Tristan s’était redressé. Pourtant la jeune directrice sous lui avait l’air épuisée, elle haletait un peu et ne semblait pas au meilleur de sa forme. En profiter aurait été facile. Il aurait pu lui voler un baiser ou au moins la tripoter. Seulement quand il l’avait fixée un peu avant, outre le fait que se trouvait de la surprise dans ses yeux, le dégoût y était également apparu.

Le jeune homme se mit debout et grimaça en essayant de s’étirer, il ne proposa même pas sa main à Cassidy pour l’aider à se relever, ne toucha pas à l’épée qu’il avait lâchée sous le choc de l’impact avec elle et il sentit la colère remonter, frissonnant comme pour s’en débarrasser avant de tourner à nouveau cette mine à la fois agressive et dégoûtée vers elle, s’éloignant, mais d’une voix malsainement calme.

- Ne m’approche pas… Ils étaient bien mieux que toi en fait. Je te déteste.

Pas grand-chose hein…
Mais les mots aussi peuvent faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Lun 28 Mai - 9:55

La force de Tristan était impressionnante. Cassidy avait lu quelques petits trucs sur les Drakkaris, pour le peu qui existait, et était au courant d'une force surhumaine, capable de détruire n'importe et n'importe qui se dressant sur leur chemin. Tristan l'avait et il aurait été bien bête de ne pas l'avoir. Et pourtant, cette force, cette puissance, pouvait vraiment faire peur, si il l'utilisait de la mauvaise manière, il pouvait faire beaucoup de dégâts et cela, Cassidy ne pouvait pas l'accepter.

Cassidy n'avait vu que ce regard froid, glacial, qui ne disait rien de bon, car l'instant d'après la jeune femme avait fermé les yeux pour sortir toute sa rancoeur et ses émotions négatives. Non elle n'allait pas se laisser faire, elle ne voulait pas qu'il la touche, qui lui fasse de mal, pas avec ce regard de fou qu'il avait au fond des yeux. La mage aurait très bien pu simplement le contrôler, le désarmer mais la rancoeur de son enfance était trop grande pour qu'elle ne se contente uniquement de ça.

Cependant, Cassidy n'était pas si mauvaise que ça. Lorsqu'elle s'est rendue compte de sa bêtise, qu'il s'agissait quand même du Drakkari, son visage pâlit. Qu'est ce qu'elle était en train de lui faire ? Ce n'était pas correct et de l'inquiétude se voyait dans ses beaux yeux sombres. Alors Cassidy n'avait pas cherché à comprendre, oubliant leurs différences, leurs erreurs, leurs rancoeurs, tout cela pour sauver le Drakkari, le protéger de sa colère à elle. Après tout elle lui devait bien ça.

Avait-il lu l'inquiétude, la peur dans son visage quand elle se précipitait vers lui ? A vrai dire la jeune femme n'en savait pas grand chose, trop occupée pour le protéger même si il ne l'apprécierait sûrement pas. L'homme qui n'aime pas se sentir sauvé par la demoiselle cela se comprenait.

Elle lui avait alors sauté dessus, rejetant ses principes, oubliant qu'il était torse nu et donc quelque chose qu'elle n'appréciait pas vraiment au final. Et pourtant elle avait tout rejeté pour réparer son énorme bêtise, c'était de bonne guerre après tout.

Le souffle court, Cassidy attendait que tout soit terminé, même si la position était très bizarre pour elle. A vrai dire elle n'avait jamais cherché à protéger une personne qui était mise en danger à cause de ses propres sorts. Généralement elle se défendait, tuait les créatures qui se montraient sur son chemin mais jamais elle n'avait fait telle chose, étant souvent seule et sans partenaire.

Cependant, un terrible craquement se fit entendre et le mannequin qui était derrière s'écroula sur eux. Cassidy aurait voulu encaissé le choc jusqu'au bout mais on ne pouvait pas résister à la force d'un Drakkari qui par réflexe l'avait déjà retourné dans l'autre sens. La jeune femme le regarda avec incompréhension. Ne voulait-il pas lui laisser le loisir de réparer sa faute ?

*T'aurais du me laisser... tu n'aurais pas du faire ça... c'est à moi de subir tout ça... C'est de ma faute Tristan, je n'aurais pas du m'énerver comme ça*

Elle plongea son regard dans ses yeux, tout trahissait ses remords, son malaise face à lui. Mais la jeune femme resta étonnamment calme. On peut dire qu'elle était vraiment vidée bien que ce n'était pas son intention. Mais au moins, elle était en vie. Lorsqu'il l'avait retourné, la jeune femme avait grimacé à cause de la vive brûlure dans son dos mais elle ne comptait pas en pleurer non plus.

Après un moment qui lui sembla interminable, le Drakkari se releva, la fixant avec dégoût et froideur. Elle s'y attendait à cette attitude, c'était encore de sa faute. Il devait vraiment être énervé pour agir ainsi et ne lui proposa même pas une main pour se relever. Oh après tout, la jeune femme n'avait pas besoin de lui.

Lentement, elle se redressa tout en grimaçant, la robe complètement poussièreuse, les cheveux en vrac, une attitude pas fière d'elle qui traînait sur son visage. Posant les mains sur le sol, elle grimaça en sentant la blessure de son dos.

*Ouch ! Je savais pas que ça faisait autant mal que ça... J'y suis vraiment pas allée à moitié*

Pourtant, les paroles de Tristan étaient beaucoup plus douloureuses que toutes les blessures physiques qu'elle avait pu avoir. Une vraie gifle aurait fait le même effet. La jeune femme fronça les sourcils et sentit son coeur partir en lambeaux, ne sachant pas comment réagir. Pendant un moment, des larmes apparurent sur son visage mais Cassidy passa rapidement sa manche devant ses yeux, faisant croire à de la poussière.

Que dire ? Que faire ? Elle se sentait responsable.

"Je n'aurais pas du te proposer ça... Je.... bon après tout tu t'en fiche complètement. Je m'excuse ! T'es content hein ? Je voulais pas que ça tourne comme ça ! Mais quand j'ai vu ce sort... j'ai pensé..."

Elle baissa le regard vers le sol. Non mais qu'est-ce qu'elle avait à s'excuser ? Elle n'était pas comme eux ! Elle aurait pu très bien utilisé cette stupide rune de contrôle mais la jeune femme ne l'avait pas fait, ne voulant pas forcer Tristan à faire des choses qu'il ne voulait pas. Et pourtant, elle aurait très bien pu. C'était injuste ce qu'il disait !

"J'étais incapable d'arrêter ce sort... j'ai pensé que tu l'aurais évité... mais ce n'était pas le cas. Alors je sais que tu me déteste mais... moi je te pardonne... pour tout le mal que tu m'as fais... pour tout ce que j'ai vécu... pour tout ce que nous avons fais..."

Cassidy déglutit un instant et son regard se fit plus doux. Elle savait pertinemment que le Drakkari se fichait complètement de ses paroles mais elle n'avait pas vraiment le choix, serrant son poing pour maîtriser sa colère. Essayant de redevenir calme sans penser à faire du mal.

*Je m'en fiche de ce que tu pense. J'ai mal agi, je le reconnais. Mais si je change ma manière de penser, alors les conséquences pourraient être bien plus graves... Oui pour l'instant tu es ma faiblesse... et n'en sois pas trop heureux*

"Ca n'a aucune importance tout ça. Déteste moi ! Haïs-moi ! Après tout..."

Elle soupira longuement et se retourna pour aller chercher son bâton et son livre plus loin. Le fait de se baisser lui arracha un petit gémissement mais hors de question de passer pour la faible. La trace rouge dans le dos était vraiment brillante, la peau avait été arraché à vif, la douleur insupportable. Jamais Cassidy ne s'était retrouvée dans une situation comme ça. Mais bon, après tout, ça cicatrice et ça finira bien par guérir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Lun 28 Mai - 12:31

Non, il ne savait pas… Que son regard lui avait fait du mal, même sans mots. Qu’elle s’était sentie mal à cause de lui et avait voulu, bien malgré elle, s’en venger.
Tristan était dans un drôle d’état second.
En fait il ne se sentait pas très bien. Outre le fait qu’il ressentait ce vif sentiment de culpabilité oppressant, le jeune homme avait mal, aux bras, à la tête… En fait un peu partout mais surtout à son bras gauche.

Ca n’allait pas, tout était différent, il se sentait bizarre, n’arrivait plus à réagir. Pourtant il avait vu Cassidy, l’avait entendu. Bourré… Oui il avait l’impression d’être complètement saoul et d’avoir l’alcool triste et même carrément dépressif, d’avoir abusé, d’être malade, de vouloir vomir sans le pouvoir, de marcher alors qu’il ne bougeait pas. Tout tanguait par contre.
Mais effectivement elle le percuta avec une force dont il n’aurait pas pu la soupçonner.

En fait ce n’était pas ça. Elle avait de l’élan, de la vitesse, normal donc que l’impact soit violente pour l’un comme pour l’autre. Pour lui parce qu’il était dans cet état second et malgré tout ne semblait pas s’y attendre. Pour elle parce que mine de rien, heurter un grand gars musclé ça n’était pas forcément agréable et puis elle avait dû se faire mal.
Lui bien sûr bascula en arrière. Il essaya légèrement d’absorber le choc en mettant un pied en arrière, mais c’était trop lent et même, pas suffisant de toute façon. C’est qu’elle était pressée de le sauver la miss.

Ils se retrouvèrent donc au sol. Lui heurtant durement celui-ci de son dos en grimaçant, contractant bien inconsciemment ses muscles pour moins se faire mal.
Elle n’avait pas pu le voir bien entendu puisqu’elle avait dû se cogner la tête contre le haut de son torse et donc que son champ de vision était sacrément réduit. Mais il avait comme qui dirait repris ses esprits alors qu’ils basculaient tous les deux, lui en arrière, elle en avant contre lui. Et il avait levé les bras, inconsciemment, pour la maintenir contre lui alors qu’ils tombaient.

Comme s’il savait qu’en tombant elle se blesserait si elle ne lui atterrissait pas dessus. Comme s’ils allaient rester stable debout et que faire ça la protégerait.
Mais il n’avait pas été assez rapide. Loin d’être assez rapide d’ailleurs et de toute façon il ne resta pas du tout debout et passa très vite d’une stature verticale, à une stature horizontale.
Et ses bras retombèrent le long de son corps. Il grimaça mais peu, fixant avec surprise presque le ciel bleu au-dessus de lui.

Oui… il l’avait vivement retournée lorsque le mannequin avait basculé sur eux. C’était comme un réflexe, un réflexe qu’il ne semblât vraiment pas contrôler. Bien sûr un réflexe ne se contrôle pas. Il s’agit d’un geste tellement fait qu’il devient habituel, le temps de réaction se raccourcissant considérablement. Un geste face à certaines situations que notre corps connaît assez bien pour réagir plus vite qu’on ne peut seulement l’imaginer et en déterminer l’étrange et magnifique mécanique.

Et il en était le premier surpris.
Tristan était même interloqué de se retrouver au-dessus d’elle, sans envie perverse derrière la tête qui plus est. Le mannequin qui tomba le heurta mais ne lui fit pas grand mal.
Après tout il était solide et il savait encaisser les coups. Depuis bien longtemps.
Et pourtant ce geste non réfléchi le perturbait. N’aurait-il pas dû la regarder se faire aplatir, se faire blesser avec une joie toute sadique ?

Et puis il s’était relevé et comme pour se défendre parce qu’il ne comprenait pas et n’acceptait surtout pas qu’elle l’ait protégé, le jeune homme eut des paroles amères, pensées sans doute, mais amères tout de même.
Cassidy se releva alors qu’il s’était arrêté et la regardait. Il n’avait pas pu constater encore qu’elle était blessée mais vit le début d’une grimace à ses lèvres, qu’elle contînt bien.
Mais voir qu’elle avait les yeux étrangement brillants fit en grande partie disparaître son masque froid de dégoût. Comme si elle allait pleurer ? Elle pleurer ? C’était une fille plus dure que du roc, elle ne pleurait pas elle !

Elle commença à s’excuser et il fronça les sourcils. Ok, ça il ne s’y attendait pas et elle le prenait au dépourvu même si elle avait l’air étrangement désarmée… et encore plus fatiguée qu’un peu plus tôt.
Surtout qu’elle continuait, en parlant de le pardonner lui. Hein ?! Il n’avait absolument rien à se faire pardonner et serra aussi les dents rageusement. Rien du tout !
Et puis il la détestait !!!

Elle n’avait pas à chercher à le sauver, ça n’avait aucun sens, pas quand on balançait ce genre de sort. Qu’elle choisisse, soit elle voulait l’exterminer, soit le sauver mais les deux ce n’était pas possible et il ne supportait pas le deuxième choix de toute manière. Le jeune homme serra les dents. Pourtant elle s’expliquait et il comprenait ce qu’elle lui disait, même s’il ne répondait rien derrière.

Sauf qu’elle s’éloigna pour récupérer ses affaires et qu’il la suivit, à distance mais la suivit, malgré lui, l’entendant cette fois gémir. Alors qu’il avait les yeux baissés et les sourcils toujours froncés, réfléchissant à ce qui s’était passé et qu’il avait un peu du mal malgré tout à saisir, il releva son regard orangé. Non il n’avait pas vu l’inquiétude quand elle était venue le percuter pour le protéger… mais là c’était elle qui ne pouvait pas voir son regard. Regard qu’il posait sur son dos, se rendant compte de la large déchirure dans celle-ci qui montrait un dos pâle mince qui lui arracha des frissons le long de la colonne vertébrale.
Mais aussi il ne put ignorer la longue bien que fine blessure qu’elle portait et de laquelle s’échappait un très mince, mais bien présent filet de sang. Sûrement dû au fait qu’elle bougeait alors que sa peau à cet endroit était très fine et abîmée…

Ah ben non y avait pas de peau du tout, c’était peut-être pour ça.
Elle lui disait de la détester et lui se rapprochait, faisant fi de ses paroles. Il s’approcha d’ailleurs si près qu’elle dut sentir son souffle ou la chaleur de son corps derrière elle. Quand elle se tourna vers lui, difficile de déchiffrer l’expression du grand jeune homme qui penchait la tête, se faisant sûrement mal au cou, vers elle.
Et sans prévenir il lui arracha son bâton des mains, faisant de même avec le livre avant de les déposer, silencieusement et sans brusquerie là où ils se trouvaient un peu plus tôt.

L’instant d’après il revenait près d’elle. C’est vrai qu’il pouvait paraître menaçant et inquiétant à force de froncer les sourcils et de ne pas s’exprimer. Surtout qu’il plia les genoux et l’attrapa sans lui laisser le temps de protester, la faisant basculer sur son épaule.
Si plus tôt il avait été relativement doux dans ses gestes, là il la souleva comme un sac à patates, ne touchant pourtant pas à un seul instant son dos.

N’écoutant même pas les protestations de la demoiselle, Tristan se dirigea vers la petite remise d’où elle avait sorti les armes et entra dedans sans hésitation. Il la maintenait d’une seule main sur son épaule, se penchant très légèrement de l’autre côté pour ne pas trébucher et chuter bêtement, la main sur une des hanches de la jeune femme.
De sa main libre, il se mit à farfouiller dans les quelques placards présents, sortant enfin l’objet de sa recherche. Non pas une corde histoire de l’attacher et de profiter savamment d’elle, mais une… trousse de secours… essentielle sur un terrain d’entraînement, même si celui-ci n’était pas encore terminé.

Cette fille était trop à cheval sur les règles pour qu’il n’y en ait pas, il le savait.
Sans un mot toujours, le Drakkari ressortit mais cette fois plia les genoux pour laisser Cassidy s’asseoir sur un banc devant lequel il s’était arrêté. Il ouvrit la trousse toujours sans la regarder et en ressortit quelques potions… une pour désinfecter et l’autre pour combattre la brûlure de sa blessure.
Enfin seulement il reposa les yeux sur elle. Le dégoût avait totalement disparu et la froideur aussi. Il semblait gêné et même un peu inquiet, distant et presque fuyant. Pourtant sa voix ne tremblait pas même s’il marmonnait un peu comme le font les enfants/adolescents bougons, tenant un des tissus propres de la boîte en question.

- Retourne toi que je fasse au moins ça correctement. Et ça va sans doute piquer, je vais pas mentir !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Lun 28 Mai - 14:52

Le temps semblait s'être arrêté le court d'un instant. Et pourtant tout allait si vite même si les choses semblaient durer une éternité. On aurait dit qu'ils se trouvaient dans l'eau, ne sachant pas exactement comment réagir, ce qui les poussaient à accomplir tel acte ou tel geste. Cependant, lorsque quelque chose a vraiment de l'importance, alors on peut accomplir des exploits.

Et c'était un vrai miracle que Cassidy arrive à utiliser un sort alors que celui d'avant, elle était tout à fait incapable de l'arrêter. C'était encore cette stupide règle sur les émotions sans doute. Il y avait quelque chose qui bloquait et cela lui faisait assez peur. Pourtant, elle avait réussi à rattraper Tristan, a puisé dans ses réserves la force de lancer un sort qui pouvait le protéger. Elle aurait pu tout aussi bien invoquer un bouclier mais la jeune mage n'était même pas sûr que cela allait marché. Il valait mieux faire attention et leur état aurait été sûrement pire si ce sort avait échoué.

Alors, elle n'avait pas vraiment le choix. Le sang remontait dans son cerveau, son coeur battait la chamade, et pourtant, Cassidy courait vers lui, la peur, l'inquiétude, cette poussée impressionnante de volonté pour qu'il ne se fasse pas mal. C'était vraiment particulier. Après tout, c'était un Kaär, il avait fait beaucoup de mal autour de lui et en avait reçu en retour et pourtant, hors de question de le laisser subir ça. De voir disparaître le sourire sur le visage du Drakkari, cette petite étincelle qui brillait parfois au fond de ses yeux à lui qu'elle ne pouvait pas identifier.

Bien sûr, elle était un peu méfiante toujours, elle ne négligeait pas les paroles de la lettre. Mais il y avait aussi une sorte d'instinct en elle, quelque chose qui lui disait de foncer, de ne pas le laisser comme ça. Qu'est-ce que c'était ? Pourquoi se laissait-elle faire ainsi ? Après tout, qu'il soit endommagé n'aurait pas du lui faire d'effet. Elle aurait pu lui tirer ses informations par la force sans se soucier de son état physique, après tout, un prisonnier c'est fait pour être maltraité, torturer mais pas pour être chouchouté et traiter comme un invité de marque. Et pourtant, la jeune femme avait décidé de faire parler son instinct.

Elle s'était jetée sur lui sans se poser plus de questions, qu'elle se jetait dans ses bras, bon y a mieux au passage, que c'est sûrement ce qu'il avait espéré au départ, qu'elle ne lui résisterait pas, que Cassidy succomberait comme toutes les autres. Et pourtant en regardant la situation, c'était tout à fait différent. Bien que certains gestes pouvaient être révélateurs mais cela même Cassidy l'ignorait pour l'instant. C'était confus, dur à analyser.

La jeune femme avait senti son torse chaud contre elle mais sans se préoccuper davantage de ses sentiments ou émotions. La situation n'aurait pas été aussi grave, elle se serait sûrement relevée rapidement, aurait refusé quoi que ce soit, râler, protester, aurait été catégorique et même fermé à cette approche vraiment peu convenable. C'était vraiment indigne d'elle. D'ailleurs, beaucoup de filles auraient aimé être dans cette situation et Cassidy se sentit pendant un bref instant, extrêmement gênée avec la fameuse Maud. Enfin non d'ailleurs c'était une femme violée ! Enfin quoique elle ressentie de la gêne par rapport à la femme que Tristan aimait et qui l'aimait. Même si dans ce simple geste qu'elle avait fait, c'était juste une façon de lui éviter de se faire cramer par son sort.

Dans l'impact qui avait précédé la chute, Cassidy s'était forcément fait mal, elle avait du vraiment le pousser violemment comme si elle avait fait un plat dans une piscine car difficile de faire basculer un homme beaucoup plus grand qu'elle, plus lourd, plus solide. Ses paumes en avait pris un coup même si la seconde d'après, la jeune femme l'avait entouré de ses bras, de manière totalement inconsciente. Voilà qui était totalement original. D'habitude, lorsqu'elle était petite, et que Cassidy voulait le faire tomber, elle ne se laissait pas entraîner dans sa chute, restant debout et fière. Elle aurait très bien pu le pousser au sol puis s'écarter. Mais ce n'était pas le cas là. Quitte à faire un truc, autant y aller jusqu'au bout.

Alors oui son attitude était des plus bizarres, le serrant contre elle, fermant doucement les yeux dans sa chute et se préparant à anticiper les coups. Elle savait pertinemment qu'il se ferait mal lorsqu'il toucherait le sol mais même là, elle avait entouré son torse avec ses bras, préférant se faire écraser les mains pour alléger un peu sa chute. C'était un petit sacrifice à faire mais bon, il fallait bien apprendre à se mouiller parfois. Ceux qui connaissaient Cassidy ne l'auraient pas reconnu.

Etait-ce vraiment la même jeune femme, si loin des hommes, qui venait là d'accomplir un acte qu'elle aurait été incapable de faire. Elle aurait plutôt chercher à utiliser sa magie mais les circonstances étaient vraiment particulières. Déjà, Tristan exerçait un certain sentiment sur elle, bien différent de ce qu'elle avait connu jusqu'à présent. Bien au delà de ces histoires de faction, de colère. Et cette autre partie la rendait complètement incapable de lancer un sort correctement lorsqu'elle n'arrivait pas à maîtriser ses émotions.

Elle aurait pu avertir Tristan de cela. Mais cela constituait une faiblesse, une arme qu'il pouvait tourner contre elle. Il pouvait être capable de n'importe quoi.

Effectivement, elle n'avait pas vu ni sa grimace, ni ses bras l'entourant comme pour la protéger. Elle s'était, bien malgré elle, cognée la tête contre son torse ce qui suffisait à l'assommer un peu. On pouvait quand même remarquer que le torse du Drakkari ne ressemblait pas à du Flamby. Alors elle n'avait rien vu venir, tout ce que pensait Cassidy, c'est que Tristan aurait sûrement protesté, grogner. Il aurait même pu l'attaquer ou la plonger dans son sort. L'occasion était trop belle pour lui faire du mal. Et pourtant, il ne devait pas être dans son état normal, acceptant la chute. Lors de l'impact au sol, les doigts de la jeune femme se firent écraser par la stature imposante du Drakkari et elle grimaça un peu. Mais hors de question de desserrer son emprise tant que tout n'était pas réellement terminé, attendant l'impact.

Le sort lui brûla complètement le dos, tout comme les copeaux de bois du mannequin qui s'enfoncèrent dans sa robe et sa chair. Bien maligne la directrice pour se mettre dans une telle position de danger. Et pourtant, malgré la douleur, malgré le choc qu'elle encaissait, Cassidy se disait au final que ce n'était pas grave, qu'elle allait guérir et que c'était juste un mauvais moment à passer. Car sa volonté était plus grande que tout, elle avait toujours cet espoir en elle. Après tout, ce n'était pas pire que de se faire dévorer par un dragon corrompu. Pour ça, elle avait vu des choses terribles aussi. Alors deux trois petites blessures, ce n'était rien comparé au reste.

En revanche, il se retourna et là, Cassidy ne comprit vraiment pas cet acte. Il aurait très bien pu rester en dessous, après tout il ne craignait rien. C'était un Kaär et jamais il n'avait éprouvé de sympathie pour ses ennemis, du moins c'est ce qu'elle pensait. Alors pourquoi prendre ce stupide risque de la protéger, elle, qu'il considérait comme une ennemi, d'un stupide mannequin qui lui tombait dessus ? Il aurait pu en être bien amusé d'ailleurs. Mais tout comme Cassidy avait réagit contre ses convictions et sa morale, Tristan avait fait la même chose. Il pouvait dire ce qu'il voulait, il l'avait protégé de ce bois qui tombait. Et dans le regard de la jeune mage, de l'incompréhension, de la surprise était visible au fond de ses yeux.

Elle ne dit rien, ne protesta même pas. Son bandeau qui avait attaché ses cheveux était défait, remettant ses cheveux étalés dans la terre autour d'elle. Cassidy était plutôt rouge, d'ailleurs on voyait l'endroit sur sa joue où elle avait pris l'impact du torse, le sang s'étant accumulé à cet endroit en particulier. Pendant un instant, elle hésita quant à sa réaction. Prendre une allure détachée ? S'excuser tout simplement de son comportement ? Encore une fois il était au dessus et elle était complètement à sa merci, désarmée, faible mais même encore elle aurait été capable de lancer un sort, se serait battu jusqu'au bout si il avait tenté quoi que ce soit.

Et pourtant, le Drakkari se redressa et se mit à l'écart. Sans la regarder, sans le moindre regard vers elle. Il prononça ces paroles qui lui firent énormément de mal et plus que ce qu'elle n'aurait pensé. Pour cela il devait être un bon manipulateur. C'était mieux chez les Cheistams. Il n'était pas bien avec elle. Il l'a détestait. Cassidy en avait le tournis, la douleur était bien plus grande et profonde que ses marques physiques, que son sale état poussiéreux si indigne d'elle. Elle se sentait humiliée.

Elle aurait très bien pu lui dire la même chose. Et pourtant, elle avait changé. Son maître lui avait bien dit de lui pardonner. Qu'il fallait trouver cette force de le faire. Même si cela était vraiment très dur. Une vague de froid envahit la jeune femme. Elle ne s'énerva même pas, se redressant quand même malgré le coup qu'elle venait d'encaisser, malgré la douleur qu'elle ressentait.

Cassidy serrait quand même son poing et ses yeux devinrent brillants. Pendant un instant, les larmes lui montèrent à la tête. Sûrement les nerfs qui lâchaient d'un coup, il n'y avait que ça. Et pourtant, elle arracha cette stupide réaction, en faisant croire que c'était de la poussière qui avait atterrit directement dans ses yeux et avec sa manche rose, frotta vigoureusement cet endroit pour se reprendre, soufflant un instant.

*Je pleure pas pour toi ! Ca te ferait bien plaisir !*

Elle reprit une attitude un peu plus normale, ne voulant pas lui faire croire quoi que ce soit, ne voulant pas lui montrer un peu de faiblesse humaine. Pas devant lui. Elle était forte, elle ne pleurait pas pour rien et pas pour des paroles vraiment affreuses sorties d'un Drakkari. Après tout, ils se détestaient depuis leur plus jeune âge alors bon.

Alors la jeune femme décida de s'excuser. C'était beaucoup trop tôt, ce n'était pas le moment. Elle avait tout gâché. Oui elle avait choisi de le sauver mais uniquement car elle était responsable de toute cette histoire. En y réfléchissant bien, c'est la deuxième fois qu'elle le protégeait, en comptant les copeaux de bois dans la figure. Et pourtant, elle se sentait responsable du déroulement de la situation. Sans savoir pourquoi elle s'excusait autant. C'était bien différent de la petite fille d'avant qui n'aurait pas du prononcé le moindre mot d'excuse. Elle avait tout simplement grandi, encouragée par son maître et aussi par une autre chose...

"J'aurais du te laisser t'entraîner dans ton coin. J'ai eu une mauvaise idée... Ce n'était pas une chose à faire..."

Elle qui voulait un peu le connaître n'avait pas appris grand chose. A part cette expression froide sur son visage, son regard de tueur, son attitude au combat comme si il jouait sa vie à chaque moment. Cela elle devait bien le reconnaître. Il devait jouer un jeu ou un truc de ce style là.

"Vas y fait ce que tu veux c'est bon, j'ai compris la leçon... Je retourne au château moi..."

Elle avait bien besoin de se faire soigner avec la douleur qu'elle ressentait dans le dos mais aussi prendre un bon bain pour se détendre loin de tout ça. Ses émotions l'avait épuisé.

Cassidy se tourna pour aller récupérer son bâton et son livre, tournant le dos à Tristan qui ne pouvait qu'apprécier la jolie balafre qui barrait son dos mais la jeune femme s'en fichait complètement. Après tout elle ne faisait que récolter ce qu'elle venait de semer, c'était évident après tout. A chaque pas, elle sentait sa chair douloureuse, des picotements dans le dos, mais elle était brave, serrait les dents. Le pire qu'elle avait pu avoir ? Subir le souffle d'un dragon. D'ailleurs une marque était resté de cet affrontement.

Les souvenirs remontèrent. Oui, elle avait vu bien pire. La jeune femme se trouvait face au dragon. Elle avait tenté d'essayer de le raisonner, de parler de ses frères, d'essayer de le comprendre. Mais c'était tout simplement une bête folle de rage et aveuglée par la haine. Cassidy s'était éloignée de lui alors, tentant de l'éloigner de la ville qui était sous l'emprise du dragon et avait entreprit d'escalader une paroi qui lui barrait la route. A ce moment là, le dragon crachat ses flammes destructrices et toucha une des jambes de Cassidy. Sur le coup de la surprise, d'un peu de naïveté aussi, la jeune femme, tournée, n'avait pas vu le coup venir, même si elle eut le réflexe d'accélérer son escalade en entendant le souffle du dragon. Le bas de sa robe avait brûlé bien qu'elle avait réussi à arrêter le feu, et un de ses mollets était rouge vif, à sang, la chair avait complètement sauté.

Cassidy grimaça à l'évocation de ce souvenir, et tout en baissant pour ramasser son libre et son bâton, la douleur dans son dos lui était difficilement supportable, elle porta instinctivement la main à son mollet, se rappelant de ce malheureux évènement. Après la mort du dragon, elle boitillait, mais ne montrait rien aux habitants. Elle s'était fait un malheureux bandage de fortune pour cacher cette horrible blessure. Et c'est pour cette raison qu'elle était partie aussi rapidement. Allant voir son maître pour trouver un peu de réconfort. Celui ci l'avait directement envoyé vers un des meilleurs guérisseurs de Kalendar. Il avait d'ailleurs réussi à réparer les tissus. Seul une cicatrice assez grossière, rougit, était restée vers le bas de son mollet et cela, il était impossible de le faire disparaître.

Elle ne craignait pas la douleur donc à ce moment présent, et même si elle avait quand même beaucoup souffert lors de la réparation, tout cela était pire qu'un petit sort mal lancé. Cassidy se frotta machinalement cette partie, les yeux perdus dans le vague.

*Oui... c'est absolument rien...*

Alors qu'elle ramassait ses affaires, Cassidy sentit la présence du Drakkari derrière elle. La jeune mage commençait à s'y habituer après tout et se crispa un instant. Elle lui avait pourtant dit de rester à l'écart. Et puis d'ailleurs, pour quelqu'un qui la détestait, comment se faisait-il qu'il était aussi proche, sentant son souffle sur sa peau.

Cassidy fronça les sourcils en se redressant. Le regard du Drakkari était complètement indéchiffrable, impossible à cerner.

*Il veut quoi encore ? M'achever ? J'ai encore des sorts en réserve...*

Mais avant même qu'elle n'ait le temps d'ouvrir la bouche, le jeune homme avait pris ses affaires et les reposa à leur place. Bien sûr, Cassidy n'avait rien vu venir et commença à protester.

"Eyh ! Tu cherches à..."

Son regard faisait peur, comptait-il l'achever ? Qu'il essaie ! Même si elle était pas armée, sa fierté l'empêchait d'abandonnée, prête à viser son entrejambe si il le fallait. Mais avant que Cassidy n'ait le temps de réagir, Tristan l'attrapa.
Et alors, la jeune femme toute étonnée se retrouva sur son épaule, embarquée comme un sac de patates.

Alors ça c'était trop ! Il comptait faire quoi là ? Bien sûr que la jeune femme protesta, furieuse par ce comportement. Il avait fini de jouer avec elle ? Alors, Cassidy commença à bouger les pieds tout en lui donnant des petits coups dans le dos légers dans le dos tout en protestant.

"Reposes moi tout de suite au sol ! Non mais c'est pas très correct ça ! Je proteste ! Je ne suis pas ton sac de patates ! Allez Tristan ! Reposes moi maintenant ! Grrrr !"

Elle avait beau se plaindre, protester, s'agiter comme un asticot sur son dos, le Drakkari ne broncha pas.

*Il compte faire quoi encore ce Drakkari borné ?*

Cassidy tenta de tourner la tête et aperçut le local.

*Toi ? Moi ? Dans le local ? Dans le noir ? Aaaaah ! Naaaan !*

Elle insista encore plus, pensant avoir compris la situation mais les forces lui manquaient. La jeune femme recherchait une issue autour d'elle mais il n'y avait rien, son bâton était trop loin et elle était bien fatiguée. Il semblait fouiller dans les affaires à la recherche de quelque chose.

*Il va faire quoi ? Me bâillonner ? Me saussisonner dans un coin de la pièce ? Je m'en fiche tu fais ça j'arriverais quand même à sortir !*

Pourtant, ils ressortirent du local et il plia les jambes pour qu'elle puisse descendre. Incompréhension. C'était ce qu'elle ressentait pour l'instant. La jeune femme le regarda puis regarda la mallette de secours. Il voulait faire quoi ? Non... Tristan... ce Drakkari, voulait la soigner ? Il lui demanda de se retourner.

*Je suis en train de rêver là...*

Elle observa son regard. Il n'y avait plus la moindre trace de colère, juste une attitude mélangée d'inquiétude, un regard fuyant. Bref ça n'avait rien à voir avec tout à l'heure. Très loin de là. Il était absolument différent.

La jeune femme se mordit la lèvre inférieure comme elle le faisait à chaque fois lorsqu'elle était gênée et fixait d'un regard assez craintif la grande bande. Elle avait toujours été craintive de ce genre de méthode, douillette, préférant les guérisseurs magiques. Pour l'instant, il fallait bien reconnaître qu'il y en avait pas dans le coin.

Son regard à elle était toujours aussi incompréhensible mais on sentait qu'elle s'en voulait horriblement de ce qui s'était passé. Sa tête tournait un peu et comme le Drakkari était accroupi en face d'elle et juste à sa hauteur, la jeune femme marmonna tout en grimaçant, et eut une attitude encore plus surprenante. Elle se laissa un peu aller en avant et colla sa tête doucement contre son torse, cherchant à reprendre ses esprits à l'instant. Les nerfs qui craquaient, les remords qu'elle avait. Elle avait besoin d'un peu de réconfort et juste de se poser trois secondes même si son attitude était très particulière et indigne de son comportement habituel.

Et soudain, la jeune femme reçu un gland qui lui percuta la tête et se redressa rapidement.

"Aiiieeeuh !"

Cassidy regarda aux alentours et son attention se porta sur l'arbre un peu plus loin.

*C'est bon, c'est bon j'ai compris ! Je sais pas ce qui m'a pris* pensa-t-elle tout en se frottant la tête.

Cassidy reporta son regard sur Tristan, essayant de chasser ce moment qu'elle avait eu avec lui et qui était tout à fait surprenant, un sourire gêné sur le visage et cherchant à changer de conversation.

"Bon... au final on peut dire qu'on a fait match nul ce coup ci"

Quant à la récompense.. bon c'était passé ça, valait mieux plus y penser.

Puis, elle s'écarta un peu de lui, regardant avec de gros yeux la bande médicale. Elle avait mal oui, mais la jeune femme ne voulait pas paraître encore plus ridicule à côté de lui.

"Hem... heu... c'est gentil mais... j'ai deux fois rien je pense ! C'est qu'une petite blessure..."

D'ailleurs, elle essaya de tourner sa tête pour constater les dégâts dans le dos, sentant l'air froid sur son dos laissé par le trou. Ce qui la rendait assez marrante car on ne peut pas examiner son dos sans miroir voyons. Louchant et tirant la langue avec curiosité mais la jeune femme finit par abandonner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Lun 28 Mai - 20:13

Paroles blessantes. Oui elles pouvaient l’être, il avait souhaité qu’elles le soient. Parce qu’il savait aussi faire mal avec des mots et parce qu’il se sentait terriblement honteux et frustré.
Non ça ne devait pas se passer comme ceci. Lui il était le guerrier, le dur à cuir super fort et super impressionnant qui faisait craquer les demoiselles. Celui qui prenait un air décontracté devant un combat bien rude finalement gagné, faisait un sourire innocent alors même que son regard disait souvent tout le contraire.

Lui c’était le gars fier qui avait besoin avant tout de se montrer à lui-même qu’il était fort et en mesure de se surpasser, de surpasser les autres. Se faire sauver par une fille c’était déjà bien assez humiliant. Que ce soit en plus de cela la fille qui lui avait jeté une attaque, qu’il ne semblait pas en mesure d’éviter à cet instant, et la gamine avec laquelle il se disputait régulièrement des années plus tôt n’arrangeait rien.

Mais ces paroles n’étaient pas bien placées c’était très clair. Et s’il avait voulu se défendre, récupérer un peu de son honneur en les lui jetant ainsi au visage malgré ce calme calculateur qui ne les rendait que plus blessante, son regard changea dès qu’il vit qu’elle n’y était pas indifférente.
Elle aurait pu ricaner ou hausser les épaules. Quand ils étaient enfants, elle n’aurait certainement pas compris la portée de ces paroles ou du moins les aurait ignorées, sans en souffrir donc.

Aujourd’hui c’était différent.
Parce qu’elle réagissait. Même si elle se frottait les yeux comme si elle était juste gênée par la fatigue mais encore et surtout par la poussière, vu qu’il la dévisageait il ne put pas l’ignorer. En un instant, alors qu’elle était assise au sol il avait eu l’impression qu’elle rapetissait de quelques centimètres et ses épaules s’abaissèrent légèrement comme s’il l’avait menacée et son regard était triste, pas gêné… triste.

Ce n’était quasiment rien, de minuscules changements. Mais parce que Tristan, loin de se soucier uniquement de savoir taper sur ses adversaires, avait appris à déchiffrer au moins un peu, les expressions des autres, certaines s’étaient vues mieux retenues que les autres. Et celles-ci n’avaient jamais été sur le visage de la petite Cassidy. Mais aujourd’hui, sur celui de la grande ce n’était pas réjouissant. Du moins pas comme il l’aurait cru, c’était même un peu gênant, un peu… bien moins bien que ce qu’il imaginait. Et il ne se sentait pas victorieux.

C’est pourquoi même s’il ne lui répondit pas alors qu’elle lui parlait, il se sentait un peu honteux et maladroit. D’ailleurs ça aussi c’était très pénible. Il n’était JAMAIS honteux et encore moins maladroit. Mais c’était une jeune femme ! Et il ne pouvait pas s’empêcher d’être un minimum prévenant avec les femmes, surtout quand elles étaient jolies. Il pensait que cela serait différent avec elle, qu’il passerait facilement au-dessus du fait de leur passé commun mais apparemment ce n’était pas si simple et cela aussi était très frustrant !

Il ne comprit pas pourquoi elle se frottait la cheville. Comme la grande majorité du public, comme presque tout le monde en fait, il ne connaissait que la partie de la victorieuse jeune mage vainquant un terrifiant dragon jusqu’alors tyrannique et calcinant les braves le défiant.
Il ne savait pas qu’elle avait été blessée et en garderait pour toujours la marque cuisante.

Lui-même s’était pris des blessures plus ou moins sérieuses et préférait ne pas y repenser, même si malheureusement, comme pour elle, le passé le poursuivrait toujours. D’une façon ou d’une autre.

Il s’approcha donc d’elle alors qu’elle était en train de rassembler ses affaires, décidée sans doute à s’éloigner. Elle l’avait dit, elle voulait rentrer au château et aux vues de son dos, effectivement elle devait rentrer se soigner au plus tôt. Il serra les dents en voyant la blessure. Elle était mince mais tout de même longue. Le jet de magie devait être puissant et elle avait quelques éclats de bois enfoncés, peu heureusement pour la plupart, dans la peau.

Alors il vint derrière elle, pris d’une espèce d’inspiration qu’il préférait taire. Elle devait être mal à l’aise en sa présence parce qu’elle était sur le qui-vive et se crispait quand il était près d’elle. C’était blessant mais compréhensible. N’était-il pas le vilain grand méchant loup de l’histoire ?

Seulement il ne lui laissa pas le temps de protester. Elle s’exprima un peu tout de même mais il déposa ses affaires puis l’attrapa. Oh la demoiselle n’était pas docile, loin de là, même blessée dans le dos, ce qui était une blessure gênante qui devait pas mal la tirailler, elle s’agitait et se débattait.
D’ailleurs il sentit un nouveau frisson lui parcourir l’échine.

Difficile de dire si c’était parce qu’il y avait quelques courants d’air, parce qu’elle tapait sur des muscles douloureux même si elle n’avait franchement pas beaucoup de force dans son état et surtout sa position, ou… si cette rébellion lui plaisait.
Il sourit même si ça elle ne pouvait pas le voir, c’était la dernière option bien évidemment.

Par contre il la sentit se raidir alors qu’il entrait, elle sur son épaule, dans l’abri.
Sans doute imaginait-elle bien des choses horribles dans sa petite tête un peu trop rapide et intelligente. Après tout ça allait dans l’ordre de la logique et elle était très logique cette fille, bien plus qu’il ne voulait l’admettre.

Mais Tristan ressortit donc rapidement avec cette énorme boite de premiers soins.
S’il l’avait prise sur son épaule c’était parce qu’elle se serait échappée sinon, il en était presque certain. Il ne pouvait pas lui dire en face qu’il voulait juste réparer un peu ses bêtises et il ne pouvait pas non plus la laisser partir sans rien faire, donc c’était un peu la seule option possible.
Il la fit asseoir et s’accroupit devant elle. Bon même ainsi il était plus grand qu’elle, mais pas d’autant heureusement, il tenta même un sourire un peu crispé mais un sourire quand même.

Sauf que la jeune femme n’était pas très en forme et bascula légèrement vers lui, appuyant son visage contre son torse. Enfin pas vraiment contre son torse, contre le haut de celui-ci, dans le creux de son épaule droite.
Il fut si surpris qu’il réprima difficilement un sursaut et baissa les yeux. Il pensait qu’elle allait l’étrangler en la voyant glisser vers lui… pas qu’elle allait s’appuyer contre lui, comme si elle montrait l’espace d’un instant, devant lui, qu’elle n’était pas si en forme.

Il ne bougea pas de peur de la déranger et de la faire reculer et aussi parce qu’il ne savait pas trop quoi faire là. S’il se mettait à ricaner, à lui dire qu’elle lui tombait finalement dans les bras vraiment, ou qu’elle était bien faiblarde pour une grande mage, pas si grande finalement…elle se redresserait vivement, l’insulterait peut-être, se ferait mal aussi sans doute. Alors il resta parfaitement immobile, essayant de respirer calmement en baissant inconsciemment la tête vers la sienne, ne la touchant pas mais presque, un léger sourire au visage.

Mais elle se redressa rapidement d’elle-même… après s’être apparemment pris un gland. Le jeune homme écarquilla les yeux et les releva au-dessus d’eux. Il y avait des écureuils agressifs dans le coin. Mouais… des écureuils. Du moins lui y croyait heureusement.
Il rabaissa les yeux sur elle alors qu’elle lui disait qu’il n’y avait plus de gagnant et qu’elle n’avait pas besoin de soin avant de s’escrimer à essayer de voir son dos.

Il écarquilla les yeux de surprise en restant bouche bée devant cette attitude parfaitement gamine et finalement laissa échapper un rire bref de quatre secondes grand maximum, secouant légèrement la tête. Il soupira et se releva, attrapant la lourde caisse heureusement pas si grande comme si elle n’était pas plus encombrante que ça et contourna la jeune femme pour s’asseoir à califourchon sur le banc à côté d’elle. Il posa les mains sur ses épaules et appuya légèrement dessus pour la pousser à se tourner et à lui montrer son dos.

- C’est ça, c’est ça. Maintenant ça suffit. Tu n’as plus six ans, je te promettrai bien un gâteau ou une sucette mais à mon âge ce serait bien trop suspect… Et puis je ne peux même pas aller interdire aux cuisines de t’en donner si tu n’es pas sage alors bon…

Il mania rapidement et l’air malheureusement habitué, les différentes fioles avant d’examiner la blessure de la jeune femme. Il grimaça. Elle avait la peau très blanche, délicate même, pas celle d’une guerrière mais d’une bien jolie femme c’est vrai. Mais un halo rouge entourait tout de même sa blessure. D’ailleurs celle-ci n’était pas très jolie à voir, ELLE !
Effectivement la peau avait été sérieusement abîmée par endroit, arrachée à d’autres, brûlée aussi et pas qu’un peu et elle saignait encore un peu. N’était-elle pas gênée d’avoir sa robe si déchirée d’ailleurs ?

Il en écarta doucement les pans, loin de ses gestes brutaux de guerrier et nettoya doucement le tout avec une gourde d’eau déminéralisée pour commencer. Avant d’appliquer un désinfectant à base de plantes et d’alcool.
Elle se crispa mais il maintenait une de ses épaules de la main non occupée par la bande, tamponnant doucement la blessure.
Oui, il savait aussi avoir des gestes doux et prévenants… même si ce n’était pas très souvent.

Alors qu’il prenait une pommade d’une plante proche de l’aloe vera pour réduire et guérir au plus tôt la brûlure, il ouvrit le petit bocal, déglutissant avec difficulté.
Il se passa une main dans les cheveux puis en mit sur ses doigts et en appliqua une épaisse couche en la touchant le moins possible.
Et enfin… il lui parla un peu plus sérieusement, mais avec une nette hésitation dans la voix, profitant qu’elle lui tourne le dos tout simplement.

- Désolé si je te fais mal… je suis doué pour la destruction… pas pour ça. Et… je ne te déteste pas, c’est pas vrai. C’est juste que ne fais plus ça. Tu es puissante, je sais et… je méritais de m’en prendre dans la tronche je le sais alors tu n’aurais pas dû essayer de me protéger. Je suis un guerrier… je préfère me faire mettre au tapis que d’être protégé. Et regarde où ça t’a mené de le faire. Ne recommence pas c’est tout. Sinon la prochaine fois je devrais te punir.

La dernière phrase avait été dite sur un ton malicieux et sérieusement taquin alors qu’il recommençait avec son sourire, même si elle ne pouvait pas le voir. D’ailleurs alors qu’elle tenait de se tourner vers lui, du moins le pensait-il, il reposa ses mains sur ses épaules et cette fois-ci la maintint fermement immobile, baissant la tête.

Elle dut sentir quelque chose lui frôler le dos à une dizaine de centimètres de sa blessure. Et en effet, c’était les mèches désordonnées de la chevelure rouge du jeune homme qui sans que rien ne le laisse présager déposa un baiser sur la peau pâle de la charmante petite directrice. Ce n’était qu’un léger baiser et dans le dos qui plus est, mais Tristan savait s’y prendre, respirant légèrement avec un sourire près de la peau de sa « victime » avant de déposer ce petit bisou de rien du tout. D’ailleurs il redressa rapidement la tête vers elle et s’approcha de son oreille droite.

- Chuuut… C’est un bisou magique, il aide à apaiser la douleur, alors ne gigote pas trop, sinon l’effet va s’envoler.

Il sourit et se releva, rangeant les affaires avant de revenir lui faire face et s’accroupit à nouveau devant elle, lui prenant une main. Et avec cette main qu’il tenait, il se donna une tape sur le dessus de la tête.

- Méchant Tristan, méchant…

Il sourit d’autant plus, la lâcha et se releva, se dirigeant vers ce qui ressemblait pour l’heure plutôt à un débarras qu’à une vraie salle de rangement.

- Allez reste là, je vais ranger ça et les armes et puis on va rentrer. Un bon bain t’aidera à te sentir mieux mais avant laisse ce truc faire de l’effet… quelqu’un de plus doué pourra davantage t’aider après. Et rêve pas, je vais te porter, t’es déjà assez éclopée comme ça, alors si tu essaies de me fausser compagnie, je te reprends comme tout à l’heure sur mon épaule et je rentre comme ça au château et je sais que tu détesteras ça. J’en suis capable, ne l’oublie pas.

Il lui tourna le dos et alla ranger les affaires comme il venait de l’annoncer, occupé et à nouveau très calme et surtout pensif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Mar 29 Mai - 1:07

Cassidy pouvait comprendre la réaction du guerrier. D'ailleurs quel homme aimait se sentir sauver par une demoiselle ? Cela était contraire à l'ordre des choses. Mais voilà, Cassidy avait des pouvoirs, cela aurait été ingrat de rester là sans rien faire, sans rien dire, le laisser souffrir et encore en pire état que le matin de son arrivée. C'était une façon à elle de réparer les choses et elle avait réagi uniquement par instinct.

Pourtant, elle ne se serait pas douté qu'il balancerait des paroles amères, sans comprendre l'impact que cela pouvait avoir sur la jeune femme. Effectivement, elle n'abordait pas souvent cette expression sur son visage. La dernière fois remontait à ce fameux soir lorsqu'elle s'était confié à son maître au sujet du Drakkari. Sauf que ce soir là, cela avait été pire que tout.

Mais là, la jeune femme retenait ses émotions. C'était pas comme ça qu'elle devait se conduire envers lui. Elle pouvait lui crier dessus, lui faire la morale mais surtout pas avoir cette expression désolée et de douleur sur le visage par rapport aux paroles. En temps normal, elle aurait certainement bien râlé, l'aurait abandonné sur le champ mais surtout pas ça, pas cette expression sur son visage fin qui ne lui correspondait pas vraiment. Du moins, pas dans les souvenirs de Tristan.

Alors que Cassidy était penchée sur son bâton pour le ramasser avec des gestes très lents, la jeune femme repensa à Tristan. C'était plus dur que ce qu'elle n'avait imaginé. Après tout, elle avait pensé que ce fichu passé ne ressurgirait pas face à elle, tel un spectre. Elle ne s'attendait pas à avoir un comportement un peu aléatoire. Ce n'était pas elle, elle ne se reconnaissait pas dans sa façon d'agir, de faire. Cassidy ne s'était jamais conduit comme cela avec personne, elle avait toujours gardé des distances convenables, une attitude respectueuse, mais le Drakkari l'a poussait dans ses retranchements, lui faisait faire des choses qu'elle n'aurait jamais fait auparavant. Si il le savait, bien sûr il en profiterait !

*Cassidy tu te comportes comme une idiote, une imbécile. Ca suffit les bêtises là ! Laisse le tranquille une bonne fois pour toute ! Il n'en veut pas de ton aide, il ne veut pas que tu sois gentille avec lui alors arrête d'avoir ce stupide instinct*

Mais au fond d'elle, elle ne pouvait pas l'ignorer. Car en une journée, une seule, il y avait beaucoup de choses qui s'étaient passés. Et malgré tout ce qu'elle voulait éviter, quelque chose était en train de se produire et c'était très mauvais signe pour la jeune femme fière et droite. Elle appréciait beaucoup plus Tristan que ce qu'elle voulait admettre. Malgré ses coups, sa façon de parler, il y avait ce petit quelque chose qui était en train de neutre et ce n'était vraiment pas une bonne chose pour elle.

*Il attends que ça ! Que je lui montre que je peux tomber dans ses bras ! C'est ce qu'il veut ! Et alors quand il l'aura obtenu... enfin quoi ! C'est pas comme si il avait des sentiments pour moi ! Je ne suis pas pour lui. Ah ma pauvre, le soleil t'as brûlé la tête pour que tu commences à avoir ce genre de réflexion*

Elle fronça les sourcils, remuant doucement la tête pour chasser de ces idées ces stupides pensées. Enfin quoi ! C'était son camarade d'enfance, rien de plus rien de moins. Il avait fait sa vie de son côté et elle aussi, y avait aucune raison de croire qu'ici et maintenant les contes de fée ça existait. Ou c'était un mauvais conte de fée après tout.

Pourtant, elle sentit le Drakkari derrière lui et se retrouvait complètement désarmée. Elle avait montré beaucoup de protestation quant à cette façon de porter très déplacée alors qu'elle était sur son dos. Ce n'était pas des bonnes manières ! Et pourtant il avait pas tort de penser que la jeune femme se serait discrètement absentée, le laissant seul et aurait protesté contre toute forme d'aide. Ainsi va sa fierté.

Mais Cassidy n'aimait pas se laisser faire, se faire porter de cette façon, elle trépignait, se débattait, donnant des petits coups faibles sans chercher à lui faire de mal mais tentant quand même de montrer son indignation à être dans cette position fort humiliante pour la jeune femme. Il fallait la comprendre. En une journée elle venait de se faire porter deux fois, alors qu'elle n'appréciait pas. Bon encore la première ça allait mais là, c'était tout simplement incompréhensible.

*Nan mais sérieusement... j'ai l'air vraiment menaçante comme ça ! Heureusement qu'il n'y a pas d'élèves dans le coin sinon j'aurais eu l'air vraiment impressionnante ! Me retrouver dans cette... posture... aaaaah !*

Cela devait fortement amusé Tristan ou peut être pas puisqu'elle pensait à certaines choses en s'approchant du local. D'ailleurs, elle se crispa encore plus fortement et ses coups redoublèrent, elle aurait bien voulu s'enfuir, même à quatre pattes. Vraiment indigne d'une vraie directrice. Mais bon en même temps, elle pouvait faire preuve de moins de tenue, personne n'étant encore présent pour la voir. Mais il fallait le savoir, la jeune femme n'était pas bête à ce point et même si elle feignait avec une grande habileté tout ce qui touchait de près ou de loin à "l'ordre des choses", elle savait quand même de quoi il était question. Même si ce n'était pas ses principales sources de préoccupation.

Elle repensa même au coup du placard, il aurait très bien pu l'enfermer ici. Voir à deux comme il le disait si bien tout à l'heure. Non non non hors de question que cela arrive ! Et pourtant, il n'y avait vraiment rien de déplacé dans tout ça car le jeune homme était ressorti rapidement du local sans en avoir profiter plus que ça. Mais Cassidy commençait à s'habituer au comportement assez changeant du jeune, la surprenant à chaque moment. Plus elle était avec lui, plus elle était surprise, négativement ou positivement.

Alors, le jeune homme la posa sur le banc en face d'elle, lui ordonnant de se tourner. Et à ce moment, la jeune femme eut un instant de faiblesse, d'inconscience, un tournis qui s'emparait d'elle et qu'il était impossible de calmer. Cassidy ferma un court instant les yeux pour essayer de se calmer. Et, avec beaucoup de douceur et pas comme une brute, elle posa sa tête contre son épaule droite, simplement un peu assoupie, fatiguée, envie de se sentir un peu apaisé. C'était étrange comme sensation, même si elle était un peu sonnée. Et dans ce geste, la bouche de la jeune femme s'étira en un mince sourire comme si elle appréciait grandement la position. Comme si pendant le court d'un instant, elle redevenait ce petit bout de femme fragile qu'on avait envie de protéger.

Et pourtant, le contact fut rompu par un gland qui lui atterrit sur la tête et qui força la mage à se redresser brusquement comme si elle venait de se réveiller. Grognant et maugréant, elle se redressa vivement comme si de rien n'était tout en regardant l'arbre. Aaah ces lutines ! Mais en même temps, elles s'inquiétaient et c'était normal.

Pourtant, Cassidy resta un moment un peu perdue dans ses songes, pensant que le moment qu'elle avait vécu n'était pas si désagréable que ça.

*Eyh... C'est bizarre mais... c'est pas si monstrueux que ça... enfin c'est même agréable d'être comme ça*

Puis soudain, elle secoua la tête pour chasser cette horrible pensée de son cerveau. A vrai dire, elle n'avait jamais imaginé Tristan comme ça. Comme un potentiel ou éventuel autre chose qui allait plus loin que le simple fait de le ... détester ? Non on ne pouvait pas dire ça elle ne le détestait pas... En tout cas, cela allait plus loin que du simple respect. Elle n'arrivait pas à déterminer ce truc

*Gaffe Cassy... N'oublie pas... Aaah je sens que je vais regretter ! Il va finir par réussir son petit tour... Non mais je suis pas comme çaaaa !*

Cependant, lorsqu'elle s'était tournée dans tous les sens pour s'examiner sur toute la longueur de son dos, telle une gamine voulant voir les dégâts par simple curiosité, cela fit grandement rire Tristan. Enfin, pendant quelques secondes mais il se mit à rire. La jeune femme eut un léger sourire, peut être un crispé, en le regardant, se demandant dans quel sens il le prenait.

Et puis, il s'installa rapidement sur le banc à côté d'elle, l'obligeant à se retourner et lui présenter son dos. La jeune femme protesta vivement mais sans non plus se bloquer complètement.

"Tristan, non. Je pense pas que ce soit une bonne id..."

Cassidy était vraiment gênée. Présenté son dos, même au Drakkari, même si c'était simplement médical et pour sa santé, elle était vraiment mal à l'aise. Présentant sa peau à nue devant le jeune homme qui avait tout le loisir d'examiner les choses sous tous les angles, (et non les ongles comme j'ai failli le mettre <<) et c'était carrément difficile à supporter. D'ailleurs, la jeune femme se mettait à trembler un peu et n'avait qu'une envie, disparaître.

Effectivement la blessure était vraiment importante et le corps de Cassidy, pas du tout habitué à recevoir ce genre de marque. Cependant, elle redoutait le moment du bandage, car de là où elle était, impossible de voir quoi que ce soit, ce qui était désagréable quand même. Elle sentit qu'il lui passait une eau sur la blessure et la jeune femme ne pouvait pas s'empêcher de se tenir au banc de toutes ses forces, se mordant la langue pour éviter de passer pour la chochotte.

Et alors, il appliqua un autre truc qui lui brûla carrément la peau et qui fit sursauter un peu Cassidy. Cependant Tristan avait senti qu'elle n'appréciait pas vraiment ce contact car il posa une main sur son épaule pour qu'elle évite de bouger pendant qu'il jouait à l'apprenti médecin.

*Aaaah par tous les dieux et les 1000 parchemins magiques, ça brûuuuuuuuuuuuuule !*

Elle se crispa donc, une grosse grimace sur le visage, sentant la main de Tristan qui tentait de la maintenir et ses mains à elle qui étaient crispés sur le rebord du banc alors que la jeune femme se mordait la langue. Enfin voyons ! Ca fait mal ! Et pourtant, elle sentit qu'il y allait avec une infinie douceur tout en appliquant le remède.

Il lui parlait, profitant du fait qu'elle ne puisse pas le regarder en face pour lui sortir quelques phrases. A propos de ce qui s'était passé. Qu'il ne la détestait pas au final. Alors qu'il prononçait ses phrases, la jeune mage se détendit un instant, oubliant la douleur, attentive à ses paroles. Cependant, la fin et sa mise en garde se contenta de lui faire hausser un sourcil.

"Je suis d'accord mais tu es aussi sous ma responsabilité. Je dois garantir ta sécurité et même si tu aimes en prendre plein la figure, je devais agir là à moins que tu ne souhaitais te retrouver transpercer. Je ne dis pas que ça aurait pu arrivé mais ce sort que j'ai lancé, je ne sais même pas si la puissance était bien dosée. J'étais un peu... enfin sûrement déconcentrée. Alors s'il te plaît, juste pour cette fois accepte le."

Elle fit une grimace un peu bizarre qu'il ne pouvait pas voir.

*Surtout, acceptes le fait que je me suis directement dirigée vers toi pour te tomber dans les bras. Pour une fois tu as bien gagné car ce n'est pas dans mes habitudes*

Cette pensée là, elle se garda bien de le dire. Après tout, elle n'avait rien ressentit du tout, du moins pas grand chose, car son instinct de survie était passé devant ces sentiments secondaires.

Pourtant, elle hésita sur ses prochaines paroles mais cela sortit tout seul de sa bouche.

"En revanche, si jamais je sens que tu es en danger de mort immédiat, je ne resterais pas sans rien faire... Je sais que tu es solide mais je suis désolée ça sera plus fort que moi. Déjà que te laisser te prendre des coups ça va être dur alors..."

*Je t'ai déjà perdu de vue une fois, je ne veux pas qu'il y ait de seconde fois...*

Elle rigola ensuite un court instant doucement, juste pour essayer de détendre l'atmosphère et oublier la situation un peu particulière dans laquelle la jeune femme était.

"Quel genre de punition ? Je suis bien curieuse de le savoir..."

Sur ce, la jeune femme commença à se retourner car le Drakkari venait de s'arrêter de faire ses gestes pour la soigner et c'est à ce moment là qu'il reposa un peu plus fermement les mains sur ses épaules. Dans un réflexe, Cassidy tourna la tête droit devant elle, fronçant les sourcils. Et d'ailleurs, heureusement qu'il ne la voyait pas car son visage venait de prendre une étrange couleur rouge.

Un frisson lui parcourut l'échine, elle sentait comme la chevelure du Drakkari qui s'était déjà rapproché de son dos alors qu'elle ne s'y attendait pas. Et comble de la surprise, elle sentit son souffle court contre une partie de sa peau, il ne se tenait qu'à quelques centimètres d'elle, respirant calmement alors qu'elle déglutissait, ne comprenant pas son geste. Soudain, l'insolant Drakkari déposa un baiser léger sur sa peau, profitant de ce moment, ce qui amplifia ce frisson et cette chaleur sur elle même qui n'avait rien à voir avec la blessure

Cassidy se crispa mais resta tranquille. Son teint avait viré au rouge, alors qu'elle faisait une grimace pour tenter de cacher sa gêne. Et heureusement qu'il ne la voyait pas, parce que là c'était très significatif. Là oui cela lui laissait une bonne grosse ouverture. Pourtant, la jeune femme avait envie de corriger le vilain Drakkari qui avait osé la toucher.

*Aaaaaaaaaaaaaaah ! Le gredin ! Espèce de profiteur ! Tu m'as bien eu là !*

Cependant, il réagit très rapidement pour trouver la meilleure excuse qui soit, mignonne, charmante, ce qui empêcha Cassidy de le frapper.

*Mouaaais bisou magique oui pourquoi pas... Et tu l'as fais à combien de femmes ce coup là hein ?*

Elle se mit à grimacer alors que son teint repris une couleur normal.

*Tiens regarde, c'est une grimace magique, elle a le pouvoir de faire fuir le vilain Drakkari que tu es... Quoique...*

Pourtant Tristan avait raison. Elle devait sûrement plané un peu, ou Tristan avait réellement fait un bisou magique parce que la douleur avait diminué, remplacée par une douce chaleur qui parcourait son dos. Bon certes, elle devait admettre que cela fonctionnait, mais ce n'était pas une raison ni une excuse.

Alors qu'il rangeait les affaires et qu'elle se rassit correctement sur son banc, il revint vers elle en sourit, s'agenouillant devant elle alors que Cassidy avait un regard des plus sceptiques et se frappa la tête avec sa propre main à elle tout en souriant. Mais ce simple sourire qu'il avait sur le visage fit communicatif car elle avait elle aussi envie de sourire, le trouvant bien marrant avec sa petite pirouette pour éviter de s'attirer ses foudres.

Cependant, elle avait aussi un fond de regard surpris de le voir agir ainsi. C'était comme si il savait que c'était mal. Comment le corriger dans ces conditions ?

*Bon ça va tu t'es bien rattrapé sur ce coup ci mais n'en profite pas !*

Il se dirigea de nouveau vers elle et ses paroles n'avaient rien à voir avec tout à l'heure pendant leur petit duel. Tristan était tout ce qu'il y avait de plus intentionné, bien à sa façon, que la jeune femme ouvrit la bouche comme une poisson pour le fixer avec surprise et ébahissement. Puis elle cligna des yeux, attrapa une mèche de ses cheveux, et l'entortilla autour de son doigt mal à l'aise.

*Réveillez moi je suis en train de rêver...*

Elle resta là bêtement puis se rappela d'un truc. Tristan était aussi blessé qu'elle, il avait reçu un copeau de bois dans le bras et des nombreuses coupures avec du sang un peu partout. Ce n'était pas très correct. La jeune femme eut alors un sourire malicieux et rentra à la suite du Drakkari dans le local.

"Une minute Messire le vilain Drakkari... Vous n'allez pas rester dans cet état quand même ?"

Elle eut un sourire malicieux, tirant la langue tout en ayant les bras sur ses hanches. Puis Cassidy attrapa une main de Tristan avec ses deux mains à elle et le tira vers l'extérieur du local tout en reculant. C'est qu'elle avait de la force la petite quand elle le voulait ! Bon aussi Tristan ne devait pas se bloquer comme un bloc.

La jeune mage la ramena près du banc tout en lui donnant des petits coups insistants pour qu'il s'assoit. Elle partit chercher vite fait ce qu'elle avait besoin dans la trousse médicale avant de s'approcher de lui en s'agenouillant et en le regardant malicieusement tout en se retroussant les manches.

"Ah nous deux ! Et ne proteste même pas sinon je rentre au château toute seule et je t'attends pas !"

Elle regarda ce qu'il y avait à côté d'elle, de l'eau et de l'alcool. Bien heureusement elle s'était un minimum renseigné avant d'avoir pris ces onguents, pour pouvoir justement soigner si elle n'avait pas la possibilité d'utiliser la magie. Cassidy tira la langue tout en prenant l'eau déminéralisée en la mettant sur une sorte de coton pour lui nettoyer ses mains d'abord qui avaient reçu du sang ainsi que ses avants bras, s'appliquant à enlever les copeaux d'une manière très douce tout en lui tenant le poignet pour qu'il ne proteste pas.

Enfin, elle aperçut l'horreur. Un bout de bois carrément pointu était entrée dans son avant bras droit de quelques centimètres. La jeune femme grimaça. Tristan allait sûrement protester comme elle, avant qu'il ne dise quoi que ce soit, elle lui posa délicatement un doigt sur les lèvres, essayant de se concentrer et de réfléchir un minimum.

"Bâton..." murmura-t-elle tout en se dirigeant vers son arme pour le ramasser tout en se redirigeant à nouveau vers Tristan.

Puis elle luit tendit le bras sur toute la longueur et se cala face à lui, se mettant en appui sur les genoux pour avoir une posture solide tout en le regardant.

"Tu vas pas aimé mais il faut bien l'enlever... surtout si tu veux me porter"

Cassidy attrapa le bout de bois et le tira d'un geste sec. Le sang commençait à sortir mais la jeune femme fut plus rapide, murmurant quelques mots alors que les runes sur son bâton prirent une couleur blanche. Elle traça un symbole complexe dans les airs puis posa sa main sur son avant bras tout en fermant les yeux pour mieux visualiser l'effet du sort.

Le sang s'arrêta de couler et la plaie se referma d'elle même, laissant juste une petite marque rouge et encore fraîche à cet endroit au moment où elle retira la main satisfaite. Puis Cassidy se releva et eut une drôle d'envie pendant un moment. Non il paraît que les bisous magiques ça marche vraiment ?

"Ah excuse moi... j'avais oublié..."

Elle se pencha doucement vers lui un peu inconsciemment pour approcher ses lèvres de sa joue. Soudain, ce n'était pas un mais trois glands qui lui tombèrent sur la tête DONG DONG DONG. La jeune femme eut à peine le temps d'effleurer doucement sa joue avant de s'écarter en grognant après l'arbre qui l'avait encore arrêter dans ses gestes un peu bizarres.

Stupide elle était ? Nooon pas vraiment ! Mettons ça sous le coup de la fatigue, l'épuisement de ses réserves qui lui faisait sûrement tourner la tête. La jeune femme le regarda un bref instant, eut un sourire vraiment gêné mais aussi un peu énigmatique puis retourna dans le local ramener ce qu'elle était venue chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Mar 29 Mai - 12:09

Drôle de sensation n’est ce pas ?
Tristan avait été extrêmement surpris.
Parce que même s’il n’avait pas vraiment apprécié ce sauvetage impromptu très théâtral, elle lui avait quand même sauté dans les bras. Enfin non pas dans les bras puisqu’il ne les tendait pas vers elle et que ce n’était pas de magnifiques retrouvailles romantiques avec un fond musical au violon.
Elle n’était peut-être pas grande, mais la jeune femme l’avait heurté… euh… eh bien comme un machin pas franchement délicat et encore une fois, ça n’avait rien de romantique.

Mais étant donné qu’elle voulait le tenir à distance et esquiver le moindre contact, c’était étrange.
Et puis elle avait dû se faire mal à mettre ainsi ses bras autour de son torse. Déjà heureusement qu’il n’était pas un gros patapouf sinon elle n’aurait jamais réussi, ensuite… malgré tout il était lourd, encore heureux qu’il ait amorti le choc de ses coudes par pu réflexe sinon elle aurait vraiment eu très très mal. Même si là ça devait déjà être pas mal.

Mais elle venait d’en rajouter une couche. Bon bien sûr un moment s’était déjà écoulé, même si ce n’était que quelques minutes, depuis la chute catastrophe et l’espèce d’étreinte étrange.
Pourtant, il n’avait pas profité de l’instant pour l’enlacer, la serrer contre lui et tenter quelque chose. Pour une raison bien précise d’ailleurs, qu’il n’avouerait sans doute pas si facilement.

Là alors qu’il était décidé à la soigner, après que la jeune femme se soit sérieusement rebellée même si elle était un peu trop faible pour lui faire le moindre mal, elle faisait une autre chose étrange.
Et là encore, il ne réagit pas. Pourtant il avait libre champ, occasion pour le faire. N’était-elle pas appuyée contre lui, les yeux clos parfaitement innocente et désarmée, affaiblie et fatiguée ?
Il aurait été si simple d’en profiter. Et pourtant il ne bougea pas, si ce n’est cette légère inclination de tête vers la sienne.

Pourquoi ne faisait-il rien encore une fois ? Peut-être parce qu’il lui était quand même un peu, un tout petit peu bien sûr, reconnaissant de l’avoir protégé. Quoique, il était clair que le jeune homme n’appréciait pas du tout cette position. Pas celle d’une jeune fille adorable appuyée contre lui, non… Celle du grand guerrier qui se fait mettre au tapis et protéger par ladite jeune fille beaucoup moins adorable puisque le chargeant comme un rhinocéros… et même si c’était un petit rhinocéros, il était plus costaud que prévu !

Sans doute l’avait-il surprise avec sa façon de la trimbaler puis de vouloir la soigner et à cette pensée il eut un petit sourire. Encore une fois il n’était pas dans sa tête et ne pouvait donc pas savoir à quoi elle pensait, même s’il parvenait à saisir certaines expressions.
Le jeune homme s’occupa ensuite de son dos, ignorant ses protestations… non sans avoir jeté un regard sceptique au gland ayant secoué la jeune femme un peu plus tôt. Elle semblait elle-même surprise par son geste de relâche, comme si elle n’avait pas l’habitude d’être ainsi… étrange.

En tous les cas elle n’appréciait pas, il le vit rapidement. Bon effectivement, sa blessure n’était pas qu’une petite égratignure de rien du tout mais elle semblait tout de même assez douillette la demoiselle. Ce qui fit apparaître un sourire narquois sur le visage du jeune homme, même si elle ne pouvait pas le voir et même si à la suite de ce constat il mesura encore plus attentivement ses gestes pour éviter de lui faire mal bêtement.
Un guerrier sait aussi avoir des gestes calmes et doux, il ne faut pas croire. Enfin pas tous c’est vrai.

- Détends toi… Tu vas te faire mal à te crisper autant, oui ça pique je sais…

Il sourit à nouveau ayant parlé doucement et calmement et peu moqueur cette fois-ci, comme si effectivement, il se souciait réellement de son état. Oui, ce garçon était une vraie girouette et le comprendre n’avait rien de simple même si elle en était certainement la seule capable.

Elle lui parla suite à son espèce d’excuse et il fronça les sourcils,l’écoutant sans l’interrompre même s’il désapprouvait totalement.
Elle n’avait vraiment pas changé. Enfin si et c’était bien ça le problème. Elle avait tout de même pris un peu d’assurance et cette assurance la poussait à protéger plus de personne qu’avant… dont vouloir le protéger lui. Il était sous sa responsabilité certes mais n’avait-elle pas compris que justement s’il se prenait des coups ce ne serait pas grave aux yeux de ceux qui l’avaient placé là ?

- Je ne suis pas quelqu’un qu’on protège et que tu dois protéger surtout… souviens t-en et ne me réponds juste pas cette fois. Je suis un guerrier Cassidy, il faut que tu t’y fasses, encaisser c’est encore ce que je fais de mieux et crois moi, ton sort aussi aléatoire soit-il n’est rien face à ce que j’ai déjà rencontré. Tu t’en doutes aussi…


Il soupira et se repassa la main dans la nuque, ébouriffant les mèches plus courtes qui s’y trouvaient.

- Mais je comprends ce geste. Ne le refais pas c’est tout. Sinon je t’écarterai la prochaine fois… j’aurai très bien pu l’éviter, j’étais étourdi c’est tout. C’est… un peu ma faute aussi si tu es blessée alors arrête de chipoter, laisse toi faire, c’est déjà assez gênant sans qu’on en rajoute une couche avec les remords les excuses et tout… le mélodramatique c’est pas mon truc.

Cette fois son ton, même s’il était très sérieux sur le début, se tourna vers une légère plaisanterie et un fond amusé. Parce qu’au fond, c’est vrai son obstination le consternait… mais l’amusait.
Par contre elle évoqua la punition et s’il haussa un sourcil l’espace d’un instant, il se rapprocha d’elle pour murmurer, exerçant une légère pression suspecte sur ses épaules.

- Oh… je peux être très très vilain avec les punitions moi… Et pour une aussi jolie fille, j’en ai une en tête des plus… oh elle n’est pas si cruelle après tout ça peut être agréable.

Pas du tout, du tout innocent, même s’il se recula et sourit en se rattrapant rapidement.

- Mais bon pour commencer, je pense que je te priverai de dessert ça devrait faire son petit effet.

Pause… qui était censé être l’adulte responsable des deux protagonistes déjà ?
Après il y eut ce petit baiser presque innocent. En fait pas innocent du tout puisqu’un baiser où qu’il soit blessé n’était jamais donné, sauf cas rares, sans arrière-pensées.
C’était tout à fait un geste typique du jeune homme qu’il était devenu, loin du turbulent petit garçon mais pas trop non. Comme une évolution de la turbulence vers la taquinerie polie parfois débordante mais presque toujours contrôlée.

Bien sûr sa petite excuse valait le déplacement, un peu gamine mais une belle répartie toute simple… qui pouvait fonctionner avec elle. Non pas parce qu’elle était naïve mais parce que c’était le genre de paroles qui pouvaient l’excuser auprès d’elle.
Elle semblait toute surprise et il crut percevoir un peu de rouge sur ses joues, ce qui lui tira un sourire fier mais amusé.

L’autre geste, celui de la tape était également bien vu. Elle allait devoir s’y faire, il n’était pas un stupide guerrier. Après tout n’était-il pas le tombeur de ces dames ? Au physique harmonieux et aux sourires enjôleurs ? Mais il savait aussi parler ne se contentant pas de vains grognements et bougonnements inutiles. Même s’il n’en donnait pas toujours l’impression, Tristan savait tirer parti d’une situation, mais surtout se rattraper d’une trop alambiquée.
Même s’il innovait pour l’heure. Après tout c’était facile d’inventer un peu avec elle.

Mais soudainement, alors qu’il s’éloignait tranquillement pour ranger, elle le rattrapa et l’interpella. Il était tellement dans ses pensées qu’il ne l’avait pas entendue approcher et se retourna donc avec surprise… et agacement de la voir déjà debout.
Sauf qu’apparemment mademoiselle avait des idées derrière la tête.
Elle lui prit la main et bien malgré lui, il se laissa faire, surpris et comme.. conquis et parfaitement docile.

Et c’était tout à fait ça. Il la suivait sagement, comme si le simple fait qu’elle lui prenne la main suffisait à ce qu’il obéisse sans poser de question. Pas la moindre. D’ailleurs il aurait été bien surpris de voir sa propre tête. Pas la moindre réticence sur son visage, seulement une réelle curiosité et un léger sourire surpris.

Il s’assit donc à son tour, les rôles à nouveau inversés.
Tristan pencha légèrement la tête, comme toujours lorsqu’il était intrigué et resta sagement encore une fois, immobile, l’observant alors qu’elle déclarait vouloir s’occuper de lui et que s’il résistait eh bien elle le planterait là.

- Je n’ai rien dis…

Et effectivement, il ne cherchait pas du tout à se dérober, rendu doux comme un agneau, sans doute trop surpris pour se rebeller, quand elle était venue le chercher dans le petit local.
Elle nettoya avec soin le sang sur ses bras et ses mains et avec une légère grimace d’application plutôt intéressante. Comme avant lorsqu’elle était concentrée, elle fronçait les sourcils et se mordillait légèrement la lèvre inférieure, réfléchissant sans doute à bien des choses à la fois.

Pour sa part, Tristan restait immobile, sans bouger, les bras devant elle, appuyés sur ses genoux, le buste légèrement penché en avant, l’observant faire au fur et à mesure.
Effectivement un long bout de bois était planté dans son bras et il réprima une grimace face à l’élancement de la douleur quand elle l’effleura tout juste pendant ses soins.
Aie… il avait dû se planter près d’un nerf.

Elle revint avec son bâton et une lueur d’inquiétude brilla un court instant dans le regard du jeune homme, comme chaque fois qu’il avait affaire à de la magie en fait.
Lui par contre ne fit qu’une légère grimace quand elle arracha le copeau, ne se crispant que très peu, habitué depuis longtemps à la vraie douleur. Elle soigna aussitôt sa blessure mais à sa manière, avec de la magie… c’était plus simple et sans doute bien mieux.

Tristan bougea légèrement ce bras plus touché que l’autre et fut content de ne plus avoir de réelle gêne, c’était tout de même mieux ainsi il n’y avait pas à dire. Il ouvrait la bouche pour dire merci mais alors que Cassidy s’était redressée et s’éloignait, elle revint vers lui, se pencha, lui offrant tout de même une jolie vue sur un décolleté fortement amélioré par la déchirure dans sa robe et déposa un baiser sur sa joue. Le décolleté pour le coup ne retint même plus toute son attention.

Ce n’était absolument rien du tout, un truc à peu près aussi innocent que le sien.. plus innocent puisqu’elle l’était clairement davantage que lui mais surtout un vif retour à l’envoyeur de son petit jeu. S’il avait écarquillé les yeux, et avait eut aussitôt le regard dans le vague plus du tout préoccupé par cette si charmante vue, Tristan se reprit rapidement.

Il ne rougissait pas bien évidemment. Après tout il était habitué à de bien plus amples… euh… démonstrations. Mais il est vrai qu’elle venait de faire un bond dans son estime tout à coup. Elle l’avait totalement pris au dépourvu là, bien plus qu’avec son sauvetage. Mais lorsqu’elle s’écarta, il avait un large sourire un peu trop appuyé aux lèvres.

- Comme c’est étrange… je n’ai plus du tout mal !

Moui bon ce n’était pas super sérieux quand même mais il n’en dit pas plus. La conversation prit fin un court moment, le temps qu’il se redresse, la regardant bien plus grand qu’elle et la fasse se rasseoir avec un regard sévère cette fois. Et la menace du dessert ne semblait pas planer très loin étrangement.
Après cela, le jeune homme rangea rapidement les armes pour qu’elles ne s’abîment pas, réflexe dû aux très longues heures qu’il avait passé sur ce type de terrain et la mentalité qui en ressortissait.
Peu après il était de nouveau près d’elle et lui tournait le dos même s’il souriait, pliant les genoux pour que ce soit plus facile.

- Allez grimpe. Ce sera moins… eh bien dominateur de ma part que tout à l’heure. Eloignons vite, j’ai l’impression que les écureuils ont une dent contre toi dans le coin. Tu as abattu des noisetiers ou quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Mar 29 Mai - 15:31

Ce qui était fait est fait. Inutile de tourner sur la raison du pourquoi du comment, l'heure n'était plus à la réflexion intensive mais à l'action. Certes elle l'avait protégé malgré elle, il lui avait dis des choses méchantes, avec des moments de vide et des moments pour parler mais l'incident était clos.

Enfin pas totalement vu que la jeune femme avait une hideuse blessure dans le dos.

Effectivement, c'était un réel instant de relâche que Cassidy avait eu. Une attitude qu'elle n'avait pas et pourtant, il aurait du s'en douter, vu la réticence que la jeune femme éprouvait à chaque fois qu'il s'approchait, que le contact entre eux était plus rapproché, on sentait bien qu'il y avait une réelle crainte de ce contact physique, ce n'était pas si évident que ça pour elle d'avoir ce genre de réactions, bien que cela témoignait de son état un peu sensible et déstabilisé pour l'instant.

Est ce que la jeune femme profitait réellement de ce qui se passait ? Tentait-elle une approche ? C'était comme si elle n'avait pas réellement conscience de ses propres gestes. Pour elle, il s'agissait seulement de quelque chose de "normal" que la jeune femme ne mettait pas en relation avec d'autres types de sentiments. Même si il y en avait un petit peu quand même. Cette sorte "d'attirance" qui la faisait agir ainsi était vraiment loin d'être physique, ce qui aurait pu déplaire à Tristan, lui qui était très centré sur le physique.

Pourtant, elle avait été arrêté par une lutine qui avait jugé bon de lui faire retrouver ses esprits. Lui montrer que la jeune mage ne devait pas se laisser aller. D'ailleurs c'était évident, cela ne lui ressemblait pas du tout. Peut être parce qu'il s'agissait de Tristan, Cassidy réagissait différemment. Jamais elle n'aurait eu l'idée de faire ça. Dans un sens, c'était même un peu risqué d'où la prévention de la lutine qui ne voulait pas qu'elle finissent par baisser sa garde.

*Je dois faire attention... Je dois faire attention*

Il redoubla de douceur lorsqu'elle se crispa sous la douleur alors que le Drakkari se contentait de lui parler calmement pour qu'elle n'ait pas trop mal. Dans un sens, ces simples paroles avaient eut un effet sur elle, bien qu'elle avait une petite arrière pensée à ce sujet.

*Détendre détendre c'est vite dit ! Comment tu veux que je me détente alors que je te présente mon dos vulnérable ? Plus facile à dire qu'à faire !*

Heureusement qu'il ne la voyait pas d'ailleurs, car elle avait vraiment une drôle d'expression sur le visage. Il lui était difficile d'avoir une expression fixe. De plus, le Drakkari la perturbait, il était un coup blanc, un coup noir. C'était vraiment très difficile à cerner. La jeune femme ne voulait pas croire qu'il était recyclable comme c'est ce qu'il lui avait dit au départ, et pourtant, à le voir, elle persistait à se dire qu'il y avait quand même du bon.

Pourquoi ? C'était très simple. Si il s'en fichait réellement, jamais il ne l'aurait soigné et elle ne l'attendait pas. Il était doué pour la destruction mais s'occupait d'elle aussi. D'ailleurs on aurait pu se demander au final qui était le chef ici. Pour une personne extérieure, on pourrait croire qu'il s'agissait d'un étrange couple, c'est du moins ce qui pouvait être supposé.

A sa phrase sur la protection, la jeune femme se mordit la lèvre. Oui si il voulait, après tout, Tristan avait choisi cette voie sans détour donc il y était habitué et c'était lui faire preuve d'irrespect que de le remettre en question là dessus ou chercher à prendre les devants comme Cassidy le faisait. Et pourtant, il avait raison. C'était un guerrier, il s'était entraîné spécialement pour cela. Donc elle devait le laisser faire même si cela la dérangeait.

Enfin, même si Tristan lui disait et que la jeune femme eut une attitude un peu boudeuse sur le coup, il savait pertinemment qu'elle était suffisamment têtue et bornée pour ne rien respecter si elle l'avait décidé. C'était assez marrant d'ailleurs, le Drakkari qui lui donnait un ordre et elle qui avait décidé d'y obéir... uniquement si elle le désirait.

Les rôles étaient inversés et Cassidy eut un petit sourire sur son visage. Il était en train de lui expliquer par A et B qu'elle ne devait plus agir ainsi. Pourtant, Tristan n'était pas méchant dans ses paroles et il expliquait ses remords tout en finissant par une pointe d'amusement dans la tonalité de sa voix qui était plutôt rassurante.

Cassidy hocha doucement la tête. Cependant, elle se crispa à nouveau lorsque les paroles furent un peu plus... enfin, on entendait bien l'air sous entendu et significatif du charmeur de ces dames qui repointait le bout de son nez. Elle fronça les sourcils, interpellée par sa phrase.

*Huuum... laisse moi deviner ? Drague et Viol ? Dans tes rêves*

Elle marmonna cependant entre ses dents tout en collant ses mains l'une contre l'autre.

"Merci, pas intéressée..."

Elle voulut se retourner et s'agiter quand il osa parler du dessert. Ah non hors de question qu'on la prouve de son petit moment de détente, sa petite sucrerie à elle bien tentante et relaxante et voulut protester. Jusqu'à ce qu'il décide de l'embrasser dans le dos, ce qui la désarma complètement.

Ses réactions suivantes étaient tout à fait surprenantes, après tout, elle ne s'attendait pas à un tel comportement de sa part. C'était totalement différent de ce qu'elle pouvait imaginer. Cassidy l'examina. C'était bizarre cette sensation mais après tout, assez agréable. Et voilà qu'elle recommençait !

A l'heure actuelle, il était difficile de savoir comment cette histoire allait pouvoir se terminer.

Pourtant, lorsqu'il entra dans le local, la jeune femme le suivit doucement. Peut être qu'il allait refusé, protester, et à voir son regard, Tristan n'avait pas l'air spécialement content de la trouver ici. Mais alors qu'il semblait sur le point de faire quelque chose, la jeune femme ne lui en laissa pas le temps, attrapant doucement sa main.

D'ailleurs, c'était étonnant à quel point il pouvait être docile en la suivant. Elle n'avait besoin de forcer, il était tout calme et cela intrigua fortement Cassidy qui était surprise à chaque moment par cet attitude. Pas une seul fois il ne protesta, rechigna, se rebella.

*Je rêve ou il est bien... docile ? Depuis le début il me fait tourner en bourrique, tantôt râleur, tantôt gentil...*

Elle s'était détendu un peu et tenait doucement sa main. Un petit couple oui, c'est l'idée qu'on pouvait en avoir.

Alors, elle s'appliqua doucement à lui nettoyer ses blessures, avec beaucoup de délicatesse et de douceur. La jeune femme était maladroite pourtant là, elle était différente, ses gestes étaient minutieux, réfléchis, elle cherchait vraiment à faire en sorte qu'il se sente bien, caressant doucement sa peau, grimaçant en voyant les nombreuses blessures anciennes.

Bien étrange que cette petite demoiselle qui était en train de le soigner comme si de rien n'était, alors que lui était torse nu, ce qu'elle avait encore du mal à supporter, bien qu'elle évitait soigneusement de regarder dans la direction concernée.

Lorsque Cassidy revint avec son bâton, elle lut de la crainte dans les yeux du Drakkari et pourant, la jeune femme souriait doucement, pour le convaincre, pour lui dire par un simple regard qu'il n'y avait absolument rien à craindre. Elle aurait quand même eu un petit geste attentionné envers lui, approchant la main de son visage, puis se ressaisit en lui prenant doucement l'épaule, comme si elle voulait qu'il reste droit.

Retirant le méchant bout de bois, la jeune femme était satisfaite de son sort, même si cela faisait beaucoup de choses qu'elle avait utilisé en peu de temps. Et pourtant, Cassidy souriait, c'était une façon bien à elle de le remercier que de l'aider en retour. C'était mignon quand même.

Alors qu'elle se redressait, une intrépide idée traversa l'esprit de la jeune femme. Elle n'avait pas compris que le bisou de Tristan n'avait rien de magique car cela lui avait fait de l'effet. Que c'était uniquement un beau prétexte pour se rapprocher d'elle, bien que savamment tourné il fallait le reconnaître. Et pourtant, elle s'était dit pourquoi pas après tout.

Mais le contact de ses lèvres sur sa joue au Drakkari impacta plus Cassidy que prévu. D'ailleurs, les glands qui lui tombèrent sur la tête la retinrent au contact de sa joue, frôlant uniquement et très légèrement cette partie. Bien sûr, elle ne pensait pas faire de mal.

Son sourire était beaucoup trop appuyé pour être sincère. Pendant un instant, la jeune femme pensa qu'il se moquait carrément d'elle et fronça les sourcils, croisant les bras devant elle, se braquant et fermant absolument toute cette attitude qu'il avait eu. Il se moquait de lui ? Si c'est comme ça qu'il le prenait, il n'y aurait plus de bisou, même magique ! Une grimace et c'est tout !

*Bisou magique... Moui... T'as pas l'air d'être spécialement convaincu mon grand...*

Mais c'est d'une manière ferme qu'il insista pour qu'elle se rassoit. C'était bizarre quand même, il voulait vraiment qu'elle en fasse le moins possible et se repose ? Pourtant la jeune femme n'était pas du style à protester contre une petite blessure, même si l'onguent lui faisait beaucoup d'effet. Il revint ensuite vers elle et s'accroupit de dos.

La jeune femme eut une expression de surprise sur le visage en écoutant brièvement sa phrase. Elle devait... s'accrocher à lui ? C'était bien ça ? Non mais il l'avait bien regardé ? Mauvaise question, il l'avait bien regardé ! Fichtre ! Non mais c'était hors de question que la demoiselle se trouve dans ce type de position même si c'était encore moins dominateur et elle ne tarda pas de le faire remarquer.

"Non mais tu es sérieux ? Je dois te... enfin tu vois quoi ! ... te ... bref ! Comme ça ?" bredouilla-t-elle légèrement, de la surprise sur son visage qu'il ne pouvait pas voir.

Puis la jeune femme croisait les bras, hors de question de se faire traîner comme ça !

"Finalement, je préfère rentrer à pied..."

Enfin une image apparut dans son esprit, celui d'un Drakkari qui ne la laisserait sûrement pas partir comme ça et ne s'empêcherait pas de la porter comme un sac à patates une deuxième fois. La jeune femme grommela et grogna, relevant une mèche devant ses cheveux et soupira.

"Je pense que je n'ai pas vraiment le choix... hum..."

Elle se mit alors debout, s'approcha du jeune Drakkari, se collant dans son dos qui était nu en plus, ce qui la fit déglutir, et passa doucement ses bras autour du cou du Drakkari, un peu craintive justement de se laisser aller de cette manière. C'était... particulier et on pouvait voir que la jeune femme paraissait vraiment crispée, tendue et vraiment pas à l'aise sur cette "monture" improvisée.

*Profiteur !*

Et une couleur rouge était apparu sur ses joues, lui donnant un peu de couleur pour changer.

"Les écureuils ? Je pense que je vais avoir une discussion sérieuse avec eux ! Tu fais bien de me le rappeler" marmonna-t-elle tout en collant sa tête contre la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   Mar 29 Mai - 20:02

HS : et voilààà ! La suite sur Une petite douche ne fait jamais de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand s'y remettre n'est pas si facile...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand s'y remettre n'est pas si facile...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: [Territoire Neutre] Académie Hysandra :: Extérieur :: Terrain d'Entraînement-
Sauter vers: