AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu

Aller en bas 
AuteurMessage
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 858
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 30

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Dim 13 Mai - 20:07

(HS : Suite de => Débarquement d'un démon)

Alors qu'ils progressaient dans les magnifiques jardins de l'Académie, Cassidy marchait en silence, d'une démarche gracieuse et aérienne qui ne ressemblait en rien à l'allure qu'elle avait tout à l'heure lorsque la jeune mage devait se presser pour accueillir son hôte. Finalement, cela se passait plutôt bien. Il était sage, un brin dragueur mais cela elle ne s'en formalisa pas et savait bien parler. Très loin du rustre qu'elle s'imaginait à la première impression.

*Finalement il n'a pas l'air si barbare que ça ce guerrier. Peut être que ce sera plus agréable que ce que je n'imaginais. Enfin, je n'ai encore rien vu je pense*

D'ailleurs, en pensant à ce qu'elle avait entendu sur lui, c'était surtout beaucoup de rumeurs, de murmures à travers la foule, d'un Drakkari qui violait et avait fait beaucoup de grabuge dans les rangs des Cheistams. Mais la jeune femme n'avait jamais été réellement intéressée par les conflits des factions même si elle n'approuvait pas du tout les réactions des Kaärs qui représentaient beaucoup de choses négatives à son goût. Elle avait juste entendu des choses par ci par là mais jamais des horreurs véritables causés par ce jeune garçon qui devait avoir son âge à première vue. C'est quand même un drôle de hasard. Il aurait pu aussi bien être plus vieux.

Cependant, quelque chose l'interpella. Il s'était montré très dur et provocateur envers les soldats mais paraissait doux comme un agneau avec elle. Cela est-il à cause de sa qualité de femme ? Aurait-il réagi pareil dans le cas où elle avait été un homme ou aurait-il cherché la bagarre ? Cela lui paraissait bien étrange tout cela, il était quand même assez difficile à cerner et malgré ses grands airs, elle avait comme le pressentiment qu'il y avait quelque chose de beaucoup plus lourd derrière tout ça.

*Enfin, j'en saurais plus en lisant cette fameuse lettre. Voilà qui m'aidera bien à mieux comprendre la situation*

Au moins, il fallait se dire que la présence du jeune homme lui faisait une certaine compagnie. Pas des plus réjouissantes à cause de son objectif mais c'était quand même une présence. Les choses seraient différentes lorsqu'il y aurait plus de monde dans le château et Cassidy se doutait bien qu'elle aurait moins de temps à lui consacrer que maintenant.

Cependant, lorsque Cassidy parla de la sécurité de son arme, celui-ci ne réagit même pas, comme si il comprit cette nécessité. Et pourtant elle était persuadé qu'il avait tenté une approche pour s'en emparer alors qu'elle était très peu habile pour la manipuler. Cela la surprit, le voir aussi docile et loin de son arme lui semblait bizarre. Même si peut être que le Drakkari s'était finalement résigné à cette punition.

Lorsqu'elle avait soumis sa réflexion intérieure au jeune Drakkari, celui ci semblait aussi se poser la même question, ce qui laissait planer un certain mystère à ce propos. Ou diable donc a-t-elle bien pu le croiser ?

*Oui il a raison, on a du se croiser comme ça sans plus. C'est évident*

A cette instant, la jeune demoiselle le regarda et eut l'impression d'avoir comme un flash. Un petit garçon aux cheveux flamboyants. Cela lui rappelait des souvenirs lointains. Vraiment très lointains pour elle. Alors, sans savoir pourquoi exactement, elle se mit à sourire doucement, trouvant cela stupide de faire un rapprochement.

"C'est marrant. Pendant un instant j'ai cru voir une ancienne connaissance. Ca me rappelle mon passage à l'école élémentaire. Il y avait un garçon Drakkari qui semait la panique à travers la classe. Pas très sympa d'ailleurs avec les autres élèves. Enfin c'est du passé. D'ailleurs je ne sais pas ce qu'il est devenu. J'ai entendu quelques rumeurs à son sujet et même si il était très turbulent et agaçant, il n'avait pas l'air méchant dans le fond."

Son regard se perdit dans le vide, regardant les jolies fleurs qui poussaient de part et d'autre de l'allée. Elles étaient vraiment magnifiques et la jeune femme semblait perdue dans ses souvenirs pendant un instant. Puis Cassidy reporta son attention sur le fier guerrier aux cheveux flamboyants.

"D'ailleurs je me demande bien ce qu'il est devenu. Mais je dois dire que devoir se mettre sans cesse face à lui était assez épuisant à la longue"

En effet, elle se rappelait que ce n'était pas vraiment une partie de plaisir. Combien de fois elle avait du le rappeler à l'ordre, se plantant devant lui pour chercher à le repousser, lui lançant des répliques pour l'obliger à se taire. Même si cela ne faisait pas grand chose, il ne traumatisait pas autant ses camarades tant qu'elle était là et la jeune fille assez douée à l'époque, lui retournait ses coups et ses frasques. Oh bien sûr, jamais elle n'a eu un seul fond de méchanceté, mais elle a toujours cherché à garder son sérieux pour ne pas qu'elle reste une proie facile face à lui, ne dévoilant pas ses sentiments.

Et malgré tout, cela la mettait mal à l'aise lorsqu'elle rentrait chez elle le soir, qu'elle était épuisée de devoir lutter. Mais jamais elle n'avait montrer le moindre signe de faiblesse, la petite lui avait tenu tête jusqu'à la fin. Jusqu'à avoir entendu de tristes nouvelles à son égard. Maintenant, elle ne savait pas ce qu'il était devenu. Peut être qu'il a continué sa petite vie. Enfin Cassidy a toujours pensé qu'il y avait un bon fond dans chaque personne et qu'il fallait juste faire ressortir le côté lumineux.

Enfin, la jeune femme effaça son sourire, ne voulant pas trop en dire. D'ailleurs qu'est ce qui lui prenait de lui parler de son passé. Peut être à cause de tous ces mois passés à rénover cet endroit, la solitude dont elle fait preuve, le manque de contact social assez constant.

"D'ailleurs je ne sais pas pourquoi je vous parle de ça. Hem ! C'est du passé ! Passons à autre chose !"

Quand elle était restée ferme sur sa libération anticipé, il n'avait pas cherché à râler, se débattre, doux, docile. Bien il marquait des points et montait un peu dans son estime. De plus, le fait qu'il se soit incliné était volontaire. Certes, la jeune femme n'était pas dupe et il pouvait tout aussi bien s'agir d'une tentative de rapprochement mais cela était quand même plaisant.

*Bien pas mal. Mais il y a encore des zones d'ombres. Pour l'instant, essayons simplement de rester simple, je vais voir jusqu'où il peut aller dans ses bonnes manières*

Les jardins étaient une partie magnifique du domaine. Cassidy avait vu les choses en grand, et avait demandé aux artisans de Glindel d'apporter leur savoir pour faire pousser de magnifiques fleurs colorées et parfumées. C'était apaisant.

"Voilà les jardins de l'Académie. C'est un endroit très agréable pour se reposer et se relaxer."

Elle continua de marcher sur son chemin en fermant un court instant les yeux, appréciant cette sensation.

"En ce qui concerne votre nouvelle 'résidence', il s'agit d'une Académie pour former des jeunes dans certains domaines. Magie, Discrète, Général et bien sûr Combat. Vous êtes ici pour effectuer quelques petits travaux, et comme vous me semblez être costaud, je pense que vous aiderez bien pour l'aménagement de certains lieux. Il y a encore deux trois choses à faire."

Tout en expliquant la jeune mage marchait dans l'allée aux fleurs avec son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 607
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Lun 14 Mai - 14:21

Tristan avançait tranquillement mais d’un pas tout de même énergique. Il fallait le comprendre aussi. Après avoir été enfermé longtemps pouvoir librement se dégourdir les jambes et marcher à l’extérieur lui faisait un bien extraordinaire. Non, elle ne savait rien des conditions qu’il avait connues pendant ces dernières semaines et ce n’était plus mal. Il n’avait pas l’intention d’en parler ni de se confier d’une façon ou d’une autre. Déjà ce n’était pas du tout son genre. Quand il se plaignait c’était pour des sujets sans importance sauf très rare exception, sujets qui ne le gênaient pas réellement mais qu’il abordait pour ennuyer la personne responsable.

Oh oui, même s’il avait à présent l’air calme, parfaitement docile, le jeune homme était un sacré manipulateur dont il valait mieux se méfier et pas qu’un peu. Un sourire éclaira son visage. Il aurait certainement ri s’il avait entendu ses pensées et constaté que sa docilité passagère était perçue comme de la bonne volonté et certainement que toutes les rumeurs courant sur lui avaient été soigneusement exagérées. Si elle savait… Oh non ce n’était pas exagéré et oui il voulait avoir l’air gentil pour l’heure, c’était tout à fait son but.

Après tout, le jeune homme n’avait rien à gagner en se braquant immédiatement. Pour commencer elle se méfierait beaucoup de lui. Et surtout elle contrerait ses attaques avec tout autant de hargne, si comme il l’imaginait, elle était tout de même en mesure de se défendre un minimum. C’était une mage, ne pas savoir se défendre était bien impossible. Oui pour l’heure, il portait toujours ses menottes, autant attendre qu’elle les lui enlève, fasse des concessions.
La vérité c’est que comme pour l’instant elle ne lui demandait rien si ce n’est de marcher tranquillement, ce qu’il appréciait beaucoup, il n’avait aucune raison de se braquer.

Ce serait certainement très différent dès qu’il aurait vu le règlement intérieur.
Tristan tourna la tête vers la jeune femme. Cette mimique sérieuse et pensive lui disait vraiment quelque chose. D’ailleurs elle semblait un peu tête en l’air car elle évita de marcher dans un buisson qui débordait légèrement sur le chemin, mais seulement à la dernière minute. Non, il ne se souvenait pas où il l’avait vu. Le pire c’est que ce manque de souvenir l’agaçait prodigieusement, fait dont il ne voulait pas faire étalage. Normalement une si jolie fille serait bien restée dans sa mémoire, là c’était trop flou. Peut-être s’étaient-ils croisés quelques années plus tôt. Oui, ça devait être ça.

En tous les cas, même s’il n’avait pas l’intention de s’extasier et de baver des compliments comme tous les « jeunes hommes bien élevés » le feraient dans ces conditions, Tristan admirait le paysage. Ces bien élevés, lui les appelaient plutôt les limaces. En effet, beaucoup de bave, très généreux de compliments, mais compliments non sincères et souvent montre d’un caractère calculateur et intéressé. Lui au moins avait l’honnêteté de dire ce qu’il pensait.
Ses yeux se tournèrent à nouveau vers la jolie jeune femme. Le paysage était magnifique hein, mais la vue de ce côté, bien plus encore.
Elle était sans doute du style à apprécier les « limaces ». Quel dommage…

Des arbres immenses ou encore tout jeunes, des fleurs à en perdre la tête du fait de toutes ces couleurs et surtout tous ces parfums. Oui il y avait à admirer. Si elle n’avait pas été près de lui, elle qui était avec les Cheistams, il avait tendance à l’oublier à cause de son air innocent, si elle n’était certainement pas à l’affût du moindre signe de faiblesse à rapporter à ses « supérieurs », il se serait certainement allongé sur l’herbe. Menottes ou pas menottes.
Et il se serait rempli les yeux, le nez, les oreilles de toutes ces couleurs et de tous ces chants d’oiseaux.
Sa mimique provoqua de nouvelles paroles chez la jeune femme et il la regarda avant de se mettre à rire d’un ton léger, amusé et parfaitement honnête.

- Eh bien eh bien ! C’est intéressant. Je n’ai pas beaucoup de mal à vous imaginer en effet en train de tenir tête à un sale garnement. Ca me rappelle ma propre enfance.

Il soupira sur un ton assez mélancolique, peut-être exagéré, difficile à dire.

- Moi c’était le contraire. J’étais celui qui menait la vie dure aux autres. Mais généralement ils l’avaient bien mérité. Et j’avais une déléguée infernale qui avec ses airs de justicière ou non…plutôt de future maîtresse essayait toujours de me contrecarrer. Elle se débrouillait bien en fait. Mais elle avait surtout de la chance que je ne frappe pas les filles… hum… à l’époque. Ce qu’on a pu se détester… mais dans le fond je crois que je l’aimais bien. Ah… les joies de l’insouciance me semblent bien loin.

Il rit. Pour la peine on aurait pu penser qu’ils étaient deux amis conversant tranquillement. Qu’il n’était pas un gredin sorti de prison, qu’elle n’était pas celle qui devait veiller à ce qu’il reste là et parle. Non. Surtout qu’elle n’avait effectivement rien d’une geôlière avec son joli visage, son corps mince et sa petite taille. Surtout qu’elle n’avait même pas son bâton de mage sur elle. Et lui… malgré sa haute taille, son corps d’athlète un peu affaibli par la prison (dans laquelle, mine de rien il s’était entraîné en cachette) avec ses airs d’ange, ses yeux orangés et ses sourires à se damner… ressemblait-il à un tueur sanguinaire ?

Alors ils détonaient, tous les deux.
Tristan, s’il avait écouté la jeune femme avec attention, lui répondant même encore une fois pas du tout comme devrait le faire un filou, avec amusement, éloquence et tout de même dans un langage très correct, loin des jurons et images salaces des bandits habituels, n’avait pas du tout fait le rapprochement. Ni une, ni deux, le garçon était passé à côté sans même s’en rendre compte. Il fallait dire que pour sa défense il avait une bien bonne excuse. Après tout, lui déjà tout jeune avait un côté charmant, ses yeux étaient tout de même particuliers et ses expressions, ses mimiques peu communes. Et puis peu de Drakkaris tout de même existaient ainsi ou se mêlaient aux humains pour l’enseignement élémentaire. Cela arrivait bien évidemment mais pas si communément tout de même.

D’un pas léger il continua donc, haussant les épaules alors qu’elle disait vouloir passer à autre chose, même si pour la peine il avait cru surprendre une étrange expression sur le visage de la jeune mage.
Mais il ne s’y attarda pas.
Il admira les jardins sans plus tenter de l’approcher, restant tranquillement de son côté et écoutant ses paroles. Mais quand elle lui annonça où ils étaient, qu’était ce bâtiment, le jeune homme éclata d’un nouveau rire, mais très narquois cette fois.

- Ahahahaha !!! Navré… ghn… c’est pas contre vous damoiselle. M’envoyer ici hein ?! Ahhh… ces vieux schnock ont un humour vraiment particulier. Alors que j’étais un horrible cancre violent et pas du tout tolérant, m’envoyer dans une école… pardon une Académie. Ah… vraiment…


Il secoua la tête mais finit par lui dire très poliment, retournant un grand sourire ravi vers elle qu’il ferait les travaux qu’elle demanderait. Oui, pour l’instant il allait être coopératif. C’était surtout qu’il se doutait qu’elle ne le laisserait ni récupérer son arme, ni s’entraîner, s’il était tranquille dans sa chambre, non surveillé, il pourrait toujours travailler un peu ses muscles mais ce ne serait pas énorme… alors que s’il y avait des travaux à effectuer à l’extérieur, il pourrait remettre en marche ses muscles très rapidement et récupérer la forme. Le jeune homme serra un poing maîtrisant une grimace. Ce ne serait pas simple.

Je me demande si elle lancera un sort pour m’espionner… dans ce cas je n’aurais qu’à m’entraîner à poil ça m’étonnerait qu’elle regarde… Quoique, on ne sait jamais ce que peut cacher un air innocent… surtout chez une si jolie fille.

Il se retourna, s’arrêtant et prit une mine grave.

- Je suis navré de solliciter votre générosité mais… j’aimerai écrire une lette… à une personne qui m’a beaucoup aidé on va dire. Je n’ai absolument rien à cacher et je n’ai aucune objection à ce que vous la lisiez pour vérifier que je n’envoie pas d’information chez les Kaärs ou qui que ce soit d’autres… je sais aussi que je ne dois certainement pas mentionner le nom de l’école où je me trouve et je le respecterai, vous pourrez l’examiner aussi longtemps que vous voudrez… mais j’aimerai rassurer cette personne… Alors s’il vous plait… laissez moi juste envoyer ce message.

Tout en disant ces mots, il s’était incliné, encore plus respectueusement qu’un peu plus tôt, comme quoi il devait posséder quelques notions d’étiquette. Oui.. poli, gentil, calme, docile… pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 858
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 30

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Lun 14 Mai - 18:50

Cassidy pensait véritablement que c'était un Drakkari aux bonnes manières, une attitude franche, un tempérament de feu et pourtant. Son maître lui avait toujours dit de se méfier de l'eau qui dort. Calme au premier abord mais lorsque la tempête se déchaîne, il devient impossible de l'arrêter. Dans son passé, Cassidy avait été assez naïve lors de sa formation de mage, s'émerveillant devant les choses qu'elle apprenait, étant gentille mais ne faisait pas attention au retour du bâton. Si son maître n'avait pas été là, elle se serait faite avoir plus d'une fois. Mais avec le temps, elle avait appris à faire beaucoup plus attention et même si le jeune Drakkari était charmant et agréable, il ne fallait pas oublier qu'il n'était pas là par simple hasard. Cela serait beaucoup trop simple sinon.

*Surtout n'oublie pas Cassidy, les démons ont toujours été charmants mais malicieux* se rappela-t-elle, paroles de son ancien maître.

Cassidy était donc un peu perdue dans ses songes, car elle ne vit pas cet espèce de buisson qui débordait. Mais avec le temps, et ne voulant sûrement pas se ridiculiser devant son invité, la jeune femme baissa la tête au bon moment, s'arrêta, et le contourna avec précaution. Elle devait paraître un peu bête à faire ça, mais ça n'était pas la première fois que c'était arrivé. Le pire ici, une fois, elle s'était prise un arbre en pleine face, sûrement trop occupée à penser à autre chose pendant les travaux.

*Et bien c'est tout juste ! Pour un peu et ce Drakkari se serait bien fichu de moi. Enfin... je ne sais pas...*

Pourtant, Cassidy observa Tristan qui semblait légèrement intéressé par ce beau paysage qui s'offrait à lui, ces coins de verdure qui devaient être différents de ce qu'il connaissait. D'où était-il déjà ? A vrai dire elle ne le savait pas vraiment. Il n'était pas du style trop déballage de sa vie.

Cet endroit était vraiment très reposant, et chaque lieu avait été étudié par la jeune femme pour offrir un environnement différent du cadre traditionnel scolaire que l'on reconnaissait lorsque l'on allait à l'école élémentaire. Des beaux paysages pour se détendre et penser à autre chose que des cours. D'ailleurs Cassidy était souvent restée dehors, profitant des jours de soleil, travaillant près du lac ou dans l'herbe, une pile de parchemins posés négligemment à côté d'elle. Jusqu'au moment où tout s'envola dans l'eau du lac. Si ce n'était pas beau de la voir justement prendre ses papiers, ramassant par ci et par là les feuilles volantes.

Lorsqu'il se mit à rire, la jeune femme se demanda alors ce que le Drakkari pouvait répondre. C'était comme si il était amusé de la situation, narrant lui aussi sa petite enfance pas si évidente que ça et son passé troublé d'enfant perturbateur et incapable de tenir en place. Il parlait justement d'une fille, une déléguée en plus qui avait toujours de quoi lui tenir tête.

*C'est vraiment étonnant... A croire que ce sont les mêmes clichés dans chaque école*

Elle haussa lentement les épaules, puis le regarda un instant. A vrai dire, Cassidy n'avait jamais apprécié ce type de comportement du bagarreur qui se battait sans raison. Peut être qu'il avait ses raisons après tout, elle n'en savait trop rien mais la jeune mage ne supportait pas les tapes incessantes, les jeux qui ne finissaient plus. C'est pourquoi les autres préféraient se cacher derrière elle à cette époque.

"Vous savez, ce n'est pas si simple que ça d'être une déléguée dans ce genre de classe. On veut toujours que ça se passe bien, on souhaite une sorte d'harmonie entre les élèves mais il y aura toujours des chahuteurs. Sauf que moi, tout ce que j'entendais de ce garçon trop turbulent c'est qu'il faisait du mal aux autres. J'ai pourtant essayé de le comprendre au départ, après tout je ne lui avais rien fait. Mais il se pavanait, il me disait que j'étais incapable de le comprendre et que j'étais beaucoup trop sérieuse"

Elle soupira longuement, se remémorant ses évènements qui avaient marqué sa petite enfance, bien agitée pour elle aussi. Enfin d'ailleurs, la jeune femme pensait qu'elle en avait finit avec cette histoire. Mais peut être qu'au fond d'elle, Cassidy regrettait un peu. Regrettait de ne pas avoir pu l'aider plus que ça. Et pourtant c'était du passé.

C'est alors que, prise d'une soudaine illumination, la jeune femme s'arrêta, pertubée. Ses mimiques quand même, ne passaient pas inaperçues. Ces yeux orangés qui faisaient penser à un Neko, son attitude. Dans sa tête, elle fit le rapprochement. Se pouvait-il que ? Ah non quand même pas, le hasard n'est pas si injuste à ce point.

*Il lui ressemble beaucoup. Non... Je dois me tromper... et pourtant... je lui demande ? Je ne devrais pas, si il s'avère que c'est vraiment lui. Comment s'appelait-il déjà ? Non mais...*

La jeune femme prit un teint légèrement rosé qui colora son visage le court d'un instant, un peu perturbée par ce morceau de souvenir qui venait de refaire surface. Ce n'était pas possible. Puis elle se rappela que Tristan était à côté et l'observait à chaque instant, guettant un geste de sa part pour peut être mieux s'engouffrer dedans. Alors, Cassidy secoua la tête rapidement pour faire disparaître ce teint gênant sur son visage.

*Non, je dois tout simplement halluciner*

Et pourtant, elle aussi de son côté pouvait rappeler tant de choses. Cet regard sérieux mais si innocent, cette petite moue qui se tordait parfois en un sourire parfois timide et discret, cette impression de vouloir se tenir haute et droite pour être à la hauteur de ce que l'on attendait d'elle. Oui, des gestes et des attitudes qui ne trompaient pas à l'époque de l'école élémentaire. Qui faisait son charme même si à cette époque, on se fichait bien des sentiments, préférant se tirer les cheveux pour faire régner sa loi?

Alors, lorsque Tristan comprit où il était tombé, il se mit à rire d'un rire passablement désagréable, se moquant de la décision des Cheistams et surtout, ne comprenant pas du tout l'intérêt. Cassidy ne voulait cependant pas se laisser démonter par ses remarques et le fixa le plus sérieusement du monde.

"Nous n'avons pas fini notre apprentissage. Il n'y a pas d'âge pour apprendre une nouvelle leçon. Et je pense que ça ne peut pas vous faire du mal. De plus, vous qui êtes guerrier êtes passer par un apprentissage avec un mentor ou dans un camp d'entraînement c'est certain. Ici, c'est la même chose mais plus encadré"

*Ce dont je doute qu'il aime au passage...*

Cependant, il accepta avec une extrême politesse de se plier aux exigences de la patronne pour l'instant. Ce que Cassidy apprécia, elle avait toujours besoin de bras forts pour faire les choses que elle ne pouvait pas faire. Oh et elle savait très bien que si elle se mettait à côté pour bronzer tout en sirotant une boisson fraîche, cela serait une vraie torture pour lui. Pourtant il avait de la chance, elle qui aimait travailler n'allait pas se permettre de faire la paresseuse pendant que lui bossait. Si il était sage elle envisageait même de le récompenser pour ses bonnes actions.

Enfin, Tristan prit une voix très solennel, un regard grave tout en lui demandant une certaine requête. Allons donc ! Envoyer une lettre ? Se pourrait-il que ce peut être soit disant Kaär, un résumé très bref des Cheistams, avait quelques contacts ? Après tout c'était fort possible. Cassidy fit mine de réfléchir un court instant mais dans sa tête bouillonnait déjà une certaine idée.

*Il veut peut être rassurer de la famille ou autre chose...*

"Avant de vous y autoriser et bien sûr de vérifier par moi même, qui sera l'heureux destinataire ?"

Cassidy n'était pas bête à ce point. Il était facile de transmettre des mots qui n'avaient aucun sens et un message tout à fait normal alors que pouvait se cacher un message codé à l'intérieur. Pour avoir décoder des runes, déchiffrer des formules complexes et même avoir réussi à déjouer l'énigme d'une relique, la jeune femme n'en était pas à son premier coup d'essai. Et étant mage, elle savait ce qu'elle devait faire pour mieux connaître les intentions du Drakkari dans une simple lettre.

Il était pourtant gentil mais il fallait toujours garder un coup d'avance. Discrètement et efficacement. Car oui, même si Cassidy le voyait calme pour l'instant, on ne retient jamais un Drakkari enragé.

Plongée dans ses pensées, elle ne vit pas la racine qui était posée négligemment devant elle, dans laquelle en plus elle s'était déjà cognée dessus à plusieurs reprises et comme à chaque fois, son pied heurta le devant de la racine, la déstabilisant. La jeune femme évita de justesse le cri mais ne put s'empêcher de faire de grands moulinets avec ses mains pour tenter d'éviter la chute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 607
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Lun 14 Mai - 20:46

Pour le coup il n’avait pas pensé à mesurer ses paroles.
La vérité ? Il n’avait même pas essayé. On ne pouvait se rendre compte du bonheur que constitue la liberté qu’après l’avoir perdue… sans rien pouvoir y faire et surtout sans espoir de la retrouver un jour. Or là même s’il n’était pas tout à fait libre, c’était un environnement tellement différent.
L’avouer n’était pas à l’ordre du jour mais Tristan se sentait bien. Malgré les menottes. Sentir le vent et le soleil sur son visage lui faisait un bien fou.
Et pouvoir avoir un minimum de conversation aussi. Parce qu’autant l’avouer la plupart des gardes avaient autant de conversation et d’esprit qu’un pot de chambre. Ils étaient utiles mais ça s’arrêtait là.

Alors oui, il avait éclaté de rire. Depuis combien de temps n’avait-il pas ri honnêtement sans moquerie d’ailleurs ? C’était agréable, ça aussi ça lui avait manqué. Le jeune homme poussa un profond soupir. Apparemment ce qu’il venait de raconter à la jeune femme ne plaisait pas énormément à celle-ci.
Après tout elle avait été à la place de l’élève sérieuse. Celle qui encaisse pour les autres, qui protège, prend l’initiative.

Il la fixa avec intérêt, essayant de l’imaginer petite et la vision d’une fillette blonde avec des couettes s’imposa à son esprit. Un petit nez droit et des pommettes rosées, une bouche en cœur et de grands yeux intelligents, furieux généralement quand ils étaient fixés sur lui. Très petite mais débordante d’énergie. Il sourit, amusé. Oui… Cette jeune mage lui évoquait la petite fille qu’il avait connu, bien qu’elle semble beaucoup plus sage et réservée.

Cette fillette l’avait marqué, bien plus qu’elle n’aurait pu en avoir conscience. Sans doute était-elle devenue une érudite. Le genre de personne qui aidait les autres, investie dans tout ce qu’elle faisait. Elle l’était déjà à l’époque même si elle pouvait être très impulsive en fonction de la provocation. Il sourit davantage. Oui il avait des souvenirs importants avec elle. C’était après l’avoir connue que tout avait basculé. Il respira lentement. Mieux valait ne pas commencer à y penser. Il avait dit qu’il resterait calme et docile pour l’instant, songer à ces… évènements le ferait sortir de ses gonds, il le savait.

Pourtant il observait toujours la jeune femme. Ses mimiques avaient attiré son attention. Il les trouvait adorables en fait et ça l’ennuyait pas mal. Qu’il soit sensible au charme féminin était une chose, normale après cet enfermement mais là il y avait autre chose. Il secoua la tête, non, non il n’avait pas de sentiments pour elle, c’était juste qu’elle était mignonne à être si petite et… puis elle avait tout de même un beau regard non ?
Il songea à ses paroles.

Un bagarreur qui se pavanait hein ?... Oui elle a tout de la déléguée elle-même. Le genre de jeune personne intelligente, sans problème, qui ne peut pas comprendre les bagarreurs en question. Après tout, j’en ai été un, je sais comment et pourquoi nous fonctionnons ainsi en général

Ils continuèrent de marcher alors qu’il observait le paysage et appréciait de retrouver un terrain autre que des pierres froides et humides. Oui cet endroit ne pouvait qu’être mieux. Etait-ce donc ça leur but ? Faire en sorte qu’il se sente à l’aise, loin de ses « ennemis », se relâche et fasse des erreurs ? C’était un bon plan quand on y réfléchissait, le genre de truc qui pouvait avoir les prisonniers résistants. Mais pas lui qui réfléchissait un peu trop pour ça. Ce n’était pas pour rien qu’ils voulaient le faire parler. Malgré sa jeunesse il en savait beaucoup et ils voulaient certainement connaître ses contacts, l’ordre des généraux qu’il cherchait à éliminer. S’ils savaient… Ils seraient bien dépités.

Il l’avait observée alors qu’elle évitait le buisson sans y prêter plus que cela attention. S’il avait remarqué qu’elle n’avait pas la démarche aisée, provocante dont les dames se plaisent à user pour faire tourner les têtes de leurs hommes, mari, cuisinier, garde, jardinier, peu importait. Elle semblait un peu moins à l’aise et conservait une démarche naturelle, appréciable soi dit en passant, surtout si on marchait légèrement en retrait derrière elle, mais différente de ce à quoi il se serait attendu en voyant ce beau visage mais aussi cette petite moue un peu fière qui lui faisait revoir tout son jugement sur elle.

Donc pour le buisson, rien à remarquer à part une attitude légèrement décalée. La moue par contre… évoquait un nouvel écho dans son souvenir. C’était juste quand elle avait parlé de son projet, de son école, quand elle l’avait légèrement remis à sa place en lui disant qu’ils avaient toujours à apprendre. La fillette qu’il avait connu se recalqua sur la jeune femme pendant une seconde. Cette foi en elle-même, en ce qu’elle croyait, ce léger pli au niveau de la lèvre inférieure comme si elle le mettait au défi de la contredire. Son sourire se fit aussitôt beaucoup plus doux. Pendant un instant, oui, il avait vraiment vu le fantôme de son enfance. Il hocha la tête.

- Soit soit ! je ne remets pas en cause vos idées damoiselle, elles sont novatrices. C’est plutôt des Cheistams que je me moque. Ils sont bien cruels envers vous pour envoyer une personne qui déteste tant l’enseignement chez vous. A croire qu’ils veulent ruiner votre projet. On dirait que cette idée n’est pas saluée unanimement…

Il avait dit ça avec son petit sourire narquois provocant mais lui lança aussi l’instant d’après cette grimace mimique adorable de tirer légèrement la langue sur le côté gauche, montrant qu’il essayait juste de plaisanter. Mais elle n’était certainement pas dupe, c’était une menace voilée. Pour dire qu’il pouvait aussi être un enfer pour elle… que cela dépendrait de ce qu’elle exigerait. Elle aurait certainement compris vu son intelligence.

Il continuait de marcher, calant son pas sur celui de la jeune femme. Après tout il avait les jambes plus longues que les siennes et son but n’était pas de l’agacer en marchant excessivement vite, même s’il avait du mal à se retenir. Là, s’il avait été seul, à présent il courrait, à s’en éclater les poumons, mais il courrait, en savourant chaque muscle travaillant, chaque parcelle de son corps se tendre ou se détendre pour l’aider à réaliser ce geste si simple.

Finalement Tristan fit sa requête avec sérieux et c’est vrai d’un ton solennel.
Il voulait être poli puisque la politesse pour l’instant lui était utile. En fait il essayait de la comprendre au passage. Le jeune homme avait bien du mal à imaginer une si jeune personne avec une telle ambition, un tel projet. Il était assez impressionné en fait, même s’il n’allait pas le lui dire. C’était courageux de se lancer dans une telle entreprise. Cette femme aimait énormément son prochain. Elle semblait avoir son âge, peut-être un peu moins, oui peut-être moins… son visage, ses yeux avaient une innocence qu’il n’avait plus croisé depuis bien longtemps sur le visage d’une femme… qu’il croisait parfois sur le visage de certaines jeunes filles naïves, mais pas sur celui d’une femme, une mage qui avait tout de même l’air puissante.
Donc oui pour l’heure il voulait la comprendre, la cerner..

Il était vrai qu’il avait envie aussi d’essayer de la taquiner un peu, de voir où étaient les limites, son sang de Drakkari lui en exprimait le besoin. C’était comme une démangeaison à laquelle on doit résister, qui chatouille chaque seconde un peu plus. Mais il luttait assez bien… pour l’instant.
Il ne fut pas surpris qu’elle posa sa question et se décida à la tester mais en douceur pour commencer. Son regard, son sourire, tout dans son visage se fit provoquant et sans possible mauvaise interprétation.

- Je voudrais écrire à Maud de Canterburg. Vous avez peut-être entendu parler d’elle, c’est une riche jeune dame ayant épousé le duc de Canterburg, petit village mais vastes pâturages et vaste domaine du commerce de laine.

Son sourire s’aiguisa.

- Je souhaiterais la rassurer car je sais qu’elle a dû s’inquiéter. Après tout c’est chez elle que les Cheistams me sont tombés dessus. J’imagine que ses voisins ou domestiques ont été bavards… Et que son mari n’a pas énormément apprécié que l’amant préféré de sa femme se fasse prendre et que tout le monde le sache. Quel dommage tout de même… cette expédition avait fort bien commencé pourtant je comptais passer encore un moment chez elle mais bon…


Il haussa les épaules et sourit, assez certain que son attitude pouvait l’avoir choquée ou dégoûtée. Oh il allait s’en défendre si elle l’accusait de complicité… d’aider une femme à tromper son mari. Il avait déjà ses arguments tous prêts et sous la main.
Apparemment il avait poussé ses sous-entendus un peu trop loin, du moins songea t-il que c’était de sa faute, car la jeune femme buta soudainement contre une racine, qui sortait tout de même pas mal et qu’il était un peu impossible de ne pas remarquer.

Elle trébucha donc et se mit à chercher son équilibre. Non elle devait vraiment être plongée dans ses pensées pour faire si peu attention. Il fronça les sourcils. Plus encore parce qu’il n’avait rien commandé à son corps, que celui-ci avait agi tout seul… par réflexe. Stupide réflexe traître !
En effet Tristan était passé devant la jeune femme, rapidement sans mal et leva les bras au-dessus de sa tête pour ne pas qu’elle heurte ses menottes, écartant les bras alors même qu’il avait les mains liées. Elle heurta son torse et il ne bougea pas d’un millimètre. Pourtant un long frisson lui parcourut l’échine. Oui ce contact lui avait manqué.
Ses bras s’étaient donc rabaissés sur elle-même si en fait il la tenait un peu prisonnière du coup. Ca n’avait été bien sûr que pour lui éviter de tomber en arrière après le choc en avant et il avait bien fait car effectivement elle aurait pu tomber. Le jeune homme baissa les yeux et déglutit. Etre si grand avait un sérieux avantage pour fixer le décolleté de la demoiselle, surtout de si près.

Tristan se mordit la langue et détourna les yeux, enlevant rapidement ses bras en s’éclaircissant la gorge. Pourtant il plongea rapidement à nouveau son regard dans le sien, son sourire devenant assez taquin, du coup.. chassez le naturel il revient au galop !

- Ben alors mamzelle ? Suis-je si séduisant que vous en tombez par terre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 858
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 30

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Mar 15 Mai - 18:01

Un éclat de rire de la part du Drakkari. Peut être un des moments les plus rares et les plus sincères de sa part. Car entre l'attitude de dragueur né et du sanguinaire guerrier, la frontière était mince. Et à savoir ce qu'elle préférait, la jeune femme ne préféra pas choisir. La première attitude la gênant énormément c'était quelque chose d'incorrect et d'inconcevable pour elle alors que la seconde l'impressionnait et demandait une attention à chaque minute, une méfiance accrue et une résistance à toute épreuve.

Mais pour l'instant, les deux jeunes gens marchaient tranquillement sur le chemin de l'école. Alors qu'un appréciait pas vraiment ce type d'environnement, la deuxième aimait particulièrement cette ambiance studieuse et travailleuse, imaginant les jeunes gens s'entraîner par tous les temps dans l'espoir de pouvoir suivre le chemin qu'ils se sont tracés. Oui, pour Cassidy c'était un bel endroit et elle ne regrettait pas la décision de la déesse bien qu'elle se contenta de garder cette information pour elle. Cela lui faisait quand même bizarre d'être à la tête d'un établissement scolaire, étant si jeune. Et pourtant d'après ce que Kynésia lui avait dit, la jeune mage n'avait pas encore toutes les réponses à ces questions et qu'il lui restait encore de nombreuses choses à découvrir.

*Ce Drakkari fait parti de mes interrogations actuelles. Est ce qu'elle savait qu'il viendrait ? Est ce que par hasard c'est ce jeune Drakkari de l'enfance et que nous étions destinés à nous rencontrés ? Peut être que oui peut être que non, les dieux ont toujours été mystérieux à ce sujet*

Et curieusement la jeune femme voulait en savoir davantage sur Tristan. Pas sur son appartenance aux Kaärs mais à sa façon d'être, son passé, pourquoi il était comme ça, ce qu'il avait fait. C'était un peu normal après tout, ils allaient apprendre à se connaître de jour en jour et Cassidy appréciait justement de savoir qui elle côtoyait. Car c'était dans sa nature, de vouloir être douce et gentille avec les gens, même si elle avait son petit côté de sérieuse jamais très loin.

Alors, lorsqu'il insista sur les Cheistams voulaient ruiner son projet, la jeune femme le regarda avec interrogation. Le Drakkari avait-il déjà prévu de provoquer la destruction dans ce lieu sacré pour elle ? De toute manière, elle ne lui laisserait jamais touché à cet endroit ni aux gens qui habiteraient ici. Sur ce territoire c'était elle la gardienne et puis, vu les secrets qu'il renferme, il était difficile de le détruire aussi rapidement, cela elle en était certaine. D'ailleurs parfois, la jeune femme avait un sentiment bien étrange en parcourant le château. Comme si ces murs et ces pierres lui avaient été familières autrefois, comme si il y avait un certain lien avec elle qu'elle ressentait grâce à sa magie mais qui était encore trop faible pour être détecter. Et pourtant elle avait essayé de sonder les lieux, essayant de percer ses mystères mais même elle n'y arrivait pas.

"Vous savez, même si c'est un lieu d'apprentissage, il y a plein d'endroits qui évitent d'y faire penser. Par exemple vous avez tout l'extérieur, je vous recommande le lac, c'est un magnifique endroit pour se poser. Ou encore la fontaine."

Elle pensait bien qu'un Drakkari, en plus guerrier, préférait largement les grandes étendues plutôt que l'isolement entre quatre murs. C'était une façon pour elle de montrer à Tristan une autre facette de l'Académie, que ce n'était pas qu'un endroit pour travailler. Oui elle devait vraiment être gentille pour avoir autant de patience avec lui. Bien que le sérieux n'était jamais très loin. Et encore plus lorsqu'il s'agissait de son règlement intérieur.

Cassidy n'avait jamais été la femme aguicheuse, tentante et provocante, usant de sa démarche et de ses allures pour incarner la grâce. C'est peut être à cause de sa passion pour la magie qui l'avait mené bien loin du social, des attitudes des grandes dames, de ce pouvoir de séduction. C'était une femme particulière usant plus de son intelligence que de sa cadence pour séduire bien qu'elle n'appréciait pas du tout les jeux de séduction, étant bien trop sérieuse pour cela. Après tout, elle se trouvait encore bien jeune pour penser à cette idée.

Il parla alors d'une certaine Maud, une riche femme. Cassidy plissa les yeux pour essayer de se rappeler de cette personne. Bien sûr, elle en avait entendu parler car dans un petit village, les gens riches étaient tout de suite reconnaissable. D'ailleurs Cassidy l'avait bien vu une fois et la trouvait trop gentille pour que cela soit vrai. Elle acquieça cependant d'un signe de tête.

"Ca me parle effectivement. C'était du côté de Helehëne il me semble. Je suis passée dans ce royaume il y a quelques mois."

Il expliqua alors le rapport de la lettre et Cassidy fronça rapidement les sourcils. Oh ainsi le jeune Drakkari était un amant ? En plus d'une femme beaucoup plus vieille que lui. Cela ne l'étonnait pas, il avait du se faire de nombreuses conquêtes. Pourtant Cassidy n'appréciait pas cela. Elle avait toujours aimé les choses justes et franches, pour elle il était inconcevable de tromper son partenaire même si c'était monnaie courante à certains endroits.

"Ah oui... Est ce vraiment une bonne idée ? Si son mari ou ses serviteurs tombent sur sa lettre, je ne pense pas que cela leur fera plaisir..."

Et puis, elle pensa à autre chose. Etant une femme riche, elle devait avoir de l'influence. Suffisamment pour venir délivrer son amant préféré justement de cet endroit. Il n'était pas difficile d'engager quelques gredins bien entraînés pour venir le récupérer.

"Qui ne me dit pas qu'elle va tenter de vous faire sortir de là ? De plus, votre arrivée ici doit rester discrète"

Cassidy aurait pu accepter, mais elle venait de se rappeler soudainement des paroles laissées par les Cheistams. Il fallait être discret. Ce diable de Drakkari lui tournait la tête même si elle ne s'en rendait pas compte. C'est donc un refus catégorique qu'elle opposa au jeune homme mais avant de dire sa réponse, elle se prit les pieds dans la racine mal placée.

Tout s'accéléra alors, la recherche de l'équilibre, la déstabilisation. Mais avant qu'elle n'atteigne le sol, Cassidy se retrouva contre quelque chose qui la retenait. Ou plutôt le torse du Drakkari pour être exact. Ferme, musclé, elle ne sait pourquoi il avait réagit de cette manière mais le résultat était là, l'entourant de ses mains menottés comme si il ne voulait pas qu'elle se blesse.

*Qu'est-ce que...*

La jeune femme ne chercha pas à se laisser perturber par ce geste de sauvetage improvisé. Lorsqu'il s'écarte, son petit regard se fit quand même reconnaissant alors qu'elle utilisa cette petite moue si particulière à elle pour le remercier mais avant qu'elle ouvrit la bouche, il fit cette petite mimique si typique et reconnaissable avec quelques paroles taquines.

"Mais je la connais cette expression !"

Les paroles avaient dépassés la pensée de la jeune femme qui ferma sa bouche et fit encore ce petit sourire gêné si rapidement identifiable tout en prenant une petite voix.

"Au fait merci !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 607
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Mar 15 Mai - 20:38

Tristan bouillait intérieurement. Ah il était bien dur de rester calme et docile. Il avait oublié cette attitude en prison. Après tout, les seules fois où il l’était, c’était pour être conciliant, jouer un jeu, celui des femmes ou juste quand il voulait obtenir ce qu’il voulait… Donc en fait c’est vrai généralement des femmes.
D’ordinaire, son charme était bien suffisant.
Comment résister après tout à cet air un peu voyou mais qui n’avait rien non plus de méchant. Du moins un doux méchant ? Comment pour une jeune fille admirative des hommes braves et courageux qui risquaient leur vie pour leurs idéaux, résister à ce grand gredin au regard de braise ?

Il était rassurant, même s’il était recherché. D’ailleurs ceux qui l’avaient dénoncé aux Chasseurs de prime n’étaient jamais des femmes. Même les vieilles dames semblaient avoir un bon instinct et comprendre qu’il n’était pas vraiment dangereux pour les villageois, qu’il n’était que de passage, ne voulait faire de mal à personne.
Ses sourires anéantissaient aux yeux de bien des jeunes femmes, toutes les accusations qui pesaient sur lui. Difficile d’y croire… Il avait l’air courageux, droit, un bon combattant et même si les regards qu’il posait sur les femmes n’avaient rien d’innocent, pourquoi se méfier ?

Pourtant la jeune directrice avait raison pour sa part d’avoir quelques réticences à lui faire confiance. Il comprenait et même respectait cette attitude. C’était normal de la part d’un mage. Ceux-ci après tout était habitué à réfléchir, à analyser les situations. Elle devait tout de même avoir quelques notions sur lui. Parce qu’elle s’était crispée en entendant son nom, pas avant… avant même légèrement méfiante elle n’avait pas ce regard.
Il était surpris en réalité. Tristan avait l’habitude de voir, même chez celles qui se retenaient, au moins de l’admiration. Il y avait souvent cette lueur de curiosité, d’intérêt vif. Il plaisait aux femmes, il le savait.

Oui, Tristan avait confiance de son charme, parce qu’il l’utilisait et avait vite compris que ce charme justement pouvait lui sauver la mise. Or Cassidy était différente. Elle se méfiait mais sans être cruelle. Elle se méfiait oui… mais sans vouloir lui faire du mal pour l’heure du moins. Il ne détectait aucun sadisme chez elle. Au contraire elle semblait gentille, un peu trop sans doute. Elle lui parlait gentiment et essayait de lui montrer son rêve, le lui faire comprendre, accepter… Ce beau et doux rêve.
La gentillesse, ceci, lui s’en méfiait. Pourquoi serait-elle gentille avec lui après tout ? Elle n’avait absolument aucune raison de l’être, elle devait bien au contraire être sa geôlière et donc lui tirer les vers du nez, pas faire ami-amie et lui démontrer qu’il avait tout à gagner en s’investissant dans sa nouvelle prison.

Et puis quoi encore ?!
La gentillesse c’était pour les faibles ! La gentillesse c’était ce qui apportait les déceptions, les blessures, les trahisons. Ca ne servait à rien à par faire du mal. Elle était une femme et avait l’air tout de même un minimum expérimentée de la vie alors pourquoi ? Pourquoi cherchait-elle à être gentille avec lui ?! Si elle essayait avec lui, elle se heurterait à un mur ! Il allait falloir qu’elle comprenne qu’il ne mangeait pas de ce pain là, il ne céderait pas à ce genre de sentiment !

Non mais qu’est ce qu’elle imagine ?! Qu’en me faisant ces beaux yeux et en étant… gentille avec moi, je me jetterai à ses pieds et lui dévoilerai toute ma vie et mes plans contre les Cheistams ?! Et puis quoi encore ?!

Il ne disait rien bien entendu.
Il le pensait juste. Mais même s’il le pensait, il n’était pas tout à fait honnête envers lui-même. Parce que bien sûr il n’avait pas l’intention de relâcher sa vigilance et bien sûr elle ne l’aurait pas ainsi mais… après tout, cette gentillesse était surprenante non ? Elle était du côté des Cheistams. Elle savait qu’il n’était pas un jeune guerrier trouillard, qu’il avait versé beaucoup de sang et engendré des larmes, qu’il était considéré comme un sacré combattant, enfin peut-être, alors pourquoi était-elle aussi gentille ? Il la sonda du regard. Tout dans son visage reflétait la douceur, ne détonnait que cette légère méfiance dans son regard, mais si légère comparée à cette soif d’apprendre, de communiquer. Oui son rêve de donner sa chance à chacun se reflétait sur ses traits.

Cette école c’était un rêve, un rêve fou, pas le moins du monde orthodoxe, un rêve pareil si jeune ? Oui elle était impressionnante cette jeune femme… avec ses convictions, ses envies, cette gentillesse.
Il secoua la tête, refusant de se prendre à ce jeu.
Il se recentra rapidement sur elle parce qu’elle lui demandait pour sa lettre. Il lui répondit et fronça les sourcils devant sa réaction. Flûte alors, elle n’avait pas l’air choquée le moins du monde. Pas du tout de chez pas du tout en fait. Elle n’était apparemment pas pour.
Il eut un sourire espiègle.

- Mh… Dame Maud n’a pas besoin de savoir où je suis et si vous le souhaitez je vous laisse rédiger cette lettre pour faire en sorte qu’il n’y ait aucun code quel qu’il soit, juste vous dire à peu près ce que j’aimerai lui dire. Rassurez-vous damoiselle, je sais bien que personne ne doit savoir pour ma nouvelle « résidence ». Je sortirai d’ici oui… mais pas avec un système aussi tordu et lâche, croyez-moi.

Là, son sourire était devenu moqueur. Imaginer que lui allait avoir recours à une aide extérieure pareille ? Certainement pas ! Surtout pas en mêlant cette dame à cette affaire.

- Oh et son mari est tout à fait au courant pour information. Quoi de plus normal alors que lui-même n’a jamais été capable de satisfaire les demandes de sa femme ?

La gêner peut-être oui, mais en douceur tout de même.
Le reste bascula parce qu’en fait il n’eut pas le temps d’argumenter davantage la voyant trébucher. Sa réaction était simple, mais rapide et normale. Il sourit en se redressant. Il avait failli serrer les bras mais s’était retenu juste à temps, plutôt bien joué, là il était fier de lui.

- Regardez donc où vous mettez les pieds damoiselle, ça ne se fait pas de tomber ainsi quand on est directrice. Ne le faites pas devant les élèves sinon où ils vont jaser… j’aurais peut-être dû vous laisser tomber en fait, la vue aurait pu être intéressante.

Bah quoi, il allait pas non plus se montrer super gentil avec elle mais son sourire montrait qu’il ne pensait pas grand-chose de ses paroles.

- Allons, je n’ai rien contre une visite de tous ces lieux bien sûr, mais sans menottes ce serait mieux si vous voulez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 858
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 30

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Mer 16 Mai - 20:49

Cassidy n'était pas la première femme venue. Peut être que ses nombreuses années passées à étudier la magie, la mettant à l'écart de toute vie sociale l'ont rendu insensible aux charmes naturels de ces Messieurs. A vrai dire, le seul amour qu'elle avait pour l'instant, c'était pour son art magique. Une étrange relation diront nous. Mais pas du tout comme la jeune femme pourrait le considérer, car cette énergie fait partie d'elle au quotidien, c'est sa plus grande force, sa plus grande fierté aussi. Alors il fallait bien comprendre que malgré un homme doté d'un incroyable charisme, ce n'était pas cela qui allait lui faire lever le moindre petit sourcil. Mais si Cassidy avait un style d'homme particulier, ça serait celui que l'on cherchait à connaître, pas par rapport à son physique mais par rapport à son coeur essentiellement. Bon et ensuite on doit avouer que le physique aide bien les choses. Pourtant, ses ordres de priorité ne sont pas les mêmes.

Si Tristan le savait qu'elle n'était pas la première fille facile, simple à faire succomber et à tomber dans les bras. Il s'en mordrait les doigts. Car même en se pavanant autour, à user de tous les charmes de la séduction, la jeune femme ne serait pas le moins du monde emballée. Une proie difficile à atteindre. Et pour l'instant, Cassidy ne pensait vraiment pas à cela. Elle attendait le coup de coeur, le grand le beau, celui qui la ferait craquer petit à petit et qui ne la séduirait pas pour la séduire mais parce que les sentiments seront partagés. C'est beau de rêver ! Enfin, la jeune femme ne s'attarda pas plus dans ses pensées.

Cependant, la jeune femme était tout à fait sincère dans sa gentillesse, ce qui était parfois désarmant. Peut être aussi parce que dans sa solitude elle n'a jamais cherché à se rapprocher des autres, il ne lui est pas arrivé de croiser des personnes foncièrement mauvaises sauf des Kaärs. Car les villageois qu'elle aidait la remerciait même si certains étaient plus bourrus que d'autres. Elle avait toujours cherché à utiliser la manière douce mais savait tout aussi bien manier l'autorité et la sévérité, il ne fallait pas l'oublier. Et pourtant, la jeune femme considérait Tristan comme un semblable, du point de vue humanoïde, à la même hauteur et pour l'instant il n'y avait rien à voir avec les Cheistams. Même si il fallait le dire, elle voulait s'en débarrasser particulièrement vite. Enfin, tout reste à voir.

Alors le jeune homme insista sur cette histoire de lettre, et d'ailleurs, il se moqua d'elle au sujet d'une éventuelle sortie. Oui il ne cachait pas le fait qu'il allait sortir, c'était son objectif. D'ailleurs il fallait bien rappeler qu'il n'était pas là de son plein gré. Mais même cela ne fit pas réagir Cassidy qui ne semblait pas paniquée par le fait qu'il allait sortir d'ici. Au contraire, la jeune femme restait totalement calme. A moins de pouvoir utiliser la magie, ce qui n'était pas son cas, il ne pourrait pas sortir de ces enceintes aussi facilement, les remparts étaient entourés de runes de protection empêchant une entrée ou une sortie involontaire.

Cependant, elle ne voulait pas céder à cette avance. Enfin, pas tout de suite. Il ne s'agissait que d'une maîtresse, avait-il réellement des sentiments pour elle ? A en voir l'attitude du jeune homme, Cassidy en doutait. Alors pourquoi chercher à la rassurer ? Pour elle, il y avait anguille sous roche et puis, elle non plus n'allait pas se laisser faire. Il devait apprendre à être patient.

*Je commence comme ça et demain il rentre dans ma chambre. Non, il vaut mieux y aller progressivement. C'est quand même moi qui décide ici*

Alors même si il l'avait aidé à se redresser, même si elle lui en était reconnaissante, Cassidy ne voulait pas commencer à céder à tout, et encore moins pour ce style d'histoire qu'elle n'approuvait pas mais vraiment pas.
La jeune femme secoua donc la tête, sans craindre une quelconque réaction du Drakkari.

"Je suis désolée mais il faudra remettre cette lettre à plus tard. D'ici quelques jours ça sera très bien. Et encore... Du moins je n'oublie pas cette requête, alors si j'estime que c'est le bon moment, je vous le dirais. Cependant, pour vous donner une mesure, on va dire que lorsque la rénovation du mur extérieur droit du château sera prêt, avec votre contribution bien entendu, vous aurez cette autorisation"

Et elle fronça les yeux, croisant les bras, fière et droite telle le bras de la justice, une attitude oh combien détestable sûrement pour Tristan par rapport à ses idéaux.

"Dans ce cas laissez les s'expliquer ensemble. Ca ne sert à rien de se mêler à ça. Et puis, y a pas de sentiments, il n'y a rien. C'est juste des histoires... je n'arriverais jamais à comprendre les hommes qui réagissent de cette manière"

Ah pour ça, elle affirmait bien ses idées et sa vision des choses.

Après sa légère non chute, le Drakkari rattrapa ses paroles un peu plus piquantes et ironiques et teintée d'une pointe de perversité. Cassidy resta calme même si dans sa tête, ces simples paroles avaient eu l'effet d'une bombe. Pour un peu elle lui aurait bien donné une bonne gifle méritée. Mais on peut toujours juger cela comme un accident de parcours.

*Comment il ose dire çaaaaaaa ? Aaah ! Heureusement que je me retiens là, il n'aurait pas volé une gifle. Comment il imagine la vue ! Heureusement qu'il ne sait pas que je ne suis pas très à l'aise dénudée...*

Elle se contenta alors de quelques mots simples.

"Ce n'est pas très sympa de votre part"

Alors peut être que oui, son sourire témoignait qu'il plaisantait peut être en parlant de ça, mais pour Cassidy, les regards déplacés étaient bannis de son répertoire. Cela témoignait d'un léger malaise face à cette impression de se retrouver dans une mauvaise posture face à des élèves et se payer une bonne honte devant tout le monde. La grande et célèbre mage, la culotte à l'air ! Il ne manquerait plus que ça.

Cassidy regarda alors les menottes et fit mine de réfléchir. Si elle le libérait maintenant, il allait peut être agir et faire quelque chose pour retourner la situation. Mais si elle ne le faisait pas, il arriverait... et bien à vrai la demoiselle ne savait pas vraiment.

*Bon, on va voir ce qui se passe. De toute manière cela me permettra de juger son comportement sans menottes...*

Alors la jeune femme sortit la clé de sa poche avec un soupir et prit les mains du Drakkari, rudes et solides à côté de ses petites mains toutes fines pour déverrouiller la serrure qui maintenant ses poignets bloqués. Et là encore Cassidy ne le montra pas, mais cela lui fit de la peine pour le Drakkari qui avait du rester avec ces chaînes un bon moment.

*Réveilles toi ma grande ! Ses mains ont tués des gens, violés des femmes, c'est pas un innocent enfant de choeur que tu as en fasses de toi. Alors ne baisses pas la garde, surtout évite*

"Je vous préviens, ne faites surtout pas de geste brusques."

Elle était juste en face de lui, la tête baissée vers les menottes, la clé dans une main et examinant la serrure. Apparemment les Cheistams avaient utilisés un type de serrure complexe impossible à crocheter. C'était un matériel utilisé pour de grands ennemis. En même temps, Cassidy sentit la douceur des mains de Tristan malgré ce côté un peu abîmé sûrement à cause des derniers jours.

Enfin, elle ne s'attarda pas trop dessus, enfonça la clé dans la serrure et la tourna. Un cliquetis se fit entendre et les lourdes menottes tombèrent au sol, dans un petit nuage de poussière. Le Drakkari était enfin libre, et prêt à agir à sa guise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 607
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Jeu 17 Mai - 14:35

Contrairement à ce que pouvait penser la si jeune directrice qui marchait à ses côtés, Tristan commençait à la comprendre.
Même s’il pouvait paraître simplement comme un guerrier qui ne pensait que par la supériorité de la force, ce n’était pas du tout le cas. Enfin, en réalité, si, il comptait beaucoup sur la force physique, ce n’était pas pour rien qu’il était un guerrier et avait travaillé d’arrache-pied pour en arriver là. Mais il savait aussi très bien réfléchir.

C’était un jeune homme fonceur, tête brûlé et souvent imprudent. Mais lorsqu’il savait un combat perdu d’avance, malgré tout, il savait s’abstenir ou ruser. Après tout, il ne comptait pas mourir bêtement. Pour cette raison, cette façon de réfléchir, de s’y mettre tout simplement quand la situation l’exigeait et aussi et surtout même si justement la situation ne l’exigeait pas, il parvenait à surprendre ses adversaires, à mener le jeu et à gagner.
Alors bien sûr, il était lancé dans l’analyse de la jeune femme près de lui. Alors même qu’elle faisait certainement la même chose de son côté avec lui. Situation amusante non ?

Sans doute devait-elle se dire que pour l’instant il était bien sage et bien docile et aussi et surtout, comme souvent, qu’il ne ressemblait pas vraiment à un criminel. Un sourire nostalgique étira les lèvres du garçon. Non… il n’en avait pas l’air. Son beau visage avait été un atout de choix pour les Kaärs, il le savait, ils se servaient de ce bellâtre pour obtenir des informations. Son charisme naturel, la bonne humeur et l’énergie dont il pouvait faire preuve séduisait les moins méfiants et ses sourires faisaient le reste, du moins pour les femmes.
Oh bien sûr, il avait rencontré des « résistantes ». Leur attitude l’amusait.

C’est pourquoi le fait qu’il ne voit pas le moindre intérêt briller dans les yeux de la directrice le surprenait bien sûr, mais l’amusait aussi. Intéressant… Non, elle n’avait rien d’une jeune femme aux abois tombant sous les charmes du premier venu capable d’un sourire éblouissant et d’un regard déstabilisant.
Cette jeune femme avait de la réserve et plus encore elle résistait sans mal. S’il s’avérait qu’il était tout de même un peu frustré d’être ignoré de la sorte, Tristan était aussi amusé par cette attitude, surpris oui mais pas en mal. C’était comme un petit défi. Du coup, se montrer docile avait tout un intérêt. Voyons ce qui plaisait à la jeune femme. En se montrant particulièrement gentil, du moins plus que d’habitude et calme, peut-être qu’elle allait finir par baisser un peu sa garde.

Oui sa gentillesse avait l’air tout à fait honnête. C’était même plus que ça… Elle était naturelle cette fille. Cela se voyait parfaitement sur son visage. Il en était aussi surpris, peut-être même saisi. Cette humanité pouvait être agaçante c’est vrai et il avait du mal à la comprendre mais au moins était-elle vraie dans ce qu’elle disait et faisait. Cette attitude restait rare, surtout chez ceux ayant un minimum de pouvoir. Et en tant que directrice d’une future Académie, il était clair qu’elle en avait.
Mais surtout ce qui le surprenait c’était qu’elle était apparemment du côté des Cheistams. Ceux-là mêmes qui s’étaient efforcés de lui soutirer des informations, chaque fois plus violemment. Et puis il n’était pas connu pour autre chose que la cruauté de sa faction. Pourquoi diable ne s’en préoccupait-elle pas ? Ou semblait-elle si peu inquiète, si peu embarrassée…si gentille ?

Enfin bien sûr, elle ne lui faisait pas confiance, ça se voyait dans ses gestes et elle était certainement mal à l’aise avec les hommes, vu la façon dont elle s’écartait quand lui s’approchait. Mais tout de même… Etait-ce donc réellement ceci le plan de ses ennemis ? Le ramollir, utiliser la gentillesse puisque la force et la haine n’avaient pas fonctionnées ? Il l’observa à la dérobée. Peut-être même qu’elle n’en savait rien. Elle avait fixé ses menottes avec dégoût, ce n’était pas l’attitude de quelqu’un approuvant la violence.
Décidément, cette fille était intéressante oui. Sans doute plus qu’elle-même ne pouvait s’en apercevoir.

Tristan l’avait donc rattrapée et sa mâchoire s’était crispée.
Flûte alors, c’était limite, heureusement qu’elle n’avait rien remarqué. Certes, il s’était placé rapidement devant elle, agissant tout simplement par réflexe alors qu’elle risquait de se blesser. Il n’allait tout de même pas laisser ceci arriver sans rien tenter !
Mais alors qu’elle n’était pas bien effet ce petit bout de femme, il avait dû reculer pour accuser le choc. Pourtant il n’était pas violent mais lorsqu’elle avait heurté son torse, il avait tressaillit sous la douleur. Aie… Il ne s’attendait pas à avoir tant faibli. Heureusement qu’il ne lui avait pas laissé le temps de s’en apercevoir, passant les bras autour d’elle pour éviter qu’elle ne tombe en arrière cette fois et les retirant tout aussi rapidement.
Certes le garçon aurait pu profiter de la situation, la maintenir ainsi contre lui avec un sourire provoquant et peut-être même tenter une nouvelle approche, mais il était plus préoccupé par son état et surtout occupé à essayer de se montrer calme et docile pour l’heure pour agir ainsi.

Le plus agaçant ? Ce type de contact lui avait manqué, même s’il n’était pas prêt de l’avouer. Ce ne serait pas si simple de jouer ce jeu. Et puis… plus elle résistait, plus il la trouvait intéressante et donc… eh bien attirante, plus il userait de ses sourires et sans doute plus elle l’ignorerait. Fichu cercle vicieux.

Tsss ! Reprends toi mon vieux ! Ce n’est qu’une fille, ça ne vaut pas le coup de se faire avoir !


Non sans doute pas. Malgré son geste elle opposa un refus catégorique à sa lettre et il fronça les sourcils. Tiens tiens ! Elle était plus forte que ce qu’il imaginait. Bien sûr il n’avait pas l’intention de fuir maintenant, avant tout, il devait reprendre des forces et pallier cet enfermement ramollissant vécu chez les Cheistams. Mais en tous les cas elle ne voulait pas qu’il envoie sa lettre, du moins pas tout de suite. La mâchoire du garçon se crispa mais il ne dit rien. Par contre, en compensation, elle sembla d’accord pour lui enlever ses menottes, requête qu’il ne s’attendait pas à voir accepter même s’il en était ravi. Tristan s’immobilisa donc, la laissant trifouiller la serrure et ne bougea pas d’un pouce pour ne pas lui compliquer la tâche. Même s’il avait à nouveau tressaillit quand elle avait pris ses poignets et même si à présent, alors qu’il l’observait tourner la clef, il souriait de la voir si proche. Son visage était plus fin que ce qu’il pensait. Elle devait faire tourner bien des têtes.

Enfin les menottes tombèrent et le garçon bougea aussitôt les bras, les étirant de chaque côté de son corps en poussant un soupir de bien-être. D’ailleurs les gardes avaient été prudents et les avaient choisies légèrement plus petites que la taille des poignets du jeune homme à voir les profondes marques rouges violacées sur ses poignets. Mais il ne s’en préoccupait que peu pour sa part, les frottant vigoureusement pour chasser l’engourdissement.
Ca faisait du bien d’être libre.
Il se tourna vers la jeune fille avec un sourire qui n’augurait rien de bon et se mit à rire, se rattrapant de l’histoire de la lettre.

- Ah ! D’accord, d’accord. Mettre une condition est plutôt pas mal. Soit, je vais vous le construire ce mur. Un peu de travail physique me fera le plus grand bien, je n’ai absolument rien contre. Merci pour ces menottes, ça commençait à tirailler un peu.

Il se baissa et les ramassa, les balançant sur son épaule comme si de rien n’était.

- C’est pas léger léger alors je vais les porter jusqu’au bâtiment. Ne vous inquiétez donc pas, je ne peux rien faire de louche avec et tenez, reprenez la clef comme ça rien à craindre…Ah oui j’oubliais.

Il se baissa, s’accroupissant au sol et tira soudainement de sa botte un couteau d’une douzaine de centimètres. Le soupesant d’un air ravi de retrouver une lame, il leva le bras et d’un mouvement rapide tailla dans sa frange rougeoyante avant de sourire d’un air d’autant plus heureux. C’était un peu inégale et n’importe comment mais au lieu de paraître mal fait, cela semblait tout à fait exprès et surtout ça donnait un petit air négligé renforçant le côté rebelle mais séduisant de son visage.

- Ahhh on voit mieux là !

En effet, sa frange lui tombait sérieusement devant les yeux peu avant alors à présent, il voyait bien mieux, c’était certain. Le jeune homme tourna les yeux vers Cassidy et surprit son regard. Elle semblait suivre chacun de ses gestes avec une méfiance accrue. Et quoi de plus normal. Il tenait une arme et savait certainement très bien se servir d’un couteau, aussi petit qu’il soit. Il se remit à rire et le saisit par la lame, tendant la garde à la jeune femme levant l’autre comme s’il se rendait. Oui il aurait pu la garder et c'était bien étrange sans doute qu'il la sorte maintenant...mais en tous les cas il ne semblait pas vouloir donc utiliser la ruse ou la tromperie pour l'heure.

- Ne vous inquiétez pas, je vous le donne de suite. Oui oui, ils m’ont bien fouillé, mais j’ai piqué son couteau à un des gardes tout à l’heure, le grand dadais à l’air débile. Il avait refusé de me laisser couper ma frange… ce n’est pas très gentil, je n’y voyais plus grand-chose moi !

Cette fois le ton était un peu boudeur, comme un petit garçon en train de s’expliquer. Non ce n’était pas une tentative d’attaque ni rien. D’ailleurs pour le prouver il mit simplement un genou en terre, se retrouvant l’espace d’un instant plus petit qu’elle pour démontrer qu’il ne tentait rien, que ce n’était pas un piège et qu’il lui rendait vraiment l’arme.
Son sourire s’élargit. Il l’avait trouvé tout à fait adorable alors qu’elle se plantait devant lui, oui, comme une justicière, prête à défendre ses idéaux et à s’opposer à la fougue et désobéissance des Drakkaris et en particulier de celui-ci. Avec sa petite taille, son corps mince elle ne semblait pas bien dangereuse, même s’il savait justement qu’elle était une mage et donc savait se défendre. Mais alors qu’elle n’avait pas son bâton et semblait juste stoïque par sa volonté. On ne pouvait pas tout simplement la trouver mignonne.
Oui… elle l’était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 858
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 30

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Jeu 17 Mai - 20:38


Cassidy pouvait tout avoir d'une Cheistam. Et pourtant, la jeune femme n'en était pas une. En effet, elle approuvait de près ou de loin leurs décisions et idées car ce groupe d'individus tentent de faire revenir un certain équilibre depuis la disparition des Gardiens. C'est ce qu'elle avait lu dans les livres d'histoire lorsqu'elle s'était penchée dessus. Et pourtant, la jeune femme aurait fait une très bonne Cheistam pour les principes qu'elle respectait. Aider son prochain, être généreuse, et ne pas se laisser se laisser tenter par la facilité et la recherche du pouvoir des Kaärs. A vrai dire, tout cela, elle l'avait aussi appris avec son maître, ancien Cheistam mais il s'était retiré des rangs lorsqu'il fut en âge de penser à autre chose que les missions commando, les raids, et autres missions bien dangereuses.

Selon son maître, il fallait trouver la voie qui convenait à tout Ascadien. C'est pourquoi Cassidy, malgré les demandes des Cheistams, avait préféré resté neutre, ne souhaitant pas s'interposer dans ces affaires. En effet, elle ne voulait pas non plus qu'on profite d'elle pour des actions déplacées. Même si les valeurs des Cheistams étaient bonnes, ce n'est pas comme ça que Cassidy voyait sa vie. Alors certes, aujourd'hui, elle passait bien pour une Cheistam, l'opposé de Tristan qui servait les Kaärs, et pourtant il n'en était rien. Tout simplement parce que les Cheistams avaient vu plusieurs raisons à l'incarcération de ce prisonnier dans ce lieu. D'abord, le fait que Cassidy était une puissante mage, pouvant facilement maîtriser un guerrier de ce type là, ensuite ils étaient sur un territoire neutre donc les conflits entre les factions ne pouvaient pas se dérouler sur cette terre sacré. Et pour finir, encore d'autres raisons qui ont été expliqués très brièvement à la jeune femme.

Les sourires de Tristan n'avaient en effet sur la jeune femme qui se contentait de rester calme, silencieuse, parfois même dans sa tête elle se demandait si c'était un comportement normal même si le jeune homme était habitué à faire cette sorte de cour et de charme à toutes les filles. Oh oui pour ça, il était plutôt bien bâti pour séduire n'importe qui. Et cela se voyait qu'il profitait avec aisance de sa situation et de son beau physique. Et pourtant aujourd'hui, il se heurtait à un gros mur imposé par ce petit bout de femme, nullement intéressée par ses paroles, ses mots galants, son charme. Non aucun rougissement, aucun regard exprimant des émotions amoureuses, il n'y avait rien de cela chez Cassidy.

Pourtant, la jeune femme sentait au fond d'elle qu'il y avait un petit truc chez Tristan qui pourrait éventuellement la faire craquer un jour. Mais cela ne restait qu'une supposition très brève et la jeune femme se refusa d'en penser d'avantage. Elle n'était pas là pour tomber amoureuse, et encore moins d'un Kaär.

Lorsqu'elle exprima un refus catégorique pour la lettre, Cassidy vit Tristan froncer les sourcils, comme elle n'acceptait pas pour la lettre. D'ailleurs son sourire n'était pas très encourageant bien qu'il répondit sur la positive en acceptant d'effectuer la tâche tout en la remerciant pour les menottes qu'elle venait de lui ôter. La jeune femme allait bientôt voir comment le Drakkari allait se comporter avec un peu plus de liberté. Et alors qu'elle s'attendait peut être injustement à quelqu'un qui lui saute dessus, qu'il parte en courant vers le portail, Tristan ne bougea pas d'un pouce sauf pour masser ses poignées qui avaient subi la pression de ses fers.

*Je pense qu'il est assez intelligent pour savoir qu'on ne sorte pas de cet endroit comme ça. Après tout, il sait que je suis une mage, peut être qu'il me connaît par les rumeurs. Oh, je pense que si il essaie de s'évader, ça sera par la ruse. Mais sans moi... A moins de le surveiller...*

En effet la jeune femme cherchait la manière dont il allait réussir à sortir. Et pour le moment, elle voyait éventuellement la complicité d'un élève ou d'un professeur qui pourrait le faire sortir d'ici en toute discrétion. Mais Cassidy pensa que cela ne pouvait pas lui faire de mal d'être enfermé dans cet endroit, au moins il ne pourrait pas faire de mal ou commettre ses méfaits et il allait pouvoir se rendre utile avec du travail. Car au fond d'elle Cassidy pensait toujours qu'il y avait un moyen de faire des choses bien.

Elle se mit à sourire doucement quand il la remercia. Un sourire qui illumina son beau visage, simple et sans prétention. Finalement ce n'était pas si difficile que ça. Alors la jeune femme haussa les épaules.

"Vous savez, je ne suis pas pour certaines actions des Cheistams. Mais à vrai dire, quant à votre enfermement ici, je n'ai pas vraiment eu le choix en fait"

Cassidy ne savait pas comme il allait prendre ces paroles mais au moins, elle préférait être sûre avec lui. La jeune femme replaça une de ses mèches blondes derrière son oreille tout en le fixant doucement sans pour autant le dévisager.

"Mais voyons le bon côté des choses, vous ne serez pas tenté de commettre des crimes. Enfin... pas des choses de très grande ampleur. J'espère juste que vous ne chercherez pas à blesser les élèves, vous comprendrez que je ne serais pas très compréhensive à ce sujet"

Devait-elle parler de son idée de le faire parler ? Que c'était ce que les Cheistams lui avaient demandé ? Parce que là elle se sentait un peu mal par rapport à lui de ne pas dire la vérité sur les véritables intentions de sa détention ici. Mais Cassidy savait très bien qu'il n'était pas naïf à ce point, après tous, les Cheistams avaient aussi tenté de le faire parler avant de l'envoyer ici. Le faire faire des travaux d'intérêt général était une douce utopie. Pourtant, Cassidy n'était pas bête, et elle se répétait à chaque fois qu'il était capable de faire de mauvaises choses, que c'était déjà arrivé et qu'il ne s'agissait que d'une question de temps avant qu'il ne recommence.

Cependant, elle n'avait pas l'intention de le faire parler tout de suite. Peut être que ce n'était pas dans sa nature de questionner comme ça et pourtant, c'était pour la bonne cause. Elle se rappelait qu'un des chefs des Cheistams avait évoqué l'importance des informations, pour découvrir les généraux des Kaärs et ainsi mieux comprendre leurs plans actuels. Après tout, c'était pour l'équilibre. Pourtant, Cassidy se livrait un combat intérieur, toujours en train de se demander ce qu'il fallait faire. Et l'attitude du Drakkari était pour l'instant trop gentille pour qu'elle resserre l'étau. Encore si il avait été violent, brusque, la jeune femme aurait été plus ferme. Mais là que faire de plus ?

Sur ce, la jeune femme vit Tristan ramassé les menottes pour les mettre sur ses épaules. Cela lui parut étrange mais après réflexion, c'était pas plus mal car au moins, cela ne traînait pas dans le passage. Cassidy aurait très bien pu les faire disparaître pour les mettre dans un coin en attendant mais elle n'en eut pas le temps alors que le Drakkari avait déjà posé les menottes sur son dos. Elle eut un petit sourire amusé et taquin tout en le regardant faire.

"Vous comptez les garder en souvenir ?"

Elle redressa la tête, passant une main dans ses cheveux blonds comme elle aimait le faire pour être plus à l'aise.
Cependant, la jeune femme le vit sortir de sa botte une fine dague avec un sourire ravi. Visiblement le contact des armes lui avait manqué.

*Comment il l'a obtenu ? Il était menotté ? Il a l'air plein de surprises ce Drakkari...*

Cassidy ne fit pas un geste, ne bougea pas, ne montrant aucune réaction craintive lorsqu'il sortit cette arme. Peut être qu'un des Cheistams aurait crié et l'aurait plaqué directement au sol, les armes étant interdites pour le jeune homme. Si Cassidy était plus impulsive, elle l'aurait directement désarmé pour ne pas prendre de risque. Mais par ce simple calme et sans son bâton, elle inspirait un certain respect montrant ainsi qu'elle n'était pas impressionnée du tout par une quelconque attitude offensive.

*Heureusement qu'il ne sait pas que sans mon bâton, je ne peux pas lancer les sorts les plus lourds. Je peux quand même le maîtriser avec quelques simples mots et tracage de runes mais rien de bien sorcier. Enfin j'ai quand même quelques astuces...*

Oui la jeune femme pouvait se défendre, mais à savoir le temps qu'elle pouvait tenir sans son bâton était difficile à définir. Au pire des cas elle pourrait toujours faire une invocation inversée pour ramener le bâton jusqu'à elle mais cela lui pompait pas mal d'énergie et ne devait être utilisé qu'en cas d'urgence. Une botte qui lui permettait de se sortir de bien des situations.

Cependant, la seule chose que Tristan se contenta de faire, c'était de couper sa frange. Cela lui donnait un côté carrément séduisant même si ses yeux ressemblaient à ceux des Nekos. Bien sûr, Cassidy n'en dit rien car elle n'aimait pas se moquer gratuitement et sans raison mais elle trouvait que cela lui donnait un petit côté rebelle qui lui plaisait bien. Et pourtant, la jeune femme ne réagit même pas.

"Combien de temps vous ont-ils gardé enfermé ?"

En effet, une mèche ne pouvait pas pousser aussi vite. Cela devait faire quand même un bon mois que les Cheistams le retenait captif.

Et lorsqu'il expliqua la raison et comment il avait obtenu l'arme, Cassidy eut un petit rire chaleureux pour détendre l'atmosphère. Décidémment ce Drakkari avait du répondant. Elle trouvait cela plutôt mignon sa façon de dire les choses et sans aucun détour.

"Vous êtes bien surprenant Messire Tristan. Arriver à récupérer une arme, les mains liées et sans que le garde le voit, c'était bien joué"

Oui elle pouvait tout à fait reconnaître que le jeune homme réservait quelques surprises et devait pouvoir agir sans éveiller de soupçons ou de méfiance. Si ça se trouve, il lui avait même piquer un objet au passage, bien que la jeune femme ne conservait rien à part quelques miettes de biscuit au fond de sa poche, le reste se trouvant dans ce bureau.

Elle reprit un soupçon de sérieux, pour ne pas montrer qu'elle était totalement d'accord avec son geste, et surtout, pour ne pas se montrer trop détendue face à lui.

"Bref, enfin, cela ne veut pas dire que c'est une chose à faire tous les jours. Je pense que je vais penser surveiller mes poches maintenant. Bien que vous ne trouverez à l'heure actuelle que quelques miettes de biscuits..."

Bon là elle poussait un peu loin et montrait que derrière le sérieux, se trouvait une femme qui aimait quand même parler et avait son sens de l'humour bien à elle. Tristan lui tendit alors l'arme et la jeune femme le regarda. En général, elle n'était pas très à l'aise avec ce style de chose, n'aimant pas les armes coupantes et tranchantes. Cependant elle ne fit pas la difficile et prit l'arme pour la garder dans la main. Car en effet la jeune femme n'avait pas de ceinture et ses poches étaient trop petites.

"Merci" se contenta-t-elle simplement de dire tout en gardant l'arme dans sa main et appréciant le geste.

Sur ce, la jeune femme fit mine de réfléchir en regardant les alentours avant de reporter son attention sur Tristan.

"En règle générale, le trajet pour venir jusqu'ici passe par les jardins puis le hall d'entrée et après la chambre pour pouvoir se reposer mais je peux bien faire une exception si vous préférez visiter un autre endroit en ma compagnie"

Elle semblait réfléchir à des lieux qu'elle pourrait lui présenter.

"Que préférez vous donc ? Un petit tour à l'extérieur ? Ou préférez vous rentrer à l'intérieur pour pouvoir profiter de votre nouvelle chambre et ainsi vous reposer tranquillement ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 607
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Ven 18 Mai - 10:06

Non, Tristan n’avait rien tenté de mesquin ou de stupide lorsqu’elle l’avait libéré. Tout simplement parce qu’il était loin de l’être. On ne pouvait pas l’avoir envoyé ici sans que ce soit un lieu donc s’échapper s’avérerait être toute une épreuve.
Les chefs des Cheistams n’étaient pas stupides et malgré son jeune âge, ils prenaient ce jeune guerrier très au sérieux. Chose pour laquelle le garçon était tout de même fier. Ainsi il les inquiétait ? Tant mieux ça avait été le moteur de son existence pendant des années, cette possible crainte inspirée.

Alors non, foncer tête baissée vers un mur en priant pour se transformer en oiseau n’était pas à l’ordre du jour. Et puis quel intérêt, quelle chances aurait-il eu de réussir.
L’emprisonnement l’avait considérablement affaibli et ramolli, il ne pouvait pas décemment penser pouvoir s’échapper dans cet état, ça c’était faire preuve d’impertinence mais surtout de prétention, beaucoup de prétention.
Au contraire, il devait reprendre des forces.
A quoi pensaient donc les Cheistams ? Pensaient-ils que s’il se sentait en sécurité dans ce lieu, il deviendrait bavard et raconterait tout à la jolie demoiselle près de lui ?

Et d’ailleurs elle… N’était-elle pas à leur service ? Peut-être était-ce juste une excellente comédienne, sélectionnée pour son beau visage innocent et sa démarche peut-être pas des plus féminines mais un peu touchante. Savaient-ils que cette façon de rester indifférente à ses sourires et son physique l’agacerait oui mais pas autant que le surprendrait, l’amuserait et… lui plairait un peu dans un sens ?
N’était-elle là que pour ça ? Faire semblant ? Toute cette histoire d’Académie était-elle seulement vraie ?!

Il fixa la jolie jeune femme. Ce regard là était bien trop innocent… On avait plus ce regard à son âge… depuis bien longtemps normalement. Et pourtant…
Il avait entendu, sans y prêter plus que cela attention, parler de cette école. Le jeune homme n’avait pas retenu le nom bien sûr parce que cela ne l’intéressait pas du tout mais le principe plaisait beaucoup dans les villages où on l’évoquait. Ce n’était donc pas un mensonge, au moins ceci du moins. D’ailleurs il se souvenait que ses camarades Kaärs avaient voulu s’y rendre. Après tout de ce qu’on disait, s’y trouvait une jeune femme plutôt charmante, une mage.
Leur idée il l’avait tout de suite comprise : même si elle s’avérait puissante elle ne pourrait pas tous les contenir, finirait par perdre… Alors sans doute détruiraient-ils son œuvre avant de s’en prendre à elle. Cette simple idée les faisait frissonner et rire d’avance, d’un rire mauvais.

Il s’y était opposé sans autre forme de procès et même s’il était plus jeune que certains, ses camarades avaient obéi, surpris par son regard glacial et son simple « hors de question ». Le jeune homme n’avait pas donné plus d’explications. Il pensa avec un certain amusement que s’il avait validé cette idée, cette Académie ne serait plus que ruines et sa propriétaire… ne serait certainement pas en meilleur état. Lui ne serait pas prisonnier ici. Oh bien sûr il n’allait pas le lui dire, du moins pas tout de suite, faire planer la menace plus tard peut-être.
Tristan fixa son visage. Finalement il avait eu une bonne idée de faire avorter ce projet. Outre le fait que cette frêle jeune femme avait l’air bien plus puissante que ce que les apparences préjugeaient, cela aurait été bien dommage de s’en prendre à elle.

Oui… ça aurait été dommages que ces crétins la touchent… Tsss… Ils ne méritent pas une telle dame, aussi étrange soit-elle

Elle l’observait alors qu’il se frottait les poignets et il ne réagit pas. De ce qu’elle disait, elle n’approuvait donc pas toutes les méthodes Cheistams. Nouvelle tentative pour l’attendrir, l’attirer dans cet étrange piège ou sincérité certaine. Il lui jeta un coup d’œil. Ah… cette fille était bien trop honnête pour mentir, il en était certain. Elle lui évoquait tellement cette petite fille lui faisant la morale en école élémentaire que son estomac se noua un peu.
Comme elle évoquait les crimes, son visage se ferma tandis qu’un sourire étrange se dessinait sur son visage. Un peu contrit, comme résigné, amusé d’une noire plaisanterie alors qu’il marmonnait entre ses dents, son regard se perdant dans le vague.

- Des crimes hein… oui bien sûr… nous verrons

Elle évoqua les menottes qu’il avait ramassé et qu’il comptait simplement lui rendre une fois à l’intérieur, n’en ayant pas l’usage mais refusant tout net que la jeune femme se charge de ce poids inutile et encombrant. Mais bon, ça il n’allait pas le dire clairement non plus. Il ne manquerait plus qu’elle le prenne pour un galant !
Par contre le sourire étrange fut aussitôt de retour même si là il la regarda directement dans les yeux, pas par provocation, juste pour lui répondre.

- Un souvenir… oui de ceux que l'on enterre.

L’instant d’après, c’est vrai, il sortait le couteau « emprunté » et coupait d’un geste adroit sa frange qui était déjà pas mal désordonnée c’est vrai mais beaucoup plus longue. Le jeune homme l’ébouriffa rapidement, content de voir un peu mieux sans doute et sourit, ravi de s’y retrouver un peu plus. En fait c’était un geste comme ceux qu’il faisait souvent… sans hésitation, sans crainte, sans se soucier du regard des autres et sans prendre en compte l’image que cela pouvait donner de lui. Il avait juste agi comme s’il était tout seul et pas un instant ne pensa à menacer la jeune mage. Tsss, qu’aurait-il fait avec un simple couteau contre un maître de magie ? Il lui aurait sauté dessus ? L’aurait fait tomber par terre appuyant sa lame contre sa gorge ? En aurait profité pour se rincer l’œil et sans doute plus ? Tsss, bonjour la bonne attitude qu’il souhaitait avoir pour l’heure. Ainsi il lui tendit simplement l’arme dès qu’il eut fini sans faire le moindre geste brusque.

Elle le prit alors au dépourvu en demandant combien de temps il avait passé chez les Cheistams mais aussi en « admirant » le fait qu’il ait pu s’emparer d’une arme alors même qu’il était menotté. La surprise était telle qu’il ne répondit pas, se contentant de se redresser en la fixant, incrédule. Ainsi donc elle n’était vraiment pas une Cheistam ? Ses camarades auraient été certainement bien plus lents à la détente mais en demandant avec autant d’honnêteté dans la voix le temps qu’il avait passé chez eux elle avouait qu’elle n’en savait rien. Or… elle ne pouvait pas en faire partie, être si hautement placées aux vues de sa création d’une académie et ne pas savoir. C’était un point intéressant à retenir.

Bon d’accord, la vérité, la vraie surprise n’était pas celle évoquée ci-dessus.
Bien sûr il notait cette idée mais… elle lui avait souri. Jusqu’ici elle s’était contentée d’être très cordiale certes, un peu trop sans doute mais elle n’avait pas souri, ni à ses sourires, ni à ses paroles, ni à ses regards. Et là, elle souriait alors qu’il parlait honnêtement, agissait sans détour ni hésitation. Elle souriait comme si elle était amusée et il devait bien avouer qu’elle avait un sourire des plus adorables. Le genre de petits sourires innocents qui vous met des pierres dans l’estomac et des frissons dans la nuque. Elle avait donc de l’humour ?
Surpris que son attitude et ce petit vol de vengeance soit aussi bien pris il ne répondit pas, se contentant de l’observer, la mâchoire crispée.

Surtout qu’elle venait d’en rajouter une couche en continuant avec ce même sourire à soutenir qu’elle devrait surveiller ses poches. Ainsi donc elle savait aussi plaisanter. Eh bien voilà qui le surprenait. Après l’attitude si sérieuse et un peu morne dont elle avait fait preuve il ne s’attendait plus à un tel miracle. Son sourire revint. Il arrivait enfin à se reprendre et poussa un soupir de lassitude.

- Il n’y a pas de quoi être fier pourtant. Ce n’est qu’un petit tour de passe-passe qu’un ami voleur m’a enseigné mais je ne suis vraiment pas doué. C’était très faisable avec ce grand dadais stupide, du moins avec une diversion, mais non envisageable avec son collègue. Oh et… juste au passage, ce n’était qu’une vengeance, ce n’est pas tellement dans mes habitudes d’agir ainsi alors ne vous en faites pas pour vos poches… et puis si je devais user d’une telle techniques avec une femme, ce ne sont pas ses poches que j’irais fouiller.

La dernière phrase avait été ajoutée avec un ton très net de provocation et un sourire à nouveau très séduisant, un brin innocent. Difficile de savoir si le jeune homme pensait vraiment ce qu’il disait ou si ce n’était pas plus tôt des paroles sans prétention lancées à la volée. En tous les cas il nota une nouvelle idée. La jolie jeune femme aimait donc les gâteaux, une gourmande donc… pas si simple à deviner vu son corps mince, elle devait être de celles qui arrivent à être raisonnables… mais qui craquent aussi devant une belle pâtisserie leur faisant les yeux doux. Ca le rassurait un peu. Voilà donc pourquoi elle restait si insensible à ses sourires. Il ne ressemblait pas vraiment à un gâteau après tout.

Il lui sourit gentiment, comme s’il avait déjà oublié ce qu’il avait dit alors qu’il avait cru la voir se crisper légèrement. Mais sans doute n’était-ce qu’une impression. Par contre à la suite de ses propositions il eut à nouveau une drôle de réaction. En effet, faisant tomber les menottes au sol, il s’approcha très près d’elle, l’observant reculer en s’approchant toujours plus et une fois près d’un arbre, l’ignora superbement pour saisir une branche et se hisser sans mal bien plus haut, fixant les environs.

- Eh bien eh bien ! Ca m’a l’air très grand, plus que ce que j’imaginais.
Commenta t-il de bien plus haut.

Juste après il descendit et sauta souplement au sol avant de se laisser tomber en arrière dans l’herbe, fermant les yeux, un air heureux au visage, caressant d’une main le sol et les brins relativement longs sur lesquels il s’était allongé. Eh bien oui, il avait été enfermé bien longtemps et retrouver l’extérieur, l’herbe, les arbres était un vrai plaisir. Il lui sourit les yeux toujours fermés.

- Je suis pour une visite de l’extérieur encore, allons où vous voulez, moi je ne connais pas grand-chose d’ici… Oh et pour répondre à votre question de tout à l’heure.

Il ouvrit les yeux l’air soudain beaucoup moins heureux, le regard presque sombre.

- Je ne compte pas évoquer ni la durée, ni ce qui s’est passé, de et durant mon emprisonnement. Ce fut juste bien assez long pour que j’aie le temps de m’ennuyer.

Il soupira et se redressa comme si de rien n’était. Il n’avait pas l’intention d’attirer la moindre compassion après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassidy Herediane
Directrice de l'Académie Hysandra
avatar

Messages : 858
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 30

Feuille de personnage
Race: Humain Ascadian
Royaume: Territoire Neutre
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Ven 18 Mai - 13:14

Cassidy pouvait le reconnaître. Le garçon qui était en face d'elle était vraiment intéressant. Etait-ce vraiment un Kaär ? Des interrogations et des doutes qu'elle se posait. Et pourtant bien sûr que oui, elle n'ignorait pas que son casier judiciaire n'était pas du tout vierge. Cela rendait les choses difficiles. Comment se conduire sévèrement et passer pour quelqu'un de strict quand la personne en face ne montrait aucune animosité ni agressivité ? Même si Cassidy restait calme, cela perturbait un peu ses plans. Elle se serait vu directement l'enfermer dans sa chambre et surtout, ne rien ressentir pour lui, pas de compassion, pas de gêne. Alors que là elle était obligée de se conduire gentiment.

Oui, il était différent du garçon de son école, plus sage, plus posé. Alors que ce garnement faisait les pires coups pour parvenir à ses fins. Même si Cassidy avait toujours cherché à le comprendre, jamais il ne baissait sa défense, jamais il n'expliquait ce qui le poussait à agir ainsi. A vrai dire la jeune Cassidy de l'époque ne l'avait pas connu avant. Tout ce qu'elle savait c'est qu'il était la terreur des professeurs et des élèves, inspirant de la crainte et de la peur. Si elle ne s'était jamais dressée contre lui, il aurait continué à embêter tout le monde, rendant la vie dure. A la place, c'était elle même qui mangeait toutes ses farces et ses bêtises. Elle se rappelle même qu'une fois elle l'avait poussé dans une flaque de boue mais que la jeune fille s'en était toujours voulu à l'époque d'en être arrivé là. Mais ce crétin comme elle l'appelait la mettait à bout. Combien de fois avait-elle eu des remords pour tout ce qu'elle lui faisait subir ? Car après tout, Cassidy n'avait pas confiance en elle. Même si elle ne le montrait pas.

Et pourtant, combien de fois elle était acclamée par les autres élèves, la remerciant chaleureusement, appréciant ce sang froid qu'elle avait en elle. Et combien de fois Cassidy voyait le petit Drakkari complètement écoeuré, dégoûté de la voir comme ça. Deux êtres totalement différents qui ne pouvaient absolument pas s'entendre. Car plus le garçon commettait plus ses méfaits, plus elle était derrière lui et plus elle le sermonnait et plus il insistait. Un jeu sans aucune fin, vicieux. Un jour alors, Cassidy s'en rappelerait toujours, le garçon n'était pas venu à l'école. Il se racontait de bien étranges rumeurs disant qu'il avait fait une chose indécente, très mauvaise. Et pourtant Cassidy n'avait jamais voulu le croire. Il avait toujours été un peu turbulent mais jamais au point de faire ce genre de chose, elle voulait y croire. Alors que tous les autres étaient soulagés de sa disparition, l'arrêt brutal de ce petit jeu avait quand même laissé un grand vide. Personne à railler, à bousculer, non.

Alors que Tristan était en face d'elle, la jeune femme poussa un soupir. Non, ça ne pouvait être lui. Trop gentil pour être ce démon qui se confrontait à elle tous les jours. Malgré cela, elle aurait bien voulu apprendre ce qui s'était passée réellement. Enfin, ce n'était pas la peine de ressasser ces souvenirs. C'était du passé après tout. Il n'y avait rien d'autre. Il fallait tourner la page.

Cassidy regarda un instant l'immense château qui abritait son académie. Tout ce qu'elle avait du supporter pour devoir la monter, le nombre de temps, les négociations avec les Cheistams et les Kaärs, oui elle avait du faire aussi appel à eux, pour avoir une académie neutre qui serait approuvé par les deux factions. Car en effet, à la sortie de l'académie, il n'y avait pas d'obligation de se rendre chez les Cheistams. Il fallait que les jeunes choisissent par eux même le chemin qui les tentait. Alors certains Kaärs avaient ainsi accepté de participer à la construction même si ils n'étaient pas si nombreux que ça. D'où l'idée de génie des Cheistams d'envoyer Tristan ici. Les dirigeants des Kaärs ne se douteraient jamais que leur guerrier s'était retrouvé dans cet endroit. Si ils savaient... ils leur étaient si facile de détruire ce qu'ils avaient construits.

Et pourtant, Cassidy savait aussi que certains des Kaärs avaient que très peu de solidarité envers leurs coéquipiers. En effet, cela fonctionnait plus à marche ou crève mais débrouilles toi pour ne cracher aucun morceau. Des compétitions permanentes, l'envie d'être le plus fort, la difficulté de coopérer. Enfin, c'était l'idée qu'elle s'en faisait.

Lorsqu'elle aborda le sujet des crimes, le regard du jeune homme se perdit, marmonnant des paroles qu'elle n'entendit pas. Mais ce regard si étrange ne lui disait rien de bon.

*Qu'est ce qu'il serait capable de préparer ?*

Elle en était déconcertée, se demandant parfois si il n'y avait pas deux personnes pour le même corps. Parfois calme, amical, des sourires sincères sur le visage et parfois des regards sombres, mystérieux, typiques des Kaärs qui se fichaient éperdument des sentiments et des impressions. Oui, il était bien étonnant. Si la demoiselle avait su lire en lui, elle en aurait appris des choses, ça c'était une évidence.

Les menottes étaient effectivement un souvenir mais Cassidy se doutait bien qu'il s'agissait d'un de ses souvenirs cuisants qu'on se rappelait juste pour devenir plus fort, pour ne plus jamais revivre ça. Alors Cassidy se promit qu'importe la situation, elle ne chercherait pas à le menotter. Si elle devait le maîtriser, ça serait grâce à sa magie et de manière douce, tant qu'elle le pouvait. Elle n'était pas comme lui, elle n'était pas comme les Kaärs, ce n'était pas du tout dans ses intentions de faire du mal, de faire souffrir, et surtout d'entraver un ennemi par une action aussi grotesque que les menottes. C'était un guerrier fier après tout et le priver de la liberté de ses mains était considéré sûrement comme une humiliation. C'est comme si on avait entravé la magie de Cassidy, scellant ses pouvoirs pour la rendre inoffensive. Elle n'était pas une Kaär mais la jeune femme l'aurait très mal pris aussi, se sentant impuissante, faible. Enlever et bloquer ses compétences, c'est comme enlever une partie de sa vie et de son âme.

*J'espère seulement qu'il n'a pas été trop maltraité, informations ou pas...*

Elle comprenait tout à fait l'état de Tristan avec ses menottes. Cassidy respecta donc cela en ne faisant aucun commentaire de plus, se contentant de baisser un instant la tête pour voir une très jolie fleur de couleur violette. Avec un mouvement simple et léger, la jeune femme se pencha, cueilli délicatement la fleur puis la posa dans ses cheveux blonds dorés. Oh bien sûr, Tristan allait la trouver idiote comme cela, avec sa fleur sur la tête, mais Cassidy était comme ça. Un coup sérieuse, un coup décontractée, c'était difficile à analyser.

Sûrement qu'elle se reprendrait lorsque que les cours commenceront vraiment et qu'elle fera preuve de plus de sérieux. Mais aujourd'hui il faisait beau, il n'y avait que très peu de nuages dans le ciel, un temps idéal pour se détendre bien que la jeune femme n'avait jamais baissé sa garde pour le moment et pourtant, cela ne se voyait pas. D'ailleurs elle remarqua qu'il était assez surpris par son attitude car son visage se crispa d'un coup, comme si il ne croyait pas la jeune femme capable de pouvoir être aussi "légère". Après tout c'était une humaine. Erudite, concentrée, sérieuse mais qui savait aussi jouer d'un sourire, pourtant rares chez elle, mais bien existants.

Il se contenta alors d'expliquer un peu plus son geste et surtout qu'elle ne s'inquiète pas. Et là dans son regard, en écoutant sa dernière phrase, Cassidy perçut comme une sorte de provocation, une phrase qui pouvait avoir du sens et montrait toute sa capacité à charmer. C'est ainsi comme cela qu'elle voyait les choses. Ayant toujours été très pudique, cela ne lui disait rien qui vaille.

*Je pense que je vais sceller ma porte ces prochains jours... Dit-il ça pour montrer tout son talent de séduction et ainsi me faire tomber dans ses filets ou n'est ce qu'une petite phrase toute placée ? En tout cas vu ses regards, cet air qu'il se donne, je ne m'étonnerais pas qu'il cherche à me charmer pour que je lui obéisse. Malheureusement, je ne céderais pas.*

Pourtant, la jeune femme n'étala pas ses pensées en sa présence. Au contraire, elle fit même preuve de répartie qui pouvait tout aussi bien être pris dans plusieurs sens.

"Voyez ça ! Je doute que vous puissiez y parvenir avec moi... et si vous osez vous approcher un peu trop de moi pour faire ce genre de diversion, je crains fort que vous appreniez à voler. Au sens simple bien entendu..."

Sur ce, le jeune homme pourrait éventuellement songer, pour lui qui était un fin séducteur, qu'il s'agissait d'un petit jeu lui demandant d'essayer si il le pouvait. Mais il s'agissait plutôt d'une mise en garde, comme quoi Cassidy ne se laisserait pas faire en profitant de la situation. Rien qu'en y pensant, cela lui donna un sentiment de dégoût. Ces contacts physiques. Non, jamais aucun homme n'avait osé placé la main sur elle et ceux qui étaient trop stupides pour avoir essayer avaient subis ses foudres. Car il ne faut pas rigoler avec la pudeur d'une femme. Intouchable, incontrôlable, et prête à utiliser ses sorts pour châtier le malheureux qui aurait osé. Et cela était déjà arrivé. Alors que Tristan essaie une seule fois de la toucher de manière osée et et intéressé et il apprendrait le sens du mot voler comme un oiseau ou même bien d'autres choses.

Et malgré cela, ses paroles semblaient avoir eu un effet sur lui, car au lieu de rester bien sagement dans un coin, Tristan avança dangereusement d'elle comme si il voulait vérifier l'exactitude de ses paroles. La jeune femme recula de quelques pas, gênée par cette approche si rapide.

"Je ne plaisante pas... N'approchez p..."

Mais avant qu'elle ait pu réagir, il avait déjà grimpé sur l'arbre qui se trouvait derrière elle. Ainsi donc c'était seulement ça ? Profitant que le jeune homme appréciait la vue, Cassidy émis un soupir de soulagement tout en se passant une main sur sa tête. Encore un peu plus prêt et elle aurait usé d'un de ses sorts pour le repousser. Ce qu'elle était bête lorsqu'il s'agissait de ce genre de chose. Du style à réagir à vif, voire même à le gifler si ses mains baladeuses s'approchaient. Et pourtant...

Cassidy le laissa apprécier le paysage tout en attendant sagement au pied de l'arbre.

*Après sa visite, je le laisserais tranquille. Oui je vais pas l'embêter dès le premier jour. Et j'irais lire cette lettre des Cheistams ainsi qu'analyser sa bague pour lui rendre si il n'y a rien de spécial. J'ai une petite idée pour en savoir plus sur lui mais je pense garder les infos pour moi. Je ne pense pas que ça intéressera les Cheistams*

La magie permettait de savoir pas mal de choses et pourtant, alors que les Cheistams voulaient des réponses sur le présent, Cassidy elle, voulait plutôt interroger le passé pour mieux comprendre le parcours du jeune homme.

Lorsqu'il redescendit enfin, Tristan souhaita visiter l'extérieur, le parc et ses alentours. Cassidy hocha doucement la tête, ayant une bonne idée de l'endroit où ils pourraient se rendre. Mais avant qu'elle n'ait le temps de lui en parler, elle vit la mine du jeune homme se fermer comme si ce qu'il allait dire n'était pas vraiment plaisant.

Et en effet, alors qu'il avait royalement ignoré sa question au sujet de son enfermement, Tristan répondit directement sans détour mais il y avait quelque chose dans son regard qui ne semblait pas vouloir attirer la compassion. C'était un homme fier et fort après tout. Parler de cette situation humiliante n'était pas pour lui. Cassidy respecta donc son choix et se contenta d'acquiescer d'un hochement de tête.

"Soit, cela vous regarde. Je ne vous en parlerais plus"

Ensuite, elle lui fit signe de venir tout en se dirigeant vers la partie la plus grande du domaine, en direction du lac.

"Je vais vous faire visiter le lac et ses alentours. Vous verrez, c'est un endroit magnifique et un peu mystérieux. Enfin, je vous en dirais plus lorsque nous serons arrivés"

Puis, la jeune femme se dirigea vers cet endroit tout en marchant doucement, sûrement suivie par Tristan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascadian.forumgratuit.org
Tristan Konogan
Professeur Initiation et Maniement des Armes
avatar

Messages : 607
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Drakkari
Royaume:
Vocation: Guerrier

MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   Ven 18 Mai - 15:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite d'un Nouveau Terrain de Jeu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Édition n°4 : Un nouveau terrain de jeu
» (privé) Les premiers pas d'un nouveau dresseur
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» Fanmi Lavalas veut occuper le terrain, en attendant Obama...
» le nouveau gouvernement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ascadian, Monde de Magie et d'Aventures :: [Territoire Neutre] Académie Hysandra :: Extérieur :: Jardins aux 1000 couleurs-
Sauter vers: