AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un gala pour apprendre à mieux se connaître.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Jeu 4 Oct - 19:54

Tss tsss tss… Bon d’accord, jolie riposte ! Elle avait vraiment de plus en plus de répartie la demoiselle. Elle était beaucoup plus à l’aise, beaucoup plus confiante. Oui, elle se faisait confiance aujourd’hui, du moins un minimum en ce qui concernait les contacts. Il en était heureux. Sa façon d’être auparavant, craintive, répulsive au moindre contact n’avait rien de naturel, c’était dû à ce fichu traumatisme de son adolescence. Rien qu’y repenser, Tristan en avait des frissons.
Comme il regrettait de ne pas avoir été là pour la défendre. Aujourd’hui, il regrettait aussi d’avoir cherché à oublier son passé, car celui-ci l’avait rattrapé. Sa marque bien sûr en était un constant rappel, mais davantage justement un rappel de ses échecs, de ce côté mauvais, bestial qu’il avait.

Pourtant elle avait raison, ses ailes quand elle avait lancé son sort, n’avaient rien de démoniaque, c’était même tout le contraire. Peu de personnes auraient pu en avoir d’une si éclatante blancheur. Dans le fond, non, il n’était pas si mauvais, et les rumeurs n’étaient peut-être pas toutes totalement fondées.
Oui, il avait cherché à oublier son passé, oublier cette vie sans père, oublier ce souvenir qui le hantait et qui pendant des années était revenu chaque nuit angoisser ses repos de la mort de sa mère, oublier cette vie qu’il ne pourrait jamais revoir. A quoi bon de toute manière, les bons souvenirs n’avaient plus aucune raison d’être, en avait-il seulement eu un jour ?

Tout était différent aujourd’hui… Alors oui, il regrettait de ne pas avoir été là pour la protéger. Pour se dresser entre elle et ses agresseurs. A cet âge là, il savait déjà tuer un homme même si ce n’était pas avec autant d’aisance qu’aujourd’hui… Surtout qu’à présent il faisait en sorte d’immobiliser, de blesser, de mettre hors d’état de combattre mais pas forcément de tuer… Il avait évolué, surtout depuis qu’il l’avait revue… à croire qu’elle voulait, parvenait, faisait, remonter tous ces bons côtés qui existaient quelque part chez lui.

Alors quand il s’était amusé à glisser doucement, l’air de rien, sa main dans le bain de son dos, toujours plus bas, c’était par taquinerie. Elle semblait s’ennuyer et il est vrai que le garçon n’était ni gêné, ni prude contrairement à elle qui le resterait sans doute toujours un peu… Mais ce côté-là, très mignon, lui plaisait quand même pas mal.
Elle avait alors riposté, profitant qu’ils soient coincés derrière un groupe de personnes ne faisant pas attention à eux, pour glisser les mains sur son torse, lui tirant des frissons de moins en moins contrôlés… Eyh ohhh !!! Elle descendait en dessous de la ceinture là !!!! Qu’est-ce qui lui prenait tout à coup ???!!!! Malgré tout, il lui sourit, secouant légèrement la tête… bravo demoiselle, bravo…

Par la suite, ils furent séparés, à leur grand malheur. Cassidy se retrouva assaillie par une horde d’hommes de tout âge charmés par ce si charmant minois délicat qui gardait toute la fraîcheur de l’adolescence –quelle bande de pervers- et qui souffraient des refus polis de la demoiselle…qui fut pourtant bien contrainte d’accepter quelques danses, au moins avec le baron… tripoteur… Celui-ci d’ailleurs s’efforça de ne pas hurler et sautiller sur place quand elle lui marcha sur les pieds mais à voir son teint rougi il avait dû en souffrir un peu. A sa place, Tristan n’aurait probablement même pas donné l’impression de s’en apercevoir, c’est que c’est solide un Drakkari.

Le Drakkari en question d’ailleurs subissait les demandes intempestives pour sa part, d’une ribambelle de demoiselle, il est vrai, plus charmantes les uns que les autres. Encore une fois, il se sentait… bizarre. Autrefois, il appréciait ces filles… Le plus surprenant ? Ce autrefois ce résumait à si peu de temps que le chamboulement n’en était que plus violent, plus… marquant.
Mais… elles étaient en train de lui mettre leur décolleté sous le nez, de se frotter à lui, de minauder… Elles n’avaient pas cette mine butée quand quelque chose ne leur convenait pas, elles ne rougissaient pas quand il faisait son sourire taquin tellement craquant, elles ne trébuchaient pas, ne manquaient pas de se casser la figure pour un oui ou un non, elles ne parlaient pas à tel point que c’en était étourdissant, elles ne parlaient pas de choses importantes, elles ne prenaient pas cette mimique gamine quand quelque chose les emballait, leurs yeux ne se mettaient pas à briller quand elles voyaient des biscuits au chocolat…Elles n’étaient pas « elle » tout simplement. Son cœur s’emballa… Personne n’était comme sa petite mage si butée, si naïve, si rougissante, si gentille, si exploitable, si maladroite, si gourmande, si gênée, si enfantine, si humainement touchante. Si humaine…

Ce fut après maintes courbettes, esquives, qu’il parvint à rejoindre la demoiselle en question. Comme pour répondre à ses observations, ses réflexions, alors qu’il s’approchait d’elle, il fut pris d’un léger vertige. Peut-être était-ce à cause du tatouage qui l’avait informé justement qu’elle n’était pas en forme, mais pendant un instant, le monde entier lui sembla se présenter en noir et blanc. Le monde entier… sauf elle… petite princesse esseulée.
Il la rejoignit rapidement et lui proposa alors de sortir, ce dont elle semblait avoir grand-besoin. A ses beaux yeux noisette illuminés de reconnaissance, il comprit qu’il avait vu juste et la guida doucement, écartant parfois sans ménagement, ceux qui ne se poussaient pas. Qu’avait-elle ? Elle n’était pas particulièrement pâle donc il en déduisait que ce n’était pas grave. Peut-être qu’elle avait juste un peu mal à la tête ou qu’elle s’ennuyait loin de lui, nouvelle pointe de fierté qui lui fit bomber le torse.

Elle le remercia d’ailleurs et il sourit, inclinant doucement la tête, semblant vouloir déposer un baiser sur son front mais se retenant à temps…Etait-ce une bonne ou une mauvaise chose d’ailleurs ?
Il lui parla des autres filles et le soulagement qu’il vit dans son soupir, dans son sourire le surprirent. Allons bon… la demoiselle s’inquiétait donc à ce point qu’il aille voir ailleurs. Même s’il y avait quelques personnes autour, il attrapa sa main et la pressa bien plus fort. Non, elle ne devait pas penser ça. Enfin bien sûr, elle avait raison, c’est vrai qu’il n’était pas vraiment connu pour se fixer avec une femme ou une autre mais quand même !!! Et puis elle avait répliqué en lui disant qu’aucun homme ne l’équivalait, ce qui le fit se sentir d’autant plus fier et heureux. Il n’en fallait pas beaucoup pour le rassurer et le combler… Mais à vrai dire, elle, elle ne pouvait pas vraiment… juger. Elle n’avait… pas fait grand-chose avec Jordan après tout… enfin de ce qu’elle disait et il préférait la croire.

Malgré tout, il n’avait pas répondu, se contentant d’un sourire. C’est vrai qu’il n’était pas des plus bavards mais quand il lui parlait, généralement, c’était important, intéressant et il faisait montre d’un certain… investissement. Comme ce fameux hier soir qui pesait encore pas mal sur son estomac. Alalala… quelle curieuse demoiselle…
Par contre… S’il avait su qu’elle songeait qu’il avait un pouvoir calmant sur elle, il aurait ri… avant de se pencher sur elle, provocant, un sourire pervers aux lèvres en lui rappelant que ce n’était pas… toujours le cas. Il ne pensait pas être très… calmant quand il l’embrassait par exemple et c’était plutôt tant mieux. Aucune chance que cela fonctionne entre eux dans ces conditions !!!

Sauf qu’il se crispa soudainement, ayant entendu un bruit qui lui apparaissait comme suspect, tendant l’oreille. Si elle tenta de le rassurer, il s’avéra qu’elle se trompait et que c’était bien un danger qui se dirigeait vers eux. Et soudain ils en surent bien davantage ! Des trolls… Des trolls attaquaient. Tristan fronça les sourcils, suivant de près une Cassidy qui s’approchait déjà du baron et du garde qui lui parlait. Des trolls ? Qu’est-ce que des trolls venaient faire ici ?! Ca n’avait pas le moindre sens !!!
Mais la demoiselle avait décidé de prendre tout le monde au dépourvu, affirmant qu’elle allait aider les gardes… Le baron tenta bien de la raisonner mais rien à faire, plus butée qu’elle c’était mission impossible. Le Drakkari pour sa part, si souriant et gentil, s’était fermé et arborait une expression froide et assez… peu rassurante dans un sens.

Le baron fut bien forcé de laisser la petite mage et son garde du corps partir s’équiper, même s’il avait l’air quelque peu réticent à l’idée de voir son invitée se battre. Beuh… l’image de la petite princesse était mieux que celle de l’espèce de suicidaire là !
Tristan rejoignit sa chambre et se changea à une vitesse… qui ne devrait pas être permis. Enfin se changea… disons plutôt qu’il se déshabilla, restant juste en pantalon, rejoignant rapidement Cassidy, les muscles de ses bras se tendant alors que sa main gauche se serrait sur la garde de la lourde épée qu’il avait gagnée.
Elle avait attrapé son bâton et semblait déterminée. Il posa une main sur son bras pour l’arrêter. Il n’avait pas oublié ce qui s’était passé la veille. Même si sa magie faisait des miracles, elle avait été sauvagement agressée… Dans son rêve, il avait vu et se doutait donc que c’était la vérité, que sa magie avait des ratés… Se résigner à la laisser combattre lui était en quelque sorte, difficile.

- Cassy… attends… Tu n’es pas obligée d’y aller. Je vais me battre, je vais les repousser ne t’en fais pas, mais toi, tu dois… Tu as vu dans quel état tu étais hier, je n’ai pas envie que tu…

« que tu te fasses encore blesser parce que je suis incapable de te protéger… »


Elle répliqua aussitôt mais avec un calme qui la faisait paraître telle qu’elle était réellement, tellement mature pour son jeune âge. Oui, elle s’inquiéterait pour lui, c’est sûr mais… Pourtant il y a une règle d’or avec les femmes, elles ont toujours raison. Et Tristan ne pouvait rien contre cette règle universelle. Même avec les meilleurs arguments, il n’avait aucune chance de l’emporter, parce que c’était une jeune femme fière, têtue, indépendante et si forte. Un léger sourire naquit sur ses lèvres malgré la situation. Oui, elle l’amusait. Parce que même s’il était parti dans l’idée de lui faire changer d’avis, il savait déjà qu’il n’y parviendrait pas. Mais au lieu d’en être affligé, énervé, il ressentait au contraire, une pointe d’admiration.

Elle lui disait qu’elle avait retrouvé ses forces. Il inclina doucement la tête. C’est vrai que Cassidy semblait presque plus puissante magiquement que tout ce qu’il avait pu voir depuis qu’il l’avait retrouvée à l’Académie. Etrange…
Pas le temps de s’appesantir davantage sur la question parce que le temps justement leur manquait et encore et surtout parce qu’une certaine demoiselle était un train de l’embrasser avec une telle… énergie et un talent indéniable qu’il sentit ses genoux mollir, ne s’y attendant pas.
Ben oui, elle l’avait crocheté à la nuque avec une aisance toute neuve et alors qu’il se baissait par automatisme, c’est à ses lèvres au léger goût persistant de chocolat, qu’il eut droit. Mh… en effet, ça ne donnait pas envie de mourir avant très très très très longtemps !!!!!

Lui faire confiance ?... Il le faisait déjà… Après tout, il ne cherchait pas à l’enfermer dans cette pièce pour la protéger. Elle était puissante, alors oui, il avait confiance en elle. L’instant d’après, ils étaient dehors et partaient rejoindre les gardes sérieusement en difficulté face à un nombre surprenant de trolls à l’air déterminé. Leur but semblait précis, massacrer en faisait partie oui, mais ils agissaient en bandes organisés, tout le contraire de la définition même de leurs habitudes.
Ils s’étaient tenus la main alors qu’ils couraient vers les espèces… d’animaux brutaux qui leur faisaient face. Bien sûr, ça n’avait absolument rien de pratique et ça le contraignait à réduire sa vitesse mais serrer la main de l’autre avait quelque chose de rassurant… d’encourageant aussi.

Ah pour une collision, ce fut une belle collision. D’ailleurs juste avant celle-ci, il la lâcha, la dépassant en se plaçant devant elle pour enfoncer la première ligne de trolls qui faisait face à la demoiselle. Ben oui… Elle pouvait avoir toute la magie qu’elle voulait, arriver à lutter même avec la proximité, elle n’aurait jamais le physique pour repousser physiquement un troll. D’ailleurs des gardes se faisaient éjecter par la vitesse et la force de ceux-ci. D’autres s’ancraient dans le sol et forçaient avec leurs boucliers pour les arrêter, casser cette marche de front, interrompre ce mouvement, avant de se lancer réellement dans le combat. Tristan lui… oh eh bien il l’enfonça cette ligne. Se penchant légèrement en avant, l’épaule droite placée un peu devant lui comme s’il s’apprêtait à enfoncer une porte, la tête un peu repliée, il éjecta les premiers trolls qu’il toucha dans un fracas de tous les diables ! Ah ben oui… il était costaud. Et pis fallait pas toucher sa petite mage aussi…

Mais il lui fit confiance et après cette action, la laissa se débrouiller seule, continuant de foncer avant de s’arrêter et de commencer à montrer son art. Un vrai épéiste ne réfléchit pas. Il n’en a pas besoin. L’épée devient une part de lui-même mais également tout son corps une immense machine à instinct et réflexe. C’est comme danser pour un danseur professionnel, courir pour un sportif d’athlétisme de haut niveau, tout à fait naturel, une seconde nature, ou sa nature propre. Comme elle la magie… lui c’était le combat… à l’épée. Qu’elle soit grande ou non, lourde ou légère, il s’adaptait et se lançait dans une espèce de danse, mortellement dangereuse, mais tellement assurée.

Il n’avait pas à se retenir, il n’avait pas à épargner, il ne devait même pas le faire. Le sourire sadique apparut sur son visage, mêlée à une joie tout enfantine qui pouvait lui donner des airs de fou furieux… mais il se battait avec aisance, repoussant les plus grands, les plus lourds, les armés, prêtant main forte aux gardes en difficulté, suivant d’une oreille attentive les hurlements des monstres, les crépitements de magie d’une certaine demoiselle qui se débrouillait plutôt bien.

Les nobles devaient vraiment s’ennuyer dans leur vie de tous les jours car malgré la crainte terrible qu’ils ressentaient, ils s’étaient tous massés devant les fenêtres, dans les jardins, sur les terrasses, pour assister à ce combat mémorable. Car réellement, il y en avait des trolls, bien plus que ce qui était prévu au départ apparemment. Mais si les gardes se débrouillaient bien, ils étaient loin de l’efficacité extrême du couple de jeunes gens qui terrassaient en continu. D’ailleurs, par le plus grand des hasards, les deux jeunes gens se trouvèrent repoussés l’un vers l’autre et dos à dos. Tristan souriant comme un gamin dans un parc d’attraction, appuya légèrement son dos contre celui de la demoiselle. Ils étaient encerclés, mais il ne se départissait pas de son sourire pour autant. Sa main gauche commença à trembler. Sa force affluait un peu plus, il la sentait, tellement plus contrôlable que d’ordinaire.

- On passe aux choses sérieuses ?

Il ricana puis se jeta… ou plutôt sauta directement sur ses ennemis dans un saut qui avait tout d’improbable après avoir pris appui sur un petit muret.
Le combat dura ainsi une bonne dizaine de minutes, car malgré tout, certains trolls se relevaient, ne restant pas au sol lorsqu’ils étaient blessés… mais quand enfin il ne resta plus un ennemi debout, il s’avéra que les gardes avaient depuis un bon moment reculé, scotchés sur place, la bouche ouverte, à admirer la petite mage et son grand compagnon terrasser à eux seuls une petite armée. D’ailleurs, celui-ci vint tranquillement la rejoindre, ayant calé son épée sur son épaule, le corps maculé de sang et un air plus ébouriffé, plus sauvage mais aussi très satisfait, au visage.
Il entendit les cris et applaudissements qui résonnaient autour d’eux et plus loin à la villa du baron mais son sourire, son regard n’étaient tournés que vers une certaine demoiselle dont il prit doucement la main, contrastant tellement avec la violence, la force brute dont il avait fait preuve peu avant.

- Pas mal… partenaire.

Parce qu’il l’avait vu se battre, ou plutôt entraperçue… et oui… pas mal était un doux euphémisme. D’ailleurs, n’étaient-ils pas à présent accueillis comme des héros. Pourtant, elle avait dû voir son sourire un peu étrange pendant une seconde et était certainement tout à fait d’accord avec lui. Cette attaque… avait franchement quelque chose de louche. Bah oui, mais pas le temps d’y penser vraiment… parce que serrements de mains, applaudissements, tapes dans le dos, hymnes étaient au rendez-vous… et nombre de demoiselles se pâmaient devant un garçon si viril capable de les faire vibrer de la sorte… le mythe du chevalier servant était de retour !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Ven 5 Oct - 8:34

Cassidy n’avait pas pu éviter le traumatisme de son adolescence mais heureusement, pour le moment, ce souvenir était scellé dans un coin de sa tête et elle ignorait tout de ce qui avait bien pu se passer. Mais c’est sûr qu’elle s’était posé quelques questions. Pourquoi était-elle aussi craintive aux contacts ? Son corps lui-même tremblait lorsqu’elle se retrouvait dans une situation gênante et elle ne savait pas vraiment ce qui la poussait ainsi.

C’était presque maladif. Pourtant… avec Tristan, il semblerait qu’en tâtonnant un peu, tout doucement, elle arrivait à s’en défaire. Ah pour ça c’est sûr ! Elle était beaucoup plus confiante et assurée. Mais uniquement avec lui pour l’instant. Parce qu’elle lui faisait confiance. Peut être qu’elle n’aurait pas le même comportement avec d’autres hommes dont elle ne pouvait pas avoir confiance.

Pourquoi Tristan ? Il avait tenté de la repousser au départ, de lui faire du mal avec des paroles blessantes, une attitude indifférente et une envie particulièrement agaçante à lui casser les pieds. Et pourtant elle ne pouvait pas expliquer pourquoi cet opposé l’attirait autant. C’était comme ça, un ressentiment, on ne pouvait tout contrôler.

Lorsqu’il s’amusait à glisser sa main toujours plus bas dans son dos, même si c’était pas taquinerie, il parvint à lui tirer quelques frissons agréables. La demoiselle ne comptait pas s’en arrêter là. Elle ne devait pas être la seule à être attirée par le besoin de sentir Tristan contre elle. Alors effectivement, elle guetta la bonne occasion pour placer ses mains contre son torse tout en l’effleurant doucement avant de descendre… un peu plus bas.

Et bien oui, elle savait bien ce qu’il y avait en dessous de la ceinture même si ce n’était que par certaines illustrations. Cependant son air faussement innocent montrait qu’elle n’était pas être pas vraiment intimidée, du moins elle semblait être un peu plus à l’aise même si le rose avait soudainement attaqué ses joues quand elle avait vu Tristan prendre une expression surprise. Ah oui elle tenait un peu à le surprendre aussi.

Cependant, après leur séparation, la jeune femme avait tenté de faire une bonne impression même si l’envie de partir très loin d’ici était tentante. C’est sûr, elle représentait son académie mais elle pensait uniquement en parler de manière professionnelle sans passer par les danses, les discussions fades et sans intérêt. Alors oui elle ne se sentait pas très bien même si elle ignorait que Tristan avait du le ressentir avec le tatouage.

C’est sûr qu’elle était beaucoup plus vulnérable et ne cherchait pas à le contrôler, ni à l’utiliser d’ailleurs. Cela l’avait toujours rebuté. Pourtant, le tatouage avait évolué aussi. Peut être parce qu’elle ne cherchait pas à le contrôler justement. C’était comme si ils étaient d’accord tous les deux. Il y avait cet étrange lien qui les unissait qui parfois leur faisait partager des souvenirs, des émotions et des états physiques.

Bien sûr, Cassidy savait qu’elle arrivait parfois à ressentir ce que ressentait Tristan mais elle ignorait que ça marchait un peu dans l’autre sens aussi. Qui contrôlait qui ? Difficile de le dire… En tout cas si il y avait bien une chose qu’elle souhaitait faire, c’était retourner cette sale marque en leur faveur, faisant un pied de nez aux Cheistams sans chercher à contrôler Tristan.

Ils sortirent donc et lorsqu’elle se rassura au sujet des demoiselles qui traînaient avec Tristan, le Drakkari lui serra la main comme pour confirmer sa confiance. Oui c’est vrai elle n’avait rien fait avec Jordan mais elle n’avait rien fait non plus avec tous ces hommes. Ils n’égalaient pas Tristan dans sa personnalité propre. Il n’y avait pas de bon courant, juste des hommes barbants pensant plus aux plaisirs de la richesse et de la cour qu’à des petits plaisirs simples.

Pourtant, leur discussion fut interrompue par quelque chose de dangereux qui approchait dans leur direction. Cassidy ne pouvait bien évidemment ne rien entendre et tenta de rassurer Tristan mais c’était grave. Bien que lorsqu’ils eurent des informations supplémentaires effectivement ce n’était pas si bien que ça.

Cassidy n’attendit pas et se proposa pour aller aider les gardes. La détermination et la volonté dont elle faisait preuve à ce moment là étaient fortes, il ne serait pas judicieux de la contrarier quand elle a une idée derrière la tête.

C’est donc suivie de Tristan qu’elle eut juste le temps d’empoigner son bâton, pas vraiment le temps pour se changer même si son corset était très dérangeant quand même pour la jeune femme. Elle croisa Tristan qui s’était préparé à sa manière, c'est-à-dire torse nu. Même si elle ne doutait pas des compétences du guerrier, un coup fatal et s’en était fini de lui !

Raison de plus d’être inquiète à le laisser partir tout seul ! D’ailleurs il lui confirma en posant un bras sur son épaule, pas vraiment convaincu à la laisser prendre les devants cette fois là. Mais avant qu’il ne termine, la mage lui coupa la parole, comprenant la gravité de la situation et refusant de se tourner les pouces alors que lui se battait. Et puis elle le savait, ce soir elle ne risquait rien, c’était sûr et certain !

C’est pour cette raison qu’elle était beaucoup plus affirmée dans sa façon de parler, beaucoup plus mature d’un coup, comprenant parfaitement qu’elle ne comptait pas aller au devant du danger. Mais elle le surprit encore une fois, en prenant un énorme élan, s’agrippant à sa nuque pour déposer sur ses lèvres un baiser fougueux. Un baiser plein de promesses qui disait qu’elle ne comptait ni mourir, ni le voir mourir.

Puis la demoiselle se mit à sourire, déclarant qu’elle ne se ferait pas avoir aujourd’hui. Leurs blessures avaient guéris rapidement après tout, aussi bien pour l’un que pour l’autre.

Enfin, ils descendirent sur le champ de bataille et il fallait bien le dire, Cassidy n’avait jamais eu l’occasion d’aller sur ce type de terrain. Elle n’était pas une mage de guerre après tout, alors les tactiques militaire et le reste, elle ne connaissait pas. Le fait de tenir la main de Tristan avait quelque chose de bien rassurant même si ça les gênait.

Pourtant, dès la collision, Tristan se jeta dans la mêlée pour repousser les premières lignes, n’hésitant pas à aller au devant du danger, au moins il lui laissait le champ libre comme ça et le temps d’incanter un bouclier puissant qui repousserait ses assaillants.

Puis, dans la mêlée générale, chacun pouvait se battre de son côté et il fallait être attentif à ce qui se passait en face. Cassidy, pour sa part, se contentait d’aider les soldats en difficulté au grand soulagement de certains qui n’avaient jamais participé à ce genre de combat. Elle non plus bien évidemment mais son expérience d’aventurière lui donnait l’avantage. On est bien loin de l’image de la princesse. Bien que la demoiselle grognait contre cette robe qui l’empêchait d’agir comme elle le souhaitait.

A un moment, un troll donna un vigoureux coup de massue dans sa direction et la jeune femme fit un petit saut en arrière grâce à sa magie et recula de quelques pas, se cognant contre un dos qui n’avait rien de trollesque. Elle se mit à sourire à ce contact, il n’y avait qu’un seul homme qui se baladait torse nu sur ce terrain bien qu’elle continuait à envoyer des sorts et sa panthère se montrait particulièrement efficace, toutes griffes dehors.

Tristan sortit une phrase et Cassidy émit un petit rire, bâton tendu en avant.

« Protège mes arrières, je vais tenter un truc »

C’était un peu nul mais elle savait qu’elle ne risquait rien tant que Tristan était dans les parages. Sa panthère s’occupait de la ligne avant alors que Cassidy ferma les yeux, bâton à l’horizontale, et incantant un sort qui vu sa durée, pouvait être impressionnant.

« Par la flamme éternelle qui brûle
Par le feu ardent de ma volonté
Je t’appelle, viens à moi esprit du feu
Terrasse mes ennemis
Et apporte moi la victoire »


Les trolls semblaient s’être arrêtés et bizarrement redoublaient d’intensité dans leurs efforts lorsqu’ils entendirent une incantation aussi longue. Et ils avaient bien raison mais c’était déjà trop tard. Une forme gigantesque se matérialisa devant Cassidy, un être de flammes qui ressemblait à un dragon sans en être un, poussant un rugissement impressionnant tout en chargeant une bonne colonne de trolls, les brûlant vif dans des cris de douleur avant de disparaître une fois sa tâche accomplie.

Les gardes s’étaient reculés, impressionnés, car les deux partenaires étaient dangereux et il valait mieux ne pas se mettre sur leur chemin pour l’instant vu les attaques qu’ils lançaient à eux deux. Il y avait de quoi être admiratif alors que les deux jeunes achevaient les trolls restant même si il n’y en avait pas beaucoup. Cassidy était réputée pour être une jeune prodige, et là elle le prouvait bien. Quant à Tristan, sa volonté de fer et son expérience montraient bien qu’il était capable de se débrouiller. Bien que le sang de Drakkari agissait pas mal dans ce combat.

Ils furent acclamés en héros et Cassidy entendit les paroles de Tristan en se tournant vers lui avec un sourire non dissimulé bien qu’elle examinait qu’il était tout sale à côté d’elle qui n’avait reçu que très peu de projections. La magie ça a du bon… Surtout quand on sait bien utiliser son bouclier. Ses paroles la touchèrent. Se considérer comme des partenaires.

Elle s’approcha de lui et la jeune femme prit sa main.

« Je peux en dire autant sur toi… Tu es un bon partenaire »

La demoiselle semblait un peu fatiguée quand même. C’est que ça mange la magie ! Mais elle contrôlait plutôt bien tout ça à ce moment et n’était pas au point d’être agonisante. Avant de se détourner de lui tout en fronçant les sourcils pour examiner les cadavres en les tournant avec son bâton, l’air songeur.

Puis, lorsqu’elle vit quelque chose, les sourcils de la demoiselle se plissèrent alors qu’elle demanda à Tristan de venir pour lui montrer du bout de son bâton des runes rouges sur les trois cadavres qu’elle examinait.

« Rune de contrôle… Je connais pas très bien les trolls mais je sais que ce n’est pas leur genre de lancer une attaque de cette envergure… Posséder une ville… ce n’est pas dans leur nature. »

Elle se mordilla doucement la lèvre tout en regardant le ciel, un peu inquiète.

« Si tu veux mon avis… je pense que cette attaque ne devait pas se dérouler de cette manière… »

Cassidy se tourna vers lui pour lui faire part de ses observations.

« Je ne vais pas dire que je me connais en stratégies militaires mais… si vraiment je voulais semer la panique et la confusion, j’enverrais des guerriers coriaces à l’avant pour faire une diversion pendant que le reste s’infiltrerait par l’arrière… C’est bizarre. »

Elle se caressa doucement le menton avant de secouer la tête. Pas le moment de se prendre la tête dessus et puis à eux deux ils avaient sûrement perturbés les plans de leurs adversaires inconnus.

Cependant ils furent assaillis par la foule impressionnée et admirative qui les acclamait, faisait part de leur gratitude. Cassidy resta un peu à l’écart alors que des demoiselles tournaient autour de Tristan, s’appuyant sur son bâton avec un fin sourire sur le visage. Si il avait été vu comme un brigand ces derniers temps, peut être que le vent commençait à tourner pour lui. Utiliser sa force pour une chose juste et protéger les innocents. Au moins il gagnait en respect.

Ils retournèrent à la demeure du baron où celui-ci semblait aussi enthousiasme que les autres, parlant encore et encore avec les deux jeunes gens. Après un bon moment de discussion, la jeune femme leva la main pour réclamer le silence.

« Messire, je demande à ce que nous nous retirions dans nos appartements pour la soirée avec mon garde du corps. Le combat fut rude et nous avons besoin d’une bonne nuit de repos. »

Le baron semblait hésitant à les laisser partir mais le regard de Cassidy était sans appel. Après l’avoir vu se battre, il était certain qu’il valait mieux éviter de se mettre la demoiselle à dos. Qui sait ce qu’elle était capable de faire. Il bredouilla rapidement un accord avant que Cassidy s’incline respectueusement avant de prendre une assiette de victuailles tout en étant suivi par Tristan.

Ils arrivèrent à leurs chambres et personne ne surveillait à ce moment là. La jeune femme sourit. La panique générale avait sûrement chamboulé les habitudes des servants aussi car Cassidy entraîna Tristan dans sa chambre tout en déposant l’assiette de nourriture sur sa commode avant de refermer la porte en la scellant pour ne pas qu’on vienne les importuner.

Elle se tourna vers son Drakkari, un sourire sur les lèvres.

« On aurait besoin d’une bonne douche tous les deux ! Enfin surtout toi. »

Ah oui le sang de troll ce n’était pas trop sexy après tout. La jeune femme s’étira paresseusement avant de jeter un coup d’œil à Tristan.

« Tu n’as qu’à commencer à y aller, je te rejoins »

Elle se mit à sourire doucement de nouveau avant que Tristan ne se dirige vers la salle d’eau. La jeune femme souffla doucement. Ce corset était encore trop serré ! Malgré le fait qu’elle avait détendu les lacets. Elle grogna tout en se déshabillant avant de se diriger vers la douche tout en râlant.

« Je déteste les corsets, j’ai l’impression de m’étouffer là dedans. »

Elle se planta devant Tristan comme si de rien n’était… sauf que… hem… où était passé le maillot de bain de la demoiselle ? Elle avait uniquement garder sa culotte mais avait complètement zappée le haut, trop occupée par l’idée de prendre une bonne douche et de se détendre un peu.

Mais lorsqu’elle se rendit compte que Tristan semblait surpris, elle ne comprit pas tout de suite, grognant un coup avant de se regarder… et de se mettre à rosir en prenant un sourire très gêné qui laissa un blanc. Sauf qu’elle réagit assez… et bien pas comme on le voudrait ! Non elle n’est pas allée prendre la serviette la plus proche, se cacher, se dissimuler. Au contraire un réflexe la fit entrer dans la douche pour se coller contre Tristan pour se cacher contre son torse, les mains devant elle, toujours aussi rouge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Ven 5 Oct - 17:35

Quelle belle bataille !!! Même si à aucun moment ils n’avaient réellement été en danger, c’était tout de même un beau combat. Surtout que la majorité des gardes avaient renoncé assez vite à celui-ci, trop occupé à essayer de sauver leur peau et puis… le duo de choc qui les avait rejoints faisait tellement plus qu’eux qu’ils devenaient quasiment… inutiles. Enfin si, ils avaient une utilité, donner l’impression que le combat était moins démesuré que ce qu’il était vraiment.

Parce que si on avait juste vu ces deux jeunes gens se dresser contre cette armée de trolls, certes le résultat aurait été le même, mais on aurait davantage tremblé pour eux.
Enfin, il ne fallait pas exagérer, une partie de la garde avait tout de même bien aidé… Mais une grande partie avait également dû compter sur le secours de la jeune mage pour s’en sortir en un seul morceau… Quoi de plus normal après tout ? Les trolls avaient la fâcheuse tendance de démembrer leurs ennemis, plutôt douloureux et ennuyeux pour la fuite par la suite.

Mais voilà, le résultat ? La petite mage et son courageux guerrier s’en étaient sorti à merveille, terrassant leurs adversaires. Et oui, ils faisaient quand même des partenaires exceptionnels. Tout le monde avait pu le remarquer de loin. Ce ne ferait qu’une publicité supplémentaire pour l’académie de la jeune femme. Après tout, on est davantage rassuré lorsqu’on place ses enfants, ses proches, dans un lieu protégés par de puissants défenseurs… Et puis… penser que lesdits enfants pourraient atteindre un niveau, ne serait-ce qu’un dixième comparable au leur…ça faisait sans doute rêver bon nombre de parents.

Ca avait tout de même tiré un beau sourire au Drakkari, quand, répondant à sa petite annonce de passer aux choses sérieuses, elle avait lancé son sort à rallonge. Ah pour protéger ses arrières, il les protégeait ! Personne n’avait le droit de toucher à ces jolies fesses à part lui, naaaa !!!! Et certainement pas un troll qui les lui abimerait !!!!!
Elle l’avait regardé d’une manière assez inattendue lorsqu’il l’avait appelée partenaire par contre, à la fin du combat. Son regard témoignait d’un mélange de joie, de fierté, de surprise, de tendresse et de confiance. Regard qui lui allait très bien d’ailleurs, mais qui exprimait tant de choses à la fois.

Il s’était contenté de lui faire un clin d’œil, simplement, pas du tout gêné ou quoi que ce soit. Après tout… C’était Tristan… Même si elle avait eu ce drôle de regard, ce magnifique sourire qui lui retournait le ventre, il ne se laissait pas perturber ainsi. Ou du moins ne le montrait pas… ce qui revenait un peu au même au final…

Ils furent accueillis en héros en effet. Il y avait de quoi après tout. Ces nobles étaient bien incapables de se défendre seuls. Ils n’avaient jamais rien connus d’autres, pour la grande majorité, que le confort d’une vie que le Drakkari qualifierait avec raison de fortement ennuyeuse (pour rester poli), fermée et protégée dans un cocon doré. Peut-être que c’était une bonne chose pour eux, lui ne supporterait pas d’agir ainsi, il le savait parfaitement.
Alors oui, ils étaient applaudis, félicités de toute part.

Les gens se pressaient pour leur serrer la main, leur apporter quelque rafraîchissements ou amuse-gueule à se mettre sous la dent après cette bataille. Tristan pour sa part, surveillait du coin de l’œil Cassidy. Il avait ressenti une légère crispation dans son dos quand il avait effleuré celui-ci, pour la guider en douceur quand ils étaient entrés. Un geste qui passait pour amical, proche, juste complice, qui était bien plus que ceci. Après tout… Il ne pouvait rien lui dire avec tout ce monde autour mais… il était fier d’elle… et se doutait qu’elle devait être un peu fatiguée.

Alors qu’il était assailli par des filles gloussantes de tous les âges, le jeune homme pensa à ce qu’elle avait dit. Elle confirmait ses soupçons. Quelqu’un avait cherché à attaquer l’immense villa. Elle disait que ça n’avait aucun sens, il n’en était pas aussi sûr et tentait de se remémorer les principales personnes susceptibles d’être suffisamment puissantes pour parvenir à un tel résultat, qu’il avait pu croiser. Utiliser les créatures inférieures portait une empreinte bien particulière, celle des Kaärs. Peut-être se trompait-il et le comploteur derrière ces actes était-il tout autre mais il ne perdait rien à y réfléchir un peu.

Moui mais bon, il aurait quand même voulu aller se débarbouiller un peu. Parce qu’effectivement, le grand désavantage quand on est un guerrier, surtout en se battant sans armure et sans bouclier, c’est qu’à se battre ainsi au corps à corps, on finit bien souvent dans un état peu enviable. Lui, évitait les blessures même si sous le drapeau des Kaärs, il portait tout de même une légère armure, presque obligatoire vu sa profession, mais il n’avait pas pu éviter effectivement de se trouver un peu barbouillé de sang de troll.

Heureusement, la demoiselle, semblant lire ses pensées ou le connaitre suffisamment bien ou… vouloir fuir autant que lui cette soirée, se porta à son secours auprès de leur hôte. Celui-ci, au départ récalcitrant à l’idée de les laisser partir, finit pourtant par céder, contraint et forcé… parce qu’il n’avait pas vraiment d’argument valable pour les retenir.
Après tout, les deux jeunes gens venaient de les secourir. Ils n’avaient peut-être pas été blessés, mais avait combattu sauvagement, se fatigant pour les protéger. De plus il était clair que le grand guerrier avait besoin d’une bonne douche et à voir son air fatigué, d’une bonne nuit de sommeil.

Même si au final le teint fatigué n’était pas dû au combat mais réellement à l’attitude des femmes autour de lui, qui commençaient franchement à l’agacer.
Oui, le baron résistait… C’est qu’il n’avait pas envie de voir cette si charmante, quoiqu’un peu effrayante, demoiselle partir, le fuir de nouveau… surtout qu’encore une fois, elle était quand même en bonne compagnie. Enfin, au moins la veille il avait réussi à les séparer. C’est qu’il s’inquiétait un peu… Après tout, elle avait passé la journée avec ce grand et beau jeune homme et si celui-ci prétendait qu’ils n’étaient que collègues, son instinct le poussait à penser « rival ». Enfin bon… il ne pouvait encore une fois pas vraiment s’y opposer.

D’ailleurs, par souci de plaire, il céda à la jolie directrice en précisant qu’il ferait porter à la chambre de celle-ci quelques autres victuailles que celles qu’elle avait prises, dont des desserts et qu’elle pourrait commander tout ce qui lui plairait. Pourtant, la proposition n’avait été soufflée qu’à la demoiselle, pas à son compagnon et le sous-entendu qui se faisait perceptible dans le fond était bien sûr qu’elle pouvait aussi commander… un baron sucré par exemple…

Moui, sauf qu’il ne fallait pas oublier que Tristan avait l’ouïe fine et qu’il entendit tout, s’en amusant beaucoup d’ailleurs même s’il demeurait impassible…
Ils montèrent seuls dans les étages et effectivement, aucun domestique n’était présent pour les observer cette fois-ci.
Il n’eut même pas le temps de faire une petite allusion à son tour, un peu perverse ou quoi que ce soit parce qu’elle l’attirait déjà avec elle dans sa chambre et déposait l’assiette qu’elle avait préparée pour eux et qui se trouverait certainement peu imposante face à ce que le baron comptait apparemment leur envoyer… Enfin LUI envoyer. Au départ, seule la demoiselle était censée en bénéficier.
C’était même bien mieux… Tant qu’on ne toquait pas à la porte du garçon, personne ne se rendrait compte de son absence.

Il avait reposé l’épée contre un mur, l’ayant nettoyée dès la fin de son combat par habitude. Mais alors qu’encore une fois, il s’apprêtait à dire quelque chose, elle le devança et lui dit d’aller prendre sa douche, qu’elle le rejoignait après… C’’est vrai qu’ils en avaient bien besoin. Lui parce qu’il n’était franchement pas présentable, elle parce que ça l’aiderait à se détendre et se requinquer. Il ne chercha même pas à bouder son léger ordre, à s’opposer à sa décision ou à lui voler un baiser, se contentant, très sagement, d’obéir.
C’est qu’il en avait aussi envie là !!! Seule la douche lui permettrait de se sentir bien et il le savait…

Il se déshabilla rapidement, se rappelant de ne pas ôter son boxer à la dernière minute, agissant trop par habitude juste avant. Moui, si elle le rejoignait vu comme elle avait été troublée la veille… Aie aie aie… pauvre demoiselle.
Il commença à se laver, se faisant un premier shampoing pour se débarrasser du sang dans ses cheveux, celui-ci disparaissant rapidement de son torse. Il était bien mieux ainsi, débarrassé de cette sensation collante, gluante, de cette odeur métallique qui avait tendant à réveiller de biens étranges instincts bestiaux chez lui.

Alors qu’il flânait sous l’eau en l’attendant, décidant de l’attendre pour son deuxième shampoing au cas où elle veuille s’amuser à le lui faire, elle le rejoignit. Le jeune homme qui se tenait légèrement courbé sous le jet d’eau chaude, la bouche ouverte, semblant apprécier la sensation de l’eau coulant dans celle-ci et lui échappant aussitôt, se tourna vers la demoiselle quand elle entra et… se figea, écarquillant légèrement les yeux.

Euh… euh… euh… euh…
Y avait comme qui dirait… un petit truc de changé… Jouons au jeu des sept différences !!!! Différence une : ses cheveux, différence deux : son air un peu lunatique, différence trois : son teint bien moins pâle que la veille, différence quatre : sa façon de marcher, bien plus à l’aise que la veille, différence cinq : son soupir de soulagement d’avoir pu fuir de la sorte et tout de même assez tôt, différence six : son regard inquisiteur face au sien surpris… différence sept ?...Ben… elle portait en tout et pour tout une simple culotte, mignonne comme tout certes mais se retrouvait du même coup encore moins couverte que lui et surtout… ben… il avait une vue splendide sur sa poitrine.

Vlaaaannnn, violent coup dans l’estomac, les tripes et quelques neurones en moins.
Tristan ne s’y attendait vraiment pas et n’arrivait pas tellement à saisir ce qui lui valait cet honneur ou plutôt ce… privilège. Néanmoins, c’était quand même un regard d’admiration et de réelle fascination qui avait remplacé celui de franche surprise qu’il avait arboré à son entrée.
Cassidy pour sa part ne semblait… pas comprendre son attitude et ce ne fut que lorsqu’elle baissa les yeux qu’elle comprit. Il se retint de justesse d’éclater de rire. Elle aurait pu en être vexée alors qu’il était clair qu’il ne souhaitait pas se moquer d’elle. Mais franchement… Ce n’était même pas fait exprès ? Elle s’était tout simplement perdue dans ses pensées ?

Mine de rien, non seulement il n’avait pas les yeux dans sa poche mais encore et surtout, il ressentait une grande fierté à l’idée qu’elle puisse être suffisamment à l’aise avec lui pour être capable d’agir ainsi… Ben oui, c’est clair que si elle était encore extrêmement gênée et prude à son égard, elle ne se serait pas retrouvée aussi peu habillée devant lui.
Suite à cette prise de conscience, il s’attendait à ce qu’elle crie, râle, lui demande de se tourner, attrape la serviette près d’elle ou tombe en tentant de sortir rapidement… mais au lieu de ça… Oh et bien apparemment, elle avait décidé de le surprendre… et de le mettre dans tous ses états.

Car malgré son rougissement, ce fut très bravement et aussi rapidement, qu’elle se rapprocha de lui et se colla contre son torse, pour se cacher en partie, pour se rassurer sans doute majoritairement.
Tristan ne put pas sourire pendant les premières secondes d’ailleurs. Non, non, qu’elle se rassure, il n’était pas agacé ou mécontent qu’elle se rapproche… Seulement se coller ainsi contre son torse alors que lui n’était pas plus habillé dans cette zone et surtout à cet instant totalement trempé… ben ça réveillait pas mal de sensations, de terminaisons nerveuses… Qui lui tirèrent un sacré frisson d’ailleurs. Pourtant c’est avec assurance qu’il passa les bras autour d’elle et la pressa doucement contre lui.

- Eh bien damoiselle… Tu cherches à me faire perdre la tête ? C’est plutôt bien parti.


Il lui fit redresser le visage vers lui d’une légère pression sous son menton, lui souriant gentiment, même si c’est vrai, son regard s’était allumé de désir. Mais bon, chaque chose en son temps, chaque chose… en son temps. D’ailleurs c’est tout de même avec calme qu’il posa doucement ses lèvres sur les siennes, reculant la tête plutôt rapidement.

- … Je voulais te dire que j’étais fier de toi, tu étais exceptionnelle tout à l’heure…


Ben quoi ?! Ca faisait plaisir !!! Elle était une mage ! Etre reconnue par un guerrier, dans une bataille, c’était tout de même un sacré compliment !!!
Il lui fit un nouveau sourire et l’incita doucement à se détacher de lui, en profitant pour baisser un peu plus les yeux de nouveau avec cette lueur de petit garçon devant une montagne de cadeaux à Noël.

- Eyh… ne rougie pas princesse… tu es.. enfin… ce n’est pas….


Il secoua la tête.
Aie, dit comme ça elle allait croire qu’il cherchait ses mots car il ne savait comment être honnête sans la blesser. Après tout, elle l’avait bien remarqué, il sortait avec des demoiselles aux forts euh… poumons… Sauf qu’il soupira et pressa doucement ses épaules, se forçant, avec peine, à fixer le sol de la douche, magnifiquement décorée, il fallait le dire.

- Tsss… comment je suis censé me concentrer et parler correctement avec une vue aussi… alléchante hein ?


Il avait dit ça sur le ton de la jérémiade, mais son beau sourire prouvait qu’il était plutôt… pour la vue en question. Pourtant quand il se repencha sur elle pour l’embrasser, c’était avec beaucoup moins de calme, beaucoup moins de maîtrise et s’il parvint à s’arrêter au bout de quelques minutes, se rendant à peine compte qu’il avait reculé pour s’adosser contre un mur, l’entraînant avec lui, un peu à court de souffle, ce fut pour tenter un sourire en coin.

- Tu as… tort de me tenter de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 6 Oct - 8:27

Cassidy était un peu perturbée après la bataille. Oui elle était heureuse d’être considérée comme la partenaire de Tristan. C’était même un immense honneur pour elle. A vrai dire elle n’avait pas pour habitude d’avoir de partenaire, ne souhaitant pas mettre en danger la vie des autres. C’était dans ses principes.

Mais Tristan était un guerrier et tout comme elle, il ne restait pas les bras croisés. Alors autant éviter de faire la poule mouillée. Elle avait souri et s’était même surpasser. Ca ne lui ressemblait pas. Dans un état normal, elle n’aurait jamais eu l’audace d’affronter des trolls. Mais heureusement pour elle, ce n’était pas des trolls des montagnes ou de neige mais une espèce largement moins puissante même si ils étaient dangereux quand même.

Elle lui avait ensuite fait part de ses recherches, un peu inquiète quand même. Mais il était hors de question qu’elle perde son temps à réfléchir là-dessus. Apparemment le ou les agresseurs ne s’étaient pas montrés. C’est vrai qu’après la démonstration des deux jeunes gens, il serait un peu dangereux de tenter quelque chose maintenant.

La jeune femme attendait alors, et même si elle était félicitée aussi, surtout par les gardes qui avaient eu chaud aux fesses quand elle venait leur prêter main forte, elle préférait rester un peu en retrait pour que Tristan puisse en profiter plus qu’elle.

Il était fidèle à lui-même, même si son visage témoignait d’une grande fierté alors que ceux des habitants prenaient des airs de reconnaissance et de gratitude.

Tout le monde rentra à la demeure du baron alors que les conversations allaient bon train. C’est sûr que ça donnait envie de s’inscrire dans cette académie. Avoir d’aussi bons défenseurs était une bonne chose car cela permettrait de se rassurer sur la sécurité des adolescents.

Sauf que Cassidy, remarquant que Tristan avait l’air aussi embêté qu’elle, voyant le sang qui recouvrait son propre corps, demanda l’autorisation de se retirer avec lui. Oui, c’est vrai qu’elle le connaissait suffisamment pour savoir que le jeune homme aimait prendre soin de lui. Et se balader avec du sang de troll toute la soirée n’était sûrement pas dans ses habitudes.

Le baron céda enfin en lui proposant de monter d’autres choses à manger, ce à quoi Cassidy répondit tout en s’inclinant respectueusement devant lui. Mais elle n’avait pas dans l’idée de commander quelque chose. Non hors de question d’avoir ce baron insistant avec elle, cela n’était pas dans ses plans.

Tout ce que Cassidy désirait, c’était passer une bonne fin de soirée avec Tristan, tout simplement. Et surtout qu’ils s’arrangent tous les deux. C’est qu’elle était un peu fatiguée la demoiselle.

Ils montèrent donc à leurs appartements et avec un sourire de satisfaction, Cassidy amena Tristan dans sa chambre. Bah quoi ? Ils n’allaient quand même pas se séparer maintenant ? C’était peut être le cas il y a quelques semaines, enfin elle n’aurait pas accepté qu’un homme vienne dans sa chambre, du moins pas de manière personnelle.

Oui elle avait changé la demoiselle et faisait même preuve de naturel tout en le faisant entrer en prenant soin de sceller la porte. Si on dit pas entrer c’est pas entrer. Elle ne comptait pas avoir une personne curieuse venant ouvrir la porte pour une raison ou une autre. Et surtout si la personne s’amusait à la regarder alors qu’elle était en petite tenue loin de là.

Tristan avait nettoyé son épée en attendant. Lorsqu’elle se retourna, il avait achevé. La jeune femme ne put s’empêcher de sourire, il semblait au moins très soigneux dès que ça touchait à ses affaires. En fait pour le moment ça lui faisait deux épées. Peut être devrait-il revendre la deuxième pour éviter de se balader avec ces objets lourds sur lui.

Sauf que lorsque le Drakkari voulait lui dire un truc, la jeune femme, patiente, lui demanda de passer sous la douche. Ca n’était pas très agréable pour lui-même si il ne le montrait pas vraiment. Autant continuer la conversation quand ils seront propres.

Si lui avait déjà filé sans grogner, peut être à cause de la fatigue, elle était en train de grogner après son corset. Qui commençait à la déranger sérieusement. D’ailleurs en combat certains de ses mouvements étaient saccadés et n’avaient pas autant d’ampleur que souhaité. Oui alors là, Cassidy avait complètement zappé de mettre quelque chose de plus approprié.

L’envie de prendre une douche rapidement et surtout toutes ces familiarités avec Tristan faisaient qu’elle ne s’était pas vraiment posé de questions, se contentant de rappliquer rapidement devant lui, nullement gênée, grognant même contre la rigidité des corsets.

Sauf que Tristan semblait louché tout en la regardant. Enfin il la regardait en était très surpris. La jeune femme fronça légèrement les sourcils en le regardant. Allons bon ! Elle avait fait quoi encore ?

« Quoi ? J’ai encore des marques ? »

Ce n’est qu’en baissant son regard qu’elle remarqua qu’elle avait oublié quelque chose… de quand même assez important. Son regard se fixa ailleurs, se mordillant la lèvre, restant là les bras balants, sans réflexe de se cacher directement comme si l’information remontait à son cerveau et qu’elle cherchait à prendre la meilleure décision. C’est qu’elle était rouge la petite demoiselle !

Sauf que, par un simple réflexe ou une envie, oubliant toutes ses bonnes lectures, elle se colla contre Tristan assez rapidement mais prit soin de placer ses avant bras devant sa poitrine, autre réflexe naturel tout en bredouillant rapidement en respirant doucement pour essayer de se calmer.

C’est vrai, elle lui avait, sans faire exprès, permis d’aller encore un peu plus loin. Comme si ça ne la dérangeait pas. Enfin elle se sentait suffisamment à l’aise pour oublier de mettre le haut et agissait plus naturellement. Quoi qu’il en soit elle progressait rapidement bien que la demoiselle avait peur de la réaction de Tristan, qui était un peu planté là pour l’instant.

Sauf que celui-ci, dans un élan d’assurance, l’entoura de ses bras pour qu’elle vienne un peu plus contre lui et ce qui rendit la petite demoiselle un peu plus rouge. C’est vrai que la sensation devenait un peu plus insistante lorsqu’elle n’avait pas de haut. Elle frissonna doucement, cherchant à trouver quelques repères et fermant les yeux pour se calmer.

Elle lui faisait perdre la tête ? C’était un peu réciproque aussi. C’était aussi valable pour elle alors qu’elle bougeait le moins possible, respirant avec calme pour éviter d’avoir cette envie qui monte au fur et à mesure.

Tristan posa une main sur son menton pour qu’elle puisse le regarder. La jeune femme rouvrit les yeux, toujours un peu rouge, se demandant toujours comment elle devait réagir. C’est qu’elle devait être très fatiguée. Elle aperçut les yeux de Tristan rempli de désir et d’envie alors qu’il posa tout gentiment ses lèvres contre les siennes avant de s’écarter rapidement.

Un nouveau frisson arracha Cassidy qui semblait tenter de garder contenance alors qu’il se concentrait à lui parler d’autre chose. Qu’elle était exceptionnelle. Ah oui, la demoiselle était encore plus rouge, qu’il le reconnaisse. Oui venant de sa part c’était un énorme compliment et elle s’apprêta à lui répondre mais il se dégagea un peu d’elle pour mieux profiter de la vue.

Et c’est vrai qu’il regardait bien en détail même si elle n’arrivait pas à déterminer ses pensées, lui n’aidant pas. Bah oui elle n’avait pas autant de poitrine que les autres ! Donc rapidement la jeune femme ramena un peu ses bras pour se cacher, mais hésitant un peu. Enfin elle ne savait pas du tout comment réagir ! La logique aurait voulu qu’elle aille chercher une serviette mais maintenant que c’était fait… Et bien elle n’avait plus grand-chose à cacher.

Sauf qu’il semblait assez embarrassé le grand Drakkari, tentant de regarder ailleurs tout en posant les mains sur ses épaules. Cassidy ne savait pas quoi dire, pas quoi répondre. Que pouvait-elle dire ? Apparemment elle était perturbante et la demoiselle s’apprêtait à répliquer lorsque Tristan ne lui en laissa pas le temps, se pencher vers elle pour l’embrasser mais beaucoup moins sagement cette fois, lui tirant une envie encore plus grande.

Après quelques minutes où elle se laissa faire, et c’est vrai que leurs deux corps comme ça était une source permanente d’envie, il l’entraîna contre un mur, comme si il essayait de se contrôler à grand peine alors qu’elle le regardait, et bien assez étrangement. Partagée entre l’envie de continuer elle aussi, parce que mine de rien ça lui plaisait, et de réflexion.

Cette fois, elle eut l’occasion de parler.

« Heu… tu sais… ce n’était pas dans mes intentions de te tenter… Je savais pas que… »

Elle passa doucement sa main dans ses cheveux blonds, laissant l’eau qui leur coulait dessus se déverser sur son corps, toujours un peu rougissante et ne sachant pas sur quel pied danser.

« Je vais mettre mon haut si c’est… trop gênant »

Sauf que le Drakkari la caressa doucement, ce qui lui tira un léger gémissement suivi de quelques frissons qui l’empêchèrent de mettre son action à exécution. Elle se colla de nouveau contre lui, cherchant à calmer sa respiration qui commençait à s’emballer.

« C’est pas facile… de… de résister »

Elle se mit à sourire doucement, fermant les yeux pour se concentrer.

« Je ne veux pas que… »

Pas le temps de finir sa phrase. Tristan l’embrassa alors une nouvelle fois, ce qui brisa la limite de la jeune femme, s’abandonnant petit à petit à lui, sans montrer la moindre résistance. Elle se fit ensuite plus entreprenante, l’embrassant à son tour avec conviction, les bras dans sa nuque, alors que leurs deux corps nus lui attirait des frissons de plus en plus… insistants.

D’ailleurs ils semblaient avoir autant envie l’un que l’autre alors que ça commençait à monter crescendo. Cassidy était toujours les bras autour du cou à Tristan alors que lui commençait un peu à la tripoter, ce à quoi elle ne se crispa même pas, emporter dans un élan qu’elle n’arrivait pas à arrêter.

Ils continuèrent comme ça pendant un petit moment, enchaînant l’un et l’autre. C’était à se demander qui avait le plus envie d’aller plus loin. D’ailleurs alors que Tristan collait Cassidy contre un mur, elle sentit le changement au niveau du bas de la ceinture chez Tristan. Mais sûrement la faute à la fatigue, ou bien à autre chose, c’est à peine si elle semblait choquée et perturbée même si elle s’en rendit compte en rougissant à nouveau mais sans pour autant s’écarter.

Bah… elle finirait bien par s’y habituer. C’est ce qu’elle se disait. Et puis ce n’était pas désagréable ce qu’il faisait. Parce qu’elle non plus ne se limitait plus, agissant par instinct, sérieusement envie d’aller plus loin maintenant.

Malheureusement, Tristan, en poussant un peu Cassidy contre un autre mur, ne remarqua pas le levier qui contrôlait la température de l’eau. Cassidy se retrouvant contre celui-ci, accidentellement avec son corps, ou plutôt son dos, déclencha l’arrivée d’eau froide.

La jeune femme semblait prendre une douche glacée et poussa une petite exclamation. Brusque changement de situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 7 Oct - 10:07

Fuite stratégique, fuite… stratégique. Non mais franchement, après un tel combat, un tel acte de bravoure, ils avaient bien le droit de se reposer un peu non ? S’y opposer aurait été bien impoli. Enfin… acte de bravoure… Tristan ne trouvait pas vraiment que c’en était un. Après tout, lui, il s’était amusé. Se battre était devenu un jeu, ou alors tout simplement, cela n’avait jamais cessé d’en être un à ses yeux. Mais c’était différent. Là, ce n’était pas des humains et puis les trolls, proliférant, surtout dans les contrées du sud-est, motivés par une idée, ne quittait celle-ci que d’une seule façon : la mort. S’ils avaient cherché à en épargner, ça n’aurait au final, servi à rien.

Enfin bon… Alors oui, ils avaient fui plus ou moins. Cassidy, très polie, bien plus assurée et à l’aise, il trouvait du moins, qu’auparavant, avait demandé à prendre congé. Etait-ce lui ou elle était transfigurée la petite demoiselle ? Elle avait beaucoup changé certes, depuis qu’ils s’étaient revus à l’Académie après près de 13 ans de séparation, mais il lui semblait que les évolutions les plus importantes se faisaient… depuis… ce qui s’était passé entre eux réellement. Depuis qu’ils formaient une espèce de couple.

Cette simple idée lui faisait un étrange effet. C’était à la fois absurde, stupide, surprenant, doux, réjouissant. Il n’arrivait juste pas à comprendre pourquoi et surtout comment.
C’est vrai, il y a encore quelques jours ils se faisaient mutuellement souffrir et pas qu’un peu. Lui en l’ignorant, elle en sortant avec un type qu’elle n’aimait même pas.
Pourquoi avaient-ils commencé ce jeu là ? Parce qu’elle ne savait pas du tout comment s’y prendre avec lui et avait donc choisi de suivre son fichu bouquin ? Bah après tout, elle avait sans doute un peu raison dans le fond. Elle lui avait dit qu’elle… l’aimait et il était resté sourd en quelque sorte à sa déclaration.

Enfin sourd était un bien grand mot. Les sels de bains avaient prouvé l’attirance vive, presque incontrôlable qu’il avait pour elle. Même s’il s’était efforcé par la suite de faire comme si de rien n’était. Oui… c’était bizarre. A tel point qu’il avait parfois l’impression qu’on lui avait lancé un sort.
S’il l’avait ignorée ou s’était efforcé de le faire alors qu’elle le narguait au bras de Jordan c’était parce qu’il refusait d’admettre ce faible qu’il avait pour elle. L’amour rend faible, il le savait parfaitement, et pourtant il était tombé dans ce piège à pieds joints. La chute n’en serait que plus douloureuse.

Alors oui, depuis qu’il s’était déclaré à son tour, de manière très étrange, c’est vrai, il avait l’impression d’évoluer dans une espèce de rêve, comme s’il ne contrôlait plus vraiment ses gestes, que ceux-ci étaient guidés par son subconscient, pour ne pas dire son instinct… c’était… vraiment étrange comme sensation.

Bref ! Ils étaient entrés dans la chambre de la jeune femme et c’est bien rapidement qu’elle l’avait envoyé se doucher, annonçant qu’elle le rejoindrait plus tard. Il ne s’était pas fait prier, désireux de se débarrasser au plus tôt de tout ce sang mais encore et surtout du « goût » de la bataille qui lui restait sur la langue et lui donnait encore envie de se battre. Dans ces conditions, comment rester calme et gentil hein ?!
Ce fut alors qu’il avait bien avancé dans sa douche qu’il entendit la voix de la demoiselle. Comme elle râlait, arborant une mine boudeuse, sa voix était un peu plus aigüe que d’ordinaire, lui donnant des airs de petite fille alors qu’il se tournait vers elle.

Ah ben oui les corsets, ça n’avait rien de réjouissant, surtout qu’il avait pu voir qu’elle n’était vraiment pas à l’aise dans ses mouvements avec ceux-ci. Elle était plus ou moins en train de les maudire mentalement à voir son expression. Mais cette fois-ci justement, il ne put pas vraiment s’attarder sur son visage. Oui oui, elle avait un visage adorable, beaucoup d’expressions faciales qu’il trouvait amusantes, touchantes, mais euh… là elle était quand même bien trop déshabillée pour qu’il se soucie vraiment… de son visage. Tristan était surpris et c’est vrai que sur le coup, il ne comprit pas. C’était à la fois une belle surprise, un certain cadeau en quelque sorte, une preuve qu’elle était de plus en plus à l’aise avec lui et une torture assez délicate parce qu’il ne savait trop s’il adorait ou… souffrait de cette vue justement.

Mais au final, la demoiselle semblait tout simplement ne pas avoir fait exprès. Ce qui, même s’il en fut amusé, le dépita pas mal. AAAAAHHHH !!! Si elle commençait à faire ceci avec n’importe qui ça n’allait pas être drôle du tout !!!!
En tous les cas, si au départ elle ne semblait pas comprendre son attitude assez raide et… surprise, quand elle baissa les yeux sur son propre corps, elle eut tout loisir de se mettre à rougir et ne s’en priva d’ailleurs pas le moins du monde.

Sauf que soit elle était totalement perdue et agissait à l’instinct, soit elle souhaitait en continue, repousser ses propres limites, car au lieu de pousser un cri de surprise, de fuir la salle de bain, de se cacher, elle se rapprocha de lui. Bon, c’est vrai qu’en quelque sorte c’était une manière de se cacher justement mais c’était aussi très révélateur sur… ses sentiments à son égard. Après tout, décider de trouver refuge, réconfort entre ses bras, c’était une belle façon de dire qu’elle s’y sentait en sécurité, non ?

Heureusement tout de même elle maintenait une sorte de barrière entre leurs corps au moyen de ses avant-bras, mais tout de même, c’était déjà très différent de la veille. Ne se vexant pas de ce geste, encore une fois très amusé, et assez… hum… éveillé suite à cette trrrèèès jolie vue, Tristan, pas le moins du monde gêné, avait entouré la petite mage de ses bras, comme pour la protéger… ou pour profiter, ça restait à voir.

Oui, elle lui faisait perdre la tête. Et c’était encore plus déstabilisant pour lui. Jamais pour une seule femme il n’avait eu ce manque de contrôle de lui-même. Il réussissait à prendre du recul d’ordinaire mais avec elle… non, c’était impossible.
Il l’avait embrassé tout doucement et s’était efforcé, bien difficilement, de changer de sujet pour la remettre plus à l’aise. Mais qu’on ne s’y trompe pas, le jeune homme avait l’esprit encore sacrément en émoi !
Alors oui, il lui disait ce qu’il pensait, à savoir qu’elle avait été tout simplement extraordinaire sur le champ de bataille et bien sûr que c’était un beau compliment de la part d’un guerrier. Seulement ce n’était pas parce qu’il était son…compagnon qu’il le lui disait, mais bel et bien parce qu’il le pensait tout simplement.

Par la suite, il se recula un peu pour la regarder. C’était autant pour profiter du moment, c’est vrai, que pour la mettre un peu plus à l’aise aussi. Selon lui, elle n’avait vraiment pas à rougir de son corps, surtout vu à quel point elle lui nouait le ventre et lui anéantissait toute forme de raisonnement, lui qui pouvait être si réfléchi se sentait devenir aussi réfléchi qu’un troll !
Arrrghhhh !!!! Là il tombait bas !!! Enfin, il n’avait pas encore leurs pulsions barbares au moins…

Non, elle n’avait pas à avoir honte… Vraiment pas…
L’amour rend aveugle, peut-être mais Tristan était loin de l’être. Il savait que physiquement il était extrêmement attiré par elle, l’alchimie jouait beaucoup, mais c’est surtout également parce qu’elle répondait à des critères qu’il appréciait beaucoup voilà tout. A son grand plaisir d’ailleurs…
Enfin bon… elle était vraiment attirante et il eut toutes les peines du monde à se rappeler le respect qu’il s’était promis de conserver envers elle, respect qui voulait qu’il détourne les yeux, entreprise bien fastidieuse !

Renonçant au discours, il s’était alors mis à l’embrasser, seul moyen, selon lui, de rompre le silence pesant qui s’était installé entre eux. Oh… ça marchait… très bien. Ils finirent par s’arrêter un peu et elle lui sourit timidement, annonçant qu’elle n’avait pas voulu le tenter, ce à quoi il répondit d’un léger soupir et d’un regard appuyé. Si elle n’avait vraiment pas voulu le tenter, elle ne serait pas venue se doucher avec lui tout simplement. Mais il n’était pas contre au contraire, lui était ravi ! Ne le comprenait-elle pas ?

Elle sortit alors une phrase horrible, comme quoi elle allait s’habiller davantage si c’était trop gênant. AAAAHHH !!!! Blasphèmeee !!! Ce n’était pas gênant ! C’était tentant ! Et ça le rendait… impatient, mais il n’était nullement gêné voyons !!! Sinon il ne la tiendrait pas contre lui. D’ailleurs, mécontent de ces quelques mots, il se retint de l’exprimer verbalement et avec un sourire de comploteur, glissa doucement ses mains le long de son dos. Ahahaha !!!! Bien sûr que ça faisait frissonner ! C’était fait exprès, sourire innocent de la part du guerrier cette fois-ci.

Sauf qu’elle arrivait encore à parler ! Eh ben !!! Costaude la petite demoiselle ! Elle lui disait quoi ? Que ce n’était pas facile de résister ? Résister à quoi au juste ? Elle s’était collée davantage contre lui et il sentait contre son torse, sa respiration plus saccadée. Elle commença d’ailleurs une nouvelle phrase, qu’il ne prit pas le temps de comprendre. Elle ne voulait pas quoi après tout ? Qu’ils aillent trop vite ? Le gêner ? Qu’ils fassent n’importe quoi ? Ou alors elle ne voulait pas sortir de la douche ? Hum… Difficile à dire. En tous les cas, il se mit à l’embrasser.

Eyh oui, le Drakkari n’était pas un adepte des longs discours et généralement, ses gestes parlaient pour lui, comme le prouvait ce long baiser volé mais… qui n’avait pas l’air d’être mal apprécié.
Elle céda rapidement sous son baiser, preuve qu’il était au final certainement attendu, même inconsciemment. S’il gardait sagement ses mains sur sa taille, elle finit par décroiser les bras de devant elle et par les passer autour de son cou. Si c’était autant pour avoir une certaine prise sur son compagnon et pour le forcer à baisser un peu plus la tête, Cassidy dut être victime, du même sursaut que lui lorsque leurs corps se frôlèrent enfin « véritablement ».

Tristan, qui ne comprenait encore une fois pas les réactions du sien, pourquoi il était aussi sensible au moindre frôlement de la jeune femme, resserra d’ailleurs un peu plus ses bras sur elle, l’attirant de ce fait davantage contre lui… mauvaise idée s’il avait l’intention de faire diminuer l’espèce de multitudes d’aiguilles électriques qui lui parcourait l’échine.
Ca devenait totalement épique là ! Heureusement qu’il était contre un mur, ça lui permettait d’avoir un soutien là, ses genoux avaient fortement molli l’espace d’un instant alors… merci monsieur le mur !

D’ailleurs malgré ses promesses muettes de faire attention à elle, de prendre soin d’elle, souci de l’autre qu’il n’avait encore jamais eu, le jeune homme ne put pas retenir plus longtemps ses mains qui commençaient à glisser sur le corps de la demoiselle un peu trop tentante. Et par tous les dieux, c’était juré, il ignorait qu’il pouvait avoir autant de sensibilité dans les mains ! C’était nouveau ça !!!!
En se rendant compte d’ailleurs qu’il était de plus en plus entreprenant il se morigéna, trouvant son attitude déplacée mais comme Cassidy ne se crispait même pas et au contraire, semblait apprécier… il abandonna rapidement l’idée que justement c’était une mauvaise chose. Bon il fallait des limites, mais elles étaient déjà moins… grandes.

Qui avait le plus envie d’aller plus loin ? Difficile à dire. Même s’il crevait littéralement d’impatience, Tristan avait décidé de faire des efforts, d’être différent avec elle et justement, c’était lui qui veillait sur les limites. Parce que la jeune mage pour sa part, ne sachant tout simplement pas où pouvaient se trouver celles-ci, sans doute prise d’un ras-le-bolisme d’avoir attendu aussi longtemps, ne donnait franchement pas l’impression de vouloir se contenter de… baisers… D’ailleurs… Vu comment il l’embrassait aussi…

Tristan avait même fini par plier les genoux, attrapant sa compagne en la soulevant rapidement, la calant contre lui, dos contre le mur, une main occupée à la maintenir ainsi, le visage à hauteur du sien, mais l’autre euh… un peu plus baladeuse disons. D’ailleurs, c’est la respiration saccadée qu’il avait fui ses lèvres depuis quelques secondes et semblait s’amuser à lui rappeler quelle douce torture pouvait s’avérer être les baisers dans le cou. Il ne faisait même pas attention à l’eau qui continuait de se déverser sur eux et les faisait parfois à moitié s’étouffer quand ils s’embrassaient avec un peu trop de conviction. Mais oui… elle avait dû sentir ce changement « métabolique » chez le jeune homme, parfaite expression de ce qu’il ressentait pour elle à cet instant.

S’il se rendit parfaitement compte qu’elle ne se crispait pas, ne perdait pas ses moyens ou autre, il ne lui en fit pas part, trop occupé à continuer de l’embrasser, de la tenter et de se tenter par la même occasion. C’est vrai qu’il faisait vraiment chaud dans cette salle de bain, la buée sur le grand miroir n’était d’ailleurs certainement pas due qu’à la vapeur d’eau.
C’est alors qu’il glissait sa main libre sur son ventre, glissant un peu contre le mur, que le Drakkari fit s’appuyer sa compagne contre le levier de température de l’eau qui s’en trouva… abaissé.

Ils prirent alors une sacré douche froide et s’il fit un bond en arrière, ce fut tout de même en serrant la jeune femme dans ses bras comme pour la protéger. Mais rapide, il passa tout de même très vite la main dans son dos et coupa tout simplement l’arrivée d’eau. Ah non, la douche froide, quand on a si chaud et qu’on se sent si bien, ce n’est vraiment, mais alors vraiment pas agréable… et ça coupe pour ainsi dire… tout cet abandon à l’autre.
Tristan s’ébroua en frissonnant et contre toute attente, se mit à rire, se frottant la mâchoire d’une main, l’autre passée dans le dos de la mage alors qu’il l’avait reposée au sol.
Bah quoi, c’était drôle quand même ? Comme si le destin les rappelait un peu à l’ordre.

Il baissa d’ailleurs les yeux sur elle et lui fit un gentil sourire même si bien sûr, une pointe de déception suite au fait que ce bon moment ait été écourté, brillait dans ses yeux. Se penchant gentiment sur la demoiselle, il déposa un baiser tout simple sur ses lèvres et se redressa.
Bien sûr que ce n’était pas agréable d’être interrompu ainsi. Ils auraient eu besoin de faire descendre ce fichu désir qui les abrutissait, au fur et à mesure. D’un coup comme ça, c’était frustrant, déstabilisant et presque douloureux physiquement… Sacrée perte tout à coup.
Tristan s’écarta doucement, respirant calmement et après avoir rétabli l’eau chaude, attrapa un shampoing, de nouveau un léger sourire aux lèvres.

- Eh bien eh bien… Quelle cruelle façon de s’arrêter… Mais c’était sans doute nécessaire.

Après tout, oui, ils auraient dû faire redescendre le tout doucement… sauf que la motivation pour était loin d’être présente vu la façon dont ils s’embrassaient.
Semblant décidé à laisser ce moment derrière eux et à ne pas le raviver, conscient qu’il avait totalement oublié les limites qu’il s’était fixé, le jeune homme entreprit donc de lui faire un shampoing gentiment, évitant de trop la fixer et il la laissa d’ailleurs terminer seule, se dépêchant de sortir de la douche en prenant à peine le temps de se sécher, une serviette autour de la taille.

- Prends ton temps princesse…


Une fois dans la chambre même, il poussa un profond soupir et alla s’appuyer contre la grande fenêtre, posant son front sur la vitre. Le léger reflet qui lui était renvoyé lui montrait le garçon frustré qu’il s’était efforcé de ne pas laisser paraître devant sa compagne. Il sourit et se frotta de nouveau la mâchoire. C’était tellement étrange… Jamais il n’avait été aussi frustré, impatient et prompt à perdre les pédales… jamais. Et ça l’inquiétait… qu’il soit aussi attiré par elle passe encore, mais il fallait faire attention, il le savait parfaitement.

Avisant le bâton de la jeune femme, il voulut le ranger à côté de son épée et distraitement posa la main dessus pour le déplacer. Il ne dut qu’à un réflexe acquis dans les cachots des Cheistams de ne pas pousser un hurlement de douleur qui aurait averti la demoiselle toujours dans la douche. Retirant vivement sa main, il fixa la crispation de ses muscles et ses veines devenues beaucoup trop apparentes et… carrément noires, plus du tout bleutées, courant sur sa peau comme si un poison mortel s’était répandu dans ses veines.

Ceci le ramena bien davantage à la réalité et le danger dans lequel il se plaçait mais encore et surtout LA plaçait. Portant cette même main, la droite, à son torse, il frotta l’endroit où apparaissait sa marque. Oui… bien sûr, c’était tout à fait logique, il aurait dû y penser. Il déplaça donc finalement l’objet mais après s’être enveloppé la main dans sa chemise.Oui, c’était parfaitement logique, et une preuve encore une fois qu’il faisait une grossière erreur. Ca pouvait se déclencher… à tout moment. Cette magie.. c’était la sienne. Qu’est ce qui lui disait qu’elle ne pouvait pas lui provoquer le même effet simplement en le touchant. La brûlure dans sa main commença à s’apaiser, son bras reprenant une fore « initiale » et le jeune homme se décida à ne rien lui dire. Ce n’était pas utile de toute façon. Ils passaient un bon moment, inutile de le gâcher.

Il termina finalement de se sécher et se changea, restant tout de même torse nu. Ben après tout, fallait bien qu’elle en profite non ? On toqua à la porte et il se crispa légèrement. Mais c’était la voix d’un jeune domestique qui annonçait qu’il avait mis devant la porte un charriot avec tout un assortiment de plat que la demoiselle serait libre de prendre dans sa chambre quand elle voudrait, que lui la priait de bien vouloir l’excuser, qu’il retournait au gala pour le service.

Tristan se fit attentif et une fois que les pas se furent suffisamment éloignés, il ouvrit la porte et récupéra ledit charriot effectivement chargé d’une multitude de petits assortiments salés et sucrés qu’ils auraient tout loisir de goûter, avant de refermer derrière lui. Laissant le charriot près du lit, il monta sur celui-ci et s’allongea sur le dos, fixant pensivement le plafond en attendant la jeune femme, laissant la fatigue le rattraper. Au moins la frustration l’avait quitté…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 7 Oct - 12:31

Elle avait un peu changé, c’était certain. Plus ouverte, plus assurée. A croire que d’avoir Tristan à côté d’elle lui était bénéfique. Parfois il suffit d’avoir la bonne personne pour changer ses petits défauts ou se convaincre à faire des efforts. D’ailleurs, Cassidy avait du mal à se reconnaître parfois.

Bien sûr, elle faisait preuve d’une certaine aisance jouée lorsqu’elle était aventurière, pour qu’on lui fiche la paix mais ça n’avait pas le même impact. Là elle le ressentait réellement ce changement et se surprenait à penser que si Tristan n’était pas là, elle serait toujours aussi coincée.

C’est donc un peu par mégarde qu’elle arriva dans la douche à moitié nue. Sans vraiment faire exprès c’est vrai. Mais la confiance qu’elle accordait à Tristan était tellement grande qu’elle avait complètement oublié sa pudeur pour le coup, toute occupée à blâmer les corsets.

Mais était-ce une bonne chose ? Bien sûr pour elle c’était très encourageant. Mais elle ne savait pas comment ça fonctionnait un garçon. Est-ce que l’effet était le même avec tous ? Ou est ce que c’était uniquement avec Tristan ? A vrai dire elle ne savait pas vraiment et contrôlait à grand renfort de respiration calme son envie de se retirer.

Non elle devait faire des efforts. Pour lui. Parce qu’elle l’aimait. Parce que pour elle, elle avait entendu dire que c’était normal de se montrer comme ça aux yeux de son compagnon. Pour dire la vérité, elle ne pensait pas se montrer aussi rapidement mais il fallait croire que la fatigue pouvait être une bonne excuse.

Alors, au lieu de reculer, elle avança vers lui. Mais tout en se protégeant avec ses mains pour éviter un contact trop violent. C’est que c’est quand même intime comme partie. Et puis, vu comment elle frissonnait quand leurs corps rentraient en contact, il était évident que sa poitrine contre son torse aurait un effet des plus… explosif sûrement.

Même si il l’attira vers elle, cela eu le don de la calmer un peu, comme si elle ne devait pas craindre ce qui lui arriva et même si elle voyait que Tristan ne se dérangeait pas pour la regarder, admiratif, comme si elle était la plus jolie femme sur Ascadian. Mine de rien ça fait vraiment plaisir.

Tristan tenta de parler d’autre chose, mais en regardant la femme à moitié nue, il ne put s’empêcher de perdre ses moyens, laissant le silence s’installer entre eux alors qu’elle hésitait à remettre ses bras ou à se laisser regarder. Et puis finalement, la demoiselle préféra le laisser profiter. Parce que c’est vrai, quand il la regardait, ça ne donnait pas envie de se cacher loin de là. Et jamais elle n’avait éprouvé ça. Jamais elle n’avait éprouvé le besoin de se montrer, d’être regardée… comme une femme.

Elle se considérait avant tout comme une mage, une humaine mais une femme… parfois elle oubliait cette partie.
Sauf qu’elle constatait que Tristan semblait hésiter lui aussi. Alors elle lui proposa de se rhabiller, peut être un peu honteuse, loin de là de savoir qu’il appréciait et que c’était un beau cadeau en fait. Alors le garçon se rapprocha d’elle pour lui caresser doucement le dos, ce qui provoqua quelques frissons et un léger gémissement de la part de la demoiselle, tentant de rester… enfin de se contrôler un minimum quand même !

Cassidy voulut lui dire un mot, une phrase, peut être pour détendre un peu l’atmosphère ou se concentrer sur autre chose. Mais quand il l’embrassa avec autant de conviction, la demoiselle fut bien obligée de capituler, cédant à ce baiser volé qu’elle espérait peut être un peu inconsciemment. C’est vrai que la chaleur, la vue de leurs deux corps, leurs contacts n’arrangeaient en rien les choses.

La tête lui tournait mais c’était agréable. Elle perdait ses repères et s’abandonna, passant les bras autour de son cou pour mieux profiter de ce baiser. Sauf qu’en faisant ça, elle ne fit pas attention au rapprochement dangereux de leurs corps qui, pour cette fois, étaient vraiment rapprochés. Et lorsque les deux se touchèrent, la jeune femme eut un sursaut alors que son cœur se mit à battre un peu plus vite et que des milliers d’aiguilles s’amusaient à recouvrir son dos et son ventre.

Par tous les dieux, c’était quand même très agréable ! Même si elle ne connaissait pas cette sensation, elle n’avait pas envie de l’écourter. Non au contraire, elle se fit même plus fougueuse dans ses baisers. De l’envie sûrement, du désir aussi. Elle ne contrôlait plus ses pensées, ne réfléchissait plus, agissant par instinct et laissant monter en elle ce désir. Quand quelque chose est agréable, tout ce qu’on veut, c’est le prolonger.

Les baisers qu’il lui donna dans le cou contribuèrent à faire monter son désir. Très cruel… Elle se mit à gémir un peu plus, fermant les yeux pour éviter l’eau qui lui coulait sur son visage, s’occupant de faire glisser ses doigts sur ses bras et son torse. Ah oui, si Tristan était attentif, il pouvait quand même reconnaître que la demoiselle était bien loin d’être coincée là.

Les mains de Tristan se firent plus baladeuses et elle étouffa un nouveau gémissement de plaisir. Non mais… elle regarderait la scène de loin, la jeune femme ne se reconnaîtra pas à travers les réactions qu’elle avait. C’était comme si son corps le réclamait, comme si les mains de Tristan lui procuraient de nouvelles décharges qui n’avaient rien de désagréable, au contraire. Et comme si elle lui demandait aussi de continuer, se rapprochant toujours un peu plus de lui. Cela donnait l’impression d’être dans un rêve très agréable. On se doute un peu que les rêves de la jeune femme ne seront plus les mêmes après ça…

Tristan ne s’arrêta pas là et la souleva du sol pour qu’elle se mette à sa hauteur, ce qui était bien pratique. Il continua alors les baisers dans le cou tout en continuant de parcourir son corps alors que la jeune femme avait la respiration saccadée, de plus en plus chaud alors que les effets de son corps montaient crescendo. Toujours un peu plus tentée, toujours un peu plus d’envie.

Il posa la main sur son ventre alors qu’elle frissonna à nouveau, tout son corps engourdi de cette sensation nouvelle alors qu’elle gardait les yeux fermés. Ah oui… elle avait envie et pas qu’un peu. La jeune femme tenta de parler, prête à franchir le pas.

« Tris’… je… je… »

*Je veux qu’on le fasse…*

Sauf que, malicieux destin, étant adossée contre le mur, elle poussa le levier qui amena de l’eau froide sur les pauvres jeunes qui n’avaient rien demandé. Tristan la serra un peu contre elle pour la protéger de cette attaque soudaine alors que la conscience revint peu à peu. Même si la jeune femme mettait un peu plus de temps à émerger.

« Atchiiiiiiiii ! C’est froiiiiiiiiiiiiiiiiid ! »

Tristan éclata de rire, semblant reprendre ses esprits lui aussi. Apparemment il semblait aussi un peu déçu, alors qu’elle semblait peut être un peu perturbée mais déçue aussi. C’était tellement agréable au final… Elle poussa un grognement quand il dit que c’était nécessaire.

« Moui… mais n’empêche… c’est quand même agréable. »

Elle se rappela un peu des sensations éprouvées. Oui, rien ne lui faisait autant de bien, pas même un biscuit au chocolat. C’est peut être aussi parce que c’est tout nouveau pour elle. Même si elle savait très bien qu’elle devait encore et toujours, attendre. Même si elle se mit à rougir parce que là, au vue de leurs ébats, elle avait envie d’aller plus loin. Pas à cause des sensations qu’elle éprouvait, enfin si un peu, mais surtout… parce qu’elle savait que le faire avec Tristan… serait bien. Mais vraiment.

Il lui fit un shampoing et la demoiselle se laissa faire, regardant son propre corps bien dénudé, poussant un autre léger grognement.

« Bon ben… ça au moins c’est fait. »

Elle se mit à sourire doucement, se surprenant elle-même alors que le garçon préféra sortir pour qu’elle puisse finir plus tranquillement. Peut être que la vue pouvait lui donner envie de recommencer aussi. Même si après le coup de chaud, elle n’avait pas bronché en se recouvrant. Ca il devait bien le reconnaître.

Il sortit et la jeune femme se mit à soupirer lentement, un peu perdue dans ses pensées. C’est qu’il lui faisait de l’effet le Drakkari ! Mais elle se demandait quand même quelque chose. Si lui ne voulait pas faire quand elle en avait envie, ça voulait dire quoi ? Qu’il avait peur ? Qu’il ne voulait pas la blesser ? Que se passerait-il le jour où elle lui demanderait de passer à l’acte ? Et si il refusait ?

Elle termina son shampoing, le regard dans le vide puis passa ses mains au dessus de l’eau qui coulait. La chaleur était revenue… c’était chaud… agréable.

*Aiiiiiiiiiiiiiiieuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh !*

Elle recula vivement sa main gauche de l’eau et manqua de glisser sur le carrelage tellement la douleur l’avait surprise. La demoiselle secoua la tête tout en poussant un grognement discret. C’était quoi ça ?

Cassidy regarda l’eau qui coulait, et sa main gauche qui tremblait un peu avant de se plier en deux tout en fermant les yeux. Elle venait de se brûler ?! Une main ? Pourquoi ? C’était la sortie d’eau qui devait avoir des ratés peut être… Quoi qu’il en soit, si elle se brûlait, c’était quand même pas vraiment agréable alors qu’elle se mordit doucement la lèvre inférieure avant de se dépêcher de terminer sa toilette, mais évitant soigneusement d’utiliser sa main gauche dont la douleur continuait d’affluer.

Elle enfila la nouvelle nuisette qu’ils avaient acheté avant de sortir en trombe de la salle de bain, laissant négligemment sa main gauche en retrait tout en se dirigeant vers son sac. Elle grognait.

« La sortie d’eau a des loupés j’ai l’impression… »

Cependant, lorsqu’elle se pencha pour récupérer son sac, la demoiselle regarda son bâton. Etre mage, c’est être observateur et tiens… elle n’avait pas posé son bâton ici ?! La demoiselle resta silencieuse un instant et prit délicatement son bâton dans sa main droite pour examiner un truc qui avait attiré son attention dessus. Elle ne parlait pas, n’ouvrit pas la bouche mais reposa le bâton comme si de rien n’était.

Puis elle prit son sac et sourit en regardant Tristan étalé sur le lit. Avant de grogner à nouveau en sortant une fiole et un bandage de son sac. Elle posa la mixture sur la paume de sa main, avant de la bander soigneusement. Tiens… c’était pas rouge ? Bizarre…

Tristan semblait l’observer et comme elle savait qu’il s’inquiétait toujours un peu pour elle, la demoiselle le rassura rapidement.

« C’est rien… J’ai du me brûler avec l’eau. Rien de grave, d’ici une demi heure, ça devrait partir… »

Elle regarda un peu sa main, tout en semblant réfléchir.

*Quoique une demi heure pour une brûlure… en temps normal quoi… mais là… je vais tester un truc !*

La demoiselle posa sa main droite sur la paume bandée de sa main gauche avant de fermer les yeux et de se concentrer, repensant à tous les bons moments de la journée… quand elle était heureuse avec Tristan, ce qu’il avait fait pour elle… la douche.

Cela eut pour effet de lui donner une douce chaleur dans son corps qui s’éclaira un peu alors qu’elle se concentra pour focaliser cette chaleur dans sa main blessée. Elle avait toujours un peu mal, ça brûlait mais le fait de concentrer sa chaleur à cet endroit faisait disparaître petit à petit ce mal. Elle se sentait vraiment bien, détendue et respirait calmement.

Puis, lorsque la douleur disparut, la jeune femme ouvrit les yeux et déroula le bandage avec un air satisfait avant d’examiner sa main attentivement tout en se contentant de rire légèrement.

« Pas mal… A ce rythme là je vais me reconvertir en guérisseuse. »

Non elle ne savait pas ce qui était arrivé à Tristan, mettant ça sur le compte de l’eau. Et puis, la demoiselle ne voulait pas qu’il s’inquiète, alors elle devait à tout prix le rassurer, bien que le fait de guérir assez rapidement la rendait songeuse. Plusieurs fois elle avait constaté cet effet. Elle regarda le plafond.

[color=indigo]*Aimer quelqu’un rend plus fort ? C’est ça ? Je suis bien curieuse de voir jusqu’où ça peut aller ce… enfin cette énergie*[ /color]

Puis elle se concentra sur le plateau repas avant de regarder avec des yeux de gamine contente ce qu’il y avait dessus. Avant de prendre quelques toasts qu’elle mangea de bon appétit tout en approchant une assiette pour la mettre à côté de Tristan.

« Quelle journée… Décidément je ne trouve pas le temps de m’ennuyer quand je suis avec toi »

Elle lui fit un clin d’œil complice en le regardant. Sauf que le garçon avait l’air un peu songeur et la jeune femme le regarda avec inquiétude, avant de se pencher au dessus de lui pour lui déposer un baiser sur le front tout en le regardant et en lui parlant avec douceur.

« Ca va ? Tu as l’air songeur Tris’… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 7 Oct - 17:38

Ah ben pour un arrêt cruel, c’était un arrêt cruel, autant le dire, le redire, le reredire, le re… bon on a compris.
C’est vrai que c’était… bien. Enfin bien était un euphémisme bien sûr. Après tout, elle, elle ne pouvait pas vraiment juger, elle ne faisait que découvrir. Lui par contre, il avait un regard beaucoup plus objectif. Même si dans ce cas-ci, le regard n’a absolument rien à voir et qu’il s’agit davantage de ressentis.

Non, lui avait pour sa part la force de l’expérience. Et c’est parce qu’il possédait celle-ci qu’il était aussi… perturbé. Non, ça n’avait rien à voir avec tout ce qu’il avait pu connaître jusqu’alors. Autant y songer… De toutes les femmes qu’il avait connues, Maud était sans doute la plus exceptionnelle. Elle était extrêmement entreprenante, toujours à la recherche de nouveauté, exigeante à un point souvent effrayant, tant et si bien qu’elle se lassait très vite de ses amants pas suffisamment performants à ses yeux. Maud… C’était elle qui l’avait « initié » aux plaisirs de la chair. Il se revoyait encore, adolescent, ne comprenant même pas ce qui lui arrivait mais se laissant guider parce que… elle était rassurante cette femme et puis… c’était la première personne à le prendre dans ses bras depuis la mort de sa mère.

S’il était déjà un homme, certes tout jeune, mais tout de même, c’était surtout d’amour dont il avait besoin à cet instant. Il l’avait découvert sous une forme qu’il ne connaissait pas. Tellement étrange, tellement surprenant, tellement satisfaisant, inhibant et l’esprit et le corps, juste instinctif…
Oui Maud était une femme exigeante et il avait compris très vite que s’il restait son amant favori ce n’était pas sans raison. Depuis il avait bien grandi bien sûr mais maintenant qu’il y réfléchissait, il ne se souvenait pas, même avec elle, d’avoir connu… ça.

L’impatience, si bien sûr, mais il se contrôlait, s’amusait à la faire languir au moins autant qu’elle cherchait à le torturer ainsi. Il avait eu un sacré entraînement avec elle en fait et de ce fait, avec les autres femmes, c’était d’autant plus facile. Comment ne pas passer pour l’amant brillant ? Celui qui écoute, attend, aime… Aimer… Etait-ce vraiment une forme d’amour au final ?
Bref… Même avec Maud, il n’avait pas connu ce… truc en plus… qu’il vivait un peu trop pleinement à son goût, avec la jolie mage qui finissait de se doucher.

C’était extrêmement déstabilisant. Dès qu’il l’effleurait, il avait envie de la toucher davantage, de la garder tout contre lui quoi qu’il arrive. Quand il l’embrassait… il lui semblait juste que le bonheur prenait un goût, celui de ses lèvres ; une odeur, celle de sa peau ; une couleur, celle de ses yeux ; un nom ; le sien tout simplement.
Est-ce que son âme d’artiste se réveillait à son contact ? Oui… Et pas qu’un peu. S’il avait toujours envie de se battre, la nécessité de tuer lui paraissait surfaite, alors que celle d’être près d’elle, devenait primordiale.

Quelle étrange demoiselle…
Etait-ce donc ceci l’amour ? Avoir l’impression d’être perdu ? Se perdre dans les moindres contacts avec l’autre ? Se sentir prêt à affronter mille épreuves pour un simple baiser ?

Tristan sourit, malgré tout assez amusé. Amusé de sa propre faiblesse, de son ignorance jusque là, de toutes ces choses qui auraient dû le faire fuir, qui lui donnaient envie de fuir oui… Mais en restant, il avait droit à tellement plus…

Elle ne se trompait pas. Même s’il lui avait gentiment fait un shampoing, se refusant à la quitter tel un voleur, le jeune homme était sorti rapidement. Et c’est bien parce qu’elle le tentait beaucoup. Et comme il était justement en train d’y penser, à ne faire qu’effleurer sa peau, il avait envie de continuer, reprendre là où ils s’étaient arrêtés, à l’embrasser, il ne pourrait s’arrêter que lorsqu’ils seraient au bord de l’asphyxie, à la regarder… il ne pourrait s’empêcher d’être empli de désir pour ce corps qu’il jugeait superbe. Alors non… Il l’avait dit après tout. La précipitation c’était hors de question. D’ailleurs, même si les limites avaient semblé très loin d’eux alors qu’ils s’embrassaient comme des désespérés juste avant la douche froide, il n’avait tout de même pas l’intention d’aller plus loin et ce même si ses mains baladeuses disaient le contraire.

En fait, il se demandait encore ce qu’elle avait voulu lui dire. Il lui semblait qu’elle avait prononcé son nom en commençant une phrase d’une voix un peu chevrotante mais il avait souri, pensant juste qu’elle voulait lui dire quelque chose de gentil comme qu’elle l’aimait ou dans ce type là. Difficile de croire qu’elle comptait prononcer des mots ayant bien plus d’importance. De toute façon, même dans son état, il savait qu’il aurait trouvé la force de s’arrêter. Enfin… il l’aurait espéré du moins parce qu’il lui avait dit qu’aller trop vite était inutile.

Bah oui, mais elle découvrait la petite demoiselle et toujours dans ces cas là, quand ça plait, bien sûr qu’on souhaite aller « vite ».
La pauvre tout de même…peut-être d’eux deux, était-elle la plus frustrée au final.
Il était parti vite c’est vrai et occupé à fixer son reflet, le paysage, il finit par vouloir bouger son bâton. Ce n’était pas méchant, il ne voulait rien faire de mal bien sûr, juste le mettre un peu plus loin car appuyé ainsi contre le mur, il faisait un obstacle typique pour que Cassidy se casse la figure. Pauvre demoiselle.

Oui mais voilà… en le touchant, il se brûla. Mais ce n’était pas une simple brûlure du type de celles faites par un métal brûlant, non, c’était totalement différent et il se doutait de la raison d’ailleurs. Mauvaise et bonne magie se heurtant, cela ne pouvait en rien être bon. C’est pourquoi, s’il déplaça l’objet magique après un temps de récupération, ce ne fut qu’en protégeant sa main. En plus c’était la main gauche !!! A ce rythme il allait vraiment se l’esquinter encore une fois. Enfin ça allait, ce n’était pas trop douloureux non plus, il avait déjà connu bien pire et puis… c’était supportable. Son maître ne lui avait-il pas appris à dompter la douleur pour ne pas la laisser transparaître ? Celle-ci serait donc… supportable.

Cassidy revint dans la chambre peu après qu’il ait poussé le charriot à l’intérieur, ne goûtant rien en son absence, apparemment très respectueux à ce propos, et qu’il se soit vautré sur le lit. Enfin… surtout bien en travers de celui-ci, ayant de ce fait la tête en partie dans le vide… mais apparemment c’était voulu.
Il sourit en la voyant arriver mais elle semblait soucieuse et malgré le sourire qu’elle lui offrit, elle alla chercher… une fiole et un bandage dans son sac. Il se redressa aussitôt à demi, inquiet, se mettant sur un coude en l’observant avec attention. Elle s’était blessé. Il suivit ses gestes, prêt à venir l’aider mais elle se débrouillait très bien sans lui.

Qu’est ce qu’elle disait ? Qu’elle s’était brûlée ? Avec l’eau ? Ca n’avait aucun sens ! Pourquoi seule sa main serait touchée ? Même si elle n’était pas entièrement sous l’eau, les éclaboussures auraient dû toucher son corps, son poignet, ses jambes !
Sauf qu’elle portait la nuisette hum… très alléchante, qu’ils avaient achetée dans l’après-midi et qu’il ne voyait pas de marque rouge ailleurs sur son corps. D’ailleurs, sa main ne lui avait pas semblé rouge non plus. Il haussa un sourcil, la fixant avec un peu plus d’insistance. La main gauche… comme lui.

Il crispa aussitôt son poing, inquiet.
Tristan était très intelligent, même s’il n’en donnait pas toujours l’impression et en tant que guerrier, on lui avait enseigné l’esprit logique, analytique, concis. Certes, autrefois, il n’aurait pas tiré de telles conclusions parce qu’il détestait la magie mais aujourd’hui c’était différent. Cassidy ignorait encore que le tatouage semblait laisser passer des… choses entre eux mais pas seulement de lui à elle, c’était réciproque. En fait, c’était elle, la première, qui lui en avait parlé, seulement elle n’avait encore pu constater ce lien que dans un sens. De toute façon, là, c’était parfaitement logique même si ça ne lui plaisait pas du tout.

Qu’est ce que… Elle était vraiment blessée ? A cause de… lui ?! Mais… Mais il n’avait pas fait exprès !!! Ce n’était pas du tout voulu ! Il n’avait jamais voulu lui faire du mal, ni se faire du mal d’ailleurs !!! Dans le fond, il espérait sincèrement se tromper. Mais de toute façon, la demoiselle ne semblait pas remarquer la culpabilité sur ses traits et tenta quelque chose avec sa magie, quelque chose qu’il ne comprenait pas vraiment d’ailleurs, à part que ce n’était apparemment pas… normal.

En effet, elle semblait bien plus puissante qu’avant et utiliser de la magie après sa dépense précédente n’était sans doute pas des plus recommandés en temps ordinaire… Oui mais justement, elle avait l’air bien plus en forme que ces derniers temps, physiquement mais aussi magiquement. Pourquoi donc ?

Elle se guérit mais encore et surtout, c’est bien lui qu’elle guérit. Il sentit que sa main commençait à chauffer et c’est inquiet qu’il baissa les yeux, craignant que sa marque commence à apparaître, mais non… C’est juste qu’en soignant ce qu’elle pensait être SA brûlure par l’eau chaude, c’est lui, la vraie victime d’une brûlure tout autre, qu’elle soignait. Et du coup, elle en était soulagée au passage. Oui… ce pouvait être le tatouage, mais leur lien était devenu sacrément… fort, sensible. Ce n’était pas rassurant du tout ! Surtout si elle commençait à souffrir au moindre de ses petits bobos !!! En entraînement il se blessait parfois ! Il ne pourrait pas supporter qu’elle le soit aussi par sa faute !!!!

Elle sortait une petite phrase toute mignonne la petite mage alors que lui serrait les dents, s’en voulant, mais n’osant rien dire pour une obscure raison.
Elle ? Guérisseuse ? Pourquoi pas… mais elle serait capable de se couper avec les feuilles d’arbre nécessaires pour ses potions !!!

La brûlure fut aussitôt oubliée et c’est d’un pas enfantin, plein de bonne humeur, ce qui la caractérisait parfaitement, qu’elle se dirigea vers le charriot et ainsi vers les plats. Tristan pour sa part, continuait de la fixer, songeur, inquiet, se demandant s’il avait raison de se taire au final.
Elle vint d’ailleurs très vite près de lui avec une assiette de nourriture, un grand sourire au visage et l’air d’avoir faim d’ailleurs. Elle ne s’ennuyait pas quand elle était avec lui ? C’était réciproque… même s’il la voyait mal s’ennuyer en fait…

Il fixa l’assiette, perdu dans ses pensées, toujours appuyé sur un coude. Apparemment, il aurait dû répondre quelque chose, car la demoiselle se pencha sur lui et l’embrassa sur le front, ce qui eut tôt fait de le réveiller.
Non mais franchement ! Un baiser sur le front, c’est… un baiser sur le front ! ce n’est pas censé provoquer autant… de choses !!!!
Aie ! Elle s’inquiétait pour lui. Elle avait donc remarqué son air ailleurs…

Tristan prit un air sombre et attrapa l’assiette pour la poser doucement un peu plus loin d’eux. Son air était fermé, presque froid et il semblait très distant, gêné. En fait pour être honnête il avait carrément la tête de quelqu’un s’apprêtant à annoncer une très mauvaise nouvelle. Il prit doucement les mains de la jolie jeune femme et les serra dans les siennes. Quand il leva les yeux vers elle, peine et désarroi s’y combattaient la première place.

- Faut que je te dise quelque chose…

Dur début… peu rassurant. Il semblait peiner à dire ces quelques mots d’ailleurs.

- Je… nous deux… Je vais pas pouvoir…


Vraiment très inquiétant ? Normal… Sauf que la seconde suivante, alors qu’il avait toujours la tête penchée, ses yeux masqués par les mèches rebelles de sa frange, un sourire espiègle apparut sur ses lèvres et sans que rien ne le présage il la fit brusquement basculer en arrière sur le lit, se plaçant au-dessus d’elle avant de l’embrasser entre la tendresse et la passion incontrôlée.

- … Tenir plus longtemps sans t’embrasser.

Et voilà, il l’avait achevée sa petite phrase, arborant à présent un air si mignon, si innocent, qu’elle ne pouvait pas lui en vouloir… mais bien le taper un peu si elle voulait. Il sourit, apparemment ravi de son sale coup et pour se faire pardonner déposa de petits baisers sur ses paupières avant d’attraper l’assiette et choisissant avec soin de petits amuse-gueule, les lui présenta, l’un après l’autre devant la bouche, comme pour se faire pardonner, encore et surtout parce que cela semblait l’amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 7 Oct - 20:21

Cassidy… parfaite débutante dans ses sentiments, marchant à l’aveugle. Mais elle, contrairement à Tristan, n’avait jamais eu besoin d’affection. Parce qu’elle s’était rattachée à sa magie, s’y consacrant corps et âme sans aucun répit. Et puis, même si au cours de ses voyages elle rencontra des hommes, c’est à peine si elle les regardait.

En effet, trop occupée à chercher le vilain Drakkari qui était parti comme un voleur, pour lui passer un savon, mais aussi se rassurer qu’il allait bien, c’était le seul homme qu’elle avait désiré voir pendant cette longue période. On pouvait tout aussi bien papillonner devant ses yeux rien ne fonctionnait.

Enfin si, une fois elle s’était laissée tentée, pour voir comme on dirait bien, parce qu’elle s’entendait bien avec un homme en question, jusqu’à comprendre qu’il n’y avait qu’une histoire pas très nette là-dessous. Pauvre Cassidy… C’est comme si le destin s’était acharnée sur elle.

Pourtant elle avait tout à offrir à un homme. Mais on ne peut pas détourner une demoiselle de la voie qu’elle se fixe. C’est impossible. Quand Cassidy a un but derrière la tête, plus rien ne comptait pour elle. Oh bien sûr, elle tenta avec Jordan, de se rapprocher de lui. Mais il fallait croire que malgré le fait qu’il était gentil, adorable, elle l’avait trouvé de plus en plus lourd et insistant au fil du temps.

Ce n’est pas de ça qu’elle voulait non plus.

Bref, elle était sous sa douche, en train de ruminer, réfléchir et s’inquiéter. Trop rapide ou pas assez rapide ? Quand on sait que c’est le bon, il n’y a plus d’occasion d’hésiter. Bien sûr, il avait du respect pour elle mais comment décider hein ? Ca viendra quand ça viendra. Et si ça venait maintenant ? Elle l’aimait oui. Elle était parfaitement consciente.

Et encore une fois elle n’aurait pas compris elle se serait fait repoussée de la sorte. Ah oui ? Peut être qu’il fallait attendre ? Mais si elle était vraiment convaincue ? Elle le connaissait Tristan ! Elle avait passé 6 années de sa vie à lui courir après pour ses bêtises, sans voir ses bons côtés c’est vrai. Mais toute cette période où elle le cherchait sur les chemins, n’était-ce pas inconsciemment se diriger vers lui ?

Oui… Non… Oui… Elle refusait que les autres se moquent de lui, elle avait affronté des dangers réels pour tenter de le retrouver, bien qu’elle faisait passer ça pour de la vie aventurière. Oui elle était bien une aventurière et avait d’autres objectifs mais si au moins elle pouvait avoir un signe de sa part, alors elle se sentirait rassurée. Elle voulait lui offrir sa virginité à lui. C’est quoi le bon moment ? Ils n’allaient pas tourner en rond pendant des mois et des mois.

Laissant couler de l’eau le long de son corps, elle ferma les yeux et serra les poings. Oui ! Elle devrait tout simplement aller le voir, se planter devant lui, même nue, lui montrer qu’il comptait énormément pour elle, et que toutes ces années à le chercher lui avaient mis sous le nez le sentiment d’amour qu’elle éprouvait pour lui. Elle tenait suffisamment à lui pour lui donner ce qu’elle avait. Elle ne voulait pas d’un autre. Si elle devait avoir sa première fois c’était bien avec lui.

Et lui, il dirait certainement qu’elle s’emballe trop rapidement, que c’est encore trop tôt, qu’elle risquait de le regretter. Regretter d’avoir mal ? De ne pas l’aimer suffisamment ? De ne pas avoir suffisamment d’assurance ? Oh mais il risquait d’en prendre aussi un peu… Coucher avec une mage… qui possède un grand pouvoir… cela risquait d’être assez original. Il aura peut être coucher avec beaucoup de femmes mais pas avec une mage.

Et encore les mages au féminin ça reste rare. Les hommes savent se contrôler. Elle… Son maître lui en avait parlé. Si un jour cela devait arriver, si elle devait s’unir avec un homme, il y aurait quelques effets, témoins de sa magie. A ce moment là, la jeune mage avait eu l’image de Tristan dans la tête en rougissant et en grognant rapidement… avant de se rappeler avec douleur qu’il n’était peut être plus de ce monde.

Elle secoua la tête et posa les paumes de ses mains en direction des gouttes d’eau qui tombaient. Avant de se faire brûler et d’étouffer une exclamation, pensant dans un premier temps que la tuyauterie avec des loupés. Elle ne comprenait pas vraiment mais bon… étant maladroite elle s’attendait à tout.

C’est pour cette raison qu’elle sortit assez rapidement de la douche en enfilant cette jolie nuisette et même si sa main lui faisait mal, elle ne put s’empêcher de s’admirer dans le miroir de la salle de bain, esquissant un sourire, puis se tirant la langue, avant de sortir, la douleur revenant rapidement.

Elle s’attarda un moment sur le bâton qui avait changé de place, et se demanda si il n’y avait pas eu une réaction par rapport à ça. Pourtant son bâton était tout à fait neutre. Et puis, autre chose de douloureux, elle avait déjà utilisé de la mauvaise magie, quelques fragments de celle-ci se trouvaient à l’intérieur du bâton. Car le bâton sert de canalyseur et en fonction des sorts utilisés, de la volonté du mage, s’adapte. Mais ça bien sûr, elle ne le savait pas. Puisqu’à chaque fois que c’était arrivé elle était inconsciente.

Mais elle resta silencieuse, sans s’étendre sur le sujet. Inutile d’en faire tout un plat. La douleur de sa main était plus importante et c’est toute innocente qu’elle prit un bandage pour tenter de se soigner malgré l’absence de brûlure. Ah oui, il faisait mal de ne pas lui dire. Si au moins elle savait, elle arriverait peut être à bloquer certaines douleurs. Après tout, il faut avoir un peu de volonté.

Mais n’étant au courant de rien, c’est tout naturellement qu’elle cru que c’était une petite faiblesse passagère. Que le Drakkari se rassure, ce n’était pas quelque chose qui arrivait comme ça, n’importe quoi. Le tatouage ne réagit dans son cas que pendant une douleur d’origine magique. Cassidy pouvant sentir la magie est beaucoup plus sensible à tout ce qui tourne autour. Par contre, elle n’avait pas fait le rapprochement avec l’enlèvement de ses ravisseurs un jour avant. Préférant ignorer pour l’instant.

Elle s’occupa d’elle et se mit à sourire, heureuse de ne plus avoir mal, naturelle et spontanée. Et c’était vrai, elle ne se posait pas plein de questions dans sa petite tête, préférant profiter de la soirée avec son beau compagnon même si leur moment intense avait été brusquement coupé pour son plus grand regret.

Cassidy ne semblait pas remarquer le regard crispé de Tristan et revint rapidement avec une assiette. Avant de remarquer son air songeur et de le questionner à ce sujet. D’ailleurs, alors qu’elle mangeait un petit toast avec appétit, le regard du garçon se ferma, devint plus froid alors qu’il déclara qu’il devait lui parler.

La jeune femme resta bêtement avec son bout de toast au milieu de la bouche, puis déglutit. Ah ben d’un coup, ça a beaucoup plus de mal que ça à passer ! Mine de rien. Ses yeux se firent plus inquiets alors qu’elle tremblait un peu, ayant peur que Tristan décide de rebrousser chemin maintenant.

Que voulait-il lui dire ? Il ne voulait plus d’elle ? La jeune femme resta silencieuse et devint un peu blanche. C’est que ça la touchait quand même ! Puis, se rapprochant d’elle alors que la demoiselle restait bêtement dans sa position, son souffle devenant plus lent, sans bouger un seul cil, elle se retrouva en un instant allongée sur le lit avant de recevoir un magnifique baiser qui lui fit tourner la tête.

Mais ce baiser avait quelque chose de spécial. Elle avait tellement peur qu’il lui dise ne pas l’aimer que Cassidy, recevant ce baiser, l’apprécier tout autant. Avant qu’il ne s’écarte et qu’elle se mit à faire sa grincheuse tout en se plaignant, lui donnant des petits coups sur le torse, tout en prenant un air faussement en colère.

« Vilain Drakkari ! Tu as fini de me faire des frayeurs comme ça ? Si tu continues comme ça je vais sûrement tomber dans les pommes un de ces jours »

Elle se fit grincheuse mais très faussement, parce qu’un sourire apparut sur son visage. Comment peut-on lui en vouloir ? Bah apparemment elle ne pouvait pas lui en vouloir très longtemps apparemment. Plus de peur que de mal comme on dirait. Il s’amusait à lui faire des petits bisous un peu partout avant de lui tendre plusieurs toasts, semblant s’amuser comme un enfant.

Cassidy ouvrit la bouche et se laissa servir de cette manière. Sauf que son regard s’illumina alors qu’elle mangeait un des toasts et qu’elle le regarda… et bien avec des idées derrière la tête.

D’ailleurs elle se redressa vivement pour lui décrocher un baiser rempli de passion tout en le faisant glisser à son tour sur le lit, ignorant les toasts et le regardant avec un beau sourire tout en caressant son corps musclé du bout de ses doigts, lui donnant des frissons. Puis, c’est d’un ton sincère et rempli d’assurance qu’elle lui demanda de le faire avec lui ce soir, qu’elle était prête et que ce n’est pas une question de temps, qu’elle était sûre de ne rien regretter. Puis la jeune femme l’attira doucement à lui pour continuer à l’embrasser avant de déposer quelques baisers dans son cou, s’allongeant sur lui.

Hem… La jeune femme redescendit sur terre, car pendant un moment elle s’était égarée. Bien sûr ! Elle avait très envie de lui dire la vérité, de lui dire que son choix était pris et qu’elle était prête à assumer mais… c’était clair et net qu’elle manquait énormément d’assurance la demoiselle.

Elle se contenta de le regarder les yeux brillants, un peu bloquée pour l’instant. Puis ferma doucement les yeux avant de poser ses mains sur son torse et de le caresser doucement, cherchant la meilleure façon de s’y prendre. Si elle lui disait maintenant… enfin il risquait sûrement de ne pas très bien réagir, parlant d’attendre. Quel casse tête… Enfin…

La demoiselle semblait être un peu dans les nuages car Tristan l’appela et qu’elle releva doucement la tête vers lui.

Elle posa doucement ses mains, épousant la forme du visage du Drakkari, avant de s’approcher tout en restant à quelques centimètres de ses lèvres, attendant le bon moment mais faisant durer l’instant. Puis, au bout d’un temps qui semblait interminable, elle se lança enfin et l’embrassa avec passion, un baiser qui dura bien longtemps avant de le regarder, reprenant sa respiration.

« Hum… et si on continuait un peu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 8 Oct - 13:32

Pauvre petite demoiselle… Elle avait un bien sadique personnage tout près d’elle. Quand elle lui avait demandé si ça allait, lui disant qu’il semblait soucieux, il s’était fermé. Fermé et pas qu’un peu et c’est d’une manière vraiment inquiétante qu’il avait annoncé devoir lui parler.
Pauvre Cassidy alors. Elle ne comprenait pas et manquait encore cruellement de confiance en elle comme le prouvait la frayeur intenable qui devait suffisamment lui nouer le ventre pour la faire autant pâlir.

Il s’en voulut un peu et n’en raccourcit que davantage sa petite plaisanterie qui n’en était pas tout à fait une. Bien sûr, Tristan avait des façons d’agir totalement imprévisibles. C’était bien ce qu’elle appréciait chez lui non ? Un garçon normal se serait soit épanché sur ses problèmes, soit lui aurait assuré à force de sourire que tout allait bien. Lui combinait un peu les deux voilà tout.
Et si le début fut source d’angoisse, la suite, l’était beaucoup moins non ?

Elle était assise près de lui, c’est pourquoi il l’avait soudainement agrippée, la soulevant totalement avant de la faire basculer sur le lit, dans la longueur de celui-ci cette fois (préférant éviter une cascade indésirable). C’est à ce moment là qu’il s’était penché sur elle pour l’embrasser. Si ce baiser avait duré, sa petite phrase innocente rétablissait la vérité et prouvait qu’il ne faisait que jouer un peu avec ses nerfs juste avant.

Elle se mit presque aussitôt à râler mais la lueur de gratitude, de soulagement dans ses yeux, parlaient pour elle comme annonciateurs de vérité. Elle avait eu peur à ce point ? c’était compréhensible. Le Drakkari était un spécialiste du un pas en avant et deux en arrière. Et il l’avait déjà beaucoup fait souffrir ainsi. Rien que d’y repenser, il en avait mal au ventre. Elle râlait et avec des grimaces totalement craquantes. Que la demoiselle cesse, quoi qu’elle fasse, avec un si adorable minois la pire des grimaces ne parviendrait pas à l’enlaidir. Même quand elle louchait elle lui donnait juste terriblement envie de l’embrasser. Sa dernière phrase par contre lui tira un regard de conspirateur et il prit un accent très exagéré.

- Maaais c’’’esttt mon bouuuut jeune fille !!!! Je cheeeerche à vous fairrrre vous évanooouuuir pour prrrrofiter honnnteusement de la vue de ce cooorrrrps parfait… et peeeeut-être vous rrréaanimeeer d’un long baiseeer passionné…enfiiin, je mettrrraai d’abooorrrrd mon nez dans ce soublime décolleté je pennnse !!!! Mmmh… miam.


Totalement fada quand il s’y mettait ? C’était un peu ça oui… Mais que la demoiselle se rassure, il ne cherchait qu’à la faire rire. D’ailleurs c’est avec beaucoup de douceur qu’il caressait le haut de son front, ôtant les petites mèches blondes rebelles qui sèches commençaient à vouloir partir dans tous les sens sur le visage de la jolie jeune femme.
Par contre, vu la façon dont il la regardait, il trouvait vraiment que la nuisette qu’elle avait choisi lui allait bien. Et même si ce n’était pas dans ses habitudes, il s’empressa de le dire.

- J’étais loin de la vérité au final… Je pensais que cette nuisette mettrait ton teint pâle et tes cheveux clairs en valeur… mais elle te met entièrement en valeur en fait, on dirait qu’elle a été faite pour toi… et par tous les dieux, j’adore ce décolleté…

Il disait ceci avec un air gourmand mais surtout gentil et attentionné parce qu’en y regardant bien, ledit décolleté n’était pas si prononcé et il avait fréquenté, bien évidemment, des femmes qui en arboraient un beaucoup plus impressionnant et… qui n’avaient aucune pudeur également.

Sauf qu’il y avait quelque chose de bizarre chez la jolie mage aux yeux de biche. Si elle avait un peu râlé, elle se laissait faire de très bonne grâce et avait semblé apprécier les petits baisers déposés sur son visage pour se faire pardonner. Mais plus encore, si elle acceptait gentiment les petits amuse-gueule qu’il lui tendait, même s’il s’arrêta tout de même au bout de quelques-uns, n’ayant pas pour but de la gaver, ses yeux étaient… étrangement… brillants. Oui brillants. Pas brillants comme si elle allait éternuer, ou brillants comme si elle était fatiguée. Non brillants… d’intérêts. Et comble de bonheur, cet intérêt là n’était pas porté à la nourriture qu’il lui tendait. Non, c’était lui qu’elle regardait. C’était peut-être idiot, surtout qu’il savait déjà qu’il plaisait beaucoup aux demoiselles, mais Tristan se sentit très fier, heureux… vraiment ravi en fait. Eyh !!! C’était flatteur là !!!

S’il s’était douté de ce que la demoiselle avait en tête, il aurait été tout de même vraiment surpris. Eh bien, la petite Cassidy se dévergondait et pas qu’un peu d’ailleurs !!! Elle voulait plus ou moins lui sauter dessus là, non ?
Eh bien eh bien…
Enfin, non, il ne s’en doutait pas du tout et c’était sans doute tant mieux.

Pauvre demoiselle, elle se posait tellement de questions. C’est sûr que ce ne devait vraiment pas être simple pour elle. Elle était perturbée, avait des questions à lui poser, des demandes à formuler mais elle n’y parvenait pas et c’était tout à fait compréhensible. Il l’appela doucement en voyant qu’elle avait les yeux dans le vague et obstinément fixé sur son torse… ou du moins il lui semblait que c’était ce qu’elle fixait. Elle le regarda, lui sourit, lui prit le visage entre les mains et il se laissa gentiment faire avant d’avoir droit à un adorable baiser qui lui noua l’estomac et ne fit que lui rappeler, durement, le superbe moment qu’ils passaient peu avant dans la douche. Aie… c’était cruel !!!

Enfin bon, s’embrasser, pourquoi pas ?
Enfin non, pas pourquoi pas parce que ça n’allait pas du tout là !!!! S’il s’était éloigné, ce n’était pas pour rien ! Il la serra doucement dans ses bras, répondant à son baiser et surtout à sa phrase d’un gentil sourire.
Ok… à vrai dire, il était tout à fait pour, comme le prouva son engagement dans cette petite… suite, disons plutôt reprise mais… il faisait tout de même très attention de se contrôler, serrant avec force le drap quand il sentait qu’il s’égarait.

En fait non, ça ne marchait pas du tout ! Parce que même si ce n’était pas comme la douche, ça remontait quand même super vite et par tous les dieux, elle lui plaisait !!!! Yargh !
Non mais c’est qu’elle embrassait bien la petite mage. Il s’obstina d’ailleurs pendant quelques minutes sur son cou autant pour se calmer que… pour la taquiner un peu. Aie aie aie. Non ça n’allait pas. Il allait vraiment devoir en arriver là au final. Il ne pensait pas que ce serait à ce point…

Bon bien sûr, elle ne pouvait pas savoir à quoi il pensait là. Même si elle devait bien comprendre qu’il avait failli rejeter sa proposition. Là… oui, il se contrôlait bien sûr, mais c’était quand même très… limite. D’ailleurs, il s’arrêta rapidement pour la presser contre lui, s’étant allongé sur le dos en l’attirant sur lui, respirant fortement pour se calmer… Et ça ne marchait pas super bien d’ailleurs.

Sauf que Cassidy ne le laissait pas vraiment… en paix.
Et encore une fois, il ne se doutait pas du tout de ce qu’elle pouvait avoir en tête. Seulement… trop c’est trop à supporter pour le jeune homme. Il la repoussa en douceur, même s’il semblait extrêmement crispé tout à coup et s’assit au bord du lit, crispant ses mains, davantage encore, jusqu’à ce que ses jointures deviennent blanches, sur le bord du matelas, respirant apparemment difficilement. C’est que c’était bien difficile là…
Il tourna doucement la tête vers la jeune femme au bout de quelques minutes, l’air de s’être… calmé, plus ou moins… Il lui effleura doucement la main.

- Désolé… c’est plus compliqué que je ne l’aurais cru…

Il eut un léger sourire, plus amusé qu’autre chose et caressa sa main…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 8 Oct - 18:02

Cassidy était beaucoup plus entreprenante, effectivement et puis elle ne savait pas comment s’y prendre la pauvre ! D’ailleurs Tristan sortit une petite touche d’humour ce qui la fit rire l’espace d’un instant. C’est vrai qu’il savait bien s’y prendre le garçon.

Elle ne dit rien de plus, plongée dans ses réflexions, se posant d’interminables questions au sujet du comment du pourquoi. Réfléchissant à ce qu’elle aurait du faire si elle avait plus d’assurance. C’est qu’elle y tenait à son Drakkari mais elle ne pouvait pas non plus repousser ses envies.

« Attention comment tu le regarde mon décolleté, espèce de vilain ! Je ne suis pas une fille facile »

La demoiselle lui avait dit ça sur le ton de la rigolade tout comme lui en lui tirant la langue d’un air complice. Moui la fille difficile on repasserait, vu comment elle se laissait faire sans broncher, le laissant lui donner à manger ou à la toucher.

Elle était posée à côté de lui, restant allongée, un bras sur le côté pour se redresser légèrement tout en le regardant et l’écoutant. La demoiselle se mit à rougir quand il parla de la nuisette, touchée et vraiment agréablement surprise. Et bien oui, elle appréciait chaque petit compliment fait.

« Je suis contente qu’on l’ai choisi ensemble celle là… »

Sauf que Cassidy avait des idées derrière la tête. Elle voulait avancer. Elle trouvait vraiment Tristan très attirant même si l’ambiance était bon enfant pour le moment. Oui elle était un peu perdue dans ses pensées, cherchait ses repères, et essayait de comprendre Tristan, pour mieux réagir. Car au final, elle était toujours un peu maladroite.

Pourtant, la jeune femme voulait un peu continuer ce qu’ils avaient commencé. Elle avait vu de la déception dans le regard de Tristan et s’en voulait un peu. Alors, elle l’embrassa très doucement lorsqu’elle reprit ses esprits.

Il se laissa faire avant de la prendre contre elle. Mais Cassidy sentait que c’était quand même moins volontaire que sous la douche. Plus gentiment, sans vraiment aller plus loin. Elle s’en rendit rapidement compte et mis ça sur le compte de la fatigue, parce qu’il ne disait rien mais s’occupa de lui d’une certaine façon à être plus entreprenante, à le guider cette fois ci.

Elle l’embrassa doucement dans le cou avant de remonter vers ses lèvres, puis caressait doucement son visage. Jusqu’à ce que Tristan la prenne un peu plus contre lui. Elle fronça les sourcils. Mais qu’est-ce qu’il avait là d’un coup ? Il n’avait plus envie ? Qu’à cela ne tienne, peut être qu’elle devait continuer, c’était peut être ce qu’il attendait. Qu’elle soit plus entreprenante.

La demoiselle se mit à sourire en l’embrassant une nouvelle fois avec passion. Qu’est-ce qu’elle aimait ça. Le goût de ses lèvres, sa peau contre la sienne. Elle se sentait vraiment bien. Jusqu’à ce que Tristan la repousse doucement avant de s’asseoir contre le bord du lit, laissant devant lui un silence bien pesant.

Elle se redressa, un peu inquiète, et se sentant complètement ridicule d’avoir voulu le tenter alors qu’il n’avait pas envie apparemment. Il avait juste accepté gentiment pour elle mais ce n’était peut être pas ce qu’il voulait. La jeune femme baissa doucement les yeux et la tête, attendant en silence, une expression de honte sur le visage.

*Je suis vraiment nulle moi…*

Il se retourna vers elle tout en caressant sa main et elle releva la tête. Compliqué de quoi ? Elle ne comprenait pas ! Non ça n’avait pas de sens pour elle ! Avait-il oublié qu’elle ne savait rien de sa vie ? De ses relations avec les femmes ? La repoussait-il là ?

La jeune femme parla d’une voix douce mais baissa les yeux.

« Il fallait me le dire… si tu ne voulais pas. Ca ne m’aurait pas dérangé »

Elle semblait perdue et posa son index de sa main sur la couverture tout en traçant des signes au hasard. Puis, la demoiselle se rapprocha de lui, dans son dos, et l’enlaça tendrement de ses bras, bien qu’elle avait un peu hésiter, le berçant un peu.

« Je suis désolée… Je suis vraiment… ridicule… »

Sa voix était hésitante alors qu’elle posa sa joue contre son dos, inspirant profondément et fermant les yeux en silence. En fait, en s’écartant d’elle, il venait de casser un autre de ses « faux » repères. Croyant qu’elle devait se montrer plus assurée cette fois ci. Non décidément elle ne le comprenait pas vraiment ce garçon et si elle n’avait pas plus d’informations que ça, jamais elle ne comprendrais.

« Tu sais Tris’… j’y connais pas grand-chose moi… Alors si tu peux me dire ce que je dois faire ou mieux te comprendre parle m’en… Je me sentirais moins bête… Enfin si tu veux pas c’est pas grave aussi… »

Elle le serra doucement dans ses bras avant de soupirer un coup. Etait-ce bien ou mal ce qu’elle disait ? Agir par instinct ne lui réussissait pas ! La pauvre était complètement torturée ! Même ce simple geste de le prendre dans ses bras, elle avait peur que ce soit mal pris. La jeune femme tourna la tête à gauche à droite, essayant de mettre en ordre ses pensées. Avant de rester un petit moment appuyé contre lui.

Puis elle se redressa, descendit du lit, et se mit accroupi face à lui, cherchant son regard tout en souriant.

« Dis… tu aurais quand même pu me donner un mode d’emploi sur toi. C’est pas évident pour moi »

Petite taquinerie avant de prendre doucement une de ses mains et de la serrer dans la sienne, ou plutôt de la presser.

« Ecoute… moi tout ce que je veux, c’est que tu ailles bien. Que tu sois bien. Alors peu importe le temps que ça prendra, si tu as des choses à me dire, je suis là pour toi »

La demoiselle déposa un tendre baiser sur son front avant de le laisser tranquille. Peut être avait-il envie de réfléchir au calme. Au départ, vu comment il l’avait repoussé, elle avait failli mal le prendre mais tout en pensant que c’était sa faute à elle malheureusement. Non elle ne blâmerait pas Tristan, elle ne le traiterait pas de responsable. Si elle devait enduré ça, c’était elle la coupable.

Puis elle se reposa sur le lit avant de prendre son sac. En attendant, elle pouvait tout aussi bien faire autre chose. Cassidy prit son étrange boussole qu’elle examinait attentivement avant de rester impassible, semblant réfléchir sur ce qu’elle voyait. Puis elle regarda le plafond un instant avant de reposer cet étrange objet dans son sac.

Ensuite, elle sortit son journal intime et tout en mangeant quelques victuailles, elle se mit à écrire quelques notes rapidement, son visage prenant des expressions différentes au fur et à mesure qu’elle écrivait.

Enfin, elle regarda de nouveau Tristan et se mit à réfléchir un instant, songeuse puis son regard s’éclaira doucement avant de se remettre à côté de lui.

« Viens par ici, je vais te faire un massage. Enfin… si tu veux bien sûr. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 8 Oct - 20:09

C’était… le monde à l’envers ! Depuis quand les jeunes hommes étaient-ils censés être les « responsables » dans le couple, ceux qui mettent le holà, arrêtent la machine en marche, même quand c’est difficile, étant ainsi raisonnables ?
Pauvre Tristan… Ce n’était pas vraiment un rôle qui lui allait !!!

Sortir de la salle de bain s’avérait essentiel, il le savait parce qu’il était vraiment tenté de reprendre leurs caresses, leurs baisers et qu’il devait se l’interdire. Il avait honte de le constater mais s’il n’y avait pas eu l’incident de la douche froide, même s’il se donnait l’impression de se contrôler, de ne pas vouloir aller plus loin, au train justement où les choses allaient…

Cassidy se laissait tellement faire aussi et elle semblait tellement apprécier ses baisers et ses caresses. Il prenait ceci comme un encouragement !!! En plus c’en était bel et bien un quand on y réfléchissait, même si c’était peut-être inconscient au départ.
Sortir donc avait été nécessaire. Il l’avait attendu tranquillement.

A présent qu’elle l’avait rejoint, il se la jouait drôle de personnage avec son sale tour qui n’était pas si méchant au fond. Et puis, même si elle tapait sur son torse, sans lui faire le moindre mal d’ailleurs, elle n’avait vraiment pas l’air de lui en vouloir. Adorable demoiselle.
En même temps, après avoir déclaré qu’il ne pouvait plus tenir sans ses baisers et vu comme il la regardait avec une franche admiration bien qu’un tantinet perverse, et vu comme il était gentil, elle n’avait que peu de raison de ronchonner après lui.

Moui… sauf que la demoiselle… avait une idée bien précise derrière la tête et lorsqu’elle commença à l’embrasser, après avoir fait durer le temps d’attente de son baiser, il y répondit avec plaisir. Pourtant, déjà dans sa tête, sonnait la sonnette d’alarme. Non, il savait qu’il ne devrait pas l’embrasser. Les souvenirs de la douche étaient encore trop frais dans son esprit mais encore et surtout, son attirance pour la jeune mage était bien trop vive pour qu’il ne se finisse pas par s’emballer !!! Il aurait dû refuser alors qu’elle lui sortait cette petite phrase comme quoi ils pouvaient… un peu reprendre.

Oui il aurait dû… mais la vérité c’est qu’il était dingue de ses baisers, dingue de son corps, dingue de ses lèvres, de ses traits, du goût et de l’odeur de sa peau. C’était terrible !!! Mais il était totalement accro à la jolie demoiselle. Peut-être était-ce encore et surtout l’attente dressée entre eux qui le faisait l’idéaliser et du coup n’accroissait que davantage son désir déjà sacrément haut pour la jeune femme. Peu importait au final… Les excuses, pourquoi en chercher ? De toute façon il avait faibli, totalement et répondait à ses baisers.

Mais c’est vrai, l’enthousiasme n’était pas tel que celui qu’il avait pu avoir sous la douche. Du moins, il avait compris qu’il avait dépassé les limites et s’efforçait donc de se borner à présent à celles-ci et uniquement à celles-ci. Mais par tous les dieux que c’était dur. Quand elle était au-dessus de lui, il crispait tant les muscles de ses bras, se faisant violence pour ne pas la serrer trop fort et lui faire mal en voulant justement se retenir, qu’il en avait mal.

Mais le Drakkari ne pouvait ignorer les frissons qui l’agitaient quand elle caressait doucement son torse, ce truc qui lui tordait le ventre quand elle s’attardait sur sa taille ou qu’elle l’embrassait. Y céder aurait été tellement simple. Après tout c’était naturel, il pouvait même faire passer ceci pour un accident. Des larmes de rage brillèrent une seconde dans ses yeux avant de disparaître. C’était injuste… Quelle torture !!! Si les Cheistams avaient utilisé celle-ci… il aurait avoué tout ce qu’ils voulaient très rapidement !!!!!!

Alors même si c’était difficile, terriblement frustrant, et gâchant à sa grande tristesse les baisers et les efforts marquants de la jeune mage, Tristan restait très peu insistant. Elle avait raison. Le truc entre eux sous la douche, n’était pas revenu sur le lit. Et c’est normal, vu comment il cherchait à s’en empêcher coûte que coûte. Sauf qu’elle insistait la demoiselle !!! Et pas qu’un peu. Alors qu’il se faisait encore plus sage, décidant de la prendre dans ses bras, seule façon de ne pas être confronté à ses baisers tellement fascinants, elle mettait encore plus d’ardeur dans ses baisers. Alors qu’il s’efforçait d’y résister, elle effleurait sa peau avec d’autant plus de douceur et de provocation, lui lançant comme des petits courants électriques qui en devenaient terriblement désagréables tant ils étaient tentants !!!!

Quelle horreur, non mais quelle horreur !!!!
Ne pas pouvoir céder, ne pas pouvoir… l’aimer sans se poser de questions. Non, elle ne connaissait pas les limites elle. A vrai dire, malgré son assurance, son aisance dans tout ce qu’il faisait, Tristan n’osait pas lui dire qu’elle allait trop loin. Parce qu’il était conscient des efforts de la demoiselle –même s’il ignorait ce qui les motivait- il ne voulait pas la blesser ou la faire se renfermer sur elle-même en lui disant que c’était…trop… trop du moins pour qu’il puisse agir sans risque en retour.

Assez problématique donc… Qui aurait pu croire qu’un acte aussi désiré d’un côté que de l’autre, aussi attendu avec une impatience toute semblable, pouvait entraîner autant de remise en question et de souffrance… respective.
Céder… pourquoi pas ? Par tous les dieux, sa peau était si douce… S’il s’écoutait il n’aurait de repos qu’une fois après avoir déposé des baisers sur chaque millimètre de sa peau… et jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse sous ses caresses… but qu’il gardait parfaitement à l’esprit et qu’il comptait bien mettre à l’œuvre un jour ou l’autre. Et raaahhh !!!! y repenser n’arrangeait rien à son état !!!! D’ailleurs elle devait bien le sentir non ?!!! Le retour du « flacon de shampoing » ou du « coude mal placé » !!!!

Il se redressa finalement assez vite en la repoussant même si ceci fut fait avec une certaine douceur malgré l’urgence de s’éloigner d’elle.
Il serra les dents et les mains sur le matelas, les muscles engourdis par la pression qu’il y mettait depuis qu’ils avaient recommencé à s’embrasser. Il avait vraiment mal au ventre maintenant, à tel point qu’il se retenait de justesse de ne pas se plier en deux sous la douleur. Elle n’aurait pas vraiment compris là et aurait sans doute paniqué en se croyant responsable. Bon d’accord, c’était un peu vrai mais elle n’avait décidément pas besoin de le savoir !!!!

Sa respiration était saccadée mais il se remettait petit-à-petit.
S’il avait su que Cassidy, derrière lui, inquiète et perdue ne comprenait pas, s’en voulait de l’avoir tenté, pensait qu’il n’en avait tout simplement pas envie et plus encore qu’en quelque sorte c’était un phénomène de rejet. ARGH !!! Non, elle n’avait rien compris du tout cette petite mage !!!! Un phénomène de rejet ???!!!! C’est parce qu’il crevait de désir pour elle et souhaitait contrôler ses gestes qu’il agissait ainsi, certainement pas parce qu’il n’avait pas… envie…

Mais s’il se serait probablement indigné de sa pensée comme quoi elle était nulle, elle aurait été très surprise pour sa part du petit monologue qu’il s’adressait mentalement.

*Aie aie aie aie !!!! Par les cornes d’un Stuuurk sauvage ! Ca fait un mal de chien ! Elle s’améliore…de plus en plus… J’arriverai jamais à tenir ! Et toi là couché !!! J’ai dit couché !!! Je ne t’ai pas sollicité !!! Yarrrghhh !!!! je contrôle plus mon propre corps ! c’est pas possible !!! C’est… c’est jamais arrivé !!!! enfin jamais comme ça !... Petite mage… j’ai bien du mal à imaginer que tu sois si débutante que ça princesse.*


Bien sûr, il savait que c’était la vérité mais vu les progrès titanesques qu’elle avait faits et surtout son investissement dans ce qui s’avérait être une matière des plus intéressantes, c’était quand même bien difficile à croire non ? Un être extérieur par exemple, n’y aurait certainement pas cru.

Tristan se détendit un peu, navré de ne pas être capable de répondre à ses baisers comme il l’aurait dû, voulu… du moins il aurait pu mais pas sans aller… un peu trop loin. Et il ne voulait pas l’effrayer sa petite mage, oh non… Quelle ironie, s’il savait ce qu’elle avait derrière la tête aussi…

Il s’était retourné vers elle avec un sourire, lui annonçant que c’était plus compliqué que ce qu’il aurait cru. C’était vrai. Mais elle ne pouvait pas vraiment comprendre c’est vrai, même si selon lui c’était parfaitement logique. La pauvre… croire qu’il la repoussait…Enfin c’est bien ce qu’il faisait mais pour leur bien commun, enfin surtout pour le bien de la jeune femme, certainement pas parce qu’il manquait d’envie de « poursuivre » les choses avec elle à ce moment là. Et puis quoi encore ?!!!

Elle sortit une phrase curieuse sans le regarder. Comme quoi il aurait dû lui dire s’il ne voulait pas. Il se contenta d’une grimace, pensant qu’elle parlait juste de « s’embrasser ». Bien sûr qu’il voulait, seulement les dimensions que pouvaient revêtirent un simple baiser avec elle, n’étaient pas du tout celles qu’il connaissait.
Il se retourna, fixant le sol, gêné. Comment lui dire, lui avouer… qu’il avait la tête pleine d’envies et d’images, qu’il était obsédé par elle et par cette suite entre eux qu’il avait dit être capable d’attendre. De quoi aurait-il eu l’air s’il avait avoué maintenant que c’était la seule chose qui l’obsédait ? A tel point qu’il ne pouvait pas la regarder sans en crever d’envie ?!!!

Sauf qu’elle s’avança vers lui après avoir un moment trituré le drap et enlaça son torse, se collant contre son dos. Il retint de justesse un sursaut de surprise et se crispa à ses paroles. Quoii ???!!!! Elle ???!!! Ridicule ?!!! Po… Pourquoi ?!!! La vérité le heurta comme un 15 tonnes lancé à pleine vitesse… Parce qu’elle pensait naïvement pouvoir l’embrasser sans le tenter ? Ah… elle avait compris qu’il n’arrivait pas à se contrôler. Il serra les dents, rageur envers lui-même, désolé de lui infliger ceci alors que les dieux seuls savaient à quel point il cherchait à l’éviter.
Il ouvrait déjà la bouche pour au moins s’excuser, la parole coupée sous le stress et la honte quand elle enchaina.

Ah… Aie ! elle en rajoutait une couche… Elle n’arrivait pas à le comprendre, il ne lui expliquait pas. Il serra si fort les dents cette fois-ci que le goût du sang lui emplit la bouche ! Non !!! Non, c’était injuste !!! Et le voilà incapable de parler alors qu’il avait tellement envie de s’excuser. Pourtant c’était tellement naturel comme réaction mais avec elle… il voulait tellement la protéger, lui éviter tristesse, douleur, déception… il lui en avait déjà tant affligé. L’un comme l’autre, ils s’égaraient dans leur culpabilité respective à un point aberrant. Elle s’était faite plus entreprenante et c’était plutôt bien, il aimait beaucoup mais… non, il n’avait pas compris, il ne comprenait pas.

Elle le lâcha et il plissa davantage les yeux pour maîtriser la vive émotion qui lui donnait envie d’hurler des excuses à la jeune femme. Elle était si mignonne, si enfantine, si innocente… Il se donnait vraiment l’impression de n’être qu’un satyre vicieux voulant profiter d’elle. Oh pardon petite princesse…
Sauf que la demoiselle ne fuyait pas, elle se plaçait juste devant lui en lui disant qu’il aurait pu lui donner un mode d’emploi, essayant de le faire sourire, de trouver son regard. Nouvelle crispation. Elle était en train de le consoler, ou de tenter du moins… Il était tombé si bas.

Elle enchaina d’ailleurs sur une phrase qu’il n’entendait que d’une oreille. Elle se souciait de lui. Pitié, qu’elle ne lui dise pas qu’elle était prête à franchir le pas pour qu’il aille bien, il en crèverait de honte… pitié… Mais fort heureusement ce ne fut pas le cas. Si le discours de la demoiselle était quelque peu confus, soudainement, peut-être sur le mot « temps », Tristan tiqua et la lumière se fit brusquement sur toute cette petite affaire tellement compliquée qui était partie de si peu de chose !
Oui, brusquement, il comprit qu’il se fourvoyait à propos de la demoiselle et que cette impression qu’il avait eu pendant qu’elle l’embrassait, comme quoi elle cherchait vraiment à aller plus loin, consciente qu’en l’embrassant ainsi elle franchissait de nouveau des barrières, était tout à fait réelle.
Et croyez le ou non, mais ça fait un sacré choc et surtout extrêmement plaisir de se rendre compte qu’on n’est pas l’énorme salaud qu’on se soupçonne d’être.

Sauf que si les réflexions explosaient en raisonnement et en prise de conscience dans son esprit, son corps était resté figé sur cette légère expression. Il écarquillait les yeux alors qu’elle avait sorti sa petite phrase et embrassé son front. Il ne se rendit même pas compte de ce qu’elle faisait à côté, à savoir essayer de se trouver une occupation qui ne nécessiterait pas son beau guerrier de petit ami. Et même ceci, elle n’y arrivait pas car elle revenait à la charge en s’asseyant près de lui pour lui proposer très gentiment un massage. Moui, elle semblait tout de même avoir perdu pas mal confiance en elle du fait qu’il l’ait repoussée… la pauvre.

Tristan se prit brusquement la tête dans les mains, agité de tremblements. D’ailleurs, il se leva très vite, échappant à la main de la demoiselle posée sur un de ses bras. Il la regarda, ouvrant et refermant la bouche avec une expression entre la colère, l’ébahissement, la surprise et la rancune. Il n’arrivait pas encore à parler et faisait pas mal de gestes, ce qui prouvait entre autre son état perturbé. D’ailleurs, il la pointait souvent du doigt, portait les mains à son propre visage en se serrant ou frottant les tempes d’un air perdu. Et finalement.

- T… Toi !...

Il secoua vivement la tête.

- Tu es… totalement folle.

Il se détourna d’elle, se retournant de nouvelle vers elle plusieurs fois puis finalement s’approcha tout près, s’agenouillant devant le lit avant de lui attraper le visage et de l’embrasser avec passion… même s’il se recula rapidement.

- Totalement folle…


Il mit directement son visage entre son cou et sa poitrine, respirant fortement pour essayer de se calmer, ayant passé ses mains dans son dos et les gardant sagement immobile.

- Idiote… et dire que je n’avais pas compris au début… Je croyais que tu m’en voulais… Pardon princesse, j’aurais dû le comprendre plus tôt… et te traiter encore plus tôt d’idiote !!!!


Il la pinça juste pour la forme, sans décoller son visage de la basse de son cou, humant son parfum avec une délectation et une fierté toute particulière d’avoir compris (enfin) le message.

- Pardonne moi princesse… je… me suis éloigné parce que je ne voulais pas dépasser des limites que je me suis imposées envers toi pour l’heure… Et comme je les avais déjà dépassées sous la douche et qu’il devient de plus en plus difficile pour moi de te résister, j’ai préféré… ne pas répondre plus que de raison à tes caresses. Je croyais que ce n’était que par ignorance que tu agissais ainsi…. Même s’il y aura toujours un peu de ça au final. Cassy… c’est parce que… j’ai…j’ai vraiment envie de toi que je préfère m’éloigner. Je suis un Drakkari, si je ne me contrôle pas, tu sais à quel point je peux être fort… mais aussi violent et je ne veux pas te faire de mal, plutôt mourir. Céder à la passion est une chose, y céder sans prudence… c’est autre chose… Crois-moi, même si tu t’obstines à voir mes bons côtés, il y en a des vraiment mauvais qu’il ne faut pas réveiller… Quand tu m’as dit que tu étais ridicule, je n’ai pas compris…

Il soupira avec tristesse, se décollant d’elle pour reprendre son visage dans ses mains et la contempler avec énormément de douceur mais encore et surtout de regrets.

- Oh princesse… pardonne-moi s’il te plait. Tu n’es pas ridicule du tout et je t’en voudrai si tu le repenses. Ce n’est pas par manque d’envie que je me suis éloigné de toi, d’accord ? Ce n’était pas… pour te repousser que j’ai agi ainsi, mais vraiment pour me repousser moi-même d’accord ?


Eh bien pour quelqu’un anti-discours, il s’investissait vraiment beaucoup quand ça le touchait, même si ce semblait être assez gênant pour le grand jeune homme qui n’avait pourtant pas grand-chose à craindre. Mais comme il n’était pas vraiment à l’aise justement avec ceci, même s’il fallait avouer qu’il se débrouillait quand même bien pour un « insensible », surtout pour la comprendre au final ou du moins analyser ses réactions, il déclara :

- Pour remédier à ce quiproquo, je te vole ton idée… allonge toi, je vais te masser, tu en as bien plus besoin que moi. Ta magie te fatigue, il ne faudrait pas que tu aies des courbatures… et puis je pourrais en profiter pour te tripoter… na !

Il la regarda puis prit une mine boudeuse.

-N'empêche...comment tu arrives à te mettre en tête que je pourrais vouloir... enfin... ne pas être attiré par toi... t'es barjo princesse... vraiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 9 Oct - 9:50

La jeune femme faisait d’énormes efforts. Mais elle ne les faisait pas naïvement. Elle avait vraiment envie de l’embrasser, de profiter de ce contact avec lui. Ca lui faisait bizarre au final. Parce que jamais il ne lui serait venu à l’idée de faire ça avant. Mais c’est parce qu’ils avaient des expériences totalement différentes que c’était difficile pour eux de se mettre d’accord.

Elle tentait d’éviter de trop parler et plutôt d’agir, puisqu’il lui avait reproché une fois de trop bavarder. Alors oui elle se mettait à sa hauteur, ou du moins tentait. Mais ce n’était pas encore ça. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui dérangeait la demoiselle. Elle avait toujours été timide, réservée au final.

Et là elle était en train de l’embrasser avec tellement de conviction et de passion, désireuse de bien faire et parce qu’elle appréciait aussi ce contact qu’elle s’améliorait. Oui elle avait un bon partenaire et c’est son amour pour lui qui la rendait aussi entreprenante. Naïve elle ? Un peu mais pas trop. Elle savait, elle ressentait.

D’ailleurs, si il y a bien un truc qu’elle n’arrivait pas à faire, c’était à savoir si Tristan aimait ou pas. Ce qui serait marrant, c’est que le tatouage se déclenche dans un de ces moments. Il n’y aurait rien de mieux que de ressentir les émotions de l’autre pour savoir vraiment où on en est.

Sauf que Tristan tentait de se retenir, évitait de trop en faire, pas comme tout à l’heure. Le fait qu’elle soit à moitié nu devait y faire. Bien étrange demoiselle qui s’était rapidement rétablie. Une personne extérieure ne l’aurait en effet pas vu aussi entreprenante ni reconnue. Après tout, elle cachait bien son jeu même si elle ne jouait pas. Elle était vraie et elle-même.

Bien sûr, elle se trouvait au dessus de lui et donc, à partir d’un moment, sentit le changement chez Tristan tout en se mettant à rougir. Ca lui faisait quelque chose apparemment. Au moins, elle ne se crispa pas trop. Enfin. Ca fait toujours une drôle d’impression au départ, elle n’avait pas ce type de changement chez elle donc c’était bizarre.

Elle le remarquait bien qu’il semblait avoir quelques difficultés mais n’arrivait pas à le comprendre. Et la demoiselle aurait bien était surprise des pensées de Tristan à ce moment là, ne se sentant pas du tout très assurée pour le coup et commençant à avoir des doutes sur ses propres capacités à elle.

Et pourtant oui elle était bien une débutante mais les miracles ça existe aussi. Et pourtant elle aurait été bien rassurée d’apprendre ça. Mais savoir qu’elle avait une emprise sur lui, peut être qu’il en aurait eu peur. Elle n’avait pas confiance en elle, pas du tout même mais pour lui, elle voulait être juste… parfaite. Ce qui la rendait encore plus exigeante envers elle-même.

Tristan s’écarta quand même d’elle, cette fois ci et elle se sentit un peu abandonnée c’est vrai, ne comprenant pas vraiment sa réaction. C’est pourquoi la jeune demoiselle sortit quelques phrases maladroites, se blâmant elle-même. C’était la seule responsable, plutôt que d’en vouloir à Tristan, elle s’en voulait à elle.

Cassidy tenta de se faire proche de lui, de l’enlaçant, même si elle craignait qu’il recule encore une fois. C’est sûr, sa belle assurance s’était rapidement envolée d’un coup comme ça. Et cela lui fit mordiller la lèvre inférieure alors qu’elle tentait de comprendre, de le rassurer dans un sens. Elle ne voulait surtout pas le brusquer. Quel beau retournement de rôles ! Maintenant c’était elle qui se trouvait trop entreprenante, ne pas faire les choses quand il faut.

Après avoir fini son petit discours, hésitante quand elle lui parlait, voulant vraiment être la meilleure pour lui, la demoiselle tenta de s’occuper comme elle pouvait, le laissant tranquille pour le moment. Mais rien n’y faisait, elle se sentait encore horriblement mal. Alors une idée lui vint à l’esprit.

L’idée de lui faire un bon massage pourrait peut être le détendre un petit peu. Et bien… Elle était quand même aux petits soins avec lui aussi pour lui proposer de telles choses. Mais Tristan ne semblait pas l’entendre de cette oreille, se prenant la tête entre ses mains alors que la demoiselle semblait surprise et qu’il semblait vraiment énervé.

Elle recula un peu, voulant bégayer des excuses mais n’en eut pas le temps. Qu’est ce qu’elle avait encore bien pu faire ? Il avait un étrange comportement, se tournant et détournant d’elle. Cassidy en profita pour commencer un début de phrase.

« Je… excuse… »

La demoiselle s’arrêta net alors qu’il s’approcha très rapidement avant de l’embrasser avec une passion nouvelle qu’il n’avait pas eu lorsqu’ils étaient sur le lit. Cassidy écarquilla les yeux de surprise, ne s’y attendant pas vraiment. Mais elle accueillit ce baiser du mieux possible même si il ne dura qu’un court instant et que Tristan venait de s’écarter à nouveau comme si il avait un peu de mal.

Elle le regarda, surprise et étonnée. Folle elle ? Pourquoi ? Elle avait dit quoi ? C’est alors que Tristan lui expliqua ce qu’il avait compris. La jeune femme ouvrit la bouche lentement, et voulut répliquer tout de suite mais il la pinça et elle grogna en mettant la tête sur le côté pour se frotta. Sauf qu’il ne la laissa pas comme ça et se mit à lui expliquer la raison d’agir ainsi.

Et elle semblait surprise par ses paroles, surprise qu’il ne voulait pas lui faire du mal. Est-ce tellement horrible ? Des mauvais côtés hein ? Mais elle l’acceptait comme il était même avec ses mauvais côtés. Il l’acceptait bien lui avec sa mauvaise magie. Bon, elle n’avait pas très envie de voir non plus ce que ça donnait aussi mais autant s’y préparer car à force de passer du temps ensemble, il finirait sûrement par lui montrer.

Cassidy le regarda droit dans les yeux, semblant vouloir dire quelque chose mais le garçon continua de s’excuser en assurant bien qu’il se repoussait lui-même. Pour ne pas vouloir lui faire du mal. La jeune femme attendit un instant puis l’enlaça de ses bras pour lui parler doucement.

« D’accord… je commence à comprendre. Enfin ça me rassure. Mais tu sais… le jour où on le fera… eh bien… je ne sais pas comment mon corps réagira non plus et ça me fait un peu peur… »

Elle caressa son dos tout en inspirant profondément.

« Il y a toujours une part de magie que je ne contrôle pas forcément. Parce que j’en ai beaucoup trop… Alors… je… crains de te faire du mal aussi… »

Au moins elle le prévenait sans lui laisser la surprise. C’était plutôt bien sauf qu’elle craignait que cela lui donne envie de la rejeter pour cette raison. Il lui parla de massage et le sourire s’agrandit sur le visage de la demoiselle, même si elle se fit plus taquine. Sa façon d’arranger les choses à sa manière était touchante. La seule fois qu’il l’avait massé c’était dans le bain et elle en gardait un très bon souvenir même si les huiles essentielles avaient un peu changer la donne.

« Tu es vraiment attentionné avec moi. J’en ai de la chance. »

Jamais on ne lui avait proposé de massage… à part lui. C’était plutôt bien car il ne pensait pas qu’à ses propres envies même si ça ne dérangeait pas Cassidy de ne pas avoir de massage. Mais c’était touchant de le voir agir ainsi.

Il continua une petite phrase qui donna un sourire à Cassidy. Au moins c’était pas mal, il se livrait un peu et ça elle appréciait énormément après tout. Elle le remercia d’une petite caresse sur l’épaule, avant de s’allonger sur le lit.

Sauf qu’apparemment le massage en nuisette, ce n’était pas au programme. Parce que Tristan disait qu’elle serait plus à l’aise sans la nuisette. La demoiselle le regarda. Après tout il avait raison puisqu’elle le massait torse nu. Cassidy leva les bras et semblait un peu bloquée pendant un moment.

C’est sûr, entre ne pas faire exprès et être consciente de se dévoiler d’un coup, il y avait une différence. Mais après une réflexion interne, la demoiselle attrapa les côtés de sa nuisette et tira pour la faire glisser et l’enlever. Elle se mit à rougir doucement en regardant Tristan. Bah oui, sacré effort quoi !

Ensuite, elle se rallongea sur le dos, tentant de se décrispé un peu. C’est vrai qu’elle n’avait pas l’habitude qu’on la touche. Mais dès que Tristan posa ses mains sur son dos, la demoiselle se détendit au fur et à mesure. C’est qu’il savait vraiment bien s’y prendre pour un guerrier malgré la brutalité dont il faisait preuve en combat.

Doux, attentionné, au moins tout allait pour le mieux alors qu’elle reposait sa tête entre ses mains, poussant un petit gémissement appréciateur lorsqu’il touchait des zones endolories. C’est vrai qu’elle n’avait pas l’habitude à ce qu’on la tripote comme il se plaisait à le dire. Mais il fallait croire que le massage était une bonne alternative aussi pour apprendre à se connaître autrement que par des caresses et des embrassades.

Pour un peu elle se serait mise à baver. Sa tête devenait un peu plus lourde. Cassidy somnolait un peu, se laissant bercer par ce massage qu’il lui faisait avec plaisir. Puis quand il eut terminé, la jeune femme s’étira et se redressa paresseusement.

« Tu es vraiment doué pour les massages. »

Elle lui fit un bisou sur la joue avant de le pousser doucement sur le lit à sa place.

« Mais tu ne crois pas que je vais te laisser comme ça. Toi aussi tu as fais beaucoup de choses aujourd’hui. Ca te fera le plus grand bien. »

Puis se fut à son tour de masser le jeune homme avec beaucoup d’application et d’ardeur à la tâche. Elle cherchait les nerfs sensibles pour poser de légères pressions dessus avant de dénouer les tensions, s’appliquant sur son dos et sa nuque avec plaisir.

Enfin, elle termina par la tête. Cassidy avait cru comprendre que Tristan appréciait les massages de tête alors elle s’appliqua à passer ses mains dans ses cheveux, s’amusant de voir cette couleur rouge originale que les autres humains ne possédaient pas. Elle le massa pendant un bon moment avant de remettre sa nuisette et de se coucher à côté de lui, souriante, le regardant et lui caressant doucement la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 9 Oct - 18:36

Quel quiproquo n’est-ce pas ? Un peu plus et ils en auraient vraiment beaucoup souffert tous les deux. Ce n’était pas un manque de communication même s’il était clair qu’en grande partie, ceci était responsable de leur égarement, mais encore et surtout une absence de repère. Elle, elle débutait totalement, elle n’y connaissait rien et parce que c’était elle justement, la petite Cassidy si perfectionniste, si persévérante, il n’y avait rien de surprenant à ce qu’elle s’investisse énormément, pour ne pas dire trop.

Après tout… n’était-ce pas trop de vouloir précipiter les choses ? Apparemment non parce qu’elle ne voulait rien précipiter du tout, elle suivait juste ses propres envies. Puisque l’empirisme n’était pas là, elle se fiait à ses instincts voilà tout.
Tristan pour sa part, malgré toutes ses expériences se révélait… totalement perdu. Parce qu’il n’avait jamais été amoureux, il se laissait guider par des envies qu’il ne connaissait pas plus qu’elle.

Prendre quelqu’un dans ses bras, avec tendresse, c’était tout nouveau pour lui.
Et surtout se soucier de l’autre, dans leur cas, d’elle, comme c’était le cas, ça aussi c’était tout particulier et jusqu’ici inconnu. Enfin bien sûr, ses conquêtes avaient pu soupirer auprès de leurs amies qu’il était doux, patient, assez exotique comme garçon tout de même mais extrêmement à l’écoute. Moui… est-ce vraiment jugeable quand il s’agit d’une seule et simple nuit ? Difficile d’approuver.

Bref… Elle avait cru qu’il la repoussait parce qu’elle ne l’attirait pas et c’était en réalité tout le contraire. Il se sentait tellement attiré par elle que ses pulsions commençaient à mettre de côté toutes ses bonnes intentions et ça il ne le souhaitait pas. Naïvement, il aurait pu accuser un certain « manque » responsable d’un trop grand besoin d’assouvissement. Mais tout comme elle avait joué avec lui, l’avait rendu jaloux en sortant avec Jordan, il ne l’avait pas attendue au coin de la rue et c’est vrai, était sorti … ou plutôt avait passé la nuit avec une jeune femme de Glindel. Oui mais bon, c’était quand même vachement peu vu tout le temps passé chez les Cheistams.

Bon d’accord… peut-être le mettre un peu sur le dos du manque alors. Mais il n’y avait pas que ça bien sûr, ce serait beaucoup trop simple autrement. Quand il avait compris qu’ils se méprenaient mutuellement sur les intentions, les réactions de l’autre, il avait été assez… désespéré par leur attitude. Surpris, presque inquiet de ce qu’il comprenait de sa façon d’agir. Avait-il tant que ça peur de la perdre qu’il se mettait à craindre tout geste déplacé envers elle ? Oui… peut-être.

Finalement, Tristan, après un instant de flottement qui dut faire craindre le pire à sa jolie compagne et qui fut même responsable d’un début d’excuse de celle-ci, s’expliqua. Ou du moins il essaya. Pour lui, tout ceci était logique, tellement qu’il ne lui serait pas venu à l’esprit auparavant de l’expliquer. Oui mais voilà, sous les baisers tellement chamboulant, tellement désirables de la jeune femme, il oubliait qu’elle n’y connaissait rien et qu’elle… eh bien elle ne serait certainement pas contre quelques explications.

Et la connaissant, même après ces formidables progrès, elle pouvait être toute timide et gênée et ne pas oser lui demander, sans doute de peur d’avoir l’air bête, de paraître gamine, ce dont elle devait déjà bien assez souffrir, et surtout peur de l’agacer.
C’est pourquoi, alors qu’il parlait, il la regardait, il effleurait un peu ses mains et lui souriait gentiment. Non, elle ne devait pas penser ainsi, jamais.
Et mine de rien, ce grand dadais, quand il s’y mettait, quand il s’investissait, il était quand même capable d’être très clair et suffisamment informatif non ?

Elle sembla rassurée par ses paroles et l’enlaça même, ce qui permit au jeune homme de lui rendre la pareille avec un plaisir non dissimulée, mettant le nez dans ses cheveux.
Elle l’enlaça donc et commença à lui parler. Ah, elle comprenait, tant mieux. Mais que disait-elle ? Qu’elle ne savait pas comment son corps réagirait quand… ils passeraient à l’acte. Il serra les dents, restant silencieux. Elle aurait mal voilà tout… apparemment ce n’était jamais très agréable la première fois et il n’était pas sûr de vouloir garder le souvenir de la jolie jeune mage en train de souffrir… à cause de lui. Aie aie aie… non, ça, ça ne lui plaisait pas du tout comme idée !!!!

Il tiqua en comprenant qu’elle ne parlait pas de « physiquement » ou pas que… Parce qu’elle prenait une trop grande inspiration tout à coup, parce qu’elle le serrait un peu plus fort. Elle était inquiète… oui mais pas pour elle, elle ne s’inquiétait jamais suffisamment pour elle, il l’avait déjà compris depuis un bon moment.
Et la suite en effet lui donna raison. Sa magie… Ah ? Elle craignait donc que les réactions de son corps n’entraînent des réactions… magiques qui pourraient également le blesser ?

Oui, ça paraissait tout à fait logique. Après tout, sa magie faisait partie d’elle au même titre que ses poumons, ses reins, c’était… comme un organe oui. Et elle-même justement se désignait avant tout comme une mage. Il ne répondit pas… parce qu’il avait remarqué la vitesse à laquelle elle avait changé de sujet. Et il prenait note. Elle avait peur… vraiment peur. Non seulement de lui faire du mal, et au final il avait quand même ce petit coin de ciel bleu pour lui dire qu’il n’était pas le seul dans ce cas, mais encore et surtout, si elle s’était décidée à le lui avouer à présent c’était peut-être aussi pour se donner bonne conscience tout en craignant sincèrement sa réaction.

Les hommes sont douillés, pour ne pas dire trouillards dès que quelque chose s’avère nouveau, différent. Ils ont cette façon de dramatiser les choses et d’imaginer pire, toujours pire dès qu’il s’agit d’une souffrance qu’ils pourraient ressentir. Plus encore, ils aiment l’arborer comme s’il s’agissait réellement d’un fait exceptionnel et s’en serve même comme une sorte de trophée pour ces demoiselles. Une femme, pour la même douleur, sera capable de souffrir en silence…

Tristan avait bien eu l’occasion d’observer ce phénomène et à en juger la réaction de Cassidy, c’était aussi son cas. Sauf qu’il n’était pas de ces hommes là et la preuve en était le fait qu’il reconnaisse parfaitement la supériorité féminine dans ce domaine de résistance et qu’il en soit… admiratif, même si c’était sans le dire vraiment.

Il resta donc silencieux, ne voulant pas la crisper mais notant dans un coin de sa tête ce qu’elle disait. Il évoqua rapidement l’idée du massage, pour lui changer les idées, l’aider à se sentir mieux par rapport à ce qui s’était passé mais encore et surtout par rapport à la longue, bien qu’agréable journée qu’ils avaient pu passer et leur soirée mouvementée. Et dans mouvementé, oui, il y avait la douche avec son lot de frustration suite à une interruption un peu trop… violente.

Elle lui décocha un superbe sourire en déclarant qu’il était attentionné avec elle et il lui lança un regard un peu interloqué. Oui… elle avait raison, il était attentionné, c’est vrai. Et ça aussi c’était tout nouveau. Sauf… qu’il ne se forçait pas, ça venait tout seul, comme l’envie de la toucher, de l’embrasser… et comme toutes ces pensées qui assaillaient son esprit à la vue du corps de la jeune femme ou lorsqu’il l’embrassait ou qu’elle l’embrassait avec un peu trop… d’investissement… Nouveau sourire, gentil.

Elle s’allongea et il posa doucement une main sur une de ses jambes en la rappelant à l’ordre. Ben oui, il voulait bien la masser comme ça, mais elle apprécierait beaucoup moins que si elle… enlevait sa nuisette. Hum… pourquoi un petit démon était-il apparu dans son esprit et se léchait-il les babines avec un air d’affamé devant un somptueux buffet. Oh !!! Non mais ça va hein !!! Le buffet, c’était de l’autre côté. Surtout que si elle commença à lui obéir, elle sembla très gênée brusquement, ce qu’il pouvait comprendre.

Et même si elle fit tout de même l’effort de se déshabiller volontairement devant lui, le Drakkari, qui l’eût cru, vraiment attentif, prit grand soin de détourner les yeux, observant le mur plus loin. C’est fou ce que se concentrer sur un mur peut être difficile… du moins quand on sait qu’un très belle jeune femme à moitié nue se trouve juste à côté et qu’il suffirait d’un trèèèès léger moment d’égarement pour se rincer l’œil.
Mais la mettre mal à l’aise n’était pas dans ses intentions, c’était même tout le contraire.

Aussi, ce ne fut que lorsqu’il perçut un mouvement comme quoi elle s’était allongée, qu’il retourna la vers elle lui souriant avant de s’installer perpendiculairement à elle.
Au départ, c’est vrai, il observa son dos, en ayant davantage l’occasion que dans ce fameux bain. D’ailleurs, ce fut très doucement qu’il fit courir ses doigts le long de sa colonne vertébrale, et oui… ça pouvait aussi être une forme de torture quand on y regardait de plus près.

Par la suite, il fit très attention de ne pas lui faire mal et dès qu’il eut trouvé la bonne application ni trop appuyée, ni trop légère, il continua par automatisme et en réalité avec plaisir. C’est qu’il aimait bien faire ça en fait, c’était quand même surprenant, il l’ignorait jusqu’alors… Ou alors c’était le fait de sentir qu’elle appréciait qui le comblait et l’encourageait tant à continuer. Oui, sans doute. En tous les cas, s’il s’arrêta, ce fut pour reprendre doucement ses effleurements, bien plus tard, et déposer un baiser sur chacune de ses omoplates.

La demoiselle ne se laissa pourtant pas aller à la fatigue ce qu’il aurait pourtant parfaitement compris, prenant grand soin de la couvrir pour ne pas qu’elle attrape froid. Non, non, elle se redressait après l’avoir complimenté et lui intimait un gentil ordre comme quoi c’était à son tour d’être traité avec tous les égards d’un prince. Sauf que… si elle était détendue et beaucoup plus à l’aise, la vue qu’elle lui offrit, le fit déglutir difficilement et pour la peine, un léger rougissement teinta le haut des joues du garçon, juste sous les cernes qui avaient quasiment disparu sous ses yeux.

Pourtant, il fit un effort de titan en se détournant rapidement… enfin rapidement, tout était relatif, il était quand même resté suffisamment stoïque pour être en mesure, pendant encore quelques minutes, de dessiner les contours de son corps sans faire d’erreur ou très légères…
Aieeeuuuuhhh !!! Mais c’était dur !!!! Pas juste, na !!!

Allongé sur le ventre, le jeune homme pour sa part sembla détendu dès le départ bien qu’un léger souvenir un peu persistant lui donnait très envie de tourner la tête vers autre chose que le matelas. Mais finalement, il arrêta d’y songer, trop occupé à fermer les yeux et à profiter du massage de Cassidy. C’est qu’elle s’appliquait elle aussi et encore une fois avec un perfectionnisme, un besoin de s’améliorer qui était presque… maladif.
Il y eut droit pendant un bon moment et s’il ne s’endormit pas, ce fut vraiment parce qu’il se rappelait en boucle qu’elle, elle ne s’était pas endormie.
… Surtout quand elle s’attaqua à sa tête. Elle avait tort en fait, ce n’était pas spécialement les massages dont il était fan mais il aimait bien quand elle caressait ses cheveux, oui… elle en particulier.

D’ailleurs, il avait déposé ses mains à plat sur le matelas, ses bras formant un angle droit par rapport à sa tête. Et s’il ne l’avait pas trop fait pendant qu’elle le massait, là, alors qu’elle avait les mains dans ses cheveux, il se mit à bouger les siennes, enfonçant ou plutôt crispant doucement ses doigts dans le matelas avant de relâcher la pression puis de recommencer, exactement à la manière d’un chat bienheureux qui l’aurait prouvé davantage à l’aide d’un ronronnement en plus !

Elle finit par arrêter et se rhabillant, s’allongea près de lui. Il lâcha un léger grognement en se retournant après plusieurs essais infructueux sur le dos, l’air tout groggy et la mâchoire endormie vu son manque de force pour parler. Sans doute fut-elle surprise qu’il se rapproche d’elle d’ailleurs, doucement pour remettre sa tête… contre sa poitrine en gémissant doucement. Ben oui, c’était lui le grand de leur couple quand même, ça faisait… bizarre comme attitude. Relevant doucement le visage, il déposa un baiser à la base de son cou puis s’étira et se replaça plus conventionnellement, se frottant la mâchoire en l’attirant doucement contre lui pour qu’elle puisse se blottir entre ses bras.

- Mgnh… merci, c’était bien…

Il bailla et se frotta les yeux cette fois-ci, oui, il était fatigué… pourtant, son estomac aurait sans doute dû le rappeler à l’ordre, il n’avait pas mangé grand-chose après tout.
Mais pris d’un sens du devoir difficile à expliquer, il se frotta cette fois-ci la mâchoire, la faisant légèrement rougir tant il y mettait de pression avant de se mettre en appui sur un bras pour la regarder.
Portant doucement une main à son visage, il lui caressa la joue pendant quelques secondes, lui souriant sans rien dire puis…

- J’ai pas mal pensé à ce que tu m’as dit tout à l’heure… Et je pense qu’il est tout de même important que je le précise avant qu’un autre quiproquo s’installe. Peu importe ce qui arrivera, je n’ai pas peur… de ta magie je veux dire. Avant, oui, ça m’aurait sans doute fait fuir, mais grâce à toi j’ai pu apprendre à la connaître et à cesser de la détester et de la craindre par ignorance. Je sais que tu peux être dangereuse et si je vois que tu n’es… pas bien ou que… qu’elle reprend le contrôle sur toi, je m’efforcerai de te calmer comme je l’ai fait la première fois. Tout ça pour te dire que j’ai confiance en toi et que je sais que tu ne me feras jamais intentionnellement du mal et plus encore que ce ne sera jamais… grave. Alors ne t’inquiète pas, d’accord ?

Il sourit gentiment mais apparemment avoir un côté chevalier servant aussi sensible ne lui convenait pas… ou peu…

- Alors non, ne compte pas te débarrasser de moi avec ce genre de petit « possible » désagrément. Na !


Il lui tira la langue et refit ce fameux sourire taquin qui avait tellement dû aider les sentiments de la jolie mage à se faire amoureux à son égard. Sauf que son regard se fit plus sévère, apparemment il avait envie de jouer… mais que peu au final, plutôt prêt, lui aussi à s’investir.

- Enfin… tu as été bien cruelle de me narguer avec ce microbe serveur qui se prétendait un homme mais… j’imagine que c’était… mérité… A ce propos… une… amie à moi, s’est retrouvée dans un bien curieux état, je me demandais si tu n’y serais pas un peu pour quelque chose malgré ta prétendue indifférence à mon égard…


Bah quoi ? C’était le temps des confessions, voilà tout.

- Je plaisante Cassy… ne t’en fais pas… Mais, je voulais quand même te préciser quelque chose et je pense que c’est nécessaire. Si tu as quoi que ce soit à me demander, peu importe la question, peu importe le domaine qu’elle touche et peu importe si elle te semble ridicule, pose là… Je sais que tu… es très facilement gênée pour ça mais tu n’as pas de raison de l’être avec moi, d’accord ? J’essaierai toujours de te répondre, dans la mesure du possible… Et puis n’est-ce pas toi, qui un jour, avait encouragé une de nos camarades en déclarant qu’il n’y a aucune question stupide ? Qu’il n’y a qu’une sincère curiosité et soif d’apprendre ? Ne crois pas que j’ai oublié, princesse…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 9 Oct - 20:29

Heureusement que Tristan la comprenait. C’était quand même une sacrée maladroite quand elle s’y mettait ! Pauvre demoiselle qui tentait de faire des efforts ou de plus s’ouvrir mais sans savoir exactement la meilleure façon de s’exprimer. Ah oui elle était un peu perdue !

Et plus encore, lorsqu’elle se sentit rassurée par les paroles de Tristan, la jeune femme lui fit comprendre que son corps agirait quand ils passeraient à l’acte. Bien évidemment, elle avait tout de suite pensée à la magie. Cela coulait de source pour elle. Mais pour Tristan, la douleur à laquelle il s’attendait était toute autre, ce qui était un peu logique.

Mais en tant que mage, on pouvait aussi avoir des surprises à ce moment là. Et elle ne comptait pas montrer qu’elle avait mal. De toute manière, soit c’était lui, soit c’était un autre. Préférait-il qu’elle aille voir ailleurs ? Qu’elle se fasse violer pour ne plus avoir mal les fois suivantes ? Qu’il se rassure, ils prendraient leur temps si il fallait et même si elle sentait que la douleur devenait insupportable, Cassidy n’hésiterait pas à lui en parler dans le pire des cas.

Ah oui c’est sûr qu’elle était inquiète ! Pour ce qui pourrait arriver. Pour lui surtout. Elle ne voulait vraiment pas lui faire de mal et peut être qu’il avait fini par le comprendre vu comment elle l’enlaçait avec une telle force, comme si elle était sur le point de le perdre.

Alors qu’il lui avait proposé un massage, la jeune femme sortit une petite phrase avec spontanéité. Peut être que si ils n’avaient pas été ensemble, Tristan aurait tout fait pour démentir ce qu’elle racontait, pour ne plus se faire attentionné justement. Mais Cassidy n’avait pas vraiment fait attention à ses paroles, elle le pensait sincèrement et n’allait pas par plusieurs chemins pour lui faire ce compliment.

Puis, elle s’allongea avant d’hésiter pour enlever sa nuisette. C’est vrai que Tristan voyait à côté et le faire devant lui était un peu plus dur que d’arriver à l’improviste. Mais bon, au diable le côté coincé ! Il n’y avait aucune raison de jouer à la réservée alors qu’il savait à présent à quoi ça ressemblait.

Mais il lui faudrait peut être plusieurs essais avant d’être totalement à l’aise. Dès qu’elle eut enlevé sa nuisette, la jeune femme s’installa sur le ventre, et pas le dos parce que sinon Tristan aurait peut être perdu quelques neurones supplémentaires tout en comatant. Parce que l’auteur de ce message ne sait pas faire la différence entre le ventre et le dos mais chut, on taira cette petite étourderie.

Il commença et c’est vrai que ce frôlement du bout des doigts lui donnait des frissons tout le long de la colonne vertébrale, activant tous les petits nerfs alors que la jeune femme grogna un instant. Torture oui ! Surtout quand on ne voit pas ce qui se passe au dessus. Qu’il y mette ses mains ! Enfin, elle finirait sûrement par devenir accro aux massages.

Elle aimait ce qu’il lui faisait, à l’entendre gémir de plaisir de temps en temps, tout en ayant appuyé sa tête dans ses bras, se laissant totalement allée, c’était vraiment un massage royal pour elle. C’est qu’il se débrouillait bien le garçon ! Bon encore une fois, elle n’avait jamais eu l’occasion d’avoir de massage mais quand ça fait du bien, c’est que c’est encourageant.

Il termina en l’embrassant sur le dos, ce qui la fit rougir doucement et elle se redressa, même avec la couverture sur elle, pas vraiment gênée cette fois, malgré son corps dévêtu. C’est que sur le coup, le massage lui avait fait oublier la gêne. C’était bien fait pour se détendre et cela semblait plutôt bien fonctionner pour elle apparemment.

Puis elle lui demanda de se coucher à son tour, pour qu’il profite lui aussi. Le plaisir n’est meilleur que quand il est partagé. Et elle commença, s’appliquant vraiment à lui offrir un très bon massage. C’est qu’elle voulait vraiment le satisfaire. On pouvait dire qu’il en avait de la chance lui aussi même si le jeune homme avait eu toutes les femmes qu’il voulait à ses pieds, prêtes à obéir au moindre de ses désirs.

Mais voilà, Cassidy c’était un peu spécial. Parce qu’elle n’accordait pas ce genre de choses en temps normal. Elle n’offrait rien, ne touchait pas, et encore moins avec les hommes ! Sa magie lui permettait de maintenir une certaine distance avec les personnes gênantes. Oui elle agissait mais le plus loin possible.

Jamais elle n’avait demandé ou réclamé un contact, une étreinte. Ca c’était pour les autres ! Pas pour elle. Et pourtant avec Tristan, elle était complètement différente, s’ouvrant peu à peu à lui. Il y avait tellement de choses qu’il savait maintenant sur elle, qu’elle était comme un livre ouvert. Il lui suffisait de demander pour qu’elle lui réponde. Et puis, elle ne savait pas mentir, ça c’était certain.

Elle le massait alors que Tristan semblait apprécié puisqu’il fit un curieux mouvement tout en donnant des petites pressions sur le matelas. Cassidy n’avait jamais eu de chat, donc elle ne pouvait pas faire le rapprochement mais elle aurait trouvé cela touchant sinon. Alors qu’elle passait ses mains dans les cheveux du garçon, le massant parfois, le caressant juste à d’autres moments.

Puis, elle termina gentiment tout en se rhabillant. Mais Cassidy n’aurait pas cru que le jeune homme vienne se frotter contre elle comme si il réclamait encore un petit massage. Il semblait satisfait et elle l’enlaça de ses bras, le berçant doucement avant qu’il ne l’embrasse et qu’elle reste silencieuse, fermant juste les yeux pour apprécier leur position.

Ce fut la main de Tristan qui lui fit rouvrir les yeux, alors qu’elle le regardait avec curiosité. D’ailleurs il se mit à parler et un grand sourire touché apparu sur le visage de Cassidy pendant quelques secondes, tout en caressant doucement le dos à Tristan. Dans un sens, ça la rassurait qu’il le prenne comme ça. Il avait beau dire ce qu’il voulait, si il y avait bien quelqu’un qui méritait de prendre sa virginité, c’était bien lui, et pas un autre rencontré au hasard sur le chemin.

Et puis, c’était le seul à la connaître aussi bien. Pas même à ses parents elle n’avait raconté son problème de magie, pour ne pas les inquiéter. Alors comparé à beaucoup de gens, il avait une grande longueur d’avance. Et puis, qu’il n’avait pas peur de sa magie, qu’elle l’avait aidé à l’apprivoiser, ça la touchait beaucoup. Et ça se voyait dans le fond de ses yeux qui brillaient à la petite demoiselle.

Elle hocha doucement la tête, se retenant de lui faire un gros câlin pour manifester sa joie qu’il ne la rejette pas à ce sujet. Et bien oui ! Peut être qu’un autre homme aurait refusé de souffrir pour une mage mais lui se différenciait. D’ailleurs il reprit un air plus taquin pour lui faire comprendre qu’elle n’allait pas l’arrêter avec ça.
La demoiselle se mit à rire et tira la langue de bon cœur.

« Si tu le dis, alors je ne peux que te faire confiance moi aussi »

Sauf que… Tristan semblait décider à vouloir dire certaines choses. Si le début de sa phrase la fit se sentir horriblement gênée, comprenant que le garçon avait sûrement vu clair dans son jeu, elle ne put s’empêcher de rougir quant à la suite de sa phrase. Mais vraiment un rougissement comme quoi elle n’était pas, mais alors pas à l’aise du tout, regardant la couverture en traçant des cercles dessus tout en marmonnant des mots incompréhensibles.

Oh oui elle s’en rappelait bien de cette femme qui était rentrée main dans la main avec Tristan. Qu’elle avait pris un soin particulier à la mémoriser avant de se rendre à Glindel, sous une cape sombre. Elle avait attendu que la jeune femme passe dans l’angle de la ruelle pour lui lancer un sort horriblement gênant qui accélérait la vieillesse. Surtout au niveau de la poitrine et des cheveux. Jalousie quand tu nous tiens.

Puis elle redressa la tête, semblant faire preuve d’une assurance nouvelle tout en le fixant dans les yeux.

« Amie ? Vu comment elle te tenait la main… j’aurais plutôt pensé que tu étais intime avec cette femme. Je pense que ce jour là, ma magie devait être défaillante… »

Elle leva les yeux au ciel innocemment, même si elle était pas si innocente que ça pour le coup et ne tenait pas à le cacher. Mais elle semblait surtout taquine, décidant d’assumer un peu ses actes.

Il plaisantait, elle se mit à sourire. Après tout c’était tant mieux. Il continua alors sur sa lancée et elle lui serra doucement la main, satisfaite tout en hochant la tête.

« C’est bon à savoir ça »

Puis elle se dirigea vers le plateau repas et prit une autre assiette qu’elle tendit à Tristan avant d’en prendre une pour elle.

« Tiens mange un peu, sinon tu dormiras pas de la nuit »

Ils mangèrent tranquillement, parlant d’autres choses et surtout de ce qu’ils comptaient faire pour la journée suivante. Enfin, après avoir rangé les assiettes, la demoiselle se coucha sous la couverture se blottissant dans les bras de Tristan, un beau sourire sur son visage avant de l’embrasser.

« Bonne nuit Tris’… »

Puis elle s’endormit tranquillement sans demander son reste.

Cassidy ouvrit les yeux le lendemain matin. Elle avait bien dormi et s’étira un coup. Mais le courant d’air qui était à côté d’elle n’était pas normal. La jeune femme se redressa vivement, cherchant Tristan des yeux, encore un peu endormie.

*Il est passé où encore ce Drakkari ?*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 10 Oct - 16:57

Ca avait été un moment agréable, ce massage… Pour lui comme pour elle apparemment. Au départ, il avait tout de même bien failli s’y opposer pour la simple et bonne raison qu’il souhaitait qu’elle profite et se détende. Et une détente ne pouvait être complète que s’il n’y avait pas d’échéance à la clé. Mais Cassidy était têtue, il aurait donc dû le lui préciser bien avant pour qu’elle n’ait pas vraiment loisir de refuser.

Le jeune homme le nota tranquillement dans un coin de sa tête. En cas de renouvellement, il serait utile d’agir ainsi, pour être certain donc qu’elle en profite vraiment. Le simple fait de penser justement renouvellement était étrange. Parce qu’auparavant, lorsqu’il était avec une femme, il ne pensait jamais sur la durée. Sauf avec Maud bien évidemment mais elle c’était parce que c’était… particulier tout simplement.

C’était tout nouveau mais le fait d’y penser, là, ça ne lui faisait pas vraiment peur…plutôt une drôle de sensation dans l’estomac qu’il commençait à pas mal connaître puisque se produisant souvent avec… pour elle.
Au final, c’était lui le plus privilégié parce qu’il n’avait pas à penser à se retenir dans sa détente et c’est vrai qu’il profita beaucoup.

Elle massait quand même bien la petite demoiselle même si elle n’avait que très peu d’expérience. L’avantage d’avoir un Drakkari pour apprendre ? Elle ne risquait que peu de le blesser physiquement après tout. Et c’est vrai, la caresse dans ses cheveux l’acheva une fois pour toute. Pourtant, il ne s’était pas endormi, même si ça avait été très limite !!!! C’est pourquoi il la prit doucement contre lui peu après et qu’il se mit à lui parler.

Elle avait besoin d’être rassurée cette petite mage névrosée !
Et oui, c’était sa façon aussi de dire qu’elle comptait beaucoup pour lui, parce que bien sûr, il faisait attention aux détails, mais encore et surtout, il le lui disait pour le lui prouver, pour qu’elle sache que c’était bien le cas, même s’il ne demandait aucune récompense pour cela.
Et… il commença à aborder un sujet beaucoup plus épineux.

Si Cassidy rougit à l’évocation de Jordan mais aussi à cause de ce qui s’était passé avec « l’amie » de Tristan, elle se crispa encore et surtout quand il parla de la jeune femme.C’était normal… Elle n’était pas jalouse pour rien cette petite mage.
Il sourit. Bizarrement, ça lui faisait quelque chose de savoir qu’elle était jalouse et… que même s’ils n’étaient pas ensemble à ce moment là, très loin de l’être d’ailleurs, son comportement avec une autre femme lui avait déplu.

Soi-disant, sa magie avait eu des ratés. Il en doutait un peu. Mais imaginer sa petite princesse jalouse, revêche et bagarreuse, il trouvait vraiment cela adorable !
Doucement d’ailleurs, il lui caressa un bras avant de se tourner vers elle et de déposer un baiser sur son front, promenant une main sur son visage. Il hésita à parler mais finalement… décida « d’avouer ».

- Tu as raison, ce n’était pas une simple amie… mais ce terme peut englober bien des relations en fait. La vérité comme tu peux t’en douter et je n’ai nullement l’intention de le cacher, c’est que j’avais passé la nuit avec elle… et pas à contempler le plafond…

Elle s’était encore plus crispée dans ses bras et ses yeux lui semblaient étrangement brillants. Il la serra d’autant plus contre lui, pressant une de ses épaules, appuyant son front contre le sien.

- Non attends !... Je ne dis pas ça pour te faire de la peine ou regretter ce qui s’est passé… c’est juste que… en fait…p… pour être honnête… si j’ai fait ça… et c’est très difficile à avouer pour moi parce que… c’était avouer ce que je ressentais pour toi… je l’ai fait pour essayer de t’oublier. Tu étais avec Jordan et… depuis un moment déjà. En plus… il ne faisait pas circuler des rumeurs des plus innocentes pour sa part. Ca me touchait de plus en plus alors que je ne parvenais pas à m’expliquer pourquoi… et j’avais la… trouille. Si je m’éloignais quand tu étais près de moi, c’était autant pour te fuir, fuir ce truc bizarre qui me rendait malade… que pour éviter, par respect pour toi… de lui arracher la tête.

Ben voilà, ça c’était dit… Ben oui, lui aussi il était jaloux. D’ailleurs, il décolla son front du sien pour réellement… se mettre à fixer le plafond, ne semblant pas contrôler la légère rougeur de nouveau sur le haut de ses joues. Ben oui ça le touchait…Et alors hein ?!!!

Moui, au moins la demoiselle était bien assez maligne pour savoir qu’en parler un peu d’accord, mais trop… c’était à éviter.
Ils parlèrent un peu d’ailleurs puis elle se leva pour leur chercher de quoi se restaurer sur le plateau et il nota avec un sourire que l’assiette avec un assortiment de desserts était bien plus conséquente que celle réservée au salé. Gourmande demoiselle…
Obéissant, il mangea de bon appétit ce qu’elle lui avait apporté et ils parlèrent pas mal de tout et n’importe quoi, n’évoquant aucun sujet en particulier.

Finalement, elle se blottit entre ses bras et il sourit en la pressant doucement contre lui, répondant à son vœu de bonne nuit. D’ailleurs, le message aidant, il s’endormit comme une souche cette fois-là.
Quand Tristan se réveilla, il avait le bras un peu engourdi d’être resté dans la même position toute la nuit, intention de son corps de garder au plus proche, celui de la jolie demoiselle.

Il sourit, elle était adorable et il caressa doucement son visage et ses cheveux pendant quelques minutes, l’observant dormir avec un mélange de fierté, d’incompréhension, de joie et de tristesse. Finalement, avec mille précautions, il se leva et s’habilla… un peu plus avant de sortir sans un bruit de la chambre.
Comme il s’en doutait, il n’y avait plus de domestique pour veiller sur ses gestes et c’était tant mieux d’ailleurs.
Ce fut sans faire de bruit, qu’il sortit de la demeure, le soleil se levait tout juste.

- Vous êtes certain que cela fonctionnera ?
- Certain… Mais tu ne devrais pas mettre… autant… C’est tout de même assez violent et…
- C’est exactement ce qu’il me faut, et tant mieux si ça l’est, c’est ce que je veux.
- Après tout ça ne me regarde pas, mais ce n’est pas tellement dans mes habitudes de fournir ceci à des jeunes hommes… aussi « libres ».
- Ca me regarde…


Tristan sortit de la boutique dans laquelle il s’était rendu. Il ne semblait pas du tout gêné et cette absence de besoin de discrétion jouait en sa faveur pour le rendre… insoupçonnable.
Il rentra tranquillement à la villa après avoir flâné près du torrent, se rappelant de ce qu’il avait fait la veille avec Cassidy.

Elle venait sans doute tout juste de se réveiller quand il poussa doucement la porte. La preuve en était qu’il la trouva assise sur le lit, les jambes toujours sous la couverture, un air singulièrement endormi au visage et un peu désapprobatrice d’ailleurs… Ce qui était normal vu qu’elle s’était réveillée… seule.
Il sourit et refermant la porte, s’avança vers le lit, se débarrassant d’un jeu de pied sur l’une puis l’autre de ses bottes, de ses chaussures avant de grimper très habilement sur le lit.
Une rose entre les dents, il s’était entaillé la lèvre inférieure avec une épine mais n’en semblait nullement gêné et s’il vint quasiment se coucher sur elle pour frotter son nez contre le sien et l’inciter à se rallonger.

Il portait une épée dans le dos, celle gagnée lors de son combat de la veille, ses poignets de force et son pantalon sombre et sa chemise blanche qu’il laissait peut-être un peu trop entrouverte. Il fit glisser la rose à côté de sa tête et… l’embrassa passionnément et pas du tout un petit baiser de réveil tout calme ou semblable à ceux qu’il avait pu avoir dans ce même lit la veille au soir.. Non… un super baiser passionné qui fait tourner la tête et perturbe les pensées !!!!

- Bonjour princesse !!! Bien dormi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 10 Oct - 20:18

La jeune femme émergeait à peine, tout en se remémorant leur fin de soirée. Ah oui, elle s’était sacrément crispée lorsqu’elle imagina Tristan en train de coucher avec une autre. Et pour sûr, elle était sacrément jalouse la demoiselle !

Cependant elle n’avait pas fait plus de commentaire, s’endormant paisiblement dans ses bras, heureuse et comblée c’est vrai.

Sauf que là, elle était toute seule dans son lit, surprise en effet et cherchant Tristan un peu partout, se réveillant à moitié. Puis la porte s’ouvrit et Tristan apparut sur le pied de la porte, une rose dans sa bouche alors qu’il s’installa à côté d’elle pour poser délicatement la rose dans ses cheveux. Il était entraînant et avant qu’elle n’ait le temps d’ouvrir la bouche, Tristan l’embrassa. D’une telle façon que cela lui donna des frissons et lui fit tourner la tête.

La demoiselle le regarda avec étonnement. Là elle avait loupé un passage c’était certain ! Il n’embrassait pas comme ça la veille. Qu’est ce qui lui prenait d’un coup ? Il avait dit quoi déjà ? Eviter ce genre de choses pour ne pas qu’il se laisse tenter ? C’était ça ? Et ben… Il les franchissait vite ses limites.

Cassidy s’étira doucement puis essuya le sang qui coulait un peu de la lèvre à Tristan, cherchant à reprendre ses esprits.

« Oui… même si j’ai été bien surprise de ne pas te trouver dans le lit ce matin. Où étais-tu ? »

Elle lui jeta un regard un peu inquisiteur et interloquée, très étonnée de le voir aussi entreprenant ce matin. Il lui sortit une réponse banale à laquelle elle fit une petite grimace.

« Méchant ! Quelques minutes de plus et je venais te chercher ! Commence pas à m’inquiéter dès le réveil »

La demoiselle lui donna une petite tape taquine avant de se redresser vivement. Une voix résonna alors dans toutes les pièces.

- Votre attention s’il vous plaît, tous les invités sont priés de se rendre dans la salle de réception pour une petite annonce. Merci

La jeune femme râla et grogna avant de se caller un peu plus dans les oreillers.

« Mince ! Et moi qui pensait faire la sieste ce matin ! »

Puis au bout d’un moment, elle soupira et se releva tout en déposant un baiser très léger sur les lèvres à Tristan. Elle devait être un peu trop détendue, car Cassidy ne prit même pas la peine de passer par la salle de bain pour se changer, sortant une des robes achetées la veille et un corset pour enlever sa nuisette et s’habiller.

Non elle ne faisait pas attention à Tristan qui se trouvait à côté d’elle, ou du moins, elle ne donnait pas l’impression d’être gênée aujourd’hui, se préparant en toute innocence.

« J’espère que ce n’est pas un truc horriblement ennuyeux, je ne tiens pas à rester à côté de ce baron toute la journée. Pitié ! Je ne le supporterais pas ! »

Cassidy se mit à rire doucement en faisant un clin d’œil complice à Tristan.

Puis elle passa dans la salle de bain pour se coiffer et s’arranger, prenant la rose pour la fixer dans ses cheveux avant de retourner vers Tristan, un sourire sur le visage avant de se pendre à son cou pour déposer un nouveau baiser sur ses lèvres, profitant de ce moment de répit avec lui.

« Pfouuu ! Vivement ce soir pour être tranquille ! Et demain on reprend la route »

Elle soupira doucement de plaisir avant de caresser son visage tout en prenant la porte pour sortir avec lui à sa suite.

Les gens affluaient dans la salle de réception, prenant le petit déjeuner alors que le baron s’empressa d’aller saluer Cassidy avec les formules de politesse.

Ils s’installèrent à table et la jeune femme mangea avec appétit alors que le baron s’éclaircit la gorge pour dire quelques mots.

- Bonjour à toutes et tous ! J’espère que vous avez passé une bonne nuit. Aujourd’hui je vous propose une petite distraction, qui je l’espère pourra vous être agréable. Mais avant cela, nous accueillons aujourd’hui de nouveaux invités de marque. Permettez moi de vous les présenter…

Il sortit un parchemin et donna à chaque fois le nom de la personne ainsi que son titre. Cassidy leva les yeux au ciel.

*Mauvaise impression pour sa petite distraction*

Elle mangeait machinalement un bout de croissant jusqu’à entendre un nom qui la fit tilté et relâcher aussitôt son croissant. Non il y avait une erreur quelque part…

- Dame Maud, comtesse et propriétaire de champs de coton

A l’annonce du nom de Maud, la jeune femme resta bien silencieuse, même si elle se crispa d’un coup, sous l’effet du choc. Ah non quand même pas… Tout mais pas ça… Sa main commençait à trembler alors qu’elle tentait de garder le contrôle d’elle-même. Elle détestait cette noble sans la connaître ! Tout simplement pour ce qu’elle avait fait à Tristan. Elle avait profité de lui !

Cassidy souffla doucement tout en regardant son assiette, sans continuer à manger et écoutant à peine les autres noms des prétendants. Pour passer inaperçue c’était loupé ! Elle devenait toujours un peu plus blanche, très étrangement alors qu’elle serra et desserra sa main droite, semblant perdue dans un brouillard profond.

Puis elle se tourna vers Tristan qui devait sûrement s’inquiéter pour elle et lui sourit naturellement même si il devait être lui aussi surpris par l’annonce. Et ça la rendait complètement folle ! De l’imaginer avec la noble lui était complètement insupportable.

*Fais bonne impression… Fais bonne impression…*

Elle se leva lentement de sa chaise, comme si tout était naturel avant de glisser un mot à Tristan.

« Je reviens dans quelques minutes, j’ai besoin de passer à la salle de bain »

Puis sans en dire plus, la demoiselle se dirigea vers la salle de bain du rez de chaussé, respirant fortement, un brouillard se formant devant ses yeux pendant qu’elle marchait, aveuglée par une sensation pas très agréable qu’elle tentait de repousser au mieux.

Elle pénétra dans la petite pièce où la lumière filtrait par une petite fenêtre en hauteur. Cassidy referma la porte derrière elle en verrouillant la serrure puis se laissa glisser sur le sol, respirant difficilement. Pourquoi cela lui faisait aussi mal ? Pourquoi avait-elle aussi peur d’un coup ? Elle se prit la tête entre les mains.

Des flashs ressurgirent, des images, des paroles. Tristan qui s’était laissé tenté avant l’âge adulte… Le corps de la noble nue avec Tristan allongé dans le lit la regardant… La lettre… Cette lettre qui lui avait fait tant de mal… Elle avait peur oui ! Et cette peur… se nourrissait de ses craintes, de ce sentiment. Elle étouffa un grognement.

*Non mais je suis ridicule ! C’est pas comme si… Bon bon bon… Je fais quoi hein ? Je vais la gifler ou je fais comme si de rien n’était ?*

Elle soupira tout en regardant le sol. Difficile de paraître normal dans cette situation. Mais bon, elle devait faire comme si… comme si elle s’en fichait. Oui ne pas faire attention, après tout, elle devait bien faire le vide en elle pour éviter de se laisser déborder par de mauvaises émotions.

Cassidy se releva, un peu tremblante puis se dirigea vers le miroir de la salle de bains pour se débarbouiller un peu. Le contact de l’eau fraîche lui faisait du bien. Il fallait qu’elle se resaississe et ne se laisse pas tentée de cette manière. Sauf que… il était déjà trop tard.

« Tu l’as hais ? N’est-ce pas Cassidy ? »

La jeune femme se figea, interdite, puis releva très lentement la tête vers le miroir. La sorcière était de retour… Cassidy serra les dents puis tenta de rester complètement indifférente.

« Oui peut être bien mais je n’en ai rien à faire… »

« Tu mens… Tu veux l’étrangler de tes propres mains, tu veux qu’elle agonise lentement et en te suppliant à genoux de la laisser en vie, tu veux la battre jusqu’à ce qu’elle regrette d’avoir toucher à ton beau Drakkari n’est-ce pas ? »

Cassidy plissa les yeux, sentant sa marque verte sur le bras commencer à lui brûler la peau, alors qu’elle tentait de rester calme.

« C’est de plus en plus intéressant… Ta relation avec ce garçon dépasse mes plus grandes espérances… ta faiblesse pour lui… bientôt tu ne pourras plus aller contre ta nature… »

Cassidy ferma lentement les yeux, la marque la brûlait affreusement, voulant en finir rapidement.

« Il n’est pas ma faiblesse mais ma force ! Allez vous en jamais je ne céderais jamais»

Un immense sourire apparut sur le visage de la femme aux cheveux couleur ébène. Une image se matérialisa à côté d’elle, Tristan avec cette Maud, en train de faire des choses pas très… correctes.

« Bien sûr… Alors tente d’imaginer un peu que lorsqu’ils se retrouveront, leurs pulsions renaîtront… Et toi tu resteras seule… Car cette femme a quelque chose de plus que toi. Tu préfères qu’elle te vole l’homme que tu aimes ? Alors qu’elle serait tellement mieux morte… »

C’est vrai que c’était très tentant et malgré elle, la jeune femme se mit à avoir des idées très sombres et morbides. Pas le genre d’idée qu’il faudra avoir. Elle serra les poings lentement et rouvrit les yeux en tombant sur cette scène que la sorcière lui montrait qui manqua de lui faire pousser une exclamation de rage alors que sa marque verte devint plus intense, lui brûlant à moitié la peau.

Dans un élan de colère, sentant que la chaleur lui revenait, Cassidy leva sa main droite et d’un geste brusque et vif, balança son poing dans le miroir. Sous l’effet de l’énergie de la magie, le miroir se brisa en mille morceaux, faisant un bruit incroyable.

De l’autre côté, dans la salle de réception, le baron était occupé à donner d’autres noms d’invités lorsque le bruit se fit entendre, faisant tourner la tête à quelques invités, curieux par ce drôle de bruit. Le baron se tut, se râclant la gorge pour réclamer l’attention alors que des domestiques accouraient en direction de la provenance du bruit.

Cassidy, haletante, secoua la tête alors que ses jointures se mirent à saigner, à cause de l’amas de bris de verre. La sorcière et l’image avaient disparu tout comme la marque verte qui ne brillait plus. Heureusement que celle-ci était cachée sous la manche de Cassidy.

La jeune femme reprit rapidement ses esprits, entendant des bruits de pas dans sa direction alors qu’on essayait d’ouvrir la porte. Arf ! Il ne manquait plus que ça. Elle examina la fenêtre et monta sur un meuble pour l’ouvrir.

Heureusement, elle était suffisamment mince et petite pour se faufiler par là, tout en prenant soin de regarder si la voie était libre à l’extérieur.

Puisque cela semblait être le cas, Cassidy sauta de l’autre côté en fléchissant bien les jambes avant de se redresser et de marcher dans la direction opposée à la salle de bain, tout en évitant fenêtres, s’isolant dans le jardin, s’asseyant sur un banc. La jeune femme examina l’état de sa main. Elle avait porté un coup vraiment puissant… Mais elle le savait bien… c’était cette magie qui la rendait comme ça. Pas une bonne chose…

Elle retira les uns après les autres les petits débris mais elle n’avait rien pour arrêter le sang qui coulait malheureusement. Et comme elle voulait faire ça assez discrètement, ce n’était pas une tâche aisée. Juste ses doigts avaient profité des dégâts même si un bout de verre avait éraflé la paume de sa main. Cassidy soupira lentement, réfléchissant à la meilleure solution.

Utiliser sa magie tout de suite pour refermer les plaies. Elle se concentra en murmurant une formule mais c’est comme si elle se prit une décharge. Aie ! Apparemment mauvaise idée pour la guérison. La mage prit alors des feuilles qui étaient au sol et essuya comme elle put le sang qui gouttait.

*Je n’ai pas trop le choix…*

Elle incanta un autre sort qui lui arracha un cri de douleur mais sa main se reformait comme si de rien n’était. De l’illusion. Pour faire croire qu’elle n’avait rien. Un peu haletante, la jeune femme se redressa puis retourna en direction de la villa tout en rentrant par une porte qui était sûrement destinée aux domestiques. Elle atterrit dans la cuisine.

C’est avec un sourire gêné que la demoiselle demanda son chemin, avant de remercier et de se diriger vers la salle de réception comme si de rien n’était. Elle ne devait pas penser à ce qui venait de se passer, surtout pas. Cela ne ferait que raviver cette douleur. La demoiselle décida de faire comme si elle n’avait rien entendu et revint s’asseoir à côté de Tristan comme si de rien n’était.

« Désolé j’ai été longue parce que je suis remontée dans la chambre pour vérifier un truc. »

Elle semblait assez sûre d’elle-même si c’était un énorme mensonge. Mais son ton sérieux, et son expression beaucoup plus mature que d’habitude montraient qu’elle essayait de rester insensible à l’annonce fait, faisant comme si de rien n’était. Elle était même assez impassible, se contentant de boire son verre en silence.

Mais en vérité, la demoiselle avec très honte d’elle. Faire autant de grabuge pour quelque chose qui n’en valait pas l’intérêt c’était minable. Elle n’osait pas avouer à Tristan qu’elle crevait de jalousie pour Maud, mais bon, peut être qu’il ne faisait même pas attention. Si il y avait bien une chose qu’elle ne voulait pas mélanger, c’était magie et sentiments. Elle ne voulait pas que Tristan se force à revenir près d’elle parce qu’elle avait mal. Même si ça lui était très dur, c’était à lui de décider et pas parce qu’elle était en danger. La raison pour laquelle elle décida de ne pas l’inquiéter avec ça, surtout qu’il n’y avait rien au final.

- Hum… maintenant que l’annonce des invités de marque de la journée est faite. Je vais vous parler plus en détail de ce petit jeu que nous avons décidé de mettre en place. Afin d’apprendre à mieux se connaître et se distraire, nous allons faire un jeu de faux couples. Le principe est simple, les demoiselles d’un côté, les messieurs de l’autre. Tout le monde devra se bander les yeux et il faudra tendre la main pour choisir un partenaire. Tout au long de cette journée des petites épreuves seront conçues pour ces couples. En fin de soirée, un faux couple sera élu gagnant de ce jeu. Celui qui aura le plus séduit sera désigné comme meilleur couple de la soirée. Je vais maintenant appeler les participants et participantes…

Le baron désigna les personnes et il annonça le nom de Cassidy. La jeune femme se leva, un peu choquée et tout le monde se tourna vers elle. Ah non ! C’était stupide ! Elle n’allait pas jouer à ce petit jeu là !

« Messire, j’aimerais m’entretenir avec vous deux petites minutes s’il vous plaît »

- Bien ? Venez me rejoindre alors

Cassidy se leva puis se mit à l’écart avec le baron.

« Je suis honorée d’être ici Messire mais je ne tiens pas à participer à ce genre… de… jeu. Ce n’est pas dans mes principes. »

- Dame Herediane… Allons allons, ne soyez pas si timide que ça. C’est juste une forme de distraction et puis en tant qu’invitée de marque, la politesse demande à ce que vous respectiez cette règle…

La jeune femme soupira en acquiesçant avant de retourner s’asseoir à côté de Tristan, apparemment pas vraiment ravie la demoiselle. Elle se crispa encore plus quand il prononça le prénom du Drakkari et se désintéressa complètement de la suite du discours, sans faire attention aux autres participants.

- Bien, mettez vous en place, le jeu va bientôt commencer…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Jeu 11 Oct - 19:29

Revenir rapidement… C’était prévu. Après tout, il n’avait pas l’intention de passer énormément de temps à l’extérieur. Mais disons que cette mesure devenait… nécessaire. Tristan était revenu rapidement, une rose entre les dents. Cassidy n’était pas réveillée depuis longtemps. Il vint la saluer d’une manière enjouée et avec un long baiser qui était plutôt oui… pas mal du tout.
Elle faisait une drôle de tête, il rit, amusé, comprenant sans mal sa surprise. Oui… c’était devenu nécessaire… Et puis il ne mentit pas vraiment en disant qu’il n’arrivait plus à dormir. Il y pensait bien trop, retrouver le sommeil n’avait pas été possible.

Et c’est qu’elle le questionnait déjà la demoiselle ! Eh bien ! Elle était résistante !!! Il l’aurait pensé suffisamment sonnée par son baiser pour oublier son absence. Le jeune homme sourit et s’expliqua. Lui mentir ne lui plaisait pas mais non seulement ce n’était pas totalement un mensonge mais qui plus est… la vérité n’aurait pas plu à la jeune femme. Savoir ce qu’il était prêt à endurer pour être près d’elle, comme un garçon… normal. Enfin un homme normal… Non elle n’aurait sans doute pas apprécié. Alors pour l’instant, il ne lui dirait rien. Plus tard sans doute si, mais pas pour l’instant…

Qu’elle était mignonne quand elle faisait cette mine boudeuse. Il sourit un peu plus et pour se faire pardonner, glissa ses lèvres dans son cou pour commencer plus ou moins à la torturer… Et oui, au réveil, une attaque pareille, ce n’est pas facile à contrer ! A charge de revanche. Sauf qu’une voix résonna soudainement et ils se redressèrent. Lui beaucoup plus lentement qu’elle, frustré d’être interrompu et encore en train de lorgner le décolleté de la demoiselle.
Comment ça tout le monde devait aller déjeuner pour l’annonce ?

Pfff, c’était pourri ce truc ! Jusqu’à la moelle !!! Ils ne pouvaient pas la faire comme ça leur annonce, et les laisser… continuer un peu ce gentil réveil ? Il resta silencieux, mais Cassidy râla pour eux deux, ce qui lui tira un nouveau sourire et si au départ elle sembla vouloir disparaître sous les couvertures et que très docilement, il se colla contre elle, elle finit par se relever et s’habiller… Enfin encore et surtout se déshabiller pour commencer… Ce qui tira un haussement de sourcil et un déglutissement de la part de son compagnon.
Pourquoi diable penchait-il la tête quand il l’observait ainsi ? Bonne question, mais il ne devait pas avoir des pensées très innocentes en tête !!!!

Elle finit de se préparer et ils s’embrassèrent un peu avant de descendre à la salle indiquée. Ben oui… parce que s’ils commençaient vraiment à s’embrasser un peu trop, ça risquait fort de rapidement… déraper et ce n’était peut-être pas la meilleure des idées. Enfin pas tout de suite du moins… c’est qu’ils étaient attendus là quand même !!! Par contre sa phrase lui tira un sourire et il embrassa doucement son front. Ils ne se tinrent pas la main une fois en présence d’autres personnes mais déjà leurs corps semblaient s’habituer à l’idée de combler ce manque en se tenant… communément assez proche l’un de l’autre.

Ils s’assirent tranquillement à une table où se trouvaient déjà quelques autres personnes. S’il y avait deux jeunes femmes qui lancèrent un regard noir à Cassidy et encore plus en remarquant que Tristan semblait tout de même prendre un certain soin à lui proposer différents aliments, un sourire magnifique aux lèvres, les autres étaient plus âgés et ne leur prêtèrent pas plus que cela attention passé le moment du sourire discret.

Ah oui, la demoiselle avait faim, lui aussi d’ailleurs. C’est que se faire des tas de petits bisous le soir, ça creuse !!!
L’annonce commença. Oulà… des jeux pour la journée alors ? Eh bien ça risquait d’être… intéressant. L’esprit de compétition du jeune homme se réveilla aussitôt et il lança un regard protecteur à sa compagne. Avec l’esprit vif de la demoiselle et ses forces, ils seraient imbattables !!!! Comme le couple de combattants qu’ils formaient la veille pendant la bataille. Il pressa doucement sa main sur la jambe de la jeune femme. Pas pour lui faire mal ou la faire sursauter… sinon il l’aurait glissé sous sa robe, non, juste pour… dire qu’il était là en quelque sorte.
Cassidy semblait beaucoup plus intéressée pour sa part par le contenu de son assiette que par l’annonce en question et surtout, les noms qui se faisaient entendre. De nouveaux arrivants.

Il en connaissait quelques-uns mais n’y prêta pas beaucoup plus d’attention qu’elle en fait, très occupé à la regarder manger et à garder son propre croissant à mi chemin entre son assiette et sa bouche depuis quelques minutes déjà. C’est qu’elle avait vraiment des airs de hamster quand elle était ainsi… le regard vif et alerte de gourmande, un sourire même en mangeant. Elle était imprévisible… des fois quand elle mangeait, elle était juste gamine, craquante certes mais gamine… et d’autres fois, incroyablement… sexy… chacun de ses gestes devenant source de fantasme il en était sûr, pour les hommes autour d’eux, et le plus surprenant, c’est qu’elle pouvait passer de l’un à l’autre en un quart de seconde… et surtout s’en sans apercevoir. Par contre, lui s’en était aperçu et attendait la transition avec amusement.

Mais soudainement… il ne la vit plus. Car s’il n’écoutait que d’une oreille discrète, un nom lui sauta littéralement au visage. Inévitable… impossible à ignorer… Maud…
Il écarquilla les yeux de surprise, son regard se voilant alors que des souvenirs l’assaillaient de toute part. Il secoua légèrement la tête et la tourna vers la porte d’entrée que passait les invités en question, descendant un petit escalier, certes totalement inutile, permettant juste aux personnes présentes de bien voir les nouveaux arrivants.

C’était bien elle… Splendide comme toujours. Toutes les têtes se tournaient vers elle, les hommes semblaient cesser de respirer quand elle passait près d’eux. Grande, svelte, les lourdes boucles brunes de ses cheveux descendaient bas dans son dos mais d’une manière si élégante que chaque mouvement de son corps les faisaient virevolter dans un somptueux ballet.
Elle devait accorder un soin très particulier et une fierté sans borne à son corps vu la robe noire des plus… moulantes qu’elle portait à ce moment là… et… ce décolleté n’était sans doute pas autorisé par la loi mais très injustement n’avait rien de vulgaire chez elle.

La belle jeune femme semblait s’ennuyer ferme par contre et être lasse de toutes ces banalités. Elle bailla d’ailleurs très élégamment, déjà assaillie par les courbettes d’une dizaine de prétendants qu’elle ne daignait même pas regarder. Alors qu’elle observait par habitude l’assemblée, son regard fut attiré par une couleur, c’est vrai, de cheveux, peu commune. Elle ouvrit la bouche et écarquilla ses grands yeux brillants d’une surprise sincère. Tristan… à une trentaine de mètres d’elle, elle était sûre que c’était lui, même assis, elle reconnaissait sa carrure. Il croisa son regard et le détourna rapidement alors qu’elle se mettait… à rougir. Et oui… elle le faisait avec une classe indéniable qui fit d’autant plus soupirer ses prétendants.

Tristan pour sa part, secoua vivement la tête. Son cœur battait la chamade et il se sentait pris de vertige. Pourtant, c’est très naturellement qu’il s’inquiéta pour Cassidy. Bien sûr, il ne savait pas ce qu’elle avait pu… voir de lui et de belle noble mais son teint pâle, ça il ne pouvait pas le manquer.
Elle se leva, lui disant qu’elle devait passer à la salle de bain et il la regarda avec un mélange de surprise, d’inquiétude et de tristesse qu’elle le laisse seul brusquement… même s’il semblait parfaitement comprendre, hochant d’ailleurs la tête.

Elle s’éloigna et pour sa part, il ne bougea pas… la tête pleine de question et d’inquiétude. Maud l’avait vu… Peu importe qu’elle soit pour l’instant harcelée de toute part, elle parviendrait sous peu à se défaire de ses « agresseurs » et viendrait le rejoindre. Si Cassidy était à côté… Elle savait qu’ils avaient été amants… voir une de ses ex, et surtout une ex de la trempe de Maud, si proche de lui, ne l’aiderait pas… Pourtant il ne chercha pas à rejoindre la comtesse. Celle-ci, s’en rendant compte, eut un sourire même s’il ne la regardait pas. Elle pouvait bien le laisser gagner cette manche là… et s’avancer la première, il lui avait beaucoup trop manqué pour qu’elle joue à ce petit jeu très longtemps…

Tristan ne pouvait pas savoir à quel point il avait raison… A quel point Cassidy pouvait être inquiète et avoir peur… Sinon, il l’aurait suivie… ne l’aurait pas laissé seule… Parce qu’une fois seule, elle était encore plus victime d’elle-même. Alors non, il ne pouvait pas savoir ce qu’elle vivait tout à coup face à cette sorcière qui semblait la hanter et être tout à fait ravie de pouvoir enfin revenir à l’assaut. Pourtant, le tatouage dans son dos, sous sa chemise dont il avait relevé les manches jusqu’aux coudes, commença à pulser un peu, ce qui l’inquiéta davantage pour la jeune femme… mais il le mit surtout sur le compte de son propre stress… Pourquoi maintenant ? Pourquoi Maud… maintenant ?

Soudainement il y eut un énorme bruit qui se répercuta dans tout le réfectoire, interrompant les conversations et provoquant un léger mouvement de panique, restes de la soirée mouvementée de la veille. Tristan se releva d’un bond. Ceci… n’avait rien de normal, il en était certain ! c’était magique ! Même lui, le piètre connaisseur en magie pouvait pratiquement l’affirmer ! C’est qu’elle lui en avait appris des choses sa petite mage !!!

Il commençait déjà à avancer pour aller voir, inquiet pour Cassidy en se rappelant qu’elle était seule et s’était peut-être retrouvée confrontée au danger en question. Il serrait d’ailleurs les poings de rage, prêt à en découvre, à mains nues, même contre le plus terrible des sorciers pour ne pas qu’on touche à la jolie jeune femme.
Sauf que non seulement on lui fit comprendre qu’il ne devait pas bouger par maints avertissements mais encore et surtout, il fut abordé encore de toute part par des personnes voulant parler de l’Académie ou de ce qui s’était passé la veille.

Il s’efforçait de répondre, mais impatiemment, cherchaient, avec inquiétude, des yeux, la petite mage qui ne revenait pas… mais qui soudainement sembla presque se matérialiser à ses côtés et l’attira de nouveau vers leur table.
Il nota son assurance, son innocence et le fait qu’elle n’ait apparemment pas entendu l’explosion prouvait qu’elle était loin et donc en sécurité quand ça c’était produit. Immédiatement soulagé, il eut envie de la prendre dans ses bras et ne se retint que par devoir.
Il lui sourit gentiment, heureux qu’elle aille bien.

- Eh bien tu viens de rater un sacré boucan… Enfin bon, ce n’est rien. Tu avais oublié quelque chose ? Ou c’est parce que tu n’avais pas rangé ton bâton dans une armoire ?


Après tout, elle n’aimait pas qu’on touche à son bâton magique et si lui l’avait fait de quelques centimètres seulement la veille, elle l’avait remarqué… même si elle n’avait rien dit d’ailleurs.
Et hop !!!! Voilà qu’une excuse toute prête lui tombait littéralement dans le bec. Trop mignon le Drakkari… Et heureusement… il ne savait pas la vérité, sinon il aurait agi très… différemment !!!!

Le baron se mit alors à annoncer le plan de la journée et Tristan fronça les sourcils au fur et à mesure de son discours. Tiens donc… finalement ce n’était pas une idée si nulle… C’était même plutôt intéressant et peut-être très drôle. Mais encore une fois c’est parce que cela confirmait ce qu’il avait compris et envie de faire, à savoir faire équipe avec la jeune directrice… surtout si… dans une promenade quelconque ils arrivaient à se perdre derrière un buisson pour s’embrasser follement sous le nez de tout le monde… ça… ça mettrait du piquant !!!!

La demoiselle fut appelée et semblait vraiment surprise et assez… pas du tout d’accord. Elle tenta bien de parler avec le baron mais à voir sa mine dépitée quand elle revint vers lui, Tristan comprit qu’elle était contrainte et forcée de participer. D’ailleurs, il riait en silence et semblait beaucoup s’amuser, secoué de légers tremblements. C’est qu’elle le faisait rire quand elle avait cette mimique aussi. D’autres noms furent prononcés, dont le sien, ce qui intéressa aussitôt davantage plusieurs demoiselles dans la salle, dont une en particulier qui voyait ses soupçons confirmés. C’était bien son Drakkari qu’elle avait aperçu de loin.

Enfin on leur remit des bandeaux et ils durent tous se lever et ses bander correctement les yeux. Si Tristan frôlait déjà la main de Cassidy, tout en douceur en en discrétion, il se retrouva rapidement séparé d’elle quand des domestiques passèrent pour semer les différents participants un peu partout dans la salle. Et… on exigea qu’ils tournent tous sur eux-mêmes avant d’au top se mettre à quérir son partenaire de couple.
Il y eut pas mal de chute après ce top en question parce qu’ils avaient tout de même tourné un moment sur eux-mêmes. Tristan, se guidant à l’ouïe, évita quelques personnes, se fit bousculer par des « confrères », qu’il aida à se rétablir avec calme. Mais s’il essayait de repérer Cassidy, dans ce bruissement impossible, ce n’était pas vraiment chose aisée.

De plus, la demoiselle en question venait d’être… approchée de très près par le baron qui pour sa part tenait son bandeau à la main et qui avait un immense sourire au visage, ravi. Sauf qu’une main se posa sur celle qu’il tendait vers elle et il se retrouva à faire face à un grand et séduisant jeune homme qui d’un calme olympien, un air dissuadant dans les yeux, fit un signe de négation. Le baron déglutit, s’inclina légèrement et recula alors que le jeune homme touchait doucement Cassidy, faisant mine d’enlever son bandeau quand elle fit de même, s’exclamant :

- Wahou… j’en ai de la chance…

De son côté, Tristan sentit soudain son bras gauche se faire agripper par deux bras et serrer contre… hum… des poumons assez… développés. Il voulut ôter son bandeau de ses yeux, bien décidé à ne pas montrer sa déception, après tout c’était le jeu et il adorait s’amuser, ayant bien compris par rapport à où se situait la poitrine en question, qu’il ne s’agissait pas de Cassidy, mais son bras fut relâché et on porta les mains à son visage. Il s’immobilisa docilement, surpris, jusqu’à se retrouvé, recouvrant la vue, nez à nez… avec Maud, qui malgré le ravissement dans son sourire et son regard, semblait assez surprise également… mais en très très très bien.
D’ailleurs, n’approchant pas plus, elle lui fit un sourire à tomber par terre.

- Bonjour Tristan… tu m’as manqué.

Il ouvrit la bouche…mais n’eut rien le temps de dire car déjà…

- Mesdames et messieurs, c’est terminé, vous voici donc… avec vos partenaires respectifs et respectives !!! Vous formez à présent un couple, tâchez donc de remporter le premier prix, il devrait beaucoup vous plaire à tous !!! Bonne chance !!!


Le baron se tenait aux côtés d’une femme d’un âge plus mur qui papillonnait pas mal devant lui et Tristan tourna la tête, apercevant Cassidy au bras d’un homme jeune à l’air plutôt correct. Ouf, tant mieux, c’était mieux qu’un gros pervers !!! Il entendit des marmonnements à côté de lui et Maud s’approcha davantage, renvoyant parfaitement l’image de la belle dame tenant à son bel amant… Des marmonnements disant clairement qu’il y avait déjà un couple parfait près d’eux… Il tourna la tête vers une grande glace et retint un sursaut de surprise de justesse… oh oui… ils étaient plutôt bien… appariés !!!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Jeu 11 Oct - 22:17

C’est qu’elle ne semblait pas très intéressée de descendre en bas pour aller manger la petite mage. Non elle avait une autre nourriture plus passionnante à portée de main et même si elle adorait manger, être avec Tristan semblait une nécessité. Surtout pouvoir profiter tout en restant à côté de lui, sans donner l’impression de passer pour une couple, puisque Monsieur ne voulait pas.

Après quelques embrassades, ils descendirent pour aller manger et c’est vrai, Cassidy ne montrait pas un enthousiaste particulier. Pas du tout pour les annonces des invités dont elle se fichait éperdument à ce moment là , préférant manger de bon appétit.

Sauf que lorsqu’elle vit arriver cette saleté de pintade qui traversait la porte, la petite mage se mit à trembler très légèrement. Ah non elle n’allait pas tenir longtemps à ce rythme là ! D’ailleurs elle se sentait être un peu dans un autre monde à ce moment là. Mais si elle restait ici, cela ne risquait d’être pas très bien. En effet, des souvenirs tourbillonnèrent dans sa tête, lui donnant des vertiges et elle commençait à avoir très peur.

Pourtant rien ne s’arrangea quand elle s’isola dans la salle de bains. Mais elle le devait. Que pensait Tristan ? Bouarf ! Après toutes les lettres enflammées qu’il avait de l’envoyé à Maud, c’était plutôt elle son grand amour.

Pas la petite mage ! Encore une fois, elle se m’y à douter, se trouvant complètement ridicule de vouloir un garçon qui devait être fou amoureux de cette noble.

A quel moment lui dirait-il qu’il s’en fichait d’elle et qu’il préférait Miss à forte poitrine ? Elle le redoutait. Ses peurs, ses doutes, firent revenir cette horrible femme qui cherchait à s’introduire dans sa vie, lui donnant de la matière pour que Cassidy cède à l’horrible tentation.

La petite mage craqua presque. Voir cette horrible image lui donnait des envies de meurtre. Et c’est à juste raison qu’elle brisa le miroir en mille morceaux. Avant de se rendre compte de ce qu’elle était en train de faire, la demoiselle fila par la fenêtre, faisant une pause dans les jardins pour arranger sa main même si elle grogna.

Mauvaise magie quoi…

En effet, elle ne savait pas que dans ces moments de faiblesse, le tatouage était beaucoup plus sensible et donc leur lien se ressentait plus. Mais Cassidy ne préféra pas alerter Tristan. Après tout… ce n’était pas ordinaire et puis la seule raison qui déclencha cet évènement était uniquement la jalousie pour la noble présente.

Pourtant, la demoiselle respira un grand coup avant de revenir, même si à ce moment là elle aurait aimé devenir invisible ou s’enfuir à toutes jambes. Mais elle n’avait pas le choix et rejoignit Tristan qui était debout, sans paraître déboussolée ou quoi que ce soit. Non juste normal.

Il lui ouvrit grand la porte en lui trouvant une excuse et elle lui fit un beau sourire tout en joignant ses mains l’une contre l’autre en acquiesçant d’un signe de tête vif et rapide.

« Oui c’est ça ! Je voulais ranger mon bâton dans l’armoire pour être sûr qu’on ne vienne pas le chercher »

Elle reprit son verre et but une autre gorgée avant de se lever en toute hâte pour montrer sa négation. Non non non ! Elle n’aimait pas ce genre de jeu et puis si elle pouvait pas choisir Tristan, ça n’irait vraiment pas. Car il y avait une adversaire de taille dans la salle. Et cela elle se refusait à le laisser passer.

Pourtant, Tristan voulait la rassurer car il frôlait déjà sa main, avant qu’ils ne soient tous mélangés et séparés, Cassidy pour sa part, paniquant totalement, cherchant à l’aveuglette le grand Drakkari.

*Tris’ ! Tris’… S’il te plaît… Pourvu que… Oh et puis zut ! Je peux même pas utiliser la magie…*

Elle chercha jusqu’à ce qu’une main saisit la sienne. La jeune femme retira son bandeau, pour se retrouver face à un bel homme blond au regard craquant. Mais c’est à peine si elle fit attention à lui, trop déçue pour dire quoi que ce soit. Surtout après la phrase que le type sortit.

Cassidy s’inclina doucement devant lui, se contentant d’une expression gênée et pas très convaincue par ce qui lui arrivait.

« Chance ? Je crains que ce ne soit pas une bonne chance Messire, je suis très mauvaise dans ce genre de… jeu. »

Oh oui elle ne comptait pas vraiment jouer et chercha du regard son Drakkari. Sauf que lorsqu’elle le vit avec Maud, ses entrailles se transformèrent en plomb comme si elle venait de recevoir une gifle énorme. Ah non… Quand même pas ! Pourquoi maintenant ? Les Dieux se jouaient d’eux ? C’était un test c’est ça ?

Mais le fait de la voir avec la noble, qui d’ailleurs se collait pas mal contre lui, amplifia la jalousie de Cassidy qui ne pouvait rien faire à part fermer et ouvrir le poing dans un mouvement très nerveux. Le brouillard commençait à revenir, elle n’avait qu’une envie, partir très loin d’ici !

Soudain, un bruit de verre comme un impact résonna sur la table du banquet. Trois verres avaient éclatés pour une raison inconnue et les éclats se répandaient sur la table. Cela fit sursauter Cassidy avant qu’elle ne ferme les yeux pour inspirer profondément en passant une main dans ses cheveux et se détournant de cette pintade pour qui elle avait un regard des plus… enfin assez sombre au final.

*Je vais pas tenir toute la journée comme ça ! Y a pas une salle d’entraînement dans cette fichue villa ? C’est pas possible ! Je vais finir par démolir quelque chose. Saleté de yoyo ! Il faut que je contrôle cette magie… resaisis-toi resaisis-toi…*

Du côté de Tristan, des domestiques passaient non loin de lui, pour parler d’un évènement étrange.

- Il va falloir commander un miroir. Celui de la salle de bain a complètement explosé.
- Non !? Mais qui aurait bien pu faire ça ?
- On ne sait pas vraiment… La porte était verrouillée de l’intérieure et la fenêtre ouverte… En tout cas, qui que ce soit, ça devait être volontaire si tu veux mon avis… vu l’impact sur le miroir et le sang autour. Si c’est quelqu’un d’ici, on le verra tout de suite.
- Je vois… et lui donner la facture aussi par la même occasion
- Oui, Messire déteste payer pour les autres alors ouvre l’œil…


Ils repartirent alors que Cassidy ne savait pas vraiment ce qui allait se passer. Un homme demanda l’attention des couples avant s’avancer.

- Bien, nous allons commencer les jeux. La première épreuve se déroule à l’extérieur. Cette épreuve mettra en avant votre cohésion de couple et ce seront les Messieurs qui seront à l’honneur. Il s’agit d’une joute se déroulant sur un parcours au dessus de l’eau. Deux couples s’affrontent et l’homme tente de faire tomber le couple d’en face grâce à une lance. La demoiselle se tiendra sur les épaules de l’homme. Pas de coups bas, jouez franchement !

Tout le monde se dirigea vers la sortie alors que Cassidy avait la tête baissée. Elle avait été complètement choquée en apprenant le premier jeu.

* De quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ?!?! Non mais il est hors de question que je me rabaisse à cette épreuve grotesque ! Surtout avec cet homme que je ne connais pas. Je vais me créer un double et filer en douce, je ne veux pas subir ça…Et en plus j’ai peur de l’eau ! Pour un peu que ce soit profond… Ah non je peux pas *

Pourtant, l’homme qui était avec elle lui rappela gentiment le principe bien qu’elle n’y fit que très peu attention.

*Mouais… Je vais mourir…*

Elle fut pourtant bien obligée de monter sur les épaules de cet homme même si la grimace qu’elle tirait n’était pas pour plaire, pas très heureuse de se retrouver ici, et croisant les bras, boudeuse et se sentant totalement ridicule.

*J’aurais du rester coucher ce matin ! Non mais pour subir ça…*

Pourtant, Cassidy regardait l’eau avec appréhension. Mouais… pas rassurée du tout. Les joutes s’enchaînaient et elle constata que son fameux partenaire était pas si mauvais que ça, le pied droit et sûr, la position assurée, il faisait tomber tous ses adversaires les uns après les autres avec un grand talent.

Et bien apparemment, il avait l’habitude de se battre. La demoiselle haussa un sourcil interrogateur. Ce n’était certainement pas un noble… Quoi alors ? Un guerrier comme Tristan ? C’est pourquoi elle se mit à réfléchir un peu. Elle ne l’avait pas vu les jours précédents cet homme. Mais qui était-il donc ?

Mais lorsqu’il était en train de se battre, c’est à peine si elle s’accrochait, faisant tous les efforts possibles pour le toucher le moins souvent. C’était purement professionnel ! Par contre, du côté de la pintade, elle en profitait bien pour se coller à Tristan, et de ce qu’elle entendait, ils faisaient un beau couple.

Son cœur se serra tristement à cette annonce. Ah non elle n’avait pas voulu tout ça ! La demoiselle resta un peu perdue dans ses esprits, jusqu’à ce qu’on désigna les finalistes. Et c’est sans surprise que Tristan arriva en tête tout comme cet homme sur lequel elle se trouvait.

Mais lorsqu’ils se retrouvèrent en face, c’est d’un regard noir que Cassidy fixait Maud, comme si elle allait la broyer entièrement. Sa marque verte se mit à chauffer dangereusement et la brûler, comme pour l’inciter à aller encore plus loin. Quand Cassidy constata l’horreur de ce qu’elle risquait de faire, et surtout ce que sa magie pouvait faire, elle se contenta de fermer les yeux.

Puis, comme la douleur ne voulait pas partir, et heureusement que sa robe avait des manches, la demoiselle se mordit la lèvre à s’en faire saigner. Un goût de sang envahit sa bouche alors qu’elle gardait obstinément les yeux fermés, tentant de faire le vide dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Ven 12 Oct - 19:20

Des jeux ?
Pourquoi pas après tout ! Il avait envie de s’amuser à défaut de pouvoir profiter d’être seul avec la jolie mage. Et puis, s’il y avait des jeux, il y avait une compétition et s’il y avait une compétition… Il avait fortement envie de la remporter pour ses beaux yeux !
La demoiselle pourrait être fière ! Et il le ferait malgré son obstination à ne pas dévoiler qu’ils étaient ensemble.

Quelle curieuse façon d’agir non ? Mais Tristan avait de bonnes raisons. L’air de rien, il réfléchissait quand même beaucoup ce grand garçon et surtout, il connaissait, bien plus qu’elle, les petits complots et coups bas de tout ce qui s’approchait de la noblesse. Le baron serait très enclin comme il l’avait souligné, à louer à qui voulait l’entendre, l’Académie de la jeune femme s’il pouvait un peu la « draguer » pendant ce gala.
Par contre, s’il devait « affronter » un jeune homme, grand, beaucoup trop beau pour être sans défaut, courageux et extrêmement bon combattant pour conquérir le cœur de la demoiselle, ce serait bien plus… fâcheux.

Et puis… Pour l’instant, personne ne l’avait reconnu mais Tristan n’oubliait pas qu’il y a encore peu de temps, il était recherché, même si ça avait été sans doute très peu dans cette ville, siège des Cheistams. Il ne voulait pas qu’on associe ses méfaits à la douce mage qui n’avait fait qu’aider son prochain et enchainer les bonnes actions. Non… les comparer… n’était pas envisageable !

Bref… se présenter comme un couple… pas bonne cette idée. Mais il eut tout loisir de le regretter par la suite.
En effet, Cassidy pouvait ne pas tellement comprendre cette façon d’agir, c’est vrai qu’il n’expliquait jamais totalement ses actes. Elle pouvait croire qu’il avait… honte de s’afficher ouvertement avec elle, ce qui était totalement faux. Se sentir extrêmement chanceux et non méritant… oui, mais honteux… d’elle ? Jamais de la vie !

On annonça les noms des nouveaux arrivants et celui de Maud occulta tous les autres.
Elle était là oui, la belle, grande, tellement séduisante Maud. Toujours aussi belle, toujours aussi séduisante, toujours aussi sexy à en faire perdre la raison à un homme. Tsss les femmes avaient vraiment moyen de dominer le monde… Les hommes s’avéraient si faibles à côté d’elles !

Tristan était surpris oui, il ne s’attendait vraiment pas à la voir ici et ne savait trop qu’en penser. C’est vrai que revoir la belle dame… réveillait ses souvenirs et l’affection qu’il lui portait, qui était d’ailleurs pour une large part, due à la reconnaissance éternelle qu’il avait pour elle. C’est grâce à elle qu’il avait pu devenir un guerrier après tout. Comment l’oublier ?

Cassidy sortit rapidement après s’être excusée et c’est vrai qu’il… aurait dû la suivre, ne surtout pas la laisser seule. Mais il n’était pas un de ces garçons étouffants. Surtout qu’elle savait tellement bien se débrouiller seule la petite mage qu’il ne pensait pas pouvoir lui être d’une quelconque utilité et tout juste servir… à lui casser les pieds plutôt qu’autre chose. La vérité c’est qu’il s’attendait à ce qu’elle lui parle. Ben oui… c’était une pipelette. Une sacrée pipelette quand elle voulait mais il appréciait cela bien plus qu’il ne l’aurait cru. Elle exprimait ce qu’elle pensait, ressentait, lui avait tant de mal que malgré tout, cela le rendait admiratif. En tous les cas, il s’attendait à ce qu’elle s’exprime en cas de mal-être quel qu’il soit.

Elle devait bien se douter qu’autrement, il lui en tiendrait rigueur non ? Elle aurait dû lui parler… Elle en avait besoin… et besoin d’être rassurée aussi. Peut-être n’aurait-il pas été tout à fait honnête, mais il s’y serait efforcé, pour elle.
Néanmoins, elle revint vite, quelque temps après l’espèce d’explosion qui avait retenti apparemment dans la salle du rez-de-chaussée qui était ordinairement occupée par une harde de dames retouchant leur maquillage ou coiffure.

Elle lui semblait encore un peu pâle, comme peu avant qu’elle ne parte en catastrophe. Il crut que c’était à cause de son utilisation importante de magie la veille et ne dit rien. En vérité, il aurait dû remarquer que son regard n’était pas tranquille et que ses yeux brillaient un peu trop, comme si elle était sur le point de pleurer… ou de faire une crise d’hystérie. Mais son esprit, occupé par Maud, le torturait déjà bien assez et son attention pour la jolie mage passa aussitôt au second plan fort malheureusement.

Néanmoins, c’est en toute innocence qu’il lui donna une parfaite excuse pour justifier son absence dont elle s’empressa de s’emparer. Il n’y fit pas plus attention que cela. Il aurait dû.
Par contre, si Tristan avait hâte de participer à ces jeux, bien décidé à s’éloigner dans un recoin avec sa petite princesse, il ne s’attendait pas du tout à ce que la sélection des couples se fasse ainsi. Quoi ???!!! Mais c’était tordu comme technique !!! Ce n’était pas une agence matrimoniale leur jeu là ? Faire rencontrer des personnes qui ne se connaissaient peut-être même pas et leur faire passer la journée ensemble ! C’était quand même super tordu.

Il se retrouva d’ailleurs sacrément éloigné de Cassidy et c’est en se fiant à ses sens qu’il essaya plus ou moins de la retrouver. Le parfum de sa peau était assez lointain pour qu’il se rende compte qu’arriver jusqu’à elle, et surtout avant qu’elle ne soit « choisie », ne se ferait pas facilement… Du moins il avait l’impression de ressentir celui-ci mais ces dames mettaient tellement de parfums plus étourdissants les uns que les autres qu’il commençait à avoir mal à la tête à se concentrer de la sorte.

De plus, ses efforts se révélèrent vains puisqu’il fut agrippé par une demoiselle bien avant d’avoir assez approché Cassidy. Il enleva son bandeau et se retrouva nez à nez avec Maud qui avait un air aussi surpris que le sien sans doute mais qui à sa différence semblait folle de joie et lui lançait un sourire magnifique qui lui vrilla l’estomac. Il avait oublié à quel point ses sourires étaient éblouissants.

Se détournant d’elle, il se rendit compte que Cassidy était au bras d’un homme jeune, sans doute pas beaucoup plus âgé que lui, plutôt séduisant en effet, pas aussi blond que la demoiselle tout de même, et qui avait quand même l’air très correct et enjoué de faire équipe avec elle. Mais en même temps qui ne l’aurait pas été. Elle par contre, faisait cette petite moue boudeuse qui lui donnait des airs de petite fille.
Même de loin, il lui fit un petit sourire déçu avant de se concentrer sur ce qui se disait près de lui.

En effet, des domestiques venaient de passer. Maud était en grande conversation avec une femme plus âgée qu’elle semblait connaître au moins de nom et lui put donc se faire attentif. Quoi ? Que disaient-ils ? Le miroir avait été totalement brisé ? La porte verrouillée ? Rien que ces deux éléments lui rappelaient une bien triste histoire qu’il aurait souhaité oublier. Quand Cassidy avait subi l’attaque de cette… sorcière, il était bloqué dans une douche, magiquement… Déjà à cette époque, son inquiétude, sa sollicitude pour la jeune femme, ne pouvaient pas… totalement passer inaperçues.

Il jeta un regard à la jeune mage qui semblait s’ennuyer pour l’instant et être vraiment déçue de ne pas être avec lui, son regard coulant sur sa silhouette. Elle n’avait pas l’air d’être blessée… Et puis, si jamais il y avait un problème, elle lui en aurait parlé non ? Malgré ses soupçons, il se rassura. Oui.. elle lui en aurait parlé. Il savait qu’il avait beaucoup de mal à s’exprimer, mais ce n’était pas le cas de la jeune femme… et elle parvenait à lui faire confiance, une qualité admirable. Il eut un léger sourire, s’autorassurant rapidement.

On annonça alors le thème de la première épreuve et il pencha légèrement la tête, se faisant attentif, alors que Maud toujours une main sur l’un de ses bras, le devenait tout autant, l’imitant parfaitement sans même s’en apercevoir. Eh bien… c’était tout de même intéressant comme idée… plutôt très bonne d’ailleurs. Cela promettait d’être drôle, et puis il y avait peu de raison pour qu’il y ait des blessés puisque les chutes se faisaient dans l’eau.

Maud se mit à glousser et se hissa sur la pointe des pieds pour lui parler à l’oreille, lui désignant un couple assez hétéroclite. En effet, un homme d’une cinquantaine d’années, noueux comme pas permis, se retrouvait en couple avec une femme bien plus imposante que lui et il la regardait avec un scepticisme certain, se demandant certainement comment il allait pouvoir soulever « ça ».
Tristan se mit à sourire. Tout à fait le genre de la jeune noble de remarquer cela.
Elle ne lui parlait pas, elle ne se lançait pas dans un grand discours émouvant, disant à quel point il lui avait manqué, à quel point elle s’était inquiété ou autre.

Non, elle souriait, maintenait un contact au moins léger entre eux, ne cessait de le frôler et de lui lancer des regards qui en disaient longs à certains instants sur ce qu’elle avait en tête concernant le grand Drakkari. Il se détendit rapidement, retrouvant des repères et c’est très naturellement qu’il se mit à marcher à côté d’elle, lui ayant donné son bras alors qu’elle avançait élégamment et sans la moindre difficulté à son rythme pour rejoindre le terrain aménagé pour la première épreuve.

- Quelques règles sont à spécifier. Les lances que nous allons vous remettre sont munies en leur extrémité de rembourrage afin d’éviter toute blessure. Néanmoins, prenez garde de ne pas les retourner, l’autre côté même s’il n’est pas pointu n’étant pas rembourré pour sa part, il serait mal venu de se blesser dès maintenant. De plus, si nous avons spécifié que les dames devaient se tenir sur les épaules de leur compagnon, s’il s’avère qu’elle préfère se tenir dans leur dos, libre à elle… mais n’oubliez pas mesdames qu’ils ne peuvent pas vous soutenir et qu’il vous faudra croiser les jambes sur leur ventre et avec pas mal de force pour ne pas les gêner. Vous pouvez librement circuler de pontons en pontons. Attention pour l’instant ils sont secs mais plus nous avancerons dans les joutes plus ils seront mouillés par les éclaboussures et plus ils seront glissants… Toute chute dans l’eau est considérée comme un échec. Voilà, que les meilleurs gagnent !!!!

Tristan sourit, ce jeu lui plaisant beaucoup apparemment… Mais pas autant que Maud. D’ailleurs si les combats devaient se faire les uns après les autres, dès le top donné, toutes les dames devaient se retrouver sur les épaules ou dans le dos de leur compagnon… Les plus jeunes passaient d’ailleurs souvent les derniers et ce pour les épuiser un peu histoire d’équilibrer un peu les choses. De nombreuses personnes s’amusaient comme des gamins même si les dames s’insurgeaient de devoir se retrouver dans des positions aussi… euh… peu habituelles… mais tellement drôle.

Maud grimpa habilement sur un banc et Tristan s’assit docilement sur celui-ci. Ils agissaient dans un parfait ensemble comme s’ils avaient déjà agi ainsi. Comme la robe de la jeune noble était… eh bien moulante, c’est sans la moindre gêne qu’elle la remonta exécrablement haut, faisant rougir et trébucher plusieurs jeunes hommes ayant déjà une demoiselle sur les épaules, et grimpa sur les épaules de Tristan, caressant doucement ses cheveux alors qu’il se relevait. C’est à peine s’il donnait l’impression d’avoir quelque chose sur le dos. Mais pourtant, il ferma les yeux quand elle passa les mains dans ses cheveux, ce qu’elle arrêta heureusement relativement vite.

Déjà qu’il était grand, Maud aussi, alors là, ils dominaient pratiquement tous les couples de manière assez impressionnante.
Le Drakkari observa les combats et quand il vit combattre (généralement deux ou trois combats avaient lieu en même temps, le terrain d’eau étant vaste) le compagnon de Cassidy, il nota très vite son aisance et sa manière de manier la lance. Oui, un guerrier, sans aucun doute. Cassidy pour sa part ne faisait pas grand-chose à part… toucher le moins possible son cavalier. Aie… c’est vrai qu’elle n’aimait pas spécialement les contacts en temps ordinaire, ce devait être difficile pour elle…

Mais quand ce fut le tour de ce couple aux cheveux rouges et noirs… L’attention se fit toute particulière. Maud s’était penchée sur lui dès le début du premier combat, lui soufflant… d’en mettre plein la vue à ces novices. Il avait souri largement. Elle le connaissait bien, elle savait comment il fonctionnait, que l’encourager à aller dans ce sens… était vraiment lui faire plaisir. Il n’hésita pas une seconde et c’est vrai… se lança dans l’optique d’en mettre plein la vue.

Il agissait pratiquement comme si une jeune femme n’était pas sur ses épaules et se lançait dans des manœuvres risquées sous les encouragements et rires de Maud qui semblait s’amuser comme une folle pour sa part, s’agrippant fermement à lui. Pas à un seul instant il ne sembla vraiment déséquilibré par son poids même après avoir fait tomber ses adversaires à l’eau en prenant de l’élan… et sautant à pieds joints sur le bord extrême du petit ponton sur lequel ils se trouvaient. Le mouvement de catapulte avait eu un aspect assez extraordinaire mais le rétablissement derrière du grand guerrier aux cheveux flamboyant, l’était sans doute tout autant.

Maud s’amusait… Il sourit. Son rire lui avait manqué. Un rire franc, ravi pour un rien. Elle ne se prenait pas la tête, jamais. Il avait oublié à quel point cet aspect de sa personnalité lui plaisait.
Les pontons devenaient néanmoins vraiment glissants. Plusieurs fois il trébucha, se rétablissant pourtant toujours sans trop de mal.

Enfin les finalistes furent annoncés et si elle le gratifia d’une tape affectueuse sur la tête, encourageante, Maud tourna la tête pour voir qui étaient les autres finalistes. Deux blonds apparemment… qui formaient à ses yeux un bien joli couple. Le garçon était grand, peut-être autant que Tristan et sacrément mignon avec ses yeux clairs et son sourire engageant. La largeur de ses épaules, les muscles de ses avant-bras, non cachaient par sa chemise, ne laissaient pas de doute possible quant à sa profession… tout comme le Drakkari.

D’ailleurs tous les deux, éclaboussés par la chute de leurs adversaires, étaient en partie mouillés et c’était à celui qui aurait la chemise blanche la plus transparente… Jolie vue.
Par contre la jeune femme sur ses épaules était difficile à définir. Elle était mince, sacrément jolie, aux longs cheveux d’un blond que jalousait pas mal la noble, sa peau était un peu pâle, mais elle avait des airs de poupée. Sans doute pas bien grande, vraiment craquante elle aussi. Ce ne semblait pas être une noble vu comment elle essayait de cacher son ennui, mais quelque chose dans son visage certifiait qu’elle n’était pas femme à se laisser marcher sur les pieds sans rien dire…

Elle la fixa d’ailleurs et Maud fut surprise de la haine qui se lisait dans les beaux yeux noisette. Oulala… Qu’est ce qu’elle lui avait fait ?! D’accord, d’accord, elle aimait la compétition mais cette fille avait carrément l’air de la prendre… beaucoup trop à cœur pour foudroyer ainsi du regard son adversaire !!!!

Tristan pour sa part, lancé dans le même examen visuel, ne tirait pas les mêmes conclusions. Oui il remarqua le regard de haine que porta Cassidy à Maud… Celui-ci le blessa un peu d’ailleurs. Bon d’accord, elle ne l’aimait pas… Mais la noble comptait quand même pour lui, elle pouvait essayer de se tenir devant lui. Apparemment c’était prévu puisqu’elle fermait les yeux.
Mais ce n’était pas ce qui avait vraiment sollicité son attention… Non… Elle était vraiment pâle, du moins en avait-il l’impression et il avait remarqué encore et surtout le regard qu’elle avait eu lorsque son cavalier était remonté, et elle avec du cou, sur les pontons.

Un regard d’inquiétude, pour ne pas dire de peur réelle, en voyant l’eau… Qui était plutôt profonde puisque ceux qui tombaient devaient toujours nager vers la rive.
Il fronça les sourcils. Il avait déjà remarqué dans le bain que lorsqu’il la soulevait un peu, qu’elle n’avait donc plus pieds, elle se crispait un peu avant de se détendre contre lui. Mais encore et surtout, la veille, quand ils s’étaient retrouvés à faire son jeu étrange, tractés par un cheval sur une petite embarcation. Elle avait l’air d’être terrifiée au départ. Totalement mortifiée et lorsqu’elle s’était accrochée à lui, il avait senti la tension dans les muscles de son corps mince serré contre le sien. Il avait mis cela sur le compte de la vitesse, d’une inquiétude normale pour les idées tordues du jeune homme (après tout il s’était fait éjecter par sa propre catapulte)… A présent, il se doutait que c’était tout autre chose. Est-ce qu’elle avait peur… de l’eau ?

Il ignorait totalement qu’elle ne savait pas nager puisqu’elle n’avait pas encore abordé le sujet avec lui mais cela l’aurait éclairé, un petit indice de plus. Néanmoins, du coup, il semblait beaucoup moins enjoué pour cette dernière joute. Déjà qu’il ne l’aurait pas fait tomber sans regrets mais en plus en imaginant qu’il pourrait lui faire peur…

Et mine de rien c’était énorme venant de lui qui adorait la compétition et ne se détournait jamais de ses buts. D’ailleurs Maud l’encourageait, jouant parfaitement son rôle de demoiselle admirative de son chevalier !
Tristan se mit en garde. Le cavalier de Cassidy n’avait pas du tout l’air d’avoir ces a priori et pour sa part, son regard laissait clairement entendre qu’il refusait de perdre.

Ils commencèrent à échanger des coups, lance contre lance comme s’il s’agissait d’épées, à passer de pontons en pontons agilement malgré leurs pas bien moins assurés à cause du peu d’adhérence notable. Ce fut le plus long des combats qui avaient pu avoir lieu jusque là. Avec l’adrénaline, la peur, les glissades rattrapées juste à temps et autre, l’envie de vaincre devenait de plus en plus… attirante. Le blond commençait à s’énerver pour sa part. Apparemment, ce n’était pas quelqu’un qui aimait perdre et il lança un drôle de regard au baron. Il s’était entendu avec celui-ci pour… briller dans cette épreuve. Or ce grand freluquet aux cheveux rouges, lui barrait le passage de la victoire et de la conquête du cœur de la belle Herediane !!!!

Le baron déglutit et donna discrètement des ordres brefs. Deux domestiques allèrent se placer, sans être vus, près des larges cordes qui retenaient les pontons et arc-boutant l’une d’elle, tirèrent d’un coup sec. Les deux combattants se retrouvèrent déséquilibrés et en particulier Tristan qui était juste à côté de l’attache de la corde en question. Ils se rétablirent de justesse mais le garçon blond contre attaqua habilement aussitôt. Or, sa lance étant tombée, il la ramassa à la va-vite et ne s’aperçut pas qu’il la tenait à l’envers. Tristan qui se redressait, ne put lever le bras pour se défendre comme l’avait prévu son adversaire et se prit le côté dur de la lance en pleine mâchoire dans un craquement sec, basculant en arrière dans l’eau. Sauf qu’au passage, il faucha les jambes de l’autre guerrier… qui tomba du coup également et aussi surprenant que cela paraisse, parfaitement en même temps que lui…

Si on se mit à applaudir, à crier, ravi du spectacle donné, le garçon blond, remontant aussitôt à la surface, rageur d’avoir perdu, mais nullement déçu par le combat et cette fin, attrapa Cassidy, sans même remarquer qu’elle était totalement en train de… paniquer. Et la ramena à la rive toute proche sans mal.
Par contre… pour l’autre couple, un peu plus éloigné du coup… Ce fut Maud qui s’en chargea et les rires et applaudissements cessèrent aussitôt. Plusieurs hommes descendirent dans l’eau pour l’aider sur les derniers mètres.

Tristan, sonné, n’avait aucune réaction et se serait probablement noyé si elle n’avait pas été là. Un hématome se formait déjà sur sa mâchoire et du sang coulait entre ses lèvres. A peine avait-il été déposé sur le sol que Maud écarta les autres personnes et se pencha sur lui, posant son oreille contre sa gorge. Elle devint très pâle, plaçant directement ses mains sur le thorax du jeune homme avant de se mettre à appuyer sans nulle crainte de lui briser les côtes, avec force et expérience… avant de poser ses lèvres sur les siennes après avoir bouché son nez et basculé sa tête en arrière. Il se mit à tousser et elle se recula aussitôt alors qu’il se tournait sur le côté pour recracher l’eau qu’il avait avalé, et le sang dû à l’impact.

De nouveaux applaudissements retentissaient alors que des murmures soulagés se faisaient entendre, surtout de la part du baron. L’autre couple « vainqueur » s’était approché et l’homme blond, l’air sincèrement inquiet, surpris et désolé était accroupi près de Tristan, plutôt pâle lui aussi. Le Drakkari secoua la tête, se massant la mâchoire avant de sourire à ceux qui l’entourait pour les rassurer. Malgré le craquement, il ne semblait rien avoir de cassé… Heureusement qu’il était solide. Son adversaire se mit à lui parler.

- Je suis vraiment désolé ! Je… je n’avais pas l’intention de… je n’avais pas vu que j’avais tourné ma lance, je ne…
- C’est bon ne vous inquiétez pas messire. Je suis solide et… c’était un très joli coup, rapide et précis, j’admire.


Et oui, Tristan faisait un grand sourire alors que les deux hommes se redressaient, l’un aidant l’autre, se serrant la main, « rapprochés » par ce combat et pas du tout rancunier l’un envers l’autre. D’ailleurs, ils se complimentaient l’un l’autre justement alors que le baron, rassuré, annonçait que les deux couples remportaient des points pour cette épreuve. Tristan se tourna vers Cassidy, ayant remarqué en premier lieu, la terreur sur son visage et alors que tout le monde s’éloignait pour aller se réchauffer au soleil là où les attendait une collation, il s’excusa auprès de Maud et rejoignit la petite blonde qui était alpaguée par une dame d’un certain âge qui la complimentait.

- Pardon dame, permettez que je vous emprunte votre interlocutrice, je nécessite un examen de sa part pour être sûr que je n’ai pas besoin de soin.


La dame sourit, ravie de la politesse de ce beau garçon et s’éloigna, rejoignant le groupe affamé. Les émotions ça creuse. Tristan attendit à peine qu’elle s’éloigne pour attraper Cassidy par la main et l’attirer vivement derrière un buisson, la faisant… basculer derrière celui-ci avant de se mettre à l’embrasser.

- Fiu… j’ai cru que je n’arriverai jamais à être seul avec toi. Ca va princesse ? Tu es toute pâle… Tu as froid ?


En disant ça, à genoux près d’elle, il ôtait déjà sa chemise et l’attirait contre son torse, peut-être trempé, mais éternellement chaud, lui frictionnant doucement les épaules avant d’embrasser doucement son front. Bah quoi ?… ce n’était pas parce qu’ils étaient surveillés, alpagués et séparés qu’il ne pensait pas à elle après tout !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 13 Oct - 0:02

Cassidy détestait, voire haïssait Maud. Parce qu’elle ne pouvait pas comprendre. Parce qu’elle n’avait pas vu ce qui s’était passé. Alors que la jeune mage parcourait le monde à la recherche désespéré d’un petit Drakkari perdu dans la nature, il fallait bien qu’elle comprenne qu’elle était arrivée trop tard.

Mais ça… cette façon d’abuser de lui ! De pervertir un jeune qui n’avait même pas l’âge adulte pour assouvir ses pulsions sexuelles, ça non elle ne pourrait et ne voudrait pas comprendre ! Alors peu importe la reconnaissance qu’il lui avait porté pour l’avoir aidé à trouver un maître d’armes, non, les manières n’étaient pas conventionnelles !

Coucher avec la dame pour attirer ses faveurs hein… Alors que la jeune Cassidy n’avait fait que se priver, que d’aider son prochain, que de vouloir retrouver Tristan sans se détourner de sa route. Voilà ce que ça faisait d’être trop gentille ! Elle était arrivée trop tard, et constatait avec douleur qu’elle ne remplacerait jamais Maud.

Ses pensées désespérées lui donnèrent une douleur énorme qui prit de l’impact, au point de faire ressortir ses plus mauvais côtés. Alors oui, elle avait faiblit, ne pensant pas que voir Tristan regarder la noble de cette façon lui ferait autant de mal. Pour un peu, les larmes lui seraient monter au visage. C’est qu’elle était sensible la petite demoiselle !

Pourtant, lorsqu’elle revint après cette situation mouvementée, Cassidy préféra ne pas prévenir Tristan. Parce qu’elle avait trop honte et qu’il ne comprendrait certainement pas. Qu’on cherchait à la tenter, à se servir de cette faiblesse pour la rendre incontrôlable. Parce qu’imaginer Tristan dans les bras de la noble lui donnait envie de vomir ! Parce que cette scène qu’elle avait vu dans le miroir attisait encore plus sa douleur ! Craignant, oh oui craignant de le perdre.

Et malgré cela, on sait très bien qu’elle n’avait jamais été comme ça.

La deuxième raison… et bien même si elle voulait lui en toucher un mot, serait-elle intelligente de le balancer devant tout le monde ? De le tirer à l’écart alors qu’on leur demandait de rester ici le temps de l’annonce des jeux ? Elle se voyait parfaitement dire, d’une voix théâtrale, « Tris’… Tu sais cette vilaine sorcière que je t’ai parlé ? Et bien elle est revenu. Et comme elle m’a passablement mis les nerfs en pelote, le seul moyen de la faire taire était de briser le miroir ».

Ah oui, ça aurait été très intelligent en effet ! Tout le monde se serait tourné vers eux, on l’aurait regardé bizarrement. Et comment lui parler alors qu’elle voyait pertinemment qu’il dévorait des yeux Maud ? Non il ne pouvait pas mentir ! Et cela la rendait encore plus malade ! Alors elle préférait ne rien dire, ne rien tenter et surtout pas maintenant. Et puis tiens, si il se passait quelque chose, elle lui rappellerait bien qu’il ne l’avait pas suivi dans la salle de bain, qu’il n’était intéressé que par l’annonce et pas par elle et qu’elle ne pouvait décidément pas lui avouer ce genre de choses en public.

Et puis, les couples avaient été choisi, pour le plus grand malheur de Cassidy. C’est qu’elle n’était pas partageuse la petite mage ! Et voir que Maud se conduisait avec Tristan aussi spontanément, lui faisait énormément de mal. Il souriait ! Alors qu’avec elle, ses sourires sincères étaient rares ! Combien de temps avaient-ils passé ensemble avant qu’il n’esquisse un sourire de ce genre là ? Ah non, ça n’allait pas le faire mais pas le faire du tout.

D’ailleurs, Tristan devait être si occupé avec Maud qu’il n’avait pas entendu quelques verres se briser au passage, alors que des exclamations de surprise furent poussé par quelques demoiselles encore trop traumatisées par les évènements de la veille. Cassidy se calma aussitôt en fermant les yeux. Si elle continuait comme ça, Tristan se douterait qu’elle n’était pas si innocente que ça ? Mais comment pouvait-elle lui parler hein ? Comment avoir un moment tranquille avec lui ?

Et puis… si elle lui disait il s’inquièterait, il ferait preuve de pitié pour elle, c’était certain. Elle ne voulait pas non plus qu’on s’occupe d’elle uniquement quand elle avait mal. Pourquoi ne pouvait-elle pas être normale quelques fois ? D’accord elle était une mage ! Mais être une femme normale, qui souffre sans casser tout le mobilier à cause d’une magie qui l’écrase complètement.

Le jeu commença et Cassidy se hissa de très mauvaise grâce sur les épaules de son partenaire, semblant complètement désintéressé de la situation et se mordillant si fortement la lèvre inférieure qu’elle risquait de se blesser.

Oui elle aurait du être avec Tristan pour ce jeu, ils auraient ris ensemble, ils se seraient amusés. Là elle s’ennuyait ferme et elle ne cherchait même pas à profiter ! Comment peut-on profiter dans ces conditions ? Elle est avec un homme dont elle ne connaît rien ! Ce n’est pas marrant mais alors pas marrant du tout.

Son partenaire se battait plutôt bien et elle fut forcée de le reconnaître. Et elle détourna très rapidement les yeux de Tristan et Maud, car le simple fait de les voir comme ça lui donnait la nausée. Mais elle se retrouva malgré elle devant Tristan et l’autre pintade. Avant de lui jeter un regard noir, à cause de toute la rancœur qu’elle avait accumulé ces derniers temps. Sa marque verte brillait, attendant le bon moment pour transformer le jeu en une véritable tragédie.

Il lui suffisait de faire un signe, un geste, pour étrangler la noble rien qu’avec la force de sa magie. Ses sentiments négatifs étaient tellement amplifiés qu’elle avait du mal à se reconnaître. Mais il n’y avait pas que ça.

Des petits signes. Par ci par là. D’ailleurs, le jeune homme qui la portait avait le front en sueur mais était-ce de l’eau ou une chaleur provenant d’une autre source ? C’est vrai que la petite mage avait bien chaud sur le coup et qu’elle avait toutes les peines du monde à se contrôler.

Alors, c’est dans un élan de résistance qu’elle ferma les yeux pour rompre le contact visuel. La regarder ne ferait qu’empirer les choses et elle le savait très bien. Mais c’était uniquement par respect pour Tristan qu’elle se retenait, préférant rester calme même si du sang chaud coulait dans sa bouche tellement elle se faisait mal.

Le dernier défi commença et Cassidy était plus un poids lourd qu’autre chose, parce qu’avec sa peur de l’eau, elle était tellement crispé que cela rendait la tâche à son partenaire beaucoup plus difficile. Pourtant, une chose arriva, et lorsque la jeune femme vit la lance s’enfoncer sur la mâchoire de Tristan, elle lâcha un cri… paniquée, prête à aller l’aider au moindre signe de faiblesse.

Mais son partenaire se déséquilibra et ils tombèrent tous à l’eau. Et ça, se retrouver sous l’eau alors qu’elle avait peur, c’était comme si elle se retrouvait dans le brouillard. Se débattant comme une diablesse, ouvrant la bouche, ne retenant même pas sa respiration, au bord de l’asphyxie. Plus le temps de penser à Tristan. Mais quand elle fut ramenée sur la berge, un peu sonnée, la demoiselle ne loupa pas le superbe bouche à bouche.

Elle se laissa retomber sur le sol, regardant le ciel, se trouvant tout à fait minable, nulle et complètement inutile. D’ailleurs c’est petit à petit que des couleurs quittaient son visage alors qu’elle fermait les yeux, respirant profondément et calmement.

Puis, dans un mouvement, encore un peu tremblante, la demoiselle se redressa et tenta de reprendre alors qu’une dame vint effectivement lui parler alors que la demoiselle semblait tout à fait distraite et pour ainsi dire ailleurs.

Tristan arriva à sa hauteur et demanda à parler à la jeune mage. Elle ne s’y attendait pas. Et encore moins à ce qu’il l’entraîne derrière un buisson pour l’embrasser alors qu’elle ouvrit à peine la bouche. La jeune femme se laissa faire même si la douleur était toujours présente. Ne comprenait-il pas ? Ne pouvait-il pas se mettre à sa place ? Comment réagirait-il si elle se montrait un peu plus affectueuse un homme ? Déjà qu’avec Jordan, il avait eu tout le loisir de se montrer vraiment possessif alors pourquoi ?!

Il la prit contre elle pour la réchauffer. C’est vrai qu’elle était quand même bien trempée. Se sentir contre son torse. Elle était bien, se sentait en sécurité, même si quelques larmes lui montèrent aux yeux qu’elle retint de toutes ses forces. Heureusement que la chaleur était partie ! Heureusement. Cependant, ce fut d’une voix assez hésitante qu’elle murmura quelques paroles.

« Je… je ne pense pas… arriver à tenir… »

Elle le serra doucement contre lui. Phrase assez énigmatique. Et puis…

« Je… »

* Je crève de jalousie de te voir avec Maud ! Tu le vois pas ça ? Tu n’as pas ressenti ça ? Et à cause de ma stupidité je risque de me laisser déborder ! Si je te vois encore plus… avec elle… j’ai peur que tu joue avec moi… que tu ne m’aimes pas autant qu’elle… Et Tristan… chez moi… les sentiments ça fait beaucoup de dégâts… Je n’ai pas pu te sauver ! Je ne suis pas Maud !*

Une larme silencieuse coula le long de sa joue, elle se sentit encore plus ridicule et serra et desserra la main sous l’effet du sort d’illusion, incapable de parler. C’était peut être les paroles les plus dures à prononcer.

*J’ai cassé le miroir… Je veux partir… Je veux dormir… Je ne veux plus vivre ça…*

Puis elle souffla doucement, en évitant le regard de Tristan, se sentant honteuse. Mais il allait sûrement continuer à s’inquiéter.

« Il… il faut que je te… dise… que… »

- Messires et Damoiselles, veuillez vous regroupez s’il vous plaît, la prochaine épreuve va commencer

Ca commençait à s’agiter, on finirait peut être par les voir. Cassidy fit un sourire triste à Tristan, avant de prendre son visage dans ses mains et de l’embrasser tendrement.

« Je t’en parlerais plus tard… Quand on sera… tranquille »

*C’est ridicule… je vais te tracasser à cause de ça… mais au moins on verra… on verra ce à quoi tu tiens vraiment…*

D’ailleurs une personne s’approchait dangereusement d’eux et Cassidy s’éloigna rapidement de lui, pour ne pas qu’on les voit ensemble. C’était lui qui tenait tant que ça à la faire passer pour une célibataire ! Pas elle ! Oh qu’elle aimerait l’embrasser et lui tenir la main sous les yeux de Maud… Qu’est ce qu’elle en avait envie…
Ils se rapprochèrent de la table où l’animateur se tenait.

- L’épreuve suivante consiste à tester le partage d’un couple. Chaque demoiselle tiendra une pomme dans sa bouche pendant que son partenaire croquera le reste. Le premier couple qui finit sa pomme est déclaré vainqueur

Cassidy ouvrit grand la bouche. Epreuve plus ridicule c’est pas possible ?

« Je déclare forfait pour cette épreuve, c’est contre mes principes »

On la regarda bizarrement mais elle croisa les bras, catégorique. Pourtant, une personne vint lui murmurer une phrase à l’oreille, comme quoi ça serait mauvais pour sa réputation d’académie.

* En avalant une pomme ? Faites moi rire ! C’est grotesque ! Ridicule ! Mais booooon si il faut le faire pour la bonne cause…*

Elle agrippa la pomme dans ses dents et ferma les yeux, nullement intéressée pour regarder l’homme en face d’elle.

- N’oubliez pas, si vous faites tomber votre pomme, vous perdez

Cassidy se mit à sourire doucement. Ce n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde. Au top départ, les hommes commencèrent à croquer. Mais ce n’est que quand le jeune homme arriva à la moitié que la demoiselle fit tomber la pomme sur le sol tout en râlant.

« Oups… Je suis désolée ! Elle m’a échappé ! »

Très bien elle allait jouer à sa façon ! On la reconnaissait pour son travail, sa magie, pas ce genre de jeu ridicule !
Elle regarda rapidement Tristan avant de détourner encore plus rapidement la tête.

Les vainqueurs furent trouvés et ils passèrent à l’épreuve suivante.

- Bien, pour cette épreuve, chaque dame posera une de ces pommes sur la tête. L’homme devrait utiliser un de ces arcs pour atteindre la pomme sans faire de mal à sa compagne. Cette épreuve met en avant la confiance et un point sera attribué à chaque réussite. Ne vous inquiétez pas, si vous visez mal, les flèches sont magiques et se transforment en eau si la portée est mauvaise. Bon courage

Cassidy posa la pomme sur sa tête très simplement mais avec une idée derrière la tête. Peu importe qui elle avait en face, peut être que si Tristan n’était pas là, et qu’il n’avait pas avoué ses sentiments, elle se serait laisser tentée mais là, elle n’était pas du tout intéressée, malgré tout le mal que ça pouvait lui faire.

*Pitié je veux un terrain d’entraînemeeeeeeent ! Pourquoi les trolls ne reviennent pas ? Besoin de me défouler là ! Je veux me défouleeeeeeeeer ! Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !*

Mais pourtant elle semblait tout à fait calme, simple même si au fond d’elle, ses nerfs résistaient difficilement. Elle avait l’intention de se laisser tomber en feignant la peur… Sauf qu’elle n’en eut pas besoin.

Les hommes encochèrent leurs arcs pour tirer au signal de l’animateur. Cassidy regarda la flèche qui s’approchait d’elle comme si c’était au ralenti. Elle était étrangement calme… beaucoup trop calme d’ailleurs. Elle fixait un point comme ça, déterminée, assurée.

Les gens retenaient leur respiration, regardant le tir parfait du partenaire à la demoiselle qui risquait fortement d’atteindre la pomme posée en l’air. Sauf que… lorsque cette flèche approcha à un mètre de Cassidy, alors qu’elle attendait les bras croisés, très très calme. Trop calme.

D’un coup, un énorme champ d’énergie puissant l’entoura et réduisit la flèche à l’état de poussière. Tout comme la pomme qui avait explosé en mille morceaux au dessus de sa tête.

Les gens clignaient des yeux, se demandant si ils avaient bien vu. Pour un mage, être capable de réaliser un champ aussi précis, et s’activant d’un geste, sans formuler aucune incantation, était reconnu comme du très haut niveau.

Cassidy secoua la tête et enleva les débris de pomme de sa tête. Elle avait l’intention de se pencher au dernier moment mais sentant son flux de magie devenir plus important, elle avait fait confiance à celui-ci, se sentant agréablement bien d’utiliser la magie de cette manière. Ca la réconfortait… même si ce n’était pas fait exprès.
Elle salua les gens et son partenaire d’un sourire désolé.

« Désolé désolé… Vous connaissez les utilisateurs de magie pas vrai ? Mage agressé, bouclier activé. »

*Surtout en ce moment… Agression 100% !*

Le blond se contenta d’un commentaire et lorsque Cassidy tourna la tête pour regarder ailleurs, elle ne vit pas le bref hochement de tête que son partenaire avait envoyé à des personnes ciblées dans la foule, bien que rien ne se passe.

*C’est fou comme j’adore ce bouclier en ce moment…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 13 Oct - 19:32

Pauvre petite mage toute perturbée… elle devait avoir son lot de souffrance, d’énigme, de traumatisme… et surtout d’idées saugrenues. C’est qu’elle devenait sacrément parano quand même, mais…à juste titre. Après tout, vu le passé commun du Drakkari et de la séduisante noble, c’était le moins qu’elle puisse faire : s’inquiéter, paniquer.

Elle se trompait pourtant sur tellement de points. Des points qu’elle ne pouvait pas voir, qu’elle ne pouvait pas connaître et à juste titre. Après tout, elle débutait totalement dans le domaine des sentiments, même si pour le coup il était aussi novice qu’elle, dans le domaine des relations. Elle était égoïste et elle avait bien raison. Cela prouvait plus que certainement son attachement mais pour l’instant, c’était surtout en train de lui faire du mal.

Après tout, c’est avant même que les couples ne soient désignés qu’elle craqua totalement, ayant besoin de s’éloigner pour souffler et faisant payer à un innocent miroir ce qu’elle considérait comme la pire des injustices. Et encore une fois, elle avait parfaitement raison. Oui, cette nouvelle « aventure » avait vraiment des airs de tests, des airs… de jeux des dieux qui s’amusaient à les voir avancer et reculer tout aussi vite dans leur relation chaotique.

Elle pensait Tristan heureux… Qu’elle ne faisait pas le poids contre Maud, qu’il était heureux de revoir la noble et l’oublierait totalement pour celle-ci. Parce qu’elle avait peur et parce qu’elle ne se faisait décidément pas confiance du tout ! Elle aurait sans doute eu besoin qu’il la suive, la surprenne en plein craquage, qu’il l’enlace et la rassure tout en douceur avec quelques mots et beaucoup de baisers. Mais il ne l’avait pas suivie, pour ne pas l’étouffer. Il aurait dû…

Les couples furent désignés et malgré son air impassible, Tristan était triste et déçu. Il voulait faire équipe avec Cassidy, s’amuser avec elle, passer la journée à la faire rire, à la rendre fière de lui, d’eux… Oui, il refusait qu’ils annoncent publiquement être ensemble, pour elle, mais jouer le faux couple était tout à fait ce dont ils avaient besoin. Ils auraient « joué » à la perfection et personne n’aurait pu leur trouver un équivalent d’excellence de jeu d’acteurs. Pourquoi ? Parce qu’ils n’auraient pas joué tout simplement…

Il aurait pu lui tenir la main sans la moindre crainte qu’elle souffre de rumeurs blessantes. Il aurait pu danser avec elle, combattre pour elle, se comporter avec elle de manière possessive, jalouse, dragueuse, investie. Et au lieu de ça… Ils étaient séparés et elle se retrouvait avec un autre bellâtre tandis que lui… se retrouvait avec Maud.
Cassidy était très belle, mais elle et Maud ne pouvaient pas vraiment être comparées. Malgré ses airs de lionne quand elle se mettait en colère ou que quelque chose lui tenait à cœur, la jolie mage avait vraiment des airs d’ange, dont elle ne semblait vraiment pas avoir conscience. Elle paraissait si douce, si innocente, lumineuse, tendre… C’était comme conserver la fraîcheur, la douceur d’une adolescente dans le corps d’une belle adulte qui mettait ENFIN son corps en valeur. Maud pour sa part… était déjà plus âgée. Elle était la femme forte, qui s’affirmait constamment, n’avait pas la langue dans sa poche et le prouvait à la moindre occasion. Elle était plus sombre en quelque sorte, la beauté dangereuse, celle qui a des petits airs diaboliques tellement tentants pour les hommes faibles.

Son regard passa de l’une à l’autre. Elles étaient tellement différentes…
C’est vrai qu’il souriait à Maud et ne se rendit pas compte que ces sourires justement, faisaient souffrir la jeune blonde. Pourtant, c’était parfaitement logique. L’amour rend égoïste. Elle aurait certainement affirmé, si elle l’avait pu, qu’ils ne devaient être que pour elle !... Si elle savait…

Cassidy se montait la tête, de manière assez spectaculaire. Parce qu’elle était jalouse, parce qu’elle avait peur, parce que cette mauvaise magie se réveillait, parce que la sorcière était revenue, l’avait tenté avec la violence, la mort, lui avait montré cette horrible scène si blessante tirée de la réalité.
S’il l’avait entendu, il aurait été aussi surpris qu’effaré et peu importe les règles de ce jeu, il se serait efforcé de la rassurer, de la calmer. Ce n’était pas bon pour elle. Mais peut-être avait-elle raison de ne pas vouloir lui avouer la vérité, pour ne pas qu’il s’inquiète simplement parce qu’elle allait mal… Pour ne pas qu’il reste près d’elle simplement parce qu’elle était en danger.

Il avait entendu l’explosion des verres contrairement à ce qu’elle pouvait penser. Seulement, c’est à ce moment là que les domestiques parlaient du miroir. Il s’était alors focalisé sur ce qu’ils disaient, perdu dans ses réflexions et assimilant le bruit de casse à une serveuse maladroite. Après tout, cela arrive plutôt régulièrement et dans une fête pareille, cela n’avait absolument rien de surprenant. Pauvre petite mage… c’est vrai qu’elle avait de quoi se monter la tête à croire qu’il était trop occupé par Maud pour remarquer ses faiblesses, ses erreurs.

Ils sortirent et la première épreuve se déroula. Au départ, rien de notable ne s’était produit.
Pourtant Tristan regardait de temps en temps Cassidy à la dérobée et il songeait avec tristesse qu’elle était bien pâle et semblait vraiment… ne pas s’amuser. Ce qui l’ennuyait beaucoup. Il voulait qu’elle passe un bon moment et au lieu de ça… non, ce n’était pas du tout le cas. Bon d’accord, elle était déçue qu’ils ne fassent pas équipe, lui aussi… Mais son binôme était plutôt bien et puis il se comportait plutôt bien. Certes, elle n’aimait pas les contacts, ou plutôt avait du mal avec ceux-ci et ne s’était réellement ouverte qu’avec lui mais… quand même, ce n’était pas trop… exigeant là… même s’il convenait que c’était tout de même un peu ridicule comme épreuve.

Ils se retrouvèrent face à face pour la finale et son teint pâle tout comme la peur dans ses yeux lui apparut plus franchement que jamais ! Et puis… il y avait de la colère aussi sur ses traits. De la colère… destinée à Maud ? Ou à lui ? Il n’en était pas sûr et puis il n’avait pas vraiment le temps de se poser la question puisqu’il devait se battre, mais cela le marqua suffisamment pour le pousser à être moins prudent et… à se faire avoir. Dans un sens, ce n’était pas plus mal. Dans l’état actuel des choses, il ne se voyait pas du tout la faire tomber à l’eau. Elle avait l’air de lui en vouloir pour une raison connue d’elle seule, mais surtout elle n’avait pas l’air bien. Déclarer forfait n’était pas dans ses habitudes, mais perdre avec les honneurs pourquoi pas.

Il n’eut même pas à trouver comment parce que ce fut le partenaire de la jeune mage qui lui fournit une échappatoire… en lui broyant à moitié la mâchoire au passage. Le choc avait été violent et sa tête partit si vite en arrière que ses cervicales craquèrent, un nerf se coinçant en le privant momentanément de conscience alors qu’il tombait à l’eau avec une Maud qui ne semblait pas s’y attendre. Mais l’autre couple aussi était tombé…

Et il ne put rien faire pour aider Cassidy à vaincre sa peur de l’eau… pour la simple et bonne raison que sans Maud, il se serait probablement noyé. Il était encore inconscient quand il fut déposé sur le bord et qu’elle commença à essayer de le réanimer avec des gestes de tout sauf de débutante. Quoi qu’elle ait fait par le passé, réanimer les noyés devait être dans ses attributions. Surtout les beaux garçons dans son genre. Il reprit conscience et la tension dans le grand groupe de couple disparut aussitôt.
Pauvre petite mage qui avait assisté au bouche-à-bouche… Même si celui-ci n’avait rien d’un « faux » bouche-à-bouche.

Il se remit rapidement alors qu’il était annoncé qu’ils devaient se déplacer pour l’épreuve suivante et une petite collation.
Tristan alla alors rejoindre Cassidy et la dame qui parlait avec elle accepta de bonne grâce de s’éloigner alors qu’il prenait à peine le temps de s’en assurer avant de la faire basculer derrière un buisson et de l’embrasser. Pourquoi ? Parce que ça lui manquait. Parce qu’il en avait envie. Parce qu’il n’aimait pas se perdre en conjectures. Parce qu’elle lui manquait. Parce qu’il avait eu peur pour elle malgré tout. Parce qu’il avait vu l’abattement dans son regard suite au bouche-à-bouche, abattement qu’il n’avait eu aucun mal à identifier, parce qu’elle était toute pâle et lui semblait fragile, renforçant son envie, non… son besoin d’être près d’elle et de la protéger envers et contre tout. Oui mais la protéger de lui-même, était-ce vraiment possible ? Il l’attestait avec son action du matin-même justement.

C’est à peine si elle répondit à son baiser, se laissant faire sans résistance certes mais… sans y répondre pour autant, comme privée d’envie, de motivation aussi. Bien sûr si elle lui avait dit clairement de se mettre à sa place, non seulement il aurait arrêté, mais il aurait surtout réfléchi à la situation, parvenant plus ou moins à la comprendre de ce fait. Mais pour l’instant, à vrai dire, il ne comprenait pour ainsi dire… pas grand-chose.
Il avait rapidement cessé de l’embrasser, cachant sans mal sa déception devant son absence de réaction en prétextant qu’elle devait avoir froid, la pressant doucement contre lui.

La veille encore, elle aurait ri de son action, se serait peut-être indignée en le traitant de fou, tapant du plat de sa main sur son torse musclé, mais un beau sourire aux lèvres démentant ses paroles. Elle ne se serait pas contentée de se laisser faire, elle l’aurait attiré davantage contre elle, lui rendant son baiser, encourageante et semblant autant réagir que lui au moindre de leur contact. Ils auraient perdu le souffle et se seraient éloignés rapidement l’un de l’autre, essoufflé et le teint légèrement plus rouges avant d’être découverts, lui, lui lançant un clin d’œil complice.
Oui mais ça c’était la veille… Et apparemment ça n’arriverait pas… ou tout simplement plus.

Il effleura doucement son front de ses lèvres, inquiet, un peu vexé, mais surtout triste et désarmé, ne sachant que faire. Elle avait le front un peu chaud mais rien de bien alarmant. Il l’avait vu bien assez têtue pour ne jamais renoncer même dans un état peu enviable… Un peu de fièvre, ce n’était rien pour une demoiselle à la volonté de fer comme elle !!!!
Et soudainement, elle se mit à parler. Il baissa aussitôt les yeux sur elle, interrogatif. Que disait-elle ? Qu’elle ne pensait pas pouvoir tenir ? Il haussa un sourcil, ne comprenant pas, mais très attentif, attendant sagement qu’elle s’exprime.

Quoi ? La journée lui déplaisait ? Elle n’allait pas se laisser abattre par une petite fièvre tout de même !!! Ou alors elle avait faim ? En tous les cas ça ne pouvait pas être en rapport avec, comme la veille, leurs échanges de baisers assez… fougueux parce que là elle lui avait tout juste donné l’impression d’une femme se forçant à céder à son compagnon pour ne pas le vexer… ce qui lui faisait beaucoup plus de mal que si elle l’avait repoussé en fait.

- Qu’est-ce qu’il y a Cassy ?


Il avait demandé ça doucement, les sourcils relevés, l’air vraiment de s’inquiéter pour elle, caressant doucement ses cheveux qui gouttaient encore légèrement. Elle ne faisait que commencer sa phrase et se presser contre lui d’une façon très contradictoire à sa façon de répondre à son baiser. L’instant d’avant elle semblait lui céder par simple devoir, la suivante elle donnait l’impression de ne pas pouvoir tenir ne serait-ce qu’assise sans soutien et dans ce cas-ci sans le soutien de ses bras. Il ne comprenait pas. Et bien sûr, il n’entendait pas ses pensées. Pourtant ça les aurait bien aidés…
Elle lui disait qu’elle devait lui révéler quelque chose, il se fit d’autant plus attentif alors qu’une voix résonnait, disant que l’épreuve suivante allait débuter.

Il se crispa, furieux qu’on l’interrompe mais pas du tout dans la peur d’être découvert pour la peine. En fait, à cet instant, il s’en fichait totalement. Elle n’allait pas bien… Encore moins que ce qu’il avait imaginé ! Qu’on les surprenne était le cadet de ses soucis !!!
Sauf qu’elle n’était pas de cet avis et s’éloigna rapidement, lui lançant un beau sourire rassurant en annonçant qu’elle lui en parlerait plus tard. Il ouvrit la bouche, la referma, se murant dans un silence inquiet… Inquiétude qu’il semblait être champion pour dissimuler.

Pourtant, c’est le regard sombre qu’il revint près de Maud qui l’observa, le remarqua apparemment sans mal mais ne fit pas le moindre commentaire, se contentant de se tenir près de lui en silence.
L’épreuve suivante fut annoncée… une histoire de pomme qui le fit à peine sourciller alors que Maud poussait un profond soupir d’agacement devant les couples qui étaient déjà en train d’essayer d’élaborer des stratégies pour aller le plus vite possible… et tandis que Cassidy s’insurgeait déjà contre cette épreuve.

Elle avait sans doute raison. C’était ridicule, un peu humiliant aussi et totalement… déplacé. Mais c’était ce que les nobles appelaient « s’amuser » après tout et en tant qu’invitée de marque, elle se devait de s’y plier. D’ailleurs, c’est ce que lui souffla son compagnon d’infortune, posant doucement une main sur une de ses épaules en lui faisant un sourire timide. D’ailleurs, il précisa qu’il s’efforcerait de garder ses distances, essayant de la rassurer, l’air un peu gêné tout de même par la situation.
Mais les règles ne tombèrent pas dans l’oreille d’une sourde et c’est vrai qu’elle fit rapidement tomber la pomme, sans doute pour ne pas subir un contact qui lui déplaisait.

Maud rit en voyant du coin de l’œil, toutes les autres dames s’efforcer d’attraper la pomme en faisant la plus grosse bouchée possible pour épargner un maximum à leur compagnon et avoir une chance de gagner. La belle demoiselle était apparemment beaucoup plus réfléchie… ou simplement habituée. Elle attrapa la pomme directement par la petite ramure de bois qui l’avait si longtemps maintenu à son arbre, la coinçant habilement entre ses dents avant de présenter la pomme à Tristan. Leurs lèvres ne se frôlèrent même pas, ce qui ne semblait pas la déranger, et ils gagnèrent en l’espace de trois bouchées… dont une faillit valoir l’étouffement au jeune homme avalant les pépins mais la victoire quand même. L’air de rien, il lui était reconnaissant, en témoigna son léger sourire. Il était trop préoccupé pour réfléchir et se contentait… de réagir, elle le guidait tout simplement.

Mais encore une fois, ce devait être difficile pour Cassidy, même si là, ils n’avaient fait que très strictement respecter les consignes et contrairement aux autres couples, ils ne se retrouvèrent pas contraints à des embrassades obligées.

La suite… avait aussi lieu avec une pomme mais fit légèrement pâlir Tristan. Quoi ????!!!!! Tirer !!! Sur la pomme ?!!! Qui devait être sur la tête de ces dames ?!!!! Il tourna si vite la tête vers Cassidy que ses cervicales craquèrent de nouveau douloureusement, lui provoquant un brusque et heureusement très bref aveuglement. D’accord, elle était peut-être avec un guerrier, qui se débrouillait sans doute bien, mais il refusait de la voir courir le moindre risque !!! C’était hors de question !!! Non mais oh !!! Il allait l’étrangler cet organisateur ! Mage ou pas, elle n’était pas en forme, ça se voyait !!! Il allait se placer devant elle directement et refuserait qu’on tire !!! Voilààà !!!

La précision pourtant lui tira un léger soulagement bien qu’une pointe d’inquiétude persistait. Ben oui… la magie.. malgré tout, il s’en méfiait un peu. Même s’ils prétendaient que les femmes ne risquaient rien, il se tiendrait près de Cassidy pour intervenir si cela s’avérait nécessaire et tant pis s’il se retrouvait entre la flèche et elle, s’il était blessé ou quoi que ce soit d’ailleurs !!! Il ne laisserait personne lui faire du mal.
Maud l’observait, toujours en silence, suivant son regard, remarquant la crispation dans ses muscles, dans sa mâchoire. Il était différent. Son regard surtout…

Ils étaient dans les premiers à passer. Aussi, même sans application, il n’eut aucun mal à atteindre la pomme, énormément avantagé par rapport aux autres hommes concurrents et de ce fait placé beaucoup plus loin de la « cible ».
Du coup, il avait tout à fait le droit et ne comptait pas s’en priver pour regarder les autres tirs et surtout celui d’un certain binôme… qu’il avait combattu sur les pontons.
Etait-ce lui ou Cassidy était encore plus pâle qu’un peu plus tôt ? Ce devait être à cause de l’éclairage. Mais elle ne semblait vraiment pas en forme. Etait-elle malade ? Il remarqua que même si elle se forçait à rester immobile, elle serrait un poing… mais pas l’autre… D’ailleurs il se rappelait d’avoir attrapé la main dont le poing se fermait quand il l’avait entraîné derrière le buisson… Quand il l’avait serré contre lui, elle avait évité de le toucher de cette autre main… Avait-elle mal ? S’était-elle blessée en tombant dans l’eau.

*Cassy… qu’est-ce qui se passe ? Tu es… bizarre.*

La flèche partit et il écarquilla les yeux, ayant vraiment l’impression qu’elle n’allait jamais s’arrêter. En fait même si elle était remarquablement bien tiré, elle était un peu trop basse et avec le vent irrégulier, malgré la magie, pouvait très bien blesser la jeune femme à la dernière minute. Déjà ses muscles se tendaient alors qu’il bougeait pour intervenir… mais il n’en eut pas besoin.

Un énorme champ d’énergie était apparu et s’était mis à pulser autour d’elle, légèrement violet, auréolant son corps d’une sphère parfaite et rendant les contours dudit corps légèrement flous tant il tremblait de puissance. Tristan recula d’un pas pour se refondre dans la foule mais il était sans doute aussi surpris que toutes les autres personnes présentes. Bien sûr ce qu’elle venait de faire était tout à fait hors du commun pour un mage… normal. Les chuchotements allaient bon train mais lui surtout s’inquiétait pour sa santé… Ne lui avait-elle pas dit qu’elle avait énormément de mal avec les sorts informulés ? Comment se faisait-il qu’elle en soit capable soudainement ?

Sa magie était liée à ses sentiments… Il avait vu la beauté que pouvait revêtir celle-ci quand elle était heureuse… Elle le lui avait montré en soignant leurs blessures, surtout celles qui lui avaient été sauvagement infligées par ses agresseurs. Mais là… elle n’avait pas l’air heureuse. Quand il l’avait embrassé… elle n’avait pas du tout l’air bien, d’être satisfaite ou ne serait-ce qu’enjouée de son geste. Qu’est-ce qui lui arrivait ? Oui ils devaient parler… et au plus tôt.

Elle s’excusait poliment, plaisantait, comme si de rien n’était. Il la reconnaissait bien là, mais il sentait une pointe de sarcasme, imperceptible pour ceux qui ne la connaissaient pas suffisamment, dans sa voix. Qu’est ce qui se passait ?
Par contre, si elle était occupée à se débarrasser des restes de la pomme et à rejoindre le groupe alors qu’ils étaient vus comme gagnant étant donné le tir parfait de son coéquipier et qu’elle ne vit pas l’échange non verbal entre ledit coéquipier et… d’autres personnes présentes… Tristan lui le remarqua et fronça les sourcils sans comprendre. Bof ce devait sans doute être pour les rassurer ou témoigner de son agacement qu’elle lui ait fait rater la cible. L’ego des hommes pouvaient être si surdimensionnés après tout.

Il ne s’en préoccupa plus et s’il remarqua que Maud était de nouveau très proche de lui, appuyée lascivement contre une de ses épaules, il ne suivit pas du tout les autres tirs, très occupé à fixer Cassidy légèrement devant lui et son partenaire qui s’excusait à son tour, apparemment navré de lui avoir donné la sensation de l’agresser. Il prétendait être assez impressionné, qu’elle se défendait bien et qu’il n’avait aucun mal à croire ce qu’on lui avait raconté comme quoi elle aurait combattu des Trolls la veille. Il plaisanta même en disant qu’heureusement qu’elle avait faussé les résultats parce qu’il n’était pas du tout sûr de son tir. Poli, gentleman, il se comportait vraiment bien… Tristan fronça un peu plus les sourcils, sentant une espèce de poids dans son ventre. Il avait dû manger la pomme trop vite.

Enfin les tirs se finirent et il y avait tout de même pas mal de couples remportant au moins quelques points. On leur proposa de se reposer un peu avant les épreuves suivantes et de finir de se sécher au soleil à la « dure ». Ce qui semblait encore une fois beaucoup amuser les nobles. Des tables avaient été disposées dans une vaste plaine avec quelques mets et boissons, toutes proches d’un profond étang pour que les plus « épuisés » puissent y mettre leurs pieds s’ils le souhaitaient et ce même si la journée ne faisait que commencer. Tristan pour sa part n’hésita pas longtemps à se servir un verre d’alcool qu’il descendit d’un trait, fixant le verre vide comme s’il lui en voulait de se vider aussi vite.
Maud le regarda et rit ouvertement avant de le resservir en faisant une grimace.

- Il ne va pas te répondre tu sais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 13 Oct - 22:14

La demoiselle ne savait pas en effet. Ce à quoi pensait Tristan. Et si elle le savait un peu, peut être serait-elle légèrement plus rassurée de l’apprendre. Même si le fait de voir Maud poser ses sales pattes sur son beau guerrier lui donnait des courants électriques pas très agréables.

Ah oui, ils auraient certainement passer une bonne journée. Si ils avaient été ensemble ? Pourquoi ne pouvait-elle pas être une fille normale et pleurer en silence pour une peine de cœur ? Non, elle elle devait subir sa magie, malheureusement et ce n’était pas très juste.

Ils avaient commencé les épreuves et encore une fois, la petite mage montrait qu’elle s’ennuyait ferme. Mais comment se conduire autrement ? Son beau Drakkari était monopolisé par une autre ! Ce n’était pas l’idée qu’elle se faisait de vacances avec lui. Et pas n’importe quelle autre. Alors oui pour l’instant elle était plutôt mitigée par ce jeu insolite qui ne lui plaisait pas vraiment.

Peut être la petite demoiselle apprenait à ses dépends un de ses défauts, être possessive. Et puis… n’avait-il pas dit dans sa lettre que Maud était la plus belle femme d’Ascadian ? Qu’il avait hâte de compter les rainures du plafond avec elle ? Ca remontait, c’est sûr, mais qui ne lui disait pas que c’était toujours d’actualité ? A vrai dire elle n’en savait rien et en discuter calmement avec Tristan pourrait au moins un peu la rassurer si c’était possible, mais ils n’en avaient pas l’occasion.

Car elle, elle n’osait pas le déranger quand il était avec Maud, par manque de confiance.
C’est vrai, elle était complètement dépitée après ce premier jeu, incapable de lui venir en aide, de le sauver quand il avait besoin d’elle. Et ca la rendait encore plus mal à l’aise, amplifiant sa douleur.

Heureusement, et à sa grande surprise, Tristan l’attira à l’écart alors que la jeune femme se « lâcha » un peu et fit tomber son masque de grincheuse et râleuse lorsqu’il l’embrassa. Ce n’est pas qu’elle repoussait ses ardeurs, elle avait autant envie que lui d’être à proximité. Il lui manquait, le voir avec Maud lui était insupportable, faire comme si de rien n’était l’était aussi. Alors qu’il se rassure, elle ne risquait pas de si tôt d’avoir cette tête de zombie tous les jours.

C’est juste qu’elle était tracassée, mitigée et inquiète. Aussi bien à cause de cette horrible scène qui tournait dans sa tête, tout comme la crainte que Tristan joue un double jeu. C’est ce qu’il faisait avant, plusieurs amantes à la fois. Est-ce que ce serait différent avec elle ? Quand on voit Maud, elle avait du mal à y croire.

C’est pourquoi elle le serra dans ses bras, se raccrochant à son contact, ne le repoussant pas car elle avait bien envie de le sentir là contre elle, sa chaleur contre la sienne, ses lèvres contre les siennes. Si elle avait eu un peu plus de courage, elle lui aurait demandé de partir avec elle et au diable le jeu et la politesse !

Tristan semblait comprendre, ou commençait à s’inquiéter même si elle avait énormément de mal à prononcer ces mots qui la rendait honteuse. La jalousie… Peut être que si elle l’avait fait, que si elle n’avait pas aussi peur de sa réaction, de sa réponse, peut être que oui elle n’aurait pas hésité. Il y avait des signes qui ne trompaient pas.

Elle était collée contre lui, respirant doucement contre son cou, l’enlaçant comme si elle avait peur de le voir partir. Oui elle devait lui dire la vérité, ils n’allaient quand même pas se tracasser toute la journée pour ça ! Et puis peut être qu’elle se sentirait mieux. C’est ce qu’il lui avait dit… de lui parler dès qu’elle avait un souci.

La demoiselle voulait se lancer et semblait sur le point de le faire, lorsqu’on les rappela à l’ordre. Peut être que lui n’aurait pas bouger mais était-ce une bonne idée qu’on surprenne leur conversation ? Pire ! Si on associait la mage à la magie noire, qu’en serait-il de sa réputation ? Et elle se sentit extrêmement responsable. C’est donc à contre cœur qu’elle s’écarta de lui mais se mit à sourire en lui disant qu’elle lui en parlerait.

Dans un sens, c’était plutôt rassurant, elle ne comptait pas lui cacher. Même si elle se sentait complètement honteuse contre son attitude. Elle aurait voulu s’excuser d’avance, lui dire quelques paroles comme ça mais ils n’en avaient pas vraiment le temps.

Les autres épreuves se succédèrent.

D’abord une pomme à manger. Si Cassidy lâcha très rapidement l’affaire, même si son partenaire comprenait parfaitement son malaise et ne lui en tenait pas rigueur. Mais c’est avec un pincement au cœur qu’elle regardait Maud et Tristan même si ceux-ci restaient plutôt soft.

L’autre épreuve consistait à tirer une flèche et si Cassidy savait parfaitement que Tristan réussirait son coup, elle n’en avait aucune idée pour son partenaire, malgré son aisance naturelle. Cassidy aurait sûrement souri en voyant Tristan réagir, elle aurait sûrement été un peu rassurée quant à ses sentiments pour elle.

Pourtant, dans le pire des cas, la jeune femme préféra jouer l’indifférence et le calme. Même si elle s’apprêtait à se pencher en avant dès que la flèche serait assez près d’elle. Mais elle était suffisamment concentrée pour sentir cette petite pointe de magie qui manifestait sa mauvaise humeur pour le moment.

Cela avait même quelque chose de réconfortant lorsque son bouclier s’activa sans qu’elle en ait formuler l’ordre. Et même si elle se confondit en excuses, la demoiselle était plutôt heureuse de voir que ça au moins ça fonctionnait. Au moins pour les nouveaux arrivants, ils étaient quittes. On ne la toucherait pas aussi facilement ! Pas tant qu’elle respirait encore !

Maud était appuyée sur Tristan et Cassidy détourna encore le regard. Elle rêvait où elle aimait toucher le guerrier et faisait exprès ? Non parce que même si ça restait plutôt simple, Cassidy avait du mal à croire qu’il n’y avait pas des intentions cachées derrière. De le faire succomber à la tentation par exemple.

C’est alors que son partenaire la complimenta. Il était souriant, sincère. Voire un peu craquant mais bon, ça ne l’intéressait pas. En tout cas, il paraissait assez sympathique mais ça ne remplacerait jamais son Drakkari oh non !

Mais ça ça le regardait, il était le seul à pouvoir prendre son choix et Cassidy, même si elle se considérait comme sa compagne pour l’instant, n’avait pas vraiment son mot à dire et surtout, ne pouvait pas le forcer dans ses décisions.

La jeune femme discutait avec un groupe de personnes avant de s’excuser et de se mettre à l’écart, s’asseyant dans l’herbe pour réfléchir, songeuse.

Elle devrait au moins prévenir Tristan, c’était la moindre des choses. Au moins il saurait à quoi s’en tenir et pourrait se tenir prêt en cas de problème. Et puis, peut être qu’elle serait un peu plus à l’aise. La jeune femme soupira, semblant avoir pris une décision.

Elle se releva, puis Cassidy se planta pas très loin de Tristan, juste en le regardant, comme si elle lui demandait de le rejoindre pour lui parler. Ils devaient parler et là elle se tenait pas loin de lui, mais sans pour autant se rapprocher, Maud l’intimidait vraiment et elle voulait absolument éviter de croiser son regard. Elle lui tendait une perche.

Sauf qu’à force d’attendre, un groupe vint la rejoindre pour lui parler de tout et de rien, l’empêchant d’aller parler avec Tristan. Elle répondit avec patience avant de s’écarter une nouvelle fois et se diriger vers l’étang, regardant la surface de l’eau et sa propre tête.

Bouh… Elle était vraiment pâle. La jeune femme s’envoya une expression désolée. Elle inquiétait Tristan. Tout ce qu’elle voulait, c’était le rendre heureux et là elle ne l’aidait en rien. Cassidy se mordilla doucement la lèvre.

Comment lui dire ? Comment arranger la journée ? C’était sa faute ! Elle se faisait peut être du mauvais sang pour rien peut être.

*Non, je dois lui parler ! Le rassurer… Enfin je ne pense pas que ça le rassurera mais autant mettre les choses au clair. Manquer de communication ça nous réussit pas et puis tant pis si il ne m’écoute pas, j’aurais essayé au moins.*

Et puis, elle devait reconnaître que passer un peu de temps avec lui, ça lui manquait. Elle voulait l’embrasser à nouveau, plaisanter comme si de rien n’était, mais avec Maud à côté, difficile de se sentir en confiance. La jeune femme arrangea ses cheveux, regarda sa main à la surface de l’eau, puis prit son courage à deux mains.

Elle fit volte face et se tourna en direction de Tristan, lui faisant un beau sourire mais beaucoup plus sincère et heureux, comme si elle cherchait à arranger les choses. Comme si elle allait lui dire des choses et qu’elle avait un peu réfléchi, préférant au moins ne pas gâcher toute la journée.

Ce qu’elle avait l’intention de faire, c’est d’arracher Tristan à Maud, l’emmener à l’écart derrière un arbre ou un buisson pour déposer sur ses lèvres un baiser tendre et passionné, avant de lui avouer ce qu’elle avait sur le cœur, qu’elle tenait à lui. Et puis pour Maud, tant pis elle éviterait de la regarder. Moins elle la voyait, mieux elle se portait.

C’est d’ailleurs souriante qu’elle leva un pied pour aller en direction du Drakkari mais quelque chose attrapa sa cheville et la tira d’un coup sec vers l’étang. La jeune femme glissa et avec le choc, se retrouva en arrière à plonger dans l’eau après un beau bruit d’éclaboussure.

A ce moment là, la peur remonta à la surface alors qu’elle battait malheureusement des bras à la surface de l’eau, crachant et s’étouffant avec l’eau, fermant les yeux et luttant pour rester à la surface. C’est d’une voix remplie de crainte et de peur qu’elle cria une seule chose.

« Triiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis’ !!!! »

Avant de se faire emporter une nouvelle fois sous l’eau, alors que cela s’infiltra dans ses poumons et qu’elle perdit connaissance.

Sauf que son partenaire de couple était le plus proche, comme si il n’attendait que ça, se tenant quand même relativement proche d’elle-même si il ne la regardait pas. Sans hésiter, il plongea dans l’eau et se hâta de la remonter rapidement sur la surface, la posant sur la berge.

Des gens venaient de se masser autour d’eux, auquel il les écarta d’un signe de main un peu inquiet.

- Reculez vous s’il vous plaît, elle a besoin d’air et d’espace..

Il colla son oreille contre la poitrine de la jeune femme, puis lui tapota doucement les joues avant d’appuyer sur sa cage thoracique rapidement comme si il avait l’habitude de faire ça. Puis il lui pinça le nez et lui insuffla de l’air dans les poumons.

Cassidy se mit à cracher de l’eau et rouvrit les yeux en se redressant, reprenant une respiration normale. Elle regarda qui était penchée sur elle et il s’avérait qu’il s’agissait du blond. Qui lui avait fait du bouche à bouche ! Elle fronça les sourcils et retint à grand peine sa main qui risquait de partir. Pourquoi ce n’était pas Tristan ? Non mais vraiment quoi !

Sauf qu’elle reprit contenance rapidement même si elle était horriblement gênée.

« Je vais bien merci »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 14 Oct - 10:03

Non… le verre n’avait que peu de chance de répondre à toutes ses interrogations.
Tristan tourna la tête vers Maud après cette réflexion. C’était tout à fait elle. Des phrases qui voulaient tout et rien dire. Tout à fait son style.
Aussi bien pouvait-elle lui signifier qu’il ne se remplirait pas tout seul et ne pourrait pas justifier de son absence de contenu… Aussi bien… elle pouvait lui faire ainsi remarquer qu’elle avait noté son air soucieux et pensif.

Air qui ne ressemblait décidément pas au beau guerrier toujours dans l’action.
Il avait haussé les épaules, désinvolte, acceptant la rasade qu’elle lui servait et la descendant tout aussi vite. Il était agacé finalement de voir que Cassidy n’allait pas vraiment bien et… qu’il ignorait pourquoi. Ca l’agaçait de ne pas avoir de réponses. Et surtout, il lui en voulait pour son sourire quand elle avait fait comme si de rien n’était, comme si tout allait bien, que le sujet qu’elle avait voulu aborder n’avait rien d’urgent.

Justement parce qu’elle avait agi ainsi, ça ne pouvait être que tout le contraire. Que se passait-il ? Le blond l’aurait-il entraîné à l’écart ? L’aurait-il embrassée ? Tripotée ? Et la demoiselle perturbée souhaiterait-elle le lui dire avant qu’il l’apprenne de quelqu’un d’autre ? Non… si cet homme avait agi ainsi, déjà il ne serait pas aussi fringant qu’il l’était et surtout… il l’aurait su d’un regard, il en était certain !!!

Qu’est ce qu’elle pouvait bien avoir à lui dire ? Qu’est ce qui pouvait bien justifier son teint pâle et son air perdu ? Cette souffrance dans le fond de ses yeux ? S’était-elle vraiment blessée en tombant dans l’eau ? C’était tout à fait possible et fière comme elle était, il ne fallait pas compter sur elle pour l’avouer !!!
Il soupira, mâchonnant sans appétit une espèce de petit sandwich qu’il venait de prendre sur un plateau. Maud l’observait toujours, parfois l’air de rien, parlant avec animation avec d’autres personnes, mais évitant apparemment de lui poser des questions, comme si elle comprenait que cela ne la regardait pas vraiment.

Il releva légèrement la tête et remarqua qu’elle s’était approchée d’eux même si elle restait tout de même à distance raisonnable. Il avait raison, elle était vraiment pâle et elle avait l’air… d’être épuisée. Mais certainement pas par la fatigue des épreuves non. Elle le regardait et semblait l’attendre. Il posa aussitôt son verre, commençant à s’approcher d’elle mais deux hommes se dressèrent sur son chemin, plus âgés que lui, qui voulaient le féliciter et parler de sa bataille sur les pontons ainsi que lui demander où il avait appris à se battre, et… des questions de l’ordre du pourquoi son choix de l’Académie pour enseigner… etc.

Bien sûr, il ne pouvait pas donner la vraie raison mais il s’appliqua à faire une fois de plus l’éloge de cette école, encore une fois pour la jeune mage qui y avait consacré tant de temps, d’énergie et de sacrifices. D’ailleurs, par-dessus les têtes de ses interlocuteurs, il vit qu’elle semblait légèrement déçue et s’éloignait déjà. Il ragea intérieurement mais resta très poli et serviable avec ceux qui lui parlaient, notant dans un coin de sa tête qu’il avait envie de leur arracher la tête pour oser interrompre un moment de possible confidence de la jeune femme !!!!

Mais elle fut très rapidement abordée à son tour et dut se lancer dans une véritable interview. Pour la majorité, les femmes qui lui parlaient étaient plus âgées qu’elle et il y avait peu d’hommes dans ce petit groupe. Elles gloussaient comme quoi elle avait bien de la chance de faire équipe avec un homme aussi craquant et fort. Il y avait de quoi être enjouée. Surtout que ces dames en rajoutaient une jolie couche, loin d’être innocentes en sous-entendant que la journée pouvait être riche en conquêtes, connaissances et pourquoi pas se terminer sur une soirée… intéressante. Après tout, ce beau blond était à tomber, non ?

Pauvre petite mage… Si elles savaient…
Surtout que bien malencontreusement, elles avaient enchainé en parlant ainsi de tous les couples, surtout jeunes, qu’elles jugeaient parfaitement assortis, et en particulier celui du grand Drakkari et de la noble sur les pieds de laquelle il ne fallait décidément pas marcher.

- Ces deux-là si vous voulez mon avis, ça va faire des étincelles ce soir.
- C’est pratiquement assuré oui.
- Je n’aurais rien contre le fait de passer la nuit avec un Drakkari aussi mignon pour ma part.
- Ahahaha ! Tu sais ce qu’on dit sur eux ! La belle Maud risque de ne pas beaucoup dormir.
- Arrête, tu vas me rendre jalouse de cette gamine !!!


Pas vraiment un discours rassurant bien évidemment. Les dames aimaient les potins apparemment et étaient loin d’être… toujours délicates dans la formulation de leurs pensées. Pauvre petite mage encore une fois. Heureusement, elle parvint à s’échapper, tandis que Tristan agacé par ses interlocuteurs, la voyait s’éloigner.
Elle avait besoin de s’isoler ? C’est vrai qu’elle n’aimait pas tellement ce genre de choses. Elle les avait supporté les jours précédents parce qu’ils étaient ensemble, qu’il était là pour la distraire mais là…

Malheureux et culpabilisant pas mal, il n’écoutait que très distraitement les commentaires qu’on lui faisait sur l’économie des marchés. Cassidy se retourna soudainement. Il le perçut au mouvement doré de ses cheveux et releva aussitôt les yeux vers elle. Elle semblait beaucoup plus sûre d’elle, souriait et déterminée commençait à avancer, l’air de l’appeler du regard à discuter. Quelque chose dans son attitude assurée le rassurait et lui donnait encore plus, étrangement, envie de la rejoindre. Il sourit, baissant déjà les yeux pour essayer d’abréger rapidement la conversation ennuyeuse. Mais rien à faire. Tant pis, il allait devoir prétexter une envie urgente ! Tant pis si c’était ridicule mais là… Ils lui tapaient sur les nerfs à l’empêcher de rejoindre sa petite princesse !!!!!

Il ouvrit la bouche, voulut dire quelque chose mais un plouf léger se fit entendre et un hurlement lui fit relever rapidement la tête et écarquiller les yeux d’horreur. Cassy… Cassidy qui l’appelait. Un appel désespéré, terrorisé. Déjà il avait repoussé comme dans un rêve ceux qui lui parlaient… ou plutôt les avait envoyé valdinguer et se mettait à courir vers l’étang, semblant tout juste se rendre compte (dans le même mouvement) qu’elle n’était plus sur la berge, qu’une forme se débattait dans l’eau, que celle-ci était agitée de remous.

Elle était tombée dans l’eau ?!!!!
Bon ça en soit, ça n’avait rien de vraiment surprenant quand on connaissait la petite mage mais la terreur dans sa voix… Son estomac se tordait douloureusement, son cœur battait une chamade de tous les diables et semblait vouloir l’étouffer tant l’inquiétude le rangeait. Mais aussi rapide qu’il soit et surtout aussi motivé qu’il puisse être, le jeune guerrier ne pouvait pas battre à la course un homme qui était déjà sur place.

Et cet homme, c’était le partenaire de Cassidy. Qui déjà, remontait sur la berge, trempé et c’est vrai, il fallait l’admettre, quand même plutôt sexy vu les soupirs rêveurs des filles qui se firent entendre peu après, avec la petite mage inconsciente et encore plus pâle. Tristan voulut se précipiter vers eux, récupérer la jeune femme dans ses bras et la réanimer au plus vite, s’occuper d’elle, la presser contre lui quand elle rouvrirait les yeux… parce qu’elle DEVAIT rouvrir les yeux !!!! C’était impossible autrement… Mais il fut repoussé, comme les autres personnes proches s’étant amassées près du couple par cette phrase qui lui vrilla un peu plus l’estomac comme quoi elle avait besoin d’air.

La parole totalement coupé, extrêmement pâle à son tour et respirant avec une difficulté qui n’était nullement due à sa course, c’est dans un état second que Tristan observa un autre homme tenter de réanimer la femme qu’il aimait. Et aussi étrange que cela puisse paraître, il lui en était reconnaissant. N’arrivait pas à lui en vouloir. Parce qu’avec la panique qui le prenait, panique qu’il n’avait encore jamais connue, il aurait été bien incapable d’être aussi efficace.
Heureusement, Cassidy reprit conscience, crachant l’eau qu’elle avait dans les poumons, son visage si mignon marqué par la douleur de cette action. Elle était encore plus pâle, comme une mourante. Tristan sentait que ses mains étaient agitées de tremblement malgré le soulagement qui apaisait son rythme cardiaque et les nœuds dans son estomac.

Le blond faisait un sourire magnifique à sa petite naufragée, ses cheveux gouttant légèrement alors qu’il restait en partie penché sur elle, une sincère lueur d’inquiétude dans les yeux.
Cassidy se mit à parler, d’une voix un peu enrouée d’ailleurs. Il y avait de l’incompréhension dans son regard noisette, comme si elle ne comprenait pas que ce soit lui qui l’ait sauvée… et c’était tout à fait cela. Elle le remercia pourtant mais il ne se redressa pas pour autant, enlevant d’une main légèrement hésitante, les feuilles et petites algues qui s’étaient glissées dans les cheveux de la jolie mage, sous le regard attendri de beaucoup des personnes présentes.
On l’applaudissait, le félicitait.. Cela ne dura pas.

Maud qui avait rejoint très rapidement Tristan et assisté à toute la scène de sauvetage, fronçait les sourcils. Ses yeux glissèrent sur la silhouette du grand jeune homme étrangement stoïque et dont les mains tremblaient encore alors qu’il se tenait bêtement immobile à ne savoir que dire et que faire. On lui avait expliqué que la petite blonde était la directrice de l’Académie dans laquelle il se trouvait et donc qu’ils se connaissaient.

Elle n’était pas une femme capricieuse et assez imprévisible pour rien.
Alors que tout le monde était occupé à applaudir, féliciter, louer le courage et l’efficacité du blondinet, sous le regard d’un baron qui semblait étrangement crispé et soulagé en même temps, elle s’avança brusquement dans le cercle qui s’était formé, respectueux et permettant à la jeune femme de respirer et… elle attrapa une oreille du jeune homme qu’elle se mit à tordre sans la moindre pitié.

- Aiiiieee !!!!
- Eyh Casanova ! Tu l’as dit toi-même ! Elle a besoin d’air et d’espace !!! Pas d’une espèce de serpillère dégoulinante juste au-dessus de sa tête et oui, je parle de tes cheveux !!! Elle a avalé assez d’eau comme ça !


Les personnes présentes la regardèrent bouche-bée même si pas mal de personnes se mirent à rire pour ces messieurs et glousser pour ces dames.
Maud était loin d’être une dame sans ressource et semblait avoir une sacrée poigner ou une sacrée technique de tordage d’oreille vu comment elle avait redressé le jeune homme pourtant plus grand qu’elle, l’éloignant de Cassidy.
Elle se planta devant le baron à côté duquel elle avait repoussé le grand blond.

- Cette petite a besoin de se sécher, de se réchauffer et surtout de se changer ! Vous m’avez bien dit que nous aurons un jeu avec des chevaux par la suite non ?! Hors de question qu’elle concoure ainsi ! Le premier qui s’y oppose aura droit à la même couleur d’oreille que ce grand dadais ! Pas d’objection ?... Bien !


Elle se tourna vers Tristan qui la regardait bouche bée, pas autant que les autres participants, mais pas loin tout de même.

- De toute façon, nous sommes nombreuses à devoir nous changer. Tristan, s’il te plait, prend la dans tes bras et porte la jusqu’à ma chambre, je te montre le chemin.


Elle lança un regard noir aux personnes, rares heureusement, qui ouvraient la bouche pour répliquer et qui reculèrent très sagement devant la mine de la jeune femme. Tristan, obéissant s’était déjà agenouillé près de Cassidy, avec un soulagement certain en voyant que des couleurs regagnaient son visage, et la souleva sans la moindre difficulté. Au contact de son corps, le tremblement de ses mains disparut et son rythme cardiaque redevint parfaitement maîtrisé alors qu’il la pressait, peut-être un peu plus que nécessaire contre lui.

Maud, fière et meneuse fit s’écarter les personnes qui leur barraient la route et en tête de ce petit cortège, se dirigea vers la villa. De nombreuses femmes les imitaient mais ils avaient tout de même une bonne avance, il fallait dire qu’elle marchait vite, et ils arrivèrent donc rapidement à la chambre de la jeune noble qui était la seule à pouvoir les y mener pour l’heure. Elle les fit entrer et parut soudain moins sûre d’elle, bien plus lasse et amusée.

- Eh bien eh bien… j’ai cru qu’il allait me trucider sur place. Il n’a pas aimé que je lui enlève sa jolie poupée de sous la dent le grand dadais. Ouf…

Elle se tourna vers Tristan et Cassidy qui se trouvait toujours dans ses bras et leur fit un sourire bienveillant. Sa chambre était plus grande que les leurs… et heureusement parce qu’elle était vraiment encombrée de malles et valises, sa garde-robe semblant pourtant déjà… déborder de vêtements. A voir l’air pas du tout surpris du jeune homme, c’était parfaitement habituel qu’elle se déplace avec la moitié d’un magasin de vêtements.

- Mh… tu es plus petite que moi mais je dois bien avoir quelque chose à ta taille quelque part, tu ne vas quand même pas monter avec une robe, ce serait ridicule et terriblement inconfortable. Je vais me changer la première rapidement et ensuite tu pourras te préparer dans la salle de bain le temps que je trouve… une tenue plus adaptée.

Elle entra dans la salle de bain et leur jeta une serviette que Tristan rattrapa habilement malgré ses bras « occupés ».

- Tristan je compte sur toi pour ne pas qu’elle attrape froid d’ici là. Installez vous et ne vous inquiétez pas si vous mouillez quelque chose, les domestiques s’occuperont de tout sécher plus tard.


Et sur ce, elle disparut dans la salle de bain, verrouillant la porte, surprenant pour une dame apparemment pas pudique pour un sou.
Tristan pour sa part, ne se faisant pas prier et n’ayant pas prononcé un mot, trop occupé à obéir, reconnaissant qu’elle mène la danse et se soit occupé de tout. D’ailleurs il déposa Cassidy sur le lit, la laissant s’asseoir, lui souriant doucement en l’entourant de la serviette, lui frictionnant les épaules, caressant son visage d’un air inquiet.

- Cassy…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 14 Oct - 12:28

Cassidy était bien consciente que continuer à inquiéter Tristan comme ça n’était pas une bonne chose. Mais c’est comme si il ne se doutait pas des peurs que la petite mage avait en ce moment. Avait-il déjà oublié comment il lui avait parlé de Maud les premiers jours et semaines, dans des termes très élogieux et même très… et bien avec de beaux sous entendus.

Pas étonnant qu’elle soit aussi mal à l’aise ! Mais ça il n’arrivait vraiment mais vraiment pas à le comprendre. Alors la demoiselle faisait n’importe quoi et n’était surtout pas dans un état normal, toujours sur le qui-vive, toujours en train de les regarder comme si elle avait peur de surprendre un baiser discret, une attention particulière, n’importe quoi qui ferait que Tristan oublierait toutes ses belles paroles des derniers jours.

Cependant, comme il ne semblait pas plus comprendre que ça le malaise de la petite mage, cette dernière décida d’agir par elle-même, préférant être honnête et lui dire la vérité, même si elle s’attirait ses foudres pour avoir un comportement aussi ridicule. Qu’au moins en lui disant ce qu’elle ressentait, peut être qu’il réfléchirait à deux fois.

Non, Cassidy ne connaissait absolument rien aux relations mais si il y avait une chose qu’elle n’arrivait pas à accepter, c’était qu’une autre femme se permette d’avoir autant de familiarités et surtout, un intéressement certain pour lui.

Que s’était-il passé le jour où il s’était fait capturer par les Cheistams ? Ah oui… Il lui en avait parlé. Il se trouvait chez elle en train de terminer sa nuit et pas une nuit des plus tranquilles. La demoiselle ferma les yeux. Oui ça lui faisait mal et elle avait bien l’intention de lui dire, même si après elle accepterait ses choix. Après tout c’était sûrement un test non ? Elle devait continuer à lui faire confiance plutôt que de se sentir aussi stupide.

Lorsqu’il parlait des dames fades de la veille, Maud était largement au-dessus vu sa façon de se comporter. Même si pour l’instant il n’avait pas vraiment d’intérêt pour la jolie noble et alors que Cassidy l’observait de temps à autre, cela restait quand même correct. Pas d’embrassade dans les buissons, pas de jeu. Oui elle était stupide et s’en voulait de craindre autant une réaction peu naturelle de sa part.

Pourtant, la jeune mage décida de mettre les choses au clair, c’est pourquoi elle se planta en retrait mais tout en regardant Tristan, l’invitant à la rejoindre alors que personne ne l’accostait pour l’instant. Le Drakkari semblait avoir compris car il la regardait en retour, jusqu’à se faire interpellé par quelques hommes. La politesse l’obligea à répondre.

Cassidy paraissait un peu déçue c’est sûr, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Oh peut être que la veille elle n’en aurait rien eu à faire, et se serait approchée fièrement de lui tout en déclarant qu’elle devait s’entretenir avec son garde du corps un instant. Insistant sûrement sur le fameux garde du corps. Oui sans doute.

Au lieu de cela, elle se fit également accostée et malgré tout, les paroles qu’échangeaient les dames la rendait malade. La réputation de Maud et de Tristan… Le couple d’amants. Elle serra doucement le poing, se sentant encore plus mal à l’aise, avec l’envie de hurler que non Maud n’était plus avec Tristan et que si le jeune homme devait passer la nuit avec quelqu’un c’était bien avec elle. On se serait sûrement moquée d’elle. Comme quoi elle devait être bien prétentieuse pour espérer attirer un tel homme, entièrement dévoué à la noble.

Ah oui, elle aurait pris beaucoup de choses dans la figure. Mais à voir l’expression de son visage, la demoiselle ne semblait pas vraiment très contente. D’ailleurs c’est très poliment qu’elle s’excusa auprès des dames, même si l’envie de mettre des baffes à tout le monde était tentante.

Puis elle se mit à l’écart, regardant la surface de l’eau, un peu perdue, songeuse. Plongée dans ses réflexions. Que devait-elle faire ? Non mais quelle idée de se faire passer pour une célibataire ! Et quelle idée d’avoir inventer ce jeu !

Cassidy soupira un instant puis se recoiffa un instant. Non il était hors de question que Tristan reste dans le flou plus longtemps. C’était bien lui qui lui avait dit de parler quand ça allait pas, de s’exprimer, qu’il répondrait à ses questions et ses peurs. Oui elle avait confiance en lui, énormément confiance. Et elle se trouvait complètement stupide d’être aussi jalouse et égoïste.

Mais il ne comprenait pas ! Alors, bien décidé à faire mentir les dames, bien décidée à ne pas se laisser marcher sur les pieds plus longtemps et d’avouer franchement ce qui la tracassait à ce point, la demoiselle prit une grande inspiration. Ce qui comptait le plus à ce moment, c’est que Tristan se sente bien. Et si elle était dans cet état, ça ne serait pas le cas. Alors autant réparer les choses et poser les cartes sur la table, en toute honnêteté, même si ça lui serait difficile.

Elle s’était tournée dans sa direction et paraissait plus assurée, souriante. Son visage s’éclairait et Tristan le remarqua. Ah oui ! Elle allait le prendre dans un coin et l’embrasser ! Parce qu’elle en avait envie ! Il lui manquait, son corps, ses petits gestes, ses attentions… Elle voulait l’embrasser encore une fois pour être sûre de ne pas rêver, pour montrer à quel point elle tenait à lui.

C’est vrai. Avant que Maud n’arrive, c’est comme cela qu’elle avait l’intention de se conduire. Et puis, elle n’allait sûrement pas se laisser faire en silence ! La demoiselle ouvrit la bouche pour avancer dans sa direction quand quelque chose lui agrippa le pied et la tira dans l’eau.

Les yeux noisettes de Cassidy s’agrandirent sur le coup de la surprise alors qu’elle se sentait tomber comme au ralenti dans l’eau dans un grand plat. L’eau s’infiltra dans son nez et sa bouche. Elle se mit à battre bêtement des bras très maladroitement pour rester à la surface, peureuse, craintive et complètement en détresse. La seule et première chose qui lui venait à l’esprit était Tristan.

Elle avait peur. Et il était le seul sur qui elle désirait compter quand elle se sentait en danger. Alors au diable les bonnes manières, la peur, elle cria son surnom. Qu’il vienne l’aider, qu’il la sorte de là ! Mais déjà, à force de faire des mouvements dans tous les sens, la mage atteignit ses limites physiques, crachant de l’eau alors qu’une fois encore on la tira vers le fond avant de la relâcher.

Mais il était trop tard. Car à force d’avaler de l’eau, la demoiselle perdit connaissance, se sentant terriblement lointaine.

Elle ignorait ce qui s’était passé mais quelques minutes plus tard, la naufragée se réveilla en crachant de l’eau et relevant la tête rapidement, apercevant le visage d’un blond qui lui souriait, penché sur elle. Gné ? Il s’était passé quoi là ? Il est où Tristan ? Elle semblait sonnée, la tête lui tournait alors qu’elle évitait de bouger.

Mais elle murmura un vague merci, se sentant ridicule de se donner en spectacle. Non pour une fois elle n’avait pas été maladroite. Il y avait autre chose. Malheureusement son cerveau fonctionnait au ralenti et impossible de réfléchir davantage. D’ailleurs cet homme était bien gentil mais il était très proche d’elle et c’est à peine si elle se retint de lui dire de garder ses distances.

Non, trop sonnée pour réagir.

Soudain, une voix assurée se fit entendre. Elle regarda sur la droite et aperçut la fameuse Maud qui semblait bien décidé à agir dans cette situation. Les yeux de Cassidy s’agrandirent un peu plus. Elle faisait quoi là ? Ah mais bien sûr ! Maud ne devait pas se douter… de la relation d’elle avec Tristan. Peut être n’aurait-elle pas agi comme ça autrement.

*Punaise Tristan… Tu comptes lui dire quand qu’on est ensemble ? A moins que tu ne préfère que je m’en charge ? Je sais que c’est dur mais… je ne pourrais jamais te partager sur ce domaine là…*

Bon, drôle de pensée vu la situation présente. Bien qu’elle fut forcée d’admettre qu’elle devait être reconnaissante même si elle n’avait pas la trempe de cette femme. Non pour le moment elle était tellement à plat qu’il lui était impossible de râler ou de ronchonner. Elle resta alors étendue, très mal à l’aise alors qu’on la regardait avec curiosité.

Elle était ridicule ! Avoir peur pour un peu d’eau ! Tiens peut être que Tristan devrait lui apprendre à nager… Idée intéressante… Mais bon ce n’était pas le sujet du moment.

Soudain, elle se sentit soulevée du sol et reconnu Tristan lorsqu’elle tourna la tête vers lui, se contentant de faire un sourire assez gêné et maladroit, avant de se serrer un peu plus contre lui comme si ce simple contact avait le pouvoir de la rassurer un peu. Oui elle se sentait mieux dans ses bras, loin de cette agitation qui régnait.

Elle ouvrit la bouche pour parler à Tristan, le regardant. Mais étant encore faible, c’était difficile pour le moment. Alors elle se contenta de fermer les yeux, rapprochant sa tête de l’épaule du garçon avec douceur.

Enfin, ils arrivèrent à la chambre de Maud et Cassidy entendit une phrase un peu… étrange. Qu’est ce qu’elle racontait ? Que cet homme blond ne semblait pas très content ? Ca veut dire quoi ça ? Naïve jusqu’au bout… A vrai dire elle s’en fichait un peu.

Maud commença à lui parler et à lui sourire. Heiiiiiiin ? Sérieusement ça n’allait pas durer… Mais bon pour respect par Tristan, Cassidy préféra fermer sa bouche, ce n’était pas le moment, bien qu’elle était sûre et certaine que l’attitude de la jolie noble changerait quand elle apprendrait… certaines choses.

Mais cela n’empêchait pas Cassidy de se sentir horriblement mal à l’aise. Elle ne pouvait rien faire, rien dire sinon elle passerait certainement pour la méchante de l’histoire. La demoiselle se mordilla doucement la lèvre. Maud la tutoyait familièrement comme si de rien n’était. C’était peut être à cause de l’âge. Mais elle avait quand même retenu qu’elle l’avait appelé petite. Petite… comme une adolescente. Moui elle avait beau être directrice, c’est vrai que pour l’instant elle ne se conduisait pas en femme mature.

Elle écarquilla un peu les yeux avant de bredouiller quelques mots même si Maud semblait être très vive ou pressée pour se changer. Tiens bizarre, elle les laissait tous les deux. Mais bon, Cassidy n’allait pas se plaindre pour ça.

D’ailleurs Tristan la fit asseoir sur le lit tout en lui caressant le visage. La jeune femme ne savait pas quelle attitude adopté. Sourire et faire comme si de rien n’était ? Pas possible ! Ca serait se ficher de lui. Avoir une tête d’enterrement et de douleur ? Mouais…

Cependant elle lui sourit assez timidement, avant de se rapprocher un peu plus de lui, posant sa tête contre son épaule, respirant doucement.

« J’aurais du te dire que j’avais peur de l’eau… et que… je ne sais pas nager… »

Elle caressa doucement un bras de Tristan, les yeux fermés, se laissant aller. Elle était bien comme ça contre lui.

« Pourtant pour une fois… je n’étais pas maladroite. Je pense qu’une bestiole m’a agrippé le pied pour me tirer vers le fond. J’ai… paniqué… »

Cassidy tremblait un tout petit peu, parlant d’une voix légèrement hésitante.

« Tu parles d’une femme responsable ! Je fais vraiment …n’importe quoi aujourd’hui. »

Puis elle se mit à rire doucement, légèrement.

« J’ai du me lever du pied gauche ce matin. Y a des jours comme ça où je ferais mieux de rester couchée »

Cassidy se redressa légèrement puis regarda Tristan, passant sa main dans ses cheveux rouges, puis caressant avec douceur son visage. Elle laissa ses mains sur son visage, puis rapprocha son visage du sien avant de déposer sur ses lèvres un baiser vraiment passionné, comme si cela lui avait vraiment manqué et c’était le cas.
Elle chuchota doucement quelques paroles.

« Je dois dire que ça me manque de t’embrasser… Cette journée est difficile. »

Puis, comme elle savait pertinemment que Tristan devait être horriblement inquiet pour elle, la jeune femme se fit plus sérieuse, se mordillant la lèvre, cherchant ses mots avec attention.

« Hem… en fait je te dois quelques explications… »

Elle prit doucement sa main et la caressa tout en le regardant dans les yeux.

« Mais s’il te plaît… c’est… enfin… j’ai du mal à en parler… si j’avais pas autant honte ça serait plus simple… mais là… »

La demoiselle prit une profonde inspiration mais tremblait un peu.

« Je… »

Un bruit de porte se fit entendre alors que Maud sortait de la salle de bains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 14 Oct - 18:05

Ah ça pour un acte totalement inattendu… c’était un acte totalement inattendu !
Qui aurait cru que Maud, la rivale la plus sévère qui pouvait se dresser sur la route de la petite mage, lui porterait secours de la sorte ?
En tous les cas, elle n’avait pas la langue dans sa poche et c’est sans doute parce qu’elle en avait pris l’habitude, elle exprimait clairement ce qu’elle pensait.

Pourtant, l’attitude de la noble était tout à fait louable. Elle n’avait pas d’idée saugrenue derrière la tête ! Non, non, elle ne comptait pas étrangler la petite mage avec une serviette de bain ou mieux, la rouer de coups avec une paire de ballerines !!! Que nenni !
Elle semblait juste très… concernée par ce qui lui arrivait et d’avoir décidé de la prendre sous son aile pour l’heure puisqu’elle était trop faible pour se défendre contre ce grand blond qui avait en tête et ça se voyait, de reprendre ce bouche-à-bouche avec les intérêts. Ben quoi ??? Elle ne l’avait pas remercié avec les honneurs cette petite victime !!!

C’est vrai que beaucoup de personnes furent très surprises de cette action même si des sourires amusés naissaient sur la plupart des visages. Après tout, Maud avait parfaitement raison, il se la jouait Don Juan éperdu le grand gaillard mais est-ce qu’il en avait vraiment le droit ? Surtout que les jours précédents, beaucoup auraient juré que la petite mage et l’impassible Drakkari formaient un couple et quel joli couple !!!!

Tristan obéit sagement à l’injonction. C’est vrai qu’il était très reconnaissant envers Maud à cet instant. C’est avec peine qu’il contenait ses instincts, de plus en plus aiguisés à cause de ce truc qui tambourinait dans sa tête, cette douleur qu’il sentait bien se réveiller dans son torse. S’il s’était occupé, il aurait repoussé sèchement (sans le frapper pour autant), le compagnon de Cassidy et aurait enlacé vivement celle-ci, manifestant son inquiétude, son soulagement, sa joie de voir qu’elle allait bien. Il l’aurait embrassé devant tout le monde, oubliant totalement leur présence ou s’en fichant !

Se retenir était beaucoup plus complexe qu’il ne l’aurait cru.
Et dire qu’ils auraient juste eu besoin d’un tout petit peu de communication pour rétablir la donne. Elle lui aurait sincèrement dit qu’elle voulait que ça se sache, eux deux, qu’il aurait répliqué aussitôt ne pas vouloir lui faire de tort avec sa réputation. Alors très fièrement et surtout têtue comme une mule, la demoiselle lui aurait certainement sorti que ça n’avait aucune importance et avec une joie indicible, une fierté certaine et un léger sadisme, il ne se serait pas gêné un instant de plus pour l’embrasser à en perdre la raison devant toute l’assemblée et ce jusqu’à faire rougir chacune de ces dames !!!!

Ca les aurait rassuré l’un l’autre. Ca aurait rassuré Cassidy sur ce qu’il pensait d’elle, sur ses sentiments, assez forts pour qu’il veuille les affirmer devant tout le monde. Et ça leur aurait sans doute évité de faire équipe avec quelqu’un d’autre ou du moins, même s’ils n’avaient pu changer… de le faire dans la bonne humeur, la complicité et sans le moindre malaise. Et au lieu de ça…
Il n’avait rien dit à Maud… Il ne savait pas trop pourquoi d’ailleurs. Bizarrement, envers elle, c’était beaucoup plus difficile. Beaucoup plus…

Alors heureusement qu’elle lui donna une raison d’aller vers la jolie mage, de la soulever du sol, la pressant bien plus que de raison contre lui. Elle tremblait un peu et sa peau était plus fraîche. En effet, là où ils avaient eu leur précédente épreuve, l’eau avait été chauffée par différents sorts, l’eau de l’étang elle, était bien plus froide. D’ailleurs ce devait être la raison des crispations légères qu’il sentait dans ses muscles.

Tristan marchait en silence alors que Maud avançait d’un bon pas devant eux. Une main sous les genoux de Cassidy, l’autre dans son dos, il la tenait un peu plus haut qu’il n’aurait dû, forçant sur ses bras pour qu’elle soit plus proche du haut de son torse et donc de son visage… visage qu’il inclinait doucement vers elle, quittant régulièrement des yeux le chemin pour les fixer sur elle avec inquiétude. C’est qu’elle était vraiment pâle…

Finalement, ils arrivèrent rapidement à la chambre de Maud et celle-ci parla du blond, ce qui ne sembla pas faire tilter Cassidy mais Tristan lui comprit parfaitement l’allusion. La noble enchaînait. Elle avait vraiment l’air de penser que la petite mage et elle pouvaient être amies et c’est vrai qu’elle était plutôt gentille. Assez étrange et difficile à suivre mais gentille. D’ailleurs, elle ne lui laissait pas vraiment le temps de s’opposer à ses directives et avait déjà filé dans la salle de bain en la laissant aux bons soins de son compagnon d’un jour.

Tristan s’occupa de la faire s’asseoir sur le lit et agenouillé devant elle, entreprit de la sécher un peu et d’empêcher entre autre ses cheveux trempés d’eau glacée, goutter davantage sur ses minces épaules. Ses gestes, prévenants, doux, précautionneux étaient beaucoup plus assurés depuis qu’il était près d’elle, comme si quand il était trop « loin », ils devenaient plus… gauches pour la simple et bonne raison qu’il ne savait pas comment agir. Là c’était simple non ? elle était proche de lui, elle était devant lui, il n’avait pas à hésiter. Néanmoins, il n’osait plus trop l’embrasser, ayant encore le goût de l’amertume de son baiser non partagé sur la langue. Elle lui sourit timidement et se blottit contre lui… avant de lui avouer qu’elle avait peur de l’eau et qu’elle ne savait pas nager.

Tristan écarquilla les yeux de surprise et d’horreur, rendu muet et les muscles de son torse se tendant brusquement à cette annonce. QUOOOOOIIIIIII ??????!!!!!!!!!! Et elle lui disait ça maintenant ?!!! Comme ça ?!!! Pourquoi n’avait-elle rien dit avant ?!!! Il aurait tout fait pour lui éviter le calvaire de se retrouver face à une peur qu’elle ne pouvait pas contrôler ! Non, non, non !!! Elle aurait dû le lui dire !!! Il serra plus étroitement ses bras autour d’elle, comme si par son étreinte, il pouvait chasser sa peur alors qu’il rageait contre son idiotie, son aveuglement de ne pas l’avoir compris plus tôt, contre le baron et son jeu débile, contre le compagnon de Cassidy trop sûr de lui qui l’avait fait rester si longtemps au-dessus de sa peur.

- Cassy…


Il venait de gémir doucement son nom, mettant son visage dans ses cheveux trempés, frissonnant légèrement alors que des gouttes glacées glissaient contre son cou et le long de son torse du fait de leur proximité. Elle lui annonça alors qu’elle pensait que quelque chose l’avait agrippée et entraînée sous l’eau et il se crispa un peu plus. Comment ça ?! Il y avait des bestioles attirées par les jolies blondes dans l’étang ?!!! Ah nan !!! C’était SA jolie blonde !!!! Ils avaient qu’à s’en trouver une autre !!!!
Elle marmonna qu’elle n’était pas très responsable, qu’elle s’était levée du pied gauche. Il voulut protester mais elle caressait ses cheveux et son visage et il se laissa docilement faire, fermant les yeux sous ses caresses.

Le jeune homme avait relâché son étreinte, ses mains se trouvant sagement immobiles sur la taille de sa compagne… Mais quand elle l’embrassa, d’un sublime baiser qui réveilla chaque petite fibre de son corps, il les pressa sur son ventre, en glissant rapidement une dans son dos, l’autre se crispant sur le couvre-lit sur lequel elle était assise alors que toujours à genoux, il se redressait un peu plus, pressant ses lèvres sur les siennes comme un affamé en quête de nourriture. Il aurait bien continué mais elle avait arrêté, murmurant quelques mots qui le firent frissonner et ne pas retenir le regard brûlant qu’il posait sur elle. Avec un grognement agacé, il glissa son visage dans son cou et commença à l’embrasser doucement, murmurant entre deux baisers :

- Ca te manque ? Alors qu’est ce que je devrais dire ? Pouvoir te voir, t’approcher sans pouvoir te toucher est une vraie torture… Mh… une vraie torture oui….


Apparemment… c’était très sincère vu comment sa main gauche se baladait dans son dos et l’autre main mettait à mal le pauvre couvre-lit qui n’avait rien demandé à personne ! Il s’arrêta pourtant rapidement mais non sans mal, l’air d’un gamin impatient au visage… et son fameux sourire taquin de retour même s’il avait toujours l’air un peu inquiet pour elle quand même.

Sauf qu’elle prétendait lui devoir des explications et il se fit très attentif, penchant doucement la tête, la regardant, frissonnant doucement en serrant sa main dans la sienne. Elle hésitait et semblait vraiment gênée. Il lui fit un beau sourire, encourageant et porta sa main libre à son visage.

- Eyh… princesse, tu peux tout me dire, d’accord ? Qu’est ce qu’il y a ?


Drôle de façon de parler…
S’il avait réfléchi, sans doute aurait-il imaginé quelque chose de vraiment saugrenue et très très loin de la vérité. Après tout, elle avait prétendu vouloir lui offrir sa virginité ce fameux troisième jour passé ici. Il lui avait dit qu’il attendrait et surtout que prévoir était une mauvaise idée et il le pensait très sincèrement. Mais vu comme elle pouvait être têtue (à se demander si elle écoutait ce qu’on lui disait) elle pouvait très bien être restée sur son idée et maintenant que le fameux jour était arrivé… émettre quelques réserves et chercher désespérément comment le lui dire sans le pousser directement dans les jupes d’une autre femme. Vu comme ça en effet…

Fort heureusement, ce n’était pas à l’ordre du jour. Mais alors qu’il attendait qu’elle s’exprime, mine de rien très inquiet quant à ce qu’elle pourrait lui annoncer, la porte de la salle de bain commença à émettre quelques bruits, Maud commençant à sortir.
Cassidy se tut aussitôt et baissa les yeux à sa grande surprise… Tristan quant à lui, pas du tout gêné, prit son temps pour se redresser, ne bondissant pas littéralement le plus loin possible d’elle sous prétexte qu’ils puissent être surpris dans une bien étrange position pour de simples « connaissances » par l’ex du jeune homme.

Celle-ci revint dans la chambre et ne sembla d’ailleurs même pas s’en préoccuper, se contentant de leur faire un signe de la main en lançant joyeusement avec des airs enfantins que la salle de bain était libre. Elle avait revêtue une tenue d’équitation beaucoup plus masculine et loin de la robe extrêmement « femme » qu’elle portait plus tôt.

Elle les rejoignit rapidement d’une démarche élégante bien qu’un brin trop… chaloupée pour passer inaperçue. Elle tenait des vêtements entre ses mains et un grand sourire illuminait son visage.
Débordante d’énergie, elle agrippa une main de Cassidy et la fit se relever.

- Allez allez ! Debout la belle ! Tiens, je suis sûre que c’est ta taille, ça devrait être parfait, surtout qu’avec tes cheveux, je suis sûre que la couleur t’ira super bien !

Elle l’entraînait vers la douche, déposant les affaires sur des étagères prévues à cet effet. Elle lui fit un clin d’œil et mit un doigt devant ses lèvres.

- Prends ton temps surtout, j’ai l’intention de profiter un peu du bellâtre dans la chambre, donc vraiment, ne te presse pas. A tout à l’heure !

Nouveau grand sourire alors qu’elle refermait la porte et que sa voix se faisait entendre, peu étouffée (ou elle était vraiment bruyante), de l’autre côté.

- A nous deux messire Konogan !!!!
- Euh… Maud, je…
- Enlève tes vêtements…
- Que je… Quoi ???!!!!
- Faut bien que tu te changes, j’ai pleins de trucs qui doivent t’aller dans tout ce… bazar… Allez fais pas ton timide… Sinon c’est moi qui te les enlève… Remarque je n’ai rien contre hein mais il ne faudrait pas que tu t’imagines m’avoir tant que ça manqué.
- Je me change, je me change, c’est bon.
- Gentil toutou !


Bref… Rien de bien terrible au final même si un sifflement admiratif de la noble se fit entendre après un temps de silence. D’ailleurs Tristan y répondit d’un grognement en lui marmonnant de regarder ailleurs, lui tournant déjà apparemment le dos. Ce à quoi elle répondit en éclatant de rire mais sans tenter quoi que ce soit.

Très innocent tout ça… Peut-être un peu trop d’ailleurs…

Finalement, Cassidy fit très vite ce qui sembla satisfaire Maud malgré ce qu’elle avait annoncé comme quoi elle pouvait prendre son temps.
Ils sortirent tous les trois, en marchant cette fois, et se rendirent dans la grande salle où avaient été installées, à la surprise générale, de très nombreuses petites cuisines qui semblaient magiques d’ailleurs, véritables petits ateliers pour la préparation de repas. Toutes les chaises avaient été repoussées pour garantir un vaste espace.

De nombreuses personnes s’étaient changées également. A peine arrivaient-ils qu’une annonce retentit.

- Ayant pris un léger retard, nous procéderons à l’épreuve d’équitation après le déjeuner… Et surprise mesdemoiselles, mesdames… c’est à vous de le préparer ! Régalez donc vos compagnons, prouvez leur votre affection en cuisinant pour eux, avec le plus de soin possible, tout simplement votre amour. Bonne chance !!!!


L’idée cette fois était plutôt bonne, originale, mignonne comme tout… mais bonne.
Oh vraiment ? Cassidy avait pu faire un pas de plus, certainement peu désireuse de rejoindre son compagnon d’infortune, mais bien contrainte de le faire puisqu’il lui faisait signe de loin. Sauf qu’elle put se retourner en remarquant qu’elle n’était pas suivie et… surprendre une sublime concordance d’expression.

Tristan et Maud faisait la même tête entre l’effarement total, à la limite de la dépression et l’effondrement tel qu’ils semblaient sur le point d’être enterrés vivants.
D’ailleurs peur et dégoût se trouvaient également sur leur visage…

- Il va falloir… cuisiner…
- …
- Par tous les dieux… oh non… non…
- Te plains pas, c’est pas toi qui va devoir le manger…


La jeune noble s’était tournée vers un Tristan qui avait l’air vraiment… comme s’il allait affronter la mort ni plus ni moins… comme s’il allait vers des épreuves d’une dureté, d’une dangerosité sans borne et qu’il avait peu de chance d’en revenir. Il relevait d’ailleurs bravement le menton exactement comme si c’était cela.

- On peut déclarer forfait.
- Abandonner ne fait pas partie de mon vocabulaire.
- T… Tu es sûr de vouloir prendre ce risque ?
- … Il le faudra bien…
- Tristan…


Drôle d’échange ? Vraiment ?
Oui… vraiment, surtout pour les personnes autour… Mais échange qui s’expliqua tout à fait un peu plus tard. Ces dames se mirent à cuisiner avec « entrain », beaucoup s’amusaient beaucoup, suivant des recettes alors qu’elles avaient toujours très peu cuisiné dans leur vie. Quand la sonnerie retentit, elles durent s’arrêter et présenter leurs plats à leurs compagnons qui pour beaucoup attendaient avec impatience, riant, complimentant, même lorsque ce n’était pas très bien assaisonné ou autre…
Mais surtout, les regards se tournèrent vers le grand garçon aux cheveux rouges qui tenait sa fourchette fermement, l’air déterminé… d’un condamné à mort.

Maud vint le rejoindre avec un plat qui glougloutait et floufloutait et d’une couleur… plus qu’étrange et discutable. Elle le regardait avec une admiration certaine, prête à abandonner à tout moment s’il le lui demandait. Elle posa le plat devant lui.

- T… Tu es sûr que…
- N’oubliez pas que vous devez tout manger messieurs pour prouvez à vos dames que vous apprécier leur attention !!!!


Tristan regarda le plat… dont le contenu avait viré… au violet et reposa sa fourchette. Maud le lui avait apporté avec des gants pour se protéger de la chaleur mais lui ne prit pas cette précaution quand il attrapa les bords brulants, soulevant le plat avant de le placer devant sa bouche et d’engloutir rapidement, faisant travailler ses mâchoires à une sacrée vitesse, prenant à peine le temps de mâcher en vérité, comme s’il s’agissait d’une soupe.
Elle le regarda les yeux écarquillés, bouche-bée, une main devant la bouche d’ailleurs…
Son action provoqua d’ailleurs beaucoup la surprise chez les autres couples s’étant interrompus pour regarder. Tristan reposa brusquement le plat vide en se relevant…

Et brusquement il pâlit… puis verdit… mais vraiment, se pliant en deux en tenant son ventre, s’écroulant par terre et cherchant de l’air en tirant la langue, buvant tout le contenu de la cruche que lui tendait Cassidy… Apparemment c’était épicé.

- Pardon pardon pardon.
- Aaaarrrrrgghhhhhhhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!!
- Eh bien… on ne va peut-être pas demander sa recette à dame Maud
- Pardon Tristan, je suis désolée !!!


Ah ben là pour le coup, ils avaient respecté les règles… mais n’auraient certainement pas beaucoup de points surtout vu le teint vert persistant du jeune homme qui se retrouvait vautré par terre, la tête sur les genoux d’une Maud plutôt penaude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un gala pour apprendre à mieux se connaître.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Questions pour apprendre à mieux se connaître
» 100 questions pour mieux se connaître
» une école pour apprendre la politesse...
» Questions cons pour mieux se connaître \o/
» 100 questions pour mieux vous connaître

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: Kalendar :: Autres Lieux-
Sauter vers: