AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une prise de décision pas facile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Une prise de décision pas facile   Mar 22 Jan - 18:12

Le XX / 10 /285 à 18h30


Toute la journée Cassidy avait été au ralenti, bien trop songeuse pour se concentrer sur quoi que ce soit. Elle n’avait pas quitté son bureau et avait demandé surtout à ne pas être dérangée. La raison est qu’elle avait la tête posée sur ses parchemins d’un air las, se remémorant les souvenirs. C’était vraiment ses souvenirs. Elle en voulait à Tristan pour ce qu’il avait fait mais… elle ne pourrait pas le repousser pour ça. Mais il fallait qu’elle s’attende à ce qu’il se montre distant et elle comprendrait parfaitement.

Le soleil déclinait petit à petit, marquant la fin de l’après midi.

Cassidy se leva et soupira, prit un petit sac en mettant quelques affaires, attrapa son bâton et une cape et sortit en silence. Elle fit très attention à ce que Tristan ne soit pas dans les parages et puis si ça se trouve il était occupé à s’entraîner ou ailleurs.

Dès qu’elle sortit de l’Académie, la demoiselle marmonna un sort puis se volatilisa.

Un air marin, du sable sous les pieds. Elle rouvrit les yeux pour se retrouver dans la petite crique sablonneuse près de Glindel, dans un endroit isolé. A vrai dire, pour ce qu’elle avait à faire, il valait mieux qu’on ne la surprenne pas. C’est pourquoi elle prit soin de lancer des runes en bouclant le secteur, qui l’avertiraient en cas de la présence d’un intrus.

Puis elle s’assit sur un rocher, face au soleil qui déclinait et ferma les yeux, se remémorant certains souvenirs. En ce moment elle en avait bien besoin, de ces paroles qu’elle avait entendu en cachette pour certaines et d’autres pas.

Cassidy se trouvait dans une petite clairière. Elle était beaucoup plus jeune et son maître se trouvait à côté d’elle, appuyé sur son bâton, la regardant utiliser sa magie. La demoiselle était très concentrée dans sa tâche et tentait de faire pousser de jolies fleurs parmi l’herbe verte. Ca marchait plutôt bien et elle se débrouillait.

Le vieux maître souriait. Depuis que Cassidy avait réussi à débloquer sa magie, elle s’améliorait de jour en jour, bien qu’il ne lui montrait pas et restait toujours très sévère à son égard. D’ailleurs l’adolescente avait un peu trop relâché de magie et une liane était apparut au milieu des fleurs, attrapant son pied et la secouant comme un hochet dans les airs.

’’Yaaaaaaaah ! »

Le mage soupira en levant les yeux au ciel avant d’invoquer un sort qui réduisit la liane à l’état de graine, alors que Cassidy retombait sur le sol, très gracieusement, comme un sac à patates, poussant un juron peu fleuri.

- Tu te déconcentres trop rapidement jeune fille. N’oublie jamais, il ne faut pas croire que le sort est réussi d’avance. Jusqu’à la fin tu dois l’accompagner. La magie peut devenir instable et se retourner contre toi si tu ne fais pas preuve de lucidité

Cassidy croisa les bras d’un air boudeur et détourna la tête en poussant une exclamation d’exaspération.

’’On ne peut pas plutôt apprendre un sort de recherche spécial pour détecter un Drakkari ? Ca me serait bien utile… »

Pour la peine, elle reçut un coup de bâton sur la tête de la part de son maître.

- Ce que tu peux être impatiente… Et puis les sorts de détection ça ne marche pas en claquant des doigts…

Il savait bien que ce n’était pas possible, il fallait un objet appartenant à la personne et ça ne marchait que sur une courte distance, bien que ce n’était pas le cas. Pourtant le vieil homme était inquiet pour sa protégé, alors qu’elle était encore en train de demander des informations sur son Drakkari, il avait senti une aura… clairement démoniaque dans le coin mais n’avait pas réussi à repérer la personne concernée. Ca l’embêtait mais il c’était encore trop tôt pour mêler Cassidy à ce genre de sortilèges.

Cassidy se redressa et s’épousseta en grommelant.

’’C’est long d’attendre… »

Il prit un air sévère.

’’Cassidy… la magie ce n’est pas marmonner des formules et claquer des doigts. Pour y arriver il faut travailler dur… très dur… la méditation aide à la concentration. Plus tu es concentrée plus tu gardes ton sang froid. Un mage lucide reste vivant car il acquiert les réflexes nécessaires pour réagir en fonction de la situation »

Elle grogna une nouvelle fois avant de fixer à nouveau l’herbe avec son bâton.

’’Je recommence alors… »

Le décor changea et Cassidy rentra dans un autre de ses souvenirs. Ils se trouvaient dans une petite ville et un noble leur avait proposé l’hospitalité pour la nuit. Ce qui était très gentil de sa part. Elle était à peine plus âgée mais commençait à acquérir de bonnes capacités.

Elle était dans son lit à moitié en train de dormir, lorsque l’envie d’aller boire un coup devint tentante. L’adolescente se leva et traversa à pas de loup le couloir, passant devant une pièce entrouverte où s’élevait des voix… dont celle de son maître.

Cassidy s’arrêta net. En temps normal, elle n’aurait pas cherché à espionner mais elle avait entendu son prénom qui était prononcé. Discrètement, elle se planqua derrière un meuble qui était contre un mur dans le couloir, tendant attentivement l’oreille.

- C’est vrai… elle a un potentiel énorme et sa capacité magique est très au dessus des autres adolescents que j’ai pu observer. Mais je préfère ne pas lui dire, elle est capable de se reposer dessus. Surtout que les grands pouvoirs s’acquièrent dans la douleur parfois...

L’adolescente ouvrit des yeux ronds. Il parlait de quoi ? Elle un potentiel ? Mouais… la dernière fois elle avait fichu le feu à sa robe et il parlait de potentiel là ? Capacité magique importante ?? Elle n’est pas fille de mage ! Ce sont les enfants de mage qui ont de grandes capacités, pas elle.

- Sa force… elle lui vient des personnes qu’elle aime et d’une en particulier qu’elle a perdu. Mais si elle finit par le retrouver alors peut être qu’elle arrivera à dompter cette partie de sa magie qu’elle ne peut pas utiliser. Je suis certain que ça pourrait l’aider même si elle ne s’en rendra pas compte au départ.

Des rires se firent entendre comme si on se moquait de la théorie du vieux mage.

La demoiselle fronça les sourcils alors que la discussion devint beaucoup plus tendue d’un coup.

- Je vous déconseille de vous servir d’elle pour vos projets et peu importe le respect que j’ai, jamais je ne la laisserais vous rejoindre. Ca sera à elle de décider. Donc non, ma réponse est non.

Cassidy entendit des bruits de pas dans sa direction, et se précipita dans sa chambre avant qu’on ne se rende compte de sa présence, le cœur battant la chamade, complètement perturbée.


La jeune femme rouvrit les yeux. Elle savait qu’elle avait des capacités. Mais ne pouvait pas s’en servir. Il n’y avait toujours pas eu de déclic, rien, juste un dur travail. Elle avait retrouvé Tristan mais pour l’instant c’est plus lui qui passait son temps à la sauver. Elle soupira doucement puis sortit de sa poche une sorte de bracelet métallique, gravé de runes étranges.

Kimmy en profita pour apparaître à ce moment là.

- Ca va Cassidy ? Tu te remets de tes émotions ?

Elle constata le bracelet que tenait Cassidy dans la main, fixant d’un air songeur puis la petite lutine prit un air surpris avant de se poser sur la main de la jeune femme.

- Non mais tu vas quand même pas utilisé… CA ?!

’’Je n’ai pas le choix Kimmy… Je risque de manquer de temps et je pense que je devrais arrêter de me poser des questions maintenant. »

- Tu te rends compte un peu du risque que tu prends si ça ne marche pas ?

’’Ca marchera ! »

- Fais attention à toi, si Tristan apprend l’utilité de ce bracelet, je pense qu’il va s’inquiéter…

’’J’ai bien le droit de choisir ce que je veux faire sans qu’on me force à prendre une route si je veux en emprunter une autre… »

Kimmy soupira.

- Comme tu veux mais… fais attention à toi quand même…

Elle disparut, laissant une Cassidy toute seule. Cette dernière semblait être plus déterminée pour le coup et passa le bracelet autour de son poignet, tout en prononçant une formule. C’était comme si elle était très lourde d’un coup et se sentit obligée de s’accroupir au sol, grimaçant, alors que les runes s’activèrent et que la demoiselle respirait pour garder son calme en fermant les yeux.

*Concentration… Méditation… Concentration est la clé de la réussite*

Son objectif était grand, et repenser à ce qui pouvait arriver à Tristan chassa ses incertitudes, bien déterminée à avancer.

Elle se redressa doucement et sortit ensuite un parchemin de son sac. Elle était allée l’acheter juste après la visite chez Aliéna. Le vendeur avait d’ailleurs été fort surpris.

’’Donnez moi votre parchemin d’entraînement le plus puissant… Style de combat, guerriers à mains nues »

Cassidy lut les inscriptions sur le dessus et aussitôt une mini tempête des sables apparut, formant une silhouette. Un homme de sable, qui semblait être musclé se forma, se tenant devant elle. Cassidy tendit son bâton en avant, elle ne plaisantait pas et l’aura qui se dégageait autour d’elle semblait particulièrement puissante.

’’Niveau 3 »

Un pentacle apparut sous ses pieds et elle commença à invoquer des sorts en direction de son adversaire.
Pendant ce temps là, un Tristan bien surpris semblait chercher sans vraiment le montrer ouvertement, une petite directrice sans la trouver. Malheureusement il savait aller aux cuisines et demanda à parler à Kimmy. La petite lutine demanda à Tristan ce qu’il avait besoin et lorsqu’elle entendit sa requête, elle se fit plus hésitante et extrêmement gênée.

- Elle va bien mais je pense que tu devrais attendre un peu avant d’aller la voir…

Il insistait et Kimmy grogna avant de fixer Tristan.

- D’accord d’accord, mais je t’aurais prévenu si elle est de mauvaise humeur. Elle est partie à la crique près de Glindel, une petite plage difficile d’accès. Et non elle n’est pas en train d’apprendre à nager si vraiment tu veux le savoir…

Elle retourna à ses occupations.

Cassidy était férocement engagée dans un combat où elle utilisait sa magie la plus puissante. Sauf qu’au lieu de réduire en cendres son adversaire, elle s’entraînait et s’amusait plutôt à éviter les coups, se faisant plus rapide, se téléportant plus loin, utilisant des sorts de contrôle. Le combat faisait rage, surtout qu’il s’agissait de capacités d’un guerrier expérimenté.

Son ennemi de sable chargea et la jeune femme resta fixement sur ses positions, avant de tracer une nouvelle rune. Au lieu d’avoir droit à un impact, un énorme bouclier l’entoura et éjecta le malheureux soldat contre de la roche plus loin.

Elle voulut incanter un nouveau sort mais encore une fois elle fut bien obligée de se plier, sous le poids de cet objet magique qu’elle utilisait, ce bracelet métallique. Elle se pencha, et le guerrier revenant à la charge l’envoya rouler dans le sable. La mage utilisa au dernier moment un sort pour éviter de se retrouver dans l’eau.

*Ce n’est pas assez…*

Elle incanta, encore et encore, enchaînant sur une vitesse effrayante mais sans pour autant se fatiguer.
Puis à nouveau, elle resta immobile, alors que le guerrier chargeait une nouvelle fois. Sauf qu’en lançant son poing en avant, au lieu de taper dans la jeune femme, il ne rencontra que le vide.

Et une étrange chose se produisit. Il y avait plusieurs Cassidy sur la plage, entourant le guerrier qui regardait autour de lui. Elle ne lui laissa pas le temps de riposter et prononça un nouveau sort en tapant le sable de sa main, ses images l’imitant.

De fins traits dorés apparurent et se rejoignirent, ce qui au final format un pentacle beaucoup plus grand. Le guerrier de sable ne pouvait plus bouger les pieds et il était comme prisonnier. Cassidy leva les yeux, sans faiblir puis elle tendit le poing en avant en faisant un geste de balaiement. Le guerrier éclata et tout le sable se répandit autour d’elle, le parchemin lui, s’auto détruisant en brûlant.

La jeune femme était un peu haletante et elle retira son bracelet, de la sueur coulant de son front avant de le regarder. Mais elle n’eut pas le temps de se réjouir car elle sentit que sa zone de sécurité avait été franchie. Et elle reconnut très rapidement l’énergie de Tristan, à cause du tatouage qui les liait.

Rapidement la jeune femme rangea son bracelet dans son sac et se mit en tailleur sur son rocher, fixant l’horizon, mine de rien, le cœur battant vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Jeu 24 Jan - 21:08

Tout montrer à la jeune femme… Avouer la vérité à Cassidy. Dire qu’elle y avait pensé de nombreuses fois… Et même, au départ, elle avait voulu n’effacer que temporairement ces souvenirs de sa mémoire, pour qu’elle puisse les retrouver plus tard. Tristan penserait que tout allait bien… mais elle finirait par se rappeler, de lui, de leurs sentiments, de la tendresse du garçon qui semblait pourtant tellement… particulier parfois. Elle se souviendrait et elle recommencerait à le chercher, elle le retrouverait et elle le sauverait…
Bon programme… mais irréalisable, elle le savait bien. Impossible de trahir Tristan. S’ils pouvaient être aussi habile comédien l’un que l’autre, aussi doué séducteur, se mentir l’un à l’autre ne fonctionnait pas. Parce qu’ils étaient pareils peut-être. Il lui aurait demandé si c’était fait et aurait rapidement vu dans son regard qu’elle ne l’avait pas écouté, du moins pas totalement. Peut-être le prendrait-il mal…
De toute façon, elle ne pouvait pas aller contre sa volonté, pas après le regard qu’il lui avait lancé juste avant de sortir.

Il semblait au bord d’un gouffre sans fin, hébété et désespéré… Comme s’il allait se jeter sur elle pour l’empêcher d’agir… et pourtant les yeux plein d’une supplication pour qu’elle agisse. Prononcer ces quelques mots et plus encore les penser était une torture pour le jeune homme, elle l’avait tout de suite compris. Pour sa part, elle n’avait pas encore rencontré l’amour avec un grand A comme celui dont le lien étroit semblait unir son frère et la jolie jeune mage. Et à sa place… elle doutait fortement qu’elle aurait eu le courage de demander ceci. Bien sûr il punissait Cassidy, en plus elles s’entendaient bien toutes les deux !!! Il punissait la jeune femme en lui ôtant ses souvenirs, en lui ôtant ces moments exceptionnels qu’ils avaient vécus. Elle s’était abstenue néanmoins de montrer toutes les blessures que la jeune mage avait infligé à son compagnon par magie… Ca ce n’était pas de très bon goût et surtout ça ne la rassurerait pas quant à ses capacités. De toute façon, ce n’était pas à l’ordre du jour…

Mais la personne qu’il punissait le plus, c’était lui-même. Parce qu’il comptait garder ces moments lui… Se souvenir de ce bonheur… pour s’interdire de le retrouver un jour. C’était totalement sadique et incompréhensible sans doute, mais c’était ainsi.
Le désespoir dans ses yeux alors qu’il sortait… Elle avait su plus tard, en étant près de lui, en captant ses souvenirs, à quel point il était mal, pâle et se sentait tellement coupable en entendant la jolie mage hurler de douleur. Parce qu’elle s’accrochait à ses souvenirs avec une force démentielle. Pourtant, Aliéna s’était penché sur son cas. Elle avait senti les souvenirs qui comptaient pour la jeune femme : son enfance, son histoire, sa formation de mage, ses voyages… Même les plus précieux, elle les laissait libre à la manipulation ou l’oubli… Mais tous ceux concernant Tristan, elle s’y attachait comme une huître à son rocher et par tous les dieux… elle tenait bon ! Jamais encore elle n’avait affronté si grande résistance. D’accord elle était une mage mais… ça n’avait rien à voir ! La force de sa volonté était telle, comme ses convictions, que c’était une vraie bataille…

Elle y était finalement parvenu mais… à quel prix ? Elle avait vu les larmes couler sur les joues de la jeune femme qui semblait pourtant si calme peu avant, si calme juste après, sa peau plus pâle. C’était une perte plus que de l’ordre de la psyché, c’était physique… Et quand elle avait voulu la recouvrir, la jeune femme avait bougé dans son « sommeil comateux » comme pour se soustraire à chaque contact. On aurait dit qu’en lui ôtant ces souvenirs, des craintes étaient remontées à la surface, plus éveillées que jamais, infranchissables ou presque, des réflexes de défense, de salut, des peurs… Après tout, il n’était plus là pour la protéger désormais.
Mais elle ne se souviendrait de rien…

Tristan par contre… Son regard vide, puis la cruauté…. L’indifférence.
Il lui avait cédé. Il avait peur sans doute, très peur… Il s’était contenté d’obéir, de crainte des conséquences. Il n’était pas assez fort pour combattre ce démon, mais Aliéna savait qu’elle avait raison. Un jour… Un jour il le combattrait, un jour il trouverait la foi, tout ce qu’il fallait pour gagner. Du moins elle l’espérait… Face à son regard éteint, elle avait douté, comme jamais dans sa vie. Ils ne s’étaient pas revus, Cassidy avait dû arrêter de chercher… Quant à lui, il s’était rattrapé de son abstinence et de sa douceur avec la jeune femme comme s’il s’agissait d’horribles tares qui l’avaient affaibli et qu’il ne comptait plus jamais connaître. Pourquoi après tout ? L’amour n’avait fait que le détruire…

Elles étaient revenues dans la chambre de l’élémentaliste. Enfin en réalité, elles ne l’avaient jamais quitté, mais leur esprit était… ailleurs dirons-nous.
Cassidy semblait tellement chamboulée que pendant un instant son ancienne amie douta… Avait-elle bien fait de lui montrer tout ceci ? Si Tristan savait il lui en voudrait tant ! Il serait tellement en colère !!!! Peut-être même s’éloignerait-il pour lui donner tort. Il était un peu idiot parfois… et terriblement maladroit sous ses airs de tombeur.
Oui, Cassidy était chamboulée. Elle semblait contente de savoir, mais des larmes brillaient dans ses yeux. Elle parla… plus toute seule qu’avec la jeune femme en réalité, elle se répondait elle-même. Aliéna lui tendit un verre d’eau au bout de quelques minutes, la fixant avec inquiétude.

- Je vais essayer de te répondre… J’ignore tout du pacte qu’a passé mon frère. Je peux accéder à certains souvenirs… Mais pas à tous, ça dépend de la personne et de sa force. Toi par exemple… tous tes souvenirs sur Tristan, sur ce qui… se passait entre vous étaient omniprésents. Tu y pensais tout le temps, c’est pour ça que j’ai pu y accéder si vite… mais te les arracher par contre… Je regrette de l’avoir fait, mais je… sais qu’il avait raison d’agir ainsi, même si tu ne peux pas le comprendre, du moins pas pour l’instant. Ce que j’ai fait est irréversible. Je ne peux pas te les rendre… Et comme j’ai aussi effacé tes sentiments, tu ne devrais pas être capable… d’apprécier Tristan de cette façon… Et pourtant, alors que tu revoyais tout ça, puisque tu ne peux pas réellement le revivre, je t’ai observé… ta joie, ta gêne, ta timidité, ta peur, ta tristesse, ton émotion… Tu es encore plus puissante que ce que je croyais pour être capable de passer au-dessus de mon don… et tu l’aimes… tellement. S’il avait conscience du quart de la moitié de ton amour… Tristan pourrait arrêter de douter qui sait… Alors… je ne sais rien du pacte qu’il a passé mais peut-être cela concerne t-il notre mère… Je ne l’ai pas connue et même si cela me manque, je ne ressens pas le vide qui l’habite.

Elle respira profondément. Bien sûr, pour elle, sa mère était la femme qui l’avait élevée, avec amour, justice et des valeurs. Elle avait été heureuse contrairement à son frère, elle ne pouvait donc pas se plaindre. Cassidy avait parlé de démon, de son maître et ça, Aliéna n’en dit rien, ça ne la regardait plus.

- Je sais… dans un sens tu as raison… Il t’a sacrifiée… Mais même si tu ne le vois pas, il t’a aussi protégée… Tu es devenue forte, je le sens rien qu’en étant à côté de toi. Quand nous nous sommes battues hier, tu étais en colère et si jalouse que j’ai senti la force écrasante de ta magie, même si tu essayais de ne pas t’en servir. Même une élémentaliste aussi têtue et présomptueuse que moi sait reconnaître quand elle n’a aucune chance sur le plan magique. Avant… Quand ceci s’est passé… Tu venais d’avoir dix-huit ans. Tu étais jeune, encore naïve, tu manquais d’expérience et de force de caractère. Tristan savait que le démon ne ferait qu’une bouchée de toi. Il a eu raison d’agir ainsi, même si c’est honteux et en partie… égoïste. Tu n’étais pas assez forte à l’époque et… lui non plus. Il aurait été incapable de l’empêcher d’agir. C’est pour ça qu’il m’a demandé de t’effacer la mémoire… puisqu’il ne pouvait pas te protéger de ce monstre… il n’avait plus qu’à te protéger de lui-même…


Nouvelle pause alors qu’elle observait la petite mage avec un sourire en coin familier, identique à celui du beau jeune homme.

- Sept ans ont passé… Vous avez grandi et changé… Tristan en mal… il s’est engagé chez les Kaärs, même si je n’en connais pas toutes les raisons. Il a sombré dans son côté obscur… La dernière fois que je l’ai vu… il m’a fait du gringue… sa propre sœur, tu imagines ? Tu ne peux pas te rendre compte… C’est impossible je pense mais… de ce que j’ai récupéré comme souvenirs de son arrivée puis de son vécu à l’Académie… c’est bien simple dès qu’il a été à proximité de toi, son âme s’est éclaircie. A tes côtés il va mieux… tellement mieux qu’il ne ressemble plus à l’homme que j’ai connu pendant sept ans… enfin cinq… Il rit honnêtement, il sourit, il s’amuse, il plaisante, il est ouvertement pervers et taquin sans chercher à profiter… Tout ça, je le sais, c’est grâce à toi. Je n’ai rien pu faire pour l’aider alors que toi… il t’a fallu un sourire, un regard pour le faire revivre. Je ne pourrais jamais suffisamment te remercier Cassidy. Alors oui, je souhaite que tu fasses la peau à ce démon… et j’espère que tu y arriveras.

Cassidy semblait en effet déterminée et Aliéna sourit, retrouvant aussitôt la jeune fille un peu étrange, un peu timide, mais tellement sincère que son frère lui avait présenté. C’est vrai qu’elle n’avait pas fait dans la dentelle pour sa part et était allé directement vers la demoiselle… Lui disant de but en blanc qu’elle était heureuse de rencontrer la fille dont parlait sans cesse son dragueur de frangin. Pauvre Tristan, il avait semblé si gêné. Cassidy avait rit, si honnêtement, si franchement, si humainement… que la jeune élémentaliste avait tout de suite entrevu la lumière chez elle, qui plaisait tant à son frère damné. Sado maso le garçon ? C’était comme un papillon de nuit attiré par la lumière, plus il s’approchait, plus il était aveuglé et risquait de se blesser mais…. Il prenait le risque parce que le contraire lui était impossible.
Juste avant que la jeune mage ne parte, Aliéna l’avait rattrapée et même si elle lui tournait le dos, elle avait posé sa main sur son épaule, parlant gentiment.

- Tu te trompes Cassidy… Tristan a plus confiance en toi qu’en quiconque. Plus qu’en lui-même… c’est d’ailleurs une de ses principales faiblesses. Mais il a vu tout de suite chez toi ce que je vois aujourd’hui. Cette détermination pour les autres, cet amour, cet altruisme. Ils t’honorent mais prends garde à ce qu’ils ne te détruisent pas. Si tu l’aimes… sauve-le… mais par la force de tes sentiments… pas en te mettant inutilement en danger. Il se contrôle mieux aujourd’hui, c’est grâce à toi… Tu n’as pas à craindre d’erreur de ta part. C’est un grand garçon, il sait retenir ses crises de colère maintenant.

Ca avait été dit avec un sourire, sur un clin d’œil. Puis elle l’avait laissée partir et était descendue un peu plus tard à l’accueil. Le patron avait besoin d’aide pour agrandir son bâtiment et… l’aide d’une élémentaliste de vent dans ce cas, pour faire planer le matériel pouvait être… un gain de temps et d’argent considérable.

La journée s’était écoulée… rapidement. Tristan n’avait pas chômé et avait aidé les petites lutines, classant, rangeant puis expliquant sa logique. Il avait demandé davantage quand il s’était rendu compte qu’il avait fini bien plus tôt que prévu et Kimmy lui avait demandé de bouger les meubles de la cuisine pour que l’aménagement leur soit plus profitable. Bien sûr, elles en étaient tout à fait capables mais il fallait occuper le jeune homme non ? Il avait donc roulé des mécaniques sous le regard de petites fées surprise d’autant de docilité de la part de celui qui était arrivé à l’Académie de longues semaines plus tôt comme un vrai diable en boite. Il était un peu pensif, perdu dans ses pensées mais avait été efficace et finalement avait pris congé, allant s’entraîner.
Il n’avait pas pu voir Cassidy mais ne s’en était pas plus inquiété que ça. Elle était occupée, lui aussi, il perfectionnait son entraînement et à présent qu’il avait récupéré son arme… fou de joie, la maniait amoureusement. Difficile de croire que l’arme en question était si lourde tant il semblait retrouver des gestes aisés et fluides en la tenant. Bah… un secret comme un autre non ?

Il avait fait une longue pause pour s’occuper du mur en construction et l’avait finalement achevé, se félicitant en songeant qu’une petite mage serait contente. Un autre projet en tête, il s’éclipsa de longues heures dans la forêt du domaine sans donner d’explication à quiconque, mais après tout, il était libre de ses mouvements.

Néanmoins, si Cassidy était travailleuse et occupée, lui, joyeux était d’humeur joueuse et déplorait le fait qu’elle ne vienne pas le voir. Décidant d’aller l’embêter, ravi de l’espèce de suspens dangereux qu’ils vivaient, il chercha à la voir… mais ne la retrouva pas. Tiens donc… Elle avait dû bouger de son bureau pour se dégourdir les jambes, mais rien à faire, la demoiselle restait introuvable même après une recherche, l’air de rien, dans tout le château. A cours d’inspiration, il alla en demander un peu plus à Kimmy. Mais celle-ci restait… étrangement tendue et assez gênée et elle mit trop de temps à lui répondre pour qu’il ne s’inquiète pas.
Tristan fronçait les sourcils, ne comprenant pas vraiment ce qui pouvait nécessiter des cachotteries de la part de la jolie mage. Finalement, après avoir eu une « adresse », il partit, essayant de trouver l’endroit indiqué.

Il ne savait pas ce qu’était en train de manigancer sa jolie compagne et heureusement sinon il en aurait probablement été catastrophé. Non mais franchement… A quoi jouait-elle brusquement ? En tous les cas, elle était douée ! Et progressait à une vitesse folle ! Mais elle avait placé un sort pour la prévenir en cas d’intrusion. Aussi fut-elle justement prévenue de son arrivée avant même qu’il ne soit suffisamment près pour voir ou entendre quoi que ce soit… Du moins, le bruit du vent, des vaguelettes et de quelques oiseaux couvraient les sons qui auraient dû l’alerter.
Quand Tristan arriva, il cligna d’abord des paupières. C’était un lieu magnifique, pour ne pas dire magique, enchanteur.
Il aperçut aussitôt Cassidy juché sur un rocher, en tailleur, qui lui tournait le dos. Il l’aurait reconnue… entre mille. Ses cheveux dorés qui voletaient au gré du vent, sa silhouette menue qui la laissait croire si fragile alors qu’elle était si forte et indépendante en réalité. Même alors qu’il lui tournait le dos, il sentit son cœur s’emballer et un frisson lui parcourir l’échine… Il aimait cette femme… Oh dieux qu’il l’aimait ! C’était tellement injuste…

Il avança doucement, ne voulant pas la troubler, ignorant qu’elle n’était pas du tout en méditation contrairement à ce qu’elle voulait lui faire croire. Il se hissa sans mal et très rapidement sur son gros rocher, agile malgré sa carrure de guerrier. Il s’assit à côté d’elle, mais pas trop près, évitant de la regarder, évitant de la troubler une fois encore. Il ne savait pas bien sûr qu’elle pouvait tout à fait l’observer elle !!!
Il fixa l’horizon… C’était magnifique et le soleil qui se couchait faisait rougeoyer d’autant plus ses cheveux si c’était possible, donnant à sa peau les mêmes reflets orange que ses yeux. Il respira profondément, observant cet endroit magnifique… la mer…la plage… Son regard se troubla aussitôt et pendant un très court instant il sembla malheureux, nostalgique, comme s’il observait des fantômes qu’il était le seul à pouvoir voir. Mais ceux-ci se dissipèrent vite et il s’étira comme si de rien n’était avant d’ôter sa tunique pour s’allonger, la roulant en boule sous sa tête, fixant le ciel.

Quand Cassidy fit « semblant » de sortir de sa méditation, il tourna la tête vers elle et lui sourit gentiment effleurant une de ses mains d’une des siennes, se redressant pour venir déposer un baiser dans son cou.

- Eh bien princesse tu essaies de me fausser compagnie ? Je suis un piètre traqueur mais j’ai de très bons informateurs donc si tu crois m’échapper… ne rêve pas trop…

Sourire complice alors qu’il déposait d’autres légers baisers dans sa nuque, s’arrêtant assez vite pour ne pas perdre la tête. Il vint se placer dans son dos, l’invitant à s’appuyer contre son torse et observant la mer avec elle, les bras passés autour d’elle pour ne pas qu’elle ait froid.

- Dis… J’ai été très impressionné hier… et surtout très flatté par ton combat avec Aliéna… Contre une fille tu n’aurais aucun mal à gagner, comme tu l’as déjà prouvé avec un verre dans le nez d’ailleurs… Mais contre quelqu’un d’expérimenté et… contre un homme mal intentionné… J’aimerais bien te montrer quelques techniques pour te défendre au cas où… Ta magie est puissante, je le sais bien mais… dans l’hypothèse où tu ne puisses pas t’en servir… j’aimerais vraiment que tu saches faire mordre la poussière au vilain qui voudrait poser ses sales pattes sur toi. Ne le prends pas mal… tu es vraiment… très belle… Mais maintenant que tu affirmes davantage ta féminité… les sales types dans mon genre de remarquent d’autant plus… et certains n’ont pas la belle gueule de ton serviteur adoré pour les pardonner leurs vilains vices.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Ven 25 Jan - 17:42

Cassidy était sacrément appliquée pendant son entraînement. Elle se jugeait encore trop faible, beaucoup trop faible et avait besoin de mieux utiliser sa magie. Bien sûr, le temps lui manquait, c’est pourquoi elle utilisait un objet particulier mais qui pouvait lui retirer beaucoup d’énergie d’un coup. Qu’à cela ne tienne ! De la magie elle en avait plein en stock.

Et pourtant, elle s’était rappelé des paroles d’Aliéna, lui disant de ne pas utiliser la magie mais plutôt la force des sentiments. La petite mage avait hésité. Lorsque le plan a ne marche pas, il faut toujours avoir un plan b. Mais dans cet état, elle n’y arriverait peut être pas encore. Et un coup fatal est si vite arrivé, sans laisser de seconde chance.

Elle devait reconnaître qu’Aliéna lui avait sauvé la vie même si elle ne pouvait rien éprouver en retour. Fichue perte de souvenirs…

Alors elle redoublait d’ardeur dans son combat, et si le démon cherchait à se matérialiser, alors il allait apprendre à déguster. Pour tous les gens à qui il a fait du mal. Pour toutes ces souffrances, ces pleurs, cette douleur qui ne s’arrête pas. Et surtout pour un Drakkari complètement perdu qui se refuse de prendre des décisions pouvant l’amener au bonheur, trop craintif encore pour chercher à combattre son adversaire.

Bien sûr, Cassidy savait qu’il fallait une grande volonté pour combattre un démon. D’expérience par son maître, elle savait que cela restait très rare. Mais lui, ne faisait que lui rappeler, qu’une personne pouvant avoir un impact sur le possédé, pouvait tout à fait l’aider à retourner la situation en sa faveur. A le convaincre de ne pas se laisser posséder, de se battre jusqu’au bout. Car lui n’intervenait malheureusement quand il n’y avait plus d’espoir. Ou un très mince mais très rare.

Elle se battait de toutes ses forces, progressait, s’avançait et cherchait à donner le meilleur d’elle-même. Car la demoiselle n’avait pas le droit à l’erreur. Ce n’était pas une inactive, au contraire, elle était tout ce qu’il y avait de plus vivante et de plus acharné. Et il fallait bien qu’elle rende la pareille à Tristan.

Malheureusement, à la fin, lorsque le sable se répandit comme une traînée, laissant un terrain doré et scintillant, Cassidy sentit une perturbation dans le champ qui entourait sa zone de sécurité. Il lui en fallait peu pour apprendre qu’il ne pouvait s’agir que de Tristan, son tatouage le trahissait. Après tout, même si c’est une magie qu’elle jugeait mauvaise, c’était aussi un peu d’elle sur lui. Bon, ça faisait très « propriété de Dame Herediane » et c’était assez bizarre, surtout pour un dragueur comme lui qui n’était pas du genre à être attaché à quelque chose ou à quelqu’un.

Mais les choses avaient changées.

Cassidy se reposa rapidement sur son rocher et ferma les yeux. Un peu de sueur avait coulé de son front mais elle l’avait rapidement essuyé. Elle avait aussi enlevé son bandage autour de sa main de la veille et il ne restait pas grand-chose de ses brûlures magiques qu’elle s’était maladroitement fait pendant un de ses entraînements.
Son cœur battait très vite. A cause de sa dépense d’énergie, de son activité. Il fallait qu’elle se calme, sinon Tristan ne comprendrait pas pourquoi elle était si essoufflée alors que la demoiselle cachottière était bien sensée méditer.

Elle se posa alors, laissant les derniers rayons du soleil réchauffer son visage, et cela même si l’air marin lui donnait quelques frissons et froid. Cassidy se détendit légèrement et préféra repenser à la scène de ce matin, se rappelant les mots d’Aliéna. Mine de rien, cela lui faisait mal au cœur d’apprendre qu’elle avait été forcée de tout oublier et cela… l’agaçait un peu. Parce qu’elle aurait tant voulu les garder ces beaux souvenirs. La raison de Tristan était bonne mais il avait choisi pour elle.

Dans un sens, il avait raison, elle ne l’aurait jamais lâché et le cycle se serait reproduit. Et jeune comme elle l’était, il aurait pu très bien n’en faire qu’une bouchée. Mais maintenant qu’elle savait, la jeune femme savait pertinemment qu’elle ne le lâcherait jamais. Et qu’elle ferait tout pour qu’il contrôle ses pulsions dans le cas où la rage l’habiterait.

Elle avait été tellement triste d’apprendre avoir été sacrifié. Pourquoi elle ? Bah ! Après tout, Tristan ne l’appréciait pas tant que ça quand il était petit. Enfin non ! Il l’appréciait mais il préférait passer son temps à l’embêter. Oui mais après ils s’étaient perdus et pensant ne pas la revoir, peut être avait-il stupidement accepté en se disant que de toute manière, leurs chemins ne se croiseraient plus. Il avait tort mais pouvait-il vraiment le prédire ?

Cassidy savait… que la force des sentiments pouvait être vraiment importante. Et si elle l’oubliait, on lui rappelait à l’ordre, d’une manière ou d’une autre. Sa véritable ligne de conduite. Et pourtant, aux yeux des autres, elle avait tout fait pour le cacher, pour passer pour une femme froide, impassible, si sévère qu’elle ne serait pas approchable. Mais malgré cette façade se cachait un vrai cœur en or.

La jeune femme sentit les brefs mouvements d’une personne qui la rejoignait. La présence sûrement de Tristan. Elle ne se troubla pas et même si elle le savait à côté d’elle, la demoiselle resta silencieuse et concentrée. Puis, d’un geste, elle rouvrit les yeux et le vit se tourner vers elle alors qu’il la regardait en souriant.

Cassidy ne se laissa pas perturbée, surtout pas après ce qu’elle avait appris. Même si elle hésita un peu dans sa réaction, plongée entre l’envie de lui demander des explications au final ou de rester souriante et de profiter du moment. La demoiselle opta pour la deuxième option. Il parlait, elle se mettait à rire en écoutant ses paroles, lui tirant la langue.

’’C’est vrai ! Il y a une petite lutine qui ne sait pas tenir sa langue… Mais je pense que tu as du utilisé tes charmes pour lui faire avouer »

Elle lui tira la langue d’un air affectueux alors qu’il se contentait de déposer de légers baisers dans sa nuque, ce qui tira des frissons nouveaux à la demoiselle. Cassidy le laissa faire alors qu’il l’invita à venir se coller contre son torse, regardant le coucher du soleil. La jeune femme posa ses mains sur les siennes et les caressa doucement, presque instinctivement.

Le jeune homme s’exprima alors quant à l’envie de lui apprendre à se battre même si il lui donna un beau compliment au sujet de sa bagarre avec Aliéna. Cassidy se mit à réfléchir un peu. C’est vrai que pour un combat au corps à corps, elle était très inexpérimentée. Et même si elle repoussait la plupart des hommes grâce à sa magie, celui-ci avait perdu de sa force ces derniers jours.

’’Quoi ? Tu veux dire que j’aurais un professeur particulier pour m’apprendre les bases du combat de proximité ? Huuum… tu n’as pas peur que nos séances d’entraînements tournent à une autre activité ? »

Elle s’était retournée vers lui, se mettant assise sur ses genoux pour être à sa hauteur, et avait enlacé le Drakkari de ses bras. Cassidy avait les yeux brillants et le sourire coquin. Dis donc, c’était bien elle qui disait ça ? Apparemment oui et Cassidy se mit à rougir, se rendant compte de la situation.

’’Rholala… tu déteins sur moi ! Il faudrait que je pense à être plus sérieuse de temps en temps »

Nouveau sourire complice avant que la jeune femme attrape une mèche rouge de son compagnon pour l’arranger un peu, avec une affection toute mesurée, le regardant tendrement. Etait-elle réellement capable d’éprouver de la tendresse, de l’amour pour lui ? Apparemment oui et ce n’était pas la magie d’Aliéna qui avait réussi à l’enlever complètement. Elle déposa un délicat et léger baiser sur ses lèvres, puis attrapa un biscuit qu’elle avait apporté dans son sac pour le coincer dans la bouche de Tristan qui voulait parler.

La jeune femme se mit à rire doucement, puis croqua très lentement l’autre partie en le mâchonnant avant de se rasseoir face à la mer, se blottissant dans ses bras et fixant l’horizon.

Son regard se perdit un peu dans le vide alors qu’elle fixait cette scène qui lui faisait penser à ce que lui avait montré Aliéna.

’’Ca me rappelle un de ces couchers de soleil… »

Elle laissa durer le suspens. Peut être que lui avait fait le rapprochement avec le passé. Cassidy le détrompa rapidement.

’’Quand je voyageais dans le Sud, les couchers de soleil ont toujours été magnifiques… »

Comme ça, tout simplement. Qui pourrait croire que la si sévère Cassidy était capable d’observer et d’être attentive à son environnement ? Elle resta de nouveau silencieuse, réfléchissant. Jusqu’à avoir une idée.

*Tristan, je ne peux pas retrouver ces souvenirs avec toi mais… on peut en créer de nouveaux. Et je vais faire en sorte qu’ils soient encore plus beaux que les précédents…*

Puis la jeune femme se tourna à nouveau vers Tristan. Elle n’était pas très bavarde ce soir. Normal, Cassidy était encore un peu chamboulée par les grosses révélations d’Aliéna. Ses yeux brillaient alors que le soleil continuait de décliner. Avant qu’elle ne décide, d’un geste, d’enlacer tendrement son compagnon dans ses bras, le pressant doucement contre elle, comme si elle avait peur de voir ce moment se terminer.

Elle le serrait fort contre lui, fermant les yeux, le berçant doucement, comme si elle avait besoin de sa présence. Puis la jeune femme lui murmura quelques mots à son oreille.

’’Dis Tris’… tu ne m’abandonneras pas hein ? »

Elle avait faillit rajouter « cette fois » avant de se retenir. C’est vrai qu’elle pouvait être maladroite la petite demoiselle. Cassidy resta silencieuse puis porta ses mains à ses cheveux et les caressa avec douceur.
Après avoir entendu la réponse, la jeune femme se tourna à nouveau vers le soleil. Tristan voulait l’embrasser à nouveau et la jeune femme s’écarta un peu, se faisant faussement solennel, un air malicieux sur le visage.

’’Tu n’es pas un bon traqueur mais es-tu un bon chasseur ? Si tu veux m’embrasser, essaie un peu de m’attraper ! »

La demoiselle se mit à rire, courant sur la plage, le Drakkari sur ses talons alors qu’elle tentait de le fuir. C’est qu’elle savait bien courir la petite même après son épuisant entraînement. Finalement elle se laissa attraper et il la souleva du sol avant de bien la coincer pour lui voler un agréable baiser tout en la portant. Cassidy se mit à sourire, heureuse.

Ils se rassirent dans le sable, alors que l’heure de commencer à rentrer se faisait ressentir.

’’On peut encore rester un peu ici. De toute manière je n’ai plus rien à faire pour ce soir au bureau. Et puis je dois dire qu’un certain Drakkari est une excellente occupation »

Elle lui tira à nouveau la langue, avant de se figer sur place. Encore une fois, quelqu’un était rentré dans son champ. La demoiselle avait réagi en un quart de tour. D’un geste, elle traça une rune pour faire venir son bâton et son sac. D’un autre, elle força Tristan à se coucher dans le sable avant de murmurer d’autres paroles tout en traçant une nouvelle rune, se collant bien contre son torse. Leurs corps étaient devenus plus flous, translucides.

Si eux arrivaient encore à se voir, ce n’était pas le cas d’un marcheur solitaire qui arrivait d’un côté de la crique.
Cassidy redressa la tête pour le regarder passer alors qu’il s’arrêtait au bord de l’eau, restant un petit moment avant de repartir.

Puis, lorsqu’elle constata que la voix était libre, la jeune femme interrompit son sort mais resta collée contre Tristan tout en poussant un soupir de soulagement.

’’Pfouuuu ! Encore un peu et on se faisait remarquer »

Elle souriait toujours, nullement gênée, se calant un peu mieux dans les bras de son homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Sam 26 Jan - 21:02

Pourquoi s’était-elle éloignée ainsi de l’Académie ? Pourquoi ne l’avait-elle pas prévenu ?
Bah… Après tout, c’était sans importance, elle avait son indépendance, lui la sienne. Elle avait ses raisons, ses secrets… Et lui les siens. Lourds, pas toujours très clairs mais bel et bien présent.
S’il savait… ce qui s’était passé, ce qu’elle pensait, le jeune homme aurait été plus que probablement choqué. Déjà elle savait ! Et rien que ceci méritait une bonne fuite stratégique.

Pourtant il avait essayé de l’oublier…
En fait, elle se méprenait. Elle pensait avoir été sacrifiée mais c’était faux. Tristan avait fait un choix en faisant son pacte, un choix qui pouvait paraître égoïste et qui finalement ne l’était pas totalement. Après tout, c’était lui-même qu’il acceptait de priver du bonheur, pas les autres. Bien sûr, il n’était pas prévu que ce soit… vrai et surtout qu’il tombe amoureux. Enfin amoureux… Est-ce qu’il était vraiment amoureux de la petite Cassidy ?
Elle l’intriguait beaucoup et il avait cette étrange manie de vouloir la protéger mais… était-ce de l’amour ? C’était sans doute trop tôt pour le dire, le temps leur en aurait davantage appris.

Est-ce qu’il avait fait exprès de tomber amoureux d’elle ? De la faire tomber amoureuse de lui, histoire de la faire souffrir ? Probablement pas !
Quand il était parti, le déclic avait dû se faire dans la tête et le cœur de la fillette, un déclic qui se serait sans doute fait avec le temps. C’est bien à cause dudit déclic qu’elle l’avait cherché non ? On ne cherche pas une personne qu’on déteste même avec l’esprit le plus altruiste qui soit. On cherche une personne qu’on souhaite revoir. Et pourquoi souhaite t-on revoir une personne ? Parce qu’on tient à elle.

Quand il l’avait revue la première fois, il n’avait pas compris immédiatement pourquoi elle le cherchait. A force de la croiser, il en avait appris davantage. Parfois elle le voyait presque et plusieurs fois ils s’étaient frôlés, si proche que le destin semblait vraiment s’amuser avec eux. Ses sentiments pour elle s’étaient réveillés. Enfin encore une fois était-ce vraiment des sentiments ? Pouvait-on parler d’amour. Il y avait ce… truc entre eux, une attirance, ce courant électrique, chimique… Comme deux aimants, ils s’éloignaient mais finissaient toujours par se rapprocher. Etrange…
Il l’avait aimée… Il s’était autorisé… à baisser sa garde, juste un instant… le temps qu’elle se remette de cette chute, le temps de lui dire qu’il allait bien, qu’elle n’avait plus besoin de se soucier de lui. Ils n’avaient jamais eu cette conversation au final.
Plus les jours passaient moins il se sentait le courage de prononcer ces mots. Au final il les avait oubliés. Ils se rapprochaient petit-à-petit. Il avait déjà eu des aventures bien sûr, pourtant avec elle, il voulait… faire les choses bien. Alors même qu’il crevait d’impatience et que son premier baiser, très sage, s’était bien vite transformé en un bisou de derrière les fagots qui avait fait… tourner de l’œil à sa pauvre petite compagne inexpérimentée.
Par la suite il avait fait un peu plus attention, ils en avaient ri… Non mais franchement, la Cassidy actuelle pensait réellement avoir si vite progressée alors qu’elle ne s’était jamais « entraînée » ? C’était physique, devenu instinctif… des débuts maladroits avant de retrouver ce que son esprit avait peut-être oublié mais pas son corps.

Pourquoi le destin avait-il été si cruel ?
Tristan s’était approché en silence et l’observait pendant qu’elle faisait semblant de méditer. Regrettait-il ? Il ne savait pas… Il ne savait plus. Quand il s’était réveillé de cette espèce de cauchemar et qu’il avait compris ce qu’il avait fait et ce qu’il avait tenté de faire, il avait ressenti un tel dégoût pour lui-même que si Aliéna n’avait pas été là… il aurait probablement totalement sombré. Tous ces évènements restaient flous dans son esprit. Il se souvenait vaguement d’une discussion avec son étrange sœur, puis d’avoir entendu des hurlements qui avaient bien failli le faire sombrer dans la démence… Puis le démon avait dit qu’il l’aiderait à moins souffrir, alors il l’avait écouté… Sa culpabilité l’aurait empêché de vivre autrement.

Il l’avait oubliée…
En partie du moins. C’était comme un rêve, un rêve particulièrement agréable, fait de tendresse, cette chose qui ne l’attirait pourtant pas du tout, il y pensait de temps en temps mais de moins en moins avec le temps. Oui, il avait cherché à l’oublier et ça avait fonctionné, en partie.
Mais quand il l’avait revue. Tout était remonté, les doutes, les peurs, la honte et la rancœur. Il avait fini par lui en vouloir… de ne pas l’avoir repoussé, de ne pas l’avoir attaqué. Elle connaissait les risques, il lui avait… tout dit… Elle avait d’ailleurs passé quelques jours sans lui donner de nouvelles, il avait eu peur mais au final, elle était revenue vers lui, prétendant que c’était sans importance ! Bien sûr que c’était important !!!! Il avait voulu la tuer après tout peu après, non ?!!!!

Pourtant la retrouver était merveilleux en même temps que c’était douloureux. Il ne se souvenait plus… Si ce qu’il avait précédemment vécu était le fruit de son imagination ou la réalité et aurait bien été en mal d’affirmer l’une ou l’autre chose. Si elle lui avait posé la question… peut-être n’aurait-il pas su répondre tout simplement.
Mais il avait l’impression… de connaître ce frisson quand elle effleurait sa peau, cette décharge vive quand elle prononçait son prénom ou son surnom… le goût de ses lèvres, l’odeur de sa peau, comme un parfum d’enfance ou de rêve lointain. Mais tout était amplifié… les années n’avaient rien arrangé…

Il secoua la tête, chassant toutes ces idées de ses pensées. Non… il ne devait pas y penser. C’était un rêve… Il savait pertinemment que non mais cherchait désespérément à s’en convaincre. Non… il n’avait pas agi ainsi. Après tout, il n’y avait aucune raison, il avait toujours été un sale égoïste ! Pourquoi l’aurait-il protégée de lui-même ? Pourtant c’est ce qu’il avait fait en rejetant d’abord son amour à l’Académie…
Non il le savait, ce n’était pas un rêve, il en voyait des flashs, improbables, heureux… de l’époque où il était encore à peu près humain… Alors il fallait s’en convaincre, parce que ceci, il ne pourrait jamais le retrouver… Tout ceci n’avait été qu’un rêve, peut-être de fantasme au départ, même si la fin était fort tragique, mais un rêve prémonitoire au final. Ils étaient ensemble là non ? Et… il devenait faible.
Il avait envie d’être avec elle, d’être près d’elle, de l’enlacer, de l’embrasser. Le reste du monde ne comptait plus et tout s’embrasait quand ils s’embrassaient. Il oubliait… Il faiblissait… l’amour causerait sa perte, cette idée, il l’entendait faiblement dans sa tête… Il commençait à y croire… mais la repoussait pourtant de toutes ses forces.

Elle rouvrit les yeux, sourit, rit de ses remarques. Il l’enlaça tendrement. C’était doux, chaud, simple… et pourtant tellement compliqué pour l’un comme pour l’autre. Elle la mage imprévisible dont les pouvoirs pouvaient provoquer d’inattendus revirements de situation… Lui, le damné aux dessins sombres et ensanglantés qui s’attardait près d’elle mais… pour combien de temps ?
Pour l’instant pourtant, la joie était la seule chose au rendez-vous et ça les arrangeait fort bien. Il lui proposa même de l’entraîner et la jeune femme dévia, il sourit et profita qu’elle lui tourne le dos pour mordiller une de ses oreilles, gourmand.

- Je ne déteins pas ma princesse, c’est juste que tu te transformes en perverse… Mais ça c’est parce que tu as goûté à l’amour du Tristan, c’est tooout à fait normal… Je ne sais pas si je te préfère ainsi, pleine de sous-entendus diablement excitants ou… en petite sainte-nitouche fragile et naïve mais… si sensible sur certains sujets…

Il tira la langue, en profitant pour lui lécher le bout du nez quand elle se tourna vers lui pour lui lancer un regard faussement outré. Elle perdit aussitôt toute sa crédibilité, trop occupée à loucher, il la trouva adorable et l’embrassa tendrement.
Elle le recoiffa puis, lui évitant de dire de nouveau des bêtises, lui fourra un biscuit dans la bouche avant de s’amuser à frôler ses lèvres en mordant délicatement dans ce qui dépassait. Son estomac se serra et son rythme cardiaque fit une embardée.. woh… Ca c’ était… aléchant…
Mais cruelle vengeance elle finit par se préoccuper… du coucher de soleil. Rongeant son frein il l’enlaça et l’écouta, fronçant les sourcils quand elle parla de coucher de soleil. Elle lui en apprit plus et il se fit taquin.

- Tiens donc… Quelque chose d’autre qu’un vieux livre ennuyeux et poussiéreux pouvait attirer l’attention de l’effarouchée demoiselle que tu étais ? c’est bon à savoir.

Pourtant, si elle râla pour la forme, elle redevint rapidement silencieuse, se tourna vers lui et l’enlaça… d’une étrange façon. Comme lui le faisait quand ces souvenirs l’envahissaient, quand il la sentait lui échapper comme l’eau translucide d’une rivière. Elle l’enlaçait comme s’il pouvait brusquement disparaître comme un rêve. Il fut surpris mais finit par lentement passer ses bras autour d’elle pour la presser un peu plus contre lui. Sa respiration était un peu pressante… qu’arrivait-il à la demoiselle ? et son souffle sur son coup ne l’aidait pas beaucoup mais… elle lui dit quelques mots qui le firent se crisper et ouvrir de grands yeux. Ne pas… l’abandonner…

Il resta silencieux, incapable de répondre tout d’abord pour la simple et bonne raison, qu’il ne savait pas quoi dire. Et la détresse dans son regard était telle alors qu’elle ne pouvait pas le voir qu’il se serait probablement effrayé lui-même.
Pourtant il pressa doucement ses minces épaules, l’embrassant sur une tempe vu qu’elle était toujours blottie contre lui et la berça une seconde… Après tout… Autant être lui-même… c’était ainsi qu’il s’en sortait le mieux…

- Et risquer de m’éloigner d’un si bon coup ? et puis quoi encore ? Je n’ai pas fini d’admirer ce somptueux petit bout de femme… Oh et toi aussi bien sûr…

Il avait rajouté la suite, comme s’il prétendait fréquenter une autre qu’elle, juste pour plaisanter, pour la taquiner, pour être lui tout simplement. Si elle le tapa sèchement à l’arrière de la tête, sa mine exagérément offusquée la trahissait, elle connaissait et comprenait de mieux en mieux son beau guerrier. Il ne l’en trouva que plus touchante. Il en profita pour prendre une mine innocente.

- Pour de telles paroles, je vais devoir me faire pardonner… Hum… par exemple en rejouant une partie de cette bien étrange nuit pendant laquelle j’en ai tannnt appris sur tes préférences jolie demoiselle… non ?

Et encore de la taquinerie… Décidément, c’était une habitude !
Par la suite, elle s’échappa alors qu’il cherchait à l’embrasser et une courte mais intense poursuite fut lancée. Bah… La fin, ils la connaissaient déjà tous les deux, il allait la rattraper, la coincer, l’embrasser passionnément… Surprise ? Ca se passa exactement ainsi.
Ils s’étaient assis dans le sable cette fois et elle semblait vouloir rester. Il avait souri, pouvoir à nouveau regarder les étoiles avec elle, comme lors de ses premiers jours à l’Académie mais cette fois-ci dans un cadre plus… romantique, ça lui plaisait assez en fait. Il glissa une main dans son dos, la descendant le long de sa colonne vertébrale en l’embrassant quand elle le repoussa brusquement, le plaquant dos dans le sable.

Euh… oui, pourquoi pas ?
Ses tendances dominatrices il ne les connaissait pas encore assez pour ne pas être surpris mais il haussa un sourcil avec un sourire provocant en tenant un de ses poignets, comme s’il comptait se venger. Sauf que la demoiselle voulait juste… les protéger de la vue d’un intrus et il se sentit momentanément bien bête d’avoir pensé autre chose. Mais en tous les cas le sort, très impressionnant, de la jeune femme était efficace.
L’homme qui venait d’arriver et ne faisait probablement que passer, ne sembla pas les voir et après avoir jeté un œil autour de lui, s’éloigna.

Pourtant Tristan était sur le qui-vive et prêt à bondir si on les repérait effectivement. Mais il savait qu’il ne devait pas sous-estimer la magie, puissante, de sa compagne. Et en effet, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Le sort fut levé et elle se contenta d’un petit commentaire tout simple alors qu’il se demandait l’espace d’un instant comment elle avait pu sentir la présence de cette personne avant que lui n’en perçoive les bruits ou au moins l’odeur. Après tout, il avait un excellent odorat… Mais… le fait qu’elle se presse contre lui de la sorte… ET que finalement sa robe n’était pas si couvrante, surtout vu qu’il était torse nu pour sa part… et que la vue était intéressante… chassa très rapidement cette pensée de son esprit alors qu’il la regardait avec insistance.

Bon, il avait du sable dans les cheveux mais… il ne s’en préoccupait pas plus que ça, après tout, elle devait avoir une demi-douzaine de sorts en réserve pour l’en débarrasser… et s’en débarrasser elle-même au passage.
Ce fut la raison pour laquelle il lui attrapa brusquement les bras avant de la retourner d’une torsion, se retrouvant au-dessus d’elle, son regard disparaissant momentanément sous sa frange flamboyante en désordre. Il s’arrêta à deux centimètres à peine de son visage, le souffle brûlant puis au lieu de l’embrasser, glissa ses lèvres sur sa gorge, la frôlant machiavéliquement !
Une de ses mains se perdit dans les cheveux de la demoiselle… mais l’autre semblait très occupée… euh… à vérifier que son cœur battait toujours très bien. Oui oui…c’était tout à fait ça ! Il l’embrassa tour à tour tendre et passionné alors que le soleil disparaissait totalement derrière l’horizon, le ciel devenant noir… alors que les étoiles semblaient s’allumer une à une au-dessus d’eux, jetant des reflets irréels sur l’eau, le sable et surtout la chevelure de la jeune femme. Il s’arrêta d’ailleurs pour la regarder, caressant son visage, se redressant finalement sur la paume des mains, comme pour se tenir à la fois loin d’elle pour l’admirer… et suffisamment proche pour ne pas être séparé d’elle.

- Dommage que l’hiver approche… je t’aurais bien proposé un bain mais… avec la température il faudrait que tu restes collée à moi et… je ne suis pas sûre de l’issue de cette… attitude.

Honnête ? Un peu oui…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Dim 27 Jan - 11:54

Elle était un peu triste mais préférait ne pas le montrer. Comment peut on être quand on ne se sent plus entière ? Cassidy n’en était pas à son premier oubli et elle le savait ! Mais celui là était beaucoup plus important que les autres. Elle lui en voulait un peu, oui, même si il avait dit agir pour son bien. Elle comprenait, oui, mais commençait à douter des réactions imprévisibles de Tristan. Après tout, elle lui laissait le champ libre d’aller et venir comme il le souhaitait.

Le cœur de la demoiselle se serra lentement dans sa poitrine, alors qu’elle trouvait la force et le courage de lui pardonner pour ce qu’il avait fait. Bien sûr, si elle était vraiment consciente, jamais elle n’aurait permis ça. Elle se serait battue et peut être même que les choses auraient été pires. Parce que Cassidy se serait sentie trahie, bafouée. Elle n’avait pas vent du véritable secret à Tristan. Elle aurait bien sûr pensé qu’il n’avait pas confiance en elle pour se permettre de tout lui enlever. Ou du moins, préférait il qu’il la déteste.

Oui la situation aurait été différente. Elle serait sans doute partie en pleurant, errant un peu au hasard, sans vraiment de but précis. Peut être qu’on aurait cherché à lui faire du mal, elle se serait laissé faire, telle une poupée sans vie. Ou peut être aurait-elle perdu le contrôle d’elle-même. Sa magie l’effrayait parfois. Car elle n’arrivait pas à la contrôler entièrement.

Et puis, même si il lui avait épargné ce fardeau si dur à porter, cette suppression de souvenirs avait affaibli au plus haut point la jeune Cassidy. Oh son altercation avec cette sorcière ne remonte pas d’hier. Elle ne se manifestait pas quand la jeune apprentie était toujours avec son maître. Sauf le tragique incident où elle avait tué un homme et où son contrôle s’était lâché. Même ça elle n’en gardait aucun souvenir.

Et pourtant… elle se rappelait avoir des périodes à vide parfois. Qu’elle se réveillait comme si elle n’avait pas récupéré, comme si quelqu’un tentait d’utiliser sa magie. Elle se rappelait de ces scènes où cette femme apparaissait au détour d’une surface visible telle que l’eau ou les miroirs, tentant de la perturber, de la provoquer. Lui faisant comprendre qu’elle ne serait jamais rien et qu’elle avait perdue ce qui était le plus important pour elle. Parfois Cassidy avait faibli, faillit plonger. Elle se punissait, prenant soin de s’enfermer ou de s’entraver. Et toutes ces faiblesses étaient arrivées peu après qu’elle ait perdu le goût et l’envie de rechercher Tristan.

Pourquoi ? Parce que quand on enlève un des buts primordiaux on se retrouve plus exposé ? Pourquoi elle ? On lui disait qu’elle avait une puissance magique effrayante. Du moins, elle l’avait surpris dans une conversation. Heureusement, elle avait trouvé un repos provisoire à l’Académie, ce qui l’avait aidé à reprendre des forces. Elle était forte, elle ne parlait pas de ce genre de choses à son entourage. Même si il y avait eu des dérapages, ça restait normal et moins que ce qu’elle avait pu avoir ces derniers temps.

Pourquoi ? Parce que Tristan était là ? Parce qu’il faisait peur ? A vrai dire Cassidy n’en savait rien et autant elle trouvait la force d’éviter le pire, autant il y avait eu des dérapages. Cette fois, où elle avait failli le tuer juste parce qu’il la provoquait, où elle n’était plus elle-même. N’était ce pas son corps qui se rappelait du mal qu’il lui avait fait subir qui avait eu l’envie de se venger ? Même si elle avait écarté la lame au dernier moment. Et cette femme qui trouvait cet homme intéressant. Pourquoi ? Savait-elle aussi ce qui s’était passé ? Et qu’elle espérait que cela fasse plonger Cassidy dans le désespoir ?

Cassidy se perdait dans ces idées, ces hypothèses, mais ne préférait pas mêler Tristan à ça. Après tout, c’était déjà assez chaotique comme ça, qu’elle commence à lui reprocher que cette perte de souvenirs l’avait affaibli magiquement alors qu’elle n’avait que quelques constats et pas de réelles preuves, cela aurait plus fait fuir le beau jeune homme qu’autre chose.

Elle regardait l’horizon puis se tourna vers lui, l’air de rien, alors qu’il s’amusait à plaisanter avec elle, la faisant sourire même si elle grogna et détourna la tête en rougissant. Il avait toujours agi sans détours. Elle perverse ? Elle avait du mal à y croire ! D’avoir ce genre de pensées. Mais la demoiselle ne dit rien et se contenta de lui fourrer un biscuit dans la bouche avant de le croquer d’un air malicieux.

Elle se concentra ensuite sur le coucher du soleil, l’air songeur, cherchant à lui rappeler un évènement comme leurs petites escapades sur la plage sauf que cela ne semblait pas avoir ébranlé le Drakkari qui pensait à toute autre chose lui. Une petite phrase comme ça, amusante, lui faisant penser qu’elle avait toujours été le nez dans ses ouvrages. Jusqu’au bout il ne lui donnerait pas d’indices hein ? Lui il le savait pourtant… qu’elle ne s’intéressait pas qu’à ses livres. Mais il préférait feindre l’indifférence, au risque de se faire remarquer. Après tout elle n’était pas censée savoir.

La demoiselle se mit à râler en se retournant vers lui.

’’Rholala ! C’est l’impression que tu as de moi ? Une bibliothécaire ? Vilain Drakkari ! »

Elle lui tira la langue avant de se faire plus silencieuse une nouvelle fois. Il ne voulait pas lui dire, à moins qu’elle ne lui avoue la vérité, il ne lui en parlerait pas. Alors la jeune femme avait pourtant pris sa décision. Elle avait besoin de lui, il avait besoin d’elle. Elle ne le laisserait jamais partir, c’était beaucoup trop risqué ! Ils affronteraient les dangers ensemble car après tout et mine de rien, elle restait une mage. Cassidy avait beau être maladroite, se sous estimé et manquer de confiance en elle, il était hors de question que Tristan fasse encore des sacrifices. Un nouveau départ… ne pourrait être que très mauvais pour la jeune femme. En fait elle était perdue, elle voulait lui crier dessus, lui dire que ça lui faisait mal mais rien de ça.

La seule chose qu’elle se contenta de faire, c’est de l’enlacer tendrement dans ses bras, d’une voix presque suppliante, lui demandant de ne pas l’abandonner. Car elle avait peur qu’il parte. Même si il était ici contre son gré, elle ne pouvait pas l’empêcher de partir. Mais cela serait très dangereux pour elle comme pour lui. Si les Cheistams se rendaient compte que Tristan était parti, s’était échappé d’une manière ou d’une autre, sa crédibilité en prendrait un bon coup ! Peut être même qu’ils l’enfermeront ou qu’ils ordonneraient sa démission de l’Académie. C’était délicat et sensible. Malheureusement, ils attendaient des informations. Qu’elle ne fournirait pas. Même sous la torture. Elle les cacherait au plus profond de son être et ne s’en séparerait pas. Ou si encore une fois il fallait qu’elle perde la mémoire pour le protéger, pour empêcher les autres de s’en prendre à lui, alors peut être prendrait-elle cette dure décision. Mais cette fois, ça serait son choix.

La jeune femme enlaçait Tristan, tendrement, sans dire un mot de plus.

*Donnez moi la force de réussir, de ne pas faiblir…*

Tristan se conduisit… comme à son habitude, plaisantant là-dessus alors qu’elle avait l’air si grave. Mais la demoiselle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir. Elle savait qu’il tentait de se détacher d’elle pour ne pas se sentir si faible. Cassidy était perdue mais elle ne dit rien, se contentant de sourire et lui donnant un coup sur la tête bien mérité. Cassidy avait pris un air sévère même si celui-ci sonnait faux. Elle savait pertinemment qu’il plaisantait et elle lui adressa par la suite un sourire complice.

Jusqu’à rougir de nouveau quand il parla de certaines activités à faire par rapport aux préférences de la jeune femme. Cette dernière se mit à rougir à nouveau avant de bredouiller tout en agitant les mains assez intimidée, se trouvant vraiment très… heu c’était quand même inattendu ce qui lui était arrivé. Il voulut l’embrasser, elle voulait jouer.

Et bien sûr c’était un peu débile, parce qu’on sait ce qui se passe à la fin. Et pourtant la jeune femme avait encore des forces malgré son petit entraînement qui lui avait pris de sa magie, plus que nécessaire après tout. Mais elle faisait comme si de rien n’était ? Devait-elle lui parler de sa vue qui se floutait par moments ? A vrai dire, Cassidy n’en savait rien et ne voulait surtout pas perturber ce moment avec ce genre de problèmes. Et puis lui il lui cachait un bon morceau après tout hein !

Elle hésita, se laissant embrasser avant qu’ils ne décident de s’asseoir dans le sable. La jeune femme jouait un peu avec celui-ci, passant ses mains dessus et dessinant des cercles, des symboles d’un air distrait alors que Tristan était un peu collé à elle. La jeune femme sentit soudain un changement dans son champ qu’elle avait placé et d’un geste rapide, avait plaqué Tristan sur le sol, prononçant une incantation.

Cette dernière les avait rendus invisibles à la vue de tous. Il ne fallait pas que Tristan la sous estime non plus, elle était quand même sacrément douée pour ce genre de choses. Et puis ça expliquerait son aisance à voyager seule. Du moins lorsqu’elle croisait des personnes sans capacités pour détecter ses sorts et sa magie. Mais pour le commun des mortels, elle se débrouillait pas si mal. Prudente, méfiante, la jeune femme avait appris à faire attention à beaucoup de choses.

Sauf que depuis que Tristan était là, et qu’elle était à l’Académie, la demoiselle avait tendance à l’oublier. L’humain regarda un instant les environs avant de repartir comme si de rien n’était. Cassidy se mit à rire, contente et fière de son coup.

Tristan ne dit rien et se contenta de la retourner avant de l’embrasser de manière très sadique. Au départ, si la jeune femme semblait surprise de ce changement de situation, elle se laissa au final faire, glissant ses mains au dessus du dos du jeune homme, le caressant doucement alors qu’il la faisait frissonner. Elle se retint aussi… de briller une nouvelle fois parce que plaquée contre son torse de cette manière, il fallait dire que ce n’était pas les envies qui manquaient.

Sauf que le jeune homme avait d’autres idées en tête, comme le fait de prendre un bain de minuit et qu’elle serait bien obligée de se coller à lui. Cassidy se mit à rire doucement.

’’Oh tu as parfaitement raison. D’un je risque quand même d’attraper froid et tu sais que moi et les potions on est pas copines. De deux… ça pourrait rapidement tourner à autre chose qu’un gentil bain de minuit »

La demoiselle s’étira lentement tout en disant ces mots avant de prendre son bâton et d’incanter quelques paroles. D’un coup, le sable se transforma en bois et un petit feu se mit à brûler et crépiter devant eux. Cassidy était toujours songeuse. Jusqu’à ce qu’une petite lutine apparut dans les airs, Kimmy, apparemment un peu soucieuse de ne pas les voir rentrer.

Lorsqu’elle constata que sa maîtresse était en bonne santé, elle fit apparaître un repas à côté d’eux, comme quoi ils ne devaient pas se priver de manger pour regarder les étoiles. Cassidy demanda aussi à Kimmy d’apporter autre chose. Un petit pot apparu avec des bâtonnets. La lutine leur demanda de ne pas rentrer trop tard puis se volatilisa.

Cassidy regarda son compagnon, amusée, avant de prendre une baguette.

’’Je ne sais pas si tu connais, c’est de la guimauve. On la pique sur le bâton et après on la fait chauffer au feu. C’est un peu sucré mais j’aime bien »

D’un geste, elle prit la baguette et planta une guimauve qu’elle fit chauffer sur le feu avant de la tendre en direction de Tristan pour qu’il ouvre la bouche. Elle s’amusait à le faire manger comme ça et il en fit de même, ce qui les fit bien rire.

Puis ils entamèrent le repas qui avait été posé là à leur intention. Cassidy mangea toujours avec bon appétit, même si elle avait toujours besoin de réfléchir et que ça la troublait. Mais qu’importe, du moment qu’elle mangeait de bon appétit, Tristan ne se rendrait compte de rien après tout.

Une fois fini, la jeune femme se rapprocha un peu de Tristan, et prit la main dans la sienne, comme ça, sans dire un mot. Elle qui était si bavarde d’habitude ! Elle ne semblait pas vouloir dire ce qu’elle pensait pour le moment. Ou peut être n’avait elle rien à dire, à part se rallonger dans le sable pour regarder les étoiles. Elle touchait nerveusement son pendentif où était accrochée la chevalière de Tristan, réfléchissant. Puis la demoiselle ferma un instant les yeux, posant sa tête sur le torse à Tristan, le caressant doucement.

Elle qui était si vaillante, si fière de devoir se battre pour éviter de se sentir faible, se sentait complètement déboussolée et perdue à ce moment là, alors que Tristan était à côté d’elle. Pourtant ils avaient tout pour être bien.

Quelque chose d’humide tomba sur son torse. Alors ? Larme ou bave d’une demoiselle à moitié endormie ? Difficile de deviner…

Et effectivement, la jeune femme s’assoupit. Paisiblement, gentiment. Et pourtant… ses rêves ne semblaient pas être très joyeux. Elle était beaucoup plus crispée, serrait les poings, la respiration plus sifflante que d’habitude. Quelques sueurs apparurent au dessus de son front.

Après quelques minutes, elle finit par se redresser d’un bond, le cœur battant à cent à l’heure, alors qu’elle poussa une exclamation comme si la demoiselle avait vraiment eu la peur de sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Dim 27 Jan - 21:15

Proposition détournée ? Oui, c’était un peu ça. Il semblait déçu que ce soit l’hiver et feignait d’être raisonnable mais pour mieux prétendre le contraire. Eh bien… à vrai dire ce bain tardif, qui n’était pas de minuit puisqu’il était encore tôt, l’intéressait et pas qu’un peu. Quelle bonne idée non ? Il avait bien envie de profiter de la mer avec elle. L’air iodée, il avait toujours apprécié et ce jour-ci ne dérogeait pas aux autres. La perspective de pouvoir serrer contre lui la petite mage frigorifiée à la recherche de chaleur le lui plaisait. Miam… presser ce si attirant jeune corps contre lui, pouvoir égarer ses mains sans passer pour un pervers puisque c’était dans le « seul » but de la réchauffer… Voilà de quoi lui plaire. Peut-être en un sens avait-il surtout besoin de se rassurer. Parce qu’elle avait beau feindre la normalité, être adorable et tellement joyeuse, joueuse et pleine de vie, elle ne pouvait rien contre la petite lueur dans ses yeux. Celle qui exprimait de l’inquiétude, de la tristesse… un mélange d’émotion qu’il identifiait mal mais qui lui permettait d’affirmer que ça n’allait pas aussi bien qu’elle le prétendait. Si elle ne souhaitait pas en parler, il ne l’ennuierait pas avec… Il avait ses propres secrets et ne pouvait donc pas sans hypocrisie lui reprocher les siens. Néanmoins… était-il le responsable de ce regard ? Difficile à dire… Qu’avait-il fait pour le provoquer s’il s’agissait de lui et… comment se rattraper aussi ?

Mais comme précédemment, elle n’avait pas compris et avait doucement certes repoussé son engouement, mais repoussé quand même. Enfin son engouement… disons les sous-entendus dans ses baisers, caresses et invitations. Parce que c’était une invitation mine de rien, certes timide, mais tout de même, que de proposer ce bain.
Néanmoins, elle avait probablement raison, elle risquait d’attraper froid… Mais il avait très bien noté également son manque d’enthousiasme alors qu’il l’embrassait juste avant. Elle s’était contenté de passer ses mains dans son dos, le caressant légèrement, elle qui d’ordinaire s’emballait même si elle essayait de faire bonne figure et restait si peu de temps et si difficilement calme sous ses baisers. D’habitude, elle ne pouvait pas laisser ses bras dans sa nuque, pas quand il l’embrassait ainsi… Quand c’était sage oui… mais ainsi… non… Elle caressait son visage, son torse… mais elle ne restait pas aussi… frigide… Oui, c’était peut-être le mot au final et… ça l’effrayait au moins autant qu’il en était vexé.

Il resta silencieux alors qu’elle se redressait, s’écartant d’elle en l’observant, abasourdi d’avoir été un peu… « ignoré » en quelque sorte. Aie !!! elle alluma un feu qui crépita un instant, le regard du jeune homme s’y perdant alors qu’il ne disait rien. Mais si le silence était étonnant chez la jeune femme, il n’était guère surprenant chez son compagnon. Kimmy apparut et leur apporta à manger et… un truc qui s’appelait guimauve et que la jeune mage semblait beaucoup aimer. Un peu sucré était un doux euphémisme en réalité… Lui n’aima pas beaucoup à vrai dire. Beurk ! c’était écoeurant ! Il finit par refuser ceux qu’elle lui tendait parce qu’il en avait mal au cœur. Décidément, rien ne valait un steak saignant à ses yeux.
En tous les cas, elle mangeait de bon appétit et il finit par se demander s’il n’était pas paranoïaque tout simplement.

Eh bien oui, elle semblait en forme et puis elle mangeait, elle souriait. Il devait se tromper… maladroite et débutante comme elle était, elle n’avait pas dû comprendre son insistance et la signification de ses baisers et paroles voilà tout. Il n’y avait pas à s’en faire… Enfin… Normalement.
Il décida de repousser ses questions et ladite paranoïa loin d’eux et de leur soirée « romantique », se contentant de s’allonger à plat ventre dans le sable. Il joua un instant avec les flammes, ne semblant pas souffrir de la morsure de celles-ci quand il laissait sa main au-dessus. Après tout, il n’était pas un Drakkari pour rien…

Ils terminèrent de manger et elle lui prit la main, l’invitant finalement à s’allonger sur le dos, faisant de même pour regarder les étoiles. Elle ne disait rien, il ne parla pas davantage. Non… Son côté… mutique était trop étrange à ses yeux. Cassidy…parlait même dans son sommeil alors qu’elle se taise autant pouvait signifier plusieurs choses : ou elle était extrêmement fatiguée par une dure journée, ou elle lui en voulait pour quelque chose voilà tout ! Et il penchait vraiment pour cette solution, même si elle ne semblait pas vraiment en colère. Qu’était donc ce quelque chose ? Il n’avait pas eu l’impression de la forcer à quoi que ce soit… Et certainement pas… à coucher avec lui. Enfin… peut-être que c’était autre chose. Elle lui en voulait sans doute par rapport à l’histoire de sa sœur. C’est vrai qu’il ne s’était pas plus expliqué que ça et qu’Aliéna n’avait pas été tendre avec la petite mage la veille mais… quand même !!!
Il aurait pourtant voulut lui dire, lui en raconter davantage… peut-être même tout lui avouer mais… était-ce bien raisonnable ? Elle l’avait accepté tel qu’il était… Si elle savait… est-ce que ce serait pareil ? Ce n’était pas elle qu’il soupçonnait, mais sa peur… par rapport à son honneur, à sa fonction… Mais avait-il droit de lui imposer cette ignorance hein ?

Il sentit quelque chose d’humide au bout d’un moment sur son torse et pour lui ça ne faisait aucun doute, c’était une larme… Il serra les dents, blessé et malheureux de lui avoir fait de la peine, cherchant vainement des paroles réconfortantes. L’inspiration ne venait pas et finalement ce fut la respiration assoupie de la jeune femme qui lui répondit. Au temps pour lui…

Quand il fut certain qu’elle dormait bien, Tristan se tourna légèrement, lui servant toujours d’oreiller et caressa tendrement une de ses joues en lui souriant. Pourtant son regard à cet instant méritait d’être vu, plein de honte et de regrets, plein d’hésitation et d’envie de fuir. Il caressait sa joue, ses cheveux, sa nuque. Sa peau était si douce sous ses doigts qu’il comprenait sans mal la délectation qu’il éprouvait à l’embrasser, la caresser. Si douce… Il l’observa et finalement murmura doucement, tellement bas qu’il n’était même pas sûr qu’elle puisse l’entendre dans son sommeil.

- Pardon ma princesse… Pardon… Je t’aime… Je t’aime tellement… Mais… tout te dire… Je le ferai, je te le jure, laisse moi juste le temps…

Mais Cassidy commença à s’agiter dans son sommeil. Au début c’était léger, peu perturbant, elle gigotait juste un peu et fronçait les sourcils dans son sommeil. Mais très vite celui-ci devint un vrai cauchemar, ça se voyait. Elle serrait trop les poings et ses yeux se plissaient, des grimaces déformant son joli minois alors qu’elle lui donnait même quelques tapes sur le torse sans faire exprès… mais de toute façon, elle n’avait pas suffisamment de force pour réellement lui faire mal.
Il essaya de l’immobiliser, de la rassurer en lui parlant mais rien à faire. Il l’avait même allongée dans le sable, se penchant au-dessus d’elle pour la secouer en douceur.
Mais elle était toute à son rêve et justement quand son cauchemar l’emporta et la réveilla en sursaut, elle se redressa si vite et tant qu’il ne put pas l’éviter. Le haut de la tête de la jeune femme tapa dans la mâchoire de son compagnon et il en fut déséquilibré, tombant en arrière, un peu sonné avant de se redresser en se frottant le menton.

- Cassy ! Cassy, calme-toi ! Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est ce que tu as vu ? Cassy ?

Elle tremblait un peu et fixait un point qu’il ne voyait pas, certainement encore dans son rêve. Il empoigna ses épaules et la secoua doucement mais fermement, l’appelant et… prononça un mot… hem… un peu gênant alors qu’il l’enlaçait

- Cassy… Cassy calme-toi, je suis là, calme-toi mon amour, tout va b…

Se rendant compte de sa bourde, il se tut aussitôt.
Le jeune homme recula légèrement en la lâchant. Eh bien non, il ne l’avait jamais appelé ainsi. « Princesse » n’était qu’un surnom qu’il lui donnait depuis son entrée à l’Académie et même s’il le prononçait avec plus d’affection, ce n’était pas vraiment un signe d’engagement mais là par contre… eh bien ce n’était pas pareil et il ne pouvait pas décemment prétendre le contraire. D’ailleurs il rougit un peu, détournant rapidement la tête en se frottant la nuque, marmonnant un « désolé t’inquiète » un brin bourru alors qu’il ne savait plus vraiment où se mettre. En tous les cas, ça avait eu de l’effet parce qu’elle était sortie de sa transe. Il finit par lui faire un timide sourire, espérant qu’elle allait mieux et lui prenant la main.
Elle s’expliquait… enfin plus ou moins… jusqu’au moment où… tout bascula.

Tristan s’était figé, le regard vide, fixant un point légèrement au-dessus de la tête de sa compagne. Le sang s’était mis à battre à ses tempes, il l’entendait… son cœur… bobom bobom bobom !!!
Tellement rapide. Une sensation étrange commençait à s’emparer de lui. Une sensation qu’il ne comprenait pas, qu’il n’expliquait pas… la chaleur, sa peau le brûlait. Il plaqua soudainement une de ses mains sur son torse suite à la vive douleur qui venait de se manifester et le faisait haleter, puis enserra sa tête dans ses mains, respirant avec peine en grimaçant de douleur, une marque rouge apparaissait au-dessus de son cœur, sur sa peau, comme une encre de sang, bordeaux et brillante.
Il gémit de douleur cette fois et sembla reprendre un peu conscience du monde qui l’entourait.
Derrière lui, qui tournait le dos à l’océan, la lune commençait à se lever, toute ronde et argentée, obscurcissant les étoiles mais inondant la nuit d’une lueur blanchâtre.

- C… Cassy… Cassy va-t-en !... VA-T-EN !!!!!

Juste après, il poussa un hurlement de douleur terrible, se roulant en boule par terre alors qu’un craquement se faisait entendre, craquement d’os. Nouveau hurlement qu’il essayait avec peine d’étouffer, semblant souffrir le martyr, la repoussant brusquement alors qu’elle cherchait à s’approcher. D’une voix faible, pendant une accalmie, il empoigna la main qu’elle tendait vers lui, la repoussant, il lui dit de s’enfuir, qu’il ne savait pas ce qu’il avait… que ça faisait mal… Mais ça elle l’avait probablement compris. Quand il l’avait touchée, sa peau était si chaude qu’il la brûla presque. Il s’écroula aussitôt après, hurlant de plus belle en se tordant au sol, sa peau semblant fumer… L’instant d’après, une espèce de petit nuage de vapeur s’échappait de lui et… à sa place, roulé au sol se trouvait le dragon rouge qui avait sauvé la vie de la jeune femme quelques jours plus tôt.

La douleur reflua alors enfin et il put respirer… mais se rendit très vite compte que son souffle n’était pas comme d’ordinaire, ressemblant à celui d’un animal, puissant. Il se redressa à quatre pattes et posa des yeux effrayés sur les grosses pattes griffues qui lui tenaient lieu de main avant de tourner la tête vers Cassidy, ses grands yeux orange brillant comme de petits phares phosphorescents dans la nuit, poussant un grognement plaintif qui était en fait… un appel. Euh… oui… là… il ne comprenait… pas tout !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Dim 27 Jan - 22:34

Cassidy avait compris ce que voulait Tristan, même si il prenait un air faussement désintéressé, du moins, qu’il expliquait que ça risquait de prendre d’autres allures. Et il est vrai que la jeune femme avait autre chose en tête en ce moment. Pas qu’elle désirait le repousser, loin de là. Mais à vrai dire, ses pensées l’empêchaient de se détendre complètement. Elle restait un peu perdue.

Finalement peut être aurait-elle du accepté ce bain avec lui-même si la demoiselle était plus du genre à être frileuse. Bah elle aurait pu se coller contre son Drakkari ! Ou bien elle y réfléchirait pour un peu plus tard. En effet, Kimmy venait d’arriver et leur apporta de quoi se restaurer. La jeune femme remarqua que Tristan semblait un peu vexé par son refus de proposition.

A cela, elle baissa lentement la tête, regardant ses doigts et jouant avec le sable distraitement. Elle voulu ensuite détendre l’atmosphère en lui proposant de la guimauve mais apparemment il n’aimait pas. Tiens, l’ambiance romantique commençait à baisser alors que lui semblait bouder de son manque d’enthousiasme et elle-même n’était pas si bavarde que ça.

C’est pourquoi Cassidy faisait style de manger de bon appétit, l’air de rien, même si son silence pouvait être interpréter de plusieurs façons. Mais après tout, elle n’allait toujours pas lui obéir même si elle était quand même bien intéressée au départ. Et puis après ce qu’elle avait appris, il lui était difficile de se concentrer sur autre chose. Et elle ne pouvait pas lui en parler aussi rapidement pour l’instant.

Elle se contenta alors de s’allonger sur le sable, l’entraînant près d’elle pour mieux se poser. Son drôle d’entraînement l’avait un peu fatigué mine de rien et la jeune femme, encore toute déboussolée par ses récentes visions, laissa glisser une larme qui tomba sur le torse du guerrier, avant qu’elle ne s’assoupisse sans dire un mot.
En revanche, son sommeil ne fut pas des plus agréables et si Tristan lui promit une chose à laquelle elle ne pouvait pas répondre ni entendre, la demoiselle était plongée dans une réelle tourmente. Son cauchemar ? Elle se voyait avec Tristan et incapable de pouvoir l’aider. Le démon qui l’emportait au loin. L’incapacité et la faiblesse qu’elle avait. Parfois elle manquait de confiance et ça se ressentait dans ses cauchemars.

La jeune femme grimaça, le front couvert de sueur, cherchant à rattraper un homme qui la fuyait. Elle se perdait elle-même, dans les brumes ténébreuses d’une folie qui ne lui était pas inconnue. Cassidy gigota, se tourna dans plusieurs sens avant de se redresser d’un coup, se cognant contre quelque chose de solide. Sauf qu’elle ne semblait pas plus que ça réveillée, fixant un point fixe au loin, tendant très lentement la main, le visage crispé, cherchant à rattraper ce qui lui échappait. Elle n’entendait pas la voix de Tristan.

Jusqu’à ce qu’il prononça un mot jamais dit auparavant. Et peut être que c’était le déclic, peut être que ce simple mot la ramena à la réalité très curieusement, alors que Cassidy cligna des yeux, blanche comme un linge. Elle se tourna vers Tristan, très surprise, puis se passa une main dans ses cheveux dorés, cherchant à reprendre contenance. Lui semblait très gêné et rougissait un peu.

Il lui prit la main, la jeune femme la serrant doucement contre la sienne, avant de secouer rapidement la tête, reprenant sa respiration, fixant Tristan très étrangement.

’’Tris’… je… »

Elle se stoppa, apparemment toujours un peu perdue. Avant de baisser la tête. Devait-elle dire la vérité ? Non pas tout de suite ! Pas encore… La jeune femme baissa la tête et chercha ses mots. Que devait-elle faire ? Que devait-elle dire ?

’’En fait… je… heu… je t’ai vu tomber d’une falaise ! »

Cassidy laissa planer un silence, remuant sa main libre dans le sable, cherchant ses mots. Ohlala… le gros mensonge ! Ca ne la mettait pas à l’aise du tout. Mais… il fallait qu’elle essaye au moins d’expliquer son ressenti.

’’Je me suis sentie faible… je n’ai rien pu faire pour t’aider… je t’ai vu tomber sans pouvoir te rattraper… Je sentais que ma magie était complètement inutile et… »

Sauf qu’elle n’eut pas le temps de terminer ses paroles que Tristan montra une nouvelle expression, celle de la souffrance. Le jeune homme semblait vraiment souffrir et pendant un instant, Cassidy crut que c’était CETTE chose. Bizarrement elle ne ressentait rien de son lien du tatouage mais bon ce truc là était aussi imprévisible que Tristan ! Elle se redressa, en alerte, refusant de partir.

’’Tris’… Calmes toi ! Il faut que tu te calmes ! »

Plus facile à dire qu’à faire. Elle tenta de s’approcha de lui pour comprendre ce qui lui prenait d’un coup mais il la repoussa.

’’Dis moi ce que tu as ! Je ne te laisserais pas, peu importe ce qui t’arrive »

*Pas utiliser la magie mais les sentiments… Nan mais Aliéna je ne peux pas y arriver dans ces conditions !*

Tristan souffrait horriblement et elle se sentait inutile. Sauf que Cassidy avait dans l’idée d’utiliser un sort pour soulager la douleur du jeune homme et attrapa rapidement son bâton en lançant un sort. Malheureusement elle n’était pas très, mais alors pas du tout efficace ! Et déconcentrée comme elle était, son sort se retourna contre elle.

BAM ! Un champ d’énergie se cogna contre la jeune femme et elle fit un magnifique vol plané dans l’eau ! Plutôt un roulé boulé alors qui la fit mordre l’eau, le sable et atterrir le nez dans l’eau, ce qui la trempa. Heureusement, là où elle était, la demoiselle avait toujours pied, bien qu’une petite vague arriva pile à ce moment, finissant par la tremper entièrement alors qu’elle poussa un cri de colère, laissant entendre que l’eau gelée, ce n’était pas son truc !

Elle se redressa, la robe complètement mouillée et les cheveux aussi, s’ébrouant dignement en récupérant son bâton, avant de constater les… dégâts. A la place de Tristan se trouvait le dragon rouge de la dernière fois. La jeune femme écarquilla les yeux un instant.

*Oh non c’est pas vrai, je suis encore en train de rêver !*

La jeune femme sortit assez difficilement de l’eau puis lâcha son bâton pour essorer ses cheveux, sortant une petite réplique en le fixant calmement mine de rien, comme si elle se tenait toujours devant Tristan et pas un dragon.

’’Je crois que pour le bain de minuit… on va laisser tomber, sous cette forme tu serais bien incapable de faire quoi que ce soit… »

Elle le regarda, gênée et terriblement embarrassée, même si elle n’avait pas peur. Bah oui ! Elle avait fréquenté des druides capables d’adopter différentes formes animales donc la métamorphose elle connaissait. Sauf qu’un dragon, c’est toujours très impressionnant. Même si quand il s’agissait de magie, la jeune femme était toujours un peu plus sérieuse.

Elle soupira longuement avant de s’approcher de lui et de l’examiner de plus près, avant de regarder la lune, puis Tristan dragon, puis la petite gemme qui s’était fichée dans sa tête. La jeune femme resta silencieuse avant de grogner et de ramasser son sac pour chercher quelque chose.

’’Le pendentif que je t’ai offert n’est peut être pas une bonne idée Tris’… J’espère que tu pourras retrouver ton apparence normale parce que je n’ai jamais vu ça. Je te l’enlèverais dès que tu retrouveras ta forme humaine, ça vaut mieux pour toi… »

La demoiselle l’examina à nouveau un instant.

’’Je pense que tu y tiens à cet objet mais… il vaut mieux être prudent quand un objet devient magique, je ne sais pas ce qui pourrait t’arriver. Peut être même que tu vas avoir des pulsions de dragon et ça ce n’est peut être pas très bien. Et puis, je ne tiens pas à ce que tu t’enfermes dans une caverne ou je ne sais trop quoi. Y a pas trente six mille solutions… mieux vaut que tu le gardes dans tes affaires mais pas sur toi… »

Elle semblait un peu attristée et baissa les yeux, s’en voulant de lui avoir fait un cadeau assez particulier. Elle pensait lui faire plaisir et puis il se retrouve malgré lui dans une forme peu recommandable. La jeune femme se rappelait encore la fois où elle lui avait fait pousser des ailes et qu’il lui avait dit de ne pas abuser. C’était la même chose pour ça.

’’En plus sous cette forme, on ne peut pas rentrer à l’Académie, ni aller à Glindel et… ATCHAAAAAAAAAAAAAA ! »

Elle éternua un coup en reculant, frigorifiée et se frottant, grelottant doucement. Le vent frais sur sa peau froide n’arrangeait en rien les choses. D’un geste, elle fit un peu grandir le feu à côté d’elle pour qu’il puisse avoir une plus grande portée.

Cassidy grommela, cherchant une solution. Elle n’avait rien pour se changer et même si il voulait se frotter contre elle pour lui tenir chaud heu… comment dire… autant le contact avec Tristan humain elle aurait bien redemandé, autant le contact direct avec un dragon heu… c’était pas trop ça ! Enfin ça lui faisait bizarre quoi. Elle se gratta la tête gênée.

’’Là tu n’as pas de chance, je t’aurais bien demandé de venir me réchauffer mais là heu… tu sais moi et les dragons c’est… hum… pas encore ça. J’ai rien contre toi hein ! Et puis on ne sait jamais, enfin t’enfuis pas non plus mais il va falloir trouver un moyen pour hum… minimiser les dégâts ? »

Son regard s’éclaira, bien que Tristan n’allait pas, mais alors pas vraiment apprécier DU TOUT ! La jeune femme fouilla dans son sac et sortit son bracelet métallique. Un dragon, c’est gros, c’est dur à percer avec de la magie, alors elle allait devoir mettre les bouchées doubles. Elle accrocha le bracelet à sa main, et les runes sur le dessus prirent une couleur argentée alors que la jeune femme ferma les yeux et baissa la tête. Aïe ! Ce n’était pas facile à contrôler ce truc ! Finalement, elle se calma.

’’Ne m’en veux pas s’il te plaît, c’est la seule solution de secours que j’ai trouvé pour le moment »

La jeune femme tenait fermement son bâton et prononça un sort tout en traçant un symbole violet dans les airs, puis le tapa de sa paume de main. Une lumière violette entoura le Tristan dragon et il se retrouva tout petit, de la taille d’un dragonnet. Moins dangereux de cette façon là. Elle le regarda doucement avant de dégrafer son bracelet et de le ranger précieusement dans le sac.

*En plus ça me force à utiliser cet objet. Ce n’est pas que je n’ai pas envie mais ça use pas mal d’énergie magique quand même… et puis il vaut mieux que je n’en abuse pas trop*

’’Quand tu retrouveras ta forme humaine, tu retrouveras ta taille normale. Disons que ça te permet de passer inaperçu de cette manière… »

Pas le droit aux baisers, aux câlins. Rhaaaaaaa !

’’Ah… une dernière chose… n’en profite pas pour aller te balader dans mon décolleté quand même… »

La jeune femme le regarda avec malice. Enfin regarda le petit dragon. Puis elle tourna la tête vers la lune et s’entoura de ses bras pour tenter de se réchauffer un peu avec le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Mar 29 Jan - 17:00

La cata…
Mais pas la petite cata, non… la petite cata ça va encore, c’est gérable. Là, c’était de la MEGA cata !!! Une vraie Catastrophe avec un grand C. Oh non… Mais franchement ! Il lui avait dit… Il l’avait appelée « mon amour ». La honte ! Bon d’accord, il avait paniqué ! Elle ne faisait que dormir au départ et c’est vrai qu’il en avait été vexé. Pourtant c’était quand même flatteur ! Cela signifiait qu’à ses côtés, elle se sentait suffisamment bien et apaisée pour s’endormir… Moui… mais ça signifiait aussi qu’elle était justement suffisamment bien et pas du tout tentée par autre chose… Cruelle destin ! Aussi loin que remonte sa mémoire, jamais une femme n’avait boudé ses caresses. Mais bon, Cassidy était… unique en son genre, il le savait. En tous les cas, la certitude s’était installée : il avait fait une bourde, quelconque et elle le lui faisait payer, peut-être même inconsciemment mais elle le lui faisait payer. Bon… Il ne pouvait pas avoir oublié son anniversaire puisque c’était il y a peu. Elle ne voulait tout de même pas fêter leur « mise en couple » si ? Non parce qu’une semaine… ça ne pèse pas bien lourd dans la balance. Même si elle battait des records avec lui, la grande lauréate restant tout de même Maud.

Bref, elle s’était endormie. Il avait senti sa larme et c’est pour cette raison qu’il était resté silencieux et s’était retenu de chouiner ou de s’éloigner de mauvaise humeur et le montrant. D’ordinaire c’est vrai qu’il ne se gênait guère pour afficher son mécontentement… Mais là, il l’avait fait pleurer et ça… ce n’était pas rien quand même.
Elle avait commencé à s’agiter et au début il n’avait rien fait mais quand ça s’était aggravé, il l’avait secouée un peu et finalement si elle s’était réveillée… elle ne semblait pas sortie des brumes de l’inconscience avant qu’il ne prononce ce fichu mot. Il s’inquiétait tant pour elle, qu’il avait baissé ses barrières et oublié de faire attention. Oui ce truc là… « attention » une attention constante pour tout dès qu’il était près d’elle… Pour ne pas qu’elle comprenne qu’il s’était déjà passé quelque chose entre eux. Suffisamment fort et important pour lui pour que malgré les sept années écoulées, il n’ait pas oublié. Oh non… il n’avait pas oublié… enfin en partie si… Il s’y était efforcé. Mais dès qu’il l’avait embrassée de nouveau, tout lui était revenu directement dans la face et ça faisait mal… tellement mal.

Bref… Ca lui avait échappé. Et il était au moins autant surpris qu’elle ! Et tout chamboulé aussi d’avoir laissé ce terme lui échapper… de se montrer brusquement si vulnérable. Bien sûr qu’il tenait à elle mais de là à lui dire en face euh… il y avait quand même un sacré parcours avant quoi ! Pourtant ce fut ce qui la lui ramena à sa grande surprise. Et si elle assimilait plus ou moins l’idée, elle ne dit rien par rapport à ceci, se contentant après un temps d’hésitation de lui expliquer son cauchemar. Enfin… Il y avait quelque chose de louche dans son attitude, c’était comme si elle voulait taire quelque chose et il fut certain à l’instant même qu’elle lui cachait quelque chose. Seulement il ne se doutait pas du tout que c’était par rapport à lui, aux révélations auxquelles elle avait eu droit. Il se persuadait juste qu’elle avait dû rêver de sa marque ou de quelque chose comme ceci et n’osait pas lui en parler. Peut-être même…peut-être même son subconscient lui avait-il envoyé un message… qu’il était possédé et peinait-elle à le croire… mais intelligente comme elle était commençait à faire le rapprochement. Il ne dit rien, se contentant de presser sa main en l’écoutant jusqu’à… se mettre brusquement à hurler.

Promis, ce n’était pas du tout prévu au programme des réjouissances !
La douleur était terrible et il essaya de la repousser tout simplement parce qu’il ignorait ce qui lui arrivait. C’était un peu comme ce qui se passait quand… IL le transformait en cette chose horrible qui n’avait qu’une envie : tuer. Mais c’était différent. D’habitude il n’avait pas aussi chaud, là il avait l’impression que son corps s’embrasait ! C’était quand même très étrange et il craignait vraiment de perdre le contrôle et de lui faire du mal. Mais somme toute, malgré ses demandes, Cassidy restait. C’est pour cette raison, affaibli et apeuré qu’il se persuada de lutter coûte que coûte et de s’assommer sur un rocher plutôt que de lui faire du mal… Pas encore…

Ce fut un très long et pénible moment… Surtout pour elle, il le sentait. Elle devait se sentir tellement inutile, tellement vulnérable alors qu’elle ne lui était d’aucun secours. Pourtant, ce n’était pas sa faute, il aurait aimé le lui dire… mais il n’y parvenait pas. Il avait trop mal, il s’en voulait.
Elle essaya même de l’aider avec sa magie mais ça ne fonctionna pas et il entendit un plouf, sans pouvoir rouvrir les yeux, paniqué à l’idée qu’elle soit tombée trop loin dans l’eau alors qu’il ne pouvait pas l’aider. Apparemment ce n’était pas le cas et heureusement…

Il se retrouva alors transformé en dragon… Il s’en rendit compte parce que la sensation de puissance lui était familière et curieusement apaisante. Il se sentait tellement fort ainsi… et aussi tellement maladroit. En tous les cas il n’avait plus mal et la peur avait laissé la place à une espèce d’apaisement et d’instinct animal. Cassidy essaya même de plaisanter alors qu’il la regardait de ses grands yeux orange dans lesquels le reflet de la jeune femme se voyait.
Elle parla de lui enlever son collier et le dragon semblait très expressif parce qu’il poussa un grognement plaintif qui ressemblait à un éternuement grognon en se reculant aussitôt. Mais comme il était inquiet et ne contrôlait pas encore ce corps, il avait baissé sa queue et se prit maladroitement les pattes arrières dedans, tombant à la renverse, essayant tant bien mal de se redresser avant de jeter un regard furieux à la jeune femme… et un autre comme s’il la défiait d’essayer de lui ôter. Ah ben ça… dragon ou pas dragon, il avait son caractère !

Elle s’expliquait à peu près et semblait vraiment ennuyée et lui sur ses gardes quand elle éternua ce qui lui fit relever la tête alors qu’il la fixait avec insistance. Ah oui, en effet, elle était trempée et elle grelottait… Il y avait du vent sur la plage aussi… forcément ce n’était pas très agréable. Il poussa un léger grognement, proche du gémissement, inquiet en s’approchant un peu d’elle.
Elle sembla réfléchir puis eut apparemment une idée, enfilant un étrange bracelet qu’il n’avait jamais vu avant de pointer son bâton sur lui, ce qui pour le coup l’effraya un peu. Il devait lui faire extrêmement confiance pour ne pas s’enfuir étant donné son aversion pour la magie. Enfin grâce à elle ça allait mieux mais… quand même !!!!!
Il tremblait tout de même comme une feuille, se contrôlant bien mal sous cette forme.

Fort heureusement, la jeune femme ne comptait pas le forcer à reprendre forme humaine, ou du moins essayer de le faire, elle souhait juste… le faire rapetisser. Il le comprit immédiatement quand brusquement elle devint très très très grande… et comme elle ne pouvait plus vraiment faire de poussée de croissance, c’était la seule solution envisageable. Il se retrouva transformé brusquement en mini dragon et non, il n’apprécia guère. Pour commencer, il avait le tournis à cause du tour de magie mais en plus il était… tout petit !!!! Et ça… eh bien ça ne lui plaisait pas vraiment.
D’ailleurs il poussa un grognement de protestation… qui ressemblait pour le coup à un couinement, ce qui le surprit pas mal et le traumatisa à voir la façon dont il loucha pitoyablement sur sa gueule.
Mais réduit ainsi, étrangement, il arrivait mieux à percevoir son centre de gravité et semblait un peu plus…conscient de son nouveau corps. Elle lui affirma qu’il retrouverait pourtant sa taille normale en temps voulu… oh et qu’il ne devait pas se balader dans son décolleté.. ce qui lui valut un regard furieux du petit dragon.Non pas qu’il n’ait pas l’idée en tête…seulement pour pouvoir accéder audit décolleté encore fallait-il grimper jusque là !!!!!

Mais il oublia aussitôt son caprice en la voyant frissonner de plus belle. Elle était si pâle. Il tourna rapidement la tête à gauche et à droite puis lui… fonça dessus. Vu sa taille, il ne pouvait pas lui faire grand mal mais il attrapa le bas de sa robe dans sa gueule et commença à tirer dessus, poussant de petit grognement pour lui faire comprendre de le suivre. Et il s’avérait bon guide et avoir un bon instinct puisqu’il l’attira rapidement… enfin relativement rapidement à l’abri derrière quelques rochers empilés, ce qui la couvrait un peu du vent.
L’instant d’après, il escaladait de nouveau des cailloux mais seul et revenait en tenant dans sa gueule une branche enflammée pour lui faire comprendre cette fois de rallumer un feu près d’elle, posant la branche à ses pieds… Et il repartit aussitôt… Avant de revenir mais par un rocher au-dessus d’elle, se laissant tomber sur son épaule après s’être signalé d’un couinement. Bon bien sûr, il était lourd quand même et… essayait… de lui ôter sa robe apparemment. Ah ben pervers un jour… pervers toujours… Il s’échinait sur une bretelle, poussant de petits grognements sous l’effort. Non, non, il n’avait pas d’idées malsaines en tête et quand elle le regarda avec de grands yeux catastrophés en se demandant où était la limite de la perversité de ce grand gamin, il secoua la tête en couinant et tira jusqu’à elle… sa tunique qu’il avait ôté un peu avant et qui elle était sèche !!!

Le dragonneau fier de lui, vint finalement s’installer sur ses genoux. Ses écailles étaient étranges, pas du tout rêches. On les sentait en allant à contre sens, sans doute un peu coupantes mais autrement c’était tout doux, comme toucher la peau d’un être humain et surtout il était chaud mais à un point impressionnant, une vraie bouillotte vivante !!! Il lécha même doucement une de ses mains quand elle l’approcha de sa tête, la langue tout aussi chaude que son corps, couinant doucement en se roulant en boule.
Au bout d’un moment, quand il fut sûr qu’elle s’était un peu réchauffée, il sauta de ses genoux… et calcula très mal son coup, heurtant de sa tête un petit rocher, poussant un gémissement furieux en griffant aussitôt ledit rocher et grognant furieusement… Comme si le rocher pouvait avoir peur du petit dragon. Après cette attitude tout sauf adulte, il rattrapa le bout de la robe de la jeune femme et l’invita à sa lever pour rentrer à l’Académie… Ben oui… elle devait prendre une douche et se mettre sous les couvertures au plus tôt… et puis avec sa taille actuelle, il pouvait passer inaperçu et si on lui demandait… elle pouvait faire croire à une expérience de métamorphose sur un chat voilà tout.

- Graaaaaaaaa !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Mar 29 Jan - 19:18

Cassidy bien sûr avait été troublée par cette appellation qui sortait de l’ordinaire et le rouge s’était emparé de ses joues alors qu’elle détournait rapidement la tête. Elle voyait que Tristan avait l’air perturbé par ce petit surnom et la demoiselle le fixait avec étrangeté, après qu’elle soit sûre que son rougissement avait disparu. Ca la perturbait pas mal mais elle ne fit pas de commentaires, voyant que Tristan semblait être beaucoup plus inquiet au sujet de son cauchemar.

Oh bien sûr, la jeune femme n’était pas du tout à l’aise et cherchait ses mots, sans succès ! Mine de rien ça ressemblait un peu au message qu’elle voulait faire passer. L’impuissance, le regret… Tristan se contenta de l’écouter, lorsque tout bascula.

Cassidy ne comprit pas pourquoi le jeune homme la repoussa loin de lui. Elle ne savait pas ! Ce qu’il était capable de faire ! Alors à part montrer toute sa bonne volonté pour l’aider et de se sentir totalement impuissante, ça avait de quoi sérieusement le secouer. Elle ne voulait pas utiliser la magie, mais ne sachant pas ce qu’il avait, cela semblait être la seule issue. Ainsi donc lui il savait des choses qui pourraient l’aider et qu’il cache pour pas la mêler à ça ? Comment se sentir rabaissée, frustrée et avec l’intelligence d’un vase car elle était comme une parfaite ignorante.

Alors qu’elle incantait, de la rage envahit le cœur de Cassidy. Pourquoi il ne lui disait pas ? Il attendait que ça dégénère pour lui en parler au dernier moment ? La tenir à l’écart pour ne pas lui faire peur ? Pour la protéger ? Elle avait du mal à l’accepter, elle la fière mage qui ne reculait devant rien. Et mine de rien, c’était vraiment très mauvais pour son ego. Cassidy avait des sentiments, des inquiétudes et cette ignorance la plombait plus qu’autre chose. Combien de secrets comptait-il avoir au final ?

Elle lança son sort, et ses doutes, sa frustration, se retournèrent contre elle comme un effet boomerang alors que la demoiselle se retrouva éjectée dans l’eau. Et heureusement pas très loin. Elle cracha l’eau qui s’était infiltré dans sa bouche, s’essuya les yeux et parut très ennuyée, alors qu’elle fixait la nouvelle forme de son compagnon bouche bée.

Avant de s’en vouloir sur elle-même. Oui c’était sa faute si il était dans cet état et elle ignorait l’autre forme qu’il pouvait aborder sans rien pouvoir faire. Tout à fait normal qu’elle se sente responsable. La jeune femme se permit même une pointe d’humour avant de retrouver son sérieux en le fixant intensément et l’air tout à fait coupable.

Sauf que Tristan réagissait bizarrement et se coinça les pattes dans la queue, avant de tomber à la renverse et la fixer d’un air furieux, comme si il ne voulait pas qu’elle lui retire cet objet. Le regard de la jeune femme se fit plus sévère, las, et carrément très inquiet alors qu’elle agitait les bras en avançant vers lui, sans avoir peur de la distance.

’’Je sais que ça te plaît pas ! Mais tu veux faire quoi hein ? Et si tu avais une transformation indéterminée ? Tristan, la magie a aussi une grande part d’aléatoire pour un peu que ce ne soit pas contrôlé. Tu préfères quoi ? Finir comme un dragon pour le restant de tes jours ou rester humain ? Et je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose ! Mince alors ! Tu devrais bien savoir que je suis morte d’inquiétude pour toi ! Qu’il y a des choses que tu ne me dis pas ! Que je ne sais pas ce que je dois faire ! »

Elle jeta rageusement son bâton dans le sable et se détourna de lui, l’air renfrognée et furieuse mais aussi, les yeux brillants de larmes.

’’Tu me demandes de m’écarter comme si de rien n’était, tu me laisses dans l’ignorance la plus totale. Tu t’attends à ce que je réagisse comment ? Je tiens quand même suffisamment à toi, ne l’oublie pas. Et me sentir impuissante c’est comme… la pire des choses à supporter pour moi. »

La jeune femme avait baissé la tête, penaude et honteuse puis décroisa ses bras pour serrer doucement son poing. Une colère comme une autre. De la frustration de ne pas savoir, de ne pas être écoutée, et de devoir faire comme si de rien n’était. Et puis montrer sa colère ne ferait certainement pas réagir plus que ça le têtu Drakkari. Cassidy se radoucit sur la fin.

’’Comprends que parfois… c’est dur pour moi… »

Cassidy essuya d’un revers de sa manche mouillée ses yeux, avant de continuer à parler plus calmement, comme si elle changeait d’attitude même si elle était un peu plus lasse. Il fallait réfléchir à un moyen pour éviter que Tristan attire l’attention dans cette forme là, c’était la seule chose à faire pour l’instant. Et la jeune femme eut une idée. Au départ, elle hésita car ce n’était pas un des objets qu’elle comptait montrer à Tristan, bien qu’il ne connaisse absolument rien en magie. Mais si il était assez observateur et curieux, il finirait bien par trouver dans un livre ou en reproduisant les runes pour les montrer à un autre mage, ce à quoi servait ce bracelet. Et c’est sûr, il ne serait pas vraiment content. En même temps, il lui faisait encore trop de cachotteries alors là elle ne se voyait pas lui avouer la vérité.

Il n’aimait pas quand elle utilisait la magie mais Cassidy n’avait pas le choix. Heureusement cela ne dura pas longtemps. La jeune femme semblait s’être calmée pour l’instant et elle s’assit à côté de lui, se permettant juste une petite remarque au sujet de son décolleté pour détendre l’atmosphère malgré la situation plus que gênante pour le moment. Il lui lança un autre de ses regards accusateurs et Cassidy soupira doucement, avant de recommencer à grelotter.

Tristan semblait vouloir faire quelque chose, même dans son état, et la tira par la manche, ce qui fit pousser un grognement à la jeune femme qui était bien perdue dans ses pensées. Mais elle finit par se relever pour le suivre avec curiosité. Il l’amena à un petit coin tranquille et protégé, où le vent ne soufflait pas, ce qui l’empêcha de grelotter. Il lui amena une branche pour qu’elle puisse allumer un feu, ce qu’elle fit. Ce que pouvait constater la jeune femme, c’est qu’il avait de la suite dans les idées.

Puis il termina par monter sur son épaule, en voulant expressément lui enlever sa robe. La demoiselle loucha d’un air désespéré en le voyant faire, se demandant ce qu’il voulait faire et imaginant qu’il était bien pervers à ce moment là. D’ailleurs elle ne se gêna pas pour le faire remarquer.

’’Tu sais Tris’… dans ton état ça m’étonnerait qu’on puisse faire ce… genre d’activité »

Et puis mine de rien, la jeune femme était suffisamment perturbée pour croire des choses bien bizarres après tout. Sauf qu’il revint avec sa tunique et Cassidy fit une grimace, apparemment très gênée par ses paroles dites un peu plus tôt, se frottant le front, apparemment très embarrassée.

’’Ah c’était ça… heu… »

Elle prit la tunique et se leva pour enlever sa robe, avant d’enfiler la tunique comme si de rien n’était. La demoiselle se rassit et se cala contre les rochers de dos. Tristan vint se caller contre elle en boule et Cassidy put constater à quel point le corps d’un dragon était chaud. Mais ce n’était pas la même chaleur que celui du dragon corrompu qu’elle avait affronté. L’autre dragon avait une chaleur qui était froide en même temps, un corps aussi glacé que brûlant.

A ce souvenir, le visage de la jeune femme se transforma mélangé entre les regrets et la douleur. Elle ne semblait pas vraiment ravie et puis, voir Tristan dans cet état, ça la perturbait énormément. C’est vrai ! Après tout elle avait du mal à le voir comme un « humain » là. Il se roulait en boule et ne semblait plus… humain. Plutôt un animal. Et mine de rien ça lui faisait mal au cœur. Ce n’était pas son animal de compagnie après tout ! Il fallait dire qu’entre ses émotions avec le vieux dragon corrompu et l’apparence actuelle de Tristan, Cassidy semblait véritablement perdue.

Elle tendit instinctivement la main et il se mit à la lécher. Cette fois c’était trop ! Des larmes apparurent dans les yeux de la jeune femme qui détourna la tête d’un air peiné et angoissé. Non elle n’arrivait pas à s’y faire à cette apparence ! Elle ne pouvait voir que quelque chose de mal ! Elle ne savait rien de ses autres transformations, de ce que le démon était capable de lui faire, alors Cassidy se sentait extrêmement coupable pour l’instant. Pendant un instant, elle avait même pensé à le repousser pour essayer de se calmer ailleurs.

Mais Cassidy, ce n’était pas Tristan. Si lui quand il avait mal préférait prendre la fuite, elle au contraire, préférait rester même si elle détourna la tête pour qu’il la voit le moins possible dans cet état de sensibilité avancée. Elle fit un faible sourire quand il se battit contre son rocher, l’air de rien. Même si son cœur n’était pas trop aux réjouissances. Pour combien de temps allait-il garder cette forme ? La jeune femme n’était pas devin et cela l’angoissait un peu à vrai dire.

Son regard perdu dans le vide, elle baissa lentement la tête, sentant que le dragonnet la tirait pour qu’elle se lève. La jeune femme acquiesça d’un signe de tête comme si elle comprenait.

’’Oui on va rentrer… il est tard… »

Elle n’avait pas l’intention de le ramener dans sa chambre. Ca ferait trop louche si elle croisait du monde de déposer un bébé dragonnet dans la chambre de Tristan. Et puis il fallait bien qu’elle s’assure qu’il reprenne sa forme initiale. Cassidy s’étira longuement et prononça un sort pour éteindre le feu qu’elle avait magiquement allumé.

Il fallait qu’elle remette sa robe parce que se balader en tunique et sans pantalon… ça serait étrange si elle croisait quelqu’un par hasard. Alors la jeune femme retira la tunique qu’elle plia et mis dans son sac puis remit sa robe. Ses cheveux étaient toujours mouillés et même si elle avait eu le temps de se réchauffer un peu, c’était bien maigre.

Elle récupéra son sac et son bâton et attrapa le petit dragon qu’elle fit asseoir sur son épaule. Ca serait moins… humiliant que de le porter à une main.

Pour rentrer à l’Académie, ils devaient passer par Glindel. En effet, le petit sentier les obligeait à traverser la ville pour atteindre leur destination. Il faisait nuit et seules quelques torches étaient allumées à certaines rues passantes pour mieux suivre son chemin. Sauf qu’une chose arrêta la jeune femme.

Elle avançait tranquillement, il y avait encore des passants dans la rue, surtout des fêtards mais elle n’avait pas fait attention à un homme robuste qui la suivait de près. Jusqu’à ce qu’il la rattrape et pose une main ferme sur son épaule libre. Cassidy se crispa un instant. Elle n’aimait pas qu’on la touche et surtout pas de manière imprévue.

- Alors ma jolie, on se balade seule la nuit ? Que dirais-tu de m’accompagner ? J’ai quelques petites choses à te montrer qui te feront… plaisir…

La jeune femme ne prit même pas la peine de se tourner. A entendre la voix, son interlocuteur semblait avoir abusé de la consommation d’alcool. La voix que prenait Cassidy à cet instant, était plutôt… effrayante même si elle restait plutôt polie.

’’Messire, je vous prie d’ôter votre main de mon épaule. Et je vous conseille de déguerpir gentiment si vous tenez à votre honneur »

L’homme râla, pas vraiment impressionnée par cette menace.

- Allons allons petite demoiselle ! Juste passer un peu du bon temps ensemble…

’’Je vous ai dis non, alors partez je vous en prie »

Elle s’écarta et continua son chemin. Sauf que l’homme ne semblait plus du tout joyeux et fonça vers elle pour la forcer à se retourner, la tripotant au passage plus que de raison. Le visage de Cassidy se ferma. Elle ne prononça pas un mot, ne fit pas un geste. La magie crépita autour d’elle et un puissant bouclier l’entoura, projetant le malheureux le dos contre un mur assez violemment, avant de s’affaler contre une pile de caisses.

’’J’espère ne pas vous recroisez à l’avenir. »

Tristan ne pouvait pas la protéger mais elle n’était pas faible non plus. Du moins tant qu’elle pouvait utiliser la magie. Le visage de la jeune femme était en colère et elle s’arrêta là, continuant son chemin, laissant l’homme à moitié assommé dans ses caisses.

Ils arrivèrent enfin à l’Académie. Dans le couloir qui menait aux chambres des professeurs, elle en croisa un qui fit la conversation pour parler un peu de cours, un peu de l’académie. Il fut bien surpris de voir le bébé dragon sur l’épaule de la jeune femme et l’interrogea à ce sujet. Mais Cassidy agita la main d’un air désinvolte, expliquant qu’elle tentait de nouveaux sorts pour l’instant et que ce n’était pas un dragon mais un de ces reptiles qu’on croise dans le Sud d’Ascadian plutôt.

La conversation terminée, elle partit poser ses affaires dans sa chambre puis récupéra ses affaires de nuit avant de passer dans la salle de bains qui était déserte à l’heure actuelle. La jeune femme attrapa le dragonnet d’une main et le posa sur le carrelage avant de l’observer.

‘’Je vais prendre ma douche. Soit sage hein… »

Elle était vraiment maladroite dans ses paroles et avait du mal à imaginer qu’il s’agissait de Tristan. La demoiselle secoua la tête d’un air entendu, cherchant à se convaincre qu’il ne pouvait s’agir que d’un rêve, avant d’ouvrir une des portes des cabines et de se faufiler à l’intérieur. Sauf qu’un petit dragon de cette taille pouvait tout aussi bien passer sous la porte pour s’incruster en toute liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Ven 1 Fév - 12:49

Elle avait parlé vraiment étrangement… Comme si elle l’accusait de savoir déjà depuis quelque temps pour sa transformation, comme si elle lui reprochait de ne pas lui en avoir parlé. Fort heureusement, il ne parvenait pas à faire le lien mais Tristan était plongé dans la perplexité suite à cette réaction un brin exagérée.
Exagérée ???? Pas du tout non !!! Ca n’avait rien d’exagéré au contraire ! Non mais oh !!! Il était transformé… en dragon là !!! Il avait besoin de quoi, une invitation pour se rendre compte de ce qui se passait ou quoi ????
Apparemment, sa transformation l’avait suffisamment sonné pour qu’il ne réalise que difficilement. Ou alors c’était le fait d’avoir tout simplement déjà été dans cette situation et avoir eu une telle peur qu’à présent, ça n’avait plus du tout le même impact. Oui, ça devait être ça.
Enfin, il ne se sentait pas si mal ainsi en fait. Bien que la douleur qui l’avait ébranlé peu avant était toute neuve (pour cette transformation du moins) et pas du tout agréable, elle !!!

Il comprenait qu’elle soit frustrée et aussi très inquiète. Même s’il était un vrai novice pour tout ce qui touchait à la magie, pas tant que ça finalement quand même quand on voyait sa sœur et surtout ses rares mais existantes connaissances, il savait qu’elle vivait à travers sa magie et que de ne pas parvenir à s’en servir devait la blesser profondément. Et puis… Quelle horreur aussi de se retrouver proche de la personne qu’on aime, de l’entendre hurler de douleur, de la voir souffrir et de ne rien pouvoir faire. Elle devait être si blessée, si tourmentée. Il ne savait pas comment lui faire comprendre, sous cette forme si incontrôlée pour l’heure, qu’il allait bien.
Parce que oui ! Il allait bien. La douleur était passée et il ne se sentait pas si mal justement et puis, il n’avait pas peur et mine de rien, même si c’était étrange, ce n’était pas… catastrophique ! Il était parfaitement lucide, n’avait pas d’envie de meurtres comme c’était le cas… avant, ça allait. Oui mais même s’il avait dit ça, comment aurait-elle pu comprendre ? Après tout, il ne lui avait pas encore avoué la vérité et il hésitait vraiment… Pourquoi le faire ? Et si… et si sa formation de mage, maintenant qu’elle était plus âgée, l’emportait sur son amour pour lui ? Si elle le percevait après comme un monstre ? Il ne pouvait oublier la lueur de dégoût dans ses yeux quand il était revenu de cette soirée avec… cette fille… Bon elle était avec Jordan à ce moment là, elle n’avait rien à dire… Mais cette lueur là, il n’avait vraiment pas envie de la revoir… Même s’il réalisait maintenant que ce n’était peut-être pas lui qui avait dégoûté la petite mage frustrée de voir son plan de jalousie échouer… ou trop bien réussir c’était encore à voir.

Bref… ce n’était pas tellement pour aider la demoiselle à se sentir bien et utile cette transformation et encore moins le fait qu’il l’ait repoussée. Mais promis c’était juste parce qu’il ignorait ce qui se passait, qu’il voulait la protéger… Il craignait tant de la blesser, qu’il se serait jeté contre un rocher pour s’assommer plutôt qu’être traversé de la pensée de lui faire du mal.
Elle semblait tellement en colère… Alors qu’elle lui reprochait de ne rien lui dire. Bien sûr ! Qu’est ce qu’il croyait hein ?! Elle l’avait retrouvé… un nombre incalculable de fois malgré tous ses efforts pour l’éviter, pour se cacher ! Elle était maligne et avait un très bon instinct… quoique pour l’instinct de survie elle était carrément nulle puisqu’elle voulait rester avec lui mais bon… on ne peut pas tout avoir. Bref, il ne pouvait pas espérer qu’elle serait sage et ne se douterait de rien au cours de ces semaines. Il avait fait des erreurs, il lui avait laissé des indices… Quoi de plus normal ? Elle était assez déductive pour savoir qu’il y avait quelque chose de louche.

Sous ses paroles, le dragon qui n’était quand même pas si petit, sembla se ratatiner sur place, baissant coupablement la tête en lâchant un léger gémissement, fixant ses grosses papattes pour l’heure si maladroites. Finalement, elle abandonna les accusations pour l’heure et le fit rapetisser, ce qui était quand même très bizarre, un brin frustrant mais tellement plus pratique. Ainsi, il ne craignait plus vraiment de lui faire du mal ! Que pouvait donc un petit dragon sur une adulte ?
Il chercha par la suite à s’occuper d’elle. certes, beaucoup moins efficacement que l’aurait fait le Tristan… sous sa forme humaine mais tout de même avec insistance. Bah quoi ? Il se souciait d’elle quand même ! Et puis il n’allait pas aller bouder dans un coin alors qu’elle avait froid et c’est vrai, il avait de la suite dans les idées… Pourtant si Cassidy se laissait faire, guider et agissait relativement de bonne grâce, il la sentit beaucoup plus hésitante quand il essaya de faire glisser sa robe. Ah ben non alors ! Il était bien pervers ce Tristan même sous la forme d’un aussi craquant petit dragon pas effrayant pour un sou !!!! Elle ne se gêna pas pour le lui faire remarquer même s’il perçut avec surprise et une pointe d’amusement une légère frustration dans la voix de sa compagne. Mais il réajusta le tir en lui apportant sa tunique, essayant de se faire comprendre ainsi. Elle comprit, rougit et la prit et il émit un drôle de bruit qui ressemblait beaucoup à un rire. Et même dragon, vu le regard malicieux qu’il lui lançait, il ne comptait pas oublier de sitôt cette petite méprise.

Pourtant, contre toute attente, le petit dragon s’était retourné quand elle avait ôté sa robe. Comme s’il se doutait qu’elle était un peu trop perturbée déjà et qu’il ne fallait pas y rajouter le regard insistant d’un petit reptile si difficile à associer au grand et puissant Drakkari !
Bizarrement, sous cette forme, il était particulièrement sensible et parvenait toujours à raisonner. Il voyait qu’elle avait froid. C’est pourquoi il grimpa sur ses genoux, bien décidé à se servir de son corps comme d’une bouillote pour la jeune femme. Ca n’avait rien de vraiment nouveau, même si sa température corporelle était nettement plus élevée que lorsqu’il était un Drakkari, ce n’était pas humiliant à ses yeux et puis… plus il était proche d’elle plus il sentait son odeur, ses sens extraordinairement décuplés. Et apparemment, sa fascination pour l’odeur de la jeune femme ne déclinait pas sous cette forme draconienne.

Il sentait qu’elle était perturbée, chamboulée et sans doute proche de la crise de nerf. Il voulait la rassurer, lui montrer que ça allait bien mais il n’arrivait pas à communiquer avec elle… Alors il se contentait de se faire proche, comme il l’aurait probablement fait en temps normal, se contentant de la serrer contre lui, de lui caresser les cheveux ou de l’embrasser… Mais bon, là, il ne pouvait pas vraiment avec sa taille et puis… avec ses griffes, il risquait de faire plus de mal qu’autre chose à la jeune femme. C’est pourquoi il avait léché la main de la jeune femme, essayant d’esquisser une espèce de sourire qui faisait apparaître de petits crocs luisants. Mais ça n’eut pas DU TOUT l’effet escompté puisqu’elle fut… blessée. Que croyait-elle ? Qu’il ne la voyait pas ? Ses yeux étaient pleins de larmes et sa mine défaite… En plus elle était si pâle qu’il craignait à chaque instant de la voir perdre conscience. Blessé et malheureux, le petit dragon gémit et descendit finalement de ses genoux, comprenant qu’il valait mieux ne pas trop l’approcher. Et il comprit finalement… Ah ben oui bien sûr !!! Les dragons, elle n’en avait pas une très bonne image et un souvenir un peu… hum… désastreux. Elle ne devait pas l’aimer ainsi… et se maîtriser à grand-peine de l’envoyer au loin d’un bon sort bien placé ! Non… la laisser tranquille était sans doute mieux !

Finalement, il avait voulu l’entraîner pour rentrer et ça avait été une suite de… frustration. D’abord le fait qu’elle veuille le porter. Bon c’est vrai qu’il allait plus vite ainsi mais quand même ! Elle n’était pas obligée et quelle idée de le mettre sur son épaule ?! Il aurait très bien compris qu’elle le porte dans ses bras ! Il n’était pas si petit, il allait lui disloquer l’épaule comme ça !!! Elle allait se faire mal au dos ! Mais Cassidy était… très têtue…
Trop pour qu’il y puisse quoi que ce soit. Quant à l’incident avec cet… homme qui avait certainement trop bu… ça avait été horrible.

Tristan se concentrait tellement sur le fait de ne pas tomber et ainsi gêner la jeune femme qu’il n’avait ni senti, ni vu le goujat arriver ! Il avait voulu… entraîner la jeune femme avec des phrases euh… très douteuses et un comportement encore plus douteux ! Berk ! Niveau drague il n’était vraiment pas doué !!! Cassidy avait été claire, concise et elle tenait drôlement bien tête n’empêche, il était impressionné. Elle avait continué sa route alors que lui impuissant ne pouvait ni la féliciter, ni aller refaire le portrait au vilain pas beau !!!!
Sauf que le vilain en question revenait à la charge et très imprudent qui plus est chercha à tripoter la jeune femme, l’arrêtant. Tristan sentit aussitôt une petite boule dans sa gorge alors que la colère montait en flèche. Il aurait pu cracher du feu sur l’assaillant à ce moment là, mais ignorait encore comment faire pour l’heure et ne parvenait en tout et pour tout qu’à émettre un grondement sourd qui s’entendait à peine !!!

Une chance que la jeune femme sache se défendre toute seule… Il n’était d’aucune utilité à cet instant, il était même pire qu’inutile. Et c’était franchement frustrant… difficile de savoir ce qui était d’ailleurs le plus frustrant pour lui. Ne pas pouvoir la protéger ou… se rendre compte qu’elle n’avait absolument pas besoin de lui ! Bien sûr elle savait se défendre, il en avait conscience, mais y assister… c’était nettement moins drôle tout à coup. En tous les cas, ce type ne retenterait rien de sitôt ! Quand l’air autour de Cassidy s’était mis à crépiter, il est vrai que Tristan avait eu un petit moment de frayeur d’où les pulsations si rapides de son petit cœur de dragon peu après mais… elle ne lui avait pas fait le moindre mal. Elle maîtrisait beaucoup mieux la magie que sept ans plus tôt. La différence était telle… surtout au niveau de son comportement (il fallait dire qu’elle était… un peu glaciale là) qu’il douta même un instant. Etait-ce bien la même Cassy ? Une confusion était-elle possible ? Bien sûr que non… Il l’avait en partie détruite avec son choix…Il devait réparer les choses à présent ! Enfin… si c’était encore possible.

Ils arrivèrent à l’Académie et il demeura silencieux comme le serait un animal domestiqué parfaitement docile. Quand ils furent seuls dans la salle de bain par contre, il ne comprit pas tout de suite quand elle le posa par terre et poussa un petit couinement d’incompréhension, penchant la tête sur le côté d’une façon comique mais tellement craquante, la regardant de ses grands yeux orange soudain tristes. Maissss euuuuhhhh !!!!
Pourquoi elle ne voulait pas qu’il vienne hein ???!!! Elle lui parlait comme à un animal ou un enfant mais ça encore ça ne le gênait pas, il considérait que c’était une forme de jeu vu qu’il était particulièrement… perturbateur. Elle semblait perturbée encore une fois… enfin n’avait pas fini de l’être et disparu dans une cabine. Assis par terre, frustré et silencieux, le petit dragon ne resta pas immobile très longtemps et poussant un petit grognement conquérant se glissa après quelques contorsions sous la porte pour passer dans la cabine.

Oulà… alors qu’elle pensait être seule, Cassidy laissait tomber ses barrières et elle avait une mine encore plus défaite que celle qu’elle osait lui montrer. Enfin… par contre pas de doute ! Elle était vraiment à se damner. Miam miam miam !!! Il regrettait vraiment d’être un dragon là… parce qu’elle était encore plus belle que d’ordinaire là, alors que l’eau brûlante, il fallait bien qu’elle se réchauffe, glissait sur sa peau. Il secoua la tête et poussa un grognement pour la prévenir de sa présence, couinant en s’approchant d’elle…
Elle le vit et cacha de nouveau en grande partie ses émotions, ne semblant pourtant pas très contente de le voir. Elle voulait probablement le remettre dehors, lui faisant comprendre qu’elle voulait être seule puisqu’elle l’attrapa et le tenant à bout de bras voulut ouvrir la porte.
C’est ce moment que choisit sa transformation pour cesser, faisant recouvrer au jeune homme son corps initial… A savoir celui d’un jalousé éphèbe nu comme un ver mais qui ne s’en formalisait comme toujours que très peu puisque niveau pudeur il n’avait pas vraiment l’air d’avoir été formé… qu’elle tenait par la taille et qui était de nouveau bien plus grand qu’elle, lui lançant un regard brûlant et un sourire en coin amusé… bien qu’un peu trop gourmand pour être innocent…

La seconde suivante, il l’embrassait comme si sa vie en dépendait, la plaquant contre l’un des murs de la cabine et euh… eh bien disons qu’il semblait avoir été particulièrement frustré par sa transformation puisqu’il se rattrapait comme il se doit, embrassant sa compagne, la couvrant de baisers et de caresses en murmurant son nom, ravi d’entendre à nouveau sa voix. Pourtant il était beaucoup trop… pressant comparé à d’habitude lorsque même sur le point de perdre les pédales, il prenait son temps et s’amusait, un peu trop, à la torturer. Il s’arrêta d’ailleurs en se mordant si fort la lèvre inférieure qu’un mince filet de sang glissa sur son menton alors qu’il frappait du plat de son poing contre le mur, y appuyant son front brûlant en respirant difficilement.
Tristan finit par se reculer, secouant la tête en se pinçant l’arrête du nez, les yeux fermés, comme si ça l’aidait à reprendre ses pensées.

- Hum… désolé… je… je vais… je vais t’attendre dans ta chambre.

Là il était carrément bizarre et lui jetait des regards… horrifiés comme s’il ne voulait pas rester près d’elle. Et c’était exactement ça parce qu’il sortit à une vitesse imprévisible de la cabine, n’essayant plus ni de la toucher, ni de l’embrasser, ni même d’être arrêté… sortant juste très vite, sans demander son reste… La porte de la grande salle de bains se referma peu après dans un claquement sourd alors que le jeune homme se rendait dans sa propre chambre tout d’abord pour se changer (il était en serviette), attraper un carnet dans sa malle puis alla dans la chambre de la jeune femme et restant dans le noir, s’assit par terre, dos au mur la tête dans les mains.
Le petit chaton vint d’ailleurs aussitôt le voir, lui faisant la fête, sans comprendre l’état de détresse du jeune homme troublé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Ven 1 Fév - 14:54

La jeune femme n’avait pas peur de son curieux compagnon. Elle était plutôt totalement déboussolée et inquiète de son attitude. Tristan avait tort de penser que la mage serait capable de faire parler la logique plutôt que son cœur. Au contraire, cela faisait depuis un moment qu’elle aurait pu le forcer à révéler beaucoup plus de choses, forcer à faire sortir son démon sans prendre en considération les paroles du jeune homme.

Mais voilà, Cassidy aimait Tristan, et elle ne voulait pas le contraindre à certaines mesures, qu’elle prendrait, pour son bien dirait-elle. Elle ne forcerait pas le destin. Il fallait que ça vienne de lui et pas d’elle. Alors, elle ne disait rien, ravalant ses paroles, ce qu’elle avait appris. Même avec ça, elle ne le fuyait pas. Peut être devrait-elle en effet. A moins d’être folle. Ou de croire de toutes ses forces à son beau compagnon. Il fallait qu’il prenne confiance en lui, il n’y avait pas d’autre solution. Et tant qu’elle serait à ses côtés, la jeune femme ferait tout pour qu’il se sente bien. Même si ce n’est pas toujours gagné.

Pourtant, Cassidy se calma et au final, ils se déplacèrent pour qu’elle puisse se réchauffer. C’est vrai, elle était surprise de voir que le Tristan en dragon se détournait, comme pour lui laisser une certaine intimité. C’était pas si mal que ça et même si elle était sacrément troublée, Cassidy l’apprécia. Sauf que lorsqu’il se posa sur ses genoux, elle fit tout de suite le rapprochement avec un animal et ne savait plus quel comportement adopter.

D’ailleurs, le fait qu’il soit un dragon lui rappelait certains souvenirs, bien qu’elle était en train de se convaincre que ce n’était pas la même chose. C’est ce qu’elle avait dit non ? Le dragon corrompu n’a rien à voir avec Tristan. Ou peut être avait-elle peur que son compagnon retrouve des instincts plus primaires et agressifs. A vrai dire, ça la dérangeait. Elle se savait capable de l’arrêter, du moins tant qu’il était de petite taille. Mais cela ne l’empêcha pas d’avoir des yeux embués de larmes alors qu’elle détournait la tête, mal à l’aise et se raclant la gorge.

Tristan descendit d’elle et la jeune femme le regarda, interloquée, se demandant si elle le blessait. Bien sûr qu’elle le blessait ! Il devait être en train de comprendre qu’il la faisait pleurer et elle, ne disait pas un mot, pas une explication ! Il pouvait en faire des hypothèses et s’inventer toutes sortes d’excuses bien placées. La jeune femme ouvrit la bouche pour dire une parole rassurante, mais rien n’en sortit. Elle ne trouvait tout simplement pas les mots pour lui parler.

Le petit dragon la força à se relever pour rentrer à l’Académie et la jeune femme le prit pour le poser sur son épaule. Bien sûr que ce n’était pas pratique mais disons qu’étant chamboulée, les idées ne volaient pas très haut ce soir. Et puis, au moins il était à sa hauteur, il ne se sentirait pas diminuer en restant au sol, ni comme une peluche dans ses mains. Et puis elle tenait son bâton donc ça serait plus à une main qu’elle le trainerait. Non au final cela partait d’une gentille intention malgré tout, qu’il ne devait pas vraiment comprendre.

Un homme les interpella. Si au départ, Cassidy garda son sang froid, prenant un air sec et sévère, l’homme décida de ne pas en tenir compte. Et alors, la jeune femme se fit beaucoup plus froide, moins douce d’un coup et sûrement à cause des récents évènements, elle n’avait pas la patience de repousser ce genre de goujat gentiment. Elle utilisa sa magie. Même si c’était frustrant pour Tristan, cela était nécessaire. Il l’avait abandonné ! Il l’avait laissé et ne comptait plus la protéger dès le moment où il avait décidé de lui effacer ses souvenirs de sa mémoire.

Que se serait-il passé si la demoiselle ne s’était pas un peu endurcie ? Le gars l’aurait tripoté, coincé dans un coin et abuser d’elle ? Cela pouvait arriver très souvent. Et cela était déjà arrivé bien que sa protection était suffisamment puissante pour palier à ce genre de situation. Même si quand Cassidy était perturbé, l’effet escompté n’était pas toujours celui espéré.

Elle semblait en proie à la rage et grommelait pendant une bonne partie du chemin, sur les hommes prétentieux et conquérants, ceux qui pensent que les femmes sont faciles à séduire ou surtout, ce genre de comportement déplacé qui l’excédait au plus haut point. Sauf qu’elle se tourna vers Tristan, l’air de penser qu’elle ne le faisait pas rentrer dans cette catégorie, du moins, depuis qu’ils avaient clarifiés les choses entre eux.

La jeune femme déposa le Drakkari sur le carrelage puis, lui demanda de ne pas bouger. Enfin sous la douche, elle laissa tomber son masque neutre pour être décomposée, réfléchissant à la situation, les bras autour de son corps alors qu’elle fermait les yeux par moments, laissant l’eau dégouliner le long de son corps.

Toutes à ses réflexions, la jeune femme se perdait, se raisonnait, tentait de chercher une solution. Ca la mettait mal à l’aise cette histoire de dragon. Elle secoua rapidement la tête ! Ce n’était pas la même chose ! Pas la même situation ! Et puis Tristan ne chercherait pas à lui faire du mal, alors elle n’avait pas à le repousser de la sorte. Ses souvenirs refirent surface et une nouvelle fois, elle se mit à pleurer, larmes qui se confondirent avec l’eau qui coulait sur elle. Souvenir cuisant de sa rencontre avec un dragon. Peine, douleur et des regrets. Beaucoup de regrets.

Elle eut un étrange réflexe et posa sa main au niveau de son cœur, comme si ça lui rappelait quelque chose ou l’apaisait. Puis la jeune femme grimaça et secoua une nouvelle fois la tête. C’est alors qu’elle entendit un couinement venant du bas. Baissant la tête, elle aperçut le petit dragon qui la fixait et la jeune femme ouvrit la bouche, surprise, avant d’étouffer une exclamation de surprise, avant de se renfrogner.

De la panique pouvait se lire aussi dans les yeux. Et si il commençait à comprendre ? Et si sa forme de dragon pouvait lui permettre de déceler certaines choses ? Eclair de crainte dans ses yeux noisettes alors que la jeune femme tentait de se rassurer que ça ne risquerait pas d’arriver. Enfin… elle espérait !

’’Espèce de petit… huuuuuuuum… heu… petit ? désolé… Tris’… j’en ai plus pour longtemps mais laisse moi encore un peu… seule s’il te plait »

C’est pour cette raison que la jeune femme souleva à bout de bras son compagnon, avec la ferme intention de le raccompagner vers la sortie. Sauf qu’elle n’en eut pas le temps. En effet, la magie opéra et en un éclair, le petit dragon disparut pour se retrouver à nouveau sous la forme du Drakkari qu’elle tenait dans ses bras, un regard complètement abasourdi sur le visage. Ils auraient pu en rire parce que pour une utilisatrice de magie, elle ne s’y attendait pas.

Surtout qu’elle faillit sortir une petite phrase marrante et taquine, comme quoi il avait trouvé la bonne occasion pour récupérer sa forme d’origine. Sauf que la demoiselle n’en eut pas le temps, car elle se retrouva devant un Tristan, bien déterminé à rattraper le retard en baisers et caresses ! Cassidy écarquilla les yeux, complètement surprise. Ils devraient être soulagés, en rire, pas s’embrasser à pleine bouche comme si il avait eu peur de ne jamais retrouvé cette forme.

Elle le sentait, il perdait les pédales. Il était trop pressant… trop… comme cette fois après sa blessure à la tête ! Bien sûr qu’elle faisait un rapprochement, elle n’était pas si bête que ça. A moins qu’elle faisait fausse route.
Cassidy voulait lui parler, lui dire comme quoi il devait se calmer un peu mais il ne lui en laissait pas le temps. Et si elle se braquait et qu’il partait et fuyait loin d’ici ? La suite y ressembla, du moins en partie. Au départ, la mage avait voulu lui faire un petit rappel à l’ordre d’une décharge magique, nouveau sort qu’elle avait appris quand il était parti pendant ces deux derniers jours. Une décharge qui ressemblait beaucoup à celle de son bracelet de force. Sauf que ça bien sûr, elle n’en savait rien, mais il paraît qu’une petite décharge, ça pouvait réveiller un homme.

Alors elle se préparait à lancer ce sort rapidement sauf que le jeune homme s’écarta et elle le regarda, très étonné, alors que du sang coulait sur son menton, comme si il se forçait à se calmer tout seul comme un grand. La demoiselle le regarda. Elle commençait à s’en vouloir de ne pas avoir répondu aussi vivement à ses besoins pressants et comptait lui expliquer, tendant une main vers lui, la voix teintée d’inquiétude.

’’Tris’… »

Il tapa contre le mur, haletant, et se fit beaucoup plus distant, prétextant l’attendre dans sa chambre et fila comme la poudre d’escampette. La jeune femme resta seule, toujours aussi surprise par son comportement. Sauf que la demoiselle réfléchissait bien rapidement, tentant de recoller les morceaux, cherchant la raison qui le poussait à agir ainsi.

Puis elle ne resta pas longtemps sous sa douche et s’essuya rapidement, enfila sa nuisette et son peignoir avant de sortir discrètement de la salle de bain pour regagner sa chambre. Qui était plongée dans le noir. Cassidy fronça les sourcils et claqua des doigts pour allumer son cristal Lumis. Lorsqu’elle aperçut son compagnon assis contre le mur, un carnet dans sa main et le petit chaton à côté de lui, la jeune femme s’inquiéta.

’’Tris’ ! Qu’est ce que… »

Elle se précipita vers lui et s’agenouilla à ses côtés, ne s’occupant pas de son carnet pour l’instant, juste de son compagnon qui l’inquiétait énormément. Cassidy passa une main dans les cheveux de Tristan avec beaucoup de douceur, puis le força à redresser la tête en coinçant ses doigts sous son menton puis en lui caressant la joue.

’’Pardon… je n’aurais pas du… réagir comme ça »

Difficile de savoir qui avait le plus à se reprocher. D’un geste lent, elle essuya le sang de son menton avant de déposer un très léger baiser sur ses lèvres. La jeune femme prit ensuite une des mains à Tristan pour l’inviter à se redresser et à la rejoindre. Sa poigne était douce mais ferme. En même temps si il ne bougeait pas elle l’aurait déplacé de force.

La jeune femme installa son homme sur le côté de son lit et s’assit à côté de lui, regardant un instant le carnet avec curiosité mais décidant de passer à autre chose, de plus important pour l’instant. Le chaton sauta sur les genoux à Tristan et se roula en boule, ronronnant doucement.

Cassidy attrapa la main de Tristan, et le regarda droit dans les yeux.

’’Je n’ai pas envie d’être maladroite Tris’… mais il y a certaines choses que je commence à comprendre. Mais je ne veux pas… que tu te braques ou que tu partes d’accord ? »

Elle serra un peu plus fort sa main, tremblant un peu.

’’J’ai l’impression… qu’à chaque fois que tu te sens trop… comment dire entreprenant ? pressant ? Tu finis par t’écarter et t’éloigner de moi. Comme si tu regrettais… ou qu’il y a un truc qui te dérangeait. »

La jeune femme caressa doucement la main à Tristan puis passa une main dans ses cheveux rougeoyants.

’’S’il te plaît… laisse moi t’arrêter quand c’est comme ça… je le sens moi aussi et tu n’as pas besoin de devoir être aussi distant. Je pense… il y a peut être des choses qui te font peur mais je ne te laisserais pas seul. Je veux t’aider… je me sens tellement inutile en ce moment. »

Elle inspira profondément avant de se tourner vers son compagnon et de déposer un autre et magnifique baiser sur ses lèvres, celui là sonnant comme une promesse, comme un air qui montrait tout l’amour dont Cassidy était capable. Elle n’avait pas peur, elle ne comptait pas le laisser.

’’On peut affronter nos peurs ensemble. Je t’aime Tris’… Jamais je ne te laisserais tomber. Jamais… On peut toujours tomber, mais le plus important c’est d’apprendre de ses erreurs… apprendre à se relever. C’est comme un combat, autant tu auras un adversaire plus puissant que toi, autant il faut toujours chercher à pouvoir le dépasser… trouver la raison qui peut nous convaincre à nous surpasser. On peut y arriver… »

Ca sonnait un peu bizarre et la demoiselle venait d’entourer de ses bras son compagnon comme si non, elle ne le laisserait pas partir, elle ne laisserait pas fuir une nouvelle fois. Folle ? Non. Amoureuse, ça c’est certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Sam 2 Fév - 19:41

Se glisser sous la porte quitte à perdre ses petites ailes pour l’heure complètement inutiles puisqu’il n’avait pas encore compris comment les actionner ? Check !!!! Résultat ? Terrible !
En fait, il n’avait pas envie de rester tout seul. Non pas qu’il soit réellement gêné par sa nouvelle taille de lilliputien… Bon d’accord ! Si, ça le gênait affreusement, il était tout petit, tout faible et il avait une envie folle de jouer avec une pelote de laine ce qui ressemblait plus à un chaton qu’à un dragon quand on y repense. En fait, tous ses sens étaient accrus, ses émotions aussi apparemment et il percevait la tristesse de Cassidy, le fait qu’elle se sentait mal. Il n’était pas sûr de comprendre pourquoi même s’il savait que c’était à cause de lui, mais malgré ceci, très égoïstement, il avait envie d’être près d’elle. Parce qu’autant, summum de la honte, se serait-il désintéressé d’elle pour un gros gâteau à cet instant, autant… avait-il une folle envie d’aller la reluquer quelque chose de bien ! Grand sourire ravi plein de crocs à l’appui !

Le petit dragon s’était donc glissé sous la porte mais même s’il savait qu’elle se retenait face à lui, il ne s’attendait pas à une mine si défaite et il fut blessée de la voir si malheureuse… et de voir qu’elle préférait se cacher de lui quand elle allait mal. Bon d’accord, il était largement pire !!! Mais ce n’était pas sa faute non plus ! La société l’avait formaté ainsi ! Il devait être un homme fort, courageux, capable de se maîtriser !... Et une épaule forte pour les pleurs d’une demoiselle en détresse. Ah non, ça c’étaient les contes de sa mère !

Bref… Ca lui fit l’effet d’une sérieuse claque. Il s’agita à ses pieds. Par contre, sa petite taille lui offrait de toutes nouvelles perspectives sur sa compagne. Décidemment, il l’avait sous-estimée, il pouvait le confirmer à présent tant il lui était difficile de voir le visage de la jeune femme même si elle se penchait un peu en avant, surprise de le trouver là : sa poitrine était loin d’être petite finalement… Très intéressante… et aussi appétissante dessous que de… bon d’accord, dragon ou pas dragon, il restait un pervers !
Elle l’avait attrapé et cherchait à le mettre dehors après l’avoir traité de petit alors qu’il poussait un couinement réprobateur. Petit ? Petit ???! Ah non, ça ce n’était pas gentil !!!
Cette brutale petite taille lui mettait apparemment les idées à l’envers et si tout son corps était réduit, il préférait ne pas en savoir davantage… Complexé le dragonnet ? Bah… en tant que Drakkari… là oui, certainement ! Il couina de nouveau en fronçant le museau, ce qui donnait l’étrange impression qu’il plissait les yeux ou fronçait les sourcils comme un être humain…

L’instant d’après, il redevenait le somptueux éphèbe conquérant des cœurs de ces dames ! C’est sûr, rien à redire, il était bien mieux ainsi quand même, non ?
Et… effectivement, ils semblaient avoir du temps à rattraper tous les deux. Du moins c’est ce que LUI croyait parce que la pauvre Cassidy n’avait pas l’air de tout comprendre. Encore aurait-il fallu qu’elle ne soit pas si surprise de son retour à la normale. Elle faisait les yeux de merlan frit que lui, peureux de la magie aurait dû faire… Mais… elle était beaucoup trop sexy et surtout trop nue devant lui pour qu’il soit effrayé justement par cette nouvelle démonstration magique. Et chose curieuse… ah ben lui non plus n’était pas très habillé, la faute à sa petite taille de dragon ou alors.. Enfin peu importe…

Mais il se faisait pressant… vraiment pressant…
Trop en fait. Il l’embrassait, c’est ça, comme s’il avait craint de ne plus jamais pouvoir le faire. Ses mains étaient tout sauf sages et il était de plus en plus pressant dans baisers. Il exagérait, il le savait bien. Elle allait répliquer… parce que même pour des amoureux déjantés, passionnés, c’était déplacé comme comportement, mais il s’arrêta tout seul avant. Oui comme un grand, se mordant la lèvre et tapant dans le mur. C’est vrai, il respirait un peu difficilement, mais plus comme s’il courait un marathon… pas vraiment comme s’il souffrait. Et puis il n’avait pas vraiment l’air d’avoir mal, c’était un peu plus compliqué en fait et sans doute méritait-elle des explications. Mais disons… que c’était comme ça, voilà tout.
Elle l’appelait… d’une drôle de voix.

Sa tête tournait, ce n’était pas vraiment agréable mais il ne la laissa pas parler, pas plus que lorsqu’il était redevenu humain, sortant rapidement de la cabine en lui disant qu’il serait dans sa chambre, plus froid et beaucoup plus distant c’est vrai.
Elle le rejoignit cependant rapidement et quand elle éclaira la chambre, il poussa un léger grognement en se mettant une main sur les yeux, ébloui. Bah oui, ses yeux s’étaient habitués à l’obscurité aussi !
Elle se précipita vers lui et il la regarda avec un léger air surpris alors qu’elle caressait ses cheveux puis l’incitait à relever la tête. Apparemment, elle pensait qu’il n’allait pas bien, qu’il se sentait coupable ou un truc comme ça, cherchant à le regarder dans les yeux. En fait, elle était loin du compte. Alors qu’elle était à genoux par terre près de lui, elle faisait à peu près sa taille et son décolleté… hum… l’intéressait tellement qu’il ne s’était pas tout de suite préoccupé de sa mine inquiète. Pauvre petite mage… son compagnon était sérieusement atteint à son sujet… mais c’était sans doute préférable. S’il était plus intéressé par d’autres midinettes ce serait brusquement beaucoup moins sympathique non ?

Elle disait qu’elle n’aurait pas dû réagir comme ça. Un peu lent à la détente parce qu’il avait encore une trèèèès belle image imprimée sur la rétine, il cligna des yeux, la regardant en restant silencieux alors qu’elle l’incitait à se relever et à s’asseoir sur son lit. Il suivait docilement. On suit toujours docilement une aussi belle paire de ni… breeeefffffff !!!!!
Ah elle avait quand même essuyé le sang sur son menton et l’avait légèrement embrassé, ce qui ne l’avait pas tellement aidé à sortir de son état second en fait. En tous les cas, il était sage, silencieux et obéissait de bonne grâce tandis que le petit chat les suivait d’un petit pas trottinant. Il s’installa confortablement d’ailleurs sur les genoux du jeune homme qui tenait toujours son étrange carnet… qui ressemblait plus à un petit cahier en fait.

Il reprit très rapidement ses esprits néanmoins quand elle commença à parler même s’il ne manifesta pas grand-chose extérieurement, le cœur bien plus rapide en réalité. Comment ça elle commençait à comprendre certaines choses ???!!! Bien sûr ! A quoi s’attendait-il au juste ! Elle était intelligente, il le savait ! Elle finirait par comprendre ! Peut-être devrait-il lui parler avant qu’elle ne comprenne tout toute seule et ne lui reproche son silence. C’était peut-être ceci qu’il sentait depuis un moment… elle comprenait, elle faisait les rapprochements !

Mais elle paraissait sacrément chamboulée en tous les cas. Il pencha légèrement la tête sur le côté, comme à chaque fois qu’il l’écoutait, geste inconscient, preuve de son attention, eh oui, il écoutait ce qu’elle lui disait !
Elle aborda son comportement datant de quelques minutes, le généralisant en le rapportant aux différentes fois où il avait agi ainsi. Oui, il s’éloignait quand il devenait trop entreprenant. Son regard se perdit un court instant dans le vague, comme s’il se remémorait quelque chose, se réintéressant pourtant très vite à ce qu’elle disait. Elle caressa ses cheveux. Il ferma les yeux aussitôt, adorant tellement quand elle faisait ceci qu’il ne pouvait pas feindre l’indifférence, même avec la meilleure volonté du monde. Mh… c’était vraiment que du bonheur ça !

Elle disait quoi au juste ? Qu’elle pouvait l’arrêter ? Qu’il devait la laisser faire, la laisser l’aider quand c’était ainsi, qu’il devait lui faire confiance. Elle se sentait inutile ? Ca par contre, ça lui fit aussitôt rouvrir les yeux alors qu’il la fixait, incrédule. Elle ? Inutile ? Depuis quand ? Cette petite mage était certes très étrange mais parano à ce point ? Enfin… Elle ne pouvait pas manger tant que ça de confiance en elle si ? Il oubliait que c’était Cassidy… la petite mage complexée qui avait tellement peur des contacts, aucune conscience de son charme ni de l’attrait de son corps sur les hommes, qui s’était presque écroulée suite à une manifestation de magie diabolique sur son propre corps… Bref… Si lui était un peu timbré, elle l’était dans un autre domaine mais tout autant !

Il ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais elle anéantit son maigre essai en l’embrassant. Alors ça c’était traitre !!!!!!!!
Le jeune homme écarquilla les yeux, louchant de manière comique sur l’adorable minois tout contre lui. Elle fermait les yeux, une main dans sa nuque, l’autre sur son torse. Une légère brillance au coin de ses yeux lui fit comprendre qu’elle ne retenait peut-être pas complètement les légères larmes qui menaçaient de dévoiler son émotion… Pourtant, il ne pouvait pas s’empêcher de la trouver incroyablement belle ainsi. Parce qu’elle parlait avec ferveur, agissait selon ses souhaits, ses déterminations, ses convictions, son cœur tout simplement. Et aussi parce qu’elle était en train de lui offrir un baiser certes pas aussi passionné que ceux à se damner qu’ils partageaient parfois mais… si tendre… que pendant un court instant, il eut l’impression d’embrasser la pureté même, un petit ange timide et un brin effrayé mais qui prenait son courage à deux mains pour s’exprimer.

Alors qu’il voyait un agréable feu d’artifice, elle se détacha de lui et enchaina. Ah oui, comme toujours elle parlait. Pas vraiment trop, il était clair qu’elle se contrôlait mais… disons qu’elle ne se serait peut-être pas aussi étendue si elle avait « su ». Le jeune homme, dans un état second, papillonna une seconde, se concentrant avec peine sur ses paroles. C’était beau quand même, un brin trop… fleur bleue pour lui mais… très beau et surtout sincère. Elle voulait qu’ils se battent ensemble, qu’ils affrontent à deux leurs peurs. L’idée était bonne, mais probablement irréalisable malheureusement. Elle l’enlaça, concluant ainsi et il cligna de nouveau des yeux. Elle l’avait un peu dépassé avec toutes ces actions, toutes ces paroles en si peu de temps, il reprenait juste ses esprits.

Il finit par la repousser mais pas méchamment. Un sourire planait sur son visage, ce fameux sourire taquin en coin tellement craquant qui lui donnait des airs de demi-dieux aux yeux de ses précédentes conquêtes. Il avança une main vers son visage et… lui donna une chiquenaude sur le nez. Avant de se mettre à rire d’un ton léger, sincèrement amusé, croisant ses mains derrière sa tête.

- Tsss, princesse… c’était bien mignon tout ça hein ! Mais je crois que tu t’emballes un peu vite
.

Il sourit et prit doucement une de ses mains, la regardant avec attention, comme au tout début, à son arrivée à l’Académie, quand il agissait en gentleman, séducteur, tellement… agaçant tant il pouvait être charmant et tant au fond le piège se sentait-il !

- Bien sûr… Il m’arrive de… m’égarer c’est vrai et je pense que je te dois des explications, je vais essayer de t’en donner mais avant, sache que tout à l’heure ce n’était pas le cas.

Il soupira et se laissa tomber en arrière, s’allongeant le dos contre le matelas du lit de la jeune femme, fixant le plafond avec une légère grimace. Son collier reposait contre sa gorge, inoffensif, il avait enfilé un boxer sans doute et un pantalon mais pas de tunique, les muscles de son torse se détachant dans la lumière dispensée par les cristaux.

- C’est peut-être bizarre mais tout à l’heure, quand je me suis… transformé… Bien sûr au début c’était atrocement douloureux mais après… je ne m’étais pas senti aussi bien, aussi vivant, aussi tranquille depuis des années. C’était comme si j’étais moi et juste moi… enfin bref… même miniaturisé, je ressentais tout avec une force supérieure à tout ce que j’avais connu jusqu’alors… et ton odeur en faisait partie. Elle m’enivrait et me plaisait autant qu’elle me perturbait. Je me suis rendu compte que même ainsi j’étais attiré par toi mais pas tout à fait dans la même mesure. Je sais que me voir ainsi te faisait du mal, je ne te poserais pas de questions par rapport à ceci car je sais qu’il y avait autre chose, quelque chose que j’ai fait et qui t’a suffisamment blessé pour que tu pleures tout à l’heure sous la douche. Je sais que c’est ma faute, j’en suis navré. Ca m’a surpris et alors que je redevenais moi-même… j’avais autant envie de chasser ces larmes que j’avais tout simplement envie de toi. Mais à un point assez… inqualifiable dirons-nous. Seulement tu te trompes, j’étais parfaitement conscient… Je me rendais compte que j’étais égoïste, c’est pour ça que j’ai arrêté, mais ce n’était pas facile… ton odeur, toutes ces sensations étranges, nouvelles, m’habitaient encore après tout.

Il soupira de nouveau.

- Enfin bref…je n’ai pas d’excuse je sais. Mais tu es différente des autres… toi c’est… spécial. Ne t’excuse pas donc, ce n’est pas de ta faute. Je suis juste sorti pour une bonne douche froide qui n’a pas énormément aidé et quand tu es arrivée, je n’étais pas en train de déprimer, j’essayais juste de me calmer, le mur est froid, ça m’aidait.

Il sourit, un brin moqueur, lui-même tout simplement.

- Tu t’es encore mis de drôles d’idées en tête ma princesse.

Sa mine s’assombrit et il se releva, s’éloignant du lit en allant contre la fenêtre, appuyant son front contre le verre, observant l’extérieur, un instant silencieux. Le chaton vexé s’était installé sur les genoux de Cassidy du coup.
Les muscles du jeune homme se contractèrent brusquement alors qu’il semblait lutter contre lui-même et finalement se relâchèrent alors qu’il s’éclaircissait la gorge.

- As-tu déjà fait… une erreur… une telle erreur qu’elle change à jamais ta vie… et celle de tes proches ? As-tu déjà fait une si grosse erreur… qu’elle a provoqué des larmes, des peines, des morts ?... Tout en sachant que ce sera irréparable de toute manière ?

Murmure plus que réelle déclaration. Il se parlait plus qu’il ne lui parlait. Il se détacha finalement de la vitre et la regarda, un léger sourire au visage, un peu triste, mais surtout résigné. Pourtant, le regard qu’il posait sur elle était plein de douceur.

- Tsss… Question stupide, navré… Pas toi non. Bien sûr…

Il tenait toujours son cahier et le fixa, baissant les yeux vers sa main, comme surpris de voir ce qu’il tenait, secouant légèrement la tête. Tristan le posa doucement sur le bureau de la jeune femme et finit par se rapprocher d’elle, s’agenouillant lentement devant elle. Il la regardait dans les yeux, imperturbable et imprévisible.

- J’ai écouté ce que tu as dit. Je t’ai entendu. Tu as le droit de savoir… Une erreur j’en ai faite… Enfin plus d’une en réalité. Une énorme qui a changé beaucoup de choses mais dont je suis fier au final… Une autre, la toute première qui a engendré toutes les autres… Je sais que tu t’en doutes, en fait tu le sais probablement déjà, consciemment ou non. Tu es une mage, je suis probablement fou de te l’avouer mais… tant pis. Je t’ai raconté ce qui s’était passé avec… ma mère, le jour où elle est morte… J’ai menti. J’étais grièvement blessé en réalité… Vivant je ne sais trop comment mais blessé trop grièvement pour espérer m’en sortir seul. Je me suis affaibli et j’ai failli… j’étais en train de mourir quand IL m’est apparu. Un démon oui… Je sais… un de ces monstres manipulateurs… il m’a sauvé, il m’a fait des promesses, j’ai pactisé avec lui… mais à quel prix ? Tu vois bien… je suis vraiment un monstre… Mais tu as le droit de savoir… Je suis désolé…

Il lui sourit, la regardant comme un condamné à mort et posa doucement une de ses mains sur un de ses genoux, avant de rabaisser les yeux, un sourire beaucoup plus sombre au visage.

- Mais ne t’inquiète pas… Si je te le dis c’est parce que j’ai réalisé ma bêtise. Je n’aurais jamais dû te le cacher… et surtout je n’aurais jamais dû t’approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Dim 3 Fév - 13:50

La jeune femme était songeuse, pensive et ne s’attendait certainement pas à des actes très engagés de la part de son compagnon. Il était sorti rapidement, elle n’avait pas tardé à le rejoindre.

Et il est vrai que Cassidy était terriblement inquiète. C’est pour cette raison qu’elle se précipita vers lui, après lui avoir sorti un magnifique discours, comme à son habitude, plein de bonne volonté et surtout d’espoir. Elle essayait de lui faire passer un message, de lui dire de se battre contre ses ou plutôt son démon, de ne pas rester aussi inactif.

Sauf que Tristan semblait prendre ça de manière très légère. La première chose qu’il décida de faire était de lui donner une pichenette sur le nez, en toute désinvolture, son sourire très charmeur pendu aux lèvres. La jeune femme loucha en le regardant faire, ouvrant des yeux ronds. Le jeune homme tenait quand même à s’expliquer pour son comportement.

Elle le regarda s’installer sur le lit et bien que son regard fut un peu emporté sur son corps bien… beau à regarder, la demoiselle redevint plus sérieuse en l’écoutant. Il parlait de ces nouvelles sensations de dragon, qu’il se sentait lui. La jeune femme se crispa, il se sentait plus dragon que Drakkari ? Il voulait garder cette forme ? Ca lui paraissait bizarre et Cassidy se sentit embarrassée, en triturant machinalement les plis de sa nuisette.

Il parla du fait qu’elle pleurait dans la douche. La jeune femme se mordilla doucement la lèvre, l’air encore plus gêné. Elle ne savait pas encore ce qu’elle devait dire, ce qu’elle devait faire, se préparant à ouvrir la bouche pour lui dire que ce n’était pas vraiment sa faute, qu’il n’y était pour rien lui, que ça lui rappelait juste des vieux souvenirs qu’elle cherchait à enterrer depuis longtemps.

Elle voulait s’exprimer à ce sujet et lui prendre la main, sauf que Tristan venait de se relever, le dos tourné, la tête posée contre la fenêtre. Il paraissait différent à ce moment, plus grave, plus lourd, et un silence qui ne disait rien de bon. Le chaton avait sauté sur ses genoux et la demoiselle le caressa doucement, jusqu’à se crisper quand il parla d’erreur. Erreur hein ? Elle lui aurait bien dit qu’elle était une erreur à elle toute seule ! Pour se balader en toute impunité avec le symbole de Balthar pendu sur le haut de son bras. Qu’elle ne mériterait pas tout ça, juste à s’enfermer pour ne pas faire de mal aux autres.

Cassidy ouvrit la bouche pour répliquer, mais Tristan n’attendait pas vraiment de réponse de sa part puisqu’il y répondit de lui-même.

Et ce qu’elle entendit, la surprit au plus haut point même si elle connaissait une partie de l’histoire. Ainsi il avait cherché à se maintenir en vie grâce à un démon. La jeune femme ne comprenait pas tout, elle était persuadé que la magie qui était dans son mouchoir l’avait sauvé ! Non… peut être qu’il ne disait pas vraiment toute la vérité. Elle se rappelait, dans ce souvenir, que Tristan était parti de la maison sans avoir négocier avec un démon. A moins que ce soit arrivé beaucoup plus tard. Un enfant seul… perdu dans la forêt.

Mais la nouvelle était un choc pour elle, surtout les dernières paroles qui la firent sursauter avant de froncer rapidement les yeux, l’air très sévère, tremblante. La jeune femme resta silencieuse, un silence qui ne disait rien de bon.

Elle se concentra sur deux choses, un sort pour insonoriser la pièce et l’autre pour verrouiller la porte magiquement. Le petit cahier avait attiré son attention bien sûr, mais il y avait déjà plus grave.

’’Tu… tu… comment as-tu pu… »

La jeune femme bégayait, tremblait et se redressa de son lit d’un geste très rapide après avoir pris la peine de déposer le petit chat sur le lit.

’’Pourquoi ? Tu te rends compte de ce que tu dis ? De ce que tu as fait ? Et je dois accepter ça sans broncher ? »

Elle avança vers lui, le retourna vers elle en le fixant férocement et tendit la main pour lui administrer une belle claque sur sa joue droite.

’’T’approcher de moi hein ? Tu crois que… Rhaaaa ! »

La demoiselle avait un regard des plus sombres avant qu’elle ne se détourne une nouvelle fois de lui, croisant les bras, l’air très sévère mais redevenant muette pendant un bon moment, silencieuse, alors que le chaton ne comprenait pas la situation même si il y avait de l’électricité dans l’air.

’’Mettons les choses au clair, la magie démoniaque ça fait un moment que je m’en doute… mais… »

Elle se tourna de nouveau dans sa direction, abaissant ses bras, mais ne perdant pas son air sérieux.

’’Je n’ai jamais cherché à tenter quoi que ce soit contre toi. J’aurais très bien pu te forcer à faire sortir ce démon, te forcer à me montrer la vérité mais c’est beaucoup trop risqué et puis… je ne cherche pas à te faire du mal… Crois moi si j’avais voulu utiliser ma magie sur toi contre ce démon, ça serait fait depuis le début. »

Un très léger sourire timide apparut sur son visage puis elle secoua doucement la tête.

’’Je suis loin d’être folle, ou suicidaire. Ce choix de rester près de toi… je l’ai fais depuis le début. Ce n’est pas un petit démon qui va m’éloigner de toi… »

La demoiselle croisa de nouveau les bras et devint beaucoup plus sévère.

’’A ce propos… je sais que tu as aussi joué avec mes souvenirs et… tous ces moments qu’on a vécu ensemble. Ne fais pas l’ignorant tu sais très bien de quoi je parle… ce n’est pas la première fois qu’on se retrouve et tu as déjà cherché à me faire du mal… »

Elle fit quelque pas vers lui, la nouvelle devait être un choc pour lui et il devait se sentir encore plus honteux. Heureusement qu’elle avait magiquement fermé la porte et mit la sourdine dans le couloir.

’’Sauf qu’il y a quelque chose que tu as oublié de penser à ce moment là… Ce n’est pas TOI qui m’a fait du mal. Plutôt ton corps dirigé comme une marionnette par un être maléfique mais pas ce que toi tu es, ce que tu représentes. Je suis sûre que tu aurais préféré fuir ou te blesser plutôt que de me toucher. Tu n’étais pas conscient Tris’ ! Et ton âme, jamais on ne pourra la changer. »

La jeune femme posa sa main sur le torse de Tristan, c’était chaud, son cœur battait doucement, et elle ne recula pas.

’’Sauf que si on ne peut pas réparer le passé, on peut améliorer le futur. Surtout dans ce genre de cas… le possédé doit juste faire preuve d’une volonté sans faille. Et pourtant j’en ai vu des malheureux vendant leur âme et corps aux démons, la fin n’a jamais été heureuse. Mais il y a toujours un deuxième chemin… Tu ne vas pas le laisser faire ! »

Elle soupira lentement puis passa sa main libre dans ses cheveux.

’’Tu n’étais qu’un enfant quand c’est arrivé ! Ca serait moi peut être que j’aurais réagi pareil ! Parce que je n’aurais pas voulu mourir, je me serais rattachée à la vie. Tu étais seul Tris’… Je ne peux pas t’en vouloir pour ça… »

Cassidy s’écarta un peu de lui, et baissa la tête, se mordillant une nouvelle fois la lèvre, gênée et se tenant la tête dans les mains, complètement perturbée et incohérente dans ses propos, passant du coq à l’âne.

’’Je t’en veux… Je t’en veux de m’avoir enlevé ces souvenirs… Tu voulais me protéger mais… c’est pas juste… Je sais que c’est un risque à courir de rester près de toi mais c’est un risque qui vaut la peine d’être pris. Alors tu n’avais pas le droit de me faire ça ! Tu préférais me cacher la vérité pour que je ne souffre pas mais c’est pire !»

Elle fit les cent pas dans sa chambre, s’approchant de son bureau un instant et tapant rageusement du poing contre la table. Sa respiration était plutôt difficile, partagée entre l’idée de lui en vouloir et lui faire la tête ou bien minimiser les choses comme elle en avait l’habitude de faire. Cependant la jeune femme porta sa main à son cœur, comme si on lui en avait arraché un bout, silencieuse, le regard perdu dans le vide.

La demoiselle ne dit pas un mot pendant un moment, se remettant à faire les cent pas dans la pièce.

’’Je suis peut être une mage… mais je me considère aussi comme ta compagne… aussi longtemps qu’on sera ensemble et que tu me permettras de porter ta chevalière autour du cou. Je sais que tu as peur de la magie mais… jamais je ne chercherais à te faire du mal avec ma magie. Ce n’est pas ce que je veux »

Elle soupira un long moment avant de se poser sur le lit et se coucher, prenant un oreiller contre elle et tournant le dos à son compagnon.

’’Ce que j’aimerais savoir c’est… pourquoi tu as fais ça ? Pourquoi tu m’as enlevé mes souvenirs ? Pourquoi tu m’as forcé à prendre ce choix ? »

La demoiselle attendait de solides explications et elle s’était de nouveau tourné vers lui avec un air interrogateur, légèrement vexé, qui montrait bien que cette fois, elle voulait en savoir plus. Elle n’avait pas l’air de le repousser à tout prix pour ce qu’il était ou ce qu’il disait. Il avait pactisé avec un démon mais ça ne l’empêchait pas de se tenir face à lui sans chercher à s’éloigner de lui ni à le faire partir de sa chambre. Parce que mine de rien elle y tenait à son Drakkari qui faisait des bêtises encore plus énormes que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Dim 3 Fév - 22:12

Ca y est… C’était dit. Fini les faux semblants.
En même temps, ne méritait-elle pas de savoir ? Bien sûr que si ! Elle le méritait, plus que n’importe qui probablement d’ailleurs. Pourtant, ce n’était pas par manque de confiance qu’il ne lui avait pas avoué la vérité jusqu’alors. Juste… parce que la dernière fois qu’il l’avait fait, il l’avait mise en danger, vraiment en danger. Elle ne pouvait pas s’en douter bien entendu et il essayait de se convaincre de tout lui avouer… Y compris ce qui s’était passé sept ans plus tôt. Elle n’allait probablement pas apprécier du tout, mais elle le méritait… Du moins, il ne pouvait plus lui mentir impunément et tenter de la regarder dans les yeux par la suite. Tant d’espoir, tant de confiance… Elle ne comprenait pas qu’il ne méritait pas tout ça ?

Elle répondit du tac au tac. Il ne savait pas tellement à quoi s’attendre, sans doute un peu de colère, mais il l’aurait pensée plus soulagée qu’énervé. Bah oui !!! Il lui disait ENFIN la vérité ! Hum… Apparemment elle était en colère oui mais… envers sa décision. Elle lui reprochait d’avoir pactisé avec un démon c’est ça ? Apparemment, elle avait du mal à être cohérente dans son discours et dans ses pensées, parce qu’il n’avait pas prétendu qu’elle devait accepter ceci, peut-être même au contraire était-ce un moyen de s’éloigner d’elle. Mais elle ne le comprit pas comme ça, s’approcha de lui et lui décocha une magnifique gifle qui lui fit écarquiller les yeux et… rester totalement aux arrêts.

Cassidy n’était pas violente. Elle était maladroite, terriblement touchante, beaucoup trop humaine et pleine d’espoir pour ses confrères, douce et talentueuse, parfois même agaçante de par ses qualités, mais elle n’était pas violente. Alors qu’elle le frappe ainsi, même si c’était amplement mérité, il en fut vraiment surpris. Surtout qu’elle n’était pas très forte cette petite mage, alors pour la lui décocher avec autant de force cette magnifique baffe, elle avait dû se faire sacrément mal à la main !

Mais elle avait beau être en colère, elle réfléchissait et préférait une fois de plus la discussion aux actes. Or cette fois-ci, il ne pouvait pas le lui reprocher… Car elle prononçait des mots qu’il avait désespérément besoin d’entendre. Qu’elle se doutait pour la magie démoniaque, mais qu’elle n’avait expressément rien tenté contre lui, que ce démon n’allait pas changer les choses entre eux. Vraiment ? Pourtant n’était-il pas déjà en train de les changer ? N’avait-elle pas commencé par s’énerver ? Enfin… sans doute lui reprochait-elle bien davantage ses dernières paroles à son pacte en fait. C’est vrai que ce n’était pas très malin de sa part et qu’il devait bien être dans sa bulle pour penser qu’elle ne réagirait pas.

Malgré tout, malgré le choc, malgré la tristesse et les regrets, un léger sourire apparut au coin des lèvres du jeune homme. Très léger, mais sincère et l’admiration dans son regard ne pouvait décidément pas être feinte. Tout s’écroula malheureusement quand elle continua, enchaînant sur ce qu’elle avait appris… Sur les souvenirs qu’il lui avait volés. Ses souvenirs… Un bien sacré… Il n’avait pas le droit. Tristan perdit brutalement ses couleurs, tout sourire, toute joie, toute admiration disparaissant au profit d’un vrai mur de tristesse et de distance.

Bon d’accord, elle cherchait quand même à le rassurer par rapport à ce qui s’était passé, que ce n’était pas lui qui l’avait attaqué, seulement le démon… Mais pour le jeune homme ces belles paroles n’avaient pas vraiment d’impacts. Il faisait les rapprochements, comprenait qu’elle lui avait menti, qu’elle était allé voir sa sœur. Ca expliquait sa distance face à la mer, sa distance face à ses avances, terriblement vexante… Ca expliquait pourquoi il se sentait terriblement coupable en voyant la tristesse au fond de ses yeux, qu’elle camouflait si mal. Elle était trop honnête pour ça. Lui non.

La mâchoire du jeune homme se crispa, les muscles de celle-ci se tendant comme à chaque fois qu’il était en colère ou inquiet… ou en proie à une émotion forte. Pourtant, il ne dit rien. Il n’avait rien à dire, il avait fait des erreurs et était conscient qu’aujourd’hui, il devait les assumer. Alors il allait se taire et juste l’écouter et si elle lui en voulait… trop pour lui pardonner, alors il accepterait. Même si dans le fond, il se doutait qu’elle finirait justement par le pardonner… c’était le problème de cette petite demoiselle… incompréhensible… tellement humaine. Elle posa la main sur son torse, son cœur battit un peu plus vite alors qu’il baissait la tête vers la mince silhouette qui le regardait avec autant de sérieux et d’engagement. Si elle n’avait pas confiance en elle parfois, elle avait confiance en ses convictions et s’y accrochait. Il était l’une d’elles dans un sens, ça faisait du bien… de se sentir aimé.

Volonté sans faille… Autre chemin… Se battre. C’était bien plus facile à dire qu’à faire. Il s’était battu pourtant ! Puis avait renoncé en grande partie… Mais pas suffisamment pour se perdre, autrement il n’aurait pas été le Tristan silencieux et honteux qu’il était à ce moment là face à elle. Il serait toujours le dragueur, fanfaron, brutal et si peu respectueux des sentiments de ces dames. Alors bien sûr qu’il s’était battu, que croyait-elle ? que c’était simple ?!!!
Non bien sûr que non… Il s’énervait pour rien, il le savait, elle cherchait juste à l’aider là… juste à l’aider…

Elle caressa ses cheveux, il s’apaisa aussitôt. Elle avait raison il avait été seul. C’était même pire que ça… Il avait été totalement… abandonné.
Léger soulagement malgré tout. Elle était en train de lui expliquer, certes pas aussi clairement qu’elle l’aurait pu, que son pacte n’était pas… si grave à ses yeux. Enfin si bien sûr, c’était grave, très grave mais pas assez pour qu’elle le repousse, pas assez pour qu’elle cesse de l’aimer. Cette fille était folle…

Par contre elle lui en voulait et ça elle le dit clairement, pour son choix. Oui… Il lui avait ôté ses souvenirs et ça, elle ne l’avait pas supporté. D’ailleurs, elle ne se gêna pas pour en rajouter une couche. Il demeura toujours aussi silencieux, ne semblant pas vouloir l’interrompre, peu importe les accusations. Pourtant son regard s’était perdu dans le vide pendant un instant. Tristesse, regrets… honte… mais aussi soulagement et fierté… Comme s’il était fier d’avoir agi ainsi, comme s’il était soulagé que finalement elle le sache. Il n’aurait plus à faire semblant. Il n’aurait plus… à mentir autant. Encore un peu bien sûr, mais moins.

Elle était allongée sur le lit, serrant fort un coussin et si au début, elle lui tournait le dos, elle se remit à le fixer, bien sévèrement pour un si craquant minois ! Elle voulait savoir. Elle devait savoir. Il le lui devait et puis les phrases qu’elle venait de prononcer étaient trop blessantes pour qu’il reste juste silencieux. Il avait fait une chose horrible, il lui avait arraché une partie d’elle, égoïstement… Alors des explications, il avait intérêt à en donner.

Au début silencieux, la fixant avec une mine indéchiffrable, il finit par la rejoindre et s’assit doucement sur le bord du lit, la regardant avant de poser doucement sa main sur la sienne.
Il avait l’air triste… et en même temps heureux.

- … Tu m’as menti… Tu es allé voir Aliéna… Au final, tu vois, tu ne me fais pas confiance. Mais tu as raison… Non tais-toi… tu veux des explications, je vais en donner mais commençons… pas le début. Mets ma bague… et prononce ton sort pour voir les souvenirs de cet objet… il y a 13 ans, pense à la mort… Ma chevalière devrait pouvoir te montrer… ce que je veux.

Il se tut et la laissa faire, l’encourageant d’un signe de texte. Elle finit par lui obéir après sa promesse de ne pas en profiter pour essayer de s’éclipser mais il lui avait pris la main, disant qu’il serait près d’elle.
La chevalière était chargée de souvenirs et elle réagit aussitôt.

C’était ce qu’elle avait vu, ou plutôt la suite. Tristan partait avec précipitation de la maison de sa mère, résigné. Des éclats de voix s’entendaient au loin, il devait faire vite.
Il se retrouvait dans la forêt, s’éloignant de plus en plus. Effectivement, le petit mouchoir l’avait probablement sauvé, l’empêchant de mourir, mais la plaie à sa gorge n’était pas encore guérie et semblait vraiment douloureuse. Après avoir fui pendant un moment, il s’était endormi, épuisé, dans une caverne. Des hurlements l’avaient réveillé et il s’était retrouvé face à deux loups affamés qui le fixaient d’un air gourmand. Le jeune homme surpris et embrumé par le sommeil et la douleur d’avoir perdu sa mère fut trop lent à la détente et s’il commença à se débattre face à l’animal qui lui avait sauté dessus, il ne put rien faire pour éviter un violent coup de griffe sur sa si récente blessure. La douleur l’étourdit et il parvint à reculer, se munissant d’une lourde branche, pâle et les jambes tremblantes quand un rugissement s’était fait entendre. Un des loups avait volé, l’autre n’avait pas demandé son reste et avait filé rapidement. Le jeune Tristan avait écarquillé les yeux face à l’énorme félin gris dont la couleur se fondait dans celle des murs de la caverne, qui s’avançait vers lui. Il avait encore moins de chance de s’en sortir.

Mais l’animal avait brusquement… changé de taille, jusqu’à devenir de la taille d’un gros chat, trottinant jusqu’à lui pour venir se frotter contre ses jambes. Au moins l’intérêt pour le chaton qu’il avait offert à Cassidy s’expliquait un peu… parce qu’ils se ressemblaient diablement.
Soulagé, le jeune homme avait cédé à l’inconscience et c’est un sommeil plein de cauchemars lui faisant revivre l’horreur de la veille qu’il passa.
L’animal quant à lui resta près de lui, grossissant de nouveau pour se blottir contre le garçon et lui tenir chaud… Mais Tristan ne se réveillait pas… Il passa deux jours à gémir, la blessure de sa gorge ne semblant pas vouloir guérir et se remettant régulièrement à saigner, lui pompant toutes ses forces alors qu’il était pâle comme un mort et brûlant de fièvre.

Pourtant, le gros chat cherchait à l’aider, lui apportant même des fruits, comme s’il savait que ce petit d’homme avait besoin de vitamines. Mais le jeune garçon n’était tout simplement pas capable de faire quoi que soit, ni boire et encore moins manger.
L’animal était resté près de lui le plus souvent possible, essayait de le pousser à se lever mais rien à faire. De toute façon pourquoi se battre.
Un soir, une lumière rougeâtre entoura le jeune homme et une voix s’éleva, le poussant à ouvrir les yeux.

- Je sais que tu souffres Tristan Konogan… je t’ai entendu… C’est injuste. Je sais pour ta mère, je sais ce que tes héros lui ont fait… Je sais que tu as envie de mourir à présent et que tu penses pouvoir la retrouver dans la mort mais… tu te trompes.
- Tu es… un démon…
- Je vois que tu es encore très lucide et plus vif d’esprit que tes camarades mon enfant. Oui, je suis un démon, je ne le cache pas… mais je ne suis pas comme mes frères. Je veux t’aider… Sache que si tu meurs maintenant, tu ne la reverras jamais. Elle a été sauvagement et injustement tuée… Son âme ne peut pas trouver le repos tant que justice n’a pas été faite..
- M…maman…
- Je veux que tu vives… que tu la venges… Si tu le veux, je t’aiderais à vivre petit, tu deviendras fort et te venger de ceux qui te l’ont arrachée, son âme sera en paix… je pourrais peut-être même te la rendre apparente pour quelques minutes. Enfin je pourrais mais… combien de temps, je l’ignore.
- C… C’est vrai ?
- Je te le jure.
- D… D’accord…
- Tu es brave Tristan… Oh, j’ai une condition pourtant… Tu ne dois pas aimer… Tu pourras connaître le nombre de femmes que tu voudras mais tu n’as pas le droit d’en aimer réellement une. Enfin… ce serait dangereux pour elle du moins. Tu comprends ?
- Pas vraiment non… Mais je m’en fiche. Aide-moi s’il te plait….
- Très bien…


Tout se brouilla et Cassidy fut directement ramenée au présent.

Tristan la regardait, calme mais un peu d’inquiétude dans les yeux au final. Soit son démon était un horrible manipulateur, soit il n’était pas si démoniaque au final… Difficile à dire. Mais alors qu’elle ouvrait la bouche pour parler, il pressa son index sur ses lèvres et remit la chevalière à son doigt.
Bon c’était quand même un geste très bizarre et un brin romantique même si elle était trop grande pour elle.

- Non… ne dis rien s’il te plait… maintenant… demande à voir « le tournant » d’il y a sept ans… cette fois… je serais là pour te guider.

Apparemment, malgré ses préjugés sur la magie, il devait quand même avoir deux ou trois habitudes… et avait probablement déjà testé cette espèce de voyage avec sa sœur, même s’il n’était clairement pas à l’aise.
Cassidy devait vraiment avoir envie d’en savoir plus, de comprendre, parce qu’elle ne posa pas de question et lui obéit une fois encore. Et une fois encore, elle se retrouva face à un évènement qu’elle avait déjà vu… ou plutôt la fin d’un évènement qu’elle avait déjà vu. C’était ce qu’Aliéna lui avait montré le matin même !
Ce qui s’était passé… Ils avaient été ensemble apparemment mais elle s’était arrêtée sur la vive dispute avec son frère, possédé alors qu’elle venait d’ôter les souvenirs de la jeune femme.

Là… C’était justement la fin de cette dispute. Aliéna semblait furieuse et dégoûtée de l’homme qu’elle avait en face d’elle…
En fait, elle ne semblait pas reconnaître son frère et refuser tout simplement que l’homme qui lui faisait face soit celui avec qui elle partageait bien plus qu’un patrimoine génétique.
Elle était partie rapidement au final et le masque du jeune homme était tombé. Ah… Apparemment il faisait semblant, le démon n’avait pas pris le dessus, du moins pas encore, il cherchait juste à… l’éloigner. Mais pourquoi ?

Le voilà qui entrait dans la chambre où se reposait la jeune femme privée de ses si beaux souvenirs. Il approcha une chaise du lit et la regarda en silence. Toute la culpabilité du monde, tous les regrets se trouvaient sur le visage qui faisait encore si enfantin de Tristan. Il avait encore ce petit quelque chose d’innocent, fripon certes mais innocent qu’il avait totalement perdu depuis. Il souffrait de la voir ainsi, c’était clair, d’ailleurs il porta une main à son propre visage, s’essuyant rageusement les yeux, quitte à se faire mal pour chasser sa faiblesse… qui lui demandait de rester. Il serra les dents et se pencha sur elle, voulant déposer un baiser sur l’une de ses joues… ce qui lui valut… un magnifique vol plané !

La magie de la jeune femme s’était activée et l’auréolait d’une fine brume dorée, la protégeant contre cette « agression ». Ben quoi ? On venait de l’attaquer, puis de lui arracher ses souvenirs, son corps, sa magie, réagissaient en conséquences en décidant de la protéger de tout contact puisqu’ils étaient si malsains pour elle !!!!
Tristan avait glissé lentement le long du mur qu’il avait heurté, fermant un œil en se frottant l’arrière de la tête, fixant la silhouette pourtant toujours endormie qui pendant un court instant avait semblé souffrir. Il baissa la tête, coupable, malheureux, puis se releva sans un mot. Juste avant de fermer la porte, il finit pourtant par laisser échapper quelques mots.

- Je suis désolé…

L’image se troubla mais apparemment, ce n’était pas fini comme c’était le cas un peu plus tôt. Non, là… ça… continuait. Tristan chevauchait, le visage fermé, plongé dans ses pensées et certainement en train de s’accuser de tous les torts à voir le dégoût de lui-même qui s’inscrivait parfois dans son regard. Il croisa quelques personnes, qu’il salua d’un mouvement de tête, s’arrêtant pour demander un renseignement ou un autre. Apparemment, il voulait se rendre sur un point de vue unique qu’on prétendait créé par les dieux pour rappeler aux hommes leur insignifiance… mais aussi la beauté du monde dans lequel ils vivaient. Il finit par trouver. Le soleil commençait à décliner, l’après-midi était probablement bien avancé. Il laissa son cheval brouter tranquillement et s’avança vers le point de vue. C’était une immense falaise, étourdissante par sa hauteur mais surtout le spectacle merveilleux qu’elle offrait. Un monde de verdure à l’Est, de sable orangé à l’Ouest. C’était magnifique… Cela dériva un peu le jeune homme qui sourit légèrement. Il escalada souplement la large et solide barrière qui avait été installée un peu avant le bord du précipice, pour empêcher aux bambins imprudents de tomber et s’y assit un instant, observant le monde en dessous de lui.

Puis d’un geste aisé, se releva, marchant lentement le long de la barrière, à la manière d’un équilibriste. Ca n’avait rien d’exceptionnel, la barrière était vraiment large, très stable et c’était plus que probablement un défi que se fixaient les adolescents en mal de sensations fortes. Pourtant il finit par s’arrêter et tournant le dos au précipice, fixa le chemin qu’il avait emprunté un peu plus tôt. Un nouveau sourire, triste cette fois, comme s’il voyait une personne qui n’était pas… vraiment là. Il inspira profondément, les yeux perdus dans le vague, s’adressant à son fantôme dans un murmure.

- Adieu Cassy…

Il ferma les yeux, tendit les bras de chaque côté de son corps et donna une suffisante inflexion des genoux pour s’écarter de la barrière… et se laisser tomber dans le vide.
Le Tristan… du présent qui avait accompagné Cassidy attrapa aussitôt la main de celle-ci, pour la rassurer entre autre et aussi pour lui rappeler qu’il était là… et qu’elle n’aille pas essayer de le rattraper puisqu’il n’était… qu’un souvenir là. Oui, bien sûr, ce devait être dur pour elle… très très dur, un vrai cauchemar… Pourtant il était vivant…

Et s’était raté…
L’image se troubla de nouveau… Ils se retrouvaient plus bas. Effectivement, il était tombé dans une espèce de caverne souterraine, révélée par l’érosion… Au lieu de faire une chute vertigineuse, se brisant les os à chaque mur de pierre heurté, il était… passé au travers de l’un d’eux.
Certes la chute avait été extrêmement violente et des plus douloureuses… Surtout qu’il avait atterri sur… une stalagmite énorme qui lui traversait le corps de part en part.
Une flaque de sang se formait sous lui alors qu’il demeurait immobile lorsqu’il ouvrit brusquement les yeux.
Son regard orangé avait changé, devenant d’un rouge sang tout sauf rassurant. Il poussa un grognement de douleur, redressant la tête en constatant de manière assez comique qu’il était cloué au sol comme un papillon qu’on voudrait examiner.

Soupirant d’un air las en marmonnant, le Tristan cette fois-ci qui semblait possédé brisa d’une poigne sans appel la pierre se redressant tant bien que mal. Déjà la blessure commençait à se résorber et aucun de ses organes ne semblait touché. Il grogna de plus belle.

- P’tit con ! Tant pis pour toi… la douleur sera pire quand tu reprendras tes esprits.

Il marmonna encore un peu puis sourit machiavéliquement. Apparemment il avait le dessus pour l’heure… et comptait bien en profiter… Comme le démontra un peu trop bien le souvenir très flou dont Tristan n’avait alors conscience qu’à travers un brouillard indistinct comme le réveil de cette chute d’ailleurs, suivant. Apparemment, les demoiselles appréciaient les… euh… attributs du jeune homme.
L’actuel Tristan grimaça aussitôt, c’est que les voix de ces demoiselles résonnaient un peu fort, alors qu’il attrapait la main de Cassidy pour lui enlever la bague.


Ils se retrouvèrent assez brutalement de nouveau dans la chambre de la jeune femme et il secoua la tête, pris d’un sérieux mal de cœur dû à ces déplacements. Mais ça passait. En tous les cas… Elle n’avait pas apprécié c’était clair… Et certainement encore moins la dernière partie. Bah oui, il était un tombeur, elle le savait non ? Le jeune homme mit ses mains en évidence, les levant au niveau de sa tête puis les rabaissa lentement, le regard plus sombre. Mais il avait décidé d’être honnête, autant l’être jusqu’au bout.

- Je pensais que ces images seraient plus parlantes… Si je t’ai enlevé tes souvenirs… oui c’est parce que j’avais une bonne raison. Je comptais mourir… Je voulais mourir et j’ai essayé pendant plusieurs semaines. Mais plus j’essayais, plus il prenait le dessus et au final… je me suis perdu moi-même. Si… je m’étais juste éloigné de toi… si j’étais juste parti sans rien dire, tu aurais beaucoup souffert et tu m’aurais encore cherché, y perdant ton temps et… ton énergie. Si tu avais su quel était mon projet, tu m’en aurais empêché coûte que coûte, je le sais bien… ça t’aurait fait énormément de mal… Alors t’enlever tes souvenirs… C’est le meilleur moyen que j’ai trouvé de te protéger de moi, de mes bêtises, des sentiments que tu avais pour moi et qui risquaient de te perdre…

Il détourna la tête une seconde, apparemment le sujet n’était pas si facile que ça à aborder.

- Avais-je tort ? Avais-je raison ? Je l’ignore… Je sais que mon choix paraît égoïste. Pourtant c’était le premier que je faisais pour quelqu’un d’autre que moi… parce qu’en réalité, la seule chose que je souhaitais… à l’époque… c’était d’être avec toi. Finalement… j’ai fait beaucoup de mal autour de moi. J’ai passé sept ans dans des semi-ténèbres qui m’ont permis de t’oublier parce que penser à toi m’était insupportable. De mercenaire, je suis devenu un Kaär, j’ai tué, recherché le pouvoir, détruit des vies. Ca me plaisait… Ca ou autre chose à vrai dire… quelle importance ? Mais… pourtant… c’est… différent aujourd’hui… Paradoxalement, je suis plus fort, plus résistant…

Il se tourna vers elle et esquissa un léger sourire.

- Tout à l’heure, je me suis mal exprimé. Ce n’était pas spécialement le fait d’être un dragon qui me plaisait… mais celui de ne plus ressentir cette empreinte si sombre, cette emprise démoniaque qui pèse constamment sur mes épaules. Je savais qu’ainsi… je pouvais être tranquille, pendant quelques minutes, parce que je n’avais rien… contre toi… si ce n’est l’envie pressante d’être près de toi. Mais j’ai vu que je te faisais peur… je suis désolé… je n’ai pas fait exprès de me transformer ainsi… mais c’est tellement mieux que cette chose qu’il me force à devenir parfois… Ce… truc là… est horrible…

Nouveau regard sombre avant qu’il ne secoua la tête et ne se lève brusquement, s’éloignant d’elle pour aller près du bureau de la jeune femme. Il attrapa le carnet qu’il y avait posé et revint rapidement près d’elle, se ragenouillant à ses pieds, lui prenant la bague des mains, qu’elle n’avait pas encore remise à son collier.

- Je n’aime pas spécialement la magie… mais ça ne m’a pas empêché de m’en servir… des fois… Ca… c’était important.

Il posa l’ours représenté sur le dessus de sa chevalière sur la rainure du livre et la pressa dessus. Elle s’y enfonça comme dans de la cire chaude avant qu’il ne la retire. Le symbole s’était inscrit sur la couverture et des lettres s’enchevêtraient mais il ne lui laissa pas le temps d’en lire le titre, lui tendant tout simplement le carnet.

- C’est… Ce sont les pages du journal que tu tenais à l’époque… que j’ai arraché… pour que tu ne gardes aucune trace de ce qui s’était passé… Et… des dessins que j’avais fait quand… enfin… quand on se voyait… Je les ai gardé parce que… parce que je n’avais pas la force de détruire totalement ces souvenirs.

Il baissa coupablement la tête, se refermant de nouveau sur lui-même, n’ayant apparemment pas tellement envie de s’étendre plus que ça… Ces souvenirs finalement, il ne les avait pas totalement détruit, il avait gardé une trace de ce qu’elle avait ressenti. Au cas où ? Au cas où quoi au juste ?
Le premier dessins pourtant très représentatif montrait parfaitement ce qu'elle avait été pour lui... Une main tendue. qu'il avait fini par perdre...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Lun 4 Fév - 19:24

Abasourdie, choquée, Cassidy ne savait plus comment réagir, se mélangeant entre la colère et la rancœur d’être restée si longtemps privée de ces informations très importantes. Tristan avait beau avoir du mal et c’était un très grand pas en avant qu’il faisait, la demoiselle n’était pas vraiment ravie d’entendre la fin de sa phrase, comme quoi il n’aurait jamais du l’approcher.

Cette simple phrase la fit sortir de ses gonds et elle se leva pour lui coller une baffe bien méritée. C’est vrai ! Il était en train de regretter de s’être rapproché d’elle ! Il préférait renier ses sentiments plutôt que de rester avec elle. Peut être que Cassidy pouvait le comprendre, après tout, le jeune homme avait peur de lui faire du mal et ça restait risqué. Mais renier tous ces moments passés ensemble, c’était beaucoup trop pour elle.

Pourtant, malgré cela et sa colère, elle remarqua un sourire sur le visage de Tristan alors qu’elle s’exprimait. La jeune femme campait sur ses positions, elle était peut être folle mais semblait tellement naturelle dans sa façon de parler, butée et bornée comme si ce n’était pas un démon qui la ferait changer d’avis. Elle ne le regardait pas avec dégoût, juste avec un air grincheux comme le ferait n’importe qui dans un couple.

Sauf que la demoiselle en avait entendu assez pour balancer tout ce qu’elle savait. Ca la pesait suffisamment de savoir qu’il avait pris ses souvenirs et elle voulait comprendre pourquoi. Pourquoi il s’était senti obligé de faire ça ? Bien sûr, elle se doutait bien qu’il cherchait à la protéger. Mais elle voulait entendre ses propres explications, de sa voix à lui.

Cassidy remarqua la tristesse sur le visage de Tristan avant qu’il ne la rejoigne sur le lit, silencieux, après qu’elle ait terminé son discours. En l’entendant parler de mensonge, la jeune femme fronça les sourcils. Oh non elle n’avait pas menti ! Elle avait dit qu’elle était partie à Glindel pour voir un fournisseur, ce qu’elle avait fait, mais elle était d’abord passée voir Aliéna en priorité. Ce n’était pas un mensonge mais une vérité camouflée. D’ailleurs elle s’apprêtait à riposter quand Tristan insista pour qu’elle lise les souvenirs de sa bague.

La jeune femme la regarda avec étonnement. C’est vrai que l’idée de lire les souvenirs de la bague ne l’avait pas effleurer une seule fois. Le souvenir du mouchoir qu’elle avait regardé sans gêne l’empêchait de reproduire la même chose. C’est pourquoi la demoiselle était beaucoup plus hésitante et avait une certaine appréhension. Elle dévisagea Tristan.

’’Je vais le faire… mais tu restes avec moi pendant ce temps d’accord ? »

Il pouvait en profiter pour prendre la fuite, ou se sentir honteux. Sauf que Tristan ne comptait pas bouger. La jeune femme enfila la chevalière qui était beaucoup trop grande pour son doigt puis prononça sa formule en fermant les yeux. Une douce lumière violette l’envahit et ils se retrouvèrent plongés dans les souvenirs de l’objet.
Elle se retrouvait dans le souvenir de Tristan après le drame, quand il était dans la forêt. Cassidy le regardait avec effarement, il était quand même bien là mais les souvenirs sont immersifs et il est facile de ne pas distinguer la réalité du passé. La jeune femme avait de la peine pour lui et se maudissait… même si elle n’aurait pu rien faire pour l’aider à cette époque ! Et la seule chose qui le sauva, c’était un démon, qui semblait pressé de sceller un pacte.

La jeune femme se crispa et serra les poings, tremblante. Il n’y avait pas d’autre choix… Tristan était recherché pour meurtre à ce moment là… Personne ne serait venu l’aider. Un mal pour un bien en quelque sorte. Tout aurait pu s’arrêter là. Mais Cassidy, de par ses expériences, savait très bien qu’un démon frappait là où on était sensible. L’esprit d’un enfant, c’est tellement facile à corrompre. Surtout après ce qui lui était arrivé.

Cassidy avait du mal à se contenir, même si Tristan restait calme, elle était un peu plus agitée par rapport à ce qu’elle voyait. Sauf que Tristan n’en avait pas terminé et lui demanda de voir un autre souvenir. Elle s’exécuta, même si l’envie de parler la démangeait sérieusement.

Et ce qu’elle vit une nouvelle fois lui fit de la peine. Un Tristan diminué, qui était quand même resté proche de Cassidy même si elle remarquait que sa magie la défendait. Une magie qu’elle ne maîtrisait pas. Qui aurait cru qu’une chose que Tristan voulait éviter pour la protéger avait engendré quelque chose de plus dangereux pour elle-même ? La jeune femme baissa lentement la tête.

La scène changea et elle aperçut Tristan devant un magnifique paysage avant que ce dernier ne se jette dans le vide. Cassidy en étant tout autant choquée et ouvrit grand la bouche, indignée et effarée, même si son compagnon à côté d’elle signalait sa présence pour montrer qu’il était toujours là. La jeune femme tremblait un peu puis se tapa le front en secouant négativement la tête, l’air de se dire « Mais c’est pas vrai… ».
Elle aperçut le démon prendre possession du corps de Tristan puis l’utiliser à sa guise, et cela ne fit pas vraiment réagir la jeune femme comme si elle s’y attendait en fait. La scène se brouilla et ils revinrent au présent, alors que Tristan conclut ces visions par la parole.

Il s’exprima et expliqua la réelle raison de son geste. C’était plutôt bien vu dans un sens. Elle n’y penserait plus, aurait continué sa vie et lui serait parti de ce monde. Il ne l’aurait pas fait souffrir, geste difficile mais admirable. La jeune femme leva les yeux vers son beau compagnon puis prit sa main pour la serrer dans la sienne, comme si elle montrait encore une fois, qu’elle était là.

Tristan aborda ensuite ce qu’il avait fait, l’engagement chez les Kaärs, ses erreurs. Elle comprenait mieux et ce n’était pas évident pour lui. Il n’était qu’une âme sans réel objectif que celui de la vengeance, des objectifs sombres et dénués de vie. Un démon faire apparaître un fantôme ? Elle pensait que c’était possible, après tout il n’y avait pas que ça pour communiquer avec l’au-delà et à force de passer son temps dans les livres, elle était bien placée pour le savoir.

Le Drakkari parla pour finir de sa transformation et ça semblait difficile pour lui. C’était comme si ça lui enlevait un poids, comme si il était différent. Il parlait d’un truc comme quoi il se transformait en quelque chose de pas vraiment recommandable, elle le comprenait par son hésitation quand il en parlait. La demoiselle posa une main rassurante sur l’épaule du garçon. Ainsi donc son pendentif qu’elle lui avait offert l’aidait un peu. Elle comprenait donc la raison pour laquelle il ne voulait pas s’en séparer.

Tristan n’avait pas terminé car il ramassa le carnet qu’elle avait regardé avec curiosité avant de déposer la chevalière dessus. Il expliqua qu’il y avait les pages de son journal, de son passé. La demoiselle écarquilla les yeux en regardant, les mains tremblantes et s’intéressa beaucoup aux dessins, alors que ses yeux brillèrent à nouveau, elle était émue.

’’Tris… »

Elle s’y attarda un petit moment, puis posa le tout à côté d’elle et prit une nouvelle fois Tristan dans ses bras, le serrant fort contre elle, comme si au final, la demoiselle ne le laisserait pas tout seul, encore moins qu’avant et cela ne faisait qu’amplifier les sentiments qu’elle avait pour lui.

’’Tu sais… ce qu’on peut faire… c’est de créer de nouveaux souvenirs, encore plus beaux que ceux là. Merci… pour tout ce que tu as dis… mais… »

La demoiselle attira le jeune homme contre elle, se retrouvant allongée sur le lit et lui au dessus d’elle, puis elle prononça sa formule pour qu’ils échangent de place. Elle avait une mine plus effrontée, limite grincheuse, limite taquine. Cassidy donna des petits coups de poing, très légers sur le torse de son compagnon, montrant qu’elle plaisantait.

’’Ne compte pas te débarrasser de moi maintenant ! Non mais oh ce qu’il faut pas entendre. Comme si j’allais te laisser partir après ça. Bon je sais que tu veux faire attention mais on finira bien par trouver une solution »

La jeune femme posa ses mains sur le torse de son compagnon, prenant une mine beaucoup plus réfléchie et sérieuse comme elle en avait l’habitude.

’’Par contre, il va bien falloir le déloger ce vilain démon. Dans un sens il t’a permis de vivre mais on le sait très bien, c’est dangereux. Enfin je pense que tu as du essayé de nombreuses fois et j’ai jamais dis que c’était facile d’en faire partir un une fois qu’un pacte est signé »

Elle leva les yeux au ciel puis prit une mine plus grave.

’’Tu as de la chance… qu’il ne t’ait pas contrôlé plus tôt. Enfin tu l’as appris à tes dépends mais tenter de chasser un démon dans la mort, c’est comme si tu lui donnais ton âme sur un plateau d’argent. Ca ne lui fera jamais rien, il n’est pas vraiment sur le même plan que nous. »

Cassidy se frotta le menton, l’air songeur, le regard perdu dans le vide.

’’En revanche je suis surprise qu’il n’ait pas essayé de t’éloigner de mon maître, c’était chaud pour ses petites fesses… En même temps, je pense bien que si mon maître avait tenté quelque chose, c’est plutôt lui qui aurait eu chaud. Enfin… il aurait bien agi avec ou sans mon consentement tel que je le connais »

Elle plaisantait un minimum, tentait de détendre l’atmosphère en utilisant un autre vocabulaire de celui qu’elle utilisait habituellement. Peut être que c’était assez flou pour Tristan et la jeune femme reporta son attention sur lui en souriant.

’’Je ne sais pas si je te l’ai dis dans mes souvenirs mais c’est lui qui m’a appris tout ce qu’il fallait savoir sur les démons. Il était… un spécialiste dans ce domaine là bien que je n’ai jamais compris pourquoi cette obsession pour ces créatures. Ce n’est pas une tâche évidente… il faut savoir mettre ses sentiments au placard… »

Elle fit la grimace, se remémorant certains souvenir avec son vieux maître où elle l’avait accompagné dans ce genre de missions, ce qui ne lui avait jamais vraiment plu à vrai dire. La jeune femme changea ensuite de sujet mais pas tellement, prenant de nouveau la main de son compagnon et déposant un tendre baiser dessus.

’’Je pense que tu me trouves bizarre ou folle mais je te le répète, je ne compte te laisser, tu aurais la plus grosse maladie de tout Ascadian, ça n’aurait pas d’effet sur moi. Parce que… je veux rester à tes côtés… c’est bizarre mais c’est une de mes convictions et celle là, on ne pourra jamais me l’arracher… »

Elle prit la main de Tristan et le posa au niveau de son cœur à elle, c’était tout un symbole et cela avait une certaine importance. La demoiselle ferma les yeux un instant. Elle aurait voulu lui dire d’autres choses mais bon, le quota des mauvaises nouvelles était atteint, inutile qu’elle le perturbe un peu plus avec ses soucis à elle.

’’C’est aussi toi qui m’accepte malgré cette marque que j’ai sur le bras… Et qui m’a fait comprendre que tous les deux on pouvait dépasser nos limites… »

La jeune femme se pencha ensuite vers lui pour déposer un nouveau magnifique baiser sur ses lèvres, s’y attardant un bon moment, ses mains sur celles du jeune homme. Mine de rien, ce contact l’apaisait, la détendait maintenant et elle aurait du mal à s’en passer. Elle se retira doucement puis prit dans sa main le pendentif qu’il avait autour du cou.

’’Je dois comprendre alors qu’on doit attendre que tu te transforme pour que cela te fasse une petite pause par rapport à ta possession ? »

Cassidy attendit sa réponse. Elle était beaucoup plus bavarde pour le coup et ne semblait pas vraiment défaitiste, juste qu’elle parlait tranquillement comme si ils étaient assis avec une tasse de thé à côté d’eux et regardant la pluie qui tombait à l’extérieur. Son regard devint plus doux alors qu’elle prit de nouveau sa main.

’’J’aurais une dernière chose à te demander au sujet de ces souvenirs. Est-ce que tu m’en avais déjà parlé avant ? Est-ce que quand tu t’es laissé posséder tu m’as vu utilisé la magie sur toi à un moment ou un autre ? C’est très important Tris’… Si j’ai tenté quelque chose contre toi pour essayer de t’aider, il faut que tu me le dises… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Sam 9 Fév - 18:29

Il avait fini par tout lui dire… presque tout en fait.
Voilà… ce qu’il redoutait le plus était finalement arrivé. Lui dire la vérité…
Mais il manquait l’essentiel, ce qu’il ne formulait pas encore, ce qu’il ne pouvait tout simplement pas dire. S’il y avait toujours des hésitations, des inquiétudes, risques qu’elle ne comprenne pas, qu’elle ait peur, qu’elle refuse toutes ces choses, ce n’était pas vraiment le pire.

Voilà… Elle savait qu’ils s’étaient vus plusieurs fois, qu’il l’avait croisée à de nombreuses reprises, choisissant délibérément de se cacher, sauf cette fois-ci qui avait tout changé pour eux.
S’il n’avait rien fait ? S’il avait juste passé son chemin ce jour-là ? Que se serait-il passé ? Aurait-elle pu se défendre ? Aurait-elle sauté ou glissé seule –fort probable vu sa maladresse- de ce promontoire ? Se serait-elle blessée grièvement ? Ces sales types auraient-ils réussi leur horrible coup avec leur pierre magique ? Il savait qu’il avait bien agi en intervenant même si un rien aurait pu faire pencher la balance… et pas dans le bien.

Que devait-il faire ?
Il l’avait sauvée… plus ou moins, ramenée à la chambre d’auberge qu’elle occupait et lorsqu’elle s’était mise à protester, rouge comme une pivoine alors qu’il tentait de lui ôter sa robe trempée sans arrière-pensée, il avait eu ce regard dédaigneux puis amusé, accompagné de son fichu sourire en coin ! Finalement, il l’avait balancée toute habillée dans la baignoire pleine d’eau chaude… mais raisonnablement chaude, grognant parce qu’elle l’avait traité juste avant de pervers, qu’elle n’avait qu’à se débrouiller toute seule.
Pourtant, au lieu de partir, il avait attendu dans sa chambre d’être sûr qu’elle allait bien.

Ils avaient été bien durant ces longues et tellement douces semaines. Ils s’étaient rapprochés, ils s’aimaient… Ils comptaient même continuer leur route ensemble. Tout se passait pour le mieux en fait, même si ce n’était pas assez rapide aux yeux du jeune homme, il restait patient, gentil et particulièrement attentionné. Le destin s’était chargé de les ramener brutalement sur terre malheureusement et la séparation avait été très difficile même si fort heureusement, elle, elle ne l’avait pas vécu. Il ne souhaitait cette douleur à personne.

Elle avait tout oublié, mais pas son corps. C’est pourquoi malgré tout, elle était plus à l’aise avec lui qu’avec quiconque ou encore… c’est pour ça qu’elle réagissait tant à son contact… ça… ou une sacré alchimie ! Peut-être les deux au final.
Mais lui n’avait pas eu cette chance… Du moins pas au début. Oublier…
Oublier qu’il avait été amoureux et à quel point il avait souffert. Oublier cette petite voix furieuse dans sa tête qui le voyait devenir plus tempéré, plus doux, moins tourné vers la vengeance, cette petite voix qui disait qu’il le paierait cher. Il avait choisit de l’ignorer… et le prix c’est elle qui avait dû le payer. Comme il se détestait pour cela.

Mais finalement…
Au bout d’un moment, de combats, d’errance, de femmes, la peine s’était amoindrie, avait disparu, ce n’était plus qu’un mauvais souvenir, une simple cicatrice. Qui s’était rouverte dès qu’il avait compris qui elle était. Comme elle avait changé en quelques années… Sept ans déjà. Elle faisait glaciale, austère… Elle qui même jeune mage était si… lumineuse jusqu’alors, même lorsqu’elle ne souriait pas. Que lui était-il donc arrivé ? Etait-cela devenir un mage ? Pourquoi… Pourquoi elle alors ? Elle était une lumière à elle toute seule ! Qui avait éteint cette flamme dans son regard ? Celle qui avait rallumé si facilement le sien ?

Il la revoyait à présent, parce qu’elle s’était rouverte au monde, à lui surtout, parce qu’elle le redécouvrait ce monde… dont elle s’était tant privée jusqu’ici par vocation. Il n’était pas mécontent qu’elle ait oublié leurs fâcheux incidents magiques par contre… Parce que son maitre avait raison : la magie pour un adolescent mage… c’est très fort et elle, oh elle était bien au-dessus des normes. Chaque tentative se soldait assez violemment. Elle l’avait envoyé dans des mares, dans des arbres, avait fait pleuvoir une pluie de pierres ou de grenouilles sur sa tête, l’avait électrocuté, congelé, rendu malade même, elle l’avait même transformé en un adorable petit chat tout rouge… et tellement mignon qu’un seul de ses regards suffisait à faire fondre la banquise. Cette transformation là… ne lui avait pas plu du tout car une bande de fillettes s’étaient mises à jouer avec le chaton catastrophé… et s’il aimait être flatté comme tout être vivant normalement constitué, le terme « mignon bébé » ne lui avait pas énormément plu.

Pourtant ils en riaient souvent, il boudait parfois, elle lui faisait toujours oublier d’un seul baiser. C’était… bien, même si c’était maladroit. Or malgré tous ses efforts, il ne retrouvait pas ce petit quelque chose qui lui avait permis de se souvenir d’elle, même après sept ans. Eux deux c’était juste… wahooou… mais il manquait quelque chose, quelque chose de si important… qu’il ne savait plus que penser aujourd’hui. Est-ce qu’il l’aimait vraiment ? Ou est-ce que sa frustration de jeune adulte fier de ne pas avoir « consommé » auprès de sa belle ne l’avait pas poussé à sortir avec elle, juste par fierté ? Est-ce qu’il était réellement encore amoureux ?
Il ne savait pas… il ne savait plus. Et il avait mal à la tête à force de réfléchir à tout ceci.

Devoir tout lui avouer d’un coup était la goutte de trop. La minuscule goutte de trop qui fait tout basculer.
Il était triste et frustré qu’elle l’ait obligé à se dévoiler ainsi. Elle avait dit qu’elle serait patiente, qu’elle attendrait qu’il se confie, pourtant il comptait sincèrement le faire, avec du temps, une fois qu’il aurait assez confiance. Mais elle était allée voir sa sœur et malgré son air innocent comme si elle voulait lui signifier « je n’ai jamais dit que je n’irais pas la voir », elle lui avait forcé la main. Et braquer le jeune homme… elle savait pourtant les effets négatifs que cela avait sur lui ! Faire confiance ? Et comment alors ? Hein ?

Il lui avait même donné le carnet, il avait été doux, s’était expliqué, ne s’était pas énervé, s’était contenté de tout dire, mais ça lui pesait. Intérieurement, il bouillait, de frustration et de colère. Comme il lui en voulait ! La jeune Cassidy était têtue mais elle ne lui aurait pas fait ça !!! Qu’en savait-il au juste ? Et comment pouvait-il se montrer aussi ingrat alors même qu’il l’avait clairement fait souffrir ! Elle n’avait rien dit sur la plage… c’est pour cela qu’elle était si distante. Elle détestait cette forme de dragon, quoi qu’elle dise, quoi qu’elle fasse, ça, ça ne changerait jamais !

Elle semblait surprise qu’il ait gardé les pages de son journal, les dessins qu’il avait fait d’elle. Etrange ça, il avait cessé de dessiner après la mort de sa mère, s’y était remis pour elle à cette époque, lorsqu’ils étaient devenus un couple, il avait cessé après l’avoir perdue… et ne s’y était finalement remis qu’ici… de nouveau près d’elle. Coïncidence… ? certainement pas…
Cassidy se mit à parler. Elle était surprise, émue et apparemment, elle avait beaucoup à lui dire. Il demeura silencieux. Pour sa part, il avait fait ce qu’elle attendait de lui, il s’était expliqué, ce n’était pas pour autant de bon cœur et surtout… pas de gaité de cœur. Alors… là, la seule chose à laquelle il pensait était d’aller se défouler, loin d’elle. Apparemment, elle ne l’avait pas compris parce qu’elle l’enlaçait et lui tenait de longs discours.

A moment donné elle l’avait enlacé, puis poussé sur le lit. Pourtant la mine du garçon s’était fermée et quand elle avait agi ainsi, bien malgré lui, il avait failli la repousser violemment pris d’un brusque accès de rage difficilement maîtrisé.
S’il avait été réellement en mesure de l’écouter, sans cette sourde colère, il l’aurait peut-être trouvée gentille, mignonne, touchante… un brin gamine, extrêmement maladroite mais pleine de bonne volonté. Là, il la trouvait juste agaçante et beaucoup trop bavarde, une vraie pipelette. Mais quand donc se taisait-elle ? Nouvelle vague d’agacement, de colère. Qu’elle le laisse tranquille par pitié !

Il retint de justesse un rictus quand elle parla de son maître. Le démon n’était pas fou. Il savait pertinemment qu’il ne risquait rien… soit le maître de Cassidy avait déjà compris, ce qui était fort peu probable, soit il la respectait trop pour attaquer derrière son dos, le démon de son petit ami. Elle souriait, elle plaisantait… tandis que lui se renfrognait de plus en plus. Pointe de douleur dans sa poitrine. Oui bien sûr… parfaitement logique…

Elle formula enfin une pensée… vraie. Elle était folle, oui totalement !!! Elle ne comprenait pas ! Il avait détesté lui avouer… parce qu’il s’était dit que s’il venait à le faire, ce serait pour la quitter et juste pour la quitter. Il prenait son temps ! Pourquoi d’après elle hein ?! Il n’était pas si pressé de s’en aller ! elle précipitait les choses ! Pas besoin qu’elle fuie loin de lui ! Ce serait lui qui partirait voilà tout… Et il n’était pas prêt… Etait-il toujours amoureux d’elle ? Peut-être, peut-être pas… mais il était bien à ses côtés, devoir s’en aller, savoir qu’à présent les dés étaient jetés, ça le blessait évidemment.
Une personne normale, si elle en avait été une, elle l’aurait repoussé pour ce qu’il était. Elle ne le faisait pas… Il fallait bien que quelqu’un s’en charge. Pourquoi lui ne fuyait pas loin d’elle ? Il était déjà maudit, qu’avait-il encore à perdre ? Absolument rien, contrairement à elle. Mais s’il l’aimait réellement, ne lui aurait-il pas tout dit dès le début ? Sans doute si… lâche… il n’était qu’un lâche.

Quand elle posa sa main sur son cœur, il n’essaya même pas de la tripoter, plongé dans ses pensées et ses convictions. Ca en soit, c’était un exploit parce que Tristan, détestant rester sérieux mais acceptant les conversations à rallonge de sa compagne aurait dû craquer face à telle merveilleuse initiative. Ne pas agir… c’était… déplacé venant de lui, tout simplement. Elle l’embrassa… Au début, il lui rendit son baiser parce que malgré tout, malgré ses sombres convictions, il ne maîtrisait en rien les battements soudain plus rapides de son cœur, cette chaleur sur son visage qui embrasait tout son être, cette envie et même ce besoin de l’étreindre à s’en blesser les mains, frisson léger sur sa peau, violent rappel physique de son attirance pour la jeune femme… Il l’aimait… elle lui plaisait… Il se fit un peu moins enthousiaste par la suite mais… c’était trop tard pour le baiser malheureusement… Il n’aurait pas dû y répondre dès le début… mais il avait craqué !!!!

Elle fixa ensuite son collier et lui posa une question à ce propos, à propos du dragon. Fichu baiser ! Il n’y était vraiment pas préparé et il était tout chamboulé maintenant, ne pouvant s’empêcher de détailler la mince silhouette si peu couverte par cette ravissante nuisette ! Tristan secoua légèrement la tête et la regarda. Qu’elle était belle !

- Je… ne sais pas trop. En fait je n’en sais rien. Ca ne m’était jamais arrivé. Je ne peux pas l’expliquer. Ca n’a peut-être rien à voir… mais quand je me suis transformé disons que j’avais l’impression d’être tranquille, juste moi… et pas qu’une deuxième personne pouvait guider et guetter mes faits et gestes sans que j’y puisse quoi que ce soit. C’est ça que je ressens d’habitude… constamment. Généralement ce n’est pas méchant mais… parfois… quand je suis avec une fille… il est content le plus souvent… ça lui plait aussi… je crois…

Bon ça, ce n'était peut-être pas à lui dire... la demoiselle souffrait déjà bien assez de la simple "idée" des conquêtes de son petit ami... pas besoin d'en rajouter une couche. Pour le coup, ce n'était même pas fait exprès en plus !!!
Son regard se perdit un instant dans le vague alors que Tristan se remémorait différents évènements qui semblaient l’avoir suffisamment marqué pour qu’il s’égare. Son visage se ferma de nouveau, il parvenait enfin à chasser les restes de ce merveilleux baiser !!!! De nouveau la colère… Comme il lui en voulait…
Elle lui posait encore des questions… sur ce qui s’était passé. Il serra les dents. Pourquoi voulait-elle encore qu’il se remémore cet horrible moment !!!!!! Elle n’était pas dans sa tête ! Pourquoi faisait-elle ça ?! Il avait bien assez souffert déjà non ?
Le démon… enfin il pensait que c’était le démon, n’était pas content non plus d’entendre cela et le fit comprendre en envoyant une vive douleur au jeune homme, si intense qu’il se plia brusquement en deux, le souffle coupé, serrant les dents à se les briser, les unes contre les autres.

Il savait que c’était important, qu’elle ne le torturait pas exprès parce qu’il lui avait caché la vérité… enfin peut-être un peu mais pas… volontairement, pas totalement du moins. Mais là… non… De toute façon, sa mémoire depuis cette époque était comme un énorme morceau de gruyère, plein de trous, d’incompréhension, de réveil dans d’autres lieux, couvert de sang sans savoir l’animal ou l’être humain qui contenait jusqu’alors ce sang. Au final… parfois ça le choquait, il avait peur, il était malheureux… et parfois, de plus en plus souvent, ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Après tout… il avait souffert, pourquoi les autres ne souffriraient-ils pas hein ?

Il entendit vaguement sa voix, inquiète, paniquée même alors qu’elle l’appelait, lui demandant ce qu’il avait. Il serra les dents, tout résonnait dans sa tête. Il la repoussa alors qu’elle le touchait, essayait de communiquer avec lui, peut-être avec plus de force que nécessaire, il ne savait pas… juste qu’il avait serré trop fort son poignet… quitte à lui laisser la marque de ses doigts sur la peau pâle de la jeune mage. Il se redressa, une main sur le front, se détournant rapidement d’elle en grognant et alla directement vers la porte.

- Fiche moi la paix ! Laisse-moi ! Je veux être seul tu entends ?!!! Tout seul !!!!


Et sans une explication de plus, il attrapa la poignée de la porte et la tira si fort qu’il en brisa le sort qu’elle avait posé dessus… Sa force ou… ses paroles tout de même blessantes suffirent contre la magie et il sortit en courant de la chambre de la jeune femme, descendant directement jusqu’aux jardins… D’ailleurs si elle levait la tête, elle pouvait l’apercevoir déjà dans les jardins, qui courait comme s’il avait le diable aux trousses, complètement paumé… et vraiment effrayé. Mais ça pour le lui faire avouer… bon courage.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Jeu 21 Fév - 20:37

Cassidy était plutôt satisfaite des réponses à Tristan. Bien sûr qu’elle s’inquiétait pour l’état de son compagnon, plus que toute autre chose mais au moins elle connaissait la vérité désormais. La jeune mage le prenait même à la légère et cela afin d’éviter de dramatiser. Les images qu’elle avait pu voir dans les souvenirs du Drakkari étaient sans nulle doute, traumatisantes, choquantes. Et pourtant elle se conduisait plutôt bien pour quelqu’un qui venait d’apprendre qu’une lourde épée de Damoclès se trouvait au dessus de son compagnon.

La jeune femme plaisantait, souriait et cela malgré l’air renfrogné et soudain plus que fermé de Tristan. Tiens qu’est ce qu’il lui prenait ? Tant pis elle essaierait de lui faire oublier ce petit… excès de curiosité avec un baiser pour le déstabiliser et ça avait l’air de plutôt bien marcher. Mais cela fut de courte durée.

Elle le questionna ensuite, appliquée, désirant éviter de reproduire les erreurs du passé et si elle n’avait pas déjà essayé de lui faire du mal en voulant l’aider à chasser son démon. Sauf que pour Tristan, cela le mettait plutôt très mal à l’aise et il ne semblait pas vouloir continuer la discussion. La mage s’interrompit et le regarda un peu étonné, d’un air de se dire que c’était bon, le plus dur était passé et qu’elle n’allait pas se formaliser là-dessus. Cependant cela ne semblait pas plaire au jeune homme qui était encore plus renfermé, bougon.

Il lui balança des paroles qui laissèrent la jeune femme figée alors qu’elle le regardait faire, une main tendue en avant, ouvrant la bouche pour le prévenir pendant qu’il tournait le dos avec la ferme intention de sortir. Il ne lui en laissa pas le temps et arracha quasiment la porte en bois. Ce qu’il ne vit pas, c’est que cette action eut un effet immédiat sur la jeune femme. Son visage était devenu pâle et elle était d’un coup très fatiguée.

Ses jambes tremblaient et elle recula en fermant les yeux et marmonnant, balançant un de ses bras sur la table derrière elle avant de se laisser glisser sur le sol, apparemment bien sonnée par ce qui venait de lui arriver. Ah ben ça ne pouvait pas être pire en effet ! Elle était assise sur le sol, la respiration haletante comme si la jeune femme venait de courir le marathon et se tenait la tête en gémissant.

*Bon sang ! Il pourrait faire attention quand même… Enfin je n’aurais pas du amplifier l’effet du sort de verrouillage. Il ne m’a pas laissé le temps de lui dire que casser un sort comme une brute ça mange toute l’énergie que j’ai… Et je commence à en manquer avec tout ce que j’ai fais aujourd’hui…*

Elle grommelait, toujours aussi surprise par l’attitude de Tristan. Ce n’était pas vraiment ça qu’elle attendait en fait. Et sa réaction lui avait fait beaucoup de peine. Pourquoi le prenait-il aussi mal ? La jeune femme attrapa le pied du bureau et se redressa difficilement, tentant de reprendre sa respiration. Elle redressa une de ses mèches de cheveux, d’un air aussi agacé que peiné. Heureusement qu’il ne la voyait pas dans cet état, elle l’aurait bien certainement envoyé paître ! Après l’attitude qu’il avait eu…

Cassidy se dirigea vers sa fenêtre et l’ouvrit. Dans l’obscurité et la nuit qui grandissait, elle aperçut Tristan qui errait dans les jardins. La jeune femme posa ses mains sur le rebord de la fenêtre tout en soupirant et baissant la tête. Elle aurait très bien pu le rejoindre mais Cassidy savait, avec un peu d’expérience, que dans ces moments là il valait mieux laisser le jeune homme seul.

Des remords commencèrent à l’envahir. Dans un sens, elle lui en voulait terriblement d’avoir caché aussi longtemps ce genre de choses, même avec l’intention de la protéger et ne pas la faire souffrir. Dans un autre sens, elle se sentait vraiment mal à l’aise d’avoir insister pour qu’on lui révèle ce genre d’informations que lui-même voulait avoir la primeur de lui donner. Oui, Cassidy se sentait encore perdue et ça ce n’était pas nouveau.

Elle se rendait compte que son précieux Drakkari lui prenait beaucoup d’énergie, de patience et qu’un jour ça finirait bien par lui manquer. Pourquoi ? Pourquoi faut-il que lui fui à chaque fois ? Il mériterait bien une nouvelle baffe pour la peine tiens ! La jeune femme sera doucement sa main gauche sur les pierres froides du rebord de sa fenêtre, un regard sévère sur le visage. Elle essayait de le comprendre, mais ce n’était pas facile. Il ne savait pas… Il ne savait pas qu’en la forçant à oublier tout ça il avait fait pire. Mais bon… elle ne pouvait pas juger. Elle ne pouvait pas savoir ce qui aurait été le mieux à faire, si l’autre version aurait été meilleure que celle-ci.

La jeune femme s’agenouilla sur le rebord de la fenêtre et soupira une nouvelle fois. Si il n’avait pas décidé de partir aussi précipitamment, peut être qu’elle aurait regardé avec plus d’attention les fragments de son passé. Elle se serait certainement adossé contre lui, tous les deux confortablement installés sur le lit, elle aurait lu en silence, sourit peut être de se découvrir une autre partie d’elle.

Non à la place seul le silence lui tenait compagnie et cela lui faisait encore plus mal au cœur. Colère ou tristesse ? A vrai dire elle ne savait pas vraiment quoi penser. La jeune femme était perdue, embarrassée et ferma un instant les yeux. Elle ne devait pas le rejoindre ! De toute manière si il était parti aussi brusquement, Cassidy avait bien compris que ça ne servait à rien qu’elle tente de le raisonner. Il avait besoin d’être seul et elle lui laisserait se plaisir. Que faire maintenant ? Elle ne savait pas… Peut être prendre un somnifère pour s’endormir sans trop réfléchir ?

C’était bien compliqué…

Non loin de là dans les jardins, si Tristan avait eu l’intention d’être seul, il ne le fut que pour une courte durée. Du moins suffisamment de temps pour qu’il reprenne sa respiration, réfléchisse un peu, profite de cette solitude bien méritée après tout.

Sauf qu’après un moment, une petite voix se fit entendre.

- Tristan Konogan…

Des étincelles apparurent et sur une grande plante, sur la plus haute pétale, apparut la lutine Kimmy, les bras croisés, dévisageant le jeune homme d’un air désapprobateur. Puis elle se mit à soupirer en se frottant le front avant de le fixer à nouveau.

- Toi qui cherche à protéger Cassidy en lui faisant oublier ta simple présence, pense-tu avoir fais le bon choix ?

Elle leva la main d’un air désinvolte comme si elle chassait une minuscule mouche et secouant la tête.

- Si ça peut te rassurer je n’ai pas spécialement entendu grand-chose, quelques mots par ci par là. Je voulais demander quelque chose à Cassidy avant d’aller dormir mais je ne suis pas arrivée au bon moment. Mais de ce que j’ai appris, j’en sais suffisamment pour savoir qu’on lui a effacé une partie de ses souvenirs… ceux qui te concernaient.

Kimmy sautilla et s’envola dans les airs, se plaçant à la hauteur de Tristan. Apparemment elle n’avait pas l’air d’avoir entendu ce qui concernait le démon sinon elle aurait certainement sauter au plafond, ou plutôt dans le ciel vu qu’ils étaient à l’extérieur.

- Je pense qu’elle t’a dit beaucoup de choses mais il y en a certaines… qu’elle ne te dit encore. Sûrement parce qu’elle évite de se faire passer pour un cas et qu’elle aimerait tout simplement être un peu normale… ce qu’elle ne pourra jamais devenir en fin de compte. Peut être que je devrais t’en parler comme elle a cru bon de devoir s’informer sur ce que tu lui cachais. Mais je ne sais pas… aussi bien tu chercheras encore plus à t’éloigner d’elle, aussi bien… enfin je ne pense pas que c’est son style qu’on éprouve de la pitié ou de la compassion pour ses problèmes.

Elle sentait que le jeune homme n’était peut être pas forcément de bonne humeur, ou qu’il s’en fichait tout simplement. La petite lutine croisa à nouveau les bras, prenant un air qui pouvait faire froid dans le dos.

- Si tu pensais l’éloigner de la souffrance en lui effaçant ses souvenirs… tu te trompais. Tu sais comment elle est… la naïveté dont elle faisait preuve. Mets-toi à sa place quelques secondes. Une jeune femme naïve, sans repère, qui voyage seule… est une proie facile. Peux-tu le comprendre ? Il y a eu des accidents… et… elle a aussi perdu d’autres souvenirs. Plus ou moins arrachés violemment, contrôlés… Ca bien sûr, elle n’en sait absolument rien.

Comment Kimmy pouvait-elle être au courant de ce genre de choses alors ? Les mystères des petits êtres sont très loin d’êtres révélés au grand jour. Disons qu’ils ont certaines capacités et devoir l’expliquer à Tristan prendrait trop de temps, peut être même qu’il ne le comprenait pas.

- Mais c’est du passé… Ici elle est en sécurité pour l’instant.

Elle soupira une nouvelle fois.

- Chacun a sa part d’ombre dans son cœur Tristan, Cassidy ne déroge pas à la règle, mais je continue à espérer qu’un jour les démons du passé seront effacés

Sur ces paroles pas évidentes à comprendre, la lutine s’inclina et disparut dans une lumière d’étincelles dorées, laissant Tristan à nouveau seul.

Pendant ce temps, Cassidy faisait les cent pas dans sa chambre, elle avait arrêté d’être posé devant sa fenêtre, attendant naïvement. Toute sa colère faisait surface à présent et elle serait fermement les poings, malgré son teint pâle et son air fatigué. Tristan voulait être seul ? Très bien ! Si il n’était pas disposé à accepter qu’elle sache la vérité elle le laisserait se débrouiller, tout seul ! Hors de question qu’elle accoure à chaque fois que Monsieur fait son boudin !

Cela la rongeait intérieurement et elle perdait la tête. Que faire ? Que penser ? Elle n’arrivait même pas à dormir !
Elle se posa sur le rebord de la fenêtre, tournant spontanément le dos à la fenêtre. Grrrr ! Elle se sentait incapable de s’endormir ce soir. Il faudrait qu’on l’assomme une bonne fois pour toutes ! En plus sa marque maléfique lui piquait le bras et ça la mettait encore plus en rogne. La jeune femme respira doucement.

*Peut être que je devrais effacer mes souvenirs à nouveau tiens. Comme ça au moins il sera content, je n’aurais pas cherché à comprendre ce qui lui faisait du mal. Magnifique !*

Cassidy ferma un instant les yeux, cherchant à se calmer. Tout était silencieux.

Tout à coup, elle sentit comme une force qui la poussait en arrière. Rouvrant les yeux d’un mouvement, la jeune mage ne put rien faire à part une belle pirouette arrière sur le rebord de la fenêtre qui était malheureusement ouverte. Le seul réflexe qu’elle eut dans sa galipette, ce fut de s’accrocher au rebord de la fenêtre avec ses mains en s’agrippant si fortement que ses jointures devinrent blanches. Elle étouffa un grognement rageur.

Surprise, la jeune femme n’eut pas le temps de réfléchir à qui, quand, comment, pourquoi qu’elle était suspendue dans le vide, en nuisette, les pieds sans aucun support, une position des plus inconfortables.

*Ah ben génial, on va croire que je cherche à me suicider maintenant… Ou que je suis somnambule au choix… Mince il n’y a qu’à moi que ça arrive ce genre de choses…*

Ses mains glissaient sur le rebord et elle tremblait. Avec toute la fatigue accumulée, la jeune femme ne tint pas longtemps et après avoir ardemment lutter, ses mains lâchèrent et elle tomba dans le vide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Sam 23 Fév - 11:03

Pourquoi ? Pourquoi ???!!!
Elle lui avait dit qu’elle lui faisait confiance ! Elle lui avait dit qu’elle l’aimait ! Elle lui avait dit qu’elle attendrait qu’il lui dise tout, tout seul… Elle avait confiance, elle attendait…
Comme il avait été heureux d’entendre ces mots, venant d’elle, c’était le plus beau des cadeaux. Il n’y croyait plus depuis si longtemps qu’il en avait été ébahi, choqué et suffisamment perturbé pour n’y répondre que par le silence. Lui-même, il aurait feint l’indifférence, un brin de sarcasme, beaucoup de provocation, parce qu’il était trop maladroit et beaucoup trop touché pour exprimer clairement son bonheur et son soulagement. Il était resté silencieux… Ca prouvait bien à quel point c’était inattendu. Enfin bien sûr, elle ne pouvait pas le savoir. Après tout, elle avait oublié ces réactions-là qu’elle avait mis du temps mais bel et bien appris à déchiffrer chez lui… Elle avait oublié parce qu’il l’y avait forcée.

Elle disait qu’elle lui faisait confiance… Qu’elle attendrait…
Alors pourquoi était-elle allée chercher des réponses ailleurs ? Et en cachette ?!
Si elle lui avait dit vouloir en savoir davantage, si elle l’avait menacé d’aller se renseigner ailleurs s’il ne lui répondait pas… est-ce qu’il serait devenu bavard ? Est-ce qu’il aurait été en colère ? Il ne savait pas, il n’arrivait pas à savoir mais il aurait de toute façon… été moins blessé qu’en ce moment.
Parce qu’il souffrait de son choix. Même si c’est vrai, elle ne lui avait pas menti, elle avait agi derrière son dos, pour son bien certes, pour le bien de leur couple, certes… mais pourquoi ça faisait si mal ?

Pourquoi venant d’elle… ça le touchait autant ?
Il était tellement furieux et blessé en sortant. Il savait qu’il devait sortir. Il se sentait mal, frustré et trahi. C’était idiot bien sûr, Cassidy était tout sauf quelqu’un de méchant. Elle n’avait agi que pour leur bien et il le savait, il se le répétait mais ça n’adoucissait en rien la déchirure de son cœur.
C’est vrai, il était sorti violemment. Il n’avait pas attendu… et il lui avait fait beaucoup de mal, autant par ses paroles, agressives, sèches, que par son geste tout de même sacrément costaud de briser ainsi son sort. Oui bon… en même temps si elle lui avait dit que briser un sort la touchait physiquement et magiquement, il n’aurait pas agi ainsi. Certes, c’était tout à fait logique, pour ne pas dire basique, mais Tristan n’aimait pas la magie, elle le savait pourtant…

Pauvre petite mage… Décidément, elle en vivait des aventures et des douleurs par sa faute.
La veille elle menait un combat de catch féminin avec une vraie guerrière et aujourd’hui, elle s’épuisait magiquement et psychologiquement par des révélations, des entraînements et des blessures.

Il était sorti, très vite et se retrouvait dans les jardins. L’air frais sur son visage lui brûla les joues et il se rendit compte, seulement à cet instant, qu’il pleurait. De rage, il frappa dans l’arbre le plus proche. Mais ni sa force de Drakkari, ni celle d’un entraînement des plus rigoureux ne s’exprimèrent à cet instant et il se fit sérieusement mal aux phalanges. Poussant un grognement de douleur mais bien plus de frustration, il commença à insulter copieusement l’arbre en le bourrant de coups de pieds ce qui n’eut pas plus d’effet au final. Il était donc si faible ?

Qu’elle se détrompe, il ne cherchait pas à lui faire du mal et il s’en serait longuement voulu s’il avait su qu’il la blessait par ses gestes. Bien sûr, il était conscient de la portée de ses paroles et comptait s’en excuser mais il préférait sortir maintenant plutôt que de… prononcer d’autres mots bien plus blessants sous le coup de la colère.
Essuyant rageusement ses yeux d’un revers de main, il finit par s’asseoir en tailleur par terre, les bras croisés dans une attitude mi-boudeuse, mi-frustrée.

Elle ne pouvait pas comprendre.
Il y avait d’abord ça… le fait qu’elle ne lui ait pas fait confiance, qu’elle soit allée chercher des informations ailleurs, auprès de sa sœur. Sa sœur… Elle avait dit qu’elle était heureuse qu’il ait une sœur. Il ne l’avait jamais considéré comme telle et c’était réciproque. Bien sûr, un lien les unissait, un lien certain, qu’ils n’avaient pas compris au début. Comment reconnaitre quelqu’un qu’on n’a jamais vu d’ailleurs ? Ne l’avait-il pas dragué des plus attentivement, n’y avait-elle pas répondu avec le même charme dévastateur ? Une chance qu’ils se soient rendu compte de leur erreur avant… enfin bref, c’était le passé. Alors oui, il y avait ça d’abord et… Il y avait le rappel… Elle lui demandait de se rappeler de ce qu’elle avait fait, elle avait eu besoin qu’il lui explique son geste, il s’était remémoré… CA. Il avait été amoureux de cette jeune fille timide, butée et naïve, douce, courageuse, travailleuse. Et il avait souffert… La perdre… La perdre avait été bien plus difficile que de perdre sa mère et pourtant comme il avait souffert ce jour-là. Elle ne pouvait pas comprendre. C’était tout naturel. Personne ne peut comprendre ceci à moins de le vivre.

Alors là, alors qu’elle lui en demandait davantage, les souvenirs lui avaient sauté dessus, bonheur, douceur… trahison. Il l’avait trahie. Il n’avait même pas été capable de la protéger de lui-même. Et il prétendait l’aimer ?! Comment pouvait-il être aussi… imbu de lui-même ?!
Lui ? Avec une fille comme elle ? La nature se chargeait de remettre en ordre cette incohérence, cette aberration. Nature, démon, le résultat était le même. Il n’avait pas le droit. Et pourtant… il était retombé dans le piège, celui-ci s’était refermé sur lui, comme les mâchoires d’acier d’un piège à ours. Il en sentait la douleur, la prison de fer et de douceur… d’abandon et de ferveur. Il n’avait pas le droit… Il pensait être suffisamment fort cette fois, que ça serait différent. Encore de la prétention… mensonge, aberration.

Il serra les dents, un mince filet de sang coulant au coin de ses lèvres. Ah… Il s’était mordu la langue. Ca faisait mal. Au moins savait-il qu’il était vivant et lui-même.
Soudainement une voix bien connue s’éleva. Oh non… La lutine ! Qu’est-ce qu’elle venait faire ici ?!!!
Apparemment lui faire la morale.
Il s’était contenté de détourné les yeux d’elle, l’écoutant, mais ne voulant pas répondre et décidé à ne pas s’avouer aussi vulnérable qu’il l’était à cet instant.

Elle savait pour les souvenirs de Cassidy. Elle ne savait pas tout mais elle se permettait quand même de lui faire la morale. Il ne répondait pas et quand elle vint se placer à la hauteur de son visage, il détourna la tête. Pourtant, s’il faisait montre d’une certaine indifférence, elle appuya sur un point sensible, un point terriblement sensible auquel il avait pensé dès l’instant où il l’avait revue et compris que oui, c’était bien elle. En lui ôtant ses souvenirs, il l’avait exposée plus que de raison à la perfidie, la perversion des hommes. Elle avait attiré son attention. Ecarquillant les yeux, la peur s’y lisant malgré l’obscurité, il butait sur les « accidents » dont parlait le petit être bleu. Son cœur battait vite. Il avait peur bien sûr… D’apprendre ce qui lui était arrivé… parce qu’il n’était pas là, parce qu’il l’avait laissée seule. Mais il voulait aussi savoir… pour la protéger, malgré tout, même s’il avait envie de fuir ces derniers temps. C’était bien le seul truc pour lequel il avait du talent non ? Fuir…

Elle finit par partir… Mais Tristan ne s’en retrouva que plus seul et plus misérable, malheureux, inquiet, blessé et tellement plein de culpabilité. Parce que oui, il culpabilisait. Il ne voulait pas la faire souffrir. Il aimait Cassidy, quoi qu’il prétende, quoi qu’il se dise et quoi qu’il essaie de croire lui-même. Il était amoureux de cette petite mage si particulière mais qui le chamboulait au plus profond de l’âme. C’était elle… ça ne serait jamais qu’elle.

A cause de lui, à cause de sa faiblesse, elle avait failli être… en grand danger face à lui. Il savait qu’il lui aurait fait du mal. Elle n’avait pas réagi lorsqu’il était devenu brusquement différent, sept ans plus tôt. Elle avait tenté de le raisonner par la douceur, de lui faire entendre raison. Peine perdue, même sa voix de cristal, si apaisante pour son cœur, n’avait pu adoucir la vague de colère et de haine qui s’était formé puis déversée en lui. Elle aurait pu le vaincre sans doute… pas sans mal certes, mais elle aurait pu, le neutraliser par la magie. Mais elle ne voulait pas lui faire de mal. Sans doute jugeait-elle les décharges qu’elle lui avait fait endurer jusque là une punition suffisante.

Elle avait été naïve… Il en avait profité.
Tristan ferma les yeux en serrant les dents. Le simple fait d’y repenser lui broyait le cœur et le peu de dignité qu’il avait pu garder de lui de ce moment-là. Il avait voulu lui faire du mal. Par lâcheté il s’était rapproché d’elle. Par regain de courage, il avait décidé de s’éloigner et de lui faire oublier. Bien sûr qu’il y aurait des effets secondaires, il s’en doutait, et souhaitait intensément qu’ils soient le moins graves possibles mais il ne pouvait pas savoir. Et surtout il ne pouvait pas s’en assurer. La suivre maintenant lui était impossible… la revoir sans pouvoir la prendre dans ses bras n’aurait tout simplement pas été supportable. Il avait fui, échoué, et cédé à cette partie démoniaque qu’il avait toujours eue au fond de lui, dévastatrice…

Qu’on lui dise qu’il avait eu tort… en soit, ça, il le savait déjà. Mais qu’il y avait eu des accidents. Son cœur ne s’était pas encore calmé. Rythme effréné, colère visible à sa façon de serrer rageusement les poings. Pourquoi… Pourquoi ?!

*Comment te dire Cassy… Ce n’est pas de ta faute, je le sais. Au contraire, c’est la mienne. Et c’est parce que je le sais que ça m’énerve autant. J’ai échoué dans tellement de choses… Mon plus grand échec a été avec toi. Tu ne peux pas comprendre que le revivre, y repenser… est la pire des tortures. Physiquement, ma force me protège mais… pour ça… je suis vraiment faible…*

Il baissa la tête, s’adossant à un arbre, les yeux perdus dans le vague.
Finalement le jeune homme finit par se relever. Il ne savait rien fort heureusement, des mauvaises passes et ressassements de pensées par lesquels la jolie mage était passée, sinon il s’en serait énormément voulu, enfin encore plus disons.

Il s’était redressé et errait, l’âme en peine et cherchant piteusement des excuses et comment expliquer son comportement sans avouer, trop fier, son mal-être. Tristan s’arrêta même devant le lac et fixa la surface miroitante. Celui-ci semblait d’humeur joueuse ou sadique, au choix. Parce que le reflet du Drakkari se brouilla et à sa place, apparut la jeune femme blonde, souriante, adorable, tellement touchante dans un simple sourire. Son cœur se serra et bien malgré lui, ses lèvres s’étirèrent légèrement. Elle était ainsi… Sa plus grande faiblesse et sa plus grande force. Elle pouvait lui mettre les jambes en coton d’un baiser et panser toutes les blessures de son cœur d’un seul sourire. Il ferma les yeux, son sourire s’élargissant alors qu’il secouait un peu la tête, amusé. Peu importe ce qu’il dirait. Il allait remonter, s’excuser, lui parler… comme il pouvait. Tant pis si elle ne lui pardonnait pas, tant pis si elle le giflait ou lui criait dessus, il l’avait un peu mérité… Mais cette fois, il ne fuirait pas !!!

Pris de cette bonne résolution, Tristan avait carré les épaules. C’était étrange cette petite mimique dès qu’il était déterminé dans quelque chose. Il semblait plus fort aussi.
D’un bon pas, il se dirigea vers le château, bien décidé à agir en fonction de ce qu’il avait décidé. Pris d’un instinct salvateur pourtant, il releva la tête alors qu’il n’était plus très loin des murailles de pierres. Très bon instinct. Il aperçut en effet la petite mage, suspendue dans le vide qui semblait prête à lâcher… Outre sa tenue très hem… peu orthodoxe, c’est surtout sa fatigue apparente qui le marqua. Elle ne semblait pas aussi fatiguée lorsqu’il était sorti. Ca se voyait dans sa façon de se retenir à la paroi, dans la tension de ses muscles, dans… le fait qu’elle lâchait prise.

Mais qu’est ce qu’il fichait à se faire ce genre de remarque nom d’un pouic poilu !!!!
Se reprenant, encore ébahi et sérieusement interloqué par la situation, Tristan courut comme jamais jusque sous la fenêtre de sa bien-aimée, non, non, pas pour lui chanter la sérénade, plutôt pour lui éviter de finir en mode crêpe !!!!

Bien sûr, elle chutait vite l’air de rien, pourtant, il connaissait son poids plume… Le vrai problème est qu’il était loin et qu’avec son élan, il savait qu’il risquait de percuter le mur même s’il la rattrapait. En fait, il ne réfléchissait plus du tout, il agissait par instinct, totalement, laissant libre court à la force brute et tout ce qu’il avait appris durant ses entraînements les plus divers et variés. Il la sentit tomber dans ses bras alors qu’il la réceptionnait juste à temps. Il se sentit relever instinctivement une jambe pour pousser violemment sur le mur juste devant lui qui était déjà trop proche. Le choc se répercuta de son pied jusque dans sa hanche. S’il ne fit pas de dégât au mur, ce n’était pas son intention, il fut stoppé net dans son élan, chancela une seconde puis déséquilibré tomba en arrière…

Directement dans un petit bosquet du jardin, plein de fleur légère et surmonté d’arbres protecteurs. D’ailleurs, lorsqu’il tomba, sur le dos, de petites fleurs s’envolèrent, légères, comme un nuage, voletant autour d’eux, très romantique, surtout avec la pleine lune toujours présente mais surtout très… bien tombé on dira.

Son cœur battait la chamade et il avait encore les yeux écarquillés de surprise et d’émotion. Il haletait un peu suite à sa course et pressait Cassidy contre lui comme s’il avait failli la perdre. C’était un peu ça en fait. Et même pas qu’un peu. Passons.
Au bout d’un moment, il desserra un peu son étreinte et la fit glisser à côté de lui avant de l’enlacer plus étroitement encore et d’enfouir son visage dans ses cheveux.

- Cassy… Cassy…

Il caressait ses cheveux, ses épaules, comme s’il vérifiait qu’elle était bien réelle et entière.
Il sentit juste à cet instant la douleur dans son poing. Mauvaise idée donc de frapper un arbre.
S’asseyant lentement, il la regarda, ouvrant la bouche, la refermant, la regardant, fuyant son regard, tendant une main, la laissant retomber…

- Je… je ne… Je… Je vais… je vais t’expliquer… je… je te promets… Je… je suis désolé. Je ne… Je…

Il baissa la tête, en colère contre lui-même d’être aussi… maladroit et inefficace.
Elle était à genoux en face de lui à présent. Il redressa les yeux vers elle. Son regard était triste, inquiet, ému, chamboulé, mais sincère et quand il releva la main cette fois, il lui caressa la joue avant d’esquisser son fameux sourire en coin.

- Idiote… tu m’as fait… peur…

Hésitation, énorme, il finit par se pencher lentement sur elle et par déposer un baiser sur son front. Il en profita pour rester le front contre le sien, ce qui lui garantissait d’échapper à son regard plein de question.

- J’ai mal réagi, je suis désolé… Mais tout à l’heure… je t’ai revue… j’ai repensé… Je suis désolé d’avoir dû effacer tes souvenirs Cassy… Je voulais… seulement te protéger… Repenser à tout ça… c’est difficile pour moi. Je sais que je t’ai fait énormément de mal… et rien que pour ça, je ne mérite même pas que tu t’intéresses à moi. Mais… J’étais… je t’aimais… Et te perdre… ça a été la pire épreuve que j’ai eu à affronter dans ma vie…

Il se recula un peu et prit un air désolé, un brin taquin comme toujours dès qu’il allait un peu mieux, caressant doucement une de ses mains dont il s’était emparé en catimini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 853
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Sam 23 Fév - 15:56

Kimmy dans ses paroles, avait senti un très léger intérêt de la part du Drakkari à l’évocation d’accidents. Elle s’était un peu arrêter, hésitante. Etait-ce vraiment une bonne chose de lui dire ? Pouvait-il vraiment aider la jeune femme après ce qu’elle avait fini par endurer ? Elle l’avait appris comme Cassidy, qu’il y tenait bien à cette demoiselle. Mais ne fuirait-il pas si il apprenait certaines choses ?

Elle conclut sur une phrase bien mystérieuse qui ne voulait pas dire grand-chose au final. Après tout, si Tristan avait besoin d’autres informations, il savait où la trouver. Même si elle hésitait toujours à lui révéler certaines choses, des choses que même Cassidy ignorait. La lutine était vite repartie, sans demander son reste.

Du côté de Cassidy, ça n’allait pas vraiment. En effet la demoiselle était en pleine torture mentale, se demandant si finalement elle avait bien fait d’agir ainsi. Elle s’en voulait autant qu’elle le détestait pour ses paroles, pour le fait qu’il avait encore fui. Et pourtant, la demoiselle savait pertinemment que lorsque Tristan était mal à l’aise, perturbé, la meilleure chose à faire pour lui était de s’isoler pour réfléchir ou penser à autre chose.

Ca elle essayait de l’accepter même si son brusque accès de colère avait frustré la jeune femme au plus haut point. Et elle le ferait mijoter un peu si il décidait de revenir. Non mais oh quand même ! Lui cacher ce genre de choses… et lui en vouloir ! Peut être avait-elle pensé que c’était moins grave que ça, qu’elle pouvait se permettre d’attendre qu’il lui dise gentiment les choses. Mais l’aurait-il vraiment fait ? Ca la demoiselle n’en savait trop rien, il était capable de fuir encore une fois.

Est-ce qu’il savait la souffrance dont elle avait enduré ? Tous ces évènements inexpliqués qu’elle cherchait à oublier, à effacer ? Non sûrement pas… Cassidy essayait de passer pour une femme forte, inébranlable, qui ne se laissait pas arrêter pour des petites choses mais elle gardait au final une âme d’enfant qui aimerait bien se cacher sous un lit de temps en temps. Ou se réfugier dans les bras de quelqu’un.

Elle était en colère et ne chercherait pas à lui courir derrière une nouvelle fois. Sa patience atteignait ses limites bien qu’elle ne l’abandonnerait pas pour autant à son destin. Paradoxal. Dans un sens elle voulait continuer à être près de lui pour l’aider, et dans un autre sens, la demoiselle sentait que les sautes d’humeur du Drakkari finiraient bien par avoir raison d’elle.

Cassidy s’assit sur la fenêtre et elle avait bien oublié de la fermer au passage. Alors qu’elle avait les yeux fermés, quelque chose la poussa en arrière, sans qu’elle ne s’y attende vraiment. La faiblesse qu’elle éprouvait depuis ces deux jours eut raison d’elle et la mage se laissa tomber sans vraiment rien y faire. Une seule chose avait effleuré son esprit, utiliser encore un sort… pour vivre même si tous ses os seraient très certainement en miettes. Mais elle ne garantissait pas l’état de son esprit ni de reste après cela. Utiliser un sort à la milliseconde près où elle toucherait le sol.

La jeune femme ferma les yeux, l’air claquait sur son visage, il faisait froid et elle se sentait comme attirée par l’attraction terrestre. Peut être que ce dernier sort lui serait fatal et qu’elle ne s’en remettrait pas. Sa dernière pensée fut pour sa dispute avec Tristan, enfin son départ rapide. Elle aurait du lui courir derrière… ou bien aller dormir. Oui mais si on tentait de lui faire du mal, dormir aurait été la dernière solution envisageable.

Cependant, elle n’eut pas le temps d’utiliser son sort qu’elle ne sentit pas la chute venir. Au contraire elle s’était très bien réceptionnée. La jeune femme écarquilla les yeux en sentant deux mains qui la portaient. Qui cela pouvait-il être ? Un professeur qui l’avait vu tombé et l’avait rattrapé ? Dans ce cas elle aurait de sérieuses explications à fournir. Tu parles d’une fière directrice ! Toujours en train de s’attirer les ennuis !

Sauf que son sauveur se déséquilibra et roula avec elle tout droit dans les jardins, à l’ombre d’arbres. La jeune femme semblait être encore très choquée et ferma les yeux, son cœur battant très fort. Le jeune homme qui la tenait contre lui la serra un peu plus fort dans ses bras, dans une attitude protectrice. Et à ses yeux il n’y avait que Tristan qui était capable de ça.

Elle était encore un peu tremblante, sonnée et surtout bien pâle à cause de toute la magie qu’elle avait du utiliser en journée. Si elle avait su que tous ces évènements arriveraient, elle n’aurait pas cherché à s’entraîner de cette façon, pour garder des forces. Visiblement avec Tristan, elle devait s’adapter à avoir une jauge de magie basse plutôt qu’à son niveau optimum. Elle se sentit mise sur le côté alors que le jeune homme la touchait, un peu perturbé lui aussi, comme si il avait eu la peur de sa vie. Pourtant le décor était très joli avec ces petites fleurs qui voletaient par ci par là. Cassidy regarda Tristan. C’est fou mais elle n’arrivait pas à lui en vouloir… vraiment.

Le silence s’empara d’eux et la jeune femme, toujours aussi choquée, ferma puis ouvrit les yeux plusieurs fois de suite avant de dévisager Tristan. Il ne semblait plus en colère et tentait même quelques approches douces mais sans aucun résultat. La jeune femme semblait indécise et ne savait pas vraiment quelle attitude abordé. Elle s’installa sur les genoux sans un mot, le regardant, attendant que lui fasse le premier pas.

Et le jeune homme lui expliqua alors qu’elle attendait, patiente, attentive. Il lui fit un sourire, se montrant très vulnérable à cet instant dans ses paroles, ses gestes, c’était vraiment une bonne attitude. Cassidy continua de le dévisager bien qu’il déposa un baiser sur son front pour se dérober à ce regard. Pauvre Cassidy… si elle savait que certaines personnes avaient plus d’informations sur son compte qu’elle n’en avait elle-même. Pourtant dans son regard parfois naïf, parfois fragile, elle ne donnait pas l’impression d’avoir souffert des masses dans ses accidents que Kimmy avait légèrement soufflés à Tristan. Elle ne donnait pas l’impression d’avoir été violée, torturée. Non du tout.

Il s’expliqua doucement et la jeune femme écarquilla de nouveau les yeux, tremblant un peu et continuant de l’écouter. Elle leva un instant les bras comme dans un geste de l’étreindre, puis finalement le repoussa gentiment avant de le fixer une nouvelle fois, très sérieusement et même un peu sévèrement. Cassidy lui donna une pichenette bien placée sur le nez.

’’Tu recommences avec ça ? C’est à moi de dire si je dois m’intéresser ou pas à toi. Après ce qui vient de se passer dans la chambre je sais que… »

Elle serra doucement les poings, toujours tremblante, puis se mordilla légèrement la lèvre inférieure, apparemment bien confuse.

’’Flûte ! Même si je voulais te faire la tête ou t’ignorer j’y arrive pas ! »

La demoiselle lui donna une nouvelle tape sur la tête en se rapprochant de lui.

’’Ne te punis pas encore une fois toi-même, tu l’as déjà suffisamment fait ces derniers temps… »

La jeune femme baissa la tête une nouvelle fois et appuya ses mains dans l’herbe, respirant parfois avec quelques saccades, cherchant à reprendre son souffle.

’’Je n’aurais pas du… je sais… mais tu n’imagines pas à quel point être dans l’ignorance est quelque chose de très dur… Ne pas se souvenir… Oui je pense qu’on ne souffre pas de ces choses que l’on oublie… mais ça dépend… ça dépend dans quel sens ça se fait…»

Les paroles avaient de l’importance, cela pouvait montrer qu’effectivement elle n’en était pas à sa seule perte de mémoire. Son regard se troubla et elle attrapa de la terre avec ses doigts, la serrant, toujours un peu tremblante comme si elle se remémorait quelque chose de particulièrement difficile.

La jeune femme resta silencieuse, calme et inspira profondément et surtout réfléchissant à autre chose. Qu’est ce qui se passait dans sa chambre pour qu’on l’éjecte aussi facilement ? Elle n’aimait vraiment pas ça. Bah tiens et dire à Tristan qu’un esprit se baladait dans sa chambre, qu’est ce qu’il pourrait y changer lui ? Ce n’était pas la première fois qu’elle était seule ! Elle devrait lui donner des explications mais à vrai dire elle n’avait plus trop la tête à tenir un discours cohérent.

La seule chose à laquelle elle pensa à la fin était que ce rattrapage express lui donnait l’impression d’être un petit ange qui se faisait rattraper avant de tomber dans les ténèbres. Mine de rien, il lui avait sauvé la vie. Et ça elle ne pouvait que lui en être reconnaissante. Mais comment lui prouver ? Hum peut être avec quelques galipettes au milieu des fleurs ? Un doux sourire rêveur apparut sur les lèvres de la demoiselle. Du moins, elle semblait être assez bizarre, trop fatiguée pour être totalement traumatisée par la chute, trop endormie pour aligner deux idées à la fois.

Elle se releva et tituba comme si la dernière chose que Cassidy avait fait c’était de boire.

’’Au fait Tris’… tu devrais éviter… de… »

Cassidy n’eut pas le temps d’en dire plus qu’elle tomba en avant tout droit dans les bras de Tristan, à moitié assommée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 602
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   Sam 23 Fév - 21:14

Son cœur battait la chamade.
Nom de… Pourquoi diable était-elle suspendue ainsi dans le vide. A quelques secondes près, il aurait été trop tard et cette simple perspective lui fit serrer un peu plus ses bras sur elle. La peur lui tordait le ventre et il en avait la nausée. Non… Non… Il ne laisserait jamais rien de tragique lui arriver ! Jamais !!!!
Mais il ne se croyait pas si rapide. Pourtant, quand il avait laissé la place à son instinct, quand il avait écouté son corps, tout avait comme qui dirait ralenti à ses yeux. Il s’était senti plus fort, capable tout simplement. Sans doute parce qu’il n’avait pas droit à l’erreur.

Si la demoiselle eut l’espace d’un instant un doute sur l’identité de son sauveur, celui-ci dut en effet se dissiper à l’étreinte du jeune homme. Trop forte et trop possessive, trop tendre et amoureuse pour être celle d’un professeur, ou un prof qui aurait en secret le béguin pour la petite mage. Ca en soit, ce ne serait pas non plus un scoop extraordinaire. C’est qu’elle plaisait la jolie petite blonde.

Tristan la serrait contre lui. Il ne s’était même pas fait mal en tombant. Du moins, si c’était le cas, il ne s’en rendait pas vraiment compte, trop occupé à se soucier d’elle pour l’instant. Cependant son corps était de toute manière bien trop solide pour être ébranlé par une si petite chute.
Elle tremblait entre ses bras et sa pâleur la frappa, sa peau, délicate, semblait argentée sous les rayons de la lune et presque brillante.
D’ailleurs pendant un très très court instant il crut qu’elle « brillait », ce qui permit d’apaiser un peu son cœur. Comment ? Oh… juste parce que la pointe de désir au creux de ses reins, il ne l’avait même pas vue venir. Et si elle n’était vraiment pas à propos, elle permit de lui changer une seconde les idées, suffisamment pour qu’il prenne conscience qu’elle était à l’abri, entière.

C’était déjà pas mal en soit.
Pourtant, il l’avait fait glisser délicatement dans l’herbe et les fleurs à côté de lui. Celles qui voletaient autour d’eux, rendant l’ambiance un brin romantique malgré leur dispute, dégageaient un doux parfum qui lui évoquait plus que de raison celui de la peau de la jeune femme. Pas du gel douche qu’elle affectionnait non… vraiment sa peau, en particulier celle de sa peau. Léger sourire attendri bien que blessant à cette seule pensée. Comme il avait envie de mettre ses lèvres contre sa gorge. Avait-il le droit ?

Il fit quelques premiers pas maladroits dans ses tentatives pour s’expliquer. Il hésitait, il avait envie de fuir encore une fois, tellement, c’était bien plus simple à vrai dire. Mais il l’aimait et lui devait des explications. Gestes, sourires, regards, hésitants, mais vulnérables, sincères. Il lui parla, se dérobant à son regard en s’appuyant contre elle, le visage très proche du sien. Son souffle sur son visage lui tira un frisson. Il sentait qu’elle retenait même sa respiration alors qu’il s’expliquait. C’était tout à fait elle ça. Il s’en voulait de l’avoir blessée.

Et il lui fit un bel aveu aussi. Il l’avait aimé, très sincèrement sept ans plus tôt. Bon d’accord, il ne disait pas directement que c’était encore le cas mais c’était un progrès. Tristan semblait vraiment craindre de se montrer vulnérable. Lui dire qu’il l’aimait, n’était-ce pas justement être vulnérable. Mais ces tous petits mots semblèrent, avec sa dernière phrase, avoir plus d’impact que tout le reste, plus que ses excuses, plus que tout… Certes il avait été idiot, mais tout ce qui comptait c’était qu’il l’aimait, assez… pour avoir souffert de la perdre. Mine de rien, il la plaçait même au-dessus de sa propre mère qu’il admirait pourtant énormément. Si ce n’était pas un signe ça !!!

Cassidy ne semblait pas spécialement en colère mais ça ne l’empêchait pas de s’en vouloir. Il se dénigrait un peu une fois de plus. Malgré ses grands airs et cette terrible confiance en lui, finalement, il n’était peut-être pas si prétentieux le grand Drakkari. Il arrêta de parler et elle le repoussa… pour le brutaliser ! Enfin… quelle brutalité. La pichenette n’était pas violente du tout. De toute façon, même si elle l’avait réellement frappé, il doutait qu’elle lui aurait fait grand mal cette petite mage.

Tiens tiens… La pichenette, son geste pour la « punir », finalement elle l’avait adoptée. Ca lui allait bien mais… il était aussi un peu amusé et réprobateur. Pourquoi donc l’imitait-elle ? Elle était déjà tellement originale et unique de son propre chef.
Elle le gronda un peu mais ce n’était pas très virulent et lorsqu’elle dit ne pas réussir à lui en vouloir, il sourit bien malgré lui, relevant un visage rayonnant vers elle et un regard plein de reconnaissance aussi… et de fierté.

Il remarqua qu’elle n’était pas vraiment remise, que sa respiration était hachée, même si ça n’entamait en rien sa détermination de lui répondre. Elle s’excusait aussi en quelque sorte mais elle, elle n’avait pas besoin de se justifier. Il comprenait tout à fait pourquoi elle avait agi ainsi et surtout, n’était pas en mesure de le lui reprocher. A sa place, aurait-il agi ainsi ? Il l’ignorait… Peut-être… Après tout, il s’inquiétait pour elle en ce moment-même et comptait… essayer d’en apprendre davantage sur ce qui lui était arrivé, sur ce qui s’était passé.

D’ailleurs, quand elle parla de ses souvenirs, il sentit qu’effectivement, ce n’était pas la seule fois et son cœur se serra à l’idée qu’il en était peut-être en partie responsable. Bien sûr qu’il s’en voulait mais se flageller mentalement pour l’heure, ce n’était pas le plus important et surtout ça n’aiderait en rien à faire progresser les choses. Ils allaient chercher ensemble. Il l’aiderait à reconstruire sa mémoire petit-à-petit non ? Enfin pourquoi pas ? Ca… pouvait se faire non ?

Elle serrait de la terre entre ses mains, elle semblait… revivre un moment difficile. Il le comprit tout de suite, le pressentit plutôt mais s’il ne dit rien, il lui fit lâcher la terre en question et enlaça rapidement ses doigts des siens. C’était lui son soutien à présent… c’est sûr lui qu’elle devait s’appuyer. Il serait là… Il était là… Il avait envie de l’embrasser… mais jugeant que c’était peut-être prématuré après ce qu’il lui avait fait vivre, ce trop plein d’émotions et d’évènements dans la journée, il s’abstint.

Il remarqua qu’elle semblait pensive.
Bien sûr, il trouvait étrange qu’elle se soit retrouvée à chuter brusquement dans le vide. Après tout, Cassidy n’était pas suicidaire. Juste très maladroite. D’accord, peut-être que leur dispute l’avait ébranlée mais pas au point d’agir ainsi si ? Enfin non, c’était tout simplement irrationnel comme réaction. Néanmoins, il ne voulait pas l’embêter, pas lui poser de question, pas la perturber. Il comprenait qu’elle avait peut-être… vécu un truc étrange. Après tout, l’espèce de barjo qui la poursuivait cruellement n’était pas intervenue depuis un moment et curieusement ne le faisait que lorsqu’elle était seule… qu’il n’était pas près d’elle.

Il la regarda… elle ne voulait peut-être pas en parler. Elle craignait peut-être qu’il pose des questions… gênantes. Il serra un peu plus ses mains.

- Tu as dû glisser… la fatigue sans doute…

Il voulait la faire dédramatiser aussi si elle s’inquiétait. Sourire doux sur son visage alors qu’il la fixait. Il semblait aussi aller mieux et être moins « fragile ».
Il remarqua un petit sourire chez elle, différent. Qui n’était pas tellement triste ou juste pour la réconciliation. On aurait dit qu’elle… pensait à un petit quelque chose à part… qu’il n’arriva pas à identifier sur le coup.

Elle se releva et il la regarda, déglutissant difficilement parce qu’il avait une vue superbe sur ses jolies jambes… juste sublimes et dont la vue… lui inhibait les sens. Relevant difficilement la tête sur son visage, il se mordilla la langue, l’écoutant, fronçant les sourcils en la voyant tituber. Il aurait pu croire qu’elle avait bu si et seulement si elle n’avait pas énormément pâli d’un coup. Elle semblait faible… vraiment faible. Elle lui disait de « ne pas » mais elle tomba dans les vapes avant d’avoir fini.

Tristan se remit debout d’un bond et la rattrapa aussitôt.
Là, il avait bien plus de temps mais il en profita justement pour être d’autant plus doux.
Inquiet, il l’allongea sur le sol et l’observa. Elle était très pâle et semblait fatiguée. De petits cernes bleutés se dessinaient sous ses yeux comme à chaque fois qu’elle utilisait trop la magie, il l’avait remarqué, oui…

Ouf… elle ne faisait pas un malaise. Enfin un peu quand même en fait. Mais elle n’était pas malade, juste très affaiblie et son corps la rappelait à l’ordre. Il sourit en l’observant. Elle semblait apaisée. Il caressa tendrement son visage du bout des doigts. Qu’elle était belle sa petite mage. Avec beaucoup de douceur, il glissa ses mains sous sa nuque et ses genoux et se redressa en la soulevant. Certes, une fois de plus, sa force de Drakkari ne s’activait pas, mais les muscles qu’il s’était naturellement forgés eux, étaient réceptifs et le faisaient agir avec assurance.

Ce fut avec beaucoup de prudence, de discrétion, qu’il la porta jusqu’à sa chambre. Il dut se cacher dans une chambre de prof encore inoccupée lorsqu’un professeur alla dans les douches, mais au final, il put aller rapidement dans la chambre de la jeune femme et la déposer sur son lit.
Toujours avec précaution, il la glissa sous les draps et la couvrit doucement, humidifiant légèrement son front pour l’apaiser, caressant une de ses mains.

Il finit par tirer un fauteuil jusqu’au lit et s’y assit. Non, il ne lui fit pas l’affront après ce qui venait de se passer de s’inviter dans son lit… Il enfila juste une tunique courte pour se protéger un minimum du froid et pressant une de ses mains, la regarda dormir… longuement, très longuement. Il lui parla un peu pendant ce temps, plus de deux heures à l’observer dormir. Il lui parla de ces contrées qu’ils avaient visitées ensemble, de cette cascade qui avait précipité leurs retrouvailles, de ses peurs, de ses joies…
Il finit par s’endormir, la tête proche de la sienne, un léger sourire aux lèvres, dans une position inconfortable et la main encore un peu endolorie, mais apaisé. Ca allait mieux… ça irait mieux. Un pas de plus… et cette fois, pas de pas en arrière.

Fin du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une prise de décision pas facile   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une prise de décision pas facile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cake super facile
» [Libre]Prise d'otage? Pas si sûr! [Rang C]
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» feuilleté aux pommes facile
» Des sous facile!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: [Territoire Neutre] Ville Glindel :: Crique des Murmures Scintillants-
Sauter vers: