AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un repas ? C'est pas de refus !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 594
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Un repas ? C'est pas de refus !   Mar 5 Juin - 21:15

HS : suite de Une journée qui commence par une méditation

Suite directe de Allers / Retours (message de Cassidy Herediane du 2 Septembre 285)

2 Septembre 285
vers 12H

Tristan entra lentement dans le réfectoire.
Son pas était un peu lent. Il était plutôt fatigué.
Outre la fatigue sortie tout droit de l’épreuve qu’avait vécue son corps avec le marquage que Cassidy avait apposé sur son dos, il s’était entraîné.

Après tout c’est ce qu’il avait prévu avant de croiser Cassidy.
Il s’était levé tôt, bien plus reposé que dans les cachots, son lit était confortable après tout et était parti s’entraîner en douceur mais avec motivation.
Après ces quelques mouvements, il était allé manger au réfectoire quelque chose puis en s’éloignant, visitant les alentours, il avait vu la jeune directrice près de cette étrange mais jolie fontaine et l’avait rejointe.

Il avait prévu de retourner s’entraîner.
Cette petite pause était nécessaire car il sentait la fatigue mais aussi sa faiblesse. Tout s’était enchaîné après ça. Outre sa frustration d’être si faible, il y avait eu l’incident de répulsion magique de Cassidy, ses paroles puis sa blessure. Là-dessus il était redevenu très correct et prévenant avec elle, comme inquiet.

La vérité c’est qu’il l’était peut-être un peu. Juste un peu hein ?
Elle avait dû se faire mal et il se doutait un peu que c’était à cause de lui, assez intelligent pour le comprendre… Comme pour comprendre que c’était son attitude, ses paroles sans doute qui avait fait la part des choses. N’empêche elle avait de la force pour un si petit gabarit pour briser un verre. Même si elle avait utilisé sa magie, c’était quand même pas mal.

C’est pas que je m’inquiète pour elle. C’est juste qu’elle est tellement maladroite et négligente qu’elle pourrait même oublier de se soigner comme une idiote et être super malade après… et je devrai veiller sur elle alors bon… elle serait de mauvaise humeur en plus donc… c’est mieux de l’éviter hein… Je m’inquiète pas… C’est juste qu’elle… enfin je pouvais pas ignorer ça ou faire comme si de rien n’était


Et puis il y avait eu cet horrible instant. Rien qu’en y repensant, il sentit le désarroi l’envahir. Il s’était senti tellement mal, tellement blessé qu’elle veuille poser cette marque sur lui.
Non elle ne savait pas pour le tatouage.
Qu’ils avaient dû y aller à l’ancienne pour qu’il tienne un minimum, se doutant que Cassidy ne le poserait pas entièrement.
Quoique… si le jeune homme se montrait assez menaçant sans doute. Mais elle était une femme, elle pouvait se laisser berner par son charme ravageur et faiblir… et se faire stupidement avoir.

Mais il en avait souffert. Ses phrases agressives étaient sorties toute seules, même s’il ne les pensait pas vraiment, pas totalement du moins. Certes il ressentait du mépris parce qu’elle s’évertuait à leur obéir. Mais en même temps elle avait fait preuve d’une logique implacable dans ses paroles alors il n’avait pu que se rendre compte qu’elle pensait ne pas avoir le choix. Que c’était plus prudent pour elle. Pendant une seconde il la hait de tout son être… avant de se reprendre très vite en comprenant la stupidité de ce sentiment. Il savait lorsque certains étaient inutiles et surtout inadaptés.
Elle voulait juste protéger son école et ses futurs occupants.

Il pouvait et devait le comprendre.
Et pourtant, très égoïstement il ne voulait pas l’accepter. Parce qu’il était malheureux.
Pour lui, oui elle était différente.
Elle était l’adulte… donc encore plus extraordinaire, que cette incroyable petite fille qui avait changé totalement sa vie lorsqu’ils étaient enfants.

Celle qui lui donnait envie d’aller à l’école, envie de vivre, envie de rire.
Même si c’était à ses dépends. Mais comme les enfants sont maladroits, jeunes lorsqu’ils cherchent à attirer l’attention d’une fille.
N’importe quel adulte assez psychologue l’aurait vu. Qu’il jouait… ou plutôt… Qu’ILS jouaient. Même si elle prenait les choses bien plus au sérieux que lui. Même si elle était bien trop sérieuse pour son jeune âge.

Il aurait aimé lui montrer à quel point être un enfant peut être formidable… Et à quel point cela passe vite, qu’il faut en profiter.
Il avait souffert donc qu’elle veuille le bloquer, contrôler ses mouvements, sa volonté. Même si elle affirmait qu’il serait libre de ses mouvements, qu’elle n’en userait que très peu, le moins possible, que ce n’était que pour sécuriser cet endroit, pour ne pas qu’il y ait de risques.

Mais à quoi s’attendait-il ? Elle n’avait pas confiance en lui. Et elle avait bien raison. Même si pendant une courte seconde il s’était plu à penser le contraire, très courte seconde.
Il s’était résigné, blessé, sentant quelque chose se serrer dans sa poitrine. C’était douloureux, ça faisait vraiment mal. Plus que si on avait appliqué un fer rouge sur son torse. Pourtant il n’avait rien… physiquement du moins.

Résigné, il avait subi sans broncher le marquage. Et puis la situation s’était de nouveau retournée.
Alors qu’il s’éloignait, vidé, comme un homme brisé et sans but, comme un être blessé et qui n’arriverait pas à s’en relever avant un moment. Priver un Drakkari de sa liberté était le pire des affronts mais aussi la pire des punitions. Elle ne l’entravait pas… mais elle faisait bien pire que ça peut-être.

Mais elle avait eu cette série d’actes, d’actions inattendues pour le garçon, qui avaient tout changé. Du moins à ses yeux. La douleur s’estompait et pourtant les coupures étaient toujours là. Seulement il se concentrait sur les bras minces autour de sa taille, sur la tête dont les cheveux frôlaient son torse avec le léger vent frais qui circulaient entre les arbres plus loin.
Il se concentrait dessus et malgré lui montrait son étonnement. Ce contact avait quelque chose de doux alors qu’elle le retenait pourtant fortement pour une si petite femme.
Un contact qui n’était pas si simple… Elle n’avait pas utilisé son « autorité ». Elle aurait pu…mais elle ne l’avait pas fait.

Alors il écouta, chacune de ses paroles, même s’il ne parlait pas, il coopéra et sa frustration, sa tristesse difficilement dissimulée s’effacèrent petit-à-petit. C’était sans doute ces expressions que les lutines virent se succéder sur son visage.
Finalement à son baiser dans son dos, il s’était pris comme un coup dans l’estomac… mais pas si désagréable. Le genre de douleur qui rassure… qui montre qu’on est vivant.

Il avait parlé à son tour avec le besoin inexplicable de minimiser la situation, de la rassurer.
En fait il avait sérieusement mal. Son dos mais aussi plus loin, ses os, sa colonne vertébrale, ses côtes. Sous le tatouage. Mais il y avait aussi ces autres douleurs, celles de ses os, des bleus qu’il lui restait, de son coude gauche.

Mais il n’avait pas envie de le lui dire. Il n’aimait pas la tristesse dans son regard. Après tout ce n’était pas vraiment sa faute. Le lui dire la rassurerait peut-être, l’aiderait peut-être…à y voir plus clair, à se sentir moins mal. Parce qu’elle se sentait terriblement mal, il le voyait, dans ses yeux, dans le plissement de ses lèvres, dans cette fuite qu’avait son regard, dans sa façon de serrer ses mains l’une contre l’autre, de se tenir… vulnérable devant lui. Pas comme quelqu’un qui comptait imposer sa volonté.
Et puis elle avait dit qu’elle s’inquiétait pour lui.

Il avait souri en s’éloignant après avoir remis un peu les choses au clair, entendant ses paroles sans répliquer mais en y songeant. Non il ne forcerait pas trop. Il n’était pas en état justement. Ne l’avait-elle pas encore compris ?

Tristan était alors reparti s’entraîner. Malgré l’arrière-goût de chou, la boisson redonnait effectivement de l’énergie, il devait bien l’admettre.
Il s’était remis à courir, malgré les élancements dans son dos, douloureux… mais supportables. Certainement grâce aux bons soins de la jeune femme.

Il avait ainsi couru, marché, fait des tractions puis avait abandonné à cause de la douleur dans son dos, trop fraîche encore et s’était contenté de faire travailler longuement ses jambes puis de s’étirer avec beaucoup de soins, histoire d’éviter les courbatures.

Le jeune homme se disait qu’il n’avait tout de même… pas trop mal agi. Sans savoir si c’était vraiment une bonne chose. Après tout, il l’avait rassurée, calmée, il l’espérait un peu. Qu’elle se sente moins bien. Que ses mains blessées allaient mieux.
Il secoua la tête. Qu’est ce que ça pouvait bien lui faire hein ?

Il grimaça. A s’inquiéter ainsi pour elle, à vouloir la ménager…il allait faire des bêtises. Et s’il faisait des bêtises… comme accepter ses ordres, se montrer cordial. Alors ça tournerait mal entre eux, très mal. Il ferait une horrible erreur. Il ne pourrait pas s’en contenter de toute façon. Le calme, l’obéissance bornée. Ce n’était pas fait pour elle.

Elle était peut-être intelligente, très douée et une mage talentueuse… mais elle n’allait pas l’amadouer si facilement. Même si elle était devenue une très belle jeune femme, qui ne mettait pas son corps en valeur, ce qui la rendait certainement encore plus charmante.
Ce serait trop dangereux…

Tristan poussait la porte quand il vit Cassidy descendre les escaliers bien plus loin, reconnaissant ses pas. Il avait une bonne ouïe… Et elle n’était pas si discrète que ça, sans doute encore endolorie à cause d’hier. Elle avait tellement souffert de l’avoir blessé… Non… Elle ne souffrait pas, elle faisait comme si elle souffrait. Elle l’amadouait. Il serra les dents, maintenant la porte ouverte en l’attendant.

Non… tu ne me ramolliras pas comme ça… finement joué, mais non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 846
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Mer 6 Juin - 15:54

Cassidy descendait les marches du grand escalier, de bonne humeur malgré tout. A vrai dire, elle ne se doutait de rien du tout au sujet de Tristan, espérant juste qu'il aille bien et qu'il n'avait pas trop forcé sur ses exercices. En effet, la jeune femme continuait de s'inquiéter un peu pour lui tout de même. Après tout, elle devait admettre qu'elle l'appréciait un tout petit peu son Drakkari grincheux et impulsif.

*J'espère juste qu'il ne s'est pas fait mal...*

Pourtant, contrairement à Tristan, et même si le Drakkari l'ignorait, elle ne jouait aucun jeu. Au contraire, elle était tout à fait naturelle et avait cette petite touche d'innocence qui la rendait un peu fragile parfois, bien qu'elle était une femme redoutable. L'attitude de Tristan l'avait un peu rassuré et apaisé sa douleur alors qu'elle s'en voulait énormément du geste qu'elle avait du faire et surtout, espérait que le tatouage ne provoquerait pas d'autres effets un peu bizarre à cause de sa création artisanale.

Elle avait passé beaucoup de temps à lire, réfléchir et surtout gérer les priorités de l'école, ce qui l'avait suffisamment occuper pendant la matinée. Parfois elle rêvait de retourner sur les chemins de l'aventure, affrontant des créatures, aidant les gens. Après tout, l'enseignement n'était pas donné à tout le monde et surtout pour elle à un âge si jeune. Cassidy se demandait ce que la déesse avait derrière la tête pour lui avoir confier une si lourde tâche. Parfois, elle aurait aimé avoir plus de renseignements et d'informations. A part cette relique, c'était la seule chose que la jeune femme avait en sa possession qui n'apportait pas de réelle réponse à ses questions les plus essentielles.

De toute manière, les dieux avaient toujours agi par énigme et c'était très rare lorsqu'un d'entre eux s'adressait en personne aux Ascadiens. D'où la question la plus importante, pourquoi elle après tout . Qu'est ce que Cassidy avait de si spécial pour fonder un tel établissement ? Rien du tout, ce n'était qu'une petite mage, beaucoup d'autres avaient plus de talent et d'expérience qu'elle alors pourquoi la jeune fille se voyait-elle remettre cette tâche dans ces mains ?

Elle espérait en apprendre plus justement, car les lieux lui parlait, la directrice se sentait étrangement familière à cet endroit même si elle n'y était jamais allé et c'était un mystère à découvrir. Enfin, elle n'avait pas beaucoup d'informations et c'était peut être des histoires que la jeune femme s'inventait mais c'était toujours quelque chose qui lui permettrait de sortir de son quotidien.

Cassidy repensa rapidement à ce qu'elle avait vu dans l'anneau. Tristan qui faisait du jardinage. Elle avait un peu de mal à l'imaginer de la vie, lui qui semblait toujours avoir envie de la détruire. Cela contrastait beaucoup avec ce qu'elle pensait de lui jusqu'à présent. Même si il avait été attentionné avec elle, le jardinage était quand même une activité calme, destinée à faire pousser des petits fleurs et à s'en occuper avec soin pour les voir grandir.

*Ca serait bien de lui en demander plus dessus. Enfin, de manière détournée, peut être qu'il ne sera pas particulièrement heureux si il sait que j'ai essayé d'en savoir plus sur lui contre son gré... même si ce n'est qu'une curiosité personnelle...*

Tenant son bâton par mesure de précaution, elle s'appliquait à descendre les marches avec attention, en grimaçant pour ne pas louper une marche comme elle avait eu le malheur de le faire la dernière fois lorsqu'elle avait dévalé les marches à grande vitesse. Heureusement que Tristan n'était pas là pour la voir. Ne pas être trop maladroite devant lui, c'était un de ses objectifs.

Descendant de l'escalier, son regard fut attiré par une grande forme qui se tenait juste à côté de la porte, la maintenant ouverte. Des cheveux rouges vifs et une grande allure, il ne devait s'agir que de son Drakkari. Cassidy se mit à sourire doucement tout en le regardant. Oui, elle était plutôt de bonne humeur là, cela lui faisait plaisir de le voir ici. Au moins, il lui tenait compagnie et même si la grande mage, derrière ce sourire, gardait une petite part de méfiance, elle avait suffisamment confiance en ses capacités pour paraître détendue quand même.

Même si elle ne prenait aucunes pincettes et semblait bien bruyante pour une petite femme qui ne faisait pas du tout attention à sa discrétion, ses pieds faisant un petit bruit sur le sol carrelé à chacun de ses pas.

*Ca va il n'a pas l'air trop abimé*

Elle trottina à petits pas vers lui, s'arrêtant juste en face de lui, un timide sourire sur le visage tout en le regardant. Il l'attendait pour aller manger, c'était quand même sympa de sa part ce petit geste. A moins qu'il n'avait quelque chose à lui dire ?

"L'entraînement du matin était-il bien ?" demanda-t-elle gentiment.

La jeune femme, même si elle avait quand même des remords pour le tatouage, essayait de cacher ça du mieux qu'elle pouvait, même si cela lui faisait encore un petit mal au coeur. Elle se concentra donc sur la matinée du Drakkari, s'inquiétant de savoir si tout avait été bien pour lui. C'était un petit peu normal après tout. Elle le traitait comme un égal, à son niveau, sans faire aucune distinction ni marque de rang.

En revanche, le voir encore torse nu était difficile pour elle. Même si Cassidy s'y était habituée, elle était toujours un peu troublée face au torse du Drakkari. Il était toujours dans cette tenue même en hiver ? Cassidy en avait froid pour lui à l'avance. Elle avait en revanche un petit sourire un peu gêné, son regard s'étant rapidement tourné vers son torse avant de regarder un peu ailleurs.

"Je n'arrive pas à m'habituer à te voir comme ça..."

D'ailleurs, une question lui vint à l'esprit. C'était peut être indiscret mais la demoiselle aurait bien aimé en savoir davantage, sans aucune arrière pensée.

"C'est une question que je me pose. Pourquoi tu te mets torse nu pour t'entraîner ?"

Elle faisait preuve d'une petite curiosité pas malsaine du tout, juste pour comprendre pourquoi le fier guerrier utilisait une tenue aussi peu découverte. C'était peut être par rapport à ses techniques de combat ou quelque chose comme ça. La jeune fille avait toujours cherché à demander des choses, attentive aux moindres explications qu'on pouvait lui donner.

Cassidy regarda le Drakkari qui avait l'air un peu fermé. Du moins, c'est ce qu'elle avait l'impression de voir. A quoi pensait-il encore ? De l'inquiétude se lisait rapidement sur le visage de la jeune femme qui rétrécit son sourire.

"Ca va Tristan ?" demanda-t-elle doucement, loin de se douter que le Drakkari avait d'autres pensées derrière la tête.

*Tu t'es fait mal ? C'est encore ce tatouage ? La blessure te fait souffrir ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 594
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Mer 6 Juin - 21:12

Non, ce serait trop simple… Bien trop facile s’il suffisait de quelques bonnes paroles, de quelques gentillesses pour que le terrible voyou se transforme en adorable garçon. Pour que le loup affamé devienne un paisible mouton.
Mais c’était une voie à exploiter sans doute. Cassidy n’avait pas vraiment tort.
Avec Tristan, les Cheistams avaient essayé le chantage, la torture mentale, l’humiliation, la violence, la peur. Pas la douceur.

Bien sûr quand ils avaient envoyé le jeune homme chez cette mage déjà si puissante pour son âge ce n’était qu’à cause de ses capacités magiques, de sa réputation, parce qu’elle leur devait un service après leur aide pour l’Académie.
Non bien sûr, ils ne savaient pas que ces deux là s’étaient connus dans le passé et avaient laissé un souvenir assez marquant chez l’autre.

Et que ce souvenir laissé, le fait qu’ils se soient connus pouvait changer la donne à tous les points de vue. Après tout elle était certainement très différente avec lui. Si un homme s’était présenté à elle avec le même comportement que le garçon, sans doute aurait-elle réagi différemment.
Et de son côté, s’il avait été face à une autre demoiselle. C’aurait été bien moins intéressant, bien plus fade. Il y serait soit allé avec une attaque de front très directe et dragueuse, soit l’aurait ignorée en la considérant « pas assez bien pour lui ». Mais ce cas là était quasiment impossible.

Après tout, Tristan aimait les femmes. Et ne s’en cachait pas. Toutes les femmes ou presque. Toutes celles qui étaient jolies du moins. Et c’était le souci. Cassidy était tout de même bien trop jolie pour qu’il l’ignore. Et puis… où aurait-été l’amusement ?

Mais il était clair qu’il était à présent tout de même un peu méfiant lui aussi.
Même si c’était elle et que par définition, ça expliquait beaucoup d’actes étranges, irréfléchis, il devait être prudent. Parce qu’elle était trop… étrange. A la fois trop gentille et prévenante malgré les actes qu’elle commettait.

Par exemple, elle lui avait posé ce tatouage. C’était horrible pour Tristan. Il se retrouvait privé de sa liberté. Enfin le contrôler n’aurait absolument rien d’évident, elle allait s’en mordre les doigts et il développerait certainement une certaine résistance rien que pour avoir le plaisir de lui tenir tête. Mais c’était ça. Elle le blessait, elle l’atteignait, profondément.

C’était un acte cruel même si peut-être qu’elle ne le souhaitait pas trop trop.
Alors qu’elle s’inquiète pour lui parce que son tatouage avait été fait à la barbare et qu’il en souffrait c’était bizarre. C’était comme si, soit elle agissait intentionnellement avec une façon d’être facilement repérable mais incontestable. Soit elle ne réfléchissait vraiment pas.
C’était comme le fait de l’avoir retenu par la taille. C’était… enfin ça lui avait peut-être fait un petit truc comme de l’étonnement, mais juste de l’étonnement hein ?! Mais c’était quand même étrange après son discours sur le fait qu’elle était contre les contacts.

Malgré ça… Elle m’a quand même parlé gentiment et puis…j’ai quand même voulu la rassurer pour la douleur. Même si ce n’était pas vrai. D’façon ça lui va pas l’inquiétude !


Il secoua la tête, inutile d’y penser maintenant. Tristan attendait devant le réfectoire, tenant la porte et ne montra pas vraiment de signe d’impatience alors qu’il tenait la porte.
Elle arrivait tranquillement et elle souriait un peu au moins. Son expression s’adoucit et il cessa d’avoir l’air fermé. Après tout, il ne devait pas y penser pour l’heure. Oui c’était ça.
Il haussa négligemment les épaules en repoussant d’une main une mèche rouge qui lui tombait devant les yeux.

- Pas trop mal… Ca risque de prendre du temps mais ça reviendra. Je suis encore pas mal rouillé. Pas faible hein… rouillé. J’ai dû prendre l’humidité dans les cachots des Cheistams.

Bon, ça allait. Son ton n’était pas agressif et il parlait calmement avec une désinvolture tout étudiée.
Il la laissa entrer avant lui puis la suivit tranquillement. Les mains dans les poches de son pantalon, il observa son dos alors qu’elle se dirigeait vers une table. Ses cheveux étaient tout de même longs. Bien plus que les siens. Bon après ce n’était pas si dur puisqu’il ne les portait pas très longs non plus, mais quand même. Il comprenait qu’elle les laisse détacher et qu’en en prenne soin. Ils étaient beaux quand même.

Il se remémora aussitôt la veille dans la salle de bain quand il l’avait coiffée et… ce qui s’était passé avant. Il se força à détourner les yeux pour ne pas y resonger, mauvaise idée, il allait rager contre son attitude stupide et tellement… coincée. Pourquoi n’avait-il rien fait ? Elle était quasiment nue devant lui et il ne s’était même pas rincé l’œil ! Ah !!! C’était pitoyable ! Il avait eu toutes les peines du monde à regarder ailleurs et à présent ne comprenait même pas le pourquoi de ce geste !

Elle lui parla après avoir fixé son torse étrangement et il baissa les yeux surpris. Il avait de la terre ou quoi ? En fait non elle l’avait regardé mais c’était très bref. Si elle avait gardé le regard fixé sur lui il ne s’en serait pas insurgé, peut-être même l’aurait-il noté avec désinvolture. Après tout, il en avait un peu l’habitude. Ce n’était pas pour rien qu’il prenait garde à son physique. Il aimait plaire mais d’abord cherchait à SE plaire. Et il était très exigeant.

Mais sa phrase le détendit et il esquissa un petit sourire amusé.
Ainsi donc elle ne s’y faisait pas ? Etait-elle si timide que ça ? C’était comme si elle n’avait pas l’habitude. Allons bon, ça n’avait pourtant rien d’exceptionnel de voir un homme torse nu.
Mais il avait une notion du pudique différant énormément de sa conception, donc forcément, cela faussait la donne.

Néanmoins, il sentit une espèce de chaleur lui parcourir l’échine, comme si son tatouage s’activait. Pourtant elle n’avait donné aucun ordre, il en était sûr et ne se sentait pas obligé d’agir. C’était comme… s’il sentait que ce serait un peu mieux tout simplement. Pour elle, mais aussi pour lui.

Tristan ne répondit pas la première fois donc, ni lorsqu’elle lui demanda avec une curiosité polie pourquoi il s’entraînait ainsi.
Il redevint sombre. Mais pas à cause de sa question. Juste parce que la sensation dans son dos était étrange. Vraiment étrange. Brusquement, il se leva, ignorant encore une fois sa question et inclina légèrement la tête.

- Je reviens ! Tu peux commencer à manger… j’en ai pas pour longtemps.

Et il sortit précipitamment sans plus d’explication, en courant. D’ailleurs ses pas rapides s’évanouirent très vite. Il avait de longues jambes, forcément ses enjambées le portaient loin !
Pourtant le garçon fut de retour moins de dix minutes plus tard, manquant glisser dans l’escalier et ouvrit la porte du réfectoire un peu trop vite d’ailleurs, la retenant à temps pour ne pas qu’elle aille s’encastrer dans le mur contre lequel elle s’appuyait lorsqu’elle était ouverte d’ordinaire.

Il fut rapidement près de Cassidy et s’assit, reprenant un souffle qu’il ne semblait qu’avoir à peine perdu.
Ses cheveux étaient encore mouillés et des gouttes d’eau ruisselaient dans son coup, preuve qu’il venait de prendre une douche et… il portait sa tunique que les lutines avaient lavé dans la nuit sans doute. Qui n’était pas tout à fait sèche d’ailleurs mais ça ne semblait pas lui poser problème.

Action étrange ? Oui sans doute. Mais elle avait dit qu’elle avait du mal non ?
N’était-ce pas mieux ainsi ? Plus… correcte ?

Je ne fais pas ça pour elle ! C’est juste que si je dois la convertir à ma cause et endormir sa méfiance pour m’échapper, c’est à faire voilà tout !


Endormir sa méfiance ? Il avait de bien curieuses façons d’agir. Après tout, n’était ce pas lui qui s’était évertué à la mettre en garde contre lui-même ? Comme s’il voulait qu’on l’arrête ou plutôt qu’elle n’ait pas totalement confiance en lui ? Alors pourquoi ?
Il se justifia rapidement en détournant les yeux.

- C’est juste que si je veux me poser un peu tout à l’heure au moins je serais douché voilà.


Marmonnement rapide mais réelle explication… bizarre et un peu vraie, mais prononcée au moins.
Il se racla la gorge comme si de rien n’était et fut soudainement très préoccupé par les plats sur la table, se servant cette fois généreusement apparemment affamé et le montrant avec une joie très enfantine devant une grande assiette pleine de poulet juste grillé comme il fallait et très tendre.
Il mordit dedans et ferma même les yeux, l’air de savourer la sensation. Le goût revenait…
Il s’en était rendu compte quand il avait bu son breuvage bizarre, peut-être même que c’était grâce à ce breuvage. Et il se sentait revivre dans cette sensation.

Il mâchonna en silence un instant puis releva les yeux vers Cassidy, semblant se rappeler de sa présence et reposa la cuisse de poulet qu’il tenait… au moins pas comme un sauvage… dans une de ses mains. Il s’essuya la bouche, prit une gorgée d’eau et se frotta la nuque de son autre main.

- Hum… en fait…Si je m’entraîne torse nu c’est parce que je ne veux pas me laisser surprendre. Pour l’instant, je ne suis pas… disons assez « échauffé » pour me remettre directement au combat avec armure ou protections. Je sais parfaitement me battre ainsi… quoique maintenant je n’en suis plus très sûr, mais il n’y a pas que les champs de bataille.

Il but une nouvelle gorgée d’eau et reposa son verre.

- En fait, outre les vraies batailles, un guerrier peut se faire attaquer n’importe quand et un attaquant intelligent favorisera automatiquement les moments où il est le plus vulnérable, généralement le soir quand il compte fleurette à une demoiselle ou lorsqu’il va dormir ou… disons qu’il va vers un lit quoi. Dans ce cas, l’attaquant s’il est protégé aura le dessus en arme et en protection. Je m’entraîne à pouvoir riposter peu importe ce que j’ai sur le dos. Et jusqu’ici ça m’a énormément servi.


Le jeune homme leva pensivement les yeux vers le plafond, son regard orangé devenant songeur.

- Et puis… quand je ne fais que courir et faire un entraînement léger ne nécessitant pas d’armes, être couvert n’est pas plus utile que ça. Et puis ça plait aux dames d’ordinaire. Tu es la seule à m’annoncer ne pas apprécier la vue.

Il avait dit ça avec un sourire un peu taquin mais pas méchant avant d’hausser les épaules et de réattaquer son poulet, se resservant avec enthousiasme. Il ne parla pas un instant avant de dire très mystérieusement.

- Oui… Ca va. Ca fait du bien de retrouver le goût des aliments. Je me demandais juste si ce serait le cas tout à l'heure, pas de quoi stresser princesse, détends toi un peu. L'inquiétude te va pas, tu vas finir ridée avant l'heure.

Etrange non ?
Etrangeté en partie effacée par sa phrase prononcée sur un ton amusé, cette petite moquerie qui attendait sans doute une répartie mais qui n'avait encore une fois, rien de méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 846
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Mer 6 Juin - 23:29

Cassidy se sentait bien, à l’aise, être avec Tristan était son petit rayon de la journée qui lui permettait de se dérider et de penser à autre chose. Car quand elle pensait au drakkari, les choses contraignantes de la journée laissaient place à une autre préoccupation. Un peu difficile à gérer certes mais elle n’avait pas besoin de jouer un rôle avec lui, être naturelle tout simplement. Enfin ça dépendait des moments, et montrait plusieurs images d'elle, dont certaines qu'elle ne faisait jamais ressortir au grand public, comme sa fougue notamment.

Elle gardait toujours cette petite part de méfiance en elle, bien qu'elle paraissait tout à fait inoffensive et sans aucune intention d'attaquer ou de lui faire du mal. Cependant, Cassidy savait garder ses cartes en main et les abattre, elle observait beaucoup, c'était une autre de ses qualités, l'observation. Bon sauf le torse du jeune homme bien entendu. Et elle n'hésiterait pas à se montrer plus agressive si il tentait quoi que ce soit. C'était une jeune femme pacifique, n'attaquant pas mais ripostant.

Ensuite, tout dépend du thème de la conversation ou des gestes, un baiser volé ferait sûrement bouillir la jeune femme. A vrai dire, elle attendait le bon pour permettre de déposer sur ses lèvres, un baiser consentant et doux, amoureux. Enfin, elle ne pensait pas vraiment à ça avec Tristan, c'était plutôt même le contraire ! Il y avait des choses qui faisaient flamboyer la jeune femme et d'autres qui n'avaient aucune répercussion négative.

Et pourtant, elle était beaucoup plus calme avec Tristan, se retenant un peu aussi, cachant cette répulsion qu'elle avait avec les hommes. Oh il fallait dire que le Drakkari était surprenant et imprévisible, faisant des gestes et des actes étonnants alors qu'elle même ne s'y attendait pas vraiment. Mais au lieu de chercher à le reprocher, elle le laissait faire, avec crainte, crispation, mais le laissait voir, jusqu'à ce qu'il ne dépasse pas certaines limites bien évidemment.

On pouvait parler par exemple de l'atteinte à sa propre pudeur, elle n'imaginait tout simplement pas un homme profiter de son corps et si cela devait arriver, la charmante jeune femme se transformerait en une tigresse indomptable, comme un petit animal farouche qu'il était impossible de porter dans ses bras et le manipuler. Car au final, elle restait assez libre et montrait de la distance envers les autres pour s'échapper. Quitte à faire du mal, quitte à devenir inconsciente de ses gestes, elle ne réfléchissait même plus, repensant à ce qui aurait pu lui arriver maintes fois. Et Tristan pouvait se faire vraiment mal.

Alors pourquoi laissait-elle faire un peu Tristan ? Parce qu'elle lui trouvait des excuses à ses gestes ? Pourtant, cela avait toujours était une solitaire, se débrouillant par ses propres moyens et encore moins avec l'aide d'un homme car cette espèce l'avait particulièrement déçu à un certain moment de sa vie qu'elle ne voulait pas recommencer.

Lorsqu'elle arriva en trottinant vers lui, il lui parla de son séjour chez les Cheistams qui l'avait rouillé, ce qui l'amusa un peu car Tristan ne voulait pas passé pour quelqu'un de faible, sûrement pas à ses yeux. Cassidy haussa doucement les épaules et une drôle d'idée lui traversa l'esprit. Ah non c'était stupide quand même ! Enfin, elle avait pensé à lui faire un petit massage, il paraît que c'était quelque chose qui aidait bien à détendre les muscles. Cependant, elle serait bien incapable de lui proposer vu sa gêne et regarda directement le sol en disant quelques mots d'une petite voix.

"Ca va s'arranger, je pense que d'ici quelques jours, après un bon repos et quelques exercices, tu retrouveras ton niveau d'avant. Je ne m'inquiète pas pour ça"

Gentille elle ? Oui c'était vrai. Mais après tout, quel mal y avait-il après tout ? On verra bien pour la suite des évènements. Pour ce moment, Cassidy se laissait guider par son instinct et ses sens dans ses choix et ses réactions. Elle était quand même un peu naïve de penser que le tatouage ne lui faisait plus mal. Il ne le montrait pas et la jeune femme pensait qu'il était un peu fatigué quand même encore, mais elle espérait qu'il se rétablisse vite.

Elle se dirigea vers une table, n'ayant aucune vue sur le garçon qui rentrait à sa suite et se retourna vivement quand il lui annonça qu'elle pouvait commencer à manger. Cassidy fronça un instant les sourcils et s'installa sur sa chaise, regardant les plats, son ventre gargouillait horriblement, mais ce n'était pas poli de commencer sans lui. La mage se demandait juste avec curiosité ce que Tristan avait derrière la tête pour partir comme ça sans avoir répondu à rien.

*Il est parti faire quoi ? Se recoiffer peut être ?*

Cassidy attendit patiemment, un coude négligemment posé sur la table, sa tête reposant dessus, ignorant le repas alors que son autre main caressait machinalement l'anneau avec un air plutôt inconscient, sans chercher à réfléchir à la situation.

Lorsqu'elle le vit revenir, à sa grande surprise, Tristan était habillé et douché, ce qui laissa tirer un mouvement de surprise à Cassidy, ne s'attendant pas à être prise au sérieux. Après tout, elle ne lui avait rien ordonné du tout pour une fois, s'étant un peu résigné à le voir ainsi même si elle ne comprenait pas pourquoi il était aussi dénudé pendant ses entraînements. Il se justifia même rapidement et la jeune femme ignorait si il y avait un peu d'elle ou tout simplement que c'était pour tout à l'heure.

Cassidy lui sourit quand même.

"Merci... même si tu as raison, une bonne douche après l'entraînement, c'est agréable je trouve"

Elle pensait aussi à ses entraînements à elle, moins intensifs que ceux de Tristan, mais quand même assez difficile pour elle. Cassidy comprenait le garçon, même si elle émettait un doute.

Cassidy le regarda manger avec un grand appétit. Totalement différent d'hier, comme si le fait d'avoir dépenser son énergie en entraînement avait éveillé son besoin de se ravitailler rapidement pour prendre des forces. Elle appuya ses coudes sur la table et posa ses mains pour soutenir sa tête, tout en regardant l'assiette de Tristan. A vrai dire, maintenant qu'elle regardait l'assiette et la nourriture, une sorte de nausée s'empara d'elle. Comme si elle allait vomir si elle mangea quoi que ce soit.

*Bizarre... j'ai l'impression que cette sensation de tatouage n'est pas encore parti en moi... non c'est impossible, ça ne fait pas des choses comme ça d'habitude... enfin ce tatouage est différent...*

Elle émit une très légère grimace, essayant de la faire passer inaperçue puis se concentra sur autre chose et plutôt sur ce que disait Tristan, évitant de ressentir une quelconque douleur, ne montrant pas sa nausée passagère et dédaignant son assiette comme si de rien n'était.

Tristan partit ensuite sur une explication au sujet du fait qu'il était torse nu, alors que Cassidy restait attentive à ses paroles, n'ayant pas pensé à toutes les surprises que l'on pouvait avoir en étant un guerrier. Elle hocha doucement la tête en l'écoutant. Voilà vraiment un guerrier prudent dans sa façon de faire. Elle en était même concentrée, elle même n'ayant jamais fais attention à ça.

"Ca doit être dur de te surprendre alors. Enfin, je n'avais jamais pensé à ça pendant mes voyages. A vrai dire étant mage pacifique, je n'ai jamais été très méfiante dans mes lieux de repos. Sauf pendant la méditation où ma protection se déclenche."

Elle n'avait pas vraiment fait attention, durant ses voyages, à sa propre sécurité. Un mage, à moins de placer des runes tout autour de lui, ne peux pas vraiment réagir au vif, il restait donc sans défense. La jeune femme ne savait pas ce qu'en pensait Tristan. Enfin, elle n'avait aucune raison de s'inquiéter dans son propre domaine.

Tristan lui déclara alors qu'elle était la seule à ne pas apprécier la vue. Elle posa un doigt sur son verre et le tourna négligemment dans un sens et l'autre, haussant les épaules tranquillement.

"Ca fait parti de mes principes. A vrai dire, je n'ai jamais cherché à m'intéresser au physique plus que ça. Quand on est mage, on pense plus à l'apprentissage de la magie et un intéressement mystique. Tu sais, c'est quand même un entraînement qui se fait en solitaire, des heures passées à regarder des livres, à méditer. Il n'y a pas vraiment de place pour le reste. De plus, je sais pas, ça me semble bizarre, généralement, j'associe le torse nu à la chambre pour aller dormir chez les hommes, donc un moment assez intime"

Elle resta pensive et songeuse, ne sachant pas quoi rajouter de plus. Non, la nausée ne voulait pas partir. Mais elle ignora cette pensée tout en s'inquiétant pour lui et en relevant les yeux vers son visage alors qu'il se resservait tout en étant un peu plus soulagée, un léger sourire sur son visage malicieux.

"Moi ridée ? Misère loin de moi cette pensée là. Tu t'intéresses donc à mes rides ? Je suis touchée"

Peut être que c'était un peu maladroit mais elle luit fit un petit clin d'oeil tout en regardant ailleurs.

"Au fait, en ce qui concerne la rouille, je voulais te proposer d'aller à la station thermale de Glindel mais je vais encore y réfléchir un peu..."

Elle avait sorti cette phrase un peu évasivement, si ça pouvait l'aider à le faire aller mieux, ça serait une bonne chose.

La jeune femme avait son autre main dans sa poche, touchant machinalement l’anneau de Tristan, le faisant tourner dans ses petits doigts fins. Elle semblait encore songeuse, réfléchissant à ces actions et ses gestes.

Et pourtant, elle s’était promis de lui rendre son anneau. C’était une promesse qu’elle s’était faite et puis comme ça ça serait fait. Cassidy se mordilla doucement la lèvre tout en regardant le sol, se demande de quelle façon Cassidy pouvait introduire ce geste.

Puis, sans crier gare, comme elle avait l’habitude de le faire maintenant car sinon il aurait encore protesté, elle prit sa main libre, retourna la paume vers le ciel et plongea la main dans sa propre poche, tenant le petit anneau dans son poing sans pour autant lui montrer tout de suite. Elle amena doucement sa main fermée vers sa paume et y déposa l’anneau sans rien dire. Puis, Cassidy referma ses doigts à lui sur sa prise, lui faisant comprendre que ce qu’elle venait de lui donner était sa possession à lui et qu’elle n’avait aucun droit dessus.

Elle lui fit un petit sourire timide en le regardant, un petit sourire qui n’avait aucun sous entendu, non, juste une petite attention, un petit geste. Mais suffisant pour être craquante avec sa petite moue innocente alors que la jeune femme tourna son regard vers l'extérieur, regardant les oiseaux qui passaient par la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 594
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Jeu 7 Juin - 11:46

Il avait hoché la tête, très légèrement mais avec un sourire entendu suite à ses paroles.
Oui, il allait retrouver la forme, c’était bien son but justement. Elle avait donc bien compris qu’il ne présentait pas son vrai niveau aujourd’hui. Bah tant pis, ce n’était pas plus mal. Elle pouvait comprendre qu’il se sente un peu mal aujourd’hui donc.
Parce qu’il n’était pas encore remis et que ce n’était pas facile à vivre, surtout pour un garçon qui voulait tout, tout de suite !

Et alors hein ? On s’en fichait qu’elle comprenne.
Qu’elle le veuille ou non, ce n’était pas son problème !
Quelle importance de toute manière ? Son avis ne comptait pas aux yeux de Tristan. Ca se saurait sinon ? Seul lui comptait. Voilà… c’était tout à fait ça. Il se fichait du reste. Elle était jolie… mais pas assez pour lui faire renoncer à ses principes et idées.

Et la principale était de ne pas se laisser attendrir par une femme un peu trop douée. Parce qu’il se piégerait lui-même ainsi et alors… sa mission échouerait forcément. Il ne serait plus assez fort.
Oui mais voilà… ce n’était pas pareil. Elle ne jouait pas de ses charmes comme les autres. Elle avait cette petite beauté bien à elle et dont elle n’avait probablement que peu conscience, dont elle ne faisait pas étalage. Alors c’était forcément différent non ?

Tristan secoua vivement la tête. Non ça n’avait pas la moindre importance. Elle ne le changerait pas, quoi qu’elle fasse. Il le lui avait dit non ? Il n’était pas recyclable, elle devrait s’y faire. Et puis bientôt, elle serait préoccupée par ses élèves, tous les habitants de l’école alors forcément, elle serait moins à le chercher et à… l’embêter.
Enfin c’était plutôt lui qui l’embêtait mais passons.

Le jeune homme était donc rapidement parti pour se doucher et se changer et il avait été plutôt actif puisque son retour ne se fit pas trop attendre.
En revenant, il trouva Cassidy qui l’attendait et n’avait pas commencé contrairement à ce qu’il lui avait dit. Bon, elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait après tout. Mais elle était bête de l’attendre, même si c’était plutôt gentil.

Non elle est juste bête ! Je lui ai dis de commencer moi !

Par contre elle semblait surprise de le voir revenir « habillé ». Et c’est vrai qu’il avait prouvé ne pas ressentir de gêne dans cette tenue et donc… eh bien que c’était son problème à elle si elle ne supportait pas. Et puis c’était vexant de toute manière. Quelle femme normalement constituée ne serait pas intéressée pour regarder un beau torse musclé comme le sien ?

Et pourtant il s’était senti un peu obligé d’agir ainsi. Elle ne lui avait pas donné d’ordre mais le tatouage s’était mis à chauffer un peu, comme pour le convaincre qu’il avait tout intérêt à suivre la pensée qui lui était venue à l’esprit, à savoir aller s’habiller un peu plus.
C’est vrai qu’il ne mangeait pas avec ses camarades mais devant une jeune femme et contrairement à ce qu’il voulait faire croire ce n’était pas… tellement courant. Mais il savait que ce n’était pas un comportement très correct. Alors oui, il avait un peu changé histoire qu’elle soit assez à l’aise pour manger.

En fait, pendant un très bref instant il eu l’impression de ressentir sa gêne. C’était si bref justement qu’il se demanda s’il n’était pas simplement un peu fatigué. Mais oui, c’était ça… très fugace comme sensation. Comme s’il savait que ça allait l’empêcher de le regarder directement s’il restait ainsi. Comme s’il avait su instantanément que ce n’était pas une bonne attitude.

Finalement, Tristan était donc revenu très vite et en observant la surprise sur le visage de la jeune femme en face de laquelle il s’assit, il se sentit un peu fier tout de même. Ah ! Il avait quand même réussi à la surprendre ! Elle ne s’attendait pas à ça ! Bien ! Il marchait un point alors !
Ce fut bien plus calme et parfaitement dans son élément qu’il s’assit donc tranquillement avant de déguster un bout de poulet et de se rendre compte, comble de bonheur, que le goût lui revenait.

Sans doute la demoiselle aurait mieux compris pourquoi la veille il n’avait pas montré un grand appétit s’il lui avait expliqué un point… d’autant plus sadique et horrible qu’il avait pu vivre. Non les Cheistams n’étaient pas toujours tendres avec leurs ennemis, surtout quand ils voulaient soutirer des informations. Ils se réfugiaient d’ailleurs derrière l’idée que c’était pour le bien de tous, pour sauver des vies et puis que les Kaärs ne méritaient pas l’égard accordés aux êtres vivants qui ne s’orientaient pas vers cette vie d’égoïsme et de crimes.

C’était peut-être vrai au fond.
Parce qu’il s’était orienté vers le crime, vers l’égoïsme… C’était vrai. Il était un criminel et il était égoïste. C’était son choix. Elle pouvait croire ce qu’elle voulait cette jolie directrice mais c’était la vérité. Personne ne l’avait forcé à devenir un Kaär. Il avait fait ce choix seul… et en mesurait les conséquences, les limites mais aussi les possibilités immenses.

Ne pas avoir d’attache, n’agir que selon son propre plaisir, son propre désir. Très naturellement, les Drakkaris se sentaient attirés par cette voie, eux qui détestaient tant les règles. Mais il est vrai que Tristan était différent. Il ne se braquait pas devant chaque règle, juste devant celles qui ne lui convenaient pas et très étrangement les convenances allaient avec son humeur. Une règle qu’il aurait violemment refusé la veille pouvait très bien passer comme si de rien n’était le lendemain. Comme quoi…

Il parla un peu et l’écouta alors qu’elle lui répondait. Très naturellement, comme s’ils étaient des connaissances ou amis de longue date, ce qui était un tout petit peu vrai et sans l’interrompre. Et puis malgré ses airs de vilain garçon il était quand même poli à table. Il ne parlait pas la bouche pleine, mâchait convenablement, ne mangeait pas comme un porc loin de là… même s’il bataillait un peu avec le poulet d’une de ses mains après avoir renoncé aux traditionnels couteau et fourchette.

Ses sourcils se froncèrent alors qu’elle précisait que de son côté elle n’avait pas fait preuve de plus de prudence que ça. Il en était le premier surpris. Non bien sûr il n’était pas qu’un guerrier tout en muscle et en violence. C’était un jeune homme très réfléchi, bien plus que ses coéquipiers, ce qui ne lui attirait pas que des compliments d’ailleurs.
Alors il veillait à ne pas être une proie facile. Or elle avouait un peu en avoir toujours été une.

Bien sûr elle était une mage et plutôt forte de ce que son instinct lui criait.
Elle était neutre contrairement à lui et ne cherchait de crosses à personne. Mais c’était une femme… Et pour cela elle était une proie bien plus intéressante qu’un voyou recherché.

- Tu es bien naïve…

C’est ce qu’il venait de dire en la fixant d’un air beaucoup plus sombre, son regard devenu plus sévère mais aussi avec un fond d’inquiétude.

- Le monde est dangereux. Surtout pour une femme. C’est vrai que tu n’appartiens à aucune faction et que tu ne cherches pas la guerre. Mais une aussi jolie fille devrait être d’autant plus prudente. Les hommes sont dangereux les uns pour les autres mais ils sont bien pires avec les demoiselles. Le plus gentleman devient une bête affamée en présence d’une dame… Surtout une fille aussi jolie que toi. Je suis surpris que tu aies évité le pire… et surtout que tu penses aussi naïvement que c’est normal. Tu as eu beaucoup de chance. Les dieux doivent vraiment veiller sur toi.

Il avait parlé d’une traite sans lui laisser l’occasion de l’interrompre mais il n’était pas menaçant.
Seulement ses paroles prouvaient qu’il parlait en connaissance de cause. Et c’était bien vrai. Son regard s’égara un instant dans le vide alors qu’il se remémorait bien des horreurs qu’il avait pu vivre.
Il lui arrivait de ne pas comprendre ses camarades, de ne pas les approuver… mais personne ne devait le savoir ça. Sinon, il passerait pour un lâche,un faible incapable de prendre les bonnes décisions et de saisir les occasions.

Par contre il manqua s’étouffer lorsqu’elle parla de sa notion du physique et… pourquoi elle n’était tout simplement pas intéressée par le fait qu’il soit torse nu. Alors qu’il s’attendait à ce qu’elle dédaigne ses mots et rougisse un peu, qu’elle réponde aussi franchement et sans hésitation le fit tousser violemment après avoir avalé de travers.
Ses sourcils disparurent même sous ses mèches rouges humides tellement il les leva. Hein ? Elle était sérieuse ????

Elle était sérieuse ? Etait-elle seulement vraiment sortie de sa bibliothèque ? En arpentant les royaumes avait-elle vraiment vécue ? Il n’y avait rien de surprenant à voir un homme torse nu. Le travail physique se faisait souvent ainsi afin d’avoir moins chaud souvent.
Elle en parlait comme d’un sujet tabou et il en fut d’autant plus interloqué. Sa naïveté, sa façon de détourner les yeux, sa pudeur… des petits signaux qui l’interpellaient de plus en plus. Ce n’était pas un comportement normal chez une femme, aussi originale soit-elle ?
Elle n’allait pas non plus lui annoncer qu’elle n’avait jamais « connu » d’hommes !

Il secoua légèrement la tête pour chasser cette idée. Et puis quoi encore ?!!!
Ca c’était saugrenue comme pensée ! N’importe quoi ! Pas à leurs âges ! Et puis elle était bien trop jolie pour être restée célibataire tout ce temps. D’ailleurs il lui avait fait des compliments un peu plus tôt, de manière un peu indirecte mais des compliments tout de même. Après tout… c’est vrai qu’il la trouvait jolie… enfin ça c’était un peu un euphémisme mais elle n’était pas obligée de le savoir.

Elle était juste timide voilà tout. Et pudique… A l’excès.
Elle évoqua ses rides et il se contenta d’un sourire un peu absent mais sincère, revenant sur terre ou plutôt sur Ascadian. Elle n’était pas ridée. Il faillit rire à cause de son clin d’œil très maladroit et qui décidément n’était pas un geste qui lui convenait vraiment. Mais il n’avait pas tellement envie de se moquer d’elle à cet instant. Elle faisait des efforts pour s’entendre avec lui. Il le sentait. Alors quitte à devoir s’échapper, à lui en faire baver à cause de ce fichu truc qu’elle lui avait posé, autant la mettre un peu dans sa poche quand même… ou peut-être plutôt dans son lit, il préférerait.

- Une station thermale ? Pourquoi pas… ça fait une éternité que je n’y suis pas allé, mais je ne pense pas que ce soit très raisonnable pour une jeune femme seule, censée me surveiller. Qui sait je pourrais en profiter pour tenter d’abuser de ta gentillesse… en nature… puis de m’échapper non ?

C’était dit sur un ton très taquin, amusé et il avait à nouveau son sourire en coin et un regard un peu insistant mais pas méchant encore une fois. S’il avait voulu lui faire peur, il n’aurait pas usée de cette voix, mais de celle un peu plus grave, à faire froid dans le dos qu’il avait utilisée lorsqu’il s’était glissé au-dessus d’elle près de la fontaine pour lui souffler ses menaces.

Alors qu’il lui tirait de manière très enfantine la langue, remarquant depuis un moment déjà qu’elle ne mangeait rien, il la vit prendre sa main et se crispa un peu, inquiet. Elle allait encore lui faire un truc bizarre pour le punir d’être gentil ? Oui c’était peut-être ça… Ca avait été pareil avec le tatouage, peut-être qu’elle préférait qu’il soit méchant en fait.

D’ailleurs en parlant de tatouage, il avait trinqué sous l’eau avec… La douleur incendiaire lui avait arraché un gémissement malgré ses poings et dents serrés.
Mais en fait elle ne fit que déposer un objet dans sa main et de refermer ses doigts dessus. Il pencha légèrement la tête sur le côté comme le faisait parfois certains animaux lorsqu’ils observaient leurs maîtres sans comprendre ce qu’ils voulaient.

Elle détourna les yeux ensuite et il rapprocha sa main de lui avant de l’ouvrir. Au creux de sa paume brillait son large anneau frappé d’un ours en argent. Le voir, le sentir lui fit un effet bien étrange pour un garçon si hermétique. Pendant un court instant ses yeux devinrent très brillants alors qu’il respirait un peu péniblement. Il resserra sa main dessus comme s’il avait du mal à y croire, la rouvrit et le passa à son majeur avec un soin tout particulier, l’observant avec un ravissement et une émotion à peine dissimulés.

Et soudainement il se leva, très brusquement même, faisant reculer sa chaise et contournant la table alla droit sur Cassidy d’un pas énergique. Sauf qu’une fois près d’elle, loin de tout geste agressif, il s’agenouilla par terre et passa ses bras autour d’elle. Comme ça sans prévenir. Difficile de savoir si c’était le lancement d’un jeu gênant dont il n’attendait qu’un signal ou un geste tout à fait honnête. Ce fut très bref et il recula presque aussitôt avant de fixer avec beaucoup d’attention la table.

Il était toujours à genoux quand il attrapa un récipient contenant une soupe froide de tomate qui normalement devait servir d’entrée. Plongeant une cuillère dedans, il la porta à la bouche de la jeune femme avec la mine un peu sévère mais aussi embarrassée.

- Fais aaaaaah ! Allez c’est pas en évitant de manger que tu vas pousser toi ! T’es d’jà pas bien grande alors si tu te mets à rapetisser on te verra plus la liliputienne. Allez !!! Aaaaaah j’ai dis…

Et oui… c’était une habitude à prendre avec lui. Peu importe ses gestes, peu importe ses actes, il trouverait toujours le moyen de les minimiser pour ne pas se montrer sensible ou atteignable, avec des mots ou des gestes changeant totalement la donne. Elle allait devoir s’y faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 846
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Jeu 7 Juin - 14:19

Elle le regarda un moment quand il mangeait avec une certaine délicatesse sa nourriture, pas comme un rustre barbare. C'était plutôt surprenant et plaisant même si il avait quand même renoncé à se servir de ses couverts pour le poulet. C'était une scène qui la rassurait, enfin, Cassidy pensa qu'il avait certaines bonnes manières.

Cassidy était attentive aux moindres gestes de Tristan. Peut être qu'elle semblait un peu naïve sur les bords, complètement désarmée face à un voyou, mais elle n'oubliait pas certaines choses alors qu'elle cachait des pensées bien mystérieuses dont elle ne voulait pas parler. Du moins, pour le moment. La demoiselle n'a jamais été une très bonne menteuse, mais il suffisait de paraître assez détachée de ces pensées, les survolant au passage, pour ne pas lui montrer directement.

En tant que mage, elle avait appris la patience, l'observation, l'envie de poser des explications sur des sujets. Même si elle aimait lire et apprendre, Cassidy observait aussi l'univers qui l'entourait. Et en effet, un évènement pouvait tout à fait être en mesure de répondre à cette partie cachée qu'elle ne montrait pas vraiment à l'heure actuelle. Car Tristan ne frappait pas au bon endroit, il y avait certains mots, certaines paroles qui pouvait dévoiler mais la colère qu'il pourrait avoir ne ferait que la braquer. Elle était en possession d'une relique, un objet convoité par les Kaärs et les Cheistams.

Si elle avait été si naïve que ça, l'objet lui aurait été dérobé depuis longtemps. Et puis, la jeune femme avait réussi à percer son mystère et ses secrets, ce qui témoignait d'un grand sens de l'observation et de sa patience à résoudre une énigme. Elle avait toujours été discrète, posée, ne dévoilant pas ses sentiments au grand jour qu'elle cherchait à tout prix à cacher. Cassidy n'était pas du genre à raconter des informations si elles les jugeaient compromettantes pour la suite. Non, elle n'abordait pas le sujet.

Et pourtant, le fait qu'elle s'explique, qu'elle montre quand même une petite part d'elle était tout à fait réelle. Si Tristan pensait arriver à la cerner avec des informations assez basiques pour s'en servir, il se trompait même si il y avait de la vérité dans ses paroles et ses actions. D'ailleurs, elle même se sermonnait de voir ses sentiments prendre le dessus parfois. Une fois, une seule elle avait osé. Ce qui se révélait en fait une grossière erreur que d'avoir fait confiance.

La liberté de ne pas avoir choisi de faction était un vrai bonheur. Au moins, elle faisait ce qu'elle avait envie sans rendre de comptes à personne. C'est comme cela que la mage voyait les choses. Agir selon son libre arbitre sans défendre l'un ou l'autre mais un tout. Telle était la mission qu'elle s'était fixée. Kaärs, Cheistams, elle respectait leurs décisions mais malheur à eux si ils cherchaient à abuser de la demoiselle. Bien qu'une simple femme, si puissante soit-elle, serait tout naturellement inefficace contre une armée entière.

Tristan fronça les sourcils et la trouvait bien naïve. Il lui expliqua qu'elle avait eu beaucoup de chance jusqu'à présent et ces paroles firent baisser la tête de Cassidy, apparemment très gênée par la situation, malgré les compliments qu'elle lui faisait. Oui elle était jolie et cela lui avait valu bien des ennuis au départ, se rappelant des souvenirs très négatifs. La jeune femme semblait avoir des regrets et regarda un instant derrière lui et se servit d'un peu d'eau dans son verre.

"Une bête affamée hein... Oui cela m'est déjà arrivé... plusieurs fois d'ailleurs. Ce maudit physique parfois qui m'empêche d'être discrète. Il y a deux fois où je me suis faite avoir. La première fois remonte à très longtemps puisque cela se passait... enfin... la fête de fin d'année quand j'avais onze ans. J'ignorais beaucoup de choses à cette époque et jamais je n'aurais pensé que l'on profite de cette situation pour me voler un baiser. Même si à cet âge, l'innocence excuse beaucoup de choses..."

Elle but un peu d'eau à petites gorgées avant de reposer son verre. Que ce moment avait été bizarre. C'est vrai qu'elle aurait frappé le garçon sur le coup, même si il avait fait preuve de beaucoup d'audace. D'ailleurs, elle n'avait pas évoqué le départ de Tristan, évitant le sujet pour ne pas le mettre mal à l'aise.

"La deuxième fois, il y avait un homme effectivement. Je pensais qu'il était... honnête... droit et qu'il avait des sentiments. Enfin, je ne me suis jamais réellement ouverte, ce n'est pas trop mon truc. Alors j'ai voulu essayé de faire confiance pour une fois. De me laisser aller. Et au final, ce n'était pas une bonne idée. J'ai eu de la chance de surprendre une conversation... un simple jeu, un pari... traitée comme un objet, une conquête..."

Son poing se serra sur la table. Elle savait que Tristan pouvait être du même genre, lui qui avait à son actif un beau tableau de chasse mais Cassidy n'y fit pas allusion. Se contentant de fixer étrangement son verre. Que de mauvais souvenirs. La voix de Cassidy tremblait un peu à l'évocation de ces douloureuses paroles. Plus jamais elle ne se ferait avoir. Sa voix se transforma en murmure.

"Je suis partie... comme une voleuse... je n'ai pas compris sur le coup. Mais je me suis sentie trahie, abandonnée. Impossible de faire confiance à qui que ce soit. Certains ont cherché à abuser voyant que j'étais indifférente. Alors j'ai commencé à utilisé ma magie, pour me protéger et me défendre. Je me suis créé une protection contre tout cela et je me suis mise à détester toute la gent masculin..."

Quel intérêt de raconter cela au Drakkari ? Après tout, c'était assez humiliant comme situation. Mais la jeune femme savait très bien qu'il ne pourrait pas lui faire quoi que ce soit. L'allure et l'attitude de la jeune femme montraient que cela la touchait énormément mais en même temps, son regard en était inflexible, n'éprouvant aucun sentiment de faiblesse à ce moment là. Non elle ne pouvait pas se laisser manipuler et si le Drakkari osait faire comme les autres...

"Je n'ai pas encore trouvé la bonne personne. Peut être qu'au final je ne suis destinée à personne, qui sait. Mais saches que je ne montre plus la moindre pitié, la moindre hésitation quand les limites sont dépassées. Non je ne tue pas mais si je peux humilier, cela ne fait ni chaud ni froid. Des ... pervers..."

Elle fit un petit sourire gêné ensuite, se frottant la tête avec sa main. C'est vrai qu'elle était bizarre à lui raconter tout cela comme si il était son confident. Mais après tout, n'avait-il pas été le Drakkari de son enfance ? Avec qui elle s'entendait comme chien et chat même si ils n'avaient pas besoin de paroles pour se comprendre. Pourtant Tristan n'avait jamais réussi à cerner Cassidy petite, ne voyant que la première face de sa personnalité, une fillette sérieuse, faisant la morale, fougueuse. Mais jamais il n'avait réussi à comprendre ce qui se cachait derrière tout ça.

Tout comme elle qui n'avait jamais réussi à le comprendre non plus, et montrait plus souvent de l'incompréhension face à ses gestes et ses actes. Il la fatiguait oui, mais il y avait autre chose derrière.

"Tu dois sûrement trouver stupide tout ce que je te raconte, n'est ce pas ? Pourtant, ce n'est qu'une partie de moi. Mais sache que j'ai toujours été franche, je n'arrive pas à mentir et ça tu le sais. Pourtant, j'ai encore quelques mystères en moi qui n'ont pas encore été dévoilés. Je n'ai montré que la face visible de la lune. L'autre... c'est une deuxième histoire"

Elle lui sourit gentiment même si ce petit regard qu'elle avait dans les yeux avait une lueur de défi, le mettant au défi d'arriver à la cerner cette fois, chose qu'il n'avait pas réussi à accomplir la première fois. C'était peut être l'occasion d'aller voir plus loin. Même si bien sûr, Cassidy ne se laisserait sûrement pas faire. Mais au fond d'elle, la demoiselle espérait qu'il en découvre un peu plus, bien qu'elle ne lui faciliterait pas la tâche effectivement.

"Bien sûr il n'y a pas que des pervers sur les routes... mais là aussi je sais me défendre. Enfin, je suis quand même respectueuse, et je préfère enclaver plutôt que de tuer. Juste les créatures que je détruis lorsqu'elles se montrent trop près d'une ville ou d'un village"

Elle reposa sa main sur la table lorsqu'il parla de la station thermale. Oh cette réponse, la jeune femme s'y attendait un peu puisque Tristan lui avait déjà prouvé son comportement le jour d'avant et certaines de ces facettes.

"Je m'y attendais un peu. Pour ça que je te dis que je réfléchis. Mais s'échapper tout de suite serait vraiment une solution judicieuse ? Comme tu me le dis, tu es encore rouillé. Je sais que ça ne t'empêchera de te battre loin de là mais autant mettre toutes les chances de son côté ? Tant que tu es ici, tu restes discret, te permettant de retrouver tes forces. Et puis, comme je viens de te le dire, la jolie femme possède quelques petits trucs pour éviter certains... désagréments"

Dans un sens, c'était comme si elle ne se doutait pas de son envie de fuir et peut être de profiter d'elle au bon moment. Mais dans ces simples paroles, Cassidy lui rappelait qu'elle n'était pas aussi inoffensive que ça. Tout dépend du moment, des actes et puis, elle faisait preuve d'un grand calme. Elle ne comptait pas se servir du tatouage. Pour cela, Cassidy préférait jouer à la loyale comme elle l'avait toujours fais.

Le Drakkari avait été taquin et elle avait aussi utilisé le ton de la plaisanterie, ne cherchant pas à l'énerver mais juste à lui exposer quelques arguments dont il était libre d'écouter ou non. Après tout, cela changeait de sa morale et du refus. Elle se laissait glisser dans ses paroles, une petite pointe de mystère, un degré de bon sens et aussi, une impression mais vraiment imperceptible de bien s'occuper de son grand "invité".

Lorsqu'elle lui prit la main, ayant encore un de ces gestes inattendues, Cassidy avait ressenti une chaleur dans sa main à lui qui n'avait rien à voir avec tout à l'heure. C'était déjà plus agréable et au moins, elle n'avait pas besoin de lui transmettre encore un peu d'énergie. Sa façon de faire avait été assez audacieuse aussi, mais très discrète, douce, ne voulant pas que Tristan la repousse. C'est vrai qu'après ce qu'elle lui avait fait, il ne pouvait que se méfier. Et pourtant, si il le pensait, le jeune homme avait bien tort d'avoir de telles pensées. Mais après tout, il pouvait toujours être un peu méfiant.

Cassidy n'abusa pas, resta très simple dans sa façon de faire tout en lui souriant un petit moment avant de détourner sa tête vers la fenêtre. Il y avait certaines émotions qui lui appartenaient et le dévisager à ce moment là aurait été très malsain. La demoiselle faisait preuve de tact en lui laissant l'intimité de la chose, bien qu'elle aurait été très surprise de voir sa réaction à ce moment.

*Ce n'est pas à moi, je n'ai aucun droit dessus. Et puis il n'a plus aucune affaire avec lui... Si au moins ça peut l'aider...*

Soudain, elle entendit un raclement de chaise assez brusque et retourna la tête en voyant le drakkari arrêter de manger pour se poser devant elle à genoux. La surprise se lisait sur le visage de la jeune femme qui ne savait pas vraiment à quoi s'attendre. Et contre toute attente, il la serra dans ses bras. Bien sûr, il ne pouvait pas voir son expression à ce moment là mais Cassidy avait ouvert étrangement la bouche, ne comprenant pas son attitude, un peu de rouge avait recouvert ses joues même si peut être qu'il ne s'agissait que d'un acte simple et normal peut être pour lui. Etait-ce en rapport avec la bague ou autre chose ? Il ne dit rien.

Cassidy leva un de ses bras dans sa direction, sans que l'on sache vraiment si c'était un moyen de le repousser ou de prolonger ce geste. Elle le laissa cependant s'éloigner d'elle, encore un peu sous le choc, mais pas d'émotion négative sur son visage.

*Si je pouvais lire dans tes pensées, je comprendrais mieux... Tu es toujours aussi imprévisible...*

Elle ne dit cependant rien, ne sachant pas trop quoi dire, un peu embarrassée. Et à sa grande surprise, il lui tendit une assiette de soupe, se rendant sûrement compte qu'elle n'avait touché à rien depuis le début et lui sortit une phrase bien étrange.

*Et moi qui voulait faire passer ça inaperçu, je me suis trahie... Il est... étrange*

Elle regarda la cuillère qu'il tendait, se demandant comment réagir, plusieurs émotions se succédant sur son petit visage alors que la jeune femme battait des mains, un peu sur le coup de la gêne.

"Eyh ! Je suis pas une liliputienne ! Et puis ça a des avantages d'être petite, au moins je passe partout... enfin... sauf dans les trous de souris bien sûr !"

Cassidy loucha sur la cuillère, c'était quand même une étrange situation. Mais depuis le début, tout avait été bien étrange entre eux. Alors, sans crier gare, elle ouvrit une large bouche, peut être même un peu gênée par le comique de la situation.

"Aaaaaaaaaaaah !"

Tristan lui donna un peu de soupe par ci par là et la jeune femme se plia de bonne grâce, après tout lui même avait fait l'effort de boire sa mixture peu de temps avant. La soupe finit, la jeune femme lui sourit, même si dans sa tête, elle était un peu perturbée.

*Je suis en train de me ridiculisé mais bon, il n'y a personne... C'est sûr que je ne me conduirais pas comme ça quand il y aura du monde, il y a de quoi être vraiment...*

"Huuuuum heuuuu.... merci ! Je... vais, prendre du poulet..."

Elle attrapa une cuisse de poulet qu'elle posa dans son assiette et commença à le découper délicatement pour mâchonner petit à petit avec beaucoup de prudence. La souple avait bien sûr bien glisser dans son estomac même si la nausée n'était pas passée. Cela pouvait être beaucoup de choses, un aliment périmée, une émotion ou encore ce fameux tatouage car cela la tapait quand même dans la tête.

*Première chose à faire après manger, se renseigner... par précaution*

Cependant Cassidy se força de manger, ne laissant paraître aucun signe de faiblesse sur son visage, faisant comme si tout allait bien.

*Beuuuh... envie de vomir... Ca va passer !*

"Au fait, en ce qui concerne les travaux, je me suis renseignée et les ouvriers ont pris leur jour de repos. Tu ne commenceras que demain en fait. Ca te laisse toute la journée libre"

Elle prit une autre morse de son aliment puis se tourna à nouveau vers lui.

"Tu as une idée de ce que tu vas faire ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 594
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Jeu 7 Juin - 19:38

Elle venait de parler de lui… et elle ne semblait pas le savoir.
Après qu’il ait souligné sa chance de ne pas avoir été attaquée, surtout si comme elle le prétendait elle n’était pas plus prudente que ça, elle commença à lui répondre et bien malgré lui il se fit attentif. Sans doute parce qu’il avait beaucoup de mal à comprendre comment elle avait pu éviter les ennuis. Non, une jeune femme voyageant seule n’est jamais à l’abri. Alors si effectivement elle n’était pas plus attentive que ça aux possibles menaces, les dieux devaient soigneusement veiller sur elle pour qu’elle n’ait pas subi de préjudices.

En fait elle expliqua qu’elle en avait subi deux fois et le ton calme avec lequel elle lui parla lui serra le ventre. Quoi ? Elle avait été attaquée et violée à deux reprises ? Et elle arrivait à en parler ?! Et avec autant de détachement en plus ? Sans peur, sans honte, sans regret ?!!!
Il comprit rapidement que ce n’était pas du tout ça et retint un soupir de soulagement de justesse.

Soupir qu’il ne s’expliquait pas d’ailleurs. Peu importait ce qu’elle avait bien pu vivre non ?
Elle parla de lui, sauf qu’elle ne savait pas que c’était lui justement. C’est vrai, il avait douze ans et elle pas encore à cette époque. Quand il s’était enfui après… ce qui s’était passé avec sa mère. Il était venu la trouver, sans mal, près de la cascade et lui avait volé ce petit baiser très innocent.

Mais c’était aussi le premier baiser du petit Tristan. Ce n’était peut-être pas un geste si anodin, même si à l’époque il n’en avait pas conscience. Qu’elle ne sache pas qu’elle était en train de conter son exploit à son bourreau était amusant et un léger sourire se dessina sur le visage du jeune homme.

Heureusement il le fit rapidement disparaître puisqu’il aurait pu être mal vu étant donné… qu’elle était quand même en train de lui parler de choses apparemment graves pour elle. Même si le baiser de deux enfants n’avait absolument rien de grave pour le coup. En fait il trouvait même très amusant qu’elle l’évoque. Eh bien si elle n’avait pas vécu beaucoup pire elle pouvait vraiment se considérer comme chanceuse.
Et bizarrement voir son acte comparé à quelque chose « d’horrible » était plus difficile à vivre qu’il ne l’aurait cru.

Mais un de ses sourcils se haussa alors qu’il était perplexe à la suite de son discours. Là effectivement c’était tout de même plus grave.
Elle ne s’expliquait pas beaucoup mais il croyait comprendre qu’elle avait fait confiance à un homme… qui ne voulait en fait qu’abuser d’elle.Mais elle n’avait rien vécu de vraiment notable.
Après tout, s’il comprenait bien, elle s’était enfuie.

Etrange… Même ça ce n’était pas grand-chose quand on y réfléchissait.
Après tout, elle ne s’était pas retrouvée bloquée dans une chambre, trahie réellement par l’homme qu’elle avait peut-être commencé à aimer, sauvagement agressée et violée par plus d’une personnes puisque les acolytes ne devaient pas être loin !

Savoir qu’il ne s’était rien passé finalement, que personne ne l’avait vraiment agressée, lui avait fait du mal, le rassura pas mal. Même s’il en était le premier surpris. Après tout, peu importait ce qu’elle avait pu vivre non ? Il n’en avait rie à faire de son passé, comme des hommes qu’elle avait pu conquérir, comme de tout en fait.

Enfin pas tant que ça. C’était quand même un peu intéressant de savoir ce qu’elle était devenue, comment elle avait évolué et pourquoi. Elle était bien plus calme qu’avant par exemple et le fait qu’elle ait tant gagné en analyse, maîtrise, maturité lui montrait qu’il y avait beaucoup de choses qu’il ne savait pas à son propos. N’était-ce pas un défi des plus intéressants ? Apprendre, comprendre ?
Mais il n’y avait pas que ça. Quand elle avait parlé de ce pari à propos de l’homme en qui elle avait confiance, elle avait eu l’air vraiment blessée rien qu’à ce souvenir. Il fronça les sourcils.
Et dire qu’elle détestait les hommes… n’était-ce pas un peu excessif ? Après tout… ça ne voulait quand même pas dire qu’elle refusait que des hommes l’approchent depuis cet incident.

Pourtant, il fut pris d’une envie bizarre. Pas vraiment de la rassurer mais de dire quelques mots. Il ne prenait pas la défense des hommes justement, bien au contraire. Peut-être était-ce mieux qu’elle les déteste.

- Tsss, ce gars n’était qu’un pauvre crétin !


Il finit son verre et se resservit avant de relever les yeux vers elle, l’air de se rendre compte qu’il n’avait pas justifié ses paroles. Tristan se mit à sourire, comme s’ils abordaient un sujet parfaitement banal, pour lequel il n’avait aucune gêne.

- Il n’y a qu’un crétin pour continuer sur un pari et vouloir abuser d’une femme lorsque celle-ci lui fait confiance.

Il sourit et croisa les mains devant lui.

- Qu’il veuille abuser de toi et certainement avec les personnes avec lesquelles il parlait est tout à fait banal. Je n’ai pas dis normal, j’ai dis banal. Ca arrive souvent pour ne pas dire tout le temps aux femmes jeunes et jolies voyageant seules et refusant l’approche de leurs compères masculins. Par contre vouloir abuser de toi alors que tu lui faisais confiance était un jeu stupide. S’il avait été plus patient et moins grande gueule il aurait réussi son coup sans même avoir à te forcer.

Il soupira et se passa une main dans ses cheveux qui commençaient à sécher, l’air lassé.

- Mais ça, peu d’hommes sont assez intelligents pour le comprendre.

Un sourire triste passa sur son visage.

- Ce n’est peut-être pas plus mal d’ailleurs… Que vaut-il mieux pour une femme tu crois ? Etre violée et en être traumatisée sans avoir pu y faire quoi que ce soit ou se voir trahie par l’homme qu’elle aimait pour la première fois, qui ne voulait d’elle que son corps et s’en est aussitôt allé une fois son butin dûment consommé ?

Il secoua vivement la tête, embêté.

- Ah oublie ça ! C’est stupide ! C’est juste que j’ai vu… tellement de femmes dans cette deuxième catégorie perdre la raison ou l’envie de vivre que j’y pense, c’est tout.

Drôle de discours pour un criminel non ?
Tristan semblait en effet bien se soucier de ce que pouvaient penser les femmes. Et pas seulement à titre de coureur de jupons. Il y avait bien plus que ça en fait.

- Où que tu ailles, protège toi des hommes… nous ne sommes tous que d’horribles crétins incapables de comprendre vos sentiments et vos pensées. La seule qui nous vient à l’esprit est de profiter de vous et de votre corps. J’imagine que les dieux avaient ainsi envie de prouver à quel point malgré notre force… nous sommes dépassés par les femmes et qu’elles nous mènent par leur intelligence… de loin.

Et hop, un nouveau compliment.
Elle avait raison dans ses raisonnements mentaux. Il n’agissait pas comme un violeur. Il ne parlait pas comme un rustre, n’agissait pas comme un barbare et surtout était beaucoup trop intelligent et réfléchi pour un simple guerrier.
Pour un garçon à la si mauvaise réputation, il n’était ni si méchant, ni si violent, ni si abusif. Il n’avait pas tenté grand-chose sur elle. Enfin peut-être qu’elle ne lui convenait plus finalement.

Il avait entendu et parfaitement compris sa légère menace. Elle ne le laisserait pas abuser d’elle.
Et c’était une bonne chose, c’est pour ça qu’il avait parlé ainsi. Plus elle serait prudente et répulsive meilleur ce serait quand même. Néanmoins son « je n’ai pas encore trouvé la bonne personne » lui tira un haussement de sourcil. Elle croyait donc en l’amour ? Cet amalgame de stupidité ajouté à une dose impressionnante de mielleux baveux, mensonges…
Bizarrement il n’était pas si surpris. Elle était naïve après tout, non ?

Tout à fait du genre à croire que quelque part vivait un beau et intelligent homme qui l’aimerait pour elle et juste pour elle. Qui saurait la reconnaître à sa juste valeur et la couvrirait de compliments et d’attentions. Un homme courageux qui n’aurait d’yeux que pour elle et qui serait à son écoute quoi qu’il advienne. Bref un rêve pur et simple.

Il arrêta d’y penser pour ne pas sortir une méchanceté bien pensé et se contenta d’un petit mouvement d’épaule. Mais quand elle continua en disant qu’elle trouvait un peu stupide cet épanchement et qu’elle ne s’était après tout pas vraiment révélée, il eut un petit sourire très mignon. Ce petit sourire en quoi qui n’était pas vraiment amusé, plutôt… curieux.

- Ce n’est pas stupide. Et tu as malheureusement raison sur beaucoup de points… mais juste pour info. Je sais que je ne connais qu’une toute petite partie de toi. Et c’est plutôt tant mieux.


Gros sous-entendu voulant dire qu’il se fichait pas mal de la connaître ? qu’il préférait en savoir le moins possible sur elle vu qu’elle ne comptait pas du tout pour lui ? Son sourire devint taquin…

- Découvrir l’autre partie n’en sera que plus intéressant.


Il prit aussitôt cet air innocent qui détonnait toujours avec ses précédentes paroles, du moins ce qu’elles sous-entendaient.
Tristan la laissa parler pour la source thermale, ne disant rien mais se contentant de sourire, une étincelle qui semblait de défi et d’intérêt s’allumant dans son regard.

Ensuite, elle lui rendit son anneau et il en fut touché même s’il ne voulait pas vraiment le montrer. Cet anneau comptait énormément à ses yeux. Il avait une importance capitale et si les Cheistams l’avaient gardé, une fois s’être échappé d’ici, il les aurait traqués pour le récupérer. Après tout… c’était la seule chose qu’il lui restait de son père.

Elle fit bien de se détourner même s’il n’en montra pas énormément.
Oui cette chevalière comptait assez pour lui pour qu’il risque sa vie à la défendre et à la récupérer. Qu’elle l’ait compris et la lui rende en dépit de tout, c’était un geste extrême, surtout de la part d’une femme censée être sa geôlière.

C’est presque par réflexe qu’il agit et la remercia par ce geste, cette petite étreinte totalement innocent et sans prétention.
Pourtant Tristan se recula très vite, soit comme s’il se rendait compte de son geste, soit comme s’il le considérait assez long pour ne pas avoir besoin de le poursuivre.

En tous les cas, il enchaina sur l’idée de lui donner la becquée comme on le fait avec les enfants.
La soupe froide de tomate, excellente par ce temps qui n’était pas encore si frais que ça était d’un rouge carmin brillant.
En tous les cas même si elle sembla rechigner un peu au départ, Cassidy accepta l’idée et il sourit, vraiment amusé qu’elle accepte mais sans s’en formaliser.

- Mais si tu es liliputienne ! Tu es touuute petite. Mais ça doit être bien des fois.

Il sourit, continuant jusqu’à ce qu’elle en ait assez. Après quoi il se releva et retourna à sa place, finissant tranquillement son assiette en l’observant en silence. Elle mangeait mais l’appétit n’y était pas et il le remarquait parfaitement.
Ne la regardant pas, les yeux obstinément levés vers le plafond comme si sa structure l’intéressait de nouveau, il s’éclaircit la gorge.

- J’espère que tu te rends compte que ce tatouage n’est rien du tout comparé à ce que j’ai pu rencontrer dans ma vie et qu’il n’y a donc pas de quoi t’inquiéter… Mais encore et surtout j’espère que tu réalises que te sentir mal pour serait une mauvaise idée même si effectivement t n’y es pas forcément pour grand-chose. Et après avoir bien mangé, il faudrait peut-être que tu te reposes un peu. Ce serait embêtant si tu n’étais pas en forme pour tenir tête au voyou que je suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 846
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Jeu 7 Juin - 22:37

Bien sûr, Cassidy ignorait pour le baiser de Tristan. A ce moment là, il était parti, cela ne pouvait pas être lui forcément. De plus, il en faisait rien pour lui rappeler ce souvenir et lui glisser qu'en fait, l'auteur du baiser volé était beaucoup plus proche que ce qu'elle n'avait imaginé. Savoir que c'était Tristan lui aurait tout simplement soulevé une énorme surprise et pour la suite, difficile de l'imaginer.

Elle avait abordé des choses plus graves et pourtant il n'y avait rien de choquant, pas de viol ni quoi que ce soit. Et pourtant la jeune femme s’était sentie profondément trahie, telle une enfant qui avait grandi trop vite et qui ne comprenait pas du tout comment ça marchait ce type de sentiments. C’était une jeune femme qui avait grandi trop vite et qui n’avait pas été capable d’aimer, de ressentir un contact autre que de l’amitié ou du respect. Totalement inconnu pour elle.

Et depuis, c’est vrai qu’elle était craintive, repoussant les contacts pour ne pas tomber dans un autre panneau, n’accordant pas sa confiance facilement. Pourtant, elle faisait bien des petits gestes avec Tristan mais pour la confiance, ce n’était pas encore ça. Enfin, sûrement pas comme il l’entendait d’ailleurs. Elle était pensive, c'est vrai qu'elle se trouvait elle même bizarre d'avoir ces réactions.

Mais le comportement que la jeune femme avec Tristan ne la trompait pas. Une drôle de sensation dans le ventre, quelques rougeurs, c'était des signes qui montraient qu'elle s'attachait à lui d'une certaine façon, très proche pour un homme. C'était un vrai comble ! Le pire homme qu'elle attendait ici, Cassidy le traitait de manière convenable, même voir plus proche qu'un autre. C'était toujours cette sensation de pas en arrière de pas en avant. On dit toujours reculer pour mieux sauter. Au fond d'elle, n'en avait-elle pas envie un tout petit peu ? Flou et confus.

Tristan semblait dénigrer la classe masculine ou du moins, l'homme responsable de la tristesse de Cassidy, le traitant de crétin, et la jeune femme lui offrit un maigre sourire très fin. Même si ce qu'il disait n'était pas trop en faveur, elle l'écoutait attentivement et baissa un instant la tête. La meilleure chose pour une femme ? Aucune des deux pour elle. Non pourquoi penser tout de suite à la souffrance ? C'est trop compliqué l'amour, ça fait souffrir et pourtant c'est aussi une force. Et bien Cassidy cherchait une force là dedans, c'était difficile de trouver quoi que ce soit. Ou peut être que...

*Force... Faiblesse... Ah non quand même pas un truc... avec lui...*

Elle se mit à rougir sans aucune raison, se rappelant des paroles de son maître avec cette histoire du Drakkari et regarda vraiment son assiette. Cassidy espérait que Tristan ne l'avait pas remarqué mais après tout, vu ce qu'il disait, il n'y avait aucune raison qu'il se doute de quoi que ce soit.

*Lui il a l'air intelligent... Et ça se voit...*

Et pourtant, il continua à dire toutes ces choses, disant que les hommes étaient mauvais mais trop tard, Cassidy avait retenu le début et pendant un bref instant, elle eut un regard un peu rêveur même si elle écoutait Tristan. Un petit compliment… qui continua de fit sourire Cassidy doucement. Peut être que si elle… non il devait le voir par lui-même, le trouver.

"Pourtant toi tu m'as l'air intelligent et tu n'en as pas simplement que dans les muscles. C'est quand même agréable d'avoir des conversations comme ça. Enfin... pas que ça, mais je veux dire... tu as des choses qui sont super intéressantes comme l'architecture du château par exemple. Ca me change des autres mages un peu pompeux qui se croient au sommet et ont la science infuse. Et c'est une Miss Je sais tout et stricte que tu aimes pas qui te le dis. Et puis au moins, on ne s'endort pas en t'écoutant"

Là Cassidy venait de lui dire qu'elle n'appréciait pas tout le temps le sérieux, aimant parfois retourner en enfance ou moins se prendre la tête. Et bien sûr cela, elle ne le disait pas vraiment en public, écoutant même si elle trouvait choses très somnolentes. Mais c'était vrai que le Drakkari avait un petit truc en plus, il était dynamique, répondait avec aisance, ne mâchait pas ses mots.

Elle secoua cependant la main devant lui.

"Oh je sais que tu vas tout faire pour me mener la vie dure, tu me l'as bien dit. Mais c'est pas mal comme défi à relever pour moi. Même si j'ai toujours apprécié la..."

Elle arrêta net de parler, se rendant compte que là ça pouvait être un peu plus indiscret ou même ne pas révéler ce genre de chose. Bien qu'elle ne put s'empêcher de penser à quelque chose.

*On prends Tristan, on lui enlève son bandeau de Kaär et ses crimes, et surtout surtout, son tableau de chasse et on obtient l'homme que j'aimerais...*

Cela pouvait casser tout ce que Tristan était en train de se dire. Oui elle jouait la naïve, mais après tout, c'était lui qui interprétait les choses, la jeune femme ne lui avait pas donné son type d'homme idéal et comme il ne lui posait pas la questions, Cassidy ne pouvait pas y répondre directement. C'était peut être mieux. Enfin, elle sentait que si elle en faisait part, le Drakkari se moquerait ou peut être pas. Ces actions étaient tellement imprévisibles mais mieux ne valait pas tenter le risque.

Elle ne disait pas qu'elle l'aimait. Mais un homme comme Tristan, cela serait pas mal. Car parfois il était attentionné, avait de quoi discuter, en plus il aimait les fleurs, et avait une façon de parler un peu amusante et tellement vivante comparé à une autre personne. Non avec elle, il valait mieux ne pas avoir un autre érudit, cela ne serait pas intéressant. Mais un homme capable de pouvoir être comme il le souhaitait, avec son caractère, ses propres convictions et non choisir les mêmes qu'elle et surtout, qui pourrait la supporter au quotidien. Car la demoiselle n'était pas facile à vivre, dès que l'on sortait du cadre professionnel. On dit que les opposés s'attirent... Bien sûr que Tristan en serait étonné. La jeune femme ne le montrait pas vraiment.

Cassidy se contenta d'incliner la tête tout en se grattant la nuque, comme si elle approuvait ses paroles. Puis se contenta d'une seule phrase qui pouvait avoir plusieurs sens.

"L'espoir fait vivre"

Sans ça, ils ne seraient pas vivants. Cela pouvait aussi faire souffrir mais mieux valait ne pas y penser.

Il lui parla alors au sujet de mieux la connaître. Au départ, les yeux de Cassidy s'éteignirent un peu mais très légèrement en l'entendant parler. Ah oui après tout c'est vrai, il devait pas trop vouloir s'intéresser à elle, vu comment la jeune femme se conduisait envers lui. Pas vraiment ce que l'on attend d'un bourreau.

Tristan laissa un peu durer le suspense avant de confirmer qu'il voulait bien apprendre à la connaître davantage. Les yeux de Cassidy brillèrent doucement alors qu'elle le regardait. Elle voulait aussi en savoir davantage sur lui, mais voir qu'il s'intéressait un peu à elle, c'était quand même bien pour elle et un drôle de pincement dans le ventre arriva.

"Je t'attends alors..." dit-elle doucement et avec mystère.

*Finissons ce que nous avons commencé il y a des années en arrière*

Cassidy ne regretta pas de lui avoir rendu sa chevalière. C'était un geste naturelle et la jeune femme sentait un poids s'envoler de son âme. Oui, jamais elle n'aurait pu le garder pour elle, c'était trop personnel pour qu'elle puisse en faire quoi que ce soit. Mais elle apprécia le contact, si minime soit-il. Elle ne dit pas grand chose de plus à ce sujet là, bien qu'elle se demandait quelle valeur avait l'objet pour Tristan. Mais respectueuse et ne voulant pas lui demander des détails sur son passé, la jeune femme resta silencieuse.

Il se fit taquin sur sa petite taille et le sourire de Cassidy s'éclaira. Au moins il reconnaissait que ça servait à quelque chose.

"C'est bien pratique pour se cacher, au moins je me mets dans un buisson et on ne me voit pas"

Elle se mit à rire doucement alors qu'il la nourrissait d'une certaine façon, un peu gênée, regardant de gauche à droite et de droite à gauche sur les côtés pour ne pas croiser le regard de Tristan. Drôle de directrice effectivement !

Cependant, Cassidy avait la nausée. Pour une raison inconnue. Un symptôme bien étrange pour celle qui avait toujours été vaillante et forte, même sur les chemins les plus difficiles d'Ascadian. Est ce que l'Académie la ramollissait ? C'était une possibilité. Il lui reparla du tatouage et la jeune femme se mit à sourire doucement puis grimaça. Il comptait toujours l'embêter. A voir c'était quoi la façon pour lui de l'embêter.

"Ca va je m'habituerais. De toute manière on apprend de ses erreurs. Alors je ne ferais pas deux fois la même chose"

Elle regarda les plats, s'efforçant de continuer à manger, et Tristan ne devait certainement pas savoir ce qui la rendait ainsi, bien que la jeune femme cherchait à ne rien montrer de sa faiblesse. Le mal de tête, la nausée. Il lui conseilla d'aller se reposer avant qu'il commence à l'embêter. La jeune femme le regarda en souriant.

"Oh je vais très bien tu sais. Mon breuvage a été bien efficace ce matin et puis j'ai une tonne de choses à faire. On dirait pas comme ça mais c'est dur de gérer une Académie. Si tu veux commencer à m'embêter, je t'y autorise. Moi ça ne me dérange pas. Après tout, j'ai vécu bien pire que cette petite fatigue passagère."

Cassidy sourit puis posa sa main sur son front. Très étrangement celui ci était brûlant. La jeune femme essaya de ne pas changer son comportement actuel, restant désinvolte comme si de rien n'était et fit style de passer doucement une main dans ses cheveux. Non, elle ne voulait pas qu'il s'inquiète pour elle à chaque fois. Après tout, elle était forte, elle était puissante, ce n'est pas quelques symptômes qui allaient venir à bout de la fougueuse jeune femme.

*C'est inquiétant... Je ne peux même pas utiliser la magie devant lui il se posera trop de questions... Et moi j'ai besoin de réponses... Je dois peut être couver quelque choses. Mais je ne veux pas écarter la possibilité du risque du tatouage. Mais pour ça, je devrais analyser les composants.. J'espère que ce n'est pas une sorte de poison... Enfin pas beaucoup de choses à savoir là... Des nausées... mal de tête... et maintenant peut être de la fièvre ? Je ne suis pas si faible que ça pourtant !*

Souriante, Cassidy se leva de sa chaise, arrêtant nettement de manger et ayant laissé la moitié de ses restes dans son assiette. Non elle n'était pas là pour lui montrer sa faiblesse mais lui faire honneur, lui montrer plein de choses, supporter son comportement, le gronder pour ses bêtises, mais pas ça.

"Je te laisse, il y a certaines choses que j'aimerais clarifier maintenant"

Pourtant, le ton de sa voix était légèrement inquiétant, même si Cassidy s'efforçait de rester tout à fait calme. Elle se mit à sourire cependant une nouvelle fois.

"Non pas que je n'aime pas ta présence, au contraire ça met de l'animation. Ca me change du silence de ces murs..."

La jeune femme s'avança vers la porte, d'un pas qu'elle se voulait affirmé et déterminé. Et pourtant, elle fit un tout petit écart de sa trajectoire, du à son mal de tête grandissant. Cassidy se remit rapidement sur le droit chemin, sans vraiment faire attention à Tristan.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 594
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Ven 8 Juin - 13:58

Ils avaient tellement grandi.
Aujourd’hui ils pouvaient discuter ensemble, sérieusement, même si c’était totalement… eh bien hors normes. Après toutes les fois où ils avaient pu se chamailler, se tirer dans les pattes, les voilà qui agissaient du moins pour l’instant, comme des adultes sérieux, simples, voulant juste échanger un peu.

Des adultes ils en étaient oui, même s’ils ne le montraient pas toujours. Surtout Tristan qui semblait vouloir éternellement rappeler qu’il était un peu gamin.
Oui il l’était. Il n’aimait pas qu’une conversation reste trop sérieuse trop longtemps, il avait besoin de rire et de s’amuser, même à son âge. Comme s’il se rattrapait quelque part d’avoir dû comme elle grandir trop vite.

Elle l’arrêta alors qu’il dénigrait les hommes et leur manque de jugeote et d’intelligence assez flagrante, lui faisant remarquer que lui-même était loin d’être idiot et il haussa un sourcil, surpris. Bien sûr, il lui avait fait un ou deux compliments de son côté mais c’était comme qui dirait des accidents de parcours puisqu’il les pensait vraiment.
Il s’exprimait juste et même sans ça, il n’était pas vraiment un menteur.

Manipuler quelques mots à sa guise certes, raconter des bobards énormes non. Oh il savait mentir, plutôt bien aussi. Mais quitte à faire des compliments autant ne pas en faire si peu alors. Il aurait pu se lancer dans une grande liste prononcée sur un ton de prince charmant déclarant des poèmes la main sur le cœur. S’il ne faisait que soulever par ci par là quelques points c’était qu’il pensait ces choses, au moins un peu.

Mais Tristan était tout de même très surpris non seulement qu’elle remarque justement qu’il n’était pas si bête mais encore et surtout qu’elle le lui dise de manière plutôt flatteuse.
La surprise était telle qu’il n’essaya même pas de l’interrompre se contentant de légèrement écarter les yeux… Qu’il détourna d’ailleurs assez rapidement, comme s’il était… gêné.

Son sourire taquin revint rapidement sur ses lèvres même si encore une fois il ne fit aucun geste déplacé et ne parla pas méchamment du tout.

- Alors je ne suis plus le petit crétin d’autrefois ? Intéressant. Attention, j’essaie peut-être d’endormir ta méfiance qui sait ?


Il lâcha quand même un léger rire en secouant la tête, se passant la main dans les cheveux dans un geste qui tenait plus du tic que du charme.

- Merci, me voilà comparé aux vieux croûtons ennuyeux. Encore heureux que j’arrive à être plus intéressant. Radoteur à mon âge ce serait grave quand même non ?


Il prit aussitôt un air de vieil homme sénile qu’il ne parvint même pas à garder plus de trois secondes.
Le jeune homme lui sourit en haussant juste les épaules. Pour lui, c’était parfaitement normal. Après tout, il était loin d’être stupide et ce depuis bien longtemps. Donc il n’y avait rien de vraiment nouveau… seulement à présent elle le savait, c’était là toute la différence.

Amusé il songea qu’elle devait effectivement en être surprise puisqu’il n’avait montré avant avec qu’elle qu’une grand capacité à être insupportable. Mais l’un comme l’autre avaient des secrets à l’époque et toujours aujourd’hui d’ailleurs.
Mais pour avoir eu bien des conversations stupides il appréciait lui aussi de pouvoir parler d’autres choses que de femmes, de batailles et autres aussi peu développables sujets.

- Bon, je ne dis pas, c’est clair que c’est pas mal de parler de temps en temps de quelque chose d’intéressant. Mais la miss je sais tout comme tu dis a toujours eu de bonnes questions en tête alors forcément… pour le commun des êtres humains, difficile de suivre.

Et un autre petit compliment un peu camouflé celui-ci au compteur.
Non, il ne mâchait pas ses mots, au moins lui n’hésitait pas vraiment quand il devait s’exprimer. Autant dire les choses telles qu’elles sont non ?
Il sourit de nouveau alors qu’elle évoquait la vie dure qu’il comptait lui mener. Il y arriverait certainement. Après tout n’avait-il pas déjà commencé en semant des questions et des doutes dans le cœur de la jeune femme ?

Bien sûr Tristan ne se doutait pas de ses pensées à cet instant et sûrement aurai-il été encore plus surpris et même moqueur s’il avait su.
L’imaginer comme quelqu’un de bien l’aurait certainement dépassé d’ailleurs. Oui, il aurait ri, plus que probablement.
Surtout si elle avait songé qu’il était plutôt son genre. N’importe quoi !!!

Mais heureusement le jeune homme ne le savait pas. Heureusement…
Il eut un petit ricanement bref avec son « l’espoir fait vivre ». Ah c’est clair.
C’était tout à fait le style de paroles qu’elle pouvait sortir et qui était si difficilement déchiffrable.
En fait pour le coup, il eut presque l’impression que c’était pour… tenter de la séduire.

Comme si elle lui disait qu’il pouvait justement toujours rêver. Qu’il n’était pas prêt de réussir et bien malgré lui, un sourire de défi éclaira son visage. Ah oui ?... L’espoir faisait vivre, c’était une certitude. Peut-être que c’était ça qui lui avait permis de survivre tout ce temps.
Mais par contre sa phrase suivante avait un petit quelque chose de provoquant.

Elle lui disait qu’elle l’attendait ? Se rendait-elle seulement compte à quel point cette phrase pouvait être mal interprétée ? Sûrement pas non. Néanmoins, Tristan sentit sa gorge se nouer légèrement. C’était généralement le genre de provocations auxquelles il répondait et pas qu’un peu. Etait-elle donc totalement inconsciente ? Sans doute oui !

L’étrange moment avec la becquée était assez hilarant c’est sûr. Voir ce grand gaillard tout à coup très attentionné, comme s’il s’occupait d’un enfant et voir cette mage si puissante se laisser faire. C’était cocasse comme idée non ?
Surtout que Tristan par mimétisme faisait ces grimaces qu’on associe aux adultes gaga. Il ouvrait légèrement la bouche, comme elle dès qu’il approchait la cuillère d’elle. Et ce n’était sans doute pas très sérieux oui.
Par la suite il éclata de rire.

- Oh je pense que même si tu te caches derrière une fougère on ne te voit plus.


Mais ce n’était pas si méchant, moqueur oui mais pas méchant.
Ses autres paroles n’obtinrent pas de réponse de la part du jeune homme qui demeurait taquin ou simplement indifférent. Après tout, il n’était pas censé la rassurer pour le tatouage, plutôt la culpabiliser et en profiter un maximum non ?

Elle se leva et s’éloigna bien qu’il ait remarqué ses précédents gestes. Elle s’égara légèrement dans ses pas et alors que la jeune mage allait sortir il se « matérialisa » pratiquement dans son dos, redressant sa trajectoire en mettant ses mains sur ses épaules.

- Tsss… prétentieuse.

Il l’arrêta et la fit se tourner vers lui, mais avant ça, profitant qu’elle lui tourne le dos il dépassa encore les limites, se rapprochant d’elle en pliant les genoux, mettant son menton sur une de ses épaules en appuyant une de ses joues contre une des siennes. Ce fut seulement après qu’il la fit se retourner.

- Tu pensais sérieusement que je n’allais pas remarquer hein ? T’as un peu de fièvre… tsss, petite nature, allez accroche toi, je vais te remonter dans ta chambre. Ca te va pas la vie stable tu deviens faiblarde princesse. On va mettre ça sur le compte du changement de temps… mais t’es juste une ptite nature alors pas de quoi être fière. Si t’essaie de m’attendrir ça marche pas, essaie autre chose. Argua t-il moqueur prêt à la porter jusque dans sa chambre apparemment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 846
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Ven 8 Juin - 16:38

Cassidy remarqua l'air gêné de Tristan quand elle lui fit un compliment. Et pourtant, c'était sincère. Peut être que la jeune femme avait été trop aveugle dans son enfance ou alors poussée par les autres pour ne pas voir cette partie en lui, le croyant incapable de telles choses. Mais étant seulement tous les deux, Cassidy pouvait bien se le permettre. Il fallait aussi dire ce qui allait bien.

Non il n'était plus en crétin. Enfin parfois il devait toujours se comporter un peu comme tel. Bien sûr qu'elle le traiterait de crétin mais uniquement si il mettait sa vie en danger jusqu'à atteindre la mort. La jeune femme semblait pensive. A voir son expérience et parlant du danger des routes, le Drakkari avait du voir beaucoup de choses. Et comme il possédait de nombreuses cicatrices, ce n'était pas un débutant, ayant sûrement défendu sa vie à n'importe quelle prix.

Et une question se posa en elle. Est ce que Tristan avait un but, un objectif dans la vie ? Qu'est ce qui faisait qu'il la défendait chèrement cette vie ? Alors qu'il devait être traité comme le pire des voyous, repoussé et rejeté par les Cheistams, un bagarreur au grand déplaisir des habitants. Que voyait-il dans cette vie ?

Pour Cassidy, son objectif était de comprendre certains mystères qui entouraient Ascadian, les divinités, le pouvoir des reliques et l'académie en elle même était un énorme défi. Un nouveau but s'était rajouté à cette petite liste sans prétention, comprendre le Drakkari et ses motivations, réussir là où elle avait échoué. Au moins cet étrange occupant allait lui donner une tâche supplémentaire au fil des jours.

Et elle lui sourit en l'écoutant, non ce n'était plus vraiment un crétin, car il lui montrait une autre partie de sa personnalité qu'elle n'avait jamais vu, enfin plusieurs mêmes. Mais elle ne comptait pas l'appeler prince charmant, ni fougueux Drakkari, ou autre chose bien stupide, elle n'avait jamais été doué pour les petits surnoms.

"Le petit crétin a bien grandi, je pense que ce n'est plus un surnom qui t'irait aujourd'hui."

Puis son regard devint plus mystérieux lorsqu'il parla de sa méfiance qui lâchait. Alors là difficile à le dire. C'était vrai qu'on pourrait penser qu'elle relâchait toute sa méfiance mais les apparences sont parfois trompeuses, enfin parfois oui, parfois non. Cependant, c'était vrai qu'il avait semé le trouble dans son esprit et son coeur, bien plus qu'elle devait l'admettre. Mais la jeune femme semblait bien assurée pour rentrer dans son joie, lui accordant un petit sourire de défi.

"Relâcher ma méfiance ? Peut être que oui, peut être que non, qui sait.."

Là elle essayait de lui semer le doute à lui aussi, ne répondant pas directement à sa question mais laissant planer un certain doute. Il était évident à présent que le véritable jeu avait commencé, ou même depuis hier déjà. Cependant, elle ne lui laissa rien paraître sur ses pensées actuelles, c'était à lui de deviner les choses.

Il répliqua à sa phrase quand elle le compara à d'autres mages et semblait s'offusquer mais tout en restant taquin, prenant un air de sénile tout à fait convaincant. Cassidy ne put s'empêcher d'avoir un petit rire sincère et de bon coeur en le voyant faire. Elle ne se moquait pas de lui, mais il était vraiment marrant comme cela. La jeune femme repris une phrase que le Drakkari lui avait sorti aussi il y a peu de temps avant.

"Arrêtes, ça ne te va vraiment pas à toi non plus l'air sénile... Quoique peut être qu'avec une paire de lunettes, tu serais encore plus convaincant..."

Elle lui sourit gentiment. Et finit par ouvrir encore un peu les yeux en entendant son petit compliment. Mais Cassidy l'avait à peu près compris et détourna le regard, un peu touchée par ce qu'il venait de dire, marmonnant quelques paroles incompréhensibles, n'arrivant pas à se faire comprendre. Qu'il le reconnaisse avait beaucoup de valeur. Cela signifiait-il qu'il s'y intéressait quand même un tout petit peu ?

L'espoir fait vivre... Comment interpréter cela aux yeux de Cassidy ? C'était encore un mystère, difficile à cerner pour elle. En revanche, elle ne pensait pas provoquer Tristan en disant cette petite phrase. Inconsciente oui... ou plutôt mal renseignée sur le Drakkari était une autre option. On ne peut pas prévoir toutes les possibilités qui peuvent se présenter alors elle espérait un petit peu qu'il arrive à la connaître, à percer certaines choses, bien que la tâche ne s'annonçait pas évidente.

Le moment de la soupe aurait pu resté dans les mémoires de l'académie tellement la situation était drôle alors que Tristan montrait aussi quelques expressions. C'était marrant de le voir comme ça et la jeune femme s'y pliait de bonne volonté en le regardant faire, parfois montrant sa timidité pendant ce moment qui était assez étrange aux yeux des deux adultes présents. Les lutines qui observaient devaient bien rire devant ce spectacle. A vrai dire jamais elles n'avaient vu Cassidy montrant autant d'obéissance face à quelqu'un.

Elle se mit à rire de nouveau quand il lui parla de la fougère. La demoiselle s'imaginait bien à plat ventre derrière la plante et lui donna une petite tape amicale sur son bras.

"Hey ! Ne me prends pas pour une minipouce quand même... Par contre toi tu aurais plus de mal à te camoufler, avec ta tignasse rouge je suis capable de te repérer à l'autre bout de la propriété je suis sûre. Ce n'est pas très courant quand même."

Cassidy répliquait mais de manière douce, simple et sans aucune provocation ni méchanceté. C'était de la taquinerie gentille et ne se formalisait pas de sa moquerie à lui.

Cependant, Cassidy ne se sentait pas bien, malgré le fait d'ignorer la douleur qu'elle ressentait, la jeune femme voulait prendre congé avant que cela ne soit trop voyant, s'excusant du mieux qu'elle pouvait aux yeux de Tristan et se dépêchant de se relever pour aller vers la porte. Non, il ne devait pas le voir, c'était complètement stupide.

Mais Tristan ne semblait pas vouloir rester inactif car même pas une seconde après, il se trouvait avec beaucoup de discrétion derrière elle. Cassidy ne l'avait presque pas entendu arrivé et se figea sur le coup de la surprise en sentant le Drakkari qui posa les mains sur ses épaules. Et tout doucement il dépassa encore un peu plus les limites, posant son menton sur son épaule, sa joue collée contre la sienne.

Cassidy eut un bref sursaut et se crispa un peu. Sa joue à elle était chaude et on pouvait le mettre soit sur le compte de la fièvre ou d'un rougissement qui venait encore de s'emparer d'elle, sentant le Drakkari juste derrière. Encore une fois, Cassidy était bloquée entre la porte et le Drakkari même si ce petit geste lui donna quelques frissons. Elle ne dit rien, malgré ses yeux qui témoignaient encore d'une surprise supplémentaire.

*Aaah ! Que les dieux me foudroient sur place !*

Il la retourna et la jeune femme l'écouta, souriant au fur et à mesure. Ainsi il avait donc remarqué. Cassidy regarda un peu ailleurs puis prit un regard assez détaché, tapotant doucement avec ses doigts sur son bâton qu'elle tenait dans sa main droite. Décidément oui il était surprenant.

"Je vois... tu es bien observateur. Je devrais peut être envisager de mettre un masque sur la tête pour que tu ne me vois plus. Ce n'est pas l'impression que je voulais te donner jusqu'à présent. Et je suis pas une petite nature c'est juste que... hum..."

Cassidy semblait hésitante. Devait-elle lui parler de ses doutes ? Elle regarda légèrement ailleurs.

"J'ai besoin de vérifier quelque chose... j'ignore encore à quoi c'est dû et comme tu le sais, j'ai besoin de réponses... ou tu as raison, c'est peut être le temps qui m'a rendu malade."

Il semblerait inutile de discuter face au Drakkari qui serait intransigeant face à ça. Et pourtant, le travail n'allait pas se faire tout seul. Difficile de trouver quelque chose. Pourtant, la mage faisait un peu femme enfant là. Elle hochait la tête, semblant se résigner à la situation comme si elle venait d'être prise la main dans le sac.

*De toute façon, dès qu'il serait assez loin, je pourrais m'éclipser dans mon bureau, il ne pourra même pas le remarquer... et j'irais faire un tour à la bibliothèque*

Une petite auréole semblait flotter au dessus de la tête de Cassidy. La jeune femme était quand même têtue et bornée dès qu'elle avait une idée en tête, impossible de la détourner de ce chemin. C'est qu'elle en avait des ressources la petite !

Cassidy ne se doutait pas que Tristan était prêt à la porter encore une fois. Vu qu'il en avait fait beaucoup fait pour elle, cela lui semblait impossible après tout.

(HS : Tu peux aller poster directement dans la chambre de Cassy si tu n'as plus grand chose à dire ici ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 594
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   Ven 8 Juin - 18:33

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un repas ? C'est pas de refus !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un repas ? C'est pas de refus !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Repas du tournoi
» Refus du test ADN : une victoire...
» Réflexion autour d'un repas [PV]
» Un bien beau repas satisfaisant [Rp terminé]
» Refus ADN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: [Territoire Neutre] Académie Hysandra :: Intérieur : Rez de Chaussée :: Réfectoire-
Sauter vers: