AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stieg Blodtørst
Professeur Combat Mains Nues/ Art de la Guerre / Combat sans Armure
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume: Frihold
Vocation: Guerrier

MessageSujet: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Lun 13 Aoû - 14:48

Le 7/09/285 à 9h,
Quelques heures avant la rencontre:

La brise fraîche du matin, le brouhaha des citadins de la ville de Glindel, et ce fumet de rôti si familier, tels étaient les éléments qui avait accompagné l'entrée de Stieg dans la taverne. Le tenancier du bar avait ce sourire à la fois complice et intéressé, qui suit l'idée du tintement de quelques pièces d'argent sur son comptoir. Avec cette distance qui caractérise le métier, l'air occupé à nettoyer une choppe, il lui avait directement proposé un demi frais. Comment refuser, ce genre de proposition plutôt hâtive marque souvent le fait que la consommation est obligatoire. Alors oui, une "petite bière fraîche", mais surtout des réponses claires:

"-Tavernier, je suis à la recherche de l'Académie Hysandra, tu peux m'en dire quelquechose?"

Surpris par le calme de cette voix, tout à fait audible malgré le chahut ambiant, le tenancier se trouvait pour le moins déconcerté. Admettons-le, les rares conversations qu'il devait avoir concernaient pour la plupart des peines de coeur à noyer ou des rixes avec les poivrots du coin. Pour une fois, l'interlocuteur était civilisé, les coutumes de conversation usuelles furent dures à trouver, mais après un temps d'adaptation, il tira de sous le comptoir un petit papier à l'écriture violette, fine et aérée. La lire était comme retrouver un plaisir perdu, deux années avaient passé depuis son départ, et la vie en ermite n'aide pas vraiment à la conservation de ce genre de pratique, il savait qu'il pouvait se considérer heureux de sa bonne éducation. Pendant sa lecture, le tavernier ajoutait de petits détails, par exemple que Stieg n'était pas le premier à chercher l'Académie. Tant mieux, plus ils étaient, mieux ce serait.

"-Donc ils sont bien ouverts à tous? Très bien, merci Tavernier, mais la prochaine fois sert à un Drakkari autre chose que ta pisse tiède, et sort l'hydromel de la cave. Adieu."

Non, le tenancier n'avait pas vraiment l'habitude des Sang de Dragon, et vu l'expression figée sur son visage, l'habitude mettrait longtemps à venir. Stieg quitta le comptoir, saisissant sa choppe pour la déposer devant un homme à l'allure faiblarde, les yeux rouges de larmes.

"-Tiens l'ami, c'est la maison qui offre."

Stieg sortit alors du bâtiment pour se mettre en chemin sous le regard ahuri de l'individu. Il coupa à travers bois, il avait des plumes à récolter sur le chemin. La voie était aisée à suivre: les pointes argentées du château crevaient le ciel, leur éclat aurait même permis de les voir par une nuit noire. Voilà qui en fait un fort bien vulnérable, espérons que la magie comble ce défaut.

C'est donc plusieurs heures plus tard qu'il s'extirpa des bois, et posa le pied dans une plaine verdoyante. Il était recouverte de ses peintures de guerres blanches, et s'était retracé les tatouages de guerre dorés sur son torse nu et son visage. La coutume des éclaireurs voulait qu'on affiche son rôle et son statut avant toute rencontre avec un hôte, afin de lui signifier que le guerrier se portait ainsi garant de sa sécurité, et qu'il pouvait donc l'accueillir en toute confiance. Il se mouvait, du haut de son mètre quatre-vingt, sa longue tresse nouée et des plumes de faucon dans les cheveux comme à sa ceinture, aux côtés de sa vieille épée de service et de sa fiche de présentation enroulée. Arrivé devant le grand portail scintillant il ferma les yeux, tous sens ouverts, et guetta le moindre petit bruit annonçant qu'il se ferait recevoir. Il se devait d'être sans faille...

*... Père a toujours attendu de moi que je le sois.*


Dernière édition par Stieg Blodtørst le Sam 22 Sep - 15:34, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Mar 14 Aoû - 20:29

La directrice et maîtresse de ces lieux avait eu une sacré aventure la nuit dernière. Elle ne se rappelait malheureusement de rien et c'est donc de très bonne heure qu'elle était rentrée à l'académie suivie de Tristan. Les choses ne s'étaient pas très bien passées à vrai dire. Mal au crâne, une cheville un peu en vrac, elle était un peu affaiblie.

Cependant pour Cassidy, il n'y avait pas de repos. Le travail n'attendait pas. En plus elle avait la réception à préparer et pas une seconde pour elle. La jeune femme après avoir quitté Tristan en avait profité pour se changer et prendre une douche, prenant une robe bleue assez simple de couleur foncée. Puis après avoir pris soin de faire sa toilette, la mage était retournée dans son bureau.

Les évènements d'hier l'avait empêché de travailler correctement, elle devait donc se rattraper. Heureusement que les habitants du château étaient assez tranquille ce matin, cela lui évitait de répondre à des questions peut être un peu gênantes quant à sa petite escapade nocturne.

Cependant, la directrice avait beau se concentrer sur ses dossiers administratifs, le recrutement, la mise en place de la réception mais cela ne suffisait pas. Non elle était encore un peu troublée et c'est donc en tapant le poing sur le bureau qu'elle se leva et commença à faire les cent pas tout en grommelant.

*Aaaah ce Drakkari me tape sur le système ! Qu'est-ce qu'il a encore bien fichu ? Et pourquoi je ne me rappelle pas de ce qui s'est passé cette nuit ? C'est à devenir folle ! Impossible de travailler dans ses conditions. Au moins il a réussi à respecter sa parole, il me rend la vie dure ! Je suis sûre qu'il doit être en train de jubiler là...*

Soupirant et se passant sur la main sur la tête, la jeune femme conclut qu'elle n'arriverait à rien maintenant. Pas sans avoir chasser cette histoire de ces pensées. Le mieux était de rester neutre et de faire comme si il ne s'était rien passé. Effectivement c'était toujours une de ces solutions provisoires mais qui ne résous pas le fond du problème en question.

*Bon... Je vais commencer par aller chercher un bandage pour cette cheville en vrac puis aller manger un morceau, ça me changera les idées*

Aussitôt dit aussitôt fait. Elle partit dans un premier temps à l'infirmerie pour chercher une bande et de quoi calmer la douleur. Puis après avoir achever le bandage de fortune qui lui permettait de marcher avec plus d'assurance, la jeune femme se dirigea vers le réfectoire.

Cependant, alors qu'elle passait devant le tableau d'affichage, un nom qu'elle n'avait pas vu était apparu. Cassidy fronça lentement les sourcils, ne s'attendant pas vraiment à ça et surtout pas ce matin. Cela ne signifiait qu'une chose, une personne était plantée devant les grilles et à voir l'identité donné au visiteur, ce n'était pas un élève...

*Tiens... Je n'attendais personne pourtant ce matin*

Pivotant sur place, Cassidy se dirigea d'un pas vif vers la sortie, se demandant de qui il pouvait s'agir.

Arrivant assez rapidement sur place, la jeune femme aperçut un homme derrière la grille puis s'arrêta net sur place, la bouche ouverte, croyant avoir une hallucination. Parce que l'homme qui se trouvait derrière avait une chevelure flamboyante et était... torse nu.

*Quoiiiiiii ?! Tristan ? Qu'est-ce qu'il fiche derrière la grille ? Il veut me narguer ou quoi ?*

Fronçant les sourcils, se disant que son mal de tête devait être responsable de ce "mirage", la jeune femme secoua vivement la tête puis s'approcha de la tête. Heureusement, ce n'était pas Tristan et elle en fut un peu rassurée.

Se raclant la gorge, appuyant fermement sur son bâton qu'elle tenait dans sa main droite, la mage ouvrit les grilles d'un revers de la main alors que les grilles s'ouvrirent d'elles même et que la jeune femme reprit une attitude plus que convenable et professionnelle afin d'accueillir avec respect son visiteur.

Il s'agissait d'un Drakkari mais qui semblait plus âgé que Tristan. Ses cheveux étaient plus longs et il possédait plusieurs plumes ainsi que d'étranges marques sur le corps et le visage. Cet homme semblait aussi assez neutre et son visage témoignait de l'expérience passée.

*J'espère qu'il n'a pas le même caractère que Tristan...*

Elle franchit le portail et s'inclina respectueusement devant lui tout en parlant d'une voix sérieuse et polie.

"Bien le bonjour. Etes vous Stieg Blodtørst ?"

Cassidy marqua une petite pause, bien que son visage était un peu étonné même si ce n'était que très léger. Elle ne semblait pas soucieuse et avait chassé de son esprit l'altercation de ce matin. Il fallait savoir rester professionnel dans ce type de situation.

"Pardonnez mon étonnement Messire mais j'ignorais recevoir de la visite ce matin. Quelle est la raison de votre venue ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Mar 14 Aoû - 21:15

Quelle nuit…
Au moins elle, elle avait dormi, parce que lui, ce n’était vraiment pas ça.
Après l’incident de la taverne qui resterait certainement longuement dans la mémoire du jeune homme furieux, elle s’était réveillée, groggy et totalement… amnésique. Et c’était franchement vexant. Lui qui s’attendait à des félicitations, ou à défaut, des explications, se retrouvait confronté à un silence et une ignorance blessants.

Enfin silence pas vraiment… Elle avait hurlé comme un putois qu’on égorgerait… et pas un putois discret hein !
C’était vraiment n’importe quoi ! Il aurait dû la laisser dans cette chambre, toute seule, fiévreuse sans protection et aller se divertir avec les jolies donzelles qui lui avaient fait du charme ! Ca aurait été tellement plus divertissant et agréable ! Rester au chevet d’une demoiselle dans les vapes n’a en effet pas grand-chose d’intéressant quand on y réfléchit.

Finalement, il l’avait veillée toute la nuit et son absence de sommeil était propice aux coups d’éclats de sa mauvaise humeur. Qu’elle ne fit qu’amplifier avec sa « mauvaise foi ». Bien sûr, elle disait vrai, ne se souvenait de rien et était même franchement inquiète, intimidée quant à ce qu’ils avaient pu faire tous deux, seuls dans une chambre. Mais il n’avait pas envie de la croire, trop vexé, trop agacé, trop dégoûté.
N’empêche, il l’avait même portée jusqu’aux grilles de l’Académie et ce malgré ses muscles douloureux et la fatigue qui menaçait de le faire vaciller à tout moment comme un marin ivre sur un pont ballotté par les mers !

Heureusement d’ailleurs car la demoiselle n’était pas en état de marcher, ne serait-ce que cette distance peu éprouvante. La portant de manière peu conventionnelle et montrant ainsi que son amour propre était sérieusement éprouvé, le jeune homme était rentré avec elle, la laissant devant les grilles en se glissant promptement à l’intérieur avant de filer, sans un regard en arrière ni une aide supplémentaire… se coucher.

Au départ, ce plan, très cohérent, loin d’être machiavélique avait tout pour fonctionner. Il était déjà las de cette journée et ne pensait plus qu’à dormir. Sauf qu’une fois dévêtu, allongé sur ses draps, il n’avait pu trouver le sommeil. C’est en se tournant, se retournant et maugréant contre la pauvre directrice qu’il avait compris que repos il n’aurait pas. Et à qui la faute ? Cette casse-pieds de service bien évidemment.
Ronchonnant à qui mieux mieux, Tristan s’était finalement levé en râlant, allant prendre une douche pour se détendre. Le retour au lit lui fit comprendre que ce n’était sans doute pas suffisant pour qu’il se repose et il soupira de mécontentement.

Ronchonnant de plus belle, le beau jeune homme se rhabilla, décidé à faire un tour, peut-être s’entraîner un peu au final pour se délasser comme il fallait de cette très mauvaise nuit.
En descendant les escaliers, il avait gardé la tête basse et son expression des mauvais jours avant d’apercevoir, avec un air un peu plus curieux mais aussi singulièrement blasé, un nouveau nom sur le tableau d’affichage. Un nom nordique.
Il haussa les épaules, indifférent puis sortit. Si ses pas le guidèrent aussitôt vers le terrain d’entraînement, ses yeux eux, furent attirés par la silhouette mouvante, mais sacrément ralentie, d’une demoiselle à la robe très couvrante, et aux cheveux dorés, qui se dirigeait vers les grilles. Il grogna, ne souhaitant pas l’approcher et alla se poster sur son terrain adoré.

Pourtant, Tristan ne fit rien. Il se sentait fatigué, las et s’il était en colère, ce n’était sans doute pas suffisant pour lui donner envie de se défouler. Il s’adossa à un arbre, se frottant les yeux en baillant et se mit à marmonner contre sa curiosité en se redressant et se dirigeant à son tour vers les grilles de l’entrée du domaine.
De loin, il voyait Cassidy faire entrer un homme et lui parler. Il fronça les sourcils. L’homme en question avait les cheveux presque du même rouge que les siens. Or, il ne pouvait s’agir que d’un Drakkari. Sauf que de loin, sa tenue était assez singulière.

Se fichant des conventions, torse nu également, comme dans ses habitudes et encore davantage dans ses habitudes lorsqu’il était agacé, Tristan les rejoignit. S’il adressa un regard noir à la jolie mage qui l’entendit arriver (en même temps, il n’avait rien fait pour être discret), ce fut un autre, très sceptique celui-ci, qu’il lança au nouvel arrivant.
Il vit aussitôt qu’il était plus âgé que lui. Les… lois génétiques, auxquelles ils se pliaient généralement, ne vinrent pas à bout de la mauvaise humeur du jeune homme et il lança un sourire carnassier à son congénère, loin du respect qu’il aurait dû ressentir. Sans le quitter des yeux, il s’adressa à Cassidy.

- T’as commandé un épouvantail ?

En même temps, pour sa défense, c’était un bien drôle d’oiseau qui débarquait là. Avec ses plumes et ses peintures il était étrange quoique très séduisant, bel homme et sacrément impressionnant. Mais apparemment, ce n’était pas les sentiments que le jeune Konogan était prêt à manifester…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stieg Blodtørst
Professeur Combat Mains Nues/ Art de la Guerre / Combat sans Armure
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume: Frihold
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Mer 15 Aoû - 12:27

Le calme, la musicalité de la nature, la petite brise fraîche du matin, voilà ce que vinrent perturber les petits pas pressés quoique légèrement irréguliers de la mage aux cheveux d'or. Cela dit, c'est le bruit du drapé de sa robe fouettant l'air qui fit ouvrir les yeux au guerrier, et non l'écho des pas, le rassurant sur l'identité de la personne qu'il allait rencontrer. Il se permit donc de toiser la mage, stoïque, le temps qu'elle apparaisse, déclenche l'ouverture du portail et se tienne devant lui.

Son sang vibra dans ses veines, une impulsion qu'il connaissait bien et l'alertait sur la présence d'un troisième larron. Il tourna la tête avant même que le Drakkari n'arrive aux côtés de la directrice, la quittant des yeux. Il n'entendit même pas sa réflexion, comme sous le coup l'action d'un choc violent mais terriblement agréable. S'échappèrent de sa bouche les mots suivants:

"-Le Sang reconnaît le Sang, Epéiste. L'aîné observe le jeune et perçoit la force. Je pressens en toi un grand combattant, un allié de choix et un adversaire de taille. Ton Dragon doit être fier de l'assurance du bras qui tient l'épée en son nom."

Sous le coup d'une sorte de transe, Stieg avait déterminé toutes ces informations en un éclair. D'un simple regard, le Sang de ce vétéran avait perçu l'écho de la personnalité de Tristan sans jamais l'avoir rencontré auparavant. Ce n'était pas la première fois que Stieg était victime de cette expérience à la limite du mystique, celui-ci se reproduisant à chaque rencontre avec un Drakkari. De ce fait, il reporta son attention sur celle qui se tenait devant lui, car tel était son devoir, sa volonté. Se yeux rouge incandescent se plongèrent dans ceux de la jeune femme quelques secondes. En réponse à la première question de Cassidy, il en posa une autre, très simple en retour:

"-Dame Hérédiane?"

Il avait prononcé ces mots lentement, avec assurance, en révélant une part de puissance dans l'intensité de ses paroles, et toute son assurance en un sourire dévastateur, qui révélait ses longs crocs fins.
La femme à la robe violette lui avait demandé la raison de sa visite: il posa un genou à terre, toujours le regard dans les yeux de la jeune femme, puis inclina la tête vers le sol pour enfin se saisir de sa feuille de présentation et la tendre à la directrice de l'Académie, paume vers le ciel. Sa longue tresse de cheveux flamboyants glissa doucement le long de son épaule, comme pour accentuer l'ampleur du mouvement et caresser l'impressionnante silhouette de l'homme. Ses muscles puissants étaient bandés, donnant l'impression qu'il était prêt à bondir. Entre nous soit dit, il l'était sans doute de toute façon. Une fois en position, il déclara:

"-Je me nomme en effet Stieg Blodtørst, originaire de Frihold et Lame du Froid lors de la chasse aux Dragons Corrompus des Käars. Je me tiens ici pour me proposer au poste de Professeur de Combat au sein de votre Académie, en échange du gîte et du couvert. Selon la tradition du Nord, mon bras sera vôtre et votre autorité fera loi tant que je vivrai sous votre toit. Je consens pleinement à vous faire don de mes connaissances et de ma force pour combler vos faiblesses et celles de vos élèves. En retour, je ne demande que la liberté de me mouvoir et de faire respecter ma culture et mes traditions dans votre demeure. Dame Hérédiane, acceptez ma requête ou congédiez-moi, en ce cas jamais plus vous ne me reverrez.

Subtilement, ses paroles avaient un peu accéléré lors de sa présentation. Impossible de ne pas ressentir la force de sa volonté, ainsi que la vigueur et la passion qui l'animaient. Pas de ton solennel, non, mais une aura presque palpable l'entourait: Stieg était un homme de confiance, ces mots ne permettaient aucun doute possible. Sourcils froncés, visage grave, il semblait pourtant ressentir un certain gène, voire une douleur à dire ces mots. Pour lui, libérer ces paroles étaient une purge, il se trouvait au pied de la première marche qui le mènerai vers le voeu de son père, hors de question pour lui d'hésiter, c'était sa parole ou le déshonneur. De par ce fait, il attendra genou à terre tant que Cassidy ne lui aura pas délivré son accord séance tenante.

_________________
Pourchasser les Dragons Corrompus n'a pas été la plus grande difficulté.
Il ne s'agissait que de courir, rattraper, trouver et tuer.
Non, faire respecter le voeu de mon père l'est.
A vous, je dois tout enseigner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Jeu 16 Aoû - 11:43

Fichu sommeil qui ne venait pas. C’était bien sa veine. Passer la nuit à veiller une demoiselle… qui avait trop picolé… enfin trop. Un verre…
Pour se retrouver la mâchoire à moitié démantelée le lendemain, accuser à tort entre autres et jeter comme une vieille chaussette. Enfin techniquement la vieille chaussette jetée c’était elle, pas lui. Puisqu’il la portée, puis pratiquement balancée par terre. Qu’elle lui tapait sur les nerfs ! Ennuyeuse petite mage ! D’accord il était un voyou, d’accord, il avait commis bien des crimes, certes il était un allié des Kaärs et combattaient en leur nom les Cheistams, mais ce n’était quand même pas une raison pour l’accuser sans savoir si ?

Enfin… Apparemment son humeur houleuse ne l’aiderait pas à faire la sieste. Au point où il en était de toute manière… Autant sortir, s’aérer, rager un bon coup dehors, courir peut-être pour se défouler si son corps… le lui permettait. Mouais pas sûr.
Il dormirait par la suite. Enfin il l’espérait. Pourtant le reflet du miroir dans sa chambre ne lui renvoyait pas l’image d’un pauvre gars complètement claqué. Plutôt celle du séduisant jeune homme, qui avait l’air un peu éprouvé mais n’en donnait que davantage l’envie eh bien… de le soigner/ câliner un peu, aux cheveux rouges et aux yeux orangés. Il avait quelques bleus, vestiges de sa bagarre pour protéger la demoiselle.

Rahhh !!! Il aurait dû la laisser aux mains de ces porcs, ça aurait été bien fait pour elle ! Voilà !!! Là elle saurait ce que ça fait de se réveiller après un abus. Mouais sauf qu’ils étaient plusieurs ces mécréants et vu leurs sales manières et leurs paroles écoeurantes, même remonté contre la demoiselle, il ne pouvait pas décemment s’imaginer l’abandonner à un tel sort. C’était quand même exagéré. Surtout que dans son état, qui sait ce qu’elle aurait traficoté encore. Si ça se trouve, elle se serait énervée et se la serait jouée massacre à la tronçonneuse. Sauf qu’il n’y avait pas de tronçonneuse… alors massacre à la petite cuillère… gore.

De toute façon il s’en remettrait… Pauvres damoiselles esseulées qu’il avait abandonnées pour cette vilaine mage pleine de préjugés. Tsss !
Il était sorti d’un bon pas. Ignorant tout à fait qu’un Drakkari l’avait senti d’aussi loin, c’est qu’entre la porte du château et les grilles de la propriété, il y avait quand même une petite trotte, il aurait été très surpris de l’apprendre et surtout d’entendre ses paroles.
Parce qu’il fallait être très entraîné, férocement doué, ou doté d’un don particulier pour reconnaître la présence d’un confrère de si loin. Enfin… il était vrai que l’appel du sang entre frères était puissant. Pour sa part Tristan ne le reconnaissait pas très bien. Il savait que c’était un des éléments qui lui faisaient défaut. Un élément de la nombreuse panoplie de capacités des Drakkaris.

C’était comme sa force, il n’arrivait pas encore très bien à la contrôler. A l’appeler. Elle était largement supérieure à la normale, enfin avec sa carrure, ça n’avait rien de surprenant aussi, mais ne devenait vraiment titanesque que sous le coup d’impulsions qu’il ne comprenait pas toujours. L’appel du sang, c’était pareil. Par contre, il reconnaissait un Drakkari quand il en voyait un et ce même de très loin. Mais bon avec leurs cheveux rouges… pour se cacher parmi les fougères, ce n’était pas vraiment gagné. Il voyait parfaitement la nuit, mais ça c’était peut-être une particularité de ses pupilles ovales de félin… ou de dragon.

Un tour tranquille mais d’un bon rythme tout de même. Oui ça lui ferait du bien. Oui mais voilà… Il y avait Cassidy. En train d’accueillir quelqu’un. Malgré lui, il retrouva brièvement le sourire en priant pour que ce soit une fille pas trop coincée et pas trop jeune surtout… et bien sûr, qu’elle soit jolie. Alors pour le pas trop jeune, c’était bon, pour le coincée par contre… bouaf pas tellement.Mais pour le sexe, alors là c’était mort.

- Z’avez vraiment un humour pourri. Marmonna t-il en basculant la tête en arrière pour fixer les nuages

Et c’était sincèrement pensé.
Tristan les rejoignit donc, lançant un regard… un peu haineux à la demoiselle et sa phrase concernant le Drakkari. Sauf que voilà… Soit celui-ci ne l’avait pas vu, trop plongé (coincé… c’était un fait) dans ses idées de protocoles, conventions etc, le genre de trucs ennuyeux qui agaçait Tristan, ou trop concentré sur Cassidy, soit il avait décidé de l’ignorer. En tous les cas, il ne sembla pas le voir, bien qu’il l’ait « senti », mais ça le jeune homme ne pouvait pas le savoir, ne s’insurgeant donc pas de sa remarque.

Mais ceci encore, ce n’était rien. C’était une réaction possible, certes très agaçante pour le jeune Casanova, mais compréhensible. Après tout… des personnes plongée totalement corps et âme dans leurs paroles, et là… entretien d’embauche ça c’était déjà vu. Même s’il n’appréciait que peu l’idée d’avoir été aussi facilement occulté. D’ordinaire on le remarquait tout de suite, il était si beau garçon après tout… C’était vexant là. Et puis qu’on le taquine, l’embête, ça c’était déjà vu aussi… même si généralement cela terminait plutôt mal pour les taquins. Mais là, le combat serait certainement un peu plus équilibré, contrairement à d’ordinaire.
Non… ceci… n’était pas grand-chose et peut-être même que Tristan se serait tenu sagement immobile, toujours bougon mais un peu curieux, attendant d’en savoir plus.

Sauf que messire l’étranger se lança justement dans son entretien d’embauche. Un entretien d’une politesse, d’une courtoisie à toute épreuve. Il s’était carrément agenouillé devant la directrice. Bon d’accord, elle était sacrément jolie ! Mais fallait pas exagérer non plus, elle allait prendre la grosse tête après !!! Enfin la connaissant elle allait surtout être extrêmement gênée et rougir comme une écrevisse. Surtout que le Drakkari était quand même bel homme… malgré ses plumes étranges et son espèce de maquillage…encore plus étrange. Parce que oui, c’était un Drakkari.

De ce que voyait Tristan, sans doute un adversaire de taille, ce qui l’intéressait au moins autant que cette espèce de déclaration tordue l’agaçait. Ses traits se durcirent d’ailleurs alors qu’il serrait la mâchoire, fixant son compatriote sans ciller. Et il serra une main si fort sur un barreau de la grille qu’un léger craquement se fit entendre. Ses jointures ou le métal ? Difficile à dire.
Non mais oh ! C’était quoi ce… ce discours trop bizarre hein ? Il était trop poli, trop trop… TROP ! C’était qui ce tordu hein ?! Il lâcha la grille et croisa les bras sur son torse, gonflant les biceps comme en réaction au fait que les muscles de ce frère étaient contractés. Prêt à bondir hein ?! Lui aussi !!! Réaction de force typique entre deux rivaux… Sauf qu’en temps normal, il aurait dû sagement s’incliner devant son aîné, certainement plus expérimenté que lui. Nouveau territoire ? Pas deux lions régnant, non…

Et même s’il était de mauvaise humeur envers Cassidy, Tristan se rapprocha d’elle, un sourcil légèrement levé, comme prêt à la défendre alors qu’il était évident qu’elle avait plus à craindre de lui que de cet homme, toisant Stieg comme s’il le défiait littéralement. Du respect ?! A bas les gênes ! Ce n’est pas parce que ce type était plus vieux que lui qu’il allait filer comme un toutou. Bon là au moins le type devait le voir… Quoique… il regardait la jeune mage avec à peu près autant de passion que celle qu’il avait mise dans son discours. Après tout, seule elle pouvait accéder à sa requête. Mauvaise humeur + 2 !!!

HS : un ptit mess sans grande intervention pour ne pas vous gêner ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Ven 17 Aoû - 22:52

La jeune femme avait été complètement surprise par l'arrivée de ce nouveau Drakkari. Au départ, elle s'était sentie stupide de penser qu'il s'agissait de Tristan en plus vieux. Surtout que ce visiteur avait une très longue natte et des plumes, ce qui était tout à fait différent. Cependant, en raison des derniers évènements en date, la mage était un peu perturbée.

D'autant plus que Tristan s'était vraiment montré désagréable avec elle. Bon après tout elle l'avait giflé mais il n'en avait pas marre de jouer avec les sentiments de la directrice ? Bref pour l'instant, même si elle cru avoir une vision sur le Drakkari, la jeune femme se reprit rapidement tout en questionnant le nouveau venu. Pourtant la demoiselle avait manqué de se présenter elle même, preuve de son état un peu troublé.

Mais Cassidy n'en laissa rien paraître, gardant une attitude courtoise et polie, appuyée sur son bâton de mage, et élevant légèrement son pied droit pour éviter de trop mettre de poids sur celui ci. Ca aussi elle ne savait pas pourquoi et comment c'était arrivé, mais elle n'avait pas le temps de s'en occuper, faisant simplement un bandage de fortune avec un baume qui détendrait le muscle abîmé.

Si la jeune femme pria pour ne pas croiser Tristan, le Drakkari avait le don pour surgir rapidement derrière elle, ses pensées discrètes ne furent pas écouter puisque le jeune homme arriva dans son dos sans faire preuve de discrétion. Elle tendit simplement l'oreille sans se retourner et sans changer d'attitude, bien que ses sourcils se plissèrent au fur et à mesure, cherchant à rester neutre après tout.

*Mais qu'est ce qu'il fait à me suivre encore ? Je pensais qu'il m'en voulais ? A moins qu'il ne souhaite me perturber un peu plus... Non Tristan, je ne me ferais pas avoir.*

Une attitude de marbre mais non fermée pour le nouveau, elle se contenta de garder sa position sans bouger. Tristan vint se planter à côté d'elle et traita la visiteur d'épouvantail. La jeune femme haussa les sourcils au ciel, pas très contente par ce comportement désagréable et voulait répliquer. D'ailleurs elle se mit à ouvrir la bouche mais le dénommé Stieg fut plus rapide.

Les paroles qu'il lança semblaient pleine d'un respect certain. Cassidy avait un peu compris ce qu'il disait, c'était comme si le nouveau Drakkari était capable de connaître la nature de Tristan sans lui poser de questions. Juste... en le regardant. Les Drakkari avaient certains codes et pour une curieuse comme Cassidy, c'était toujours intéressant d'en savoir un peu plus.

Comme Stieg semblait avoir répondu avec calme et sérénité malgré l'embarras de Cassidy, la jeune femme referma la bouche. Sauf que Tristan, au lieu de répondre avec le même respect à son aîné, semblait être décidé à manifester sa mauvaise humeur ici et maintenant. Alors que Cassidy gardait une mauvaise humeur dissimulée, Tristan lui ne se gênait pas pour la déballer devant tout le monde.

*Non mais... arrête de mordre ! Un peu de retenu voyons ! Par tous les dieux, ce Drakkari est un vrai molosse quand il s'y met*

Stieg répondit ensuite à Cassidy par une phrase interrogative, demandant confirmation sur son identité. La jeune femme passa instinctivement sa main libre dans ses cheveux comme quand elle était gênée tout en lui adressant un sourire qui l'était tout autant. Bon Dieu ! Elle avait complètement oublié de se présenter ! Voilà ce que ça fait d'avoir l'esprit tracassé par des broutilles.

Elle toussota discrètement en mettant poliment la main devant sa bouche puis regarda Stieg tout en acquiesçant d'un signe affirmatif de la tête.

"Pardonnez mon manque de politesse au sujet de ma présentation. Je suis bien Cassidy Herediane la directrice de l'Académie Hysandra. Je vous souhaite la bienvenue en ces lieux."

Cassidy s'inclina à nouveau respectueusement. Ah ben oui, elle avait beau avoir été dans un état assez... "joyeux" la veille, la jeune femme savait parfaitement se remettre rapidement de ses émotions. En même temps, elle n'était pas vraiment du genre à déballer ses "aventures" ? "évènements" ? Bref, elle espérait au moins que Tristan ne s'étende pas dessus. D'ailleurs elle était prête à le rendre aphone avec un sort bien placé si il commençait à dire des choses... déplacées sur elle.

Le nouveau semblait tout à fait courtois, car dans la minute qui suivit, il posa un genou à terre pour exposer l'objectif de sa visite. De bonnes manières, une attitude correcte, voilà ce qui plaisait beaucoup à la jeune femme d'un point de vue professionnel. Elle l'écouta attentivement sans se détourner un seul instant de lui. Ainsi donc il souhaitait partager ses connaissances dans le combat ?

Un Drakkari qui venait de Frihold. Cassidy était déjà passée au cours d'un de ses voyages dans ce royaume au climat hostile. On disait que les habitants de Frihold étaient vraiment de solides gaillards et des femmes courageuses, ne craignant pas le froid et bravant les éléments. De plus, beaucoup d'artisans fabriquaient des armes et armures extrêmement résistantes et redoutables. Il avait fait la chasse aux dragons corrompus, ça aussi c'est impressionnant.

De plus, ça la changeait du mauvais garçon qui l'accompagnait, toujours une occasion pour la faire tourner en bourrique, la faire cogiter ou la rendre particulièrement de mauvaise humeur. Mais ça se passait plutôt en privé ce genre de situation. Non Stieg semblait être un homme franc, sincère et surtout il faisait preuve de respect. Tout dans ces mots, son intonation de voix, montraient qu'il vouait une grande passion à son passé comme à son devenir, vraiment désireux d'accomplir cette tâche.

La jeune femme laissa le nouveau Drakkari terminer son discours. Pendant que celui-ci s'exprimait, Tristan avait attrapé un des barreaux de la grille et avait vraiment une expression... et bien pas très joyeuse sur le visage tout en s'approchant de Cassidy. Bien qu'il lui avait cassé les pieds tout à l'heure, elle n'allait quand même pas l'ignorer à ce point !

La jeune femme jeta un regard rassurant à Tristan avant de prendre la parole et se tourna vers Stieg.

"Messire Blodtørst vos paroles sont tout à fait honorables et ont su me convaincre. J'accepte votre admission au sein de cette Académie et respecterait vos demandes. De plus, je me réjouis de cette collaboration en espérant qu'elle soit fructueuse des deux côtés"

Elle se mit à sourire doucement tout en faisant un geste pour qu'il quitte sa position d'infériorité.

"Relevez-vous je vous prie. Je vais vous guider à travers le domaine tout en discutant de votre futur poste ainsi que de l'organisation de ce lieu d'apprentissage"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Stieg Blodtørst
Professeur Combat Mains Nues/ Art de la Guerre / Combat sans Armure
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume: Frihold
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Mer 22 Aoû - 14:58

"Messire Blodtørst vos paroles sont tout à fait honorables et ont su me convaincre. J'accepte votre admission au sein de cette Académie et respecterait vos demandes. De plus, je me réjouis de cette collaboration en espérant qu'elle soit fructueuse des deux côtés"

L'attente ne fut pas longue avant la réponse de la mage, pourtant le court silence qui l'avait précédée avait été assez pesant. Néanmoins, que celui-ci ait été dû au regard sombre de Tristan ou à la gêne que ressentait la Directrice, il n'allait certainement pas arrêter Stieg: le rite était encore incomplet. Il tendis le bras et laissa, dans la main tenant le bâton de Cassidy, sa fiche de présentation qu'il avait pris tant de temps à écrire, pour ensuite se saisir de l'autre poignet, libre, de la jeune femme.

"Relevez-vous je vous prie. Je vais vous guider à travers le domaine tout en discutant de votre futur poste ainsi que de l'organisation de ce lieu d'apprentissage"

"-Alors qu'il en soit ainsi, Dame Hérédiane, terminons le rite usuel."

Il marqua un petit temps de pause tout en se redressant, tenant toujours ,d'une poigne douce mais ferme, la main de Cassidy.

"-Le guerrier dragon vivra sous votre toit. En retour j'offrirai mes connaissances à vos élèves..."

Il posa délicatement la main de la jeune femme sur son visage, laissant une petite empreinte couleur chair au milieu de sa peinture de guerre blanche comme neige.

"-... Ainsi que ma dévotion à votre école. L'Archimage et le Guerrier sont liés par la parole."

Au terme de ces mots, il traça une bande au milieu de son torse à l'aide de la main de celle qu'il nommerait à présent sa Dame, effaçant la peinture blanche et révélant les reliefs nus de sa musculature impressionnante.
La jeune femme semblait virer au rouge, voire au violet, et Stieg percevait ce léger malaise. Cependant, la tradition se devait d'être accomplie comme il l'avait apprise, il ne pouvait pas renier ses origines, cela aurait été comme renier tous ses sacrifices jusqu'alors, ses aventures, ses amis, son père...

Réalisant à peine qu'il avait enfin atteint son but, Stieg frissonna. Il comprit que sa nature commençait à reprendre le dessus, comme pour fêter ce nouveau succès. Peut-être était-ce dû au regard noir de Tristan et à sa colère contenue, mais Stieg ressentait cette chaleur si particulière l'envahir: l'implacable soif de combat. Le Drakkari connaissait très bien ce sentiment, et connaissait tout autant les conséquences de la libération de ses pulsions. Il fallait éloigner Dame Cassidy des deux Drakkaris, car deux frères Dragons déchaînaient le champ de bataille quand ils venaient à croiser le fer, et tout élément perturbateur (que ce soit un élément du décor ou un simple passant) devenait soit une cible, soit un bouclier, soit une arme mortelle. Au passage: si le lancer de passant n'est pas devenu un sport national pour les Drakkaris, Stieg persiste à trouver que le hasard impliqué par l'envol d'un villageois (dû principalement à la gesticulation et aux hurlements dudit projectile) rend la pratique encore plus intéressante que la théorie. Mais de deux choses l'une: La parole venait d'être donnée, Stieg se devait de respecter l'hôte, et d'autre part la robe de Cassidy ne permettrait pas une pénétration dans l'air suffisante, que ce soit pour un lancer efficace ou pour un maniement type arme à une main...

"-Dame Cassidy, que vous guidiez un éclaireur n'est pas une chose souhaitable, ni pour vous, ni pour moi. Laissez-moi découvrir votre forêt de pierre et de fer seul. J'apprécie votre... Sollicitude, mais je saurai me débrouiller. Indiquez-moi seulement où se trouvent mes appartements, et faites moi demander si je peux vous être de quelque aide que ce soit. Si nous ne nous croisons pas avant, je vous trouverai à l'entrée de vos appartement: votre parfum est aisé à suivre. Maintenant, si vous me permettez, j'ai deux mots à dire à ce jeune dragon ici présent, merci pour tout et à plus tard."

Les mots étaient posés avec la confiance qui le caractérise, ne laissant pas de place à l'hésitation. Bien que surprise, Dame Cassidy ne pourrait qu'acquiescer: la demande était suffisamment claire, et le fait qu'il enfile ses Canons d'Avant-bras (ses fameux gantelets blindés) donnait un indice supplémentaire sur ses intentions.

Il tourna la tête vers le Drakkari pendant que Cassidy tournait les talons, son regard empreint d'une férocité mêlée à de l'amusement. Son sourire carnassier se mit à se mouvoir, et sa voix changea lorsqu'il se mit à parler à Tristan. Ses mots n'étaient plus Ascadiens, leur prononciation était empreinte de la force des temps anciens et le timbre de voix de Stieg était profond et rauque: c'était à peine si son haleine ne produisit pas de flammes. Voilà ce que pouvait entendre le commun des mortels:

"-Drem Yol Lok, "Mey se faal Käar brod". Aal hio luft aan Dov Zeimah ko aan paaz mal krif, ol kruziik onikaan hind? Zu hind aak wah muim grahgolt... *rire étouffé*. Dahmaan: krif wahfod gein se must hind fah drem, daar'u goltaak mu fen'u Grah Zeimahzin."

Des paroles rythmées, gutturales, une danse de consonnes rocailleuses et de voyelles vibrantes. Chaque "u" se prononçant "ou",et certains mots se trouvant liés (Comme "DremYolLok"), il y avait de quoi rester hébété, si on ne comprenait pas la langue. Ses intonations donnaient l'air d'un chant tribal, ou d'une incantation prononcée dans une langue oubliée. Pourtant la gestuelle de Stieg était claire: c'est le ton de la conversation. Il regarda de façon appuyée Tristan, le visage blanc de peinture, à l'exception de cette empreinte de main laissée plus tôt par Cassidy, les yeux flamboyants et toujours avec ce sourire de fauve aux lèvres, attendant impatiemment la réponse du jeune, ou le moindre geste qu'il pourrait exécuter.


HRP///:
1) Je préconise qu'on attende le post de Cassidy indiquant qu'elle s'éloigne de nous avant de nous lancer dans l'opération.
2) Je signale aussi que Tristan et moi allons être très bruyants: quiconque veut intégrer son RP à cette scène pour que Tristan et/ou Stieg les remarquions est autorisé et est même ENCOURAGÉ à le faire, à la seule condition que vous ayez été intégrés à l'Académie avant ma date d'arrivée.
Par contre, vous risquez de n'être que de simples spectateurs, à moins d'être vraiment complètement cinglés. (ce qui ne me dérange personnellement pas =D)

_________________
Pourchasser les Dragons Corrompus n'a pas été la plus grande difficulté.
Il ne s'agissait que de courir, rattraper, trouver et tuer.
Non, faire respecter le voeu de mon père l'est.
A vous, je dois tout enseigner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Jeu 23 Aoû - 16:09

Stieg avait laissé à Cassidy un morceau de parchemin. La jeune femme en était un peu intriguée et curieuse mais préféra rester polie en prenant la décision de regarder cela plus tard. Ce n'était peut être pas le moment. En effet, elle demanda au Drakkari de se relever sauf que celui-ci, avant d'accomplir cette action, se contenta de prendre le poignet de la jeune mage.

Réaction typique de cette femme tout à fait réticente aux contacts physiques quels qu'ils soient, elle se crispa directement et afficha une expression de surprise, tentant de se ressaisir du mieux qu'elle pouvait pour ne pas paraître troublée. Après tout, elle avait toujours gardé certaines distances avec les autres, sans jamais s'approcher et après ce qui s'était passé la veille et ce matin avec Tristan, elle ne pouvait être que sur ses gardes.

Ce n'était pas qu'elle était sauvage loin de là, juste que pour une certaine raison, la jeune mage n'appréciait pas vraiment qu'on la touchait sans qu'elle ne s'y attende. Tristan était d'ailleurs un professionnel dans les surprises de ce genre mais il semblerait que ce soit aussi le cas de Stieg, bien que les intentions n'étaient certainement pas les mêmes.

*Et bien... ça commence bien ! Après tout, je devrais voir ça comme une poignée de main, rien de plus*

Sourire tendu et crispé de la part de la jeune femme, elle n'était pas au bout de ses surprises. A vrai dire, c'était bien la première fois qu'elle croisait un Drakkari qui ne réagissait pas comme les autres. Après tout on ne savait pas grand chose de ce peuple et des anciens qui transmettaient leurs coutumes et traditions. Les Drakkaris restant toujours avec le parent humain, ils sont élevés de cette manière.

Sauf que Stieg, dans sa manière de faire, semblait différent des autres Drakkaris. En particulier de Tristan qu'elle connaissait bien, qui ne se confondait pas dans ce genre de détails. Il déclara achever le rite et les yeux de la directrice s'ouvrirent un peu plus de surprise, ne comprenant pas vraiment ce qu'elle avait l'intention de faire. C'est à ce moment qu'elle se rendit compte qu'elle avait encore énormément de chose à apprendre.

Elle ouvrit la bouche pour parler mais Stieg prit la parole d'une voix cérémonieuse et emplie de respect. Troublée et sans s'y attendre vraiment, elle se laissa faire bien que l'envie de faire un bon gros écart était tentante. Sauf que Cassidy secoua lentement la tête, prenant sur elle et évitant de paraître trop gênée alors qu'il posa sa petite main sur son visage.

*Caaaalme toi ! Fais pas la gamine Cassy ! Ca doit être une coutume chez eux.*

Le fait que Tristan soit à côté rendant les choses encore plus délicates. Pour sa défense... elle n'était pas très à l'aise mais faisait preuve de suffisamment de politesse pour se contenir. Sauf que Stieg en parlant ne s'arrêta pas là, posa la main de la jeune femme sur son torse pour effacer la peinture blanche.

Si Cassidy avait réussi à se contenir jusqu'au présent, son visage passa au rouge vif puis au violet. Hem... toucher le torse d'un homme c'était pas dans ses habitudes après tout. La journée commençait merveilleusement bien ! Les petits oiseaux chantaient, le vent soufflait, et un Drakkari avait conclu un rite avec elle. Et ben...

Elle évita de jeter un regard à Tristan, parce que d'un, elle n'était pas très et l'aise et de deux, elle lui faisait encore un peu la tête à cause de ce matin. Se mordillant simplement la lèvre inférieure, cherchant à garder une certaine contenance et inspirant très discrètement pour chasser ses émotions. Drôle de directrice ! Elle allait passé pour une jeune adolescente là, pas comme une adulte responsable. Mais personne ne lui avait dit qu'elle aurait droit à ça.

Pourtant, Cassidy se contenta de regarder Stieg, ne détournant pas le regard. Ca non plus ce n'était sûrement pas très respectueux des coutumes des Drakkaris de regarder ailleurs pendant ce genre de chose, c'est ce qu'elle déduisit. Mais Stieg faisait tellement sérieux et impressionnant, qu'il était facile de troubler la petite directrice.

Et bien... parfois ça lui manquait la route de l'aventure. Au moins là elle pouvait se tenir à grande distance sans se laisser approcher. Sa technique était de faire un salut poli en s'inclinant, ce qui évitait tout contact physique.

Cependant, lorsque Stieg eut terminé, elle déglutit rapidement puis se calma petit à petit en hochant doucement la tête. Elle reprenait sa respiration car pendant presque tout le rite elle s'était retrouvée en apnée, à cause de son malaise. Ramenant une de ces mèches de cheveux dorés derrière son oreille, la directrice se contenta de faire un sourire un peu gêné à cet homme de grande taille.

Mais Stieg semblait avoir encore une autre idée derrière la tête. Non seulement il préférait découvrir l'Académie tout seul, ça elle n'était pas contre mais il lui conseilla aussi de partir d'ici et de l'attendre du côté de sa chambre et qu'il se repérerait à son parfum. De plus, il enfila des gantelets blindés et sa voix était remplie d'une grande assurance et confiance.

Pourtant, la jeune femme n'avait pas vraiment l'intention de bouger au départ et hésita, fronçant les sourcils. C'était quand même une tête de mule et elle ne voulait pas laisser deux Drakkaris faire du grabuge à l'entrée de l'académie. De plus... si les choses tournaient mal, elle pouvait toujours utiliser le tatouage de contrôle sur Tristan pour éviter que ça dégénère. Elle se rappelait quand elle avait osé défié Tristan pour rire la dernière fois, un jour après son arrivée, le Drakkari était devenu très froid, sombre. Cela l'inquiétait quand même.

Elle examina les deux Drakkaris. Avec elle à côté peut être que Tristan se sentirait un peu gêné par sa présence. Cependant, Cassidy aurait bien voulu prévenir Stieg sur le caractère un peu spécial du jeune guerrier mais celui semblait vouloir juger par lui même.

"Les appartements sont au deuxième étage, je vous indiquerais la porte qui vous correspond. Et à propos de ce que vous comptez faire... je vous conseille plutôt d'aller faire ça sur le terrain d'entraînement ou dans les alentours du lac, ça sera plus pratique."

Cassidy jeta un coup d'oeil à Tristan, ne sachant pas quelle expression adopter. Elle allait s'éloigner pour l'instant mais n'irait peut être pas si loin que ça. Peut être utiliserait-elle un sort de camouflage ou d'invisibilité pour pouvoir les observer tranquillement. Bien qu'elle pensait que Stieg la détecterait au parfum, c'était même fort évident ! Non mauvaise idée de se tapir dans l'ombre.

"Cependant, je vais rester dehors pour l'instant m'occuper d'une tache mais je ne serais pas loin. Bien que je sais que vous n'avez pas besoin de moi. A plus tard"

Sur ces dernières paroles, la jeune femme tourna les talons et s'éloigna en direction des écuries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Dim 26 Aoû - 22:46

Bon, c’est vrai il n’était pas de très bonne humeur. De toute façon, même quand il était de bonne humeur généralement, il finissait par faire des bêtises alors ce n’était sans doute pas une référence.
Mais pour sa défense, là, il avait tout de même une très bonne raison de ne pas chantonner et sautiller sur place comme un gai luron.
Pour commencer, eh bien il y avait eu ce matin. Un matin fort désagréable, même si techniquement on était encore le matin. C’est juste… Qu’elle avait quand même été franchement cruelle avec lui la petite directrice, vraiment injuste. Pour une fois qu’il faisait quelque chose de bien, la récompense n’était pas des plus agréables. Autant être méchant, ça paie mieux.

Enfin bref… Déjà il y avait ça. Ensuite, lui qui sortait juste histoire de se défouler, de penser à autre chose, se retrouvait confronté à… ça !!! CA ? C’était Stieg. Qu’il n’y voit pas une quelconque offense, quoique sans doute en restait-il un arrière-goût.
Tristan n’avait que peu côtoyé de camarades Drakkaris et il appréciait bien moins encore de se retrouver confronté à un aîné. Non pas qu’il soit contre l’apprentissage, l’échange entre deux frères d’une même nation, mais… quelque chose le gênait. Ce fichu truc dans leurs gènes. Celui qui forçait… enfin incitait les aînés à se soucier de leurs confrères cadets comme s’ils étaient de la même famille ou se connaissaient depuis fort longtemps. Enfin ça c’était l’explication du point de vue humain. Dans une relation humain, c’est certainement à ceci que cela s’apparenterait… une famille. Presque de sang, certainement d’espèce.

Mais si les aînés se souciaient de leurs cadets, les cadets eux à plus ou moins grande échelle appréciaient énormément leurs frères plus âgés, leur vouaient souvent un grand respect et de l’admiration. Bien sûr, cela variait totalement d’un Drakkari à un autre et fort heureusement, si ce caractère persistait dans leurs gènes, c’était bien parce qu’il y avait peu, voire pas du tout, d’abus dans un sens ou dans l’autre.
Oui mais voilà… c’était un truc imposé. Et Tristan n’aimait pas du tout… qu’on lui impose quelque chose.

S’il était tout de même beaucoup moins buté que ses camarades et acceptait les règles qui lui plaisaient (parfois acceptant même des plus contraignantes alors qu’un refus catégorique aurait été imposé à d’autres entraînant peu ou pas de sacrifices, le tout rien que pour embêter son monde… ou pour s’amuser plutôt), il y avait des choses qu’il n’appréciait pas. Et ne pas avoir réellement de libre-arbitre… oh eh bien ça ne lui plaisait pas du tout.
Alors il préférait et de loin rester buté ou se renfrogner. Et c’est ce qu’il faisait, avec brio et surtout un froncement de sourcil suivi d’un regard tueur caractéristique.
C’est vrai quoi ?!!! Qu’est ce qu’il venait faire là cet emplumé hein ?!

Toute légende possède un fond de vérité. Descendaient-ils des dragons ? Peut-être. Après tout, leur instinct de survie, animal était très développé. Et là… le jeune guerrier le vivait comme un adversaire se présentant sur son territoire et ce même s’il était « prisonnier » de l’Académie.
Qui plus est, Stieg avait tout de même l’air de sacrément s’y connaître au sujet des Drakkaris, sa façon d’agir… Son nom sonnait comme un nordique et il n’avait aucun mal à le croire, le sien sonnant un peu moins… guttural pour sa part.
Non, ce n’était pas que ça. Il devait en savoir bien plus sur leur espèce que le jeune Konogan.
Comme quoi se mêler aux siens aurait peut-être été une bonne chose.

La preuve qu’ils étaient différents ? Outre les manières extrêmement courtoises du nouvel arrivant, il n’avait quand même pas le même « look » que Tristan. Enfin sauf si on comptait le fait qu’ils étaient tous les deux torses nus bien sûr. A part ça…
En tous les cas, le guerrier resta immobile, écoutant, même s’il bouillait intérieurement. Non mais sérieux, c’était quoi cette façon d’agir hein ?! En plus Cassidy acceptait qu’il débarque comme ça dans l’Académie et devienne professeur, elle qui pouvait être très méfiante vis-à-vis de la sécurité de ses élèves !!! Il grinça des dents et fit un pas en avant lorsque Stieg s’empara de la main de la jeune femme pour accomplir… des trucs franchement bizarres.

Lui-même ne les connaissaient que très peu, en ayant juste entendu parler de manière très basique. Il fronça un peu plus les sourcils. C’était pas une parade amoureuse qu’il lui faisait là quand même ! Parce que d’accord la petite demoiselle pouvait être très mignonne, tout à fait charmante et attirante, mais ce n’était quand même pas une raison pour tomber immédiatement sous son charme, si ? En plus c’était un sacré gaillard en face. Et bien foutu qui plus est, gromph… Réellement un rival. Qui serait le roi de cette savane ? Bonne question.

Stieg continua ses gestes étranges à la grande surprise des deux autres protagonistes et encore plus de la jeune mage qui semblait sur le point de défaillir. Hum… l’aurait ptêt fallu lui dire qu’elle craignait les contacts et agissait étrangement face à ceux-ci. Si Tristan s’attendait à ce que son confrère déclenche les défenses magiques de la demoiselle qui l’enverraient valser au loin, il fut fortement déçu.
Dis donc ! Elle tenait bien mieux la route qu’il aurait cru, ce n’était franchement pas drôle là ! Il serra un peu plus les poings, se renfrognant.

Mais le pire était à venir. Alors qu’il restait silencieux, désapprouvant pas mal le fait d’être ignoré, lorsque Stieg refusa poliment l’offre de Cassidy en prétextant qu’il avait à faire également et qu’il se tourna vers lui, une lueur sauvage brilla dans ses yeux. Il parla alors de cette étrange façon. Oui, cette voix qui semblait venir du fond des âges et qui pouvait être aussi attirante que terrifiante pour le commun des mortels. Et à laquelle la directrice ne semblait pas piper mot d’ailleurs, tant mieux… oh oui… c’était beaucoup mieux ainsi.

Le Drakkari avait enfilé ses espèces de gantelets et Tristan grimaça, s’il avait eu son épée, il se serait quand même senti plus à l’aise. Alors comme ça le nouveau lui proposait un combat. Vu l’envie furieuse qu’il avait de lui sauter à la gorge et de lui refaire le portrait, c’était plutôt… intéressant comme idée. D’ailleurs pourquoi avait-il tellement envie de se battre ? Bien sûr, ils étaient deux « mâles » dominants sur le même territoire et ça faisait des étincelles, quoi de plus normal, surtout vu le manque de respect du jeune pour son aîné. Mais plus encore, il y avait la petite mage coincée entre eux. Que l’espèce d’emplumé s’était amusé à mettre mal à l’aise et à tripoter… Or, il n’y avait QUE LUI qui en avait le DROIT !!!! La mettre dans tous ses états, la troubler, la surprendre c’était son truc !!! A personne d’autre ! Et il n’aimait pas qu’on marche sur ses plates bandes.

Il ne répondit pas, se contentant d’un hochement de tête, ne détournant pas le moins du monde le regard. Au contraire, pas du tout gêné lui, soutenait et même défiait le Drakkari en face de lui. Il comprenait parfaitement ce que son camarade lui disait. Mais tout comme sa force titanesque, il n’était pas toujours en mesure d’utiliser cette… voix. S’il comprenait toujours, répondre de même n’était pas aussi aisé. Même si dans les deux cas, ses « pouvoirs » étaient amplifiés, leur apparition favorisée par la présence d’un camarade.

Cassidy quant à elle, semblant comprendre ce qu’ils avaient en tête leur demanda d’aller plutôt sur le terrain d’entraînement ou près du lac… en précisant qu’elle ne serait pas trop loin. Il grimaça légèrement. Ca il l’aurait parié. C’était tout à fait prévisible venant d’elle en fait. Elle ne pouvait pas décemment s’éloigner sans savoir ce qui allait se passer. Et elle avait sans doute bien raison.

En effet, dès l’évocation du combat, les traits du plus jeunes des fils dragons s’étaient considérablement durcis. Oui… comme lorsqu’elle l’avait défié. Pour lui, le combat était une affaire des plus sérieuses. Il le prenait d’ailleurs beaucoup trop au sérieux parfois. Difficile à croire venant du garçon qui aimait tant se « battre pour rire ». Son regard froid toujours ancré dans celui de son congénère, il lui indiqua d’un mouvement de tête l’endroit vers lequel ils devaient aller… et enfin, fut le premier à détourner les yeux, mais ce fut pour fixer Cassidy.

Il se planta sans préambule devant elle, ne faisant pas attention à vrai dire si Stieg s’était mis en route ou s’il l’attendait, peu importait. Il la fixa durement, de la même façon qu’au matin lorsqu’il s’était totalement refermé sur lui-même. Sa voix était dénuée de tout amusement cette fois et pas un millimètre de sourire n’étirait ses lèvres. Pourtant ce qu’il avait à dire, n’était pas méchant.

- Ne t’approche pas trop…


Une légère inquiétude brilla une seconde dans ses yeux mais elle disparut tout aussi rapidement que si elle n’avait jamais existé et il tourna les talons pour se diriger vers le terrain d’entraînement.
Sauf qu’il s’arrêta au bout de quelques mètres, un sourire mauvais au visage.

- Ca devrait être plus marrant cette fois… Eyh le vieux ! Te retiens pas pour moi !


En disant ça, il sourit narquoisement à Stieg et tenta de le frapper au visage, mais sans grande conviction, plutôt comme un léger test. Après tout, quand on frappait trop fort, les humains ça se cassait en deux. Il espérait que ce ne soit pas le cas de ce… camarade. Enfin un truc marrant qui bouge et résistant sur lequel taper. Cool non ? Le terrain y survivrait-il ? Euh… pas sûr…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stieg Blodtørst
Professeur Combat Mains Nues/ Art de la Guerre / Combat sans Armure
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 11/08/2012

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume: Frihold
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   Lun 27 Aoû - 11:53

De la connaissance de Stieg, la voix faisait toujours cet effet au fils dragons. On pouvait lire la colère et la soif de vengeance de Tristan dans ses yeux, mais rien n'avait pu mieux le motiver à combattre qu'une proposition en bonne et due forme, selon la culture Drakkari. Par contre, malgré la... "Bonne volonté" de Tristan vis-à-vis de ce petit duel amical, quelque chose faisait tiquer Stieg: Tristan n'avait à aucun moment utilisé la langue Draconique. Il était pourtant d'usage de répondre à sa requète dans le même langage. Tristan avait-il eu conscience de cet oubli? Avait-ce été volontaire? Si oui, était-ce une sorte d'insulte? Si c'est le cas, Tristan devait bien mal connaître l'esprit Drakkari: on n'insulte pas un frère. D'ailleurs, c'est à peine si les insultes existent en Drakkari, ceux-ci étant tellement francs qu'ils ne voient pas l'utilité d'un mot agressif envers un frère. Et puis, quitte à se battre, autant le faire carrément, il suffit de le proposer: un Drakkari ne refuse jamais un duel de toute façon. Les insultes deviennent donc totalement caduques.

Mais du coup, Tristan aurait voulu insulter Stieg volontairement? C'est encore plus stupide que ça en à l'air. Maintenant qu'il y réfléchissait, Stieg n'avait pas pensé à une chose: Certes, la plupart du temps, quand un Drakkari respecte les traditions, son confrère ressent immédiatement le besoin de les respecter aussi. Mais ceci est motivé par le respect qu'ils se vouent mutuellement, voire l'admiration dans le cas d'une relation aîné - cadet... Sauf si le jeune rejette en bloc la culture. C'est un peu décevant en y repensant, mais c'est loin d'être rare. En effet, vu que les Drakkaris ont un caractère bien trempé, il n'est pas rare que celui-ci entre en contradiction avec leur culture. De toute façon ça ne change rien, Tristan sera bien forcé d'apprendre: Stieg n'est pas le genre d'aîné à qui une jeune tête brûlée survit.

Il secoua légérèment la tête en se tirant de ses pensées pour entendre Tristan déclarer:

- Ca devrait être plus marrant cette fois… Eyh le vieux ! Te retiens pas pour moi !

- Marrant? Jeune homme, tu n'as pas idée à quel point cela va l'être.

Oui, Stieg avait un sens de l'humour très particulier, Tristan allait l'apprendre à ses dépends la minute suivante.

Le coup de poing avait trois caractéristiques qui décevaient Stieg: D'une, il le reçut au visage, de deux, il manquait de volonté, et de trois Tristan se battait à main nues. Vu l'articulation de ses poignets, il n'avait sans doute pas l'habitude de se battre sans armes. Peut-être un épéiste ou un manieur de fouet: la main subissait le choc contre la mâchoire de Stieg au lieu de l'absorber, mais le poignet se distordait souplement. Le jeune Drakkari avait sans doute besoin d'une indication sur la teneur en violence du duel, parce que le gonflement de ses biceps indiquait nettement qu'il pouvait envoyer beaucoup plus de punch que ce coup de poing de quarantenaire humain sous-alimenté.

Sans mot dire, il laissa Tristan continuer sa marche, ils n'étaient pas arrivés au terrain mais l'envie de Stieg à voir le jeune se battre était trop tentante. Arrivant près du Lac des Reflets Mystiques, sur le chemin vers le Terrain d'Entraînement, il dégrafa ses Canons d'Avant-Bras et les laissant tomber dans l'herbe fraîche: pas la peine de le blesser s'il est sans armes.

La suite dans Faire connaissance façon Drakkari.

_________________
Pourchasser les Dragons Corrompus n'a pas été la plus grande difficulté.
Il ne s'agissait que de courir, rattraper, trouver et tuer.
Non, faire respecter le voeu de mon père l'est.
A vous, je dois tout enseigner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin d'un sentier, le début d'un nouveau [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Sentier Argenté [Lumy retrace son passé]
» Sur le sentier.. [Libre]
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Le chateau Beauclair
» Spiruline !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: [Territoire Neutre] Académie Hysandra :: Extérieur :: Terrain d'Arrivée-
Sauter vers: