AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un gala pour apprendre à mieux se connaître.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 16 Sep - 13:04

(Suite de : Départ pour un voyage dangereux)

Elle était complètement troublée, encore sous le choc de la révélation. C’est vrai ce qu’il racontait ? Alors pourquoi semblait-il être horrifié ? Craintif ? Comme si il avait peur de la réponse qu’elle lui donnerait ? Peut être qu’il craignait que la jeune femme ne l’aime pas vraiment au fond et qu’il se sentait complètement ridicule face à cet aveu.

C’est vrai que Cassidy n’avait pas connu Tristan dans sa période adolescente, là où il avait appris ces nouveaux sentiments. Mais il lui avait bien dit qu’il n’avait pas de cœur à un moment, ce qui n’était pas vrai comme il était revenu sur ses propres mots. Elle ne savait pas si il avait vraiment aimé une autre femme avant elle ou qu’il ne faisait que profiter de la situation. Mais sa façon de le dire, son hésitation, sa difficulté à sortir les mots… c’était maladroit et pas vraiment voulu.

Alors la jeune femme fut touchée au plus profond de son cœur, et que ses yeux s’illuminèrent en le regardant pendant qu’elle approchait doucement son visage du sien. Si il y avait bien une chose qui pouvait calmer tous ses doutes à lui et à elle c’était bien un baiser, Cassidy le savait. Et ce baiser fut donné avec tellement de passion et de profondeur qu’il était impossible de se tromper à ce sujet. Quand on est avec une personne que l’on apprécie, les choses vont tout de suite un peu plus vite.

Elle lui parla à son tour, faisant sa propre confession. Même si elle avait tenté de l’oublier, de le détester, tout la ramenait à lui, comme à chaque fois qu’elle se rappelait de ce qu’elle ressentait vraiment, sans se mentir à elle-même. Sa voix était lente mais tellement assurée en même temps alors qu’elle confirma sa déclaration par un nouveau baiser.

Comme si elle voulait qu’il n’appartienne qu’à elle et uniquement à elle. C’est que Cassidy n’était pas partageuse du tout ! Du moins quand il s’agissait d’un certain Drakkari en question. Bien sûr elle avait remarqué son rougissement, ce qui la conforta dans sa réflexion que ses paroles n’étaient pas dites en l’air uniquement.

Le sourire qu’il lui fit après, faisant disparaître toute trace de peur ou de tristesse, fut le plus beau sourire qu’il put lui offrir auquel Cassidy répondit avec la même conviction. Si elle pouvait graver ce souvenir dans sa mémoire, elle ne se gênerait pas.

Ce fut ensuite un feu d’artifice entre les deux jeunes qui apprenaient à se découvrir, ou plutôt se découvrir, plutôt soulagés d’avoir exprimé cette pensée que tous les deux avaient garder en secret jusqu’au aujourd’hui. Et Cassidy souriait, se laissant faire, même si le frôlement de leurs deux corps très peu couverts lui tirait des frissons pas vraiment désagréables. Ouarf ! Elle qui était tout à fait contre ça au départ, se laissait plutôt bien faire ! En même temps elle n’avait pas eu le choix.

Même si elle était peinée de l’état de sa nuisette. Il faudrait qu’elle s’en rachète une… En fait, elle s’y était attachée à ce morceau de tissu que Tristan appréciait. Mais bon, elle y penserait plus tard, alors qu’elle feignait l’ennui le plus total de se rendre à ce gala qui semblait beaucoup moins intéressant que de profiter de Tristan… maintenant qu’ils s’étaient un peu plus ouverts.

Sauf que le garçon se contenta de la prendre dans ses bras tout en se rapprochant d’elle et se laissant glisser dans son cou. Ce qu’elle aimait quand il faisait ça… Le sentir tout près d’elle alors qu’il riait, apparemment heureux par ce qui leur arrivait et qu’il l’embrassait de nouveau, lui faisant tourner la tête, lui donnant des vertiges mais très agréable alors qu’elle se laissait faire tout en caressant son dos de ses mains.

La jeune femme se mit à sourire alors qu’il se mit sur le côté. Bah quoi ? C’était drôle ce qu’elle disait ? Il appuyait son front contre le sien et la demoiselle se mit à rougir alors qu’il reprit un air beaucoup plus sérieux avant de se montrer raisonnable, ce qui surprit Cassidy qui ouvrit légèrement la bouche. Et bien ! Il allait pleuvoir des grenouilles.

Il l’embrassa une nouvelle fois alors qu’ils étaient tous les deux essoufflés et Cassidy se mit à rire doucement, donnant une pichenette sur le nez à Tristan, le sourire taquin, tout en rougissant une nouvelle fois.

« Dis donc… J’ai l’impression que c’est toi qui devient plus sérieux et moi le contraire… Mais tu as raison… même si là j’ai royalement envie de faire autre chose plutôt que d’aller à un de ces galas barbants avec tout ce monde… malgré le fait que je dois parler de l’académie… »

Elle lui tira doucement la langue, puis lui caressa en douceur sa joue.

« Quant à rester en vie… je vais m’y appliquer… Je suis curieuse de voir ce que ça va donner… me faire tourner la tête...»

La mage l’embrassa à nouveau, une nouvelle fois, malgré les frissons du à leur étreinte, leurs caresses. Elle se sentait tellement bien… même si c’est avec regret qu’elle se détacha de lui. Mais bon… ils avaient encore tout le temps pour profiter l’un de l’autre. Elle sourit doucement et caressa ses cheveux. Il lui faisait de l’effet ce Drakkari.

« Bon ben… faut se préparer alors… »

Elle sortit de la tente suivie de Tristan tout en tenant son petit sac et fouillant pour y prendre quelque chose. La jeune femme lui lança une brioche qu’elle avait prit la veille à la taverne et… un biscuit au chocolat. En fait elle avait utilisé un sort pour aider la conservation, ce qui était une bonne idée. Avant de prendre un de ses biscuits qu’elle mit dans sa propre bouche tout en tendant son bâton en avant et traçant un geste pour faire revenir la nature à la normale.

La jeune femme croqua et mâchonna son biscuit avant de mettre sa couverture et coussin dans son sac à nouveau, tout en se tournant vers Tristan.

« Hum… tu pourrais t’occuper de disperser les restes du feu ? Et ces… copeaux de bois aussi ? »

Puis, le temps que Tristan s’affairait, la jeune femme sortit sa robe bleue ciel de son sac pour l’enfiler rapidement et s’épousseter, se passant un léger coup de brosse dans les cheveux pour enlever les restes de poussière. Heureusement qu’ils avaient eu le temps de sécher de la rivière.

Enfin, elle sortit un miroir de son sac et fronça les sourcils en s’examinant avec précaution. Avant de tracer un symbole sur le miroir en murmurant un mot tout en pointant les endroits où les blessures apparaissaient. D’un coup de magie, les traces disparurent comme si elle n’avait rien du tout. Cassidy sourit tout en se tournant vers Tristan et rangeant son miroir.

Le Drakkari semblait surprit et la jeune femme lui caressa doucement la main tout en lui souriant.

« Un sortilège d’illusion. Ca ne durera pas éternellement mais au moins on ne verra pas les affreuses blessures de mon visage… le temps que ça guérisse. Enfin il faudra que je recommence le sort ce soir avant le gala… »

Nouveau sourire sur le visage de la jeune femme qui semblait être sur son petit nuage. Elle voulut s’occuper de son cheval mais Tristan fut plus rapide, refusant qu’elle s’en occupe, elle qui était blessée. La jeune femme le laissa faire et se contenta de mettre sa cape et d’attacher son bâton en bandoulière.

Puis Tristan l’aida à monter avant de faire de même. Le visage de la jeune femme devint plus sérieux tout en attrapant les rennes et se plaçant à la même hauteur que Tristan qui en avait fait de même.

« On aura peut être pas autant l’occasion de parler librement de retour à la civilisation… Je vais t’informer un peu sur ce gala. Il s’agit d’un rassemblement de personnes hauts placé de plusieurs villes des alentours, permettant de parler des dernières nouvelles, actualités et se retrouver dans ambiance… un peu moins formelle »

Elle soupira tout en rejetant ses cheveux blonds en arrière, apparemment pas très à l’aise par ce genre d’évènement… même si elle semblait toute assurée dès qu’elle se retrouvait en public. Une façade…

« Personne n’est armé, mon bâton devra rester à l’auberge, tout comme l’épée que tu as récupéré. Oui on va devoir dormir à l’auberge. La soirée se terminant assez tard, on ne pourra pas chevaucher de nuit. De plus les chevaux seront épuisés… »

Aucune expression de gêne ne passa sur son visage lorsqu’elle aborda ce sujet. En revanche, elle semblait un peu plus sérieuse juste après, pesant bien ces mots.

« Je ne sais pas si tu as déjà été à ce genre d’évènement mais… même si on doit présenter l’Académie et faire un petit bilan… il va quand même falloir qu’on reste prudent… On ne dirait pas comme ça mais parfois il y a des personnes malintentionnées. Je ne dis pas que ça sera le cas mais autant être méfiant dès le départ… »

Elle lui tira la langue puis prit un air un peu plus taquin.

« Bien que je vais regretter de ne pas avoir mon bâton pour te rappeler à l’ordre si tu te perds dans le décolleté de ces… demoiselles »

Jalousie ? Oui toujours ! La jeune femme inspira un grand coup tout en souriant à Tristan.

« On y va ! »

Elle donna une légère pression sur les flancs de son cheval et démarra au quart de tour, suivie par Tristan. Ils n’eurent pas trop le temps de parler, même si Cassidy s’arrêtait de temps à autre pour faire brouter et boire leurs montures à des ruisseaux. Et là, on voyait bien qu’elle était beaucoup plus joyeuse, ravie et souriante, taquinant Tristan de temps en temps.

Le trajet se déroula rapidement et ils s’arrêtèrent pour manger à une petite taverne. Sauf que lorsqu’ils arrivèrent à cette taverne et que la jeune femme attacha son cheval, elle attrapa la main de Tristan pour rentrer dans la taverne, se l’appropriant mais aussi pour faire détourner les regards des hommes qui fixaient la petite demoiselle calme et souriante… tenant la main d’un Drakkari ! Non elle n’avait pas honte, ni crainte, ni jeu. Au moins cela suffisait à décourager ceux qui avaient des idées déplacées. Voir un grand Drakkari imposant, surtout que la demoiselle semblait être très familière avec lui, ça refroidit les pensées les plus chaudes.

Ils mangèrent alors que la jeune femme semblait avoir retrouvé son appétit, attrapant un bon morceau de bœuf accompagné de patates et de légumes qu’elle mangea avec entrain, ressemblant à un hamster sur le coup et déglutissant rapidement à certains moments, rougissant et légèrement troublée.

Les deux jeunes gens reprirent leur route sans encombre et le soleil commençait à décliner lorsqu’ils arrivèrent à une ville assez imposante, sécurisée et qui semblait animée. La jeune femme demanda à Tristan de la suivre et ils déposèrent les chevaux dans l’étable de l’auberge avant qu’elle ne s’engouffre par la porte, toujours suivie par son compagnon.

Elle se présenta au comptoir où se trouvait un homme bedonnant et au front dégarni, essuyant un de ses verres avant de s’arrêter dans sa tâche tout en fixant la jeune femme qui lui donna un beau sourire.

« Bonsoir, j’aimerais passer une nuit dans votre auberge. Pourrais-je avoir une chambre pour deux personnes s’il vous plaît ? »

Sortant sa bourse, la demoiselle fit rouler quelques pièces sur le comptoir avant que l’aubergiste les examine avec attention.

- Une chambre pour deux vous m’avez dit ?

« Oui oui c’est bien ça… »

Que trafiquait encore la demoiselle ? Tristan n’allait pas encore avoir des idées un peu particulières ? Oh à vrai dire Cassidy s’y attendait mais elle avait une bonne raison de choisir une chambre pour qu’ils soient ensemble, avec la possibilité de se surveiller l’un et l’autre, sans craindre pour la sécurité.

- Troisième porte sur la gauche à l’étage

Il lui tendit une clé et la jeune femme le remercia chaleureusement avant de s’y rendre avec Tristan. C’était une petite chambre toute simple, avec un grand lit deux places, le mobilier suffisant pour un petit séjour et une salle d’eau.

Cassidy se tourna vers Tristan tout en lui souriant.

« Je vais me changer… Pour tes affaires personnelles, tu n’as qu’à déposer le tout dans l’armoire, je m’occuperais de la sceller avant que l’on sorte d’ici »

Puis elle déposa un tendre baiser sur ses lèvres avant de se diriger vers la salle d’eau pour faire sa toilette. La jeune femme se surpassa pour cette soirée. Pas qu’elle comptait séduire qui que ce soit non… elle voulait juste être… bien aux yeux de Tristan.

Sortant une robe couleur mauve et vaporeuse de son sac assez courte et qui lui laissait un dos nu ainsi qu’un beau décolleté mais pas vulgaire à l’avant. Elle se coiffa doucement tout en relevant ses cheveux et les fixant avec une pince, ce qui eut pour effet de les faire maintenir en hauteur tout en les faisant retomber élégamment mais tout en prenant le soin de laisser deux grandes mèches blondes encadrer son petit visage fin.

Elle utilisa de nouveau son sort dans le miroir puis se maquilla très légèrement, une sorte de couleur dorée sur ses paupières qui faisait ressortir la couleur de ses yeux, un peu de noir juste en dessous pour souligner le regard, juste un peu. Et encore ! Elle s’était entraînée de longues heures à l’académie, car au début ça faisait plus un effet Panda que Princesse.

Cassidy tira la langue, satisfaite d’elle, avant de chercher à mettre les lacets de sa robe tout en grommelant à cause de la difficulté. Elle recula… jusqu’à se retrouver dans la pièce principale où Tristan se trouvait.

« Tu peux m’aider ? J’y arrive vraiment pas avec cette robe ! »

Passé l’instant de surprise et de rougissement et après avoir échangé quelques paroles, c’est une Cassidy radieuse qui soupira avec regret en posant son bâton dans le placard avec le reste de ses affaires tout en scellant et renforçant la porte. C’est qu’elle n’aimait pas se séparer de son bâton.

Enfin elle demanda à Tristan de le suivre et après un moment de marche, ils arrivèrent à une belle structure qui ressemblait à une salle à l’architecture impressionnante et surtout illuminée. Ils passèrent devant les gardes qui, reconnaissant la demoiselle, la saluèrent tout en s’inclinant respectueusement devant elle et son compagnon.

Ils entrèrent dans cette salle joliment décorée et plutôt riche, des lustres accrochés au plafond, un grand tapis rouge menant à un escalier, du sol marbré et beige. Il y avait énormément de monde, beaucoup de personnes élégamment vêtues, un buffet où des serveurs s’affairaient ainsi qu’une petite troupe qui se produisait sur une estrade contre un mur. Certaines fenêtres étaient aussi des portes, donnant aussi sur l’extérieur du côté d’un jardin magnifique où des lucioles se posaient dans les buissons.

« Wha… je m’attendais pas à autant de monde » chuchota-t-elle à l’attention de Tristan.


Dernière édition par Cassidy Herediane le Dim 21 Oct - 8:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 16 Sep - 18:56

C’était…plutôt pas mal non ?
Ils se souriaient et s’embrassaient. Tristan se sentait bien et rassuré. Il lui avait dit qu’il l’aimait et le monde n’avait pas explosé, il n’avait pas cessé de tourner. Non, tout allait bien… rien n’était arrivé si ce n’est cette véritable impression de libération suite à son aveu. Surtout qu’elle y avait répondu assez positivement. N’ayant jamais été amoureux d’une « femme », seulement d’une petite fille il y a bien longtemps, il n’était pas plus préparé qu’elle aux sentiments qu’il ressentait.

Pourtant il menait toujours par l’expérience des contacts mais il faisait attention… Parce qu’il savait qu’elle, malgré leurs échanges, n’avait pas l’habitude et malgré son impatience il comptait prendre le temps nécessaire pour ne pas précipiter bêtement les choses entre eux. Surtout qu’elle était un peu blessée alors pour les idées déplacées ce serait pour plus tard… il ne pourrait que lui faire plus de mal autrement.

Moment magique ? Oui un peu même s’ils étaient sans doute aussi surpris l’un que l’autre de la tournure de la situation, ils en profitèrent, en toute innocence même si leurs tenues respectives n’étaient pas vraiment pour favoriser cette « innocence ».
Quand elle avait souri à ses paroles, il s’était senti drôle, intelligent, bien plus que d’ordinaire du moins et avait doucement secoué la tête avant de retourner l’embrasser. Ils parleraient plus tard.

Se lever avait été plus difficile qu’il ne l’aurait cru. Non pas que ses muscles un peu douloureux lui posent problème. Seulement, lui aussi aurait bien voulu avoir un peu plus de temps avec elle. Cassidy s’occupa de rendre à la nature sa forme originelle et lorsqu’elle lui demanda d’éteindre le feu, étant donné qu’il n’avait ni remis ses bottes… ni son pantalon, il jeta un coup d’œil aux braises restantes avant de les étouffer… en marchant dessus, s’amusant apparemment du crissement qui se faisait entendre, un sourire narquois au visage. Ah ben… pas un Drakkari pour rien hein !!!

Peu après, il renfila ses vêtements, les réajustant tranquillement, gardant un parfait équilibre alors qu’il mettait ses bottes. En voyant un bout de tissu bleu près de lui, il releva les yeux sachant déjà qui se trouvait à proximité et haussa un sourcil surpris. Cassidy n’avait plus…aucune blessure. Il ouvrit la bouche pris d’une joie sincère. Waaah !!! Il savait que les mages, malgré leurs talents ne pouvaient pas se soigner eux-mêmes mais peut-être comme elle le lui avait déjà dit, que ses sentiments influant sur sa magie l’avait aidée à se surpasser ?!!! Il fut un peu déçu de sa réponse mais resta tout de même admiratif. Il préférait quand ce visage ne portait aucune marque de coup.

D’ailleurs, un fin sourire au visage, il s’approcha tout près d’elle, la dépassant… euh… de loin et se penchant en avant prit son visage entre ses mains, l’observant un moment avant de déposer un léger baiser tout simple sur ses lèvres. Ah non, il n’essayait pas de recommencer leur petit jeu de tout à l’heure de « à qui embrasserait le mieux ». Non parce que sinon, la pointe de désir qui lui avait encore flambé les entrailles allait repartir de plus belle et il leur serait impossible de partir avant d’avoir échangé… hum… pas mal de baisers.

Il se contenta donc de celui-ci, se redressant vite en l’aidant pour son cheval et en courbant l’échine, croisant les mains pour lui faire une espèce d’échelle ou de support près du sol avant de l’aider à remonter d’une pression vers le haut, sur son pur-sang, une fois qu’il fut certain qu’elle se tenait bien à sa nuque pour ne pas basculer en arrière quand il se redresserait.
L’instant d’après, il montait sur son propre cheval et il reprenait la route, elle… de nouveau bavarde ce qui malgré tout avait un petit côté rassurant, lui silencieux, se contentant de la regarder, de l’écouter. Il se mit à rire à un moment.

- Moui, en gros c’est une réunion de coincés emmerdants qui n’ont rien de mieux à faire.


Commentaire tout à fait… digne de lui et qu’il souligna d’un clin d’œil complice. Eux avaient bien mieux à faire bien sûr…mais ça c’était un secret. Et puis c’était aussi ça façon de dire qu’elle pouvait être considérée auparavant comme une coincée emmerdante mais…plus vraiment maintenant.
Elle lui dit qu’ils ne pourraient pas être armés et il haussa les épaules, passant deux doigts affectueux sur le plat de la lame de l’épée qu’il avait récupérée et qui était attachée en travers de sa selle. Ce n’était pas qu’il la trouvait exceptionnelle, mais c’était comme elle et son bâton ou tout artefact magique, une épée… c’était le prolongement de son bras puisqu’il était un épéiste de talent, l’en priver était toujours douloureux, mais à force il avait l’habitude.
Elle l’informait aussi qu’ils dormiraient à l’auberge ce qui ne le gênait pas davantage en fait donc il se contenta d’un silence.

Elle ajouta autre chose qui lui fit légèrement froncer les sourcils. Des personnes mal intentionnées ? Rester prudent malgré l’évènement mondain dont il s’agissait ? Il s’approcha un peu plus d’elle alors qu’ils chevauchaient encore doucement et posa une main sur la sienne. Encore une fois il ne parlait pas mais son sourire disait clairement qu’il la protégerait quoi qu’il arrive. Ben… c’était un peu son rôle non… en tant que… petit ami ?

Ils partirent donc un peu plus vite, s’arrêtant de temps à autres. Il faisait un temps superbe et cela rendait leur humeur d’autant meilleure. Tristan se contentait généralement d’écouter Cassidy lui racontant un de ses voyages, ce qu’elle avait appris sur une ville ou une autre. Il remarqua que malgré ses blessures et une fatigue certaine elle se tenait toujours très droite sur sa selle, surveillait tout de même sa façon de parler et ses gestes. Intéressant… ce n’est pas parce qu’il s’était déclaré qu’elle le considérait comme totalement séduit. Sourire de sa part, il aimait la voir aussi vivante, joyeuse, tout simplement elle-même. Il savait que même en l’ayant très peu vue ces derniers temps, elle n’avait pas été ainsi depuis des semaines. Ca tombait plutôt bien, lui n’avait pas été aussi apaisé depuis le même laps de temps. Et même plus.

Quand ils firent une pause, aux alentours de treize heures, Tristan attacha tranquillement les chevaux et aida la jeune mage à descendre. Mais alors qu’il marchait en direction de la porte, il sentit une petite main se glisser dans la sienne et baissa aussitôt les yeux. Elle lui tenait la main ? Mais…pourquoi ? Elle n’avait pas peur ou honte de ce que pourraient penser les personnes présentes ? Hum… apparemment pas…
Il lui fit un sourire reconnaissant et bizarrement, quand les regards de nombreux hommes se tournèrent vers la jolie demoiselle, la tension dans l’herbe laissant entendre un sifflement admiratif non prononcé, il bomba d’autant plus le torse, fier et… peut-être un peu égoïste aussi.

Bah oui, c’est sûr que lorsqu’ils le voyaient, les potentiels prétendants se sentaient tout à coup hum… un peu réticents pour l’idée de la drague. Pour être refroidis, ils étaient refroidis. Et puis indéniablement se battre contre ce grand garçon qui chez les terriens aurait semblé tout droit sorti d’un magazine de chippendales ou de rugbyman un peu trop craquant, n’était pas la meilleure des idées qui soit. Ceci ne se ferait certainement pas sans risque après tout.
On les servit et ils mangèrent de bon appétit.
Pour sa part, le Drakkari s’arrêtait régulièrement. Il semblait porter une attention assez particulière à la jeune femme en face de lui. Non, il ne la couvait pas ou ne la surprotégeait pas mais la regarder semblait être son but ultime pour l’instant. Il souriait de la voir manger ainsi, avec appétit, plutôt drôle, amusante. C’est sûr que lui, même s’il venait à renverser une partie du contenu de son verre sur son visage, ce serait sexy alors forcément…

La route fut encore un peu longue mais se passa sans encombre. Quand ils arrivèrent enfin à des fortifications, une lueur de méfiance s’alluma dans les prunelles du garçon qui fixait les épais et haut remparts qui se dressaient à perte de vue autour de la ville. Après tout, il avait appris à se battre, à défendre mais encore et surtout à attaquer. Pourtant, un regard vers Cassidy qui le scrutait suffit à le détendre et il la suivit sans la moindre réticence.
Les chevaux laissés à l’écurie, ils entrèrent dans l’auberge et là… nouvelle surprise.

Cassidy… demandait une chambre pour deux. Tristan baissa aussitôt les yeux sur elle, surpris et déglutissant avec difficulté. Ben oui, il avait des idées dans la tête maintenant, mais ce n’était pas sa faute. D’ailleurs à voir la façon dont l’aubergiste passait de l’un à l’autre, finissant par un petit sourire appuyé qui avait quelque chose d’un peu pervers, lui aussi avait… la tête pleine d’images à cause des paroles de la jeune femme.
Mais ils ne s’éternisèrent pas et montèrent rapidement pour rejoindre la chambre indiquée.
Le jeune homme était occupé à la jauger du regard et surtout à fixer le lit avec une insistance étrange quand la demoiselle déclara qu’elle allait se préparer. Il hocha sagement la tête à ses paroles et déposa effectivement ses affaires après avoir pris de quoi se changer.

Pour sa part, il enfila un pantalon noir et une chemise blanche… qui était sans doute un peu trop transparente pour ne pas faire tourner les têtes sous son passage, à manches longues un peu bouffantes. Il s’était allongé sur le lit et les yeux fermés attendit que Cassidy se manifeste pour se redresser.
Apparemment… il avait tenté de se coiffer… le résultat ? Il ressemblait à un lion avec sa crinière rouge qui semblait faire le contraire de ce qu’il voulait. Mais ça lui allait plutôt bien, sa mâchoire paraissait plus carrée mais moins menaçante. Quand la jeune mage le rejoignit, son regard s’éclaira… ben… le petit baiser qu’elle lui avait donné l’avait un peu laissé sur sa faim en fait.

Il prit le temps de l’admirer et laissé échapper un léger sifflement admiratif, se relevant avec une lenteur calculé. Elle était ravissante… vraiment ravissante. Il s’approcha d’elle, la regardant avec un peu trop d’admiration et de désir pour que ce soit autre chose qu’un message disant qu’elle était radieuse. Mais ça c’était peut-être aussi à cause de l’avancée de leur relation. Sans un mot donc, il se glissa dans son dos et noua avec précaution les lacets. Une fois sa tâche accomplit, il se rapprocha d’elle et se pencha un peu, commençant à déposer des baisers dans sa nuque et sur ses épaules, effleurant son dos nu du bout des doigts.

- Hum… paraître aussi appétissante… est-ce vraiment une bonne idée princesse ? Parce que moi j’ai très faim tout à coup…

Petite allusion gentille comme tout et clairement honnête. Il continua de déposer de légers baisers dans son cou et ce fut avec un grognement frustré qu’il s’arrêta, soupirant comme s’il était condamné au bucher alors qu’elle lui soufflait entre deux frissonnements et sur un ton pas des plus convaincus, qu’ils devaient y aller.

- D’accord… D’accord…


Il sourit d’une manière peu rassurante.

- Je me vengerai plus tard…


Ce fut très galamment qu’il lui proposa son bras, avec un sérieux et un professionnalisme qu’il semblait s’amuser à dissimuler jusqu’alors. Bah quoi ? Puisqu’ils étaient là, autant faire les choses bien non ? Et puis… Pour elle c’était une soirée ennuyeuse non ? Il avait bien l’intention de la transformer en un bon moment. Mais sur le pas de la porte, après avoir refermée celle-ci, il s’arrêta. En réalité, il était sorti discrètement alors qu’elle était occupée à se préparer. Il la fit doucement se tourner vers lui.

- Attends…


Portant la main à l’arrière de sa ceinture, la limite entre sa chemise qu’il avait rentrée dans celle-ci et son pantalon, il fit apparaître… une rose, du même rose que la robe de la jeune femme qu’il avait aperçu quand elle l’avait prise. Il sourit et avec beaucoup de douceur encore une fois, l’accrocha dans ses cheveux, au niveau de la pince qu’elle avait mise. Il se recula, faisant couler son regard sur elle puis lui prit le menton dans une main et souffla quelques mots avant de l’embrasser.

- Maintenant tu es parfaite…

Pas un romantique le Tristan ? Qui avait dit ça ?

C’est donc la demoiselle à son bras qu’ils se rendirent sur le lieu du gala, une immense demeure illuminée de mille feux et aux moulures compliquées.
Effectivement, les gardes s’inclinèrent et Tristan se détendit rapidement après ce petit moment de crispation. On ne sait jamais après tout.
A l’intérieur, tout était somptueusement décoré et les discussions allaient bon train par petits groupes. Le jeune homme tourna la tête vers sa compagne quand elle exprima sa fascination pour le monde présent, il sourit aussitôt et posa doucement une main sur celle qui était sur son bras, rassurant.

Sauf qu’à peine avaient-ils franchi le seuil que des conversations cessaient et que les personnes présentes, les plus proches d’eux du moins, tournaient la tête, leur lançant un regard surpris et pour la plupart conquis. Il fallait bien l’avouer, ce jeune couple était éblouissant. Le grand Drakkari à la crinière rouge habillé aussi sobrement que ses cheveux le dénotait du reste des personnes présentes, la petite mage aux cheveux d’or, splendide dans sa robe mauve légère qui mettait son corps mince en valeur. Tous deux beaux comme des anges, la beauté de la jeunesse… et aussi la petite touche que l’amour y mettait avec entrain.
Un petit couple magnifique et assez hétéroclite… mais tout à fait remarquable.

D’ailleurs soudainement un homme d’une cinquantaine d’années les aborda. Il avait une bonne tête de moins que Tristan si ce n’est plus et d’ailleurs leva les yeux vers cette espèce d’immense garçon dont la taille était démesurée à ses yeux. Le visage rougi par sa petite course, il avait l’air un petit ridicule avec sa fraise blanche autour du cou et son ventre rebondi par les excès de bonne nourriture et d’absence de sport. Pourtant, il fixa très rapidement son regard sur Cassidy et surtout sur son corps hum… bien plus découvert que ce qu’il avait pu voir jusqu’alors et qui comme tout joli paquet cadeau donnait très envie de savoir ce qui se cachait dessous.
Un grand sourire au visage, il attrapa aussitôt la main de la jeune femme pour la secouer avec énergie. Tristan ne dit rien mais déjà, il avait analysé la situation et se tenait prêt.

- Dame Herediane !!! Quel plaisir ! Quel plaisir !!! Vous avez pu venir !!! Je commençais à me faire du souci ! Vous êtes diablement séduisante très chère ! Je viens tout juste de recevoir un message de la part de votre aubergiste, j’avais demandé à tous ceux de la ville de me prévenir en cas de votre arrivée. Stupidement, j’avais omis de préciser dans mon invitation qu’étant une invitée de choix, je serais votre hôte et que vous résiderez ici cette nuit ! Veuillez m’en excusez je vous prie. Je me suis occupé de tout ne vous en faites pas, vos chevaux seront installés dans les écuries au plus tôt et vos affaires personnelles se trouveront sous peu dans la chambre que je vous ai fait préparer… Hum… je vais également en attribuer une toute proche à votre… garde du corps.

Apparemment, l’aubergiste n’avait pas précisé qu’ils prenaient une chambre ensemble ou sans doute l’avait-il fait mais l’homme avait-il ses raisons pour agir ainsi.Tristan fut conforté dans son jugement. Il s’inclina avec respect, le genre de révérence tellement parfaite qu’elle fait passer l’auteur pour un prince tout droit sorti d’un conte.

- Mes hommages messire, je suis en effet chargé de la protection de ma Dame… Par les temps qui courent il est plus prudent d’avoir un guerrier à ses côtés pour voyager. Mais je suis également présent pour évoquer l’Académie Hysandra.


Il avait rapidement précédé Cassidy, surtout en la voyant ouvrir la bouche sans doute pour rétorquer qu’il n’était pas son garde du corps.
Sa réponse semblait tout à fait ravir leur hôte, un baron puissant qui se fendit d’un sourire satisfait et leur indiqua aussitôt qu’ils auraient très bientôt justement à en parler, autour du banquet mais pour l’instant, ils pouvaient aller profiter d’un buffet apéritif, des boissons, de la musique et des personnes présentes pour faire des rencontres. D’ailleurs ce fut à l’intention du grand et poli Drakkari qu’il ajouta que de somptueuses jeunes femmes étaient présentes et qu’il serait fâcheux de se priver d’un peu de bon temps.

Il les salua et s’éloigna pour saluer d’autres invités. Tristan sentit la pression de la main de la jeune mage se faire plus grande sur son bras. Elle avait commencé lorsqu’il avait prétendu n’être que son protecteur. Ni une ni deux, il l’entraîna à l’écart dans un couloir désert et soupira avant de lui sourire.

- Ne t’inquiète pas… cet homme te trouve à son goût. A mon avis il est bien assez puissant pour faire jouer ses relations et aider l’image de ton Académie… Je pense qu’il sera plus apte à en dresser un bilan favorable s’il pense que tu es célibataire.


Il lui fit un sourire de brigand en se penchant très près d’elle.

- Même si ce n’est pas le cas…


Franchissant l’espace entre eux, un bras au-dessus de sa tête, l’autre main sur sa taille, il l’embrassa avec passion pour prouver qu’il n’avait pas l’intention de la laisser à qui que ce soit et lorsqu’il recula ce ne fut que parce qu’ils manquaient de souffle. Il lui proposa de faire ce que le « vieux » avait dit et l’entraîna de nouveau dans la foule.
A peine s’éloignait-il d’elle d’ailleurs pour aller leur chercher à boire que des hommes s’approchaient d’elle et qu’il se faisait aborder par effectivement de ravissantes demoiselles. Se fendant d’un magnifique sourire, il s’excusa et alla la rejoindre sans mal, ne lançant même pas un regard à ses rivaux avant de lui tendre un verre. Un couple plus âgé près d’eux rit de la déconfiture qu’arboraient les personnes qui les avaient abordés d’un côté comme de l’autre et ils engagèrent la conversation.

- Vous formez un très joli couple tous les deux.
- On n’est pas…
- Ah pas de ça avec moi, c’est exactement ce que je prétendais avec le monsieur casse-pieds que voici et nous sommes ensemble depuis trente-cinq ans donc surveillez vos paroles jeune homme.
- Oulà, en effet, il vaut mieux.


Ils plaisantaient et ce fut soudainement après avoir pris son verre et l’avoir rendu à un serveur passant par là que Tristan s’inclina de nouveau avec beaucoup de respect avant de lancer un sourire adorable à Cassidy.

- M’accorderas-tu cette danse princesse ? Je sais que tu te crois maladroite mais… j’ai tout mon temps pour t’apprendre.

Oui, la soirée commençait plutôt bien. D’ailleurs la danse sur laquelle il débutait était un très bon choix, un slow tranquille assez langoureux qui poussait tous les danseurs qui se connaissaient ou non à se presser l’un contre l’autre. Ils firent donc de même, suivant les pas et le rythme faciles. Sauf qu’il se pencha doucement à son oreille, les mains dans le bas de son dos, en remontant parfois une légèrement pour profiter du dos nu de sa robe.

- J’ai oublié de préciser… je ne compte pas te laisser le reste de la nuit seule dans une chambre… et… te reposer, donc séparés ou non…je te rejoindrai…


Des idées derrière la tête ? Hum… un peu c’est vrai…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 16 Sep - 21:54

Cassidy était dans son petit nuage depuis un moment, heureuse, souriante et beaucoup plus elle-même. En fait, elle avait beaucoup changé depuis tout ce temps. De stricte et sévère, elle s’était enfin déridée, dévoilant sa grosse faiblesse aux yeux du Drakkari. Puis elle avait fini par s’accepter et accepter ce sentiment qui la rongeait depuis quelques temps et qui était au cœur de Tristan si on pouvait en parler ainsi. Oui, aujourd’hui, depuis qu’elle avait appris une vérité énorme, la jeune femme voulait aller dans le sens de Tristan.

Elle voulait toujours se rendre désirable pour lui, lui faire plaisir, profiter de chaque petit moment que le temps pouvait leur offrir. Car on ne sait jamais de quoi le futur est fait. Alors s’embrasser comme si c’était la première fois, le premier jour, elle aimait ça et semblait tout à coup beaucoup mieux, comme si il venait de lui ôter une énorme épine du pied.

La jeune femme s’affaira à faire une illusion de son visage. Bah oui elle ne contrôlait pas encore la régénération de ses blessures pour le moment. Peut être que ça arriverait, mais pas tout de suite. Mais il y avait de quoi être surpris, car en effet, le trouble de la jeune femme s’étant calmé, sa magie était déjà beaucoup plus stable… voire puissante. Enfin c’est ce qu’elle croyait. Ca lui donnait des ailes, de se sentir regarder comme si elle était la plus belle femme d’Ascadian.

Tristan d’ailleurs ne passa pas à côté et se permit de lui faire un léger baiser sur les lèvres tout en se penchant alors qu’elle lui souriait. Hem… oui il faudrait qu’il s’habitue à sa petite taille et ça gênait un peu la demoiselle qu’il ait autant de chemin à parcourir alors qu’elle était obligée de se mettre sur la pointe des pieds. Mais cela ne les arrêterait pas pour autant. Il avait raison de l’embrasser comme ça, sinon il était fort probable que la demoiselle retourne dans ce petit jeu. Elle se mit cependant à rosir de plaisir.

Il l’aida à se mettre en selle et la demoiselle commença à parler, alors que Tristan lui était tout à fait complice, se mettant à rire. Oui c’était un comportement et une phrase qui lui allait bien, c’était évident. La jeune femme le réprima d’un sourire. Bon c’est vrai, elle s’était toujours pliée à cet exercice de style du mieux qu’elle pouvait mais se rendait à quel point elle n’aimait vraiment pas ça.

Encore le jour d’avant, cela l’avait conquise pour trouver un ou d’autres nouveaux prétendants, alors que là, ça ne l’intéressait plus du tout, son attention étant uniquement tournée sur Tristan. Et même si le Monsieur avait quand même de lourds secrets, un passé tourmenté, alors la mage était prête à le soutenir, pour un peu qu’il veuille bien en parler. Son principal intérêt pour l’instant est qu’il se sente bien.

C’était quand même la première fois qu’elle se souciait autant d’un homme et de son petit confort. Désirant continuer à le charmer mais à sa façon, le faire rire et sourire, partager de vrais moments. En fait, elle n’en avait jamais éprouvé le besoin avec Jordan. Non, avec Tristan c’était différent. Et cela la fit frissonner de plaisir.

Elle aborda ensuite la méfiance et Tristan se rapprocha d’elle, ce qui fit un looping à son petit cœur alors qu’il posait sa main sur la sienne, la jeune femme le regardant avec beaucoup de tendresse et de douceur, apparemment ravie. Puis ils continuèrent leur chemin alors que Cassidy s’appliquait beaucoup dans sa position, son sourire et surtout occupait Tristan en lui racontant ses souvenirs, ce qu’elle avait vu, ce qu’elle avait fait et il semblait attentif.

Peu après, ils arrivèrent à cette petite taverne et la jeune femme réclama l’attention de Tristan en lui prenant la main, le plus naturellement du monde. Non il n’y avait aucune peur dans son regard, ni crispation. Ce n’est pas tant que ça qu’elle avait l’habitude mais… elle savait que les couples se prenaient souvent par la main pour éviter les nombreuses méprises. Et là elle confirmait totalement ce qu’elle lui avait dit plus tôt, le considérant comme son compagnon. Même ce mot résonnait bizarrement chez elle car elle ne l’avait jamais utilisé.

Parce que dès qu’ils entrèrent, l’attention se recentra autour d’eux mais le fait que Cassidy tenait Tristan par la main ne laissa le choix à personne. Non elle assumait parfaitement ses paroles, sa relation, même si parfois elle semblait encore un peu hésitante, plus par timidité que par autre chose d’ailleurs.

Le repas passa rapidement alors qu’elle faisait preuve d’un peu de maladresse, puis ils repartirent, arrivant à la ville. Cassidy n’avait même pas besoin de tourner la tête pour se douter que Tristan n’était sûrement pas très à l’aise. Ville du royaume Kalendaar… Gouverné par des pro-Cheistams… Il y avait de quoi être inquiet. D’ailleurs la jeune femme était elle aussi tendue, ne voulant surtout pas que les choses dégénèrent. Quoi qu’il en soit, c’était à elle de faire preuve d’assurance cette fois là.

Ils entrèrent à l’auberge où elle régla les formalités avant de se diriger vers la chambre, regardant avec un amusement certain Tristan qui fixait le lit de manière étrange, ce qui provoqua un petit rire taquin de la part de la jeune femme, alors qu’elle attira son attention. Oui elle n’était pas dupe, elle savait parfaitement à quoi il pensait, pour lui qui avait tellement l’habitude de faire auparavant… ce… enfin voilà quoi, pas besoin de faire un dessin !

Cassidy expliqua qu’elle devait se changer puis elle prit un soin particulier à sa tenue avant de revenir vers Tristan tout étalé sur le lit, l’attendant sagement. Et son expression ravit la jeune femme qui avait fait tellement d’efforts pour se mettre en valeur ce soir là. Encore plus que si elle devait séduire quelqu’un d’autre. Elle trouvait le Drakkari très beau aussi et le regarda sans se gêner… mais rougissant tout de même un peu. C’est vrai qu’elle avait de la chance. Sa coiffure négligée lui allait très bien et elle semblait être la plus heureuse ce soir là.

Conquise oui, c’était bien le mot qui la définissait.

Elle était en train de se battre avec ses lacets et son Drakkari vint à sa rescousse, avant de se pencher vers elle en déposant des petits baisers sur sa nuque tout en lui murmurant quelques paroles qui la firent frissonner avec douceur. Encore une fois, elle voulait s’arrêter là et ne pas aller à ce gala alors qu’elle était tellement bien avec Tristan. Elle laissa échapper un très léger gémissement tout en fermant les yeux avant de parler d’une voix pas très convaincante.

« Hum… Tris’… On devrait… y aller »

En plus il commençait vraiment à lui donner chaud, elle rougissait la demoiselle alors qu’il s’écarta d’elle avec regret, se résignant, tout en déclarant qu’il se vengerait. Même si son sourire n’était pas du tout rassurant, la jeune femme avait hâte de voir ce que ça pouvait donner au final.

A sa grande surprise, il lui tendit ensuite son bras et la jeune femme écarquilla les yeux, pas du tout habituée par ce genre de comportement. C’est que là il montrait vraiment toutes ces qualités et elle ne pouvait qu’en être heureuse, souriant, posant son bras sur le sien en se pliant avec plaisir à l’exercice.

Sauf que lorsqu’ils arrivèrent à la porte, il lui dit d’attendre, sortant une magnifique rose qu’il avait coincé dans sa tenue. Les yeux de la jeune femme s’illuminèrent et elle se mit à rougir encore plus fort alors que son cœur battait la chamade. Romantique lui ? Elle en était complètement séduite et convaincue ! Et ce petit geste représentait beaucoup pour elle… Après le poème… la déclaration… la rose maintenant, c’est comme si il prenait beaucoup de soin pour lui faire plaisir justement.

Il l’embrassa tout en lui disant qu’elle était parfaite et la jeune femme répondit avec beaucoup d’ardeur à son baiser, comme pour le remercier à sa manière, serrant ses bras autour de lui, l’enlaçant doucement.

Les deux jeunes gens se dirigèrent alors vers le domaine où se déroulait ce fameux gala et après une crispation passagère de Tristan, ils accédèrent au lieu. Bien que les conversations des présents s’arrêtèrent lorsque le petit couple entra. C’est sûr qu’ils n’étaient vraiment, mais vraiment pas ordinaires, se détachant du lot et Cassidy sourit avec crispation cette fois, pas vraiment habituée à ce qu’on la dévisage.

Bon d’accord, elle était connue quand même mais jamais elle n’arrivait à se faire à cette idée. D’ailleurs elle chuchota une rapide phrase à Tristan, lui faisant remarquer le monde pour se sentir un peu rassurée d’avoir quelqu’un à qui parler alors qu’elle n’était assurément pas à l’aise pour le moment.

Un homme se détacha de la foule. L’organisateur de la soirée. Cassidy était déjà passée dans la ville dans le passé mais juste avec un statut d’aventurière, elle était connue certes, pour ses exploits et sa fâcheuse tendance à être coincée. Gentille, respectueuse et courtoise, mais sans plus. Sans cette petite animation qui brillait dans ses yeux. Alors que là au bras de Tristan, elle faisait beaucoup plus vivante, leur sentiment d’amour y étant pour beaucoup.

Il prit la main de la jeune femme qui se fit secouer, un peu surprise et expliqua rapidement la situation alors que Cassidy ouvrit des yeux un peu plus grands, avant de reprendre une expression un peu plus respectueuse et courtoise.

*Quuuuuuuuoi ? Pas dans la même chambre que Tristan ?! Ah non !*

Elle s’apprêta d’ailleurs à répliquer, n’ayant déjà pas l’habitude de loger chez un hôte, habitude de l’aventurière qui sommeillait en elle mais ce fut Tristan qui prit la parole, ce qui la fit se crisper davantage sur son bras, pas très heureuse par la situation, ne comprenant pas vraiment.

Elle s’inclina tout juste pour saluer son hôte et le remercier pour cette délicate attention avant qu’il ne parte plus loin tout en précisant à Tristan les demoiselles présentes, ce qui lança une décharge électrique à Cassidy, toujours aussi jalouse. Le Drakkari semblait l’avoir compris car il l’attira à l’écart avant qu’elle ne réplique.

Tristan lui expliqua sa pensée et elle ne comprit pas tout. Célibataire ? Mouais… Elle ne savait pas si ça faisait tout ! Mais bon, c’était plus lui le spécialiste pour jouer avec ce genre de choses alors… elle devait lui faire confiance, même si le fait de se retrouver dans une chambre différente de lui la dérangeait particulièrement. Eyh Eyh ! Elle voulait reprendre là où ils en étaient sous la tente après tout ! Cette pensée la fit rougir un peu plus.

Il fit un autre de ses sourires charmants alors que la demoiselle le regarda faire, se sentant rassurée par la phrase qu’il rajouta rapidement tout en l’embrassant. Cassidy y répondit avec beaucoup d’ardeur et de passion qui la convainquit aussitôt de ses bonnes intentions, même si elle était un peu déçue pour la chambre.

Pas le temps d’en placer une que Tristan l’entraîna déjà vers la grande pièce tout en lui conseillant de se mêler aux autres. Sauf qu’avec sa tenue, c’est vrai que la demoiselle attirait l’attention, se contentant de sourire tout en ignorant les regards qui lui étaient lancés, attendant sagement Tristan qui revenait avec de quoi boire.

« Merci… »

Elle prit son verre, sans faire attention aux filles qui les regardaient avec insistance alors qu’un petit couple à côté semblait amusé de la situation. D’ailleurs ils remarquèrent tout de suite qu’ils formaient un couple et Cassidy se mit à rougir doucement tout en envoyant un grand sourire à Tristan. C’est qu’elle avait raison la Madame ! Parce que les yeux de Cassidy brillaient d’admiration en regardant Tristan.

La demoiselle but son verre et fut satisfaite par le choix de Tristan, du jus de pomme non alcoolisé. Il devait se rappeler de sa… dernière expérience alors heureusement qu’il ne prit rien de bizarre. Elle était occupée avec son verre lorsque Tristan s’inclina devant elle pour lui proposer une danse. La jeune femme sourit tout en reposant également son verre.

On ne dirait même pas que Tristan était un voyou vu la façon dont il se conduisait, courtois, respectueux… l’homme rêvé pour beaucoup de femmes. Elle sourit doucement.

« Avec plaisir… mais tu seras prévenu si je te marche sur les pieds… »

Tristan prit les devant parce qu’elle ne savait pas du tout comment faire et elle examina comment faisait les autres pour se rapprocher de Tristan tout en se collant doucement contre lui. Ah oui bonne danse ça ! Elle frissonna doucement de plaisir, se laissant faire tout en fermant les yeux alors qu’il passa une main dans son dos tout en murmurant quelques paroles qui rendirent un beau sourire à Cassidy.

Elle s’approcha un peu de lui tout en lui murmurant quelques paroles.

« Vivement ce soir alors… »

La jeune femme suivit les pas de Tristan, regardant par moments en bas, s’appliquant à ne pas lui marcher sur les pieds justement. Elle se sentait si bien dans ses bras. Mais la musique s’acheva bien trop vite à son goût et la jeune femme jeta un coup d’œil à son hôte.

« Attends… J’ai besoin d’une confirmation… »

Elle partit discuter avec l’homme puis revint rapidement vers Tristan un peu inquiète.

« Hum… j’ai du mal lire l’invitation… Apparemment c’est trois jours et pas qu’une soirée… J’avais pas prévu ça, il va falloir que j’envoie un hibou demain matin pour signaler notre absence prolongée »

La jeune femme passa une main dans ses cheveux, apparemment embarrassée. Non pas que cela la dérangeait mais maintenant, elle se sentait encore moins à l’aise ici qu’à l’académie. Tristan semblait remarquer son trouble car il la rassura du mieux qu’il put, avant qu’un nouveau morceau de musique commença.
Des hommes s’approchèrent de la mage pour lui demander une danse et Cassidy se contenta de sourire un peu nerveusement.

« Hum… Accordez moi deux petites minutes Messires… »

Elle prit Tristan et se pencha vers lui, apparemment très inquiète et pas vraiment très ravie de danser avec des inconnus.

« Non mais ça je peux pas Tris’… D’habitude à ce genre de truc je reste plantée à côté du buffet et je ne bouge pas de la soirée… Et puis tu sais bien… Je suis pas très… contacts… Encore moins quand ce n’est pas toi ! »

La demoiselle lui faisait part de ses inquiétudes, lui expliquant sa façon de fonctionner mais Tristan sut la rassurer et la convaincre alors que la jeune femme se plia de très mauvaise volonté, mettant une façade un peu plus courtoise, reprenant un air assurant.

Elle répondit alors aux invitations de ces Messieurs, se laissant entraîner dans plusieurs danses, parce qu’apparemment c’est comme ça qu’il fallait se faire connaître. Elle dansa un moment, avec plusieurs personnes, qui la complimentèrent sur sa tenue et qu’elle y répondait assez nerveusement. Tristan devait être parti on ne sait où, du moins, elle ne le voyait pas.

C’est après avoir enchaîné plusieurs morceaux de musiques que la jeune femme tendit les mains en avant avec un sourire d’excuse.

« Allons Messires… Je vais faire une pause… Mon voyage pour venir jusqu’ici était assez long et je ne suis pas tout à fait rétablie… »

Ouf sauvée ! La demoiselle en profita pour se tourner de nouveau vers le buffet, cherchant des yeux Tristan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 17 Sep - 17:02

Ben oui, il pouvait être romantique le jeune homme, très romantique même.
Pour être honnête, Tristan n’était pas plus informé que la demoiselle quant à ce qu’il était censé faire. Bien sûr il était très fort pour séduire. Il savait sortir les mots justes, les paroles utiles qui faisaient se sentir belles les demoiselles qu’il abordait ou qui l’abordaient, assez pour que la conversation déjà intéressante le devienne davantage et pour que la nuit s’achève… ou plutôt commence sous de bons auspices.

Oui mais elle l’avait remarqué à la taverne un bon mois plus tôt. Il était totalement différent avec elle. Non pas qu’il ne pense pas toutes ces choses comme quoi elle était belle et les compliments qui lui venaient à l’esprit surtout en apprenant à mieux la connaître. Non, la vérité c’est que normalement, son cœur était bien protégé lorsqu’il sortait de telles paroles. Il craignait un peu dans un sens, que les dire avec honnêteté le rendrait vulnérable.
Ben quoi ? On ne sait jamais comment va réagir la demoiselle. Séduire oui… mais dire sincèrement ce qu’on ressent hein ? Pas facile.

Et puis il s’était depuis bien longtemps conforté dans l’idée qu’il ne serait jamais vraiment heureux… Qu’il n’aurait jamais droit à ceci. C’est pourquoi sans doute, il était devenu si cynique envers les couples, ricanant de leur amour qui n’était voué qu’à la tristesse, la déception, la trahison, ça paraissait si logique. Ce qu’on ne connait pas, auquel on n’a pas le droit mais que les autres peuvent posséder… ça rend amer sans doute.
Difficile de le croire de la part du beau garçon qui avait séduit tant de demoiselles dont certaines étaient tombé suffisamment amoureuses pour pleurer longtemps son départ.

Alors en vérité, il était troublé et totalement perdu. Il ignorait ce qu’il était censé faire dans cette situation et étrangement décida de ne pas se poser de question, de laisser les choses venir et se faire comme il les sentait. Hum… sauf une, parce que s’il s’écoutait, il ne se contenterait certainement pas de baisers de la part de la jolie mage.
Finalement ils avaient donc repris et achevé leur voyage et elle avait semblé bien surprise pour la rose. Aussitôt un sourire innocent avait étiré les lèvres du garçon, un sourire qui n’était pas feint. Il n’était pas sûr que ça lui plairait, mais se rappelant, même si c’était douloureux, de sa joie face au bouquet de Jordan qui avait tout de même bien fissuré leur histoire, il essayait juste c’est vrai, de lui faire plaisir. Il n’y avait pas de mal à ça si ?

Bizarrement depuis qu’il s’était déclaré, qu’elle avait fait de même en le regardant droit dans les yeux, tout lui paraissait plus simple, plus… naturel. L’embrasser par exemple.
Peut-être était-il juste fatigué ou… la peur de voir son rêve se réaliser l’avait-elle perturbé mais en tous les cas… ses baisers étaient bien plus agréables que ceux qu’il avait connu jusqu’alors. Ou alors il avait la mémoire courte peut-être tout simplement.
Aie… Quelle cruauté de l’arrêter alors qu’il était fasciné par son cou dans lequel il déposait pleins de petits baisers. Juste au passage, il avait noué sa robe depuis… un bon quart d’heure et cela ne lui avait pas pris plus d’une poignée de seconde. Eh bien comme ça. Moui bon comme elle avait l’air d’apprécier, il ne se vexa pas, même s’il précisa qu’il aurait sa revanche.

Oserait-il l’admettre ? Oui il se sentait bien, étrangement euphorique même s’il était sûr de pouvoir museler un peu cette joie pour avoir une certaine contenance pendant la soirée, son cœur était en paix… enfin très agité aussi parce qu’il s’amusait à faire du trampoline dans sa poitrine et le double salto était encore à travailler vu les chocs que ça lui provoquait.

Alors oui, il se comportait vraiment comme un gentleman, le prince charmant ou le chevalier servant. Après tout, pour elle, il voulait être ainsi et faire encore plus pour que son travail soit reconnu. C’est qu’elle y mettait tellement de temps et d’énergie dans son Académie cette petite mage, qu’il n’admettrait pas qu’on dévalorise son travail.
C’est en couple magnifique qu’ils s’étaient présentés à la soirée. L’amour donne bonne mine il paraît. Si Tristan était un très beau garçon, Cassidy quant à elle était si lumineuse qu’elle ressemblait à l’idée qu’on se ferait d’une jolie étoile tombée du ciel. Et apparemment il était l’aventurier réussissant à la dénicher où qu’elle se cache.

Leur hôte les aborda alors.
Certes, la directrice était connue pour les retours de sa vie d’aventurière. La jeune mage qui aidait son prochain, quel qu’il soit, dans le besoin, qui avait affronté un dragon corrompu et gagné la bataille… bien d’autres aventures encore malgré son très jeune âge, mais c’est vrai qu’elle n’était pas connue pour être une… adoratrice des festivités mondaines et pour être très facile à aborder.
Le baron était en effet un homme puissant qui avait parfois l’air un peu allumé mais au final n’était pas bien méchant.
Moui… si on bannissait le fait qu’il lorgnait la jeune femme comme si elle était le plus succulent des plats qu’il ait jamais vu.Mais ça, on ne pouvait pas le lui reprocher… c’était le cas de nombreux hommes présents, de tout âge.

C’est sûr que là, elle était toute changée, rayonnante, arborant une robe sublime qui mettait son teint pâle, ses cheveux dorés et son corps en valeur. De quoi être subjugué. Apparemment il l’était. Tristan comprit très vite les petites allusions de l’homme, pas Cassidy. Après tout, elle n’en avait pas l’habitude. Il s’était donc dépêché de répondre avant qu’elle ne commette une « bourde ».
Le baron s’était éloigné et il l’avait entraînée à l’écart pour lui expliquer. Oui à son avis, cet homme aurait tôt fait d’essayer de la séduire, même s’il ignorait s’il était assez sot pour tenter une approche par la force, auquel cas il serait de toute manière tout à fait prêt à réagir. Mais quelque part, si c’était bon pour la mise en valeur de son travail qu’elle soit célibataire, elle devait jouer le jeu.

Bien sûr, l’idée des chambres séparées n’était pas davantage pour lui plaire mais il avait déjà en tête de venir la retrouver de toute façon. Et s’il fallait ruser, ça pimenterait un peu le jeu…
Par contre, s’il avait su avec quelle véhémence la demoiselle s’opposait à l’idée d’être séparé de lui cette nuit, il aurait probablement ri en se penchant sur elle, provocant. Pour le coup, elle aurait mérité un sourire taquin et un long baiser. Ben… ça lui aurait aussi mis pas mal d’idées en tête ce refus, surtout qu’elle avait bien commencé à lui en mettre avec l’auberge et sa demande d’une chambre unique. Moui…

Leur baiser à l’écart du reste du monde semblait tellement décalé par rapport à ces… mondanités peu importantes à leurs yeux et surtout comme un petit rappel de ce qui attendait l’autre pour ne pas qu’il… fasse trop de bêtises dirons-nous que lorsqu’ils retournèrent parmi les invités, elle avait encore les joues un peu roses et lui le regard plus brillant qu’à l’accoutumé.

Il lui avait servi un verre et pour sa part avait décidé de ne boire que très peu, voire pas du tout. De un, même s’il tenait bien l’alcool, il n’avait pas l’intention de garder un arrière-goût sur la langue pour la demoiselle qu’il embrasserait, il y comptait bien, par la suite. De deux, il souhaitait rester vigilant et prêt à intervenir si un quelconque danger se présentait. Effectivement un vieux couple qui semblait plutôt sympathiques les croyait ensemble. Cassidy en semblait contente et s’il avait commencé à réfuter, il fut content de ne plus y être contraint. Surtout que de toute manière, il ne pouvait pas se prétendre son petit ami… elle en avait déjà un, avec lequel elle n’avait pas encore rompu.

Ils se dirigèrent par la suite sur la piste de danse et lorsqu’elle parla de lui marcher sur les pieds, il se contenta de rire et de lui dire qu’il était solide et ne risquait donc pas grand-chose.
Et si vraiment elle n’arrivait pas à le suivre, ils n’auraient qu’à faire comme les enfants, elle se mettrait debout sur ses pieds et il danserait pour deux, avec sa taille et sa force ce n’était pas lui que ça gênerait.
Mais au final, ils n’en eurent pas besoin car la demoiselle se débrouillait bien. La danse n’était ni très rapide, ni compliquée mais c’était sans doute surtout la proximité entre les deux danseurs qui les aida. Comment se faire un câlin en toute discrétion ?

Elle semblait bien et ça tombait plutôt parfaitement parce que lui aussi. Par contre, une main glissant doucement de temps à autre le long de sa colonne vertébrale (mais pas trop souvent, il ne voulait pas qu’elle s’endorme… ou perde les pédales non plus), il lui annonça son projet de la rejoindre plus tard. Elle en fut enchantée apparemment, ce qui lui tira un grand sourire. Surtout que ces mots lui tirèrent… ben de nouvelles idées. Pas sa faute hein !!! Elle lui mettait pleins d’idées en tête après tout…

La musique s’acheva et apparemment intriguée elle partit chercher des informations. Quand elle revint ce fut pour lui annoncer qu’ils en avaient pour trois jours. La maladresse dont avait preuve la jeune femme en lisant mal son invitation lui tira un sourire narquois mais il secoua doucement la tête, se passant la main dans ses mèches rouges ébouriffées.

- Ne t’inquiète donc pas… Il n’y a pas de raison que ça se passe mal et puis… tu n’as qu’à le voir comme une forme de vacances que tu passerais… avec moi.


Là son sourire avait beau être feint d’innocence, il ne l’était pas totalement.
A peine avait-il achevé cette petite grimace d’ailleurs, qu’ils furent abordés par un groupe d’hommes de différents âges. Tristan arbora une mine imperturbable même lorsqu’ils demandèrent à la demoiselle de venir danser. Cassidy pour sa part s’excusa poliment et attira son « garde du corps » à l’écart. C’est qu’elle ne semblait vraiment pas à l’aise la demoiselle. Il pencha la tête sur le côté, n’ayant aucun mal à l’imaginer totalement coincée, ancrée au buffet et refusant toutes les demandes à danser de ses possibles prétendants. Cette image lui tira un sourire et il se mit à entortiller doucement une des longues mèches dorées qu’elle avait laissées pour encadrer son visage, autour de son doigt.

- Je m’en doute princesse… Mais calme toi, c’est une soirée, c’est fait pour ça…s’amuser, il n’y a pas de mal, vas-y… et ne les transforme pas en crapauds si possible.


Ah pour ça, vu comme elle se faisait dévorer du regard par les garçons qui la lorgnaient sans état d’âme, elle allait avoir droit à de nombreuses danses la demoiselle. Après tout, ils étaient là pour saluer. Et il savait faire la part des choses, surtout qu’elle venait de lui avouer qu’elle n’était pas tellement à l’aise et préférerait de loin rester avec lui. Il lui fit un petit signe de tête encourageant, évitant tout de même de quelconques effusions devant des personnes qui auraient pu… un peu trop les retenir.
Danse… Elle y eut donc droit et lui aussi… Et d’ailleurs, il n’apprécia pas énormément de se faire tout à coup à moitié arracher le bras par des demoiselles l’attirant dans leurs filets et ravies de passer un moment avec le séduisant garçon.

Du coup, il dut bien se résoudre à les inviter l’une après l’autre. Il aurait été très impoli de refuser. Même si au final il écourtait les danses, changeant plusieurs fois de cavalières pour ne pas que cela dure trop longtemps. Et pour cause, il avait plutôt dans l’idée de s’arrêter et de… discuter. Parce qu’elles se collaient un peu trop à lui et après s’être rendu compte que certaines ne plaçaient pas leurs bras autour de son cou et confondait aisément bas du dos et fesses… c’était la meilleure solution pour fuir avec courtoisie.

Néanmoins, il avait été rapidement éloigné de Cassidy, à son grand regret, même s’il lui jetait des coups d’œil de temps à autres au cas où elle se trouve en difficulté avec un personnage un peu… insistant par exemple.
Quand il la fit s’arrêter et le chercher, il s’inclina poliment et s’excusa auprès des jeunes femmes qui saluèrent son départ par des soupirs agacés. L’instant d’après, il était près de la mage et effleurait son dos d’une main, se rapprochant d’elle.

- Vous cherchez quelqu’un jolie damoiselle ?


Il lui sourit, gentiment. C’est qu’elle n’avait pas l’air très à l’aise non plus et au final même s’il s’en sortait bien avec la gent féminine, elle lui avait manqué.
Ils discutèrent avec quelques personnes et lorsqu’elle s’excusa auprès de ceux-ci pour aller réajuster sa coiffure, il prétexta d’aller se chercher quelque chose à grignoter pour la rejoindre rapidement dans un couloir et alors qu’elle ne se doutait de rien, l’attirer avec lui dans une petite pièce dont il referma aussitôt la porte. Pas besoin de préciser qu’il ne la lâcha qu’après s’être au moins un peu rassasié en baisers, secouant doucement la tête pour se remettre les idées en places l’instant d’après.

Il la laissa après et quand elle le rejoignit après son détour, il lui avait préparé une petite assiette avec quelques amuse-gueule. En fait comme les invités commençaient à avoir faim, ils se jetaient sur le buffet et profitant de sa taille et de son gabarit, il avait rapidement attrapé ce qu’il fallait avant que le flot ne barre le passage et ne fasse un effet d’embouteillage. D’ailleurs, ils avaient l’air singulièrement… goinfres tous encaissés les uns contre les autres.
Après lui avoir donné son assiette, il l’attira à l’extérieur, dans les jardins. Après tout, il y aurait un peu moins de bruit par ici. D’ailleurs, il se détendit aussitôt, son visage se faisant plus apaisé alors que le tumulte des conversations s’apaisait à mesure qu’ils s’éloignaient.
Grignoter à la belle étoile, bonne idée non, ça leur rappellerait leur soirée précédente. D’ailleurs, en la voyant frissonner, il l’entoura gentiment de ses bras.

- Ca va ? Tu tiens le coup ? Ils ont dit que le dîner n’allait pas tarder à être servi…


D’ailleurs il avait parfaitement raison. Car après un petit moment à discuter de la meilleure stratégie à adopter, ils furent interrompus par l’annonce du dîner justement et durent rentrer s’attabler. Il y avait plusieurs vastes tables d’ailleurs mais ils étaient à celle de leur hôte, preuve encore une fois que celui-ci avait un petit faible pour la mage. Sous la table, amusé, Tristan commença même carrément à faire du pied à sa compagne alors qu’il avait l’air très sérieux extérieurement. Sauf qu’elle eut la vengeance parfaite même si c’était probablement involontaire en mettant une main sur l’une de ses jambes pour l’inciter à arrêter… moui… mais peut-être un peu trop haut. Il sursauta et garda une mine imperturbable le reste de la soirée.

Quand ils parlèrent de l’Académie, ce fut après le silence réclamé par le baron qui se mit à souligner les prouesses et le respect qu’il attribuait et vouait à la jolie mage. Le Drakkari ne fit aucun geste, se contentant d’en parler sans en fait tout un cinéma, d’un point de vue très professionnel mais… en tant que professeur, pas de prisonnier.
En tous les cas, le petit incident sous la table semblait l’avoir un peu… douché.
Et en effet, quand beaucoup plus tard ils eurent fini de manger, on les mena à leur chambre. C’était une espèce de domestique qui s’en occupait mais pour la peine le baron était également présent et conversait avec les deux jeunes gens. Il y avait d’autres personnes proches d’eux qui restaient sur place mais… il s’avéra que le messire se doutait peut-être un peu qu’une… relation était envisageable entre les deux jeunes gens et apparemment ce n’était pas pour lui plaire. Puisque les chambres qu’il leur avait attribuées… étaient en face l’une de l’autre.

- Un domestique sera présent toute la nuit, enfin plusieurs se relaieront afin d’assurer le confort de mes invités. Toutes vos affaires vous attendent dans votre chambre Cassidy. Surtout n’hésitez pas à réclamer quoi que ce soit en guise de besoin et… je me tiens à votre entière disposition également.


C’est ce qu’il avait dit avec un grand sourire. Oui sauf que le sous-entendu c’était aussi que le domestique en question allait surveiller les moindres faits et gestes…
Tristan ne dit rien, se contentant d’un léger hochement de tête, remercia rapidement le baron et rentra dans sa chambre sans un regard pour Cassidy qui de son côté se faisait encore un peu alpaguer par le baron, même si c’était peu.
En partant si vite, il ne put pas voir la pointe de peine et d’incompréhension dans les prunelles noisette de la jeune femme, mais il n’était guère difficile de les deviner.

Le baron finit par prendre congé rapidement, assurant encore avec moult sourires que la jeune femme pouvait venir le voir dans… sa chambre si elle voulait… discuter. Et puis quoi encore ?!
Cassidy put donc rentrer dans la sienne alors que le domestique se tenait tranquillement à sa place, surveillant les différentes portes. Bien sûr, les chambres étaient très luxueuses, exagérément d’ailleurs mais bon…
La pauvre demoiselle ne devait pas vraiment comprendre l’attitude de son compagnon soudainement si distant et qui n’avait plus envie d’être avec elle ce soir. Oh vraiment ?
Alors qu’elle soupirait et semblait vraiment déprimé, Tristan passa les bras autour d’elle.

Elle se retourna vivement en ouvrant la bouche mais il étouffa son cri d’un baiser avant de décoller ses lèvres des siennes en mettant son doigt devant son visage, chuchotant.

- Chut… Tu vas rameuter toute la cavalerie.


Il lui sourit gentiment et appuya son front contre le sien. Le jeune homme était essoufflé. Comme elle le regardait puis regardait la porte sans sembler comprendre il lui fit un sourire timide, la lâchant.

- Je suis passé par la fenêtre… et le toit… T’inquiète, c’était facile. J’avais bien dit que je resterai avec toi non ?
Continua t-il en toute innocence mais les yeux brillants.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 17 Sep - 20:59

Cassidy avait voulu admirer sa rose que Tristan avait coincé dans ses cheveux blonds dans une vitre d’une bâtisse avant d’arriver au domaine du gala. Elle la regardait avec beaucoup de plaisir, comme elle était sincèrement touchée par cette petite attention. C’est vrai, la jeune femme aimait beaucoup les fleurs mais elle n’avait jamais pensé à en mettre dans ses cheveux.

L’idée de Tristan était très bonne car la mage avait vraiment un sourire éclatant sur les lèvres, ce genre de sourire inébranlable qui montrait une sensation heureuse. Du côté du Drakkari, la jeune femme avait remarqué qu’il semblait plus apaisé, calme comme si le fait d’avoir avouer cette révélation était aussi une épine qu’on lui enlevait du pied, se mettant à agir plus simplement et sans cynisme.

Pour l’instant, Cassidy en profitait c’est vrai. Il s’était passé tellement de choses dans leurs vies respectives et depuis que Tristan était à l’Académie que les moments de bonheur, où ils avaient l’occasion de souffler un peu et de savourer l’instant présent, devaient être respectés. C’est pourquoi la jeune femme paraissait aussi joyeuse malgré les récents évènements. En fait, elle accueillait Tristan à bras ouverts, sans le juger, sans faire de manières.

Elle repensa à ses baisers dans le cou qu’elle avait interrompu avec regret mais heureusement que la soirée n’était pas terminée, elle ne faisait que commencer. Bien que Cassidy semblait parfois un peu fragile dans ses mots, dans ses gestes, ne voulant pas que Tristan prenne mal les choses. C’est qu’elle connaissait son caractère de feu et sa façon de se brusquer rapidement lorsque les choses étaient mal comprises. Peut être que ce qui les rendaient maladroits, c’était l’envie de bien faire et de ne pas gâcher les choses justement.

Ils entrèrent dans la salle de réception et la jeune femme parut assez gênée de se faire regarder de cette façon. Elle faisait effectivement des efforts pour Tristan mais l’idée qu’on la regardait de cette manière rappelait certains réflexes et donc celui de frapper de son bâton l’imprudent qui aurait le regard beaucoup trop déplacé pour être poli. Ses anciennes robes lui permettaient de se camoufler, de se sentir plus assurée, là elle avait l’impression d’être un beau morceau de viande devant des hyènes affamées.

Cassidy n’avait pas vraiment apprécié le fait d’être vue comme étant une célibataire. Enfin… avant ça ne la dérangeait pas et elle l’affirmait bien haut et fort partout sauf que là, elle voulait convaincre que Tristan était son compagnon, plutôt avec une certaine fierté qu’une gêne. Mais non ledit compagnon ne lui laissa pas le temps de parler et lui expliqua que ça ne pouvait être que bon pour son Académie.

*Tant que je suis pas obligée de me coucher pour avoir des résultats…*

Oui la faute est bien voulue. Cassidy ne connaissant pas le vocabulaire un peu… sensible pour elle ne sait pas de quelle façon le formuler.

Un vieux couple les aborda par la suite et ce n’est pas Cassidy qui disait le contraire, plutôt contente d’avoir une alliée pour appuyer ses pensées au vilain Drakkari qui ne voulait pas qu’on les prenne pour un couple. La jeune femme se contenta d’un sourire ravi alors qu’il l’emmena sur la piste de danse.

Puis, rapidement ils se retrouvèrent collés ce qui était un très bon prétexte, bien que la caresse dans son dos donnait de très légers frissons à Cassidy bien contre lui et ayant encore envie qu’il l’embrasse même si ils devaient quand même se montrer discrets. Elle semblait d’ailleurs toute disposée à l’attendre ce soir dans sa chambre.

A la fin de la musique, la jeune femme partit se renseignée et revint un peu dépitée, se sentant horriblement mal à l’aise de cette confusion. Et puis quoi ! Sa nuisette était fichue ! Elle n’avait plus rien pour dormir. Non elle n’avait prévu que pour une nuit et ne se doutait pas qu’on lui déchirerait au passage.

Tristan avait encore la bonne réplique, voyant le bon côté des choses, parlant de vacances. Oui effectivement… ils pourraient en profiter pour développer leurs sentiments naissants, c’était une riche et très bonne idée ! Si ils n’étaient pas interrompus en permanence d’un côté et de l’autre. Déjà ça c’est sûr, la mage irait sûrement très loin de cette propriété et profiterait pour… bah peut être faire les boutiques pour une fois !

Elle sourit doucement en le regardant.

« Oui pourquoi pas… ça nous fera pas de mal après toutes ces péripéties. »

Pas le temps d’en dire plus que des demandes commencèrent à fuser. Oui c’est sûr, elle n’était pas très abordable la jolie mage en temps normal, coincée contre le buffet, regard doux mais méfiant à tout homme s’approchant d’elle. C’est qu’elle mordait sauvagement quand elle s’y mettait ! Enfin non… toute en finesse mais d’une réponse qui ne souffrait d’aucune réplique.

Elle expliqua à Tristan que ce n’était pas possible mais il sut trouver les mots pour la convaincre même si ce n’était pas par gaieté de cœur. M’enfin bon… la demoiselle devait s’y plier quand même… Malheureusement…

« Mouais… Je t’assure… si ils dépassent ma ligne de sécurité, je ne garantis plus l’effet d’un…
changement de forme accidentel… »


Encore une fois, elle voulait mettre de la distance, pas vraiment à l’aise de devoir toucher des mains, de danser et elle s’y plia de très mauvaise grâce, un sourire crispé du coin des lèvres alors qu’elle tentait de suivre le rythme mais en écrabouillant les pieds de ses partenaires de temps à autre tout en se confondant en excuses.

Elle s’arrêta enfin et se mit à la recherche de Tristan. Sauf que celui-ci décida de la surprendre encore, passant une main dans son dos et lui parlant d’une voix très galante alors qu’elle se retourna et que son sourire s’illumina. Elle se sentait beaucoup mieux à côté de lui… en fait c’était un peu comme si il était sa « sécurité » quand elle ne mettait pas ses longues robes.

Effectivement des personnes vinrent à côté d’eux pour discuter.

- Dame Herediane, quel plaisir de vous voir ! Alors comment se porte votre Académie ? Ce n’est pas trop dur à gérer toute seule ?

« Hum… Ca se porte bien. Il suffit juste d’une bonne organisation au départ et ensuite suivre l’évolution. Pour l’instant je dois dire que c’est plutôt satisfaisant. »

- Quel courage vous avez à votre âge de prendre en main ce genre d’organisation ! Vous êtes impressionnante.

Cassidy s’inclina doucement.

« Vous me flattez Messire. J’essaie en tout cas de faire de mon mieux… Si vous voulez bien m’excuser… »

Elle prétexta un petit séjour dans la salle d’eau pour remettre un peu en place sa coiffure. Il est vrai qu’avec toutes ces danses, la demoiselle s’était un peu décoiffée au passage. Arrivée dans la salle de bain, elle se mordilla les lèvres et souffla un coup. C’est qu’elle était bien fatiguée avec cette journée qui avait démarré sur les chapeaux de roue ! Puis elle rougit en regardant la belle rose qui ornait ses cheveux, un sourire rêveur sur le visage.

La jeune femme ressortit de la pièce, c’est vrai, sans se douter qu’un kidnappeur rôdait au détour du chemin, la prenant par le bras dans une petite pièce. Cassidy ouvrit la bouche pour s’indigner avant de reconnaître le parfum du Drakkari, souriant alors qu’elle se faisait déjà embrassée, poussant un léger gémissement et répondant à ses baisers avec ardeur. Le fait que ce soit un peu caché était encore plus excitant et fit frissonner la jeune femme qui posa ses mains dans le dos du Drakkari en le caressant doucement.

Puis il s’écarta un peu et Cassidy posa ses mains dans les cheveux du Drakkari, le caressant.

« Hum… je sais pas comment tu fais, mais je pense que tu me surprendras toujours… »

Elle fit descendre sa main vers les lèvres du Drakkari, les caressant doucement, puis passa ses bras autour de ses épaules tout en se mettant sur la pointe des pieds pour lui décrocher un nouveau baiser avec passion. Wha… elle se surprenait elle-même !

C’est le teint un peu rouge qu’elle ressortit comme si de rien n’était alors que Tristan s’occupa d’alimenter une assiette de choses à grignoter alors qu’ils partirent dans les jardins. Et la jeune femme ne pouvait qu’être ravie. Il était attentionné, romantique et lui transformait cette soirée qui aurait pu être barbante en vrai moment agréable. Mais ça… c’est parce qu’ils s’étaient déclarés… Les choses auraient pu être moins bien si ils se faisaient la tête toute la soirée à cause de ce qui s’était passé en début de matinée.

Il faisait un peu frais et la jeune femme frissonna tout en piochant dans l’assiette à Tristan. Il lui posa une question tout en la prenant dans ses bras, dans le cas où elle ne se fit pas prier, se calant un peu mieux dans ses bras.

« Oui ça va… Mais je dois te dire que je suis quand même un peu fatiguée par ce voyage et j’ai hâte d’aller me poser dans un coin plus tranquille… Je ne suis plus du tout habituée à ce genre de fête… Enfin… j’ai jamais été vraiment habituée… »

Ils regardaient les étoiles. Oui elles étaient magnifiques. Cassidy posa ses mains sur les bras de Tristan, calant un peu mieux sa tête blonde contre son torse tout en poussant un soupir heureux. Avant de parler plus sérieusement à cause de ce dîner.

« Si j’ai bien compris, il faut pas que je sois trop… enfin voilà quoi ! avec toi. Parler avec professionnalisme de l’Académie juste… Le début des cours… L’effectif… J’espère juste que ça ne te dérange pas… je n’ai pas vraiment envie de t’imposer ça… »

Ils continuèrent de discuter jusqu’à ce qu’un domestique vint les chercher et Cassidy avait grandement insisté pour avoir son garde du corps à côté d’elle pendant toute la durée du repas. Un peu normal en même temps puisqu’il devait donner son avis… en tant que professeur. D’ailleurs le Drakkari lui faisait du pied sous la table tout en gardant un air très sérieux ce qui troubla un peu Cassidy, commençant à rosir doucement tout en posant sa main sur la cuisse du Drakkari dans un geste un peu nerveux pour ne pas se trahir.

Le baron eut quelques paroles à l’égard de Cassidy sur sa réputation alors que la jeune femme reprit un air beaucoup plus sérieux et professionnel avant de parler de son Académie.

« Oui les cours ont commencé mi-Septembre et pour le moment tout se passe très bien. Les professeurs sont des anciens aventuriers désireux de transmettre leur savoir à la nouvelle génération de jeunes pour former les aventuriers de demain. Tri… humphf ! Je veux dire Messire Konnogan vous donnera plus de précisions à ce sujet. Il est chargé d’apprendre le combat avec arme et une spécialisation dans les armes longues »

Elle laissa son compagnon s’exprimer et pas une seule fois il ne fit de remarque négative, se contentant de parler avec un grand sérieux de sa matière et de son intégration… très loin du simple prisonnier de base. La jeune femme se fendit d’un sourire encourageant. C’est vrai qu’on y croirait vraiment là, qu’il avait rejoins l’académie par choix. Même si elle savait très bien que c’était plus dramatique que ça à la base. Mais bon il n’avait pas à se plaindre après tout. Malgré les petits accrochages de ces dernières semaines, Tristan était traité avec beaucoup de respect, même si certains élèves comme le jeune Roy semblait un peu à part sur ce point là.

Le repas s’acheva tranquillement et le baron conduisit les deux jeunes gens à leur chambre… tout en insistant bien sur le domestique qui surveillerait les chambres. Voilà qui allait énormément lui déplaire !

*Dame Herediane ! Merci ! Pas de familiarités…*

Tristan ne semblait pas mécontent et s’empressa de rentrer dans sa chambre, laissant la jeune femme perplexe. Pas même un bonne nuit ! Pas de consolation ! Le baron lui indiqua que sa chambre était ouverte pour… la discussion bien que Cassidy y répondit par un raclement de gorge.

*Hum… non merci ! Hors de question… surtout que c’est pas que pour de la discussion je parie…*

Elle se contenta de souhaiter la bonne nuit et de rentrer dans sa chambre, soupirant de se retrouver toute seule. Non c’est sûr il ne pouvait pas sortir. Cassidy semblait complètement dépitée, déçue que ça se termine là. C’est qu’elle n’avait pas envie de finir la soirée de cette façon ! Même si il y a beaucoup de nuits en arrière cela ne l’aurait pas déranger le moins du monde.

Sauf qu’elle sentit une présence derrière elle et la jeune femme se crispa aussitôt, sentant une paire de bras se refermer autour d’elle, ouvrant la bouche et écarquillant les yeux, prête à pousser un cri de surprise. Elle n’avait rien entendu arriver !

Encore une fois, elle fut interrompue par un baiser et même si elle semblait sur ses gardes au départ, le parfum de Tristan la rassura et elle se décrispa, agrandissant ses yeux au fur et à mesure. C’est vrai qu’elle ne comprenait pas vraiment là ! Comment il avait réussi à faire ça ? Elle regarda la porte puis Tristan, fronçant les sourcils alors qu’il lui expliqua.

Quoiqu’il en soit, cela redonna du moral à Cassidy, absolument ravie d’avoir son Drakkari à ses côtés. Elle posa une main sur son torse en le caressant doucement puis s’appuya sur lui pour qu’il se penche en avant.

« Vous avez plus d’un tour dans votre sac… Messire Konnogan »

Elle passa les bras autour de son cou et lui rendit son baiser avec fougue. Les petites frayeurs de la soirée, sa jalousie, sa frustration, disparurent du visage de la jeune femme alors qu’elle caressa doucement sa nuque tout en se collant un peu plus contre lui, agissant par instinct et faisant fi de sa timidité habituelle.

Pourtant, quelqu’un frappa à la porte et Cassidy se décolla des lèvres de Tristan tout en tendant l’oreille et se retournant. Elle emmena le garçon dans la salle d’eau à côté puis alla ouvrir la porte. Un des hommes qui avait dansé avec elle se tenait sur le pas de la porte.

- Bien le bonsoir Dame Herediane. J’aimerais fortement m’entretenir avec vous, pourrais-je entrer dans votre chambre pour que l’on puisse discuter plus tranquillement ?

Groumph ! Voilà qui ne plaisait pas vraiment à la demoiselle mais qui gratifia l’importuneur d’un magnifique sourire désolé.

« Messire… vous voyez bien que je suis fatiguée et que je n’ai qu’une envie ce soir, c’est de me poser. De plus, vous devriez savoir que je n’invite personne à rentrer dans ma chambre… Qui sait ce qui pourrait arriver. Ah ! Et petite précision, arrêtez de fixer mon décolleté où je vous lance un sort qui vous fera loucher jusqu’à la fin de votre vie. Merci et… bonne soirée ! »

L’homme partit, visiblement refroidit par le refus de la damoiselle qui n’avait souffert d’aucune pitié dans ses paroles. Non mais oh ! Elle avait des choses plus intéressantes à faire là… Puis elle tourna la tête vers le domestique en lui faisant un signe de main.

« Hep ! S’il vous plaît jeune homme ! Pouvez-vous faire attention et le dire à vos collègues également que je ne souhaite pas être importunée ? Vous serez bien gentil… »

Sourire au jeune homme avant qu’elle ne ferme la porte… à clé ! Puis elle prit son bâton qui reposait près de ses affaires et murmura quelques formules tout en traçant deux types de symbole contre la porte tout en souriant, satisfaite de son coup avant de rejoindre Tristan en lui prenant les mains pour le ramener dans la chambre.

« Désolé hein… Je ne voulais pas qu’on te remarque… En plus j’ai scellé la porte pour être vraiment sûre d’être tranquille… On va mettre ça sur le compte de ma… parano. Je ne tiens pas trop à ce que ce baron me fasse une visite surprise… »

Elle rougit doucement tout en caressant son torse du bout de ses doigts en traçant des lignes. Avant de se tourner une nouvelle fois vers son sac pour en sortir une petite bourse qu’elle envoya à Tristan.

« Si on reste trois jours, tu auras peut être besoin d’un peu d’argent… Je pensais aller me balader dans les boutiques mais si il y a quelque chose qui t’intéresse, ça te permettra de ramener des choses pour toi. »

Il semblait assez surpris puis Cassidy lui fit un beau sourire tout en se rapprochant de lui.

« Ca me dérange pas… On va dire que c’est ton salaire en tant que professeur. »

Elle s’arrêta devant lui pour reposer ses mains sur son torse avant de prendre un air malicieux.

« Où en étions-nous déjà… »

La jeune femme se mit sur la pointe des pieds pour lui donner un nouveau baiser sur les lèvres tout en fermant les yeux. Puis elle le poussa gentiment pour le faire reculer jusqu’au lit alors qu’il s’allongea dessus obéissant, l’embarquant avec elle alors que la demoiselle se retrouvait en position de domination, ses cheveux commençant à se défaire, laissant des mèches rebelles s’échapper paresseusement de la pince.

Cassidy posa un doigt sur les lèvres de Tristan pour l’empêcher de l’embrasser, souriant un peu avec malice tout en parlant d’une voix douce.

« Attends un peu… »

Elle se rapprocha de son visage doucement, juste le temps pour lui respirer dans le cou, le fixant de ses grands yeux noisette qui brillaient d’une couleur magnifique, montrant toute l’émotion de Cassidy à ce moment là. Et il était tellement beau son Drakkari dès qu’il avait cette petite expression bien caractéristique de lui-même.

La demoiselle prolongea un peu cette attente, laissant monter cette envie lentement, se rapprochant toujours un peu plus près de lui. Puis elle décolla son doigt d’un geste sans qu’il s’y attende, l’embrassant avec une grande ferveur, la température commençant un peu à monter chez elle. Mais loin de là qu’elle allait mal au contraire… elle se sentait sur son petit nuage pour l’instant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 18 Sep - 14:41

La soirée aurait certainement promis d’être longue et terriblement ennuyeuse, pleine de tristesse et désillusion s’il n’y avait pas eu ce fameux petit bond en avant. Parce que c’est ce qu’ils avaient fait non ? Un bond en avant. Avouer ses sentiments… Il ignorait comment et pourquoi il avait commencé à entendre la voix de Cassidy ou plutôt sa souffrance, dans sa tête mais Tristan admettait que sans celle-ci, il ne se serait probablement pas décidé à lui avouer… qu’il l’aimait.

C’était la stricte vérité, pas un nouveau jeu tordu. Il l’aimait ! Vraiment !!!
En fait, il commençait à se demander s’il avait un jour cessé d’avoir des sentiments pour elle. Bien sûr l’attachement de l’enfant qu’il avait été n’était rien comparé à l’apparent brasier qui lui enflammait aujourd’hui le cœur mais le fond était quand même un peu… le même.

Ils avaient enchaîné les moments disons un peu ennuyeux pour eux et ceux où ils se retrouvaient généralement en cachette. Bien sûr ce n’était pas très drôle de prétendre qu’ils n’étaient pas ensemble parce qu’aussitôt les radars des hommes présents s’étaient mis en route et ils avaient d’autant plus reluqué la jolie demoiselle. Baaah, s’il n’y avait personne pour enchanter sa nuit, ils s’en chargeraient avec plaisir eux !!! Pas difficile de le comprendre.

De son côté, Tristan, étant bon danseur n’avait pas écrasé de pieds et heureusement parce que cela n’aurait pas été traduit par une grimace de douleur, c’est qu’il pesait son poids après tout !!!
Cassidy l’avait cherché mais il avait tôt fait de la rejoindre, faisant ainsi disparaître ses inquiétudes. Oui, il était plutôt… bien dans sa façon d’agir. Il prenait soin d’elle et même s’il avait affirmé qu’ils devaient laisser planer le négatif sur leur relation, il était le premier à tenter des espèces de petits jeux pour la surprendre mais encore et surtout la rejoindre.

A voir la manière dont elle y répondait, elle n’était pas vraiment contre la demoiselle. D’ailleurs ce fut bien difficile de sortir de cette petite pièce tranquille dans laquelle il l’avait entraînée. Pour sa défense, peu avant elle se faisait complimenter par une ribambelle de jeunes se croyant séduisants et ayant tous leur chance. Hum… Ca ne lui plaisait pas tellement.
Il est vrai que c’était assez… risqué comme attitude. Ils entendaient des pas dans le couloir, il y avait de l’activité après tout. Et eux s’embrassaient en cachette dans une petite pièce sombre. Elle avait dit qu’il la surprenait. Ce qui lui tira un grand sourire ravi. Il y avait de quoi après tout !

Hum… surtout qu’elle répondait plutôt bien en fait. Il s’appuyait contre un mur en la pressant contre lui, se fichant pas mal de se blesser un peu le cou à se pencher sur elle de la sorte. Ils faisaient juste un peu le plein avant d’être obligé de s’abstenir, voilà tout, non ? Et puis… ses lèvres avaient encore le goût du verre de jus qu’elle avait bu, parfumé, entêtant. Ou alors c’était peut-être juste elle.
Ressortir fut difficile, plus encore en voyant tout ce monde. C’est sans doute pour cela qu’il l’entraîna dehors… où ils étaient nettement mieux.

Surtout qu’ils n’avaient pas beaucoup de concurrents et évoluaient donc en toute tranquillité. Enfin en tranquillité, il ne fallait pas exagérer non plus. Parce que n’importe qui pouvait surgir tout à coup alors il ne pouvait pas s’embrasser mais il passa tout de même ses bras autour d’elle pour ne pas qu’elle ait froid. Elle lui disait qu’elle était fatiguée et il raffermit son étreinte, pense avec tristesse que derrière ce teint parfait se cachaient en fait des multiples blessures. D’ailleurs il devrait probablement vérifier l’état de celles-ci ce soir.

Rien que d’y songer, il avait un peu honte d’avoir en tête tant d’idées déplacées qu’il savait pourtant irréalisable pour l’heure. Mais bon… la fougue et l’impatience de la jeunesse n’étaient pas connues pour être raisonnables.
Il embrassa doucement ses cheveux et effleura ses mains qu’elle avait posées sur ses bras, se penchant un peu en profitant qu’il n’y ait personne pour déposer un baiser sur une de ses joues.

- J’espère que ça va aller… Tu as besoin de repos… ptit bout de chose tout faible.


Il avait rajouté la fin avec un sourire qui démentait ses paroles et bougeant légèrement, commença plus ou moins à la bercer. Elle lui dit comment cela risquait donc de se passer pendant le diner et il soupira comme s’il était condamné à mort avant d’enlever ses bras pour presser doucement ses épaules. Ce n’était pas facile pour lui non plus… de la voir se faire tourner autour de la sorte.

- Ca se passera bien… Je sais que ce n’est pas facile mais personne n’a besoin de savoir pour nous.


Nouveau sourire de sa part alors que comme elle se tournait vers lui, sans doute interdite, il prenait doucement son visage dans ses mains, l’air de souffrir de ne pas pouvoir l’embrasser.

- Que nous deux le sachions suffit amplement… Tu ne vas pas me reprocher de vouloir partager un… secret avec toi, si ?


Il lui sourit, tout de même malicieux le grand Drakkari. D’ailleurs, il continua en lui assurant que ça ne le dérangeait pas de parler de l’Académie et qu’il s’en acquitterait au mieux. Après tout, pour l’instant, elle n’était pas la seule à être sur un petit nuage et pourquoi s’amuserait-il à briser son travail ? Ce n’était pas dans leur intérêt. La torturer et lui mener la vie dure oh ça oui, il reprendrait mais dévaloriser son travail qu’il savait exceptionnel, certainement pas. Il l’avait relâchée en entendant des bruits de pas derrière eux, juste à temps pour que le domestique, dans la pénombre, ne remarque rien.

Finalement il y avait eu le diner, long même si tout était délicieux. Les conversations allaient bon train et Cassidy fit une superbe présentation de son école à laquelle il ajouta une foi presque aveugle. Mais personne n’irait chercher plus loin la raison. Il y croyait tout de même à son rêve et pour une fois, il le lui disait. C’est vrai qu’il n’avait jamais pris le temps de le faire mais… mieux vaut tard que jamais non ?

Leur petit incident sous la table par contre sema une espèce de trouble. Il faut dire qu’elle ne se rendait probablement pas compte qu’elle le mettait dans tous ses états là. C’est vrai d’accord, peut-être qu’il était un peu en manque et la fille qu’il avait connue pour une nuit à Glindel ne l’avait pas vraiment aidé au final. Leurs baisers le laissaient sur sa faim, ce n’était pas facile à vivre mais il comptait faire avec dans la mesure du possible, s’éloigner si ça devenait trop… intenable. Mais là… hem… Encore heureux qu’elle ne soit pas allé plus haut… quelques centimètres de plus et il faisait un vrai bond sur sa chaise.

Le diner prit fin au bout d’un temps que le jeune homme jugea interminable et ils furent conduits à leur chambre. Il ne s’attarda pas, pas même un bonsoir envers Cassidy. Il était d’ailleurs entré dans sa chambre en baillant tant et si bien qu’il donnait l’impression de n’avoir qu’une idée derrière la tête : dormir.
Elle avait de quoi être déçue en effet et elle le fut probablement quand elle se retrouva seule dans sa chambre. Rien n’est pire qu’une demoiselle frustrée. Mais qu’à cela ne tienne, son prince charmant jouait au roi des voleurs, escaladant sa fenêtre, le toit (puisqu’ils se trouvaient au dernier étage) puis s’était laissé glisser dans les appartements de la mage pour venir l’enlacer et l’embrasser… eh bien tout à fait comme un voleur. Bah quoi ? Il était surprenant bien sûr, elle avait déjà oublié ?

Quelle plus étrange manière d’être rassurée que de voir le prince charmant revenir à la charge malgré les dangers. Enfin en l’occurrence il avait surtout contourné le danger, pas bête le garçon. Il analysait vite la situation. Et puis pour fuir les maris jaloux, il avait dû apprendre à devenir adroit à terre comme en altitude. Mais ça, il n’était peut-être pas nécessaire de le rappeler à la... mage pas très partageuse.
Bien sûr au début elle était sur ses gardes, mais elle l’avait vite reconnu et semblait heureuse de son petit tour de passe-passe, ce qui lui fit bomber fièrement le torse… et du coup totalement décoller du sol la jolie demoiselle.
Quelle idée de serrer autant ses bras autour de son cou aussi. Son sourire taquin revint à la rescousse alors qu’il s’approchait un peu plus de son visage.

- Tu n’as même pas idée à quel point… j’en ai beaucoup à te montrer princesse…


Bon la suite se perdit plutôt en légers soupirs et un baiser… orchestré avec brio par une Cassidy pas timide pour deux sous. Eh bien, quelque chose à prouver ou à… rattraper ?
On frappa, ils s’arrêtèrent et elle le cacha dans la salle de bains contiguë. Il se laissa faire sans broncher, écoutant la conversation. Humph… Apparemment un homme un peu plus entreprenant que les autres avait l’intention de lui conter fleurette… Tristan se crispa, ses muscles se tendant avec force. S’il essayait seulement de la toucher… il finirait en bouillie !!!!!!
Mais la jeune femme était plus fine et plus adroite à ce jeu là apparemment et elle envoya bien vite l’importun sur les roses. Le pauvre ne comprit sans doute pas à quel point… il avait été rejeté. Ce n’était pas qu’à cause de la fatigue après tout.

Elle n’eut pas vraiment à venir le chercher puisque Tristan commença à revenir de lui-même alors qu’elle fermait la porte et… lançait un sort. C’était quoi ça ? Un truc pour insonoriser ? Non parce qu’il allait se faire des idées lui…
Il fronça les sourcils. Une visite surprise ? De la part du baron ? moui, elle avait bien fait de sceller la porte. Pourtant c’est avec un sourire qu’il s’approcha d’elle.

- Ce serait dommage pour lui parce que… y aurait déjà un mec dans ton lit non ?


Pendant un très court instant elle fit mine de ne vraiment pas savoir de quoi il s’agissait et il secoua la tête, amusé, pressant doucement ses mains sur son torse. Elle s’interrompit et s’éloigna sans qu’il ne comprenne avant de lui sortir une bourse pour qu’apparemment il aille faire des emplettes. Il la regarda d’un air désespéré au possible. Pourtant il aurait dû la remercier bien évidemment mais apparemment il était plus triste qu’autre chose. Il s’approcha d’ailleurs pour la lui remettre dans les mains.

- Je préfère que tu la gardes.

Il regarda ailleurs d’un air un peu gêné pendant quelques secondes puis poussa un profond soupir et s’expliqua.

- Non parce que si tu me la confies ça veut dire qu’on va se séparer et quitte à jouer le garde du corps, j’ai bien l’intention de… enfin faire les boutiques avec toi… enfin… je… pense pas que tu aies l’habitude que quelqu’un te porte tes affaires et tout et… la vraie raison est encore et surtout de te lorgner dans la cabine d’essayage… Maaaiis !!! tu ne peux pas totalement t’y opposer parce que la réciproque sera vraie et… que tu y auras droit toi aussi si tu réfléchis bien.


Drôle de discours ? Peut-être… Mais au moins ça avait le mérite d’être honnête et surtout il ne semblait pas prêt à reculer après avoir ainsi arrêté son choix. Elle allait devoir le subir, tant pis… même si c’est vrai que c’était tout de même rare qu’un garçon accepte de faire les magasins, elle ferait mieux d’en profiter.

Il ne savait pas tellement si ça lui convenait mais en tous les cas, elle se remit à l’embrasser et il s’y plia de très bonne grâce. D’ailleurs, passant les bras autour d’elle, c’est avec docilité qu’il recula lentement avant de buter contre le lit et de basculer en arrière. S’il la tenait, il ne craignait pas de se faire mal et il avait bien raison, le matelas était suffisamment moelleux pour que leur chute ne soit même pas perçue.
Sauf qu’apparemment elle voulait jouer et interrompit leur baiser. Curieux, il l’observa, mis au supplice par l’attente qu’elle faisait durer entre eux. Eyh ! C’est qu’elle apprenait vite cette princesse.
Mais l’attente valait le détour et quand elle se décida à de nouveau l’embrasser, ce fut pour mieux l’émerveiller.

Tristan lâcha même un léger gémissement redressant la tête pour coller un peu plus leurs visages, les mains dans son dos bougeant parfois dans une caresse, se crispant à d’autres moments. Ben oui, la température montait et avec elle les pulsions du jeune homme. Enfin leurs pulsions communes, sauf que c’était à lui de veiller au grain, cruelle tâche. Il se redressa sur un bras la pressant contre lui de l’autre en continuant de l’embrasser, assis, profitant qu’elle soit plus grande que lui.
D’ailleurs, même s’il n’avait qu’une main de libre justement, il entreprenait tout de même, l’expérience aidant bien, de défaire les lacets de sa robe. C’est qu’elle devait la serrer un peu non ? Ce serait peut-être bien de l’enlever… non ? Enfin elle pouvait l’aider aussi hein, sa chemise ne lui servait pas beaucoup dans le cas… actuel.

Très bonne idée n’est ce pas ? Pourtant, occupé à déposer des baisers dans son cou, il s’arrêta subitement, posant son front contre sa gorge en respirant difficilement. Non pas à cause d’une quelconque crise, mais c’est juste que… il ne devait pas se laisser franchir certaines limites, mais à trop les frôler, reculer devenait bien difficile.
Il reprit une respiration plus régulière mais alors qu’il parlait, son regard se ralluma. Ok, il l’avait trouvée magnifique, vulnérable, tellement craquante un peu plus tôt, mais là c’était surtout attirante et il avait toutes les peines du monde à lutter.

- Je dois m’occuper de soigner encore tes blessures, on ferait peut-être mieux d’aller sous la douche, non ?... Et puis, tu es fatiguée, la journée a été éprouvante.


Que les choses soient claires !!!! Sortir ces mots lui coûtait énormément ! Mais… c’était Cassidy… Et puis c’était vrai. Sous les allures de porcelaine, sa peau avait subi de sacrés coups, elle avait besoin de repos pas… d’avoir à repousser son petit copain parce qu’il cessait de réfléchir, le cerveau plus assez irrigué pour que ce soit possible !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 18 Sep - 18:21

La soirée se passait vraiment très bien. Cassidy avait vraiment cherché à repousser cette timidité maladive, son petit côté bégueule, pour ne pas gâcher les choses cette fois ci. Oui elle faisait d’énormes efforts pour que tout se passe le mieux possible. Profiter du moment présent même si ça la contrariait et fatiguait de se faire séduire à rallonge dans la soirée.

Pourquoi elle ? La jeune femme ne se trouvait pas si spéciale que ça. Elle n’avait pas de formes avantageuses comme les autres et ne faisait rien pour se mettre en valeur ni jeu de séduction. Alors elle n’arrivait vraiment pas à comprendre pourquoi on s’attachait à elle et cela la lassait grandement. Parce que ces hommes, peu importe ce qu’ils disent, s’occupent plus de son physique et de sa renommée que de son fichu caractère.

Bah avec Tristan c’est différent… parce que quand même ils partageaient un passé commun. Des souvenirs et surtout ils avaient appris à se détester avant de s’aimer. Et même si Cassidy aimait cette nouvelle facette de Tristan, ce n’est pas que pour son côté prince charmant qu’il l’intéressait. A cause de sa fougue, de son sale caractère, du fait qu’il ne se laissait pas marcher sur les pieds, qu’il avait ses propres avis. Mais aussi son sens de l’humour et sa façon de dédramatiser les choses à sa façon.

Alors le fait qu’il l’attire à l’écart pour l’embrasser à nouveau lui permettait de souffler d’une certaine façon. Oui elle n’était pas habituée à ce brusque changement de comportement mais elle s’y pliait de très bonne volonté. Il ne faut pas croire mais ces longues semaines d’absence sans pouvoir parler à Tristan, qu’il la touche, ça lui faisait quelque chose et elle ressentait comme un manque. Comme lorsqu’il était parti du village où la demoiselle avait ressentit également un manque.

Ils se posèrent dans le jardin et la jeune femme fit part de son inquiétude. Tristan l’avait entouré de ses bras, doucement, sûrement. L’embrassant par moments alors que la jeune femme ferma les yeux et huma l’air tout en se fendant d’un grand sourire, appréciant le vent qui soufflait dans ses cheveux. Elle aimait ce moment mais elle avait préféré quand même le moment sous la tente, là où il n’y avait personne pour les surveiller.

Tristan s’inquiéta un peu pour elle et Cassidy eut un très léger sourire quand il parla de petite chose. C’est vrai, au final elle était fragile même si elle voulait passer pour une mage puissante et très loin d’être faible et fragile. Elle se cala un peu plus dans ses bras, soupirant de plaisir, écoutant ses paroles comme quoi c’était un secret entre eux. Oui bien sûr, cela ne la dérangeait pas la demoiselle, qu’ils gardent ça pour eux, même si elle aura un peu de mal à ce qu’il se fasse draguer devant elle. Mais en même temps c’était Tristan…

Elle hocha doucement la tête pour lui dire qu’elle était d’accord. Ah oui pour une fois qu’ils avaient un secret bien à eux… même si ça allait sûrement finir par se faire savoir au final. Il continua sur sa lancée et la demoiselle fut rassurée par ses paroles, avant qu’on vienne les chercher.

Le dîner passa assez lentement d’ailleurs et même si Cassidy faisait preuve de courtoisie et de politesse, il était clair qu’elle n’était pas, mais vraiment pas à l’aise dans ce genre de choses, ayant l’impression de devoir se forcer à rester alors qu’elle avait envie d’aller se reposer et même elle se força à garder ses yeux grands ouverts car ça commençait à la piquer légèrement.

Enfin, ils sortirent de table et Tristan rentra dans sa chambre, avec un bâillement qui en disait bien long sur ses intentions. Ah non pas intéressé et très sage. Elle était déçue là ! Cassidy pensant que Tristan était un peu plus intrépide que ça quand même. Depuis quand se pliait-il à d’autres règles ? Mais elle comprit avec réflexion, qu’il faisait bien d’agir ainsi, évitant tout débordement de situation qui pourrait à l’un comme à l’autre. Au final, et même si cela l’agaçait, il avait raison.

Alors qu’elle pensait finir sa nuit toute seule, sans autre compagnie que son fidèle bâton, une ombre surgit dans son dos pour la retourner vers lui. Heureusement que rien n’avait volé, ni de décharge magique, ni quoi que ce soit. Et la demoiselle s’abandonna complètement quand elle comprit que le visiteur n’était autre que son intrépide Drakkari.

Non elle n’avait pas besoin d’entendre ses prouesses pour éviter les maris en furie lorsqu’il s’éloignait. Cela aurait un peu échauffé la jeune femme et ce n’était pas vraiment le moment. Ils commencèrent à s’embrasser et la jeune femme était particulièrement entreprenante ce soir. Fatigue ? Besoin de profiter ? Peur que ça ne dure pas ? Lorsque l’on vit dans la peur de voir se terminer un moment, il faut savoir le savourer comme il se doit.

Sauf qu’ils n’étaient décidément pas prêts d’être tranquilles. Cassidy conduisit rapidement Tristan dans la salle de bain avant de s’occuper du malheureux qui avait osé le déranger en pleine action. Hum… de toute manière, elle aurait agi de la même façon, que Tristan soit là ou pas mais là elle semblait particulièrement pressée de remballer l’homme en question, même si ça paraissait tout naturel chez elle, un exercice savamment étudié pour avoir la paix rapidement.

C’est que dès que ça concernait son espace vitale, la demoiselle prenait beaucoup plus d’assurance d’un coup ! Elle savait ce qu’elle voulait. Tout le contraire quand elle était avec Jordan, n’hésitant pas à multiplier les tours au petit coin par moments, cherchant des excuses lorsqu’il se montrait trop… collant et n’hésitant pas à fuir dès qu’elle avait besoin d’un moment de calme.

Bref, après avoir recalé le garçon, elle expliqua à Tristan la raison de ce sort, tout en lui envoyant sa bourse, il est vrai, pour qu’il puisse profiter lui aussi. Elle ne se douta pas que le jeune homme avait une toute autre idée derrière la tête et elle parut assez surprise par son discours, avant de commencer à étirer son sourire au fur et à mesure de ses paroles, récupérant la bourse.

« C’est vrai tu as raison… J’espère que tu aimes bien traîner et marcher parce que… hum… je passe du temps à regarder… »

Elle se mit à rougir doucement en se mordant la lèvre.

« Me regarder dans la cabine d’essayage ? Hum… ça me va si je peux faire de même ! Mais… attends toi quand même à ce que je résiste un peu sinon c’est pas drôle… »

La jeune femme souleva une des mèches rouges du Drakkari avant de lui tirer affectueusement la langue, avant de reprendre là où ils s’étaient arrêtés avant d’être dérangés. Elle le fit basculer tout en douceur sur le lit tout en le suivant, puisqu’il avait posé ses bras autour de sa taille, la retenant alors qu’ils étaient, il est vrai très collés l’un contre l’autre.

Cassidy fit durer le plaisir du baiser, reprenant ce que Tristan lui avait fait subir chez le guérisseur mais elle sentait l’envie monter aussi en elle en même temps, ce qui rendait ce prochain baiser encore plus tentant. D’ailleurs il l’était car c’est encore avec beaucoup plus de passion qu’elle l’embrassa, lui tirant un léger gémissement et enregistrant celui-ci. C’est qu’il devait bien aimé !

Les mains qu’il passait dans son dos lui donnaient des frissons pas désagréables du tout alors qu’elle continuait avec douceur et que Tristan commençait à défaire les lanières qui retenaient sa robe. Il avait raison, l’atmosphère devenait beaucoup plus chaude tout d’un coup. Cassidy elle, ne connaissait pas vraiment ça, ce désir qui enflamme le corps. Elle n’en avait que le début mais en tout cas, la chaleur était au rendez-vous alors qu’instinctivement elle commença à déboutonner sa chemise tout en passant ses mains sur le torse à Tristan.

*Etape n°5 : Lorsque le partenaire commence à avoir chaud, faites lui plaisir en lui retirant son haut avant d’accentuer les effets. Hum… c’est moi ou on est en plein dedans là ?*

La jeune femme commença à rougir violemment, se rendant compte qu’en fait elle était exactement en train de faire ce qui était marqué dans un de ces livres qu’elle avait eu la curiosité de lire. Enfin… elle n’était pas contre aller plus loin… mais… Tristan lui avait appris qu’il faudrait du temps et elle ne voulait pas gâcher l’instant loin de là. Mais gauche comme elle était, impossible pour elle de savoir ce qui était bien ou mal.

Tristan s’arrêta dans son cou alors qu’elle tira un autre gémissement, la faisant frissonner un peu plus puis il s’arrêta d’un coup, la respiration saccadée. Cassidy s’inquiéta tout de suite pour lui en baissant la tête, s’arrêtant elle aussi tout de suite. Qu’est-ce qu’il avait d’un coup ? Peut être se rendait-il compte de la situation ?

Il lui parla de ses blessures, de la douche, la jeune femme le regarda sans l’ombre qu’elle regrettait, qu’elle lui en voulait ou quoi que ce soit. Non elle était beaucoup plus compréhensive sans se douter une seule seconde que la douche pourrait aussi attirer certaines autres actions. Mais elle se concentra plus sur ce qui inquiétait encore et toujours le Drakkari, ses blessures pour lesquelles il s’en voulait horriblement.

La jeune femme acquiesça d’un signe de tête tout en lui faisant un beau sourire, nullement contrariée par cette coupure directe.

« Oui tu as raison… »

Elle l’embrassa sur la joue avant de s’écarter de lui un tout petit peu. Puis se releva pour chercher un truc dans son sac.

« Va dans la salle de bains, je te rejoins, je vais mettre mon maillot de bain… »

La demoiselle attendit qu’il se déplace puis enleva sa robe et ses sous vêtements, avant de mettre son maillot de bain. Après tout… elle était un peu prévoyante et se retrouver nue contre Tristan… hem… encore un peu de mal à l’imaginer ça. Bien que cela la fit rougir doucement. Elle prit délicatement la rose dans ses mains tout en souriant avant de la poser sur la petite commode à côté du lit puis enleva la pince, s’ébrouant rapidement pour faire redescendre ses cheveux.

Enfin elle murmura un mot en fermant les yeux et les blessures réapparurent. La jeune femme s’en voulait. Cela allait sûrement faire du mal à Tristan de la voir à nouveau dans cet état et pendant un instant, elle hésita à remettre son illusion mais il valait mieux rester… et bien ne pas avoir honte.

Cassidy déglutit puis entendit Tristan qui l’appelait de la salle de bain. Elle le rejoignit rapidement avec ses fioles et cotons dans ses mains. Le jeune homme avait finit par se déshabiller lui aussi, tout en l’attendant. La mage lui sourit doucement, sans comprendre pourquoi Tristan la regardait un peu bizarrement.

« Quoi ? Je suis si affreuse que ça ? »

Oh non apparemment pas. Elle se regarda dans la glace et ouvrit doucement la bouche, elle-même surprise. Non elle n’avait pas l’habitude de s’examiner sous tous les angles mais il lui semblait que ses blessures… étaient plus importantes que ça non ? Les traces de bleus et les plus petites blessures avaient quasiment disparus alors que les marques les plus visibles commençaient à se résorber tranquillement.

« Heu… J’ai bien désactivé mon sort d’illusion pourtant… »

Elle s’approcha du miroir et recommença la même opération, ah ben non apparemment ça cicatrisait très vite. La jeune femme pensa à cet effet un peu mystérieux de guérison accélérée mais là… c’était très rapide quand même ! Elle jeta un coup d’œil à Tristan, constatant que ses blessures commençaient à disparaître elles aussi.

« Ah je t’assure ! Je ne t’ai lancé aucun sort ! Non non je vais bien, je ne me sens pas épuisée magiquement… C’est vrai tu peux me croire. »

Cassidy était sincère. Elle ne savait pas vraiment ce qui s’était passé mais quelque chose d’étonnant s’était produit sans que l’un ni l’autre n’avait pu le sentir ou le deviner. La demoiselle tendit les fioles à Tristan et le coton.

« Quoi qu’il en soit… malgré cette guérison… ça serait bien que tu repasses un coup dessus. Enfin si tu le veux bien sûr… »

La jeune femme s’installa sur une chaise alors que Tristan lui prodiguait des soins. Elle se laissa faire en fermant doucement les yeux, un peu troublée par ce qui leur arrivait au final. Et puis, la demoiselle changea de réflexion… à l’arrêt de Tristan en plein milieu de leurs embrassades. Elle avait lu dans son livre, qu’il y avait aussi une histoire de pulsions, surtout pour les hommes, qu’on ne pouvait pas s’arrêter comme ça lorsqu’on était lancé.

La demoiselle était un peu songeuse. C’est vrai qu’il ne donnait pas l’impression de vouloir faire comme les autres, laisser aller libre à court à ses pulsions, attendre le bon moment justement. Mais où était-il vraiment ? Tristan lui avait dit d’attendre la dernière fois. Elle était assez sage pour le comprendre même si elle était impatiente et curieuse parfois. Malgré ce qu’elle… avait vu et lu. Mais elle ne savait pas vraiment si elle devait lui dire, attendre qu’il fasse… Si c’était comme pour sa déclaration… lorsque Tristan serait vraiment prêt et qu’elle aussi. Comment le voir ?

Sur ce point là, ils étaient aussi inexpérimentés l’un que l’autre. Car oui Tristan avait cédé à ses pulsions dans d’autres relations sans prendre en compte les sentiments. Mais là c’était différent et plus délicat. Parce que les deux jeunes s’aimaient. En même temps, Cassidy s’en voulait horriblement de ne pas offrir à Tristan. Elle avait peur de se faire lâcher parce qu’elle ne savait pas quand en parler.

Bref la demoiselle secoua la tête alors que Tristan lui disait qu’il avait terminé et elle se releva, souriant à nouveau, enlevant cet air songeur de son visage et Tristan passa le premier dans la cabine de douche pour enclencher la bonne température afin qu’elle n’ait pas froid. Puis il invita Cassidy à le rejoindre, ce qu’elle fit avec plaisir, ne se gênant pas pour… le regarder.

Sauf que la demoiselle n’en avait pas terminé et le sol étant un peu glissant, ses pieds dérapèrent en entrant dans la douche alors qu’elle étouffa un cri tout en se faisant rattraper par le beau Drakkari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Jeu 20 Sep - 18:29

Quelle déception pour la jolie demoiselle… Se faire délaisser de la sorte alors qu’il s’était montré si attentif auparavant. Enfin attentif… Disons qu’ils étaient tout de même proches ! Où donc était passé le côté coincé du beau Drakkari ? Enfin non, coincé n’était certainement pas le terme, il ne l’avait jamais été, mais disons juste où donc était passé son côté réticent, peu démonstratif. Il semblait se sentir bien avec Cassidy, du moins encore une fois, pour l’instant et d’en avoir assez de résister à quelque chose qu’il ne pouvait plus repousser. Ses sentiments pour elle. Après tout… il était tombé amoureux de la fillette des années plus tôt.

Quand il l’avait revue, comprenant enfin qui elle était, il avait été pris d’un doute. Et si ses sentiments revenaient ? Et s’il s’avérait qu’il était toujours capable d’en avoir pour une personne, aussi singulière soit-elle ? Mais il avait repoussé l’idée bien vite. De l’eau avait coulé sous les ponts depuis bien longtemps et en quantité indéniable.Ils avaient changé, lui le premier. Il se savait incapable de ressentir sérieusement quelque chose pour quelqu’un. Après tout… Il n’était qu’un profiteur, un séducteur, aimer, ce n’était pas pour lui. Oh vraiment ?

Sans doute était-il le premier surpris de ce revirement de situation. C’est que ce n’était pas… vraiment prévu, c’est le moins qu’on puisse dire.
En tous les cas, pour quelqu’un prompt aux baisers volés dans l’ombre d’un couloir, aux petites attentions discrètes et aux sourires ravageurs, il la… fuyait… Là, on ne pouvait pas vraiment dire autre chose puisqu’il se pliait totalement à la volonté de l’homme qui les séparait. S’il se faisait marcher sur les pieds pour si peu, il ne serait guère difficile de les séparer pour de bon.
Et elle avait bien raison, lui se plier à une règle ? Il fallait qu’elle lui convienne. Peut-être que finalement, il n’avait pas envie de rester avec la jolie mage.

Que nenni !
Dès qu’il avait vu que leurs chambres étaient en face l’une de l’autre, Tristan avait compris à quel type de surveillance ils étaient soumis et avait donc tenté le tout pour le tout. Comme il s’en doutait, la fenêtre de la chambre de la jeune femme était ouverte afin d’être aérée peu avant qu’elle n’arrive. Il s’était sans mal hissé sur le toit mais c’était la descente en elle-même qui s’était avérée plus risquée. L’humidité avait rendu l’ardoise du toit glissante et la rambarde près de la fenêtre tout autant, les prises manquaient un peu, mais le jeu en valait la chandelle et puis… il aimait jouer…

Elle avait été bien surprise la petite demoiselle quand il l’avait enlacée en profitant qu’elle lui tourne le dos. Oh elle n’avait pas l’air d’être ravie quand elle s’était tournée vers lui, prête à se battre bec et ongles sans doute contre ce voleur et il en était plutôt rassuré. Mais sous son baiser, elle s’était détendue, l’avait reconnu. C’était… bien.
Mais elle avait raison sur un point… Quand on craint de perdre quelque chose, on le vit intensément jusqu’au bout. C’était leur cas. Peut-être qu’au fond, même s’il n’en avait pas conscience, il craignait de la perdre.

L’interruption lui donna à réfléchir. Elle se faisait de plus en plus courtisée, il l’avait remarqué. Sans doute parce que son attitude était plus ouverte, moins réfractaire, plus souriante. En plus elle faisait plus attention à son apparence, comme le montrait ses robes plus courtes et le fait qu’elle s’attache les cheveux ou les coiffe d’une certaine façon. Les laisser détachés sans style particulier a un attrait bien sûr, mais à dégager ainsi sa gorge, elle attirait singulièrement, du moins elle l’attirait singulièrement.
Il entendait l’homme qui essayait de s’inviter dans sa chambre. Ce qui l’énervait le plus ? Ce n’était pas l’essai en lui-même puisqu’il pouvait tout à fait comprendre ce type, non c’était de ne pas pouvoir s’avancer, enlacer Cassidy devant lui et l’embrasser tendrement. Pour le faire rager, pour lui montrer que la place était prise.
Il en fut profondément… perturbé. Jamais encore il n’avait pensé ainsi, pas même pour Maud. Au grand regret de celle-ci.

L’histoire de la bourse leur permit de sourire, de s’amuser sur un sujet aussi simple que celui-ci.Au final, elle ne semblait pas mécontente de sa proposition. C’était intéressant, une manière détournée de dire qu’il avait l’intention de passer du temps avec elle, en partageant ce qu’elle aimait, même si ça touchait au shopping. Il acquiesça lentement, en souriant lorsqu’elle parla de marcher, pourquoi pas après tout ?
Mais lorsqu’elle évoqua le fait de l’espionner aussi dans une cabine d’essayage, il se mit à rire.
Bien sûr, sinon ce ne serait pas très égal !!!

- Hum… râle autant que tu veux, sinon en effet, ce ne sera…pas drôle…Et puis je ne compte pas le faire quand tu t’y attendras.

Elle les avait fait basculer sur le lit et ils s’étaient perdus dans un rire étouffé et des baisers.Surtout qu’elle faisait durer l’instant la demoiselle. Il apprécia d’ailleurs à sa juste valeur le talent qu’elle mit dans ce long et fougueux baiser qui se faisait tant désirer. Les mains tour-à-tour dans son dos, sur ses hanches ou sa nuque, pour sa part, il semblait décidé à imprimer à leur corps la marque de celui de l’autre, ce qui n’était sans doute pas faisable mais l’étreinte que cela donnait était…satisfaisante.

Difficile d’imaginer ce que la jeune femme avait en tête, à savoir les étapes de son livre.Pour sa part c’est avec naturel mais une douceur certaine, qu’il passait doucement ses mains sur les lanières de sa robe, les défaisant l’une après l’autre ce qui devait quand même un peu soulager la jeune femme.Ben oui, les corsets, ça sert… et ce n’est pas très pratique dans un cas comme celui-ci lorsqu’on s’étouffe un peu sous la température montante.

Comble d’ironie ou autres, il n’avait pas besoin de lui indiquer quelle attitude prendre, après tout, c’est avec un naturel certain, même si justement elle pensait aux étapes données par son livre, qu’elle passait les mains sur torse en déboutonnant sa chemise. Chaque frôlement était un nouveau frisson électrique et un nouveau coup de tonnerre dans son crâne.
Elle ne connaissait pas non… ce désir qui enflamme le corps, fait perdre la raison et toutes ses notions. Lui il connaissait mais l’attente, interminable jouait aussi énormément. Il savait plus ou moins où se trouvaient ses limites et comptait bien ne pas les franchir, mais diable que c’était difficile !!!

Surtout qu’il avait toujours cette fascination virulente pour sa gorge sur laquelle il s’appliquait à déposer de petits baisers de plus en plus appuyés ou tout simplement passionnés. Et comme elle y répondait en se collant un peu plus à lui ou en fourrageant dans les mèches rouges désordonnées de ses cheveux, il était… ravi.
Il remarqua qu’elle rougissait au moment où elle pensait à son livre et sourit contre ses lèvres, amusé et attendri…bon c’est vrai très occupé à rattraper ce petit temps de latence entre deux baisers par la suite. Il ne comprenait pas bien sûr…

Et aurait été surpris.
Parce que même s’ils étaient tous deux des adultes, il s’efforçait de l’associer à l’image d’une adolescente qui découvrait tout de la vie. Parce que c’était exactement ce qu’elle était, ce qu’elle faisait. Certes avec moins d’inhibitions qu’une véritable adolescente mais tout de même.
La brusquer ne l’avancerait à rien et surtout… pour une femme, de ce qu’il en avait compris, ça comptait quand même énormément. Il voulait, malgré le brasier qui lui enflammait les reins à cet instant, qu’elle se donne le temps de réfléchir, d’être prête. Bien sûr si elle en venait à lui annoncer que finalement elle ne voulait rien faire avec lui, ce serait sacrément blessant et il tomberait de haut, mais ça n’arriverait probablement pas…Il n’y avait qu’à voir comment elle le regardait, peut-être pas exactement comme lui mais ça y ressemblait tout de même.

Mais elle se trompait quand même pas mal sur ses intentions. Elle avait peur de gâcher l’instant elle ? Si il devait y avoir une personne dont il serait gâché, ce serait elle, pas lui, il n’avait pas grand-chose à perdre après tout… contrairement à elle justement…
Se faire violence de la sorte fut extrêmement difficile, surtout que l’odeur de sa peau lui semblait devenir de plus en plus… entêtante. Mais finalement Tristan se recula et proposa la douche ainsi que soigner ses blessures. Il savait que s’il l’embrassait encore un peu, il retiendrait moins ses gestes et… non… Il fallait y aller… à son rythme. Oui mais quel était-il au juste ?

Elle accepta et lui dit d’y aller, qu’elle le rejoignait… après avoir mis son maillot de bain. Il ne savait pas trop à quoi il s’attendait pourtant une lueur de déception, légère et brève brilla dans ses yeux alors qu’il obéissait sagement. Mais bon, elle était un peu prude la demoiselle, il ne fallait pas l’oublier.
Il ôta rapidement ses vêtements, gardant tout de même son boxer. L’idée du maillot lui avait fait comprendre qu’il était encore un peu… tôt. Eh bien heureusement qu’il avait pensé à la douche alors parce qu’autrement… Enfin…
Elle mettait du temps à arriver et il l’appela, se doutant plus ou moins qu’elle devait être en train de faire disparaître le sortilège d’illusion qui la couvrait.

C’est vrai, il n’avait pas du tout envie de la voir dans l’état dans lequel il l’avait ramenée. Ce n’est pas qu’il la trouvait moche, loin de là, il serait stupide de juger Cassidy sur l’apparence temporaire qu’elle pouvait avoir après avoir subi autant de violences et avoir bien failli être violée, mais la voir blessée lui faisait mal au cœur. Parce qu’il aurait dû empêcher cela, c’est vrai…

Elle le rejoignit enfin et il écarquilla les yeux. Bien sûr, elle ne comprit pas tout de suite et dut se regarder dans la glace. Oui, son corps guérissait, extrêmement vite d’ailleurs. Au début, c’est vrai qu’il avait cru qu’elle minimisait la situation, mais après qu’elle lui ait certifié que ce n’était pas le cas, la croyant sur parole, il s’émerveillait du résultat. Elle guérissait, elle guérissait de manière extraordinaire et il se sentait immensément soulagé. Il n’aurait pas peur de la blesser s’il dormait ensemble en simplement effleurant une de ses blessures. Oui, c’était rassurant.

Finalement, elle s’assit et il commença à nettoyer ses blessures mais pour la plupart elles étaient devenues superficielles. A croire que son corps, dans son besoin de plaire au Drakkari, se pressait de guérir. Il y avait peut-être un peu de ça, surtout de la magie et… beaucoup de bonheur. Si les sentiments négatifs la brisait et enclenchait cette mauvaise magie qui sommeillait en elle… pourquoi des sentiments plus que positifs ne pourraient pas accomplir des miracles ?
Il commença à lui parler mais s’arrêta rapidement, un sourire aux lèvres. Elle était si pensive qu’elle ne l’avait pas entendu et de toute façon, ce n’était pas très intéressant, il se contenta donc de la regarder.

Il devrait probablement en être dépité, mais la première chose à laquelle il avait pensé lorsqu’elle était entrée, ce n’était pas qu’elle lui cachait ses blessures ou qu’elle allait beaucoup mieux, juste… « par la barbe de Balthar, ce qu’elle est sexy ! »… Forcément ce n’était pas très conforme. Hum… le seul problème à manipuler ces potions tout près du corps de la jeune femme, à l’effleurer constamment et à se remémorer leurs baisers passionnés ? … Dieux que son boxer lui semblait… serré. Ca ne devrait pas être permis de faire des fausses bonnes tailles pareilles !!!! Moui et puis là il pouvait moins se cacher dans le bain comme il l’avait fait la dernière fois, plus embêtant…

Encore heureux qu’elle soit autant préoccupée par ses pensées, elle s’en serait bien vite rendu compte autrement. D’ailleurs leurs pensées étaient tout de même assez proches l’une de l’autre. S’il avait su qu’elle s’interrogeait autant, il l’aurait probablement rassurée. D’autant plus que ce n’était pas à lui de donner un quelconque feu vert, mais bien à elle, lui ne ferait… que se plier à sa volonté comme c’est souvent le cas dans une relation homme/ femme.

Il termina, le lui annonça et entra dans l’immense douche, l’attendant tranquillement. Moui, mais une Cassidy maladroite est et restera toujours une Cassidy maladroite. Elle glissa et heureusement, il la rattrapa sans mal, c’est qu’il avait de sacrés réflexes, elle ferait mieux de ne pas l’oublier. Riant, il l’embrassa doucement sur le front en lui disant de faire attention, qu’il aimerait profiter de sa guérison, même si ce simple terme pouvait vouloir dire énormément de choses.
Ce fut avec des gestes prudents pourtant qu’il lui proposa de laver ses cheveux. Bah oui, attentionné jusqu’au bout hein ?!!! Tant qu’il y était.

Et c’est ce qu’il entreprit en lui demandant fortement de le prévenir s’il lui faisait mal d’une façon ou d’une autre, à un moment… ou un autre.
Moui, très bonne idée le shampoing… Sauf quand après l’avoir fini, on commence à glisser ses mains pleines de mousse sur la nuque, les bras puis la taille de la jeune femme visée. Parce que là, effet garanti… auquel malgré toutes ses bonnes résolutions, il ne résista pas longuement, l’attirant doucement vers lui pour l’embrasser.

Ils se perdirent d’ailleurs tellement dans ce moment que ce fut lui qui glissa, l’entraînant dans sa chute, certes sans se faire ni lui faire mal, après tout, il était solide, mais en se disant que finalement, le sol de la douche n’était pas si froid et qu’il allait profiter un peu de la demoiselle qui lui était tombée dessus, redressant doucement la tête pour l’embrasser, fermant les yeux à cause du jet d’eau continu qui se déversait sur eux. Hum… des idées pleins la tête ? Non, pas du tout… Bon d’accord peut-être un peu mais elle était si peu habillée et lui… tellement heureux de partager ce moment avec elle, qu’il en oubliait toutes les convenances. Et puis au diable celles-ci ! Ils étaient jeunes et avaient le droit de profiter un peu non ?

- Je t’ai déjà dit à quel point… tu es attirante princesse ?
Demanda t-il même à son oreille

Moui… mais être un peu raisonnable serait finir par se calmer et après s’être séchés, aller se coucher…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Jeu 20 Sep - 21:17

Oui ils en vivaient des choses pour le moment. Et finalement après réflexion, ça ne pouvait pas être plus mal ces trois jours de « vacances ». En effet, les deux jeunes apprendraient à se découvrir ou se redécouvrir. En fait Cassidy ne l’avait pas montré très ouvertement mais elle était sincèrement heureuse et touchée que Tristan l’accompagne même si c’était pour faire du shopping ou peut être même s’amuser, faire une balade à cheval autour de la ville. Il y avait tellement de choses à faire !

Voilà qui les sortait du cadre de l’Académie, beaucoup plus rigide et avec tout ce monde autour, difficile de s’amuser alors que l’esprit était plus au travail. La jeune femme se rendait compte seulement maintenant de cette très bonne opportunité. Après tout, si elle se détachait un peu plus des études, c’était grâce à lui. Qui lui avait montré qu’on pouvait aussi penser à faire autre chose plutôt que de rester coincer dans ses livres et son bureau.

Et elle lui en était reconnaissant oui. Complémentaires un peu ils étaient tous les deux. Elle beaucoup plus sérieuse, lui profitant des moments qui valaient la peine. Et il n’y avait pas à dire, ils formaient un magnifique duo. Du moins Cassidy n’en avait pas encore conscience. Mais à voir les regards que leur jetaient les autres, il y avait une certaine communion ou magie entre eux. Même si c’était plus compliqué que ça au final.

Lorsqu’elle remballa gentiment un éventuel prétendant, Cassidy était loin de se douter que Tristan voulait approuver leur relation. Cela ne l’aurait pas gênée au contraire, la demoiselle se serait sentie très flattée mais ils ne pouvaient pas. Parce que c’était bien lui qui avait commencé en disant qu’ils n’étaient pas ensemble. Pourtant, ça aurait été plus simple d’en parler. Mais Cassidy savait respecter sa parole et le secret qu’il y avait entre Tristan et elle.

D’ailleurs en revenant dans la pièce, elle semblait un peu frustrée d’avoir été interrompue. Mais leur petit jeu recommença rapidement. Elle lui était reconnaissante qu’il lui tire les lanières de son corset. C’est vrai que ce n’était pas pratique et puis… en fait elle mettait des sous vêtements plus confortable en général. Son geste sonna comme une délivrance et un remerciement alors que la demoiselle commençait à avoir bien chaud, comprenant ce qui lui arrivait.

Oui elle le désirait ce Drakkari, vraiment. Elle voulait aller plus loin avec lui, mais comment lui dire ? Comment savoir quel était le bon moment ? Tristan sembla se rétablir rapidement et si elle avait su qu’il suffisait de lui en parler, elle ne se serait pas gênée.

Finalement, Tristan proposa de passer sous la douche. Mais ce que la demoiselle n’avait pas remarqué et d’ailleurs elle semblait fortement surprise, c’était que la taille de ses blessures s’était considérablement réduite. Elle avait l’impression de jouer au yoyo, c’était vraiment très complexe. Parfois cette magie noire refaisait rapidement surface et à d’autres moments, des choses étonnantes se produisaient.

Ce n’était pas la première fois, et Cassidy avait bien compris que ses sentiments pour Tristan étaient la cause de son état miraculeux. Du moins quand tout allait pour le mieux. Et ce qu’il n’avait pas vu, c’est que ses propres blessures à lui commençaient à disparaître aussi. A force de se frotter contre le torse du Drakkari, passer ses mains dessus, elle lui donnait non seulement de l’énergie à revendre mais lui offrait aussi une capacité de régénération comme la sienne.

Ca aussi la demoiselle s’en doutait plus ou moins mais elle ne savait pas du tout comment ça se déclenchait. Elle l’avait juste regardé, abasourdie, et avait voulu lui dire que… et bien il guérissait vite mais elle n’en eut pas le temps puisqu’il s’occupait déjà de ses blessures, avant de lui demander de venir le rejoindre.

Cassidy ne se fit pas prier, même si avant elle semblait plongée dans une profonde réflexion. Elle sourit et s’avança vers lui, avant de trébucher et d’atterrir dans les bras de Tristan. Celui-ci semblait être formé pour, car il la rattrapa facilement en se mettant à rire et l’embrassa sur le front.

La jeune femme eut un sourire d’excuse, vraiment craquant en le regardant et bredouillant quelques paroles concernant sa maladresse. C’est sûr, on ne pourrait pas la changer rapidement sur ce point là. Profiter de sa guérison hein ? Elle se redressa de toute sa hauteur.

« T’inquiète pas, je compte bien ne pas garder ces mauvais souvenirs plus longtemps sur moi. En revanche, ceux qui viennent après… j’ai envie de les revoir en boucle »

Elle lui tira doucement la langue. Oui quand il lui avait avoué ses sentiments, elle avait senti son monde devenir différent. Il avait ouvert une grande porte qui avait tapé droit dans le cœur de la jeune mage qui lui souriait toujours, tout en restant collée contre lui.

Ils commencèrent leur toilette et elle se sentit un peu bizarre. Wha… en fait c’était des choses qu’elle n’avait jamais fait mais vraiment pas. Alors que là, ça paraissait tout naturel. Il fallait préciser que Tristan était doué pour mettre à l’aise, bien plus qu’un autre homme. Enfin là c’était quand même un peu différent. Elle ne savait pas comment il était avec une autre femme, mais il se serait peut être conduit autrement avec une simple conquête d’un soir.

La jeune femme en profita pour passer les bras autour de son cou pour l’embrasser une nouvelle fois tendrement, se mettant sur la pointe des pieds tout en souriant. L’eau était à la bonne température, ils étaient bien tous les deux. Tristan lui proposa un shampoing, ce à quoi elle répondit très facilement. Finalement c’était agréable de se faire diriger et de se laisser faire.

Le shampoing était bien, en fait il semblait vraiment s’appliquer et à s’occuper de sa petite mage au maximum. Cassidy se sentait comblée. Vraiment. C’était peut être pas grand-chose mais pour elle c’était vraiment énorme. Elle semblait un peu timide par moments et le contact de leurs corps très peu couverts lui donnait des frissons qui l’élançait sérieusement. Elle ferma les yeux pour profiter à fond du shampoing.

Mais lorsqu’il termina, les mains du Drakkari se baladèrent tout le long du corps de la jeune femme, glissant tranquillement et lui tirant des frissons de plus en plus intensifiés. Elle laissa échapper un gémissement. Le contact de ses mains sur sa peau nue… c’était wha… En fait la tête lui tournait, le vertige d’une sensation qu’elle ne connaissait pas alors qu’il la libéra d’un baiser, ramenant en avant toutes leurs pulsions.

Cassidy ne se fit pas prier, s’accrochant à son cou et se collant un peu plus contre lui, rentrant dans une nouvelle phase d’envie encore plus grande que la précédente. Elle frissonnait mais avait chaud en même temps, se sentait terriblement bien.

Ce fut le Drakkari qui tomba, entraînant la demoiselle dans sa chute et cette dernière laissa passer dans ses yeux une lueur d’inquiétude, pas assez rapide pour lancer un sort afin d’amorcer sa chute en douceur. Mais cela ne semblait nullement ennuyer le jeune homme qui ferma les yeux, alors que la mousse dégoulinait le long du dos de Cassidy avec l’eau qui les frappait et il la ramena vers lui pour l’embrasser à nouveau. La jeune femme se laissa faire, répondant avec ardeur. C’est qu’ils étaient vraiment proche et ce sentiment de vouloir aller plus loin revint au galop alors qu’il lui murmura quelques mots.

Son corps fit un bon dans sa poitrine. Ce qu’elle aimait quand il lui disait ça. Qu’il lui plaisait, qu’elle était attirante à ses yeux. Peut être que d’autres hommes auraient le même discours, mais Tristan… et bien c’était Tristan. Elle avait cessé de le considérer comme un enfant oui et le considérait désormais comme son petit ami plutôt. Oui oui, comme les couples même si avec le recul elle serait forte surprise de son propre comportement et pourtant… elle avait vraiment des sentiments pour lui.

« Oui… mais je ne l’ai pas encore assez entendu… Tu sais je suis têtue… il en faut beaucoup pour me convaincre… »

Oh oui elle devait allumer la mèche et c’était quand même un beau sous entendu, alors que la demoiselle l’embrassa une nouvelle fois… avant de sortir un truc hum… un peu bizarre au niveau de son ventre. Hum ça devait être le flacon de shampoing… ou un coude… mais y a pas de coude en bas ?! Hem…

*Heu… c’est quoi ce truc dur ?*

Elle n’eut pas le temps de réfléchir d’avantage que Tristan l’embrassa à nouveau et qu’elle y répondit avec la même fougue. Avant de rougir comme un phare tout en repensant aux illustrations de son manuel. Tristan semblait l’avoir remarqué car il s’arrêta et se montra interrogatif.

« Hiouiiiiii tiiiiiii huuuu haaaa braaaa… »

Elle respira doucement, en fait elle ne s’y attendait pas vraiment et le regarda, ses pensées s’accélérant dans sa tête. Ah mais pourquoi elle bégayait à ce moment ? Pourquoi elle sortait des sons sans aucun sens ? Cassidy se sentait vraiment ridicule.

*J’ai compriiiiiis ! Je saiiiiis ! Ton hem… Mais… je sais pas comment te dire… C’est pas que je veux pas.. mais… j’ai pas… l’habitude…*

Considérons que c’était un truc tout à fait normal… Hem non pas possible ! Surtout en lisant la définition de comment ça marche ce truc là, il était impossible de se douter. Tristan semblait commencer à comprendre ce à quoi pensait Cassidy car il ne se posa pas plus de questions et se redressa alors que la jeune femme détourna la tête, en colère contre elle-même.

« Désolée… »

Désolée de ne pas être à la hauteur, d’arriver à gâcher cet instant, elle voulait que ça se passe bien entre eux et se sentait totalement minable. Alors la jeune femme décida qu’il était temps de parler, pour ne pas que Tristan s’imagine des choses et croit qu’elle ne veuille pas avec lui au contraire.

« Attends… je vais t’expliquer. »

Ils se séchèrent rapidement et elle le conduisit sur le grand lit alors qu’elle resta en maillot de bain, pas vraiment le choix sa nuisette était déchirée. Puis comme elle avait un peu froid, la demoiselle se blottit dans les bras du Drakkari en soupirant de plaisir.

« Tu te rappelles ce que je t’ai dis au sujet de coucher ensemble ? Et bien… mon avis n’a pas changé. »

Elle prit les mains de Tristan et les caressa doucement.

« J’ai vraiment très… envie de toi là. Je… enfin je le sens en tout cas. Je me sens vraiment bien… j’ai envie d’aller plus loin… »

Puis elle cala sa tête un peu plus en arrière contre le torse du Drakkari.

« Mais comme tu me l’as dis et que je l’ai entendu, ça reste quand même quelque chose d’important pour une femme… Alors si possible... »

La jeune femme se tourna dans la direction de Tristan et déposa un beau sourire sur ses lèvres.

« On est ici pour trois jours. Alors profitons de ces trois jours et le dernier soir… je… je veux t’offrir… ma virginité »

Oui il lui fallait un peu de temps. Elle voulait faire les choses bien mais ne pas attendre d’être rentrée à l’académie. Car qui sait encore ce qui pourrait leur arriver. Le regard de Cassidy était déterminé à ce moment là, franc et convaincue. Il lui fallait juste quelques jours supplémentaires pour s’habituer à cette idée. Mais si elle voulait bien le faire, c’était bien avec Tristan. Elle le sentait, elle le savait.

Doucement, la jeune femme posa son front sur celui de Tristan et ferma les yeux. Elle avait vraiment peur de sa réaction et se sentait encore plus maladroite.

« S’il te plait… je ne veux pas que tu m’en veuilles… »

Ca serait sûrement beaucoup plus facile après… lorsqu’elle aurait fait avec lui une première fois, ça lui serait plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 23 Sep - 16:54

Tout se passait pour le mieux. Oh pour le mieux vraiment ? Non pas tout à fait justement. Le mieux ne les aurait pas interrompus alors qu’ils s’embrassaient. Mais peut-être était-ce préférable, de leur montrer… les limites. De leur en imposer avant qu’il ne soit trop tard.
Tristan s’était retrouvé dans la salle de bains. Ca ne le gênait pas vraiment que Cassidy l’ait caché aussitôt sans vraiment savoir qui était derrière la porte, il n’était pas du genre à prendre ombrage pour si peu. Enfin pas ce soir du moins.

Néanmoins, seul dans le noir de la pièce, la tête penché et la mâchoire serrée, il écoutait la conversation et il se sentait… vraiment bizarre. Tsss !!! Ce type était minable de penser qu’avec une attitude aussi effrontée et une tentative aussi… peu attractive il pourrait séduire la jolie mage. D’accord, elle semblait plus ouverte aux rencontres avec autrui, mais elle était aussi beaucoup moins naïve. Il ferait mieux de s’en souvenir pour ne pas se ridiculiser.

Ses poings ses serraient convulsivement tandis que le Drakkari ressentait cette étrange envie de s’avancer dans la pièce justement et d’aller enlacer la jeune directrice devant ce dragueur de pacotille. Elle était bien assez grande pour se défendre seule, il le savait pertinemment et également qu’il allait devoir s’habituer à ce type de… commentaires peu à propos s’ils décidaient de garder leur relation secrète, mais c’était difficile à expliquer.

Comme cette fois-là à Glindel, où il avait rencontré Jordan pour la première fois. Cette fameuse fois où il aurait pu embrasser la jolie demoiselle et où il s’était abstenu préférant fuir. A ce moment là, ce drôle de sentiment qui lui donnait si souvent mal à la tête, n’était encore que léger, il débutait, il pouvait le refouler… du moins en partie, mais le début, il y avait pensé malgré tout.Première vraie pointe de jalousie.

La suivant e, réelle, avait incontestablement eu lieu lorsque ledit Jordan s’était rendu à l’Académie.
Quel dommage. Ils commençaient à peine à se réentendre, à se parler, à essayer d’être honnête, du moins pour sa part. Et ce petit freluquet était venu tout gâcher. Tristan avait eu cette réaction bizarre, de défi, de provocation envers le serveur. C’était étrange, vraiment. Parce que jamais il n’avait eu à agir ainsi et il ne comprenait pas lui-même pourquoi c’était le cas. Allons bon, qu’on lui explique !!!

Ca avait été mauvais pour eux deux. Parce qu’ils s’étaient éloignés et si les sentiments qu’il commençait à éprouver davantage pour elle n’avaient pas été ancrés de la sorte, même si c’était encore peu, il l’aurait tout simplement détestée, aurait fini par n’en avoir strictement rien à faire. Une chance que ça n’ait pas été le cas.
Ils avaient repris leurs baisers à la suite du départ de ce petit prétentieux de jeune noble mais quelque part, il en restait marqué il le savait.

C’était quoi ce truc qui résonnait dans sa tête ? Eux deux ? Jamais ? Pourquoi ? C’était bien la preuve qu’IL se trompait là, non ? Il chassa ces pensées et se préoccupa de la demoiselle contre lui. Moui, il serait plus prudent sans doute d’aller prendre une douche maintenant alors qu’il se sentait encore l’énergie suffisante d’affronter la vue de ses blessures. Oui, il s’en voulait toujours, terriblement parce qu’il était venu pour les empêcher et qu’il avait échoué, lamentablement, comme toujours.

Oui sauf que ses blessures… étaient quasiment entièrement guéries et celles qu’il portait également !!! C’était totalement irréel ! Ah non, il cicatrisait vite et bien d’accord mais pas à cette vitesse quand même. Il l’observa abasourdi. Elle était responsable de cette guérison bien sûr mais comment ? Parce qu’elle affirmait n’avoir rien fait. Il fut pris d’un sourire franc et l’embrassa tendrement pour la remercier, ne négligeant pas pour autant le soin à porter aux écorchures et bleus qui la marbraient encore.

Par la suite, il lui proposa un shampoing et elle semblait vraiment contente, ce qui dissipa le peu d’idées noires qui persistaient dans son esprit. Pour voir cet air ravi, il était prêt à tout… ou presque. Comme c’était… étrange.
Il l’effleurait par moments et en fermait les yeux, grimaçant légèrement, pris par les envies qui l’assaillaient sans cesse dès qu’il ne faisait que l’embrasser avec un peu moins de… retenue. Et puis, quand il passait ses mains sur elle, elle semblait aimer quand même. Ce n’était pas un gémissement de douleur ça. Mais en tous les cas, il faillit bien le rendre fou et lui faire perdre les pédales ni plus ni moins. Une chance qu’il réussisse à se contenter d’un baiser même plein de fougue. Enfin plus ou moins d’un baiser.

Parce que voilà… La demoiselle y répondait avec au moins autant d’ardeur que lui et si elle était encore un peu maladroite parfois, il avait la certitude que ceci n’était pas feint le moins du monde. Elle avait noué si fort ses bras autour de son cou à un moment qu’il en eut mal mais ne s’en rendit même pas compte, trop occupé à faire glisser ses doigts le long de son dos doucement ou au contraire à l’agripper avec force en continuant de l’embrasser. Pulsions, désir et une fichue retenue qui ne rendaient les deux précédents que plus intenses, il en eut les jambes coupés et finalement tomba.

Oh que la demoiselle ne s’inquiète pas, il y avait peu de risque qu’il se fasse mal pour si peu, la preuve, c’est à peine s’il sembla s’en rendre compte, trop occupé à la presser davantage contre lui. Essayant de temps en temps d’ouvrir les yeux sous le jet d’eau qui leur tombait dessus, il finit par renoncer, les fermant et cherchant instinctivement son visage dès qu’elle se reculait un peu par nécessité de respirer ou par jeu.
En plus il avait adoré sa phrase… Puisqu’elle aimait qu’il lui dise qu’elle était belle, il aurait tort de se priver.

Moui sauf que bon… A force de se faire enflammer les reins de la sorte…. Enfin non, pas à force du tout en fait. Il ne pouvait pas vraiment le cacher lui… que ça lui plaisait, qu’il voulait poursuivre. Bah oui, chez un mec ça n’a franchement rien de discret, surtout quand le mec en question est bien… hem… bâti dirons-nous. Il en venait à regretter de ne pas avoir gardé son pantalon. Mais en même temps ce n’était pas plus mal. Non pas qu’il ait l’intention de faire quoi que ce soit de plus et surtout dans cette douche, non mais oh, une première fois nécessite un certain confort pour être mémorable, mais il faudrait qu’elle s’y habitue… parce que dès qu’il l’embrassait avec un peu trop… de fougue en fait, il se sentait de plus en plus désireux et de ce fait plus il l’embrasserait, moins serait discret ce fichu désir.

Après, c’était naturel bien entendu et il ne pouvait pas vraiment le lui cacher. Pantalon ou non, elle aurait senti la bosse… très peu habituelle pour elle bien entendu, qui déformait son boxer. Ben désolé hein… Il avait oublié d’apprendre à être indifférent à des baisers pareils !!!
S’il commençait à se dire qu’il faudrait peut-être la prévenir, lui dire quelques mots là-dessus pour ne pas qu’elle commence à craindre qu’il ne lui saute dessus comme un sauvage, même si sincèrement, l’envie était très présente, il n’eut pas le temps d’articuler un son.

Elle s’était arrêtée un instant, bougeant un peu contre lui, apparemment perplexe et un peu gênée… Et elle comprit, ils cessèrent de s’embrasser et elle ressemblait à une luciole sacrément timide vu son teint. C’était limite si elle ne clignotait pas ! Par tous les dieux, qu’est ce qu’elle pouvait être rouge !!!!!!! Il prit carrément peur, pensant qu’elle faisait un malaise ou quelque chose du genre. Après tout, si lorsqu’elle allait mal, sa mauvaise magie pouvait causer des dégâts chez elle, quand elle était bien, peut-être que c’était des dégâts aussi… en bien… mais des dégâts. Il ouvrit la bouche pour lui parler mais elle se mit plus ou moins… à barrir, le laissant bouche bée.

Comprenant qu’il ne s’agissait en fait que de lui, des réactions de son corps qui l’effrayaient au final, il se crispa un peu. Mais bon, peut-être était-ce normal. Comment réagissaient les adolescentes dans le même cas que la demoiselle ? Sans doute de la même façon. Otant doucement ses bras d’elle, un peu blessé c’est vrai, mais encore et surtout voulant éviter de lui faire croire qu’il avait en tête justement de dépasser les limites qu’ils s’étaient imposées, il la lâcha et se redressa lentement, lui tendant la main pour l’aider. En fait, alors qu’il l’observait, son regard dévia sur son entrejambe et il se mordit la langue. Moui, c’est vrai que ce ne devait pas vraiment être rassurant après tout, elle ne pouvait pas savoir comment ça marchait.

Elle s’excusa et il tourna la tête vers elle, surpris. Elle n’avait pas à s’excuser voyons. D’ailleurs, il allait protester avec véhémence, refusant tout net qu’elle s’excuse pour ceci mais elle continua en disant qu’elle voulait lui expliquer. Lui expliquer ? Lui expliquer quoi ? Elle avait failli être violée pas plus tard que ce matin ! Quand elle s’était débattue, elle avait dû sentir le même type de réaction physiologique chez les hommes qui l’avaient enlevée, comment pourrait-elle ne pas en avoir peur hein ?!!! Mais ce n’était pas sa faute, pas du tout !!!!!!! Et il n’avait pas l’intention de le lui reprocher !!!
Pourtant, curieux, il acquiesça, se sécha et l’aida à se sécher. D’ailleurs, il s’était mal séchés les cheveux parce que de l’eau coulait un peu de temps à autre le long de ses mèches humides puis de son torse.

Ils retournèrent dans la chambre, elle le fit s’asseoir sur le lit. S’il avait toujours son boxer, n’ayant pas pris le temps de l’enlever, surtout devant la demoiselle, il avait passé une serviette autour de sa taille. Alors quand elle vint se blottir contre lui, il se contenta d’ouvrir puis de refermer ses bras sur elle dans un geste tout naturel, la pressant doucement contre son torse. C’est qu’elle était vraiment craquante dans son maillot. Mais il s’était efforcée de ne pas la regarder, ça n’améliorait rien à ses pulsions après tout.

Et elle commença à parler… Le sidérant à chaque phrase davantage. Tristan demeura silencieux. Elle lui disait qu’elle voulait toujours que ce soit lui… son premier en gros non ? C’est ce qu’elle lui avait dit des semaines plus tôt. Une déferlante de soulagement lui fit tourner la tête. Ca voulait dire qu’elle n’avait rien fait avec Jordan !!! Du moins qu’elle ne l’avait pas fait avec lui !!! Son cœur s’était mis à battre plus vite et un sourire barra son visage.
Hum… la phrase suivante par contre, si elle fit aussi accélérer ses pulsations cardiaques, lui tira encore et surtout un nouveau pic de douleur encore plus intense dans les reins. AAAIIIIEEEE !!!! Lui dire que là elle avait vraiment envie de lui, d’aller plus loin… Elle souhaitait qu’il lui saute dessus là hein ?!!!Parce que c’était cruel de le faire languir ainsi.

Il se calma plus ou moins avec la phrase suivante, pour mieux rechuter par la suite.
Elle disait que c’était important. Et même là alors qu’il avait les yeux baissés, pas sa faute aussi, sur le décolleté sublime de la jeune femme, il était tout à fait d’accord et ne voulait pas qu’elle précipite les choses sous prétexte de faire comme tout le monde. Oui, c’était raisonnable, il était content de voir qu’elle y avait réfléchi. Elle y avait réfléchi ?! Ah oui ? Vraiment ? Pas du tout.
Autrement elle n’aurait pas sorti la suite.

Immense, énorme, magistral bug de la part du garçon. Ses premiers mots avaient un sens… pas les derniers. Oui ils étaient là pour trois jours, tout à fait. Ca allait être long, mais s’ils pouvaient être ensemble tout irait bien. Mais la fin… de son discours, monologue étrange, l’acheva totalement. Elle voulait… lui offrir sa virginité… le dernier jour. Tristan eut l’impression de se prendre un dragon (et pas un bébé dragon) de plein fouet. Mais style le gros dragon bien lourd… Quoique, inutile d’en arriver au dragon… Si ledit dragon lui avait lâché une énorme vache dessus, il aurait eu la même impression en fait. Pointe d’adrénaline qui annihilait la cohérence de ses pensées, incertitudes, malaise…

Muet, stupéfait, il sentit vaguement qu’elle appuyait son front contre le sien et semblait toute timide d’un coup, il entendit dans une espèce de résonnance ses mots comme quoi elle ne voulait pas qu’il lui en veuille. Lui en veuille de quoi ? Qu’elle ne veuille pas passer aux choses sérieuses ce soir ?!!! Ses mains tremblaient et la brûlure dans ses reins devenaient si insupportables qu’il se redressa rapidement, s’écartant d’elle avec une rapidité surprenante pour quelqu’un dans un tel état de choc et retourna aussitôt dans la salle de bain dont il claqua la porte avant que l’eau coulant, ne se fasse entendre la seconde suivante. Et vu le grognement douloureux qu’il poussa, ce ne devait pas vraiment être de l’eau chaude.

Pauvre petite princesse… qui devait bien s’inquiéter justement qu’il lui en veuille. Mais qu’elle calme ses pensées, le jeune homme réapparaissait déjà. Il n’avait pas vraiment pris le temps de se changer autrement que sommairement et son corps brillaient de myriades de gouttelettes d’eau. Il retenait la serviette sur sa taille, essayant de la nouer pour ne pas… choquer davantage la jeune femme et vint directement vers elle, posant ses mains sur ses épaules… avant de la forcer à s’asseoir à son tour. Pour sa part, il s’approcha d’elle et… lui fit un câlin… quand on est tout mouillé ce n’est pas génial… surtout qu’il avait la peau glacée pour le coup, ben oui, l’eau froide fait cet effet. Le visage… euh plutôt bien placé puisqu’il l’appuyait contre sa poitrine, il lâcha un profond soupir désespéré avant de secouer légèrement la tête, de la relever et prenant son visage dans ses mains, de déposer un tout léger baiser sur ses lèvres.

- Tu es totalement folle toi, princesse, tu sais ?

Il soupira de nouveau, apparemment gêné et s’agenouilla finalement devant elle, tenant doucement ses mains dans les siennes, les regardant alors qu’il cherchait apparemment ses mots.

- Je ne sais pas si je vais réussir à m’exprimer correctement alors pardonne moi si c’est maladroit s’il te plait. Tout à l’heure… je tenais à m’excuser pour la douche. Je ne voulais pas te faire peur et en fait je ne comptais rien te faire tu sais… c’est juste que tu me… plais beaucoup alors mon corps réagit en conséquence, je ne voulais pas te choquer.

Il prit une profonde inspiration, levant la main pour l’interrompre alors qu’elle ouvrait la bouche.

- Non laisse moi parler, tu me répondras après… Je… Je ne peux pas accepter… ton cadeau. Je n’aurais jamais cru dire ça un jour mais je ne peux pas te laisser faire bêtement… Je conçois parfaitement que tu en aies assez d’attendre, de te conformiser à l’image que tu dois donner, aux règles que tu as dû respecter et qui te poussaient à ne pas t’écouter, que tu aies envie d’aller plus loin. Que tu le veuilles avec moi me rend très heureux, ne te méprends pas,j’en suis extrêmement flatté. Mais je refuse que tu le programmes ! Ce… ce n’est pas quelque chose qu’on peut prévoir Cassidy. Ca vient tout seul, parce que tu sens que c’est le bon moment, parce que tu en as envie et parce que tu n’as pas peur de regretter, pas parce que tu penses que c’est ce que tu dois faire. Et puis…j’espère, même si je m’attends à être surpris une fois de plus avec toi… que tu ne le fais pas aussi parce que tu crains que j’aille voir ailleurs en attendant que tu te décides. Ca n’arrivera pas. Mais… euh… ne… ne prends pas trop longtemps quand même hein…

Il avait ajouté la dernière phrase assez piteusement en se frottant la nuque d’un air gêné. C’est qu’il n’était pas prêt à attendre deux ans là en fait…

- Enfin je… tout ça pour dire… Que tu ne peux pas le programmer, même pour me faire plaisir et me dire que notre relation ne se cantonnera pas dans des baisers. Mais tu sais, entre s’embrasser et faire l’amour, il y a beaucoup d’autres étapes, à découvrir au fur et à mesure, sans précipitation… Bien sûr, se fixer des limites dans ces conditions est très difficile mais je suis prêt à relever le défi et puis… je ne m’étais jamais posé de questions pareilles avant mais pour toi.. enfin… je… j’ai vraiment envie que ça se passe bien et ce n’est pas comme ça que ça le sera… crois moi.

Il lui sourit gentiment, se redressant pour déposer un baiser sur son front. Malgré quand même des paroles tout à fait honorables pour un jeune homme qui avait quand même des pulsions non négligeables pour la demoiselle, il semblait un peu timide, un peu gêné, clairement pas dans son élément. Mais il devait la rassurer, et puis s’il le pouvait, il voulait que ce soit un bon moment pour elle aussi voilà tout. Même si bien sûr, pour une première fois, ce n’est jamais évident.
Caressant doucement son visage du bout des doigts, il la regardait avec une tendresse que bien sûr, il n’avait jamais eu pour qui que ce soit. Mettant son visage à hauteur du sien, il la regarda, se mordillant la langue avant de respirer profondément. C’est que ce n’était pas facile à dire.

- … Je… Je t’aime… Alors ce n’est pas attendre un peu qui y changera quelque chose…. D’accord ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 23 Sep - 21:03

Pour le moment, Cassidy était sur son petit nuage et était totalement désintéressée du reste. C’est bizarre quand même ce genre de comportement. Alors qu’avant, elle était totalement dévouée à sa magie ainsi qu’à ses responsabilités, la petite mage avait d’autres envies pour le moment.

Bien sûr, ces longues semaines passées sans Tristan avaient été dures. Elle se rappelait bien trop souvent avant de dormir, la fois où le jeune Drakkari avait insisté pour resté avec elle, afin d’éviter qu’elle fasse des bêtises supplémentaires, dormir avec elle.

Cette nuit et journée avaient été riches en rebondissements. Elle s’était livrée à lui, avait parlé avec beaucoup de franchise et révélé ce qu’elle n’avait jamais osé dire durant toutes ces longues années. Qui aurait pu croire qu’un jour, cette mage si désintéressée des sentiments et des hommes pourrait seulement tourner la tête vers l’un d’entre eux ?

Elle ne se trouvait pas particulièrement jolie à la base, même si certains la complimentait. Cassidy n’avait jamais compris pourquoi on s’intéressait à elle alors que la demoiselle ne faisait que repousser les contacts, se bloquait à toute tentative d’approche mais tout cela avec un sourire craquant mais non pas de séduction. Elle était simple, naturelle, pas vraiment envie de plaire mais attendant qu’on lui ouvre les yeux.

Depuis tout ce temps, elle avait fini par oublier Tristan, croyant que celui-ci avait disparu, n’avait pas survécu à la dure survie dans un monde hostile. Peut être que ses instincts descendant des dragons l’avaient sauvé au final. Oui c’était fort possible après tout. Car comment un petit jeune sans aucune expérience du monde extérieur aurait-il pu s’en sortir ?

Il y avait aussi et surtout autre chose, que Cassidy se refusait à penser pour l’instant. Ce n’était pas le moment de se gâcher la soirée avec ce genre de réflexions.

Mais il fallait dire que Tristan lui avait manqué, bien plus que ce qu’elle n’avait montré. Faisant preuve d’une réelle indifférence devant lui quand elle était avec Jordan, gardant une sorte de rancœur comme quoi le garçon ne voulait pas la courtiser ou au moins, tenter de faire plus et qu’au final, lui aussi s’en fichait vraiment d’elle.

Pourtant, malgré cette attaque imprévue, cela avait dénoué quelques nœuds entre eux. La peur de perdre l’autre, la peur de se séparer une nouvelle fois. Elle ne savait pas ce qui avait poussé Tristan à lui avouer ce genre de chose, alors qu’il était si fermé habituellement, qu’il avait dit qu’il était indifférent. Oui avant que leur comportement ne change, il lui disait qu’il ne pouvait pas et la jeune mage en avait été fortement attristé.

Alors les choses avaient changé, et Cassidy avait été sous le choc de cette révélation. C’est vrai elle avait arrêté d’espérer. Bien mal lui en a pris. Elle a tellement peu de confiance dans ce domaine complètement inconnu, que baisser les bras était plus facile ici que pour tenter de maîtriser un bon gros sort.

Mais là, ça allait un peu mieux et elle était toujours sur son petit nuage, même si LA question de coucher ensemble lui trottait dans la tête. C’est qu’à force de s’embrasser de cette manière, ça donnait envie d’aller voir un peu plus loin, de monter les étapes crescendo même si, on est d’accord, à ce stade là on peut bien s’en passer.
Tristan avait proposé la judicieuse idée de la douche. Très bonne chose, cela lui permettait de se remettre un peu les idées en place mais un peu. Car une fois arrivés dans la douche, passé l’étonnement de leurs blessures mutuelles qui avaient décidé de jouer à la course à la guérison, la jeune femme glissa sur le Drakkari qui la rattrapa rapidement.

Tout semblait pourtant normal alors qu’elle semblait contente qu’il s’occupe d’elle. Wha… la grande dame Herediane… réputée dans Ascadian pour sa capacité à apprendre rapidement… qui ne plis devant rien ni personne… aimait se faire chouchouter par un … guerrier. Original pour la demoiselle qui n’était pas réputée pour son accessibilité.

Et pourtant là elle se laissait faire comme si de rien n’était et trouvait cela plutôt agréable au contraire alors que son compagnon décida de pousser un peu plus loin, l’embrassant à nouveau. C’est vrai que leurs contacts rapprochés leur donnaient envie d’aller encore un peu plus loin. En fait, Cassidy découvrait vraiment avec Tristan des choses dont elle ignorait tout.

Mais pourtant, elle se débrouillait pas si mal que ça. Serait-ce les sentiments qu’elle éprouvait pour Tristan qui lui donnaient des ailes ? Sûrement. Et puis il avait l’habitude lui, et même si ça avait gêné la petite mage, repensant à ses anciennes conquêtes à lui, qui lui donnait des idées assez bizarres, Tristan savait la guider un petit peu sur ce terrain où il s’y connaissait un peu mieux.

Etait-ce vraiment le cas ? Car là c’était un peu différent. Oui, là il y avait une réelle envie de faire plaisir à l’autre, de se transmettre ce sentiment qui donne le vertige, accélère les palpitations et donne des élans agréables dans le ventre.

Ils étaient encore en train de s’embrasser alors que Tristan tomba sans que cela ne le dérange plus que ça. Mais leurs ardeurs, ou plutôt les ardeurs de la demoiselle furent vite interrompues par le changement d’état anormal de Tristan. Il se trompait, elle n’avait pas vraiment fait attention à ça ce matin quand elle avait failli être violée. Trop occupée à regarder ses agresseurs dans les yeux, sans chercher à ciller, sans montrer la moindre peur ou douleur sauf quand un d’entre eux appuya sur la marque de son bras.

Mais la demoiselle eut un comportement étonnant, allongeant des syllabes sans aucune cohérence, juste qu’elle n’arrivait pas à aligner deux mots, pour s’excuser, ou parce qu’elle ne savait pas quoi dire tout simplement. Tristan semblait un peu déçu et Cassidy se sentait encore plus mal à l’aise. Non elle voulait être grande mais elle n’y arrivait pas totalement. Elle essayait mais son ignorance la rattrapait au galop.

Alors, à cause de ce malaise, elle décida de lui expliquer car elle ne pourrait pas cacher ça très longtemps et puis, ils avaient eu assez de secrets l’un pour l’autre, ça ne leur avait vraiment, mais alors vraiment pas réussi. Ils se séchèrent donc rapidement et elle l’entraîna sur le lit pour être plus à l’aise avec lui.

Cassidy avait toujours les cheveux un peu mouillés, malgré le temps passer à se frotter ses mèches dans une serviette et de l’eau continuait à descendre le long de ses épaules et de son dos, un peu normal après tout.
Alors, elle se cala dans ses bras, pour se sentir rassurer, pour le sentir un peu contre elle tout en respirant lentement des choses qu’elle allait aborder. Ca ne servait à rien de l’envoyer sur une fausse piste, Cassidy savait très bien que Tristan ignorait tout ce qui avait pu se passer les dernières semaines et c’est donc tout naturellement qu’elle lui confirma qu’elle n’avait pas d’expérience supplémentaire. Non elle n’avait rien fait avec Jordan. L’imaginer seulement lui donnait mal au cœur et pas dans le bon sens. Non pour faire ce genre de choses, surtout quand on est une femme, il faut un coup de cœur, une sorte de feeling entre les deux et ça n’avait jamais été le cas avec le serveur.

Elle avait désespéré de pouvoir retrouver une relation un peu plus amicale avec Tristan. Au départ, son idée en allant à ce gala était de se faire connaître et peut être qu’en sortant de son trou elle rencontrerait un homme qui l’aiderait à faire oublier Tristan. Grossière erreur. Pendant la soirée, aucun homme n’avait attiré son attention, à part un certain Drakkari même si ils ne pouvaient pas se manifester en public.

Bon c’était pas facile mais au moins ça permettait d’alterner les différentes phases, gentiment, et en toute innocence.

Parlant tout en pesant ces mots, elle avait effectivement réfléchi. Ici, ils avaient du temps à passer ensemble. A l’académie, ça serait différent. Auraient-ils une occasion de se rapprocher à nouveau ? Est-ce qu’elle devait manifester son attirance certaine devant les élèves envers le Drakkari ? C’est vrai que vu dans un sens, c’est un peu délicat comme sujet. Et puis, le fier Drakkari se ferait peut être remarqué pendant ses cours, il y avait quand même Siiri qui n’avait pas sa langue dans sa poche et n’hésiterait pas à le faire remarquer.

En effet, pour la demoiselle Drakkari qui snobait les autres races, imaginer un frère fricotter avec la petite directrice… ça le faisait moyen. Cassidy ne savait pas vraiment quelle attitude aborder au final même si elle ne sentait pas plus gênée que ça.

Alors, le faire ici, se laisser le temps de se découvrir un peu, c’était vraiment être tranquille. Personne ne les connaissait et personne ne verrait ce qu’ils allaient faire. Cassidy avait aussi peur de quoi pouvait être fait l’avenir. Une relation comme ça, au départ c’est tellement fragile. On est maladroit, on ne sait pas comment s’y prendre.

Quoi qu’il en soit, sa phrase crispa Tristan alors qu’elle se retourna dans sa direction, s’attendant à voir un Drakkari déçu, énervé, vexé. Sauf que ce dernier se dépêcha de retourner sous la douche pour pousser un grognement alors qu’elle se tourna en haussant un sourcil avec interrogation. Il avait sûrement mal pris son discours voilà tout ! Elle se sentait encore plus piteuse.

Cassidy le vit alors revenir, avec une serviette cette fois et qu’elle fixait hem… l’endroit caché avec une certaine curiosité quand même, la gêne passée. C’est qu’elle était bizarre la demoiselle quand même. Puis elle se fit plus polie et releva les yeux vers la tête de Tristan, alors que ce dernier se contenta de l’inviter à s’asseoir avant de la prendre dans ses bras et déposant un baiser sur ses lèvres.

Elle frissonna légèrement, quelle idée bizarre que d’utiliser de l’eau froide tout à coup ! Puis il se mit à parler et elle fronça les sourcils. Elle folle ? Puis il s’agenouilla et la jeune femme baissa la tête pour le regarder dans les yeux, mi intriguée, mi inquiète, se demandant bien ce qu’il allait dire.

Et ce qu’il disait la laissait un peu sans voix. Alors qu’elle voulut se mettre à protester en ouvrant la bouche rapidement, le jeune homme semblait avoir deviné car il l’arrêta pour reprendre de plus belle. Cassidy se fit attentive et serra doucement les mains du garçon.

La jeune femme sourit doucement quand il parla de longueur. C’est qu’elle ne comptait pas attendre des années non plus avant de se lancer elle aussi. Mais il avait raison. Juste trouver le bon moment. Il acheva son discours par des phrases tout à fait sérieuses, étonnant la mage. Ah oui au départ, elle le voyait comme un coureur de jupons uniquement… Intéressé par n’importe quelle femme qui pourrait le satisfaire ou faire l’affaire.

Et ce qu’il disait la rassura énormément. Il serait surpris oui car c’est vrai qu’elle y avait pensé qu’il aille voir ailleurs. Après tout… elle était une débutante, pourquoi s’encombrerait-il alors qu’il avait des demoiselles qui n’attendaient qu’un geste de sa part pour répondre à ses désirs et envies ? Ah oui elle avait un sacré handicap.
Puis Tristan s’arrêta, faisant une pause, afin de reformuler ces quelques mots qui achevèrent de la rassurer alors qu’elle lui fit un sourire vraiment craquant et le regardait avec des petites étoiles tout au fond des yeux. Elle souriait et semblait vraiment heureuse, touchée par ce qu’il lui disait alors que le jeune homme était juste en face d’elle, caressant son visage avec tendresse alors que la tension qui avait animé Cassidy à cause de ses appréhensions.

Elle se sentait extrêmement soulagée mais aussi intimidée. Puis la jeune femme posa une de ses mains dans les cheveux à Tristan tout en les caressant doucement, dans un souffle.

« Tu sais… c’est pas l’envie qui me manque. Tu m’attires beaucoup aussi. Mais… je ne sais pas c’est quand le bon moment. Alors je me suis dis que peut être que trois jours ça serait suffisant… mais bon… Et puis oui je vais te surprendre mais j’ai lu que… les hommes avaient des besoins à… assouvir et c’était assez difficile à retenir alors oui je ne voulais pas… enfin quoi que je te dise, si je me dénigre encore une fois tu vas me gronder.»

La demoiselle se mit à sourire doucement.

« Dis donc… je ne me serais jamais douté qu’un jour tu serais en train de me faire la morale. J’ai beau faire ma sérieuse avec mes responsabilités et compagnie mais en fait j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. »

Cassidy lui fit une petite grimace craquante puis elle passa sa deuxième main dans une mèche blonde qu’elle fit tourner autour de son doigt.

Elle avait envie de lui parler de vigilance au sujet de sa blessure magique, de ce qui pourrait lui arriver mais elle se sentait incapable de lui en parler pour l’instant. D’ailleurs, la demoiselle ne savait pas vraiment comment aborder les choses. Oh et puis on verrait ça plus tard !

Puis, elle glissa ses mains contre la nuque à Tristan et l’attira doucement contre elle, déposant sur ses lèvres, un baiser un peu moins fougueux mais plus tendre, sans grande prétention avant de s’écarter doucement de ses lèvres.

« Hum… Faudrait juste que je fasse attention à ce que je fais pour ne pas te rendre la tache plus difficile que ça. J’ai lu dans mon livre qu’il y avait certaines actions qui… enfin voilà… même si… j’en ai envie. Aaah ! C’est compliqué tout ça ! »

Cassidy regarda en l’air avant de fixer Tristan à nouveau, sourire d’excuse sur le visage. Quand on veut bien faire, c’est toujours maladroit. Puis elle se mit à bailler doucement en mettant poliment une main devant sa bouche tout en se détournant, parce que, il fallait l’avouer, ce n’était pas très… sexy comme on dirait. La demoiselle se mit à rougir.

« Quelle journée… Dis… tu pourrais m’apporter ma brosse sur la commode là ? Et ensuite je pense qu’on se couchera. Il va falloir qu’on reprenne des forces. Toi je sais que tu es toujours bien au réveil, moi j’ai une tête de mort vivante quand j’ai pas mon quota d’heures. »

Elle lui sourit avec sincérité. C’est vrai, ça ne servait à rien de tourner autour du pot. Puis, la mage décida de faire une dernière action, se rapprochant de lui et l’enlaçant tendrement juste avant qu’il se relève, sans honte ni peur de se coller contre lui.

« Au fait… merci… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 24 Sep - 18:24

Rien… Elle n’avait rien fait avec Jordan… Quel soulagement !
Au moins il n’aurait pas droit à une comparaison. Etait-ce d’ailleurs une bonne ou une mauvaise chose, il ne savait pas trop. Mais ça lui faisait plaisir. Même si du coup, il se sentait un peu coupable d’avoir tenté de l’oublier avec une autre femme. Enfin, bien entendu, ce n’était pas comparable puisqu’elle n’était pas du tout expérimentée, alors que lui…
Enfin bon… Cela restait quand même un soulagement. Au moins elle lui avait épargné cette honte, tristesse, jalousie.

Qu’elle le lui dise au lieu de faire durer le suspens lui fit aussi plaisir. Elle l’estimait assez pour, l’appréciait suffisamment, même si elle devait lui en vouloir justement d’avoir ramené aux portes de l’Académie, sa compagne d’un soir. La pauvre…
Bien sûr, s’il avait su qu’à l’origine, elle venait aussi à ce gala pour se trouver un « petit copain », il aurait été surpris, déjà vis-à-vis de Jordan qu’elle agisse de la sorte et ensuite un peu blessé quand même. Bah quoi ?! C’était elle qui avait choisi de les éloigner l’un de l’autre en se laissant compter fleurette par le serveur ! Il n’avait pas l’intention de mener un combat perdu d’avance. Les déceptions dans la vie ne sont guère agréables…

Il l’écouta patiemment, ne l’interrompant à aucun moment. Bon bien sûr, si elle avait manifesté à haute voix ses doutes, il aurait essayé de la rassurer et de la guider. Après tout, oui, c’est vrai, ici, ils avaient plus de temps même si c’était moins… libre quand même qu’à l’Académie où ils pouvaient se voir très « professionnellement » sans que cela n’inquiète qui que ce soit. Mais elle avait tout de même proposé avant que leur relation ne tourne au vinaigre, qu’ils se voient de temps à autres le soir. Quand elle lui avait proposé cela, c’était en connaissance des sentiments qu’elle éprouvait pour lui et donc en sachant que ce n’était pas qu’amical. Bien sûr s’afficher n’était pas forcément la bonne solution.

Mais précipiter les choses l’était bien moins encore.
Elle lui avait donc parlé de son idée, de sa proposition, de son cadeau. Peu importe la façon dont on le formulait, cela restait énorme… Et surtout pour lui qui… il devait bien l’avouer, tenait beaucoup à elle et à son bien-être. Autrement, bien sûr, il aurait accepté sans même se poser de questions… S’il voulait juste profiter, s’il agissait juste ainsi pour la berner, pour se venger de l’indifférence qu’elle lui avait témoigné, ce serait parfaitement réussi…Moui mais ce n’était pas vraiment le cas alors…

Par contre Tristan dut s’absenter rapidement, se précipitant sous la douche. Une douche froide, oui c’était exactement ce qu’il lui fallait. Même si elle se trouvait maladroite, Cassidy avait été plutôt… douée pour lui expliquer ce qu’elle… voulait, comptait faire et elle lui en avait mis des idées dans la tête. Très agréables pour la majorité, mais qu’il n’aurait pas dû avoir il le savait. Etre raisonnable, attentif, c’était ainsi qu’il devait agir, pas en se jetant sur elle comme une bête sauvage ! Autrement il ne vaudrait guère mieux que ces sales types qui avaient tenté d’abuser d’elle !!!!

Alors oui, la douche devenait… salvatrice, même si ce n’était franchement pas agréable.
Mais elle se trompait… il n’avait pas mal pris son discours… pas du tout même.
D’ailleurs quand il revint, assez rapidement pour ne pas qu’elle s’inquiète, le Drakkari fut très surpris du regard qu’elle posait… hum… un peu trop bas d’ailleurs, sur lui.
Qu’avait-elle tout à coup ? Il n’y avait pas de sels de bains bizarres cette fois pourtant !!!
Il chercha ses mots, eut du mal à les trouver et décida d’y aller au feeling comme toujours.

Ce ne fut pas simple de lui expliquer le fond de sa pensée, surtout qu’elle était très loin des besoins ou appels de son corps. Mais oui… il fallait attendre, pour que ce soit le mieux possible. Qu’elle se précipite de peur de le perdre… était aussi fou que vrai… et triste. Il ne pouvait pas le permettre, même si seuls les dieux savaient à quel point il en avait envie !
Il essaya vraiment de la rassurer et de lui montrer que même si elle était adorable à vouloir aider leur couple, elle ne devait pas faire n’importe quoi, surtout la première fois. Oui, elle avait raison, après ce serait plus simple… mais pas la première fois non… Elle devait y penser, vraiment. Et elle y pensait justement.

En tous les cas, elle sembla le comprendre et quand il acheva son discours, elle commença à lui sourire, d’une telle façon qu’il se sentit l’étoffe d’un super héros. Wahou !!! C’était ainsi qu’on était regardé quand on faisait quelque chose de bien ? Parce que dans ce cas, il était prêt à réitérer encore et encore les bonnes actions. Qu’elle était… craquante quand elle souriait ainsi. Son estomac se noua douloureusement… Pas que l’estomac d’ailleurs. Si d’un seul sourire elle commençait à annihiler l’effet de la douche froide, ça n’allait pas être génial là !!!!
Mais bon, elle était trop mignonne, c’était certain. En fait, s’il avait eu connaissance de ses doutes quand à sa beauté, son capital d’attirance et autres, il en aurait probablement été abasourdi. Qu’elle soit naïve était une chose… qu’elle soit aveugle… en était une autre.
Se sentant maladroit même si très injustement, quand c’était le cas, il restait trop mignon ce grand athlète aux cheveux ébouriffés, il lui répondit d’un sourire timide.

Elle commença à parler et il se fit très attentif, même s’il fermait les yeux sous la caresse de ses mains dans ses cheveux. Que c’était agréable. Oui s’il en avait été capable, il aurait ronronné !!!
Par contre ce qu’elle disait le réveilla bien assez vite et il la fixa avec une certaine… sévérité avant de lâcher un léger soupir agacé.

- Tssss !!! Bien sûr qu’on a des besoins… les femmes aussi d’ailleurs, qui ne sont pas négligeables. Mais disons qu’elles les maîtrisent bien mieux que nous… comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs. Je ne te le cache pas, je suis admiratif de tout ce que vous êtes capables de faire par rapport à nous. Alors pour te répondre, oui, j’en ai et je comprends que tu craignes que j’aille voir ailleurs si tu me fais trop attendre mais dans ce cas, je préférerai autant te dire avant, que j’en souffre… pas le faire dans ton dos, ce serait… vraiment cruel. Mais je vais bien… Et puis… comment dire. Non, ce ne sont pas des choses qu’on peut prévoir et le bon moment… crois-moi, quand il sera là tu le sauras toute seule sans avoir besoin d’aide. Ca peut effectivement arriver dans trois jours comme dans trois semaines, on ne peut pas vraiment dire… mais oui, si tu te dénigres, je devrai te le faire payer… quoique te donner une fessée n’est pas vraiment pour me déplaire… hum…


Il secoua la tête pour se remettre les idées un peu… en place, même si ce n’était clairement pas évident. Il lui sourit plus gentiment et déposa un nouveau baiser sur son front.

- Oui… tu as encore beaucoup à apprendre, mais ne t’en fais pas, je suis là si tu as besoin d’aide… ou si tu as peur. Alors… ne t’en fais pas, d’accord ?

Il avait dit ça en observant sa grimace avec un sourire. Bah, elle était toute mignonne cette grimace après tout. N’empêche, il avait tout de même trouvé le cran de lui redire qu’il l’aimait. Fallait pas croire, pour lui non plus ce n’était pas facile…
Il se tenait tranquillement devant elle, un peu penché en avant, profitant qu’elle soit assise sur le lit… Hum et se rinçant de nouveau l’œil sur son décolleté, c’est vrai. Elle l’attira doucement vers elle et l’embrassa. Même si ce n’était pas du tout comparable à ce qu’ils échangeaient un peu plus tôt et qui avait bien failli lui faire perdre les pédales, il apprécia.

Et ça c’était encore plus étrange. Ben quoi ?!!! Il avait l’habitude des contacts physiques, d’apprécier tout ce qui poussait vers le charnel. Apprécier autant un petit baiser tout simple, juste très tendre, c’était…différent… Il ne connaissait pas, mais ça lui plaisait au final. Il glissa doucement les mains le long de ses bras puis dans son dos, faisant de son mieux pour répondre à ce baiser avec tendresse et sans cette espèce d’air affamé qu’il avait eu un peu plus tôt.

Elle se mit à lui dire qu’elle devrait faire attention à ses actions. Même si elle n’était pas très claire, il comprit immédiatement où elle voulait en venir. Oui, bien sûr, elle avait peur de trop le tenter et de ce fait de rendre leur relation un peu chaotique. C’est sûr que s’il devait se précipiter sous la douche dès qu’ils s’embrassaient avec un peu trop… d’enthousiasme, ça allait vite devenir une habitude la peau glacée et le frissonnement désagréable.
Il rit, se contentant de frotter son nez contre le sien, un air taquin au visage en lui disant de ne pas s’en faire, qu’il la préviendrait si jamais ça n’allait pas.

Après quoi, elle se mit à bailler et il sourit de plus belle, amusé de la voir ainsi. Etrangement, quand elle baillait elle paraissait beaucoup plus jeune, comme lorsqu’elle avait ces quelques mimiques enfantines qui troublaient tellement son âge. Il se contenta de se redresser doucement, prêt à accéder à sa demande mais elle l’enlaça et il lui rendit gentiment son étreinte avant de la fixer avec sévérité.

- Tsss tsss tsss, ne me dis pas merci tout de suite, j’ai bien l’intention de te torturer un peu quand même.


Il alla donc lui chercher sa brosse et la lui tendit avant de prendre un air… fermé, pensif. Il l’observait et lui demanda finalement de l’attendre là.
La seconde suivante ? Oh et bien il passait par la fenêtre… Refaisant son précédent chemin mais en sens inverse, plus lentement et en assurant davantage ses prises tout de même, ce qui avouons-le, n’était pas plus mal.

Au bout de quelques minutes, le jeune homme revint. En passant par la fenêtre, il avait ôté sa serviette pour ne pas qu’elle le gêne et lorsqu’il fut de retour, ce fut avec un pantalon et… une tunique. Sauf que la tunique, il l’avait passée autour de sa taille et non nouée justement.
Il vint rapidement rejoindre Cassidy qui semblait l’attendre, assise sur le grand lit, en train de se coiffer et lui tendit gentiment sa tunique.

- Tiens, je sais que ça ne remplace pas ta robe, honte à ces mécréants, mais c’est mieux que rien et tu devrais pouvoir dormir plus à l’aise. Par contre…je ne garantie pas que je ne sifflerai pas en te trouvant terriblement sexy avec….


Grand sourire innocent de la part du Drakkari qui lui fit un clin d’œil. Ben oui, il avait remarqué que malgré ses dires et son « envie » d’aller plus loin, la demoiselle était encore très intimidée, la preuve elle n’osait pas se présenter nue devant lui… Ce qui vu que son maillot n’était pas bien grand n’était pourtant pas une étape si déterminante à franchir mais peu importait. Elle agissait très différemment d’avant, il ne lui reprochait pas de garder un petit côté pudique. Au contraire… Mais là, elle serait certainement beaucoup plus à l’aise si elle pouvait au moins enlever le haut de son maillot.

C’est vrai, elle n’avait pas dit qu’elle voulait dormir avec lui… Mais à vrai dire, il s’invitait et n’avait pas l’intention de demander l’autorisation même s’il y avait très peu de chance pour qu’elle lui dise qu’il devait regagner sa propre chambre.
Il attendit tranquillement qu’elle se change, s’allongeant sur le ventre, la tête dans un oreiller pour la rassurer sur le fait qu’il ne regardait pas et lorsqu’elle effleura son dos pour lui dire que c’était bon, il se redressa sur un coude et laissa échapper ledit léger sifflement.

Elle semblait exténuée. Aussi surtout après tout ce qu’elle avait vécu, insista t-il pour faire cesser toute discussion et se levant, il alla éteindre les lumières avant de la rejoindre sans précipitation sous les draps. Pris d’une hésitation, il la surmonta en s’approchant d’elle et en la prenant doucement contre lui.
Le jeune homme s’immobilisa sagement et s’il effleurait doucement ses bras dans une caresse qui se voulait apaisante, il n’eut pas le moindre geste déplacé…même si l’envie ne lui manquait pas, se contentant de lui souhaiter bonne nuit.

D’ailleurs s’il la veilla pendant un bon moment encore, jusqu’à être certain que la respiration plus lente et profonde de la demoiselle n’était pas factice, il s’endormit rapidement, le visage appuyé contre ses cheveux et pour la première fois depuis bien longtemps, avec la certitude de faire de merveilleux rêves… Sans doute très pervers, mais de merveilleux rêves quand même.
Et elle se trompait…parce que le lendemain, elle n’avait pas du tout l’air d’une morte-vivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 24 Sep - 22:03

Beaucoup de discussion, des doutes, des paroles rassurantes. En une journée, ils avaient encore plus évolué. Cassidy croyant que Tristan serait fâché ou déçu par son comportement de jeune adolescente. Elle en avait vraiment honte, de ne pas être comme les autres femmes de son âge. Mais en quelques paroles et surtout avec un magnifique « Je t’aime », la confiance de la petite mage était revenue.

Elle semblait encore inquiète et pendant qu’elle y était, se mit à parler de ses doutes et surtout de ce qu’elle pensait réellement. Tristan semblait un peu agacé et lui expliqua bien certaines choses à ce sujet comme quoi ça viendrait au feeling en quelque sorte.

La jeune femme se mit à sourire gentiment. Une fessée hein ? Elle voulut lui répliquer que c’était plutôt elle qui aurait besoin de lui mettre des fessées, après tout ce qu’il lui avait fait subir jusqu’à présent mais elle demeura silencieuse, se fit attentive alors qu’un beau sourire éclaira son visage. C’était réconfortant et rassurant dans un sens.

Les doutes s’envolèrent de l’esprit à Cassidy alors qu’elle grimaça avant de l’embrasser d’une autre façon. Prenant soin de faire un baiser un peu moins fougueux et plus… et plus Cassidy en fait ! Un brin timide, un brin maladroit mais rempli de beaucoup d’affection. Comme ce qu’elle n’avait jamais cherché à montrer quand elle était plus jeune.

Cela l’amusa et elle se rappela avec nostalgie cette fameuse soirée sous les étoiles où son maître lui avait bien dit que la petite mage devait beaucoup aimer ce vilain Drakkari pour en parler de la sorte. Même si ce n’était pas le spécialiste des histoires amoureuses. Et cela l’avait beaucoup aidé, même si elle avait encore cherché à se cacher, à ignorer ces vrais sentiments qu’elle ne connaissait même pas. Non ça ne pouvait pas être de l’amour, c’était très loin de ça !

Pourquoi aimerait-elle un garçon qui l’insupportait ? Qui l’embêtait et l’épuisait ? Oui mais voilà, cela l’avait rendu assez bizarre à cette période là. Pourtant trop jeune pour comprendre quoi que ce soit.

Cela le fit rire et il se colla un peu contre elle, qu’il préviendrait si ça n’irait pas justement et la jeune femme lui fit un beau sourire tout en le remerciant. Tristan parla de torture et Cassidy se mit à rire en caressant sa main.

« Je m’en doute… si tu ne le faisais pas… je me dirais que tu es tombé sur la tête ou que tu dois sûrement être malade. Mais ne t’attends pas à ce que je te laisse faire sans rien dire »

Elle semblait vraiment fatiguée alors que sa principale préoccupation était de se coiffer avant d’aller dormir. Ce à quoi le Drakkari répondit en passant par la fenêtre alors que la demoiselle jeta un regard interrogateur à celui-ci.

*Quoi ? Il veut pas dormir avec moi ?*

Encore une crainte de repousser le Drakkari alors qu’elle se mit à soupirer doucement tout en prenant sa brosse pour démêler les nœuds d’un air songeur. Il revint assez rapidement avec un pantalon et une tunique qu’il lui tendit avec un sourire.

Cassidy le regarda avec interrogation avec de lui faire un grand sourire. C’est qu’elle appréciait énormément le geste, s’attendant à dormir en petite tenue. Elle prit la tunique tout en riant quand il lui parla.

« T’as pas peur que je la garde pour moi ta tunique après ? Hum… Non. Je pense que si je me balade avec, ça va faire un peu louche quand même »

Elle lui fit un clin d’œil tout en veillant à ce qu’il regarde ailleurs alors que la demoiselle enlevait le haut de son maillot pour enfiler la tunique… qui était très grande pour elle. Cassidy arrangea ce haut de fortune comme elle pouvait avant de sourire de nouveau. Ca sentait bon, et puis elle avait l’impression d’avoir Tristan tout contre elle comme ça.

Jeune demoiselle sur son petit nuage en mode rêveuse, c’est ce qu’elle était en ce moment. Puis elle frôla doucement du bout de ses doigts le dos du Drakkari alors que celui-ci se retourna pour pousser un sifflement admiratif, ce qui la fit rosir de plaisir.

Attentionné lui ? Qui l’aurait cru…

Elle se glissa dans le lit et se tourna vers Tristan pour voir ce qu’il comptait faire, pas vraiment gênée de le voir la rejoindre alors qu’il se conduisait vraiment très sagement, la prenant dans ses bras alors que la demoiselle poussa un soupir de satisfaction non retenu.

« On est vraiment bien là… »

Juste le temps de formuler un bonne nuit avant de fermer les yeux et de s’endormir presque directement. Car oui elle était vraiment fatiguée mais là au moins, elle se sentait bien, en sécurité et il n’y avait aucune raison pour qu’elle se sente stresser. La scène de ce matin dramatique lui paraissait bien loin à présent.

La directrice dormit comme un bébé cette nuit, complètement détendue, sans faire un geste, sans cauchemar et avec la chaleur que lui procurait Tristan derrière elle, c’était du luxe. Ils n’avaient jamais réellement dormi ensemble. Enfin si… mais c’était encore rare pour l’instant et cela l’étonnait de voir à quel point elle s’habituait rapidement à cette idée. De dormir avec un homme. Alors qu’il y a encore quelques temps, elle était tout à fait contre.

La fin de la soirée se passa sans problèmes. Le soleil vint pointer le bout de ses rayons par la fenêtre alors que Cassidy commençait à émerger doucement, toujours dans les bras de Tristan, émettant un léger gémissement alors qu’elle commençait à s’étirer, sentant la présence du bras du Drakkari contre elle, dans une position de fœtus. Ca lui rappelait la nuit à l’académie où il avait pris cette position inconsciemment dans son sommeil.

Quelques réflexions plus tard, la demoiselle commença à faire de la place dans ses pensées, se remémorant de la veille, rougissant. Oui Tristan était toujours là, il n’avait pas bougé d’un pouce et la jeune femme se tourna dans sa direction alors qu’il avait encore les yeux fermés. Ce qu’il était beau quand il dormait, il avait beau avoir des traits assez marqués, cet air paisible lui rappelait un peu son enfance. Enfin pas qu’il soit réellement paisible mais il ressemblait un peu à un enfant.

La jeune femme ne le réveilla pas mais contrairement à hier, elle attendit qu’il se réveille, ne préférant pas bouger cette fois là même si Tristan n’avait rien à craindre pour elle en ce moment. Lorsqu’il commença à cligner des paupières, la jeune femme se rapprocha de son visage tout en lui parlant d’une voix douce.

« Bonjour bel endormi. Tu as bien dormi ?”

Et sur ces belles paroles, elle s’approcha un peu plus de lui pour déposer un tendre baiser sur ses lèvres tout en souriant.

Ils restèrent un moment comme ça, à profiter un peu de la matinée couchés l’un contre l’autre, avant de ne penser à enfin bouger, au grand regret de Cassidy qui n’avait pas eu l’occasion de faire des grasses matinées apparemment.

Il y avait autre chose d’étrange. En fait, si elle avait eu des blessures sévères sur son visage et son corps la veille, cela ne semblait qu’être qu’un lointain souvenir. Car en effet, de ces marques ne restaient que des petites taches, qui annonçaient la fin de la cicatrisation. Du côté de chez Tristan, c’était pareil, ses blessures étaient presque complètement refermées. Un miracle oui… Ou peut être cette douce chaleur qui s’était dégagé du corps de Cassidy pendant toute la nuit.

Elle pensait oui que sa magie était responsable de certaines guérisons mais la mage avait encore un peu de mal à l’admettre.

Pourtant elle se redressa comme Tristan avant de se diriger vers la salle de bain pour faire sa toilette et mettre une autre de ses robes, une bleue cette fois, moins tenue de soirée mais tout aussi bien que l’autre. La demoiselle retourna vers le Drakkari, la tunique dans sa main en le regardant avec interrogation.

« Alors tu en penses quoi ? »

Elle semblait satisfaite de la réponse car elle se rapprocha de lui pour l’embrasser une nouvelle fois. Profitons avant qu’ils ne soient en public. Elle lui rendit sa tunique puis fronça les sourcils.

« Hem… tu ne comptes quand même pas repasser par là ? La nuit ça va mais en pleine journée, un solide garçon costaud et aux cheveux rouges, ça passe pas inaperçu »

La demoiselle lui fit un sourire malicieux en s’approchant de la porte.

« Laisse moi faire… »

Elle traça un symbole en murmurant un mot et ses yeux changèrent de couleur, devenant plus dorés d’un coup. Puis elle rompit le sort anti-bruit ainsi que la porte scellée pour regarder à travers celle-ci, apercevant un domestique qui faisait sa ronde. Le sourire de la demoiselle s’élargit alors qu’elle traça un autre symbole dans les airs en murmurant une incantation en direction du domestique.

Une poussière rose tomba du plafond et se déposa sur l’homme avant de disparaître. Il éternua… avant de s’affaler contre le mur, profondément endormi.

Puis elle se tourna de nouveau vers Tristan qui s’était arrangé tout en arrêtant le sort qui lui permettait de voir à travers les murs.

« C’est bon la voie est libre. »

Un nouveau baiser pour le Drakkari qu’elle déposa sur ses lèvres en se mettant sur la pointe des pieds avant de le regarder dans les yeux très sérieusement.

« Ah… au fait. Puisque tu tiens à te faire passer pour mon garde du corps, voilà ce que j’aimerais que tu fasses. Je ne souhaite pas que des hommes… un peu insistants ou collants s’approchent un peu trop près si tu vois ce que je veux dire. Je n’ai pas l’habitude de porter ce genre de tenue en public, apparemment ça plaît et vu que… enfin… on a pas officialisé notre relation, je n’ai pas envie de passer toute la journée à repousser ce genre d’individu. Enfin… si ça te dérange pas bien sûr. »

Après sa réaction, elle sortit de la chambre avec lui, alors que le domestique dormait paisiblement contre le mur. La jeune femme semblait déjà occupée à penser à autre chose et après avoir saluer les personnes sur leurs chemins, ils se dirigèrent vers le centre ville.

« Première chose à faire, se restaurer. Ensuite je dois aller écrire un courrier pour l’académie afin de prévenir de notre absence et puis… on verra pour la suite ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 25 Sep - 19:37

Eyh ! Une bonne idée tout de même qu’il avait eu non ? Preuve d’attention à la demoiselle et son côté un peu prude malgré les extraordinaires progrès qu’elle avait fait.
En effet, il était sorti par la fenêtre. Bien sûr, il ne l’avait pas fait dans le but de l’inquiéter, même s’il aurait dû se douter que la demoiselle se mettrait aussitôt marcel en tête et qu’elle penserait qu’il ne voulait pas dormir avec lui. Ca aurait été une attitude logique peut-être s’il l’avait accomplie juste après que la demoiselle lui ait annoncé qu’elle ne voulait coucher avec lui que plus tard… même si selon le garçon ce « que plus tard » devrait plutôt être interprété comme un « très bientôt ». Ben oui, quand il avait dû s’imposer cette douche froide, elle avait cru qu’il lui en voulait. Ce n’était pas vrai du tout mais bon… elle pouvait s’en inquiéter en effet.

Mais fort heureusement, le Drakkari s’avérait être un gentleman, un garçon vraiment gentil et attentionné et… qui malgré des pulsions qui le torturaient plus que certainement, ne comptait pas profiter de la naïveté et des peurs de la demoiselle pour faire avancer leur relation plus vite que de raison.
En tous les cas, s’il était sorti, ce fut pour revenir très vite avec un pantalon pour lui afin de ne pas trop gêner la demoiselle et sa tunique pour celle-ci afin qu’elle soit le plus à l’aise possible. Bien sûr,il aurait pu lui passer celle qu’il portait un peu plus tôt et qui devait traîner en boule quelque part près du lit…Hem… Pas sa faute, elle la lui avait enlevée… plutôt vite en fait.

Elle sembla soulagée de le voir revenir et contente de son geste. Non, ce n’était pas grand-chose, mais cela prouvait qu’il se souciait d’elle et que, bien au-delà de ses propres envies, il se préoccupait de son bien-être. Tristan se retourna sagement pour la laisser se changer, même s’il se vautra pour cela, négligemment sur le lit, la tête dans un oreiller.Ah…Etrange, il ne s’était pas rendu compte auparavant qu’il était si fatigué… Comme quoi. Hum, elle occupait bien ses pensées.
Quand Cassidy l’invita à se retourner, il siffla d’admiration.C’était honnête, même s’il l’avait prédit. Parce qu’avec sa tunique, un peu trop grande, elle était vraiment, vraiment très craquante.

Et puis ça revêtait quand même un aspect particulier… Après tout, c’est en tant que petit ami que généralement un garçon laisse sa tunique à une demoiselle. D’ailleurs, il avait ajouté en riant qu’elle pouvait la garder si elle voulait mais qu’effectivement ce ne serait pas très discret et pratique. En plus, ici encore ça allait, mais à l’Académie…Avec Stieg ou les Nekos et leur très bon odorat, certains se rendraient vite compte qu’il y avait anguille sous roche non ?

Au final, ils ne tardèrent pas et ce fut très sagement que le jeune homme prit la mage entre ses bras. Oh non, ce n’était pas l’envie qui lui manquait de l’embrasser avec ferveur. Seulement c’était un peu difficile pour lui quand même de faire face à ses pulsions et très fatigant. Mais cela devait aussi être perturbant pour la demoiselle et puis il ne voulait pas, encore une fois, que dans un souci de bien faire, elle précipite les choses. Quoique, après son annonce comme quoi elle avait le temps et qu’il fallait laisser faire celui-ci… elle devait avoir compris. Oui mais son baiser tout mignon et surtout tout sage lui laissait comprendre qu’elle ne voulait pas se retrouver de nouveau pantelante et essoufflée.. c’est que ça n’incite pas souvent à dormir comme attitude ça !!!

Ils se couchèrent donc. Elle ne tarda pas à s’endormir et si lui résista un peu au sommeil, c’était pour mieux l’observer, dans la pénombre de la pièce, et essayer de remettre un peu ses idées en ordre.
Il avançait à tâtons et n’était même pas sûr que ce qu’il faisait était bien, ou tout simplement qu’il y avait droit. Après tout, l’attitude la plus prudente aurait voulu qu’il se tienne loin d’elle et réfute ses sentiments… Mais il ne sentait pas…plus la force de lutter pour l’instant. La tenir dans ses bras était tellement plus simple, tellement plus instinctif et tellement plus agréable… Pour une fois, il voulait s’écouter vraiment.

Pourtant, ce fut en réflexe qu’il passa sa main sur son torse, à l’endroit où sa rune apparaissait parfois… Même si elle n’avait rien vu ce matin (matin qui lui semblait à des années lumières), elle en avait sans doute assez entendu pour savoir qu’il avait fait quelque chose… de mal…Et puis, elle n’avait pas trop regardé, mais l’état peu enviable des cadavres était aussi un indice supplémentaire… Pourtant, elle ne semblait pas avoir peur ou le trouver monstrueux.Oui mais ça c’est parce qu’elle ne savait pas… Le temps… Est-ce qu’il l’aurait ce fameux tant ? Sans doute que non…Cette perspective l’attristait et le laissait… un peu perdu.

Mais finalement, il chassa ses pensées, se reconcentra sur elle et un beau sourire éclaira son visage. Craignait-elle qu’il aille voir ailleurs ? Parce qu’elle avait pris entre ses bras, celui qu’il avait passé autour de sa taille… et s’y arcboutait comme si sa vie en dépendait ! Eyh !!! Il n’était pas une rambarde de bateau non plus !!!

Il s’endormit rapidement en se pressant contre elle et la nuit s’écoula à une vitesse astronomique même si elle leur apporta encore et avant tout, un bon quota d’heures de sommeil dont ils avaient plus que certainement besoin après toutes les émotions fortes de la journée.
Une chance que personne ne tente d’entrer alors qu’ils dormaient paisiblement. L’imprudent qui s’y serait risqué aurait trouvé la place près de la jolie demoiselle occupée, et un véritable fauve jaloux prêt à en découdre justement sur place.

Le lendemain matin, il s’éveilla un peu plus tard que d’habitude, se sentant reposé bien que légèrement courbaturé par la chevauchée de la veille. Il commençait à s’agiter et finit par ouvrir un œil puis l’autre d’un air endormi… qu’il ne put pas arborer bien plus longtemps. En effet, une demoiselle était là pour guider son éveil et le saluer d’un doux baiser qui lui donna juste l’occasion d’écarquiller les yeux de surprise et de loucher légèrement. Bon…c’est vrai après il fut très occupé à pousser un gémissement de protestation alors qu’elle se reculait et à se blottir étroitement contre elle dans une attitude un peu gamine, comme s’il réclamait des bonbons. Et malgré la tunique, étant donné qu’il avait collé son nez quasiment dans sa poitrine, le capital bonbon était quand même atteint !!!

- Mmmh… pas envie… veux dodo… avec toi.


C’est ce qu’il marmonnait/ grognait en frottant doucement son visage contre elle. c’est vrai qu’après ils avaient commencé à jouer, à se taquiner un peu et qu’il s’était laissé faire de très bonne grâce lorsque dans un combat « acharné », elle avait gagné et l’avait retourné sur le dos avant de se vautrer sur lui. Elle était trop forte ! Ah… il se rendait… Certes… bien loin le Drakkari qui poursuivait ses combats, question d’honneur, et ne renonçait jamais.
A la place de celui-ci, se trouvait un beau garçon aux yeux orangés déjà très éveillé et aux cheveux ébouriffés, qui passaient doucement ses mains dans le dos de sa compagne en évitant tout geste qui puisse la mettre mal à l’aise.

- Bien dormi princesse ? Parce que moi, oui.

Par la suite, ils durent se lever et il grogna de nouveau de dépit en voyant la jolie demoiselle lui échapper. Gromppph… Etre raisonnable, décidément, ça ne lui convenait pas très bien. Eyh !!! Il en avait bien assez fait !Hier soir il avait été raisonnable… C’était suffisant pour qu’il ne le soit plus pendant au moins une semaine non ?!!!!
Elle alla se changer et c’est abandonné qu’il se laissa aller sur le lit, tranquillement, avant de se lever avec frustration et d’aller s’appuyer contre un mur, regardant par la fenêtre.

Une très belle journée s’annonçait. Le soleil brillait, le ciel était dégagé et la température semblait encore douce pour cette période de l’année. Il sourit. Ils allaient pouvoir passer une bonne journée. En plus, s’il en croyait les affiches qu’il avait aperçues hier, aujourd’hui, c’était jour de marché, ils auraient beaucoup à voir.
Cassidy revint de la salle de bains dans une magnifique petite robe, hum…somptueusement taillée pour sa taille fine, d’un très joli bleu qui mettait en avant l’éclat doré de ses cheveux et son teint pâle. Il déglutit difficilement, très occupé à se rincer l’œil c’est vrai. Un beau sourire éclaira son visage et il s’approcha d’elle avant de poser doucement les mains sur sa taille, sans geste brusque, la regardant droit dans les yeux pour qu’elle soit certaine de sa franchise.

- Tu es sublime… C’est simple, tu me donnes une faim de loup habillée comme ça, ne porte jamais de marron ou je te verrais vraiment comme un dessert et là…


Bon en tous les cas, ses réactions avaient dû plaire parce qu’il eut droit à un baiser. Bien sûr, celui-ci, comme les quelques qu’ils s’étaient échangés, étaient à des kilomètres de ceux de la veille Il savait qu’elle agissait ainsi par souci pour lui, pour qu’il se sente bien et pas trop torturé… C’était gentil comme attention, mais il n’était pas certain de s’en… réjouir…

Elle l’arrêta alors qu’il se dirigeait vers la fenêtre, prêt à rejoindre sa chambre.Comment ça ce n’était pas une bonne idée ? Bon bien sûr là en plein jour, ce ne serait pas du tout discret mais… ils n’avaient pas vraiment le choix !!! Apparemment si ! Il la trouvait tellement mignonne qu’il en oubliait qu’elle n’était pas une petite fleur inoffensive mais une puissante mage ayant des capacités indéniables.

D’ailleurs, il ne comprit pas vraiment ce qu’elle faisait mais quand elle lui dit que la voie était libre, il la crut sur parole, la suivant sans la moindre crainte. Après tout, faire confiance… c’était normal. Pas chez lui… qu’il agisse aussi naturellement et avec tant de conviction avec elle, le prit d’ailleurs un peu au dépourvu…

Ils sortirent rapidement de la chambre et il comprit plus ou moins ce qu’elle avait fait… endormir le domestique. Pas bête du tout, même si le pauvre risquait d’en pâtir. Quoique… il n’avait pas besoin de le signaler après tout.
Tristan n’avait pas remis de tunique, il semblait vouloir profiter de la journée pour se promener torse nu. Après tout, vu le temps ensoleillé, il y avait de fortes chances pour qu’il ne soit pas le seul. Et puis ça profitait quand même un peu aussi à la jolie demoiselle à côté de lui, qui malgré ce qu’elle pouvait dire, ne devait pas être mécontente de pouvoir le regarder un peu son Drakkari.

Ils sortirent et elle lui parla de ses « projets ».
Pour commencer, elle souhaitait qu’il « repousse » les prétendants collants qui l’aborderaient parce qu’elle avait du mal à s’en débarrasser seule et qu’elle n’avait pas envie de subir leur drague intempestive… Cette initiative, il l’accueillit d’un grand sourire, profitant qu’il n’y ait personne autour pour presser doucement une de ses petites mains. Pour ça, il était tout à fait d’accord… De toute façon, il n’était pas certain d’être capable de rester en place, sagement si des coureurs de jupons venaient trop l’houspiller.

Il relâcha sa main juste avant qu’ils ne croisent un jeune noble et il se tint à distance à partir de ce moment là. Ce fut rapidement qu’ils quittèrent la grande demeure et se dirigèrent vers le centre-ville, très proche l’un de l’autre. Elle voulait qu’ils aillent manger tout d’abord et il était tout à fait pour également, il entendait presque les grondements de protestation de l’estomac de la jeune femme. Pour le courrier, ça il ne pouvait pas grand-chose, après tout, c’était à elle de l’écrire.
Mais lorsqu’ils se retrouvèrent en ville, effectivement, le grand marché qui se tenait là, animé en couleurs, activités et personnes les engloutit littéralement. Il resta tout proche d’elle au cas où.

Ca et là, ils se faisaient alpaguer par des vendeurs de toutes sortes et de toute espèce.
D’ailleurs, s’il lui proposa, intelligemment de prendre quelque chose à grignoter sur le marché et d’aller le manger plus loin, près du grand pont qui reliait les deux parties de la ville traversée par un large torrent, ils furent rapidement interrompus.

En effet, un spectacle de jongleries et acrobaties s’était engagé vers le centre du marché et la foule s’y attroupait. Ce fut inspiré et avec un sourire de gamin, qu’il attrapa la main de la petite mage et l’entraîna à sa suite. Eux deux se retrouvèrent plutôt bien placés, elle en particulier et il fallait bien ça puisqu’elle n’était pas très grande.
Sauf qu’un gamin de cinq ou six ans, ne parvenant pas à se frayer un chemin jusqu’au spectacle attira l’attention de Tristan qui lâcha, l’espace d’un instant, la main de sa compagne. Il devait se sentir sacrément bien avec elle, car attrapant l’enfant, il le jucha sur ses épaules d’un geste ample et parfaitement contrôlé.

L’enfant surpris ne comprit pas au début pourquoi il décolla du sol et sembla fort surpris de se retrouver soudainement bien au-dessus de tous les adultes présents… mais l’expérience devait lui plaire car il se mit à rire et battre des mains, s’amusant du spectacle, gardant tout de même de temps à autre une de ses petites mains dans les cheveux du grand guerrier, pour ne pas glisser. Le spectacle des troubadours s’acheva sous les applaudissements. Apparemment, ils étaient engagés pour distraire la foule de temps à autre et faisaient plutôt bien leur travail vu les regards admiratifs et les sifflements et applaudissements de fin.

Tristan reposa finalement le petit garçon par terre et celui-ci le dévisagea avec intérêt, n’ayant apparemment pas l’habitude de voir des Drakkaris, mais nullement effrayé pour autant. D’ailleurs il le remercia, fit un sourire adorable à Cassidy, leur dit de passer voir son stand de « crêpes » avec ses frères et déguerpit rapidement. Tristan ? Aussi gentil ? Eh bien… oui, il fallait croire qu’effectivement, la petite directrice avait une excellente influence sur lui. Il sourit, soupira puis s’étira, faisant se tourner un peu plus de demoiselles… ben… oui, peut-être qu’il y avait d’autres hommes torse nu…mais peu de son gabarit quand même. Une chance non ?

- On va manger ? Ca t’a plu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 26 Sep - 0:06

C’était vrai, lorsque Cassidy était tombée dans son sommeil, elle avait agrippé le bras à Tristan avec une telle force qu’on comprenait parfaitement son ressenti du nouveau. Etre sûre que cette fois ce ne serait pas lui qui partirait, qui la laisserait.

Elle dormit très paisiblement, bercée par des magnifiques rêves. Un sommeil réparateur et vraiment reposant, ce dont ils avaient vraiment besoin en ce moment.

C’est donc le matin qu’elle se réveilla, cherchant à remettre de l’ordre dans ses idées. Ou plutôt à se demander si elle ne rêvait pas. Ca lui faisait quand même bizarre d’être autant accroché à un homme comme ça, alors que jamais elle n’en avait eu l’occasion. Oui c’est vrai, elle était vraiment attachée à Tristan.

Lorsqu’elle se tourna dans sa direction, ce fut un beau sourire qui apparut sur son visage quasiment guéri. Comme quoi la magie était surprenante et toujours inattendue. La demoiselle se colla un peu contre son Drakkari avant de lui caresser doucement le visage, tout en lui parlant d’une voix douce alors qu’il émergeait.

Pourquoi elle se sentait aussi bien quand il était à côté ? Alors que d’habitude elle râlait et s’emportait pour beaucoup de choses. Il est vrai que Tristan lui montrait une facette qu’elle n’avait jamais vu jusqu’à présent et elle appréciait beaucoup. Ca lui faisait vraiment plaisir de le voir comme ça alors que d’habitude il était toujours cynique, intéressé. Il avait bien changé en peu de temps.

Alors la jeune femme décida de garder ces moments en mémoire, parce que cela lui redonnait du courage quand elle commençait à douter. Tristan se conduisit comme un endormi, sans avoir envie de se lever tout en se calant un peu plus contre elle.

Cassidy se mit à rire doucement et commença à le pousser doucement sur le côté. Mais Tristan ne se laissait pas faire car il poussa dans l’autre sens, continuant de se coller un peu plus. Bien que la jeune femme appréciait et était touchée par sa réaction, il devait un peu se réveiller même si elle avait affreusement envie de rester dormir.

C’est qu’elle savait s’y prendre la demoiselle ! Elle prit un peu plus d’élan pour qu’il se tourne et qu’il finisse par abandonner même si c’était de bon cœur car il avait quand même beaucoup plus de force que la petite mage. Elle s’étala de tout son long tout en soupirant de plaisir, calant sa petite tête contre son torse avant de se redresser.

Tristan grogna avant de lui demander si elle avait bien dormi. Les yeux de Cassidy s’éclairèrent alors qu’elle hocha vivement la tête. Elle semblait heureuse de voir qu’il avait pu se reposer. Après tout, ils en avaient besoin.

« Oui j’ai bien dormi aussi. Je dois reconnaître que c’est plutôt agréable comme ça à deux »

Elle l’embrassa doucement sur le front avant de s’écarter en entendant un autre grognement alors qu’elle partit dans la salle de bain pour se changer. L’envie de garder la tunique était grande mais ce n’était pas la sienne et puis, au moins c’était Tristan qui aurait son parfum sur lui. Son sourire s’élargit malgré le fait qu’elle ne pourrait pas faire de grandes démonstrations en public en fonction des personnes qu’ils croiseraient.

Puis après s’être appliquée sur sa tenue, ce qu’elle ne fait pratiquement jamais en règle général, prenant ce qui lui tombait sous la main, la demoiselle demanda l’avis de l’expert. Ce dernier semblait être satisfait car une petite étincelle apparut dans ses yeux alors qu’il enlaça la jeune femme. Cassidy passa ses bras aussi autour du torse à Tristan, rougissant et souriant.

« Tu veux dire un bon gâteau au chocolat ? Arrête tu me donnes faim là »

Elle l’embrassa, contente de la réponse.

Puis Tristan voulut sortir pour la fenêtre et elle l’en empêcha. C’était à elle de couvrir leur sortie cette fois et elle avait effectivement plus d’un tour dans son sac, même si ce n’était pas dans ses habitudes de faire ce genre de chose. Elle était néanmoins fortement assurée dès qu’il s’agissait de magie. Et puis le flux qui l’animait était particulièrement tranquille donc sa magie était optimisée au maximum.

Elle le prit par la main en sortant avant de converser avec lui du planning de leur journée et surtout de lui demander de bien faire attention aux autres hommes. Si lui la trouvait sublime, ça serait sûrement le cas pour d’autres, d’où l’envie d’être attentif aux moindres comportements suspects. Elle avait envie de s’amuser, passer du bon temps et pas traîner avec des lourdeaux.

D’ailleurs Tristan décida de sortir torse nue et cela ne dérangea nullement la jeune femme qui tenait sa main. Au contraire, elle avait de quoi regarder et puis malgré elle, Cassidy ne pouvait pas s’empêcher d’être attirée par ce corps bien sculpté. Ca rend toujours fier.

Ils se lâchèrent la main lorsqu’un noble passa et Cassidy se mordit la lèvre avant qu’ils ne marchent en direction de la place du marché. C’est vrai qu’il y avait énormément de monde et beaucoup de choses à voir. D’ailleurs l’estomac de la demoiselle gargouillait peu gracieusement alors que Tristan écoutait et cherchait peut être un endroit où se poser. Avant de la prendre par la main et de l’entraîner vers un petit attroupement.

La jeune femme se laissa faire et regarda. Depuis combien de temps n’avait-elle pas cherché à se distraire ? Ca remontait à très longtemps… Et puis elle avait toujours été tellement sérieuse que ça lui paraissait inconcevable. Et pourtant là elle savourait les tours des acrobates et jongleurs, impressionnée par leurs différents numéros. Ce n’était pas de la magie mais ça y ressemblait beaucoup, c’était vraiment magnifique.

On aurait dit une gamine qui s’émerveillait alors qu’elle-même pratiquait quelque chose d’impressionnant aussi. Elle avait un grand sourire sur le visage, jusqu’à ce qu’un mouvement de la part de Tristan attira son attention. Effectivement il y avait bien un petit garçon qui ne voyait rien et à la grande surprise de Cassidy, le Drakkari souleva le garçon et le posa sur ses épaules pour qu’il profite de la vue.

Passé la surprise, Cassidy regarda son Drakkari avec le petit garçon avec tendresse et qu’elle était touchée. Elle préférait largement le voir comme ça qu’en train de broyer du noir. Ca lui allait mieux le sourire que la grimace. Le garçon remercia le Drakkari lorsque le spectacle fut terminé et Cassidy se promit d’aller chercher une crêpe dans l’après midi.

Elle hocha la tête à Tristan, apparemment très heureuse.

« Oui, je n’avais jamais eu l’occasion de regarder ce genre de chose mais j’ai beaucoup aimé. Ca change du quotidien. Ah et oui on va manger, je meurs de faim ! »

Ils se déplacèrent et achetèrent quelques brioches et fruits à un stand avant de s’installer un peu plus loin près du grand pont, Cassidy croquant dans une pomme tout en regardant l’eau emportée par le torrent.

« C’est vraiment une belle journée aujourd’hui. Et puis je trouve que c’est plus intéressant que de rester dans cette demeure… enfin les réceptions mondaines c’est pas mon truc mais ça tu le sais déjà »

Elle émit un petit rire avant de manger tranquillement avant de s’allonger dans l’herbe, tenant la main de Tristan alors qu’ils étaient à l’abri des regards indiscrets. Ils se mirent à parler de choses et d’autres, elle parlait de voyages, lui racontait quelques histoires par ci par là. En tout cas la bonne humeur était au rendez vous.

Puis Cassidy prit une brioche et sourit malicieusement tout en se redressant et en la mettant devant la bouche de Tristan avant de lui enfoncer dedans. Puis elle croqua un bout dedans avant de mâchonner. Elle ne savait pas pourquoi mais c’était plutôt mignon comme technique.

Enfin ils se redressèrent et la demoiselle se dirigea avec Tristan vers la poste pour écrire sa lettre alors qu’il attendait à côté, veillant à ce que personne ne la dérange. Avant de continuer leur chemin et de flâner devant les différents stands qui s’offraient à eux.

« Pfouuu ! Il y a trop de choses ! On ne sait plus où donner de la tête. »

Elle s’attarda en détail sur un magnifique bracelet fait de pierres couleur dorée qui attira son attention et qu’elle le regardait avec envie. C’est vrai elle n’avait pas beaucoup de bijoux mais vu sa vocation ça ne lui était pas trop utile. Et puis elle était assez raisonnable. Avant de détourner le regard et de continuer son chemin même si l’envie se lisait au fond de ses yeux.

« Ca me fait penser qu’il faut que je trouve une nuisette pour remplacer l’ancienne… »

Elle continua de regarder les stands.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 26 Sep - 18:41

Sadique…
Pourquoi donc voulait-on le forcer à se réveiller ? Il avait fait de magnifiques rêves, se sentait très bien. Son sommeil avait été calme, apaisé… Il n’avait pas eu besoin de s’agripper aux draps pendant la nuit ou de sortir la tête par la fenêtre puisqu’éprouvé par un cauchemar d’une rare violence ! Non… il avait bien dormi et il savait que la petite mage entre ses bras y était pour beaucoup pour ne pas dire…pour tout.
Ils avaient beaucoup guéri tous les deux mais en particuliers elle bien sûr puisque son corps avait beaucoup plus à régénérer que le sien après tout ce qu’il avait pu subir. Eh bien oui !!! Ils n’y étaient pas allés de mainmorte ces sales types quand ils l’avaient frappée.

Après c’était surtout parce qu’elle refusait de leur obéir, parce qu’elle se montrait revêche et fort récalcitrante à l’idée de se faire passer dessus par cette bande de rustre malappris. Elle avait bien raison évidemment. Il était fier qu’elle se soit battue bec et ongles ainsi. La sagesse aurait voulu qu’elle se laisse faire… même si ça avait été très douloureux et dégradant…physiquement, elle aurait été un peu plus… épargnée peut-être, enfin du moins si Tristan n’était pas arrivé juste à temps.
S’il en avait eu l’envie, sans doute aurait-il pu se prendre pour une fois pour un ange tombé du ciel…Mais il n’avait rien d’un ange et ce qu’il avait voulu éviter à tous prix… il n’avait fait que l’amoindrir…

Bref, elle avait besoin de repos… sa magie était tout de même quelque chose d’incroyable et malgré l’horreur que pouvait représenter le tatouage qu’il avait dans le dos, Tristan commençait à apprécier cette magie qu’il avait toujours jusqu’alors tenue à l’écart, et à l’admirer. Si les mages étaient davantage comme la jolie demoiselle, peu de personnes craindraient les secrets et les aléas des sorts, c’était une certitude. Avec son école…peut-être qu’elle le permettrait… Elle avait tout de même de beaux rêves cette demoiselle…

En tous les cas..C’était une sadique !
Pourquoi donc voulait-elle qu’il se réveille ?!Lui avait juste envie de rester au lit avec elle, même si c’était très innocent. C’était étrange tout de même, bien sûr, il aimait dormir, mais d’ordinaire il était toujours sur le qui-vive et prêt à être totalement réveillé dans l’instant. L’habitude des campements près de camps ennemis forge le caractère.
Mais là… Eh bien là, il se sentait détendu, pas du tout inquiet et même s’il ne pouvait pas…eh bien entretenir avec elle une relation pleinement adulte, il pouvait au moins profiter d’une chose qu’il commençait vraiment à trouver très agréable : la tenir dans ses bras.

Ben oui… Don Juan certes, bourreau des cœurs, c’est certain, mais s’il était adorable et vraiment particulier, assez pour faire chavirer les sentiments de ces dames en sa faveur, c’était la première fois (dans une relation s’entend) où une simple étreinte lui procurait autant de… choses.Ben oui choses… Il ne savait pas non plus comment les décrire. Et puis c’était très contradictoire. Parfois quand il la prenait dans ses bras, il sentait ses pulsions se réveiller, et d’autre fois, ça l’apaisait. C’était à en perdre ses repères !!!!

Elle le secouait en tous les cas et il se mit à gémir qu’il voulait rester là, ne pas bouger. C’est vrai que c’était dit de façon très mignonne et qu’avec sa crinière rouge toute ébouriffée il devait être à tomber. Bon, ça va, elle ne le torturait pas non plus… Mais quand elle commença à le pousser doucement, pour jouer, il répondit en résistant ou la poussant à son tour. Par contre s’ils jouèrent ainsi pendant plusieurs minutes, quand elle prit davantage d’élan, il se laissa faire de bonne grâce en poussant, juste pour la forme, un grognement bougon.
Mais bon… ça allait parce qu’elle se retrouvait blottie tout contre lui et… elle sentait bon….

En tous les cas, elle débordait d’énergie déjà…ou alors c’était le fait de se réveiller à côté de lui, il ne savait pas trop mais face à la vigueur avec laquelle elle hocha la tête et répondit à sa question, il sourit et acheva de se réveiller. C’est qu’avec ses mimiques gamines elle était quand même euh… miam,non ?
Plutôt agréable à deux hein ? C’est qu’elle s’affirmait la demoiselle, elle ne semblait plus craindre grand-chose. Même s’il avait encore du mal à se faire à l’idée que quelques heures plus tôt, elle souhaitait planifier plus ou moins sa première fois… Aie aie aie… cette demoiselle, franchement… Mais peut-être qu’au fond elle avait raison de s’inquiéter… Malgré ses belles paroles, rien n’assurait qu’il n’irait pas… voir ailleurs… si une occasion alléchante se présentait.

Elle s’échappa vers la douche et il se retrouva seul et pensif, passant négligemment deux doigts sur son torse à l’endroit où sa marque apparaissait parfois…
Il pensait à la sienne… Comment allait-elle au juste ? Parce que ces semaines leur avaient fait du mal, même s’il prétendrait que tout allait bien sans doute si elle lui posait la question. Et… il savait que de mauvais sentiments pouvaient lui faire… énormément de mal psychiquement et magiquement. Enfin bon, peut-être que ce n’était pas si nulle avec Jordan quand même. Rien que de penser au serveur, le Drakkari eut un sursaut de jalousie et serra les poings. Comme il avait envie de retourner à Glindel, là tout de suite, de se planter devant le garçon et de le narguer… ou de lui mettre directement son poing dans la figure ! Après tout, maintenant il avait le droit non ???
En tous les cas, s’il touchait Cassidy oui… Pourvu que ce soit le cas ! Il avait des semaines de frustration et de tristesse à évacuer !!!

Elle revint, magnifique et il la complimenta, même si pour cela il usait d’étranges paroles. Elle parla de gâteau au chocolat et un sourire pervers commença à se dessiner sur le visage du jeune homme. Il se pencha d’ailleurs sur elle pour frotter son nez contre le sien.

- Hum… moui… pourquoi pas, mais je pensais à autre chose…enfin bon…

Il n’en dit pas plus et soit elle n’était pas plus curieuse, soit elle se doutait que la réponse pouvait la faire virer au cramoisi parce qu’elle ne lui en demanda pas plus. Même si le regard brillant qu’il posait sur elle laissait assez bien entendre que s’il devait prendre un dessert ce serait sur elle mais passons…

Finalement ils sortirent après l’étrange tour de passe-passe de la demoiselle qui leur assurait au moins un peu plus de discrétion que si le grand jeune homme se faisait repérer en train d’escalader. Ah ben oui, pour jaser sinon, ça jaserait !!!!
Après sa demande pour faire « déguerpir » tous les prétendants insistants, ce qui le ravit au final, ils se dirigèrent vers le marché. Oui, elle avait raison. Nul besoin de rester ici à s’ennuyer, autant sortir s’amuser et puis par une telle journée ça aurait été un sacré gâchis autrement, non ?

Le spectacle auquel ils assistèrent était impressionnant et il fut content de voir un sourire ravi sur le visage de la demoiselle, restant tout près d’elle au cas où. Surtout que quelques badauds la lorgnaient et pas qu’un peu ! Mais ceux-là se contentaient certainement de regarder, n’osant pas approcher. Une jolie dame pareille, ça se touche avec les yeux !
Il est vrai que dans un élan généreux, Tristan, sans se poser de question, agrippa le gamin qui ne parvenait pas à voir et le souleva pour le poser sur ses épaules. Clairement, la vue était meilleure là-haut. L’enfant s’amusait.

Le Drakkari fut tellement occupé à suivre le spectacle qu’il n’aperçut pas le sourire attendri que lui lançait sa jolie compagne…
L’enfant les remercia, leur proposa de passer le voir plus tard, Cassidy promis, ce qui surprit aussi Tristan d’ailleurs. Après tout, il ne s’attendait pas tellement à ce qu’elle s’intéresse au petit garçon qu’il avait aidé. Mais bon, même s’il n’en donnait pas forcément l’air, le jeune homme pouvait se montrer très calme et patient avec les enfants… même si d’ordinaire il s’en tenait trèèèès loin !!!
Elle lui répondit et il s’arrêta, la bouche entrouverte, pressant un peu plus fort sa main qu’il avait récupérée.

- Quoi ?!!! Tu n’avais jamais vu un spectacle de ce type ?!!! Alalala !!! Mais c’est pas possible, tu es bien une mage ! enfermée dans tes bouquins j’imagine… Moui, pas difficile d’imaginer qu’il en est de même pour… eh bien ça me fera des choses à te faire découvrir voilà tout…


Ils allèrent chercher de quoi se restaurer et s’installèrent tranquillement. Elle lui dit qu’elle n’était pas vraiment pour les réceptions mondaines et il la regarda avec un air faussement surpris style « noooooon c’est vraaaaiii ????!!! Quelle coïncideneeee !!! Moi de même !!!! » Même si ce n’était pas tout à fait vrai. Après tout, Tristan semblait extrêmement à l’aise même si bien sûr la perspective de gardes Cheistams dans les parages n’était pas pour le réjouir. Il se déplaçait aisément, discutait sans mal, n’hésitait pas à danser et… osait en fait tout simplement. Mais ça elle aussi elle avait dû le constater…

Ils mangèrent, parlèrent, elle s’allongea même dans l’herbe et il lui laissa sa main alors que restant assis, il fixait la surface miroitante du torrent qui passait pas très loin d’eux.
Elle se redressa soudainement pour lui bourrer la bouche avec une brioche et s’amuser à grignoter à petites bouchées craquantes c’est vrai, le morceau qui dépassait. Bon lui se retrouvait à s’étouffer à moitié quasiment incapable de mâcher mais tant pis… Il se vengerait plus tard, elle était adorable à sourire ainsi alors…ça valait bien de s’étouffer un peu non ?

Ils allèrent s’occuper de la lettre pour l’Académie et il la suivit, finissant par la lâcher quand ils commencèrent à croiser des gens. D’ailleurs, alors qu’elle rédigeait tranquillement son papier dans un coin, il entendit la conversation animé de deux jeunes hommes qui semblaient la trouver très à leur goût et qui par l’effet stupide de groupe, commençait à sortir des…paroles peu polies à propos de la demoiselle. Enfin polies, ce n’était pas vraiment le problème… disons peu respectueuses de sa qualité de mage mais avant tout de femme. Et comme ils avaient la ferme intention de l’aborder… il mit tout de suite à exécution la demande de la demoiselle, lui disant qu’elle souhaitait passer une journée tranquille, le tout en roulant des muscles et en bombant le torse… et en précisant sur un ton doucereux que s’il les entendait encore dire ce type de phrases sur elle… ils risquaient d’avoir beaucoup de mal à ramper hors de la pièce.

Ils semblèrent comprendre la leçon…mais quand Cassidy revint vers le guerrier, celui-ci était tout à fait calme et agissait comme si de rien n’était. Ben quoi ? Elle avait dit d’agir non ? Pas de lui faire un compte rendu.
Ils marchaient côte-à-côte, s’effleurant la main de temps en temps comme par accident alors que bien sûr, ce n’en était pas le moins du monde. C’est vrai que les stands étaient très nombreux et surtout très variés. Nourriture, vêtements, parures, animaux, armes, jouets, livres, accessoires de magie, on trouvait vraiment de tout.

Elle s’arrêta d’ailleurs près d’un stand de bijoux et il fit de même, observant par-dessus son épaule. C’est vrai qu’elle ne portait pas beaucoup de bijoux. Il ne s’était jamais vraiment demandé pourquoi d’ailleurs. En tous les cas, l’attention de la demoiselle s’était fixée sur un magnifique bracelet qui lui avait clairement tapé dans l’œil et qu’après avoir observé, elle reposa. La femme qui se trouvait à côté du stand, apparemment l’épouse du propriétaire, lui fit tout de même un sourire gentil en leur souhaitant une bonne journée. Tristan fronça les sourcils… Pourquoi ne l’avait-elle pas pris ? A vrai dire, il n’avait pas trop compris parce que son attention avait été… fortement détournée pendant un instant et il n’avait pas suivi la transition entre l’envie réelle que la demoiselle avait pour l’objet et le fait qu’elle le repose.

Ils commencèrent à s’éloigner. Elle parla de nuisette et s’il était tout à fait d’accord, il s’arrêta d’un coup avec un air sérieux.

- Hum… j’ai une idée, tu vas voir ce qu’ils ont, je te rejoins dans quelques minutes, j’ai vu un stand d’armes et je voudrai voir s’ils savent ce qu’ils racontent quand ils parlent de « bonne qualité ». pas besoin de me suivre hein… tu risques de t’ennuyer…


Sur ce, il lui fit un très beau sourire, encourageant et se mit à fendre rapidement la foule, s’éloignant d’elle. En fait ? C’était un mensonge…
Parce que justement, près du stand à bijoux, son attention avait été détournée… Celui-ci était surveillé par la femme, deux jeunes hommes solides et une jeune fille. Après tout, avec les pierreries présentes c’était le moins qu’ils puissent faire. Mais le Drakkari ne fit que passer à côté, allant directement à l’arrière de celui-ci où il avait entendu des voix. Celles-ci se faisaient encore entendre d’ailleurs, encore plus fortes… La voix d’un homme d’un certain âge déjà… en colère contre un autre qui semblait très amusé.

- Comment veux-tu que je fasse en si peu de temps ?!!!!!
- C’est pas mon problème ça… tu as misé, si tu peux pas concourir, déclare forfait voilà tout.
- C’est bien à toi que c’est immédiatement profitable ! Tu as tout organisé j’en suis sûr !
- Tout de suite les grands mots, je ne suis qu’un honnête marchand, comme toi… Je te laisse, je vais aller trouver ma place… de vainqueur.


Tristan s’écarta, laissant sortir l’homme de l’espèce de petite tente où s’était tenue la conversation. L’homme resté à l’intérieur était petit, des cheveux argentés et un air tourmenté, sacrément énervé il faisait les cent pas, rageusement.

- Le mécréant ! Sans un miracle, je ne…
- Je crois que vous m’avez appelé messire…


C’est le Drakkari, qui se fendait d’un sourire magnifique, se tenant très droit, les bras croisé sur son torse, étant entré en silence sous la tente. L’homme parut surpris, sursauta, le regarda avec des yeux ronds sans doute à cause de son gabarit et puis, sûrement à cause de ses paroles et dudit gabarit avec une lueur d’espoir. Tristan acquiesça.

- J’ai entendu votre conversation tout à l’heure… J’ai un marché à vous proposer…


Le vieil homme se mit aussitôt à sourire…

Quelques minutes plus tard, la voix d’un crieur se faisait entendre, il appelait la foule à se rassembler car une joute allait commencer à quelques centaines de mètres dans un terrain qui avait été aménagé et tout le monde était invité à prendre place dans les tribunes. Apparemment, ce devait être monnaie courante dans le coin en ce jour parce que tout était préparé pour. Ce fut l’un des fils du vieil homme qui hors d’haleine alla tirer la manche du crieur qui terminait d’annoncer les noms des concurrents. Il se redressa rapidement.

- Oyez oyez ! réjouissez-vous dames, damoiselles, messires, la famille Kaizary concoure finalement ! Le jeune sir Tristan sera son bras armé, espérons qu’il puisse tenir plus que quelques secondes face à ses adversaires.

Petit trait d’humour normalement quand on évoque le nom d’un « invité », chevalier, trouvé à la dernière minute. Mais au moins, tout le monde ayant entendu ces mots, Cassidy devait avoir.. compris…
Pour sa part, le jeune sir en question se trouvait déjà sur place, encouragé par l’homme qui l’avait « engagé ». Celui-ci malgré la carrure de sa recrue semblait inquiet.

- Je ne sais ce que tu vaux mon garçon… mais je t’en prie, essaie de donner un maximum, beaucoup d’argent est en jeu, crois-moi.
- Ne t’en fais pas papy…


Il n’avait rien dit de ses qualités d’épéiste, se contentant de soulever l’hypothèse qu’il pouvait un bon combattant de dernière minute. Mais grande surprise, il ne s’était pas équipé de la lourde côte de maille qui protégeait si bien comme ses adversaires l’avait fait et… avait choisi une des plus grandes et des plus lourdes épées de celles proposées pour le tournoi. Le vieil homme commençait sérieusement à se dire que ce gamin n’était qu’un jeune prétentieux. Peut-être même engagé par ce vieux schnock qui était responsable, il le savait, de la cuite monumentale de son vrai combattant.
Tristan sourit… Si son adversaire le sous-estimait, il aurait un avantage d’autant plus capital. Le poids de l’arme qu’il tenait avait quelque chose de rassurant, même si ce n’était pas celle qu’il chérissait tant.

Ah oui… C’est vrai que Cassidy ne l’avait jamais vraiment « vu » se « battre ». Elle allait enfin en avoir l’occasion après tout.
Les combats commencèrent entre différents groupes. Apparemment, il y avait une histoire de pari, de très gros paris entre des petits nobles, de gros bourgeois et de riches marchands… assez gros pour que les coups tordus soient permis.
Quand ce fut son tour d’entrer sur le terrain, Tristan entendit le champion de « l’ennemi » de son « patron » le railler ouvertement. C’est vrai qu’il était immense, énorme et tout couturé de partout, qu’il se battait avec deux haches bien qu’une épée pende à sa ceinture et qu’il semblait capable d’éclater le crâne d’un homme d’une pression de la main… Il rit beaucoup moins la seconde suivante.

Tristan se contentait d’avancer et se placer tranquillement là où il devait. Son adversaire, voulant prendre au plus vite l’avantage pour pouvoir se reposer le plus longtemps possible pour la suite fit l’erreur de le charger. Le Drakkari resta stoïque… avant de brusquement redresser l’épée qu’il laissait trainer contre le sol juste avant et de frapper, d’une seule main pourtant, la lame de son adversaire alors que celle-ci n’était plus qu’à une dizaine de centimètre de son visage… Elle vola… littéralement et alla se planter deux mètre plus loin… Premier combat… gagné.

Les autres s’enchaînèrent rapidement et les rires avaient très vite cessés de la part des « expérimentés » de ce tournoi car le jeune homme présent… s’amusait comme un petit fou. Un grand sourire au visage, l’air de retomber en enfance, il bataillait avec une aisance peu commune et paraît les attaques de ses adversaires avant de les envoyer au tapis sans jamais leur faire plus de mal qu’une bosse ou une légère coupure. Ca revenait… le vrai goût du combat, le chant de l’épée, et la danse du sang… même si celui-ci ne devait pas être répandu cette fois-ci… pas trop du moins.

Comme il était très facile de s’en douter, au final, il se retrouva à affronter l’adversaire le plus redoutable : l’homme qui s’était moqué de lui, l’espèce de colosse qui à présent le prenait très au sérieux et était décidé à ne pas lui laisser une seconde prendre l’avantage, une seconde de répit. Son avantage ? Il avait des haches, deux… du coup, il pouvait s’en servir plus rapidement, parer la lame d’une et frapper l’épaule du jeune homme de l’autre et peu importe s’il tranchait ladite épaule, c’était la dure loi du combat.

Celui-ci s’engagea donc immédiatement avec une fureur et une violence peu commune. Mais si le plan du grand costaud était bon, Tristan ne se laissait pas faire et très rapidement le pourquoi de l’absence d’armure se fit comprendre. Il était beaucoup plus léger, rapide, ses mouvements n’étaient pas encombrés par la côte de maille. Il arrivait à esquiver même si à un moment la lame de la hache passa si près de son corps qu’il en sentit le froid tranchant acéré… Son adversaire ne plaisantait pas. Le vieux ne tenait plus en place, subjugué d’avoir trouvé à la dernière minute un aussi redoutable guerrier, même si celui-ci contrairement à ses congénères ne semblaient pas avoir une force extraordinaire, du moins pour l’instant. Le public s’extasiait, encourageait, criait le nom du champion qu’il encourageait, celui du jeune Drakkari semblait d’ailleurs avoir une petite… préférence…

S’il dura un moment, lutte amusante, le grand balèze commençant à comprendre qu’il était très mal placé tenta autre chose… Il fit semblant de ployer sous la force de l’épée du jeune homme et se baissant vers le sol, attrapa une poigné de terre sèche qu’il lui balança au visage. Tristan aussitôt aveuglé, il frappa de toutes ses forces… mauvaise idée… Ses deux haches volèrent… et avec elle une ou deux phalanges. Le plus significatif dans le silence de la foule qui s’était installé avant qu’un tonnerre d’applaudissement n’explosent à la chute du guerrier… tricheur ? Eh bien Tristan avait frappé alors qu’il tournait pratiquement le dos à son adversaire et sans même voir où celui-ci se trouvait, il le savait juste très bien…
Le vieux se précipita vers lui, fou de joie, le remerciant chaleureusement.
Il fut entraîné de nouveau dans les loges et lorsqu’il en ressortit peu après, ce fut pour rejoindre dans le public qui attendait un nouveau spectacle, la jolie mage qui ne devait pas tout comprendre. Son front et son torse luisaient de sueur mais il s’assit à côté d’elle, tenant une épée, cadeau du forgeron qui l’avait vu combattre. Il soupira apparemment fatigué mais porta discrètement la main aux jambes de la demoiselle pour poser sur le tissu de sa robe, le bracelet qui lui avait tant plu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Jeu 27 Sep - 13:48

La jeune femme était effectivement joyeuse comme elle ne l’avait jamais été depuis des semaines et même des mois. Jamais elle n’avait pris la peine de sourire autant, d’avoir l’impression d’être bien, elle-même. En fait elle en apprenait beaucoup sur ses besoins et ses envies. Car jusqu’à présent, la demoiselle avait tout ignoré d’elle-même, refusant de prendre le temps pour s’amuser ou encore mieux, construire une relation avec quelqu’un.

A part être professionnelle, sérieuse et dans son élément, c’est tout ce qu’elle savait faire. Alors oui pour le coup elle se conduisait comme une gamine. Car elle ne s’était jamais détournée de ses responsabilités, ses devoirs et les objectifs qu’on lui donnait. Elle s’émerveillait pour la magie oui mais à force ça en devenait une habitude comme des petits tours de passe passe qu’on fait par ci par là.

Non elle n’allait pas si mal que ça… du moins… c’est ce qu’elle tentait de montrer. Il est vrai que Tristan lui procurait des effets bénéfiques pour l’instant et que ça l’aidait à ne pas penser à ce poids qu’elle avait en elle. Même si parfois elle se sentait toujours un peu plus faible ou un léger vertige qu’elle ne montrait pas.

D’ailleurs, en se coiffant dans la salle de bain, le décor avait commencé à devenir flou et elle avait étouffé un grognement peu appréciateur, fermant les yeux un instant pour reprendre doucement sa respiration. Ce n’était pas encore ça. Certes Tristan aidait beaucoup et les douleurs étaient moins fréquentes qu’avant mais c’était toujours le cas.

Elle inspira profondément avant de s’asperger le visage d’eau avant de se dévisager dans le miroir et se sourire pour tenter de reprendre ses esprits. Mais sortant de la salle de bain, Cassidy avait préféré faire comme si rien ne s’était passé. Pourquoi embêter Tristan avec ça ? Bien sûr elle pourrait lui dire mais elle ne tenait pas non plus à faire disparaître le sourire du visage du Drakkari.

Oui passer une bonne journée, c’est tout ce qu’elle désirait au final. Etre bien. Alors elle semblait vraiment resplendissante et la douleur passée, elle était en pleine forme, se contentant de demander l’avis de Tristan sur sa tenue alors que celui-ci la complimenta avant de prendre un sourire un peu plus pervers. Ah c’est qu’elle n’avait pas compris l’allusion à la couleur marron après tout.

Elle se contenta de lui donner ensuite une petite pichenette sur la joue, rien de bien méchant, mais juste d’un air malicieux comme quoi elle le surveillait quand il avait cette drôle d’expression sur le visage.

Bien sûr qu’elle était inquiète quant à son envie d’aller voir une autre femme. C’était un homme quand même ! Mais si elle ne faisait que penser à ça, alors elle ne pourrait plus vivre ou serait vraiment très moche, à se poser autant de questions, à être aussi réticente et inquiète. Alors oui elle lui faisait dans un sens confiance mais elle ne comptait pas broyer du noir toute la journée. Même si bien sûr ça lui ferait énormément de mal mais bon… ça fait parti de la vie.

Le spectacle se termina et Cassidy était aussi ravie que la gamin. Peut être qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de vraiment prendre son temps. D’ailleurs Tristan semblait étonné tout en récupérant sa main et en lui disant qu’il aurait des choses à lui faire découvrir. La jeune femme le gratifia d’un sourire intéressé avant qu’ils s’occupent de quoi chercher se restaurer.

Alors qu’ils mangeaient près du pont, Cassidy parlait un peu à Tristan mais surtout à propos de ce qu’il avait dit peu de temps avant, en tenant sa pomme dans sa main qu’elle faisait tourner doucement.

« Tu sais Tris’… en fait depuis que je suis partie de notre village, je n’ai jamais réellement cherché à m’amuser. Enfin tu m’as toujours connu comme ça. Je préférais apprendre pour combler un vide plutôt que de m’amuser. Ca n’a jamais changé et puis je n’en ai pas vraiment eu l’occasion »

Elle regarda doucement sa pomme avant de croquer dedans.

« C’est vrai que j’ai passé beaucoup de temps à lire des livres pour m’informer, devenir plus forte, plus puissante… pour ensuite aider les autres. Pour pouvoir protéger. Même si je devrais plus me protéger de moi-même en ce moment »

Cassidy émit un petit rire très nerveux avant de regarder à son tour le courant de l’eau.

« Et puis… il fallait bien que je gagne un peu d’argent aussi pour continuer à voyager. C’est que le matériel de mage et les voyages ça coûte cher. Alors j’ai consacré beaucoup de temps à aider, prenant une récompense sans imposer quoi que ce soit en retour. A remplir des taches et lorsque j’ai gagné une petite réputation, j’ai été convié à des soirées mondaines de ce type là. Même si je n’étais pas vraiment à l’aise… »

Elle soupira doucement avant de regarder ensuite le ciel tout en achevant la pomme et glissant sa main libre dans l’herbe.

« Alors que tu me fasses découvrir plein de choses nouvelles… ça me rend heureuse tu sais. »

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre car elle venait déjà de glisser un bout de brioche dans la bouche à Tristan avant de le mordiller doucement tout en lui faisant un magnifique sourire.

Cassidy s’allongea un instant et pensa à nouveau au moment où Tristan avait soulevé le petit garçon pour lui permettre de profiter du spectacle. C’est vrai, elle n’avait pas complimenté le Drakkari pour sa bonne action, et avait même hésité à lui sortir une petite phrase pour lui faire remarquer mais tout gentiment. Connaissant un peu le caractère du Drakkari, la mage avait préféré s’abstenir, mieux valait pas lui dire quand il faisait une bonne action. Après tout, ça devait rester naturel comme si c’était tout à fait normal.

Il devait faire une allergie à la gentillesse alors ça serait déplacé de lui en parler ouvertement même sans arrière pensé. C’est pourquoi elle se contentait d’un sourire heureux. Elle les remarquait ses efforts, vraiment. Mais la seule manière qu’elle avait trouvé de l’encourager était de passer une bonne journée avec lui-même si ce n’était pas vraiment une récompense et qu’elle se sentait réellement bien avec lui.

Enfin, ils se relevèrent et elle passa à la poste tout en s’appliquant sur son bout de papier pour l’académie. En espérant que son remplaçant comprendrait la situation et qu’il ne dirait rien à ce sujet. Ah oui c’est vrai qu’on pouvait avoir l’impression qu’elle était en vacances et tout le monde avait du remarqué l’absence de Tristan aussi qui affectionnait son terrain d’entraînement.

Elle n’avait pas entendu la discussion animée à côté d’elle et bien heureusement d’ailleurs. Car il était certain que la demoiselle se serait fortement braquée. Elle ne voulait pas faire comme toutes ces femmes se sentant désirables aux yeux des hommes. Non, elle, elle s’en fichait ouvertement et plaire à Tristan était son seul objectif pour le moment.

Ils avaient ensuite parcouru différents étalages et c’est vrai que la jeune femme avait regardé avec intérêt un bracelet. La seule chose qu’elle possédait était son pendentif offert par son maître mais pouvait-on réellement parler de bijou ? Pas vraiment c’était un pendentif magique et il l’avait bien aidé à plusieurs moments.

Tristan parla alors d’aller voir un stand d’armes et la jeune femme acquiesça d’un signe de la tête. Après tout si il voulait aller voir, elle n’allait pas l’en empêcher non plus. Et puis, Cassidy n’avait pas l’intention de l’empêcher de faire ça, elle se sentait déjà assez coupable en repensant à l’arme du guerrier qui dormait dans un coffre sécurisé de son bureau alors c’était la moindre des choses qu’elle puisse faire.

« Oui oui bien sûr, je vais commencer à regarder »

Et pendant que Tristan partait dans l’autre sens, elle commença à regarder les étalages de vêtements mais rien ne lui plaisait vraiment. Il y en avait pour tous les goûts. Tristan ne revenant pas, elle se mit à flâner dans les ruelles et s’arrêta devant ce qui semblait être une petite boutique haute en couleur d’où s’élevait des bris de voix féminines.

- C’est pas possible… Qu’est ce qu’il fabrique ? Cela fait une bonne heure qu’il aurait du être là.
- Calme toi il doit avoir un contretemps…
- Mais on a absolument besoin de cette livraison et tu le sais bien. On risque de perdre de la clientèle si on ne peut rien proposer de ce qui était prévu…
- Il faudrait que l’une de nous aille voir mais nous n’avons pas beaucoup de temps…


Intriguée, Cassidy entra dans la boutique où se trouvaient trois femmes visiblement inquiètes.

« Excusez moi Mesdames, j’ai entendu votre conversation, vous avez besoin d’aide ? »

La brune se tourna vers Cassidy.

- Nous attendons notre livreur mais il a du retard. Et aucune de nous ne peut s’absenter de la boutique pour le moment.[/color]

« Et bien… je peux aller voir ce qui se passe. Il est censé arriver par quelle route ? »

Après quelques indications, Cassidy se rendit rapidement sur la route indiquée par les demoiselles et n’eut pas beaucoup de chemin à faire. En effet, le livreur se trouvait non loin des portes de la ville et une roue de son chariot s’était enlisé dans un trou et il lui était impossible d’avancer malgré la force de son cheval.

Il est vrai que voir une petite demoiselle sans force physique lui porter secours le laissa perplexe mais après l’avoir rassuré sur ses compétences, la jeune femme invoqua son bâton et fit léviter le chariot le temps que le cheval le tire. Finalement, après son aide, ils arrivèrent rapidement à la boutique où les dames semblaient enfin soulagées tout en remerciant Cassidy tout en lui indiquant que si elle avait besoin de quelque chose, elle ne devait pas hésiter à leur rendre visite.

Cassidy les remercia mais n’avait besoin de rien puis fit disparaître son bâton avant de sortir de la boutique pour retourner au marché où elle entendit une voix parlant de Tristan.

La jeune femme ouvrit grand ses oreilles, surprise puis se précipita au pas de course au lieu où se déroulait la scène.

*Il a fait quoi encore ?*

Bras armé ? Combattant ? Elle s’inquiétait un peu avant d’arriver sur le lieu de la scène. La jeune femme ouvrit des yeux ronds en voyant Tristan au centre. Avait-il tant besoin que ça l’envie de se battre ? Ma foi… ça pourrait l’entraîner mais elle ne comprenait pas ni l’enjeu, ni l’envie.

« Excusez moi… Quel est cet évènement ? »

Elle venait de s’adresser à un homme massif à côté d’elle.

[b]- C’est un tournoi entre petits nobles et personnes riches. Chaque participant possède un champion qui se bat en son nom. Le vainqueur fait remporter à son propriétaire des sommes de paris lancés sur ce tournoi.


Cassidy ouvrit des yeux encore plus grands avant de fixer Tristan. Quel intérêt de faire ça ? Elle s’installa sur un banc et frissonna quand il entra en scène. Et ce qu’elle vit, la laissa surprise tout en l’admirant, la bouche grande ouverte. C’est qu’il se battait bien même si elle craignait pour sa sécurité. Le jeune Drakkari se débrouillait vraiment bien, attentif, calme et analysant sa situation.

Elle serra les rebords du banc tellement fort que des marques apparurent sur ses mains lorsque le grand champion se plaça en face de Tristan. Mais finalement, Tristan remporta la victoire avant de revenir en direction de sa petite mage, qui ne comprenait pas vraiment c’était vrai.

Discrètement, il fit glisser le bracelet sur la robe de Cassidy alors que la demoiselle avait les yeux qui s’éclairaient et une expression de joie sur son visage. Il avait fait attention à ce qu’elle regardait ? Son cœur fit un bond dans sa poitrine alors qu’elle fixait Tristan qui semblait fatigué malgré tout, caressant sa main avant d’attendre qu’il récupère pour enfin l’entraîner non loin d’une loge un peu à l’écart du reste du monde, le regardant dans les yeux.

« Hum… tu m’as offert un beau spectacle. Tu en as fait qu'une bouchée de tes adversaires. Mais il paraît que le gagnant a le droit au baiser d’une dame aussi… »

Elle se mit sur la pointe des pieds, passant ses bras autour du cou du Drakkari avant de déposer un beau baiser sur ses lèvres, signe de remerciement de sa part avant de passer une main dans ses cheveux rouges vif tout en lui essuyant doucement la sueur qui perlait à son front.

Cassidy commencait aussi à avoir des remords quant à l’épée de Tristan qu’elle lui avait confisqué. C’est vrai, elle envisageait de lui redonner aussi prochainement au cas où…

La demoiselle mit le bracelet à son bras avec fierté et admiration. C’est sûr qu’elle allait s’en rappeler longtemps de celui là !

Puis elle l’entraîna à nouveau près des étalages avant d’arriver au stand des garçons, qui saluèrent Tristan au passage. Visiblement le plus petit avait raconté à ses frères la gentillesse du Drakkari.

La jeune femme sourit puis acheta deux crêpes dont une qu’elle tendit à Tristan, sachant qu’elle avait demandé la dose de chocolat fondue pour la sienne. Alors qu’ils dégustaient leurs consommations, les garçons se firent beaucoup plus bavards.

- Vous êtes des amoureux ?

C’était le plus jeune qui venait de parler, celui de six ans. Cassidy piqua un fard, la bouche grande ouverte, en regardant Tristan puis les enfants.

« Heu… et bah… hum… »

- Hi hi ! Elle rougit ! Ca veut dire que la jolie dame est amoureuse du Drakkari

Cassidy devant encore plus rouge en marmonnant et fixant ses chaussures qu’elle trouva très intéressante. C’est fou comme cette simple petite paire de chaussures est jolie, vernis, lustrée et on en passe. Elle ne faisait rien pour arranger les choses en fait.

Sauf que Tristan se fit « harceler » par les garçons qui lui posaient des tas de questions et de phrases admiratives, les yeux brillants et impressionnés.

- D’où tu viens ? C’est vrai que les Drakkaris sont très très fort ? Moi je veux être aussi fort que toi plus tard !

- On a un peu vu le tournoi tout à l’heure. Wahouuu ! C’était génial !

Cassidy elle, ne bougeait pas vraiment, dansant sur un pied puis sur l’autre, préférant laisser le soin à Tristan de répondre puisqu’il était moins gêné qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Ven 28 Sep - 20:35

Pauvre demoiselle… Elle avait passé trop de temps à se priver en pensant aux autres, trop de temps à être sérieuse sans penser à se distraire. L’air de rien, elle s’était fait beaucoup de mal à vouloir trop bien faire, à vouloir suivre les règles des mages. Elle aurait dû savoir que passé les débuts tumultueux de l’adolescence où vraiment elle aurait fait encourir un risque à son compagnon, elle n’avait plus vraiment à se soucier de suivre les règles.
D’ailleurs qui s’en souciaient vraiment hein ? Est-ce que les mages respectaient vraiment ces règles ? Il en doutait… Elle oui bien entendu…Ca n’avait que trop duré.

Ils avaient regardé le spectacle d’acrobaties, de jongleries, de tours divers et variés. Tristan avait un sourire amusé et même s’il ne semblait pas autant en suspens que les personnes présentes, sans doute par habitude, ses yeux brillaient d’amusement. Le petit garçon sur ses épaules, fou de joie, ravi d’avoir un tel point de vue et de devenir l’espace d’un instant un véritable géant, battait des mains et si le Drakkari n’avait pas les épaules aussi larges, le bambin serait tombé depuis bien longtemps. Quant à Cassidy, elle semblait sincèrement émerveillée. Il l’observa avec calme, une certaine sérénité même. Ca y est, il avait enfin trouvé comment expliquer ce qu’il voyait… Depuis qu’il lui avait dit qu’il l’aimait en particulier, mais aussi depuis qu’il avait commencé à lui apprendre à s’ouvrir au monde, Tristan voyait revenir ce sourire magnifique qui l’aurait tiré… il en était convaincu à présent, des ténèbres. Peut-être que c’était pour cela qu’il s’était autorisé à lui avouer ses sentiments, parce qu’il savait qu’il ne risquait plus rien, qu’elle ne risquait plus rien… C’était vrai peut-être, mais s’il avait agi ainsi c’était surtout par égoïsme, il ne tenait plus tout simplement.

Alors comment qualifier ce sourire ? Cette façon d’être… Plus encore cette façon d’être à cet instant, rayonnante, magnifique dans sa petite robe, à l’apparence si fragile mais tellement forte en réalité…Ce sourire. Oui il savait, ce n’était pas parce qu’elle s’exprimait plus, ce n’était pas parce qu’elle craignait moins le regard des autres, ce n’était pas parce qu’elle était moins naïve, même si toutes ces petites choses jouaient bien évidemment. Non, la vérité c’est qu’elle commençait à vivre…

Mieux vaut tard que jamais.
Ils s’étaient éloignés après avoir acheté quelque chose à manger et installé dans ce petit coin tranquille, il eut droit à quelques paroles de la demoiselle. Les sujets précédents ayant été légers, le jeune homme se fit beaucoup plus attentif et sérieux quand elle commença à se faire plus solennelle. Enfin ce n’était pas tout à fait le terme bien sûr, disons qu’il se doutait que ce qu’elle allait lui dire était important pour elle. C’était le cas…

Il s’était contenté d’un léger sourire aux premières phrases. Oui, il savait comment elle était quand ils n’avaient encore que tout juste accédé à l’adolescence, il n’avait aucun mal à l’imaginer continuer sur cette voie. Elle lui parlait de sa façon d’être, son manque d’amusement. Oui, il le savait… Elle avait beaucoup voyagé et aidant continuellement son prochain, s’était fait en quelque sorte, malgré son très jeune âge, une certaine réputation… Et ce même si au nom de la puissante jeune mage s’associait l’image d’une jeune femme farouche, qui ne se laissait pas facilement approcher et encore moins toucher. Difficile de savoir ce qui se cachait sous cette apparente froideur.

Et pourtant, elle méritait d’être connue cette jolie dame…Lui pouvait l’affirmer. Il la laissa parler. Malgré ses airs revêches et contre les règles qui ne lui plaisaient pas, le jeune homme semblait très respectueux du temps de parole. Quand quelqu’un parlait, elle avait dû s’en rendre compte et surtout quand ELLE parlait, il ne disait rien, se contentant d’écouter avec une attention toute particulière et sans doute bien plus estimée que celle offerte d’une oreille peu attentive par la majeure partie des interlocuteurs.
Elle acheva finalement son petit récit en lui disant qu’elle était heureuse qu’il lui fasse découvrir de nouvelles choses.

Si depuis qu’elle avait commencé à parlé, il caressait doucement un de ses bras, du poignet jusqu’à l’épaule, juste un effleurement, quand elle s’arrêta,il voulut répondre quelque chose, surtout qu’il avait perçu l’émotion dans sa voix. Elle était honnête et donc vraiment heureuse… il avait envie de lui répondre que c’était normal ou plutôt de dédramatiser un peu, même s’il n’y avait pas vraiment grand-chose à dédramatiser justement, disons qu’il était un peu gêné d’avoir ainsi toute son attention… Mais elle ne lui en laissa pas le temps, s’amusant avec une brioche qui faillit l’étouffer. Mais si cela s’était avéré, il aurait certainement eu droit à un bouche-à-bouche renversant pour le remettre d’aplomb.

Elle s’allongea, pas lui… Il se contentait de fixer l’étendue liquide, puis elle quand elle ne faisait pas attention. Petite mage qui commençait à vivre… Elle était comme une de ces fleurs si rares, elle avait mis de si longues années pour s’épanouir, mais enfin, magnifique, éblouissante, enivrante, elle émerveillait le monde autour d’elle. Non, elle n’était pas comme une de ces fleurs…Elle ETAIT une de ces fleurs…
Difficile de croire que le jeune homme pouvait penser avec autant de douceur et de romantisme non ? Pas conforme à l’idée générale le guerrier…

Ils allèrent à la poste et elle s’occupa du courrier à adresser à l’Académie. Pour sa part, il se chargea des jeunes gens peu polis. Certes, Cassidy n’aurait certainement pas apprécié.C’est pourquoi de toute manière, il n’avait pas l’intention d’en parler, mieux valait qu’elle profite de ces journées, sans qu’il n’y ait la moindre ombre à ce si beau tableau.

Par la suite, ils flânèrent un moment devant les étalages avant de se séparer sous la demande du Drakkari. Non, non, il n’était pas mal à l’aise en sa présence, mais il voulait juste tenter quelque chose, même si bien sûr il ne pouvait pas le lui dire. Après tout, il n’était assuré de rien et l’effet de surprise était toujours satisfaisant quand il est orienté dans le bon sens non ?
En tous les cas, il partit, non pas vers une forge, mais vers le vendeur et surtout le bijou qui avait tant plu à la demoiselle.

Bien sûr, il ne pouvait rien savoir des prouesses et de l’éternelle gentillesse qu’avaient réalisé et dont faisait preuve, la demoiselle. Ah non, elle ne pouvait pas laisser son prochain sans secours si elle pouvait tendre d’une quelconque façon la main. Drôle de demoiselle n’empêche…Même s’il la comprenait de mieux en mieux et… approuvait cette attitude, tant qu’elle ne versait pas dans la naïveté et donc se faisait exploiter. En tous les cas, les marchands, le livreur furent très reconnaissants. Sans doute proposèrent-ils ristourne ou compensation quelconque d’ailleurs mais ça, encore une fois, il ne pouvait pas en avoir connaissance.

Elle dut être très surprise par contre quand, suite à l’aide fournie, elle entendit le nom de son compagnon prononcé par le crieur. Eh bien oui, il allait se battre…Et elle était tenue d’y assister d’ailleurs, sinon ce serait bien moins drôle… et moins glorifiant aussi…
Justement, elle arriva et eut droit sans doute c’est vrai, à de belles frayeurs mais aussi à de jolis tours de passe-passe.Enfin, Tristan ne considérait bien entendu par ces combats comme réellement sérieux, sinon il aurait cherché à blesser ses adversaires, pas à les désarmer et là… ce serait tout de suite devenu beaucoup moins drôle pour la foule, beaucoup moins bien aux yeux de la demoiselle. Il était dans une optique de s’amuser là, pas de massacrer !!!!

Heureusement il n’eut aucun mal à remporter ses combats même si le dernier lui posa quelques difficultés. Ce grand homme était quand même costaud et peu respectueux des règles, comme il le manifesta d’ailleurs dans sa tricherie. Mais peu importait. Au final, c’est lui qui y avait perdu. S’il avait observé strictement les règles de la joute, Tristan n’aurait pas cherché vraiment à lui faire de mal, mais là il avait eu un réflexe quand son corps s’était senti en danger, raison pour laquelle le coup avait été excessivement plus rapide et puissant… plus blessant aussi.

Finalement, vainqueur, à la joie contagieuse de son « employeur », il alla retrouver Cassidy au plus vite… dès qu’il put échapper aux remerciements et félicitations en fait. D’ailleurs son dû l’attendait dans une boite qu’il garda pour la demoiselle même s’il sortit le bracelet pour la forme, coinçant la boite dans sa ceinture.
De retour près d’elle, alors qu’elle ne devait pas trop comprendre ce qui, malgré un talent indéniable, l’avait poussé à aller se battre, il déposa donc discrètement le bracelet sur ses jambes.

Il vit son visage s’éclairer et se félicita intérieurement. Malgré un léger essoufflement, qu’il sembla d’ailleurs aussitôt oublier, il se redressa fièrement, bombant le torse, ravi de lui faire plaisir. Ahhh !!! C’était donc ça que ça provoquait comme envol de colombes, papillons et tant d’autres, dans l’estomac quand une demoiselle heureuse sourit ?... Il y avait déjà assisté avec la fleur qu’il avait glissée dans ses cheveux la veille bien sûr, mais c’est vrai qu’il était difficile de s’en lasser. Il fit pourtant mine de ne pas la regarder, juste pour la forme encore une fois et ce même si ses yeux se tournaient régulièrement vers elle. Oui, il avait fait attention à ce qu’elle regardait… Que croyait-elle ? Qu’il se contenterait de la suivre en soupirant et en s’ennuyant comme une pierre ? Quitte à être près d’elle, autant qu’il s’investisse non ?

Entraîné à l’écart, il eut droit au sourire jumeau de celui qui venait de lui retourner l’estomac. Chouette idée qu’il avait eu de s’abstenir de trop manger le matin même, pas sûr que son ventre supporterait longtemps tous ces loopings…
Qu’est ce qu’elle était craquante !!! Elle sembla d’autant plus s’investir, voulant jouer la grande ou reprendre les contes et légendes qui avaient bercé une partie de leur enfance, parlant du baiser de la dame. S’il sourit, ravi, il le fut davantage encore lorsqu’il reçut ledit baiser. Posant l’épée qu’il venait de gagner contre un mur à côté, il serra étroitement ses bras sur elle, la soulevant à moitié en répondant à son baiser comme si sa vie en dépendait et ce même si ça lui mettait les idées sens dessus dessous !!!

Ils s’arrêtèrent, trop vite à son goût mais surtout à temps pour que ça reste… relativement raisonnable… Enfin…plus ou moins.
Elle était vraiment contente hein ?! Il ne s’était pas trompé !!!! Même s’il se doutait que tout geste attentionné aurait provoqué un air émerveillé de la part de la demoiselle (après tout ça venait de lui quand même), il était content d’avoir eu l’œil. Beaucoup d’hommes gagneraient à avoir sa mentalité apparemment parfaitement naturelle, mais si particulière, de gentleman.
Il caressa doucement sa main quand elle mit le bracelet, se retint de sortir une phrase… il se sentait bête rien qu’en la pensant… Etait-ce stupide ? Sans doute, il s’abstiendrait alors…

Après quoi, ils se remirent en marche et ce fut plus par hasard que par un fait exprès qu’ils revirent le bambin ayant assisté au spectacle avec eux. Oui apparemment, c’était un sacré bavard parce qu’il avait déjà raconté à qui veut l’entendre qu’un immense Drakkari, grand comme un géant et fort comme un ours l’avait porté. Il en avait d’ailleurs sans doute rajouté un peu mais… peu importait après tout, c’était un enfant.
Cassidy leur prit des crêpes et Tristan fixa d’un œil amusé, celle de la jeune femme qui était plus du chocolat à la crêpe que réellement une crêpe au chocolat. Sa gourmandise, touchante, le faisait toujours sourire.

Ils mangèrent rapidement et les enfants ravis d’avoir des « adultes » assez gentils pour s’intéresser à eux, leur parler, s’en donnèrent à cœur joie. En fait, étant donné qu’ils avaient assisté au combat du Drakkari, ils en faisaient aussi beaucoup à cause de ceci. Les petits garçons, souvent, veulent ressembler à leurs héros. Ceux-ci ne sont généralement ni plus ni moins que de courageux et forts guerriers.
D’ailleurs s’ils avaient déjà parlé un peu, ce fut le plus jeune qui posa une question fatidique… en leur demandant s’ils étaient amoureux. Si Tristan, pas facile à perturber se contenta d’un léger sourire intrigué, un sourcil haussé, Cassidy elle, à peu près aussi discrète qu’un hippopotame rose fluo sur un fond d’écran noir, répondit pour eux en se mettant à rougir… et pas qu’un peu.

Les enfants sont cruels entre eux, parce qu’ils ne connaissent rien du tact, surtout à cet âge là. Et avec des adultes, ils peuvent se montrer maladroits. En tous les cas, ils n’épargnèrent pas la petite blonde, aussi jolie soit-elle. Ils riaient, en disant que la jolie dame était amoureuse du Drakkari. Tristan eut toutes les peines du monde à contenir le fou rire qui le menaçait, c’est qu’elle faisait peine à voir, toute gênée, occupée à regarder ses chaussures comme si elles étaient la réponse même à toutes les multiples questions de l’esprit !!!

Apparemment c’était à lui de gérer, mais pour sa part, il s’amusait. Quand elle rougissait, mine de rien, c’était que ça la touchait. Elle ne devait vraiment pas être douée en mensonge. Néanmoins, bon prince, il se tourna vers les enfants, hochant doucement la tête.

- J’ai beaucoup voyagé, donc je viens de partout… mais là, j’arrive de l’Académie de la jolie mage qui est avec moi. Faites attention, elle n’en a peut-être pas l’air mais elle est très très forte… Elle m’a envoyé au tapis une fois avec sa magie. Et pourtant, comme tu le dis, les Drakkaris sont très forts !

Il disait ça gentiment, honnêtement… Les enfants écarquillaient et la bouche et les yeux, l’air éberlué et sérieusement impressionné ! C’est qu’elle n’en donnait pas l’air comme ça la blondinette.
Ils parlaient de beaucoup de choses. Tristan s’efforçait de leur répondre… Il disait qu’effectivement, il était un épéiste, qu’il avait beaucoup travaillé pour avoir un bon niveau et pouvoir affronter tous les adversaires possibles. Cassidy semblait à peine plus à l’aise, sans doute encore perturbée quand il décida de lui venir réellement en aide… ou de la mettre encore plus mal à l’aise, c’était à voir…
Il se pencha vers les enfants, leur faisant signe d’approcher, l’air de vouloir parler discrètement.

- Chhhut… Il ne faut rien lui dire hein mais je suis amoureux d’elle. Mais si elle le savait elle aurait un grand pouvoir sur moi, donc c’est un secret entre nous.

Il sourit et enchaîna.

- En fait, c’est une bien jolie princesse mais victime d’une terrible malédiction qui la pousse à rougir dès qu’on lui dit quelque chose de gentil, regardez…


Il se pencha doucement sur la jeune femme, un sourire doux aux lèvres qui se mariait merveilleusement bien avec sa mâchoire carrée. Il avait pris une de ses mains et la serrait doucement contre son torse.

- Je me suis battu pour toi tout à l’heure, pour t’offrir cet objet qui te plaisait…je voulais te faire plaisir bien que je le trouve parfaitement inutile… Quand il n’était qu’inerte, il était très beau, mais maintenant que tu le portes… je ne le vois plus parce que tu l’éclipses totalement. Son matériau n’étincèlera jamais comme tes cheveux, ses pierres n’égaleront jamais les joyaux de tes yeux, il peut tinter, briller ou même se mettre à chanter, il ne pourra jamais te rendre plus belle que tu ne l’es déjà, juste peut-être briller à tes côtés et refléter ma joie d’être près de toi. Mais s’il te plait, je suis heureux…


Eh eh eh…Malin le garçon l’air de rien… Oui, il avait eu envie de lui parler un peu plus tôt.Mais les déclarations n’étaient pas du tout son truc même s’il était apparemment… très poète quand il s’y mettait, ou plutôt romantique, enfin à voir… Mais de peur de paraître ridicule, désarmé puisque ce terrain là il ne le connaissait pas aussi bien que celui où il passait ses journées, il avait choisi de se taire… avant de le lui dire,mais comme s’il ne faisait qu’une démonstration devant les enfants… par rapport à la soi-disant malédiction de la demoiselle.
C’était plutôt osé comme attitude mais aussi bigrement intelligent, il fallait le dire. Il se recula en souriant d’autant plus face au nouveau fard qu’elle piquait, ce qui étant donné que les jeunes gens présents n’avaient rien entendu du murmure, provoqua applaudissements, sourires, ébahissements. Après tout, pourquoi pas ? Non, décidément, Tristan était loin d’être bête…

Finalement, ils s’éloignèrent en les saluant et s’ils furent juste à marcher sans trop se toucher pendant quelques instants, quand ils s’isolèrent un peu de nouveau près du torrent, il sentit le regard de la jeune mage peser sur lui. Aie… ben oui, elle allait sans doute demander des explications maintenant. Il fit comme s’il ne s’en rendait pas compte, pensivement tourné vers l’eau qui glougloutait tout près d’eux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 29 Sep - 15:30

Si Cassidy se mettait à vivre, cela devait être le cas pour Tristan. Elle l’avait dévisagé toute attendrie quand sous une impulsion ou l’envie de faire une bonne action, il avait tiré le gamin vers le haut. Lui qui détestait les autres enfants ! Pour toutes les moqueries, les durs moments endurés. Et le voilà qui, sans se poser plus de questions que ça, sans chercher à se tourmenter, il faisait quelque chose qui ne devait pas être dans ses habitudes.

Lorsque le spectacle fut terminé, Cassidy fut un peu plongée dans ses réflexions. Tristan était un guerrier. Il s’était engagé chez les Kaärs. Ce visage qu’il montrait aujourd’hui devait quand même être très rare même si le jeune homme se plaisait à dire que lui avait sûrement beaucoup vécu, courtiser les dames, profiter des plaisirs qu’on pouvait lui offrir, sans remords, sans regrets. Mais tout dans une attitude complètement contrôlée.

Oui, il ne devait être occupé qu’à se battre avant, pas vraiment à profiter de petites joies simples. Là, à ses yeux, par ses paroles et ses expressions, il paraissait plus vivant, franc et naturel. Comme si elle voyait un peu cet autre visage qu’il lui offrait, comme un magnifique cadeau. Et ça la jeune femme en était très touchée. Elle le savait, Tristan n’avait pas que des mauvais côtés, il ne faisait que de le témoigner en ce moment, depuis qu’ils étaient là et même avant… avant qu’elle décide de le rendre jaloux avec Jordan.

Alors qu’ils marchaient, elle avait doucement pris sa main et la serrait, comme si elle voulait encore sentir cette présence rassurante. Oui, il n’y avait pas à chipoter. A eux deux, ils changeaient petit à petit, se permettant des choses que jusqu’à présent ni l’un ni l’autre n’avait eu l’intention de faire. D’ouvrir un peu la porte.

Et elle lui en était reconnaissante. Car c’est un peu grâce à lui qu’elle ouvrait enfin les yeux. A croire qu’il avait aussi une bonne influence sur elle. Qui l’aurait cru ? Que ce petit duo de gamins qui s’entendait comme chien et chat finiraient par s’apprécier au final ? Même eux devaient avoir agit par inconscience de le passé, conscience qui se révélait enfin.

Ils s’étaient posés près de la rivière, lui écoutant sans l’interrompre, elle s’ouvrant encore un peu. Chez les femmes, ça fait toujours bien de parler et plus particulièrement pour cette petite mage qui n’avait pas vraiment eu de vraie sociabilité depuis très longtemps. Oui certainement elle avait du temps à rattraper et Tristan… malgré ses airs, était vraiment adorable.

Elle ne lui laissa pas le temps de parler, s’amusant à lui enfoncer sa brioche dans la bouche. Peut être avait-elle un peu peur de sa réponse et qu’il jugerait qu’elle parlait beaucoup trop. Mais c’était aussi important pour elle de lui expliquer pourquoi elle était comme ça. De lui faire partager un peu toutes ses nombreuses années à aider son prochain, se priver. Il la comprendrait mieux.

Après avoir envoyé sa lettre, Tristan décida de s’éclipser et jamais elle ne pouvait deviner quelles étaient les intentions du garçon. Pour sa part, elle était partie aider, sentant qu’on avait besoin d’elle. C’était à ça que servait sa magie, aider les gens. Bien qu’il ait raison, à force, on pouvait finir par abuser d’elle et de sa gentillesse. De sa puissante magie pour faire des choses peu recommandables mais ça elle ne le savait pas bien sûr. Ou du moins, elle avait eu de la chance jusqu’à présent.

Les demoiselles de la boutique la remercièrent chaleureusement, se demandant en quoi elles pouvaient rendre la pareille à Cassidy. Mais la jeune femme secoua la tête, ne voulant apparemment rien du tout, juste les remerciements lui suffisait. Un simple sourire, elle était heureuse et cela se voyait car elle eut droit à quelques compliments. Bon ces femmes avaient l’air plutôt simples et franches, pas du genre à aguicher les hommes ou des trucs comme ça. Oui ça existait aussi, rare mais c’était le cas.

Sauf que lorsqu’elle sortit de la boutique, la jeune femme entendit des voix et surtout le crieur qui énonçait le prénom de son compagnon. Quoiiiii ?!? Il avait fait quoi encore ? Pourquoi lui ? Elle ne comprit pas tout de suite pourquoi. Ou alors il devait sacrément s’ennuyer pour avoir envie de se battre.

C’est vrai qu’elle trembla pour lui, surtout que ses adversaires ne semblaient pas avoir la moindre pitié et pendant un instant, la jeune femme grinça des dents, un peu inquiète à voir Tristan s’énerver et en finir rapidement. C’était dangereux. A force de le titiller, l’honneur et la fierté du Drakkari pouvaient ressortir à n’importe quel moment et elle ne voulait pas d’un tournoi tournant au drame.

Mais elle pouvait admirer le jeune homme en pleine action. Concentré, attentif aux moindres mouvements de ses adversaires. Elle n’y connaissait rien mais les autres en face, malgré leurs carrures, n’étaient pas vraiment des guerriers à temps plein. Ca lui laissait un avantage certain surtout que torse nu comme il était, avec sa lourde épée, il pouvait tout aussi bien paraître fou ou inconscient.

Le tournoi se termina enfin et il fut félicité, apprécié, on l’admirait. Si bien que Cassidy ne pouvait éprouver que de la fierté et de l’admiration pour ce Drakkari. Il suffisait de si peu de choses… pour être apprécier. Juste prouver sa valeur. Et qu’importe les malintentionnés, les gens ne sont pas tous comme ça. Avec des envies de faire du mal. Il y avait des bonnes personnes et c’était pour celles là qu’il fallait se battre avant tout.

Il apparut à côté d’elle, fatigué, comme si il avait couru le marathon. Ca par contre, c’était encore à revoir. Il avait peut être regagné son adresse et ses réflexes de combat mais l’endurance c’était pas ça encore. Même si elle était admirative que malgré les paroles du guérisseur, c’était comme si son bras gauche n’avait rien eu. Ses coups semblaient précis, nets. Elle sourit, un peu rassurée de voir qu’il s’était remis rapidement.

Finalement malgré leur froid de quelques semaines, cela avait eu du bon, car pour compenser leurs petites aventures, il avait eu tout le temps pour s’entraîner et se remettre à niveau et ça c’était une bonne chose.

Lorsque Tristan déposa le bracelet sur les genoux de la demoiselle, ses yeux s’illuminèrent. C’est vrai qu’elle était beaucoup trop raisonnable et qu’une telle chose n’était pas spécialement compatible avec sa vocation de mage et puis… elle n’était pas du genre à s’encombrer inutilement. Mais lui avait osé. Faut dire que le prix de ce truc était un peu au dessus de ses moyens mais lui n’avait pas hésité à se lancer dedans.

Elle était vraiment heureuse et lui donna un magnifique sourire. Cassidy avait envie de montrer ce qu’elle pensait vraiment alors que son cœur battait plus vite. Ah ça oui il lui avait fait énormément plaisir même si c’était du matériel, ça témoignait d’une envie de faire plaisir. Oui elle avait envie de lui faire comprendre, faisant comme dans les histoires de conte. Le chevalier qui se bat au nom de sa dame et reçoit un magnifique baiser en cas de victoire.

Les yeux de la demoiselle étaient brillants alors qu’elle l’enlaçait doucement, apparemment très à l’aise. Car le reste du monde disparaissait de sa vision lorsqu’elle se concentrait uniquement sur Tristan. Alors elle se rapprocha de lui et entourant de ses bras son cou pour qu’il se penche un peu pendant qu’elle se mettait sur la pointe des pieds, la demoiselle lui offrit un beau baiser. Auquel Tristan répondit en la soulevant de terre avec autant d’ardeur qu’elle, ce qui lui faisait tourner la tête.

L’envie revenait de l’embrasser encore une nouvelle fois. C’était beaucoup trop court en effet et c’est avec regret qu’elle s’écarta de lui, enfin quand il la déposa doucement sur le sol avant qu’elle ne s’écarte, la jeune femme caressa doucement son bras tout en lui murmurant à l’oreille quelques paroles.

« Je compte bien continuer ça ce soir… »

Elle lui donna un léger baiser sur la joue tout en souriant et l’entraînant avec elle dans la foule. Par hasard, ils croisèrent les enfants et leur stand de crêpes. La demoiselle gourmande, commanda une crêpe au chocolat car c’était une fan de chocolat, gourmande, on ne pouvait pas faire mieux. C’est ce qui la rendait si humaine et différente des autres, elle cherchait à plaire à Tristan certes, mais ne tenait pas à passer pour une aguicheuse qui ne pense qu’au romantisme quand même.

Les enfants avaient plein de questions à poser, et même Cassidy se sentait un peu mal à l’aise quand ils demandèrent plein de choses à Tristan, après tout elle se rappelait de son ton agressif quand elle-même lui avait demandé en toute innocence ce qu’il avait fait de sa vie et qu’il avait failli envoyer valser la table. Non il était plutôt correct et lorsqu’on leur demanda si ils étaient amoureux, Cassidy piqua un fard violent.

Ah non, elle n’y arrivait pas. Pas pour l’instant. Parce qu’elle commençait à s’ouvrir, il lui était plus difficile certaines choses surtout quand ça apparaissait comme des réalités. Mais si elle avait eu affaire à un adulte un peu louche, alors là elle se serait un peu calmer, ne cherchant pas les ennuis non plus. Mais elle regardait ailleurs et surtout ses pieds, apparemment mal à l’aise.

Tristan décida de venir à son secours tout en étant gentil, attentionné, et la complimentant devant les enfants. Elle se mit à rougir encore plus si c’était possible et ne se décolla pas de sa fixation pour ses pieds. Ah oui elle faisait fière la petite demoiselle même si elle appréciait ses paroles.

Enfin, il chuchota quelque chose aux enfants avant de revenir vers elle pour lui chuchoter quelques paroles qui ne lui enlevèrent pas la rougeur de son visage. Il était heureux, il la complimentait. Elle était vraiment rouge même si les enfants la regardait, impressionnés par ce que Tristan venait de faire.

Puis ils recommencèrent à marcher, avant de s’isoler près du torrent. Cassidy était un peu perdue dans ses propres réflexions. Elle n’avait pas l’habitude de rougir autant en public apparemment et elle fixa Tristan qui regardait la surface de l’eau, pensif.

La jeune femme s’approcha de lui et reprit sa main tout en lui parlant d’une voix douce.

« Ca va Tris’ ? Tu as l’air songeur… »

Puis, elle se planta devant lui, le regardant dans les yeux, l’air malicieux.

« Bon maintenant, tu leur as dis quoi pour qu’ils soient tout content dès que je me suis mise à rougir ? Tu es vraiment incroyable. »

Elle se rapprocha un peu de lui. Par contre elle n’avait pas fait attention à la tache de chocolat sur sa joue.

« Me faire rougir comme ça. J’ai pas vraiment l’habitude, mais bon, je suppose que ça doit me changer de mon air coincé. »

La demoiselle lui tira la langue avec malice.

« Allez on y retourne, j’ai encore des choses à acheter et il me faut une nuisette mais j’arrive pas à faire mon choix. Et je suis sûre que tu dois être de très bon conseil. »

Elle l’entraîna à nouveau parmi les stands et après avoir flâner, lui montra plusieurs types de nuisette, attendant son avis masculin, même si parfois elle lui donnait une pichenette sur le nez quand il montra un modèle un peu plus osée, déclarant que ça n’irait pas vraiment avec sa personnalité non plus.

Enfin, après avoir fouillé, ils tombèrent d’accord. Elle se dirigea ensuite vers une boutique pour essayer quelques robes qui, toujours avec l’avis de Tristan, décida de prendre, même si ça ne lui ressemblait pas vraiment d’avoir ce genre de choses dans sa garde robe même si ça restait plutôt non provocant et aguicheur.

Elle avait aussi décidé de prendre une cape de voyage pour Tristan car avec la saison froide, et comme il n’avait plus de cape, il était bien temps de lui en prendre une, surtout qu’avec la pluie et le froid, on a vite fait de tomber malade. Toutes leurs affaires achetées étaient réunies dans un paquet que Tristan portait, par galanterie, car il prétextait que c’était lui qui devait s’occuper de ça.

Le midi ils allèrent manger dans un petit restaurant alors que la demoiselle rougissait de temps en temps et s’amusa à lui faire du pied sous la table, pour se venger de la soirée d’hier. Comme ils étaient en face à face, pas de problème pour arrêter. Ils mangèrent avec bon appétit avant de continuer leur petite tournée.

Sauf que la demoiselle commençait un peu à s’ennuyer, après avoir acheté un sachet de biscuits au chocolat. Et Tristan ayant sûrement remarqué l’air de la jeune femme, attrapa le paquet en lui sortant une petite phrase malicieuse avant de courir, le sachet et leurs courses dans ses bras.

Cassidy grogna en riant, sans chercher à se laisser faire et le suivit rapidement alors qu’il sortait de la ville pour traverser la plaine. Même si il faisait quelques pauses pour voir si la jeune femme était toujours derrière. Oh oui ! Parce qu’elle avait activé son sort pour courir plus vite et c’est donc à allure très rapide que la demoiselle se rapprochait à toute vitesse de lui.

Maiiiis malheureusement, une pierre un peu grosse traînait dans le coin et elle se cogna le pied contre avant de faire un nouveau vol plané alors que Tristan se rapprocha d’elle pour la rattraper au vol. Mais avec la force, surtout par effet magique, elle atterrit dans les bras de Tristan, le déséquilibrant au passage et ils roulèrent tous les deux en bas d’une pente doucement.

La course terminée, Cassidy se retrouvait au dessus de Tristan un peu essoufflée mais sans blessure. Elle se contenta de rire doucement avant de se redresser un peu.

« Ca va… Faut que je pense à revoir mes atterrissages surtout »

Elle se colla un peu contre lui avant de frotter son nez contre le sien. Elle se sentait bien, était heureuse et ça se voyait. Puis elle se colla un peu plus près de son oreille avant de lui murmurer une petite phrase assez difficile à dire pour elle-même si… eh bien elle n’avait pas de raison de s’en faire.

« Je… je t’aime Tris’… »

Puis elle déposa un délicat baiser sur ses lèvres tout en fermant les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 29 Sep - 20:14

Où donc était passé le cynique jeune homme qui aurait trouvé ces actes inutiles ? En fait non, il n’y avait rien de vraiment inutile, surtout lorsqu’on peut faire plaisir à une dame. Mais d’ordinaire, Tristan comptait bien plus sur son charme, son sourire, ils suffisaient à conquérir… Moui, mais les petites attentions, ce n’était pas mal non plus. Là, il essayait de s’investir, c’était une certitude, d’être attentif et à l’écoute. D’ailleurs, elle avait pu en avoir une sacrée preuve alors qu’il se contentait de rester silencieux pendant qu’elle parlait près du torrent. Non, non, il ne comptait pas se moquer ou dire qu’elle parlait trop. Surtout que si elle se sentait mieux à lui parler ainsi, elle pouvait le faire quand elle le souhaitait !!!

Là, il s’était battu…
Le marché était simple auprès du riche marchand qui n’avait pas grand-chose à perdre. S’il remportait les combats et donc la victoire, il voulait le bracelet. Si l’homme avait été assez surpris, réticent, ce n’était pas par rapport à la récompense… Mais ce garçon qui se présentait devant lui et contre toute attente refusait de porter une armure et préférait prendre une lourde épée était tout de même sacrément atypique !
S’il perdait… ce serait pour son honneur. Mais le sourire franc, assuré qu’il lançait avait en quelque sorte donné une espèce de garanti au marchand. Il lui avait demandé pourquoi ce bracelet plutôt qu’un autre plus lourdement chargé, plus précieux… Il avait répondu que c’était celui-ci qui avait plu à la personne à laquelle il voulait l’offrir.

Le marchand, comprenant sans mal qu’il s’agissait d’une femme de goût, sans doute jeune, n’était pas certain d’être plus rassuré au final. Est-ce que ce garçon partait tout feu tout flamme ou est ce que pour sa dulcinée il n’allait pas dépasser toutes ses espérances ? Surtout que vu sa carrure, ce n’était certainement pas un fainéant, pas un pédant bourreau des cœurs.
Un guerrier donc… pourtant avec ce visage et ce sourire, il n’en donnait pas vraiment l’impression… Si ce n’est l’étrange petit pentacle dans son dos qui lui donnait un air un peu plus mystique étrangement. Tant qu’il ne s’activait pas après tout, ça n’avait rien de très impressionnant.

Finalement, le combat s’était déroulé sans réel problème. Cassidy avait tort de s’inquiéter. Tristan n’avait pas envie de gâcher cette journée et il savait donc que s’énerver était à proscrire. Surtout qu’il repérait sans mal les débutants des à peine plus expérimentés. Se battre en soit, ce n’était pas très compliqué bien sûr, gagner par contre, c’était tout autre chose.
En tous les cas, il se débrouillait bien et à aucun moment, le Drakkari ne sembla en difficulté, si ce n’est le coup en traître de son colosse d’adversaire qui se solda par une défaite cuisante et douloureuse de celui-ci.
C’est donc très rapidement qu’il avait rejoint Cassidy. Malgré tout, ses yeux le brûlaient. L’autre ne l’avait pas raté mais tant pis, il n’avait pas vraiment le temps de se pencher là-dessus, elle allait s’inquiéter.
Le coup du bracelet posé discrètement sur sa robe, c’était moins pour jouer que pour essayer de rendre son geste moins… beau. Ben oui, c’est qu’il n’était pas vraiment habitué à tout ceci, et pas certain d’être prêt à l’assumer.

Néanmoins, quand ils avaient été un peu à l’écart, grâce à la demoiselle, elle lui avait offert un superbe baiser qui lui avait retourné le ventre et l’avait laissé rêveur aussi. Surtout qu’elle ajoutait une phrase hum… assez provocante à son goût. Ah ? Elle comptait continuer ce soir ? Ben lui il était pour continuer maintenant hein ? Mais des bruits de voix le poussèrent à s’abstenir, se contentant de repartir avec elle après lui avoir juste fait un sourire montrant qu’il était tout à fait d’accord. Quoique… était-ce réellement une bonne idée hein ?

C’est vrai qu’elle était sacrément mignonne alors qu’elle mangeait sa crêpe avec gourmandise. Il mettait au défi quiconque de gagner un combat contre la demoiselle si la récompense se présentait sous forme de chocolat. Hum… En fait c’était lui qui ferait mieux de se transformer en chocolat au final. Idée étrange… très étrange. Enfin avec Axe, quoi de plus facile ?
Nous vous prions d’excuser cet égarement de la part de l’auteur, elle n’a pas les yeux en face des trous et commence à se dire que ce sont bien les marmottes qui emballent le chocolat milka dans du papier alu, mais chuuuut !!!

Ahhh pour être curieux, les enfants étaient curieux par contre, c’est le moins qu’on puisse dire. Ils commencèrent très vite à les harceler de questions. Surtout Tristan, ce qui était tout à fait normal puisque Cassidy semblait être réduite à clignoter sans pouvoir émettre un son. Ah ben comme ça…
En tous les cas, injustement, il était beaucoup plus à l’aise en effet et s’amusait de la voir rougir, c’est qu’elle était tellement plus humaine, tellement plus craquante justement. D’ailleurs, son sourire, il le devait certainement au fait de la voir ainsi. Quand ça la touchait, elle rougissait. Or, c’était bien quand les enfants les avaient prétendus amoureux qu’elle avait commencé, c’était une réponse pour eux, une confirmation pour lui.

C’est sans doute en voulant profiter du moment après avoir en partie expliqué son attitude, que le grand Drakkari se pencha sur elle et prononça ces quelques phrases. Elles étaient adorables non ? Difficile d’imaginer le grand guerrier, tellement sûr de lui, tellement sûr de son charme, de son pouvoir de séduction, tellement grand séducteur et dédaignant toute relation stable, capable de parler avec autant de douceur, de sérieux et de sincérité… et pourtant. La pauvre demoiselle pourtant, semblait sur le point d’exploser.

Mais les enfants ne se moquaient pas, bien au contraire, ils étaient bouche bée et ravis ! C’est qu’ils pensaient vraiment que la demoiselle était une princesse victime d’une terrible malédiction. Ce qui avouons-le, n’était pas un mal au final.
Ils partirent, laissant les jeunes et retournèrent près de l’eau, Tristan semblait apprécier la vue, ou apprécier de perdre son regard sur l’étendue miroitante. Des souvenirs devaient sans doute se bousculer dans sa mémoire.
Il sentit soudainement la main de la jeune femme dans la sienne et baissa aussitôt les yeux, ne l’ayant pas entendu arriver, mais lui souriant déjà.
Elle ne fit qu’agrandir son sourire d’ailleurs avec quelques mots.

- Je n’ai fait que prétendre que tu étais une princesse condamnée à rougir dès qu’on te disait quelque chose de gentil… et le prouver.

Réponse franche, parfaitement honnête et dite si innocemment qu’on ne pouvait absolument rien lui reprocher. Tsss, ennuyeux ça !!!
Elle parlait de son air coincé, il haussa les épaules. Cet air là, elle l’avait mis au placard et ne semblait pas prête à le ressortir de sitôt alors il en profitait. Par contre, alors qu’elle annonçait qu’ils devaient aller faire quelques emplettes, il aperçut la petite tache de chocolat sur sa joue et se crispa. Déjà elle lui tournait le dos pour commencer à s’éloigner. Il attrapa sa main, la faisant se retourner dans un demi mouvement de rock and roll et sans la moindre hésitation et surtout la moindre gène colla son visage contre le sien, lapant le chocolat d’un coup de langue, au coin de ses lèvres.

Il se recula aussitôt, pas perturbé, juste un air songeur au visage, avançant qu’il n’avait pas le même goût sur elle que dans la crêpe à demi-voix. Ben quoi ? Elle ne s’attendait quand même pas à ce qu’il soit perturbé par son propre geste. Elle par contre… Aie, la pauvre, avec tout cet afflux sanguin vers ses joues… elle allait avoir mal à la tête !!!
Il rit et pressa doucement sa main, juste pour dédramatiser et faire comme s’il ne voyait pas sa légère gène. Pourquoi s’en soucier après tout ?

Elle choisir plusieurs modèles différents de nuisette et après qu’il lui ait montré certaines d’entre elles qui ressemblaient plus à des mouchoirs de poche qu’à des nuisettes, elle décida plus ou moins de se passer de ses conseils, du moins tous ceux qui n’étaient pas un minimum sérieux.
Mais son choix final semblait ravir le garçon. Il maintenait que cette couleur lie-de-vin lui allait extrêmement bien et que ça ne devrait pas être permis une telle couleur pour une blonde parce qu’il risquait de lui courir après dès qu’elle l’enfilerait… Le tout sur un ton mi-geignard mi-grincheux qui fit sacrément papillonner l’une des vendeuses qu’il ne sembla même pas remarquer… Issskkk !!!

Elle alla aussi essayer quelques robes et c’est avec un sourire espiègle qu’il passait de temps à autres la tête par le rideau pour la regarder. Mais étrangement ce n’était jamais vraiment à des moments… gênants pour la demoiselle, même si elle lui donnait constamment une petite tape sur la tête après avoir fait un bond de carpe. Bah après lui il était déjà sacrément déshabillé, elle avait l’occasion de se rincer l’œil toute la journée alors chacun son tour, non ?
Les robes qu’elle finit par prendre lui allaient très bien et il soupirait d’ailleurs de temps à autres qu’il n’était pas sûr d’apprécier que quelqu’un d’autre puisse assister à une telle vue.
Eh oui, il continuait sur les phrases gentilles… Après tout, tant qu’il y était…

Elle lui acheta même une cape de voyage et c’est ravi qu’il l’essaya. Heureusement qu’elle l’avait prise assez grande, c’est qu’il dépassait la moyenne lui, donc forcément… il fallait se méfier.
Le repas du midi avait tout pour être agréable si ce n’est un pied vengeur d’une certaine demoiselle qu’il ne soupçonnait pas aussi agile vu sa maladresse particulière… Un frôlement près de son genou le fit d’ailleurs s’étouffer avec ce qu’il mangeait et devenir un peu pâle alors qu’il lui lançait un long regard entre la souffrance, l’amusement et l’admiration. Ben oui… il n’allait pas non plus se mettre debout et l’embrasser ou montrer ouvertement qu’ils étaient ensemble…

Une idée commençait d’ailleurs à germer dans l’esprit du garçon. Il se demandait si elle était réalisable et elle dut le voir plus d’une fois pensif. Ca pourrait être intéressant à tenter bien sûr… Mais après qu’ils aient pris le temps de digérer peut-être, sinon il allait la traumatiser. Néanmoins, plus il y pensait et plus cela lui semblait faisable. Pourquoi pas ? Après tout, il voulait lui faire découvrir de nouvelles choses non ?

Ils se remirent à marcher mais la jeune mage semblait un peu s’ennuyer même si elle grignotait des biscuits, son dessert en quelque sorte. Il la trouvait vraiment mignonne à aimer autant les desserts, surtout ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à un dessert au chocolat.
Mais comme il ne voulait pas qu’elle s’ennuie et aussi parce qu’il avait bien envie de bouger, il attrapa le sachet de biscuit d’un geste rapide et lui sourit, la narguant.

- Tu as assez grignoté, si tu en veux un autre princesse, il faudra d’abord… m’attraper.

Et sans même s’assurer qu’elle avait compris le message, il se retourna et se mit à courir rapidement. Elle se trompait… Oui, il était arrivé fatigué à côté d’elle après le combat mais ce n’était pas vraiment parce qu’il peinait à se remettre, même s’il y avait un peu de ça. Malgré ses grands sourires, sa façon de dédramatiser constamment tout ce qui lui arrivait, Tristan avait beaucoup de séquelles de son séjour chez les Cheistams, mais plus encore, sa fatigue musculaire était due à ce qui s’était passé la veille… Il s’était battu oui… mais elle n’avait pas vu dans quel état il était, l’espèce de contraction musculaire continue qu’il forçait son corps à conserver et qui lui faisait parfois énormément de mal…
Mais peu importait au final, il allait beaucoup mieux là et avait bien dans l’idée de s’amuser.

D’ailleurs elle lui courut après et sans doute n’essaya t-elle-même pas de le poursuivre naturellement, préférant au plus tôt utiliser sa magie et elle avait bien raison. Mauvais point pour lui, elle gagnait du terrain, il accéléra, se sentant beaucoup mieux du fait du travail de ses muscles, ces sensations dont il avait besoin comme une drogue depuis que sa vocation était devenue toute sa raison d’être.

Oui mais bon… Si elle était agile et douée en magie, niveau adresse, ce n’était décidément pas ça du tout. Lui n’avait même pas remarqué le caillou, enfin plutôt le danger qu’il pouvait représenter. Il était passé au-dessus sans se poser la moindre question. Ca ce n’était pas faisable pour la jolie mage maladroite comme pas deux. Elle trébucha et heureusement qu’elle s’était rapprochée et lui retourné. Il put la rattraper juste à temps pour ne pas qu’elle se fasse mal mais elle le déséquilibra avec une force qu’il n’avait pas soupçonné et il eut juste le temps d’apercevoir le haut de la colline sur laquelle ils se trouvaient avant de se mettre à rouler-bouler toute la pente.

Et pour une descente ce fut une sacrée descente. D’ailleurs ils atterrirent dans un champ de blé… Enfin il atterrit, lourdement après avoir passé un petit tremplin naturel de butte de terre et elle… lui atterrit dessus, lui coupant la respiration malgré ses abdominaux. Elle n’était pas lourde non, mais il ne s’y attendait pas vraiment. Ils avaient tellement crié et ri en s’étouffant à moitié qu’ils avaient du mal à respirer, surtout lui, qui secoué d’un fou-rire silencieux en fermait les yeux, tremblant tant les soubresauts qui l’agitaient étaient forts.
Elle lui parla et il rouvrit les yeux, des larmes de rire y brillant alors qu’il passait doucement une main dans ses cheveux pour ôter les épis de blé et les brins d’herbe qui se trouvaient dans l’espèce de soie dorée de la chevelure de la demoiselle.

Oh oui, elle avait vraiment à travailler ses atterrissages, mais vu comme il semblait amusé et caressait une de ses joues de son autre main, il ne souffrait pas du tout et avait même beaucoup apprécié. Surtout que malgré tout, il n’avait pas lâché le paquet avec leurs affaires mais également le paquet de biscuit dont il relâcha d’ailleurs la pression qu’à cet instant, se rendant compte qu’il en avait mal aux phalanges tant il avait cherché à épargner le dessert de sa compagne…

Elle était au-dessus de lui et il s’attendait apparemment à ce qu’elle se redresse rapidement car il frissonna, un éclair de joie dans ses yeux orangés, quand elle se colla un peu plus contre lui et frotta son nez contre le sien. Mais lorsqu’elle se pencha sur son oreille pour lui dire qu’elle l’aimait, ce fut par chance qu’elle resta un court instant, suffisant pour qu’il se remettre, appuyé contre son oreille. Car il avait écarquillé les yeux de surprise et fixait le ciel avec un mélange de peur, d’une joie incommensurable et d’une émotion certaine qui donnait une toute nouvelle signification au brillant dans ses yeux.
Elle l’embrassa, il se reprit aussitôt et passa ses bras autour d’elle, rapidement, la serrant si fort contre lui qu’il semblait vouloir qu’elle ne le lâche jamais et l’embrassa avec fougue. D’ailleurs il la retourna vivement dans le blé et recommença à l’embrasser avec d’autant plus de ferveur, s’arrêtant juste un instant à bout de souffle pour lui souffler, provocant :

- Je suis pas sûr de vouloir attendre ce soir moi…

Un sourire d’ange au visage, il soupira néanmoins, s’arrêtant en glissant son nez dans son cou mais ce fut très vite pour y déposer de légers baisers, assez sages, mais des baisers quand même.

- Méchante princesse qui me faisait du pied… je vais me venger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 30 Sep - 12:42

Il fallait le dire, Cassidy ne perdait pas une occasion de montrer à Tristan qu’elle se sentait vraiment bien. Bien sûr au départ, embrasser était loin d’être dans ses cordes et elle s’était montré réservée jusqu’à présent, maladroite, ne sachant pas de quelle façon il fallait s’y prendre et même si au départ elle était un peu hésitante, cela n’avait pas duré longtemps.

Car il fallait reconnaître que Tristan savait vraiment la mettre à l’aise, ou du moins, elle appréciait chaque contact avec lui comme si sa vie en dépendait. Comme si cette fois elle ne voulait pas le perdre ni le sentir loin d’elle. Alors oui elle était plus entreprenante, faisait d’énormes efforts et ce n’était pas pour déplaire au grand Drakkari.

Elle lui avait offert un beau baiser après le tournoi, pour le remercier tout simplement. Sauf que l’envie de recommencer était toujours là. L’envie de prolonger le baiser, comme depuis hier où elle se perdait un peu dans ses gestes, libérant cette douce chaleur agréable qui l’agitait à chaque fois qu’elle lui donnait un baiser avec autant de ferveur.

Sauf que la jeune femme entendait des bruits de voix derrière eux. Tristan ne voulait pas qu’ils soient reconnus pour un couple, du moins pas maintenant. Elle lui avait déjà prouvé qu’elle était capable de s’affirmer en public mais lui préférait garder ça secret pour le moment, même si le fait de se tenir par la main ou d’être proches ne devait pas échapper à certaines personnes. Un Drakkari ça ne passe pas inaperçu quand même !

Il semblait vouloir continuer lui aussi mais après avoir entendu l’agitation aux alentours, préféra abdiquer bien que son sourire tournait plus vers le positif que négatif. Donnant envie d’aller plus loin encore une fois alors que le cœur de Cassidy battait un peu plus fort.

Une bonne idée ? Ils flirtaient avec depuis un bon moment déjà, même si Cassidy n’était pas contre ni réticente, elle n’était pas négative de base dans ce genre de choses même si elle savait pertinemment qu’il était très dur de s’arrêter une fois qu’ils étaient lancés.

Ensuite, ils allèrent manger une crêpe au stand des enfants et Cassidy s’était faite toute discrète… enfin… elle semblait avoir perdu sa langue, ne sachant pas quoi dire, quelle attitude aborder. C’est vrai ! Jamais elle n’avait autant rougi pour un homme, ni montrer que ça la touchait autant. A croire que là, sur le coup de la surprise, elle ne pouvait pas ignorer le rouge de ses joues alors que Tristan était tout à fait calme à côté.

Elle était quand même assez fière de lui malgré tout. Il était calme, posé et pas cynique comme encore un peu plus tôt il y a quelques jours. La demoiselle sourit et le suivit en le rejoignant à la rivière, prenant doucement sa main. C’est qu’il semblait être un peu perdu dans ses pensées. Qu’à cela ne tienne ! Elle n’allait quand même pas le laisser ruminer pour l’instant, préférant se faire présente malgré tout.

Et puis si ça ne lui convenait pas, il pouvait toujours lui en parler ou lui dire de le laisser tranquille même si il était dur de voir la demoiselle têtue ne pas insister. Mais pour son bien à lui, tant qu’elle le savait en sécurité, Cassidy n’hésiterait pas à s’éloigner un peu si il le demandait. Après tout elle voulait que ça se passe bien.

La demoiselle lui demanda la raison de ses chuchotements avec les enfants, bien qu’il se retint de lui dire qu’il était amoureux d’elle et qu’il l’avait dit sous le ton de la confidence aux enfants. Mais bon. Elle se mit à sourire puis rire quand il déclara sa phrase, lui donnant une petite pichenette sous le nez.

« Allons bon ! Tu as oublié de préciser que la princesse ne rougit pas aux paroles de n’importe qui. Je pense que si c’était un vieil homme bedonnant et ivre, l’effet ne serait pas le même, tu ne crois pas ? »

Elle le regarda droit dans les yeux, lui montrant que si elle rougissait, c’était bien parce que les paroles venaient de lui-même et pas d’un autre homme, en serrant un peu plus sa main, avant de se tourner, prétextant faire les emplettes.

Sauf que Tristan avait une autre idée et l’attrapa pour la tourner dans sa direction alors que la petite mage le regardait avec intrigue, sans comprendre ce qu’il voulait d’un coup. Ce n’est quand il s’approcha de son visage pour lécher le chocolat négligemment posé près de sa bouche, que la jeune femme sentit la température augmenter, devenant encore plus rouge si c’était possible et bredouillant des bribes de syllabes sans sens réel.

D’un air de dire, tu vois, tu me laisses pas indifférente et tu me surprends toujours. Elle se mit à sourire avec douceur, en répliquant qu’elle se vengerait pour cet affront causé avant qu’ils ne se remettent en route.

C’est vrai que Tristan n’était pas tout à fait sérieux en lui montrant des nuisettes très… enfin c’était très osé, ce à quoi la demoiselle répondit d’un ton grincheux qu’elle ne comptait quand même pas passer pour une aguicheuse, c’était pas dans sa nature et puis autant se mettre en valeur avec quelque chose qui la mettrait à l’aise aussi.

Lorsqu’il parla de la suivre partout dès qu’elle enfilerait cette nuisette, les yeux de Cassidy brillèrent de plaisir et d’un air intéressé, n’étant pas du tout gênée à l’idée de se faire poursuivre par le grand Drakkari, après tout, elle n’avait jamais fait attention à ses tenues jusqu’à maintenant.

Elle essaya d’autres robes alors que lui-même passait la tête par-dessus le rideau, auquel cas, dès qu’elle voyait une ombre s’agiter de l’autre côté, la demoiselle bondissait tout en retenant le bout de tissu testé et lui donnait une petite tape sur la tête tout en grognant sur la peur que Tristan lui faisait à chaque fois qu’il passait sa tête par là.

Finalement, la jeune femme décida de passer dans les étalages pour prendre quelque chose qui servirait à Tristan. Après tout, elle voulait aussi un peu lui offrir quelques trucs même si c’était dur de faire son choix pour un garçon. Même qu’elle n’avait pas l’habitude d’offrir des choses tout simplement. Elle fit bien attention à choisir une cape grand modèle, oui elle n’avait pas oublié que le Drakkari avait une taille hors moyenne.

C’est donc avec un grand sourire qu’elle lui apporta en lui disant clairement qu’elle avait l’intention de lui en prendre une donc qu’il ne pouvait qu’accepter. Elle n’eut même pas besoin de le forcer, car Tristan semblait absolument ravi de ce choix. Bah oui il n’y avait pas que lui qui était attentionné au final.

Après leurs achats, ils mangèrent au restaurant et la demoiselle tenait sa revanche pour le coup du chocolat. Elle fit passer son pied sous la table pour toucher celui du Drakkari avec un petit sourire malicieux alors qu’elle feignait l’étonnement. Ah oui elle avait remarqué son regard qui avait changé au Drakkari et Cassidy avait un sourire triomphant sur le visage tout en tirant la langue affectueusement.

Sauf qu’après, l’ennui revint. Ils avaient fait le tour des étalages, la jeune femme commençait à s’ennuyer et acheta un sachet de biscuits au chocolat pour s’occuper. A croire qu’il lui fallait un peu d’action pour qu’elle soit heureuse. Bon c’est vrai, elle compensait ce manque d’activité par du travail, de l’entraînement et loin de là de l’amusement.

Pourtant, Tristan avait une idée derrière la tête car avant même que la jeune femme ne s’en rende compte, il lui avait subtilisé son paquet contenant ses précieux biscuits. Il semblait d’humeur taquine, la mettant au défi de le rattraper et sans demander son reste, se mit à courir.

La jeune femme se mit à sourire, mi grincheuse, mi amusée. Attention ! On ne touche pas à ses précieux biscuits au chocolat ! C’est qu’elle savait se faire combattive quand l’occasion se présentait. Elle avait déjà eu un aperçu d’un Tristan qui aimait courir alors pour le rattraper, seul la magie lui permettrait ce genre de choses.

C’est donc en activant son amplification de vitesse qu’elle se mit à filer comme une flèche à travers la ville pour sortir et le rejoindre. Il n’allait pas s’en tirer comme ça le vilain ! Elle le rattrapa d’ailleurs assez rapidement mais avant de l’atteindre, trop concentrée par son objectif, la demoiselle maladroite heurta une grosse pierre et atterrit dans les bras de Tristan qui la serra contre lui alors qu’ils roulaient en bas d’une petite colline.

La jeune femme riait cependant, parce qu’elle savait qu’elle ne risquait absolument rien dans les bras de Tristan et ne s’occupait pas de savoir si ils avaient mal tellement elle était bien dans ses bras alors qu’ils atterrir dans un champ de blé et qu’elle cherchait à reprendre son souffle, le visage souriant, collée contre Tristan.

Bon c’est sûr qu’elle s’inquiéta un peu pour lui, après tout il avait peut être eu mal à devoir la serrer aussi fort dans ses bras pour éviter qu’elle ne se fasse encore une petite blessure. Cependant, voyant son air pas grimaçant, Cassidy fut rassurée avant de se coller un peu plus contre lui, ignorant les biscuits pour l’instant.

Jamais elle n’aurait cru devoir prononcer ces mots un jour. Qui montre comme quoi on aime réellement une personne, qu’on se sent bien avec elle, d’ailleurs elle avait encore rougit un peu et ne se doutait pas que Tristan avait un peu peur de tout ça. Non, elle semblait plutôt assez heureuse et ne préférait pas réfléchir au quand dira-t-on.

Tristan lui caressa le visage, ce qui lui donna quelques frissons appréciateurs avant d’inverser les rôles et qu’elle se retrouvait allongée dans le blé. Elle lui fit un beau sourire alors que le Drakkari la retenait comme à son habitude, comme si il avait peur de la perdre. La demoiselle caressa doucement son dos.

Puis il l’embrassa à lui faire tourner la tête et suffisamment pour lui faire grimper la température alors que la jeune femme répondit son baiser avec la même fougue. C’est vrai qu’ici ils pouvaient se le permettre, il n’y avait pas grand monde qui pouvait les observer.

Il lui sortit une petite phrase, reprenant son souffle auquel la jeune femme répondit avec un sourire malicieux et se mordillant doucement la lèvre. C’est qu’il était pressé en affaires. Elle se mit à rire doucement.

« Tu es vraiment trop tentant comme garçon… Je pense pas tenir jusqu’à ce soir non plus… dans ces conditions… »

Le Drakkari commença à lui déposer des petits baisers contre son cou. C’est vrai que c’était sage, mais cela donnait des petits fourmillements dans le corps de Cassidy qui poussa un très léger gémissement avant de continuer de passer les mains dans le dos du garçon.

« Te venger ? Rhooo je me vengeais déjà de ton baiser au chocolat de tout à l’heure. Et puis c’est pas juste ! »

Elle fit style de faire sa boudeuse en prenant un air légèrement contrarié avant que Tristan ne la calme d’un autre baiser auquel elle se laissa faire avec une très bonne volonté. C’est que la température commençait à monter à nouveau, à force de s’embrasser de cette manière.

Puis, la demoiselle se mit à jouer un peu, prenant un de ses biscuits du sac et le mit dans sa proche bouche en laissant dépasser une partie tout en lançant à Tristan un grand sourire. Ah ben oui, il fallait le mériter ses baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 1 Oct - 19:14

Les voilà qui se la jouaient enfants dégringolant d’une colline en roulant… dans un bel ensemble.
Ah ben oui parce que là, franchement, ils ne faisaient pas vraiment adultes et c’était sans doute ce qu’il y avait de mieux justement… Jolie dégringolade mais qui n’avait rien de vraiment douloureux. Surtout qu’il la serrait contre lui pour la protéger. Ainsi, elle ne risquait pas grand-chose et elle n’avait pas vraiment à s’inquiéter pour lui, il était solide et peu d’obstacles se trouvaient sur leur chemin, pas assez en tous les cas pour le blesser d’une quelconque façon.

Ils se retrouvèrent donc un peu… vautrés dans un champ de blé, riant comme des enfants encore une fois. Oui c’était amusant et puis ça ne faisait pas vraiment peur. Elle lui dit alors qu’elle l’aimait. Oui un mélange contenant de la peur apparut dans ses yeux mais ce n’était pas vraiment qu’il avait peur de ses sentiments, peur de l’expression de ceux-ci quoique sans doute un peu, non c’était plus subtil et encore trop difficile à définir à ses yeux. Elle l’embrassa et ce fut avec une ferveur toute particulière qu’il y répondit avant de la faire se retourner.

Il argua d’ailleurs qu’il n’était pas certain de pouvoir attendre ce soir et elle lui répondit d’un beau sourire qui lui retourna l’estomac et le fit légèrement remuer la tête, ravi. Que disait-elle ? Qu’elle non plus n’était pas sûre de pouvoir attendre dans ces conditions ? Moui… ça se comprenait !!! Après tout c’était quand même… vachement agréable là d’être tous les deux, blottis l’un contre l’autre.
Il se tenait en appui sur ses coudes pour ne pas l’écraser, mais se pressait tout de même contre elle comme par besoin de proximité. Elle pouvait se faire toutes les idées qu’elle voulait par rapport à ces gestes, il les acceptait.

Par contre, elle rajouta qu’elle se vengeait de ce qui s’était passé avec le chocolat qu’il avait léché sur sa joue et il écarquilla les yeux, surpris qu’elle y pense encore. Mais un sourire taquin apparaissait déjà sur son visage alors qu’elle faisait mine de bouder et il s’efforça aussitôt de lui rappeler ce « bisou voleur » qui n’en était pas vraiment un bien sûr en l’embrassant au coin des lèvres puis dans le cou. Elle se détendit très rapidement de cette fausse frustration et il sourit contre sa gorge.

Elle pouvait bien essayer, s’il était sérieux, elle ne pourrait jamais le bouder très longtemps… Parce que comment résister à un aussi adorable jeune homme qui semblait tellement bien savoir comment faire pour qu’elle frissonne ? D’ailleurs les baisers dans son cou devenaient de moins en moins sages, plus appuyés et malgré lui, de temps à autre, sans doute parce qu’il y prenait énormément goût, il mordillait un peu sa peau l’air de rien, en toute innocence.

Elle se mit alors une drôle d’idée en tête, celle de prendre un biscuit dans sa bouche et d’attendre que le jeune homme le récupère. Il s’y plia de très bonne grâce avec une application toute particulière semblant prendre plaisir à la faire attendre en prenant de tous petits bouts de biscuits au fur et à mesure. Déposant plus particulièrement des baisers partout sur son visage, il finit par gober son biscuit et l’avaler tout rond, manquant s’étouffer pour pouvoir recommencer à l’embrasser.

Mmmh… Elle sentait bon et il fut très vite occupé à ne se tenir en appui que sur un seul bras, passant sa main libre sur son visage, son cou, marquant une hésitation avant d’éviter hem… une approche un peu cavalière peut-être, la glissant finalement sur sa taille et les dieux seuls savaient à quel point il appréciait que sa robe soit beaucoup plus courte pour pouvoir effleurer doucement une de ses jambes. La respiration plus hachée il n’avait pourtant aucun mal à l’embrasser en même temps ou à se venger sur sa gorge qui semblait vraiment le fasciner tout particulièrement. Aie… Oui la chaleur montait et avec elle toutes les envies qui l’assaillaient à chaque fois qu’il la touchait, ne serait-ce qu’un peu.

Parce qu’elle était tellement attirante et désirable à ses yeux, c’était chaque fois plus difficile de s’éloigner, chaque fois les limites devenaient plus douloureuses et bien sûr il avait envie de les dépasser, en témoignaient ses innombrables baisers, le fait qu’il se laisse faire quand elle le poussa très légèrement pour qu’il se retourne. Ahhh quelle bonne idée, elle lui était tellement profitable après tout. Il pouvait glisser ses deux mains sur ses bras, son dos, sa taille et s’il continuait de frissonner ainsi il finirait épileptique !!!

Ce fut avec une volonté de fer mais tellement douloureuse qu’il laissa sa tête retomber dans les blés courbés sur le sol, légèrement renversée en arrière, les yeux fermés. Il respirait plus difficilement encore une fois et à la respiration de la demoiselle, il en concluait que c’était aussi difficile pour elle que ça l’était pour lui… quoique… Ce ne pourrait probablement jamais être aussi difficile pour elle que ça l’était pour lui.
Pourtant il serrait doucement ses mains sur sa taille et lorsqu’il rouvrit les yeux, il lui sourit gentiment, effleurant ses joues de ses mains. Il n’avait pas récupéré totalement son souffle mais parla quand même.

- On dit… qu’on est… ex-æquo ?

Joli renoncement de sa part, lui le bourreau des cœurs. Cesser de l’embrasser était encore le seul moyen qu’il avait d’éviter de lui faire de nouveau peur ou de lui mettre une quelconque pression quant à la suite. Il avait dit qu’il attendrait, c’était sincère même si c’était vraiment difficile parce qu’elle l’attirait énormément. Mais chaque chose en son temps dira t-on. Il l’incita à se coucher sur lui, respirant déjà beaucoup plus calmement, mettant le nez dans ses cheveux en restant immobile, les bras autour d’elle, écoutant les quelques oiseaux qui chantaient tout près et, beaucoup plus loin, les bruits caractéristiques de l’activité humaine.

Elle mettait aussi du temps à se calmer, du moins en eut-il l’impression, mais à force de rester ainsi sans s’embrasser, ils finirent par aller un peu mieux. Même si très sadiquement, malgré que ce soit diablement agréable, elle s’était encore amusée un peu à passer ses mains sur son torse ou à déposer des légers baisers sur celui-ci.
Cruelle demoiselle…

Finalement ils se levèrent dans un grognement du jeune homme qui arguait qu’il était très bien ainsi même si ce n’était pas une activité physique qui dépensait beaucoup, voire pas du tout. Il ramassa leurs affaires puis ses yeux se mirent à briller alors qu’il lui affirmait qu’il avait une idée d’activité. Sans lui en dire davantage, il prit sa main, l’attirant à sa suite de nouveau vers le large torrent de la ville mais… d’un côté assez peuplé. Il lui laissa d’ailleurs les affaires et alla parler avec un homme, un propriétaire apparemment, avant de revenir près de la jeune femme, un sourire immense aux lèvres.

- On va laisser les affaires, ne t’inquiète pas, elles ne craignent rien et… disons que tu vas devoir avoir… confiance en moi.

Sans en dire davantage, il reprit les affaires pour les porter jusqu’à l’homme à qui il parlait dont la fille d’à peu près dix ans leur cadette, assura qu’elle surveillerait.
Le Drakkari alla alors flatter l’encolure d’un énorme cheval de trait qui semblait robuste mais aussi rapide et commença à attacher une longue corde à sa selle. Pauvre Cassidy, elle ne devait pas tout comprendre et encore moins quand Tristan l’agrippa sans la moindre hésitation et poussant une espèce de petite barque légère basse sur l’eau et portant la demoiselle, entra dans l’eau jusqu’à mi-cuisse… Habilement, il monta sur dans la petite embarcation, tenant l’extrémité de la corde à bout de bras.

Drôle d’invention que voilà… Pourtant, quand il fit signe à l’homme sur la berge, celui-ci, monté sur la selle fit partir au galop son cheval. Le guerrier ancra fermement ses pieds dans le fond de la barque et faisant de nouveau montre d’un équilibre surprenant commença à faire du… wakeboard plus ou moins… Sauf qu’il ne le faisait pas seul et s’il avait vu une expression de surprise mêlé d’une singulière inquiétude dans les yeux de la jeune mage, il l’incita à se lever et à venir se coller contre lui pour profiter pleinement des sensations de cette espèce de sport de glisse… Pourtant il n’avait fait qu’adapter quelque chose qu’il avait déjà vu… et le lui raconterait sans doute un jour dès qu’il arriverait à un peu plus s’ouvrir.

En tous les cas, l’attraction était géniale, grisante, parfois terrifiante et attira bien des enfants curieux sur les berges. Beaucoup essayèrent d’ailleurs de les imiter et Tristan, apparemment beaucoup plus à l’aise avec les enfants que ce qu’il prétendait, accepta même de le faire avec les plus jeunes qui ne pouvaient pas le tenter seul… mais sous la surveillance d’une jolie demoiselle blonde qui remarquait parfaitement le manège de certaines grandes sœurs. D’ailleurs l’une d’elle tenta lascivement de se coller contre lui et il s’éloigna avec un sourire, ni gêné, ni tenté bien qu’elle soit carrément craquante.

Après ce petit tour et les quelques autres auxquels ils s’étaient adonnés, ils remercièrent l’homme, récupérèrent leurs affaires et il lui proposa d’aller se poser dans un coin un peu plus isolé. Là, il la prit doucement contre son torse alors qu’elle lui tournait le dos, assise entre ses jambes, les bras soigneusement passé autour d’elle alors qu’il appuyait paresseusement son menton contre ses cheveux, disant doucement :

- Je suis heureux d’être ici avec toi…

Ben non, il n’était pas toujours très expressif, c’était la preuve d’un gros effort quand même… Enfin pour elle, il semblait prêt à sacrément s’investir tout de même le Drakkari. Finalement ils rentrèrent à la résidence du noble qui en pinçait pour Cassidy car la soirée approchait et commençait dès la mi après-midi par des collations, dégustations et autres. Les vêtements qui avaient été confiés sans doute par des domestiques, à des lingères, étaient revenus, impeccables, prêts à être portés… Sauuuf… qu’apparemment c’était aussi dans l’idée du baron de se faire remarquer par la jolie Herediane. Parce qu’il avait fait déposer dans sa chambre une magnifique robe d’un joli rose et dans la chambre du Drakkari, un costume adapté à la carrure du jeune homme.

Comme de nouveau, se trouvait un domestique, ils allaient devoir se séparer et se préparer chacun de son côté cette fois sans doute. Mais le baron, se matérialisant comme par magie les aborda avant tout, très gentil, poli à l’excès pour ne pas dire baveux.
Il leur demanda s’ils avaient passé une bonne nuit, ronchonnant qu’il avait été fort triste de ne pas voir la demoiselle avant maintenant. Mais après un échange de banalité, il les pria de se dépêcher et surveilla bien, l’air de rien, que Tristan entrait dans sa chambre. Comme la veille, comme s’il se désintéressait de la situation, il entra dans sa chambre sans demander son reste… mais se retourna alors que le baron lui tournait le dos, faisant un clin d’œil à la jeune femme en lui envoyant discrètement un baiser à la volée en articulant un : « à plus tard »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 2 Oct - 18:16

Oui il avait raison. Les deux jeunes gens se conduisaient comme de véritables enfants, riant de bon cœur, des expressions joyeuses sur leurs visages malgré la maladresse de la demoiselle. C’est sûr avec leurs vocations et histoires respectives, ils avaient grandi beaucoup trop vite au final. Et rire aux éclats de cette manière si enfantine, c’était mignon et ça leur permettait de se prendre moins au sérieux.

Qui aurait cru que la petite mage, si coincée et pince sans rire, serait en train de s’amuser pour une simple roulade dans un champ de blé ? Il y aurait quelques semaines en avant, quand Tristan n’était pas encore là, la demoiselle aurait trouvé ça inutile, une perte de temps et qu’elle avait bien assez de travail.

Mais Tristan utilisait une magie bien particulière, celle qui permettait de profiter de la vie et de s’amuser sans avoir l’impression de perdre son temps. Elle l’avait dévisagé. Oui ils étaient des adultes certes mais avaient garder au fond de leur tête un petit coin pour redevenir enfant l’espace d’un instant. Et c’était aussi bénéfique pour l’un que pour l’autre.

Car voir Tristan avec cette expression sur le visage la rendait ravie et heureuse d’être avec lui, même si ils avaient atterrit dans un champ de blé, elle se sentait grisée par ce bonheur qui la touchait et ne pouvait qu’en profiter. Sauf que voilà, l’envie d’être sage n’était pas à l’ordre du jour chez les deux jeunes gens qui avaient envie d’en profiter.

Aussi bien enfants qu’amoureux, joueurs, qu’attentionnés. N’importe quelle personne qui les aurait observer trouverait qu’ils allaient bien ensemble. Que les deux formaient un couple heureux, voire euphorique de passer du temps ensemble.

Il la retourna tout en l’embrassant, elle se laissa faire en appréciant, poussant quelques gémissements appréciateurs qu’il lui était impossible d’étouffer. Même que la demoiselle rougit légèrement, se rendant compte de la situation et qu’elle appréciait toujours autant ce qu’il faisait.

Bah oui c’est pas juste, il avait de l’expérience pour qu’une femme apprécie mais elle avait tout à apprendre de ce jeu à deux, de cette envie commune et de la meilleure façon pour que Tristan en profite autant qu’elle. Mais elle n’avait pas à se poser de questions plus longtemps, car le Drakkari semblait tout autant apprécié qu’elle ce qu’ils étaient en train de faire.

Même si elle n’en avait pas particulièrement conscience, lui tentait de faire son possible pour éviter de réveiller trop brusquement ses pulsions. Alors la jeune femme profita d’une accalmie pour mettre un biscuit dans sa bouche, d’un air malicieux, pour voir ce que ferait Tristan. Et celui-ci se contenta de faire un grand sourire tout en mordillant dans le biscuit avant de continuer à l’embrasser celui-ci terminé.

Et il est vrai que ce n’était pas une si bonne idée que ça, car repousser un peu l’envie et y mettre un peu d’attente lui augmentait encore plus cette sensation agréable de chaleur. Elle frémissait, fermait les yeux, le souffle haletant dès qu’il se dégageait de ses lèvres. Cassidy se contenta de caresser doucement le dos du garçon de ses mains.

Ils changèrent de place et lorsqu’il caressa doucement sa jambe, la jeune femme frémit de plaisir, apparemment appréciant le contact. Wha… ça faisait un de ces effets. C’était pas avec une de ses longues robes qu’il aurait pu faire ça. Et la façon dont il s’y prenait était bien. La demoiselle en voulait encore un peu plus. Oui peut être qu’ils pourraient…

Ah non ce n’était pas pour cette fois. Tristan s’arrêta dans ses mouvements pour reposer sa tête à côté. Cassidy avait un peu de mal à respirer, les cheveux en pagaille et quelques brins dépassant encore par ci et par là. Elle cherchait à reprendre son souffle doucement. Tristan avait bien fait de s’arrêter parce qu’elle avait énormément de mal à ne pas revenir vers lui et qu’elle s’efforçait de rester de son côté alors qu’il sortit une phrase.

Ex aequo ? Hum pas tout à fait ! Elle lui fit un sourire malicieux avant de se redresser, caresser doucement son torse et déposant de légers baisers sur celui-ci qui eurent pour effet de le faire frissonner. Oui c’était cruel mais elle voulait avoir le dernier mot.

« Là on est ex aequo »

Ils restèrent un moment dans le blé, regardant le soleil avancer dans le ciel ou plutôt, profitant de n’avoir rien à faire de spécial. La jeune femme était blottie contre Tristan tout en se serrant un peu contre lui. L’envie était partie certes, avec regret oui mais comme le disait Tristan il y avait bien un temps pour tout.

Cependant, ils ne restèrent pas longtemps plantés ici car après un moment, la jeune femme se leva suivi de Tristan qui grognait alors qu’elle s’étirait, s’occupant de chasser les derniers brins de blé de ses cheveux dorés. Effectivement rester ici était une très bonne chose mais ils devaient aussi un peu s’activer.

Tristan avait une idée et la demoiselle le regarda avec curiosité alors qu’il l’entraîna près du courant après avoir parler avec un homme et une jeune fille. Il lui affirma qu’elle devait avoir confiance en lui pour cette fois et la jeune femme hocha lentement la tête, se demandant ce qu’il serait capable d’inventer cette fois encore.

Il la conduisit vers une petite embarcation très légère qui flottait dans l’eau et une lueur d’inquiétude passa dans les yeux de la jeune femme alors qu’elle regardait la surface de l’eau. Ah oui c’est vrai, elle ne lui avait jamais dis qu’après sa pudeur, elle craignait l’eau ! Pas vraiment qu’elle n’aimait pas être mouillée mais surtout qu’elle ne savait pas du tout nager et coulerait comme une pierre si elle ne faisait pas gaffe.

La demoiselle serra un peu plus fort la main à Tristan, témoignant de son léger malaise. Pas de magie ? Gloups ! Elle déglutit difficilement avant de se faire transporter jusqu’à ladite embarcation. Tristan lança un signal et le cavalier fit démarrer sa monture rapidement. Premier réflexe de Cassidy ? Se planquer ! Elle poussa un léger grognement avant de se tasser fermement contre le bois, tremblant un peu.

Sauf que Tristan semblait tout à fait à l’aise lui et l’invita à venir se rapprocher de lui. Cassidy le regarda avant de reprendre ses esprits et se redressa tout en s’agrippant au pantalon de Tristan, ce qui n’avait rien de charmant il fallait bien le reconnaître, les jambes un peu tremblantes et se collant contre lui, pour essayer de se rassurer.

La peur et l’inquiétude passées, elle regarda un peu autour d’elle et put apprécier comme il le fallait cette attraction avec lui alors qu’elle semblait se décrisper. Ce n’était pas de la magie mais c’était super comme sensation avec si peu de matériel.

Lorsque l’embarcation s’arrêta, la jeune femme avait les yeux brillants en regardant son compagnon.

« C’est pas de la magie mais c’est aussi bien qu’un tour de magie ! »

Elle tremblait encore un peu certes mais de la joie se lisait dans ses yeux. La peur passée, elle s’était laissée allée, riant et se laissant faire.

Pourtant des enfants avaient eu la même idée qu’eux et voulaient les imiter. Tristan reposa Cassidy sur la berge avant de prendre les enfants pour leur faire un tour, à leur grande joie. Ce n’était pas tous les jours qu’un grand Drakkari aux cheveux rouges proposait une activité amusante pour eux.

Ce même regard apparut dans les yeux de Cassidy alors qu’elle croisait les bras au bord de la rive. Attendrie et touchée par ce grand gaillard qui avait vraiment un bon fond au final. Il fallait juste lui en laisser l’occasion.

Jamais elle n’aurait cru qu’il était comme ça. Enfin, peut être l’était-il… ou ne le montrait-il pas.

Elle n’arrivait pas à imaginer des gens venant des Kaärs avoir envie de s’amuser, partager des choses avec les autres, sympathiser. Oui il était pas si mal que ça Tristan quand il s’y mettait. Gentil… quand il souhaitait le montrer ! Et elle le savait, la joie qui se lisait dans les yeux du garçon était sincère et ça… il ne pourrait plus jamais lui prouver le contraire. Même si elle se garda bien de lui en parler pour éviter de lui en faire prendre conscience.

Après, ce fut au tour des grandes sœurs de réclamer un tour en barque et même qu’une de celles-ci particulièrement jolie, se colla bien contre Tristan alors que la petite blonde fronçait les sourcils, apparemment jalouse.

*Non mais elle fait quoi celle là ? Enlève tes sales pattes de MON homme… Chasse privé ! Défense d’approcher !*

Hem… voilà que la demoiselle avait des envies de ne pas partager le Drakkari. Vilaine jalouse ! Oui oui elle pouvait bien accepter qu’on s’approche de lui mais… enfin pas au point de le séduire quoi ! Sauf que Tristan resta très galant, sans aucun intérêt pour la demoiselle, au grand soulagement de Cassidy.

Après leur petite activité, ils récupérèrent leurs affaires avant de s’asseoir dans un coin tranquille. Tristan enlaça la jeune femme de ses bras puissants alors qu’elle s’appuyer contre son torse. Elle poussa un soupir de satisfaction avant de fermer les yeux tout en mettant ses mains sur les bras de Tristan. Cassidy avait un souffle régulier et calait bien sa petite tête contre le torse du jeune homme.

Son ventre se serra doucement alors que son cœur faisait un bond dans sa poitrine pendant qu’elle écoutait Tristan tout en resserrant sa prise de ses mains et se calant mieux contre lui avant de murmurer quelques paroles.

« Moi aussi Tris’… »

Qu’il lui dise ce genre de choses était le plus beau des cadeaux qu’il pouvait lui faire. Elle était vraiment bien, c’était sincère.

Ils durent se lever bien trop tôt et cette fois, c’était la demoiselle qui faisait sa grincheuse.

« Quoi ? Déjà ? La journée est passée trop vite ! »

Elle se retourna, faisant un regard à la chat potté à Tristan, très loin de son regard sérieux qu’on lui connaissait avant.

« J’ai pas vraiment envie d’y aller… »

Cassidy croisa les bras, un peu boudeuse, pensant à tout ce qui allait pouvoir se passer, ces courtoisies à n’en plus finir, cet homme baveux et bedonnant qui ne l’attirait guère et toujours le fait de se faire passer pour une célibataire et à se laisser aborder par tous les hommes.

Sauf que Tristan arriva bien à la convaincre d’un baiser et de quelques paroles rassurantes avant de prendre le chemin du retour. Le noble se trouvait là et semblait apparemment ravi de revoir la jeune femme qui s’inclina devant lui.

« Merci Messire… La chambre que vous m’avez attribué est vraiment très confortable.»

A sa phrase suivante comme quoi il avait pas passé assez de temps avec la demoiselle, la jeune femme se contenta de faire un sourire mystérieux à l’homme sans en dire davantage mais tout en s’inclinant une nouvelle fois alors qu’il surveillait que les deux jeunes gens rentraient chacun dans leur chambre.

Sauf que Cassidy remarqua le baiser volé de Tristan qui la rassura aussitôt, comme si tout allait bien et elle lui sourit en retour.

La robe qui l’attendait dans sa chambre était vraiment somptueuse mais Cassidy se sentait extrêmement gênée par ce geste qui devait sûrement être… intéressé. Mais bon, courtoisie oblige, elle devait la porter pour ce soir sinon ça serait un manque de respect envers son hôte.

Elle se changea rapidement tout en regardant cette robe qui était vraiment magnifique mais tout en se mordillant la lèvre inférieure.

Cassidy sortit de sa chambre puis rejoignit Tristan qui avait enfilé une très belle tenue aussi. Malheureusement un domestique était dans le coin alors la jeune femme prit un air un peu plus sérieux, voire assez faussement.

« Messire Konogan, cette chemise vous va vraiment à ravir »

Elle se mit à sourire doucement avant d’avancer avec lui dans la salle de gala où du monde commençait déjà à discuter et s’affairer. Tout de suite le noble vint à leur rencontre.

- Dame Herediane ! Je suis heureux de vous voir porter mon cadeau. Elle met en valeur toute votre beauté et charme.

*Huuuuuuuum… C’est professionnel… c’est professionnel. Et puis beauté… beauté mouais ! Qu’est-ce qu’ils ont ces hommes avec ça ? Enfin Tristan dit que je suis jolie oui… mais j’ai pas l’habitude…

La demoiselle s’inclina doucement devant le noble.

« Cette robe est vraiment jolie effectivement. Je vous remercie de votre attention portée »

Simple phrase très respectueuse et polie, juste pour la forme.

- Fort bien ! Je m’excuse j’ai encore des invités à accueillir mais j’espère avoir bien un moment à passer avec vous pendant cette soirée chère Dame Herediane

La jeune femme s’inclina une nouvelle fois avec respect, sans pour autant formuler l’envie ni le besoin de s’y plier, du moins elle ne le montra pas.

La soirée commença alors que Tristan et Cassidy continuaient de parler à droite et à gauche. Il y avait de nouvelles têtes, de nouveaux venus car beaucoup de marchés et accords étaient conclus pendant ce type de réception. Des marchands se mettaient d’accord sur leurs vente, des accords plus ou moins originaux comme par exemple des arrangements de mariage ou des choses de ce style là.

Cassidy était souvent abordée. Soit par des hommes qui cherchaient à la séduire mais elle arrivait à les repousser bien gentiment quand même et habilement ou bien répondre à des questions en ce qui concernait son académie. Tristan avait fini par s’écarter car le baron était revenu pour lui demander quelque chose à l’écart.

- Allons mon garçon. Je sais que vous avez pour mission de protéger la dame Herediane mais il n’y a aucun danger ici. Tranquillisez-vous et profitez un peu de la soirée. Tenez… Ces charmantes demoiselles meurent d’envie de vous parler depuis tout à l’heure… Ca serait un immense honneur pour elles de vous avoir à leurs côtés

Il avait un regard vraiment insistant et de solides arguments. Qu’il n’y avait pas de danger ici et semblait ne pas laisser le garçon tranquille tant qu’il n’irait pas voir ailleurs. C’est pour cette raison que le Drakkari se plia de bonne grâce pour le moment.

Cassidy commençait à trouver cet évènement assez difficile à vivre. Cependant, un mal de tête se faisant sentir au cours de la soirée, la demoiselle se dirigea vers le buffet après avoir pris congé pour s’asseoir sur une chaise et récupérer un peu.

Elle n’était pas habituée d’être autant sollicitée et cela lui pesait énormément. Prenant un verre d’eau dans sa main, elle se mit à boire à petites gorgées.

*Pitié… qu’on me laisse tranquille !*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 3 Oct - 11:51

Ca lui avait plu… Tout ce qu’il avait pu faire au cours de cette journée. N’était-ce pas la preuve qu’il pouvait être un garçon vraiment très bien quand il acceptait de montrer cette facette de lui-même ?
C’est vrai que ce moment dans le champ de blé avait été assez… particulier quand même. Il avait beau essayer, se préparer mentalement, il ne pouvait lutter contre l’attirance de plus en plus intense qu’il ressentait pour elle. Oui mais celle-ci était mêlée à un respect profond qui l’empêchait de profiter d’elle, de son ignorance, de sa naïveté… même si elle était beaucoup moins naïve qu’avant.
Se fixer ces limites, s’efforcer de ne pas les dépasser ou si ça arrivait, de revenir rapidement en arrière l’instant d’après. Ce n’était pas simple mais le jeu en valait la chandelle, il le savait.

Bien sûr qu’elle avait trop attendu, mais ce n’était pas une raison pour précipiter les choses. Et puis même s’il le cachait bien derrière ses airs égoïstes, il se souciait énormément d’elle et voulait qu’elle se soucie d’elle-même également. Bien sûr que c’était différent pour eux deux et ça avait été bien difficile la veille d’essayer doucement de la raisonner alors qu’il aurait été tellement plus simple d’hocher vivement la tête en disant que oui, trois jours ça suffisait. Non, elle ne devait pas se fixer de dates. Il ne voulait pas qu’elle se mette cette pression, c’était inutile et ne serait que source de doutes et de souffrances.

Aie ! C’est vrai quoi !!! Ce n’était pas simple d’essayer d’être très diplomate tout en refusant quelque chose qu’il désirait assez pour en perdre tous ses repères.
Enfin bon… C’était une attitude à adopter et même s’il était surpris d’en être capable, perdu suite à la tournure qu’avait pris ce voyage, à laquelle il ne s’attendait vraiment pas, il appréciait à juste titre. Eyh… c’était bien elle, la demoiselle avec laquelle il s’était tellement disputé lorsqu’il était enfant, c’était bien elle, la petite demoiselle qui lui avait tout de suite énormément tapé sur les nerfs et qui tout en l’attirant quand même beaucoup lui avait valu ses lots de frustration, de colère, de douleur depuis qu’il était à l’Académie. Le destin était plutôt joueur…

Ils se relevèrent finalement même s’il le fit en grognant, plus pour la forme que parce qu’il souhaitait vraiment rester allongé bien évidemment. C’est qu’elle l’avait quand même pas mal embrassé la petite mage et il en avait l’estomac tout retourné… La preuve, le biscuit en avait eu du mal à descendre !!! Pour une débutante, elle s’améliorait de jour en jour. Etait-ce parce qu’elle avait un bon « partenaire de jeu » ou parce qu’elle s’investissait dans ce besoin, cette envie de lui rendre la pareille ? Ah ben c’est qu’elle n’était pas du tout égoïste elle…

Les voilà donc qui remarchaient tranquillement jusqu’à ce que Tristan se décide à appliquer une idée assez… particulière. Cassidy ne lui avait toujours pas dit qu’elle ne savait pas nager, autrement il aurait certainement été différent. Il y serait probablement allé en l’entraînant avec lui oui mais en serrant davantage ses bras sur elle, pour faire son protecteur, son chevalier servant… Et surtout il lui aurait soufflé de s’accrocher fermement à lui et de ne jamais le lâcher, profitant aussi beaucoup du coup, de cette proximité.

Mais au final, ça s’en approchait tout de même pas mal…
La preuve, elle s’était arc-boutée à lui quand il était allé dans l’eau, elle s’était tassée dans un coin, ce qu’il avait associé à une pointe d’inquiétude quant à ce qu’il avait l’intention de faire, et quand il l’avait invité à se redresser, elle s’était tellement accrochée à son pantalon qu’il avait bien failli le perdre. Alors non, ce n’était peut-être pas une image des plus… sexy pour représenter la demoiselle mais il eut l’idée saugrenue pendant une seconde de l’associer à un chaton s’accrochant à des rideaux. Les rideaux en l’occurrence, c’était son pantalon.

Finalement, ils s’étaient quand même bien amusés. Une fois que le temps de terreur était passé, la demoiselle avait semblé plutôt… grisée par l’attraction. Surtout qu’ici, elle n’avait pas à contrôler magiquement quoi que ce soit et du coup pouvait se laisser faire, guider, sans crainte vraiment puisqu’un certain Drakkari lui aurait porté un secours particulier en cas de problème, quel qu’il soit.

D’ailleurs des enfants avaient admiré leurs prouesses apparemment car ils voulurent les imiter et ce fut Tristan encore une fois qui s’occupa des plus jeunes. Cassidy lui avait sorti une étrange phrase comme quoi ce n’était pas de la magie, mais c’était comme si. Il lui avait fait un grand et beau sourire. Autrefois, cette réflexion l’aurait énervé parce qu’il ne supportait pas d’être associé à la magie mais aujourd’hui… c’était différent bien sûr…
Elle le surveilla du bord et c’est vrai qu’il faisait quand même attention aux enfants qui s’agrippaient fermement à ses jambes pour ne pas tomber. Ben oui, il était grand et fort le Drakkari…

Après ce petit temps d’amusement pendant lequel, il ne surprit pas la lueur de joie, sincère, dans les yeux de la jeune femme, ils se promenèrent et s’isolèrent un peu. Elle avait raison, il était honnête dans ses gestes, dans ses attitudes et semblait accepter, pour un temps, de se dévoiler un peu. Parce qu’elle était là, parce qu’il se persuadait qu’il ne risquait rien avec elle en agissant ainsi. Pourtant n’était-ce pas la même demoiselle dont l’attitude l’avait torturé quand elle était sortie avec Jordan ?

D’ailleurs, l’attitude du jeune homme alors qu’ils étaient seuls, était encore une fois, calme, posée et montrant une grande sensibilité malgré ce qu’il prétendait avec fermeté. Oui, il était bien avec elle… et il avait envie d’au moins essayer de le lui dire. Après tout, elle en avait vu des choses, vécu, à cause, avec lui. Si elle voyait une bonne partie du jeune homme… elle ne pourrait sincèrement pas lui en vouloir, le détester ou trouver énormément à critiquer sur lui, si ? Oulala… Il pensait à de drôle de trucs là. Pourquoi elle le détesterait après tout, il n’y avait pas la moindre raison pour que ce soit le cas, ils étaient en excellents termes, un peu trop d’ailleurs, il fondait littéralement sous ses baisers… et de plus en plus !!!! Comment lui résister dans ces conditions ???!!!!

Difficile de croire que c’était réciproque ? Oh… pourtant ça l’était… en tous les cas, les bras ainsi passés autour d’elle, il se sentait une fois de plus dans un état second, assez curieux mais vraiment agréable. D’ailleurs quand elle pressa un peu plus ses mains sur ses bras, il frissonna, appréciant le contact. Et dire que les câlins ce n’était pas censé être son truc… Pourtant elle… il avait constamment envie de la prendre dans ses bras, et de la garder jalousement à l’écart du reste du monde… oui jalousement… et alors hein ?!!!!

Ce fut bien difficile pour eux de renoncer à cette si agréable journée en rentrant à la résidence du baron. Mais ils étaient bien forcés de le faire après tout. Enfin elle en particulier. Lui n’avait pas vraiment d’obligation bien sûr, mais hors de question de la laisser y aller seule ! Non mais oh !!! Elle se faisait déjà bien assez draguer comme ça, non ?
Ils rentrèrent, pas main dans la main puisque ce n’était pas vraiment… « permis » mais très proche l’un de l’autre et s’effleurant comme accidentellement la main, l’épaule de l’autre à certains moments.

Ils rentrèrent et là… pfff, eh bien il y avait un baron pour les accueillir, déçu de ne voir que maintenant la jolie jeune femme, jetant un regard soupçonneux à son guerrier garde du corps. Ben oui, ils avaient quand même passé la journée ensemble. Normal peut-être pour des collègues de travail du même âge, mais tout de même… si lui arrivait plutôt bien à feindre l’indifférence, force de l’habitude, elle avait les yeux étrangement brillant quand elle le regardait pour sa part. C’était suffisant pour éveiller les soupçons de cet homme déjà d’un certain âge, suffisant justement pour qu’il ait prévu une espèce de « surveillant ».

Tristan rejoignit rapidement sa chambre après ce petit geste de brigand d’envoi de baiser au risque et péril de se faire voir par le baron.
La pauvre Cassidy par contre dut lui parler un peu plus longtemps mais au final elle put aller se préparer.
Pour sa part, quand le jeune homme sortit de ses appartements, il s’adossa contre le mur proche de la porte de la chambre de Cassidy.
Il avait pris une douche et s’était si vigoureusement séché les cheveux qu’ils semblaient beaucoup plus fins et partaient encore plus ébouriffés que d’ordinaire dans tous les sens.
Contrairement à ses tenues plutôt sombres en général, là il portait un ensemble beaucoup plus clair, une espèce de gris qui avait des reflets bleutés assez surprenants mettant en valeur le rouge de ses cheveux, par-dessus une chemise blanche qu’il semblait prendre un malin plaisir à ne boutonner que… très peu malgré la cravate négligemment passée autour de son col mais pas vraiment serrée.
Il sifflotait tout bas tandis qu’il attendait Cassidy et sourit en la voyant si belle, même s’il trouvait que sa robe faisait un peu… trop.

Pour être honnête, il trouvait qu’elle avait des allures de princesse ainsi. Encore plus que d’ordinaire du moins. Il ne comprenait pas au début pourquoi elle ne portait que des robes mais comme elle n’avait pas eu une vie guerrière, c’était normal, néanmoins, il comptait bien lui apprendre quelques rudiments de son art et pour ceci elle devrait s’habituer de manière plus… masculine. Même si pour l’instant, c’est vrai, il appréciait beaucoup qu’elle porte des robes. Par contre, encore une fois, si celle-ci était plus longue, un peu trop tape à l’œil mais mettant en valeur tout de même la beauté fraîche de la demoiselle, il remarqua très vite que son corset, cette fois total, pas comme celui de la veille, était sacrément serré et devait quand même pas mal la gêner. Un sourire léger s’inscrivit sur son visage, il se ferait un plaisir de le lui ôter alors… en temps et en heure bien évidemment.

Dans un coin de sa tête, il se dit d’ailleurs que dormir avec elle, ce soir encore, n’était peut-être pas la meilleure des idées. Il avait… envie de l’embrasser, de la toucher, même alors que justement il ne faisait que se tenir devant elle. Dans le champ, il s’était rendu compte à quel point, rien que par rapport à la veille, les limites devenaient plus… difficiles à quitter. Les repousser… s’avérait tellement tentant. Il lui sourit et s’inclina avec un respect et une classe indéniable devant elle. Où au juste avait-il appris à agir ainsi ? C’était comme danser non ? Il se débrouillait vraiment bien et pourtant… ce n’était certainement pas à quoi on pouvait s’attendre vis-à-vis d’un guerrier. Bien sûr, comme ils étaient en quelque sorte espionner, il se contenta de lui proposer son bras et ils rejoignirent calmement le gala alors qu’il lui jetait de temps à autres des regards en biais.

- Tu es magnifique princesse… Tu me fais vraiment penser à la princesse que je m’imaginais dans les contes que ma racontaient ma… mère.

Son regard se fit plus sombre l’espace d’un instant mais il retourna les yeux vers la jolie mage et ils se rééclairèrent aussitôt alors qu’il lui souriait, même s’il prit un air un peu plus sérieux.

- Faudra… Faudrait… que je te dise quelque chose d’ailleurs mais… ça attendra.


Etrange de voir un sourire timide et triste sur ses lèvres, presque inquiet mais encore une fois, il s’en débarrassa rapidement pour la regarder de nouveau avec douceur, même si très vite il dut feindre un intérêt simplement poli pour la demoiselle vu le rôle qu’ils jouaient.
Il s’était fendu d’un sourire bien sûr quand elle lui avait dit qu’il était bien habillé mais ça n’avait pas vraiment d’importance à ses yeux. Bien sûr, il savait qu’il plaisait mais c’était surtout parce qu’il n’avait pas besoin de parole pour identifier le léger sourire intéressé sur les lèvres de la douce demoiselle.

Ce fut le baron qui les aborda et vanta la beauté de Cassidy, heureux qu’elle porte son cadeau. Faisant montre d’un talent indéniable pour la comédie, Tristan se contenta d’hocher la tête, allant dans le sens du baron sans sembler porter plus que cela attention à la jeune femme pourtant tout proche de lui, même si elle avait lâché son bras.
Finalement le baron s’éloigna pour accueillir d’autres convives et le jeune couple alla profiter de quelques boissons (puisque ce n’était que la fin de l’après-midi) et bravant la foule agglutinée au buffet, Tristan rapporta une assiette de différents biscuits pour sa compagne, même s’il en mangeait aussi.

Ils parlèrent à différentes personnes et pour les couples déjà d’un certain âge, il était sûr qu’ils formaient un couple, même si Tristan le démentait, quoiqu’assez mollement tout de même et avec un sourire qui sous-entendait clairement le contraire de ses propos.
Ils passaient tout de même du temps ensemble et de temps à autre, l’air de rien, le garçon glissait une main dans son dos, d’ailleurs, une fois il en glissa une singulièrement… beaucoup trop bas, un sourire d’autant plus brigand aux lèvres à cet instant même si quand elle tourna la tête vers lui, il avait l’air parfaitement… innocent.

Oui, elle se faisait souvent aborder et quand il était à côté, il s’efforçait de remplir son rôle et de dire que la demoiselle ne voulait pas être importunée par des demandes intempestives pour des raisons personnelles qui ne regardait qu’elle. Généralement, les plus futés, comprenaient qu’elle avait quelqu’un en vue ou quelque chose du genre et la laissait tranquille. Les plus insistants se trouvaient confrontés alors au regard peu amen du grand Drakkari qui se fendait pourtant de sourires et de politesses bien loin de son attitude revêche, naturellement énergique. Bah… s’il devait un peu jouer la comédie pour elle… il jouerait…

Sauf que bientôt il ne lui fut plus d’aucun secours. En effet, le baron, le prenant à l’écart, lui suggéra d’aller rejoindre le groupe de jeunes femmes qui le fixaient en gloussant depuis un bon moment déjà. Comme il prétendait que Cassidy ne risquait rien et que le jeune homme n’était pas censé non plus être différent de ce que sa façon de se tenir, son physique supposaient, à savoir, un bourreau des cœurs, Tristan fut bien forcé d’obéir. Même si ça l’inquiétait. Il avait bien raison d’ailleurs parce qu’à peine s’éloignait-il que la demoiselle se faisait d’autant plus aborder comme si les prétendants étaient des loups affamés se jetant sur une petite princesse esseulée.

Il se rappela que lui-même était un loup… et que malgré ses sentiments, il ne pouvait ignorer l’appel de son corps pour le sien.
Il rejoignit donc le groupe de demoiselles qui furent ravies de son arrivée. D’ailleurs, il se fit sacrément harceler et dut danser, parler à nombre de demoiselles qui semblaient avoir vraiment besoin de le… toucher… Comme si c’était nécessaire à leur survie. Tristan fut… surpris. Il se sentait très bizarre. Pendant des années, ces filles attiraient toute son attention, il s’entendait avec elles parce qu’ils recherchaient la même chose. Aujourd’hui il les trouvait futiles, superficielles et toute son attention, toutes ses pensées se tournaient vers la jolie mage tellement plus adorable et tellement plus intéressante. Son cœur s’emballa et il eut un léger sourire amusé. Oui… même sans repères, même perdu il devait bien l’assumer… il était amoureux d’elle… et pas qu’un peu d’ailleurs.

Cassidy pour sa part avait également dû commencer à accorder des danses aux uns et autres et en particulier au baron qui revenait constamment à la charge et pas de la manière la plus délicate qu’il soit même si c’était derrière beaucoup de faux-semblant. D’ailleurs, quand ils dansaient, il essayait quand même un peu de la tripoter, ce qui n’avait absolument rien de délicat justement !!! Tristan au moins lui, avait un peu le droit et le faisait aussi pour rire…

D’ailleurs, elle dut s’éloigner, s’excusant pour s’asseoir dans un coin et boire un verre d’eau. Tristan profita alors d’une accalmie pour la rejoindre, une lueur d’inquiétude dans les yeux. Une douleur sourde avait commencé à pulser dans son dos. Sans doute à cause d’elle, il se doutait qu’elle en était la porteuse en quelque sorte. Il vint donc près d’elle et lui sourit doucement malgré l’inquiétude dans ses yeux,parlant bas.

- Cassy ? Ca va ? Viens on va prendre l’air, ça te fera du bien…

Il lui tendait gentiment la main et la guida dehors où l’air frais ne pouvait que l’aider à se sentir mieux. Se tournant vers une vitre, il aperçut son reflet et frotta en grognant la trace de rouge à lèvres sur l’une de ses joues de la part d’une audacieuse demoiselle. Il posa doucement sa main sur celle de Cassidy, appuyé négligemment contre la rambarde du balcon sur lequel ils se trouvaient.

- Je suis désolé de t’avoir laissé seule mais… tu ne peux pas savoir à quel point je trouve ces filles… fades maintenant…

Il lui sourit, cette fois plus timidement puis se crispa, un drôle de bruit venant de parvenir à ses oreilles, encore trop lointain pour avoir averti les humains présents…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 3 Oct - 21:28

Ils avaient passé une très bonne après midi et c’était évident que Cassidy en profitait énormément de tous ces petits moments entre elle et le Drakkari. Ils apprenaient à se connaître et maintenant que les masques étaient tombés, cela devenait un peu plus facile de parler dans un certain sens.

Parfois quand elle regardait ce grand Drakkari, quand Cassidy repensait à leur passé commun, la jeune femme pouvait quand même se demander comment ils en étaient arrivé là. Oui, elle l’avait toujours vu comme un vilain Drakkari, toujours en train de grogner, désintéressé des études, qui prenait un malin plaisir à la torturer dans un certain sens.

Elle y songeait oui et avait encore du mal à croire que tout cela était réel. Peut être qu’elle finirait par se réveiller en voyant que tout cela n’était que le fruit de son imagination. Mais quand il l’embrassait, la serrait dans ses bras, cela ne pouvait être que la réalité. Il sentait bon, elle avait envie de rester avec lui comme ça.

D’ailleurs la demoiselle avait quelques remords à son égard. Pourquoi avait-elle accepté Jordan au final ? Ah oui pour rendre Tristan jaloux. Mais est-ce que ça avait vraiment fonctionné ? Plus ou moins… Oui à un moment donné, elle avait cru qu’en se rapprochant de Jordan elle finirait par s’attacher à lui. Grossière erreur…

Elle avait un peu décidé de s’écarter de Tristan à ce moment là. Après tout à cause d’elle il lui arrivait pas mal de choses. Elle lui avait cassé son bras, l’entraîner dans des situations dangereuses et l’avait sûrement ramolli à force de vouloir le contraindre à rester ici. Et ça la mettait très mal à l’aise. Mais pire que ça, il y avait l’histoire de sa douleur à la poitrine.

La jeune femme y avait un peu réfléchi oui, et avait conclu que le degré de magie était le même que celui de sa mauvaise magie même si celui-ci comportait des petites différences. C’était bizarre… elle n’avait jamais ressenti ça. Enfin si une seule fois mais c’était un peu un cas à part, un démon, ou plutôt, ses traces.

Et elle se sentait encore plus coupable alors qu’il avait du repoussé ses limites pour faire de la pâté pour chien de ses agresseurs. Rien que d’y penser lui donner des frissons. Cassidy n’avait pas peur de Tristan, elle savait qu’il avait fait une énorme bêtise mais impossible de tout deviner… du moins… tant qu’elle n’aurait pas aperçu cette rune dont elle ignorait l’existence.

Mais pour le moment elle devait attendre qu’il décide de se confier. Bien qu’il faudrait quand même qu’elle se tienne prête à agir si la situation venait à empirer d’une manière ou d’une autre. La première chose dont elle devait vraiment faire attention ? Elle-même ! C’est parce qu’elle s’était retrouvée dans cette situation que le Drakkari avait perdu tout contrôle. Elle ne pourrait pas lui permettre une autre fois.

Ils s’étaient amusés tout l’après midi avant de se poser un moment et la jeune femme grogna quant à l’idée de retourner à la demeure du baron et de devoir jouer encore une fois la comédie. C’est qu’elle prouvait encore une fois qu’elle n’était pas à l’aise.

D’ailleurs l’homme vint à leur rencontre pour leur demander des nouvelles et c’est vrai que Cassidy ne savait vraiment, mais alors vraiment pas mentir. Car lorsqu’elle regardait Tristan, c’était avec des yeux brillants et elle n’était vraiment pas discrète même si elle essayait. Mais bon il lui était difficile de faire autrement.

C’est pourquoi ils avaient droit à une surveillance, au grand malheur de la jeune femme qui détestait se faire surveiller. Elle commençait à trouver ça très lourd et ses sourcils se froncèrent un court instant, pas vraiment très heureuse.

Puis, elle partit dans sa chambre se changer et même si la robe était franchement magnifique et somptueuse, le corset lui, la serrait bien, presque en l’étouffant à moitié alors qu’elle le fixa tout en tirant la langue et étouffant un grognement. Moui… ça avait du coûté une fortune ce truc là ! Pourquoi autant d’attention pour elle ? Cassidy savait très bien qu’elle ne comptait pas faire sa vie ici et puis, si Tristan ne lui avait pas dit de se taire, elle aurait bien montré au baron qu’elle n’était nullement intéressée par une histoire, comme le prétendait sa réputation.
Elle sortit de sa chambre après avoir attaché ses cheveux en arrière comme la veille de manière élégante tout en se maquillant mais vraiment très légèrement. D’ailleurs elle jura plusieurs fois lorsqu’elle s’aperçut qu’elle ressemblait à un panda tout en recommençant à chaque fois afin d’obtenir un résultat qui lui conviendrait. C’est qu’elle n’était pas très douée !

Tristan l’attendait, dans une tenue qui lui allait très bien mais avec une chemise qu’il avait laissé légèrement ouverte. Lui au moins semblait plus décontracté, le veinard ! Elle le complimenta et c’était vrai, ça lui allait très bien et changeait parfaitement de ses tenues sombres, mettant en valeur ses beaux cheveux rouges. Plus Cassidy le regardait, plus elle était amoureuse de lui mais pas que pour ça même si ça jouait quand même un rôle.

Après tout elle s’était plutôt bien habituée à sa présence et accepta même son bras qu’il lui tendit galamment, bien consciente qu’elle devait toujours jouer un jeu, même si Tristan la complimenta et qu’elle rosit légèrement.

Sauf qu’il parlait des contes de sa mère et la jeune femme resta silencieuse, percevant une certaine émotion dans la voix de Tristan qui était palpable. Là aussi c’était un grand pas en avant et elle retint de justesse une émotion négative qui lui donnait envie de démolir sur le champ les responsables d’un crime. Non, qu’il fasse allusion à sa mère était encore plus encourageant, compte tenu de son passé douloureux.

Il baissa la voix avant de se tourner vers elle pour lui sortir une phrase assez énigmatique. Il voulait lui parler de quelque chose. Et à voir son sourire ce n’était pas quelque chose de spécialement joyeux. La jeune femme acquiesça d’un signe de tête en lui rendant un sourire doux tout en pressant un peu son bras contre sa main pour lui montrer qu’elle était prête à l’écouter quand il pourrait parler, sans le forcer. C’était à lui de les faire ces efforts.

Le baron vint les voir et après quelques formalités et politesses, il s’éclipsa, laissant le jeune couple déambuler. Malgré les biscuits au chocolat que la jeune femme avait dégusté au bord de l’eau en attendant que Tristan finisse ses tours avec les enfants, la demoiselle avait toujours aussi faim et mangeait par ci et par là ce que Tristan lui tendait. Au moins ça l’occupait.

Il est vrai aussi que pour les couples les plus âgés, il était évident qu’ils formaient un couple et impossible d’en démordre. D’un côté un Drakkari qui répondait négativement mais manquant de conviction et de l’autre une demoiselle aux joues rougissantes qui semblait perturbée tout en tentant d’attraper une de ses mèches de cheveux avant de ressembler ses deux index l’un vers l’autre en bégayant dès que l’on parlait de ça.

*Hum… Feindre l’indifférence c’est à retravailler !*

D’ailleurs, Tristan n’hésitait pas à multiplier les occasions pour toucher la demoiselle, même descendant… assez bas alors que Cassidy tourna la tête pour regarder Tristan qui la regardait innocemment. Et mine de rien, ces petits gestes lui donnait envie de l’entraîner à l’écart pour se poser tranquillement dans un coin et avoir plus de contacts. Mais l’abstinence n’est pas une mauvaise chose non plus. Cela permettait de repousser l’envie encore plus loin.

D’ailleurs elle riposta rapidement, vérifiant que personne ne les regardait pour glisser sa main sur la chemise de son torse, et peut être accidentellement un tout petit peu plus bas, prenant la même expression innocente que Tristan. Mais… était-ce vraiment accidentel ou un geste qui sonnait comme un petit pas supplémentaire ?

Tristan fut pris à l’écart par le baron et dès qu’il s’éloigna d’elle sagement, à cause de quelques paroles, la demoiselle fut aux prises avec une horde de jeunes et moins jeunes qui voulaient lancer une conversation plus poussée pour son plus grand malheur. Elle regrettait l’absence de son compagnon qui lui au moins était drôle, attentionné et beaucoup plus vivant que cette bande de crabes qui n’avaient aucune vergogne.

Elle fut ensuite invitée à danser et se plia bien malgré elle, toujours dans le but de faire une bonne impression et le baron lui demanda une danse. Sauf que lorsqu’il chercha à la tripoter, la jeune femme se braqua et lui marcha sur le pied intentionnellement. Suivi d’un magnifique sourire d’excuse tout en plissant les yeux.

« Oups ! Excusez moi mon pied a glissé… »

On ne pouvait que lui pardonner avec une telle bouille aussi craquante que ça. Ah non elle n’allait pas se laisser faire quand même ! La tête lui tournait un peu. La faute au corset, ou à ses prétendants étouffants alors que la demoiselle partit près du buffet pour se servir un verre d’eau afin de reprendre ses esprits. De l’air ! Il lui fallait de l’air !

Elle avait aussi remarqué que Tristan était fortement bien entouré et même si cela la rendit jalouse, la demoiselle put constater avec satisfaction que le Drakkari semblait s’ennuyer et vint la rejoindre dès qu’elle se posa. En effet, Cassidy venait de se frotter le front et ne semblait vraiment pas dans son assiette.

Il devait l’avoir compris sans qu’elle n’ait besoin de le formuler, car déjà Tristan l’invita à passer dehors pour profiter de l’air. La demoiselle se redressa en prenant sa main avec un sourire reconnaissant sur le visage alors qu’ils arrivèrent à l’extérieur, elle regardant les étoiles.

« Merci… Je ne sais vraiment pas comment m’y prendre et ça commençait à devenir un peu trop… étouffant »

Elle serra doucement la main du Drakkari, inspirant calmement tout en fermant les yeux alors qu’il s’excusait. La voilà rassurée ! Cassidy se mit à rougir doucement tout serrant un peu plus la main de Tristan.

« Je devrais peut être pas mais… ça me fait plaisir ce que tu dis… et puis… aucun homme ne t’égale… »

Oui c’était certain, elle se sentait bien avec son Drakkari. C’était le seul qui avait un pouvoir calmant sur elle. Déstabilisant non ? Sauf que ce dernier se crispa alors qu’elle se tourna vers lui, fronçant les sourcils.

« Qu’est ce que tu as ? »

Un mauvais pressentiment apparemment. La jeune femme cligna des yeux et tenta de regarder au loin mais elle n’avait pas les mêmes capacités que Tristan, se contentant de regarder perplexe l’horizon.

« Hum… c’est peut être un troupeau d’animaux qui passe dans le coin… »

La jeune femme arbora un léger sourire qui s’effaça de son visage lorsqu’une cloche sonna et qu’un garde sonna l’alarme, peu de temps après. Une attaque ? Elle se crispa aussitôt.

« Quoi ?! »

Ils rentrèrent à l’intérieur alors que les nobles semblaient inquiets, ne comprenant pas l’objet d’une attaque maintenant.

- Mesdames et Messires, calmez vous je vous en prie. La garde est suffisamment entraînée pour venir à bout d’une attaque…

Le baron venait de s’exprimer à la foule qui murmurait. Un garde rentra à toute vitesse alors que Cassidy observait la scène, se rapprochant du baron, les sourcils froncés.

- Messire… Ce sont des trolls ! Ils viennent tout droit dans notre direction ! Mais le capitaine de la garde est en train de rassembler les troupes pour repousser l’assaut

Le baron semblait vouloir parler mais Cassidy se détacha de la foule. Un peu d’action ne faisait pas de mal.

« Je vais les aider. »

Des murmures résonnèrent dans la salle et Tristan semblait se crisper davantage.

- Ma chère, laissez faire la garde, nos hommes sont suffisamment entraînés pour survivre à ce type d’attaque…

« Ecoutez… Je ne suis pas une noble comme tous ces gens mais une mage ! J’ai choisi cette voie pour protéger les autres et pas pour me cacher au moindre assaut… Que vous soyez d’accord ou pas, je ne tiens pas à rester là les bras croisés. »

*Et puis ça m’entraînera*

Le baron se frotta la nuque, apparemment mal à l’aise avant d’acquiescer et de donner quelques indications. Cassidy s’inclina avant d’entraîner Tristan à sa suite dans les appartements, le laissant le temps de récupérer son arme et elle son bâton.

Il semblait inquiet en la rejoignant dans sa chambre et lui parla. La jeune femme fronça les sourcils, ne lui laissant pas le temps de continuer et le poussa doucement contre le mur, une lueur de détermination dans les yeux.

« Je sais Tris’… Mais… je ne peux pas rester les bras croisés à attendre que ça se termine. Et même si tu voulais y aller seul… je ne serais pas rassurée pour autant… alors au moins… on pourra se surveiller mutuellement. »

Elle lui caressa doucement le visage et posant son bâton contre le mur, lui montrant un très léger sourire.

« Je reste avec toi cette fois… J’ai retrouvé mes forces. Alors ne t’inquiète pas. »

Puis, sans crier gare, la demoiselle s’agrippa à la nuque de Tristan pour qu’il se penche vers elle avant de déposer sur ses lèvres un baiser plein de fougue et d’assurance, lui promettant une jolie suite avant de s’écarter que lui.

« Je ne compte pas me laisser avoir aujourd’hui alors… fais moi confiance… »

Puis après quelques paroles échangées, la demoiselle récupéra son bâton et courut avec lui en direction des remparts pour regarder l’assaut. Les archers se tenaient prêt à envoyer leurs flèches, les soldats près de la porte prêts à s’élancer au signal.

Soudain, les flèches sifflèrent dans le ciel, se plantant dans les corps de troll par ci et par là. Puis, un cri annonça le signal auquel les soldats se ruèrent à l’extérieur pour lancer l’assaut. Cassidy malgré sa robe, se mit à courir aussi avec la foule, très singulière dans sa robe de princesse, ses cheveux ayant été attaché en une unique couette pour faciliter le combat.

Elle tenait la main de Tristan tout en courant puis lorsque la collision fut inévitable, ils se séparèrent. La demoiselle planta son bâton dans le sol alors que plusieurs trolls s’approchaient d’elle tout en murmurant quelques paroles en traçant une rune de couleur blanche. Son bouclier d’une couleur lumineuse se forma et repoussa les agresseurs en les faisant tomber au sol.

Puis elle incanta un autre sort, qui donna une couleur rouge alors qu’elle concentra son énergie dans sa main gauche en lançant des boules de feu sur ceux qui tentaient de l’attaquer.

Cassidy souffla un instant puis aperçut un garde encerclé, tremblant, alors que des trolls le menaçaient. La mage incanta un symbole violet tout en visant une pierre et sa panthère se matérialisa, se lançant dans la mêlée générale. Puis elle incanta une nouvelle fois se matérialisant près du garde pour le protéger tout en esquissant un petit sourire de vainqueur.

« A terre ! »

Elle incanta un sort de couleur bleu cette fois tout en tendant son bâton en avant et que des petites zones de lumière se formèrent autour d’elle. Attendant que le garde obéisse, elle fit un geste et des javelots de glace apparurent dans les airs, se figeant chacun dans un troll.

D’où lui venait cette énergie à revendre ? Peut être que ses journées avec Tristan avaient du bon car elle se sentait beaucoup plus puissante, prête à en découdre, enchaînant sort sur sort sans faiblir une seule fois.

Sauf à un moment où son corset lui coupa la respiration. Poussant un grognement, la demoiselle posa une main dans son dos pour relâcher un peu les lanières afin de ne pas s’étouffer. Puis elle regarda autour d’elle et aperçut quelques trolls qui avançaient en ligne.

Encore une fois, la mage incanta un sort de couleur verte cette fois tout en plantant son bâton dans le sol. La terre qui était sous les pieds des trolls se mit à trembler et ils tombèrent à la renverse, déséquilibrés.
Elle s’arrêta un instant, une lueur farouche dans ses yeux avant de continuer à se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un gala pour apprendre à mieux se connaître.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Questions pour apprendre à mieux se connaître
» 100 questions pour mieux se connaître
» une école pour apprendre la politesse...
» Questions cons pour mieux se connaître \o/
» 100 questions pour mieux vous connaître

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: Kalendar :: Autres Lieux-
Sauter vers: