AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un gala pour apprendre à mieux se connaître.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 14 Oct - 19:52

Effectivement, Cassidy aurait pu insisté avec Tristan. Elle voulait l’étaler au grand jour mais la demoiselle changeait un peu quand elle se retrouvait avec lui. En effet, elle le respectait énormément et pensait qu’il voulait juste prendre son temps. Surtout qu’il lui avait dit que c’était mieux qu’elle se fasse passer pour une célibataire.

Ca ne lui plaisait pas tant que ça, car au final, elle se faisait courtiser, ce qui l’ennuyait énormément mais encore et surtout, elle ne pouvait pas se sentir libre dans ces conditions. Alors qu’à côté de l’Académie, elle ne craignait pas de l’embrasser, lui prendre la main et peut être également si on les apercevait… occupés à l’intérieur du château, la demoiselle ne démentirait surtout pas.

Alors oui, peut être aurait-elle du insister. En tout cas aujourd’hui, elle regrettait énormément de ne pas l’avoir fait. Elle ne voulait surtout pas le bousculer, le vexer ou avoir l’impression d’aller trop vite.

Pourtant dans les bras de Tristan, même si la demoiselle était encore dans les vapes elle se sentait bien. Détendue et pas crispée. Oui c’est vrai qu’elle était un peu plus rassurée comme ça, se calant bien contre lui, profitant même. Au moins pour cette fois, c’était une bonne excuse pour être dans ses bras. Bon… dans quelques heures elle irait se casser une jambe pour recommencer ! Hem… pas sûr qu’il apprécie. Qu’est-ce qu’il faut pas faire pour avoir un peu d’attention…

Ils arrivèrent dans la chambre de Maud et Cassidy, gênée et embarrassée, préférait faire preuve de politesse en remerciant Maud mais déclinant gentiment son offre. Pas qu’elle n’en voulait pas non, mais qu’elle n’avait pas l’habitude de compter sur les autres ou d’avoir l’impression de profiter. Sauf pour Tristan mais apparemment pour lui c’était partagé donc tout va bien.

Les deux jeunes restèrent seuls et Cassidy en profita pour se rapprocher de lui. Parce qu’elle en avait envie. Parce qu’elle en avait besoin. De se rassurer, de savoir qu’il était bien là avec elle. Il faut dire que c’est la peur qui nouait le ventre de la jolie mage mais elle devait se faire des idées. Elle savait qu’avant, il s’était toujours montré un peu plus provocant avec les dames. Elle savait qu’il n’hésitait pas à draguer, charmer mais dans toute la matinée, cela n’avait pas été le cas.

La demoiselle le regarda doucement. Il semblait inquiet pour elle et la fatigue se lisait un peu sur son visage. Elle se sentait mal. C’était à cause d’elle qu’il était dans cet état. Cependant, avec une certaine malice, elle pensait qu’ils auraient bien l’occasion de se détendre ce soir. Elle lui ferait sûrement un autre massage… ou s’occuperait de lui. Pour se faire pardonner de lui donner des frayeurs pareilles.

Parce qu’elle voulait vraiment qu’il aille bien. Qu’il se sente bien avec elle. Elle ferait n’importe quoi pour le satisfaire… Ca ne lui ressemblait pas de penser comme ça, mais c’était Tristan. Alors tout changeait quand il s’agissait de lui.

Cassidy lui déclara pour l’eau. Oh elle aurait du lui dire plus tôt ? Mais l’occasion ne s’était jamais vraiment présentée. Et quand elle avait voulu lui en parler et bien ils étaient tellement occupés à faire autre chose qu’elle finissait par oublier. A cette révélation, Tristan la serra un peu plus contre elle. Cassidy s’en voulait mais cette fois… elle n’était pas responsable.

La demoiselle continua de parler, peut être un peu inquiète, puis fit glisser les mains sur son visage avant de porter son attention sur ses lèvres.

Puis d’un coup, sans crier gare, elle l’embrassa avec tellement de passion qu’elle ne se décolla pas de ses lèvres. Celui là était fait avec beaucoup de ferveur et elle se surprit à apprécier autant se dévouer à ce simple geste qui lui donnait des frissons à elle aussi alors qu’elle poussa un gémissement discret venant du fond de sa gorge sans pour autant décoller ses lèvres des siennes.

Tristan semblait apprécier vu l’ardeur avec laquelle il répondit. Ah oui c’était bien là ! Pour un peu elle avait complètement oublier que Maud était à quelques mètres, et si cette dernière avait ouverte la porte à ce moment là, Cassidy n’aurait pas bouger, n’aurait pas interrompu ce baiser juste parce qu’on les regardait. Parce qu’elle était bien oui.

D’ailleurs Tristan se redressait un peu, alors qu’elle avait toujours ses mains dans son dos, qu’elle posa sur ses épaules. Croire à ce point que ça lui manquait, c’était difficile à admettre ! Et lui dit bien. Tristan pour sa part se fit plus grincheux tout en s’amusant à l’embrasser dans le cou, ce qui avait le don de donner des frissons à la jeune femme et qu’elle se mit à gémir doucement. Tentant… très tentant…

Mais le malaise qu’elle ressentait encore à ce moment là n’était pas parti et c’est pour cette raison qu’elle se fit un peu plus sérieuse alors que lui paraissait ouvert à la discussion, prêt à tout encaisser.

Il se trompait vraiment. Peut être qu’elle pensait toujours à lui offrir sa virginité oui, mais elle l’écoutait là-dessus. Elle le ferait quand elle se sentirait prête, et que son corps le réclamerait. Psychologiquement, c’était plutôt bien parti. Mais après, peut être que dans l’action, ça serait plus simple pour savoir si oui ou non elle avait envie d’aller plus loin en effet.

Non, elle était encore plus mal à l’aise, surtout après ce que Maud faisait pour elle. Comment lui dire qu’elle craignait pour leur couple ? Qu’elle était jalouse ? Qu’elle avait peur que Maud le tente et qu’il y succombe ? Et encore une fois qu’elle ne se sentait pas à la hauteur car elle manquait d’expérience dans ce domaine contrairement à elle. Comment le dire ?

Elle ouvrit la bouche pour s’exprimer mais dès qu’elle entendit Maud sortir, la jeune femme referma la bouche aussi vite. La crainte qui se lisait dans ses yeux prouvait qu’elle ne voulait surtout pas qu’on l’entende en parler, et surtout pas devant elle.

Maud était entraînante, toujours aussi magnifique avec sa nouvelle tenue et l’entraîna dans la salle de bain alors que Cassidy bredouilla sans pour autant que cela soit compréhensible. Ou bien elle manquait d’assurance, ou bien elle ne savait pas quoi faire. Elle était enjouée, pas du tout à quoi elle s’attendait. Mais c’est peut être parce qu’elle ne savait toujours pas…

D’ailleurs, lorsqu’elle parla de « profiter du bellâtre », Cassidy se crispa rapidement, son cœur faisant un bond dans sa poitrine. Quoiiiiiiiiiiiii ?!?! Profiter ? Comment ça profiter ? Oh non elle n’allait quand même pas… Le sang bouillonnait dans les tempes de Cassidy, hors de question qu’elle prenne son temps, ces paroles étaient pleines d’allusion !

Si elle avait été un peu plus assurée, peut être aurait-elle dit à Maud qu’elle avait besoin du Drakkari pour tenir ses affaires… ou bien tout simplement qu’elle voulait le garder avec elle. Egoïste ? Oui sûrement ! Mais quand on aime quelque chose, on a envie de se l’approprier même si Tristan était bien loin d’être un objet.

Elle écouta derrière la porte et il est vrai que Maud était très bruyante. Peut être même très assurée… Cassidy se figea quand elle demanda à Tristan de se déshabiller. Encore une pique… provocante.

Mais à sa grande surprise, c’est à peine si Tristan réagissait. Mais peut être que c’est parce qu’il savait que Cassidy était derrière la porte et écoutait, ou qu’elle s’inquiétait ou encore, et ça ça la soulagerait tout de suite, qu’il se faisait un peu plus prudent, se rendant compte que maintenant ils étaient en couple. Non officiel mais en couple quand même.

La demoiselle se dépêcha de se changer, à la vitesse éclair avant de sortir quand même. Pour ne pas laisser d’autres tentatives à Maud. Il ne fallait pas pousser trop loin quand même. Pourtant, Cassidy se sentait un petit peu rassurée que Tristan se montre aussi peu engageant.

C’est donc tous les trois qu’ils descendirent. Cassidy, en marchant, était encore un peu faible, et c’est sans faire exprès qu’elle se pencha un peu plus vers Tristan, frôlant légèrement sa main, avant de reprendre sa trajectoire. Pour un peu et par réflexe ou culot, elle ne se serait pas gênée pour la prendre mais Maud étant à côté, mieux valait éviter les problèmes.

La salle avait été aménagé avec des petites cuisines et l’épreuve fut annoncée. Cassidy aperçut son partenaire et fut bien obligée d’obéir en silence, même si elle regarda avec surprise Tristan et Maud, choqués par cette épreuve. La jeune femme sourit doucement en regardant Tristan. Il était mignon, même avec ce genre d’expression.

Cassidy fronça les sourcils tout en regardant les ingrédients. Avant de se mettre à l’ouvrage naturellement mais simplement. Peut être que les baisers de Tristan l’avaient un peu aidé à se sentir mieux, c’est pour cette raison qu’elle semblait un peu moins pâle que d’habitude.

C’est donc nonchalement qu’elle préparait quelque chose qui ne ressemblait pas à un plat.. mais plutôt à un sandwich. Et les lutines lui ayant donné quelques conseils, cela l’aidait à améliorer les choses. Et puis… elle prépara secrètement quelques biscuits au chocolat mais ceux là, elle se garda bien de les laisser en vue et fourra les quatre qu’elle avait préparer dans ses poches.

Puis, lorsqu’on indiqua que c’était la fin, elle se tourna vers Maud et Tristan. Et serra les dents pour éviter de rire tellement la mixture avait l’air immonde et détestable. Au moins ça… elle ne pouvait pas faire pire.

Elle regarda Tristan qui semblait vraiment mais vraiment mal en point, avant d’accourir vers lui en tendant une carafe, un peu inquiète. Non mais elle tenait à l’empoisonner ou quoi ? Elle regarda Maud, amusée.

« Eh bien… C’est un sacré mélange… Espérons qu’il n’ait pas de soucis de digestion »

Sourire complice, peut être qu’elle était un peu naturelle et l’avait fait sans s’en rendre compte mais au moins là c’était bien.

Puis elle approcha de son partenaire et lui tendit un sandwich légèrement doré et croustillant qui sentait bon. Ce n’était pas un plat… mais… c’est à ce qu’elle avait pensait… un peu inconsciemment même.

« Quand je voyageais, je me préparais toujours un sandwich comme ça si je n’avais pas de taverne ou auberge à proximité. Peu calorique mais très nourrissant. Pas bourratif mais excellent pour l’énergie et éviter la fatigue.»

Elle baissa les yeux alors que son partenaire goûta son « repas », avant de dévorer en moins de deux le morceau de pain, apparemment très satisfait et complimentant Cassidy sur sa cuisine originale. La demoiselle regarda ses pieds et se mit à rougir. Mais… elle aurait voulu le donner à Tristan. Ce qu’il ne savait pas c’est qu’elle avait quand même éviter de mettre certains ingrédients qu’elle réservait uniquement pour le Drakkari.

Cette bonne prestation leur valut des points supplémentaires.

Cassidy s’excusa auprès de son partenaire et se tourna vers Tristan et Maud.

« Je vous l’emprunte quelques minutes, je veux juste être sûre qu’il ne soit pas malade avant la prochaine épreuve. Ca serait dommage. »

Elle sourit, puis prit Tristan par le bras et l’entraîna dans un couloir désert, prétextant qu’elle avait besoin d’un peu de calme.

Puis elle le plaqua doucement contre le mur avant de le regarder un peu avec inquiétude.

« Ca va Tris’ ? »

Elle lui tendit une fiole qu’elle avait aussi mis dans sa poche. En fait, quand la demoiselle avait vu l’état de Tristan, elle avait préparé en cachette une mixture coupée avec de l’eau et des herbes qu’il y avait sur la table.

« Tiens… c’est pas très bon… mais ça t’évitera les crampes d’estomac. »

Elle sourit doucement alors qu’il buvait et qu’il confirma qu’effectivement ce n’était pas très bon. En fait, c’était Tinùviel qui lui en avait parlé et appris alors qu’elle cherchait un truc contre le mal de ventre. Sauf qu’à voir sa tête, cela ne semblait pas suffir. Elle avait prévu le coup et sortit ses biscuits de ses poches.

« Et ça, c’est pour que tu aie de quoi te tenir le ventre pour cet après midi. Désolé de ne pas avoir fait plus, je n’avais pas assez de place dans mes poches. »

La demoiselle était un peu collée contre lui, souriante.

« En fait… sans faire exprès, j’ai préparé mon repas quand je voyageais. Mais il y a un mois, quand je cherchais à t’impressionner, je voulais te faire goûter ça. Mais encore, je ne l’ai pas fait complètement pour cet homme. Il manque un ingrédient que j’ai décidé de ne pas rajouter. Qui donne un effet de tonus, d’énergie et aide à renforcer la masse musculaire… »

Elle se mit à rougir doucement.

« Je pensais… que ça te plairais bien même si ça ne remplace pas un vrai… repas »

Elle s’arrêta, se fit plus silencieuse et le regarda dans les yeux. Puis, se mordillant la lèvre et n’y tenant plus, la jeune femme passa ses bras autour de son cou et l’embrassa avec fougue comme si elle s’était trop retenue. Jusqu’à perdre son souffle. Se décollant de ses lèvres pour mieux reprendre ensuite. Avant de s’arrêter, tendant l’oreille à des bruits de pas, et de lui dire qu’ils devaient retourner sagement dans la salle avant que Maud ne vienne par ici si elle ne les voyait pas revenir.

Après s’être amusé à préparer des petits plats en cuisine à leur « homme », la prochaine épreuve s’annonçait plus dynamique.

- Maintenant que les hommes ont pu profiter des plats de ces dames, la prochaine épreuve sera plus trépidante. Nous allons nous diriger vers la forêt à côté de la ville. Cette épreuve mettra en avant votre détermination et soutien entre partenaires. L’homme conduira le destrier et la femme sera assise derrière lui pour donner des indications en cas de besoin. Le but est de traverser la forêt le plus rapidement possible.

Bien entendu, Cassidy accueilli la nouvelle avec un grand bâillement peu discret. Elle n’était pas intéressée et plus encore à l’idée de se faire transporter sans avoir son mot à dire. C’est pourquoi elle rétorqua à l’arbitre qu’elle prendrait sa propre monture. Depuis le début de cette journée, la demoiselle s’était montrée particulièrement farouche, inquiète, pas vraiment dans son état normal. Juste un peu qu’elle rejetait ce jeu stupide qui lui avait fait tant de mal jusqu’à présent. Même si cela s’était calmé après sa petite chute dans l’eau et les moments avec Tristan.

Non elle ne faisait aucun effort et se pliait de mauvaise volonté à ce jeu, sans vraiment manifester d’enthousiasme. Bien sûr, son partenaire était tout à fait charmant et agréable mais ce n’était pas son souci actuel. Là le jeu allait les entraîner dans la forêt et elle ne pourrait pas le voir.

Sa requête de prendre son propre cheval avait été accepté, parce qu’elle montrait vraiment son sale caractère à ce moment là. A la condition que ce soit son partenaire qui prenne la tête des deux. Elle accepta sans broncher, au moins elle se sentirait un peu plus libre à l’idée de chevaucher sans aucune limite.

*Au moins, je m’ennuierais pas comme ça. Ca sera plus intéressant*

Les concurrents se mirent en place, et seule Cassidy avait sa propre monture. Qu’elle flattait en s’accrochant doucement à l’encolure comme pour essayer de se rassurer un peu.

Et le signal fut envoyé. Les participants démarrèrent au triple galop, s’enfonçant dans l’épaisse et dense forêt qui les séparait de la propriété. Cassidy se sentait un peu mieux et suivait habilement son partenaire même à travers les chemins un peu accidentés à travers les bois.

Sauf qu’étrangement, l’homme qui était avec elle accéléra d’un coup. La demoiselle fronça les sourcils. Bien sûr il voulait gagner mais là ils allaient se perdre à ce rythme là. Elle accéléra également la cadence alors que l’homme tourna directement derrière un gros tronc d’arbre. Lorsque Cassidy arriva, il avait comme disparu. La jeune femme commença à râler.

*Mais quel homme bizarre ! Non mais sérieusement il se soucie même pas de ma présence ou pas. N’importe quoi !*

Elle regardait les alentours, il allait peut être faire demi-tour pour la récupérer. Enfin, elle s’attendait quand même à de sacrés excuses quand même. Des buissons bougèrent et la demoiselle fit volte face, un peu inquiète. Cinq hommes en sortirent tout en la regardant d’un air amusé.

« Quoi ?! Ca fait parti de l’épreuve ? Ou bien… »

Cassidy fit un peu reculer sa monture de quelques pas tout en dévisageant les hommes aux tenues simples.

« Qui êtes vous ? Déclinez votre identité s’il vous plaît »

Mais personne ne lui répondit. Si bien qu’elle avait des doutes. Cela lui semblait un peu normal qu’il y ait des embuches pour ce genre de jeu mais c’était quand même un petit peu inquiétant. Déjà les hommes l’encerclèrent, elle et sa monture.

*Hum… c’est pas très rassurant…*

Peut être qu’elle allait se laisser faire puisque la jeune femme abaissa ses bras. Après tout elle n’avait pas son bâton et n’était pas du tout en état de se battre à cause de sa douleur de ces dernières heures. Elle inclina doucement la tête et baissa les yeux en soupirant.

Sauf qu’en faisant ça, elle eut la vision du visage de Tristan devant elle. Qui semblait déçu, inquiet… qu’elle n’était pas une bonne mage après tout, qu’elle ne serait jamais aussi puissante. Des doutes, de la crainte.

Cassidy rouvrit les yeux. Et c’était parti pour un tour ! Même si sa décision était prise. Et que c’était quand même sacrément culotté. La jeune femme se fit plus sévère et traça un symbole en l’air tout en tendant la main en avant.

*Viens à moi, où que tu sois… J’ai besoin de plus de puissance*

Une lumière violette siffla dans les airs et son bâton se matérialisa dans sa main. Aussitôt, elle incanta un premier sort pour repousser les hommes, ce qui les fit tomber à la renverse alors qu’elle descendait de sa monture. Non… elle n’avait besoin de personne à ce moment là pour se défendre et elle n’allait pas attendre que le grand dadais revienne ! Hors de question !

Cassidy se mit en garde alors que les hommes semblaient hésiter.

« Que ce soit un jeu ou bien réel, je vous conseille de ne pas approcher. Je ne suis pas vraiment d’humeur à me retenir en ce moment… »

Puis ils chargèrent. Elle soupira puis traça une série de symboles complexes avant de poser sa paume de main sur le sol. Des racines sortirent de terre et immobilisèrent les malheureux alors qu’elle incantait déjà un nouveau sort. Une fine poussière violette apparut dans les airs et se déposa sur ces hommes qui s’endormirent aussitôt.

*Mouais… trop facile…*

Elle s’apprêtait à reprendre sa monture pour s’éloigner lorsqu’un autre mouvement attira son attention. Un homme en armure chargea et délivra ses compagnons des racines alors que Cassidy se retourna un peu étonnée. Celui là avait un bouclier et une épée, prêt à charger sur elle.

La demoiselle écarquilla les yeux.

*Mais c’est quoi ce test ?!*

Il chargea et elle lui envoya une décharge d’énergie. L’homme brandit son bouclier et la magie fut déviée, faisant craquer un arbre.

*De l’anti magie ? On m’attendait ou quoi ? Ohlala… Dans quoi je me suis encore retrouvée ?*

Il la poussa de son bouclier et la demoiselle se recula de quelques mètres avant de serrer les dents. C’est qu’il avait de la force celui là ! Elle incanta deux sorts en même temps, traçant rapidement dans les airs. Un premier qui envoya une énorme boule de feu sur le bouclier du guerrier qu’il para sans problème. Sauf que… elle avait invoqué sa panthère juste derrière lui et le puissant félin lui sauta dessus en le faisant tomber à la renverse.

Cassidy réagit aussitôt, incantant de nouveau ses racines qui immobilisèrent ce nouvel arrivant, ainsi que solidement ses membres pour ne pas qu’il puisse se relever. Elle sourit, satisfaite. Elle avait l’avantage de l’effet de surprise, car on ne savait pas quels genres de sort elle pouvait lancer. Ce n’était pas grand-chose et elle ne pouvait pas se donner à fond mais au moins ça lui permettait de se défouler un minimum.

Elle se tourna à nouveau pour partir lorsqu’un sifflement arriva à ses oreilles. Pas le temps de se retourner qu’un autre gars l’attaqua de plein fouet. Il arrivait tellement vite que son bouclier n’eut pas le temps de s’activer alors que la jeune femme écarquilla les yeux tout en étant projetée en arrière, activant sa protection au dernier moment pour éviter de se faire mal.

*C’était quoi ça ?*

Elle n’entendait qu’un sifflement aigu, il lui était impossible de déterminer la localisation de l’homme tellement il était rapide. Cassidy commença à incanter mais à chaque sort, elle se faisait couper par une nouvelle secousse. Impossible d’attaquer dans ces conditions. Elle se recula, cherchant son adversaire des yeux, parant les coups mais sans qu’elle n’arrive à prendre le dessus.

Cassidy se mit à grogner. Elle se trouvait minable à ce moment là.

« Au lieu d’agir dans l’ombre, montrez vous un peu espèce de lâche ! »

Oh pas bon la provocation… mais l’homme daigna faire une apparition. Il était plus grand, aux muscles fins et portait une tunique assez légère. La demoiselle ouvrit la bouche. Comment il faisait pour bouger aussi vite comme ça ? Elle n’en savait rien et se remit en garde. L’homme la dévisagea tout en croisant les bras, la regardant de haut.

Soudain, Cassidy sentit comme une piqure au niveau de son cou et elle porta machinalement la main. Sûrement un insecte… Puis elle incanta un nouveau sort, qui une fois de plus fut interrompu par une repousse. Chacun de ses sorts était repoussé, dévié, coupé sans qu’elle ne puisse rien y faire et ça commençait à l’agacer très sérieusement.

*Plus vite… il faut que j’aille plus vite !*

Mais peu importe le nombre de fois qu’elle tentait, elle se faisait toujours repousser de plus en plus, jusqu’à être obligée de maintenir sa position, pour garder toute la puissance de son bouclier. Elle commençait à se sentir ridicule, nulle… et découragée.

Jusqu’à ce que l’image de Tristan réapparut dans son esprit. Pourquoi l’attaquait-on ? Pourquoi maintenant ? Il semblait inquiet, il avait peur pour elle. Maud était là aussi et ses pensées devinrent confuses.

Cassidy poussa un rugissement de colère avant de se retrouver au sol. Elle sentit une nouvelle source de magie qui s’emparait d’elle, tellement puissante qu’elle avait beaucoup de peine à se contrôler, respirant difficilement alors que l’autre venait de s’arrêter. Elle souffrait à cause de ce surplus de magie qu’il lui était impossible de contrôler, alors qu’elle sentait son corps s’engourdir petit à petit. Une sensation étrange, bizarre s’empara d’elle.

Le tatouage avait du s’activer de l’autre côté car Tristan devait ressentir une émotion assez bizarre et non identifiable chez Cassidy. Ou plutôt une étrange magie qui n’avait rien à voir jusqu’à présent. Pas vraiment malsaine mais… beaucoup plus puissante que tout ce qu’il avait pu ressentir jusqu’à présent.

La jeune femme ferma les yeux et grinça des dents. Un flash vint se placer devant elle et la mage parut surprise, rouvrant doucement les yeux. Elle commençait à comprendre. Et le simple fait de ne pas réussir à battre son adversaire la rendait folle.

*Je dois… devenir… plus puissante… je ne dois pas perdre !*

Elle inspira profondément. Le flash lui avait donné une solution. La demoiselle ferma les yeux et laissa libre court à sa magie, sans aucune retenue. Un courant étrange passa à l’intérieur d’elle et lorsqu’elle ouvrit les yeux, la couleur à l’intérieur avait tourné au doré.

Cassidy examina son adversaire avant d’arborer un petit sourire alors qu’il se mettait en garde. Puis, elle lâcha son bâton que sa panthère attrapa dans sa gueule. La mage souffla doucement, ses pensées se tournant vers Tristan malgré la douleur qu’il représentait en ce moment, redressant ses manches, commença à courir comme une suicidaire en direction de cet homme puis… disparut du champ de vision tout comme lui.

La seule chose qui pouvait témoigner de l’activité de la zone était les sifflements bizarres dans les airs. Bien qu’il semblait y avoir du mouvement. Les feuilles des arbres bougeaient, l’herbe tremblait, les arbres résonnaient. Jusqu’à un moment où l’agresseur se retrouva de nouveau dans le champ de vision, propulsé au sol, incapable de bouger le petit doigt comme si il était paralysé.

Cassidy réapparut sur le côté, regardant cette personne avec une expression de défi sur le visage, fière et conquérante. Ses yeux reprirent une couleur naturelle.

Mais dès que la magie qu’elle semblait avoir utilisé disparut, la demoiselle se sentit extrêmement mal, prise de vertiges alors qu’elle tenait à grand peine debout. Luttant et résistant, Cassidy ne put réussir à se maintenir consciente, tombant à terre à côté de son adversaire alors que les brumes l’envahir. Tout redevint calme, à part son cheval qui s’approcha d’elle pour tenter de la réveiller, la panthère étant partie.

Non loin de là, des yeux observaient la scène.

- Elle est… plus impressionnante que ce que je n’aurais pensé. Voilà qui nous apprend bien des choses…
- Je vais aller faire un rapport sur ses capacités.
- Faite aussi des recherches sur ce que nous venons de voir, je pense qu’à long terme on pourra peut être s’en servir…
- Que faisons nous alors ?
- Effacez ce souvenir de sa mémoire, elle ne doit pas savoir ce qu’elle est capable de faire. Et ramenez son bâton à son logement temporaire.
- A vos ordres…


Un peu plus tard, le partenaire de Cassidy revenait sur ses pas, la cherchant un peu partout, inquiet. Il la trouva assommée et étendue dans l’herbe, sa monture très inquiète apparemment.

Il resta à côté d’elle, l’appelant et lui lançant de l’eau sur le visage pour la réveiller grâce à sa gourde.

La jeune femme ouvrit doucement les yeux, un peu surprise alors qu’il lui expliquait l’avoir retrouver là.

Ils remontèrent à cheval et se dirigèrent vers la villa alors que la demoiselle se frottait la tête lorsqu’ils arrivèrent bien évidemment après tout le monde, cherchant à reprendre ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 15 Oct - 11:49

Ah ça pour un baiser inattendu et franchement très… agréable, c’était un sacré baiser !
Tristan y répondait d’ailleurs avec une ferveur toute particulière et se rapprochait l’air de rien de sa compagne. A lui aussi ce contact manquait. Il souffrait d’être si proche d’elle sans pouvoir la toucher.
Quand elle était allongée par terre, si pâle, trempée à cause de sa semi-noyade, il avait eu tellement envie de l’embrasser pour se rassurer, pour la rassurer, qu’y faire violence en devenait physiquement douloureux.

Le jeune homme aurait d’ailleurs bien continué et frissonna quand elle posa ses mains sur ses épaules, plus encore quand elle gémit doucement, convaincu ainsi de bien faire et tout à fait encouragé dans ses gestes. Bah oui… si elle voulait vraiment qu’il arrête, elle allait devoir faire taire ces petits gémissements qui bien que discrets, lui envoyaient de sacré papillons fous dans l’estomac.
Ah ben là, elle ne repoussait pas du tout son affection ! Il était content !

Elle se fit plus sérieuse, essayant de s’expliquer. Apparemment, elle avait décidé de lui révéler ce qui n’allait pas et cela sollicitait toute son attention. La preuve en était qu’il s’était sagement reculé en penchant la tête, attentif et ne cherchant pas à poursuivre leurs baisers. Il fallait bien !!! Sinon ils ne parleraient pas un instant, ils feraient autre chose de plus… disons… distrayant.

Sauf qu’alors que la demoiselle allait parler, Maud sortit de la salle de bain et y poussa la jeune mage. Qui plus est, elle lui disait de prendre son temps puisqu’elle comptait passer un peu de bon temps justement avec le bellâtre. Non, elle ne semblait pas du tout au courant pour le petit couple caché, sinon elle n’aurait certainement pas sorti ce genre de chose qui devait terroriser Cassidy.
Pauvre petite demoiselle.

Dans un sens, elle avait des raisons de s’en faire, même si Tristan aurait été fortement surpris d’entendre qu’elle était aussi jalouse, peu confiance envers elle-même et aussi, malgré tout, peu confiante par rapport aux sentiments de son compagnon Drakkari.
Mais avec la réputation de celui-ci, il était tout de même difficile qu’il en soit autrement.

Cassidy se changea à une vitesse assez impressionnante. Il faut dire que la demande, bruyante, de Maud envers son compagnon, de se déshabiller, même si elle semblait pour une raison toute innocente, très professionnelle, était pleine de sous-entendu. Et à entendre son sifflement admiratif pas discret du tout, ce qu’elle voyait lui plaisait beaucoup. Pourtant elle avait eu l’occasion de le voir se déshabiller ce grand Drakkari.

Tristan se tenait près de la fenêtre quand Cassidy sortit, les cheveux un peu ébouriffés de s’être changée si vite. Il sourit en la voyant. Il portait, tout comme Maud, un pantalon sombre et une chemise blanche dont les lacets du col étaient négligemment dénoués. Cassidy pour sa part, si elle portait le même style de pantalon que Maud, mais pour sa taille, avait une chemise rouge… hum… assez près du corps, et qui lui allait vraiment à ravir !!!!

D’ailleurs vu le regard que lui lançait Tristan, la parcourant rapidement de haut en bas, il était tout à fait de cet avis. Son teint pâle, l’éclat brillant de ses cheveux, étaient mis en valeur par cette couleur. Maud aussi semblait surprise et ravie de l’apparition, elle se mit à taper des mains comme une gamine, arguant qu’elle avait bien raison et que cette couleur lui allait vraiment bien !

- Hein Tristan ?!!! Ca lui va bien pas vrai ?!!!!
- O… Oui… très bien…


Petite difficulté à parler ? C’est que le jeune homme était un peu perturbé, mais à voir son sourire, la perturbation n’était pas désagréable du tout !!!
Ils sortirent de la chambre de Maud et c’est vrai qu’ils formaient un trio sublime. Mais si encore une fois, Maud menait la marche d’une démarche de conquérante, le regard de Tristan avait tendance à s’égarer du côté d’une certaine petite mage dont la tenue semblait… vraiment être à son goût. Une idée lui vint à l’esprit, lui tirant un sourire de conspirateur qu’il s’empressa de faire disparaître. Il ne réagit pas quand elle effleura sa main, se contentant d’un air impassible qu’il arborait sans mal.

Cassidy partit donc rejoindre son partenaire du jour mais ce ne fut pas sans remarquer les expressions assez étranges du couple très « assorti » qui se tenait un peu en retrait derrière elle. d’ailleurs plusieurs personnes semblaient surprises et sceptiques devant cette réaction… Qui prit tout son sens un peu plus tard.
Les dames s’appliquaient et malgré tout, c’était aussi le cas de Maud qui lançait de temps à temps des regards inquiets à un Tristan étrangement rigide et beaucoup trop sérieux et silencieux.

Tristan eut donc droit à un moment… très difficile même si c’est très courageusement qu’il mangea entièrement ce qu’avait préparé la noble. L’admiration de celle-ci sembla d’ailleurs se renforcer, brillant singulièrement dans ses yeux. Il fallait dire qu’à sa place, elle n’aurait certainement pas eu ce courage. Et toutes les personnes présentes auraient fait comme elle… Parce qu’il en fallait de la bravoure pour ingurgiter un truc pareil.

Si le jeune homme avait su que leur duo très épique pour cette épreuve, faisait rire la jolie mage, il en aurait certainement beaucoup moins souffert et lui aurait demandé de ne pas caché son amusement parce qu’il était sincère et surtout mérité. La demoiselle reprenait des couleurs, la joie de vivre malgré tout et puis… là justement, elle avait la preuve que la noble n’était pas si parfaite, loin de là ! Apparemment, elle pourrait anéantir une armée avec sa nourriture !!!!

Cassidy les rejoignit d’ailleurs et secourut Tristan en lui offrant de quoi boire. Il engloutit la cruche à une vitesse hallucinante d’ailleurs, sous le regard d’une Maud crispée et totalement coincée qui semblait extrêmement désolée. Aux paroles de la jeune mage, elle releva la tête et lui lança un léger sourire timide et gêné.

- J’espère… le pauvre… je ne pense pas qu’il y ait pire torture que manger quelque chose que j’ai préparé…Peu importe ce que c’est… ça finit toujours par glougouter et être violet…


Et la sincérité dans sa voix était aussi drôle que preuve d’un réel problème culinaire qui pouvait se révéler être une catastrophe gastronomique sans précédent.

Le jeune homme se redressa alors que Cassidy était partie « nourrir » son « homme ».
Ah ben lui, il avait de quoi se réjouir par contre. Le Drakkari entendit, distraitement, que c’était très bon, original et les compliments dont l’étourdissait réellement son partenaire. Elle avait l’air d’apprécier l’attention, elle rougissait. Il se pressa le ventre d’une main. Tant mieux pour elle, c’était certainement mérité.
Malgré la bonne volonté du jeune homme, ils n’obtinrent aucun point mais au moins n’en perdirent pas, ce qui les rassura tout de même un peu. Après tout, s’il souffrait toute l’après-midi pour rien, ce ne serait pas drôle... du tout…

Soudainement Cassidy se matérialisa à côté d’eux et proposa de voir Tristan pour s’assurer qu’il ne serait pas malade pour les épreuves suivantes. L’œil un peu vide, celui-ci hocha lentement la tête en se levant. Il était pâle et n’avait pas l’air très bien en effet,même s’il se tenait fièrement droit au lieu de se plier en deux comme l’exigeait son mal d’estomac. Maud par contre lança un regard de reconnaissance à la jeune mage et les yeux brillants articula un remerciement silencieux avec un sourire.

Ah ben si elle avait su ce que ladite petite mage avait en tête, peut-être aurait-elle été moins… reconnaissante. Le jeune homme suivit docilement sa compagne dans le couloir, s’éloignant considérablement tout de même de la salle où les discussions allaient bon train, les hommes louant la cuisine de leurs compagnes à tous ceux qui voulaient l’entendre, histoire de provoquer quelques jalousies.

Il grimaça quand elle le plaqua, même doucement contre le mur et répondit à sa question d’un hochement de tête, carrant les épaules, prétendant que ça allait très bien alors que la sueur sur son front et la crispation dans ses mains disaient tout le contraire.
Elle lui proposa alors une fiole censée l’aider à aller moins mal même si ce n’était pas… bon. Il ne sembla pas s’en préoccuper, la prit et la vida d’un trait. C’est que même raté, ça ne pourrait jamais être aussi mauvais que la cuisine de Maud. Il tira néanmoins la langue, un arrière-goût désagréable sur la langue, qu’il tirait à répétition comme s’il pouvait s’en débarrasser ainsi, à la manière d’un chat.

Elle le regardait, craquante et tellement gentille et lui tendit alors des biscuits. Là, il la fixa comme si elle était une manifestation divine, ni plus, ni moins… Mais il ne mangea que trois biscuits sur les quatre qu’elle lui tendait, obstiné, marmonnant qu’elle devait en manger un aussi d’un ton catégorique. Pourtant, même s’il devait avoir faim, il prit le temps de les apprécier, les mâchonnant tranquillement avec un sourire de ravissement. D’ailleurs quand il les eut fini, il lui fit un sourire d’ange effleura doucement une de ses mains du bout des doigts.

- Ce sont les meilleurs biscuits que j’aie jamais mangés !

Et c’était dit avec tellement de conviction que…comment lui rappeler que c’était certainement parce qu’il venait de s’étouffer à moitié avec une nourriture insipide ?
Il semblait en bien meilleure forme et l’air d’avoir totalement récupéré grâce à elle. D’ailleurs, la demoiselle était plus proche qu’il ne l’aurait cru, il ne s’en était pas aperçu avant et sourit en s’en rendant compte.

Elle enchaina et lui avoua qu’elle avait préparé sans faire exprès, un repas à son compagnon d’un jour, qu’elle aimait beaucoup et qui l’avait accompagné dans ses voyages. Il prit aussitôt un air boudeur, croisant les bras sur son torse. Air qui disparut aussitôt quand elle prétendit avoir voulu le lui préparer quand ils étaient…eh bien en train de se chercher un peu… et qu’elle ne l’avait pas totalement préparé comme elle aurait dû, comme si elle ne voulait dédier réellement le repas en question qu’à lui. Tristan lui fit un beau sourire même s’il mit du temps à l’esquisser, surpris, touché, se passant la main dans la nuque alors qu’un léger rougissement s’emparait du haut de ses pommettes, discret, mais bien présent.

- Le simple fait que tu y aies pensé me plait déjà beaucoup… Si ça vient de toi, ça ne peut qu’être très bien…


Eh bien, il ne parlait pas toujours assez ce grand dadais, mais il était quand même capable de sortir des petites phrases vraiment gentilles et attentionnées. Difficile à croire pour celui qui semblait se désintéresser ou n’accorder que peu d’importance à ce genre de choses en temps normal.
Il lui sourit. Sauf que la demoiselle semblait avoir autre chose en tête qu’un simple sourire et elle se pendit à son cou pour l’embrasser avec une énergie assez impressionnante. Tristan surprit écarquilla les yeux et quand elle se recula un peu, il la repoussa avec force.

Si la demoiselle semblait surprise et en était peut-être blessée, elle n’eut pas le temps, c’était certain, d’y penser, car déjà, un sourire troublant aux lèvres, il la retournait, la plaquant à son tour contre le mur et se remettait à l’embrasser, la privant de toute retraite, une main plaquée sur le mur à hauteur de son visage, l’autre, déjà glissée sous sa chemise, lui pressant et caressant le ventre et la taille. Ahahahaaaa !!!! C’était vraiment pratique les chemises !!! Elle devrait en porter plus souvent.
Dommage, une main ça ne suffit jamais mais l’autre lui était essentielle pour se retenir au mur tant il avait les genoux mous soudainement.

Et ils auraient certainement continué un bon moment si des bruits de pas ne s’étaient pas fait entendre. Il se sépara dans un grognement d’elle et la regarda avec un air d’une innocence totale.

- Ca alors… je suis totalement guéri de cet horrible mal de ventre…

Et son sourire sous-entendait clairement qu’il ne pensait pas la mixture réellement responsable de cette amélioration, mais plutôt et c’était certain, ses baisers.
Ils en prenaient des petits risques par-ci par là, mignons, terriblement prenants et synonymes de tant de souffrance quand venait le moment de se séparer, mais c’étaient… de très bons moments.

Il caressa doucement sa joue du bout des doigts juste avant qu’ils ne rejoignent la salle, la regardant avec une espèce de… tendresse, comme s’il craignait en appuyant trop fort sur son visage, de voir son image disparaître.
Ils furent rapidement de retour et la pauvre Maud qui ne se doutait de rien, fit un signe de main et un grand sourire plein de reconnaissance à la petite mage qui avait soigné et très efficacement son coéquipier. Si elle savait…

L’épreuve suivante fut alors annoncée et il s’avérait que la jeune femme était vraiment décidée à casser les pieds à leur hôte. Et à ne pas respecter du tout les règles des épreuves. Presque toutes les dames étaient ravies de chevaucher derrière leurs compagnons mais elle… semblait vouloir s’éloigner de tout contact malgré le séduisant blond qu’elle avait pour coéquipier. Le pauvre, il était bien mal tombé au final.
Tristan pour sa part, riait silencieusement en la voyant râler et pester pour qu’elle ait sa propre monture. Elle le faisait rire.

Maud pour sa part, séduite par l’attitude de la mage, lui disait qu’elle avait tout de même un sacré culot et un caractère qui lui semblait vraiment génial. Le drakkari la regarda et hocha lentement la tête. Un caractère génial, peut-être pas, mais un sacré caractère, ça c’était certain !!!

Finalement, ils se préparèrent pour la course et la petite mage était la seule à avoir réclamé une monture à part. La course démarra et les chemins étant attribués, pour certains, différents, les éloignèrent par petits groupes les uns des autres.
Tristan ne pouvait vraiment pas se douter de ce qui attendait sa jolie petite mage. Et s’il l’avait su, il aurait été si furieux, que rien n’aurait arrêté sa colère et son besoin de la protéger.

Pourtant alors qu’il chevauchait avec Maud, il sentit une brusque douleur dans son dos alors que le tatouage s’activait et il retint de justesse un hurlement de douleur, ne comprenant pas ce qui se passait.
Son cheval le sentit et paniqua, se cabrant. Il parvint à le calmer mais ne vit pas la branche devant lui alors qu’ils passaient sous des arbres. Maud l’évita, pas lui et il se frotta vigoureusement le front en grognant, une légère coupure au-dessus de l’arcade sourcilière gauche.

Ils continuèrent la course et accélèrent dans l’espoir de gagner, la jeune noble l’encourageant et s’agrippant fermement derrière lui, les bras passés autour de son torse… même si elle avait les mains étrangement baladeuses et qu’à bien des moments… elles glissèrent un peu trop bas.
Soucieux, il sursautait à chaque fois, trop occupé à essayer de comprendre pourquoi son tatouage s’était activé et pourquoi il ressentait… une drôle de sensation, comme lorsque Cassidy utilisait la magie, beaucoup de magie, mais de manière très… différente… de d’habitude, pour être sur ses gardes.

Non, il ne sut rien de ce qui arriva à Cassidy, c’était sans doute bien mieux ainsi… Surtout qu’elle-même se réveilla sans savoir ce qui lui était arrivé… Alors qu’une conspiration naissait autour d’elle.
Il y avait vraiment d’étranges dangers autour de la jeune directrice.
Avec son coéquipier, ils reprirent le chemin de la course mais n’arrivèrent qu’en dernier.
Cela encore n’avait rien d’extraordinaire ou plutôt n’aurait rien eu d’extraordinaire si… Tristan et Maud ne s’étaient pas tenus sur l’espèce d’estrade aménagée pour l’occasion… et si de nombreux couples ne s’étaient pas mis à scander « le bisou, le bisou, le bisou » comme des adolescents !

La noble se redressa, conquérante, un sourire de gagnante aux lèvres, amusée et saluant la foule d’un signe de main avant de se tourner vers Tristan. Celui-ci, qui venait de repérer Cassidy dans la foule, rassuré de la voir enfin arrivé, prêt juste avant à partir à sa recherche, ne vit rien venir…
Et il eut droit à un sacré de chez sacré de vraiment sacré baiser.
Maud l’agrippa par le col de sa chemise, le tira vers elle, passant rapidement et habilement ses bras autour de son cou avant de l’embrasser si passionnément et avec tant de ferveur que le jeune homme les yeux écarquillés, les jambes en coton trébucha et eut toutes les peines à se maintenir debout sous les applaudissements et rires tonitruants de la foule….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 15 Oct - 16:06

Peut être que le repas avait été une catastrophe pour Maud et Tristan mais Cassidy arrivait à la rescousse, prête à prouver à son beau Drakkari qu’elle pouvait aussi le sauver, même si c’était d’une autre manière qu’un sauvetage d’une noyade.

Elle l’attira à l’écart, soucieuse pour lui et voulant l’aider, tout en lui donnant une fiole et quelques biscuits, bien qu’il lui en laissa un qu’elle grignota d’un air discret. Il semblait vraiment heureux et cela suffit à la faire rougir, touchée.

Avant qu’elle ne l’attire pour l’embrasser. Sauf qu’elle se fit rapidement repoussée et si la demoiselle s’attendait à être vexée, c’était pour mieux se faire embrasser. La température commençait à monter à nouveau. Oulà… c’est que ses mains devenaient baladeuses. La demoiselle se mit à rougir d’un coup mais continua à l’encourager, faisant preuve d’ardeur et appréciant le moindre de ses contacts.

Cela se termina beaucoup trop tôt à son goût et c’est avec regret qu’elle retourna dans la salle en sa compagnie.
On annonça l’épreuve suivante et la demoiselle, encore une fois, ne décida de faire que ce qui l’arrangeait. Tiens donc, ça montrait une certaine désobéissance aux règles… ou obéir uniquement quand ça lui convenait. En même temps, Cassidy avait toujours été une aventurière et n’avait jamais dépendue de tous ces trucs. C’est pour cette raison qu’elle préférait, cette fois ci, surprendre tout le monde.

Ils se mirent en selle et très étrangement, il semblerait que quelqu’un ou quelque chose en avait après Cassidy. Mais malheureusement, la demoiselle ne garda aucun souvenir de cet évènement. Bien dommage.

Lorsqu’elle se réveilla, son partenaire était penché sur elle, inquiet, et lui proposait de la prendre avec lui. Il s’excusa d’être parti trop rapidement, pensant qu’elle le suivait. Cassidy était sonnée, avait beau réfléchir, elle avait un joli trou noir et pourtant, elle n’avait pas mal alors comment avait-elle pu faire un malaise ?
Elle haussa les épaules, préférant ne pas y penser pour l’instant. Après tout, elle n’avait rien, ce n’était pas si grave que ça.

Ils arrivèrent en dernier et c’est sans surprise que Tristan se trouvait sur une estrade avec Maud. Alors que tout le monde scandait un seul mot, un seul… Non ils n’allaient quand même pas faire ça ? Cassidy observa Tristan et fronça les sourcils. C’est quoi ce sang au dessus de son arcade sourcilière ? Visiblement elle n’était pas la seule à avoir eu des ennuis…

Sauf que, à sa grande surprise, Maud attira Tristan à elle tout en l’embrassant avec une grande passion. Vlam ! Le cœur de Cassidy se brisa à l’intérieur et elle commençait à trembler en détournant le regard. Mais le mal était fait… Comment osait-elle ? Comment pouvait-elle ? C’était un jeu de faux couple ! Et ce baiser n’avait rien de faux.

Toute sa douleur, ses émotions ressurgirent. Oh non… ce n’est pas bon signe. Elle voulait l’étrangler, la détruire, monter à son tour et la pousser en hurlant. Le regard de Cassidy s’assombrit alors qu’elle avait les yeux tournés vers le sol, le regard brillant, presque aveugle. Sa marque verte brillait si fort que la douleur lui était insoutenable.
Puis, sans crier gare, elle se tourna et s’enfuit, les larmes aux yeux, en direction du château.

Pendant ce temps, alors que la foule acclamait les gagnants, le baron s’entretenait avec le partenaire de Cassidy à l’écart.

- Je pensais que vous vous vouliez gagner cette manche Messire. Vous ne m’aviez pas dit que vous aviez l’intention de conquérir le cœur de la dame Herediane ?
- Hem vous savez… oui bien sûr j’y pense toujours mais… elle a eu un petit accident dans la forêt. Je n’allais quand même pas la laisser comme ça. Sa sécurité passe avant tout.
- Ah bon ?! Que s’est-il passé ?
- Je ne sais pas… Elle me suivait et puis après quelques mètres, plus de signe d’elle. Je suis retourné sur mes pas et elle était étendue au sol. Peut être qu’elle s’est pris une branche.
- Décidément… je suis sincèrement désolé, elle n’était pas aussi désagréable et revêche hier. A croire qu’elle pense à autre chose.
- Ce n’est pas grave, comme je vous le disais, son bien être passe avant tout le reste…


Le jeune homme semblait vraiment soucieux pour sa compagne d’un jour et ne semblait nullement dérangé par son sale caractère à la demoiselle, souriant et se frottant la tête d’un air pensif.

- Bien, après cette épreuve, vous avez un peu de temps libre avant le grand gala final. Donc n’hésitez pas à vous promener, profiter et surtout, préparez vous. Sortez vos plus belles tenues. Le couple gagnant sera annoncé après les danses. Bonnes préparations !

Pour sa part, Cassidy avait eu l’intention de se poser dans son lit pour dormir mais cela lui rappelait trop de souvenir pour qu’elle arrive à fermer les yeux. Après avoir soupirer, la demoiselle avait empoigné son bâton, un geste qui la rassurait beaucoup en ce moment, puis se dirigea vers l’extérieur. Elle passa à proximité de la petite ville et sortit de l’enceinte pour aller à l’extérieur.

Elle avait besoin de calme, même si il lui était très difficile de penser à autre chose en ce moment, les yeux brillants, se retenant difficilement de pleurer alors qu’elle cherchait à faire disparaître cette douleur. Oui il valait mieux qu’elle s’isole, au moins elle ne pouvait pas faire de mal.

Alors qu’elle fermait les yeux paresseusement, pour tenter de méditer un peu, un cri la sortit de ses pensées et la fit sursauter. Cassidy rouvrit les yeux et vit un jeune garçon qui courait en direction de la ville. En l’examinant, elle se rendit compte que c’était un des garçons du stand de crêpes.

La jeune femme se redressa rapidement et vint à sa rencontre, il s’arrêta en la reconnaissant.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

- Papa… et d’autres gens… ils… attaqués… des brigands… ils… ils…

Cassidy posa une main sur la tête de l’enfant alors que ses yeux se durcirent. Il lui fit comprendre que sa mère lui avait demandé d’aller accueillir le convoi de marchands et qu’en arrivant, il avait vu des hommes qui menaçaient le convoi.

« Je vais m’en occuper… Rentre chez toi… »

Le petit garçon semblait terriblement inquiet et pleurait. Cassidy lui fit un beau sourire.

« Ca va aller… Je te promets que ton père et les autres seront sains et saufs. »

Le garçon repartit alors que Cassidy courut en direction du chemin. Elle ne se posa pas plus de questions que ça, les attaques de marchands étaient nombreuses dans certaines zones, alors cela ne la surprenait pas pour autant.
Lorsqu’elle arriva, un homme était menacé par un des brigands. Les autres entouraient le convoi, empêchant toute tentative de fuite.

- C’est tout ce que vous avez ?
- Pitié… Nous n’avons pas grand-chose… Je vous en prie ne nous faites pas de mal…


Le brigand se fit plus sévère et se prépara à enfoncer sa dague dans le cœur du marchand. Sauf qu’il n’en eut pas le temps, car une énergie invisible le repoussa et le fit tomber à terre. Les autres se tournèrent vers la source du sort et virent une femme blonde, à l’allure sombre, les cheveux au vent, qui n’avait pas l’air très contente.

- Une mage ? Eyh les gars ! On se replie ! On a pas les capacités pour contrer une utilisatrice de magie.
- Mais c’est une femme ! On ne va quand même pas fuir devant une femme ? Regarde elle a l’air en mauvais état, je suis sûr qu’avec la supériorité numérique, on pourra la vaincre.


Le temps qu’ils discutent, Cassidy avait invoqué un autre sort qui avait projeté tous les brigands à terre et elle se dépêcha de s’approcher des hommes en tête du convoi.

« Ca va ? Vous n’avez rien ? »

L’homme la regarda surprise et hocha la tête.

« Bien… Je vais vous couvrir, dépêchez vous de rejoindre la ville. Ah… et n’appelez surtout pas les gardes. Je vais faire suffisamment de dégâts pour qu’il y ait des risques de blesser les alliés »

Les hommes se regardèrent entre eux. Une mage suicidaire ? Elle n’avait pas l’air en bon état. Mais ils obéirent, bien heureux de fuir.

- Ou allez vous comme ça ?

Cassidy invoqua un autre sort rapidement et des lianes sortirent de terre, se mettant face aux bandits.

« Votre adversaire c’est moi ! Alors arrêtez de bavarder, battez vous ou fuyez ! »

Les lianes ne durèrent pas longtemps. Il était vrai que Cassidy était épuisée mais elle mit ça sur le dos de sa douleur pour ses sentiments et pas pour les derniers évènements. Des brigands chargèrent et elle les repoussa encore une fois alors qu’ils tombèrent à terre.

La jeune femme fléchit les jambes, à ce rythme là elle n’allait pas tenir longtemps. Elle fit apparaître sa panthère qui se fit menaçante et mordait, griffait tout ce qui lui tombait sous la main.

Cassidy continuait de lancer des petits sorts, s’épuisant au fur et à mesure, mais juste pour les étourdir ou les contrôler. Soudain, on l’attrapa par derrière et un bras se resserra autour de sa gorge.

- Tu ne vas pas faire longtemps la maligne…

La jeune femme le repoussa grâce à son énergie mais ce fut très faible comparé aux autres fois. Elle tomba à terre et l’homme brandit sa dague alors qu’elle se protégeait de son bras. La dague se planta dans son bras et Cassidy hurla, des larmes de douleur apparaissant dans ses yeux.

Encore une fois elle se sentait minable… faible… Comme dans un brouillard, alors que sa panthère disparaissait et les hommes ricanaient, elle aperçut Tristan qui se moquait d’elle et partait avec Maud. A quoi bon… A quoi bon ça servait d’avoir de supers pouvoirs si elle ne pouvait pas être heureuse… Pourquoi ?

Elle poussa un rugissement de rage et son corps devint brûlant. L’homme tenta un nouveau coup de dague, ce qui déchira un peu la tenue de la jeune femme. Mais il était trop tard. Les yeux de Cassidy se firent lointain et comme dans un rêve, elle tendit sa main en avant. L’homme lâcha sa dague, portant les mains à sa gorge alors qu’il se faisait étrangler et convulsait.

Les autres reculèrent, commençant à paniquer.

-Qu’est ce qu’elle est en train de faire ? C’est une sorcière !

Un craquement sinistre se fit entendre alors que l’homme tomba au sol, sans vie. Cassidy ne s’arrêta pas et s’engagea avec une magie effrayante dans un spectacle horrible. Les hommes hurlaient, brûlaient, la suppliait mais elle n’arrêta pas, prenant un grand plaisir à entendre ces cris de douleurs qui calmaient son cœur meurtri.

Puis… les cris cessèrent. Ils étaient tous morts. Leurs corps brûlant avec des flammes argentés qui ne laissaient aucune trace de cadavre. Cassidy était dans un état lamentable, sa tenue était déchirée, son bras saignait abondamment et elle était épuisée.

Encore une fois, elle se laissa tomber en arrière, inconsciente.

Combien de temps se passa entre cette scène et son réveil ? Peut être une à deux heures…

Cassidy ouvrit doucement les yeux, voyant une tête d’enfant penché sur elle qui la regarda en souriant.

- Maman maman ! Elle vient de se réveiller !
- Killian, ne crie pas trop fort… Cette jeune femme n’a pas besoin d’être agressée à son réveil.


La dame se mit à rire doucement. Cassidy tourna la tête. Elle reconnaissait les garçons du stand de crêpes. Regardant autour d’elle, la demoiselle se rendit compte qu’elle se trouvait dans un lit, dans une sympathique maison à l’aspect agréable et douillet.

- Comment vous sentez-vous ? Excusez mon fils…

Cassidy porta une main à son front. Elle avait un bandage autour du bras et bredouilla d’une voix pâteuse.

« Ca va… Qu’est ce qui s’est passé ? »

- Vous avez sauvé le convoi de marchands d’une bande de brigands… Un de mes fils et mon mari, qui faisait parti du convoi, inquiets de ne pas vous voir revenir, sont venus voir si rien de grave n’était arrivé. Ils m’ont raconté qu’ils vous ont trouvé étendue sur le sol, couverte de sang et… inconsciente.

Cassidy cligna des yeux. Oui elle se rappelait… mais pas de tout. Sa dernière image remontait à cet homme qui lui avait poignardé le bras. Après… du brouillard, du noir. Décidément vivement qu’elle rentre à l’académie ! Cette journée lui plaisait de moins en moins.

- Merci… d’avoir sauver mon mari et les autres. Sans vous je ne sais pas si les gardes seraient arrivés… à temps

La demoiselle se tourna vers la dame et lui sourit doucement.

« Vous savez… je n’ai fais que mon devoir… je suis une mage alors je dois défendre les gens qui en ont besoin »

- Oui j’ai entendu vos exploits avec les trolls. Vous êtes une des invités du baron, c’est bien ça ?
- Eyh Maman ! C’est la dame qui aime le grand Drakkari ! Celui qui m’a porté pour voir le spectacle. D’ailleurs il est où ton amoureux ? Pourquoi il n’est pas venu avec toi ?


Les yeux de Cassidy devinrent brillants, elle grogna et détourna la tête.

- Allons Killian, tu ne vois pas qu’elle est encore un peu sonnée et faible. Laisse là tranquille avec tes questions et retourne jouer avec tes frères.

Le petit garçon obéit alors que Cassidy se fit silencieuse. Un malaise s’installa.

- Ce Drakkari… c’est celui qui était avec vous pendant l’attaque des trolls ? Celui qui a participé au tournoi et a donné une leçon au champion de la maison Heyus ?

Cassidy n’ouvrit pas la bouche. C’était encore trop douloureux pour elle. A quel point elle se montait la tête. Elle souffrait et c’était facile à deviner. Mais elle hocha doucement la tête.

- Ma pauvre enfant… à voir votre expression, vous m’avez l’air bien tourmentée…

Cassidy ne répondit rien, les yeux tournés vers le plafond.

- Vous savez… vous devriez arrêter de vous torturer l’esprit. L’amour ça ne se construit pas en quelques jours. Au lieu de vous abattre, prenez chaque coup comme une leçon à tirer qui vous rendra plus forte.

Comment lui dire que la magie ne lui laissait pas trop de temps ? La dame s’approcha de Cassidy et lui prit doucement la main en souriant. La mage la regarda avec surprise en tournant les yeux.

- Je sais que ce n’est pas facile… vous êtes encore jeune mais n’abandonnez pas !

La porte s’ouvrit et une jeune femme entra.

- Hélène, je vous apporte votre commande du jour.
- Je suis dans la chambre, rejoignez moi.


Des bruits de pas se firent entendre puis un silence.

- Bonté divine ! Par la barbe des Dieux, que s’est-il passé ?
- Cette petite a défendu le convoi des marchands mais je pense qu’elle ne s’est pas ménagé.
- Mais… c’est…


Cassidy dévisagea la nouvelle arrivante. C’était une des femmes à qui elle avait rendu service la dernière fois. Elle se sentait faible, diminuée et extrêmement honteuse. Puis Cassidy se redressa sur le lit et s’examina. A part son bras qui avait un bandage, une légère coupure au visage et son sort d’illusion sur sa main qui avait disparu, elle pouvait être contente d’être comme ça. Même si la tenue de Maud était couverte de sang.

« Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Merci pour votre aide.. »
- Et vous comptez aller où comme ça ?

« Je sais pas… Rentrez là où j’habite je pense… Je n’ai pas envie de retourner à ce… enfin chez le baron. »

- Ah vous parlez de ce jeu de faux couples c’est ça ? Tout le monde en parle en ville ! Les nobles ont l’air de bien s’amuser

Cassidy baissa la tête, piteuse. Les deux femmes s’échangèrent un regard. Apparemment la demoiselle avait une peine de cœur et ne semblait plus vraiment motivée à y retourner. La plus jeune, celle qui venait d’entrer, se mit à sourire et joindre les mains.

- Il paraît que maintenant les couples doivent se préparer pour le grand gala final.

Cassidy grogna. Ca sera sans elle ! Hors de question de voir Maud papillonner autour de Tristan. Elle reçut une petite tape sur la tête.

- Non mais dites donc ! C’est quoi ce pessimisme ? C’est peut être l’occasion d’éblouir votre prince charmant vous ne pensez pas ? Et j’ai la solution.

Cassidy la regarda, un peu mitigée alors qu’elle se fit entraîner par la jeune femme souriante.

- Allez venez ! On va s’occuper de vous

La mage se fit entraîner par l’autre femme avant de remercier rapidement la deuxième qui se mit à sourire doucement avant de la laisser sortir.

Le temps passa et la nuit arriva. Les couples avaient eu la fin de l’après midi pour passer un peu de temps ensemble et discuter tout en tournant autour des buffets avant de se préparer pour l’épreuve finale. Il n’y avait pas eu de trace de Cassidy et son coéquipier s’inquiétait un peu de ne pas la voir revenir. Surtout qu’elle était introuvable.

Tout le monde se rassembla dans la grande salle où un orchestre se produisait. Les décorations étaient somptueuses, les conversations allaient bon train. On admirait certaines dames ou hommes. Tristan était pour sa part, très voyant comme à son habitude.

Le partenaire de Cassidy était vêtu d’une tenue classique mais classe et attendait en guettant des yeux les nouveaux arrivants.

Puis soudain, le silence se fit dans la salle à l’arrivée d’une nouvelle personne par les deux grandes portes. Tout le monde se retourna, sans un mot, cherchant à reconnaître cette sublime femme qui se tenait sur le pas de la porte, dont les yeux parcourait la salle.

Elle faisait des jalouses, et les hommes gardèrent toute leur attention sur elle, Maud qui était vu comme la dame la plus belle de la soirée totalement délaissée à cause de cette apparition.

La nouvelle avait une robe ravissante qui la mettait bien en valeur. Ses cheveux étaient relevés, elle portait une couche de maquillage discrète mais qui donnait plus d’intensité à ses yeux et ses lèvres, ses cheveux blonds brillaient et donnaient de magnifiques reflets avec les couleurs de la salle. Elle portait une étole de soie vaporeuse, bleue ciel, qui lui permettait de cacher un peu, pour l’instant, le bandage qui se trouvait sur une petite partie de son bras.

Oui, Cassidy était éblouissante. Parce que les filles qui s’occupèrent d’elle avaient mis tout leur cœur à l’ouvrage, préparant la jeune femme parfaitement, s’amusant à dire qu’elle allait faire des ravages à la soirée et conquérir l’homme de son cœur. Ca encore, la demoiselle n’était pas très sûre, c’est qu’elle manquait encore affreusement de confiance !

Mais la robe qui la mettait en valeur, la faisait se sentir beaucoup plus à l’aise et c’est d’un pas calme et aérien qu’elle avança dans la salle à la recherche de son partenaire. Sans apercevoir Tristan pour le moment. Et puis, elle ne préférait même pas poser les yeux sur Maud !

Lorsque les gens commencèrent à comprendre qui était cette jolie femme, les murmures allèrent bon train, parlant même de la comparer à Maud, hésitant sur celle qui était la plus jolie.

Cassidy s’inclina doucement vers son partenaire, qui lui parla de son inquiétude puis la complimenta. Elle était ravissante et derrière un caractère vraiment sauvage et farouche, la demoiselle était pleine de surprises.

- Quel femme magnifique ! Je suis jaloux de son partenaire !
- En tout cas celui qui obtiendra sa main en aura de la chance...


Les danses commencèrent alors.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 15 Oct - 20:59

Ah ben oui… Maud, elle n’avait pas sa langue dans sa poche, c’était le cas de le dire. Mais là en l’occurrence, elle avait surtout atterri dans la bouche de son compagnon. Ben quoi ? On les encourageait ! Le peuple réclamait du spectacle non ? Elle leur en donnait et pas du moindre !
Tristan ne s’y attendait pas ou du moins ne s’en inquiétait pas. La preuve, il ne faisait pas du tout attention à elle, tout heureux et rassuré de voir enfin la jolie mage arriver. C’est qu’elle lui avait fait une belle frayeur !

Il se retint de justesse de ne pas lever la main dans sa direction et de lui faire signe. En fait, il ne se retenait pas du tout et avait commencé à lever la main quand il se fit saisir par le col, entraîner légèrement vers le bas et embrasser avec autant de passion que de talent. Ah ben oui… c’était Maud. Sans doute la maîtresse la plus délurée, la plus passionnée, la plus exigeante et la plus satisfaisante d’une bonne partie d’Ascadian. Difficile de croire en l’image délicate d’une jeune femme toute fragile. Parce que elle… Elle ne l’était pas du tout…

Elle lui fit sacrément tourner la tête et grilla pas mal de ses neurones. Quand elle décolla ses lèvres des siennes, une lueur amusée brillait dans ses yeux. Apparemment, elle n’avait pas oublié ce petit jeu qui durait entre eux depuis quelques années. Et là, elle lui prouvait par son sourire qu’elle était tout à fait consciente d’avoir gagné en parvenant à le prendre totalement au dépourvu.
Pourtant il secoua la tête et lui lança un regard interloqué.

- Maud !
- Oh allez monsieur le ronchon ! Il faut satisfaire ces coincés avides de chair fraîche !


Il secoua de nouveau la tête, soupirant d’un air las et tourna les yeux… vers Cassidy. C’était instinctif alors qu’il semblait s’apercevoir que ce n’était peut-être pas très bien vu par sa toute fraîche petite amie. En parlant d’elle… Où était-elle passée ? Il la vit alors qui s’éloignait du groupe d’une démarche incertaine et plus pâle que jamais.
Tristan écarquilla les yeux et bondit en bas de l’estrade, totalement dans l’idée de la rattraper au plus vite.

Oh l’idée était excellente, mais sa réalisation plutôt… difficile. En effet, on lui barrait la route. Des hommes hilares et peut-être un peu jaloux, qui lui donnait de grandes bourrades dans le dos et malgré leur rang lui soufflait d’aller faire un tour dans la forêt avec la jolie noble histoire de répondre un peu à ce baiser. Bah quoi !!! Il allait pas lui laisser la victoire ! C’est que son honneur était en jeu quand même.
Tristan essaya de leur échapper, mais rien à faire.
En plus de cela, on annonçait qu’ils avaient quartier libre jusqu’à la soirée.

Le baron sortit quelques autres phrases quant aux exigences du soir mais il ne les écouta pas vraiment, trop occupé à essayer d’apercevoir Cassidy.

- Allez mon gars, va te promener avec Maud… Et fais là grimper aux branches du plus haut chêne de la forêt pour nous tu veux.

Il lança un regard troublé à l’homme qui lui parlait et ses camarades qui lui souriaient, n’ayant pas écouté un seul mot de ce qu’ils venaient de lui dire.
Enfin il parvint à se dégager et partit directement en direction de la forêt.
C’était parfaitement logique. Après tout, la jolie mage lui avait dit ne pas être à l’aise dans la villa, ce n’était donc pas là-bas qu’elle s’était dirigée, si ?

Eh bien si justement et alors qu’il cherchait toujours, l’appelant, ce fut Maud qui le rejoignit l’air assez frustrée d’être ainsi délaissée.

- Pfff !!! Tu n’es pas gentil de me laisser toute seule !
- Maud ! Navré mais j’ai plus urgent à faire que de me promener avec toi là !
- Mmmh… méchant… Tu cherches la petite blonde ? Cassidy c’est ça ?
- Oui ! Tu l’as vu ?
- Elle se dirigeait vers la villa tout à l’heure, elle n’avait pas l’air en forme… A mon avis une sieste lui ferait le plus grand bien si elle ne veut pas avoir l’air d’un zombie ce soir et je…
- Merci !


Il avait dit ça en lui attrapant les épaules, les pressant avant de se diriger en courant vers la villa. Il ne croisa que très peu de personnes étant donné que tout le monde s’amusait tranquillement dehors.
Tristan monta quatre à quatre les marches. Il ne savait pas pourquoi mais une violente appréhension pesait sur ses épaules et il se sentait… extrêmement mal avec l’impression d’avoir mal agi… mais sans trop savoir ni où, comment, ni pourquoi…

Sauf que lorsqu’il arriva à la chambre de Cassidy… il la trouva vide… Elle n’était pas là. Et son bâton non plus. Au moins Maud avait dit vrai… Et la jeune mage était vraiment passée par ici. Mais pourquoi était-elle rentrée, sans rien lui dire et en plus en prenant son bâton avant de repartir aussi sec ? Il fouilla, bien malgré lui dans l’armoire et s’aperçut que ses affaires étaient encore là, n’y touchant pas… mais que son bâton manquait bel et bien à l’appel.

Entendant des bruits de pas derrière lui, perturbé et légèrement tremblants sans pouvoir se l’expliquer, il se retourna plein d’espoir et son expression navrée mais pleine de joie disparut aussitôt. C’était Maud qui se tenait sur le pas de la porte. Elle croisa les bras, n’appréciant apparemment que peu son air déçu mais ne bouda pas bien longtemps en le voyant si pâle et perturbé.

- Tristan ? Qu’est ce qu’il y a ?
- C… C’est Cassidy, elle n’est pas…
- Là ? Je vois bien oui. On a quartier libre tu sais, elle est sans doute sortie s’amuser un peu… en fuyant son compagnon d’infortune un peu trop collant si tu veux mon avis. Ce genre de gars baveux de courtoisie, berk !!! enfin c’est peut-être son style hein.
- Mais… je…
- Eyh ! Elle fait ce qu’elle veut non ? C’est une grande fille !
- Ca ne lui ressemble pas de ne pas prévenir. Je pars à sa recherche !
- C’est vrai qu’après ce qui s’est passé ce matin et vu son état de faiblesse… Je viens avec toi.
- Hein ?!!!
- Arrête de me regarder avec cette expression de poisson pas frais mon chou, ça ne te va pas du tout. Tu es un mec et tu as l’air aussi perdu qu’un chiot loin de sa mère et à peu près aussi utile. On ne sera pas trop de deux pour la retrouver si elle n’est pas… bien.

Il ouvrit la bouche pour répliquer, voulant lui dire que la chercher ensemble n’était peut-être pas la meilleure des idées mais il se tut. Elle avait raison. Il était perturbé pour ne pas dire paniqué. Son cerveau tournait au ralenti et il était si peiné qu’elle soit partit en coup de vent sans même le prévenir qu’il n’arrivait pas à réfléchir. Maud… Eh bien c’était Maud. Elle arrivait à retrouver son calme même dans des situations abracadabrantes et son sang froid ne serait pas de trop pour retrouver la jolie mage.

Ils partirent à sa recherche d’abord dans la villa, puis dans la forêt aux alentours même si Tristan avait insisté avant tout pour vérifier les points d’eau, fou d’inquiétude après son aveu comme quoi elle ne savait pas nager. Et si elle faisait un malaise ? Tombait dans l’eau ? D’ailleurs il ne se contenta pas d’aller y jeter un coup d’œil, il plongea dans chaque point d’eau suffisamment trouble et profond pour qu’elle puisse s’y trouver, y passant un temps considérable, s’épuisant en apnées.

Maud pour sa part l’aidait quand même beaucoup et quand elle le voyait toujours plus inquiet, elle s’efforçait de le rassurer, prétextant qu’elle s’était peut-être promenée puis endormie tout simplement près d’un arbre qu’ils n’auraient pas vu. Elle n’était pas bien grande ni bien épaisse après tout, c’était plausible.

Mais la noble s’était vraiment inquiétée quand Tristan s’était effondré soudainement sur un des pontons flottants de la matinée.
Ils cherchaient depuis une bonne demi-heure déjà et elle avait remarqué qu’il grimaçait souvent depuis qu’un brusque sursaut l’avait pris, suite à l’activation, mais ça elle ne pouvait pas le savoir, de son tatouage. Il était étrange et s’il ne disait rien, il semblait essoufflé ce qui ne lui ressemblait décidément pas.

Elle n’avait pas posé de question et ils avaient continué à chercher. Il lui semblait qu’il grimaçait de plus en plus quand soudainement il était tombé à genoux sur l’un des pontons sur lequel il était remonté après avoir fouillé le bassin, les bras le long du corps, les yeux écarquillés… avant de s’effondrer dessus sans faire un seul geste pour freiner sa chute. Sa tête avait d’ailleurs durement heurté le ponton de bois et il était resté immobile. Ce furent de très longues secondes d’angoisse pendant lesquelles elle sentit son pouls terriblement faible avant qu’il n’ouvre les yeux et ne redevienne… tout à fait normal.

Tristan l’avait fixée d’une drôle d’expression qui n’avait rien de bien… réjouissant. Son teint était plus pâle et elle ne remarqua qu’à cet instant à quel point il avait l’air fatigué, des cernes violets se dessinant sous ses yeux alors qu’une belle bosse se formait sur son front. Il s’était relevé sans un mot alors qu’elle lui disait qu’il devait y aller doucement et il lui avait dit qu’ils allaient chercher… en ville.

Elle l’avait regardé avec surprise, ne comprenant pas pourquoi brusquement il avait cette idée et surtout ce que la petite mage serait allée y faire.
Mais vu son expression fermée, elle s’était pliée à sa volonté. Néanmoins ils avaient cherché en vain. Personne ne semblait avoir vu la jolie demoiselle ou seulement vite fait comme ça, au détour d’une rue. La noble avait tout de même était surprise qu’il l’entraîne un peu en dehors de la ville. Sur un chemin de terre battue par le passage régulier de charriot, il s’était accroupi au sol et avait posé la main sur une trace d’humidité sur le sol… Sans doute un tonneau de vin trop plein et légèrement percé vu la couleur.

Sauf qu’il fixait des points… qui n’existaient pas autour de lui, comme s’il voyait des choses qu’elle, elle ne voyait pas. Tristan s’était alors relevé en se tournant vers elle. Et elle avait eu peur comme rarement dans sa vie. Son expression était… glaciale au possible. Complètement renfermé sur lui-même, hermétique au monde qui l’entourait, il ne lui dit rien, se contentant de se remettre en route en marchant à si vive allure qu’elle devait presque courir pour pouvoir le suivre et pourtant elle avait un sacré rythme.

Maud ne prononça pas un mot, ne ronchonna pas à un seul instant, ne fit même pas mine de vouloir râler. Elle le suivait juste, sachant instinctivement qu’il ne fallait absolument rien lui dire à ce moment là. Quand ils arrivèrent à la villa, il s’arrêta enfin et il se tourna lentement vers elle.

- Je suis fatigué, je vais me reposer.
- Tristan, je…
- A tout à l’heure.


Sans lui laisser le temps de dire un mot de plus, il tourna les talons, monta directement dans sa chambre et s’y enferma après avoir claqué la porte sans ménagement.
Alors seulement le jeune homme laissa tomber son masque et agité de tremblements, glissa lentement au bas de la porte, le visage totalement défait, un air de petit garçon terrorisé hantant ses traits et son visage alors que des larmes glissaient sur ses joues.

*Toi aussi tu m’as abandonné alors… Comme tous les autres… Tous les autres.*


Il lui fallut quelques minutes pour se remettre alors qu’il pressait son torse où la marque rouge était réapparut, douloureuse mais elle encore il n’avait pas plus que ça l’impression de la sentir.
Sa douleur était tellement ridicule à côté de… cette autre chose.
Le jeune homme se frotta les yeux d’un revers de main. Non, il se trompait, il le savait. Ce n’était qu’une mauvaise impression, une simple mauvaise impression…

Cassidy avait juste dû avoir besoin de s’isoler ou alors elle avait reçu un message. Dans le souci que leur relation reste secrète, elle ne lui avait pas laissé de message. Mais elle n’était pas partie ! La preuve, ses affaires étaient encore là. Quand à la vive douleur qui l’avait terrassé un peu plus tôt, cette impression d’une magie néfaste autour de lui… ce n’était que son imagination… à cause de la fatigue. Elle allait bien… Elle reviendrait vite, il la prendrait dans ses bras, elle lui expliquerait alors la vérité et il rirait de sa propre bêtise.

Un mince sourire éclaira son visage, il se redressa puis s’effondra sur son lit, s’endormant aussitôt sans même comprendre d’où lui venait cette écrasante fatigue.
Ce furent des bruits de coups répétés et sacrément énervés à la porte qui le tirèrent de son sommeil. La nuit commençait à tomber. Il se frotta la mâchoire et se releva, allant ouvrir la porte pour découvrir une Maud version furie, qui les bras chargés de vêtements, entrait en trombe dans la pièce.

- Eh ben c’est pas trop tôt !!! Bon allez on se réveille, toi tu ne rafraîchis le teint et tu choisis ce que tu vas mettre puis tu vas prendre une bonne douche pour te remettre les idées en place ? Bien dormi ? J’espère, j’ai l’intention de danser ce soir et de bien m’amuser.
- Salut Maud… t’es dure de me harceler dès le réveil…

Il lui sourit gentiment et elle retint le profond soupir de soulagement qui menaçait de lui échapper. Wah… Elle avait vraiment eu peur de se faire rembarrer ou qu’il soit toujours avec une tête de zombie dépressif. Heureusement, le beau garçon gentil et taquin qu’elle connaissait était de retour. Il la chatouilla d’ailleurs un peur, déposant un baiser sur sa joue avant de la complimenter sur sa tenue. Elle rougit et détourna les yeux.

Pourtant, elle était magnifique. Ses longs cheveux noirs relevés en un chignon improbable et hyper compliqué laissait quelques mèches sombres rebelles glisser élégamment sur son visage, sa peau bronzée, presque dorée était rehaussée de légers bijoux en or sans être extravagants et elle portait une robe d’un beau violet, moulante, tellement éloignée des robes à couches telles des mille-feuilles que portaient habituellement les dames. Par contre son décolleté lui, n’avait rien de conventionnel… vu qu’il plongeait… jusqu’à son nombril. Plus d’un homme risquaient de s’y perdre ce soir !

Il obéit sagement, même s’il semblait s’amuser à jouer avec elle, disparaissant dans la salle de bain. Rassurée, elle s’assit sur son lit. Ouf… D’accord, son regard n’avait pas récupéré cette petite étincelle particulière qui y brillait parfois, mais il avait l’air en bien meilleure forme que quelques heures plus tôt. L’eau coulait sur la douche. Il avait refermé la porte mais ne l’avait pas verrouillée. Elle se mordit la langue, se retenant à grand-peine d’aller le rejoindre. Elle était en train de perdre là… Avisant le coussin près de sa main, elle l’observa puis le prit avant d’y coller son nez. Il avait son odeur. Elle ferma les yeux et sourit. Finalement rien n’avait changé.

Quand Tristan sortit de la douche, elle ne put retenir sa grimace. Il n’était pas coiffé pour un sou, sortait tout juste du lit et avait même encore la trace de l’oreiller sur une de ses joues mais… par tous les dieux qu’est ce qu’il était beau !
A cause de la couleur de ses cheveux, elle était partie sur une tenue simple, sobre mais qui se différenciait tellement sur le beau garçon. Un pantalon noir droit glissait sur ses jambes, les moulants très légèrement, juste de quoi laisser entrapercevoir les muscles puissants qui s’y cachait. Une chemise bleu roi et un gilet du même noir que son pantalon, il n’avait pas enfilé sa veste et c’était tant mieux, surtout vu sa mauvaise habitude tellement… hum… tentante de ne jamais boutonner entièrement sa chemise. Surtout alors qu’il avait remonté les manches de sa chemise sur ses avant-bras à donner des frissons et envies de conquêtes à n’importe quelle demoiselle digne de ce nom.

Elle sourit.
Ils descendirent à la grande salle dont l’aménagement avait encore changé et tout le monde se retourna sur leur passage. Maud, se tenait fièrement au bras de son compagnon. Elle était surprise et contente de constater que les légers bleus, sur son front, son arcade sourcilière et son menton n’étaient pas graves… et donnait au jeune homme un air terriblement viril tout à fait craquant.
Mais même s’il était plus calme et de nouveau lui-même, elle remarqua parfaitement que son regard se perdait régulièrement à droite et à gauche, comme s’il cherchait quelque chose ou plutôt… quelqu’un.

Et enfin il put cesser de s’inquiéter. Parce qu’ELLE apparut.
Toutes les conversations avaient cessé tout à coup. Un silence respectueux dominant l’ambiance pourtant festive. En haut de l’escalier menant à la fête, se tenait la plus ravissante, la plus éblouissante des jeunes femmes qui soient données de voir. Celles qui s’étaient occupés d’elle, de la choyer et de la mettre à son avantage y avaient effectivement mis tout leur cœur… et leur haleine…
Cassidy était sublime. Et la lueur se ralluma aussitôt dans le regard de Tristan, dès qu’il posa les yeux sur elle. Des chuchotements s’élevaient de partout. Tout le monde était admiratif et il y avait de quoi, parce qu’elle était vraiment ravissante. D’ailleurs pour Maud, celle qui gagnait pour ce soir… il n’y avait pas photo.

- Eh ben… sacrément jolie cette fille.

Elle avait dit ça avec un sourire comblé. Tristan devait être rassuré à présent et c’était totalement le cas. D’ailleurs il arborait un sourire… à tomber par terre. Oh vraiment ? Dommage que la petite mage n’y prête pas la moindre attention et se dirige vers son cavalier ravi qui la complimentait sans accorder un seul regard à celui qui s’était tant soucié d’elle… plus que ce qu’il ne souhaiterait seulement admettre.
Le sourire du jeune homme se fana un peu.

Maud lui changea aussitôt les idées en l’entraînant sur la piste de danse et il suivit de bonne grâce.
La soirée continua à bonne allure, sous les rires, les danses calmes ou endiablées. Les conversations devenaient plus « ouvertes » à mesure que l’alcool coulait. A plusieurs reprises, Tristan qui observait Cassidy à distance voulut s’approcher d’elle. Mais à chaque fois, fait exprès ou pur hasard, soit elle engageait la conversation avec quelqu’un, soit elle était, cas plus général, entraîné par son compagnon sur la piste de danse. D’ailleurs… Tristan se sentait bizarre. Devenait-il parano ou ce type la collait quand même énormément alors qu’elle en… riait ?

Chasser des idées de jalousie n’est jamais facile, elle en avait fait l’expérience ce matin là. Ou alors la demoiselle avait décidé de passer une bonne soirée, d’en mettre plein la vue à tout le monde, ou cas improbable auquel il ne pensait pas, elle avait décidé de lui faire comprendre ce qu’il lui faisait subir, qu’il ne voyait pas, la souffrance qu’elle avait pu ressentir tout au long de la journée. Et si ça avait été le cas, elle aurait eu bien raison. Un homme ne comprend que les illustrations… Alors qu’elle illustre. C’était la meilleure chose à faire.
Il dansait avec Maud depuis un moment lorsque brusquement une nouvelle consigne qui n’avait pas encore été appliquée fut lancée.

- Et on change de partenaire !!!!!

Il se retourna, réceptionnant une demoiselle qui venait de se tourner vers elle, posant déjà une main sur sa taille lorsqu’il entrouvrit la bouche surpris de se retrouver devant… Cassidy. Si on avait voulu faire exprès ça n’aurait même pas eu un tel rendu !!!
Un ravissement certain dans les yeux, un soulagement profond de se rendre compte qu’elle allait parfaitement bien, et une admiration sincère alors qu’il ouvrait et fermait la bouche sans rien articuler d’autre qu’un magnifique sourire conquis, il suivit le rythme plus lent de la danse imposée, la dévorant littéralement des yeux.

- T… Tu es… Tu es vraiment sublime. Je…


Les convenances auraient voulu, son instinct aussi, qu’il lui demande où elle était passée, ce qu’elle avait fait, pourquoi elle était partie ainsi sans le prévenir mais il se retint. L’étouffer n’était pas son but. Pourtant, il aurait peut-être dû. Lui prouvant ainsi son intérêt pour elle. Au lieu de ça, il se donnait l’impression de sourire comme un débile. Non, non, il n’avait pas passé l’après-midi à faire des galipettes avec Maud, qu’elle se rassure !!! Moui… il ne savait même pas qu’elle y pensait alors pour l’en dissuader…

Et soudainement tout bascula.
Le rythme entraînant d’une nouvelle danse aux airs de rock terrien avait été lancé et en danseur adroit, expérimenté, il avait bien l’intention de la faire briller plus qu’elle ne brillait déjà la petite mage. L’idée était excellente… et elle aurait fonctionné jusqu’au bout si un couple, maladroit, ne les avait pas bousculé. Enfin s’ils n’avaient pas bousculé la jeune femme. Elle bascula et il la retint adroitement… sauf qu’il saisit pour cela… son bras blessé. Elle grimaça aussitôt, ce qui n’avait rien de surprenant vu la plaie qu’elle devait encore porter.

Sa grimace le frappa comme un coup de fouet… mais plus encore, ce fut l’impression qu’il avait eu alors qu’il la cherchait, puis sur le ponton qui revint au galop… Mais avec des images en prime… Un combat auquel il n’avait pas assisté. Un combat qu’elle avait mené seule et qui lui sauta littéralement au visage, les images défilant à une allure folle devant ses yeux. Elle avait défendu des opprimés, protégé des innocents… elle ne l’avait pas appelé alors qu’elle était faible, elle n’avait pas eu assez confiance en lui pour l’appeler à l’aide, elle s’était laissé déborder par la situation, elle avait été blessée… et elle avait changé avant de tuer tout le monde…

Les yeux écarquillés d’horreur, il la lâcha, trébucha et tomba en arrière, lui qui ne trébuchait jamais. Il était tout près d’une vitre et… sans doute avec le mouvement de danse avait-il beaucoup d’élan parce que lorsque son dos la heurta, elle vola en éclat alors qu’il basculait sur le balcon adjacent. Le tatouage pulsait dans son dos et assis par terre, une expression d’horreur et de terreur sur le visage, il fixait la jolie mage face à lui alors que tout le monde s’était arrêté et que déjà des gens s’approchaient, inquiets.

Maud s’approcha aussitôt de lui, la seule sans doute à remarquer la façon dont il fixait Cassidy droit dans les yeux, sans ciller une seconde et la façon dont il serrait les bouts de verres dans ses mains comme s’ils étaient son seul repère. Brusquement il se releva, s’éloignant de la jeune mage, toujours la même expression au visage avant de sortir sans un mot de la salle, à toute allure, suivi de près par des murmures d’incompréhensions des uns et des autres. Mais le baron s’empressa de rattraper l’affaire et de faire reprendre la musique alors que déjà Maud se lançait aux trousses de son compagnon d’un jour.

- Tristan !!!!

Elle parvint à le rattraper et le suivit à distance. Il semblait totalement égaré et ne savait plus où il allait, où il était. Finalement il rejoignit sa chambre après qu’elle l’ait perdu de vue au détour d’un couloir. Le jeune homme entra dans sa chambre, tremblant de la tête aux pieds, ignorant qu’une autre personne était présente, celle qu’il avait fui comme un naufragé d’ailleurs… mais qui n’eut pas vraiment le temps de se manifester car déjà Maud entrait en catastrophe, essoufflée.

Elle vint s’agenouiller devant lui et sans un mot ôta les éclats de verre de ses mains. Curieusement, c’est à peine s’y semblait blesser et elle se mordilla la langue, encore plus inquiète. Il fixait le vide, l’air hagard lorsque brusquement il se retrouva dos au matelas alors qu’elle l’avait poussé en arrière… et qu’elle l’embrassait avec au moins autant de ferveur que sur l’estrade. Il écarquilla les yeux, puis les ferma, refermant ses bras sur elle alors qu’elle embrassait sa mâchoire et déboutonnait habilement sa chemise en glissant les mains sur son torse. Il émettait un léger gémissement, crispé sous ses caresses quand soudainement il la repoussa avec force, se retrouvant assis alors qu’elle se retrouvait par la même assise sur ses genoux, les mains sur ses épaules, la tenant à bout de bras alors qu’il respirait avec peine.

- Q… qu… quoi ? mai… Mais c’est pas possible… T… Tu ne peux pas, c’est… Personne ne peut s’arrêter quand je lance le charme !

En disant ces mots, elle baissa les yeux sur la bague à son doigt à la grosse pierre émeraude qui brillait d’un éclat magique. La vérité c’est qu’il s’agissait d’un cadeau de sa mère… Une bague « magique » qui devait lui permettre de faire faire aux hommes tout ce qu’elle désirait. Depuis toujours, c’était un jeu avec Tristan, elle l’activait pour jouer avec lui, dès qu’il faisait mine de trop vouloir lui résister. Cela les faisait rire et il en était toujours ravi. Mais jamais… oh grand jamais, personne n’avait pu trouver assez de force pour repousser le pouvoir de cet artefact. Elle le fixa interloquée et vit… du sang sur son bras… une trace profonde de morsure. Il… s’était mordu pour reprendre contenance ????!!!!!!

- J…Je peux pas.
- Tristan ! Tu saignes ! Mais pourquoi tu…
- Je ne peux pas lui faire ça !!!!

Il avait dit ça, la tête baissée, respirant encore plus avec peine, l’air de souffrir à chaque mot prononcé. Elle ouvrit la bouche, la referma et ses épaules se mirent à trembler.

- Et mince… j’avais raison alors. Pff, j’aurais vraiment voulu me tromper !
- Qu… quoi ?


Tristan avait relevé la tête, incrédule.

- C’est qui ? Attends ne me dis rien… la petite mage c’est ça ? Oh c’est bon ne me regarde pas comme ça, tu parles à une experte des relations hommes/femmes je te rappelle. Et puis ça crevait les yeux franchement, elle te dévorait des yeux dès qu’elle pensait que personne ne la regardait !!!! Et ne crois pas que je vous ai laissé seuls dans ma chambre sans me douter un minimum qu’elle était au moins accro à toi !!!
- Mais… mais…
- Pff… C’est pas de chance pour moi, va falloir que je trouve un homme digne de ce nom pour passer toute ma frustration dans une nuit de folie ! Mais après les folles sensations que je m’attendais à avoir avec toi ça va être dur de trouver aussi bien. Pffffff !!!!
- Ma…Mais…


Elle se fit soudainement plus sombre mais lui caressa gentiment la joue en souriant.

- Remets-toi mon Tristan… Je ne vais pas te manger c’est bon. Je suis plutôt… contente que tu te sois enfin décidé à avoir de l’affection pour autre chose qu’une vieille chouette dans mon genre. Tu es amoureux d’elle ? Un peu ?
- Je ne veux plus l’être !!!!!!

Il avait dit ça d’une voix forte, le regard agressif, se reprenant enfin, les dents serrés et des larmes de rages sur les joues. Ce devait être suffisamment rare pour que la noble, toujours perchée sur ses hanches soit totalement prise au dépourvu.

- Je déteste ça ! C’est inutile !!!! Ca ne sert à rien !!!! Ca ne fait que faire souffrir ! Il avait raison !!! Rien du tout ! C’est détestable ! Je déteste ça !!!! Elle n’avait pas le droit ! Je ne devais pas ! C’est hors de question ! L’amour ne sert à rien, rien, rien, RIEN !!! Ca ne fait que rendre faible, aveugle et à détruire ! Jamais je ne…


VLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNNNNNNNNNNNN !!!!!!!

La claque d’une rare violence, interrompit totalement le jeune homme alors qu’il tournait un regard surpris vers la belle femme à l’air furieux et aux yeux si sombres qui l’observait avec sévérité. Sa joue lui donnait l’impression de lui avoir été arraché du visage et elle était déjà en train de prendre une couleur rouge vif tant elle y avait mis d’ardeur. Elle planta un doigt accusateur devant son nez, parlant avec un calme des plus inquiétants.

- Je t’interdis… de le laisser… te dire ça. Tu m’entends ?! Tu n’as pas… intérêt à l’écouter !
- Qu… qu… Tu… Tu es… au courant ?!!!!

Il avait l’air totalement sous le choc. Mais elle se radoucit et posa une main sur son torse.

- Je le sais depuis des années Trist…
- Je…
- Tais toi, je ne veux rien entendre d’autres qui sorte de ta bouche si ce n’est des excuses ! Tu vas me faire le plaisir d’arrêter de te morfondre et de discuter avec cette petite !!! Tu l’aimes ? Oh oui bien sûr que tu l’aimes ! Je ne sais pas ce qu’elle t’a fait, mais suffisamment de mal pour que tu perdes tout contrôle de toi-même, je juge que c’est grave. Rien n’est irréparable Tristan, si ce n’est ce que tu avais en tête à l’instant même où tu es monté dans cette chambre en la fuyant ! Tu… tiens à elle… Je savais… que tu finirais par la retrouver la petite princesse de tes rêves mais… j’aurais voulu.. je sais pas trop ce que je voulais au juste. Enfin… je… je sais que c’est carrément déplacé mais… elle est beaucoup plus douée que moi ? Je veux dire au lit.
- …


La noble tira une tête impossible, bouche bée devant l’absence de réponse et les yeux baissés du garçon qui semblait tout gêné et beaucoup plus jeune tout à coup.

- Okay… je rends les armes, tu es vraiment dingue de cette fille ! Où est passé ton « je teste toujours la marchandise avant de m’y attacher » ?
- Ne parle pas d’elle comme ça !
- Tu es sérieusement accro on dirait…
- J’ai pas dit ça !!! Je…
- Tss tsss tsss…


Elle sourit, amusée, lui caressant tendrement la joue, puis le front alors qu’il se laissait faire, l’air assez ébahis par la… tournure de la conversation.

- Je suis heureuse Tristan… J’espérais sincèrement que tu connaisses ça un jour. La vie ne vaut vraiment pas la peine d’être vécue avant CA… J’ai renoncé à avoir un enfant… J’ai renoncé à beaucoup de choses dans ma vie, mais je n’ai jamais renoncé à l’idée de voir l’homme que j’aime tomber un jour amoureux. Oh la femme, me regarde pas avec ces yeux là, j’ai pas dit qu’il s’agissait de toi ! Enfin tout ça pour dire… Il essaiera de t’en empêcher… Il fera tout pour t’arrêter, tu le sais. Ne l’écoute pas… c’est elle qui compte maintenant d’accord ?
- Maud… Je…p..pourquoi… je… merci…
- Tsss… Il serait bien temps que je grandisse un peu non ? A mon âge… Poursuivre les petits jeunes sous prétexte qu’ils sont des amants du tonnerre c’est dépassé non ?... Va dire ça à ma libido !!!!!


Elle rit et se releva rapidement, se penchant sur lui pour déposer un long baiser sur ses lèvres avant de se diriger vers la porte.

- Si jamais j’apprends que tu la maltraites et qu’elle n’est pas pleinement satisfaite par tes performances, je viens t’écorcher vif et… une dernière chose… Ne lui parle pas de notre conservation.
- Euh… p…pourquoi ?
- Parce que je veux qu’elle me prenne pour sa rivale… Crois moi Tristan, une femme n’est jamais aussi passionnée que lorsqu’une rivale convoite l’homme qu’elle aime.

Elle lui lança un baiser à la volée, riant comme une adolescente avant de sortir en lui rappelant qu’il y avait un gala et qu’il avait intérêt à revenir danser un de ces quatre, refermant la porte derrière elle. Pourtant une fois que ce fut fait, elle porta la main à son cœur, un sourire aux lèvres malgré les larmes qui coulaient sur ses joues et qu’elle ne pouvait plus contenir.

- Il était temps petit prince…Il était temps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 15 Oct - 22:54

Oui, la jeune femme se sentait un peu plus assurée même si elle savait pertinemment que la partie ne serait jamais gagné d’avance. Mais pour l’instant, elle avait l’intention de faire simplement acte de présence, pas décidé à bouger ni à rentrer dans leur jeu.

Elle ignorait ce qu’avait fait Tristan cet après midi, et si elle l’avait su, si elle n’avait pas eu autant de crainte, autant de peur, tout cela ne serait jamais arrivé. On essayait de profiter d’elle et ses doutes la rendait tellement jalouse qu’elle en était affaiblie. Pourquoi n’arrivait-elle pas à lui parler ? Pourquoi ! A aucun moment elle n’avait eu l’occasion de le prendre à l’écart pour lui dire.

Les danses commencèrent et elle accorda des danses à son partenaire, bien qu’on ne retrouva pas l’harmonie qu’elle avait avec Tristan. La jeune femme avait les yeux un peu perdu dans le vide, cherchant ce qu’elle devait faire ou comment réagir.

Elle se laissait portée sur les musiques les unes après les autres, telle une belle poupée de porcelaine fragile et pouvant se briser à n’importe quel moment. Il y avait une petite chose dans sa façon de danser, ses pas légèrement hésitants, ses grands gestes pour ne pas trop s’approcher de son coéquipier, fermant par moment les yeux et tournant sur elle-même.

Peut être qu’à cause de la fatigue elle avait un peu de mal. C’est qu’elle ne s’était pas ménagée aujourd’hui ! De la sueur perlait un peu sur son front et ses blessures ne voulaient pas guérir. On voyait bien que la demoiselle avait été blessée même si elle gardait un air totalement ailleurs, sans se soucier plus que ça.

Son bandage autour du bras se voyait à chaque fois qu’elle le bougeait, bien obligée d’avoir enlever son étole de soie qu’elle avait posée sur un banc en attendant. Sa main… était intacte car malgré la fatigue et son manque de magie, elle avait incanté son sortilège d’illusion pour se camoufler.

En revanche, une nette coupure était sur sa joue, qui commençait déjà à cicatriser, blessure mineure. Son cavalier l’avait bien sûr remarqué, comme son bras.

- Qui donc vous a fait ça ?

Cassidy réprima un sourire discret en haussant les épaules.

« Messire, je vais bien et je ne désire pas en parler. Continuons à danser, voulez-vous bien ? »

Il n’insista pas et continua à la faire marcher, des pas de danses. Bien que parfois la demoiselle trébuchait, ses jambes encore un peu tremblantes. Mais il préféra ne rien dire. Hors de question de passer pour un gros lourdaud.

Parfois ils s’arrêtaient pour manger, et Cassidy regardait le plafond. Oui, tout aurait été différent si Maud n’avait pas été là. La noble l’appréciait bien mais imaginait-elle le mal qu’elle était en train de lui faire ? Bien sûr, Tristan n’avait sûrement rien dit, vu comment elle était avec lui.

Son poing se serra doucement. Alors qu’elle souffrait en silence, lui s’amusait. N’avait-il pas plus de volonté que ça ? Ou voulait-il avoir les deux femmes ? Ca il en était hors de question ! Il allait devoir faire un choix ! Après tout elle détestait partager. Et si c’était Maud qu’il choisissait…

Son cœur se serra doucement avant de fermer les yeux. Elle ne savait pas si elle devait le virer dès à présent de l’Académie, de le laisser partir, de l’ignorer. Elle ne savait pas ! Non, c’était son choix et aucun philtre d’amour, aucune magie ne pourrait l’aider. C’était la vie et il fallait s’y faire. Même si elle en souffrirait énormément par la suite.

Elle ne pourrait plus jamais le regarder de la même manière. Il l’oublierait c’était certain ! Où n’en profiterait comme toutes les autres femmes qu’il avait eu avant. Que Maud ne compte pas venir à l’Académie parce qu’elle irait la rembarrée bien sévèrement !

Non, ils allaient reprendre la route demain et la demoiselle ne savait plus comment se comporter avec Tristan. Comment lui parler après tout ce qui s’était passé ?

Comment les choses pouvaient-elles avoir plus de saveur si l’homme qu’on aime se trouvait au bras d’une autre ? Bah… et puis de toute manière elle a toujours détesté les contacts !

Enfin, le silence se fit dans la pièce et que l’animateur monta sur l’estrade.

- Merci à tous et toutes d’avoir participer. Nous révélons désormais notre couple gagnant de la journée.
Attention Mesdames et Messieurs, les grands gagnants sont… Maud et Tristan


A l’évocation, Cassidy se renfrogna encore plus. Ah oui, le meilleur faux couple hein ! Hem ! Ils allaient sûrement faire des galipettes cette nuit pour fêter ça. Cela lui fit encore plus de mal alors qu’elle évita soigneusement le regard de ceux qui montaient sur l’estrade.

Bon et bien voilà, plus d’obligation, elle pouvait aller se coucher à présent. L’animateur appela les gens à profiter de la soirée pour continuer à danser.

Cassidy ne voulait plus y penser, plus rien voir, plus rien entendre. Elle était à côté du buffet, les bras croisés, lorsque son regard fut attiré par un verre qui semblait contenir de l’alcool. La jeune femme le regarda, puis l’attrapa et le vida d’un coup. Il paraît que c’est très bien pour noyer son chagrin…

Puis elle prit un deuxième verre qu’elle but tout aussi rapidement même si elle grimaça à cause du goût. Ce n’était pas bon du tout. S’étirant et consciente qu’elle n’avait plus qu’à aller se coucher, la jeune femme commença à s’éloigner mais son partenaire d’un soir l’attrapa par la main.

- Un instant damoiselle… Voulez vous bien m’accorder une dernière danse ?

La jeune femme s’arrêta, la température commençant à monter. Une dernière danse ? Elle s’en fichait ! Elle voulait aller se coucher et oublier cette journée minable qui lui avait brisé son couple. Elle n’avait pas eu le temps d’avertir Tristan et lui allait sûrement profiter de cette fin de soirée avec tout ce qui allait avec. Avec Maud…

Mais au moins, l’alcool l’empêchait de paraître trop triste, car elle se retourna rapidement, faisant mine de réfléchir.

« D’accord… Mais ça sera… la dernière danse. »

Il n’y vit pas d’objection et lui tendit la main.

Ils dansèrent un instant et soudain, c’était le moment de changer de partenaire. Et la demoiselle se retrouva face à Tristan. Un peu rouge à cause de l’alcool. Soudain, les remords l’envahirent. Elle aurait du lui dire, mais elle se contenta de danser avec lui. L’alcool aidant bien, ses mouvements étaient plus fluides. Elle souriait.

Jusqu’à ce qu’il tire son bras et qu’il touche son bras alors que la jeune femme grimaça. Et soudain, tout bascula car Tristan changea d’expression, avant de tomber en arrière. Cassidy était encore brumeuse à cause de l’alcool mais ses yeux s’agrandirent de surprise et de peur, s’inquiétant directement pour lui.

« Tris’… Qu’est ce que… »

Elle n’eut pas le temps de finir qu’il était déjà parti. La jeune femme avait un très mauvais pressentiment et ferma les yeux. Sa faute, tout était sa faute. Elle était horrible ! A culpabiliser à fond là-dessus. Ah pour ça elle culpabilisait énormément. Mais tenant difficilement l’alcool, la demoiselle commença à s’éloigner alors que son partenaire s’approchait d’elle .

« S’il vous plaît ! Je suis fatiguée, la journée a été difficile donc non je ne resterais pas. Tout ce que je souhaite pour ce soir, c’est me coucher tranquillement et prendre des forces pour demain »

Sur ce, elle s’éloigna rapidement.

Sa vue devenait un peu flou par moments et elle zigzagait dans l’allée avant de se tenir la tête et de marmonner.

« Fichu alcool… J’aurais pas du boire autant… »

Elle se tint au mur pour avancer, avant de se coller à une porte de tout son long, comme si elle était un escargot ou une limace voulant grimper là dessus ce qui pouvait être bizarre, et d’ouvrir la porte en rentrant à l’intérieur comme une bourrée. Tiens… la couverture du lit n’avait pas la même couleur, les draps avaient été changés pendant son absence ?

Elle se dirigea vers la salle de bain et ouvrit l’ouverture d’eau du lavabo pour se frotter le visage vigoureusement. Punaise… heureusement qu’elle avait encore un minimum de conscience, grâce à un moyen miraculeux sûrement. Mais ça n’empêcherait pas le mal de tête le lendemain matin.

*Je dois avoir un truc dans mon sac qui pourrait enlever un peu les effets…*

Cassidy sortit de la salle de bain et regarda autour d’elle. Tiens… la fenêtre n’était pas au bon endroit et il n’y avait pas de sac. Une expression de stupeur s’empara d’elle ! Pourtant elle était sur la bonne rangée mais…
Elle examina la porte… avant de voir dans l’armoire une tenue qui lui était familière et changea de couleur aussitôt. Oh non… Elle était dans la chambre à Tristan. Cela la dessoula rapidement. Mais dans un sens, c’était pas plus mal. Elle lui devait des explications ! Et des sérieuses.

*Je ferais n’importe quoi pour que tu me pardonnes… N’importe quoi…*

Sans plus réfléchir, elle se précipita dans la salle de bains et se colla contre un mur, espérant qu’ils n’aient pas la mauvaise idée d’aller prendre une douche. Elle avait laissé la porte entrouverte de la salle de bain, sinon ça paraîtrait trop suspect.

Elle ne se doutait pas qu’en silence, allait se dérouler une scène sous ses yeux de totalement imprévue. Elle tremblait de tout son corps, honteuse, des larmes s’échappant de ses yeux, n’y comprenait pas grand-chose bien qu’elle ne perdit pas une miette.

Cassidy avait tort… sur toute la ligne. Elle avait confiance en Tristan bien sûr… mais pas en Maud… Elle pensait… que Maud le tenterait alors que… lorsque Tristan refusa, elle s’arrêta et ils eurent une petite discussion, qui lui fit écarquiller les yeux et ouvrir un peu la bouche alors que des larmes avaient coulé le long de ses joues, sans s’arrêter, tremblante de tout son corps.

Elle l’avait fait souffrir… parce qu’elle ne lui avait pas parlé. Mais en même temps, il ne pouvait pas lui en vouloir complètement. Elle n’avait fait que défendre des innocents ! Si elle n’avait pas réagi rapidement, qui sait ce qui serait arrivé.

Dans tous les cas, elle changea complètement d’avis sur Maud en quelques secondes. La demoiselle était assise contre le carrelage, touchant avec ses petits pieds le sol froid, les bras autour de ses jambes, recroquevillée dans une position défensive.

Il y avait une chose qu’elle ne comprenait pas. De qui ils parlaient ? Une personne qui voulait empêcher Tristan d’être avec elle ? Elle ne comprit pas grand-chose, à part le fait que Maud n’était pas son ennemie. Lorsqu’elle entendit la porte se refermer, la jeune femme inspira un moment puis se redressa, les jambes tremblantes et la peur au ventre.

Elle sortit de la salle de bain et signala sa présence.

« Tris’… je… je ne voulais pas… enfin… je voulais… venir… pour te parler… c’était… pas prévu que j’entende… votre… conversation… »

La demoiselle fit quelques pas, son visage se reflétant dans la lumière de la lune. On voyait bien qu’elle avait abondamment pleuré jusqu’à présent et que les traces de larmes étaient toujours visibles. Elle essuya doucement ses yeux avant de prendre une chaise et de s’installer face à lui.

« A chaque fois j’ai voulu te parler, t’avouer la vérité mais je n’ai jamais trouvé… la bonne occasion. Pardonne moi… J’aurais du le faire plus tôt… Je n’ai jamais eu l’intention de te cacher quoi que ce soit… »

Elle se plaça bien sur sa chaise, apparemment mal à l’aise.

« Lorsque Maud est arrivée ce matin… j’ai eu très peur. Peur qu’elle soit une tentation pour toi… C’était ton amante jusqu’à présent… Il me semblait évident qu’elle agirait en tant que telle. Et puis… je ne pensais pas être aussi jalouse que ça. C’est fou que sans communication on ne comprend plus rien… »

La demoiselle esquissa un faible sourire.

« Je me suis isolée… parce que… je sentais que j’aurais des difficultés à tenir. Ca me ronge. Beaucoup plus que tu ne crois. Alors quand je me suis retrouvée dans la salle de bain, j’ai décidé de me calmer, que j’avais à ne pas faire attention et profiter de la journée. »

Elle baissa doucement la tête.

« Sauf que cette jalousie… était une belle faille. Dans laquelle la sorcière s’est engouffrée. Et puis quand elle me narguait, me tentant à faire des actions horribles. Je lui ai dis que tu n’étais pas ma faiblesse… mais ma force. Et que j’avais une entière confiance en toi. Sauf… qu’elle m’a montré une image très compromettante. Je pense que si toi tu me voyais dans une scène en train d’embrasser ou de coucher avec un autre homme, tu ne resterais pas… calme. Enfin peut être que je me trompe, mais ça m’a fait pété un câble »

Elle leva sa main blessée et prononça un mot qui enleva l’illusion.

« Lorsque j’ai compris ce qui m’arrivait, je me suis enfuie dans le jardin, réfléchissant, me ressaisissant. Et puis… je me suis dis qu’il valait mieux pas que tu t’inquiète pour moi à cause de ça. Que je sois jalouse d’accord, mais combiné la magie avec ça… Je ne veux pas que ça t’influence dans tes choix et tes décisions. Je voulais juste être… normale. »

D’autres larmes coulèrent le long de ses yeux.

« Mais quand je te voyais avec elle, je devenais folle. Plusieurs fois j’ai eu l’envie de te rejoindre, de t’embrasser devant tout le monde. Au diable les secrets ! Mais je pensais aussi… que Maud devrait l’apprendre par toi que par accident… Mais j’ai quand même voulu te prévenir. »

Elle serra les poings, ses larmes continuant à couler le long de ses joues.

« Tu ne sais pas à quel point j’avais honte de mon comportement ! Je me suis trouvée gamine, stupide et j’ai énormément lutté pour repousser tous ces sentiments négatifs. Lorsque je sentais que je partais, j’évitais de regarder Maud. Je… je ne voulais faire de mal à personne ! Et comme ma magie était capricieuse… cela demandait beaucoup d’efforts. »

La demoiselle secoua la tête.

« J’ai tenu toute la journée. Mais le baiser après la course… j’ai eu du mal… je suis partie… pour éviter que cette jalousie que j’avais ne devienne trop envahissante. Je me suis isolée un peu à l’extérieur de la ville pour réfléchir un peu, pour méditer et puis… »

Elle inspira profondément.

« Tu te rappelle le petit garçon du stand à crêpes ? Son père… et d’autres personnes étaient attaqués par des bandits. Alors je pense que tu me connais suffisamment, je me suis précipitée. C’était trop tard pour t’appeler, te prévenir Tris’ ! Tu étais trop loin. Si j’étais restée sagement à la villa… eh bien il y aurait eu des victimes. »

Son regard devint plus sérieux et elle serra les poings.

« Je devais être là au bon moment car quand je suis arrivée sur place, un des hommes allait se faire poignarder. C’était tout juste ! Pas même la garde n’aurait pu faire plus vite. Il y aurait eu des otages… Je ne voulais pas… Mais bon… je n’étais pas en grande forme non plus. »

Elle soupira doucement.

« J’ignore ce qui s’est passé après… J’ai perdu connaissance et quand je me suis réveillée… j’étais dans la maison du petit garçon. En fait ils sont venus me chercher, s’inquiétant car je ne revenais pas. Ces gens sont généreux… La dame a tout de suite compris qu’il y avait une histoire de cœur. Son garçon a parlé de toi bien sûr et vu la tête que je faisais… elle a compris. »

Elle passa une main sur le visage à Tristan, doucement, l’effleurant du bout des doigts.

« Il y avait aussi une jeune femme, que j’avais aidé aussi il y a deux jours. En fait quand elles ont compris au sujet de toi… elles ont voulu m’aider et donc m’aider à me préparer pour ce fameux gala. Pour n’éblouir que toi… Pour pouvoir t’avouer la vérité et être la femme que tu désire avoir. »

Puis elle le regarda à nouveau, cherchant son regard.

« La raison est simple… Je suis complètement folle de toi. Je t’aime vraiment et maintenant je me rends compte à quel point j’ai pu te faire du mal… aveuglé par ma jalousie, croyant bien faire. Apparemment je n’avais rien compris. Je m’en veux… horriblement. »
Son regard se fit plus déterminé.
« D’ailleurs, j’ai décidé de quelque chose. Si jamais… tu le veux toujours… je ne veux plus qu’on se cache, ça n’a pas apporté des bonnes choses. Et si tu veux savoir, non je n’ai pas honte d’être avec toi mais je suis fière de toi. Tu es vraiment l’homme qui compte le plus pour moi et je n’ai pas envie qu’on continue de cacher plus longtemps notre relation. »
Elle croisa les bras contre sa poitrine.
« Je suis vraiment… désolée… je ferais n’importe quoi… tout ce que tu veux… pour que tu me pardonne… Plus jamais… peu importe les conditions… plus jamais je ne te laisserais dans le doute. Plus jamais je ne te ferais ça… Plus jamais… »
En pensant à ça, cela donna une idée à la mage, qui s’empresserait sûrement de mettre ça en application. Elle baissa la tête, hésitante, ne sachant pas trop quoi faire. Eh bien ! Pour une mage qui n’aimait pas se faire marcher sur les pieds, voilà qu’elle était complètement attentive aux moindres souhaits de son Drakkari.
La petite demoiselle était complètement perdue, fermant les yeux, attendant un signe, un geste de sa part. Craignant qu’il lui crie dessus, qu’il ne lui pardonne pas. Elle en avait peur oui… Mais elle comprenait. Mais si il lui laissait une seconde chance, elle mettrait tout en application pour qu’il soit le plus heureux. Elle désirait sincèrement le rendre heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 16 Oct - 14:45

Ah ça… Cassidy avait dû être bien surprise par ce long échange plein de révélations, d’aveux et bien malgré tout, de sentiments.
Tout s’était précipité pendant le bal. Tristan, ébloui, comme tous les hommes présents, était bien l’un des rares à contenir, par respect son regard baveux et trop plein de sous-entendu. Trop d’hommes la regardaient avec cette lueur qui disait clairement qu’à la moindre occasion, ils l’attireraient dans une petite pièce isolée, lui arracherait ses vêtements et combleraient les pulsions qu’elle suscitait.

Cassidy était magnifique. Quand elle était apparue, tout dans son visage, dans sa posture avait changé. Il s’était redressé, carrant les épaules, la fierté se sentait dans ses gestes, un sourire de conquérant s’inscrivait sur ses traits, son regard brillait d’admiration et il éblouissait toutes les dames autour de lui par son sourire. Sourire qui même moins grand, ne quittait pas ses lèvres même lorsqu’il ne la regardait pas. Il était si similaire à celui qu’il avait eu auprès de Maud… Ce sourire quand il était bien, pensait à elle tout simplement.

Mais là, le soulagement y était aussi pour beaucoup. Il avait mis de côté toutes ses inquiétudes, les faisant disparaître, toutes ses impressions, toutes ses faiblesses via le tatouage, ne les mettant que sur le compte de sa propre faiblesse. Elle s’était absentée pour se faire belle… et quelle apparition par tous les dieux !!! Peu importe qu’elle soit partie sans s’expliquer, elle était bien trop indépendante pour qu’il le lui reproche, surtout maintenant qu’elle était belle et bien là. Très égoïstement, il bomba le torse, songeant qu’elle s’était préparée ainsi pour, et uniquement pour, lui.

Il déchanta très vite. Parce qu’elle ne lui accordait pas le moindre regard, parce qu’elle lui donnait l’impression d’être… insaisissable, toujours occupée, toujours… trop loin de lui. Ses certitudes commencèrent à s’effriter. Bien sûr, elle laissait entrevoir une façade de politesse et de complaisances alors qu’elle souriait à son compagnon dans l’optique d’essayer peut-être d’imaginer Tristan à sa place, mais il le prit pour lui, bêtement et commença à penser lui avoir causé du tort d’une quelconque façon.

C’était idiot, il s’en voulait de penser qu’elle l’ignorait d’un fait exprès, pour s’assurer de ses sentiments ou quelque chose du genre, ce n’était pas elle, elle était trop vraie. Oh vraiment ? Pourtant n’avait-elle pas passé un mois en tant que petite amie d’un autre homme dans le seul but de l’oublier… de le rendre jaloux ?

Il était pensif et heureusement que Maud était une danseuse exceptionnelle pour donner le change !!! Quand on annonça leurs noms, il releva la tête d’un air absent et suivit très docilement sa compagne sous les applaudissements des autres faux-couple. Apparemment leur prestation avait plu, tant mieux. Seulement, si tout le monde les saluait, Cassidy leur tourna négligemment le dos, plus préoccupée par le buffet. Magnifique coup dans l’estomac, sacré revers du gauche. Wah… Il ne s’y attendait pas. Etait-elle donc mauvaise perdante à ce point pour ne même pas vouloir l’observer, si craquant dans sa tenue, parce qu’il avait remporté un jeu débile et pas elle ?

Très mauvaise estimation encore une fois. Mais bon… pour les mauvaises estimations, ils étaient très forts tous les deux.
Il n’avait pas vu qu’elle buvait… et pas du jus de fruit d’ailleurs. S’il s’en était aperçu, Tristan se serait douté que quelque chose de louche était en train de se passer. Après tout, la dernière fois que Cassidy avait consommé de l’alcool, ça s’était terminé de manière assez… eh bien marquante. Tous les deux… C’était quand même la première fois qu’ils s’étaient « sérieusement » embrassés.

Elle était déjà sérieusement « imbibée » lorsque les danses avaient repris et qu’elle s’était brusquement trouvée à danser avec lui. Pour sa part, le jeune homme, vexé d’être ignoré et blessé par son comportement et l’impression qu’elle faisait tous les efforts pour son compagnon d’un jour, oublia très vite le tout quand il fut devant elle et qu’il put danser avec elle. Ben oui… Elle était quand même super jolie et elle lui avait beaucoup manqué mine de rien ! Il avait fait son petit compliment qui somme toute soit n’avait pas été entendu, soit avait été ignoré lui aussi. Aie, ça fait mal…

Et il y avait eu l’accident… Le gros. Quand il avait attrapé son bras, qu’elle avait grimacé. Elle s’était quand même retenue avec une maîtrise d’elle-même impressionnante, d’hurler, ce qui vu sa blessure aurait été tout à fait… normal. D’ailleurs elle n’aurait tout simplement pas dû danser autant après avoir perdu tant de sang, elle risquait de finir vraiment mal. Et… boire, ne serait-ce qu’un peu d’alcool alors qu’elle était aussi affaiblie… ben non, ça non plus ce n’était pas recommandé DU TOUT !!!!

Les impressions qu’il avait eu dans l’après-midi réapparurent et prirent tout un sens. Non,il n’avait rien imaginé, non ce n’était pas dû à son état personnel… C’était bien la jeune femme. Il avait senti de la colère, de la détresse alors qu’il n’était pas face à une situation réclamant ces émotions. Elle était tout de même… sacrément chamboulée la demoiselle et elle en avait affronté des choses. La scène qui apparut, de son combat contre les brigands, devant ses yeux, défilant à une vitesse telle qu’il en aurait eu la nausée s’il n’avait pas eu l’estomac aussi accroché et pour l’instant… vide.

Un profond sentiment de trahison l’envahit alors qu’il trébuchait et tombait en arrière. Ce qu’il avait vu… non, elle ne pouvait s’en souvenir. Autrement elle ne serait pas là mais belle et bien enfermée dans un coin, recroquevillée sur elle-même et pleurant les larmes de son corps, demandant à se faire enfermer ou n’importe quoi. Il la connaissait suffisamment bien pour savoir qu’elle ne serait jamais indifférente après des meurtres aussi barbares… même si c’était de la légitime défense.

Mais elle ne l’effrayait pas vraiment, du moins elle ne le dégoûtait pas. Même en voyant son visage glacial, déformé par la jubilation de la mort, ses gestes dénués d’humanité, il n’était pas… dégoûté par elle. Parce que c’était Cassidy… Parce que ce n’était pas elle cette chose tout simplement. Mais il avait quand même trébuché sous la violence, le choc de ces brusques révélations et c’est vrai, ce n’était pas du tout discret comme façon d’agir. Pourtant, elle n’eut pas le temps de s’inquiéter pour lui qu’il partait déjà vivement, suivi de près par Maud apparemment inquiète.

Il était monté dans sa chambre après avoir déambulé dans les couloirs un long moment. Le jeune homme était tellement surpris, tellement chamboulé, qu’il n’arrivait même plus à se repérer ce qui était totalement nouveau. Il se retrouva même dans les jardins avant de finalement retrouver un peu de lucidité et de réussir à rejoindre sa chambre.

Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’une petite mage s’y trouvait déjà. Avant, dans un état euh… peut-être grandement utile à leur relation puisqu’elle se serait probablement passé de blabla en l’embrassant, mais… qui fort heureusement s’était reprise en se rendant compte du propriétaire de la chambre dans laquelle elle avait atterri. A croire qu’il pouvait avoir un sacré pouvoir dessoûlant !!!

Tristan rejoignit donc sa chambre et s’installa sur son lit, le regard dans le vague. C’est à peine s’il releva la tête quand Maud entra. Pauvre petite mage juste à côté… Comme ça devait être dur d’entendre de très courtes paroles puis… qu’il y avait du baiser et pas que dans l’air. Aie aie aie… Si le jeune homme n’avait pas réussi à trouver la force d’arrêter Maud d’ailleurs… N’en aurait-elle pas été traumatisée à vie hein ? C’est sûr qu’il n’aurait pas pu prétendre son innocence là.

Mais fort heureusement, malgré la rancune qu’il lui portait, le jeune homme ne semblait pas… prêt à la tromper sans qu’ils aient officiellement rompu leur relation. Et ça, c’était un sacré pas en avant car jamais encore il n’avait eu ce type de préoccupation. S’il n’avait pas été si triste et s’en était aperçu d’ailleurs.. Combien aurait-il été surpris ?!!!

Mais réellement c’est à une scène très inattendue que Cassidy se retrouvait confrontée. Qui aurait pu croire que la noble si volage, si… gamine pouvait se révéler une personne aussi sage et mâture et surtout…prête à renoncer à son joli casse-croûte pour le laisser à une autre ?
D’ailleurs, si elle n’avait pas remis les points sur les i avec le jeune homme sans doute aurait-il… fait plus de mal que de bien par la suite. Comment aurait réagi la douce petite mage s’il lui avait scandé bien fort qu’il ne voulait plus être amoureux d’elle hein ? Ca faisait vraiment mal ça.

Maud le lui reprocha d’ailleurs et pas qu’un peu, d’où la violente gifle qui lui incendia la joue. Il l’avait mérité. Surtout qu’il s’avérait que même s’il souffrait, ce n’était pas vrai du tout et que…être amoureux ça avait quand même du bon, même si à ce moment là, son cœur lui faisait trop mal pour lui prouver… en quoi.
Qui aurait cru que son ancienne maîtresse puisse agir de la sorte ? Apparemment certainement pas lui, il était sous le choc et même si elle sortit très dignement ayant le dernier mot jusqu’au bout, il vit bien des larmes briller dans ses yeux avant qu’elle ne referme la porte.

Le jeune homme baissa la tête. Les femmes étaient vraiment capables d’accomplir des choses incroyables. A sa place… Egoïstement, il n’aurait jamais agi ainsi et il le savait parfaitement… Quoique…N’avait-il pas justement eu un comportement louable quand la première fois qu’il avait vu Jordan, il avait voulu laisser Cassidy avec lui, persuadé que c’était une bonne chose ? Finalement, peut-être qu’il n’était pas aussi… nulle qu’il le pensait.

Il se laissa retomber en arrière sur le lit, les bras écartés de chaque côté de son corps, fixant le plafond en se demandant ce qu’il allait faire. Tristan n’eut pas à se poser davantage la question qu’une petite voix pas assurée pour deux sous se fit entendre, une petite voix qu’il connaissait parfaitement bien.
Il écarquilla les yeux en se redressant vivement. Cassidy se tenait devant lui, l’air horriblement gênée…sortant de la salle de bain, le teint extrêmement pâle, les yeux encore rouge et brillant de larmes, de petits sillons rosés traversant son visage pour signer celles qu’elle avait dû abondamment verser.

S’il était assis de nouveau sur son lit, le Drakkari adoptait une posture extrêmement… raide, assez… rigide oui.. Et des plus crispé. Qu…Quoi ? Elle avait tout entendu ?
Il ne put rien dire du tout.
Elle prit une chaise, s’approchant de lui et se posta pratiquement les genoux contre les siens. Et ce fut le début d’un très très très long monologue.
Pas un seul instant il ne l’interrompit, ni ne donna l’impression de le vouloir.

L’expression du jeune homme, imperturbable, glaciale, tenait plus d’une stalagmite que d’un être vivant. Seuls les mouvements de ses mâchoires de plus en plus serrées l’une contre l’autre, ce qui lui donnerait sans doute de sacrées crampes sous peu, témoignait de sa « vie ».
Il écouta… en silence. Sa respiration parfaitement stable et calme ne changeait à aucun moment. Non, décidément il était… stoïque.

Toutes ces révélations sur Maud, sur sa jalousie, sur ce qu’elle avait pu penser qu’il ferait, qu’ILS feraient étaient importantes bien sûr mais s’il était très… glacial, un très léger mouvement de sourcil prouva son intéressement d’autant plus vif lorsqu’elle aborda l’après-midi. Ainsi elle avait été confrontée à des brigands parce qu’elle devait protéger des innocents. Elle avait foncé tête baissée dans ce qui pouvait pratiquement s’apparenter à un piège… et ce n’était sans doute pas que parce qu’elle pensait qu’il s’agissait de son devoir. Non… Quand elle était malheureuse, elle faisait… n’importe quoi. Et ça le terrorisait…

Prétexter qu’il était trop loin ne valut à la jeune femme qu’un renfermement plus vif encore de la part de son compagnon. Oui, bien sûr qu’il était loin… mais l’appeler sans pour autant attendre pour secourir ces gens, ça n’avait rien de compliqué. Elle était une mage, elle en était capable. Elle aurait dû le faire. Peut-être ne serait-il pas arrivé à temps pour vraiment combattre à ses côtés, mais il aurait pu au moins protéger ses arrières. Ne se rendait-elle pas compte de la folie de son geste ?

Elle enchaîna, en même temps, vu son silence elle y était bien contrainte, sur le reste de l’après-midi qu’elle avait passé chez le petit garçon de la veille. On s’était soucié d’elle, on s’était occupé d’elle. des femmes, plus âgées qu’elle mais qu’elle pouvait sans doute considérer comme des amies s’étaient occupées d’elle. Qu’elle avoue s’être faite aussi jolie, enfin avoir accepté d’être fait aussi jolie uniquement pour le séduire, aurait dû lui faire plaisir.
Mais étrangement si peu avant il en éprouvait une immense fierté, à présent, il ne pouvait se débarrasser du goût d’amertume dans sa bouche.

Quand elle avait touché son visage il ne s’était pas retiré mais il n’avait pas fait le moindre geste encourageant pour autant, aussi froid et immobile qu’une statue représentant un dieu ou héros grec admiré par les artistes… idéalisés par ceux-ci aussi.
Elle justifia plus ou moins ses actes, surtout de se préparer ainsi pour lui par l’amour qu’elle lui portait. Ce n’était pas suffisant. Même si elle avait très bien fait d’ajouter qu’elle s’en voulait de lui avoir fait de la peine.

Elle annonça même avec beaucoup d’espoir lui semblait-il, que s’il souhaitait toujours, sous-entendu « d’elle », elle voulait qu’on sache pour eux deux. Il est vrai que cacher leur relation n’avait servi à rien si ce n’est à leur faire beaucoup de mal en cette si courte mais si déterminante journée. Mais tout de même !!! Même si ça s’était su, ils n’auraient pas pour autant été ensemble pour les jeux, peut-être même aurait-ce été pire. Avait-elle entendu la dernière phrase de Maud ? Aucun doute que celle-ci se serait montré des plus habiles et vraiment insistante cette fois, si elle avait voulu conquérir le petit ami d’une autre, jeu tellement plus amusant que ceux qui les avaient occupés aujourd’hui !!!!

Elle termina… Disant qu’elle était prête à faire tout ce qu’il voulait pour se faire pardonner. Elle faisait bien de baisser les yeux parce qu’il eut un regard sacrément sévère à ce moment là. Tant pis…
Elle attendait sans doute son verdict dans l’angoisse de ce qu’il pourrait lui dire, ou plutôt hurler. Mais il y avait bien pire que les hurlements… et c’était le silence.

Tristan se releva lentement sans lui jeter un regard et la contournant alla directement dans la salle de bain. Un boucan de tous les diables se fit entendre, difficile à déterminer. Etait-il en train de démolir la salle en question ou cherchait-il quelque chose ? Apparemment les deux. Il revint dans la chambre et attrapa quelque chose dans son sac avant de revenir près d’elle.

Et là, elle put sans doute y voir une toute petite, infime, lueur d’espoir, car il tenait une petite trousse d’urgence qui se trouvait dans chaque appartement attribué aux invités. S’asseyant en face d’elle, il porta une petite serviette humide à ses joues et les tamponna doucement.
Avisant la main où se trouvait sa blessure du matin, qu’elle avait camouflée jusqu’alors et enfin révélé à ses yeux avec tous ses aveux, il se mit en tête de la soigner, désinfecter les petites plaies qui s’y trouvaient encore et la bander avec soin. Très occupé dans sa tâche, penché sur elle, prenant le temps qu’il fallait, il se mit finalement à parler.

- Tu me déçois beaucoup…

Ah ben non, ce n’était pas très… gentil.

- Je t’ai dit que je t’aimais… tu as donc une si piètre estime de moi-même pour penser que j’irai succomber à n’importe qui, y compris Maud, sous prétexte qu’elle vient s’exhiber devant moi ?


Il releva les yeux vers elle et sans doute était-ce mieux qu’il les garde baissé, parce que la blessure qui s’y reflétait ne guérirait probablement jamais. Il les détourna rapidement, serrant les dents, se reconcentrant sur sa tâche.

- Dans ces conditions, ça ne sert strictement à rien qu’on soit ensemble. Que tu sois jalouse, je le conçois parfaitement et j’en suis même flatté mais… pas si c’est pour… Tu n’as pas confiance en moi, je l’ai compris à présent. Je sais que j’ai toujours eu un comportement très volage avant de te retrouver mais je croyais que tu ne voulais pas t’attacher au passé, regarder le présent ? Tu vois… tu te contredis toi-même. J’imagine que c’était mérité… pour ce que j’ai fait avant. Seulement… avec toi c’est… c’était différent. C’est pour ça que je n’aurais jamais, consciemment, cherché à te tromper, d’une façon ou d’une autre. La seule chose qu’il y a eu entre Maud et moi aujourd’hui, ce sont ses baisers… encouragés par une foule de nobliaux impatients. Ca ne te plait pas bien sûr, mais est-ce que c’était grave ? Est-ce que je t’ai donné l’impression dans cette journée de t’aimer moins qu’hier ? Est-ce que quand on se retrouvait au détour d’un couloir, je te fuyais ? Ou est-ce que je n’étais pas tout à toi et tellement dingue de tes baisers qu’y renoncer me faisait rager ?

Il parlait étonnamment calmement et avec un sérieux difficile à imaginer chez un garçon aussi… propre à vouloir la faire au moins sourire en temps normal. Oui mais le temps des sourires était révolu.

- Oui… tu as eu tort de me cacher ce qui se passait. Si tu m’avais juste dit dès le départ que tu avais peur que Maud prenne ta place, j’aurais probablement ri mais je t’aurais assuré que rien ni personne ne pouvait m’arracher à toi. A présent je n’en suis plus aussi sûr. J’ai mes torts dans cette histoire, j’aurais dû accepter de voir tous ces indices, trouver le courage de te questionner davantage alors que je savais pertinemment que ça n’allait pas. Mais je devais trop espérer que tu avais compris que j’étais là pour parler, pour te soutenir quand nécessaire pour penser que je devrais aller quémander tes confidences.

Il se passa la main dans les cheveux et sur la mâchoire, sa joue était toujours aussi rouge. Maud n’y était pas allée comme un bisounours.

- Tout à l’heure tu t’es mise en danger… Je t’ai cherchée… je ne t’ai pas trouvée, pas même un mot, rien qui puisse me dire que tu allais bien, que tu avais juste besoin de te retrouver seule, de méditer ou je ne sais quoi. Tu m’as laissé m’inquiéter pour toi… sans même prévenir quelqu’un de ce que tu faisais. Pourtant, je ne t’en voulais pas et quand je t’ai vue ce soir, j’étais si heureux de te voir présente, si belle, que je ne comptais pas te le reprocher. Maintenant, j’en suis si écoeuré qu’y repenser me donne envie de vomir. Tu es allée… directement en plein danger… et tu ne m’as pas appelé.
Tu peux dire ce que tu veux… Que tu sois intervenue est tout à fait louable et digne de toi… Mais même si j’étais loin, je serais arrivé au moins à temps pour couvrir tes arrières, même si ce n’était qu’un rôle mineur. Au lieu de ça… Tu l’as dit toi-même… tu as perdu connaissance. Tu aurais pu te faire violer, tuer… c’est tout ce que ça te fait ?!!! parce que moi non ! Comment veux-tu que je ne sois pas en colère face à un tel comportement !!!!!!!! Tu sauves des gens ! wah génial ! Je suis très fier de toi ! Mais qui t’aurais sauvé toi hein ?!!!! Tu imagines si tu étais…


Sa voix mourut dans sa gorge et il détourna rapidement la tête en se frottant les yeux beaucoup trop fort que ce soit une simple petite poussière. Ah ben le voilà le fin mot de l’histoire. Il était inquiet… il avait peur, pour elle, il était malheureux d’apprendre qu’elle n’avait même pas songé à l’appeler. Ca lui faisait mal… ça lui faisait peur… Parce qu’il l’aimait, il l’aimait vraiment… et il ne supporterait pas de la perdre. Penser que si elle n’avait pas déclenché ce côté si… violent, sombre d’elle-même, elle serait morte… le rendait malade. Et il s’en voulait aussi énormément. De ne pas avoir compris, de ne pas l’avoir suivie, de ne pas l’avoir protégée. Néanmoins… il ne pouvait pas lui dire ce qu’elle avait fait pendant ce moment d’absence, il le garderait pour lui… Inutile de lui faire plus de mal après tout… ça elle ne s’en relèverait pas.

Il avait fini depuis un moment son bandage et le temps des sermons semblait se terminer. En effet, il porta doucement la main à sa joue, puis la retira et s’agenouilla finalement devant elle pour la prendre dans ses bras, tout doucement.

- Merci… quand même… de me l’avoir dit…


Sa voix s’était adoucie et il passa doucement une main dans son dos avant de lâcher et de s’éloigner légèrement.

- Tu m’as dit que tu ferais n’importe quoi pour te faire pardonner ?... Tu n’auras pas le choix de toute façon…


En disant ces mots, il défit avec des gestes très précautionneux le bandage autour de son bras. En effet, c’était une sacrée blessure, rien de surprenant à ce qu’elle soit fatiguée après ça. Il sourit doucement, attrapant la petite boite en métal qu’il avait sortit de son sac.

- Je t’ai dis que je n’aimais pas la magie avant… mais ça ne m’a pas empêché de m’en servir par le passé.


Et sur cette phrase des plus surprenante et énigmatique, il ouvrit la boite, en sortit un pierre de la taille d’une grosse pièce de monnaie et aussi lisse et douce que la peau d’un bébé… Qu’il plaqua vivement sur la blessure de la jeune femme. La pierre changea aussitôt de couleur et se mit à briller par intermittence, comme si elle chauffait. A entendre le cri de douleur de la jeune femme… ça faisait mal, de la tristesse brilla dans les yeux de son compagnon. Non, non, il ne la torturait pas pour se venger… Parce que la blessure disparut brusquement… mais pour réapparaitre… exactement au même endroit… sur le bras du Drakkari qui étouffa une exclamation de douleur.
Serrant les dents il se mit maladroitement à bander sa toute fraîche blessure, ayant remis la pierre rapidement dans la boite. Heureusement, Cassidy lui vint en aide et il se laissa faire par une pauvre demoiselle qui ne devait pas y comprendre grand-chose.

Ah ? pas besoin pourtant, la traduction arrivait…
En effet, il déposa brusquement un baiser sur ses lèvres avant de détourner les yeux en grognant, l’air de rien, histoire de dédramatiser la situation.

- Bah quoi ? On est un couple… On partage. Et puis… hors de question de te laisser tous les honneurs. T’as pas assez solide pour supporter ce type de blessure. Moi… j’ai l’habitude. Et puis comme ça, tu y réfléchiras à deux fois avant d’oublier de m’appeler…

Un beau sourire étira finalement ses lèvres. Apparemment il avait dit tout ce qu’il avait à dire et fait tout ce qu’il avait à faire… Et son jugement final… n’avait pas l’air si mauvais que ça pour leur couple. Oui il lui en voulait, non il ne pensait pas qu’elle avait bien fait… Mais… Non, il n’avait pas vraiment envie de renoncer à elle pour cela…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 16 Oct - 17:36

Cassidy paraissait rayonnante et éblouissante pendant la soirée. Mais c’est vrai qu’elle essayait de ne pas penser à ce baiser entraperçu au pied de l’estrade. Pourtant, elle s’était présentée à la soirée, et c’était un effort de sa part. Encouragée par les femmes qui l’avaient soutenu, lui déclarant qu’elle pourrait être la femme des rêves du Drakkari, la jeune demoiselle avait fait cet effort.

Mais malheureusement, elle ne savait pas s’y prendre. Elle avait peur que la honte soit trop visible dans ses yeux, qu’elle n’arriverait plus à le regarder en face, qu’elle hésitait, réfléchissait et même si elle souriait, c’était quand même bien trop crispé pour être entièrement sincère.

Pourtant, tout bascula à cause de sa blessure, que Tristan remarqua rapidement. Et la peur qui se lisait dans les yeux de Cassidy prenait énormément d’ampleur.

En fait, lorsqu’il se retrouva avec elle, la jeune femme était trop occupée à maintenir son état alcoolisé à un niveau convenable, pour éviter de sortir des bêtises. Elle avait ouvert la bouche mais se concentrait en fait à s’appliquer dans ses pas, même si à ce niveau là il n’y avait pas de problème.

Elle semblait perdue, encore plus avec son état inhibé par l’alcool. Mais il fallait croire qu’elle était résistante la petite demoiselle. Ou qu’elle avait une réelle volonté de se battre. Bon bien sûr, elle était tombée dans les pommes et pas qu’une fois aujourd’hui ! Mais malgré ses doutes, ses remords, ce qui la faisait tenir debout, ce qui l’empêchait de tomber dans un coma, c’était les paroles de Tristan.

Survivre… Vivre…

A un moment, il y a quand même des limites mais peut être que les Dieux y étaient pour quelque chose à son état plutôt pas trop mal amoché pour des situations et évènements qui s’enchaînaient.

Elle était partie, interdite, plongée dans une souffrance et dans une culpabilité qu’elle n’arrivait pas à arrêter. Aucune personne ne l’arrêta, car elle était trop sonnée encore pour réfléchir ou parler intelligemment. La demoiselle n’était pas dans un meilleur état que Tristan. Alors que lui appelait à la trahison, elle… et bien… elle n’avait pas pu le prévenir à temps, malgré les nombreuses fois où elle avait cherché à avoir des occasions.

Mais ça il ne semblait pas s’en rendre compte. Bien sûr, elle ne se rappelait pas de ce qu’elle avait fait et se trouverait certainement folle. Mais tout ce qu’elle avait pu faire jusqu’à présent montrait que si Tristan la détestait, il en avait parfaitement le droit parce qu’elle n’avait rien fait de bien aujourd’hui.

La demoiselle alcoolisée était dans la chambre de son compagnon et lorsqu’elle s’en rendit compte, le fameux Drakkari arrivait déjà, suivi de près par Maud. Bien sûr que les premières choses qu’elle entendit fut des silences, des gémissements qui présageaient un passage à l’acte. Son estomac se noua alors que l’envie de vomir était grande.

Non, elle n’allait pas se mettre entre eux, elle n’en avait pas le courage, ni la force. La demoiselle culpabilisait tellement qu’il lui était impossible de bouger de ce sol gelé pour les rejoindre, pour se manifester. Non… elle attendait la sanction en silence, les larmes coulant le long de ses joues.

Alors, après un moment qui lui parut interminable, se promettant aussi de faire quelque chose pour Maud et d’excuser son sale comportement de la journée. Finalement la noble n’était pas si… enfin pas comme elle en avait entendu d’ailleurs. Il n’y avait pas qu’elle qui souffrait.

La demoiselle se manifesta, marchant lentement et se plaçant en face de Tristan. Il ne semblait pas démonstratif. Aïe… il fallait s’y attendre. Mais tant pis ! Elle avait trop retardé le moment pour lui en parler et maintenant le mal était fait. Si il savait, à quel point elle s’en voulait encore plus. A quel point elle aurait voulu évité tout ça. A force de croire qu’elle faisait bien, c’était tout le contraire.

Tristan n’était pas encourageant, mais ce n’est pas ça qui l’empêcha de parler, de lui dire la vérité. Elle était franche, sincère avec lui et de toute manière, elle avait bien eu l’intention de lui dire à un moment ou un autre. En fin de soirée dernier délai. Elle lui aurait dit oui.

Il se crispa quand elle lui dit qu’elle ne pouvait pas le prévenir. Dans un sens, elle avait tort, pensant qu’il serait trop occupé avec Maud pour venir la rejoindre. Dans un autre sens… elle n’aurait jamais pu l’appeler ou l’invoquer. Elle n’avait pas de sort à sa connaissance pour ça. Les mages aussi ont leurs limites. Parler à un animal ? Seuls les druides y arrivent ! Faire un truc bizarre ? Non… La seule chose qu’elle aurait pu faire, c’était de demander au petit garçon de le prévenir.

Cependant, cela lui fit penser à une autre chose. Elle aurait pu l’appeler grâce à certaines précautions si elle était en forme. Mais ce n’était pas le cas. Non elle ne pourrait pas toujours l’appeler lorsqu’elle était en danger. Mais ça, elle comptait y remédier rapidement.

Tristan ne bougea même pas quand elle effleura son visage de ses mains. Et puis, il partit alors qu’elle était horriblement mal à l’aise, attendant ce qu’il allait faire. Avant de revenir avec une trousse de pharmacie. Lorsqu’il revint s’asseoir devant elle, il prit sa main pour la désinfecter avant de lui parler… ça ne faisait pas du bien.
La demoiselle baissa les yeux, se crispant, mais ne cilla pas, consciente des bêtises qu’elle avait fait. Ca ne lui ressemblait pas d’être aussi… pas soumise mais aussi calme.

La raison tomba. Elle n’avait pas confiance en lui, et la jeune femme se crispa encore plus, la nausée dans le ventre, voulant hurler qu’il n’avait rien compris ! Et qu’il était stupide de penser ça alors qu’elle avait déjà remarqué certaines choses qu’il cachait soigneusement ! Lui faisait-il ENTIEREMENT confiance lui ? Même avant cette journée, elle s’était rendue compte de certaines choses… mais ce n’était pas le moment d’en parler.
Elle resta calme, n’ouvrant pas une seule fois la bouche, écoutant sa morale sans broncher.

La suite de son discours, la mit très mal à l’aise. Parce que sa voix s’était amplifiée au fur et à mesure. Pourtant, il ne devrait pas lui en vouloir complètement. Depuis quand c’était un automatisme chez elle d’appeler ? Elle avait toujours voyagé seul ! Ce n’était pas la première fois que ça arrivait ! Et puis, elle persistait à penser, que la seule chose qui aurait pu le prévenir était le petit garçon et pas sa magie.

Oui mais elle avait des remords, d’horribles remords. Ses yeux étaient brillants alors qu’elle retenait ses larmes. Qui aurait pu pensé que la demoiselle, qui semblait si forte d’habitude, si déterminée et têtue était capable de se taire sans répliquer. Oui il valait mieux qu’elle n’ouvre même pas la bouche. Elle avait peur, tremblait, et n’attendait qu’une chose, se faire jeter dehors ! Oui c’est tout ce qu’elle méritait pour son comportement indigne.

Mais elle n’était pas parfaite… tout le monde fait des erreurs, elle y comprise. Elle pouvait très bien rectifier le tir, corriger les choses mais avant tout, il faut bien faire des erreurs. A-t-il oublié encore une fois qu’elle ne s’était jamais souciée d’elle-même jusqu’à présent ? Qu’elle se consacrait uniquement aux autres ? Qu’elle voulait tellement aller dans le perfectionnisme qu’elle se perdait et devenait maladroite ?

Et lui ? Hein ? Parlons en ! Si elle ne lui faisait pas confiance, ça ferait depuis bien longtemps qu’elle l’aurait attaché solidement pour forcer sa magie démoniaque à sortir. Qu’elle aurait découvert par ses propres moyens ce qu’il avait. Non elle attendait sagement qu’il lui en parle. Même si elle avait toujours cette crainte à l’esprit, cette crainte qu’il fasse un aller sans retour et par son manque de parole, elle ne pourrait pas intervenir.

Mais elle lui faisait confiance, qu’il se livre quand il en aurait l’envie. C’était presque injuste ! Oui elle avait pas mal joué mais il y avait tellement de choses où elle s’était montré vraiment compréhensive, patiente, prête à le satisfaire. Oui… il ne le reconnaissait pas ça et c’était dur.

Seulement, la demoiselle s’abstint de toute remarque. Voilà aujourd’hui c’était elle la responsable donc elle pouvait bien assumer pour l’instant même si elle tremblait un peu.

Puis, lorsqu’il eut fini, et qu’elle s’attendait à devoir sortir en silence, le jeune homme la prit dans ses bras. Cassidy fut surprise parce qu’elle ouvrit grand les yeux, d’une couleur brillante et se blottit un peu plus contre lui. Doucement, sagement, respirant calmement, elle ne broncha pas, se retenant de pleurer à nouveau.

Il la lâcha pour aller chercher un truc puis revint tout en enlevant son bandage. Cassidy semblait surprise, un peu inquiète. Qu’est ce qu’il voulait faire ? Il ne lui laissa pas le temps de réfléchir et elle se sentit gênée par cette blessure, évitant de dire que ce n’était pas un cure dent qui allait lui priver de l’usage de son bras mais sûrement qu’il n’aurait pas très bien répliquer.

Lorsqu’il posa sa pierre sur sa blessure, la jeune femme grimaça, ça brûlait énormément ce truc là ! Comme si elle avait passé son bras dans le feu et elle lâcha un gémissement de douleur avant de fermer les yeux et serrer les dents, se retenant d’en faire plus. Puis lorsqu’elle les rouvrit, la douleur avait disparu et elle regarda son bras avec surprise alors que la blessure était partie, sur le bras à Tristan !

Les yeux de la jeune femme étaient remplis de peine. Elle lui aurait bien dit que sa magie la remettrait sur pieds en quelques jours mais il valait mieux qu’elle évite d’en parler pour l’instant. Il semblait vouloir prendre les choses en main, mais voir sa propre blessure sur le bras à Tristan lui faisait encore plus mal. C’est comme si elle lui avait fait énormément de mal en fait ! Puisqu’il supporterait sa blessure à sa place.

Cependant, Cassidy s’empressa de prendre les bouts de bande dans ses bras pour lui faire un beau bandage. Elle s’appliquait, faisait extrêmement attention pour éviter de lui faire mal tout en se mordillant la lèvre d’un air inquiet.

Pourtant, elle ne comprenait pas grand-chose et surtout pas la raison qui la poussait à vouloir prendre sa propre blessure. Et fut très surprise par un baiser volé qu’il lui lança. Wha… malgré la situation dramatique, ça lui avait bien manqué !

Mais sa phrase était plutôt… rassurante ou donnait une petite lueur d’espoir pour la suite bien que la jeune femme ne comptait pas se reposer sur ses lauriers. Non elle comptait vraiment travaillé dur pour regagner sa confiance et elle redoublerait des efforts… pour être la meilleure compagne à ses yeux. C’est tout ce qu’elle voulait non ? Son bonheur… Le voir heureux… Le voir sourire.

La jeune femme le regarda, hésitant dans sa réaction, sa façon de prendre les choses, puis posa doucement sa main sur la sienne.

« Je sais que je l’ai assez dit mais… je culpabilise vraiment mais… si je veux bien faire, le mieux est de regagner ta confiance, pas vrai ? Bon… je pense que la leçon était très dure mais… ça ne se reproduira plus… »

Elle caressa doucement sa main, hésitante. Son regard était mitigé entre l’envie de sourire car elle était soulagée ou d’être triste. Mais comme lui souriait, c’était encourageant et elle se contenta d’un timide sourire.
Puis elle attrapa la trousse à premiers secours et s’occupa de sa main où il s’était blessé tout à l’heure, prenant un grand soin pour désinfecter tout ça.

Puis lorsqu’elle eut finit et reposer les affaires, la jeune femme hésita avant de se mettre debout et de le pousser avec beaucoup de douceur pour qu’il s’allonge sur le lit, elle au dessus de lui.

Avant d’esquisser un nouveau sourire et de se pencher vers lui pour l’embrasser. Mais ce baiser avait une nouvelle saveur. La crainte de pouvoir le perdre, le manque grandissant qu’elle avait remarqué toute la journée, le soulagement qu’elle pouvait avoir et l’envie de se surpasser en lui faisant tourner la tête, d’une ardeur nouvelle. Bah oui ! Elle comptait quand même bien concurrencer Maud en baisers même si elle n’était pas aussi experte qu’elle.

La jeune femme recula un peu sa tête pour le regarder, se demandant si elle devait continuer sur sa lancée ou le laisser tranquille. Mais elle faisait une tête un peu innocente.

« Bah quoi ? Je te rends ton baiser volé quand même ! C’est la moindre des politesses… »

Mais oh combien ses lèvres lui avait manqué, la chaleur de son corps, car elle s’occupa de continuer à l’embrasser avec beaucoup d’ardeur, heureuse et voulant surtout un peu… passer à autre chose. D’accord elle avait fait une bêtise mais c’était du passé, elle devrait au moins mettre un point d’honneur à lui faire passer une bonne fin de soirée. Si lui le voulait bien sûr.

La demoiselle passa ses mains sous sa chemise un peu défaite et passa ses mains sur son beau torse musclé, tout en lui faisant quelques baisers dans le cou. Ca c’était pour la torture après le repas !

Au bout d’un moment, Cassidy finit par s’arrêter. Aïe… l’alcool lui donnait un peu le tournis. Elle était toujours consciente mais bon, c’est pas très agréable pour le moment. Elle s’étira au-dessus de Tristan, le regardant avec tendresse avant de se mettre à côté de lui.

« Je vais aller prendre une douche… Je pense que j’en ai bien besoin après cette journée… »

Elle se redressa et… se mettant debout pas loin de lit, entreprit de défaire sa robe avant de la poser doucement à côté de lui sur son lit. Hem… soit la faute de l’alcool, soit le fait qu’elle était rassurée mais le côté pudique, ce n’était pas pour ce soir.

Cassidy le dévisagea lentement, les mains sur les hanches, dévoilant une belle nudité sans aucun complexe ni gêne, un petit sourire sur le visage.

« Tu devrais en faire autant, je pense que ça te ferait du bien une bonne douche. Je m’occupe même de ton shampoing si tu veux, je peux bien faire ça… »

Puis la demoiselle se dirigea vers la salle de bain, nullement gênée. Elle commença à faire couler l’eau et vu son exclamation d’un air appréciateur, on pouvait comprendre qu’elle appréciait faire partir les effets de l’alcool restants avec de l’eau froide. Avant de changer la température et attendant que Tristan la rejoigne, si il en avait envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Ven 19 Oct - 17:24

Ah pour ça… les révélations, explications, engueulades, ça n’avait pas été de tout repos. En particulier pour la jeune femme qui se retrouvait un peu accusée de tout ? Etait-ce tout à fait juste ? Tout à fait honnête ? L’avenir allait leur apprendre que non mais d’une manière peut-être… un peu particulière.
Quelle drôle de façon d’agir pour Tristan n’est ce pas ?

Il aurait pu choisir de tout simplement l’ignorer, lui en vouloir suffisamment pour être encore plus sévère mais… sévérité ? Quelle était-elle au juste ? N’était-il pas sévère en lui montrant qu’elle se trompait ? En laissant entendre qu’il n’avait que ce qu’il méritait quand elle décidait de ne pas lui faire confiance, en appuyant sur le fait qu’il n’avait pas donné l’impression tout de même pendant toute la journée, de ne pas apprécier leurs pauses et baisers cachés, en prenant sa blessure sur son propre corps… oh c’est sûr il la faisait culpabiliser à mort. Sauf que…

Il y a toujours un « mais », un « sauf que ». Et il y en avait bel et bien un. Mais ce serait pour plus tard. Tristan venait d’utiliser une pierre magique apparemment pour transférer la blessure de sa compagne. C’était tout de même hasardeux, dangereux et assez spéciale comme attitude. Après tout, n’était-ce pas lui qui prétendait, du moins auparavant, ne pas supporter la magie ? Que faisait-il avec une pierre magique dans ce cas là ? La réponse était tout aussi surprenante que touchante peut-être. Mais ça encore… ce serait pour plus tard.

Cassidy s’occupait, en urgence de lui faire un bandage. D’ailleurs elle s’y investissait tant et tellement qu’elle se mordait la lèvre inférieure en même temps. Il l’observa faire en silence mais lui laissant très docilement son bras.
Il sourit doucement, la retrouvant dans cette façon d’être, de faire. Il préférait cette Cassidy à celle triste, apeurée, coupable qu’il avait pu voir quelques minutes auparavant.
Par la suite, elle s’occupa de ses mains mais… il n’y avait pas grand-chose à faire en fait, pour ne pas dire… rien du tout. Malgré les bouts coupants qu’il avait serrés, il semblait juste un peu égratigné, surprenant sans doute… pas tellement en vérité.

Sauf que la demoiselle avait une idée derrière la tête et pas des moindres ! Soudainement, elle se leva, se plaçant devant lui et appuyant sur ses épaules, le fit basculer en arrière… Quoi ? Il devait se reposer ? Oh que non, ce n’était pas du tout ce qu’elle avait à l’esprit, le prouvait le fait qu’elle se retrouve aussi rapidement au-dessus de lui à… l’embrasser avec une ardeur toute nouvelle et des plus délectables.

Tristan, surpris sur le coup, écarquilla les yeux… mais les ferma très rapidement, glissant aussitôt ses mains dans son dos en la pressant contre lui. Et étrangement, sa première étreinte avait plus des airs de soulagement, de joie, que d’un automatisme quelconque.
Cette mauvaise journée était terminée… terminée…

La jolie mage voulait se mesurer à Maud ? Intéressant et… disons qu’elle luttait déjà à armes égales parce que son talent lorsqu’elle s’investissait était indéniable. Ses baisers, c’est vrai, étaient… différents de d’habitude. Ils étaient un peu moins doux et clairement plus hésitants du tout !!!
Plus appuyés, plus recherchés, plus tenus aussi, jusqu’à ce qu’ils soient en début d’asphyxie. Bien sûr, respirer est possible quand on s’embrasse… pas quand lesdits baisers, passionnés, font danser une samba endiablé à deux cœurs plutôt surpris.

Tristan la pressait toujours contre lui, cherchant ses lèvres dès qu’elle s’éloignait un peu, glissant ses mains dans son dos et sa nuque, redressant la tête pour accentuer leurs baisers dès qu’elle cherchait à récupérer son souffle. Ben quoi ? elle voulait jouer ? Autant qu’ils jouent à deux non ?
Moment intense ? Euh… oui.
Le cœur pourtant habitué du garçon battait une chamade de tous les diables, il avait souvent du mal à respirer et ses caresses devenaient de plus en plus appuyées et… ses mains baladeuses. Pas sa faute ! C’était elle qui avait commencé !!!!

D’ailleurs quand elle s’était mise à caresser son torse en l’embrassant dans le cou, il avait eu un tel frisson qu’il s’en était étourdi lui-même !!!
Il cherchait à lui rendre la pareille mais étant donné qu’elle se vengeait déjà de cette petite pause voleuse pendant laquelle il avait donné le change, qu’ils seraient tombés dans un cruel cercle vicieux.
Elle lui échappa habilement, laissant planer une légère frustration qui n’empêchait pas le garçon d’arborer un sourire conquis.Pas mal… pas mal… Elle s’améliorait de baiser en baiser. En fait… il doutait qu’il y ait encore quelque chose à améliorer… Sa vitesse de progression était… alarmante.

Elle s’était arrêtée, le regardant avant de s’étirer et de s’allonger à côté de lui. Il se tourna pour la regarder et leva une main pour lui caresser doucement la joue, un sourire difficile à analyser au visage : mélange de ravissement, d’adoration, de surprise et de désir. Pas sa faute hein !!!! Et puis l’excuse qu’elle lui avait donnée… Bien que rudement bien trouvée, le laissait sur sa faim. Il ne pouvait pas se revenger alors ?

Elle lui déclara alors vouloir aller prendre une douche, qu’elle en avait besoin et il haussa lentement les épaules pour lui signifier qu’elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait. De toute façon, elle n’allait pas lui demander son avis si ? Elle était bien libre non ?
Elle se leva et s’il avait tourné dans un profond soupir de lassitude, les yeux vers le plafond, son regard fut très rapidement attiré…par un mouvement. Euh… une seconde…Cassidy était en train de… se déshabiller à côté de lui ????!!!!!

Apparemment il ne s’y attendait pas. Elle avait bien assez de place dans la douche après tout. Car il tourna si vite la tête vers elle, qu’un léger craquement de son cou se fit entendre alors qu’il se redressait sur un coude. Oui, oui, elle était bien en train de se déshabiller juste… devant lui. Il ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit… Et il ne perdait pas une miette du spectacle !!!
Ses lèvres s’étirèrent en un léger sourire alors qu’il la scrutait avec un intérêt croissant. Oh vraiment ? Ah ben ça pour être habillée… elle n’était plus habillée du tout là. Il déglutit difficilement le regard allumé toujours de surprise mais aussi d’une admiration certaine. Wahou… Il avait… très faim tout à coup !

Elle lui lançait une petite phrase mignonne comme quoi il en aurait besoin lui aussi et qu’elle lui ferait son shampoing. Ce à quoi il répondit par un silence équivoque, figé sur place, ce sourire toujours surpris mais ravi de ce qu’il voyait, aux lèvres, ayant du mal à déglutir. Quand il sortit de sa torpeur, elle n’était plus là, l’eau coulait dans la douche. Wah ! Il avait carrément eu un moment d’absence ? Elle lui avait… court-circuité le cerveau. Pas mal… pas mal.

Pourtant, la mine du jeune homme devint très sombre. Il se leva avec une lenteur calculée, les yeux fixés sur la porte… qu’il poussa une poignée de seconde plus tard. Cassidy était sous l’eau, son corps, superbe rendu brillant par les myriades de gouttelettes d’eau qui le recouvrait. Elle lui tournait le dos mais dut l’entendre car elle se retournait avec un sourire sublime qu’il n’eut le temps que d’entrapercevoir. En effet, déjà il était tout proche d’elle et l’enlaçait étroitement.

Petit hic ? Lui… avait oublié ses vêtements… SUR lui.
En effet, tout habillé, son gilet ouvert, sa chemise dont les pans rapprochés bien que détachés l’un de l’autre laissait voir une bande régulière de peau de son torse… et oui, il avait toujours son pantalon. Véritable oubli ? Pas tout à fait. Il y avait autre chose de plus urgent que se déshabiller dans son esprit à cet instant…

Le jeune homme serrait en effet étroitement ses bras autour de la jeune directrice et ce n’était pas que de l’eau qui coulait sur son visage…

- Pardon Cassy… pardon… j’… j’avais…pas le droit… de faire ça.

Faire quoi ? Aie ? Etaient-ils bons pour une annonce nouvelle et dévastatrice pour eux deux ? Oui et non… Nouvelle certes… Dévastatrice, ça restait à voir. Tristan gardait les bras autour d’elle, évitait de trop la touchait et en tous les cas n’en profitait pas et pourtant, il avait franchement de quoi vouloir le faire !!!!
Remontant une de ses mains jusque dans la nuque de la jeune femme, il l’incita à se coller un peu plus contre lui et appuya son visage contre ses cheveux trempés.

- Je suis désolé princesse… Je… j’essaie de tout te mettre sur le dos, je cherche à te faire culpabiliser mais encore et surtout je cherche à me convaincre que c’est à cause de toi si ça n’allait pas mais la vérité… la vérité c’est que tout est de MA faute.

Ouf ! Pas d’annonce terrible comme quoi il voulait la quitter, aller voir Maud ou… comme quoi il aurait « profité » de l’après-midi avec la belle noble au final, sans l’avoir exprimé au départ. Evitant de bouger ses mains et pourtant il avait vraiment envie de les glisser sur elle, il respira profondément, sa voix tremblait d’émotion.

- J’aurais dû comprendre que tu n’allais pas bien. J’aurais dû écouter mon instinct qui me disait que tu étais… bizarre. Je n’aurais pas dû avoir peur de te paraître lourd en te suivant ce matin, en te demandant ce qui se passait. J’aurais dû comprendre que tu avais peur pour Maud et j’aurais absolument dû te dire qu’aux vues de ce que je ressentais pour toi, l’idée de retourner avec elle ne m’aurait même pas effleuré l’esprit. C’est vraiment étrange, ça me terrifie… mais les sentiments que j’ai pour toi sont sincères. Je sais qu’avant je n’ai pas eu un comportement des plus exemplaires avec les femmes. En fait, tu pourrais m’associer à une ordure finie et je le comprendrais parfaitement. Je n’ai pas le droit de te reprocher d’avoir cru que je pourrais retourner avec elle, non seulement pour cette raison, mais encore et surtout parce que je sais à quel point tu as peu confiance en toi parfois… et à quel point ceci… ce qu’il y a entre nous, est nouveau pour toi. Pour moi aussi tu sais…

Il déglutit et enchaîna aussitôt, la pressant un peu plus contre lui comme pour l’empêcher de l’interrompre. Après tout, c’était rare qu’il soit aussi gentil, ouvert et réceptif… et surtout aussi bavard, non ?

- Je t’ai reproché ce qui s’est passé parce que j’ai vraiment, vraiment eu la trouille pour toi. Je ne sais pas ce que c’est au juste mais je crois que le… tatouage me lit étroitement à toi, comme ce dont tu m’avais parlé quand tu me l’as appliqué. Je ressens parfois quand ta magie te déborde, je vois parfois des choses qui ne sont pas… issues du présent, j’ai l’impression de ressentir tes peines mais encore et surtout tes détresses. Quand tu es partie cet après-midi, à cause de ce baiser qui n’était rien d’autre qu’un jeu, je t’ai cherchée, j’avais peur… que tu m’aies abandonné, vraiment. Mais pendant mes recherches, j’ai senti quelque chose d’étranges, ta magie… je pense. C’était violent et j’ai perdu connaissance. Je ne savais pas ce qui s’était passé mais quand j’ai touché ta blessure pendant qu’on dansait, tout m’est arrivé par flash… Et je t’en ai voulu mais surtout, je m’en suis voulu…

Il la lâcha enfin en partie du moins, desserrant son étreinte pour lui soulever le menton et qu’elle le regarde. Très injustement quand il pleurait, lui n’avait pas les yeux rouges, mais extrêmement brillants, ses pupilles se dilatant beaucoup.

- Je m’en suis énormément voulu parce que j’aurais dû être avec toi… pour profiter de cet après-midi et… te protéger contre ces hommes. J’aurais dû être là pour couvrir tes arrières, pour veiller sur ta vie. Je connais la générosité de ton cœur mais… je t’en veux tant d’avoir agi comme tu l’as fait. Crois-moi, je suis très fier de toi… tu as raison, si tu n’étais pas intervenue, sans doute y aurait-il eu des victimes, mais essaie, s’il te plait, de comprendre mon point de vue… Et si je t’avais perdu hein ? S’ils t’avaient plus gravement blessée ? S’ils t’avaient tuée ?


Il tremblait vraiment cette fois, ôtant sa main de sa joue sur laquelle il l’avait posée tout en douceur de peur de lui faire mal.

- C… Comment tu aurais voulu que je reste… que je…

Il secoua vivement la tête pour chasser ces pensées assez… funestes et lui fit un sourire timide plein de culpabilité de l’avoir fait culpabiliser pour ce qu’il estimait être en réalité sa faute.
Doucement il glissa une main sur son bras, là où elle avait une blessure il y a encore quelques minutes.

- Je ne t’ai pas « pris » ta blessure pour te faire de la peine ou te faire culpabiliser, même si j’ai fait comme si c’était le cas tout à l’heure. Je l’ai fait parce que je me remettrai toujours bien mieux que toi, j’ai l’habitude des coups. J’ai eu un peu mal quand elle est apparue mais à présent c’est à peine si je me souviens de sa présence alors tu vois, ça va très bien. Ma… Mais surtout, si je l’ai fait c’est parce que je considère que tu as déjà bien assez souffert aujourd’hui… Et qu’il est grand temps que je t’aide un peu. N… Non ?


Sourire tout nouveau, timide, gêné. Ah non, ce n’était pas du tout dans ses habitudes d’être comme ça et la preuve, il n’avait pas vraiment l’air de savoir comment s’y prendre même s’il s’était apparemment énormément investie pour lui dire ces quelques mots. D’ailleurs, il enchaina très vite, n’étant franchement pas à l’aise mais tentant de le cacher.

- Bref, si tu me pardonnes… fais moi un bisou… Sinon, mets moi un bon coup de pied entre les jambes, je serai bien puni… ou alors empêche moi de t’embrasser, ce sera encore pire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 20 Oct - 10:26

Cassidy était soulagé c’était évident. C’est pour cette raison que lorsque le calme semblait avoir repris ses droits dans la chambre, que la jeune femme avait nouer avec beaucoup d’attention le bandage sans dire un mot, qu’elle avait décidé de le pencher en arrière sur le lit.

C’est vrai, elle ne semblait pas être d’accord avec tout. Mais plutôt que de lui reprocher, que de répliquer une énième fois quelque chose qui n’aurait eu qu’un mauvais effet sûrement, Cassidy avait préféré se taire, bien soulagée et reconnaissante envers lui. En effet, il ne l’avait pas repoussé, ni envoyé se faire voir, ou lui crier des insultes, comme quoi il la détestait. Et pourtant il aurait très bien pu ! Alors oui elle préférait ne pas gâcher ce moment.

La pierre qu’il avait sorti avait éveillé la curiosité de la petite mage. Intriguée c’est vrai. Pour quelqu’un qui n’aimait pas utiliser la magie, comment pouvait-il se balader avec ça ? Et en quoi ça lui avait servi ? Soigner les blessures des autres ? Les prendre pour lui-même ? A vrai dire, elle ne connaissait pas ce genre d’objet et ça l’intriguait encore plus. Mais sagement, Cassidy ne préféra pas en parler. Comme tout mystère de Tristan, il s’exprimerait quand il en aurait envie et ce n’était pas le moment pour en parler.

Alors oui, elle l’avait couché sur le lit, hésitant un bref, de peur qu’il n’ait pas vraiment envie… de se laisser embrasser. De peur qu’il la repousse. Cassidy y était allé doucement au départ, souriant, même si ses baisers avaient une ardeur nouvelle. Une journée d’abstinence avec des petits moments par ci par là, ça réveille les envies quand même. Elle ne savait pas si c’était le bon moment, mais la jeune femme voulait lui prouver qu’elle l’aimait vraiment.

En se faisant plus engageante. D’ailleurs lui aussi répondit à ses baisers, avec une passion qui la surprit et la fit frissonner de plaisir. Dès qu’elle faisait mine de s’écarter, c’était lui qui reprenait. Elle avait le cœur qui battait vite, fermait les yeux pour mieux apprécier l’instant. Oh oui, dans ses bras elle se calmait complètement, du moins elle n’avait plus cette peur, cette tristesse qui l’avait animé quelques minutes avant. Son cœur battait la chamade, elle appréciait l’embrasser à chaque fois, comme si c’était un besoin vital.

Tristan avait des caresses plus marquées, ce qui la faisait doucement frissonner, surtout qu’elle avait un dos nu et lorsque ses mains se firent plus baladeuses, la jeune femme ne chercha même pas à se crisper, poussant un léger gémissement. Pourquoi ça lui faisait autant de bien ? Pourquoi elle se sentait bien quand il était comme ça avec elle ? Et pourquoi la chaleur augmentait-elle d’un cran dès qu’ils s’embrassaient de cette manière ? Elle le savait, il l’attirait énormément et pas que pour sa belle tête mais aussi pour tout son ensemble.

Même si c’était toujours un homme surprenant, qu’elle avait du mal à suivre parfois, elle l’aimait vraiment, lui prouvant au besoin de caresses et baisers appuyés. Pourtant, la jeune femme avait bien chaud et l’alcool lui donnait un peu mal à la tête. C’est pourquoi, après un bon moment à fêter dignement leur réconciliation elle se posa à côté de lui, haletante, un léger sourire sur le visage, le regardant.

Cassidy examina le jeune homme. Il semblait bien lui aussi, et c’était la seule chose qui comptait pour elle. Le voir sourire, la jeune femme appréciait vraiment. Alors si elle devait continuer à l’embrasser comme ça pour qu’il aille bien, tenir ses paroles de ne plus lui faire peur, le choix était déjà fait. Mais plutôt que de continuer une nouvelle fois, Cassidy éprouva le besoin de prendre une douche.

Bah quoi ? Elle ne le quittait pas par manque de plaisir ! Cela aurait pour effet de le frustrer aussi. Enfin c’est ce qu’elle pensait. Elle ne s’écartait pas parce qu’elle en avait marre, au contraire, mais continuer avec un mal de tête comme celui là, ce n’était pas top non plus.

Pourtant, elle le surprit en se changeant sans la moindre crispation ni hésitation devant lui. Après tout, il l’avait déjà vu très dénudée hier et puis dans un couple, ce sont des choses qui se font. Une preuve de confiance aussi, qu’elle n’avait pas honte de se montrer comme ça devant lui. Et l’alcool ou le soulagement aidant sûrement, cela la débarrassa de ses dernières pensées.

D’ailleurs quand elle s’aperçut qu’il ne perdait pas une miette du spectacle, la jeune femme ne put s’empêcher d’esquisser un léger sourire. Oui, elle était prête à les faire pour lui les efforts. Et puis personne ne les surveillait, alors elle pouvait se laisser un peu aller de temps en temps. Surtout qu’ils passeraient sûrement beaucoup de temps ensemble… enfin dans ce genre d’endroits dans le futur. Elle serait toujours aussi pudique, bien que moins qu’avant avec les autres mais avec lui, c’était tout à fait différent.

La jeune femme lui lança une invitation à le rejoindre. Oui ça pourrait lui faire du bien à lui aussi une bonne douche apaisante, où ils pourraient se nettoyer de leur journée fatigante. Puis Cassidy se tourna et entra sous la douche, poussant un grognement appréciateur. Ca lui donnait une sacré claque l’eau froide sur son esprit embué mais ça lui permettait de se sentir mieux, et un peu moins gênée par la présence d’alcool. D’ailleurs, elle se demandait encore comment elle arrivait à rester aussi lucide. Mais le résultat était là. Ca n’arriverait sûrement pas à chaque fois mais là au moins c’était bien.

Puis elle fit couler l’eau chaude, fermant les yeux et appréciant la chaleur sur son corps. Hem c’est vrai qu’entre un maillot de bain et rien du tout, c’était quand même différent. Elle sourit, s’apaisant.

Enfin, après un petit moment, alors qu’elle songeait à ce qu’ils pourraient bien faire de leur fin de soirée, un mouvement se fit entendre derrière elle. La jeune femme se tourna, souriant c’est vrai, apaisée aussi, accueillant son homme avec beaucoup de chaleur mais il y avait comme qui dirait un petit souci technique.

Elle eut à peine le temps d’écarquiller les yeux, se rendant compte qu’il était tout habillé, qu’elle était déjà dans ses bras, voulant lui demander ce qui n’allait pas. Mais ce fut lui qui parla en premier. Et sa voix était vraiment triste, comme si il regrettait quelque chose.

Pourtant, la jeune femme eut un peu peur qu’il lui annonce quelque chose de terrible, alors elle resta un instant, sans respirer. Ce n’était pas terminé la morale ? Il fallait croire que non. Pour qu’il ne se déshabille pas et vienne sous la douche dans cet état, ça devait être grave. Et puis, la sentence tomba.

Cassidy ouvrit lentement la bouche, maintenant il se rejetait la faute sur lui ? Et le Drakkari partit dans un beau discours… brisant sa carapace, son air froid et sévère qu’il avait eu peu de temps avant, montrant toute son inquiétude. Elle ne bougea pas, respirant doucement et écoutant ses paroles très attentivement.

Il semblait se reprocher de ne pas avoir compris plus tôt. Elle fronça les sourcils quand il se compara à une ordure, pas vraiment d’accord avec ça même si c’est vrai qu’il n’avait pas fait que des choses bien. Mais ce qui la rassura, c’est qu’il était vraiment sincère et qu’il avoua que c’était aussi nouveau pour lui. Dans ce sens là, il n’avait pas tort et ils en étaient au même niveau, les maladresses pouvaient arriver d’un côté et de l’autre. La demoiselle se colla un peu plus contre lui. C’est vrai qu’elle avait envie d’ouvrir la bouche, de répliquer, mais il voulait finir apparemment, alors Cassidy ne parla pas.

Qu’est ce qu’il racontait ? Le tatouage fonctionnait aussi dans son sens ? Elle pensait que ça fonctionnait que dans son sens, pour l’avertir en cas de débordement. C’est vrai que ça fonctionnait plutôt bizarrement parce que jusqu’à présent, elle avait vu certaines choses. Mais il semblerait que ça allait aussi dans son sens. Il était tombé inconscient ? La jeune femme baissa lentement sa tête, se sentant encore plus responsable. Elle lui avait fait du mal à distance… Il y avait de quoi s’en vouloir.

Mais il lui redressa le menton, la forçant à le regarder. Cassidy put voir alors que Tristan semblait être vraiment chamboulé, on dirait… qu’il pleurait. La jeune femme se mordilla doucement la lèvre. Elle s’en voulait, de lui avoir fait aussi peur, de ne pas avoir pensé aux conséquences, il avait raison et le simple fait de savoir que ça lui faisait quelque chose si il lui était arrivé un malheur lui donna comme un coup de poing dans le cœur. Elle posa son bras autour de la hanche à Tristan, se raccrochant à lui.

Il la rassura aussi au sujet de sa blessure, comme quoi ça allait mieux et qu’il ne voulait pas qu’elle ait plus mal que ça. Et puis, il semblait vraiment pas à l’aise du tout, attendant son verdict. La jeune femme resta silencieuse un instant puis le regarda dans les yeux et caressa doucement son visage. Elle semblait danser un pied sur l’autre, réfléchissant, comme si elle se préparait à échauffer ses pieds.

Puis elle posa ses bras sur ses épaules, et avant même qu’il n’ait le temps de réagir, de s’attendre à quoi que ce soit, la demoiselle se mit sur la plante des pieds, s’accrochant à son cou et l’embrassa avec fougue et passion. Un très long baiser qui fait tourner la tête alors qu’elle était toute proche de lui. La demoiselle s’écarta puis se remit ses pieds à plat, parlant d’une voix douce.

« Ca te convient comme réponse ? »

Elle essuya doucement les yeux du Drakkari, même si avec l’eau de la douche, c’était un peu inutile, mais elle en avait besoin.

« Tu sais… je pense que dans cette histoire, on a chacun notre part de responsabilité. Moi je n’ai pas été assez courageuse pour t’avertir et puis… je dois te dire que je ne voulais pas t’en parler au départ, de peur que cela influence tes choix. Non non, je t’en aurais bien parlé une fois cette journée terminée mais je pense que si tu t’inquiétais en permanence pour moi, tu n’aurais pas été bien. J’ai eu tort, je ne pensais pas que ça prendrait une telle ampleur »

Cassidy resserra sa prise autour de la taille de Tristan, collant sa tête contre son torse.

« Mais sache une chose… que ce soit clair… je ne t’abandonnerais jamais. Peu importe ce qui peut se passer, si je ne suis pas à côté de toi, ce ne sera jamais de mon plein gré. Je peux comprendre ce que tu ressens… quand tu as eu peur de me perdre. N’oublie pas que j’ai pensé t’avoir perdu… il y a douze ans… »
Elle se mit à sourire doucement.

« Bien qu’à cette époque là je ne tenais pas le même discours… »

La jeune femme caressa doucement son dos.

« Cette leçon nous servira à tous les deux, je pense que malgré la peine, on a beaucoup appris. Je pense que j’étais encore un peu protégée par les Dieux cet après midi… mais cette expérience vient de me donner une idée… tu verras bien »

Elle se calma, refaisant un instant de silence mais ne s’arrêtant pas de le caresser pour autant. Ils avaient chacun eu leur confession mais elle ne comptait pas s’éterniser dessus, pourtant très soulagée de ces paroles et rassurée. C’est qu’elle ne comptait pas le perdre non plus mais ne semblait pas à l’aise.

« Te voir bien et souriant… c’est tout ce que je souhaite… et je ferais tout pour que tu te sentes bien… »

Cassidy fit glisser ses mains sur les hanches à Tristan avant de déboucler sa ceinture avec douceur.

« Tu ne vas quand même pas resté comme ça, ce n’est pas très agréable pour prendre une douche quand même »

Elle le regarda avec tendresse en souriant. Puis elle remonta les mains vers sa chemise pour entreprendre de le débarrasser de ça, avant de rester un peu maladroite, les bras sur ses manches, semblant réfléchir. Le rouge lui monta aux joues.

« Hem… c’est quoi que tu m’avais dis la première fois ? Que je manquais de sensualité ? Tu ne crois pas que c’est une bonne occasion pour apprendre maintenant ? »

Cassidy lui tira la langue, taquine mais les yeux brillants, avant de se lever de nouveau vers lui pour l’embrasser une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 20 Oct - 19:28

La rejoindre dans la douche était une chose.
La rejoindre tout habillé en était une autre. Et pour quoi au final ? Pour se livrer à une tonne de révélations ! Tristan n’était franchement pas un habitué de ces terrains-là. Pourtant, il s’efforça d’expliquer ses pensées, ses propos, de se faire le plus clair possible. Il ne pouvait pas se contenter de dire quelques mots sans les expliciter un minimum, il le savait. Après tout, la petite demoiselle en face de lui était très douée pour les mauvaises interprétations, inutile de lui donner matière à se torturer !!!

Le jeune homme s’était donc lancé dans un long discours pendant lequel il s’expliqua et essaya de se faire le plus clair possible, s’excusant par ailleurs de lui avoir fait de la peine. S’il sentit sa petite mage se crisper de temps à autres, elle respecta parfaitement son engagement et ne l’interrompit à aucun moment. Bien lui en prit car il se confia c’est vrai, bien plus que d’ordinaire. Au placard la carapace, du moins pour l’instant. Il avait sacrément envie d’être honnête avec elle.

Après quoi pourtant il attendit avec une pointe d’appréhension son verdict. Si elle lui reprochait de ne pas avoir été honnête dès le départ, elle aurait parfaitement raison, il le savait. Et il était prêt à en assumer les conséquences. Bien sûr qu’il avait eu tort de tout lui reprocher. Mais en même temps, c’était tout nouveau pour lui de se dévoiler. Il se sentait faible et totalement désarmé, c’était effrayant même si pour elle il était prêt à prendre le risque.

D’ailleurs, elle le fit languir l’espace d’un instant, passant d’un pied à l’autre, une expression pensive sur ses traits angéliques. Mais ce fut pour mieux passer ses mains autour de son cou et l’embrasser avec une fougue surprenante. Si elle lui avait effleuré doucement la joue peu avant, il avait jugé que ce n’était pas une référence et ce côté rassurant dans son baiser fut très vite remplacé par une euphorie face à celui-ci. Ah ça pour du baiser, c’était du baiser, et du beau !!!

D’ailleurs il se retrouva à poser ses mains sur sa taille, essayant de retenir celles-ci pour qu’elles ne se fassent pas baladeuses et c’était bien plus difficile qu’il n’y paraissait. Pris d’un nouveau vertige qui était peut-être aussi dû à la transmission par le tatouage des effets de l’alcool qu’avait bu la jeune femme (après tout lui le supportait parfaitement), mais surtout à la passion dans son baiser, il s’adossa très vite contre un des murs de la douche, pressant la jeune femme contre lui. Ah ben au moins là il ne risquait pas de tomber… pas vrai ?

Si ça lui convenait comme réponse ? Elle demandait vraiment ? Alors qu’elle avait le teint rougi par le baiser et lui les yeux extrêmement brillants ? Euh… oui… ça lui convenait. Il se laissa faire alors qu’elle essayait de « sécher » ses larmes même s’il prétendrait certainement que ce n’était que l’eau de la douche, fermant doucement les yeux sous la caresse de ses doigts mais pour les rouvrir très vite !

Elle se mit alors à parler et à son tour, il se fit très sage, l’écoutant gentiment et surtout très attentivement, la tête légèrement penchée sur le côté, comme toujours quand il se concentrait sur quelque chose, le regard ancré sur elle… En essayant de ne pas fixer autre chose que son visage. Et par tous les dieux c’était un véritable tour de force ! Il devrait être récompensé par une médaille… Une demi-douzaine de médailles en fait !!!

Elle disait qu’au final ils étaient à la fois tous les deux coupables… et tous les deux innocents. C’est vrai, elle avait raison. Chacun avait ses torts dans l’histoire et ses raisons. Il lui sourit gentiment, comprenant parfaitement ce qu’elle voulait dire. Il en était un peu rassuré. C’est vrai que Cassidy était extrêmement logique comme jeune femme et puis… même s’il avait vraiment tort, à tous les coups, elle ne le laisserait pas endosser seul la faute, c’était tout à fait elle ça !

Elle précisa sa pensée et lui avoua qu’elle ne voulait pas l’inquiéter, ce à quoi il répondit d’un froncement de sourcil. En fait, c’était tout à fait logique ce qu’elle disait. Elle avait peur qu’il ne réagisse d’une certaine manière que parce qu’elle n’était pas bien, pas parce que c’était réellement sa façon d’agir. Ca n’aurait pas été juste pour lui, pour elle, pour eux. Il caressa simplement sa joue, ne disant rien. De toute façon, elle enchaînait déjà, lui assurant qu’elle ne l’abandonnerait jamais. Bizarrement, un envol de papillons décida d’avoir lieu dans son estomac lui donnant de légères crampes loin d’être désagréables. C’était même tout le contraire en fait.

Sa main restée sur sa joue se fit un peu plus pesante puis beaucoup plus légère alors qu’il effleurait sa peau du bout des doigts dans une caresse toute légère, les descendant dans sa nuque malgré ses cheveux mouillés. Elle ne l’abandonnerait jamais. Il ne disait rien, ce n’était pas son genre d’insister, de se montrer vulnérable mais à sa façon, dans ses petits gestes et surtout le regard plein de tendresse et de reconnaissance, deux choses rares chez lui, il affirmait qu’elle le rassurait en prononçant ces quelques mots.

Surtout qu’elle en rajoutait ! Elle avait eu l’impression de le perdre il y a douze ans. Ca aussi ça le remplissait de fierté ! Parce que mine de rien, ça signifiait que lors de cette séparation brutale, rupture de son monde, son passage à l’état de jeune adulte si inattendu, elle tenait à lui, elle avait même des sentiments pour lui. Même si elle n’en avait pas encore vraiment conscience. Une de ses mains se serra un peu plus sur sa taille. Et oui… c’était très difficile aussi de rester seulement sur sa taille !!!!

Elle passait une main dans son dos, même s’il ne la sentait que peu à cause de sa chemise, c’était agréable. Oui, bien sûr, cette leçon leur servirait à tous les deux et ne pouvait que les inciter à… mieux faire.
Elle lui dit qu’elle voulait le voir bien et souriant. Petit plus elle affirma qu’elle était prête à tout pour cela.

C’était très mignon, vraiment gentil et preuve des sentiments qu’elle lui portait. Le hic ? Etait-elle vraiment obligée de prononcer des paroles aussi mignonnes en débouclant sa ceinture ? Bonjour les pensées tordues !!!! Il avait eu un léger sursaut, baissant les yeux vers les mains sur sa ceinture alors qu’elle se justifiait très innocemment et sincèrement en lui disant qu’il ne pouvait pas rester ainsi pour prendre une douche.

Ouf… cette justification était la bienvenue. Etait-ce lui ou son esprit s’emballait vite ? Bah après tout, Cassidy était tout à fait innocente dans ses gestes en général, elle ne se rendait pas compte voilà tout. Innocente ? Euh… il n’en était plus très sûr vu comment elle l’embrassait ces derniers temps. Et puis, elle pouvait se justifier autant qu’elle voulait, il ne l’écoutait que d’une oreille trèèèès distraite. Ca ? La conséquence de baisser les yeux vers ses mains… vers sa ceinture donc… puis après avoir compris, sur elle tout simplement.

Hum… Etait-ce lui ou les gouttes d’eau sur son corps la rendait encore… plus superbe qu’elle ne l’était déjà. Ca devait être l’éclairage… Il avait chaud là tout à coup. Pas désagréable hein mais… chaud. Quand on a chaud on se déshabille ! Ca tombe bien, elle l’aidait pour justement. Il parvint justement à s’arracher, difficilement, à sa contemplation pour suivre ses mouvements, ses paroles.

Elle avait doucement levé les mains jusqu’au col de sa chemise pour entreprendre de faire glisser celle-ci de ses épaules et la lui enlever. Sauf qu’elle ne savait pas trop comment s’y prendre, après tout, ce n’était pas dans ses habitudes, elle hésitait… et puis avec l’eau, sa chemise était devenue un peu moulante donc forcément, ce n’était pas très facile. Bien sûr, il y avait bien eu une fois où elle la lui avait ôtée parfaitement, mais ils étaient très occupés à s’embrasser et à profiter de ces toutes nouvelles sensations pour s’en rendre compte l’un comme l’autre.

Elle hésitait, timide soudainement, rougissante, tellement mignonne quand elle était comme ça, les mains sur ses bras alors qu’elle lui avait coincé ceux-ci dans sa chemise justement. Mine de rien, elle le retenait prisonnier alors que lui s’était éloigné du mur. Il sourit… hum…prisonnier d’une jolie demoiselle ? Pourquoi pas. C’est alors qu’elle lui sortit une phrase vraiment surprenante qui lui fit hausser un sourcil, surpris.

Qu’est ce qu’elle… était en train de dire là ?!!!
Il la regarda en penchant la tête, la bouche légèrement entrouverte. Elle était en train de lui demander un cours… pour apprendre à déshabiller ? Eh ben ça ! c’était vraiment inattendu. Loin de s’en offusquer, il eut un sourire franc, amusé et frotta doucement son nez contre le sien quand elle s’approcha. Sauf qu’elle ne le laissa rien dire trop occupé à l’embrasser. Quand elle le relâcha, il secouait la tête pour se remettre les idées en place, toujours prisonnier de sa chemise.
Ben oui, là il ne pouvait pas vraiment la toucher, il était un peu… ben réduit dans ses mouvements.

- Un cours de déshabillage ? Je veux bien moi mais… je n’ai pas l’impression que toi tu sois très… habillée… ce qui est loin de me déplaire d’ailleurs…

En disant ces mots, il se recula très légèrement pour l’observer de la tête aux pieds, une lueur étrange dans le regard, encore une fois entre l’adoration, l’émerveillement, l’impatience et le désir. Pourtant, il ne tentait rien, restant sagement à sa place… même si ce n’était pas un comportement « non maîtrisé ».
Il désigna du menton ses bras emprisonnés dans sa chemise et lui sourit.

- Je pense que pour l’instant… je suis un peu ton prisonnier.

Mais en disant ces quelques mots, il s’avança vers elle, la faisant reculer contre un mur avant de l’embrasser passionnément… d’ailleurs, la jolie demoiselle n’était pas en reste, reprenant par un automatisme pourtant tout nouveau ses gestes et le libérant enfin de sa chemise.D’ailleurs, dès qu’il put à nouveau bouger sans mal, il passa les mains sur son visage, l’embrassant avec plus d’ardeur encore, passant ses bras autour d’elle avant de la soulever sans la moindre difficulté, pas le moins du monde gêné par sa blessure, du sol, la coinçant toujours contre le mur.

Idée saugrenue ? Que nenni !!!
C’était une trèèèès bonne idée. Bon certes, le mur devait quand même être un peu froid, ce qui devait être pour une bonne part responsable des frissons de la jeune femme, mais mine de rien, il lui coupait toute retraite, et puis il en profitait beaucoup. Le fait de la porter leur évitait à tous deux de se faire mal au cou parce que c’était fatigant pour elle de toujours lever la tête et se mettre sur la pointe des pieds, même si elle devait avoir l’impression d’être protégée entre ses bras justement parce qu’il était grand. Et puis lui aussi il se faisait mal à la nuque à force.

Bon d’accord, il y avait aussi le fait qu’il se retrouvait collé contre elle et bonjour les sensations… palpitantes ! Non mais sérieux, leur corps n’avaient pas la même température à ce moment là alors forcément, ça donnait de sacrés frissons. Il sentait son cœur taper contre sa poitrine, sans doute aussi fort que le sien qu’elle devait parfaitement percevoir. La tête dans son cou, déposant des petits baisers de plus en plus appuyés, une main la soutenant contre lui, l’autre très occupée à glisser sur une de ses jambes (pas sa faute s’il ne pouvait pas vraiment… tripoter… moins sensibles, enfin de toute façon, chaque centimètre carré de peau est sensible na !!!).

Par tous les dieux ! Qu’est ce qu’elle sentait bon…
Sa peau avait cette odeur étrange, un peu différente de d’habitude mais tout aussi délectable. En fait, il doutait que ce soit son shampoing qui sentait les violettes, ce devait être ses cheveux, sa peau. Celle-ci avait à cet instant, mouillée, une légère senteur d’un jour tôt, au printemps, la rosée du matin sur les jeunes pousses d’une forêt. Une odeur qu’il trouvait merveilleuse. Sans doute le commun des mortels était-il incapable de la sentir mais lui s’en délectait. Elle n’en avait pas que l’odeur. Il se passa la langue sur les lèvres, se décollant légèrement d’elle. Un goût très diffus sur ses papilles, à peine perceptible, goût de cette odeur. Il sourit, se pressant un peu plus contre elle en relevant le visage pour poser ses lèvres sur les siennes avec une impatience renouvelée.

- Moi… je trouve que pour l’instant tu te débrouilles plutôt bien…

C’est ce qu’il venait de murmurer à l’une de ses oreilles, prenant un malin plaisir presque mesquin à mordiller légèrement celle-ci juste après avoir passé son message. Bah c’est vrai, sur le coup, elle s’était arrêtée, gênée dans ses gestes pour lui enlever sa chemise, mais quand elle s’était reprise, elle se débrouillait plutôt… bien… Et puis… tant qu’il pouvait l’embrasser à vrai dire, il était… ravi…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 21 Oct - 8:18

La jeune femme était reconnaissante à Tristan d’avoir prononcé ces paroles. Cela la rassurait dans un sens même si au départ elle était surprise. Non mais il avait beau dire qu’il était bourré de défauts, là c’était évident qu’elle était de plus en plus charmée par ses bons côtés. Il était touchant à sa façon et elle souriait doucement, se sentant beaucoup mieux dans ses bras.

Oh oui il avait raison, cette fichue journée était terminée. Mais la soirée ne faisait que commencer. Même si la demoiselle était un peu fatiguée quand même. Bon, l’état dans lequel elle se trouvait, aussi heureuse de s’être réconcilier avec son homme, lui enlevait toute trace de fatigue visible. Elle était bien et elle lui montrait.

Même si au départ elle ne souffla pas un mot, préférant l’écouter jusqu’au bout. Comment ça il se sentait mal ? Elle pensait que c’était elle la grande responsable de tout ça. Oui ça se finissait plutôt bien et il valait mieux. Ce serait bête de briser une histoire d’amour qui vient de commencer pour une mésentente.

Alors elle apprécia ses paroles, et même si Cassidy avait envie de le taquiner un peu, les yeux brillants du Drakkari lui permirent de rester sérieuse et de ne pas abuser de la situation pour lui faire peur quand même. Il ne manquerait plus qu’une confusion dans ses paroles.

Elle se contenta de l’embrasser avec fougue, jusqu’au bord de l’asphyxie. Un baiser qui voulait dire beaucoup de choses et surtout, qui montrait qu’elle était tout à fait pour lui pardonner, accueillant la nouvelle avec beaucoup d’enthousiasme. Eh bien oui, Cassidy avait tellement eu peur de se faire rejeter, de se faire renvoyer que ses élans avaient beaucoup plus d’ardeur que d’habitude.

Oh bien sûr qu’elle lui pardonnait ! Il l’avait bien fait lui ! Et elle voulait tellement le rendre heureux. Elle se sentait bien avec lui, même si la tristesse l’avait un peu déstabiliser avant, il fallait croire que quelques baisers et des paroles pouvaient toucher le cœur de la jeune femme. Aussi maladroit l’un que l’autre dans ce genre de relation, débutants… Les erreurs ça se pardonne.

La demoiselle se mit à son tour à parler. Parce qu’elle voulait s’exprimer un peu plus que tout à l’heure, maintenant que l’heure était aux aveux avec un peu plus d’assurance. Elle lui confia certaines choses, comme quoi elle ne voulait surtout pas mélanger magie et amour, même si malheureusement ça avait débordé.

Elle voulut se permettre une phrase ironique sur le tatouage mais ça passait au second plan et elle lui en parlerait tout à l’heure. D’ailleurs si c’était possible, elle voulait enlever éclaircir certains moments de sa journée. Enfin surtout un qui était bien mystérieux à son avis. Cette course dans la forêt dans laquelle elle avait perdue connaissance, Cassidy aurait bien aimé savoir ce qui s’était passé à ce moment là. Ca l’intriguait… et puis elle espérait ne pas avoir été violée aussi ! Aaaah ! Rien qu’à cette pensée son esprit se troubla. Et si… et si… hum elle ne pouvait pas le savoir et cela la rendait folle.

Bref, elle se concentrerait là-dessus plus tard, en espérant que cela ne soit rien de grave et surtout que Tristan ne perde pas les pédales quoi qu’il puisse voir. Enfin, pas la peine d’y penser tout de suite.

Cassidy enchaîna mais elle insista surtout sur le fait qu’elle ne l’abandonnerait jamais. Du moins, tant qu’elle était consciente. Avec la magie, leur monde, il fallait toujours se méfier, c’était si facile d’avoir une confusion, des paroles mal placées. Mais à ce moment là, Cassidy voulait mettre les choses au clair. Il fallait qu’il garde cette phrase, ce moment dans sa mémoire dans le cas où il douterait. C’était vrai qu’elle s’était sentie perdue sans lui, agissant bizarrement.

Elle repensa dans un sourire à quel point elle avait pu parler de Tristan, à ses parents, à son maître, qu’il n’était qu’un crétin pas capable de l’affronter en face, qu’elle aurait quelques mots à lui dire lorsqu’elle le retrouverait et qu’il allait se prendre un sérieux sermon pour lui avoir fichu une trouille pareille que de partir comme ça sans la prévenir même si les raisons étaient bonnes.

Cassidy avait vu, et constaté avec un peu de remords, qu’elle s’était montrée un peu utile. L’empêchant peut être de mourir malgré elle grâce à la magie qu’elle avait mis sans s’en rendre compte dans le mouchoir qu’elle lui avait confié d’une certaine façon. Oh mais elle avait beau faire la fière, la réalité aurait été toute autre si elle se serait retrouvée face à lui à ce moment.

Peut être qu’elle serait devenue blanche, croyant voir un fantôme. Puis elle aurait bredouillé des paroles qui n’avaient rien de menaçant ni d’une morale. Et peut être qu’au final elle aurait fondue en larmes sous le coup de l’émotion. Et si lui feignait l’indifférence, lui demandant de partir, elle l’aurait sûrement rattrapé, enroulant ses bras autour de lui, se faisant plus affirmée et le refusant de le laisser comme ça. Lui disant sûrement des paroles qui auraient eu beaucoup d’impact.

Oui sûrement. A vrai dire, la jeune femme pouvait tout aussi bien se surprendre. D’ailleurs quand elle l’avait reconnu le premier jour de son arrivée à l’académie, n’avait-elle pas hurlé des paroles dans sa tête ? Comme quoi elle avait eu peur, qu’elle était triste, perdue parce qu’il était partit sans dire un mot et que malgré lui il avait entendu ces propres paroles dans sa tête ? Oui… elle n’avait jamais cessé de penser à lui. A sa façon.

Alors oui, pour l’instant Cassidy était complètement euphorique, heureuse de l’avoir retrouver après cette journée d’abstinence. Elle avait tant espéré le prendre dans ses bras, l’embrasser, sentir encore un contact avec lui. C’est fou… alors qu’avant elle refusait qu’on ne la touche, là elle appréciait tout simplement se retrouver contre lui. Pas si innocente que ça en effet.

C’est vrai que sur le coup, la jeune femme n’avait pas pensé aux idées perverses qui pouvaient se profiler. Ah oui peut être qu’il pensait qu’elle allait le satisfaire comme lui en avait envie, surtout qu’en enlevant sa ceinture, c’était lourd de sens.

C’est pourquoi la jeune femme se permit de rajouter qu’en effet, on était mieux sans vêtements sous la douche, ce qui était un peu normal. D’ailleurs elle posa ses mains sur les bras, cherchant à enlever sa chemise. C’était touchant, elle voulait bien s’y prendre et pas comme un sac la toute première fois. Parfois elle était maladroite et s’en rappelait bien.

Cela semblait le faire sourire et il se rapprocha pour frotter son nez contre le sien et la demoiselle profita de ce moment pour l’embrasser une nouvelle fois. Avant qu’il se retire en lui expliquant qu’elle n’était pas très habillée. La jeune femme se regarda. Ah oui effectivement ! Mais cela était une invitation pour la déshabiller quand elle le serait certainement. Du moins elle reformulerait sa demande plus tard.

Il se déclara prisonnier et la jeune femme se mit à rire très doucement. Lui prisonnier d’elle ? C’était curieux quand même, elle n’a jamais eu l’impression d’avoir une quelconque influence ou pression sur lui mais si il le disait de bonne volonté, elle ne pouvait que le croire.

« Oh vraiment ? C’est intéressant ça… »

Sauf qu’elle n’eut pas vraiment le temps de parler davantage que le Drakkari s’approchait déjà d’elle, un beau sourire qui la faisait frémir sur le visage en la coinçant contre le mur en l’embrassant. Bonne approche car la jeune femme se sentait pousser des ailes, et retirer la chemise ne fut plus qu’une formalité.

Elle la fit glisser sur le sol avant que Tristan, les mains libérées, en profita pour poser ses mains sur son visage. Cassidy se mit à rougir légèrement, fermant les yeux un instant pour mieux profiter et plaçant ses mains dans son dos pour le caresser avec douceur tout en répondant à son baiser avec la même envie.

Enfin, elle se retrouva en hauteur, plaquée contre le mur et même si elle frissonna un instant à cause du froid de celui-ci, cela ne dura pas. C’était une bonne idée qu’avait Tristan, au moins ils pouvaient continuer à s’embrasser sans trop grande différence de taille. Heureusement qu’il était musclé, ça elle devait bien le reconnaître.

La jeune femme passa les bras autour de son cou, les yeux toujours fermés pour mieux profiter des sensations, jusqu’à ce que leurs deux corps se touchent. Il est vrai qu’il y avait de quoi frissonner, les sensations nouvelles de leurs peaux l’une contre l’autre, ça donnait bien chaud au final. Cassidy se mit à rougir à nouveau, sentant son cœur tambouriner contre celui à Tristan dans une course folle alors qu’elle était haletante.

Lorsqu’il déposa des baisers appuyés dans son cou, elle se mit à gémir doucement. Quelle torture ! Ca lui envoyait des petits frissons et des décharges un peu partout dans le corps, très agréable au passage et elle se surprenait elle-même d’apprécier autant. La main de Tristan qui glissait sur sa jambe n’était pas en reste et elle poussait un nouveau gémissement. Elle ne savait pas comment il faisait pour autant la faire réagir mais il était particulièrement doué pour ça.

Parfois elle se sentait un peu ridicule, ça ne lui ressemblait pas d’autant apprécier ce genre de choses. Encore il y a quelques semaines elle refusait toute sorte de contact et là, maintenant, elle les réclamait. C’était comme si ça lui avait manqué tout au long de la journée, comme si elle se sentait réellement libérée sans sa tenue ou sa robe. Il faut croire que maintenant elle aurait un peu de mal à s’en passer. Quand quelque chose fait du bien, on a tendance à recommencer.

Et puis, il fallait bien reconnaître qu’il la mettait à l’aise même s’il lui donnait bien chaud au passage et la douche n’était pas la seule coupable sur ce coup là.

Le jeune homme lui fit un compliment auquel elle répondit avec le sourire, c’est vrai que dès qu’elle se sentait un peu plus à l’aise, son instinct parlait pour elle-même et Cassidy avait un peu plus de naturel dans ses gestes. Elle répondit à son baiser avec fougue avant de se faire mordiller l’oreille, ce à quoi elle frissonna légèrement. Même à ce petit jeu là il la surprenait.

Cassidy continuait de faire glisser ses mains sur les épaules et le torse de son compagnon, prenant un malin plaisir à faire juste des petits effleurements par ci par là, avant de se raccrocher à son cou par moments, ce qui les rapprochait dangereusement l’un de l’autre, et chaque nouveau contact lui tirait un frisson de plus en plus marqué.

Au bout d’un moment, Tristan la fit redescendre sur le sol de la douche et la jeune femme en profita pour poser les mains sur les bords de son pantalon tout en prenant le soin de le faire glisser jusqu’au sol. Elle le regarda dans les yeux, le caressant à nouveau alors qu’il se débarrassait de son pantalon et de ses affaires mouillées de la douche.

« Là tu seras plus à l’aise »

Elle avait un grand sourire sur le visage tout en caressant les lèvres du garçon du bout des doigts. Puis, dans un geste assez surprenant venant de sa part, elle posa les mains sur les hanches de Tristan puis les fit glisser jusqu’à son boxer avant d’agripper ses mains dessus puis de le faire glisser assez doucement… avant de se rendre compte que si elle allait plus loin peut être que Tristan… enfin… aurait un peu de mal à se retenir.

Cassidy se mit à rougir doucement en s’en rendant compte. C’est pas qu’elle n’en avait pas envie, loin de là, elle voulait franchir le pas elle, mais lui voulait prendre un peu de temps aussi et sûrement pas lui sauter dessus rapidement, alors elle devrait au moins s’abstenir avant de faire remonter ses bras en souriant.

Elle prit d’abord le gel douche qui traînait avant d’en mettre dans ses mains puis entreprit de « laver » Tristan avec ça, mais ça ressemblait plus à des caresses pour sa part, vu l’application qu’elle mettait dans ses gestes. Cela lui rappelait son débordement dans le bain, et bien c’était un peu la même chose à ce moment.
Puis elle attrapa le shampoing tout en regardant Tristan.

« Allez penche toi un peu sinon je ne pourrais pas m’occuper de toi comme il faut. »

Tristan s’exécuta doucement et elle entreprit de lui faire un shampoing tout aussi appliqué dans ses gestes, se plaçant derrière lui et tirant la langue, concentrée dans sa tâche. Elle savait qu’il aimait bien qu’on lui touche les cheveux alors là elle en profitait vraiment pour que ce soit agréable pour lui.

Dès qu’elle eut finit, la demoiselle fit glisser ses bras autour des épaules à Tristan avant de coller son corps contre son dos, ce qui lui arracha un nouveau frisson et se pencha un peu pour déposer des baisers très appuyés dans la nuque et le haut de son cou, ses mains étant occupées à effleurer son torse. Bah quoi ? Il fallait le torturer un peu lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 21 Oct - 14:42

Nouveau challenge ? Oublier très vite toute cette journée contrariante sentimentalement, source de sacrés conflits intérieurs. Le moyen pour y parvenir ? Apparemment, c’était s’embrasser jusqu’à plus soif. Or, Tristan semblait avoir grand soif justement, ça prendrait donc sans doute… du temps. Pas plus mal au final.
A l’origine, le baiser que la jeune femme lui avait donné était pour lui assurer qu’elle lui pardonnait. Sauf qu’allez savoir comment, pourquoi, ils s’étaient mis à s’embrasser… eh bien loin de l’idée du pardon, plutôt dans celle du « tu m’as manqué c’est fou, j’ai trop besoin de me coller à toi maintenant donc faisons les sangsues ! »

Quelque chose de cet ordre.
Qui ne semblait déplaire ni à l’un… ni à l’autre d’ailleurs.
Ils étaient si proches l’un de l’autre qu’il avait l’impression que son cœur battait sur le même rythme que le sien. Même si pourtant la demoiselle lui semblait très légèrement plus haletante que lui. Et quoi de plus normal ? Il avait pour lui l’expérience et surtout le besoin irrationnel de la satisfaire et de se surpasser. Il embrassait bien ? Pour elle il embrasserait comme un dieu ! Ni plus ni moins ! Et si pour cela il devait s’entraîner, d’arrache-pied, avec elle bien sûr, jusqu’à en tomber hors d’haleine et bien il le ferait… et avec le sourire qui plus est !

Il ne savait plus trop comment au juste ça avait démarré. Elle voulait lui ôter sa chemise et il se laissait docilement faire. Ses bras avaient été faits prisonniers mais cela ne l’avait en rien empêché d’embrasser la jeune femme, lui coupant toute retraite en la coinçant contre un mur… comme si elle allait s’enfuir…

D’ailleurs, elle n’avait eu aucun mal par la suite à lui enlever sa chemise malgré sa prétendue inexpérience. Ses mains avaient glissé avec une habileté qui lui donnait des frissons sur ses épaules ses biceps avant de libérer ses bras du morceau de tissu qui privait cette pauvre demoiselle de ses caresses. Satisfait de cette libération, il s’était empressé de la remercier en caressant son visage, sa taille avant de la soulever et de la plaquer contre ce fameux mur.

Pauvre mur, il avait de quoi rougir !!! Les murs ont des oreilles ? Mais on oublie souvent leurs pauvres yeux. Comment ne pas rougir devant tant de passion ? Tristan jouait… et ne jouait pas. En fait, il ne savait plus ce qu’il faisait au juste ni pourquoi il le faisait si ce n’est qu’il adorait. Cassidy avait frissonné l’espace d’un instant à cause de la fraîcheur de ce pauvre mur mais elle s’en était si vite désintéressée qu’il n’avait même pas eu le temps de penser s’en écarter.

Pouvoir suivre les traits de son visage de ses lèvres était une délectation sans nom. Il s’efforçait d’ailleurs de garder les yeux fermés, comme un aveugle, pour amplifier son sens du toucher. Ici le léger pli crispé de ses lèvres alors qu’elle s’efforçait de respirer tout en souriant, résistant à l’envie de réenclencher leurs baisers la première en se mordillant la lèvre inférieure, là une de ses paupières closes pour comme lui savourer l’instant, par ici la ligne élégante de sa mâchoire, tout en finesse et fragilité, par là sa gorge si pâle si douce comme chaque centimètre carré de sa peau.

De nouveau ses lèvres, le goût enivrant qu’elles laissaient sur sa langue, recherche de baisers plus marqués, plus la moindre innocence dans ceux-ci.
Glisser doucement sa main libre sur une de ses jambes, sentir ses frissons de moins en moins contrôlés, effleurements du bout des doigts pour se retenir, pour la taquiner. De son autre main, la maintenir contre lui si proche que gonfler totalement ses poumons était impossible. La chaleur de sa peau contre la sienne, douce, vaporeuse, comme la caresse d’un nuage. Ses gémissements l’encourageaient, le ravissaient, l’étourdissaient. Il se sentait fier et en même temps insatisfaits, ravi et en même temps frustré. Il frissonnait lorsqu’elle gémissait contre son oreille alors qu’il avait le visage appuyé contre sa gorge, ses mains se crispaient légèrement, il n’y pouvait rien. Lié corps et âme, la moindre de ses réactions provoquait un écho… étourdissant.

Elle n’était pas en reste. Elle lui rendait ses baisers avec un talent indéniable, lui tirait des frissons chaque fois plus intense. D’ailleurs elle devait le sentir à sa façon de crisper ses mains sur sa jambe, son dos, à pincer doucement sa peau de ses lèvres, le souffle perdu, difficilement retrouvé. Les effleurements sur son torse, son dos, ses épaules y participaient, légers, synonymes d’inaccompli, presque quémandés… Et sa façon de s’éloigner un peu de lui pour mieux se coller contre son torse l’instant d’après ? Diabolique. Il risquait même parfois de glisser sur le sol humide, son cœur faisant des bonds improbables dans sa poitrine.

Ils étaient à bout de souffle tous les deux. Il la sentait devenir plus faible, il sentait ses propres jambes ramollir sous l’intensité de ces baisers, caresses. Il la reposa doucement, pour qu’ils se donnent un temps de pause. Pourtant alors qu’il rouvrait les yeux, la dévorant d’un regard de nouveau plein d’admiration et de désir, il se promettait mentalement quelque chose. Oh oui… il la ferait s’évanouir sous ses caresses, ses baisers… Il trouverait… moyen de l’immobiliser, même s’il devait l’attacher, pour qu’elle n’ait plus qu’à apprécier chaque effleurement sans pouvoir ni s’y soustraire, ni y répondre. Diabolique ? Oui tout à fait… et en même temps tout sauf égoïste… bien au contraire d’ailleurs… bien au contraire…

Il l’avait reposée… Sans savoir qu’alors qu’ils récupéraient leur souffle, respectivement, une drôle d’idée s’installait dans la tête de la jolie mage aux cheveux… un peu ébouriffés par sa faute.
En effet, elle venait de poser les mains sur le bord de son pantalon en toute innocence de cause. Elle s’était déjà occupée de le libérer de sa ceinture un peu plus tôt, il lui en était reconnaissant… mais ce geste de plus ? Eh bien encore plus en fait. Ben quoi ? Il commençait un peu à être à l’étroit lui !!!
Enfin lui…

Néanmoins les petits effleurements sur sa taille alors qu’elle l’aidait lui donnèrent matière à voir des petites lucioles phosphorescentes danser autour de sa tête.
Il termina de l’enlever tout seul. Malgré l’eau, le côté peu pratique d’un pantalon mouillé, il ne trébucha pas un seul instant et attrapant sa chemise et ledit pantalon, il les envoya d’un geste expert directement dans le lavabo en face mais tout de même bien plus loin. Tristan sourit à sa réflexion, mignonne et tellement vraie. Ben oui il était plus à l’aise là, elle avait parfaitement raison. Et moins à l’étroit aussi… hem…

Il ferma les yeux alors qu’elle effleurait ses lèvres et eut un léger sursaut en sentant de nouveau ses mains sur son buste et cette fois-ci… agripper son boxer. Wow… Ca… c’était quelque chose ! Où était passée la petite Cassidy toute rougissante simplement devant le torse nu d’un garçon ? Où était passée la jeune femme innocente qui se demandait ce qu’il pouvait bien y avoir sous la ceinture d’un garçon et qui suite à une prise de connaissance à travers des livres en avait été… pas mal perturbée.
Où était passée la jolie jeune femme qui suite à cette prise de connaissance l’avait regardé de travers, essayant de calquer ce qu’elle avait appris sur l’image du beau garçon qui lui souriait l’air de rien ?

Elle devait être allée se coucher. Dans un acte très rare pour lui, Tristan avait légèrement rougi, pris au dépourvu, bien que se laissant faire. Elle était… sacrément audacieuse. Il appréciait bien sûr mais… il ignorait comment le prendre. Ses idées se troublaient et il avait bigrement envie de lui sauter dessus dans la seconde. Une nouvelle décharge électrique dans son bras le calma. Il sourit. Ce dispositif était devenu essentiel. Avec les autres il se contrôlait parfaitement… mais avec elle… il perdait la tête et la conscience de ses gestes, il ne voulait pas aller trop vite ou… se contenter de satisfaire ses propres pulsions en délaissant la satisfaction de sa compagne… même si dans leurs cas ce n’était pour l’instant que quelques baisers et caresses appuyés.

Elle le surprenait tellement en agissant ainsi. D’ailleurs elle s’était interrompue dans son geste après avoir fait descendre légèrement son boxer. Il la regarda, incrédule. Elle rougissait. Se rendait-elle compte de ce qu’elle était en train de faire et faisait-elle machine arrière de peur de lui donner des idées… qui n’étaient pas à l’ordre du jour ? Ou tout simplement craignait-elle sa réaction ? Apparemment c’était la deuxième, mais pour lui, ça ce n’était vraiment pas logique.
Il lui sourit, voulant la rassurer…

Mais elle se reprenait déjà en changeant d’optique, décidant de le laver. La…. Pas bonne idée du tout !!!
Pauvre Tristan, il dut serrer vraiment fort les dents pour calmer les frissons qui l’agitaient alors qu’elle glissait ainsi les mains sur son corps. Ah pour être agréable c’était agréable… Habillé ou non il avait chaud… Et pantalon ou non… il était serré dans son boxer là ! Aie ! Il pensait quand même mieux se contrôler que ça.

Elle lui demanda de se pencher et il obéit sans répliquer quoi que ce soit, s’agenouillant docilement devant elle. La… pas bonne idée numéro deux… heureusement qu’elle passa dans son dos parce qu’avec sa poitrine juste en face du nez, il n’aurait pas pu détourner son regard et aurait craqué… en moins de dix secondes… douze s’il se mordait la langue au sang !

Pensif, le jeune homme eut l’occasion de s’apaiser un peu, la caresse dans ses cheveux provocant un vague sentiment de plénitude qui dénouait ses muscles. Elle avait hésité pour son boxer et il ne savait toujours pas comment le prendre. Lui… ça ne le gênait pas de se déshabiller mais il n’avait pas envie de la perturber, la choquer ou lui donner l’impression qu’il voulait précipiter les choses (quoique… si quelqu’un avait dans l’esprit de précipiter les choses comme il le pensait, ce n’était certainement pas lui). Néanmoins, elle avait fait des progrès… exceptionnels avec lui, ne craignant plus de se montrer nue devant lui. Elle avait bien raison… Vu le ravissement dans son regard il était plutôt heureux et… n’irait pas la critiquer, loin de là !!!
Mais… est-ce que c’était juste dans ce cas de rester en partie habillé alors qu’elle, elle ne l’était pas.

Difficile de se décider…
Alors qu’il s’était bien calmé et au final se sentait soulagé, prenant plus sa présence comme une source de bonheur que de désir, Cassidy eut un geste… réveillant toutes les pulsions qu’elle venait d’enfouir chez le jeune homme.
Elle profita qu’il lui tourne le dos pour l’enlacer, se collant contre son dos. Il eut un tel frisson que celui-ci pouvait s’apparenter à un sursaut continu. Tristan écarquilla les yeux alors qu’elle glissait les mains sur son torse, sa poitrine contre ses omoplates lui envoyant des centaines de milliers de décharges électriques dans les moindres capteurs sensoriels de son corps. Ah… ah… AHHHHHHHHHH !!!!!!!

Il crispa les mains sur ses genoux, respirant avec peine alors qu’elle déposait des baisers dans son cou. Pour de la vengeance, c’était de la vengeance !!! Il avait la chair de poule en continu maintenant ! Bah bravo.
Et qu’elle se rassure… elle lui tirait également des gémissements certes étouffés… mais des gémissements quand même. Cherchant à se libérer de son emprise quasi-totale sur lui, déglutissant à grand effort, il tourna la tête le plus possible sur le côté, cherchant à capturer ses lèvres dans les siennes avant de se retourner brusquement, l’agrippant en la faisant glisser, la rattrapant sans mal,à genoux en face de lui.

A genoux ? Pas pratique… Mais à vrai dire, il s’en fichait vu comment il s’était remis à l’embrasser, la pressant contre lui en étreignant une de ses mains. Rééquilibrer l’équilibre vestimentaire ? Oui oui… bonne idée… dès qu’il se serait… vengé à juste titre. Normalement il avait prévu de lui rendre la pareille pour la douche et le shampoing, en toute innocence, juste dans l’optique de s’occuper d’elle… mais là… ah ben non, ce n’était plus du tout à l’ordre du jour. D’ailleurs sans trop s’expliquer comment, Tristan se retrouva à faire basculer la jeune mage en arrière, s’appuyant sur ses genoux et ses mains pour ne pas l’écraser mais très occupé à l’embrasser malgré l’eau chaude qui battait sur son dos et leur tête, les étouffant à moitié.
Il respirait avec peine mais un sourire de ravissement total étirait ses lèvres alors qu’il parvint à s’arrêter un peu, la fixant dans les yeux.

- J’vais… me venger… tu vas voir…

Il inclina la tête… Oui, il avait du mal à respirer, comme s’il venait de courir un marathon et ce n’était pas très loin de la vérité. Sa gorge se noua… A baisser ainsi les yeux, la vue toute nouvelle qu’il découvrait était tellement alléchante que seule une nouvelle décharge put lui faire redresser la tête. Un sourire tendre bien qu’il ait toujours les yeux brillants, étira ses lèvres.

- Pas très… confortable… la douche… Pour s’embrasser je veux dire

Il se redressa, lui tendant galamment la main pour l’aider avant de la presser aussitôt contre lui. Il avait éteint l’arrivée d’eau et l’air de la pièce était si lourd, si moite que c’en était étourdissant. Un peu trop d’ailleurs. Il attrapa une serviette, la passant autour d’elle avant de la soulever du sol et de sortir sans la moindre difficulté de la douche. Moui… s’il enlevait son boxer maintenant elle allait croire qu’il avait… des idées un peu spéciales en tête. Enfin… il les avait en tête bien sûr mais ne prévoyait pas de les appliquer.On respecte sa compagne, on respecte sa compagne…RAAAAAHHHH !!! Facile à dire ça.

Sans même sembler se rendre compte de ce qu’il faisait, il avait ouvert la porte de la douche et avait rejoint sa chambre avant de la déposer tout en douceur, assise sur son lit, s’agenouillant par terre devant elle, un sourire magnifique aux lèvres. D’ailleurs il posa la main sur sa joue, tout en douceur malgré que son autre main, baladeuse, caresse une de ses chevilles, remontant le long de son mollet, celui où elle avait sa cicatrice.

- Au moins là, je n’ai pas à craindre que tu ne glisses ma princesse… Je ne voudrai pas qu’on abîme ce si joli corps… Enfin joli… Surtout affreusement sexy, bien trop pour que je résiste sans mal à la tentation de le couvrir de baiser.
Geignit-il avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 21 Oct - 17:07

La jeune femme se sentait tout à fait comblée en ce moment. Les jeux de caresses, de baisers, mine de rien ça lui avait manquer et plus qu’elle ne pouvait croire. En fait… elle en avait complètement oublier leur douleur de cette journée, son faux partenaire qui était sympathique mais pour qui elle n’avait eu qu’un intérêt poli à cause de ce jeu.

Non désormais, elle se trouvait encore sous la douche avec Tristan. Il fallait croire que cet endroit était parfait comme prétexte pour libérer leurs envies. Le meilleur endroit pour être déshabiller en toute innocence… ou pas. Comme le jeune Drakkari était lui-même tout habillé, la demoiselle était chargée d’ôter ses vêtements.

Ce à quoi elle eut un peu de mal au début, hésitante, voulant sûrement bien faire mais le baiser de Tristan la fit complètement basculer dans une autre conscience qui rendirent ses gestes beaucoup plus naturels. Elle trouvait qu’il embrassait vraiment bien, du moins, c’est ce qu’elle ressentait avec son corps. Les frissons qui la tiraient un peu partout, les battements de son cœur.

Et elle avait l’impression que c’était de mieux en mieux, montant crescendo. En fait, vu de loin, on aurait dit deux affamés qui ne s’étaient pas vu depuis des années. Difficile d’y croire… car tous les deux étaient quand même bien différents à la base. Et pourtant là ils jouaient sur un terrain commun, dans une parfaite entente.

Cela faisait quand même bizarre. Si pour les autres personnes de la soirée, on avait vu un Tristan complètement paniqué, une Cassidy un peu bizarre, la réconciliation avait du bon et personne n’aurait pu se douter de ce qui se passait. C’est avec un certain soulagement que la jeune femme apprécia quand même d’être ici. A l’Académie, cela aurait été plus dur. A commencer que la salle de bains était commune.

Il n’aurait pas été surprenant qu’un autre adulte vienne prendre sa douche pendant qu’eux deux étaient déjà là et vu les gémissements que laissait échapper Cassidy par moments… cela pouvait quand même paraître suspect et curieux. Ils auraient été quand même moins tranquilles. Alors là, c’était parfait pour la demoiselle qui apprenait beaucoup et prenait tout son temps pour profiter, appréciant chaque caresse, chaque baiser qu’ils se transmettaient et pouvant se lâcher pour ainsi dire.

Elle frissonnait à chaque contact, parfois un peu plus quand ses mains devenaient un peu trop baladeuses. Il allait la rendre folle, c’était certain ! Comment tenir et ne pas lui demander d’aller plus loin dans ces conditions ? C’est que la demoiselle en avait bien envie ! Mais bon, si elle lui en parlait, il était certain que Tristan affirmerait que c’était encore trop rapide. Alors pour l’instant, elle en profitait, même si c’était une torture de tous les instants.

Même lorsqu’il avait encore le pantalon, la demoiselle ne put ignorer le changement physionomique qui s’agitait du côté de Tristan et cela la fit rougir. Dis donc… ça devait quand même lui faire sacrément d’effet tout ça ! Même si ses connaissances ne se limitaient qu’à des livres. Pourtant elle ne se crispa pas une seconde, complètement détendue. Elle arrivait presque à trouver ça normal.

Cassidy n’était pas au courant de ce que Tristan avait fait le matin et à vrai dire elle n’y pensait pas. Très loin de se douter que si il se calmait par moments, c’était plus pour éviter de lui sauter dessus que pour la frustrer davantage. Mais ça bien sûr elle n’en savait rien et ne s’en préoccupait pas vraiment.

Elle entreprit de lui envoyer le pantalon, qu’il envoya dans le lavabo et la jeune femme avait dans l’esprit de continuer dans cette voie là. Il avait raison. Où était passé la Cassidy timide, gênée et entièrement pudique ? Qui n’accepterait jamais un seul contact ou ne regarderait pas en dessous de la ceinture des garçons ?

Il fallait bien croire que pour le moment, la jeune femme était audacieuse, le mot était bien trouvé. Peut être que leurs élans lui permettait justement de viser plus loin, plus haut, ou encore l’alcool lui donnait l’impulsion supplémentaire qu’il lui manquait. Mais il ne fallait pas se tromper, elle était tout à fait consciente et approuvait son choix. Ce n’était pas par simple hasard effectivement.

Sauf qu’en fixant le bas du boxer à Tristan, la jeune femme se mit à rougir. Pourtant elle n’était pas crispée, pas stressée. Juste un peu rougissante, se demandant surtout si ça ne donnerait pas des envies supplémentaires à Tristan. Après tout c’était encore repousser une de leurs limites et comme le jeune homme luttait fortement pour éviter de se laisser déborder… eh bien il ne fallait pas trop jouer avec le feu non plus. Surtout vu que la température montait rapidement, c’était très facile de se laisser aller plus loin.

Alors que lui tentait de freiner ses ardeurs, elle finirait par le torturer si il se retrouvait complètement nu devant elle. Non elle n’avait plus peur. Juste un peu d’appréhension et de la curiosité qui l’animait. Cependant, la jeune femme décida de ne pas descendre le boxer plus bas, s’occupant plutôt de s’accrocher à son cou pour l’embrasser une nouvelle fois, un peu collée contre lui pour sentir les… effets éventuels qui lui arrachèrent un nouveau frisson.

A ce rythme là, elle-même risquait de le tenter plus que de raison et ça elle ne voulait pas que le jeune homme éprouve des remords par sa faute. Oh non ! C’est pour cette raison qu’elle proposa de le laver en toute innocence même si ça prenait plus des airs de caresse que de lavage. Mais le pire restait sûrement à venir, lorsqu’elle lui demanda de se baisser pour s’occuper de ses cheveux.

Une bonne détente, simple, calme, et relaxante. Oui, ça commençait un peu à redescendre. Sauf que Cassidy, voyant son homme de dos, avait bien envie de le surprendre une nouvelle fois et peut être pas pour les aider à se calmer. En effet, elle se plaqua contre lui, déchirant de nouvelles sensations qui étaient surtout pour lui vu qu’elle le surprenait et qu’elle entreprit de placer de délicats baisers dans son cou, de plus en plus appuyés.

Cela suffit à tout réactiver, alors que Tristan se tourna vers elle pour l’embrasser à nouveau. Et ils se retrouvèrent à nouveau à s’embrasser. Oh non, pas moyen de rester sérieuse quelques minutes, ce n’était pas possible pour la jeune femme qui voulait vraiment satisfaire son compagnon. Il la fit glisser et elle se retrouver en dessous, dans une position assez étonnante et proche du sol.

Ils continuèrent leur petit jeu jusqu’à ce que Tristan déclara une phrase sur une vengeance. Cassidy eut un sourire malicieux, dans son regard on pouvait comprendre qu’elle était bien curieuse de voir sa façon de se venger à lui. Sauf qu’il semblait avoir eu un éclair de lucidité ou quelque chose dans le genre car il se contenta de la regarder avec tendresse avant de se relever et de l’aider.

Ah c’est vrai ça faisait un moment qu’ils étaient sous cette douche ! Et elle approuvait parfaitement, pas très confortable. La demoiselle se mit à rire doucement.

« Je pense que les baignoires sont quand même plus pratiques pour ça… »

Tiens donc ! La voilà qui commençait à faire des sous entendus ! Alors qu’elle avait toujours été innocente et naïve, ne comprenant pas l’allusion au lit auparavant, la voilà qui parlait de baignoire pour faire autre chose que se laver.

Elle se laissa transporter sans parler davantage, reprenant doucement sa respiration avant qu’il ne la couvre d’une serviette pour éviter qu’elle ne mouille le lit bien certainement. Sauf que la demoiselle en profita pour lui tirer un baiser dans le cou, appliqué mais assez rapide, juste pour lui rappeler… eh bah rien au final, juste par instinct en fait.

Tristan se mit à caresser doucement son mollet alors qu’elle sentit qu’il touchait sa vieille cicatrice. La jeune femme le regarda en souriant. Jamais elle n’avait laissé quelqu’un l’approcher mais encore plus, si ça avait été le cas, elle n’aurait pas pensé laisser cette même personne toucher sa marque qui resterait gravée à vie. Il fallait croire qu’elle se trompait et même si elle manqua de sursauter quand il toucha la fameuse cicatrice, la jeune femme n’en fit rien, se sentant en confiance justement.

Elle se mit à rougir en écoutant ses paroles.

« Hum… je suis si tentante que ça ? Fais attention à ce que tu me dis je pourrais très bien en profiter »

Cassidy souriait et émis un léger rire discret… peut être qu’elle avait pensé à quelques sous entendus. Apparemment c’était le cas vu qu’elle se mordillait la lèvre tout en réfléchissant, le regard un peu perdu dans le vide mais sans pour autant changer d’expression.

Son sourire commença à s’élargir alors que la demoiselle se mit à rougir un peu plus fort. Oulà… à quoi elle pensait ? Elle marqua un instant de silence avant de regarder Tristan avec une certaine malice dans le regard, ouvrant la bouche pour prononcer quelques mots… qui furent accompagné d’un petit silence.

« Ca serait bien si… tu enlevais ton boxer maintenant »

Vlan ! Oulà… Direct là. La demoiselle le regarda et peut être que Tristan devait être un peu, voire carrément surpris. Ou que quelques neurones avaient grillés à ce moment là. Elle le dévisagea avec douceur.

« Non non… je ne pense pas à… enfin tu vois hein ! Mais comme je me suis complètement déshabillée devant toi, ça serait bien que toi aussi… comme ça on sera à égalité »

Peut être que c’était osé mais Cassidy avait bien réfléchi à la situation. La température était redescendue, ils étaient un peu plus calme et puis elle semblait avoir pris sa décision. Curiosité, envie de ne plus être considéré comme une enfant, et surtout prête à voir CE grand mystère pour elle. Non il n’y avait rien de mal à ça. Et puis elle lui avait bien confirmé qu’elle n’avait pas dans l’idée de lui demander d’aller plus loin. Du moins… pas dans cet état plus calme.

« T’inquiète pas, je suis sûre de moi là »

Tristan hésitait sûrement un peu, c’est plus difficile quand on est pas dans l’action. Alors Cassidy décida de prendre les devants tout en se relevant alors que Tristan en avait fait autant. Plus facile à dire qu’à faire.

Elle s’avança vers lui et posa cette fois un peu plus assurée les mains sur son boxer, respirant doucement avant de le faire doucement glisser vers le bas. Mais il n’y avait aucune hésitation dans son geste, comme si elle s’y attendait avant de se reculer un peu, rougissante et pas vraiment gênée, prenant un peu de recul pour mieux le regarder.

« Ah oui effectivement… c’est quand même mieux que dans les illustrations… »

Elle ne semblait pas regretter ou même effrayée. Encore une fois, l’alcool aidait vraiment dans ce cas là et elle n’était même pas sûre de s’en rendre compte. Bon sa phrase était juste pour éviter d’avoir un silence pesant mais vu la mine de la jeune femme, tout semblait aller pour le mieux. Oh oui elle en avait fait des efforts en quelques jours, se surprenant elle-même.

Puis elle se rapprocha de lui, peut être innocente à ce moment là parce qu’elle ne savait pas comment un homme nu pouvait réagir dans ces conditions là avant de déposer un nouveau baiser sur les lèvres de Tristan et de lui prendre sa main avant de s’installer à nouveau sur le lit.

« Hum… tu voulais pas te venger au fait ? Je n’ai toujours pas vu… Ou alors c’était une toute petite vengeance»

Cassidy lui tira la langue.

Elle voulait vraiment profiter de cet instant, de ce moment et il lui faisait vraiment du bien. Autant le savourer au maximum et non elle n’avait aucune idée derrière la tête, du moins pour le coup là elle était innocente. Mais il fallait croire qu’à force de s’embrasser, la jeune femme avait un mal énorme à passer à autre chose. Quand on commence à y goûter, difficile de se détacher.

Et alors, Tristan la fit basculer sur le lit avant de mettre sa « vengeance » à exécution. Et il semblerait que Cassidy appréciait particulièrement ça.

Sauf qu’à un moment, alors qu’elle sentait qu’il fallait qu’ils passent aux choses sérieuses et qu’elle avait envie de lui parler, une chose étonnante se produisit. Cassidy sentit sa magie se réveiller au plus profond d’elle alors qu’elle ne l’avait pas invité. Une vague de puissance qu’elle ressentait… comme si elle méditait, difficilement maîtrisable.

Elle se sentait partagée entre deux sentiments, l’envie de continuer, il fallait dire que Tristan s’appliquait bien ou le prévenir. Elle n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit car elle se retrouva soudain auréolé d’une lumière blanche qui épousait parfaitement les contours de son corps. Ohlà… si c’est ce qu’elle pensait ça voulait dire que…
Cassidy se mit à rougir entre deux baisers avant de parler, un peu faiblement d’ailleurs tellement elle n’avait pas envie d’arrêter.

« Tris’… heu… magie… »

Comment être cohérente dans ces conditions ? Et lui n’allait pas plus comprendre que ça ! Elle se contenta de calmer sa respiration rendue par les baisers avant de poser ses mains sur le visage à Tristan, toujours aussi rougissante.

« Hem… je sais pas comment tu vas le prendre mais j’ai l’impression que… heu… tu sais je t’avais dis… je ne sais pas comment ma magie allait réagir dans… hem… en fait heu… jedoisavoirtellementenviedetoiquemamagiedevientincontrolable ! »

Voilà elle l’avait dit… même si elle n’avait pas su comment lui annoncer au départ. Maintenant c’était à lui de voir si ça ne le dérangeait pas de faire avec ça ou de renoncer. Elle, ça ne la gênait pas… mais c’est plus pour lui que ça l’inquiétait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 21 Oct - 20:16

Mh… Ca pour des baisers… C’était des baisers. Rien à redire, ce n’était pas du petit niveau, bien au contraire. En fait, c’était tout sauf du petit niveau.
Le vendeur lui avait dit qu’il risquait de se faire mal à régler ce dispositif à une telle intensité. Il avait dit que c’était nécessaire et c’était vrai. Pour l’instant, il avait besoin de sacrées décharges pour se calmer. Au fur et à mesure qu’il s’habituerait un peu à cette vague de passion entre eux, il pourrait l’abaisser… Du moins quand il serait certain de ne pas lui faire mal… malencontreusement.

Enfin oui, pour l’heure c’était nécessaire. Parce qu’il se rendait compte à quel point avec elle c’était… différent. Parce qu’elle… comptait énormément pour lui. Même s’il ne le disait pas, il avait bien l’intention de faire en sorte que sa première fois soit spéciale… et… dans le bon sens du terme. Alors si pour cela il devait attendre des semaines, des mois, qu’elle soit prête, s’il devait s’obliger à renoncer à la tentation d’aller plus loin simplement parce que lui en avait envie, besoin, il le ferait.

Ces certitudes le remplissaient d’étonnement mais aussi de fierté.
Oui, elle comptait pour lui cette petite mage… Après tout, elle avait toujours compté.

Pourtant, elle avait interrompu ce moment en lui proposant de le laver. En fait, elle ne lui avait pas donné vraiment loisir de refuser, ce qui était un bon point sans doute. Il avait été surpris mais s’était laissé faire. Après tout, elle, elle n’avait pas de bracelet pour se calmer, elle faisait ce qu’elle pouvait avec les moyens du bord… Même s’il n’était pas sûr qu’elle l’aidait en effleurant doucement sa peau. Non, le savon ne moussait pas énormément quand on frotte si peu mais par tous les dieux qu’est ce que c’est agréable !!!!

Etait-ce vraiment moins tentant que les baisers ? Euh… difficile à dire, les deux jouaient beaucoup en fait. Il ne se contentait pas de l’embrasser, les caresses avaient un rôle essentiel à ses yeux !!!
Elle enchaina sur un shampoing et celui-ci l’apaisa. Ah ben voilà ! Ca c’était bien pour qu’il se calme… Et physiquement ça l’aidait quand même un peu. Allez…couché vilain garçon ! Arrête de te manifester à qui mieux mieux tu n’es pas en service ce soir ! Oui… il était plus ou moins en train de morigéner… son entrejambe. Créatif ? Sans doute. A force de l’embrasser, Cassidy avait dû lui transmettre les effets de l’alcool.

Ce shampoing était agréable mine de rien. En fait, il adorait sentir les doigts fins de la jeune femme glisser sur ses mèches rebelles. Après tout, là c’était particulier parce qu’il avait les cheveux mouillés mais en temps normal c’était quand même vachement agréable non ? Il prenait quand même soin de son physique, un peu du moins, assez pour être fier de ses cheveux qui même s’ils étaient toujours en bataille restaient doux au contact. Il se sentait bien là. La chaleur commençait à se dissiper de son cœur, il avait vraiment cru exploser un peu plus tôt. Et puis… la chaleur de la pièce du fait de leur respiration hachée, répétée, de la chaleur de l’eau… était quand même pesante !!!!

Ca avait tout de même été un moment intense il ne pouvait pas le nier. Cassidy lui plaisait… de plus en plus. Sa façon d’être l’émerveillait toujours un peu plus et puis… physiquement il devait bien avouer qu’il était très attiré par elle. Pas sa faute d’abord ! Elle avait quand même un corps… mh…miam mioum à souhait ! Sérieusement ! Pourquoi complexait-elle autant avant ? Pourquoi s’obstinait-elle à mettre des robes aussi couvrantes ? Elle était superbe !!!! Avait-elle tant besoin que ça qu’un homme le lui dise le regard plein de sincérité ? Apparemment oui.

Moui, une détente bien méritée et surtout exigée. Vraiment ? Parce que la demoiselle ne semblait pas décidée à le laisser s’en tirer à si bon compte. Non, non, non… C’est qu’elle était curieuse ! Elle avait sans doute envie de tester, d’essayer bien des choses… Et comme lui, elle ne devait pas se lasser du contact de leur corps l’un contre l’autre. Il fallait bien avouer que c’était diablement agréable… mais c’est vrai qu’elle le surprit quand elle se colla contre son dos. Bon d’accord, il faisait quand même une petite fixation sur sa poitrine et essayait de ne pas trop le montrer mais là…. Ben… vu la sensation, l’ignorer était… impossible !!!

Wahou !!!! Ca alors ! Il ne s’y attendait vraiment pas ! Ni aux baisers dans sa nuque. Et c’était génial !!! D’ailleurs, il n’avait pas résisté longtemps au besoin de se retourner et de la faire basculer sur le sol de la douche. Curieuse position, curieux endroit ? certes !
C’est pourquoi malgré l’intensité de leurs baisers et cette pauvre chaleur qu’ils pensaient avoir apaisée qui revenait au galop, il s’interrompit pour l’aider à se relever.

Oh oui, il allait se venger mais… dans un endroit plus confortable. Oui la douche c’était pas mal mais…pas comme ça. Sauf que Cassidy n’était pas en reste et proposa l’idée comme quoi les baignoires devaient être plus confortables. Il se retourna vers elle, surpris mais admiratif, un large sourire au visage avant de venir coller ses lèvres contre son cou puis son oreille. Oh… Si elle voulait jouer à ce jeu là…

- Mh… il faudra…tester alors.

Rien de plus. Déjà il s’écartait d’elle pour attraper une serviette et l’envelopper dedans. Qu’elle était surprenante la petite mage. Elle devait vraiment commencer à… ne plus pouvoir se passer de leurs caresses pour lui sortir ce genre de chose. Une lueur de bonheur brilla dans les yeux du jeune homme. En fait… c’était simplement une belle jeune femme qui s’était privée trop longtemps et qui s’épanouissait enfin en s’autorisant à aimer, à profiter de la vie.C’était pleinement mérité.

Il la souleva du sol et si elle en profita pour lui voler un baiser, il ne répliqua pas, trop occupé à faire attention où il mettait les pieds, protégeant son si précieux fardeau.
Il la porta dans la chambre, lui permettant de s’asseoir sur le lit alors qu’il s’agenouillait devant elle, par terre, caressant une de ses jambes. C’est vrai, ils étaient un peu plus calmes. Il avait toujours très envie de se venger mais… peut-être valait-il mieux s’abstenir. Après tout…

Ils avaient bien du mal à s’arrêter quand il s’embrassait et malgré les décharges, il devait avouer que les réactions de son corps parlaient pour lui. Bien sûr qu’il avait envie d’aller plus loin. Ce qu’il y avait entre eux, même si ça c’était installé très vite, c’était génial et d’une intensité au-delà de tout ce qu’il avait connu jusqu’alors. La suite ne pouvait qu’être… géniale. Et il avait vraiment vraiment envie de savoir. Sauf qu’il s’était promis de la respecter jusqu’au bout alors… forcément ce n’était pas facile….
Là, il avait juste envie de reprendre leurs baisers.

Il caressait doucement sa cicatrice et elle ne se crispait pas. Il voulait qu’elle s’y habitue parce qu’il ne trouvait pas du tout cette marque hideuse. Peut-être lui était-elle encore un peu douloureuse parfois mais elle ne devait pas en avoir honte.
Il releva lentement les yeux. Elle portait toujours plus ou moins la serviette mais celle-ci entrouverte devant laissait voir… enfin ne cachait pas grand-chose de son corps magnifique. Il déglutit, détourna les yeux avec peine. Calme… il était calme…

Ah oui vraiment ?
Elle semblait contente d’un de ses compliments, il sourit heureux de lui avoir fait plaisir et inclina légèrement la tête. Bien sûr qu’elle était tentante, tellement qu’il s’efforçait de raisonner, de penser à autre chose pour ne pas se laisser… tenter. Mais son compliment n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde. En effet, elle avait ri mais surtout, son regard s’était perdu dans le vague alors que son esprit s’égarait. A quoi diable pouvait-elle penser ? Pas à quelque chose de très sage apparemment… parce qu’elle ouvrit la bouche… pour lui sortir une phrase vraiment surprenante qu’il le laissa coi.

Euh… Elle venait de lui demander d’enlever son boxer là !!!! Il avait bien entendu n’est ce pas ?!!! Elle venait vraiment… de lui dire… de se déshabiller. Il resta muet même s’il pesait déjà le pour et le contre et essayait de comprendre ce qu’elle avait en tête. Elle le devança d’ailleurs en s’expliquant… enfin plus ou moins.
Non, elle n’avait pas d’idées déplacées. Oh vraiment ? Difficile à croire avec une telle demande, si elle lui proposait… ou plutôt imposait d’enlever son dernier vêtement, ce n’était pas pour faire une partie de poker ! Mais qu’elle voulait juste qu’ils soient à égalité.

Il l’observa en penchant légèrement la tête. Non, non, ça ne le gênait pas mais il se demandait si c’était vraiment une bonne idée. Est-ce que ce n’était pas trop ? Est-ce que c’était une bonne chose de « progresser » autant en si peu de temps ? Il ne trouvait pas que c’était déplacé et surtout savait qu’il n’avait vraiment pas à avoir honte de cette partie de son anatomie. Il s’interrogeait juste pour la jeune femme. Lui ça lui allait parfaitement, c’était pour elle. Il s’était relevé, elle aussi… Cassidy affirmait qu’elle y avait réfléchi, ce qui tira un sourire taquin au jeune homme. Elle était curieuse la petite demoiselle. Quoi de plus normal après tant d’années d’innocence ?

Il pesait encore le pour et le contre quand elle s’avança vers lui. A vrai dire, il s’attendait plutôt à un câlin… C’est pour cela qu’il fut surpris de sentir ses mains se poser sur sa taille puis glisser doucement jusqu’à ses hanches pour attraper les bords de son boxer et le lui descendre. Il frémit. Moui… heureusement qu’il s’était un peu calmé après leurs nouveaux baisers torrides sur le sol de la douche hein ! Parce que franchement. Enfin… un peu calmé… Il baissa les yeux et retint de justesse un soupir. Mouais… calmé… vite dit ça…

Cassidy s’était reculée et rougissait un peu en découvrant ce « truc » tout nouveau pour elle après tout. Il tenta un petit sourire timide ne sachant quoi dire, craignant un peu qu’elle ne soit pas aussi à l’aise que ce qu’elle voulait faire croire. Sauf qu’elle sortit une phrase… ben une sacrée phrase en fait. Elle n’avait pas l’air de vouloir s’enfuir par la fenêtre en hurlant, ni de regretter, elle ne se détournait pas avec un air dégoûté… Non elle semblait vraiment curieuse et puis… dire que c’était mieux que les illustrations… ça c’était… surprenant. C’est clair qu’il ne s’y attendait vraiment mais vraiment pas !!!

D’ailleurs Tristan éclata d’un rire franc, tout ce qu’il y a de plus sincère, se frottant les yeux. Stressait-il un peu ? Peut-être… Dédramatiser de la sorte, ça fait toujours du bien. En tous les cas elle l’avait fait rire. Il termina tranquillement d’enlever son boxer tout seul, jetant un œil peu amen au morceau de tissu à présent inutile, se frottant la nuque en fixant la jolie jeune femme.

- Encore heureux. Si tu m’avais dit le contraire, j’aurais boudé.


Oui mais en même temps, si elle lui avait dit le contraire, il se serait vraiment demandé ce qu’elle lisait comme livre. Quoique, vu son regard… Il s’était un peu approché d’elle, un sourire amusé, franchement taquin aux lèvres.

- Dis donc mademoiselle… vous vous dévergondez pas mal pour vous… informer avant même de savoir ce que je « propose »… tu aurais pu être déçue…


Moui mais non… pas avec lui. Jordan peut-être, il n’en savait rien, il ne l’avait pas vu dans les douches hein ! Mais lui… ah non, certainement pas.

Elle franchit l’espace restant entre eux pour venir l’embrasser, ce à quoi il répondit avec une caresse au creux des reins. Elle l’avait ramené près du lit sur lequel ils étaient tous les deux assis à présent. C’était peut-être étrange mais du fait de se retrouver nu devant elle, il avait beaucoup moins de scrupule à la détailler tout son saoul et… il se saoulait pas mal apparemment !!! Quoi quoi quoi !!!! Que disait-elle ? Que s’il restait sur sa légère vengeance, ce n’était pas grand-chose ?!!!!

Un sourire de prédateur se dessina sur les lèvres du jeune homme et l’instant d’après, les bras passés autour d’elle, il la faisait basculer sur le lit, dos contre le matelas.
Il hésita une seconde puis décida de s’allonger sur le côté mais collé contre une de ses hanches, enlaçant une de ses mains d’une des siennes, ses doigts se serrant autour des siens. Son autre main ? Oh elle s’en donnait à cœur joie pour mettre un terme à ce calme entre eux et à réveiller puissance 100 la passion ténue qui leur meurtrissait le ventre et le cœur d’incompréhension, d’envies et d’impatience. A cœur joie ? Oui parce que la main en question semblait être dotée de sa propre vie tant elle glissait habilement sur la peau de la jolie demoiselle victime de ses caprices.

Quant à ses lèvres, elles étaient très occupées à embrasser passionnément celles de la jeune femme, son cou, sa mâchoire, ses épaules.
Sauf qu’au bout d’un moment il se décida… à être plus cruel encore. Son regard brillait beaucoup et il s’imposait la même torture en vérité, qu’il imposait à la jeune femme. Il s’était arrêté, la regardant dans les yeux avant de s’emparer de ses lèvres.

- Puisque tu m’as provoqué… je vais vraiment me venger…

Attrapant son autre main, il la bloqua au-dessus de la tête de la jeune femme, tout comme l’autre et se glissant au-dessus d’elle, en appuyant sur les coudes et les genoux, s’empressa… de la couvrir de baisers. Ben oui, c’est ce qu’il avait dit… Qu’elle lui donnait envie de la couvrir de baisers. Voilà, il la tenait sa vengeance… parce qu’elle ne pouvait pas vraiment se défendre et qu’il s’appliquait plus à essayer de lui plaire, de la satisfaire qu’à se venger.

Pas mal… vraiment… Il avait du mal à garder les idées claires… Car dès qu’il frôlait sa peau, il crevait un peu plus de désir pour elle mais… ça valait le coup, il le savait. Sauf que c’était sans compter sur la magie de la jolie mage… Parce que soudainement elle se mit… à briller… Un halo de lumière blanche se forma autour d’elle, pulsant légèrement, éclairant son corps. Selon Tristan d’ailleurs c’était encore mieux parce qu’il pouvait davantage se rincer l’œil mais… ce n’était clairement pas normal et la première pensée qui lui vint fut « oooh… une luciole !!! »

Il ne cessa pas pour autant de l’embrasser, ayant remonté ses lèvres à son visage. Mais la jeune femme rougissait et semblait particulièrement… touchée. Il s’interrompit et elle le regarda, l’air de ne pas être très… bien ou plutôt à l’aise.
Elle prononça son nom, parla de magie. Il pencha la tête. Oui ben ça il s’en doutait que c’était de la magie, ce n’était pas de la barbe à papa non plus…
Sauf qu’elle commença à s’expliquer et si le début était parfaitement clair… le reste le fut bien moins.

Même s’il comprit très bien alors qu’elle détournait les yeux, toute rougissante. Elle semblait si gênée que c’en était touchant. Il sourit et appuya doucement son front contre le sien. Au début c’est vrai, il crut qu’elle plaisantait puis… il rougit légèrement, flatté.

- Wahou… ben ça… je ne m’y attendais pas vraiment… tu.. tu brilles pas mal… Euh…


Il déglutit et c’est en se grondant mentalement qu’il parvint à se redresser, la lâchant pour caresser une de ses joues. Ben quoi ? Elle oubliait qu’il n’y connaissait pas grand-chose à la magie. Elle lui disait qu’elle avait envie de lui. Ca en soi c’était génial et très bien selon lui parce que c’était sacrément réciproque… mais… il était censé faire quoi. Sans doute s’attendait-elle à quelque chose comme un refus catégorique mais lui ne sachant pas que c’était une « demande » ne pouvait pas vraiment répondre que ce soit par la positive ou la négative.

- Qu’est ce que je peux faire ? Tu veux que je t’amène sous la douche ? Que je m’éloigne ? Dis moi ce que je dois faire pour que tu ailles bien. Enfin… je trouve pas que tu aies l’air… en colère là… c’est pas comme d’habitude avec ta mauvaise magie… mais… je… je peux faire quelque chose ?


Ah ben ça… oui, il ne savait pas à quel point mais oui… ah ces hommes, il faut tout leur expliquer mais ce n’était pas sa faute non plus… il ne savait pas comment ça fonctionnait une petite mage. Et puis elle-même elle ne le savait pas trop…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 21 Oct - 22:53

La jeune femme se dévergondait, un peu beaucoup oui effectivement. Avec ses mèches rebelles blondes qui reposaient sur ses épaules, dont les gouttelettes perlaient dans son cou et sur son visage, elle était toujours aussi jolie la demoiselle. Il fallait dire que les couleurs étaient revenues rapidement.

Cassidy avait sorti une petite phrase comme ça, ce qui ne manqua pas de faire réagir Tristan en bien. En fait c’est comme si elle se faisait pervertir ! Mais en réalité, il avait raison, elle ne faisait que s’épanouir. De plus, elle était avec l’homme qu’elle aimait vraiment. Quand on y pensait ils en avaient parcouru du chemin avant d’en arriver là !

Oui, peut être que si Tristan n’avait pas été là, elle aurait sans doute été voir un autre homme, qu’elle n’aurait pas aimé autant que lui, peut être juste par curiosité, défi. Ou dans un autre cas elle serait restée vierge jusqu’à la fin de ses jours. Pour finir dans le plus cruel des cas, peut être qu’un homme aurait profité d’elle.

Alors oui, elle était plutôt bien servie. Tristan suivait ses désirs, l’aidait à s’épanouir, sans pour autant lui forcer la main. La jolie demoiselle se sentait rassurée, en sécurité et prenait beaucoup de plaisir à découvrir ça avec lui. Bien sûr, elle ne savait pas que comparé à beaucoup de femmes que Tristan avait fréquenté, il y avait beaucoup d’intensité entre eux. Cela il ne le disait pas vraiment et elle ne pouvait pas le savoir.

Pour sa part, comme c’était tout nouveau pour elle, Cassidy ne pouvait pas juger mais son corps témoignait pour elle. Une mauvaise expérience, ça se voit tout de suite. Et vu l’ardeur dont elle faisait preuve, les réactions de son corps, il était évident que le contact était plutôt bon.

Par contre, il y avait bien une chose que Tristan ne connaissait pas, c’était l’originalité d’avoir pour compagne une mage. Ca promettait une première fois assez particulière. Qui de plus est, cette petite mage est complètement débutante, parfois un peu touchante dans sa façon de s’exprimer, de dire les choses. Peut être que jamais aucune femme n’aura abordé avec lui certaines actions de cette façon. Comme lui demander de baisser son boxer par exemple.

Mais là pour l’instant, Tristan était occupé à caresser sa cicatrice, qui était encore un peu sensible quand même. Pendant un laps de temps, Cassidy se retint de sursauter, c’est qu’elle avait encore pas mal de souvenirs de cette cicatrice. Jusqu’à ce qu’elle se rende compte que ce n’était pas un hasard si Tristan avait ses mains dessus.

Elle ne put s’empêcher de se sentir un peu perturbée. Qu’est ce qu’il voulait lui dire en lui touchant cette cicatrice ? Il voulait l’apaiser ? Lui faire comprendre qu’elle ne risquait plus rien à présent. Elle lui avait dit rapidement comment elle se l’était faite. Un dragon corrompu… oui il en avait entendu parlé et la première fois qu’il lui mit sous le nez son petit exploit, Tristan n’avait pas l’air très content, d’après les rumeurs héroïques qui se racontaient.

Elle ne savait plus quoi en penser. Si elle n’avait pas… agit bizarrement, elle n’aurait pas eu la chance d’être là pour en parler. Mais cela la travaillait. Il ne semblait pas être dégouté par son acte, ou en colère. Mais pourtant, elle ne lui avait pas raconté en détail ce qui s’était passé ce fameux jour là.

La jeune femme vagabonda, jusqu’à se concentrer sur autre chose. Peut être la prendrait-on pour une perverse, elle était juste un peu trop curieuse et puis maintenant c’est bon, ils progressaient petit à petit, même si ils se laissaient à chaque fois un jour entre chaque nouveau pas. C’était pas plus mal pour l’instant. Sauf que là, elle voulait juste être à égalité.

Et la phrase qu’elle balança était lourde de sens. Ah oui quand même…. C’est pourquoi la demoiselle se rattrapa très rapidement tout en disant avec assurance qu’elle ne pensait à rien de plus qu’à une curiosité. Et puis fallait dire que ce qu’elle avait senti sous la douche… bah ça attise encore plus la curiosité.

Non, elle voulait lui prouver qu’elle n’avait pas peur, pas honte et qu’elle était maintenant capable de le regarder en entier sans aucune cachette. D’ailleurs comme Tristan semblait être un peu paralysé, ou avoir mal entendu, la demoiselle s’approcha de lui avec précaution. Et si il s’attendait à un câlin, ce n’était pas du tout ce que Cassidy avait en tête, préférant mettre sa demande à exécution.

Bah oui, elle le pensait un peu gêné. Ou peut être qu’il préférait qu’elle le fasse elle-même de son plein gré. C’est ce qu’elle pensait la petite demoiselle qui s’encouragea mentalement tout en posant les mains sur les hanches du jeune homme avant de finir l’action qu’elle avait commencé sous la douche.

Et elle resta tout à fait… calme. Non pas d’agitation, pas de cheveux qui se dressaient sur la tête. Ah oui l’alcool est une bonne excuse n’est-ce pas ? Elle regardait effectivement avec curiosité et c’est à peine si elle se retint d’avoir des actions plus ridicules qui lui trottaient dans sa petite tête. Bah oui elle apprenait… Et aurait eu tout un tas de questions à poser. Pourquoi elle c’était pas pareil ? Mais ça la réponse elle la connaissait déjà…

Alors, Cassidy se contenta d’une petite phrase, toute simple, parlant de ses fameuses illustrations. Elle se rappelait très bien que le jour où elle avait vu pour la première fois en image à quoi ça ressemblait, la demoiselle avait un peu paniqué ça c’était clair. Que ce n’était pas possible ce genre de chose, que ça paraissait bizarre. Il fallait croire qu’elle avait bien fait du chemin depuis. Et elle s’était un peu préparer mentalement.

Il éclata de rire, et la demoiselle lui tira un sourire timide à son tour. Au moins, elle pouvait peut être pensé qu’aucune des autres femmes qu’il avait fréquenté n’avait eu ce genre de comportement avec lui. Eh bien oui… elle lui promettait déjà quelques surprises qu’il n’avait jamais eu auparavant.

Tristan répliqua et elle ne saisit pas vraiment en quoi il aurait boudé. Les hommes étaient-ils fiers de leur anatomie ? Hum… Un point à travailler. Il se rapprocha d’elle, lui sortant une petite phrase qu’elle ne comprit pas plus que ça. Ce qu’il proposait ? De quoi il parlait là ? Parce qu’il y avait plusieurs options c’est ça ? La petite, la moyenne et la Deluxe ? Hem… l’auteur est en train de s’égarer, excusez-là…

Non, elle trouvait juste que ça serait plus pratique pour prendre une douche ensemble… ou pas… Là plus de bout de tissu pour les séparer et ça pouvait effectivement être encore plus tentant. Cassidy voulut répliquer, voulant d’autres informations mais une autre idée la travaillait.

Oui… la petite mage était un brin provocante ce soir. Il avait parlé de vengeance, elle n’avait pas vu grand-chose. Et il la laissait sur sa faim là, à laisser planer une menace sans la mettre à exécution. C’était peut être sacrément osé ce qu’elle lui demandait mais elle était parfaitement consciente et voulait réellement continuer comme ça.

Tristan ne se fit pas prier car elle se retrouva sur le dos alors que lui se trouvait juste à côté d’elle. Peut être que le côté complètement dénudé lui faisait encore pas mal d’effet. Et l’instant d’après elle ne regretta pas ses paroles.

En fait, le peu d’accalmie qu’ils avaient eu n’avait pas duré. Dès lors qu’il commençait à la caresser, elle frémissait, gémissant par moments tout en fermant les yeux. La chaleur revenait au triple galop, presque impossible à arrêter. C’est qu’il y mettait beaucoup de passion dans ses gestes et ses actions.

A chaque fois qu’il l’embrassait un peu plus, un nouveau battement de cœur plus puissant résonna à l’intérieur de la jeune femme. A chaque nouveau baiser ou caresse, elle le désirait encore plus, ne voulait plus qu’il s’arrête. Mais peut être que le meilleur restait à venir…

Parce qu’il lui attrapa les mains pour lui bloquer. Cassidy était immobilisé et un sourire apparut sur les lèvres alors qu’il parlait de vraiment se venger maintenant. Ah maintenant c’était elle la prisonnière ? A croire que cela ne lui déplaisait pas. Car à chaque baiser qu’il laissait sur sa peau, la jeune femme semblait se faire un peu plus demandeuse. Elle frissonnait au moindre de ses contacts sur sa peau tout en fermant les yeux pour mieux apprécier.

Wha… en fait si ils s’étaient légèrement calmés il y a quelques minutes, on aurait pu croire que cela n’était pas arrivé. Cassidy avait bien chaud mais ce n’était pas désagréable. En plus, elle lui murmurait de continuer ce qu’il faisait, qu’elle était bien. Une torture ? Pas tant que ça. Elle profitait énormément et se laissait aller doucement au fil de ses baisers.

Peut être un peu trop d’ailleurs. Car sa magie se réveilla. Au départ, ce n’était que très peu perceptible. Puis la magie se fit plus forte, plus insistante et elle n’arrivait pas à maintenir les deux. Oh qu’importe ! Elle n’allait pas laisser un peu de magie lui gâcher son moment. Ah ben il fallait croire que laisser la porte grande ouverte lui révéla une action bien particulière…

En effet, son corps se mit à s’illuminer d’une lueur blanche, qu’elle ne contrôla pas du tout. C’est vrai qu’en plaisantant, elle était une compagne assez spéciale, elle faisait de la lumière dans le noir ! Whaaaaa ! Ambiance discoooooo ! Hem…

Sauf que Cassidy semblait assez… eh bien perturbée pour le coup. Il fallait qu’elle prévienne Tristan, si il continuait comme ça elle risquait de ne pas pouvoir retenir sa magie plus longtemps et là… elle ignorait ce qui pouvait se passer. Pas sans l’avoir mis en garde.

Elle murmura quelques mots faiblement et Tristan s’arrêta. La demoiselle déglutit, regarda ailleurs et essaya de se faire cohérente. Sauf qu’elle semblait si gênée que c’était difficilement possible. Tristan ne répondit pas mieux qu’elle, une phrase qui aurait sûrement fait rire, tout aussi maladroit. Ah pour briller, oui, elle brillait !

La jeune femme releva la main et la regarda. Et ben… elle devait être vraiment atteinte. Cassidy chercha à reprendre doucement son souffle. En fait, elle s’attendait à ce que Tristan refuse de continuer dans cet état là. Elle pouvait lui faire du mal après tout et ça elle ne le voulait pas. Mais elle avait aussi envie d’aller plus loin. En fait, elle avait l’impression de jouer au feu vert là…

Pourtant, le jeune homme la surprit encore plus lorsqu’il lui proposa de l’aider… à aller bien. Ah oui effectivement il n’avait pas bien compris mais c’était très touchant, d’ailleurs elle apprécia la caresse et se retint de lui dire qu’elle le trouvait mignon quand il était attentionné comme ça avec elle.

Cassidy sourit doucement, un peu crispé tout en secouant doucement la tête avant de prendre la main de Tristan.

« Oh tu sais je vais très bien au contraire. Pour mieux t’expliquer, je suis tellement à l’aise qu’en continuant à ce rythme là avec toi… j’ai vraiment envie d’aller plus loin… enfin… je sais pas comment expliquer ça exactement. Je sais que je suis bien… que mon corps te réclame et ma magie commence à devenir difficilement contrôlable »

Elle lui caressa doucement les cheveux, sans savoir si elle arrivait à être claire ou pas dans ses propos.

« En fait si je veux être détendue, je ne pourrais pas contrôler ma magie. Et je t’ai dis que mon maître m’avait abstenu de coucher à l’adolescence à cause des risques pour le contrôle. Que la première fois serait assez originale. Et je t’ai aussi dis que lorsque j’aurais ma première fois… je ne sais pas ce qui se passera avec ma magie. Non non hein tu n’as pas encore… Mais ça commence maintenant. Parce que ça signifie que j’ai vraiment envie de toi là. Enfin j’en avais aussi envie tout à l’heure mais ça s’amplifie à chaque baiser… à chaque caresse »

Bon, elle était sûrement très brouillonne ! Difficile pour elle de dire exactement ce qu’elle pouvait ressentir. Sauf qu’elle le regarda très sérieusement dans les yeux même si elle se mit à rougir, touchée.

« J’ai envie qu’on aille plus loin maintenant. Mais… je n’ai pas envie de te faire de mal avec ma magie… Alors c’est à toi de décider… »

Peut être qu’il lui donnerait encore un refus mais elle le savait, au fond de son cœur, son instinct lui soufflait qu’elle se sentait suffisamment bien pour tenter plus que des baisers. Elle n’avait aucun doute mais si Tristan refusait, Cassidy accepterait son choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 22 Oct - 20:19

Ah non… pour avoir compris… là, il n’avait pas compris du tout de chez pas du tout.
Il fallait le comprendre aussi. Il passait… honnêtement, un moment génial. Il ne craignait pas d’aller trop loin, les petites décharges le rappelant régulièrement à l’ordre quand son attention baissait, quand ses pulsions commençaient à prendre le dessus. Peu importe comment fonctionnait ce truc, ça marchait du tonnerre. Bon d’accord, il ne profitait pas autant qu’il l’aurait pu de la jolie demoiselle entre ses bras, de leurs baisers, de leurs caresses mais au moins pouvait-il se détendre et se rassurer surtout. Elle ne risquait rien… Il se contrôlait. Enfin… il contrôlait ses pulsions de mâle avide et très intéressé par ce joli corps innocent qui n’avait encore jamais connu les caresses d’un homme.

En même temps, il était plutôt bien tombé. Il aurait pu tomber sur une demoiselle… relativement insensible, pour ne pas dire frigide. Mais soit il avait une chance insolente, soit il devait très bien se débrouiller et l’alchimie entre eux faire des étincelles parce que bonjour les réactions. Oh non, elle n’était pas indifférente à ses caresses et rien n’aurait pu lui faire davantage plaisir. Pas si difficile que ça à contenter le grand guerrier Drakkari, sous ses airs un peu bourrin parfois.
Enfin bourrin non… mais trop frivole pour donner l’impression de s’intéresser à ce genre de petits détails.

Sauf qu’ils l’intéressaient et pas qu’un peu. Il aimait profondément Cassidy et pour lui, ça comptait… qu’elle soit bien, qu’elle apprécie ses baisers, qu’elle réagisse à ceux-ci, aux effleurements de ses doigts sur sa peau. Peut-être même provoquait-elle-même encore plus de frissons chez lui ainsi. Parce qu’il avait l’impression de partager la même passion, les mêmes frissons, le même vertige. Et c’était un peu vrai dans le fond. Alors oui, ce truc qu’il portait avec son bracelet de force l’aidait, même s’il interrompait aussi un peu ses moments d’euphorie.

Alors non… il n’avait rien compris de ses paroles quand elle lui avait parlé doucement après qu’il ait cessé de l’embrasser. A vrai dire, il était très concentré sur sa tâche de la rendre dingue sous ses caresses. Et il était très fier d’y parvenir. Sa vengeance serait terrible, il l’avait bien dit non ? Eh bien elle l’était !!! Il l’embrassait, la gardait prisonnière de ses caprices. C’est vrai qu’il ne pouvait pas beaucoup la caresser, ses mains étant occupées à maintenir les siennes mais merveilleuse machinerie humaine que toutes ces terminaisons nerveuses, effleurant sa peau de ses lèvres ou de son nez, il provoquait des réactions tout aussi importantes et d’autant plus délectables quelque part puisque… défi personnel.

Sauf qu’elle s’était mise à briller. Difficile de ne pas s’en apercevoir et l’air de rien, ses baisers s’étaient faits moins appuyés. Ce n’est pas qu’il craignait vraiment pour sa sécurité même s’il savait que la demoiselle pouvait avoir des réactions assez… inattendues. Il se souvenait encore très bien de son petit vol plané pour l’avoir interrompue en pleine méditation. Sauf que même si c’était… eh bien Cassidy, la petite amie la plus étrange d’Ascadian, qui faisait beaucoup de choses très… étranges… ça… ce n’était clairement pas normal. Et qui disait pas normal… pouvait laisser entendre explosion.

Alors forcément… pointe de méfiance non ?
De toute façon, elle prononçait quelques mots et comme ils étaient vraiment peu clairs et qu’elle semblait vouloir essayer de préciser sa pensée, il s’interrompit, relâchant ses mains, essayant de calmer le fracas intenable de son cœur qui lui soufflait bien malgré lui de reprendre ses baisers… avec quelques caresses, vraies tortures, en plus. Non mais oh ! Il n’avait pas fini d’en profiter lui !!!

Il avait éloigné son visage du sien même si résister à la tentation de se rapprocher pour l’embrasser était bien plus intenable qu’il ne l’aurait cru. Eh bien oui, l’alchimie faisait des étincelles… pour ne pas dire un véritable feu grégeois, que nulle averse ne pouvait éteindre et encore moins… l’annonce que lui fit la jolie jeune femme. Bah oui !!! Elle lui faisait quand même une sacrée annonce là. Pouvait-il y avoir plus beau compliment pour un homme que de lui dire qu’avec ses caresses… elle ne pouvait pas faire autrement qu’avoir envie de lui ? Il était fier, comme un paon !!!!

Bon même si au départ il eut un peu de mal parce qu’elle avait parlé super vite quand même. Néanmoins, le jeune homme s’inquiéta. Parce qu’elle parlait de sa magie, qui devenait incontrôlable. Tristan avait penché la tête sur le côté. Il n’était pas encore assez entraîné, il ne savait pas du tout comment réagir et il le regrettait. Il aurait dû pouvoir agir dans l’instant quand elle lui disait ceci, l’attraper, la porter jusqu’à la douche et faire se déverser sur eux des litres d’eau froide… Comme il l’avait fait à Glindel pour la calmer ce fameux soir où elle avait trop bu.

En un sens, cette soirée là était probablement un des prémices de leur relation chaotique et pleine de passion et de manque de contrôle. N’était-ce pas un peu pareil là ?
Euh… non pas tout à fait… Parce qu’elle était pleinement consciente… et aussi parce qu’elle savait aussi très bien ce qu’elle voulait la petite mage !
Néanmoins, Tristan, c’est vrai, gentil, attentif, lui demandait, avec beaucoup de patience, ce qu’il pouvait faire pour l’aider. Et oui, il pouvait être vraiment touchant ce grand jeune homme d’allure si martiale parfois, du moins quand cela le touchait.
Et c’était à son tour d’être surprise… Elle devait vraiment s’attendre à être repoussée, à un refus catégorique, peut-être même à une crise de colère de la part du jeune homme… parce qu’elle pesa vraiment ses mots par la suite.

Et elle commença à tenter de s’expliquer, prenant sa main. Elle essayait de le regarder dans les yeux mais semblait avoir quand même un peu de mal… sans doute intimidée, sans doute perturbée. C’est clair que s’il avait compris du premier coup, ça aurait évité à la jeune femme une jolie dose d’hésitation et de stress. Et si Tristan était tout à fait normal, ouvert, un peu inquiet au début, sa mâchoire commença à se décrocher au fur et à mesure qu’elle parlait. Elle allait bien… Ah… Elle avait du mal à contrôler sa magie… ah… Son corps le réclamait… Ah… Elle avait de plus en plus envie d’aller plus loin… ah… AHHHHH !!!!!!!!

Il restait la bouche entrouverte alors qu’elle précisait sa pensée, essayant de lui rappeler ce qu’elle lui avait appris vis-à-vis des recommandations de son maître, sur la magie… Sur le fait qu’elle ne savait pas du tout comment ça pouvait se passer, quelles pouvaient être les réactions de celle-ci etc. bref… En gros, elle ne savait pas comment faire au juste pour se calmer si ce n’était en continuant sur cette voie… voie qu’elle encourageait sincèrement vers une nouvelle étape… sans savoir comment elle réagirait.

Tristan la fixait, surpris, incrédule.
Ca ne faisait que s’amplifier… Son envie de « passer aux choses sérieuses »… Et c’était un peu à cause de lui… enfin totalement à cause de lui, de ses baisers, de ses caresses. Il l’observait, la gorge sèche, c’était bien plus difficile de parler que ce qu’il aurait cru… Il se laissa glisser à côté d’elle, la regardant en passant doucement une main sur son visage, ayant légèrement plissé les yeux par réflexe quand elle avait caressé ses cheveux.

- Si je comprends bien… Non, laisse moi parler… Tu me dis qu’en gros… ce qu’on fait depuis tout à l’heure… ça te plait tellement que… tu ne peux pas dissocier physique et magique… Et que tu as… très envie d’aller plus loin… que tu n’es pas sûre que t’interrompre d’un coup calmera ta magie… ni des effets que celle-ci pourrait avoir sur moi si on décidait de… continuer… c’est ça ? Fais moi juste un signe de tête…

Le signe de tête en question ne faisait que confirmer ce qu’il savait déjà après tout et c’est à peine s’il y fit attention. Le jeune homme par contre se mordit fermement la langue, ayant apparemment du mal à se décider… à parler. Il pressa la main qu’elle tenait déjà dans la sienne.

- Cassy… je t’aime tu sais… mais je ne peux pas te cacher que je crève de désir pour toi. Malgré tous les efforts que je fais, malgré tous les sentiments que j’ai pour toi, je ne peux pas ignorer cette attirance que tu suscites chez moi… et le fait qu’à chaque fois que je pose les yeux sur ton corps mon cerveau manque de se mettre en grève pour me laisser profiter de mes pulsions sans remords. Je ne crains pas ta magie… Parce que je sais que c’est toi… c’est un bout de toi… et que tu ne me feras jamais de mal volontairement alors moi… ça ne me fait pas peur et comme tu le sais, je suis résistant.

Il s’interrompit, la regardant avec insistance. C’est bien ce qu’il avait pensé depuis le début non ? Même si c’était potentiellement dangereux d’avoir des relations sexuelles avec une mage, il n’était pas prêt à renoncer juste… parce qu’une légère menace se faisait entendre. De nouveau, de manière très surprenante, le haut de ses pommettes se teinta de rose alors qu’il lui souriait gentiment.

- Je ne pensais pas m’être si mal expliqué pour que tu penses que je n’en avais pas envie ou que j’avais l’intention d’attendre le déluge… Cassy, j’en ai très envie c’est certain princesse… mais je refuse de précipiter les choses parce que j’ai plus d’expérience que toi. Je peux attendre, même si c’est dur. Par contre, si tu peux m’assurer que tu y as réfléchis… que c’est ce que tu veux, que tu te sens réellement prête, je ne vois pas de raison d’attendre davantage… surtout si ça peut t’éviter de clignoter comme une luciole jusqu’au restant de tes jours.


Petite pointe d’humour ? Ben oui, c’est qu’il n’avait pas vraiment l’habitude de ce type de discours lui, il ne savait pas du tout comment il était censé s’y prendre !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mar 23 Oct - 12:36

De ce que faisait Tristan, cela plaisait de plus en plus à la jeune femme qui se laissait faire sans opposer la moindre résistance. En même temps il avait immobilisé ses bras donc elle ne pouvait rien lui rendre. Mais ce n’était pas si désagréable que ça, et puis venant de lui, elle n’avait pas l’impression de se sentir égoïste.

Pourtant la jeune femme semblait être bien décidée à lui rendre la pareille. Ah oui elle ne voulait pas être la seule à en profiter. Mais il fallait bien lui reconnaître, ce qu’il lui faisait la rendait dingue et elle ne savait pas exactement comment elle pouvait en arriver là.

Peut être que Cassidy n’avait jamais cherché à imaginer ce… enfin ce genre de chose. Au départ, elle n’avait jamais réellement cherché à s’intéresser à ce genre… d’actes dans un couple. C’était surtout qu’elle n’en voyait pas spécialement l’intérêt. Bon c’est évident, pour une femme c’est un passage important, la perte de virginité, ce genre de chose là. Mais elle n’avait jamais compris pourquoi. A quoi ça pouvait bien servir.

Là, en ce moment, la demoiselle se sentait bien. Parce qu’elle apprenait à se faire plaisir et à faire plaisir à son compagnon. Bien évidemment, les contacts au toucher restent l’une des principales raisons à vouloir aller plus loin. Quand quelque chose plaît, on devient curieux, on a forcément envie de savoir ce qui peut faire encore plus de bien. Se lâcher en quelque sorte.

Et ça, elle n’aurait pas pensé l’éprouver ou le ressentir un jour. Bien sûr, la demoiselle pensait entretenir peut être une relation amoureuse un de ces jours. Tristan aurait été bien surpris de la définition qu’elle se faisait d’un couple. Deux personnes qui s’apprécient mais avec une certaine retenue, une courtoisie. En d’autres termes, une relation horriblement coincé. Oui cela l’aurait sûrement bien fait rire.

Et puis, la demoiselle n’aurait pas eu à l’idée de chercher à approfondir ces contacts et surtout, faire preuve de moins de pudeur. Oh non elle ne se voyait pas spécialement en train de se déshabiller ou de partager des moments comme une douche avec un homme. Très correct, très réservé.

Sauf que Tristan était arrivé avec ses grandes bottes et lui avait fait changer toutes les idées qu’elle pouvait se faire. Que la demoiselle ne se trompe pas, elle était bien consciente de ce que pouvait être Tristan avant leur relation.

Mais en fait, chacun avait apporté un petit peu. Elle lui partageait plus une tendresse et une douceur, des petits gestes naturels comme se tenir la main, s’enlacer, très sagement mais amoureusement. Lui avait apporté la dose d’énergie nécessaire à l’épanouissement d’un couple. Le plaisir de pouvoir se toucher, de partager certains désirs et sensations qui étaient inconnus à la demoiselle jusque là.

Ils ne s’étaient pas tenu rigueur de leurs écarts de cette journée, c’était une bonne chose. Même si Cassidy voulait désormais prouver à Tristan qu’elle pouvait être une bonne compagne. Pour elle, ça ne serait jamais complètement acquis, il y a toujours moyen de faire mieux et elle s’y investissait énormément.

Oui, qui aurait pu penser que ce binôme d’enfants chamailleurs, pas fait pour s’entendre, se détestant cordialement dans leurs jeunes années, se retrouvent dans cette position ? Il y aurait bien des surpris.

Sauf que là, la demoiselle s’était peut être un peu trop laissé aller et ne comprenait absolument pas ce qui lui arrivait. Peut être que d’un point de vue scientifiquement magique, le flux invisible, attiré par la force de sa magie, était devenu beaucoup plus fort, témoignant généralement d’un mage souhaitant lancer un sort dans certaines conditions.

Mais il n’en était rien et cela inquiétait la demoiselle, un peu effrayée à l’idée de blesser son compagnon. Pourtant elle savait très bien qu’il lui avait dit que ça ne lui faisait pas peur. Oui elle l’avait bien compris ça mais toujours un doute. C’est sûr que Tristan avait une grosse ignorance de la magie et elle ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose sans le prévenir, c’est tout.

D’ailleurs, il était pas loin en se rapprochant de la méditation. Quand elle médite, la jeune femme contracte et relâche un flux de magie continue qu’elle maîtrise en temps ordinaire. Mais il suffit qu’une autre personne la touche pour qu’une protection s’enclenche et que le flux de magie contrôlé soit relâché un peu trop fort, provoquant ainsi une explosion, un impact.

Dans le cas de Cassidy, elle avait bien sûr fait exprès d’accumuler le plus de magie possible. Elle ne supportait pas qu’on la touche, alors ceux qui s’y risquaient pouvaient avoir un risque de beau vol plané. Cependant, elle pensait faire une exception pour Tristan. Si elle s’amusait à l’éjecter à chaque fois qu’il s’approchait d’un peu trop près quand elle méditait. Surtout qu’il était du genre à venir l’embêter ou la taquiner.

Non, elle ne souhaitait pas le blesser au final.

Alors, dans un élan de courage, la jeune femme commença à s’expliquer. Ce qu’elle ressentait, ce que signifiait cet effet luciole, avec le peu de connaissances qu’elle avait. Elle ne comptait pas l’entraîner dans une discussion barbante mais allait à l’essentiel.

Enfin c’était quand même un peu brouillon et cela la mettait mal à l’aise. Tristan avait glissé à côté d’elle, prenant un moment pour l’écouter, ce qu’il valait mieux, même si la température ambiante de leurs corps redescendait doucement pendant cette petite discussion. Mais il y avait des choses que Tristan ne pouvait pas comprendre, ça elle le savait très bien, c’est pourquoi ce n’était pas une mauvaise idée.

Elle lui expliqua maladroitement mais l’encouragea quand même à aller plus loin si possible… parce qu’elle en avait aussi et ne voulait pas se contraindre à rester sage juste parce que sa magie avait décidé de jouer au yoyo. Mais une mise en garde ne pouvait pas faire de mal non plus.

La demoiselle avait un peu détourné les yeux à la fin de sa discussion, ne voulant pas brusquer Tristan il est vrai. Elle attendait son verdict, se mordillant doucement la lèvre. Réponse qui ne tarda pas car Tristan reformula ses explications pour voir si il avait compris.

Cassidy hocha doucement la tête, le laissant parler.

D’ailleurs elle se mit à rougir, mais fière comme tout quand il disait qu’il l’aimait, qu’il ne la craignait pas et que lui aussi avait une profonde attirance pour elle. Ca voulait dire quoi ? Plus que toutes les autres femmes ? Cassidy ne pouvait s’empêcher de se gonfler de fierté en entendant ces paroles. C’était bien la première fois que… ah ben en même temps oui c’était bien la première fois qu’elle avait une relation avec un homme, elle avait tendance à l’oublier.

Elle se mit à le regarder, un beau sourire encourageant sur le visage et caressant doucement sa main. Ah ? Il rougissait lui aussi ? Elle commençait à s’y faire à cette légère coloration du haut des joues qu’il avait. Apparemment ça devait le toucher ses propres paroles. Et tout comme la petite demoiselle, le beau jeune homme ne semblait pas à l’aise.

Il lui expliqua qu’il en avait envie aussi et ça elle le savait bien, c’est juste qu’elle ne voulait pas faire son égoïste au vue des risques que pouvait avoir sa magie dans cette relation. Tristan lui dit et insista bien sur ce point qu’il fallait qu’elle se sente prête et pas pour lui faire plaisir uniquement.

Quelle jolie attention… Peut être qu’un autre homme n’aurait pas eu autant de recul sur la question. Ce qui prouvait encore une fois, mais ça elle ne pouvait pas se rendre compte de sa chance, que Tristan lui laissait du temps pour elle. Ah oui effectivement.

Elle le regarda avec des yeux brillants, avant de lever la tête vers le plafond, semblant réfléchir. C’est vrai, son propre corps en avait très envie. Il fallait dire que Tristan était doué dans ce domaine et peut être qu’il accélérait les choses mais l’alchimie y faisait aussi. Elle aurait pu être tout à fait rigide aussi. Il faut dire que si ça ne lui plaisait pas… elle n’aurait pas bougé le moindre petit doigt.

Il y avait aussi une histoire d’être prête mentalement. C’est vrai que jusqu’à présent elle avait pensé au plaisir de Tristan avant le sien. Mais avait également fait d’énormes efforts. Sauf qu’elle ne les avait pas fait pour lui les efforts mais parce qu’elle se sentait prête à repousser une limite une à une. Plutôt efficacement. Cependant, elle pensait aussi à la curiosité de voir ce que ça faisait d’aller plus loin. Ce n’était pas une décision à prendre à la légère en effet. Décider de lui offrir sa virginité, ce n’était pas possible tous les jours. Au final, qu’est ce qu’elle voulait elle ?

La réponse elle le connaissait déjà. Continuer de s’épanouir avec Tristan parce qu’elle se sentait bien avec lui. Prouver qu’elle l’aime aussi. Elle n’était pas spécialement fermée à ces contacts, au contraire, elle les réclamait. Et puis elle était suffisamment euphorique de leur relation. C’était lui qu’elle désirait, avec lui qu’elle avait envie de commencer. Son corps le réclamait, sa tête le réclamait. Oui elle ne voyait pas d’autre réponse négative.

Et puis… ça ne lui faisait pas vraiment peur au final. Elle avait une grande confiance en Tristan. Elle savait qu’à sa façon de dire, de faire, il la traiterait avec un grand respect. Oui.

Après un long silence, la demoiselle se mit à sourire doucement en direction de Tristan. Puis rire un peu pour dédramatiser leurs discours.

« C’est sûr que si je continue à briller de cette façon, bonjour la discrétion la nuit ! Mais vois le bon côté des choses, tu pourras me repérer de très loin comme ça »

Elle lui tira la langue d’un air complice avant de porter sa main au visage de Tristan pour lui caresser la joue tout en se calant un peu mieux sur le côté pour le regarder. La demoiselle dégagea quelques mèches rouges qui se mettaient devant son visage et regarda profondément ses yeux couleur orangé.

Puis elle s’approcha de son oreille avant de lui murmurer quelques mots, sans l’ombre d’une hésitation.

« Je suis décidée… »

Avant de prendre son visage dans ses mains et de déposer sur ses lèvres un beau baiser intense. Si vraiment elle voulait être décidée, c’était maintenant un peu à son tour de prendre les commandes. Parce qu’il y avait bien une chose qui savait, en le provoquant elle lui donnerait encore plus envie et c’était bien ça le but. Que ça vienne d’elle.

La jeune femme fit basculer Tristan sur le dos et se plaça au-dessus de lui, ce qui lui donnait une vue vraiment magnifique. Sauf qu’elle ne s’arrêta pas là et décida de faire la même chose qu’il avait fait plus tôt. On apprend mieux avec un modèle pas vrai ?

Sauf qu’elle… elle était un peu plus… hum, vu sa petite taille, difficile de retenir ses bras. Elle décida donc de jeter très brièvement un petit sort, ce qui immobilisa les bras sagement le long de son corps. Ce n’était plus le temps de faire de discours non plus.

Puis la jeune femme s’engagea dans un vrai exercice qui fit remonter la chaleur. Parce qu’il fallait dire qu’elle avait bien chaud quand même. Elle entreprit d’abord de poser juste le bout de ses doigts sur son torse, les faisant glisser tout le long de haut vers le bas. Sans décoller ses mains, elle traça de fines arabesques sur son corps musclé avant de se coucher un peu plus sur lui, prenant son visage dans ses mains et l’embrassant avec tellement de passion qu’elle lui fit tourner la tête.

Ses baisers se firent plus marqués, le faisant un peu languir, en profitant pour lui faire une caresse par ci par là. Elle s’intéressa de près à la ligne de sa mâchoire avant de descendre dans son cou. Et fait nouveau, à un de ses baisers elle lui mordilla très délicatement la peau avant de descendre un peu plus.

Elle enchaîna ses baisers sur tout son torse, remontant parfois pour se placer juste devant ses lèvres, le faisant un peu patienter en restant à quelques centimètres de son visage, attendant qu’il réclame un peu, qu’elle puisse le lire dans ses yeux, attendant le bon moment avant de l’embrasser follement une nouvelle fois tout en caressant son torse de son autre main.

La demoiselle était de plus en plus assurée dans ses gestes, ses actions et ça se voyait. Le désir se lisait au fond de ses yeux alors qu’elle torturait le pauvre homme sans lui laisser l’occasion de répliquer, juste de profiter. Cependant, et ça elle en était bien consciente, après un bon moment à s’occuper de lui, son sort s’arrêta, lui redonnant la mobilité à ses bras.

C’est alors que Tristan la fit basculer à son tour, lui faisant aussi profiter. Toujours un peu plus haut, toujours chercher à combler l’autre. La jeune femme recommençait à avoir chaud et semblait encourageante dans ses gestes et ses baisers.

Sa magie se mit à s’amplifier tout comme la lumière qui l’entoura mais bon elle n’y fit pas vraiment gaffe. La vérité c’est qu’elle cédait à tout cet état physique, s’abandonnant totalement à Tristan, appréciant chaque petite caresse ou toucher. La jeune femme commençait à faiblir dans un sens où son corps réclamait un peu plus Tristan à chaque fois.

Elle ferma les yeux pour mieux profiter des sensations éprouvées et inconnues jusqu’à présent jusqu’à ce que… BAM ! La lumière autour de son corps s’était faite plus insistante et sans qu’elle n’ait pu le temps de réagir ou faire quoi que ce soit, Tristan fut éjecté au bas du lit.

Cassidy ouvrit les yeux, un peu inquiète pour son Drakkari et se redressa sans faire plus de manière, se rapprochant rapidement de lui.

« Tris’ ! Ca va ? »

Elle s’en voulait un peu et baissa la tête, avant de s’agenouiller près de lui et de le prendre dans ses bras. Ca commençait bien !

« Je suis désolée… »

Oui il lui avait dit qu’il était résistant et que ça ne le dérangeait pas mais… c’était plus fort qu’elle, la demoiselle ne pouvait pas s’empêcher de s’excuser de cette maladresse. Ah ben apparemment, ce n’était pas encore gagné !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 24 Oct - 17:31

Ah ben une chose était sûre… Si les baisers étaient parfaitement envisagés, les caresses nettement désirées, l’idée d’aller plus loin ce soir… n’avait pas effleuré l’esprit de Tristan. Enfin du moins pas lorsqu’il l’avait rejointe sous la douche. Parce que dès qu’elle lui avait « pardonné » ses fautes, dès qu’ils s’étaient pardonnés mutuellement, là… ils avaient commencé à s’embrasser et aussitôt… les idées étaient venues. Les idées oui, l’intention non. Il avait fait une déclaration franche, honnête. Il attendrait… C’est vraiment ce qu’il souhaitait.

Bien sûr, très égoïstement, manipulateur, charmeur, dragueur comme il savait l’être, il aurait pu la convaincre de passer aux choses sérieuses au plus tôt, de lui céder… au plus tôt. Et même si la jeune femme était très intelligente, même si elle avait beaucoup de chance apparemment contre ce type de projet… honteux, elle l’aimait et probablement se serait-elle aveuglément fiée à ses propos… A ses risques et périls.

Alors dans un sens, oui, elle avait de la chance d’être tombée sur un garçon comme lui. Ou du moins… de la chance qu’il se redécouvre totalement à travers elle. Se redécouvre ? Oui… ou se découvre tout court. Il se faisait attentif, attentionné, ses pensées semblaient obstinément tournées vers elle. Oh bien sûr, lui aussi il avait de la chance. D’avoir enfin compris l’amour et d’avoir, dans un moment de faiblesse, finit par l’avouer. Il l’aimait. Par tous les dieux, il l’aimait tant.

Jamais encore ce sentiment ne s’était manifesté ainsi. Il avait eu de l’affection pour Maud et bien sûr il en avait eu pour la jeune Cassidy sans réussir à s’avouer, à trouver les mots à mettre sur ces sensations, il avait apprécié de nombreuses femmes mais n’était jamais tombé amoureux. Cassidy ? C’était différent. Elle lui résistait, ne cédait pas à son sourire à tomber malgré un petit faible pour celui-ci qu’elle camouflait bien jusqu’alors.

Elle était têtue, obstinée, totalement obnubilé par son Académie et son travail, elle ne pensait pas à elle. Sa générosité était à toute épreuve, son grand cœur si plein d’amour pour son prochain et de ce fait si fragilisé dans un monde aussi brutal, aussi conspirateur que le leur. Elle s’éloignait tellement des femmes qu’il fréquentait habituellement. Elle était tellement humaine, tellement touchante dans sa façon d’être. Au début elle lui cassait surtout les pieds, mais c’était déjà une réaction violente à la confrontation de leurs deux mondes, de leurs deux êtres. Cette réaction violente n’avait fait que s’amplifier, il l’avait même détestée… par rapport à son attitude avec Jordan… par rapport à lui… mais au final pourquoi ? Pour une réaction encore plus violente, un amour qu’il n’aurait jamais cru possible.

Après tout… lui aimer ? Sérieusement ?
Même pas envisageable, son cynisme par rapport aux sentiments étaient bien connus de ses compagnons d’arme, peut-être mal ou trop peu expliqué à la jolie demoiselle. La vérité c’est qu’il était tombé amoureux… oui tombé. Comme on tombe dans un piège, comme on tombe d’un pont, une chute vertigineuse vers un fait inconnu, troublant, effrayant. Ce fait là ? Il faisait que son cœur s’emballait, que ses mains tremblaient, qu’il perdait jusqu’à son assurance, jusqu’à l’envie de s’affirmer. Simplement être près d’elle, la sentir contre lui le rendait fou d’une joie dont il ne parvenait pas encore à mesurer les limites.

Glisser les doigts sur sa peau était un ravissement de chaque seconde, une explosion de sensations comme si son corps jusqu’alors était en sommeil et ne se réveillait que parce qu’elle était là, parce que c’était elle. Son cœur battait, une chamade endiablée qui lui faisait mal, de plus en plus mal, comme les débuts d’une crampe qui s’éternise mais cette douleur était agréable, entêtante. Comme son parfum… Ses lèvres avaient des parfums, des odeurs, des flaveurs comme diraient les spécialistes, mélange de goûts et d’odeurs, si diffus que personne d’autre ne pourrait les sentir, si présents qu’ils l’enivraient à un point inconcevable…

Qu’elle était belle et douce sa petite princesse… Elle parvenait à le mettre dans un état improbable et sans doute n’en avait-elle pas conscience. Etait-elle meilleure que les autres ? Il ne le savait pas… Car aux vues de ce qu’il ressentait, il ne pouvait que se jeter à ses pieds et affirmer que oui… d’un point de vue objectif peut-être pas tout à fait, mais cette alchimie entre eux ne faisait qu’améliorer leurs sensations, que tout faire grandir entre eux…

Bref… tout ça pour dire quoi au juste ? Ah oui… il était amoureux d’elle. Alors il ne pensait pas qu’à lui. En fait… lui… cette propre idée lui semblait abstraite pour la première fois de sa vie. C’était elle qui comptait. Oui, bien sûr le véritable effet de ses sentiments, tout ce bien-être ne s’était déclenché qu’il y a deux jours, quand il s’était déclaré, un peu involontairement, mais simplement parce qu’elle avait répondu de même. Et depuis ça ne cessait de croître, à un point tellement étourdissant… C’était doux comme la fourrure d’un chaton… c’était violent comme une tempête. Mais c’était aussi comme si cela faisait des semaines, des mois, quelque chose de normal ? Désirer ses lèvres. Quelque chose d’essentiel ? Les embrasser… avec toute la ferveur du monde.

Oui, il attendrait. Qu’elle prenne le temps nécessaire, qu’elle ne se presse pas davantage à cause de lui. Sauf qu’il avait oublié quelque chose dans l’équation… C’était réciproque. Elle n’avait pas envie d’attendre en sachant qu’il en souffrait en quelque sorte et surtout qu’elle se sentait prête. Elle ne voulait pas le mettre au supplice et pourtant elle ne pouvait s’empêcher de l’embrasser d’une telle façon qu’elle réveillait toutes ses pulsions. Qu’elle était douce la demoiselle… mais qu’elle était désirable. Et puis… elle avait attendu vingt-quatre ans… c’était suffisant non ?

Il s’était mis en devoir de la couvrir de baisers, de caresses, de ces attentions tout sauf égoïstes même s’il prétendait et affirmait d’ailleurs en profiter beaucoup. En fait, pour être tout à fait honnête, si elle le lui avait demandé, il aurait répondu, très sincèrement qu’il pensait ressentir un plaisir égale au sien… Parce que ça lui plaisait, si elle aimait… par tous les dieux il ne pouvait qu’aimer. La voir sourire, frissonner, la sentir se crisper légèrement pour essayer de résister, observer sa peau se déformer de manière si légère sous l’effet de la chair de poule, sentir son cœur battre si fort que ses veines transmettaient son pouls peu importe lesquelles il frôlait de ses doigts, ses gémissements légers, diffus qui électrisaient chaque parcelle de son propre corps… c’étaient les plus belles choses qu’il ait connu en ce monde jusque là.

Oui mais voilà… ou il se débrouillait un peu trop bien, ou… la demoiselle était déjà partie avec quelques idées en tête. Sans doute un peu des deux… car brusquement, elle s’était mise à briller. Et on avait beau dire, ce n’était pas franchement discret. Néanmoins cette lumière bien que blanche n’était pas éblouissante, elle était douce, chaleureuse, agréable. La peau pâle de la jeune femme n’en ressortait que davantage et même s’il parla de luciole, sous ses yeux, dans son plus simple appareil, ses cheveux d’or auréolant son visage, ses pommettes teintées de rouge faisant ressortir ses yeux noisette si… insondables, elle lui évoquait bien davantage un ange… Son cœur s’emballa un peu plus. L’amour ne l’aveuglait pas, il se savait objectif sur ce point là… la femme sous ses yeux était la plus belle qui lui ait été donné de voir. Si humaine, si fragile…

Il avait interrompu ses baisers plus par fascination que par inquiétude vis-à-vis de sa magie. Elle en avait profité pour souffler quelques mots, incohérents. Il s’était fait attentif et bon prince malgré son envie contraire, s’était écarté légèrement, s’allongeant près d’elle pour la libérer de son emprise. Et alors, elle avait entamé un discours des plus surprenants, un discours qu’il ne pensait vraiment pas avoir avec elle de sitôt… enfin… pas réavoir plutôt. Son cœur se figea. Non par tristesse mais c’est vrai… par impatience, surprise, désir.

Il reformula tout de même ses pensées, de peur de s’emballer bêtement pour une histoire de quiproquos une fois encore. Surtout que celle-ci n’aurait pu que mal se terminer. Elle l’aurait repoussé sèchement, ne comprenant pas pourquoi il essayait de la forcer, lui qui avait été si doux jusqu’alors… ou elle l’aurait laissé faire… et dès qu’il aurait compris son erreur… il s’en serait tellement voulu qu’il ne l’aurait probablement plus touchée. Tout à fait le genre de chose qui peut briser un couple. Alors la reformulation même si c’est ridicule et une torture pour le concerné, ça a du bon !
Elle hocha la tête, confirmant. Il avait donc bien compris.

Bouboum bouboum… bouboum… Son cœur frappait… Fort, ça faisait encore presque mal, il avait la gorge sèche mais pourtant il s’exprima, caressant doucement une de ses joues du bout des doigts. Sa magie ne l’effrayait pas. Honnêtement il crevait d’envie de franchir le pas avec elle. S’il attendait, c’était par amour mais il s’en surprenait lui-même. Jamais il n’avait trouvé une femme aussi désirable qu’elle en cet instant. Qu’elle lui annonce plus ou moins avoir envie d’aller plus loin… wah… c’était un peu le genre de chose à le faire tomber… il n’était pas debout heureusement, il n’y avait pas de chaise pour le retenir… tant pis, heureusement, tant pis… il ne savait plus.

Ce fut bien difficile de prononcer ces quelques mots. Il faillit ne pas le faire, mais sa conscience née de ses sentiments l’exigeait. Il lui demanda de réfléchir. Lui il était prêt bien sûr, il n’avait plus vraiment à se préparer, son expérience, son tableau de chasse parlaient pour lui. Mais elle… c’était différent et il voulait qu’elle soit prête… qu’elle en soit certaine. Regretter… après ? Non, ça par contre il ne le voulait vraiment pas du tout !!!!
Elle lui répondit alors. Une réponse que mine de rien il était plus ou moins en train de prier. Elle était venue tout contre lui mais avant elle avait prononcé une phrase curieuse sur son état de luciole, arguant qu’il la retrouverait facilement. Il avait froncé les sourcils.

- Ah non ! Tu imagines si dès que je t’embrasse de manière un peu… enfin comme maintenant, tu te mets à briller… va t’éclipser dans les jardins et te cacher derrière un buisson pendant une fête aussi ennuyeuse que celle-ci… on se fera griller en moins de deux, c’est pas drôle.

Il avait dit ça d’un ton boudeur mais la vérité c’est qu’il s’inquiétait vraiment pour elle. Instabilité de la magie, ça voulait bien dire ce que ça voulait dire… Il y avait de quoi se faire du souci, il le savait ou le sentait, à vrai dire, il n’était plus vraiment sûr de la réponse. Elle lui avait alors annoncé doucement à l’oreille qu’elle était prête et le tambourinement avait repris de plus belle, violent, tant et si bien qu’il avait bien failli se sentir mal… mais s’était très vite repris.

Sauf qu’elle n’avait pas en tête de le laisser l’embrasser de nouveau… Il avait bien profité de son immobilisme, elle voulait lui rendre la pareille. Sauf que ça n’avait rien d’une vengeance aux yeux du jeune homme… Parce que wahou… si ça c’était une vengeance, il n’avait pas l’impression d’avoir mal… souffrir ? Oui bien sûr… torturé de plaisir. De souffrances… euh… non pas vraiment.
Et elle apprenait bien vite la jolie demoiselle.
En moins de deux, il s’était retrouvé sur le dos, surpris, ne comprenant pas au début, c’est vrai. Puis elle avait commencé à l’embrasser passionnément et il avait rapidement fermé les yeux, cherchant à l’enlacer. Mais surprise !!!! Ses bras s’étaient retrouvés plaqués contre le matelas, il ne pouvait pas les bougés puisqu’elle les avait immobilisés par magie.
Fichtrement malin… y en avait au moins une qui arrivait encore à penser…

Il sourit, se laissa faire, surtout qu’il n’avait plus vraiment le choix. Au début, il chercha un peu à résister c’est vrai, c’était pour mieux la taquiner mais il n’eut pas le loisir de jouer à ce jeu… parce que très rapidement, les yeux fermés, serrant les dents ou se mordant la lèvre inférieure il tentait de résister à la déferlante de sensations toutes neuves qu’elle lui faisait découvrir. Enfin neuves pas tout à fait… par contre pour leur intensité… ah ça c’était nouveau oui !!!
Il lâcha même quelques gémissements, cherchant désespérément à l’embrasser quand elle s’arrêtait à quelques centimètres de ses lèvres, renversant légèrement la tête en arrière quand elle suivait la ligne de sa mâchoire ou les muscles de son cou.
Très vite d’ailleurs un crissement s’était fait entendre… celui de ses ongles sur le drap alors qu’il crispait les mains. Il était immobilisés, par insensibilisés et à avoir comment les muscles de ses bras et de son corps se tendaient… ah ben oui ça lui plaisait… un peu trop d’ailleurs. Et là, bracelet ou pas bracelet il n’y pouvait rien… parce qu’elle… il ne pouvait pas la contrôler, lui dire que c’était peut-être… « trop » pour ce qu’il pouvait supporter. Et à vrai dire… c’était tant mieux.

Sauf qu’elle semblait aussi apprécier et puis… à force de se préoccuper de lui, elle en oublia la durée de son sort. Quand celui-ci lâcha, il le sentit aussitôt, la pression sur ses bras se relâchant d’un coup ! Il se redressa aussitôt, le regard brûlant comme la braise, l’attrapant fermement en la faisant basculer à sa place avec une habileté et une rapidité assez surprenantes. Se glissant au-dessus d’elle, il s’empara aussitôt de ses lèvres, bien décidé à se venger de ce supplice, ravi de pouvoir de nouveau glisser ses mains sur son corps… ça lui avait manqué !!!! Sauf que là il ne cherchait pas à l’immobiliser, au contraire même…

Ah pour être génial, c’était génial et ils étaient plutôt bien partis… du moins vu la situation le niveau de non retour était atteint et dépassé. Ce n’était pas de l’avis de la magie très joueuse de la jeune femme. Parce qu’à un moment où elle glissait les mains sur son torse alors qu’il avait une fois de plus, le visage enfoui dans son cou, sa magie se réveilla et propulsa le garçon au bas du lit.
Cassidy se redressa aussitôt et vint le voir et le prendre dans ses bras alors qu’il secouait légèrement la tête, surpris et un peu sonné. Elle s’excusait, la culpabilité dans sa voix était déchirante. Il la repoussa… mais son sourire, magnifique n’avait rien d’inquiétant.

- Wahou… je savais que tu étais à tomber par terre… mais de là à ce que ce soit… littéral… Mh… ça me plait, j’aime les défis…

Sur ces mots pas forcément très clairs, il l’attrapa par la taille, la faisant littéralement décoller du sol, pour la soulever sans mal et la faire de nouveau basculer sur le lit, lui avec et de nouveau en train de l’embrasser. Ah ben quoi ?! Il adorait ça ! Il n’allait quand même pas s’arrêter en si bon chemin. Ooooh non !!! Ah… oui… bonne idée, l’incident fut vite oublié… mais il se reproduisit pourtant quelques minutes plus tard, faisant cette fois-ci un peu plus… de dégâts. Enfin pas de dégâts mais il eut un peu plus de puissance. Tristan se retrouva en effet propulsé contre le mur mais comme il s’y attendait à présent, il fit une très belle réception, prenant appui sur le mur en question de ses pieds et d’une de ses mains, poussant fort pour absorber le choc et retombant donc comme un chat, avec à peu près autant d’aisance que ledit chat au pied du mur, un sourire aux lèvres, venant la rejoindre mais plus calmement, le fameux sourire taquin revenant au galop.

- On dirait que je m’y fais… navré mais je ne pense pas que ta magie va gagner cette fois…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Mer 24 Oct - 21:12

Il fallait juste savoir une chose. Cassidy pouvait être une femme très adorable quand elle s’y mettait même si ce n’était pas prévu dans ses fonctions premières. Oui en effet, c’était une aventurière à la base, pensant plus aux autres qu’à elle-même mais elle n’était pas aveugle à ce point.

Quand quelque chose ne lui plaît pas, elle n’hésite pas à le dire. Ce n’est pas parce que Tristan lui faisait un petit sourire touchant ou qu’il insisterait pour qu’elle se laisse tenter. Enfin… ça dépendait… si elle se sentait un peu faible ou pas prête, la demoiselle lui aurait bien dit avant qu’il n’aille plus loin. Oui… ou non…

Parce que c’est vrai qu’elle voulait aussi lui faire plaisir dans un sens mais il faudrait qu’il accepte aussi de faire avec elle. Oui ils avaient de la chance car pas vraiment de conflit, il lui laissait le temps de décider, elle était très… travailleuse dans ce domaine là… ou elle apprenait tellement vite que s’en était affolant.

Et la façon dont se comportait Tristan lui plaisait. Oh bien sûr, elle aimait beaucoup de choses chez lui comme ses petites taquineries, sa façon de dédramatiser une situation, l’humour dont il faisait preuve. Et puis il fallait bien reconnaître que se cacher derrière un grand gaillard pour se reposer plutôt que de devoir répondre à des demandes embarrassantes, ça a du bon quand même.

Mais elle aimait bien les nouvelles choses qu’elle apprenait de lui. Son air doux, rempli de tendresse et une attention particulière qu’il lui portait dès qu’il posait les yeux sur elle. Jamais elle ne l’aurait cru aussi attentif, perdant jusqu’à ses propres repères. Si elle avait su qu’en s’ouvrant à lui, elle aurait commencé plus tôt. Oui mais voilà ce n’était pas aussi simple que ça, puisque lui-même avait ses propres habitudes au départ.

En fait, ce qui changeait avec l’enfance, c’est qu’ils étaient des adultes maintenant. Même si ils conservaient au fond d’eux cette petite part d’enfance. C’était grâce à ça que de simples inconnus ils avaient dérivés dans une relation beaucoup plus rapproché. Cassidy se rappelait encore du moment où elle avait fini par le tutoyer, ne pouvant pas se retenir même si il avait grandi.

Eh oui, on ne peut pas chasser définitivement le passé. Mais désormais ils étaient dans le présent et appréciaient chaque petit moment qui leur était donné. Une pause, une accalmie, un moment où ils se découvraient un peu plus tous les deux grâce à leurs sentiments naissants. Oui leur relation était encore au stade de l’œuf. Même si on avait plus l’impression qu’ils étaient comme ça depuis des semaines.

A vrai dire, non, Cassidy n’imaginait pas l’ampleur de ce que ressentait Tristan en étant avec elle. Même si parfois le tatouage la guidait dans cette voie. Mais pour le moment, elle se détendait aussi, se sentant totalement bien. Très bien même.

La jeune femme était consciente de la torture qui agitait Tristan, du fait qu’il se retenait pour elle. Et elle lui en était extrêmement reconnaissante. C’était faire preuve de beaucoup de sagesse et surtout d’une attention certaine pour elle. Mais voilà, comment lui dire que si elle en avait envie, ce n’était pas uniquement parce qu’il se torturait mais parce qu’elle-même désirait vraiment continuer sur cette lancée ? Pas facile de lui indiquer.

D’ailleurs, lorsqu’il retenait ses bras, pour éviter que la jeune femme ne réponde, ne le touche, cela lui plaisait.

Elle appréciait ce moment où elle devait se laisser aller parce qu’elle se sentait comblée. Même si au bout d’un moment Cassidy chercha un peu à bouger ses mains, tout cela pour mieux les poser sur le torse de Tristan. Elan de crispation légère et sans vraiment d’incidence, regard brûlant de désir. Elle s’enivrait de son parfum, du gel douche qu’elle avait appliqué peu de temps avant. Son cœur battait la chamade alors que la jeune femme murmurait d’une voix faible qu’il continue.

Cela la rendait dingue, jamais elle n’aurait pensé que ce genre de chose aurait pu lui faire autant d’effet. Comme quoi, elle se trompait lourdement. La demoiselle fermait les yeux, pour mieux profiter des sensations de toucher quand il parcourait son corps comme un explorateur sur une terre inconnu.

Il était doux, parfois un peu plus ardent, mais elle appréciait. Cassidy se sentait bien, merveilleusement bien et c’est dans un énième gémissement que son corps se mit à briller d’une magie qu’elle n’aurait pas imaginer. Et cela l’inquiéta un peu, lui fit perdre ses moyens, parce que c’est d’une voix faible qu’elle murmura quelques paroles à Tristan.

Si Tristan semblait prêt, était-ce vraiment le cas avec une mage ? Après tout il allait lui aussi sur un terrain inconnu et ça elle pouvait quand même y penser, peut être qu’il n’a jamais eu affaire à ce genre de cas en particulier. Ah ben oui avec elle le mode d’emploi était quand même différent. Même si sûrement après ses réflexes reviendraient vite, ça serait plutôt quand l’envie se pointerait que ça commencerait à devenir compliqué.

Et la jeune femme en avait ce pressentiment. Après tout, elle connaissait sa magie, elle pouvait se douter de certaines choses. Et elle-même était très patiente, appliquée, lui expliquant quand même la raison et préférant l’entendre dire une nouvelle fois que ça ne lui faisait pas peur plutôt que de s’en vouloir pour ne pas l’avoir averti assez tôt des risques.

Sauf qu’elle répliqua sur un ton d’humour, auquel le jeune homme répondit d’un ton boudeur, ce qui eut pour effet de la faire rire légèrement, imaginant la scène. C’est vrai qu’elle ne passerait pas inaperçue derrière un buisson ! Pourquoi tout d’un coup le buisson en question s’illumine-t-il ? Whaaa… en effet.

A moins qu’elle ne se camoufle avec une grosse cape qui l’empêcherait de briller, difficile de voir autre chose après tout. La jeune femme se colla doucement contre lui, ce qui lui donna de nouveau un frisson. Dans cette tenue si légère, il était difficile de faire autrement. Elle lui chuchota sa décision dans un murmure mais aucun tremblant dans sa voix, juste une grande assurance qui témoignait de sa sincérité.

Puis, en peu de temps, Cassidy se redressa complètement, se mettant au dessus de Tristan. Là elle lui offrait une vue sûrement très agréable et qu’il en avait de la chance parce que elle toute nue devant un homme… bah oui c’était la première fois après tout. Mais l’ardeur, l’envie, ce genre de sentiments l’emportait sur sa pudeur et elle s’appliqua à le rendre dingue.

Le faire de cette façon, avec autant d’application à le satisfaire, prouvait qu’elle avait bien lu son livre. C’était exactement l’objectif qu’elle se fixait. Elle ne l’épargna pas et cette fois, préféra lui laisser le temps de profiter, entravant ses bras alors qu’elle s’occupait de lui avec une grande attention.

Oh qu’elle aimait le toucher de cette manière, l’effleurer du bout de ses doigts, le faire un peu languir avant de l’embrasser de plus belle. Elle apprécia ses légers gémissements et cela la fit redoubler d’intensité alors que Tristan bougeait un peu comme il pouvait. Elle remarqua les muscles de ses bras qui se crispaient et un mince sourire apparut sur le visage de la demoiselle qui montra encore plus d’ardeur à la tâche. Si il aimait… alors elle aimait aussi.

Sauf que son sort lâcha et à vrai dire, la jeune femme n’y pensa même pas. De toute façon elle n’allait pas le laisser durer toute la nuit. Car au moment pile où le sort lâcha, Tristan agit aussitôt, la renversant à son tour pour prendre le relais. Et il semblait animé d’une énergie nouvelle.

Hein… pas possible de rester calme, même après une petite discussion. Décidément ces deux là ne semblaient pas vouloir laisser se terminer ce moment. Enfin… c’était plus Cassidy qui le tentait pour l’instant, car lui allait juste dans son sens. Depuis tout à l’heure elle avait pris les plus grandes décisions, comme le fait de se déshabiller complètement, le provoquant sur sa vengeance, ou encore en s’appuyant contre son dos.

Elle sourit et sentit ses barrières se briser un peu plus, se décontractant complètement alors qu’elle passait une nouvelle fois les mains sur son torse tout en poussant un gémissement appréciateur. Peut être un peu trop, car sa magie se libéra d’un coup et envoya valser le jeune homme au pied du lit.

La jeune femme secoua la tête rapidement. Aïe ! Ca commençait ! Culpabilisant, elle se redressa pour le rejoindre et l’enlacer de ses bras, s’excusant, honteuse de l’effet. Bah oui ! Ca devait lui changer quand même des autres femmes !

Sauf que Tristan la repoussa doucement, tout en se permettant une petite phrase taquine. En fait il semblait apprécier. Ah oui elle n’était peut être pas la femme la plus facile non plus. Il lui faudrait bien un mode d’emploi pour dompter sa magie !

Mais avant qu’elle n’ait le temps d’ouvrir la bouche une nouvelle fois, il la souleva et la reposa sur le lit tout en continuant. Du genre, ne t’inquiète pas pour ça et continuons, je peux très bien le supporter. La jeune femme se mit à sourire et répondit avec ardeur à ses baisers, sentant son cœur battre encore plus fort dans sa poitrine.

Elle se sentait vraiment très bien. Encore plus que d’habitude. BAM ! Nouveau choc alors qu’un Drakkari volant traversa la pièce. Mais il semblait préparer car c’est avec agilité qu’il s’appuya contre le mur pour mieux se soutenir avant de revenir vers elle. La jeune femme s’était redressée pour mieux le regarder, le regard brillant même si… il y avait quand même une petite gêne avant qu’il ne revienne s’installer.

« J’aimerais bien en effet que tu gagnes… Là je suis désolée je ne peux pas faire moins… »

Un petit sourire d’excuse sur le visage alors qu’elle passa les bras autour de son cou avant de le mettre en dessous d’elle. Bah oui comme ça il ne pourrait pas s’envoler ! A moins qu’il traverse le lit ?! Hum non ça n’arrivait pas ça. Elle l’embrassa avec vigueur tout en déposant quelques baisers supplémentaires dans son cou.

Tristan la refit basculer dans l’autre sens et elle glissa ses bras dans son dos, le retenant au cas où il y aurait un nouvel impact de magie. D’ailleurs elle fit bien même si ce ne fut pas suffisant. L’impact fut tellement fort qu’il se retrouva éjecter en l’air.

La jeune femme s’attendant peut être à un truc de ce genre se déplaça rapidement pour se relever du lit, le laissant retomber sur le matelas. Bah oui elle ne voulait pas finir en crêpe !

« Eh bien Eh bien ! C’est ce qu’on appelle s’envoyer en l’air c’est ça ? »

Ah oui elle elle ne savait pas comment ça fonctionnait en temps normal mais ça faisait parti d’une des expressions qu’elle avait entendu. Même si elle y avait mis une petite pointe d’humour là dedans. La jeune femme se mit à réfléchir… Il fallait au moins qu’elle le bloque pour ne pas qu’il se fasse encore éjecter de cette façon, c’était difficile.

« Attends lève toi j’ai une idée bizarre mais peut être que ça pourrait aider… »

Dès que Tristan se bougea, elle attrapa le drap et le roula pour former une espèce de corde tout en passant le tissu dans son dos avant de s’allonger à nouveau sur le lit. Elle invita Tristan à la rejoindre et se mettre au dessus d’elle avant de prendre les deux bouts et les nouer dans le dos du jeune homme, tout en lui laissant un peu de mou pour pouvoir bouger.

Elle incanta rapidement un sort pour solidifier le tissu avant de replacer ses mains dans le cou de Tristan.

« Bon… ça peut faire l’affaire… on en était où déjà ?»

Elle se mit à sourire avant de l’embrasser passionnément une nouvelle fois, laissant le plaisir remonter une nouvelle fois. La jeune femme apprécia encore plus les actions et bien évidemment, sa magie tenta d’éjecter une nouvelle fois Tristan. Qui était solidement maintenu grâce au drap.

Sauf que… le fait qu’il soit aussi proche d’elle changea encore sa magie et l’énergie, comme elle ne pouvait pas l’éjecter, devint beaucoup plus puissante, lui faisant parcourir dans son corps une sensation pas très agréable, digne d’une belle électrocution alors que Cassidy ne se rendait compte de rien. Un coup de décharge qui s’amplifiait au fur et à mesure qu’il restait là. Et mine de rien, ça pouvait le fatiguer un peu aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Ven 26 Oct - 22:32

Se faire jeter au sol par une demoiselle… en un quart de seconde. Ca… ce n’était pas vraiment dans ses habitudes c’est certain !
Pourtant tout était… super au début !
C’est vrai, ils passaient un moment génial, il se vengeait comme elle le lui avait suggéré et l’embrassait, la couvrait de caresses comme si sa vie en dépendait. Ce n’était pas si loin de la vérité d’ailleurs, la toucher était devenu une nécessité, il ne savait trop à quel moment ces deux derniers jours, mais… une nécessité, comme celle de s’alimenter, de respirer… oui.

Bref, c’était très bien parti. Il l’avait immobilisée pour mieux profiter de son corps superbe, même s’il pouvait beaucoup moins la toucher de ce fait. Mais qu’elle se rassure, de ses larges paumes, il pouvait bien maintenir d’une main ses deux poignets et réserver l’autre à la torture si spéciale qu’il lui réservait. Apparemment, celle-ci fonctionnait bien. Il en était ravi.
Bah… quitte à découvrir les joies de la proximité d’un couple… bon, elle n’était pas vraiment mal tombée la petite demoiselle, son compagnon était loin d’un maladroit impatient. Très loin…

En tous les cas, il adorait ça. L’embrasser, la sentir frissonner contre lui, sentir sa peau contre la sienne, son parfum… Et c’est là qu’elle avait commencé à briller. Bien sûr, Cassidy était une jeune femme brillante, intelligente, tout à fait remarquable. Sauf qu’elle avait décidé de faire du figuré… du littéraire ! Et elle avait commencé réellement à briller… telle une très jolie luciole (c’est toujours plus élégant que ver à soie !) mais une luciole quand même ! Nom d’une pastèque ! Ca ! Ce n’était clairement pas normal ! Enfin lui, il n’en avait pas l’habitude en tous les cas !!!

Non mais franchement ! D’accord, c’était une demoiselle originale qui ne faisait rien comme tout le monde ! La preuve, au lieu de piquer une crise de jalousie comme toute demoiselle frustrée, elle avait tout intériorisé et risqué pour leur couple.
Enfin après ça c’était aussi de sa faute, parce qu’il aurait dû le comprendre bien sûr mais… enfin, elle avait le droit d’agir… comme une jeune femme ordinaire ! Oui mais c’était Cassidy… et Cassidy n’était pas vraiment… ordinaire… Là elle brillait… ça, ce n’était pas du tout… ordinaire.

S’il avait cru que c’était juste un effet passager, Tristan avait bien été forcé de s’arrêter, déjà parce qu’elle essayait de se soustraire à ses lèvres, ensuite parce qu’elle continuait de briller justement. Elle commença alors à s’expliquer et ils eurent une petite conversation. Une conversation vraiment bizarre en fait. Enfin pour lui c’était bizarre. Bien sûr, elle… elle ne connaissait pas tout ça donc c’était tout simplement nouveau… normal. Pas pour lui ! Juré, il n’avait jamais eu ce genre de conversation avant ! On pouvait dire qu’avec elle, il innovait. Comme c’était curieux…

Néanmoins, il avait quand même retenu deux grandes idées de cette conversation. Sa magie était activée, difficilement gérable et elle pouvait le blesser involontairement de un… elle avait envie de franchir le cap ce soir de deux. Bizarrement le deux sollicita toute son attention et c’est le cœur battant la chamade, des idées, images plein la tête qu’il voulut l’embrasser.

Mais la demoiselle fut plus rapide sur ce coup, le devança et l’incita à s’allonger. Allons bon, elle voulait inverser les rôles ? Lui n’avait rien contre ce n’était pas… ah… ah… AAAAHHHH !!! D’accord… désormais il serait un adorable demoiseau soumis ! Par tous les dieux, la vue était vraiment… miam !!!! Ah oui mais quelle idée de lui grimper sur les hanches comme ça et de se contenter de le regarder pendant quelques secondes sans rien faire, avec le recul il avait tout le loisir de fantasmer là !!!!! Et il ne se gênait pas vraiment d’ailleurs. Mais peu de choses le gênaient en définitive !

N’empêche… Wahouuu !!!
Qu’est ce qu’elle était… à croquer cette petite mage ! Il le maintenait, sa meilleure tenue… était celle-ci… Quoique… il la trouvait aussi terriblement sexy simplement en sous-vêtements. Curieuse idée peut-être. Disons que c’était un peu mieux pour se… concentrer et se contrôler. Il voulut l’entourer de ses bras, caresser son dos puis sa taille, mais elle l’immobilisa et il se retrouva contraint et forcé de subir la même torture que celle qu’il lui avait infligée. Hum… ça va, ce n’était pas vraiment méchant ! En fait c’était tout simplement génial, il adorait même si l’envie de l’embrasser revenait au galop. Etrangement il profitait presque davantage de leurs baisers lorsqu’il était sûr de pouvoir lui tirer ce petit sourire ravi et ce léger frisson quand il frôlait doucement sa peau du bout de ses doigts. Ah ben oui, immobilisé, c’était nettement plus difficile !!!

Enfin bon… c’était quand même vraiment bien. Elle apprenait à une vitesse vraiment surprenante. Même s’il fallait avouer qu’elle avait quand même un bon professeur. Son sort sur ses bras se relâcha soudainement et apparemment pas du fait de la jeune femme. En tous les cas, il ne lui laissa pas le temps de se poser de questions et la retourna vivement même si cette fois-ci, il ne cherchait pas à retenir ses mains. D’ailleurs, il en prit une, déposant de petits baisers sur son plat, sa paume, ses poignets, avant-bras etc. jusqu’à remonter à l’une de ses épaules qu’il semblait avoir décidé d’apprivoiser par des caresses. C’était une idée intéressante.

Le visage enfoui dans son cou, il devait avouer que la douleur dans son poignet à cause des petites décharges qui l’incitaient à se calmer, se manifestait moins lorsqu’il « avait » les rênes mais de manière si infime que ce n’était pas vraiment notable. C’est vrai que ce n’était pas facile mais… à vrai dire, rien que penser à ce qui les attendait, il en était tout rêveur et… non justement, il avait tout loisir de s’inquiéter !!! Bien sûr, bien pour lui sans aucun doute. Pour elle, c’était une toute autre pair de manches ! C’était sa première fois et… apparemment le corps de la jeune femme l’avait parfaitement compris.

Parce que Tristan se fit éjecter au bas du lit. Elle eut tôt fait de le rejoindre, de s’excuser et de le prendre dans ses bras. Mais lui, qui ne s’était nullement fait mal, n’y pensait déjà plus et était bien davantage préoccupé par l’idée de reprendre leurs caresses. Bien sûr, c’était une façon de lui dire de ne pas s’en faire, après tout, il avait affirmé ne pas avoir peur mais bon… quand même, était-ce bien raisonnable ? Pour être honnête, il avait été sacrément surpris, tant et si bien qu’il peinait encore à s’en remettre malgré ses sourires et sa façon de faire comme si de rien n’était. Etait-ce vraiment normal ?

A la deuxième éjection, même s’il était prêt, et heureusement parce qu’il atterri bien plus loin, il commença à se dire que ce n’était certainement pas normal du tout. D’accord, il n’y connaissait pas grand-chose en magie, mais il n’était pas non plus né de la dernière pluie, il savait reconnaître un évènement anormal quand il en voyait un. Il ne dit rien et revint doucement vers elle, l’embrassant de nouveau. Bien sûr qu’il faisait comme si de rien n’était, elle s’inquiétait déjà bien assez comme ça !!! Et lui se méfiait. Mais il avait beau s’accrocher au matelas, très vite, leurs baisers anéantissaient ses forces et il relâchait le matelas en question pour la caresser.

Au début, elle s’était placée au-dessus de lui pour le retenir. L’idée était intéressante et la vue une fois de plus sublime mais il ne pouvait s’empêcher de relever la tête, de rechercher ses baisers et il se donnait vaguement l’impression d’un naufragé affamé. Enfin peu importait de toute façon !!! Il l’avait déjà retournée et l’embrassait à pleine bouche alors qu’elle caressait doucement son dos. Ahaha ! La magie de la jeune femme était ingénieuse et semblait décidément attendre le moment où ils s’emballaient, se faisaient plus pressants et oubliaient l’ultimatum… parce qu’une fois encore il fut projeté en l’air… mais cette fois relativement verticalement comparé à un peu plus tôt. D’ailleurs, comme elle essaya de le retenir, même s’il fut éjecté, il n’alla pas s’écraser contre le plafond et donna juste l’impression pendant quelques secondes d’un drôle d’homme volant au cheveux rouges, à la peau bronzée et à la frustration clairement visible sur ses traits, avant de retomber.

Une lueur de peur était apparue dans ses yeux d’ailleurs alors qu’il chutait mais Cassidy avait dû comprendre et s’était écartée bien avant qu’il ne retombe à l’endroit où elle se trouvait quelques secondes auparavant. Et même s’il se rattrapa, à quatre pattes, plutôt surpris par le déplacement, sans la moindre égratignure, ce n’était pas vraiment… génial comme interruption ! En fait, Tristan commençait vraiment à se dire que la magie de sa compagne cherchait à le repousser. Pourquoi ? Parce qu’il ne fallait pas qu’ils aillent plus loin. Bizarrement, elle s’était déclenchée pile au moment où ils y pensaient et depuis qu’elle lui avait confirmé sa décision… il se faisait éjecter dès que leurs baisers et caresses devenaient trop brûlants ! Ca n’avait rien d’habituel ça !!!

Peut-être qu’au final… c’était une mauvaise idée ! Il y avait bien une raison pour qu’il se fasse repousser ainsi. Peut-être… peut-être que ce n’était pas le bon moment. Que si elle lui avait dit « oui », inconsciemment, Cassidy n’était pas prête. Non… elle était quand même une jeune femme fière et indépendante, il espérait qu’elle se révélerait honnête là-dedans. Et puis elle était aussi surprise et désolée que lui par la tournure que prenait ces… caresses pourtant tellement agréables.

Il allait lui en parler lorsqu’elle lui dit qu’elle avait une idée et se mit en tête de leur construire une espèce de sécurité. En effet, elle roula le drap, se glissa dessus puis l’invita à venir s’allonger sur elle. Il obéit sagement mais ce ne fut pas sans un long frisson électrique qui lui fit secouer la tête. C’est sûr que réfléchir… devenait beaucoup moins facile lorsqu’il était collé à elle.
Mais… que faisait-elle au juste ? Il n’avait pas froid et puis… roulée ainsi la couverture ne les couvrait pas énormément. Et…

Il comprit lorsqu’elle termina son nœud et lança son sort et afficha une mine un peu dépitée. Non… elle n’avait quand même pas… attaché son compagnon à elle avec une corde improvisée ?!!!! Apparemment si. Pouvait-on faire plus dépitant ?! Ce n’était pas normal ! Ca n’avait rien de normal et une pointe de colère l’envahit. Ca devenait vraiment trop bizarre ! Si vraiment sa magie le repoussait ainsi c’est qu’il devait y avoir une raison et ce n’était pas ce ridicule petit stratagème qui y changerait grand-chose, ils feraient mieux de s’arrêter tout de suite avant que l’un ou l’autre ne soit blessé.

L’idée était bonne… mais inapplicable. En effet, elle s’était remise à l’embrasser et ses convictions avaient fondu immédiatement alors qu’il glissait une main dans ses cheveux, l’autre sur sa taille.
En effet, la magie de Cassidy tenta d’éjecter à plusieurs reprises le Drakkari qui ne savait qu’en penser et comment réagir. A chaque fois, le drap lui rentrait dans le dos sous la violence du choc et il retombait aussitôt, totalement retenu, sur la jeune femme, atterrissant sur la pointe des pieds ou les genoux et sur les mains, pour ne pas lui faire mal. Bah oui, il était lourd lui ! Elle l’avait déjà oublié.

Ah oui ! Elle lui en avait sorti une belle aussi ! Quand il avait décollé… Un truc comme quoi… ils s’envoyaient en l’air. C’était vraiment une expression peu… polie et il fut surpris de l’entendre dans la bouche de la jeune femme surtout qu’elle ne l’employait pas très bien une fois de plus. Néanmoins il ne dit rien, se contentant de lui sourire en secouant doucement la tête, un léger soupir amusé lui échappant.

Oui mais voilà… La magie de Cassidy… c’était la magie de Cassidy. Aussi étrange, tordue et… innovante qu’elle. De ce fait, après s’être « aperçue » que le plan d’expulsion ne fonctionnait pas, elle changea de tactique. Mais avant ça, elle laissa un long moment aux jeunes gens pour qu’ils puissent s’embrasser, se regarder amoureusement comme si leur vie en dépendait et se caresser. Ah oui, s’il y avait eu des blancs, des occasions pour faire redescendre l’espèce de chalumeau entre eux, celui-ci remontait à chaque fois la température de la pièce. C’était assez impressionnant d’ailleurs.

Tristan était devenu, ou plutôt s’était dévoilé aux yeux de sa jolie compagne comme un homme doux et intentionné. Il le prouva une fois encore. Alors qu’il était en train de l’embrasser, il attrapa un oreiller à tâtons et se redressant sur un coude, souleva la tête de la jeune femme, légèrement pour placer l’oreiller sous celle-ci. Autant favoriser le confort. De plus, le drap semblait être devenu inutile autour d’eux, même s’il valait mieux se méfier, on ne sait jamais.
Il était en train de caresser son ventre autour de son nombril du bout des doigts, la fixant d’un regard intense, un sourire de conspirateur aux lèvres lorsqu’une douleur aigu lui vrilla le ventre. Waaaiiieee !!!!

Ca ça faisait mal ! Presque autant que la nourriture de Maud ! C’était peu dire. Il jeta un coup d’œil à son bracelet de force, mais si celui-ci se manifestait de temps en temps pour le rappeler à l’ordre, il ne pouvait pas engendrer une telle douleur. Douleur qui allait croissante qui plus est. Il baissa alors les yeux sur la jeune femme et il ne lui en fallut pas plus pour comprendre. Il ne lui laissa pas le temps de remarquer quoi que ce soit et enfouit son visage dans son cou comme il se plaisait à le faire, le couvrant de baisers et de caresses, appuyant un peu plus ses lèvres contre sa peau lorsque la douleur s’intensifiait.

C’était comme une vague… Elle refluait, pour mieux se déverser, plus violente que la fois précédente dans son corps. Ca faisait mal… ça donnait envie de hurler… mais il se retenait et pressait encore un peu plus ses lèvres, mordillant doucement la peau de sa gorge. Ses mains sur crispaient sur le drap sous eux, mais cela ressemblait davantage à un signe d’impatience plutôt que de douleur. D’ailleurs elle semblait, tant mieux, l’avoir compris comme ça parce que ses caresses dans sa nuque et le bas de son dos se faisaient un peu plus appuyées alors qu’elle pressait son visage contre son cou comme pour l’inciter à continuer. Facile à dire.

Il aurait voulu justement que ce ne soit que de l’impatience mais ce n’était pas le cas. Oui, la magie de la jeune femme le repoussait… mais pas sans raison. Elle ne se rendait compte de rien… il recommençait à l’embrasser dès que les pics étaient supportables ! Mais… même… Si peu avant et même encore maintenant, le désir, leurs baisers, hachaient sa respiration, elle l’était encore plus à présent et son front se couvrait de sueur. Il la regarda avec intensité, lui vola un baiser digne d’un merveilleux roman d’amour et enfouit une nouvelle fois son visage dans son cou. Sauf qu’il avait atteint ses limites. Elle avait raison, ça le fatiguait, il n’en pouvait plus… et d’ailleurs il le prouva.

Ses mains quittèrent le corps superbe de la jeune femme, se crispant sur les draps alors qu’il mordait celui-ci, le visage glissé toujours contre son cou, pour étouffer son hurlement de douleur ! Ah ben ça, il avait essayé de le retenir le plus longtemps possible. Ses mains se crispaient si violemment que tous ses muscles se tendaient sous l’effort. Mais aussitôt que Cassidy put prendre réellement « conscience » que ça n’allait pas, la douleur reflua et il put souffler un peu, se redressant sur les coudes en respirant profondément. Là, il avait l’air plutôt fatigué, perdu, l’air de ne pas trop savoir ce qu’il… devait faire mais pourtant… dès qu’il la regarda, ce n’était ni du regret, ni de la colère, ni même de l’agacement qui brillait dans ses yeux… C’était un défi de taille, pratiquement irréalisable mais… ça valait sans doute le coup, bien davantage que tout le reste.

Il lui sourit d’ailleurs gentiment et s’essuya le front d’un revers de main, avant de la regarder avec insistance et de déposer un doux baiser, tout simple sur ses lèvres.

- Ca va t’inquiète… j’ai eu.. dû avoir une crampe, c’était comme si… une sacrée crampe. Mh…c’était plutôt sympa comment tu m’embrassais, tu me remontres ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Sam 27 Oct - 10:55

Cassidy avait complètement envie de se laisser, sans chercher à contrôler quoi que ce soit, elle s’abandonnait à Tristan complètement. Parce qu’elle aimait ce qu’il faisait. Parce qu’elle n’avait pas de doute ni de peur à aller plus loin.

Mais voilà, sa magie était complètement capricieuse et ça elle s’y attendait, sans savoir la forme que ça allait prendre exactement. Ah ben oui ce n’était pas pour leur faciliter la tâche puisque Tristan se faisait éjecter à chaque fois que ça devenait un peu plus sérieux.

Et cela commençait à faire culpabiliser la jeune femme. Pas qu’elle avait menti car ce n’était absolument pas le cas, ses sentiments étaient tout à fait sincère mais surtout parce que ça ne l’aidait pas non plus. Et la pauvre qui ne savait pas comment ça se passait quand on passe à l’acte, avait du mal à discerner ce qui était normal de ce qui n’était pas normal.

Si bien que la demoiselle vint à se demander si les hommes avaient mal ? Bah oui après tout ça pouvait être normal ! Mais Tristan n’avait jamais été du genre à montrer une quelconque douleur. Donc à moins de lui casser à nouveau un bras, il ne se manifesterait pas jusqu’à la dernière seconde.

Et puis, il semblait aller bien alors pourquoi devait-elle s’inquiéter ? Bien sûr, elle ne se sentait pas bien à l’idée de lui infliger ça mais pour le moment, elle n’avait aucune idée pour diminuer cette sensation. Cela commençait à la faire réfléchir mine de rien pendant les périodes où il se retrouvait loin d’elle.

Ne pouvait-elle pas être normale pour une fois ? Juste pour cette fois ! Bien sûr, elle n’avait pas de quoi se rassurer, se doutant que ça lui ferait mal mais c’était dans l’ordre logique des choses ! Non là il n’y avait rien de logique et elle commençait réellement à s’en vouloir, sans se sentir complètement responsable ou coupable.

Il y avait sûrement un truc qu’elle faisait mal ! Ou bien c’était normal cette décharge de magie. Difficile de réfléchir normalement dans ses conditions, surtout que Tristan continuait de lui donner chaud. C’est pourquoi elle se laissait faire en y répondant avec ardeur avant de le faire basculer sous elle .

Mais Tristan ne l’entendait pas de cette oreille et après en avoir profité un peu il rebascula dans l’autre sens. Malheureusement, cela lui valut une belle projection dans les airs. Cassidy s’y attendait un peu et décala sur le côté. D’ailleurs, rien qu’à voir la tête de Tristan, il craignait pour elle. Mais pas de mal, elle avait quand même de très bons réflexes et heureusement d’ailleurs.

Puis, la demoiselle eut une idée après qu’il soit retombé même si ce n’était pas très fin ce qu’elle disait. Mais bon on pouvait lui pardonner vu sa grande ignorance dans la matière en question. Elle l’attacha solidement à elle, espérant ainsi éviter les coups supplémentaires. Sauf que cela ne l’empêcha pas de se soulever davantage même si la demoiselle qui avait les yeux fermés ne s’en rendait pas vraiment compte.

D’ailleurs, voilà que le jeune homme montrait encore une fois toute son attention en prenant un oreiller pour le poser derrière la tête de la jeune femme. Cette dernière, touchée, lui caressa doucement le visage tout en l’embrassant tendrement.

Peut être que pour elle, le fait de l’avoir lier à elle c’était suffisant pour arrêter sa magie. Ah mais non, maintenant voilà que sa magie donnait à Tristan une nouvelle douleur difficilement supportable. Et elle qui ne s’en rendait même pas compte !

Sauf que le drôle de comportement de Tristan attira son attention parce que ce dernier avait caché son visage et ne semblait… pas bien justement. Il la regarda mais d’un étrange regard, peut être un peu perdu et la jeune femme s’inquiéta encore plus. Il prétexta une crampe mais la demoiselle n’était pas dupe. Elle commençait à le connaître pour savoir que même si il avait très mal, jamais il ne le dirait ouvertement.

Lorsque Cassidy se rendit compte que ça n’allait pas pour Tristan, la demoiselle écarquilla les yeux. Ah non ça allait trop loin ! Elle ne voulait pas lui faire de mal ! Il la regarda tranquillement même si son front était couvert de sueur, lui demandant de lui montrer un nouveau baiser.

La jeune femme parut hésitante pour le coup, elle ne voulait pas le frustrer mais pour qu’il se mette dans cet état, ça devait être assez grave quand même. Cassidy prit le visage de Tristan dans ses mains et l’embrassa mais peut être un peu plus calmement alors qu’elle fermait doucement les yeux pour se concentrer sur sa magie et surtout la contrôler !

Il était hors de question que ça continue comme ça. Elle s’en voulait suffisamment de lui infliger cette douleur et elle avait comme la nette impression qu’il ne tiendrait pas longtemps à ce rythme là.

Cassidy lui caressa doucement le dos tout en continuant de l’embrasser, même si son esprit s’appliquait à mettre un stop à sa magie. Cela lui demanda d’ailleurs beaucoup d’énergie car la quantité qu’elle avait accumulé jusque là était effrayante. La mage savait bien qu’elle avait une importante réserve mais chercher à contrôler, ce qu’elle n’avait jamais réussi à faire était bien plus dur que ce qu’elle pensait.

D’ailleurs difficile de se laisser aller tout en cherchant à minimiser les dégâts. Tristan avait beau dire que ça ne lui faisait pas peur, qu’il relèverait le défi, elle n’allait quand même pas le laisser dans cet état juste parce qu’elle avait suffisamment envie pour aller plus loin.

Elle se faisait d’ailleurs un peu plus calme, le laissant mener la barque pour l’instant alors qu’elle gardait les yeux fermés pour tenter de bloquer le surplus de magie qui l’agitait jusque là. Et plus elle insistait, plus ça devenait difficile.

Le front de la demoiselle se perla de sueur vu les efforts qu’elle faisait pour se contenir, cela commençait à devenir très dur mais elle se contenta de rester calme. La peur de faire du mal à Tristan agissait sur tout le reste et renforçait sa volonté à vouloir stopper sa magie.

D’ailleurs, cela devint si pesant qu’elle se mit à serrer les draps du lit sous elle avec énergie, la lumière de son corps changeant d’intensité. D’ailleurs les flux de magie aux alentours semblaient y répondre car un léger craquement se fit entendre du côté de la fenêtre. Heureusement celle-ci ne se brisa pas mais c’était moins une.

Cassidy rouvrit doucement les yeux, des cernes apparaissant juste en dessous mais elle embrassa doucement Tristan en souriant… peut être assez gênée au final.

Il avait du s’arrêter progressivement, voyant qu’elle avait un peu plus de mal à se laisser aller mais surtout, que sa magie ne l’atteignait plus. D’ailleurs la lumière se mit à redescendre doucement de son corps alors que les yeux de la jeune femme brillaient. Ce n’était pas juste ! Pourquoi sa magie lui gâchait-elle le beau moment qu’elle aurait pu avoir ?

Elle le savait qu’elle ne contrôlerait rien ! Mais regarder Tristan encaisser sans rien pouvoir dire ni faire ? Très peu pour elle ! Non elle devait absolument trouver un moyen pour que ce ne soit pas aussi dur pour lui. Qu’il ne s’inquiète pas, elle était horriblement frustrée d’être interrompue de cette manière juste parce qu’un moustique… hem une source de magie plutôt, les dérangeait.

« Désolé… j’arrive pas à être… normale… »

Elle soupira longuement. Remords, culpabilité et impression de ne pas être comme tout le monde. C’était aussi frustrant que décourageant pour elle. En effet, la jeune femme voulait vraiment aller plus loin avec Tristan. Pourquoi ? Pourquoi devait-elle subir ça ? Et lui ? Il allait finir par s’impatienter.

Oui, elle n’était pas n’importe quelle femme. Ca c’était évident. Et ça la fatiguait énormément d’être réduite à cette position. La demoiselle enlaça doucement Tristan de ses bras, cherchant du réconfort, semblant parler assez difficilement.

« Je savais… que ça ne serait pas facile… mais je ne peux pas te voir subir ça… sans rien faire… »

Encore une fois, elle se sentait totalement minable, dépitée et complètement frustrée de ne pas pouvoir en profiter ni pouvoir en faire profiter son compagnon.

« Il faut que je trouve un moyen… d’arranger ça… pour que ça ne bloque pas… je m’attendais à des choses un peu bizarres… mais ça me fait mal… de te voir supporter ça… j’ai l’impression d’être égoïste… »

Difficile de trouver une solution dans ces conditions. Peut être que ça irait mieux un peu plus tard ? Ou peut être qu’elle devait absolument maîtriser son surplus de magie, sans ça, leurs ébats seraient toujours aussi catastrophiques ? A vrai dire, elle ne savait pas grand-chose et se sentait perdue pour l’instant.

« Désolé… je t’assure que je suis sincère… que j’ai envie… avec toi… »

Le ton de sa voix se perdit dans un sanglot alors qu’elle défit le nœud dans son dos pour se poser sur le côté. Une larme brilla dans l’œil de Cassidy. Ca devait sérieusement la chambouler. Elle serra doucement Tristan contre elle, le berçant dans ses bras.

Est-ce que sa magie agirait comme ça dans une situation de viol ? A vrai dire, elle ne savait pas grand-chose, espérant juste que dès qu’ils auront franchi le pas, ça deviendrait plus facile pour eux. Perdue pour l’instant, ne sachant pas quoi dire et elle avait aussi très peur que Tristan le prenne mal sauf qu’elle se sentait bien responsable de ne pas savoir maîtriser suffisamment sa magie.

« Je gâche tout… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 28 Oct - 13:13

Douleur…
A vrai dire, il ne s’y attendait pas vraiment. Bien sûr, il aurait dû s’en douter un peu. Avec Cassidy rien n’était simple… Absolument rien. Tout avait commencé par du compliqué. Leur relation à l’école élémentaire avait tout de celle de deux rivaux, deux extrêmes qui ne pouvaient se voir en peinture. Alors qu’en fait… Elle était juste trop gentille, trop… investie dans tout ce qu’elle faisait. Elle l’avait rendu jaloux au départ. C’était sans doute pour ça qu’il avait eu envie de la trouver pénible, de dire ces méchantes choses tellement communes de la part des enfants.
Quand ils s’étaient perdus, ça avait été compliqué…

La vraie raison de son départ était restée inconnue pendant des années mais elle l’avait quand même défendu. Même s’il devait partir, il lui avait volé son premier baiser, risquant sa liberté à rester si proche du village juste pour ce petit… caprice. Mais il devait lui dire au revoir… à sa manière, c’était sans doute un adieu… Autant qu’il le lui souhaite.
Ils s’étaient revus à l’Académie et en se reconnaissant, leur relation encore une fois… n’avait rien eu de simple.

Parce qu’elle résistait à ses charmes, parce que lui agissait toujours de manière totalement inattendu, parfois très obéissant, la seconde suivante un rebelle imbattable. Simplement se dire bonjour était compliqué. Ils se voyaient, se parlaient. Mais quelque chose gênait, quelque chose n’allait pas dans leur proximité ou leur distance. Oui cette fameuse distance qu’elle avait mise entre eux et qu’il s’étai très vite efforcé de dépasser, nouveau baiser volé, approches.

Il aurait pu continuer longtemps de croire qu’ils étaient tout simplement tellement incompatibles que le simple fait de vivre dans un lieu commun mettait à mal le reste du monde autour d’eux et n’incitait qu’à la force. La vérité était qu’ils étaient tellement différents, tellement semblables, tellement opposés, tellement incompatibles justement… qu’ils étaient faits l’un pour l’autre.
Etait-ce aller contre l’ordre des choses ? De la nature ? Oui totalement, peut-être même était-ce aller à l’encontre de leur destin ou suivre celui-ci à la lettre que de tomber amoureux de l’autre.

C’était difficile à expliquer. Ce n’était pas pour rien que chaque contact était si particulier, chaque effleurement une décharge électrique, chaque baiser un feu d’artifice. Il y avait quelque chose… Faits l’un pour l’autre ou totalement incompatibles ? Difficile à dire mais là… ils s’aimaient. Ils ne pouvaient pas faire autrement et si Tristan avait dû expliquer pourquoi… la réponse en aurait surpris plus d’un.
Alors non, rien n’était simple, tout était terriblement compliqué.

Elle était totalement inexpérimentée…
Pendant des années, trop longues, beaucoup trop longues, elle s’était dévouée corps et âme pour la magie, pour autrui, pour sa « mission ». C’était tellement injuste. Lui au contraire, avait de l’expérience à revendre et justement savait que ce qui se passait entre eux n’avait rien de normal. Bien sûr qu’il y avait des femmes plus… aguicheuses, plus… entraînante. Mais elle…
Caresser une femme c’était apprendre son corps, ses sensations, c’était toucher du matériel, apprendre oui… apprendre.. En tant qu’amant attentif, il s’efforçait de toujours combler ses compagnes et y parvenait parfaitement… Petit complexe de manque d’affection ? Sans doute.
Ce n’était pas ça avec elle…

Cassidy… c’était comme s’il apprenait les courbes de la mer se voûtant sous le vent, ses creux élégants, réguliers, entêtants. C’était comme s’il apprenait la forêt, ses odeurs de rosée, de feuilles fraîches dans ses cheveux. Sans doute n’était-ce pas autant que la sienne mais sa peau avait l’odeur du soleil. Il en sentait le parfum chaud, rassurant… Sa peau qui avait le goût du soleil… Si le soleil avait un goût, oui ce serait celui-ci. Quand ils l’embrassaient, c’était découvrir mille paysages, des voyages. Son corps s’allégeait, son cœur devenait un taureau fou, un vrai lion à dompter, furieux… non… un dragon plutôt. Il ne réfléchissait pas… il ne pensait pas. Ses mains glissaient toutes seules sur elle, animées de leur propre conscience. Sa voix douce, ses gémissements, ses sourires… faisaient tinter des carillons dans sa tête, son ventre se crispait presque douloureusement tant c’était agréable.

Elle… oui… c’était elle. Il l’avait toujours su quelque part, il devait bien l’avouer. Il devrait avoir honte, devrait s’écarter, la tenir le plus loin possible de lui. Mais il ne pouvait plus. Il renonçait, rendait les armes. Il était dingue d’elle et se passer de son contact était désormais impossible…

Non, rien ne serait simple entre eux, il le savait mais ne s’attendait pas à la douleur de la magie de la jeune femme. En effet, après les tentatives d’expulsion qui auraient pu mal tourner, ce fut autour de décharge douloureuse. Il fit tout pour se maîtriser et ne rien laisser paraître. Déjà parce qu’il refusait d’être faible… s’il l’était, jamais il ne pourrait la protéger. Ensuite parce qu’il savait à quel point elle se sentirait mal si elle se doutait de ce qu’elle lui infligeait bien involontairement.

Et il avait bien raison de prendre cette précaution. Bien sûr que cela faisait mal…très mal même. Mais c’était supportable. Sauf qu’elle comprit, malgré ladite précaution, qu’elle le blessait avec sa magie. Pourtant il avait prétexté, plutôt convaincant, même s’il n’aimait pas lui mentir, qu’il s’agissait d’une crampe. Ce n’était pas un si gros mensonge d’ailleurs. En effet, la douleur avait été telle qu’il se crispait beaucoup, exactement comme pour une crampe justement…

Il lui fit un sourire rassurant et l’invita à recommencer à l’embrasser parce que, et c’était bien vrai, il adorait. Elle obéit oui mais avec beaucoup moins d’ardeur que ce à quoi il s’attendait. Tristan fut surpris mais s’en contenta très bien, la tendresse dans ce baiser lui procurant autant de volupté que ceux ardents d’un peu plus tôt.

Oui, un tendre baiser, calme doux… mais qui avait un goût étrange qu’il n’identifia pas. En effet, la douleur avait reflué et pour l’instant ne se manifestait plus et s’il se doutait que le retour serait vraiment douloureux, il voulait profiter à fond de cette intermittence, au maximum du corps de sa belle tant qu’il ne risquait pas de lui faire mal en se crispant.

L’idée était bonne sauf que… il commença très vite à douter de ses capacités… Parce qu’au fur et à mesure que le temps s’écoula, l’idée que la jeune femme n’avait plus du tout envie d’aller plus loin et du simple fait qu’il la touche, s’insinua dans son esprit. En effet, il l’embrassait, frôlait sa peau du bout des doigts comme un peu plus tôt, appliqué, doux, parfois un peu plus… insistant c’est vrai…sauf qu’elle réagissait de moins en moins. Elle avait fermé les yeux et lui donna l’impression persistante, douloureuse, de « subir » ses caprices.

Bien sûr, il ne pouvait pas se douter sur le coup qu’elle était en train d’abandonner totalement son propre plaisir au profit de la sécurité de son compagnon. D’ailleurs il en aurait probablement été malheureux bien qu’heureux qu’elle se soucie tant de lui.
Même s’il n’en donnait pas l’impression, certaines choses pouvaient atteindre le jeune homme et avoir l’impression d’être… « nul » comme amant en était une… de taille.

Petit-à-petit, il espaça ses baisers, ses caresses et continua de la regarder. Au final, il s’arrêta totalement de l’embrasser, refroidi par son manque de réaction et blessé quelque part, même s’il ne l’avouerait probablement jamais.
Cassidy rouvrit les yeux enfin. Il avait remarqué le changement d’intensité de la lumière qui la baignait, le craquement de la vitre mais il n’y avait pas fait plus attention que cela. Là, alors qu’il avait cessé de la toucher, se maintenant en équilibre sur les genoux et les coudes au-dessus d’elle, la touchant le moins possible, il voyait bien que magie, contacts étaient étroitement liés pour la jeune femme.

Et là elle s’exprima enfin. Que… Tristan dont le visage s’était fermé comme à chaque fois qu’il faisait marche arrière, pencha légèrement la tête. Pourquoi s’excusait-elle ? Si elle voulait vraiment qu’il arrête, il préférait qu’elle le lui dise. Il lui avait dit qu’il attendrait, ce n’était pas parce qu’elle changeait de définition qu’il allait s’énerver mais il le ferait si elle tentait de se forcer pour le satisfaire. Il ne comprenait pas et allait sans doute parler sèchement mais elle le devança.

Elle soupira profondément, l’air d’être agacée mais aussi triste… et l’enlaça. Pas comme on enlace son petit ami pour lui dire « je t’aime énormément… je suis désolée de te faire ça mais je crois que j’ai encore besoin d’un peu de temps, s’il te plait, ne m’en veux pas... » Non, plutôt comme on dit « pardon, pardon, pardon. J’ai peur, je ne sais pas quoi faire, ne t’en vas pas s’il te plait, je suis désolée… je… je » et beaucoup d’autres « je ». Il ne comprit pas sur le coup et eut un mauvais, très mauvais pressentiment. Cassidy culpabilisait facilement, ça il le savait déjà mais… là, il ne ressentait pas justement ça comme si elle lui demandait d’être encore patient… Non… cette tristesse une fois encore dans son étreinte alors que lui avait essayé de mettre de la distance entre eux. Il ne bougea pas, se laissant faire… enfin… même si ses bras fléchirent un peu pour qu’il se rapproche d’elle…

Et elle enchaina, avouant qu’elle savait que ce serait dur mais qu’elle ne pouvait pas le voir subir cela sans rien faire. Il comprit en un quart de seconde. Il n’en fallait pas plus au jeune homme à cet instant pour faire le rapprochement. Sans doute parce qu’il commençait à se douter du pourquoi du comment. Qu… Qu… QUOOOIIII ????!!!!!! Elle avait tenté de contrôler sa magie ?!!! Mais elle était folle ! Elle savait pourtant que justement elle était incontrôlable, qu’elle avait besoin de se « libérer » pas d’être enfermée, ça ne serait que bien pire pour elle, pour son contrôle…Pourquoi… pourquoi ?
Ben pour lui bien évidemment. Les sourcils du jeune homme se froncèrent sévèrement alors qu’il se détachait d’elle, ouvrant la bouche pour lui dire qu’elle ne devait pas agir ainsi.

Sauf qu’elle enchaînait dans la bêtise, se traitant d’égoïste de le laisser subir cela… que ce n’était pas normal. Il serra si fort les dents que sa mâchoire l’élança douloureusement. La fureur l’aveugla pendant un instant et tout devint sombre autour de lui malgré la lumière qui pulsait encore légèrement du corps de la jeune femme… calmée certes, pas perturbée encore par tous leurs… égarements euh… La douleur bien connue qui revint dans sa poitrine l’avertissait du danger imminent qui aurait dû le faire bouger, pourtant, il se contenta de se raidir, ses muscles se tendant douloureusement

Elle continua… lui assurant qu’elle était désolée, que ce n’était pas un simple retour en arrière dû à un avis indécis ou une hésitation. Pourtant ça il l’aurait compris et même frustré, le jeune homme ne lui en aurait pas voulu. Seulement ça elle ne pouvait pas vraiment s’en douter. Que lui avait dit son livre au juste ? Que les hommes avaient des besoins, qu’ils étaient beaucoup plus primaires, souvent très égoïstes ? Pour l’instant, il lui prouvait plutôt le contraire. Qu’il ne fallait pas trop les faire attendre de peur de les perdre. Allons bon… pensait-elle encore que Maud pourrait la remplacer ? Oh bien sûr, la noble serait tout à fait pour mais… sérieusement ?

Sauf que s’il semblait prêt à partir loin d’elle et à aller s’enfermer sans un mot à présent dans la salle de bain, la voix de la jolie mage se brisa sur un sanglot difficilement contenu alors qu’elle détournait les yeux de lui et cherchait à défaire l’espèce de « chaîne » de tissu qui les avait maintenue l’un contre l’autre avant que sa magie ne choisisse un autre angle d’attaque. Des larmes brillèrent dans ses yeux alors qu’elle fuyait son regard et s’allongeait à côté de lui, l’air d’être perdue… et franchement éprouvée et ce même si elle essayait de le serrer contre elle, de le rassurer ou surtout de SE rassurer.

Sa dernière phrase fut pour affirmer qu’elle gâchait tout. Tristan explosa… Heureusement pas littéralement ! Mais ce n’était pas loin. Ils étaient allongés tous les deux sur le côté depuis peu et elle s’était blottie contre lui, le serrant d’une étrange façon, comme si elle craignait qu’il s’éloigne mais pas que physiquement d’elle… Tristan lui attrapa les mains, les enlevant d’un geste sec de son dos et de son torse et la repoussa avec une certaine… rudesse qui ne lui ressemblait pas. L’expression de son visage était indéchiffrable. Du moins rien d’autre ne transparaissait qu’une profonde colère. D’ailleurs il attrapa les épaules de Cassidy et la repoussa vivement sur dos contre le matelas, se plaçant au-dessus d’elle, toujours en appui sur les genoux et à présent sur les mains… qui cette fois-ci se trouvaient sur les poignets de la jeune femme qu’il maintenait fermement.

Oui ça ressemblait à un peu plus tôt quand il s’était amusé avec une douce torture réservée à la demoiselle. Mais là… il semblait si furieux que ça n’avait clairement rien à voir. Quoique… peut-être voulait-il la forcer. Après tout, les livres le disaient non ? Frustrer un homme gentiment oui… Mal… trop longtemps, c’est mauvais.
Il lâcha un de ses poignets, releva la main, le coude, forma un poing et l’abattit sur elle. Il ne fit pourtant que la frôler, s’écrasant dans le matelas à quelques centimètres de son visage.

La respiration du jeune homme était hachée et quand il releva les yeux, ses pupilles étaient si dilatées que ses yeux semblaient noirs. Il la foudroya du regard, serra les dents, baissa la tête. Ses mains tremblaient, ses épaules aussi et il se frotta le torse une fois de plus à gauche, même si sa marque n’apparaissait pas. Quand il la regarda de nouveau, la fureur avait un peu disparu et il posa doucement sa paume sur sa joue avant de lui donner une pichenette très légère sur le nez.

- Idiote…

Ah ben ça au moins ça avait le mérite d’être clair non ?
Il la regarda et eut l’air pour une fois vulnérable tant il semblait… inquiet.

- Ne redis… jamais ça… S’il te plait…


Il soupira profondément et se baissa doucement pour se rapprocher d’elle, pas beaucoup, juste un peu, appuyant son front contre le sien.

- Tu ne gâches rien du tout. C’est ta magie qui est capricieuse. Je sais que toi… tu ne veux pas me repousser et je te crois quand tu me dis que tu veux aller plus loin. Moi aussi. Vraiment… Mais c’est hors de question si tu te prives pour m’épargner les… erreurs, incidents, de ta magie. Non, regarde moi, et tais-toi, je ne veux rien entendre, tu m’écoutes et c’est tout !!!


Il avait dit ces quelques mots avec un tel sérieux, une telle autorité, surprenante venant de lui qu’il était difficile de faire autrement… Nouveau soupir profond, à présent il semblait juste triste… et encore une fois inquiet. Le visage très proche du sien, il la contemplait et ce n’était pas que du regret qui brillait dans ses yeux mais aussi de la tendresse, franche, difficilement contenue.

- On le savait… que ce serait difficile. Tu m’avais prévenu et pour être honnête, je m’attendais à pire. Je ne t’ai pas demandé d’essayer de la contrôler pour me protéger Cassy… et je n’en ai pas envie. Je sais que tu ne veux pas me faire de mal mais crois-moi je t’en prie… ce n’est rien, absolument rien comparé au plaisir, au bonheur indicible que je ressens avec toi. T’embrasser… c’est… tellement… différent, tellement exceptionnel, te toucher… exactement la même chose d’ailleurs, peut-être même encore plus exceptionnel que… je m’en fiche de souffrir. C’est bien peu cher payé pour tant de merveilles.


Il s’arrêta un instant, effleurant de nouveau sa joue du bout des doigts, tellement doucement qu’il la touchait à peine.

- Crois-moi… tout ça pour te dire que je ne veux pas que tu essaies de la contrôler. Au contraire, laisse-la… Je pense que plus tu tenteras de la maîtriser, pire ce sera. Pour une raison que je ne connais pas, ta magie réagit ainsi mais même si elle me blesse un peu, elle ne me détournera pas de toi. D’ailleurs, t’ais-je donné l’impression, à un seule instant, de vouloir que ça cesse ? Alors qu’elle se manifestait, ais-je montré l’envie de vouloir moins t’embrasser ? Non… alors c’est la vérité.

Nouvelle caresse, effleurement de son nez du sien.

- Je t’aime princesse. Je t’aime. Je ne sais pas si je t’aime de tout mon cœur, je n’y connais rien, parce que je n’ai jamais ressenti ça avant mais je pense que des centaines de cœurs ne contiendront jamais ce que ressent le mien. Quand tu es près de moi, le reste du monde cesse d’exister et je ne peux penser à rien d’autre qu’à toi. Quand je t’embrasse… c’est comme si je mourrais pour renaître meilleur et encore plus assoiffé de tes baisers. Je ne veux plus que tu dises ou pense des choses pareilles parce que c’est totalement faux… Oui, c’est un peu chaotique pour l’instant mais… laisse ta magie tranquille, laisse la « m’attaquer »… Ce n’est que justice en fait. Tu sais… de ce que j’en sais, la première fois, pour une fille, quand elle devient vraiment une « femme »… c’est douloureux. Au début du moins. Je me doute bien que ça risque d’être ton cas et bien sûr que ça m’inquiète, ça me fait peur et même si j’en crève d’envie ; si je fais attention et essaie de faire en sorte que tu ailles au mieux, ce n’est pas pour rien. Mais malgré tous mes efforts, je sais qu’au début ça risque d’être… enfin pas très agréable. Tu vas peut-être me prendre pour un fou mais je me disais… que dans le fond, ce n’est pas plus mal que ta magie m’agresse de la sorte parce que ça me donne l’impression d’être encore plus proche de toi, que tu ne seras pas la seule à souffrir.

Il lui sourit gentiment, enlaçant ses doigts des siens après s’être rallongé tranquillement sur le côté, l’attirant contre lui en la couvrant de la couverture… C’est que la température redescendait et il ne voulait pas qu’elle attrape froid. Une de ses mains s’attarda dans ses cheveux blonds qu’il fit glisser entre ses doigts comme de l’or liquide, de l’émerveillement dans les yeux.

- Ne dis plus ça d’accord ? Je n’ai pas peur de ta magie et je suis heureux de me dire que ce moment sera vraiment un instant de partage, même si ce n’est pas… « génial ». Tu comprends ce que j’essaie de te dire ? Bon maintenant que j’en ai fini, je n’ai rien contre le fait d’arrêter bien entendu et je ne t’en veux pas d’accord ? Je t’ai dit que j’attendrai… même si après avoir goûté à tes caresses elles vont vite me manquer.

Il rit, s’ébouriffant les cheveux comme si de rien n’était et lui fit un clin d’œil. Qu’elle était belle quand même sa petite princesse. Bon… au moins s’était-il enfin exprimé, et bien. Du moins l’espérait-il. Pourvu que ça suffise à la rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 28 Oct - 16:39

En proie aux doutes, la jeune femme commençait à hésiter. Oui, quand on cherche à satisfaire la personne que l’on aime, on en devient maladroit, se posant énormément de questions existentielles. Est-ce que ça va comme ça ? Est-ce qu’il apprécie ? J’aime beaucoup mais lui qu’en pense-t-il ? Le conflit intérieur de Cassidy n’était peut être pas totalement terminé.

Très hésitante, c’était le premier homme avec qui elle partageait beaucoup de choses. Et il valait mieux que cela se passe bien et qu’elle ne le déçoive pas. Non non elle ne pensait pas à le décevoir au lit, du moins en terme de patience car Tristan lui avait bien confirmé qu’ils prendraient leur temps.

Mais il était vrai qu’avec cet homme là en particulier, leur relation était loin d’être une promenade de santé. Parce qu’ils avaient quelques différences au final et peut être qu’elle en avait peur, de ne pas le satisfaire suffisamment, de lire de la déception dans ses yeux à cause de ce qu’elle pourrait dire ou penser.

Il y avait juste une chose à dire, c’est que découvrir cet homme là, c’était plus fort encore que ce qu’elle avait pu ressentir avec la magie. A vrai dire, les meilleures situations sont aussi les plus surprenantes. Et dire qu’au départ elle ne l’imaginait pas du tout comme ça. C’est que le garçon avait un certain style, il faisait la différence entre privé et public. Du moins, c’est comme ça qu’elle voyait les choses.

Cassidy n’aurait jamais pu se douter que ressentir quelque chose pour un homme en le touchant, le caressant ou l’embrassant était une émotion particulièrement magnifique. Celle qui donne de la chaleur même quand il fait froid. Celle encore qui agit sur son corps et produit des hormones de plaisir plus puissants qu’une tablette de chocolat. Celle de se sentir sur un petit nuage et avoir la sensation de planer.

Enfin… pas n’importe quel homme… ce Drakkari… enfin tout simplement Tristan. C’était comme si il y avait une sorte d’alchimie entre eux qui rendaient leurs contacts plus puissants et prenants. Peut être ne pouvait-elle pas réellement juger mais son corps, lui, ne se trompait pas. Et elle était aussi un peu gênée au début de voir qu’elle pouvait bien gémir malgré elle dès qu’il la touchait du bout des doigts, s’aventurant sur son corps tel un explorateur.

Ce corps qu’elle avait toujours rejeté, détesté, caché, pour des raisons qu’elle-même ignorer, elle le voyait différemment maintenant. Quand il la regardait les yeux brillants, la demoiselle ne pouvait pas s’empêcher de se sentir belle et désirable à ses yeux. Mais cela allait aussi dans l’autre sens. Car elle éprouvait du plaisir à parcourir ses fins doigts sur les formes de son homme, voir sa peau frissonner au moindre des ses contacts.

Elle aimait se perdre dans ses beaux yeux orangés qui lui donnait le vertige et encore plus envie de l’embrasser. Ah pour ça oui, elle était folle des contacts avec lui et en appréciait chaque minute, chaque seconde avec un plaisir grandissant.

Oui mais voilà, voir sa magie frapper de plein fouet le beau jeune homme la mettait très mal à l’aise. En effet, elle ne pouvait que constater, impuissante, alors que son désir montait, que Tristan était bien obligé de subir les caprices de sa magie. Et peut être justement parce qu’elle était soucieuse, c’était dur pour elle de le voir comme ça.

Pourtant, il était charmant, faisant comme si de rien n’était et qu’il s’agissait d’une crampe. Mais la demoiselle était loin d’être dupe. Une crampe ? Qui lui donnerait un air si perdu, si incertain ? Mouais… à d’autres !
Elle l’embrassa à nouveau pourtant mais se concentra pour calmer cette magie, pour ne pas lui faire de mal. Pas qu’elle le trouvait faible, non elle le trouvait très bien mais juste parce que ça lui faisait un peu mal au cœur de le voir comme ça même si il semblait être bien.

Sauf que la demoiselle ne pouvait pas savoir la frustration que ressentait Tristan, sa déception de ne pas la voir répondre à ses baisers enflammés comme si elle subissait justement. Qu’à faire la poupée désintéressée ça n’avait rien de bon. Et pourtant oh combien ce n’était pas ce qu’il pensait.

Elle s’arrêta, perdue, alors que la sueur coulait sur son front et que c’était tout juste avant qu’elle ne brise la fenêtre de leur chambre. Et puis, la jeune femme s’expliqua, alors que Tristan, visiblement pas très enthousiaste par une nouvelle scène qui rendait la jeune femme malheureuse, s’était détourné sur le côté.

Cassidy, lorsque ça la touchait, se montrait maladroite. Elle ne voulait surtout pas contrarié Tristan ou lui faire croire des choses qui n’étaient pas vrai mais il fallait bien reconnaître quand sans le vouloir, elle l’emmenait tout droit dans le mur.

Le Drakkari restait silencieux, attentif mais ce silence pesant ne rassurait en rien la jeune femme, complètement perdue et paniquée à l’idée de faire souffrir le jeune homme. C’est qu’elle tenait à lui ! Comment lui dire ? Comment lui prouver ?

Lorsqu’elle termina, se blâmant pour sa capacité à gâcher leur soirée, Tristan réagit au quart de tour et la plaqua brusquement contre le lit, l’immobilisant complètement. Son regard était inquiétant, furieux. Cassidy n’arrivait pas à comprendre et cela lui faisait quand même un peu peur. A moins qu’il soit tellement frustré qu’il voulait le faire maintenant ! Ou bien… bah en fait elle ne savait pas trop quoi penser. Toutes ses pensées se mélangeaient dans sa tête alors qu’elle déglutissait.

Détournant parfois le regard, elle craignait le verdict du Drakkari. Ah ben oui, culpabilité, manque de confiance… oui oui une jeune femme totalement fragile en apparence. Elle releva la tête pour voir avec lenteur le poing de Tristan se tourner vers elle alors que Cassidy ouvrit la bouche, inquiète, ne comprenant pas. Mais elle ne ferma pas les yeux.

Le poing frôla sa joue mais se retrouva sur le matelas. Quant à Tristan, il se contenta de lui asséner une toute petite pichenette… avant de la traiter d’idiote. Cassidy détourna les yeux. Bah oui elle méritait ça. Enfin dans un certain sens. Quoi ? Elle ne devait jamais retenir ça ?

La mage jeta un regard un peu craintif vers Tristan. Le premier geste qu’elle vit, c’était sa main qui passait sur son torse. Toujours à ce même endroit… qu’elle ressentait par moments. Qui était issu d’une très mauvaise magie. Elle le savait ça, et cela l’inquiéta davantage. Qu’est ce que ça voulait dire ? Qu’est ce qu’il avait fait comme bêtise ? Etre ignorante à ce sujet la rendait folle et si ils n’avaient pas un autre problème à régler, peut être qu’elle serait partie se défouler pour combler cette ignorance.

Tristan ne savait pas… ce qu’elle était capable de faire après avoir tirer des conclusions, après avoir ressenti ce truc dans la forêt. Oh oui elle aurait pu agir directement. Ca aurait été sûrement très douloureux, ne lui plairait pas du tout avec la souffrance qu’il éprouverait et surtout… très risqué. Mais elle ne savait rien, ne voyait rien. Elle ne pouvait pas le provoquer non plus !

Le temps lui apprendra si elle avait raison d’attendre qu’il en parle plutôt que d’agir. Même si ça lui lançait un horrible mal de ventre. Pas lui… surtout pas lui… Il ne fallait pas avoir de regrets sur ses choix. Elle avait décidé de partir sur la voie de la confiance, la patience… comme lui sauf que lui c’était sur un autre domaine. Chacun avait son combat à mener pour vaincre ses doutes et ses incertitudes. Mais ensemble, ils seront plus forts. Ca elle en était sûre.

La jeune femme le dévisagea lentement. Il semblait vraiment inquiet, comme si les paroles qu’elle avait prononcé étaient fausses, pas à dire. Elle détourna de nouveau le regard, se sentant encore plus honteuse alors qu’il continua sur sa lancée, parlant de sa magie et qu’il connaissait les risques. Et dès qu’il se fit plus sévère et sérieux, elle tourna instinctivement la tête.

Oulà… Si il commençait à la faire obéir… c’est qu’elle était quand même très attentive à la moindre de ses paroles.
Sauf que la suite de son discours lui donna des papillons dans l’estomac. Quoi ? Il aimait avec elle ? Il pensait à du bonheur ? Sérieusement ? Malgré la souffrance il ne pensait qu’au côté positif ? La demoiselle resta la bouche à demi ouverte, surprise et touchée par ses paroles. Ses yeux brillaient et elle se détendit peu à peu alors que l’effet lumière quitta son corps, en l’absence de leurs ébats.

Il lui dit des paroles qui finirent par la rassurer complètement. Partager sa douleur ? Qu’elle aurait mal ? Booon c’est vrai que… techniquement parlant… avec les instructions de ses livres… et biiiiiien heu oui ça ferait pas du bien. Elle n’avait jamais étudié la chose pour ce genre de… hem… fonction. Ce qui tira quand même un trèèèès léger rougissement de la part de Cassidy.

Etre proche de lui ? Ah ben pour ça elle était bien d’accord même si le fait d’avoir une douleur partagée… et bien c’est quand même un peu difficile à admettre. Mais au moins, elle se sentirait moins seule et l’espace d’un instant, de la reconnaissance apparut dans son regard. Cassidy ignorait à quel point elle produisait un effet bénéfique sur Tristan, ni l’exclusivité de la situation. Sauf que l’intonation de sa voix était suffisamment importante et posée pour ne pas avoir d’hésitation quant à la sincérité de ses paroles.

D’ailleurs, il se plaça sur le côté en l’attirant contre lui alors qu’elle ressentit sa chaleur contre elle. Ah oui elle était vraiment bien comme ça et ferma paresseusement les yeux, écoutant ses dernières paroles avant de rouvrir les yeux, un beau sourire sur le visage. Apparemment oui elle semblait avoir compris à peu près ses paroles et à voir la tête qu’elle tirait, c’était suffisant pour être rassurer sur son état alors qu’elle se détendait complètement.

« Tu es impressionnant comme garçon… »

Elle serra doucement la main dans la sienne avant de le regarder.

« En gros je devrais plus m’occuper de mes sentiments que l’état de ma magie quand elle devient agressive… ça c’est toi qui gère… »

Cassidy se mordilla la lèvre, semblant réfléchir un instant.

« Ca ne va pas être évident d’arrêter de me soucier de toi mais si tu me dis que ça ne te dérange pas… ça ira »

La demoiselle se mit à rire nerveusement avant de se tourner dans sa direction, posant une main sur son visage et le caressant.

En fait, elle se rendait compte que parler pouvait très bien avoir un effet positif ou négatif. Mieux valait ne pas jouer avec les nerfs de Tristan. La situation n’avait pas dégénéré, il n’y avait pas de dégâts, elle devrait arrêter de blablater une bonne fois pour toute et murmura une simple parole tout en s’approchant de lui et calant la tête contre son épaule, un peu à la manière d’un chat.

« Merci… »

Elle réfléchissait. Bon ben maintenant que ça c’était dit, il faisait quoi ? C’est vrai que la demoiselle n’en avait pas fini avec lui maiiiiiiis si sa magie hem hem… ou bien… en fait elle passait au rouge assez rapidement, à voir la chaleur qui se dégageait de son visage. Quoi faire quoi faire ? Simuler un endormissement adorable digne d’une petite princesse ? Ou bien… recommencer et mettre en application ?

*Mais zut quoi ! Aaaaaaaah ! Je fais quoiiiiiiiii ? Saleté… Passer de caresses grmblebel ! T’es pas le seul à qui ça peut manquer. Et tu as beau dire ce que tu veux hem… si je m’étais pas autant préoccupé on aurait pu… wahouuu ! Hem Cassy… freine tes ardeurs hein… c’est quand même triste ce qui se passe. Rhaaaaaaa ! Oui mais je veux… mais je veux pas l’embêter avec ça ! Mais je pense pas pouvoir l’embêter… Oui mais ça se fait de reprendre après ce genre de discussion ? Ah aaaah ! Et si je l’embrasse ça va faire quoi ? Des chocapics ? Huuuuuuuuuuuuuuuum… Ploum Ploum… Non quand même pas au hasard. Voyons… sérieusement je devrais être un peu plus sérieuse, oui le mot est bien choisi ! Ouiiiiiiiii mais je veuuuuuuuuuuuuux… broumpfh ! Pauvre fille va… Ah mais non j’ai pas le droit de dire ça. Hum… en fait je dois pouvoir profiter hein… et me laisser aller. Oui mais lui il se laisse aller ? Hum… Enfin oui il a l’air quand même. Pas là hein mais avant. Et puiiiiis j’aime bien quand il aime ce que je lui fais… Je savais pas qu’on avait un tel pouvoir sur les hommes. Enfin… juste pour lui quoi… hein… réservé ! Privé ! Bon ben du quoi ça réponds pas à ma question, je fais quoi ?*

Choix difficile ! Cassidy et sa torture de cerveau… Et puis, si elle restait comme ça elle serait bien obligée de dormir… bah nue dans le lit. Bon dès que l’envie redescendait cela engageait plus de réflexion mais bizarrement cela ne la dérangeait pas plus que ça. Bon bon bon…

*Technique n°1 : Je fais style d’être trèèèèèèèès fatiguée… couché les envies pour ce soir et je me mets en boule pour me préparer à dormir. Technique n°2 : Je lui colle un de ces baisers qu’il sera trèèèèèèèès loin d’oublier et on passe aux choses sérieuses parce que si il continue à me faire de l’effet comme ça ça va pas être possible de finir la nuit sans penser à autre chose grrrrr… enfin faut dire que j’ai envie aussi… ça aide pas ça !*

Après quelques minutes où la jeune femme était restée collée tout contre Tristan, caressant sa hanche du bout de ses doigts, sans pour autant retirer sa tête de son torse, la jeune femme commença à remuer pour le regarder droit dans les yeux. Puis se mit à sourire avec douceur. Non non elle ne ressemblait pas à une folle malgré ses divagations internes, elle était juste souriante, ce qu’il fallait, pas gênée, et surtout elle ne le regardait pas avec ce regard de coker qu’elle avait eu quelques minutes plus tôt.

La jeune femme glissa juste sa main du bas de sa hanche avant de la poser sur la joue à Tristan, c’est fou comme un Drakkari ça peut être chaud ! et s’approcha doucement de son visage avant de déposer un baiser. Peut être pas aussi ardent et fougueux que précédemment mais il était fait avec une belle application. Elle avait attrapé ses lèvres avec douceur avant de se presser un peu plus contre lui. Un baiser entre la tendresse et le calme et la ferveur. Un parfait équilibre entre les deux côtés… et qui dura un bon moment.

En fait ça jouait un peu comme un choix, une décision à prendre. Elle essayait de lui montrer, dans ce baiser qu’elle était tout aussi bien capable de se calmer sagement… ou bien de se faire à nouveau plus tentante. Et il n’y avait pas de hasard, elle ne le faisait pas par obligation, pas parce qu’elle se sentait coupable de lui avoir dit tout ça… mais parce qu’elle laissait parler ses émotions actuelles. Si Tristan l’embrassait sagement alors elle finirait par abdiquer et ça sonnera comme un baiser avant de s’endormir. Soit il y mettait un peu de passion et là elle ne le lâcherait plus jusqu’à être allée jusqu’au bout. Au moins… pas de déception. Sauf que…

*Pitiéééééé que le mode luciole ne se s’active pas… il comprendra trop rapidement… je veux pas non plus que ça le force à recommencer non plus…*

S’allumera ? S’allumera pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes


Messages : 589
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Dim 28 Oct - 21:38

Elle ne répondait plus à ses baisers. Plus de la même façon du moins et très vite… plus du tout. Bien sûr que c’était frustrant et surtout il ne comprenait pas. Il était aussi appliqué qu’un peu plus tôt, n’avait rien… changé. Bon après, c’est vrai qu’il ne réfléchissait pas vraiment justement, se laissant guider par son instinct… ou quel que soit le nom qu’on pouvait donner à ce truc qui le guidait dans ses caresses. Il était surpris oui bien sûr, ne comprenant pas du tout ce qu’il avait pu faire pour obtenir cette distance entre eux. Mais aussi c’est vrai frustré et rageur de ne pas comprendre.

Pas de problème pour cela, la compréhension vint très vite lorsqu’elle s’expliqua. Et oui… elle le mit en colère.
Non mais franchement à quoi pensait ce petit bout de femme complètement fou !
Elle lui sortit des phrases terribles tellement elle se trompait. Bie sûr que c’était mignon, adorable de vouloir le protéger. Mais lui aussi avait son mot à dire ! Après tout ça le concernait, il l’affirmait et allait le prouver !!!!

Quand elle affirma tout gâcher, sa patience… se brisa totalement comme un verre de cristal extrêmement fragile. Il réagit immédiatement et la plaqua contre le matelas avec force, loin de sa délicatesse et surtout de sa prudence habituelle. Après tout, il savait qu’il était très fort, parfois… herculéen et qu’il devait faire attention quand il la touchait, quand il la serrait dans ses bras mais pendant un instant il l’oublia totalement, la fureur l’aveuglant.

Que pouvait-il faire d’autre hein ?!!! Elle osait… elle osait dire des absurdités si titanesques qu’il en avait des envies de meurtre. Pas envers elle bien sûr mais… il s’en voulait quand même de lui avoir laissé croire cela, même si ce n’était vraiment pas fait exprès et né d’une… « erreur » tout simplement. Non mais franchement. Si vraiment la douleur lui posait problème, il aurait arrêté de lui-même ! Quoique… c’est vrai que l’envie de la satisfaire était grande mais… c’était un moment qui se vivait à deux. Alors…

En tous les cas, il lui donna une pichenette sur le nez, peu après avoir frappé violemment le matelas. Non, il n’avait pas écarté son bras à la dernière minute, parti avec l’intention de la frapper. Il avait besoin de défouler ce petit moment de rage qui l’avait envahi et… ne pouvait pas s’éloigner d’elle alors… il avait improvisé. La douleur dans son torse y était aussi pour quelque chose d’ailleurs. La marque n’apparaissait pas mais c’était limite. Néanmoins quand il parla, même si c’était avec une certaine sévérité, ce n’était pas méchant du tout et il était calme, essayant de s’expliquer.

Tristan essaya plus ou moins de s’expliquer. En fait, il ne réfléchissait pas vraiment, il exprimait ce qu’il ressentait et c’était quand même très nouveau, un beau pas en avant pour lui. Surtout qu’il était vraiment sincère, investi, ne faisant pas ça pour la convaincre sans le penser. Non… tout ceci était… honnête. Et mine de rien, elle en avait de la chance la petite mage car les hommes capables de sortir de telles paroles ainsi étaient plutôt rares. Enfin surtout que Tristan ne donnait vraiment pas l’impression d’être de ce type.

Seulement, il semblait comprendre un peu sa jolie compagne et comprendre ce qu’elle pouvait imaginer, comme s’il savait un peu ce qui pourrait disons…la rassurer un peu et ces paroles là… pouvaient clairement la rassurer non ? Surtout lui avouer que ce qu’il ressentait avec elle était tout simplement génial. La demoiselle en avait pour son ego mais ce n’était pas plus mal, il trouvait qu’elle le méritait beaucoup là en fait. Elle ne l’interrompit pas une seule fois, restant sagement muette ce qui lui permit d’en dire tout de même beaucoup. Bien assez en fait, ce qu’il fallait pour qu’elle soit rassurée et ne lui sorte plus jamais de telles paroles.

Surtout qu’encore une fois tout était vrai. Il pensait honnêtement que si elle n’était pas la seule à « souffrir » c’était normal et ceci ne pouvait que les rapprocher dans un sens. D’une bien étrange façon certes mais c’était bien mieux à son goût plutôt qu’elle garde tout pour elle. Non mais sincèrement, de toute façon comment voulait-elle profiter de quoi que ce soit en essayant de contrôler sa magie. Elle se crispait tellement qu’il avait l’impression d’être un terrible bourreau abusant d’une jolie prisonnière. Si l’idée était intéressante pour un jeu, ce n’était clairement pas des plus glorifiant quand c’est… sincèrement pensé.

Il finit de parler, s’allongeant sur le côté en l’attirant contre lui, essayant de la rassurer dans son étreinte, glissant doucement une main dans ses cheveux pâles. Ils étaient doux, agréables même si avec tout leurs… changements d’attitudes et de gestes ils auraient bien besoin d’un coup de peigne !
Elle se détendit et il sourit rassuré, davantage encore lorsqu’il la vit sourire ce qui l’encourageait beaucoup. Elle avait l’air d’aller mieux, d’être détendue et d’avoir cessée de se croire… nulle. Surtout qu’elle était très loin de l’être !!!

Elle se mit à lui parler et il pencha la tête quand elle lui dit qu’il était incroyable. Honnêtement il peinait à croire que c’était lui qui avait eu un tel discours mais ça lui plaisait… Etre attentif à la jolie mage blonde… oui, ça lui plaisait. Elle enchaina, résumant la situation et il hocha vigoureusement la tête. Oui, elle ne devait se préoccuper que d’elle, ne pas s’occuper de lui, c’était exactement ce qu’il voulait en effet. Ce serait mieux pour eux deux. Ce ne serait pas facile de ne plus se soucier de lui ? Ca c’était normal, c’était la preuve qu’elle l’aimait. Nouveau sourire de la part du jeune homme, se voulant rassurant alors qu’il lui caressait doucement la joue d’une main.

Elle l’imita, caressant son visage et il se laissa faire, appréciant, fermant paresseusement les yeux sous l’effleurement agréable de ses doigts. Elle blottit sa tête contre son épaule et il la pressa un peu plus contre lui. Même s’il n’était pas en train de s’embrasser, le contact de sa peau nue contre la sienne était agréable sans être non plus entêtant. Enfin un peu bien sûr mais là c’était surtout… agréable en fait. Ils avaient vraiment besoin de discussions tous les deux, rien ne semblait pouvoir se faire totalement… naturellement, sans se poser de question. Tant pis.

Elle le remercia d’une petite voix. Lui qui s’attendait à un long discours en fut un peu surpris. Il n’était pas du tout contre le fait qu’elle parle pourtant mais… Cassidy devait penser qu’elle s’exprimait trop et que dans leur cas, ça ne pouvait que faire de mal ou du moins… changer la donne de la situation. Tout allait mieux, inutile d’envenimer les choses non ?

Par la suite, lui ne sut rien de la profonde réflexion que s’octroya la jeune femme. Devenue totalement silencieuse, elle restait entre ses bras, le visage contre son torse, ses doigts effleurant doucement une de ses hanches. C’était agréable mais il ne savait pas si elle faisait cela juste pour un geste de tendresse, si elle s’occupait ou si elle pensait à quelque chose d’autre. Pour sa part, il hésitait à la toucher, de peur de réveiller quelques… envies qu’elle cherchait peut-être à éteindre. Surtout qu’elle avait quand même arrêté de briller, ce qui était un signe, il le savait maintenant que… eh bien elle n’avait plus vraiment d’envie particulière.

Peut-être n’était-ce pas plus mal. C’est pourquoi il se contentait de caresser sagement ses cheveux, y glissant lentement ses doigts, le menton appuyé sur le sommet de son crâne, pensif. Dommage qu’ils se soient arrêtés mais c’était peut-être tant mieux. Ils allaient peut-être… trop vite. Oui mais elle s’était privée pendant des années, c’était normal qu’elle veuille rattraper le temps perdu non ? Le lui reprocher était… cruel. Et puis, lui ça l’avantageait énormément étant donné qu’il pensait attendre des mois avant de seulement pouvoir la « voir » nue. Enfin… la voir, il aurait toujours pu venir la reluquer sous la douche en catimini mais elle aurait dû hurler pour la forme et lui taper dessus avec son bâton. Hum… ce serait drôle.

Autant pour lui, la question ne se posait plus vraiment, puisqu’il avait en tête de laisser en paix la jeune femme, autant cette dernière était en proie à une torture mentale sans nom. Ah pour se torturer… elle se torturait oui !!! La pauvre n’empêche ! N’était-ce pas exagéré ?
Elle se posait de telles questions ! Que faire… Il aurait été surpris d’apprendre qu’elle avait encore tant d’envies et qu’elle craignait de le montrer. Depuis quand les hommes se forçaient-ils pour leurs compagnes ? C’était plutôt le contraire habituellement non ? Pauvre Cassidy… torturée qui se demandait comment agir. Quelle était la meilleure façon de se comporter ? Vraiment ? Elle se demandait vraiment si elle avait le droit d’avoir envie de reprendre là où ils s’étaient arrêtés à cause de cette coupure, de cette discussion ? Il aurait tellement ri s’il l’avait su.

Aie aie aie… Pauvre petite demoiselle inexpérimentée. Bien malgré lui, il lui en faisait voir des vertes et des pas mures. C’est qu’elle avait besoin d’être guidée, il l’oubliait bien vite surtout vu comment elle embrassait, se débrouillait bien. Finalement elle se décida et l’embrassa doucement. Tristan surpris mais ravi la fit se rallonger sur le dos, pressant un peu plus ses lèvres sur les siennes pour se placer sur le côté, en appui sur un de ses coudes relevé et l’embrasser tendrement à son tour, sa main libre caressant le ventre de la jeune femme.

Il crispa la main du bras sur lequel il s’appuyait, résistant difficilement à la tentation de l’embrasser à pleine bouche. Ah ben oui, elle se posait des questions pour rien la petite demoiselle parce que lui… oh eh bien il aurait repris avec plaisir ! Non mais franchement ! C’était tout simplement génial ! Il aurait été fou de refuser !
Mais elle lui avait offert un baiser… difficile à cerner, merveilleusement long mais aussi plutôt sage. Il retint un soupir et se contenta donc de le lui rendre sans emphase, caressant de nouveau ses cheveux, mettant ses envies au placard vu qu’elles y étaient tellement bien.
Portant ses lèvres à son front, il se rallongea sagement après avoir déposé un léger baiser tendre sur sa peau.

- J’espère que tu vas bien dor…

Il ne finit jamais cette phrase.
Eh bien oui… fortement dommage pour la jeune femme et pour lui aussi, il avait compris qu’elle ne voulait pas aller plus loin et ne comptait pas la forcer, suivant ce qu’il pensait « juste ». Sauf que si elle s’efforçait de songer qu’elle ne devait pas se mettre à briller parce que ça aurait été trop flagrant pour le jeune homme et « qu’il se serait senti obligé » de continuer, sa magie se déclenchait quand bon lui voulait et cette fois… fit plutôt bien son travail.

En effet, après avoir massacré le drap tant il le tordait de sa main droite, Tristan comptait vraiment rester coucher et passer… l’heure suivante à fixer le plafond en essayant de chasser les fantômes des sensations qui parcouraient encore sa peau. Sauf qu’alors qu’il lui souhaitait une bonne nuit, la demoiselle se mit… ou plutôt se remit à briller. Pas aussi fort que lorsque cela s’était déclenché sous leurs baisers passionnés mais suffisamment pour qu’il ne puisse pas le louper et comprendre très vite… eh bien que Cassidy pensait à autre chose que dormir.

Sans doute, malgré ce qu’elle avait prévu, était-elle frustrée de la décision du jeune homme. En tous les cas sa magie s’était manifestée. Mais le jeune homme ne se sentit forcé en rien… Un immense sourire apparut sur le visage de Tristan après un moment d’incompréhension, magnifique alors qu’il la fixait avec un émerveillement presque palpable.

- Merci par tous les dieux !!!!

Il avait sorti ces mots d’une drôle de voix, rauque, hachée, rapide… l’instant d’après il l’embrassait comme si sa vie en dépendait, passant habilement ses bras autour d’elle, se mettant sur le dos en l’incitant à se glisser au-dessus de lui, profitant, c’est bien vrai, de la vue… Sauf qu’il ne resta pas allongé et se redressa rapidement, assis, la gardant sur ses genoux en la pressant contre lui, le visage dans son cou, en appui sur un de ses bras tendus pour ne pas reglisser en arrière, l’autre bras serré étroitement sur le corps de la jeune femme.

- Il me semble… qu’on devait en être par là. Murmura t-il de la même voix rauque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra


Messages : 841
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   Lun 29 Oct - 10:01

Ah oui ce n’était pas une si bonne idée que ça de faire la réticente. Mais il fallait bien comprendre la jeune femme. Oui peut être que Tristan avait son mot à dire mais il faut aussi préciser qu’avec son regard perdu, il y avait de quoi s’alerter. Non mais et si il se forçait jusqu’à saturation ? Pour ensuite la repousser parce que c’était impossible à supporter ?

Oui, elle pouvait bien y penser ça. Mais c’est la tournure de ses phrases qui n’allaient pas. En fait elle essayait d’être prévoyante, attentionnée avec lui et elle s’en serait énormément voulu si il y avait un problème. Ce n’était pas une bonne chose car elle se crispait davantage et pour Tristan, il pouvait interpréter bien des choses.

Après son discours, elle se retrouva contre le matelas, plus violemment que d’habitude, lui qui avait fait preuve de tant de douceur et tendresse jusqu’à présent. Ce qui torturait encore plus l’esprit de la jeune femme. Oh non, elle ne voulait pas… elle ne voulait pas le mettre dans ses états et cela la rendait encore bien plus honteuse.

Sauf que même si Tristan semblait furieux à cause de ce qu’elle avait dit, sa voix était sérieuse mais pas colérique. Et malgré tout, c’est qu’elle se faisait attentive la petite mage. Les paroles qu’il prononçait lui donnaient des papillons dans l’estomac et elle se sentit… pas fière non, mais surtout flattée et touchée. Qu’il répète ces paroles une nouvelle fois, insistant lourdement dessus.

Pour lui c’était important, on aurait dit qu’il cherchait à prouver que c’était sincère et sans arrière pensée. Oui… en fait les seules fois où il faisait des longs discours de ce genre, c’était pour parler de choses qui lui tenaient à cœur. Et puis il s’appliquait tellement à dire ce qu’il ressentait, ce qu’il pensait, qu’elle n’avait pas de raison de se mettre dans cet état.

D’ailleurs il dut le sentir, qu’elle commençait à se détendre au fur et à mesure de ses paroles. Peut être que si elle avait été un peu moins timide, elle lui aurait sauté dans les bras en le couvrant de baisers. Mais elle se laissa faire, simplement, juste attentive et se sentant rassurée.

Lorsque Tristan eut terminé, la jeune femme se mit à sourire, peut être un peu timidement, réservée mais c’était un sourire. Ah oui elle s’en voulait d’en avoir fait tout un plat pour ça. Mais il fallait se mettre aussi à sa place, les quiproquos ça arrive vite avec eux. Dès qu’ils manquaient de communication, ça ne les avait pas vraiment aider quelques semaines en arrière.

Alors là elle faisait le contraire mais peut être un peu trop. Qu’à cela ne tienne, si il confirmait et affirmait que ce n’était pas un problème sa magie, elle devait ne pas s’en occuper. D’ailleurs elle lui demanda de bien confirmer. Bon ben si c’est ce qu’il pensait… mais elle ajouta quand même que ce ne serait pas évident pour elle.

Ah ben oui, c’est qu’elle ne voulait pas le voir souffrir par sa faute, son beau guerrier. Et puis c’était quand même un peu bizarre, sûrement qu’aucune femme n’avait eu ce genre de réaction qui lui lançait des décharges. On peut dire qu’ils faisaient dans l’originalité.

Cassidy hésita à parler, de longues phrases. Elle les pensa dans sa tête, se mit à réfléchir, avait peur que ce soit mal interprété et surtout que ce n’était pas le moment. Elle l’avait écouté, c’était suffisant. Alors un simple merci servit à montrer sa reconnaissance et montrait qu’elle comprenait. Ohlala… un manque d’assurance certain pour la demoiselle pour avoir besoin de ses paroles pour comprendre.

Elle se mit ensuite dans la tête une longue réflexion, cherchant la suite des évènements de leur soirée. Bah oui, après l’avoir énervé, peut être que c’était déplacé de vouloir continuer. C’est du moins comme cela qu’elle le voyait.

Les yeux fermés, la main sur la hanche de Tristan dans un geste doux, sûrement pour ne pas perdre le contact avec lui, elle réfléchissait un peu trop. Bah oui, elle aurait pu laisser libre court à son instinct qui lui demandait de continuer malgré tout. Elle repensait avec plaisirs à ses caresses, ses baisers enflammés. Cela la faisait frissonner et ce n’était pas la faute au froid.

En fait, heureusement que Tristan ne la voyait pas, avec son petit visage collé contre son épaule, car elle rougissait, se surprenant d’apprécier ça et d’y continuer à y penser malgré le fait qu’ils soient calmés maintenant. Elle fit une petite grimace. C’est ce qu’on appelle le point de non retour non ?

C’est vrai que malgré sa magie capricieuse, la jeune femme avait quand même eu le temps de profiter et puis… elle ne comprenait pas pourquoi, là, maintenant, elle ne pouvait pas s’en passer. On pouvait avoir l’impression du jeu du chat et de la souris, sauf que les rôles s’inversaient. Elle l’avait provoqué, déshabillé, et elle cherchait sans aucun détour ni arrière pensée à ce qu’il aille plus loin.

Trop rapide ? Ca dépend dans quel sens on le voit… Pour un autre homme, il lui aurait bien fallu une bonne année avant de se lancer dans une telle entreprise. Prenons le cas Jordan, en un mois elle ne dépassa pas le stade de… heu… de relation courtoise et distante. Si c’était avec un autre homme qu’elle aimait sincèrement, cela serait-il différent ? Ca dépend…

L’alchimie rentre aussi en jeu et elle devait reconnaître qu’avec Tristan, du moins pour ce qu’elle pensait, c’était magique. Elle était attirée par lui, par sa peau qui touchait la sienne. Réagissant au moindre de ses contacts et caresses comme si c’était la seule chose qui pouvait entièrement la satisfaire. Elle aimait tellement voir ses sourires, ses yeux de chat qui changeaient de forme en fonction de la situation.

Oui, elle l’aimait d’un amour fou tout simplement. Difficile à imaginer, expliquer, mais c’était possible.

Sauf que même si elle avait encore envie de continuer leur découverte mutuelle, la demoiselle était très loin de savoir comment s’y prendre. Elle aurait pu l’embrasser en se permettant une petite phrase toute simple. Mais qui ne lui aurait pas dit qu’il la repousserait en disant que c’était peut être bien suffisant pour ce soir ? Ah ben oui… elle ne savait pas comment ça fonctionnait un homme.

Alors la demoiselle décida de lui laisser le choix. Bon c’était peut être ridicule et elle dosait très mal l’équilibre pour lui faire comprendre que… mais elle ne savait pas comment mieux faire. Cassidy avait apprécier quand il posait sa main dans ses cheveux même si ça devait être un bon sac de nœuds avec tous leurs déplacements.

Elle l’embrassa une seule fois, mais avec insistance, doucement, évitant de le rendre trop passionné. On ne sait jamais. Tristan lui répondit avec la même douceur mais sans plus, se contentant de lui caresser le ventre, ce qui était bien agréable au final. Elle ferma les yeux, se laissant faire, même si elle était un peu déçue de la tournure que prenait les choses.

Bon ben ça c’était fait, plus trop d’envie d’un côté et de l’autre. Sauf, que chez elle, un simple baiser réveillait toutes ses envies et c’est pourquoi elle agissait un peu bizarrement, serrant le drap d’une de ses mains pour ne pas montrer qu’elle avait vraiment envie de reprendre.

Mais surtout, elle espérait que son effet de lumière ne se dévoilerait pas. Bah… peut être qu’elle se faisait du souci pour rien, c’était juste arrivé lorsqu’ils s’embrassaient avec passion. Pas quand ils étaient sages même si elle avait des pensées qui prouvaient le contraire.

Elle se posa sagement, fermant les yeux, prière silencieuse. Oui il ne fallait pas le tenter à nouveau. Sauf qu’au moment où il comptait lui souhaiter une bonne nuit… oups ! En fait elle ne s’en rendit pas compte tout de suite, les yeux fermés, trop occupée à faire taire ses pulsions. Mais quand elle remarqua que Tristan ne finissait pas sa phrase, la demoiselle ne put s’empêcher d’ouvrir les yeux, un peu intriguée par cet arrêt brutal.

Et la lumière qui se dégageait d’elle lorsqu’elle ouvrit les yeux… la rendit confuse et peut être un peu gênée. D’ailleurs elle se mit à rougir violemment, consciente de ce qu’elle montrait à Tristan. Ah pour ça non elle n’avait pas vraiment l’intention de dormir pour l’instant et avait d’autres idées derrière la tête.

Qu’il lui était incapable de camoufler. La jeune femme commença à ouvrir la bouche pour s’expliquer, dire quelques phrases d’excuse et que ça ne devait pas… pas quoi en fait ? Parce qu’il la regardait avec tellement d’émerveillement à ce moment là que c’est comme si il attendait précisément un signe de sa part.

C’est ce qu’on appelle faire de l’effet ? Hum… En tout cas, la phrase qu’il lança… était assez évocatrice de son choix. Eh ben eh ben… on ne pouvait pas se tromper quant à ses intentions. Il n’attendait que ça en fait, semblant tout à fait heureux alors que Cassidy lui sourit, gêné. Baaah oui, faire la luciole… hum…

*Bon… toute façon… ça ne se reproduira plus après… dès que la première fois sera passée… j’ai pas de soucis à me faire…*

En fait, elle ne s’attendait pas à ce qu’il revienne aussi rapidement à la charge, ce qui la fit sursauter un instant, les yeux grands ouverts alors que la tête lui tournait quand il l’embrassa avec autant de passion et d’ardeur, comme si le feu ne s’était jamais véritablement éteins. Pourtant la demoiselle aurait bien voulu lui dire que… en fait elle résistait très légèrement au départ… mais c’était une résistance plutôt faible vu ce qu’elle ressentait.

En fait il devenait de plus en plus dur de penser dans ses conditions. Des frissons se répandirent dans tout son corps alors que Tristan l’embrassait avec habileté, s’occupant de faire remonter la température d’un coup en moins de quelques secondes. Cassidy se détendit et ferma les yeux, répondant timidement à son baiser mais cette timidité disparaissait très rapidement.

Elle se décontracta alors qu’il s’installa sur le dos, l’invitant à se mettre au dessus de lui. La jeune femme obéit, sentant ses pulsions à elle revenir au grand galop. Il profita de la vue, elle en profita pour passer ses mains sur son torse et le caresser, faisant parcourir ses mains sur celui-ci.

Sauf que le jeune homme ne resta pas longtemps dans cette position, s’asseyant et la prenant sur ses genoux. La chaleur revenait rapidement, Cassidy avait bien chaud d’un coup alors qu’il sortit une petite phrase qui lui tira un sourire. Sa peau contre la sienne lui tira des frissons. Ohlala… c’est qu’elle en avait envie aussi !

Alors la jeune femme l’embrassa avec la même ardeur, ne pouvant décidemment pas se retenir plus longtemps, déposant ses lèvres des baisers à lui faire tourner la tête très rapidement. Elle l’embrassa ensuite dans le cou, s’amusant à insister sur ses baisers et lui mordillant très légèrement la peau alors que ses mains étaient occupées à caresser le torse de son beau compagnon.

Ils s’y prenaient bien, un peu chacun leur tour, faisant monter la température très rapidement d’un côté et de l’autre. Les caresses de Tristan tirèrent des frissons à Cassidy et dès qu’il l’embrassait, de plus en plus passionné, cela lui tira des gémissements… de plus en plus présents. En fait, c’est lorsqu’il l’attira vers lui pour déposer sur ses lèvres un nouveau baiser qui lui faisait tourner la tête, qu’elle se lâcha totalement, oubliant sa propre magie et la lumière qui s’amplifia d’un coup… avec tous les désavantages que ça pouvait causer.

Mais la jeune femme, qui avait écouté Tristan, ne fit plus mine de s’inquiéter pour lui, c’était à lui de gérer, elle, elle devait se laisser aller. Et c’est qu’elle y arrivait plutôt bien, lui laissant le champ libre, bien qu’elle le couvrait de baisers alors que ses mains se faisaient de plus en plus baladeuses, murmurant faiblement le nom de son compagnon. Le genre de murmure qui montre qu’elle est bien, comme si elle voulait le pousser à continuer.

Elle le fit ensuite basculer en arrière, s’occupant méthodiquement de recouvrir son corps de caresses, de baisers. Et lorsque la douleur pour lui devenait difficile à supporter, elle redoublait d’ardeur dans ses baisers, pour l’aider à supporter ce qu’il subissait.

Tristan pour sa part, dès qu’il sentait que son énergie était suffisante, entreprenait de faire la même chose, de la rendre folle car ses gestes et ses baisers prenaient plus d’ampleur. Cassidy était sur son petit nuage, la respiration haletante mais pas désagréable, poussant toujours quelques gémissements quand elle sentait vraiment que ça lui faisait du bien.

Après un bon moment de caresses et baisers pas du tout sage mais plutôt qui partaient crescendo, la jeune femme se faisait plus insistante, plus envieuse, ce qui rendait aussi sa magie totalement incontrôlable, offrant des décharges assez puissantes à Tristan. Parfois les décharges étaient plus calmes, et d’autres fois plus violentes.

Mais malgré tout, la jeune femme ne s’en occupa pas davantage, se concentrant sur l’envie de se lâcher complètement. Après avoir adopté plusieurs positions, Cassidy bascula en arrière, entraînant Tristan avec elle tout en l’embrassant et caressant la jambe de Tristan avec son pied, se sentant difficilement contrôlable. Non là elle agissait par instinct, par plaisir, qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant et son corps était tétanisé à cause de leurs ébats de plus en plus puissants alors que sa respiration était saccadé.

Un nouveau baiser et elle se mettait à gémir, le rendant au quintuple. Elle posa ses mains dans le dos de Tristan et l’incita à se rapprocher de son corps. Hem… c’est vrai qu’en étant complètement nus, il y avait bien une chose qu’elle pouvait sentir à ce niveau là… ce qui la fit un peu rougir d’ailleurs mais pas faire des bons en arrière. C’est vrai que lui aussi ça lui faisait quelque chose. Plutôt positif en fait si elle lui faisait de l’effet. Mais vu l’ardeur de leurs gestes, difficile de faire autrement.

Ils n’étaient qu’à quelques centimètres, leurs corps se frôlant alors que Cassidy sentait elle aussi des décharges mais beaucoup plus agréable à travers son corps… C’est peut être qu’elle se sentait prête au final… que ça lui faisait tellement de bien qu’il fallait passer à l’étape supérieure car elle ne serait jamais véritablement rassasiée tant qu’elle n’aurait pas franchi le pas. Après tout, c’était bien le point de non retour et tout dans ses manières de faire, d’agir, montraient qu’elle ne se contenterait pas de baisers et caresses. Difficile à faire redescendre au final. Avant de parler d’une voix faible… presque suppliante… juste une demande…

« Tris’… je veux qu’on aille plus loin… maintenant… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un gala pour apprendre à mieux se connaître.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un gala pour apprendre à mieux se connaître.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Questions pour apprendre à mieux se connaître
» 100 questions pour mieux se connaître
» une école pour apprendre la politesse...
» Questions cons pour mieux se connaître \o/
» 100 questions pour mieux vous connaître

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: Kalendar :: Autres Lieux-
Sauter vers: